Boris Johnson se rend aux Etats-Unis pour rencontrer l'équipe Trump  08/01/2017

Boris Johnson se rend aux Etats-Unis pour rencontrer l'équipe Trump












Le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson s'est envolé dimanche pour les Etats-Unis où il doit rencontrer des conseillers du président élu Donald Trump, au moment où Londres cherche à se rassurer sur sa relation spéciale avec Washington.

Le déplacement de M. Johnson intervient après l'annonce jeudi que la Première ministre britannique Theresa May se rendrait à la Maison Blanche au printemps après l'entrée en fonctions de Donald Trump le 20 janvier.
"Les discussions seront centrées sur les relations entre les Etats-Unis et le Royaume Uni et d'autres sujets de politique étrangère", a précisé un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères en annonçant la visite de M. Johnson. Il doit en particulier s'entretenir avec le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, et le conseiller en stratégie Steve Bannon à New York, puis rencontrer des dirigeants du Congrès, a-t-on précisé de même source.

Des responsables du cabinet de Theresa May s'étaient rendus le mois dernier aux Etats-Unis pour y rencontrer l'équipe de Donald Trump. Londres souhaite renforcer le commerce et les investissements bilatéraux avec les Etats-Unis, au moment où le Royaume-Uni est sur le chemin du Brexit et de la sortie de l'Union européenne et devra négocier de nouveaux accords commerciaux pour remplacer ceux qui tombent sous la coupe de Bruxelles.

Theresa May s'était entretenue avec Donald Trump après son élection en novembre, entretien au cours duquel le président élu lui avait proposé de lui rendre visite "dès que possible".
Donald Trump a récemment irrité Londres en s'affichant avec l'ex-chef du parti eurosceptique britannique Nigel Farage, qui a été le premier homme politique britannique à rencontrer le président élu à New York.
M. Trump avait ensuite estimé que M. Farage ferait un "excellent" ambassadeur de son pays aux Etats-Unis. Downing street avait sèchement répliqué que le poste n'était pas vacant.

http://www.lorientlejour.com/article/1028021/boris-johnson-se-rend-aux-etats-unis-pour-rencontrer-lequipe-trump.html


Le Pentagone passe aux «munitions écolos»  08/01/2017

Le Pentagone passe aux «munitions écolos»












Le département américain de la Défense a décidé de faire un geste pour l'environnement. Pour y réussir, le Pentagone veut que les producteurs de munitions y ajoutent des graines de plantes.

Le Pentagone a commandé la conception de munitions biodégradables. Selon le département américain de la Défense, de telles munitions devraient contenir les graines d'un certain nombre de plantes afin de permettre aux fragments de munitions explosées de se décomposer dans la nature, lit-on dans un communiqué du Pentagone.

L'armée américaine utilise tous les ans des centaines de milliers de munitions d'entraînement différentes. Après les manœuvres militaires, personne ne retire les fragments des lieux où ils sont tombés. Parfois, les militaires américains enterrent les débris qui se désintègrent pendant des siècles. Certains fragments ne se désintègrent pas du tout. Selon le communiqué, les militaires américains n'ont pas la possibilité de collecter et de recycler les débris en question.

Ainsi, le département de la Défense envisage de remplacer les munitions d'entraînement ordinaires par des analogues biodégradables. Les ingénieurs militaires US ont présenté des plantes spéciales capables d'absorber les restes polymères des munitions. Ces plantes ne sont pas dangereuses pour les animaux.

Les militaires américains proposent de créer une technologie de production de munitions biodégradables pour les mortiers et les lance-grenades de calibre 40 mm, 60 mm, 81 mm et 120 mm ainsi que de munitions d'artillerie de calibre 150 mm. Si ces munitions s'avèrent efficaces, la technologie sera étendue à la production de cartouches et d'équipement militaire en plastique.

https://fr.sputniknews.com/defense/201701081029490025-munitions-pentagone-conception-plantes/



Israël: la police examine un enregistrement impliquant Netanyahu  08/01/2017

Israël: la police examine un enregistrement impliquant Netanyahu











La police israélienne, qui enquête sur une éventuelle implication de Benjamin Netanyahu dans des affaires de corruption, examine un enregistrement d'une conversation avec un patron de presse sur l'éventualité d'apporter une couverture plus favorable au Premier ministre, selon des informations diffusées dimanche.

Selon la chaîne privée Channel 2, la police est en possession d'un enregistrement d'une conversation entre M. Netanyahu et Arnon Moses, propriétaire du quotidien Yediot Aharonot et de son site d'information Ynet.
Ce journal fournit une couverture traditionnellement hostile à M. Netanyahu. Cette même chaîne de télévision israélienne affirme que les deux hommes discutaient d'"un accord qui aiderait le Yedioth en échange d'une couverture favorable" au Premier ministre.

Selon Channel 2, les discussions entre M. Netanyahu et l'éditeur portaient sur la possibilité de réduire ou fermer le supplément hebdomadaire du Israel HaYom, pour donner un coup de pouce aux ventes de son rival et à la fortune de la famille Moses.
En échange, ajoute la même source, le Yedioth baisserait le ton de sa couverture traditionnellement hostile à M. Netanyahu. La chaîne ne précise pas quand cette conversation avait eu lieu ou si un accord avait été conclu.

Depuis son lancement en 2007, le tirage du quotidien gratuit pro-Netanyahu Israel HaYom dépasse celui de Yedioth. Le journal appartient au milliardaire américain juif Sheldon Adelson, soutien de longue date de M. Netanyahu.

Le Premier ministre a été interrogé jeudi par les enquêteurs pendant cinq heures, pour la deuxième fois en une semaine, dans le cadre d'une enquête sur des cadeaux qu'il est soupçonné d'avoir reçus illégalement d'hommes d'affaires.

Channel 2 avait auparavant indiqué que M. Netanyahu avait reçu pendant sept ou huit ans des boîtes de cigares de choix de la part d'Arnon Milchan, homme d'affaires israélien, producteur hollywoodien et ami du Premier ministre. La valeur totale de ces cigares s'élèverait à des dizaines de milliers de dollars, selon Channel 2.

La chaîne affirme également que la police soupçonnait M. Milchan d'avoir offert à l'épouse du Premier ministre, Sara, du champagne rose d'une valeur d'une centaine de dollars la bouteille.
Un avocat de Benjamin Netanyahu avait affirmé vendredi que ces soupçons étaient "dénués de toute substance".

http://www.lorientlejour.com/article/1028010/israel-la-police-examine-un-enregistrement-impliquant-netanyahu.html


L'Iran accuse l'Arabie saoudite de soutenir le terrorisme dans la région  08/01/2017

L'Iran accuse l'Arabie saoudite de soutenir le terrorisme dans la région












Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré samedi que le soutien apporté par l'Arabie saoudite aux terroristes est la source du chaos au Moyen-Orient, a rapporté PressTV.

"L'Arabie saoudite a semé le chaos dans la région par son appui organisé aux groupes takfiri et terroristes", a affirmé le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Bahram Qasemi, en réponse aux récentes allégations avancées par le prince héritier adjoint d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane à l'encontre de l'Iran.

Dans une interview accordée au magazine américain Foreign Affairs dont le contenu a été publié jeudi, le prince Salmane a accusé Téhéran de créer l'instabilité, d'encourager le terrorisme et de violer la souveraineté d'autres nations dans la région".

L'Arabie saoudite est considérée comme étant "la cause des crimes sanglants contre les nations arabes, telles que la Syrie, l'Irak et le Yémen", a souligné le porte-parole iranien, accusant Riyad d'avoir "commis la trahison contre les musulmans, en particulier le monde arabe et la cause de la Palestine" en s'alignant sur le régime israélien.

Téhéran et Riyad engagent de rudes polémiques à propos des conflits en Syrie, en Irak et au Yémen.

http://french.cri.cn/621/2017/01/08/701s502238.htm


MSF accuse la police de «violences» envers les migrants, Bruno Le Roux défend les forces de l'ordre  08/01/2017

MSF accuse la police de «violences» envers les migrants, Bruno Le Roux défend les forces de l'ordre











Alors que le centre d'accueil de migrants est saturé à Paris, le ministre français de l'Intérieur a défendu l'action des policiers, qui avaient été accusés de «pratiques inacceptables» par l'organisation humanitaire MSF.

«Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers», a lancé le ministre de l'Intérieur Bruno le Roux lors de l'émission Grand jury diffusée le 8 janvier sur RTL et LCI.

«Je ne partage absolument pas cette vision», a-t-il poursuivi, alors que l'organisation humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) avait accusé, la veille, les policiers de disperser parfois les migrants à coup de gaz lacrymogènes et de leur confisquer leurs couvertures, des «pratiques inacceptables» qui «mettent en danger» leur vie en plein hiver, selon l'ONG.

«Ce que font aujourd'hui les forces de police, c'est de la mise à l'abri de personnes qui sont vulnérables», a répliqué le ministre.

Le «travail» des policiers, «c'est de continuer à [le] faire, avec toute l'humanité qui est consubstantielle à [leur] responsabilité», a-t-il insisté. «C'est vrai, quelquefois, il peut y avoir une forme de contrainte à mettre à l'abri quelqu'un», a-t-il ajouté.
MSF dénonce des pratiques «inacceptables» contre les migrants

Dans un communiqué au ton virulent, MSF avait dénoncé le 7 janvier «la systématisation des violences policières qui ciblent les centaines de migrants parisiens en errance dans la capitale».

«Les policiers harcèlent les migrants en leur confisquant leurs couvertures, utilisant parfois des gaz lacrymogènes pour les disperser, allant jusqu'à leur interdire de s'asseoir dans la file d'attente du centre humanitaire de La Chapelle où ils attendent une place d'hébergement», avait affirmé MSF.

A Paris, un centre «de premier accueil» pour migrants a ouvert le 10 novembre. Plus de 2 200 hommes seuls y ont été hébergés depuis lors, pour une durée de cinq à dix jours, mais il affiche complet.

L'Etat et la Ville de Paris ont promis 200 places supplémentaires. Quant aux interventions de la police, elles sont destinées à «éviter la reconstitution de campements», a expliqué une source policière plus tôt dans la semaine.

Le centre d'accueil a été mis en place précisément pour mettre fin au cycle qui a vu s'enchaîner la création et le démantèlement d'une trentaine de campements dans le nord de la capitale depuis l'an dernier.

https://francais.rt.com/france/31942-msf-accuse-police-violences-migrants-bruno-le-roux-defend-forces-ordre


L’instant où un camion-bélier écrase des soldats israéliens à Jérusalem (VIDEO CHOC)  08/01/2017

L’instant où un camion-bélier écrase des soldats israéliens à Jérusalem (VIDEO CHOC)



Une vidéo, qui montrerait le moment de l’attaque au camion ayant tué quatre soldats et blessés 15 personnes à Jérusalem le 8 janvier, est apparue sur les réseaux sociaux. Des images très violentes qui peuvent choquer.

Sur les images publiées sur Twitter, on peut voir un poids lourd foncer sur un groupe de personnes se tenant à côté d’un bus, tout en évitant ce dernier. Le véhicule s’arrête ensuite, puis tente de manœuvrer, en tournant et reculant, avant de finalement s'immobiliser.

La vidéo, choquante, a été filmée à quelques dizaines de mètres de la scène.

Le 8 janvier, le conducteur d’un camion a foncé sur un groupe de soldats israéliens à Jérusalem-Est, tuant quatre d’entre eux et blessant une quinzaine d’autres. Alors que l’enquête suit son cours, la police parle d’une «attaque terroriste».

https://francais.rt.com/international/31939-instant-camion-belier-ecrase-soldats-israeliens-jerusalem


Ministre: des cyberattaques US derrière les coupures d’électricité en Turquie  08/01/2017

Ministre: des cyberattaques US derrière les coupures d’électricité en Turquie












Alors que Washington accuse sans preuve la Russie d’avoir mené des cyberattaques contre des institutions publiques américaines, les Etats-Unis sont la cible des mêmes accusations de la part d’Ankara, leur allié stratégique.

Les coupures d’électricité qui ont frappé récemment la Turquie sont liées à des cyberattaques menées par les Etats-Unis, a déclaré le ministre turc de l’Energie Berat Albayrak cité par le site turc Turkish Minute.

Selon le portail, les habitants d’Istanbul et de certaines autres localités à proximité de la capitale turque se plaignent régulièrement de coupures d’électricité ces derniers temps. « Hier, nous avons été la cible d’une attaque en provenance des Etats-Unis. Ce genre d’attaques contre divers départements du ministère de l’Energie est mené systématiquement, mais avons pu les repousser toutes », a déclaré le ministre, qui est le gendre du président turc Recep Tayyip Erdogan. Le ministre de l’Energie a été la cible d’une vague de critiques en lien avec les coupures électricités en Turquie. M. Albayrak a pour sa part affirmé sur Twitter avoir adressé le mois dernier des avertissements concernant ce problème aux fonctionnaires de son ministère.

La déclaration du ministre turc survient sur fond d’accusations des Etats-Unis portées contre la Russie d’avoir organisé des cyberattaques contre des institutions publiques américaines.

Moscou rejette ces accusations, les jugeant politiquement motivées et liées aux tentatives de l’administration US sortante de détourner l’attention des Américains des problèmes internes créés par sa gouvernance.


https://fr.sputniknews.com/international/201701081029485887-turquie-coupure-electricite-usa-cyberattaques/


Un camion-bélier fonce sur des piétons à Jérusalem, il y aurait au moins trois morts  08/01/2017

Un camion-bélier fonce sur des piétons à Jérusalem, il y aurait au moins trois morts


Dans le quartier d'Armon Hanatsiv, à Jérusalem, un camion a foncé sur un groupe de piétons, blessant une dizaine de personnes dont 2 grièvement. L'assaillant a été abattu par les forces de sécurité.

Citant les radio locales, le média britannique Sky News a indiqué qu'au moins 15 personnes avaient été blessées par un camion qui a foncé sur des piétons.

De son côté, le site israélien i24 News parle de trois morts et d'une dizaine de blessés.

L'assaillant, dont on ne connaît pour l'heure pas le motif, a été abattu.

Sur Twitter, une photo qui montrerait le camion ayant servi à l'attaque a été diffusée.

Quatre soldats israéliens ont été tués dimanche lorsqu'un camion a percuté un groupe de militaires à Jérusalem-ouest, a rapporté une source médicale, la police n'excluant pas une "attaque terroriste".
Selon un médecin sur place, le chauffeur du camion a également été tué. Son identité n'a pas été dévoilée. D'après les secours israéliens, 15 soldats ont été blessés.

https://francais.rt.com/international/31928-camion-belier-fonce-pietons-jerusalem
http://www.lorientlejour.com/article/1027970/quatre-israeliens-tues-dans-lattaque-au-camion-belier-a-jerusalem.html


Le schiste reprend du poil de la bête aux Etats-Unis  08/01/2017

Le schiste reprend du poil de la bête aux Etats-Unis












La hausse des cours du pétrole redonne des couleurs aux hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis qui ont particulièrement souffert de la chute des prix ces dernières années, le secteur discernant également dans l'élection de Donald Trump des raisons d'espérer.

Certains des gisements les plus faciles à exploiter reprennent la production mais l'avenir reste encore incertain pour d'autres. Je pense qu'ils attendent encore des preuves plus tangibles avant de sortir du bois, estime David Pursell, directeur chez Tudor, Pickering, Holt & Co, une banque d'investissement spécialisée dans l'énergie.

La chute du marché du pétrole, l'une des plus accentuée depuis l'embargo décrété par les pays arabes en 1973, s'est traduite par le licenciement de milliers d'employés du secteur et a donné un coup d'arrêt à l'industrie du schiste américaine, auparavant en plein essor.

Les opérateurs restent encore prudents avec leur argent mais nous voyons très certainement une reprise des investissements avec la remontée des prix, ajoute Jason McFarland, président de l'Association des professionnels du forage à Houston (Texas).

L'élection de Donald Trump, qui a choisi pour son gouvernement plusieurs responsables du secteur tel le secrétaire d'Etat désigné Rex Tillerson, ex-PDG d'ExxonMobil, et veut placer à la tête de l'Agence de la protection de l'environnement (EPA) Scott Pruitt, un climato-sceptique, a aussi changé la donne.

Mais c'est la décision en décembre du cartel pétrolier de l'Opep et d'autres pays producteurs comme la Russie de réduire leur production qui a donné un coup de fouet au marché. Les cours du pétrole à New York ont terminé vendredi à près de 54 dollars le baril, plus de deux fois plus qu'il y a un an.

Cette décision doit toutefois encore se concrétiser et elle n'est valable que pour six mois. Les producteurs dont les coûts sont élevés ne doivent pas penser qu'ils ont reçu carte blanche pour augmenter leur production, a souligné l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans un rapport en décembre.

Ils doivent y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans de nouveaux investissements, ajoute l'agence basée à Paris.

- Incertitudes -

D'autres incertitudes affectent le marché, comme la croissance de la consommation aux Etats-Unis alors que Donald Trump s'apprête à entrer à la Maison Blanche avec un ambitieux programme de relance économique. Le maintien de la progression de la consommation d'énergie en Inde et la santé de l'économie chinoise sont d'autres inconnues qui pèsent sur la demande mondiale en hydrocarbures.


(©AFP / 08 janvier 2017 06h00)
http://www.romandie.com/news/Le-schiste-reprend-du-poil-de-la-bete-aux-EtatsUnis/766739.rom


Facebook ferme plusieurs comptes pro-palestiniens  07/01/2017

Facebook ferme plusieurs comptes pro-palestiniens












L'administration de Facebook a fermé des dizaines de pages et comptes du mouvement du Hamas et ses partisans en Cisjordanie occupée, ainsi que des comptes de militants palestiniens.

La campagne de fermeture, qui a été décrite comme la plus large parmi les précédentes campagnes de Facebook contre les partisans du Hamas, a compris plus de 90 pages appartiennent et proches du mouvement du Hamas, en plus de 30 comptes personnels, ce qui a été considéré comme une tentative d'effacer les pages qui soutiennent la résistance palestinienne en Cisjordanie occupée.

La campagne de Facebook est survenue à la suite de la grande propagande de la campagne "Soyez comme Ayyash" au 21ème anniversaire du martyr de Yahia Ayyash, le premier ingénieur des Brigades d'al-Qassam, la branche armée du mouvement du Hamas.

L'administration de Facebook a également fermé les comptes d'un certain nombre de militants palestiniens dans le cadre de la politique visant à contrôler le contenu palestinien en accord avec l'occupation israélienne.

acebook contre des dizaines de pages et de comptes palestiniens est une grande coopération du site avec la direction de la politique d'occupation sioniste.

Le porte-parole du Hamas, Houssam Badran, a dénoncé dans un communiqué de presse, vendredi soir, les procédures arbitraires prises par l'administration Facebook vis-à-vis des pages et comptes soutenant la résistance et le Hamas en particulier.

Il a souligné que ces pages ont le droit d'exprimer leur point de vue, comme tout le monde devrait s'exprimer clairement pour transmettre la réalité à l'opinion publique internationale.

Badran a appelé les militants palestiniens à adopter de nouvelles stratégies et alternatives efficaces pour défier la campagne hostile de Facebook contre la cause palestinienne et les droits légitimes du peuple palestinien opprimé, tout en condamnant la conspiration de ce site au profit de l'occupation sioniste.

Facebook a fermé plus de 90 pages et comptes appartenant à des militants palestiniens et au mouvement Hamas, à la suite du grand succès qu'avait enregistré la campagne électronique sur le site web et intitulée "Soyez comme Ayyash" à l'occasion du 21e anniversaire du premier ingénieur de l'aile militaire Izz el-Deen al-Qassam du Hamas, Yahia Ayyash.


https://french.palinfo.com/2638
https://french.palinfo.com/2645
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information


Manifestation pour affirmer l'unité des Israéliens après le jugement d'un soldat  07/01/2017

Manifestation pour affirmer l'unité des Israéliens après le jugement d'un soldat












Des centaines d'Israéliens se sont rassemblés samedi à l'appel d'un vétéran de l'armée pour affirmer leur unité, après qu'un tribunal militaire a reconnu coupable d'homicide volontaire un soldat accusé d'avoir achevé un Palestinien, une décision qui a profondément divisé la société.
Selon la radio publique israélienne, environ 1.500 personnes se sont rassemblées sur la place Rabin à Tel-Aviv à l'appel du capitaine de réserve Ziv Shilon, grièvement blessé en 2012 par une bombe palestinienne en patrouillant le long de la frontière avec la bande de Gaza.
"Ce soir, de droite, du centre ou de gauche, nous sommes ensemble", a-t-il écrit samedi dans un message sur Facebook, avant le rassemblement.
M. Shilon s'est dit consterné par la vague de haine déclenchée à la suite de la décision mercredi d'un tribunal militaire de Tel-Aviv, qui a déclaré le sergent Elor Azaria coupable d'homicide volontaire pour avoir achevé un Palestinien d'une balle dans la tête alors qu'il était blessé au sol et apparemment hors d'état de nuire, après avoir attaqué des soldats israéliens.
L'affaire a profondément divisé la société israélienne et des affrontements ont éclaté entre des dizaines de partisans d'Elor Azaria et les forces de l'ordre à l'issue du verdict.
Le lendemain, la police a arrêté deux personnes après la publication sur internet de menaces de mort contre un juge militaire et d'autres responsables.
L'armée israélienne a assigné des gardes du corps aux trois juges qui ont condamné le soldat franco-israélien de 20 ans pour les protéger contre de possibles représailles.
"Je sens que notre peuple est divisé, blessé, vindicatif, déçu, désespéré", avait déploré Shilon jeudi.
"Moi, qui n'ai pas pleuré à des moments durs que je ne souhaite à personne, je n'ai pu aujourd'hui retenir mes larmes", a-t-il écrit.
"J'ai pleuré pour les mains que j'ai laissées à Gaza et je me suis demandé, peut-être pour la première fois, s'il valait la peine de se battre pour un peuple qui se hait?"
Des responsables politiques de droite -dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu- ont appelé à gracier Azaria, dont la peine doit encore être prononcée. Il encourt 20 ans de prison.
Le chef d'état-major, le général Gadi Eisenkot a notamment été l'objet de menaces, certains partisans du sergent Azaria suggérant qu'il rejoindrait Yitzhak Rabin, en référence à l'ancien Premier ministre signataire des accords de paix d'Oslo avec les Palestiniens assassiné en 1995 par un extrémiste juif à Tel-Aviv.
Selon le président du Parlement, Yuli Edelstein, un grand nombre de responsables ont aussi été la cible de menaces en ligne.

http://www.lorientlejour.com/article/1027927/manifestation-pour-affirmer-lunite-des-israeliens-apres-le-jugement-dun-soldat.html


Le nouveau chef de l’ONU s'attaque aux abus sexuels commis par les forces onusiennes  07/01/2017

Le nouveau chef de l’ONU s'attaque aux abus sexuels commis par les forces onusiennes












Alors que les forces de maintien de la paix de l’organisation internationale sont régulièrement accusées d'agressions sexuelles, Antonio Guterres, qui a succédé le 1er janvier à Ban Ki-moon, a nommé un groupe de travail pour s'attaquer au problème.

Le porte-parole des Nations unies Stéphane Dujarric a fait savoir à l'agence de presse AFP que l’ONU développait actuellement une «stratégie pour arriver à des améliorations visibles et mesurables dans l’approche de l’organisation pour empêcher et répondre aux abus et à l’exploitation sexuelle».

Arrivé au poste de Secrétaire général de l'organisation le 1er janvier 2017, Antonio Guterres a ajouté qu’il avait formé un groupe de travail, composé de neuf Etats membres, afin de mettre en place un plan pour combattre les cas d’abus sexuels imputés aux forces onusiennes de maintien de la paix.

En 2016, dans son rapport annuel, l’ancien chef des Nations unies Ban Ki-moon avait répertorié 69 plaintes pour abus et exploitations sexuelles, visant des soldats onusiens de 21 pays différents.

D'après les règles de l'organisation, les pays d'origine des soldats accusés sont chargés de mener les poursuites judiciaires, mais des groupes de défense des droits de l'homme accusent les Etats de ne pas agir, ou de proposer des sanctions trop légères.

https://francais.rt.com/international/31903-nouveau-chef-onu-assaut-abus-sexuels-forces-onusiennes



Mexique: un fonctionnaire du consulat des Etats-Unis blessé par balles à Guadalajara  07/01/2017

Mexique: un fonctionnaire du consulat des Etats-Unis blessé par balles à Guadalajara












Un fonctionnaire du consulat des Etats-Unis a été blessé par balle vendredi en plein jour à Guadalajara, dans l'ouest du Mexique, ont annoncé samedi le parquet général et la délégation diplomatique américaine dans le pays.
"Un officiel du Consulat des Etats-Unis a été blessé par un tir d'arme à feu (...) selon le rapport médical. Il est dans un état stable", a écrit le parquet dans un communiqué. La délégation américaine a diffusé des vidéos de l'attaque de vendredi et offert 20.000 euros de récompense pour l'arrestation de son auteur.

http://www.lorientlejour.com/article/1027906/mexique-un-fonctionnaire-du-consulat-des-etats-unis-blesse-par-balles-a-guadalajara.html


Les politiques de Donald Trump pourraient mener à une profonde récession, selon des Prix Nobel d'économie  07/01/2017

Les politiques de Donald Trump pourraient mener à une profonde récession, selon des Prix Nobel d'économie











Les politiques économiques proposées par le président élu des Etats-Unis, Donald Trump, pourraient mener à une profonde récession de l'économie américaine, ont indiqué vendredi plusieurs Prix Nobel d'économie cités par des médias locaux.

Les mesures du futur président, notamment les déductions fiscales et l'augmentation des dépenses, présentent des risques. "Ces mesures pourraient mener à l'explosion de la dette publique, et finir par causer une très sérieuse perte de confiance et une profonde récession", expliquait le professeur de l'Université Columbia, Edmund Phelps, cité par Bloomberg.

Lors de la réunion annuelle de l'Association économique américaine, qui s'est tenue à Chicago, M. Phelps a également évoqué les dangers de nommer des entreprises spécifiques, pour en vanter les mérites ou bien les critiquer, une habitude de M. Trump. Selon l'économiste, il s'agit là d'une ingérence qui pourrait empêcher les nouveaux venus d'entrer dans les marchés, et avec eux leur indispensable innovation.

Pour faire face à l'important déficit budgétaire du pays, les prédécesseurs de M. Trump pouvaient compter sur le rachat de la dette publique américaine par des investisseurs étrangers. Toutefois, avec un futur président menaçant de renégocier les traités commerciaux des Etats-Unis, au profit de sa politique "America First" ("L'Amérique d'abord"), on peut craindre une baisse des achats des bons du Trésor américains, affirmait Roger Myerson de l'Université de Chicago.

"Il existe un large consensus sur le fait que les politiques proposées par le président élu seront inefficaces", assurait le professeur de l'Université Columbia, Joseph Stiglitz. Les relations entre les Etats-Unis et les autres pays "doivent être basées sur la confiance", ajoutait M. Stiglitz. Une relation de confiance qui aurait, selon l'économiste, déjà été "endommagée".

Après sa prise de fonction le 20 janvier prochain, Donald Trump prévoit de réduire les impôts sur les sociétés et sur les particuliers et d'investir dans les infrastructures pour booster l'économie américaine. Les politiques liées à ces mesures n'ont pas encore été annoncées.

Selon le Comité pour un budget fédéral responsable, un think-tank apolitique, le jour de la prise de fonction du 45e président des Etats-Unis, la dette publique atteindra le niveau le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale, avec 77% du PIB, un chiffre qui devrait doubler d'ici 2050.

Le déficit, qui est aujourd'hui de près de 600 milliards de dollars, s'élèvera à 800 milliards de dollars dans la dernière année fiscale du premier mandat du président Trump, et dépassera les 1.000 milliards de dollars à la fin d'un hypothétique second mandat, a annoncé le comité.

http://french.cri.cn/621/2017/01/07/502s502197.htm


Le PM turc arrive à Bagdad pour tenter de désamorcer une crise diplomatique  07/01/2017

Le PM turc arrive à Bagdad pour tenter de désamorcer une crise diplomatique












Le Premier ministre turc Binali Yildirim est arrivé samedi à Bagdad pour une visite officielle lors de laquelle il aura des entretiens avec les dirigeants irakiens afin de trouver une solution à la crise diplomatique entre les deux pays, a rapporté la télévision officielle irakienne.

M. Yildirim devrait rencontrer son homologue irakien Haider al-Abadi et d'autres hauts responsables irakiens pour discuter de la lutte contre le groupe terroriste Etat islamique (EI), ainsi que des moyens de renforcer les relations bilatérales, a indiqué la chaîne publique Iraqiya.

Accompagné par plusieurs ministres et hauts responsables turcs lors de cette visite, M. Yildirim devrait se rendre également à Arbil, chef-lieu de la région semi-autonome du Kurdistan irakien pour rencontrer les dirigeants kurdes locaux, notamment Massoud Barzani, président de cette région.

Des centaines de soldats turcs sont déployés depuis 2015 dans la base de Bashiqa, qui se trouve à environ 30km au nord-est de Mossoul (nord de l'Irak). Le déploiement de ces effectifs militaires a entraîné une crise entre les deux pays, Bagdad se plaignant de l'entrée à son insu des forces turques dans le pays, ce qui constitue une violation de la souveraineté irakienne selon le gouvernement.

Or, Ankara a affirmé que ces militaires turcs avaient été envoyés à Bashiqa à la demande de M. Abadi, et que leur déploiement visait à entraîner les miliciens kurdes Peshmerga ainsi que les volontaires tribaux locaux pour combattre les extrémistes de l'EI à Mossoul.

http://french.cri.cn/621/2017/01/07/502s502201.htm


Les USA ont largué 26.171 bombes dans le monde en 2016  07/01/2017

Les USA ont largué 26.171 bombes dans le monde en 2016












Les statistiques révèlent que Washington a largué en 2016 davantage de bombes qu’au cours de l’année précédente, soit 26.171 bombes au total.

D'après une nouvelle analyse effectuée par le Conseil des relations extérieures (CFR), le Pentagone a largué en 2016 environ 3 000 bombes de plus qu'en 2015, dont la majeure partie en Syrie et en Irak (environ 12 000 par pays), où la coalition internationale menée par les États-Unis réalise une opération contre les djihadistes de Daech.

« Le mandat de Barack Obama touchant à sa fin dans les semaines à venir, il y aura une ample évaluation de sa politique étrangère dans le domaine militaire, focalisée sur la réduction des troupes américaines au sol (à l'exception notable de l'Afghanistan), le soutien des partenaires de sécurité locaux et la large utilisation des frappes aériennes », lit-on dans le report du CFR. « Le fait que cette stratégie "fonctionne", à savoir réduise la menace que représentent les extrémistes opérant depuis ces pays et améliore la sécurité globale et la gouvernance sur le terrain, est vivement contesté », souligne le rapport. 79 % des bombes ont été larguées en Syrie, soit 12 192 au total, poursuit-il. D'ailleurs, ce chiffre laisse sceptiques certains experts, qui estiment que chaque frappe aérienne pourrait cacher plusieurs bombes larguées sur le terrain.

En dépit des engagements initiaux de Barack Obama à mettre fin à l'implication des États-Unis dans le conflit ravageant l'Afghanistan, le président sortant a donné le feu vert à une augmentation de la présence des troupes américaines dans le pays, où le Pentagone a largué 1 337 bombes en 2016, soit 400 bombes de plus qu'au cours de l'année précédente. En outre, 8 400 soldats américains se trouvent toujours en Afghanistan, soit plus d'effectifs militaires sur le terrain qu'Obama s'était initialement engagé à en maintenir.

Concernant la Libye, le pays a subi le même sort que d'autres Etats d'Afrique de l'Est et du Proche-Orient : environ 500 bombes ont été larguées en Libye, où il n'y a pas de gouvernement stable depuis l'assassinat de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011. Environ 34 bombes américaines ont été larguées au Yémen (contre 34 bombes en 2014), 14 bombes en Somalie et trois au Pakistan.

https://fr.sputniknews.com/defense/201701071029478897-usa-bombes-Irak-Syrie-2016/


Touche pas à mes colonies: Israël réduit son financement à l'Onu  07/01/2017

Touche pas à mes colonies: Israël réduit son financement à l'Onu












En réponse à une résolution condamnant la colonisation israélienne en Cisjordanie, l'État hébreu réduira son financement de l'Onu.

Fin décembre, le Conseil de sécurité de l'Onu a voté une résolution exhortant Israël à « cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est ».

En dépit des nombreux appels de Tel Aviv, les États-Unis se sont abstenus lors au lieu d'imposer leur veto traditionnel, ce qui a permis au Conseil d'adopter le document.

Le bureau du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ensuite déclaré que son pays n'allait pas respecter la résolution. Dans le même temps, Israël réduira son financement des Nations unies d'environ 6 millions de dollars (près de 5,7 millions d'euros). « L'Onu doit mettre un terme à cette situation absurde où elle soutient des organismes dont le seul but est l'incitation à la haine et la propagande anti-israélienne», lit-on dans un communiqué publié sur la page Facebook de la représentation israélienne à l'Onu.

Auparavant, les médias ont annoncé qu'Israël réduirait temporairement ses rapports avec les pays qui s'étaient prononcés en faveur de la résolution sur les colonies.

https://fr.sputniknews.com/international/201701071029479518-onu-israel-financement/


Côte d'Ivoire : trois villes tombent aux mains de militaires mutins, les tirs continuent  07/01/2017

Côte d'Ivoire : trois villes tombent aux mains de militaires mutins, les tirs continuent












La grogne des militaires se renforce en Côte d’Ivoire. Plusieurs dizaines de militaires ont bloqué l’accès à trois villes, ils revendiquent des augmentations de salaire ainsi que des primes, des promotions plus rapides et des logements.

Des militaires mutins qui réclament des meilleures conditions salariales contrôlent pour le troisième jour trois villes de Côte d'Ivoire, y compris Bouaké, ancienne capitale de l'ex-rébellion armée du nord du pays, lorsque celui-ci était coupé en deux entre 2002 et 2011. Les protestations ont également éclaté dans les villes de Daloa, Daoukro, Korhogo et Odienné.

Les soldats réclament le paiement de primes, des augmentations de salaire, un système de promotion plus rapide entre les grades et des logements de fonction.

D'après les témoinages, les tirs de rafales et à l'arme lourde continuent.

«Nous allons discuter avec nos hommes, recueillir leurs préoccupations, et trouver des solutions à cette situation qui est compréhensible mais déplorable», a affirmé le ministre de la Défense, Alain-Richard Donwahi, à la télévision nationale.

«Nous sortons d'une crise et notre armée est en reconstruction ; les choses n'avancent pas aussi vite qu'on pourrait l'espérer mais elles avancent quand même», a-t-il poursuivi.

https://francais.rt.com/international/31895-cote-d-ivoire-trois-villes-tombent-mains-militaires-mutins


Les opérations militaires françaises contre-productives en Afrique, selon une association  07/01/2017

Les opérations militaires françaises contre-productives en Afrique, selon une association












Les opérations militaires françaises en Afrique alimentent l'instabilité régionale et traduisent un "retour en force" de la France au Sahel, estime l'association Survie, à quelques jours d'un sommet Afrique-France au Mali.

"Bien loin de résoudre les crises, ces opérations contribuent à les aggraver et à en créer de nouvelles", affirme l'association de lutte contre la "Françafrique" - ces réseaux d'influence et de pouvoir français sur le continent africain - dans un rapport intitulé "Cinq guerres pour un empire" publié vendredi.

A une semaine du sommet Afrique-France qui se tiendra les 13 et 14 janvier à Bamako, Survie critique particulièrement les alliances nouées par Paris avec certains "régimes dictatoriaux" - elle cite le Tchad et le Niger - au nom de la lutte contre le terrorisme.

"Ce soutien à l'autoritarisme (...) est particulièrement préoccupant et contre-productif, car il crée le terreau sur lequel se développent les violences", selon le rapport qui passe en revue les opérations en Libye, Côte d'Ivoire, au Sahel et en Centrafrique de 2011 à 2016.

Quatre ans après le début de l'intervention militaire Serval au Mali, les groupes jihadistes, qui avaient pris le contrôle du nord du pays, ont été mis en déroute mais certains éléments continuent à attaquer régulièrement les forces maliennes, onusiennes et françaises.

Les attaques se sont aussi étendues vers le sud du Mali et dans les pays voisins, au Niger et au Burkina Faso. Côté militaire, la force Barkhane (4.000 hommes) a pris en 2014 le relais de Serval sur cinq pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Tchad, Niger et Burkina Faso).

"Alors même que l'opération française coûte des centaines de millions d'euros aux citoyens français, la question se pose clairement de son utilité", poursuit Survie. En quelques années, les forces françaises se sont "repositionnées dans des pays historiquement réticents à la présence de l'ancienne puissance coloniale comme le Mali et le Niger", affirme l'auteur du rapport, Yanis Thomas. Tout cela "montre clairement la volonté de la France de réaffirmer son emprise sur les pays de son pré-carré", juge-t-il.

Survie dénonce aussi les "jeux troubles" de la France, notamment au Mali, où "elle s'est appuyée sur le Mouvement (touareg) national pour la Libération de l'Azawad (MNLA), l'un des mouvements à la base de la crise malienne".

http://www.lorientlejour.com/article/1027800/les-operations-militaires-francaises-contre-productives-en-afrique-selon-une-association.html


Le numéro de mobile remplacera l’Iban bancaire en Europe en 2018  07/01/2017

Le numéro de mobile remplacera l’Iban bancaire en Europe en 2018












La BCE prépare le paiement instantané paneuropéen, notamment par mobile entre particuliers. Un registre européen des numéros de téléphone se rapportant aux comptes bancaires permettra de fluidifier les échanges et de consolider un marché des paiements en euros intégré. Et ainsi d’anticiper la déferlante de services comme celui de l’américain Square.

Et si payer devenait simple comme un coup de fil ? Payer un ami, un particulier, un petit commerçant, quel que soit son pays de résidence, au sein de l’Union européenne, depuis son smartphone, avec le seul numéro de téléphone du bénéficiaire ? Ce devrait être possible dès l’an prochain. La Banque centrale européenne (BCE) l’a annoncé ce vendredi, lors d’une conférence organisée par la Banque de France sur l’innovation dans le paiement.

Yves Mersch, membre du directoire de la BCE et président du Conseil des paiements de détail en euro (ERPB), a ainsi expliqué :

« Aligné sur le calendrier de la mise en place du schéma de paiement instantané, l’Eurosystème [la BCE et les banques centrales nationales, ndlr] attend le lancement d’un service standardisé qui permette le paiement de personne à personne en utilisant le numéro de téléphone mobile du bénéficiaire comme équivalent de l’Iban [International Bank Account Number, NDLR]. Ce service devra être lancé d’ici à la fin de 2017 et ne devra pas être cantonné aux Iban nationaux » a-t-il souligné.
Un bottin européen pour le paiement mobile
L’idée est de constituer une sorte de « bottin européen » pour le paiement mobile dans lequel le numéro de téléphone redirigerait vers le numéro de compte bancaire de son choix (puisque le titulaire d’une ligne de téléphonie mobile peut avoir plusieurs comptes bancaires), précise une source proche du dossier.

Ainsi, il ne serait plus nécessaire de posséder un compte dans un autre pays européen pour pouvoir y réaliser un paiement mobile de personne à personne, un progrès au regard de l’essor de l’économie collaborative. Par exemple, un touriste ou un étudiant européen louant un logement auprès d’un particulier ne serait pas obligé de payer en espèces ou de passer par une grande plateforme, type Airbnb.

L’Américain PayPal vient d’ailleurs de lancer le transfert d’argent de particulier à particulier avec le seul numéro de mobile ou même une adresse mail, gratuit si c’est en euro dans l’espace économique européen. Le californien Square, dont le lecteur de carte bancaire est spécialement adapté aux micro-entrepreneurs (le nouveau nom des auto-entrepreneurs) et petits commerçants, prévoit de se lancer en Europe cette année : l’entreprise fondée par Jack Dorsey (Twitter), valorisée 5,3 milliards de dollars à Wall Street, a en effet établi l’été dernier une filiale Squareup Europe au Royaume-Uni et recrute à Dublin. Aux États-Unis, Square est devenu le quatrième plus important réseau de commerçants pour l’émetteur de cartes Visa, a relevé Bill Gajda, le directeur de l’innovation et des partenariats stratégiques de Visa Inc, également présent à cette conférence.
Enjeu de compétitivité et de souveraineté

Il y a donc un réel enjeu de compétitivité et de souveraineté des acteurs européens de la distribution et du paiement.

En parallèle, la BCE s’inquiète du risque de fragmentation du marché européen du fait de la profusion de porte-monnaie électronique et d’applis de paiement mobile qui n’ont pas tous le potentiel d’être étendus à l’ensemble de l’UE. L’Eurosystème demande donc aux prestataires de services de paiement de mettre en place des solutions de paiement instantané, c’est-à-dire en quelques secondes, en euro au niveau paneuropéen au plus tard en novembre 2017, alors qu’aujourd’hui les virements SEPA sont opérés en un jour ouvrable.

Et pour accélérer le règlement interbancaire, la BCE propose de faire évoluer la plate-forme européenne de traitement des paiements Target2, utilisée par les banques centrales et commerciales, vers du règlement en temps réel, de l’ordre de 25 secondes, sans risque de crédit, ce qui éviterait aux banques d’immobiliser du capital en garantie. La BCE craint en effet que les chambres de compensation ne deviennent des « silos nationaux » et n’aient pas cette portée paneuropéenne. Une consultation publique sera lancée ce lundi et la décision prise en juin prochain : le dénouement en temps réel serait opérationnel en 2018.

« L’Europe ne doit pas être en retard, par rapport au Royaume-Uni [qui a mis en place le paiement instantané en 2008, NDLR] par exemple. Avec ce marché intégré du paiement, elle sera même en avance sur les États-Unis » a fait valoir Yves Mersch.

http://www.tsa-algerie.com/20170106/numero-de-mobile-remplacera-liban-bancaire-europe-2018/



1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 3022

Publicité

Brèves



Commentaires