Le navire de militants anti-migrants bloqué au large de la Tunisie  07/08/2017

Le navire de militants anti-migrants bloqué au large de la Tunisie










Le C-Star, navire affrété par des militants européens d'extrême droite pour lutter contre le trafic de migrants au large de la Libye, était bloqué lundi au large de la Tunisie, où un puissant syndicat a appelé à empêcher son ravitaillement.

"A tous les agents et employés des ports tunisiens: ne laissez pas le bateau du racisme C-Star souiller les ports de Tunisie. Expulsez-les comme ont fait vos frères à Zarzis et Sfax", a lancé sur Facebook le syndicat UGTT, prix Nobel de la Paix 2015 avec trois autres organisations.

Les militants allemands, français et italiens à bord du C-Star n'étaient pour leur part pas joignables lundi et n'ont rien communiqué sur leur situation sur les réseaux sociaux. Selon des sites de surveillance du trafic maritime, le navire était lundi à l'arrêt à la lisière des eaux tunisiennes, au sud-est de Sfax.

Dimanche, des pêcheurs s'étaient déjà mobilisés dans le port de Zarzis, plus au sud, contre un éventuel accostage du bateau.

Loué à Djibouti par le groupe d'extrême droite "Génération identitaire" grâce à une collecte de fonds sur internet qui a récolté 200.000 dollars (170.000 euros) depuis mi-mai, ce navire de 40 mètres a rencontré des difficultés avec les autorités au canal de Suez en Egypte et lors d'un premier ravitaillement à Chypre.
Empêché d'effectuer un autre ravitaillement dans un port grec, il a longé samedi d'est en ouest les côtes libyennes, entrant en contact avec au moins deux navires d'ONG dans cette zone où plus de 14.000 migrants sont morts ou disparus depuis 2014.

"Nous entamons nos opérations au large des côtes libyennes, nous vous demandons de quitter la zone de secours", ont-ils déclaré aux équipages de l'Aquarius (de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières) et du Golfo Azzuro (de l'ONG Proactiva Open Arms), selon des enregistrements des conversations radio.
"Vous agissez comme un facteur incitatif pour les trafiquants d'êtres humains, leur faisant gagner des millions. Nous allons vous surveiller, les temps où personne ne voyait ce que vous faites sont terminés", ont-ils ajouté.

Sur ses flancs, le navire arbore deux immenses banderoles proclamant en anglais "Stop au trafic d'êtres humains" et "Vous ne ferez pas de l'Europe votre foyer".
Les militants entendent faire en sorte que les migrants secourus au large de la Libye soient reconduits en Afrique.

Mais pour les gardes-côtes italiens, qui coordonnent les secours dans cette zone, la Libye n'offre pas les "ports sûrs" requis par le droit maritime, aussi les migrants sont-ils conduits en Italie, où les autorités ont recensé plus de 96.000 arrivées cette année.

https://www.lorientlejour.com/article/1066096/le-navire-de-militants-anti-migrants-bloque-au-large-de-la-tunisie.html

Commentaires

1.Posté par Bina le 07/08/2017 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On ne peut que féliciter le Peuple Tunisien!!

2.Posté par artus le 07/08/2017 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tous mes encouragements à ces jeunes identitaires qui essaient de sauver ce qu'il reste encore de civilisation !

3.Posté par Bina le 07/08/2017 23:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

drôle de civilisation, en effet!

4.Posté par Bina le 08/08/2017 00:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand les identitaires sont jaloux des étudiants étrangers parce qu'ils sont plus intelligents et plus civilisés, voilà ce que ça donne:

'Kill Chinese' graffiti sparks outrage at Australian university

Racist graffiti targeting Chinese students has sparked anger at the University of Sydney.

The words "Kill Chinese" were etched into the wall of a bathroom stall, together with a swastika.

In a statement posted on Facebook, the university condemned the graffiti and said "any and all remnants" would be removed.

"The University of Sydney is committed to ensuring that our community is a safe, inclusive and supportive one," the statement said.

A spokesperson for the university told Australia's Special Broadcasting Service (SBS), "Any graffiti or posters placed around campus of a racist nature are immediately removed."

The university said they did not know who was responsible for the graffiti but believed it to be the work of a solo individual.

According to SBS' Mandarin service, the Chinese Foreign Ministry has expressed its concerns about the incident and urged authorities to handle the case properly to protect the safety and dignity of Chinese students in Australia.

The incident at the University of Sydney comes just a week after flyers were distributed at two universities in Melbourne warning Chinese nationals to leave the country or face deportation.

The KKK have been recruiting here for many years via the internet. It's only in the past couple of years that the authorities seem to have become aware of the situation.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires