Après l’Algérie, la France doit reconnaître la colonisation en Tunisie  20/12/2012

Après l’Algérie, la France doit reconnaître la colonisation en Tunisie







Le Président français a reconnu ce jeudi 20 décembre devant le parlement algérien, le système colonial "profondément injuste, brutal et destructeur" en Algérie. François Hollande, en visite d’Etat de deux jours en Algérie, a également admis "les souffrances infligées au peuple algérien". Même s’il a réfuté toute repentance ou excuse pour les exactions commises par ses aînés colonisateurs, Hollande a condamné la colonisation en des termes beaucoup plus francs et forts que ne l’ont fait ses prédécesseurs, et a exigé d’établir la vérité sur "la torture et les massacres", commis pendant la guerre d’Algérie.

L’aveu de vérité du locataire de l’Elysée tranche avec la position affichée jusque-là par la France envers son passé colonial, lequel a été glorifié par la loi de 2005 voté par l’Assemblée nationale et le Sénat français attestant du rôle positif de la colonisation notamment en Afrique du Nord, une loi qui a, à l’époque, provoqué un tollé notamment en Algérie. A l'inverse de notre voisin de l'Ouest, la Tunisie a toujours omis son passé colonial et persiste, hélas, à l'escamoter.

L’occupation française s’est poursuivie pendant plus d’un siècle en Algérie, 132 ans plus précisément, et en a demeuré trois quarts de siècles (75ans) en Tunisie, du 12 mai 1981, date du traité du Bardo instituant le protectorat français au 20 mars 1956, date de l’indépendance. 75 ans au cours desquels toute une génération de militants, des Tunisiens patriotes et dévoués, ont livré une bataille sans merci contre l’occupant, et ont mené avec bravoure le mouvement de libération national ayant conduit à l’indépendance du pays.

Au faîte de la lutte pour l’indépendance, les précurseurs du mouvement national étaient mus par un seul objectif, soit la libération de la patrie et la restitution de la souveraineté et des droits du peuple tunisien. En revanche, plus leur bataille aboutissait, et plus ils étaient proches de la libération, plus les différends les opposant, ont commencé à apparaître au grand jour, a fortiori sur l’orientation qu’allait prendre la jeune Tunisie indépendante. En effet, le différend entre le Premier président de la Tunisie, Habib Bourguiba et le leader Salah Ben Youssef, a éclaté avec la signature des accords ayant mené à la proclamation en juin 1955 par la France de l’autonomie interne de la Tunisie. Ils se sont exacerbés au point de la rupture, avec leur différence d’approche envers le devenir de la nation postcoloniale. Bourguiba était pour la modernisation et la laïcisation de la Tunisie, selon le modèle français occidental, et Salah ben Youssef prônait un modèle nationaliste, panarabe qui voulait inscrire la Tunisie dans sa profondeur arabo-musulmane.

C’est dire que le passé agité et lourd de la Tunisie au cours des dernières soixante années, puise ses racines dans la période coloniale. A l’heure où on parle d’établir la vérité sur notre histoire, et de se réconcilier avec notre passé dans le cadre de la justice transitionnelle, il convient de s’arrêter à l’époque coloniale, de demander à la France de reconnaître les injustices, les exactions et les dérives de son système colonial en Tunisie, et de lever le voile sur toutes les archives, notamment celles portant sur l’assassinat de Farhat Hached en 1952 par la main rouge, et sur les complicités qui ont pu exister côté tunisien.

La loi sur la justice transitionnelle destinée à révéler la vérité sur les épisodes décisifs de l’histoire tunisienne ; sur les sévices et violations contre les droits de l’Homme ; sur les procès politiques contre la gauche, les youssefistes, les nationalistes, les islamistes, les syndicalistes et les vagues de répression qui s’en sont suivies ; sur les tentatives de putsch, etc. couvre la période de 1955 jusqu’à la date de sa promulgation, et passe outre les 74 ans restants de la colonisation française. Or, c’est de cette période qu’a découlé la dictature et les dérives du régime Bourguiba, aggravées lors du règne de Ben Ali. Il ne faut pas oublier que sous l’occupation française, les Tunisiens ont été dépossédés de leur liberté, de leur dignité, et de leur souveraineté, considérés qu’ils étaient comme des citoyens de seconde zone, privés du droit de disposer d’eux-mêmes et de bâtir leur nation. Que la demande de reconnaissance de la colonisation par la France n’a jamais été formulée sérieusement par la partie tunisienne sous la dictature, cela est compréhensible ; mais que cette revendication ne s’exprime pas, après la révolution, voici qui est inadmissible.

La Tunisie ne peut pas établir son devoir de mémoire, et faire la paix avec son passé, si elle regarde l’histoire d’une manière sélective par le petit bout de la lorgnette. Le despotisme et la répression que l’on cherche à mettre à nu, ne sont pas nés ex-nihilo, ils sont la résultante du système patriarcal institué par Bourguiba et qui tirait sa force de la colonisation et de la décolonisation. La Tunisie doit emboîter le pas à l’Algérie et prendre ce dossier à bras le corps. Elle doit demander officiellement à la France d’établir toute la vérité sur la période coloniale, et de lui donner accès aux archives ; c’est seulement ainsi que l’on rendra justice à toutes les victimes et leurs familles, sans exception et que l’on éclairera l’ensemble des zones d’ombre. Autrement, ce sera une lecture tronquée de l’histoire, incapable de refermer les cicatrices et de soulager les souffrances encore enfouies chez de nombreux Tunisiens et chez les familles des martyrs de la lutte nationale.
H.J.


http://www.gnet.tn/temps-fort/apres-lalgerie-la-france-doit-reconnaitre-la-colonisation-en-tunisie/id-menu-325.html http://www.gnet.tn/temps-fort/apres-lalgerie-la-france-doit-reconnaitre-la-colonisation-en-tunisie/id-menu-325.html


Commentaires

1.Posté par FAKOU le 20/12/2012 22:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PROTECTORAT, pas la meme chose,ne melez pas tout. La tunisie n'est pas l'Algerie.

2.Posté par Altaïr le 20/12/2012 23:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Arretez de mandier, nos martyr sont au paradis, leurs morts sont enfer, decolonisez vos cerveau en sortant definitivement la france de votre tete...Vous voulez vous "venger" de la france, oubliez la, montrez ce que vous capable de faire sans elle en travaillant avec des pays qui le meritent...

PS: Bouguiba, le laic franc macon de l'internationale socialiste, a deja été dedomagé par la france vu que cette derniere la placé à la tete du pays lorsqu'elle a soit disant donné l'independance...les vrai chouhada ont été tués bien avant...

3.Posté par TBK le 21/12/2012 08:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bourguiba, de son vrai nom BOUROKBA était juif et agent multi-ratelier des puissances européennes avant de devenir celui des Rothschild et la Tunisie est toujours sous la botte de ces derniers. Quand la Tunisie deviendra réellement indépendante elle pensera peut--être a demander des comptes a la France qui est encore a ce jour sous la botte des Rothshchild.

4.Posté par MAXDEGENNES le 21/12/2012 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faudrait aussi reconnaitre la colonisation de la Gaule par les romains, et la mise en esclavages du peuple gaulois !

5.Posté par gjingis le 21/12/2012 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

3.Posté par TBK le 21/12/2012 08:30

Bourguiba, de son vrai nom BOUROKBA était juif et agent multi-ratelier des puissances européennes avant de devenir celui des Rothschild et la Tunisie est toujours sous la botte de ces derniers. Quand la Tunisie deviendra réellement indépendante elle pensera peut--être a demander des comptes a la France qui est encore a ce jour sous la botte des Rothshchild.
........................................................................

donc c est juif .. il n est pas khazar ?? non !! c est un juif tout court pire et dure . ca peut etre que vrai !!
khazar ou juif . c est du kif kif .
la tunisie est un pays geostrategique !!!..les tunisiens devaient vivre comme des princes rien qu avec le tourisme .
mais non, la misere , la ruine et l obscurité est une prescription juive .

qui dit misere dit juif deux choses qui s accompagnent depuis que le monde est monde .. mais qui a l envie de les recevoir ?






6.Posté par Saber le 21/12/2012 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

gjingis, salam khouya.

Toutes les fondations des pays du Maghreb ont été minées comme ceux des monarchies du golf.
al-sass makhroub.

7.Posté par Altair le 21/12/2012 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ gjingis

Salam Aleycum

Des rumeurs, inutile et invérifiables a mon sens disent que Arafat Allah Yarhamou, Khadafi Allah Yarhamou ou même les Saouds sont juifs...bourguiba n'est pas le seul dans ce cas. Il faut rester sur les faits sur ce personnage: 

Il était franc macon, il l'a déclaré lui même...et même sans cette déclaration, son mausolée de Monastir est aveux en soit ( sol en damier, la présence des yakin et boaz (colonnes présentes dans tous les temples macon), tres "Islamique" comme tombe...

Son parti le RCD, faisait parti de l'internationale socialiste jusqu'à la veille du départ de Ben Ali il y a 2 ans...un parti "tunisien" qui prend sa ligne ideologique a l'etranger, tres "patriotique" effectivement...

Il a, en echange de sa mise au pouvoir avec la benediction de la france, entrenu et défendu les interet de cette derniere en Tunisie, politique plus connue sous le nom de France-Afrique...Cela s'est fait sous 3 formes, politique avec le maintient du contrôle de la France sur l'armée et les affaires etrangeres notamment, économique avec l'attribution de monopoles aux entreprises françaises dans des secteurs clé, idéologique et culturelle avec l'occidentalisation de la société via une propagande d'Etat ( discrimination positive de l'ideologie laicarde dans les médias et l'education par exemple...) et la persécution de bon nombre de Musulmans.

Il a fait fermé la Mosquée Zitouna qui était jusqu'a la le coeur de l'Islam Malekite, l'Al Azhar du Maghreb en quelque sorte. Il est très comique de voir les "enfants spirituels" de bourguiba aujourdhui qui s'estiment plus "tunisien" et "patriotes" que les autres et eux Musulman des "lumieres" plus "eclairés" que les "sauvages" obscurantistes du Moyen Orient se plaindre d'une monté dans le pays de l'influence de l'Islam Hanbalite et ses derivés comme le Salafisme alors que c'est leur champion jacobiniste laïcard qui a détruit le coeur Historique de l'Islam de culture Maghrébine...a moins qu'il ne veulent plus de l'Islam tout court...

Il a voulu abroger le Ramadan. Faute de pouvoir le tuer, bourguiba avait fait limogé le Mufti de Tunis qui n'avait pas voulu faire une fatwa pour cette hérésie...

Grace a ce "grand" "zahim", copie au rabais de moustapha kemal, la tunisie (comme tous les pays arabes livrés en pature aux vautours occidentaux apres la chute de l'Empire Ottoman) a reussi cette oeuvre schisophrenique de se decoloniser tout en restant sous controle economique, politique et ideologico-culturel des "anciens" colons.
Les "lumieres" venues d'europe devant apporter progrès, savoir et puissance a permis a la Tunisie comme on le sait d'eradiquer la pauvreté, d'etablir la justice, a mettre en place un systeme educatif performant qui serait peut utile si il avait pour vocation de fournir la Tunisie et non l'occident en matière grise, ou encore a permis a la Tunisie d'acquerir une technologie et un savoir faire de pointe dans l'art de servir le thé aux touristes français (le modèle économique du "tout tourisme" ou  l'art de batir un modele economique basé sur du vent servant en realité a entretenir la dependance economique, donc la soumission a l'ancien colon.)

8.Posté par yaz.dz le 21/12/2012 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous nous suivez donc aujourd'hui frères et voisin Tunisiens , pourtant cela plus de quarante années et que nous DZ essayons de vous faire suivre le bon chemin ..
Algériens avons eus , grâce à dieu (sbn) , au moins huit présidents de la R.A.D.P..République Algérienne et Démocratique POPULAIRE..
Cela sans compter les 100 millions de dollars et dont nous avons fait CADEAUX..
Vive la liberté , Tahia la paix et la réconciliation civil..

Nouveau commentaire :


Publicité

Brèves

VIDEO
| 18/11/2014 | 1897 vues
00000  (0 vote) | 8 Commentaires
| 16/11/2014 | 2012 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 179


Commentaires