L'ONU juge "choquants" et "honteux" les propos injurieux de Trump sur Haïti et l'Afrique  12/01/2018

L'ONU juge "choquants" et "honteux" les propos injurieux de Trump sur Haïti et l'Afrique












L'ONU a jugé que les propos, rapportés par des médias, de Donald Trump à l'encontre de plusieurs nations africaines et de Haïti, qu'il a qualifiés de "pays de merde" lors d'une réunion à la Maison-Blanche, étaient "choquants", "honteux" et "racistes".
"Si c'est confirmé, il s'agit de commentaires choquants et honteux de la part du président des Etats-Unis. Désolé, mais il n'y a pas d'autre mot que +racistes+", a déclaré le porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, Rupert Colville, lors d'un point de presse à Genève.

Trump se laisse aller à des propos injurieux sur Haïti et l'Afrique

Le président des Etats-Unis Donald Trump s'est emporté jeudi lors d'une réunion avec des parlementaires à la Maison Blanche sur l'immigration qualifiant, selon le Washington Post, plusieurs nations africaines ainsi qu'Haïti de "pays de merde".

Le milliardaire républicain recevait dans le Bureau ovale plusieurs sénateurs, dont le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Durbin, pour évoquer un projet bipartisan proposant de limiter le regroupement familial et de restreindre l'accès à la loterie pour la carte verte. En échange, l'accord permettrait d'éviter l'expulsion de milliers de jeunes, souvent arrivés enfants aux Etats-Unis.

"Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici?", a demandé le président Trump lors des discussions, selon le quotidien qui cite plusieurs sources anonymes. Selon elles, l'homme d'affaires devenu président faisait référence à des pays d'Afrique ainsi qu'à Haïti, expliquant que les Etats-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège, dont il a rencontré la Première ministre la veille. Toujours de même source, les sénateurs présents ont été déconcertés par ces propos.

La Maison Blanche n'a pas nié que le président américain a tenu ces propos. "Certaines personnalités politiques à Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain", a souligné un porte-parole de l'exécutif, Raj Shah, dans un communiqué. "Comme d'autres nations ayant une immigration fondée sur le mérite, le président Trump se bat pour des solutions durables qui renforcent notre pays en accueillant ceux qui contribuent à notre société, font croître notre économie et s'assimilent à notre grande nation", a-t-il poursuivi.

Les parlementaires étaient présents pour évoquer les discussions entre les responsables des deux partis pour encadrer le sort des "Dreamers", les jeunes bénéficiaires du programme appelé Daca (Deferred Action for Childhood Arrival), hérité de l'administration Barack Obama. Les négociations sont ardues entre la Maison Blanche et les parlementaires sur ce projet.

En septembre, le président Trump a abrogé le programme qui a permis à 690.000 jeunes, entrés illégalement aux Etats-Unis alors qu'ils étaient enfants, de travailler et d'étudier en toute légalité en les protégeant de l'expulsion. Il a donné jusqu'au 5 mars au Congrès pour trouver un compromis.

Les États-Unis n’ont pas besoin de ressortissants de «trous à rats», selon Trump

Lors de sa rencontre avec des membres du Congrès, le Président Trump a déclaré que les États-Unis n’avaient pas besoin de migrants en provenance de «trous à rats», écrit Politico.

Lors d'une rencontre à la Maison-Blanche avec des représentants démocrates et républicains pour tenter de trouver un terrain d'entente pour protéger les ressortissants d'Haïti, du Salvador et de certains pays d'Afrique, Donald Trump a remis en question l'aide que les États-Unis devraient apporter à ces «trous à rats», rapporte Politico.

Dans le même temps, le dirigeant américain a annoncé que les États-Unis devraient plutôt accueillir des migrants venus de tels pays comme, par exemple, la Norvège.

De son côté, la Maison Blanche n'a pas démenti l'emploi de l'insulte par le Président Trump.

«Certains politiciens de Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain», a ainsi commenté le représentent de l'administration du Président, Raj Shah.

Néanmoins, cette déclaration présidentielle a suscité une vague d'indignations.

«Ta bouche est le plus infecte des trous à rats dans le monde. De quel droit tu proclames qui est le bienvenu en Amérique et qui ne l'est pas. La grandeur de l'Amérique est basée sur la diversité, ou tu as oublié tes origines immigrées, Donald?», a ainsi écrit sur Twitter l'ex dirigeant mexicain Vicente Fox.

La lutte contre l'immigration était l'une des principales promesses de campagne de Donald Trump. Le 25 janvier dernier, il a signé un décret sur la protection des frontières américaines prévoyant la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique.

https://www.lorientlejour.com/article/1093930/lonu-juge-choquants-et-honteux-les-propos-injurieux-de-trump-sur-haiti-et-lafrique.html
https://www.lorientlejour.com/article/1093905/trump-se-laisse-aller-a-des-propos-injurieux-sur-haiti-et-lafrique.html
https://fr.sputniknews.com/international/201801121034709124-trump-USA-migration/

Commentaires

1.Posté par YYY le 12/01/2018 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Cow-boy méprise trop le monde
PM: Il avait amoindri l'ONU

Le Ma-Joun / géni Dumbo s' enflant d'orgueil a les oreilles qui repoussent.

2.Posté par Saber le 13/01/2018 00:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Normal, il se voit en humain de la clique du peuple élu.

Nouveau commentaire :


Publicité

Brèves



Commentaires