Merkel envisage un retrait des troupes allemandes d'Incirlik  15/05/2017

Merkel envisage un retrait des troupes allemandes d'Incirlik











L'Allemagne envisage un retrait des soldats qu'elle stationne sur la base aérienne d'Incirlik dans le sud de la Turquie si les autorités turques continuent de refuser la venue de parlementaires allemands sur ce complexe militaire mis à disposition de l'Otan, a annoncé Angela Merkel lundi.

Environ 250 soldats allemands sont déployés sur cette base et participent aux missions de l'Alliance atlantique dans la guerre contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie.

Un groupe de parlementaires allemands qui souhaitaient rencontre les militaires en poste vient de s'y voir refuser l'accès, nouvel épisode dans la querelle qui oppose l'Allemagne et la Turquie depuis plusieurs mois.

"Nous allons continuer à discuter avec la Turquie mais en parallèle nous allons explorer d'autres moyens de remplir notre mandat", a déclaré Angela Merkel. "Cela signifie envisager des solutions de remplacement à Incirlik et une des solutions, parmi d'autres, est la Jordanie", a ajouté la chancelière allemande lors d'une conférence de presse.

La Turquie a fait valoir que le moment n'était pas opportun pour une visite de parlementaires allemands sur la base d'Incirlik, ont indiqué à Reuters des sources au sein du ministère turc des Affaires étrangères.

Ce refus est "totalement inacceptable", a commenté Martin Schäfer, porte-parole du ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel. Ce dernier a prévu d'évoquer cette question avec plusieurs de ses collègues de l'Otan lors d'une réunion prévue mardi à Washington.

Les relations entre Berlin et Ankara n'ont cessé de se détériorer depuis la campagne sur le référendum constitutionnel du 16 avril qui a permis au président turc Recep Tayyip Erdogan d'obtenir un élargissement de ses pouvoirs.

Lors de la campagne, Erdogan voulait que ses ministres puissent tenir des meetings électoraux en Allemagne afin de convaincre les électeurs de la diaspora turque.

Les autorités allemandes se sont opposées à de tels rassemblements, évoquant des questions de sécurité publique et provoquant la colère d'Erdogan dans un scrutin dont le résultat, longtemps incertain, s'est révélé très serré en sa faveur.

Maniant une rhétorique agressive, Recep Erdogan avait accusé les autorités allemandes d'utiliser une stratégie inspirée du nazisme.

L'an passé, le président turc avait déjà empêché pendant plusieurs mois la venue de parlementaires allemands sur la base d'Incirlik. Ce refus faisait suite à l'adoption par le Bundestag d'une résolution parlementaire reconnaissant le génocide des Arméniens par les forces ottomanes en 1915.

La Turquie, qui refuse l'utilisation de ce terme pour qualifier la mort d'environ 1,5 million d'Arméniens sur son sol entre 1915 et 1916, avait rappelé son ambassadeur à la suite de cette résolution.

https://www.lorientlejour.com/article/1051855/merkel-envisage-un-retrait-des-troupes-allemandes-dincirlik.html

Nouveau commentaire :


Publicité

Brèves



Commentaires