La Bolivie s'apprête à ouvrir une école militaire "anti-impérialiste"  12/07/2016

La Bolivie s'apprête à ouvrir une école militaire "anti-impérialiste"








Le président bolivien Evo Morales a annoncé lundi qu'il ouvrira le 17 août une école visant à enseigner aux militaires la "doctrine anti-impérialiste" à l'occasion de la Journée du drapeau bolivien.

Lors d'une conférence de presse, M. Morales a indiqué qu'il était important pour le pays de se doter d'une école anti-impérialiste qui permettra la "libération économique, politique, sociale, culturelle et idéologique".

"Il est de notre devoir de créer ces écoles en vue de reprendre notre identité d'un point de vue idéologique, car chaque pays a sa nature unique", a-t-il souligné, ajoutant que cette école permettrait de revoir l'histoire du peuple de la région.

Cette école sera inaugurée dans la ville de Santa Cruz dans l'est de la Bolivie et portera le nom de l'ancien président Juan José Torres.

http://french.cri.cn/621/2016/07/12/562s485509.htm

Commentaires

1.Posté par Aldamir le 13/07/2016 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On pourrait aisément le désigner à juste titre, lutte contre le terrorisme international d’Etat. Il suffit d’ouvrir les yeux pour le constater.

2.Posté par Aldamir le 13/07/2016 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SUITE..

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.
Evo Morales, Président de la Bolivie

Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A 20%, il devient enthousiaste. A 50%, il est téméraire ; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime.
Karl Marx, Le Capital, chapitre 22

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires