Affaire Khashoggi : la Turquie inculpe des proches du prince héritier d’Arabie  26/03/2020

Affaire Khashoggi : la Turquie inculpe des proches du prince héritier d’Arabie





























La Turquie a annoncé, mercredi 25 mars, avoir lancé des poursuites contre 20 Saoudiens, dont deux proches du prince héritier d’Arabie saoudite Mohamed Ben Salman, à l’issue d’une enquête de plus d’un an sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi à Istanbul en 2018.

L’assassinat en Turquie du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, en octobre 2018, avait plongé l’Arabie saoudite dans l’une de ses pires crises diplomatiques et terni l’image du prince héritier Mohamed Ben Salman, dit « MBS », désigné par des responsables turcs et américains comme le commanditaire du meurtre. Mercredi 25 mars, le bureau du procureur général d’Istanbul a annoncé dans un communiqué que l’enquête turque sur cette affaire était arrivée à son terme et qu’un acte d’accusation avait été préparé.

Les vingt suspects risquent la prison à vie

Dans cet acte d’accusation, deux proches de MBS, l’ex-conseiller Saoud al-Qahtani et l’ancien numéro deux du renseignement, le général Ahmed Al Assiri, sont identifiés comme les commanditaires du meurtre, selon la même source.

Ils sont accusés d’avoir ordonné un « homicide volontaire prémédité avec l’intention d’infliger des souffrances ». Dans le même document, 18 autres suspects sont accusés d’avoir pris part au meurtre.

À l’issue d’un procès opaque en Arabie saoudite, cinq Saoudiens avaient été condamnés à mort en décembre 2019. Mais aucune accusation n’avait été retenue contre Saoud al-Qahtani et Ahmed al-Assiri avait été acquitté.

La Turquie avait qualifié de « scandaleux » ce verdict, estimant que les vrais commanditaires avaient bénéficié d’une « immunité ».
Appel à lancer une enquête internationale

Dans un communiqué, la fiancée de Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz, a salué l’inculpation des vingt Saoudiens, « un pas en direction de la justice ». Elle a aussi appelé les États-Unis à publier les rapports de leurs agences de renseignement sur les responsables du meurtre et elle a souhaité que les Nations unies lancent une enquête internationale. « Ne pas traduire en justice les assassins de Jamal (…) montrerait au monde que les riches et les puissants sont au-dessus des lois », a-t-elle ajouté.

La rapporteure spéciale des Nations unies, Agnès Callamard, avait rédigé un rapport accablant pour MBS et la CIA avait estimé que le meurtre n’avait pas pu avoir lieu sans le feu vert du prince héritier. Mais le président américain Donald Trump avait pris la défense de MBS, qui dirige de facto la monarchie pétrolière.

L’annonce des poursuites mercredi par la justice turque risque de causer de nouvelles tensions dans les relations entre Ankara et Riyad, qui se sont dégradées à cause de cette affaire.

https://www.la-croix.com/Monde/Affaire-Khashoggi-Turquie-inculpe-proches-prince-heritier-Arabie-2020-03-25-1301086014

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires