Le gouvernement français pourrait tomber en cas d’échec de la liste LREM aux européennes  23/05/2019

Le gouvernement français pourrait tomber en cas d’échec de la liste LREM aux européennes























Une éventuelle deuxième place de la liste soutenue par Emmanuel Macron aux élections européennes de dimanche, synonyme d'échec pour le chef de l'Etat, relance les spéculations sur un remaniement d'importance, voire sur l'avenir d'Edouard Philippe à Matignon, au lendemain du scrutin, rapporte l'AFP.

Au-delà de son positionnement dimanche, un net écart de la liste Renaissance avec celle du Rassemblement national de Marine Le Pen pourrait pousser Emmanuel Macron, qui sort d'une série de petits remaniements depuis septembre, à une vaste recomposition gouvernementale, selon des ministres et cadres de la majorité interrogés par l'AFP.

«Si on est dans un mouchoir de poche, devant ou derrière, je ne vois pas de remaniement. Si on est trois à quatre points derrière le RN, ou en dessous de 20, il y aura un mouvement de questionnement dans la majorité. Forcément il faudrait changer le dispositif», juge un pilier de la Macronie.

Les sondages, qui ont longtemps mis LREM et RN au coude-à-coude, placent désormais tous la liste du lepéniste Jordan Bardella en tête, avec une avance allant de 0,5 à 2 points et une dynamique en sa faveur.

Certains s'interrogent même en coulisses sur l'avenir du Premier ministre Edouard Philippe. «Si on est loin derrière le RN, ça va secouer. Il y aura un gros remaniement. Je ne vois pas comment on peut perdre les élections» et ne pas changer de Premier ministre, juge un ministre.

«Je n'ai jamais fait de politique fiction. J'ai toute confiance en Edouard Philippe qui s'engage sans compter auprès des proeuropéens», a affirmé Emmanuel Macron dans son interview à la presse régionale.

Jeudi, le chef du gouvernement a souligné avoir la confiance du président et dit refuser d'entrer dans toute «spéculation» sur les résultats. Il a déploré voir «beaucoup beaucoup, beaucoup, beaucoup de gens qui se posent beaucoup, beaucoup, beaucoup de questions», y voyant «une grande preuve de fébrilité».

Il a affirmé vouloir «continuer à transformer notre pays» et «préparer la mise en œuvre de l'acte II» des réformes, tout en y mettant «plus d'humain», après plus de six mois de crise des Gilets jaunes qui réclament plus de «justice sociale et fiscale».

«Pression»

Dans le huis clos du Conseil des ministres, Emmanuel Macron lui-même avait mis la pression à ses ministres le 30 avril, en laissant entendre qu'il y aurait des changements dans l'équipe gouvernementale en cas de défaite aux européennes. D'autant qu'un remaniement post-européennes est évoqué de longue date, notamment pour les ministres têtes de listes aux municipales.

«Il y a une mise sous pression phénoménale du gouvernement. En gros, si on est deuxième, Emmanuel Macron dit qu'il est capable de tout faire péter», affirme un conseiller ministériel. «Le problème, c'est qu'en s'exposant autant (dans la campagne), il ne se met pas en position d'avoir un fusible», souligne le même cadre.

Des ministres, comme Bruno Le Maire, ont commencé cette semaine à minimiser la portée d'une deuxième place, en jugeant qu'un score «proche» de celui d'Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle (24 %) serait déjà un «exploit politique».

Lors du quinquennat Hollande, Jean-Marc Ayrault avait fait les frais de l'échec électoral lors des premières élections intermédiaires, celle des municipales de 2014. Emmanuel Macron, qui a souvent voulu faire différemment de son ancien patron à l'Elysée, prendra-t-il le même chemin?

«Le changement de Premier ministre interviendrait un peu tôt dans le quinquennat. Ce serait mieux après les municipales», juge le même cadre.

Utile pour séduire l'électorat et les sympathisants de droite, stratégiques pour nourrir les rangs macronistes, Edouard Philippe, malgré l'usure de deux ans à Matignon et la crise des Gilets jaunes, peut encore bien servir, au moins jusqu'au prochain scrutin, pointent de nombreux membres de la majorité. D'autant que le vivier de Premiers ministrables est limité.

«Je ne vois pas du tout Philippe menacé. Je n'ai jamais vu un couple président-Premier ministre aussi fusionnel. Si le Premier ministre fait la réforme des retraites, la révision constitutionnelle, l'assurance-chômage, la fonction publique, la santé et l'école, il pourra dire "j'ai fait le job"», soutient le patron des sénateurs en Marche, François Patriat.

https://fr.sputniknews.com/france/201905231041213752-le-gouvernement-francais-pourrait-tomber-en-cas-dechec-de-la-liste-lrem-aux-europeennes/

Commentaires

1.Posté par Algiers le 23/05/2019 20:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si ces Gaulois réfractaires, fainéants, Alcooliques et ainsi de suite comme les a qualifiés leur chef de tribu le détenteur de L'Elysée qu'ils lui montrent ce que veut dire une sanction très Lourde ...avec un Licenciement sans Indemnités et sans Congés Payés.....

2.Posté par goc le 24/05/2019 02:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si philippe tombe, il sera remplacé par blanker, c'est déjà programmé!!, c'est le système qui l'a décidé, et macaroni n'a qu'a exécuter l'ordre

3.Posté par Salade de fruits (SDF) le 24/05/2019 13:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'union des européistes est le VIem Reich de la kaizer mère KEL avec la "France en marche" de Mc-Rond, un slogan utilisé par Pétain pour mettre en avant le Nouvelle Europe d'hitler lui-même financé par la banque "Chipé Mortgan" L'ancienne agent de la Stasi merkel et le mondialiste apatride Mc-Rond sont des collabos au servicede la guerre que continuent de nous faire les Ugo boche d'Hitler devenu aujourd'hui le projet entre les mains de leurs "amis ricains" via les traîtres que furent les sinistres Monet et shuman.

C'est ki ki avait prévenu des problèmes d'aujourd'hui ? Certainement pas tous ces partis politique français lesquels ont ratifié le traité de Lisbonne en 2008 pourtant refusé massivement par le peuple de France en 2005 via le traité de Maastrich.

Souvenons-nous ... et contribuons à éviter que cela recommence en faisant un meilleur choix éclairé cette fois ci.
https://www.youtube.com/watch?v=iVUM7D8KeKg&fbclid=IwAR25TYfROTp2xKSBEK1MEVJC10JBIiXY11D1yznFDrMGUxsmQ8-jjFk17DI

4.Posté par Ali le 24/05/2019 23:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"A chaque fois que le pouvoir se sent menacé et acculé, des CONDITIONS EXCEPTIONNELLES s'imposent débouchant sur une situation d'exception..." (en parlant d'attentats False-flags comme ici dernièrement à Lyon) dixit Hollande de l'oas-mossad lors de la sortie de son livre en 2017...

5.Posté par ange le 25/05/2019 15:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Emmanuel Macron dit qu'il est capable de tout faire péter», affirme un conseiller ministériel.
C'est déjà le cas et c'est bien malheureusement pour cela que la France va mal.
Des réformes, il faut en faire, c'est l'art de gouverner et d'adapter un système aux évolutions du monde mais on peut aussi parfois s'opposer à certains galops désorientés du monde (comme une poule avec la tête coupée) et ceci de façon raisonnée.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires