Abdelhalim Kheddam appelle l'armée syrienne à fomenter un coup d'Etat  09/11/2011




Abdelhalim Khaddam prédit une chute tragique de Bachar Assad similaire à «celle de Kadhafi». De Paris où il vit en exil depuis 2005, l'ancien numéro deux du régime appelle la hiérarchie militaire à fomenter un coup d'Etat.

Ancien chef de la diplomatie au plus fort du règne de Assad père, Abdelhalim Kheddam a choisi la période de l'aïd pour sortir d'un long mutisme. Contre toute attente, la chaîne Al-Arabiya a commencé à diffuser, voici quatre jours, une série d'entretiens sous forme de «Mémoires politiques» avec l'ex-hiérarque du parti baâth.
La presse française n'a pas été en reste.

Le quotidien Le Figaro, dont les lectures recoupent parfois les vues de l'Elysée, a donné écho à la sortie médiatique de l'ex-homme de confiance du père de Bachar.

L'ex-diplomate en chef de Damas «appelle tous les officiers à prendre leurs responsabilités patriotiques et à s'organiser afin de participer à la chute du régime». Il invite également les Syriens à «prendre les armes, car la voie pacifique a échoué».

Abdelhalim Kheddam, 79 ans, s'était gardé jusque-là de réagir sur la crise qui secoue la Syrie depuis le début de l'année. Installé à Paris après son départ forcé de Damas fin 2005, il avait donné quelques rares interviews avant de se confiner dans le mutisme.

Les observateurs y avaient vu une pression discrète de Paris et de Ryiad, engagés alors dans un rapprochement avec le régime de Bachar.

A la mort de Hafedh El Assad à l'été 2000, c'est lui qui avait assuré l'intérim entre le 10 juin et le 17 juillet. Bachar intronisé à la tête de l'Etat, Abdelhalim Kheddam s'est contenté du poste – somme toute honorifique – de vice-président de juillet 2000 à décembre 2005. Il démissionne de son poste le 30 décembre et choisit, pour l'annoncer, la chaîne d'obédience saoudienne Al Arabiya.

S'il souhaite que le fils de son ancien chef soit jugé au même titre que d'autres «criminels» du régime, Abdelhalim Kheddam parie sur une fin tragique de Bachar.

Le chef de l'Etat «menace la Syrie et le monde entier d'embrasement. Cela ne vous rappelle rien ? Il est devenu fou comme Kadhafi, et il finira comme lui», prédit-il.

Abdelhalim Kheddam se range sous la bannière d'une nouvelle formation politique d'opposition, le Comité national de soutien à la révolution syrienne (CNSRS).

Lancée hier à Paris, elle rassemble des membres de la diaspora syrienne à l'étranger. A la différence du Conseil national syrien, un mouvement lancé début octobre à Istanbul (Turquie), le CNSRS se prononce pour une intervention étrangère en Syrie «comme en Libye», observe l'ancien chef de la diplomatie syrienne. «La communauté internationale ne peut plus considérer les événements comme une crise interne», dit-il en guise d'argument.

Longtemps accusé d'avoir été parmi les faucons du régime de Hafedh El Assad, l'ancien ministre des Affaires étrangères s'en défend. «J'ai fait carrière dans les affaires étrangères», rappelle ce civil issu de la majorité sunnite. Dans la Syrie des Assad, les principaux leviers de sécurité et l'armée sont l'apanage d'hommes issus de la minorité alaouite qui dirige le pays.

Salim K.
http://www.letempsdz.com//content/view/65474/1/

Commentaires

1.Posté par andalousya le 09/11/2011 01:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A Kheddam le "abdeljallil syrien" se mets en ordre de bataille ,pour quel donneur d'ordre ? bhl, encore ?
Qu'allah protège la Syrie

2.Posté par polo33 le 09/11/2011 01:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mais tout le monde sait que les cris d'orfraie depuis Paris ne sont plus humains surtout quand on est le copain du talmud criminel et idiot

3.Posté par Saber le 09/11/2011 02:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour le cas de la Syrie, l'Ours Russe , il faut le rappeler a une base militaire conséquente mise à sa disposition et dans ce domaine précis, une armée n'abandonne jamais une position géostratégique pour se mettre elle-même en danger.
Toucher à la Syrie ou l'Iran qui dispose d'ingénieurs russes de haut niveau dans le domaine nucléaire, c'est courir le risque d'un conflit majeur et qui serait difficile à cerner l'ampleur.
Le coup de maître russe en Géorgie est dans toutes les mémoires et ce n'était pas sans danger de toucher à des russophones.

Abdelhalim Kheddam est imprégné d’une doctrine de satanistes, allah yastour.

4.Posté par nervyoko le 09/11/2011 07:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Abdelhalim Kheddam, 79 ans, ce vieillard devrait rester calme à son age... s'il tousse , il va y perdre un poumon!
Quelle volonté guerriere on voit bien que c'est pas lui qui fera la guerre! Parfois , il faut savoir se retirer, lui a priori ne le sait pas!
Pour qu'il soit dans les journaux ...il doit faire partie de l'Empire des cons

5.Posté par Mina le 09/11/2011 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il aurait du continué a se taire, maintenant il participe a la grande fitna.

6.Posté par Nationaliste le 09/11/2011 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore une merde qui se prétend défenseur de son peuple qu'il veut mener dans le abysses d'une guerre civile en essayant de créer une dissension entre l'armée et l'Etat......

Ce sont des chiens qui donnerait n'importe quoi pour etre dans la cour de Grands de ce monde, quitte à ce que une partie de la population périsse au nom de leur traitrise et de leur cupidité.

7.Posté par AS le 09/11/2011 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'armee syrienne comme algerienne, marocaine, turque, jordanienne et saoudienne est dirigee par des juifs arabes des alaouites... convertis a une secte shia ou en algerie a du soufisme de cabaret... les peuples musulmans n'ont pas d'armee si ce n'est leurs propres peuples pour se defendre on l'a vu en iraq et en afghanistan, somalie, yemen

8.Posté par Saber le 09/11/2011 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

7.Posté par AS le 09/11/2011 10:47
l'armee syrienne comme algerienne, marocaine, turque, jordanienne et saoudienne est dirigee par des juifs arabes des alaouites... convertis a une secte shia ou en algerie a du soufisme de cabaret..

Je n'y crois pas une seconde pour la bonne raison que quand on met l'index sur des élites, il faut se souvenir que Satan le maudit a tout intérêt à corrompre ces élites que le peuple et par ce moyen il fera beaucoup plus de dégâts dans la oumma.

C'est tellement simple à comprendre que beaucoup résistent à le croire et se lancent dans des suppositions sans fondements.

Nouveau commentaire :



Publicité

Brèves



Commentaires