Birmanie : une enquête gouvernementale conclut à l'absence d'exactions contre les Rohingyas  06/08/2017

Birmanie : une enquête gouvernementale conclut à l'absence d'exactions contre les Rohingyas











Une commission d'enquête du gouvernement birman a blanchi dimanche les forces de sécurité des accusations de viols systématiques, meurtres et incendies criminels contre la minorité musulmane des Rohingyas, dont elles font l'objet de la part des Nations unies.

Cette commission a enquêté sur les violences qui secouent l'Etat Rakhine, dans le nord-ouest du pays, depuis l'attaque par des militants rohingyas, en octobre dernier, de plusieurs postes de police proches de la frontière avec le Bangladesh. Plus de 70.000 Rohingyas ont fui la région vers le Bangladesh voisin, dans la foulée d'une campagne de répression de l'armée birmane lancée après ces attaques meurtrières.

L'offensive menée par l'armée a duré plusieurs mois et abouti, selon le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, à un "nettoyage ethnique" et "très probablement" à des crimes contre l'humanité, comme il le dénonçait dans un rapport publié en février.

Le gouvernement birman, au premier rang duquel figure l'ex-opposante Aung San Suu Kyi, a également rejeté la proposition de l'ONU d'envoi d'une mission d'enquête onusienne sur les exactions contre les Rohingyas, imputées à l'armée, et estime que la commission d'enquête gouvernementale est une réponse adéquate.

Annonçant ses conclusions dimanche, cette commission a affirmé ne pas avoir trouvé de preuves que les forces de sécurité birmanes aient mené une campagne systématique de viols, de meurtres et d'incendies criminels. Des "actions excessives" ont probablement été menées par des membres des forces armées ayant un rang subalterne, a-t-elle déclaré dans un communiqué. Mais "certains incidents (violents) semblent avoir été inventés... d'autres avaient peu de preuves pour être vérifiés", a-t-elle détaillé.

La commission d'enquête a également pointé du doigt le rapport de l'ONU datant de février. Ce dernier détaillait, d'après des témoignages de Rohingyas réfugiés au Bangladesh, les exactions de l'armée birmane, de la police et parfois des villageois qui ne sont pas issus de la minorité Rohingya: viols collectifs, meurtres, tortures.

Mais "aucun cas de ce type n'a été découvert" a répondu la commission d'enquête, estimant que les conclusions de l'ONU manquaient d'équilibre et ne reconnaissaient pas la gravité des attaques des militants Rohingyas.

https://www.lorientlejour.com/article/1065960/birmanie-une-enquete-gouvernementale-conclut-a-labsence-dexactions-contre-les-rohingyas.html

Commentaires

1.Posté par Bina le 06/08/2017 21:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand le virus oXidentalise toutes les autres parties du monde, voilà ce que ça donne.

Il faut le dire aussi, l'Islam sera connu du monde grâce à ces gens-là.

Y des gens qui passe leur journée entière à baver sur l'Islam, faire des blogs (pseudo-chrétien), des vidéos, du trollage....c'est devenu le métier le plus pratiqué au monde. Non seulement l'Islam fait gagner beaucoup d'argent mais Il crée des emplois.
Même Macron ou autres en sont incapables.....L'Islam est une bénédiction pour l'humanité...

2.Posté par jobi le 06/08/2017 21:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils paieront tôt ou tard. Patience

3.Posté par issa le 07/08/2017 08:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les nazis birmans seront défaits. Ce que je déplore est que hormis le Bangladesh, certains états dits musulmans ( Malaisie, Indonésie et Singapour ), n'aident pas ces opprimés et pour certains les renvoient carrément en mer s'ils arrivent par embarcations.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires