Menacé d'une taxe, Google envisage de ne plus référencer les médias français  18/10/2012

Menacé d'une taxe, Google envisage de ne plus référencer les médias français




Le géant américain de l'internet Google a menacé dans un courrier au gouvernement français de ne plus référencer les médias français s'il devait s'acquitter d'une taxe voulue par les éditeurs de presse.

Les éditeurs français ont demandé en septembre au gouvernement un projet de loi pour que les moteurs de recherche, comme Google, les rétribuent via le versement de droits voisins, une sorte de prolongation des droits d'auteur, en cas d'utilisation indirecte de leurs travaux.

Google "ne peut accepter" que l'instauration d'un tel droit "mette en cause son existence même et serait en conséquence contraint de ne plus référencer les sites français", écrit le groupe dans un courrier adressé en octobre à plusieurs cabinets ministériels et dont l'AFP a obtenu une copie

Cela reviendrait pour Google à payer pour chaque lecture d'un article vers lequel il aura redirigé l'internaute.
Il rappelle qu'il "redirige quatre milliards de 'clics' par mois vers les pages internet des éditeurs" français.

La ministre française de la Culture, Aurélie Filippetti, s'était exprimée en faveur de ce type de taxe. "Parmi les outils qu'il me semble important de pouvoir développer, je pense qu'il y a cette idée de créer un droit voisin pour les éditeurs de presse - ce que l'on a appelé un peu facilement la 'Lex Google' - qui me semble extrêmement pertinente", a déclaré mercredi Mme Filippetti devant la Commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale.

Pour Google, "en réalité, l'ambition de ce texte est d'interdire le référencement non rémunéré. Une telle loi aboutirait à limiter l'accès à l'information, à réduire le nombre de sites français référencés sur internet mais aussi à freiner l'innovation".

Le projet de texte actuel, "en soumettant le référencement à rémunération et punissant le défaut de versement de celle-ci de trois ans d'emprisonnement et de 300.000 euros d'amende, ne ferait que multiplier les conflits et ralentir l'internet", écrit-il encore.



Commentaires

1.Posté par daniel durieux le 18/10/2012 20:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette bande de tarés qui nous gouverne ne sait vraiment plus quoi inventer pour couler plus vite le pays. Mon chien est nettement plus intelligent que ça

2.Posté par Joszik le 19/10/2012 01:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Menteur !!Google est un gros menteur.....Car Google est un conteneur, le plus grand conteneur de l'internet.
C'est lui qui route des millions de gens vers des informations vers des vendeurs et des fournisseurs.
Officiellement, comme Micrsoft dans ses début..google est neutre.....
Mais comme Microsoft il a déjà commencé à s'approprier les fonctions de vendeurs à peines visibles pour certain évident pour d'autres, dans 20 ans google sera le premier vendeur de l'internet et toutes les société française seront racheté ou couleront....vous voulez un exemple google qui annonce le future?
http://www.google.fr/shopping?hl=fr&tab=wf

3.Posté par Joszik le 19/10/2012 01:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Plutôt que de financer des sites internet de rencontres en ligne ou de e-commerce le gouvernement français ferait bien de financer un moteur de recherche français digne de ce nom, complètement indépendant de google ou même un moteur de recherche européen.

4.Posté par polo33 le 19/10/2012 02:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonne nouvelle si google ne reference plus la propagande point et autre medias

5.Posté par damien le 19/10/2012 05:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tant mieux ca fera moins de publicité pour les médias sionistes comme le figaro... et la presse alternative prendra des parts de marché

6.Posté par claudio le 19/10/2012 11:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Depuis quand le mensonge donne t-il droit à « droit d'auteur » ?
J'espère que le parlement va voter ce texte. Nous serons ainsi débarrassés de la propagande malsaine distillée par nos journaleux vendus.
Ils sont aux abois nos journaux. L'argent ne rentre plus à cause des méventes. Au lieu de chercher à racketter les moteurs de recherches, ils feraient mieux de se poser la question sur le type d'informations qu'ils publient.

7.Posté par Rédaction web le 19/10/2012 16:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que dire de cette nouvelle, si Google continue à exploiter les données fournit par la presse française elle doit payer c'est tout. Pour ce qui est du reste, le gouvernement trouvera bien une solution hihihihi!

8.Posté par Adrien le 19/10/2012 20:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chiche ? Quand on voit le nombre d'abruti de petits-bourgeois salariés de la presse française, on se dit qu'on y gagnera en qualité d'information.

Sans le soutien de l'Etat, c'est à dire nous les contribuables, la presse, comme toute entreprise privée vivant de son seul travail, serait en faillite

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires