Le pape François appelle au respect du statu quo à Jérusalem  06/12/2017

Le pape François appelle au respect du statu quo à Jérusalem











Le pape François a appelé mercredi au respect du statu quo de Jérusalem et à faire preuve de "sagesse et prudence", alors que le président américain, Donald Trump, s'apprête à reconnaître la Ville sainte comme capitale d'Israël.

"Je ne peux taire ma profonde inquiétude pour la situation qui s'est créée ces derniers jours" autour de Jérusalem, a déclaré le pape lors de son audience hebdomadaire. "J'adresse un appel vibrant pour que tous s'engagent à respecter le statu quo de la ville, en conformité avec les résolutions pertinentes de l'ONU".

Mardi soir, le pontife argentin s'était entretenu par téléphone avec le président palestinien, Mahmoud Abbas, avait annoncé le porte-parole du Vatican sans donner plus de précisions.

"Jérusalem est une ville unique, sacrée pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, qui y vénèrent les Lieux saints de leurs religions respectives, et elle a une vocation spéciale pour la paix", a déclaré le pontife argentin mercredi devant des milliers de fidèles au Vatican.
"Je prie le Seigneur que cette identité soit préservée et renforcée, au bénéfice de la Terre sainte, du Moyen-Orient et du monde entier, et que prévalent sagesse et prudence, pour éviter d'ajouter de nouveaux éléments de tension dans un panorama mondial déjà convulsif et marqué par tant de conflits cruels", a-t-il insisté.

Donald Trump va reconnaître mercredi Jérusalem comme capitale d'Israël, rompant avec des décennies de diplomatie américaine et internationale malgré les mises en garde de toutes parts contre le risque d'une flambée de violences.

L'ONU, la Chine et le Royaume-Uni ont joint mercredi leur voix au concert d'inquiétudes exprimées depuis plusieurs jours.

Statut de Jérusalem: Pékin "s'inquiète" d'une "escalade" au Proche-Orient

La Chine s'est déclarée mercredi "inquiète" du projet du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et a dit craindre une "escalade" dans la région.

"Nous sommes inquiets d'une possible escalade des tensions", a indiqué Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. "Toutes les parties concernées doivent avoir à l'esprit la paix et la stabilité régionales, être prudentes dans leurs actions et leurs déclarations, éviter de saper les bases d'une résolution de la question palestinienne et s'abstenir d'engendrer une nouvelle confrontation dans la région", a-t-il indiqué lors d'un point de presse.

Jérusalem: la Turquie met en garde contre un "incendie" dans la région

La Turquie a averti mercredi que la reconnaissance attendue par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël risquait de précipiter la région dans "un incendie".

Cette mesure, que le président américain Donald Trump doit annoncer mercredi, est susceptible de "précipiter la région et le monde dans un incendie dont personne ne sait quand il prendra fin", a déclaré le porte-parole du gouvernement turc Bekir Bozdag sur Twitter.

"Proclamer Jérusalem capitale (d'Israël) est une négation historique, une grande injustice, un grand manque de vision et une grande folie", a ajouté M. Bozdag.

"J'appelle chacun à agir de manière responsable (...) à se garder de mettre en péril la paix dans le monde à des fins de politique intérieure ou autres", a-t-il poursuivi. "J'invite les musulmans et les pays islamiques à protéger leur honneur".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait déjà averti mardi que le statut de Jérusalem était "une ligne rouge" pour les musulmans, évoquant même une possible rupture diplomatique avec Israël si Washington devait reconnaître la ville sainte comme capitale.

Cette question sera au centre d'entretiens que M. Erdogan doit avoir mercredi à Ankara avec le roi de Jordanie Abdallah II, dont le pays est le gardien des Lieux saints musulmans de Jérusalem.

Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a lui aussi mis en garde mercredi contre la mesure américaine avant une rencontre avec son homologue américain Rex Tillerson en marge d'une réunion de l'Otan à Bruxelles.

"Ce sera une erreur. Cela n'apportera ni paix ni stabilité, mais chaos et instabilité", a-t-il dit à la presse. "Je l'ai déjà dit (à M. Tillerson) et je le lui redirai", a-t-il ajouté.

Le statut futur de Jérusalem doit faire l'objet de négociations, dit l'envoyé de l'ONU

L'envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov, a déclaré mercredi que le statut futur de Jérusalem devait faire l'objet de négociations, alors que le président américain Donald Trump s'apprête à reconnaître la Ville sainte comme capitale d'Israël.

"L'avenir de Jérusalem est quelque chose qui doit être négocié avec Israël et les Palestiniens assis côte à côte dans des négociations directes", a dit M. Mladenov lors d'une conférence à Jérusalem.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, "s'est exprimé à de nombreuses reprises, y compris sur ce sujet, et il a dit que nous devons tous nous montrer très prudents quant à ce que nous faisons", a-t-il fait valoir.

Le président américain devrait reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël dans une intervention prévue ce mercredi à 18H00 GMT, rompant avec des décennies de diplomatie américaine et internationale.


https://www.lorientlejour.com/article/1087950/le-pape-francois-appelle-au-respect-du-statu-quo-a-jerusalem.html
https://www.lorientlejour.com/article/1087937/statut-de-jerusalem-pekin-sinquiete-dune-escalade-au-proche-orient.html
https://www.lorientlejour.com/article/1087947/jerusalem-la-turquie-met-en-garde-contre-un-incendie-dans-la-region.html
https://www.lorientlejour.com/article/1087935/le-statut-futur-de-jerusalem-doit-faire-lobjet-de-negociations-dit-lenvoye-de-lonu.html

Nouveau commentaire :


Publicité

Brèves



Commentaires