Où est l’économie réelle dans le grand casino des devises ?  18/03/2012

Où est l’économie réelle dans le grand casino des devises ?


En septembre 2011, les transactions quotidiennes sur le marché mondial des devises atteignaient le chiffre de 5.000 milliards de $ par jour ! Une progression de près de 20% sur un an, explique le dernier rapport de la Banque de Règlements Internationaux. Les volumes ont pratiquement été multipliés par dix en vingt ans.

Pour comparer le montant des transactions sur ce marché des devises : il est 25 à 30 fois plus grand que celui de toutes les places boursières réunies.
Et l’économie réelle dans tout cela ?

« Il s’y traite chaque jour et seulement pour les transactions au comptant (1 500 milliards de dollars en 2010) l’équivalent de 16 fois le PIB des 35 plus grandes économies ou 36 fois leurs échanges commerciaux » (Le Monde).

Autrement dit, les banques d’affaires font la pluie et le beau temps sur les devises et, incidemment, sur l’économie réelle, dont nous dépendons tous pour travailler et nous nourrir. Des devises aux matières premières et alimentaires, il n’y a qu’un pas. Et comme la spéculation est de plus en plus gourmande, les grands prédateurs ne savent plus se fixer de limites à leurs gains. Comme les principes moraux élémentaires sont foulés aux pieds depuis des lustres, il n’y a plus de frein pour mettre en œuvre les scénarios les plus perfides. Il n’est donc pas surprenant que les grands leaders des banques internationales aiment se rencontrer dans des cénacles réservés à la nomenklatura mondialiste pour discuter de l’avenir des milliards de bouches inutiles. Le tout en parfaite discrétion… avec des gardes armés, des dépenses importantes réalisées par les citoyens nationaux !

N’oublions pas qu’ils ont écrit sur des tables de pierre et en plusieurs langues (Stonehenge) que 500 millions d’être humains leur suffirait pour faire fonctionner le “système”.

Ils se verront bientôt à Haïfa, au sein du Groupe Bilderberg. Haïfa est la troisième plus grande ville d’Israël. Particularité, on y trouve un Hôtel Rothschild, une demeure luxueuse. Il est bien sûr évident que les invités vont chercher un moyen de procurer le bonheur de leur prochain… Nous « positivons »…

Mais n’oublions pas ce mot du baron Rothschild, en 1970, et dont nous parlons dans le dernier numéro de LIESI : « La structure qui doit sauter, c’est la nation… ».

Or cette prédiction se réalise sous nos yeux avec la faillite de l’Etat-nation ! Quel visionnaire… Humm…

http://liesidotorg.wordpress.com/2012/03/17/ou-est-leconomie-reelle-dans-le-grand-casino-des-devises/ http://liesidotorg.wordpress.com/2012/03/17/ou-est-leconomie-reelle-dans-le-grand-casino-des-devises/


Nouveau commentaire :


Publicité


VIDEO
algerie-focus.com | 01/10/2014 | 4248 vues
00000  (0 vote) | 8 Commentaires
1 sur 175


Commentaires