L'UE, terrain de jeu lucratif pour les «Big pharmas» au détriment de la recherche anti-coronavirus ?  25/05/2020

L'UE, terrain de jeu lucratif pour les «Big pharmas» au détriment de la recherche anti-coronavirus ?
























Dans un rapport d'enquêtes, deux ONG reprochent à la Commission européenne de laisser l'industrie pharmaceutique contrôler des fonds publics de recherche. Avant la crise, les Big pharmas auraient écarté la recherche de vaccins contre les coronavirus.

Respectivement impliquées dans les politiques budgétaires de santé et dans l'observation du lobbying à l'échelle de l'UE, les ONG «Action Santé Mondiale» et «Corporate Europe Observatory» ont publié ce 25 mai les résultats de deux rapports d'enquête, dénonçant d'une seule voix le fait que «l'industrie contrôle l'usage de milliards d'euros de fonds européens pour la recherche, néglige[ant] l'intérêt public». L'enquête menée par Action Santé Mondiale porte précisément sur le rôle du secteur pharmaceutique dans des mécanismes de recherche mis en place par l'UE, tandis que l'autre porte sur l'utilisation du budget de recherche alloué aux questions climatiques.

"12 ans que l'industrie pharma utilise l'IMI pour servir ses intérêts commerciaux"

L'intérêt public négligé, selon les ONG

Les deux organismes expliquent notamment en être arrivés à la conclusion que le lobby européen des «Big pharmas» − représenté par la fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques (EFPIA) − a contrôlé l’usage de «2,6 milliards d’euros de fonds publics de recherche entre 2008 et 2020, ceux mis à la disposition de l’IMI [Initiative en matière de médicaments innovants]», en référence à un partenariat public-privé établi par l'UE dès 2008 et dont l'objectif affiché est de «faire progresser la mise au point de médicaments en facilitant la collaboration ouverte avec le secteur de la recherche».

«12 ans que l'industrie pharma utilise l'IMI pour servir ses intérêts commerciaux, par exemple pour faire pression sur les régulateurs sur des questions cruciales comme les normes de sécurité des nouveaux médicaments», affirme ce 25 mai Action santé mondiale sur son compte Twitter.



L'IMI : un mécanisme européen très rentable pour les Big pharmas

Fait notable, l'ONG Action Santé Mondiale fait état, en page 8 de son rapport, d'un commentaire publié en 2011 par l'EFPIA sur son site − et supprimé par la suite − pour le moins révélateur de l'intérêt pécuniaire que le partenariat public-privé susmentionné pourrait procurer aux sociétés privées du secteur pharmaceutique : «L'industrie pharmaceutique bénéficie de découvertes faites dans le cadre de projets dont les coûts sont plusieurs fois supérieurs à la contribution individuelle de chaque société privée. Les projets [financés par] l'IMI permettent un travail que les entreprises auraient dû faire de toute façon», n'hésitait pas à se féliciter le lobby pharmaceutique européen, vantant ainsi des économies considérables réalisées par les acteurs privés.

Dans un résumé présentant les résultats de leurs enquêtes, les deux ONG déplorent alors des partenariats octroyant «des privilèges et des avantages» au secteur privé tout en imposant «des devoirs et des obligations» au secteur public, et décrivent un système qui, selon elles, est à l'origine d'une certaine «négligence vis-à-vis de la préparation aux épidémies».

«Le financement public de la recherche est un investissement précieux et stratégique dans la production de connaissances pour l’avenir [...] Mais l’intérêt général est-il réellement servi par ces "partenariats" de recherche avec le secteur privé ? Les observations rassemblées dans ces deux rapports indiquent que non», regrettent les deux ONG, qui affirment par ailleurs avoir découvert au sein de l’IMI «plusieurs projets censés aider l’industrie à influencer la législation sur l’évaluation de l’innocuité des nouveaux produits pharmaceutiques [ou encore] à accélérer l’octroi des autorisations de mise sur le marché en abaissant les normes en matière de preuves pour les nouveaux médicaments».

La recherche de vaccins contre les coronavirus balayée par les «Big pharmas» avant la crise ?

Un "candidat prometteur pour traiter le coronavirus" avait déjà été évoqué en 2016, mais ce dernier n’a pas retenu l’attention de l’industrie pharmaceutique

«Depuis 2003 et l’apparition du virus du SRARS – cousin proche du nouveau coronavirus – plusieurs voix de chercheurs se sont élevées pour réclamer l’accélération du développement d’outils médicaux nécessaires pour faire face à ce type de virus. Un "candidat prometteur pour traiter le coronavirus" avait déjà été évoqué en 2016, mais ce dernier n’a pas retenu l’attention de l’industrie pharmaceutique et cette piste n’a donc pas été approfondie. Ce n’est qu’aujourd’hui, alors que la pandémie fait rage et que des fonds publics d’urgence sont mobilisés pour y répondre, que l’industrie se montre intéressée par le développement de vaccins et de traitements», peut-on encore lire dans le compte-rendu de Corporate Europe Observatory.

L'organisme reproche en effet à la Commission européenne de ne pas avoir la main sur ces partenariats qu'elle a pourtant participé à mettre en place. «De multiples évaluations ont déjà tiré la sonnette d’alarme sur les processus de gouvernance et de définition des programmes de l’IMI, dominés par l’industrie. Pourtant, au lieu de s’attaquer aux problèmes principaux, la Commission n’a pas réussi à reprendre le contrôle du partenariat, se préoccupant plutôt de dévier les critiques à grands renforts de communication», dénoncent encore les ONG qui remettent en cause l'hypothèse qu'un partenariat public-privé «dont l’agenda de recherche est défini par des intérêts commerciaux», puisse servir l'intérêt général.

Tous deux partisans revendiqués d'une Union européenne plus transparente et plus sociale, les deux organismes concluent leur présentation par une série de recommandations visant, entre autres, à mieux contrôler les mécanismes de financements en question. En substance, les ONG réclament par exemple de «sérieuses réformes de transparence et d’inclusion».

https://francais.rt.com/international/75341-ue-terrain-jeu-lucratif-pour-big-pharmas-interet-public-neglige-selon-ong

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires