Mosquée libérale: passe d'armes entre Berlin et Ankara  23/06/2017

Mosquée libérale: passe d'armes entre Berlin et Ankara











Le gouvernement allemand a vivement critiqué vendredi les autorités turques qui se sont élevées contre l'ouverture à Berlin d'une mosquée libérale où hommes et femmes prient ensemble.

"J'ai été très surpris mais aussi honnêtement assez affecté par la prise de position" de l'Autorité religieuse en Turquie, le Diyanet, a souligné le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Martin Schäfer.
"Je souhaite très clairement rejeter des déclarations qui manifestement ont pour objectif de priver les gens en Allemagne de leur droit d'exercer librement leur religion et de restreindre la liberté d'expression", a-t-il ajouté.

La Direction des Affaires religieuses (Diyanet), chargée d'organiser le culte musulman en Turquie, a jugé que cette nouvelle mosquée berlinoise, qui suscite d'énormes réactions en Allemagne depuis son ouverture vendredi dernier, était "incompatible" avec les principes de l'islam.

"Les principes fondamentaux de notre grande religion ont été balayés", a jugé cette autorité qui jouit d'une influence importante et gère quelque 900 mosquées et associations en Allemagne.
Elle accuse aussi la mouvance du prédicateur Fethullah Gülen, désigné par Ankara comme le cerveau du putsch manqué en Turquie en juillet 2016, d'avoir inspiré ce projet.
"Comment, où et quand les gens exercent leur religion ne relève pas des prérogatives d'un Etat", a jugé M. Schäfer pour qui l'Etat doit garantir la liberté de culte au même titre que la liberté de la presse et d'opinion.
"La liberté de culte est un droit fondamental inscrit dans la Constitution", a-t-il encore martelé.

Depuis l'ouverture de la mosquée Ibn Rushd-Goethe dans un quartier qui a abrité par le passé des mosquées salafistes, ses fondateurs ont fait l'objet de menaces de mort, de commentaires haineux et d'insultes, en particulier sur internet.

La principale initiatrice de cette mosquée, l'avocate berlinoise d'origine turque Seyran Ates, s'est défendue de tout lien avec le mouvement Gülen.
S'adressant à ses détracteurs dans une vidéo sur Facebook, elle a affirmé: "c'est misérable que vous ayez besoin, quand quelque chose ne vous plait, de nous présenter comme des terroristes".
"Il est misérable que vous soyez trop lâches pour entamer un dialogue avec nous (...) en avançant des arguments", a ajouté cette militante des droits des femmes.

La petite communauté qui a fondé ce nouveau lieu de culte affirme qu'elle ne trouvait pas sa place dans les moquées conservatrices d'Allemagne et souhaitait réunir en un seul lieu tous les courants de l'islam.
Les sujets de tension se sont multipliés ces derniers mois entre Berlin et Ankara, pourtant partenaires de l'Otan et étroitement liés par l'importante communauté turque en Allemagne.

https://www.lorientlejour.com/article/1058925/mosquee-liberale-passe-darmes-entre-berlin-et-ankara.html

Commentaires

1.Posté par Bina le 23/06/2017 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est une Dömneh, c'est sûr !!


Pourquoi avoir ouvert ces mosquées en plein Ramadan ?

2.Posté par oh-daz le 24/06/2017 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi pester sur ce sujet, quand de l'autre côté tu fais tout pour rentrer dans l'europe.....

3.Posté par Zaheer le 24/06/2017 19:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On entre dans d'un registre beaucoup plus trash que l'islam des Bisounours. De l'autre côté, ils savent qu'ils ne peuvent plus suivre.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires