Gilets jaunes: «Édouard Philippe verse une citerne d’huile sur le feu de la révolte»  09/01/2019

Gilets jaunes: «Édouard Philippe verse une citerne d’huile sur le feu de la révolte»
























Les Gilets jaunes sont revenus en force en ce début d’année avec l’Acte VIII. Alors que des manifestations sont prévues le 12 janvier et que le gouvernement a annoncé encore plus de fermeté face aux contestataires, quel est le sentiment des manifestants? Des forces de l’ordre? Sputnik a contacté les deux parties pour faire le point.

Avec la semi-trêve observée durant les fêtes, le gouvernement espérait que le mouvement des Gilets jaunes ne passerait pas l'année. Il n'en a rien été. Comme si les vœux offensifs du Président avaient soufflé sur les braises, la flamme de la contestation qui échauffe la France depuis le 17 novembre est repartie de plus belle. Jusqu'à faire céder la porte du secrétariat d'État de Benjamin Griveaux lors de l'Acte VIII, le 5 janvier. Passons l'habituelle bataille des chiffres (50.000 manifestants pour Beauvau, 300.000 pour France Police —Policiers en colère), les nombreuses photos circulant sur les réseaux sociaux ont montré des cortèges jaunes un peu partout à travers le pays.





Les Gilets jaunes ne veulent rien lâcher et ont envoyé un message fort à l'exécutif. Le retour en force de la contestation s'est accompagné de son lot de violences. En dehors de l'exfiltration en urgence du porte-parole du gouvernement, des véhicules ont été incendiés à Paris, des barricades montées et un ancien boxeur, Christophe Dettinger, a joué des poings contre les gendarmes sur une passerelle de la capitale.

En province, la mairie de Rennes a été attaquée et des heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont été observés à Nantes, Beauvais ou Bordeaux. Liste non exhaustive.

«On ne parle que des violences, tout ce qui est pacifique est passé sous silence. Les médias ont une grande part de responsabilité et attisent la colère dans la rue. J'étais à Nice pour l'Acte VIII et tout s'est bien passé. On discutait avec la police, on négociait avec eux. Les femmes ont réussi beaucoup de marches pacifiques le 6 janvier. C'était génial!», explique à Sputnik France Charlotte, jeune maman très investie dans la cause des Gilets jaunes sur la Côte d'Azur.

Un message qui n'est pas totalement remonté jusqu'aux oreilles du Premier ministre Édouard Philippe. Lors de la grand-messe du 20 heures, sur TF1, il a annoncé le 7 janvier une prochaine loi «anticasseurs» et malgré les quelque 2.000 blessés et mutilés depuis le début du mouvement, il a promis encore plus de fermeté:

«Dans bien des villes de France, les manifestations se sont passées pacifiquement, mais nous ne pouvons pas accepter que certains profitent de ces manifestations pour déborder, pour casser, pour brûler. Ceux-là n'auront jamais le dernier mot dans notre pays.»

Outre une loi d'orientation et un durcissement des sanctions contre les casseurs, le locataire de Matignon a annoncé la création d'un très controversé fichier de personnes interdites de manifestations, sur le modèle des interdits de stade. Plusieurs magistrats dénoncent déjà des risques d'atteintes aux libertés des citoyens.



Pour Michel Thooris, secrétaire général du syndicat France Police —Policiers en colère, qui est lui aussi vent debout contre la mesure, il faut bien faire la différence entre les casseurs et les Gilets jaunes. Il dénonce un certain amalgame fait par le gouvernement:

«Ce type d'individus, qui vont enfoncer la porte d'un ministère, sont des casseurs professionnels et non des Gilets jaunes. C'est facile d'enfiler un Gilet jaune pour un casseur. Je pense que cela arrange Monsieur Griveaux d'expliquer à l'opinion publique française que ces agissements sont en partie le fait de Gilets jaunes. Je conteste cette version des faits. Je suis un professionnel habitué au maintien de l'ordre et je sais très que ce ne sont pas des Gilets jaunes ordinaires qui ont fait cela et monté une opération de cette envergure sur un coup de tête. Ces casseurs ont l'habitude d'infiltrer les manifestations pour s'adonner à des violences que nous condamnons. Ils profitent du mouvement des Gilets jaunes comme ils profitent des mouvements sociaux en général, du 1er Mai ou de manifestations sportives. Ils portent préjudice au mouvement, mais ne sont en rien des Gilets jaunes.»

Grégoire*, Gilet jaune parisien et de presque tous les rassemblements depuis le 17 novembre, considère que la stratégie du gouvernement va envenimer la situation: «L'allocution d'Édouard Philippe verse une citerne d'huile sur le feu de la révolte. En ne parlant que des casseurs et de la répression, sans évoquer les revendications de Gilets jaunes, toujours soutenus par 55% des Français, il encourage l'embrasement du pays et des actions de plus en plus radicales. En ce qui concerne ces actions, il est amusant de regarder les élites horrifiées par la dégradation de la porte du ministère de Griveaux à coups d'engin de chantier, poursuit-il. Ils pensent que la diffusion de la vidéo va dénigrer les Gilets jaunes, ignorant qu'une bonne partie des Français regardent ces images avec jubilation et une irrésistible envie d'applaudir.»

Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat Vigi-CGT-Police, s'interroge sur une possible stratégie de la tension jouée par l'État:

«En tout cas, on a l'impression qu'ils travaillent pour aboutir à ce résultat. C'est le sentiment que les policiers ont quand ils voient comment ils sont dirigés sur le terrain. Il y a une volonté d'une escalade de la violence afin de décrédibiliser le mouvement plutôt que d'apporter des réponses politiques aux Gilets jaunes. L'État ne peut plus continuer à jouer la confrontation, vu l'état d'épuisement des forces de l'ordre et le fait qu'une partie d'entre eux soutient les propositions des Gilets jaunes sur le pouvoir d'achat. Ces tensions sont créées par des gens dans des bureaux qui ne prennent aucun coup.»

«À la fin de notre manifestation, on est allé remercier les flics et les saluer… C'est triste à dire, mais ils font leur boulot. Et moi, pour l'instant, je n'ai que de bonnes expériences avec eux…», raconte Charlotte. À l'image de cette dernière, beaucoup de Gilets jaunes continuent d'appeler la police à les soutenir. Mais pour d'autres, les échanges de coups entre les deux camps, manifestation après manifestation, ont créé un climat délétère.

La «bataille des cagnottes» en est un bon exemple. Une collecte de dons avait été lancée pour soutenir Christophe Dettinger et sa famille et l'aider à payer ses frais de justice. Devant la polémique entraînée par le montant faramineux récolté en moins de 48 heures (plus de 115.000 euros), Leetchi, filiale du Crédit Mutuel, a décidé de clore la collecte.

Dans le sillage de cette affaire, le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, a lancé sa propre cagnotte, cette fois en soutien aux forces de l'ordre. Elle dépasse déjà les 175.000 euros de dons récoltés.





​La fracture est-elle en train de se creuser entre manifestants et forces de l'ordre? «Je ne pense pas que l'on bascule dans la haine. Il y a des tensions fortes avec certains Gilets jaunes qui ne comprennent pas- et je peux l'entendre- pourquoi ils se retrouvent très encadrés quand ils viennent manifester. Et malheureusement, quand des violences sont commises par des casseurs et que nos collègues ripostent, ils peuvent être touchés. Mais je pense que la population est assez intelligente pour comprendre qu'il est impératif d'assurer le maintien de l'ordre public et de lutter contre les casseurs. On ne peut pas laisser un groupe d'individus rentrer dans l'Assemblée nationale et tout saccager», estime Michel Thooris.

«La France est en retard d'un siècle sur la question du maintien de l'ordre. Nos effectifs sont très bien formés, mais encore faut-il que le pouvoir et la haute hiérarchie les utilisent à bon escient afin d'éviter les blessés. Dans les pays du Nord existent des modèles qui marchent très bien avec une désescalade de la violence. En France, le gouvernement et le ministère de l'Intérieur ont choisi de sortir les biceps et d'aller à la confrontation pour que l'on prenne les pavés à leur place faute d'une réponse politique à un problème social. Nous espérons arrêter de prendre des coups à cause de ces gens-là et que ces derniers prennent leurs responsabilités afin de sortir de la crise dans laquelle on se trouve. Dans le cas contraire, les blessés continueront d'augmenter et l'on ne va jamais s'en sortir.»

Si Charlotte admet que les forces de l'ordre ne font «qu'exécuter des ordres», elle s'inquiète de l'engrenage de la violence qui provoque des blessés dans les deux camps: «On a eu des Gilets jaunes qui ont eu des mains arrachées, certains éborgnés, d'autres mutilés. Des gens dont la vie ne sera plus jamais la même. Et ils n'étaient pas des casseurs! Et vous savez ce que ça donne? Ça donne un boxeur mains nues face aux gendarmes ou des gens qui oublient qui est l'ennemi et se défoulent sur les flics!»

«Je rappelle une nouvelle fois que les policiers ne font qu'appliquer les ordres de l'autorité administrative. Ils obéissent aux préfets qui eux-mêmes ont des consignes du ministère de l'Intérieur. Le niveau de sévérité du maintien de l'ordre est défini par le politique et si aujourd'hui on voit une extrême fermeté —pour ne pas dire autre chose- à l'égard des Gilets jaunes, ce n'est pas un souhait de mes collègues», s'insurge Michel Thooris.

Grégoire se désole également de cette situation et rend le gouvernement responsable: «Le fossé entre le peuple et les décideurs paraît infranchissable. Les élites perdent complètement les pédales et se montrent de plus en plus enragées. Tous ceux qui se sont rendus aux rassemblements ont constaté que les ordres consistent à s'en prendre aussi aux pacifistes les plus faibles (jeunes femmes, personnes âgées) afin de réduire les rassemblements à une poignée de casseurs impopulaires. Mais il semblerait que la solidarité entre les Gilets jaunes soit indestructible, tout comme leur détermination.»

Pour les Gilets jaunes et policiers interrogés par Sputnik France, c'est du côté politique que viendra la solution pour mettre fin aux affrontements. Comme l'explique Alexandre Langlois:

«La majorité des Français soutient le mouvement sur les questions de pouvoir d'achat. Ils veulent vivre et non plus survivre. Ils veulent pouvoir profiter un peu de la vie et du fruit de leur travail. Selon Monsieur Macron, le travail paie, et bien il est temps de passer aux actes. Les signaux envoyés comme le gel du point d'indice pour les fonctionnaires ou l'absence de prime de fin d'année comme demandé au secteur privé vont dans le sens inverse. Et pendant ce temps-là, on change les moquettes à l'Élysée… Et avant de défiscaliser les heures supplémentaires, qu'ils commencent par les payer. Je rappelle que dans la police nationale, nous en sommes à 1.300 ans d'heures supplémentaires non payées.»

Même son de cloche chez Michel Thooris: «Le gouvernement envoie des signaux qui contribuent à mettre de l'huile sur le feu. Ils passent leur temps à insulter les Gilets jaunes sans répondre à aucune de leurs revendications. Dès le 17 novembre, je disais que la réponse à cette crise devait être politique. Vous avez une mesure simple à prendre: le référendum d'initiative citoyenne ou RIC. Dès le lendemain, les manifestations cessent et les Gilets jaunes rentrent chez eux. Le pouvoir est dans une posture où il veut montrer les muscles et ne rien céder. Je pense qu'Emmanuel Macron sait qu'il a perdu toute chance de faire un second mandat et il va chercher à faire passer en force les mesures attendues par l'establishment qui l'a mis en place.»

D'après RTL, «216 personnes liées aux violences ont été incarcérées entre le 17 novembre et le 17 décembre» un «chiffre record, inédit dans le cadre d'un mouvement social». Le 20 décembre, le ministère de l'Intérieur avançait les chiffres de 1.843 blessés «civils» et 1.048 chez les Forces de l'ordre. Des chiffres qui ont depuis augmenté. Selon Libération, dix personnes sont mortes en marge du mouvement depuis le 17 novembre, dont trois Gilets jaunes. Comme le rappelle Charlotte: «Des morts on en a déjà eu et malheureusement j'ai peur que cela continue.»

«Nous sommes face à des Gilets jaunes qui n'ont plus grand-chose à perdre. Ils souffrent, ne finissent pas leurs mois, ne se nourrissent pas correctement. La détermination est là. Et tant que la réponse politique ne sera pas à la hauteur, cela ne s'arrêtera pas. Jusqu'où cela peut-il aller? Difficile à dire. Mais d'acte en acte, de manifestation en manifestation, les violences se multiplient, une minorité de Gilets jaunes commencent à se radicaliser. Nous sommes, en tant que syndicat de policiers, très inquiets que l'on finisse par avoir des morts directement lors des heurts dans les manifestations. Si c'est le cas, je ne vois pas comment le gouvernement pourrait se maintenir à la tête du pays», souligne Michel Thooris.

Un point de vue qui est soutenu par le secrétaire général du syndicat Vigi-CGT-Police:

«Si la réponse politique est à la hauteur, les gens rentreront chez eux. Il restera peut-être une partie d'individus qui veulent aller plus loin, mais vu leur nombre réduit, la police sera parfaitement capable de les encadrer et ils n'auront pas le soutien massif de la population», affirme quant à lui Alexandre Langlois.

L'Acte IX est d'ores et déjà annoncé sur les réseaux sociaux. Sur les différents groupes de manifestants, la détermination semble intacte. Du côté du gouvernement, le dispositif de sécurité annoncé comptera pas moins de 80.000 policiers sur l'ensemble du territoire, dont 5.000 à Paris. C'est le niveau de sécurité qui était en place… mi-décembre.

*le prénom a été changé

https://fr.sputniknews.com/france/201901091039579250-gilets-jaunes-police-violences-manifestations-macron/

Commentaires

1.Posté par Jacques Castelli le 09/01/2019 21:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le religieux Frère ELYÔN avait prophétisé avant février 2006, avant même qu'il y ait des problèmes économiques en 2008,
qu'il y aurait de grandes manifestations, cela est écrit à la page 37 du pdf de son Ouvrage Sacré "l'Appel de Dieu".
Voilà une citation : "Aussi, les quelques prochains signes suivants ( non exhaustifs ) seront synonymes de guerre
imminente. A savoir : recrudescence du chômage dû
à la fermeture de nombreuses entreprises,
mesures illusoires apportées pour les emplois dans la
globalité et des jeunes en particulier, duperies,
mensonges outranciers et abus de pouvoir des
gouvernements, sérieux problèmes économiques,
augmentation des taxes et charges, endettement de la
France, de plus en plus de mécontentements,
de manifestations et de grèves."
Il savait que des grandes manifestations comme celle des "Gilets Jaunes" du 17 novembre 2018 se produiraient, voilà encore une preuve
que Frère ELYÔN dit la vérité ! En lisant ses écrits, vous comprendrez tout ce qui se passe et se passera dans le monde !
http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/
Si vous êtes sensible à ces informations, il est DECISIF que vous en parliez à d'autres personnes autour de vous
s'il vous plait.

2.Posté par Christian SÉBENNE le 10/01/2019 22:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est certain que si les Gilets Jaunes sont dans la misère totale, poussés par la faim et la hantise du lendemain, leurs revendications sont fondées, or, il faut bien voir que face à eux, les policiers et les gendarmes sont majoritairement lucides quand aux causes des maux qui rongent notre pays et ceux-ci font bien le distinguo entre Gilets Jaunes et casseurs, d’autant que les policiers et gendarmes sont quasiment dans la même galère que les Gj et souffrent aussi des inégalités sociales, fiscales et de l’injustice devenue la règle.

Comment en est on arrivé là,

Ce drame vécu par les Français ne date pas d’aujourd’hui et est le résultat d’un exécutif déjà “border line“ depuis des lustres, à savoir qu’avec l’élection de l’étranger Nikola Sarkôzy qui s’est fait élire sous un faux nom et que le Conseil Constitutionnel aurait du en application de la Loi invalider son élection, à dater de cette vaste magouille on a assisté à une descente aux enfers qui n’a fait que s’amplifier aux fils des « Affaires » dans tous les rouages de l’Etat du fait d’une mafia ENARchique dont les seuls idéaux sont de s’en mettre plein les poches, voler le bien de nos compatriotes et de l’État, puis démanteler stricto sensu le pays France.

La gangrène étant dans la place et devenue hystériquement un mode de gouvernance à part entière, dès lors comment s’étonner des faits et gestes de la Sark-Hôllanderie ayant ouvert la porte du pays France par Haute trahison à des Forces étrangères en nous mettant sous leur dépendance et esclavage, violant en linéaire la Constitution et nos lois pour nous plonger dans des guerres perpétuelles de rapines au profit de forces occultes maçonniques sionistes, nous affligeant en prime d’une immigration invasive barbare.

Partant de là, démolissant sciemment notre pays avec la complicité d’une presse aux ordres, détruisant nos us et coutumes, nos lois, encensant le mal et diabolisant le bien, tout étant faussé, devait arriver ce qui est arrivé avec la prise illégale et illégitime du pouvoir par le Franc-Macron et sa horde de décérébrés dans l’échelle des valeurs, ayant fini de dilapider tout ce que des générations ont construit, ce pouvoir qui n’en est pas un, ne comprend pas que le peuple devenu conscient n’avale plus les escroqueries ni les mensonges de ce pseudo gouvernement.

Alors, Macron président par violation des élections, il est donc dans la logique des faits, que plus on le laissera faire, lui et sa bande d’usurpateurs, plus la chienlit s’installera et nous mène au chaos.

Macron a été éliminé au premier tour, mais le gouvernement a falsifié le résultat, il y a une zone d’ombre sur 6 millions d’électeurs ? Ils ont osé le faire…

https://lilianeheldkhawam.com/2017/04/27/une-zone-dombre-sur-6-millions-delecteurs-liliane-held-khawam/ voir en Pdf si besoin

Elections présidentielles 2017 : Preuve avérée de trucage des résultats
Publié le 28 avril 2017

http://vahineblog.over-blog.com/2017/04/elections-presidentielles-2017-preuve-averee-de-trucage-des-resultats.html voir en Pdf si besoin

Donc si le RIC est une revendication louable, mais la seule solution contre ces mafias et sectes qui ont pris les rênes du pouvoir, est de procéder comme l’a réalisé l’Islande, entre autres ; « l’incarcération immédiate de tous ces politicards félons, ainsi que la bande de Banksters et d’hommes de lois véreux qui n’ont qu’un seul objectif : le vol et encore le vol de vos avoirs et de vos biens, et dont la seule planche de salut est la culture du diviser pour mieux régner, et enfin, se sortir de cette Europe-OTANazie, et que l’État reprenne son droit régalien à émettre sa monnaie ».

En l’espèce les revendications des Gilets Jaunes sont fondées et soutenues par 80% des Français.

Christian Sébenne

3.Posté par Saber le 11/01/2019 00:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment en est on arrivé là?

Il faut voir un peu du coté du protocole 18 des singes de sion.

Les protocoles en audio.

4.Posté par Christian SÉBENNE le 11/01/2019 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

réponse @ Saber,

Entièrement d’accord avec vous pour en avoir fait état en d’autres circonstances, en prime, à cela vous pouvez y ajouter inclus le Talmud, véritable mode d’emploi et école du crime.

https://michelduchaine.com/2017/04/25/les-dossiers-de-michel-duchaine-les-racines-talmudiques-du-sionisme/

Talmud qu’encensait de façon tout à fait décomplexé l’ancien ministre en exercice Jean-Jacques Urvoas, dès lors, comment s’étonner des dérapages de nos cousins adeptes du « Rise and Kill first ».

https://www.atlantico.fr/decryptage/3301514/rise-and-kill-first--le-livre-qui-revele-les-secrets-de-la-strategie-israelienne-d-elimination-ciblee-des-ennemis-de-l-etat-hebreu

La France est un pays occupé qui vit sous occupation étrangère dont l’apparatchik est totalement infiltré et inféodé par les sionistes dont les petites ficelles Ben-Allah sont très « Maussade ».

A propos des fameux « Protocoles des sages de sion », je me permets d’ajouter ceci, le sempiternel argument des Hébreux, afin les ridiculiser et dire que ce sont des faux, il est bon de préciser que : « Au terme d’une très longue procédure en 1937, le Tribunal de Berne en Suisse a jugé et statué que les Protocoles des Sages de Sion étaient des écrits authentiques ».

Donc en 1937, les Juifs ont été totalement déboutés de leurs demandes harcelantes pour cacher la vérité, et il est bon de remémorer cet acte notoire de justice.

Merci pour le lien.

Bonne Année à vous

Christian Sébenne

5.Posté par Saber le 12/01/2019 00:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Christian SÉBENNE
Il y a quelques année lorsque j'ai lu ces protocoles pour la première j'avais des doutes telle était mon ignorance sur le monde qui nous entoure mais au fur et à mesure que j'avance dans le temps et en recoupant les évènements en cours je suis sur que ce plan est fait de main de maitre concordant avec notre époque.

Bonne santé et mes meilleurs vœux à toi et à ta famille.

6.Posté par Christian SÉBENNE le 12/01/2019 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Saber bonjour,

Merci pour tes bons voeux,

Comme tu le fais remarquer, les Protocoles découverts en 1760 s’avèrent être le mode d’emploi qui depuis cette époque fut suivi à la lettre comme un Ordre du jour, et tout se recoupe quasiment mot à mot conforté en ce sens par son GPS qu’est le Talmud.

Dans le même ordre d’idées, en 1967, Serge Monast éditait à sa manière une alerte dont le titre est « Les Protocoles de Toronto 666 » suivi par « L’aurore Rouge », une vaste mise en garde, qui, comme ceux de Sion demeurent hélas pertinents de réalisme sur cette politique du Cran qui nous mène à notre extermination, Serge Monast comme bien des visionnaires eut malheureusement une fin tragique.

Il y a quelques années à la demande de Kamel Mabrouk nous avions essayé de faire une rétrospective en comparant les progressions sataniques sur l’ensemble des Protocoles à un moment donné, tout ceci doit pouvoir se retrouver.

https://blideodz.wordpress.com/le-protocole-de-toronto-revisite-ou-en-est-on-partie-01/

Pour ma part, je ne croyais plus en un sursaut du peuple, sursaut matérialisé par le mouvement des Gilets Jaunes, il est tard, mais jamais trop tard, or, l’essentiel est que le mouvement agisse toujours dans le calme malgré les provocations incessantes de ce pouvoir illégitime, et quand on assiste médusé au retour du traitre Sarkôzy en conseiller officiel de l’usurpateur Macron, alors qu’en y ajoutant Hollande il n’y en a pas un pour racheter l’autre tous traitres qui relèvent du peloton d’exécution pour tous les crimes et vols qu’ils ont commis et de nous avoir ruiné, essoré à un stade où ils ont tari la source.

Des généraux ont lancé bien des alertes comme le général Antoine Martinez ou le général Henri Roure et combien d’autres qui voient et décrivent les maux dont sont victimes notre pays et nos compatriotes, par contre, bien des langues plébiscitent le Général Pierre de Villiers pour contrecarrer le mouvement des Gilets Jaunes, à mon sens et sauf erreur de ma part, à moins d’un sursaut de clairvoyance de sa personne, il sera à la manœuvre uniquement pour maintenir les choses en l’état pour sauver la rente des Banksters qui est le fondement de nos malheurs et de notre misère, quand son parcours au sein de l’OTANazie est un « protocole » qui n’augure rien de bon et parachèvera le travail de sabordage de la France. Par contre son frère Philippe a largement contribué à conscientiser les Français sur les miasmes et hautes trahisons de nos politicards.

https://www.secoursdefrance.com/2018/12/09/ce-quun-general-pourrait-penser-sans-oser-le-dire/

Bien sincèrement à toi

Christian Sébenne

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires