Algérie : plusieurs détenus du Hirak libérés à trois jours de la fête de l'indépendance  03/07/2020

Algérie : plusieurs détenus du Hirak libérés à trois jours de la fête de l'indépendance

























Plusieurs personnalités emblématiques du Hirak ont été libérées ce 2 juillet. Parmi elles, Karim Tabbou, chef d'un petit parti d'opposition et Amira Bouraoui, médecin et militante d'opposition de longue date.

La justice algérienne a libéré ce 2 juillet une figure emblématique du mouvement populaire antirégime, Karim Tabbou, et trois autres militants connus, ce qui apparaît comme un geste d'apaisement à la veille de l'anniversaire de l'Indépendance.

En quelques heures, Karim Tabbou, Amira Bouraoui, Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche ont bénéficié d'une remise en liberté provisoire après, pour certains, plusieurs mois de détention de ces personnalités du Hirak, mouvement de contestation suspendu en mars en raison de la pandémie de Covid-19.

«La demande de liberté provisoire de Tabbou a été acceptée», a déclaré à l'AFP l'un de ses avocats, Abdelghani Badi. Il est sorti dans l'après-midi de la prison de Koléa, près de Tipaza (70 km à l'ouest d'Alger), selon un correspondant de l'AFP sur place. Emprisonné depuis le 26 septembre 2019, Karim Tabbou avait été condamné en appel le 24 mars à un an de prison ferme pour «atteinte à l'intégrité du territoire national».

Pendant le procès, le juge avait refusé sa demande de ne pas comparaître sans la présence de ses avocats. Lors d'une des audiences, Karim Tabbou avait été pris d'un malaise, victime d'une poussée de tension artérielle, selon ses avocats. L'opposant est également poursuivi pour «atteinte au moral de l'armée» dans le cadre d'une autre affaire, dont le procès a été reporté au 14 septembre.

Plusieurs ONG se sont félicitées de cette libération, à quelques jours du 58e anniversaire de l'Indépendance, célébré le 5 juillet 2020. «Algérie, Karim Tabbou enfin libéré. Grand soulagement en attendant les autres», a twitté Saïd Salhi, le vice-président de la Ligue algérienne des droits de l'Homme.


«Libérer la justice»

«Bonne Nouvelle : Liberté provisoire pour KarimTabbou», a abondé Amnesty International, qui avait lancé une campagne internationale en faveur de sa libération. «Karim Tabbou relâché par ses ravisseurs. Il reste tous les autres. Il restera, ensuite, à libérer la justice», a néanmoins tempéré Abdellah Benadouda, fondateur de Radio Corona Internationale, une station pro-Hirak basée aux Etats-Unis.

Lors d'un procès en appel, Amira Bouraoui, opposante farouche au président déchu Abdelaziz Bouteflika, a bénéficié elle aussi d'une remise en liberté provisoire. Elle a ensuite quitté la prison de Koléa. «Liberté provisoire pour Amira Bouraoui avec report de son procès en appel à l'audience du 24 septembre 2020», a fait savoir l'avocate Fetta Sadat sur sa page Facebook. Amira Bouraoui avait été condamnée le 21 juin à un an de prison ferme, notamment pour «offense à l'islam» et «offense» au président de la République.


Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche, d'autres figures du Hirak emprisonnées, sont également sortis de prison.

Amnesty a réclamé «la libération immédiate et sans condition de tous les détenus d'opinion en Algérie». Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), près de 70 prisonniers d'opinion sont actuellement derrière les barreaux, la plupart pour des publications sur Facebook.
«Geste d'apaisement»

Karim Tabbou est l'un des visages et l'une des voix les plus connues du Hirak, même si celui-ci refuse tout représentant attitré. Chef d'un petit parti d'opposition non enregistré, l'Union démocratique et sociale (UDS), le portrait de Tabbou était régulièrement brandi lors des manifestations hebdomadaires. «On est content pour Tabbou et sa famille [...]. On attend la libération de tous les détenus, ça serait un bon geste d'apaisement», a commenté l'avocat Mustapha Bouchachi.

Les grâces de Tebboune Un premier signe?

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune avait gracié le 1er juillet six détenus, dont trois liés au Hirak. C'était la première fois que des militants du mouvement étaient graciés par le président depuis son élection en décembre 2019. Ces derniers mois, la justice avait multiplié les poursuites judiciaires et les condamnations de militants du Hirak, d'opposants politiques, de journalistes et de blogueurs.

Né en février 2019 en Algérie, le Hirak réclame un changement du «système» en place depuis l'indépendance en 1962. En vain jusqu'à présent, même si la contestation a obtenu en avril 2019 le départ d'Abdelaziz Bouteflika après vingt ans au pouvoir.

https://francais.rt.com/international/76533-algerie-plusieurs-detenus-hirak-liberes-trois-jours-avant-fete-independance

Commentaires

1.Posté par oh-daz le 04/07/2020 00:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faut préciser _ le hirak HARKI _ celui de la phase 2, agité depuis l'extérieur malgré le retrait de bouteflika et son clan
en avril 2019...

2.Posté par Naceur le 04/07/2020 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@oh-daz
Ils veulent une république à la sauce kabyle laïc et anti arabo-musulmans
sauf qu'ils se foutent le doigt dans l'oeil

3.Posté par Abdelkader le 04/07/2020 20:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le vrai hirak des vrais patriotes nationalistes algériens qui ont chasser un régime néfaste des escrocs corrompus voleurs des richesses du peuple algérien est mort et si on ne comprend pas on moura avec lui.
remplacer par un néo hirak el harki nè dans les laboratoires des services psychologiques colonialistes spécialités des coups tordus.
la France a soutenu le cinquième mandat de Bouteflika, est un échec, après le hirak est un échec, ils ont soutenu la transition pour préparer des agents compréhensifs à leur intérêt. voué à l'échec, aujourd'hui la France soutien les groupuscules extrémistes pro français. les algériens ne sont ni dupes ni naifs.
ces extrémistes qui ont été gracié à l'occasion de la fête nationale, mais ces harkis des temps modernes ils retourneront en prison sans doute.

4.Posté par Joshua le 05/07/2020 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est fort probable que des forces néfastes extérieures tentent d'infiltrer et de manipuler le Hirak 2, il faut être vigilant et cibler les brebis galeuses, mais laisser entendre qu'une poursuite du mouvement est de fait un acte de trahison est tout aussi condamnable.

La pression doit continuer sur Tebboune et les marionnettistes qui tirent les ficelles derrière, les premières décisions sorties du chapeau ne sont pas de nature à nous rassurer, dernière événement en date, le rapatriement des crânes de nos martyrs de la colonisation restitués par la France la veille de la fête nationale algérienne, contribution de mama fransa à faire accepter et à rendre populaire Tebboune.

Quant à ceux qui se focalisent que sur les Kabyles, qui seraient l'incarnation du mal, je leurs conseils de regarder dans leur dos, des ennemis venus d'ailleurs pourraient les surprendre.

5.Posté par Saber le 05/07/2020 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

M Sellal avait déclaré que M Bouteflika ne commandait plus rien depuis au moins l'année 2013. Une bonne partie des vautours qui étaient autour de lui sont déjà en prison.

6.Posté par Naceur le 05/07/2020 15:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@SABER
En effet cet ex clown soi disant premier ministre l'a affirmé et je l'ai toujours martelé ici que Bouteflika était "hors champ depuis longtemps"
Dons toutes les décisions prises après la maladie de Bouteflika sont nulles comme le fameux tamezgha ou je ne sais quoi
Ils ont profité de la maladie de Bouteflika pour piller, voler, détruire, imposer un dialecte pour acheter le silence des kabyles et à la fin ils ont collé tout ça sur le dos de Bouteflika
Dieu merci le clan est derrière les barreaux

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires