Démission de l’amiral McRaven, ex assassin-en-chef du Pentagone  14/09/2018

Démission de l’amiral McRaven, ex assassin-en-chef du Pentagone























L’amiral William H. McRaven a présenté au secrétaire à la Défense sa démission du Conseil consultatif de l’innovation.

Ce conseil avait été créé en 1996 par le secrétaire à la Défense, Ash Carter, afin de tirer le meilleur parti des industries innovantes de la Silicon Valley. Il réunit des personnalités de l’Internet et des militaires de haut rang.

L’amiral McRaven est entré en opposition frontale avec le président Trump lors du retrait par ce dernier de l’habilitation Secret-Défense de l’ancien directeur de la CIA, John Brennan. Il avait alors publié une tribune libre pour demander par solidarité le retrait de sa propre habilitation. Ce texte avait été publié par le Washington Post [1] le jour même où d’anciens hauts responsables du Renseignement publaient également un texte de soutien à Brennan [2].

Après le publication d’une tribune libre anonyme anti-Trump dans le New York Times [3], cette fois attribuée à un haut fonctionnaire de la Maison-Blanche, McRaven a été prié de présenter sa démission du Conseil où il siégeait.

L’amiral McRaven est devenu célèbre en conduisant l’opération Trident de Neptune (Neptune’s Spear). Il aurait assassiné Oussama Ben Laden dans sa demeure d’Abbottabad, au Pakistan. Cette opération mise en scène par le président Barack Obama, a été vivement contestée par le Pakistan. D’abord parce qu’elle a été accomplie en violation de sa souveraineté et ensuite parce qu’Oussama Ben Laden ne résidait pas à Abbottabad, mais est mort en Afghanistan en décembre 2001. L’amiral McRaven a alors dirigé les Forces spéciales (US SoCom). À ce titre, il a été auditionné par le Congrès et a fièrement révélé pratiquer des assassinats politiques dans 78 pays dans le monde. Le président Obama avait chargé McRaven de constituer un réseau avec les Forces spéciales alliées de manière à pouvoir assassiner n’importe qui, n’importe où dans le monde, en moins de 48 heures [4].

John O. Brennan a mené une longue carrière à la CIA jusqu’à en devenir directeur (2013-17). Il a développé considérablement le programme d’assassinat par drones de l’Agence. Dans ce cadre, il a travaillé étroitement avec l’amiral McRaven. Il est par contre entré en conflit avec le général Michael T. Flynn du Renseignement militaire. Devenu le premier conseiller de Sécurité nationale du président Trump, Flynn a immédiatement fait révoquer Brennan et a tenté de réorganiser la CIA autour de ses missions de Renseignement humain et non plus de liquidation de ses ennemis. Brennan a bientôt mené le combat politique contre Flynn et Trump les accusant d’être des agents russes. Son accréditation Secret-Défense a été révoquée le 15 août 2018.




[1] « Revoke my security clearance, too, Mr. President », by William H. McRaven, Washington Post (United States) , Voltaire Network, 16 August 2018.

[2] “Statement from former senior intelligence officials”, Voltaire Network, 16 August 2018.

[3] “I Am Part of the Resistance Inside the Trump Administration”, New York Times (United States) , Voltaire Network, 5 September 2018.

[4] « La globalisation des Forces spéciales », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie) , Réseau Voltaire, 13 mai 2014.

http://www.voltairenet.org/article202965.html

Commentaires

1.Posté par Ali le 14/09/2018 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un bon fils de p...., j'espère qu' il connaîtra le sort qu'il mérite

2.Posté par Saber le 14/09/2018 20:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une ordure pour l'enfer bientôt.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires