Gilets jaunes : Pénicaud demande aux entreprises un effort sur les salaires, refus net du Medef  07/12/2018

Gilets jaunes : Pénicaud demande aux entreprises un effort sur les salaires, refus net du Medef

























Pour répondre à la crise, le ministre du Travail s'est tournée vers les entreprises, leur demandant de faire un geste sur les salaires. Une requête catégoriquement rejetée par le Medef, qui refuse d'être le «bouc émissaire d'une révolte fiscale».

A l'approche de l'acte 4 de la mobilisation des Gilets jaunes, très redouté par le gouvernement, le ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a essayé de trouvé un soutien auprès des entreprises, leur demandant de faire leur part face à l'«urgence sociale absolue».

«Il faut y aller, tout le monde peut faire quelque chose, donc tout le monde doit faire quelque chose dans cette dynamique. [...]. Il faut partager un peu la valeur», a-t-elle appelé de ses vœux le 7 décembre sur BFM Business, estimant que le gouvernement apportait déjà sa contribution avec la loi Pacte, qui va selon elle permettre d'augmenter l'intéressement et la participation, et la loi Avenir professionnel qui vise à augmenter les salaires des femmes.



«Que les grandes entreprises montrent l'exemple, et il y en a beaucoup qui sont prêtes à le faire, qui le disent. Et il y a des branches qui ont fait l'accompagnement des salaires ces dernières années, d'autres moins. Je sais qu'elles sont prêtes à le faire, il faut le faire», a-t-elle encore martelé.

Elle a toutefois tenu à rassurer le patronat, expliquant que sa requête n'avait rien de contraignant, le gouvernement n'ayant pas l'intention pas légiférer sur la question : «On ne va pas imposer par la loi une augmentation générale des salaires, ça n'a pas de sens, on détruirait de la compétitivité et de l'emploi.»
Le Medef refuse que les entreprises deviennent le «bouc émissaire d'une révolte fiscale»

Mais le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux n'a que très peu goûté les propos du ministre, refusant que de voir les entreprises stigmatisées par le gouvernement dans cette crise. «Je ne voudrais pas que cette révolte fiscale se transforme en mettant en accusation des entreprises qui font leur travail. On pointe du doigt les entreprises alors que c'est un problème d'impôt», a-t-il regretté au micro de France Inter.

«On est en train de faire des entreprises le bouc émissaire de cette révolte fiscale», a-t-il poursuivi, plaidant pour une baisse des dépenses publiques, afin de pouvoir baisser les impôts «de tous les Français». «Si on se tourne vers les entreprises pour augmenter les impôts, malheureusement le chômage va repartir à la hausse», a-t-il en outre fait valoir.

Geoffroy Roux de Bézieux a en revanche qualifié de «bonne idée» la mise en place d'une prime exceptionnelle de fin d'année défiscalisée à laquelle le gouvernement s'est dit favorable, précisant que dans les secteurs «où ça va bien on pourra faire un geste».

Le sujet, au même titre que la prime transport évoquée par le gouvernement, devrait être abordé ce 7 décembre à l'occasion d'une réunion entre la ministre du Travail et les organisations syndicales et patronales. Une réunion à laquelle ne participera pas la CGT, qui a expliqué son absence par un refus de se laisser «récupérer» par le gouvernement.

https://francais.rt.com/france/56364-gilets-jaunes-penicaud-demande-entreprises-effort-salaires-refus-net-medef

Commentaires

1.Posté par YYY le 07/12/2018 14:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

....Mais il convient de mettre également en cause les familles et les compagnies qui exigèrent, et reçurent cette rançon. Parmi elles, figure Jean-Joseph de Laborde, qui possédait sur l'île trois plantations de cannes à sucre, et possédait environ 1400 esclaves. Il possédait également trois navires négriers, le "Rosalie" (du nom de sa femme), le "Pauline" et le "Natalie" (du nom de ses deux filles).
Aujourd'hui, parmi ses descendants directs figure le Baron Ernest-Antoine Seillière de Laborde, qui possède plusieurs fonds d'investissement, et qui fut le président du Medef (syndicat des patrons français) et de Business Europe (syndicat des patrons européens). En outre, le Baron est l'un des propriétaires d'une très grande banque, NMSD, qui fait partie du conglomérat, ABN-AMRO (aux Pays-Bas), qui a recueilli les actifs de la Banque Mallet, elle-même très impliquée dans l'histoire de la traite, de Gorée (la Banque Mallet finança l'expédition qui permit de conquérir et d'exploiter l'île), et de l'économie coloniale dans les Antilles.
https://www.alterinfo.net/L-immense-fortune-des-Rothschilds-proviendrait-de-l-esclavage-et-de-la-colonisation_a143213.html

Al-An'am S6 V66
بِسْمِ اللَّـهِ الرَّحْمَـٰنِ الرَّحِيمِ
وَكَذَّبَ بِهِ قَوْمُكَ وَهُوَ الْحَقُّ ۚ قُل لَّسْتُ عَلَيْكُم بِوَكِيلٍ
66) Et mentant de ceci ''ton peuple/qaou-mouka" alors que ''ce'' c'est la vérité. Dis: Je ne suis pas votre garant.

At-Tahrim S66 V6
بِسْمِ اللَّـهِ الرَّحْمَـٰنِ الرَّحِيمِ
يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا قُوا أَنفُسَكُمْ وَأَهْلِيكُمْ نَارًا وَقُودُهَا النَّاسُ وَالْحِجَارَةُ عَلَيْهَا مَلَائِكَةٌ غِلَاظٌ شِدَادٌ لَّا يَعْصُونَ اللَّـهَ مَا أَمَرَهُمْ وَيَفْعَلُونَ مَا يُؤْمَرُونَ

A6) 0 vous ceux qui sont croyants '' veillez à / qou / parer-garder '' vos propres personnes et vos familles d'un Feu d'hommes et de pierres sur ce des Anges rudes, sévères-immenses, qui ne désobéissent pas à Allah en ce qui est leur est prescrit et ils font ce qui leur est prescrit-ordonné.
A6) O vous qui avez cru! Préservez vos personnes et vos familles, d'un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres, surveillé par des Anges rudes, durs, ne désobéissant jamais à Allah en ce qu'Il leur commande, et faisant strictement ce qu'on leur ordonne.
A6) Ya a you ha alladzina amanou qou anfousa-koum wahlikoum naran wa qoudouha al-nasou wa al hijaratou 'alayha malaikatoun riladzun shidadun la ya'souna Allah ma amara-houm wa yaf'alouna ma youmaroun

Al-Muddathir 74 ayat 34
وَالصُّبْحِ إِذَا أَسْفَرَ

2.Posté par Saber le 07/12/2018 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un bras de fer est nécessaire entre le peuple et le Medef.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires