François Fillon détaille sa vision de la place de l’islam en France  14/02/2017

François Fillon détaille sa vision de la place de l’islam en France











Malgré la tourmente liée aux soupçons d’emplois fictifs, le candidat Les Républicains aux élections présidentielles poursuit sa campagne, et a achevé ce lundi 13 février une visite de trois jours sur l’île de la Réunion. Pour sa dernière journée, François Fillon s’est rendu à la mosquée Noor-al-Islam de Saint-Denis, pour évoquer sa vision de la place de l’islam dans la société française.

Le candidat à la présidentielle a donc choisi un département d’Outre-mer et l’une des plus anciennes mosquées de France, pour s’exprimer sur la question de l’islam. Et, avec la publication de l’ouvrage Vaincre le totalitarisme islamique il y a quelques mois, François Fillon -alors simple candidat à la primaire de droite et du centre- était attendu au tournant sur ce sujet sensible.

À l’époque, il avait -selon lui- décidé de passer à l’offensive, et d’avoir « le courage de nommer le mal qui nous attaque ». Dans une interview accordée au Figaro en octobre 2016 au moment de la sortie du livre, François Fillon expliquait d’ailleurs que « l’ennemi, c’est le totalitarisme islamique » et qu’il n’y avait « pas de problème religieux en France. Il y a un problème lié à l’islam ».

Fillon sommé de s’expliquer

Lundi matin, les différents responsables musulmans de l’île avaient donc quelques remarques purement linguistiques à suggérer au candidat des Républicains. À l’instar de Houssen Amode, le président du Conseil régional du culte musulman, qui a interpellé l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy : « Nous sommes atterrés par le qualificatif d’islamique accolé au terrorisme », indiquant que « ça n’a rien à voir avec l’islam ».

Francois Fillon a donc été contraint de faire preuve d’un minimum de diplomatie, en saluant l’exemplarité de la cohabitation des religions sur l’île de la Réunion, et d’apporter de la nuance à son propos : « Je comprends que vous soyez choqué quand on parle de ‘totalitarisme islamique’. Il faudrait plus dire que ce sont des totalitaires qui se réclament de l’islam, brandissent le drapeau de l’Islam qui essayent de s’approprier l’islam (…) Ils doivent être combattus par la force mais aussi par notre capacité à vivre ensemble et à faire vivre ensemble toutes les religions… », a-t-il alors concédé selon des propos enregistrés et rapportés par Imaz Press.

Toutefois, en dépit de cette nuance, l’ex-Premier ministre a estimé que la responsabilité pour lutter contre de telles dérives revenait à la communauté musulmane. Ainsi, François Fillon voudrait voir « monter du fond même des citoyens français de confession musulmane ce cri de colère et de protestation contre les extrémistes, pas seulement contre les terroristes », mais « contre ceux qui déforment le message de l’islam et appellent à la division à l’intérieur de la communauté musulmane ».

En meeting à Poitiers la semaine dernière, Francois Fillon avait déjà expliqué que la plupart des musulmans qui « ne posent pas de problème » devraient être aidés « à combattre l’intégrisme » car « c’est d’abord eux qui ont cette responsabilité d’extirper le venin intégriste ».
« Un islam dégagé des influences étrangères »

Si le candidat Fillon défend « évidemment », selon ses termes, « la place de l’islam au sein de la République, au sein de la communauté nationale », il a de nouveau estimé que le Conseil français du culte musulman -mis en place en 2003 quand Nicolas Sarkozy était ministre de l’Intérieur- n’est en l’état pas satisfaisant.

« Je souhaite que nous ayons (…) un CFCM qui soit plus une autorité religieuse. Je ne crois pas que nous ayons besoin d’une organisation du culte musulman en France qui ait un caractère politique. Nous avons besoin de religieux qui soient capables d’influencer la communauté musulmane, qui ne se comportent pas simplement en défendant des territoires, en défendant des influences (…) non, ce que nous voulons ce sont des hommes de foi qui aient une autorité morale ».

En outre, bien qu’il ne désigne aucun pays précis, Fillon estime que « nous savons que les influences étrangères ne sont pas des influences innocentes -je ne les mets pas toutes dans le même panier- mais il y en a qui poursuivent un but politique », a-t-il déploré.

http://www.tsa-algerie.com/20170213/francois-fillon-detaille-vision-de-place-de-lislam-france/

Commentaires

1.Posté par bob le 14/02/2017 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Reste chez toi François !

2.Posté par oh-daz le 14/02/2017 17:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et les français détaillent leur vision de la place de françois fillon en prison......

.." « Un islam dégagé des influences étrangères » ..qu'il dit..
Faut il souligner le fait que la france est sous l'influence de tel aviv depuis un bon bout de temps et que les choses
s'aggravent...

Nouveau commentaire :


Publicité

Brèves



Commentaires