La mondialisation est une "tendance historique irréversible", selon le président chinois  10/11/2017

La mondialisation est une "tendance historique irréversible", selon le président chinois











La mondialisation est une "tendance historique irréversible", a estimé vendredi le président chinois Xi Jinping, qui s'exprimait juste après le président américain Donald Trump au sommet annuel du forum de l'Asie-Pacifique (Apec), à Danang au Vietnam.

Les échanges doivent être repensés pour être "plus ouverts, plus équilibrés, plus équitables et bénéfiques pour tous", a-t-il expliqué, se plaçant en nouveau champion du libre-échange.

Quelques minutes auparavant, sur la même scène, le président américain avait assuré que son pays "ne tolèrerait plus" les échanges inéquitables, se déclarant être prêt à se battre pour "L'Amérique d'abord", son slogan de campagne. "Nous ne laisserons plus les Etats-Unis se faire abuser", a-t-il martelé devant des dirigeants de l'Asie-Pacifique encore sous le choc du retrait abrupt des Etats-Unis de l'accord de libre-échange Asie-Pacifique (TPP). Vu comme un contrepoids à l'influence grandissante de la Chine, ce traité avait été signé en 2015 après d'âpres négociations par 12 pays d'Asie-Pacifique représentant 40% de l'économie mondiale.

"Nous devrions soutenir le libre-échange et pratiquer un régionalisme ouvert pour permettre aux pays en développement de tirer davantage profit du commerce et des investissements internationaux", a de son côté poursuivi le président chinois.

Sorti renforcé du dernier congrès du Parti communiste, Xi Jinping est vu comme le dirigeant le plus fort depuis des décennies, à la tête d'un pays qui se voit en puissance montante à même d'ébranler la domination américaine.

La Chine a d'ailleurs annoncé vendredi élargir l'accès des entreprises étrangères à son secteur financier, mettant fin à des restrictions vivement critiquées par les partenaires de Pékin.

La Chine libéralise un peu plus son secteur financier

Le gouvernement chinois a fait savoir vendredi que les plafonds des participations des firmes étrangères dans les sociétés financières locales seraient relevés, ces dernières pouvant dès lors devenir majoritaires.

Cette décision, annoncée par le secrétaire d'Etat aux Finances Zhu Guangyao, est tombée au terme d'une visite du président américain Donald Trump en Chine durant laquelle ce dernier a une nouvelle fois réclamé une plus grande ouverture du marché local.

Les firmes étrangères pourront dorénavant porter leur participation dans des coentreprises de courtage de valeurs mobilières et de dérivés et de fonds d'investissement de 49% actuellement à 51%.

La mesure prend effet immédiatement, une fois rédigées les clauses particulières toutefois, a précisé Zhu, ajoutant que ce nouveau plafond de 51% s'appliquerait également après un délai de trois ans aux compagnies d'assurance-vie et que les limitations à l'actionnariat étranger dans les banques et gérants de fonds locaux seraient aussi levées. Les firmes étrangères ne pourront devenir entièrement propriétaires de sociétés financières locales qu'au terme d'un délai de trois ans, délai porté à cinq ans pour les compagnies d'assurance.

La mesure a été saluée à l'étranger, parfois avec circonspection. "Ouvrir davantage les services financiers était effectivement l'une de nos priorités", a dit Ken Jarrett, président de la Chambre de commerce américaine à Shanghaï."C'est un pas dans la bonne direction; il faudra voir ça en détail car, en Chine, il importe de savoir lire entre les lignes mais ce déplafonnement est quoi qu'il en soit bienvenu". Un porte-parole de JPMorgan Chase a déclaré que la banque "salue toute décision du gouvernement chinois qui a pour but de libéraliser un peu plus le secteur financier".

La Chine renâclait à ouvrir les vannes de son secteur financier mais elle avait promis d'accélérer le mouvement dans la mesure où les flux d'investissement dans la deuxième économie mondiale tendent à se tasser.

La Chine exerce un contrôle des changes strict pour limiter les sorties de capitaux, tout en ouvrant de nouveaux canaux pour drainer l'argent de l'extérieur, encore que les groupes étrangers restent minoritaires dans son secteur financier.

Reuters avait rapporté mardi que la Chine comptait pour la première fois autoriser les banques étrangères à prendre une participation de 51% au plus dans les coentreprise de titres sur le continent chinois et à nouer des partenariats avec des sociétés non financières locales.

Pour certains professionnels, ce changement est insuffisant et tardif. "On dirait que c'est bien mais en réalité c'est trop peu et trop tard", dit Keith Pogson, d'EY. "Une banque d'investissement internationale sera là pour être là et non pas parce qu'elle pense faire beaucoup d'argent en Chine".

Pour autant, le secteur financier chinois a fait un bon accueil à l'initiative. New China Life Insurance a gagné plus de 9% en Bourse de Shanghaï, Ping An Insurance a pris 5,4% et China Pacific Insurance Group a progressé de 4,5%.

https://www.lorientlejour.com/article/1083243/la-mondialisation-est-une-tendance-historique-irreversible-selon-le-president-chinois.html
https://www.lorientlejour.com/article/1083246/la-chine-liberalise-un-peu-plus-son-secteur-financier.html

Commentaires

1.Posté par Saber le 10/11/2017 17:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le mondialisme est mourant à ne pas confondre avec la mondialisation des échanges.

2.Posté par AS le 12/11/2017 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tu tomberas avec ton maitre rothschild continue de couiner comme ca

Nouveau commentaire :


Publicité

Brèves



Commentaires