Le gouvernement français s'attend à être traduit en justice suite à l'épidémie  26/03/2020

Le gouvernement français s'attend à être traduit en justice suite à l'épidémie













Plusieurs plaintes d’associations et de particuliers ont été déposées à l’encontre de l’exécutif, concernant la pandémie de Covid-19. Tous reprochent au gouvernement sa mauvaise gestion du dossier. Des menaces qui inquiètent au sommet de l’État, rapporte Le Monde.

Certains membres du gouvernement pourraient faire l’objet de poursuites judiciaires, après leur gestion de la crise sanitaire, rapporte Le Monde ce mercredi 25 mars. Plusieurs plaintes ont déjà été déposées auprès de la Cour de justice de la République, selon le quotidien.

Parmi elles, celle d’un collectif de médecins nommé C19, à l’encontre d’Édouard Philippe et d’Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé. Dans un communiqué, le collectif leur reproche de ne pas avoir «anticipé une crise dont ils savaient manifestement la gravité, et qu’ils ne pouvaient, en tout état de cause, ignorer». Une pétition en ligne appuyant cette initiative a déjà recueilli 200.000 signatures.
L’interview polémique d’Agnès Buzyn

La Cour de justice de la République a reçu quatre autres plaintes du même genre, rapporte encore Le Monde. Les plaignants s’appuient en particulier sur une interview d’Agnès Buzyn donnée au Monde, dans laquelle elle admettait être au courant de la gravité de l’épidémie depuis janvier dernier.

«L’interview de Buzyn est une bombe atomique car elle prépare l’étape d’après sur les commissions d’enquête à venir et les éventuels procès», déclare au Monde un haut fonctionnaire.

Des responsables politiques, comme Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, avaient déjà indiqué que l’ancienne ministre de la Santé engageait sa «responsabilité pénale», à travers cette interview.
L’exécutif prêt à assumer?

Des commissions d’enquêtes parlementaires pourraient également voir le jour, pour identifier d’«éventuels défaillances et dysfonctionnements», comme l’expliquait dans le Journal du Dimanche Damien Abad, président du groupe LR à l'Assemblée nationale.

Face à ces attaques, le gouvernement se dit prêt à répondre et à «rendre des comptes».

«C’est normal qu’on puisse rendre des comptes et c’est normal qu’une commission parlementaire interroge le processus de cette crise […] Nous serons évidemment prêts à y répondre, ça fait partie du jeu démocratique», affirmait la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, sur CNews lundi 23 mars.

Certains sont pourtant moins optimistes, rapporte Le Monde. Comme cette secrétaire d’État, convaincue que quoiqu’il fasse, le gouvernement «se fera engueuler sur la gestion de la crise».

Commentaire :

CD 93
20:37 26.03.2020 | 2
Ce gouvernement dans la gestion calamiteuse qu'il opère de la pandémie du COVID 19 est un gouvernement de criminels. En effet, Agnès Buzin avait dit que la Chloroquine aussi appelée Nivaquine était un médicament dangereux alors qu'il n'en est absolument rien. En 1962 et 1963, militaire en Algérie, j'ai été obligé par mes supérieurs d'absorber à raison de 4 comprimés par jour de la Nivaquine afin d'être protégé contre le paludisme. La seule contrainte liée à l’absorption de ce ce médicament réside dans le fait qu'il est impératif de faire abstinence quant à la consommation d'alcool et notamment d'apéritif anisé (je ne citerai aucune marque). Donc ayant absorbé ce médicament à titre préventif et dont la consommation était ordonnée par l'armée française, je doute fort que celle-ci risque la vie de ses hommes dont elle a besoin. A moins d'être un demeuré il est facile d'en déduire que ceci n'a aucun sens. Par conséquent la Chloroquine ou Nivaquine n'est absolument pas dangereux et ne provoque que dans certains cas (je n'en ai pas eu) des effets secondaires dérisoires très faciles à enrayer. Tous les anciens combattants d'Algérie peuvent en témoigner car ce médicament était obligatoire. J'ai eu un beau-frère, militaire de carrière, ancien combattant en Indochine et également ancien combattant dans les troupes de l'O.N.U. en Corée. Il a lui aussi été obligé de consommer ce même médicament qui est en usage depuis 1949. Donc Agnès Buzin épouse de Yves Lévy PDG de l'INSERM et qui est à ce titre à la tête d'un laboratoire situé à Wuhan en Chine, point de départ du COVID 19, est évidememnt attentionnée à la défense des intérêts de son mari puisque ce laboratoire serait très proche de mettre en marché un vaccin justement contre le COVID19. Il est évident dans ce cas que le rapport financier de la commercialisation de ce vaccin ouvre des appétits gigantesques et qu'il faille alors détruire ce qui l'empêcherait dont la généralisation de la Chloroquine ou Nivaquine comme le préconise le professeur >Didier Raoult. Ce gouvernement donc qui a évidemment pris fait et cause pour Agnès Buzin se rend complice de cette guerre entre Levy et Raoult quitte à passer par pertes et profits le nombre de morts dus au Coronavirus. Il s'agit alors d'un génocide et rien d'autre. Un génocide alors que Macron s'offusque des génocides perpétrés par Bachar el Assad, par Sadam Hussein et Khadafi en leurs temps. Il faudra donc traduire devant le Tribunal Pénal International de La Haye toute cette équipe pour crime contre l'humanité et génocide.

bonnetcastel
20:51 26.03.2020
L'assemblée nationale est dans sa majorité corrompue par la république en marche, la démocratie ne fonctionne donc pas, exemple: l'affaire benalla l'ami du président, complètement intouchable du fait de la magistrature couchée. La commission de l'assemblée l'a absous, il en sera de même avec l'affaire criminelle du coronavirus. Il appartiendrait au peuple de faire justice, cela s'appelle un révolution.

https://fr.sputniknews.com/france/202003261043400497-le-gouvernement-francais-sattend-a-etre-traduit-en-justice-suite-a-lepidemie/

Commentaires

1.Posté par Reyniers Liliane le 30/03/2020 17:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme d'habitude ..impuni ..

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires