Meurtre devant le commissariat à Joué-les-Tours  23/12/2014

Comment justifier le meurtre sous la protection de l'état?
La mort de ce jeune de 20 ans Bertrand dit Bilal reconverti à l'islam, à Joué-lès-Tours samedi 20 décembre après-midi, tué par des policiers devant le commissariat.
À l'annonce de cette mort par les médias selon la version des policiers mis en cause, quelques choses sonnent faux dès le départ et rappellent la stratégie d'un scénario bien préparé comme dans l'affaire de Rémy Fraisse, de grands moyens sont déployés de suite, prise de position du ministre de l'Intérieur qui confirme la version des policiers alors même qu'aucune enquête n'est faite.
Est-ce que ça vous rappelle pas un mensonge d'État?
Pression sur la famille et l'entourage de Bilal, notamment la perquisition de l'appartement de la sœur du défunt, les policiers de la brigade antiterroriste seraient parti avec plusieurs sacs.
Des témoins sur place affirment que Bilal ne s'est jamais présenté de son propre chef devant la porte du commissariat, mais bien des policiers qui l'ont traîné de force devant le commissariat, à aucun moment Bilal n'a crié "Allah o Akbar" mais plutôt des cris de douleur.
Des témoins, des proches terrorisés par l'ampleur qu'a pu prendre cette affaire et ne comprend toujours pas pourquoi? on a envie de faire passer Bilal pour un terroriste, alors qu'il ne l'était pas.
Du déjà vu, criminaliser la victime au plus haut niveau, de façon à justifier le meurtre commis par des policiers sous la protection de l'état. 
Devant toutes ces contradictions, la famille doit se constituer partie civile auprès d'un juge et demander à ce qu'une information judiciaire soit ouverte, et d'entendre tous les témoins et exploiter les images des différentes caméras de la ville et commissariat.
Collectif urgence notre police assassine
Amal Bentounsi
Joué-lès-Tours 21 décembre 2014

Commentaires

1.Posté par Djamel le 23/12/2014 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lorsque vous avez envie de tué votre chien, il vous suffit de l'accusé de porteur de rage.

2.Posté par sim le 23/12/2014 14:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils vont et ont arrêté quelques membres de sa famille, dont sa soeur et son frère, comme dans l'affaire Merah, pour éviter qu'ils ne donnent leur version qui est complètement différente de celle des policiers. D'ailleurs, on a entendu des gens qui le connaissaient affirmer qu'il n'a rien de terroriste et que c'était quelqu'un de très sympathique. De même, celui de Dijon était quelqu'un d'affable qui voulait rendre service aux gens d'après ses voisins. Arrêter les membres de sa famille et ceux qui le connaissent intimement permet d'éviter qu'ils aillent dans les médias donner leur vraie version et contester les mensonges de l'Etat. Il y aura d'autres faits divers comme ceux-là avec d'autres arrestations arbitraires. C'est une rafle et il y en aura d'autres !
PS : ça ne ressemble pas à l'affaire Rémi Fraisse, où ce n'était pas prémédité contrairement aux affaires Merah, Nemmouche et à celle de Joué-les-Tours, Dijon, Nantes qui étaient préméditées pour persécuter et rafler des arabes, sous prétexte de terrorisme. Dans le cas de Rémi Fraisse, c'est la violence de la police qui est en cause et la volonté de salir les gauchistes en les faisant passer pour des violents et des ratés et de casser le mouvement. D'ailleurs, plus personne ne parle de ce barrage depuis lors. 

3.Posté par Vladiv le 24/12/2014 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" la famille doit se constituer partie civile auprès d'un juge et demander à ce qu'une information judiciaire soit ouverte, et d'entendre tous les témoins et exploiter les images des différentes caméras de la ville et commissariat. "

Tout à fait d'accord. D'autant plus que l'innocence des prévenus décrétés avant tout jugement est un déni de justice. Ce n'est pas la police, le préfet ou le gouvernement qui rend la justice.

Je rajouterais que certains policiers de ce petit commissariat n'en sont pas à leur coup d'essai.

Rappelez-vous de leur faux témoignage lorsqu'ils ont tabassé un homme et une femme lors de leur arrestation le 18.08.2013


Est-ce que ce sont les mêmes policiers qui ont abattu Bertrand ?

La victime a été amené au commissariat. Dés le départ, les policiers ont menti en déclarant que Bertrtand s'était rendu de lui-même au commissariat.

2ème mensonge des policiers : Les témoins disent qu'il a poussé des cris de douleurs et non pas Allah Akbar.

Ce qui entraîne la nullité de la suite de leur témoignage. Ils ont clairement inventé toute cette histoire de couteau pour faire passer la victime pour l'agresseur.



C'est classique chez des jeunes policiers, sans culture, issus de milieux très modestes, incapables de dissocier leur vie professionnelle de leur vie privée. Ces jeunes policiers s'incrivent dans des logiques de confrontations de quartiers ou leur position de fonctionnaires de police leur sert à appliquer leur vision de l'ordre qui repose sur la loi du plus fort et non pas sur la volonté de rechercher la paix publique. De cette tension permanente, de cette guerre larvée naît inexorablement la volonté d'en décourdre personnellement. Les policiers agissent alors pour leur compte personnel et non plus pour assurer la sécurité des citoyens.

Le nez dans le guidon, ces policiers peuvent très vite tout mélanger, et être mu par un profond désir de revanche... contre n'importe qui. Et là est le véritable problème.

Des flics à bout, soit ils finissent par tuer n'importe qui, et bien souvent des innocents, soit ils finissent par retourner leur arme contre eux.



Quoiqu'il en soit, justice doit être rendue au nom de la victime mais aussi pour briser cette nouvelle tentative d'utiliser le meurtre policer des musulmans comme dérivatif aux revendications sociales légitimes dans un pays ou les riches du cac 40 ont réalisé 39 milliards d'euros de profits, ou les capitalistes se sont vu accordés 50 milliards par l'Etat sans aucune contrepartie, ni aucun contrôle. Pendant ce temps, politiciens et médias organisent la chasse aux chômeurs, aux musulmans pour mieux distribuer des centaines de milliards d'euros à des familles capitalistes déjà très fortunés.

4.Posté par Sim le 24/12/2014 20:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous y croyez encore à la Justice, vous ? Elle n'est pas du tout indépendante et avec tous les meurtres d'arabes et musulmans, si Justice il y avait, ça se serait su depuis le temps. Avec toutes les prisons pleines de gens ayant commis de petits délits ou même arrêtés arbitrairement...Les juges, avocats et politiques appartiennent à une même classe sociale, une élite favorisée qui se rencontré dans les mêmes dîners et les mêmes loges maçonniques.
Pareil pour les journalistes...et ils se marient entre eux, magouillent entre eux, sortent des mêmes écoles, etc. Ainsi, cela reste un seul et même milieu donc on ne peut pas croire en la Justice, puisqu'elle est loin d'être impartiale...même topo pour l'IGS, des flics enquêtent sur des flics...mort de rire.
Pas pour rien que tous les politiques qui se retrouvent face à la Justice même pour des faits graves n'ecopent que de sursis ou non-lieu.

5.Posté par Vladiv le 25/12/2014 13:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Marx avait pour adage : doute de tout. Le scepticisme merveilleusement illustré par Maupassant dans ses contres me semble être une bonne philosophie.


Il s'agit avant tout d'utiliser tous les moyens de la République pour contrecarrer les mensonges de la justice mediatique.

Car oui, les medias, propriétés de groupes capitalistes agissent comme une cour de justice qui accuse, condamne en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

Si nous étions dans une dictature, je continuerai à dire qu'il faut utiliser tous les moyens légaux.

On ne doit jamais abandonner le combat pour la justice car les puissants et ls escrocs le sont avant tout de notre propre consentement, de notre découragement. Cet etat prédispose à prêter aux classes exploiteuses le pouvoir qu'elles n'ont pas. A croire qu'on ne peut pas agir en utilisant les armes mêmes du système.

Ce pessimisme est une profonde erreur d'analyse qui nous empêche de voir toutes les divisions, oppositions, les contradictions et faiblesses d'un système qui se donne pour tout puissant.

La Boétie écrivait dans La servitude volontaire : soyez résolu de ne plus servir et vous voilà libre.


Alors oui, les familles et les associations ont la possibilité de faire savoir la vérité, pour la dignité de la victime et de sa famille, On peut contraindre les médias par un combat en justice à corriger leurs mensonges. C'est un combat, et on ne commence jamais par dire, inutile de combattre je vais perdre.

C'est aussi une manière de fédérer les millions de personnes qui ne croient plus aux propagandistes des médias, de nous souder et de montrer à nos ennemis que nous sommes une force sur laquelle ils n'ont aucune prise.

Mais plutot, je vais me battre même si mes adversaires ou d'autres me disent qu'on ne peut rien changer, qu'il faudrait se soumettre à létat des choses existantes.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires