Initiative du roi du Maroc : l’Algérie avait déjà posé ses conditions en 2013  08/11/2018

Initiative du roi du Maroc : l’Algérie avait déjà posé ses conditions en 2013













Le roi du Maroc Mohamed VI a tendu la main à l’Algérie ce mardi en proposant la mise en place d’un « mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation » destiné à permettre de régler les différends entre les deux pays.

« En vertu de son mandat, ce mécanisme devra s’engager à examiner toutes les questions bilatérales, avec franchise, objectivité, sincérité et bonne foi, sans conditions ni exceptions, selon un agenda ouvert », a suggéré Mohamed VI, pour qui le futur mécanisme « pourra constituer le cadre pratique d’une coopération, centrée sur les différentes questions bilatérales, notamment celle qui a trait à la valorisation des opportunités et des potentiels de développement que recèle la région du Maghreb ».

Le gouvernement algérien n’a toujours pas répondu à la proposition du Maroc. Cependant, l’Algérie a depuis 2013 posé publiquement ses conditions pour la normalisation de ses relations avec le Maroc, notamment la réouverture des frontières terrestres fermées depuis plus de vingt ans.

« La réouverture de la frontière est une question de souveraineté qui relève du ressort exclusif du gouvernement algérien et les conditions qui doivent y présider sont connues de nos voisins », avait affirmé en juin 2013 Amar Belani, alors porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Ces conditions sont « l’arrêt de la campagne de dénigrement contre l’Algérie », « une coopération sincère, efficiente et productive de résultat contre l’agression que nous subissons au quotidien en matière d’infiltration de drogues » ainsi que le respect de « la position du gouvernement algérien en ce qui concerne la question du Sahara occidental que nous considérons comme une question de décolonisation qui doit trouver un règlement conforme à la légalité internationale au sein des Nations unies ».

Le Maroc avait alors réagi à cette déclaration en faisant part de ses « réserves les plus fortes » : « Le principe même d’introduire une conditionnalité unilatérale dans la normalisation des relations bilatérales est une pratique d’un autre âge [et] dénote une culture politique d’une ère révolue, en total déphasage avec les exigences et les perspectives du 21 siècle », avait estimé le ministère des Affaires étrangères marocain.

https://www.tsa-algerie.com/initiative-du-roi-du-maroc-lalgerie-avait-deja-pose-ses-conditions-en-2013/

Commentaires

1.Posté par Boukalbouza le 08/11/2018 22:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faut dormir debout que de croire à ce dialogue de la ruse, sans l'autoditermination du peuple opprimé Sahraoui, les pays de la région du Maghreb sont condamnés.
entre la monarchie marocaine et la république algérienne il y a un contentieux de plusieurs problèmes à régler qui ne peuvent être balayé d'un seul coup sur des vagues promesses.
l'Algérie ne sort pas de cette position, l'Algérie soutient les causes justes c'est a dire l'indépendance des pauvres opprimés sahraouis comme nos frères palestiniens. quant au problème de la frontière, l'Algérie est une nation un état indépendant libre et souverain de sa politique. et puis la réouverture des frontières est une question de souveraineté nationale, et l'Algérie est un pays souverain.
aucun pays ne peut dicté sa politique à l'algerie.

2.Posté par Dias le 09/11/2018 04:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelque que soit l’accord, la manipulation émanant du Maroc reste un danger certain pour l’Algerie. La frontière doit restée fermée car la politique marocaine a toujours été et le restera basée sur le mensonge et la traîtrise, inutile de vous rappeler que Hassan 2 avait permis à l’entité sioniste scélérate d’infiltrer une réunion des pays arabes dans un hôtel au Maroc et avait permis la destruction des points stratégiques égyptiens, ou 1963 l’attaque du Maroc contre l’Algérie alors que cette dernière sortait de huit années de guerre terrible, donc affaibli.
Le Maroc reste une arrière cours d israel et l’Algérie n’a rien à gagner avec ce pays

3.Posté par sinc le 09/11/2018 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"examiner toutes les questions bilatérales, avec franchise, objectivité, sincérité et bonne foi, sans conditions ni exceptions"
c'est déjà une condition que pose le Maroc, donc c'est niet pour l'Algérie.

4.Posté par Moi le 09/11/2018 14:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous ne passez que les commentaires Algeriens ceci est une injustice manifaste

5.Posté par Saber le 09/11/2018 20:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La meilleur initiative que pourrait prendre le roi du Maroc c'est de clore le dossier des sahraouis en acceptant leur indépendance simplement.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires