Londres craint qu'un conflit n'éclate «par accident» dans le Golfe arabo-persique  14/05/2019

Londres craint qu'un conflit n'éclate «par accident» dans le Golfe arabo-persique
























L'escalade des tensions entre les Etats-Unis et l'Iran inquiète Londres. Le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt n'a pas exclu le risque d'un conflit «par accident» dans le Golfe arabo-persique où Washington renforce sa présence militaire.

La Grande-Bretagne n’a pas écarté le 13 mai le risque d’un conflit «par accident» dans le Golfe arabo-persiqueen raison du regain de tensions entre les Etats-Unis et l'Iran. «Nous sommes très inquiets du risque qu'un conflit se produise par accident en raison de l'escalade des tensions. Nous allons partager ces préoccupations avec nos partenaires européens et avec Mike Pompeo», a déclaré Jeremy Hunt à son arrivée à Bruxelles pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à laquelle s'est invité le secrétaire d'Etat américain.

«Nous devons veiller à ne pas remettre l'Iran sur le chemin de la nucléarisation. Car si l'Iran devient une puissance nucléaire, ses voisins voudront probablement devenir des puissances nucléaires», a expliqué Jeremy Hunt. «C'est la région la plus instable du monde et ce serait un pas énorme dans la mauvaise direction», a averti le chef de la diplomatie britannique. «Je pense que ce dont nous avons besoin, c'est d'une période de calme, pour nous assurer que tout le monde comprenne ce que pense l'autre partie», a-t-il en outre insisté.

Les tensions entre les États-Unis et l'Iran ont redoublé depuis la semaine dernière. Téhéran a annoncé la suspension de certains de ses engagements au titre de l'accord, un an après que le président américain Donald Trump s'est retiré de l'accord et a imposé des sanctions à l'encontre de la République islamique.

Téhéran a adressé un ultimatum aux Européens, toujours attachés à cet accord, pour qu'ils sortent d'ici deux mois les secteurs pétrolier et bancaire iraniens de leur isolement provoqué par les sanctions américaines, faute de quoi la République islamique renoncera à d'autres restrictions imposées à son programme nucléaire. Les Européens ont rejeté cet ultimatum.

Washington accuse pour sa part Téhéran de planifier des attaques «imminentes» et a décidé d'envoyer un navire de guerre et une batterie de missiles Patriot dans le Golfe, où sont déjà présents un porte-avions et des bombardiers B-52.

https://francais.rt.com/international/62060-londres-craint-eclatement-un-conflit-par-accident-golfe-arabo-persique

Commentaires

1.Posté par mourad le 14/05/2019 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les pauvres anglais ils se font du souci pour les iraniens.

Puisque ce coup tordu, sabotage des bateaux en rade, ne leur rend pas service et fait des iraniens les premiers à soupçonner.



.

2.Posté par Adam le 15/05/2019 13:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toujours le même jeu dans le même esprit, seuls les acteurs se relaient les rôles. Ils ont la suprématie despotique, ils imposent leur dictature…pardon leurs sanctions. Aucun pays à confession musulmane ne doit détenir la technologie nucléaire et même le savoir, ils en font leur propriété….même l’histoire ont doit croire à leur version…

Depuis le ciel, les hommes paraissent telles des fourmis qui se font la guerre pour une finalité mondaine …un bout de terre..un bout de pain. Ils s’approprient la force, le savoir et l’histoire mais agissent comme des bêtes dépourvus de raison.
Lorsque le grand moyen orient aura pris forme, les yankés paieront leur complaisance aveugle au sionisme …Quant aux sionistes, ils se seront trompés irréversiblement car la suprématie est temporelle, ainsi est-il.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires