L'Algérie peut désormais accéder aux marchés financiers internationaux  09/06/2019

L'Algérie peut désormais accéder aux marchés financiers internationaux

























L'Algérie peut désormais accéder aux marchés financiers internationaux grâce à la signature récemment d'un accord entre la COSOB et l'Organisation Internationale des Commissions de Valeurs (OICV), a indiqué dimanche le président de la Commission, Abdelhakim Berrah.

"L'Algérie était sur la liste grise des pays qui ne coopèrent pas avec l'OICV. De ce fait, elle ne pouvait pas accéder au marché de capitaux étrangers. Maintenant qu'elle a signé le Multilateral Memorandum of Understanding (MMoU), elle rejoint la communauté internationale des pays coopérant contre le blanchiment d'argent via les marchés financiers et les infractions boursières transfrontalières", a précisé dans un entretien à l'APS.

Il a tenu, toutefois, à préciser que l'Algérie, même avant la signature du MMoU, "n'avait rien à cacher" en matière d'informations financières. Elle avait juste un cadre juridique qui ne lui permettait pas d'échanger ce genre d'informations avec le reste du monde.

Il a fallu que la loi de finances 2018 soit promulguée pour donner la possibilité à la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de bourse (COSOB) d'échanger ces informations avec les 122 autres signataires du MMoU.

"Si un pays signataire ouvre une enquête sur un opérateur suspecté de fraude, il peut demander à toutes les autorités de régulation signataires du MMoU, à savoir tous les pays à l'exception des pays en guerre comme le Yémen, l'Irak et la Lybie, des informations sur cet opérateur", a encore expliqué M. Berrah.

La signature du MMoU met ainsi l'Algérie aux normes internationales et vient compléter les autres mécanismes d'entre-aides judiciaires et d'échange d'informations déjà existant en matière de lutte contre le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme, la corruption et la fraude transfrontalière.

De ce fait, "l'Algérie pourra envisager d'ouvrir sereinement sa Bourse à l'investissement étranger et attirer des investisseurs internationaux, du moment qu'il sera plus facile, grâce au MMoU, d'obtenir des informations sur l'origine des fonds investis et sur l'identité des investisseurs et des bénéficiaires effectifs". Afin de vulgariser les avantages du MMoU, il a indiqué que la COSOB organisera en septembre prochain un atelier technique pour informer toutes les parties concernées sur son fonctionnement pratique.

http://www.aps.dz/economie/90400-l-algerie-peut-desormais-acceder-aux-marches-financiers-internationaux

Commentaires

1.Posté par Groove le 10/06/2019 03:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"L'Algérie peut désormais accéder aux marchés financiers internationaux" à condition de vendre son âme au diable ...

2.Posté par anonyme le 10/06/2019 10:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lire " l’Algérie pourra désormais se faire dépecer par les financiers internationaux".

3.Posté par Moi le 11/06/2019 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ben si vous n´avez pas de vrais financiers, oui vous allez vous faire bouffer ! mais si vous avez de vrais géstionaires là c´est autre chose , tout dépend de vous , faut arréter la victimisation a tout va .......

4.Posté par Groove le 11/06/2019 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Moi ,elle est où la victimisation ? Les Algériens ne sont pas ceux de la secte pleurnicheuse qui détiennent en passant tous les systèmes économiques et financiers par le biais des banques usurières.

5.Posté par Saber le 11/06/2019 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour déclencher une guerre civile on ne se prendrait pas mieux que de vendre le pays aux prédateurs financiers.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires