Algérie: Nekkaz se représente de nouveau aux législatives!  22/03/2017

Algérie: Nekkaz se représente de nouveau aux législatives!












L’ancien candidat à la présidentielle du 17 avril 2014, Rachid Nekkaz a annoncé à nouveau sa candidature aux élections législatives de mai 2017.

Notons que le tribunal administratif d’Alger a invalidé la candidature de Nekkaz qui se présente en tant que représentant de la communauté algérienne à Paris.

«On doit tout refaire à zéro. Je demande aux 675 citoyens Algériens qui ont signé la première fois de revenir aux Consulats pour signer une nouvelle fois ce nouveau formulaire», a écrit Nekkaz sur sa page facebook.

«Les autres Algériens peuvent aussi apporter leur soutien et leur signature», a-t-il également mentionné sur sa page facebook.

«Merci pour votre confiance et vos efforts. Pour soutenir ma candidature (avant le 1er avril par courrier et 3 avril sur place dans les Consulats en région parisienne), voici le formulaire à imprimer, à légaliser en urgence dans votre Consulat», s’est-il adressé à ses partisans.

«L’article 99 du code électoral algérien nous autorise à déposer une nouvelle liste qui s’appelle " NEKKAZ RACHID" », a-t-il souligné encore, ajoutant qu’« il faut imprimer l’istimarat (formulaire) et le légaliser dans votre consulat».

Rappelons que le tribunal administratif d’Alger a rejeté le 19 mars le recours introduit par Rachid Nekkaz 72 heures plus tôt suite au refus de sa candidature aux prochaines élections législatives.

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/517835.html


Netanyahou a affirmé à Poutine qu'Israël poursuivrait ses frappes en Syrie  22/03/2017

Netanyahou a affirmé à Poutine qu'Israël poursuivrait ses frappes en Syrie











Alors que Bachar el-Assad espère que la Russie pourra enrayer la crise entre la Syrie et Israël, le Premier ministre israélien a déclaré avoir dit à Vladimir Poutine que Tel Aviv ne mettrait pas un terme à ses frappes aériennes en Syrie.

«Si nous avons les renseignements et que l’opération est réalisable, nous frappons, et nous continuerons dans cette voie», a déclaré Benjamin Netanyahou lors de sa visite en Chine. Il a ajouté qu’il avait informé le président russe Vladimir Poutine des intentions israéliennes pendant la rencontre des deux dirigeants à Moscou, début mars. Selon Benjamin Netanyahou, les frappes israéliennes continueront donc de cibler les convois de livraisons d’armes au Hezbollah.

Selon le journal israélien Jerusalem Post, le Premier ministre israélien a également démenti avoir fait l'objet de pressions de la part de la Russie pour mettre fin à ces opérations militaires israéliennes en territoire syrien.

Le 20 mars, le président syrien Bachar el-Assad a déclaré à des parlementaires russes en visite à Damas qu’il comptait sur la Russie pour empêcher les attaques israéliennes sur le territoire syrien et pour aider la Syrie à éviter un conflit ouvert avec Tel Aviv.
L’accrochage militaire le plus sérieux entre la Syrie et Israël depuis 2011

Des avions de combat israéliens ont frappé le 17 mars plusieurs cibles près de Palmyre, en Syrie. Selon Benjamin Netanyahou, leur objectif était de détruire des armes «sophistiquées» destinées au Hezbollah. Damas a en représailles usé de missiles anti-aériens contre les avions israéliens qui retournaient à leur base. La Syrie affirme avoir abattu un avion, mais Israël dément toute perte dans ses rangs et dit avoir intercepté un des missiles. Face à cet incident, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a menacé de «détruire les systèmes syriens de défense anti-aérienne», si Damas tirait de nouveaux missiles.

https://francais.rt.com/international/35610-israel-poursuivra-ses-frappes-syrie


Affaire Théo : le jeune homme change de version sur le déroulement de son interpellation  22/03/2017

Affaire Théo : le jeune homme change de version sur le déroulement de son interpellation












Lors de la dernière audition du jeune Théodore L., rapporte Le Parisien, l'Aulnaysien a déclaré que les policiers n'avaient, à son avis, pas voulu baisser son pantalon. Une version qui contredit ses premières descriptions de son interpellation.

Nouveau rebondissement dans l'«affaire Théo» ? Dans un article du 21 mars, Le Parisien rapporte des propos du jeune homme tenus lors de sa dernière audition par la justice, le 3 mars dernier, qui contredisent sa précédente version des faits.

Selon le journal, la juge qui avait convoqué l'habitant d'Aulnay-sous-Bois ce jour-là lui rappelle sa première et immédiate description de son interpellation, qu'il avait donnée le 2 février : un policier lui aurait enfoncé une matraque dans l'anus, après avoir écarté son caleçon, pendant qu'un deuxième fonctionnaire lui tenait les jambes et qu'un troisième le maintenait debout et légèrement incliné.

La magistrate ajoute que cette version semble peu plausible au regard des vidéos de surveillance et des constatations réalisées sur le caleçon percé de Théodore L. Ce dernier répond alors qu'il ne se souvient pas de ses déclarations de début février, et précise qu'il n'était «pas en état» lors de sa première audition et qu'il n'avait pas relu le procès-verbal.

«Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c'était volontaire. Ils essayaient de me maîtriser.»

Alors que la magistrate lui fait remarquer qu'il portait un jogging très lâche le jour de sa violente arrestation, Théodore L. répond : «Si tu ne serres pas ton pantalon avec le cordon, logiquement il descend tout seul. Et puis je prends mes pantalons en XL, ce n'est pas ma vraie taille». Puis ajoute : «Quand l'un des policiers m'a attrapé, mon pantalon a glissé. [...] Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c'était volontaire. Ils essayaient de me maîtriser. Et comme mon pantalon n'était pas bien attaché, il tombait.»
Viol ou accident ? Les motivations du policier à la matraque restent à déterminer

Concernant l'utilisation de la matraque télescopique par le policier l'ayant blessé à l'anus, en revanche, Théodore L. maintient sa version initiale : le fonctionnaire, considère-t-il, l'a violé (volontairement, donc). Une version contestée par le policier mis en examen pour viol, qui plaide l'accident.

Après visionnage des vidéos de surveillance, l'inspection générale de la Police nationale (l'IGPN, la police des polices), a de son côté affirmé que l’introduction de l'objet dans l'anus du jeune homme n'avait pas été voulue. Le policier responsable de cet acte, indique le rapport de l'IGPN, a «vis[é] la cuisse pour faire plier la jambe de l'intéressé».

Gravement blessé au niveau du rectum à la suite de son interpellation, Théodore L. avait dû être opéré et s'était vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT).

https://francais.rt.com/france/35578-affaire-theo-jeune-homme-change


Brexit: Londres refuse de payer la «facture du divorce» de 60 mds EUR  22/03/2017

Brexit: Londres refuse de payer la «facture du divorce» de 60 mds EUR










Dans le cadre des discussions portant sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE, lancées après que Theresa May a confirmé son intention d’activer l'article 50 du Traité de Lisbonne, Londres annonce qu’il n’acceptera pas de payer la facture de presque 60 milliards d’euros présentée par Bruxelles.

Le chancelier de l'Échiquier du gouvernement britannique, Philip Hammond n'accepte pas les demandes de Bruxelles de payer 50 milliards de livres sterling (57,5 mds EUR) pour la sortie du pays de l'Union européenne, informe le journal Telegraph ce mardi 21 mars.

Selon les informations, le gouvernement de Theresa May refuse de payer un tel montant pour le Brexit et a l'intention de limiter la facture à trois milliards de livres (3,45 mds EUR). S'exprimant ce week-end, M. Hammond a accusé Bruxelles d'« avoir surestimé » sa position avant les négociations.

La facture de presque 60 milliards d'euros inclut, en particulier, la part du Royaume-Uni dans les engagements au titre des retraites, les garanties de prêts et les dépenses pour des projets britanniques.

Précédemment, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avait averti que, pour sa volonté de quitter l'UE, Londres devrait payer une facture « très salée ».

Ivan Rogers, ancien représentant permanent du Royaume-Uni auprès de l'Union européenne, avait déclaré que le Brexit allait faire exploser une « bombe » dans le budget de l'UE et que Bruxelles chercherait à récupérer de l'argent du Royaume-Uni.

Lors d'un référendum qui s'est tenu au Royaume-Uni en juin 2016, la majorité des Britanniques se sont prononcés pour la sortie de l'UE. La Chambre des communes a ensuite approuvé un projet de loi sur le Brexit. La Première ministre britannique Theresa May, qui a obtenu le consentement de la reine Élizabeth II, veut activer l'article 50 du Traité de Lisbonne d'ici fin mars.

https://fr.sputniknews.com/international/201703211030560187-brexit-londres-facture/


Israel organise des festivités sacrilèges en plein lieu saint.  21/03/2017

Israel organise des festivités sacrilèges en plein lieu saint.











La mairie israélienne a annoncé le lancement d'une série de spectacles de judaïsation à travers Jérusalem à l’occasion du 50e anniversaire de l'occupation de la ville sainte.

Les événements ont débuté lundi soir et s’achèveront jeudi prochain.

Le comité israélien de Jérusalem, présidé par le premier ministre Benjamin Netanyahu, a donné des instructions pour organiser des événements de judaïsation afin d'imposer un nouveau fait accompli sur Jérusalem-Est occupée et la vieille ville.

Des manifestations culturelles, des forums politiques, des représentations artistiques, des chorégraphies et des événements sportifs devraient avoir lieu dans le cadre des intentions israéliennes de conférer «un talent israélien» à la ville sainte de Jérusalem, qui abrite le troisième lieu le plus saint de l'Islam, la mosquée al-Aqsa.

Les événements s’inscrivent dans le cadre du 50e anniversaire de l'occupation de Jérusalem célébré chaque année par Israël.

https://french.palinfo.com/30326
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information


L’occupation arrête Omar Barghouti, l'un des fondateurs du mouvement BDS  21/03/2017

L’occupation arrête Omar Barghouti, l'un des fondateurs du mouvement BDS











Omar Barghouti, co-fondateur de la campagne BDS pour le boycott d’Israël, a été arrêté pour évasion fiscale.

Les militaires israéliens ont arrêté, ce mardi 21 mars, Omar Barghouti, à Acre, un district du nord de la Palestine occupée.

Selon la chaîne de télévision israélienne Arutz Sheva 7, Omar Barghouti a consacré une partie de ses avoirs à la campagne internationale « Boycott, désinvestissement et sanctions » (BDS) et aux réunions qui se tiennent dans le cadre de cette campagne.

Dans la foulée, le quotidien Israel Post a reconnu, le lundi 20 mars, l’ampleur que prenait, au fur et à mesure, la campagne BDS aux quatre coins du monde, dont et surtout en Italie.

« L’expansion du BDS partout dans le monde représente une menace sérieuse contre Israël », indique le quotidien.

Un autre quotidien israélien, Yediot Aharonot, a annoncé que l’épouse de l’ambassadeur israélien au Chili n’avait pas été invitée à une réunion caritative annuelle.

« Cette nouvelle a choqué les responsables israéliens », ajoute Yediot Aharonot.

Cela fait deux ans que le régime israélien a lancé une campagne d’intoxication contre le mouvement BDS, qui appelle à exercer diverses pressions économiques, académiques, culturelles et politiques sur Israël.

http://presstv.com//DetailFr/2017/03/21/515161/Yediot-Aharonot-Omar-Barghouti-arrt-fondateur-du-BDS-Isral


Syrie: L’Armée Libre fait trembler le régime à Damas  21/03/2017

Syrie: L’Armée Libre fait trembler le régime à Damas











Les combattants de l'Armée Libre se sont imposés face aux forces du régime à l'Est de Damas dans une offensive surprise et coordonnée lancée dimanche. Les groupes de l'Armée Libre ont réussi à briser le siège imposé par les forces du régime et ses alliés sur les districts de Qaboun et Barzeh depuis fin 2012.

Les deux districts étaient la cible de violents bombardements aériens et à l'artillerie sans relâche par les forces du régime dans le but d'entrer dans les districts assiégés et d'imposer un accord d'évacuation aux civils pris au piège. Les forces du régime ont employé la même tactique pour vider de nombreuses régions en Syrie de leur population locale ; dont récemment la banlieue de Damas et le district d'Al Waer (Homs).

Au total, 1200 civils ont été tués dans les attaques des forces du régime et ses alliés dans les zones couvertes par le cessez-le-feu qui en était à son 80ème jour dimanche.

Selon le Bureau médiatique de la Coalition Nationale Syrienne, les forces du régime et ses alliés ont violé la trêve plus de 3000 fois depuis son entrée en vigueur le 29 décembre 2016. Les forces russes et les milices du Hezbollah sont respectivement responsables de 200 et 45 violations.

La majorité des violations a eu lieu à Damas et sa campagne, Alep, Homs, Hama, Idleb et Deraa.

Malgré la trêve en place, le régime d'Assad poursuit ses politiques visant à modifier le paysage démographique dans les régions clés de la Syrie, obligeant les habitants de Wadi Barada (Nord-Ouest de Damas), de Khan Al Sheeh (Sud de Damas) et du district d'Al Waer (Homs) à quitter les lieux.

http://www.iloubnan.info/politique/94429/Syrie:--LArmee-Libre-fait-trembler-le-regime-a-Damas


Soldats français accusés de viols d'enfants en Centrafrique : le parquet demande un non-lieu  21/03/2017

Soldats français accusés de viols d'enfants en Centrafrique : le parquet demande un non-lieu











Le parquet de Paris a requis un non-lieu dans l'enquête sur les accusations de viols portées par des enfants contre des soldats français de l'opération Sangaris en Centrafrique, en 2013-2014.

Les graves accusations de viols d'enfants portées contre des soldats français en Centrafrique avaient terni la réputation de l'armée en 2015 mais l'affaire devrait se solder par un non-lieu, comme l'a requis mardi le 21 mars le parquet de Paris.

Il appartient désormais aux juges d'instruction d'ordonner un procès ou de confirmer le non-lieu, l'hypothèse la plus probable puisqu'aucune mise en examen n'a été prononcée dans le cadre de l'instruction ouverte en mai 2015.

Dans ses réquisitions, le parquet estime qu'«il ne peut être affirmé à l'issue de l'information qu'aucun abus sexuel n'a été commis», mais que les éléments recueillis et «la variation des témoignages ne permettent pas d'établir des faits circonstanciés et étayés à l'encontre des militaires» entendus, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

L'affaire avait été révélée en avril 2015 quand le quotidien britannique The Guardian avait fait état d'une note interne de l'ONU relatant les auditions de six enfants de 9 à 13 ans, qui dénonçaient des abus sexuels commis par des militaires dans le camp de déplacés de l'aéroport M'Poko de Bangui, en échange de rations de nourritures, entre décembre 2013 et juin 2014.

Saisi par le ministère de la Défense, le parquet de Paris avait ouvert dès juillet 2014 une enquête préliminaire, mais son existence était restée secrète et les autorités françaises ainsi que l'ONU avaient été accusées d'étouffer l'affaire. Plusieurs autres scandales touchant d'autres contingents ont éclaté depuis et les Nations unies sont très critiquées pour leur incapacité à enrayer ce phénomène.

L'armée française était présente en Centrafrique dans le cadre de l'opération Sangaris, pour restaurer la sécurité après des mois de violences confessionnelles entre rebelles musulmans, les Séléka, et miliciens chrétiens, les anti-balaka.
Parole de l'enfant

Dans leurs témoignages, les enfants avaient donné des détails comme des surnoms ou des caractéristiques physiques des militaires, permettant de compter 14 possibles agresseurs. Les juges et la gendarmerie prévôtale, chargée d'enquêter sur les militaires en opération extérieure, se sont rendus à Bangui en 2015 et 2016 pour entendre de nouveau les enfants.

Ces auditions, menées longtemps après les faits, ont soulevé de nouvelles questions. Face à des photos, un enfant a dit reconnaître son agresseur mais il ne s'agissait pas d'un militaire. Un autre a concédé avoir menti. Un autre encore disait avoir lu le nom d'un soldat sur son uniforme, mais un rapide test a montré qu'il ne savait pas déchiffrer le mot «maman», énumère à l'AFP une source proche du dossier.

Partie civile, l'association Ecpat, qui lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants, a demandé une expertise pour s'assurer que la parole des garçons a bien été prise en compte et que les discordances dans les récits ne puissent provenir de leur traumatisme.

«Le parquet n'a même pas attendu que les juges se prononcent sur cette demande», regrette l'avocat de l'association, Me Emmanuel Daoud. «C'est la manifestation d'un manque de considération pour les parties civiles et cela alimente le soupçon de vouloir en terminer au plus vite avec ce dossier».

Entendue par les enquêteurs, la fonctionnaire onusienne qui a recueilli les premiers témoignages s'est dite convaincue de la sincérité du discours des enfants.

Six militaires désignés comme pouvant être des agresseurs ont été identifiés, puis entendus, dont l'un en garde à vue.

Certains ont affirmé avoir donné des rations alimentaires, dans un contexte de grande pauvreté, mais ils ont nié tout abus sexuel. Leur placement sur écoute n'a pas permis d'étayer les soupçons. Sur le téléphone de l'un d'eux, des dizaines de vidéos pornographiques ont été retrouvées, dont huit à caractère pédopornographique, un nombre de fichiers trop faible pour caractériser un profil de pédophile, selon une source proche de l'enquête.

Une autre enquête judiciaire, toujours en cours, porte sur des faits similaires visant des soldats de Sangaris, de 2013 à 2015, dans l'est du pays.

https://francais.rt.com/international/35593-soldats-francais-accuses-viols-denfants


Donald Tusk responsable de la mort du Président polonais Kaczynski?  21/03/2017

Donald Tusk responsable de la mort du Président polonais Kaczynski?











Le Président du Conseil européen serait impliqué dans la catastrophe de Smolensk, qui a coûté la vie à 96 personnes dont le Président polonais de l’époque Lech Kaczynski, en avril 2010. La déclaration transmise au parquet du pays l’accuse de négligences dans le choix de la société censée effectuer les réparations du Tu-154 qui s’est écrasé.

Presque sept ans après la catastrophe qui a coûté la vie au Président polonais Lech Kaczynski, de nouvelles accusations tombent. Cette-fois-ci, elles visent Donald Tusk, actuel Président du Conseil européen et Premier ministre polonais entre 2007 et 2014.

Selon Global Look Press, Donald Tusk est soupçonné de nombreux manquements lors du lancement de l'appel d'offre portant sur les travaux de réparation de l'avion présidentiel Tu-154.

« Aucune fonction dans une institution polonaise ou européenne ne retire la responsabilité de crimes aussi importants que ceux dont Donald Tusk est accusé », a déclaré Antoni Macierewicz, ministre polonais de la Défense, à la presse locale.

L'homme politique a également souligné que la déclaration accusant M. Tusk avait déjà été transmise au parquet polonais.

De même, pour M. Macierewicz, il ne s'agit pas dans cette affaire « de négligences mais d'un crime ».

La catastrophe survenue le 10 avril 2010 à l'aéroport de la ville russe de Smolensk a coûté la vie au Président polonais Lech Kaczynski et à 95 autres personnes.
L'épouse du chef de l'État ainsi que des représentants du gouvernement polonais se trouvaient également à bord.
Le frère du Président défunt, Jaroslaw Kaczynski, a fait plusieurs déclarations qualifiant la catastrophe d'« attentat » et d'« assassinat politique ».

https://fr.sputniknews.com/international/201703211030555000-tusk-kaczynsky-pologne-smolensk-catastrophe/


France : la mosquée de Fréjus ne sera pas démolie  21/03/2017

France : la mosquée de Fréjus ne sera pas démolie











La cour d'appel d'Aix-en-Provence a rejeté mardi le projet de démolition de la mosquée de Fréjus réclamée par le maire Front national de la ville, malgré les irrégularités du permis de construire.

La mosquée conçue à l'origine pour accueillir plus de 2.000 fidèles, une capacité finalement réduite à 700, est au cœur d'une longue bataille judiciaire entre ses instigateurs et le sénateur-maire FN de Fréjus, David Rachline, élu en mars 2014.

"La cour confirme le jugement en ce qu'il n'a pas ordonné la démolition de la mosquée", a précisé le président de la cour.

Elle a aussi réduit la condamnation de première instance des dirigeants de la mosquée de 1.500 mètres carrés, achevée en avril 2015, en ramenant à 20.000 euros au lieu de 60.000 euros l'amende pour l'association gestionnaire du site et à 5.000 euros contre 15.000 euros pour son président, Driss Maaroufi.

L'avocat de l'association, Me Moad Nefati, a salué une "décision de relaxe quasi totale".

"La cour d'appel a décidé que ce dossier méritait un épilogue face à l'hystérie du maire de Fréjus, qui a été élu sur une promesse de démolition qu'il n'a pas obtenue", a-t-il dit.

La ville de Fréjus avait eu en première instance 7.500 euros de dommages et intérêts pour un "jugement particulièrement laxiste" selon le maire David Rachline, qui n'était pas présent à l'audience en appel.

La cour d'appel a cette fois débouté la mairie de sa demande et ne lui a accordé aucun dommage et intérêt.

L'ancien maire UMP Elie Brun, qui avait accordé le permis de construire, a également vu sa peine réduite en appel à une amende de 20.000 euros.

Il avait été condamné en première instance à 18 mois de prison avec sursis, 100.000 euros d'amende et une interdiction d'exercer toute fonction publique durant cinq ans en première instance.

"L'enjeu du dossier, c'est la démolition ou la remise en conformité de l'édifice", avait rappelé à l'audience l'avocat général Thierry Villardo, en évoquant un dossier "d'une grande complexité", fait "d'anomalies à la pelle" et de "règles bafouées".

Le magistrat avait réclamé un supplément d'information et une expertise pour mieux apprécier la possibilité de régularisation, ou pas, du site, une demande que ne lui a pas accordée la cour.

Le tribunal administratif de Toulon (Var) a pour sa part jugé illégal, le 8 mars, le permis de construire de la mosquée de Fréjus, ouvrant la voie à une éventuelle démolition. Sa décision fait l'objet d'un appel devant le tribunal administratif de Marseille.

En janvier 2016, le préfet du Var s'était substitué au maire de Fréjus, qui refusait l'ouverture de l'établissement, afin de permettre l'ouverture provisoire au public du site.

https://www.lorientlejour.com/article/1042035/france-la-mosquee-de-frejus-ne-sera-pas-demolie.html


Le Roux démissionne de son poste de ministre de l'Intérieur  21/03/2017

Le Roux démissionne de son poste de ministre de l'Intérieur











Pour que son action ministérielle ne puisse «prêter le flanc à aucune instrumentalisation», Bruno Le Roux a annoncé qu'il quittait la place Beauvau. Il est visé par une enquête sur des emplois présumés fictifs accordés à ses filles, alors lycéennes.

Il ne se sera pas écoulé plus de 24 heures après les révélations de l'émission Quotidien, pour que Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur depuis le 6 décembre 2016, démissionne. Afin de pouvoir se «consacrer à [sa] défense», a-t-il précisé avec gravité en conférence de presse ce 21 mars à Bobigny. Il a néanmoins clamé son innocence dans cette nouvelle affaire d'emplois présumés fictifs.

Visé par une enquête judiciaire ouverte par le parquet national financier, Bruno Le Roux a en effet admis avoir employé ses filles en tant qu'assistantes parlementaires à l'Assemblée nationale alors que celles-ci, âgées aujourd'hui de 23 et 20 ans n'avaient qu'entre 15 et 16 ans.

Ne pas faire entrave à l'action du gouvernement

Le ministre a présenté sa démission comme motivée par le souci que sa politique ministérielle ne puisse «prêter le flanc à aucune instrumentalisation». Dans la foulée, l'Elysée a annoncé la nomination, en remplacement du ministre démissionnaire, de Matthias Fekl, actuel secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l'étranger.

Invité à réagir, Julien Dray a rapporté que François Hollande «était triste pour Bruno Le Roux. Le proche du président de la République a pour sa part déclaré que le ministre de l'Intérieur démissionnaire était un «honnête homme [...] victime d'un contexte».

L'affaire avait été révélée par l'émission Quotidien le 20 mars, qui dévoilait que Bruno Le Roux avait employé ses filles, alors qu'elles étaient lycéennes puis étudiantes, en cumulant respectivement 14 et 10 CDD entre 2009 et 2016, pour un montant total de quelque 55 000 euros.

Ces révélations avaient été confirmées par l'intéressé, mais il s'était défendu en affirmant avoir agi en parfaite légalité. Il avait notamment invoqué «des embauches ponctuelles», réalisées «sur des étés ou des périodes de vacances scolaires, mais jamais en permanence». Il devra désormais s'expliquer devant les juges.

https://francais.rt.com/france/35585-bruno-roux-demissionne-son-poste-ministre-interieur


Fillon accusé d'avoir touché 50 000 dollars pour l'organisation d'une réunion d'affaire avec Poutine  21/03/2017

Fillon accusé d'avoir touché 50 000 dollars pour l'organisation d'une réunion d'affaire avec Poutine












Dans son édition du 22 mars, Le Canard enchaîné affirme que François Fillon a été payé 50 000 dollars par un milliardaire libanais afin de lui arranger une entrevue avec Vladimir Poutine et le PDG de Total.

Une nouvelle affaire à venir pour François Fillon, après celle des emplois fictifs présumés de son épouse Penelope ? C'est en tous cas ce que Le Canard enchaîné, à paraître le 22 mars, annonce dans sa dernière édition.

L'hebdomadaire satirique affirme être en possession d'un document prouvant qu'en 2015, François Fillon aurait arrangé une entrevue, moyennant la somme de 50 000 dollars, entre le milliardaire libanais Fouad Makhzoumi et le président russe Vladimir Poutine, ainsi qu'avec le PDG de Total Patrick Pouyanné.

Fouad Makhzoumi aurait ainsi payé rubis sur l'ongle, par l'intermédiaire de sa société Future Pipe Industries, la somme au cabinet de François Fillon 2F Conseil.

Les deux rencontres, avec le chef d'Etat russe puis avec le chef d'entreprise français, se seraient déroulées en juin 2015 lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

«Escroquerie aggravée» et «faux et usage de faux» : l'enquête sur François Fillon serait élargie

D'après des informations du quotidien Le Monde, les enquêteurs auraient saisi à l'Assemblée nationale des documents incriminant pour les époux Fillon. Des faux auraient pu être produits pour justifier les rémunérations de Penelope Fillon.

Le premier vrai débat entre candidats sur TF1 le 20 mars devait donner le véritable coup d'envoi de la campagne présidentielle et occulter (un peu) les affaires. Mais d'après des révélations du Monde publiées le 21 mars, elles risquent de faire le retour plus vite que prévu.

La cible ? François Fillon. Selon le quotidien vespéral, le parquet national financier (PNF) a, le 16 mars, délivré un un réquisitoire supplétif pour «escroquerie aggravée, faux et usage de faux» aux trois juges d'instructions chargés des investigations concernant le candidat de la droite et son épouse.

Pour rappel, l'enquête a été ouverte pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d’influence et manquement aux obligations déclaratives.

https://francais.rt.com/france/35588-fillon-poutine-50000-rencontre
https://francais.rt.com/france/35591-escroquerie-aggravee-faux-usage-faux-faux-affaire-fillon-enquete


Hamon, signataire de la loi privant les petits candidats de débat... sur la foi des sondages  21/03/2017

Hamon, signataire de la loi privant les petits candidats de débat... sur la foi des sondages











En avril 2016, une nouvelle loi organique régissant l'accès des candidats aux médias est votée. Un mois plus tard, le CSA s'y conforme et édicte ses préconisations. Le 20 mars 2017, au grand dam des candidats exclus, TF1 a bien respecté la loi.

Exclure les petits candidats des débats présidentiels ? Rien de plus logique pourrait dire Benoît Hamon, c'est la loi. Lors du débat présidentiel sur TF1 et LCI, Benoît Hamon n'a pas eu un mot pour les candidats écartés. Et pour cause, il connaît bien les dispositions légales régissant l'accès aux médias des candidats, il en a co-signé le projet de loi organique qui sera votée en avril 2016, et qui oblige le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Est alors inséré à l'article 4 du chapitre II du texte de loi une nouvelle définition du principe d'«équité». Il sera désormais tenu compte de «la représentativité des candidats». Laquelle sera appréciée, en particulier, «en fonction des résultats obtenus aux plus récentes élections [...] et en fonction des indications des enquêtes d'opinion».

En clair, si le résultat des élections passées témoigne d'un attachement à l'onction du suffrage universel, les instituts de sondages se voient consacrés dans une loi organique comme critère d'appréciation. Benoît Hamon aurait donc été bien en peine de jeter la pierre à TF1. La chaîne, qu'on le déplore ou non, a agi en accord avec la loi en ne retenant que les cinq premiers candidats... selon les sondages.

Sur les cinq «grands» candidats qui ont eu les honneurs de TF1, seuls François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont pris la peine de déplorer l'absence des six autres compétiteurs, jugés trop «petits» par la chaîne.

Depuis le 30 juin 2016, le CSA, se conformant à la nouvelle législation, doit ainsi veiller à l'«équité» entre les candidats. Dans une période qui commence deux semaines avant le premier tour de l'élection, une autre règle s'applique : celle de l'égalité stricte du temps de parole, y compris les soutiens des candidats. Les petits candidats tiendront là enfin leur revanche.

https://francais.rt.com/france/35587-petits-candidats-exclus-hamon-signataire-loi-organique


Les ordinateurs et les tablettes interdits sur les vols vers les États-Unis depuis huit pays musulmans  21/03/2017

Les ordinateurs et les tablettes interdits sur les vols vers les États-Unis depuis huit pays musulmans











Les ordinateurs portables et tablettes transportées en cabine sont désormais interdits par les autorités américaines sur tous les vols en provenance de huit pays du Moyen-Orient vers les États-Unis, invoquant un risque d’attentats « terroristes », rapportent les agences d’informations. Huit pays musulmans sont concernés par cette interdiction, tous alliés ou partenaires des États-Unis. Il s’agit de la Jordanie, l’Égypte, la Turquie, l’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis et le Maroc.

Neuf compagnies aériennes sont en outre assujetties à cette interdiction, telles que Émirates, Royal Air Maroc, Saudi Airlines, Turkish Airlines, Qatar Airways, Etihad Airway, Egyptair, Royal Jordanian ou encore Kuwait Airways. Ces dernières ont quatre jours à partir de ce mardi pour appliquer à leurs passagers l’interdiction d’embarquer avec des appareils électroniques plus gros qu’un téléphone portable. Les ordinateurs portables, tablettes, consoles de jeux, liseuses, lecteurs de DVD, appareils photo, etc. devront ainsi désormais être placés dans les bagages en soute des avions.

« L’examen de renseignements indique que des groupes terroristes continuent de viser le transport aérien et cherchent de nouvelles méthodes pour perpétrer leurs attentats, comme dissimuler des explosifs dans des biens de consommation », a expliqué un responsable américain. Cette interdiction des appareils électroniques plus gros que des smartphones serait liée à une menace provenant du groupe Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), actif au Yémen, a affirmé la télévision américaine CNN, citant un responsable américain.

Londres a suivi Washington en interdisant les ordinateurs portables et tablettes en cabine sur les vols de 14 compagnies aériennes en provenance de cinq pays arabes et de Turquie, a annoncé mardi un porte-parole du gouvernement britannique.

La Première ministre Theresa May a présidé plusieurs réunions lors desquelles il a été décidé "d'introduire de nouvelles mesures de sécurité aériennes sur tous les vols directs à destination du Royaume-Uni pour les pays suivants: Turquie, Liban, Jordanie, Egypte, Tunisie et Arabie saoudite", a détaillé ce porte-parole dans un communiqué.

Le Canada examine la possibilité d'imiter les Etats-Unis et le Royaume-Uni et d'interdire les ordinateurs portables et tablettes en cabine des avions de compagnies du Moyen-Orient, a indiqué mardi le ministre des Transports, Marc Garneau.

"Il est de notre devoir et de notre obligation d'analyser en détail l'information (concernant une possible menace d'attentat, NDLR) qui nous a été fournie par la communauté du renseignement. C'est ce que nous allons faire et nous prendrons la décision appropriée", a expliqué M. Garneau lors d'un point de presse.

Appareils électroniques en avion : la France évalue les risques

Les autorités françaises évaluent les risques éventuels liés à la présence de certains appareils électroniques dans les cabines d'avions, mais n'ont pas encore pris de décision, a annoncé mardi un porte-parole de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

"Il y a une analyse du risque qui est en cours par les services compétents en matière de sûreté aérienne et, également, des discussions interministérielles en cours qui détermineront si mesures il y a, ou pas", a déclaré à l'AFP ce porte-parole, après que Londres et Washington eurent interdit les ordinateurs portables et les tablettes en cabine, sur des vols en provenance de pays du Moyen-Orient et du Maghreb. "Rien n'a été décidé ni arbitré pour ce qui est de la France", a ajouté ce porte-parole.

http://www.tsa-algerie.com/20170321/ordinateurs-tablettes-interdits-vols-vers-etats-unis-huit-pays-musulmans/
https://www.lorientlejour.com/article/1042058/londres-interdit-les-ordinateurs-sur-les-vols-venant-de-six-pays.html
https://www.lorientlejour.com/article/1042076/ordinateurs-en-vol-le-canada-examine-une-interdiction.html
https://www.lorientlejour.com/article/1042086/appareils-electroniques-en-avion-la-france-evalue-les-risques.html


Les Etats-Unis confrontés à une nouvelle explosion des overdoses  21/03/2017

Les Etats-Unis confrontés à une nouvelle explosion des overdoses













Un bébé sur six naît dépendant aux opiacés dans le comté de Cabell. Et dix ans après le début d'une épidémie qui a déjà tué des centaines de milliers de consommateurs dépendants, les Etats-Unis cherchent toujours la parade contre cette crise.

Dans cette juridiction de Virginie occidentale, ce sont ainsi 500 bébés qui ont dû être sevrés en 2016 dès leur venue au monde, sur 2.900 naissances.

Dans l'Etat voisin de l'Ohio, les autorités sont obligées de louer des camions réfrigérants, normalement réservés au transport alimentaire, afin de stocker le nombre croissant de cadavres des victimes d'overdoses de drogue ou de médicaments anti-douleurs.

Les hôpitaux du New Hampshire ont tellement de patients dépendants aux opiacés qu'ils doivent les traiter dans les blocs opératoires et les salles normalement dédiées aux nouveaux-nés.

Et à Palm Beach, en Floride, où Donald Trump passe ses week-ends, dix personnes sont mortes d'overdoses pour la seule journée de vendredi, probablement après la consommation d?héroïne mélangée à du fentanyl, un opiacé de synthèse extrêmement puissant qui augmente sensiblement le risque de surdose. Le chanteur Prince avait d'ailleurs succombé en avril 2016 à une overdose de ce même fentanyl, réputé être 80 fois plus puissant que la morphine.

Ils hurlent leur dépendance

Depuis que l'administration Barack Obama a décidé en septembre 2016 de se lancer dans la lutte contre la trop grande consommation d'antidouleurs, en demandant une réduction de la distribution des opiacés sur ordonnance, les toxicomanes se tournent vers l'héroïne mexicaine.

Alors qu'il y a six ans, 80% des morts par overdose étaient dues à la prescription de médicaments opiacés, près de la moitié sont désormais dues à une prise d'héroïne et de fentanyl.

Plus de 33.000 personnes sont mortes aux Etats-Unis en 2015 à la suite d'overdoses d'opiacés, chiffre en hausse de 15,5% par rapport à 2014. Ce nombre record de 10 décès par overdose pour 100.000 habitants est 10 fois plus important que celui de 1971, lorsque Washington avait déclaré "la guerre aux drogues" après une épidémie d'overdoses.

"Les médecins doivent bercer ces bébés 24 heures sur 24 alors qu'ils hurlent leur dépendance", confie Paul Farrell, avocat dans le comté de Cabell en Virginie occidentale, l'Etat américain le plus touché par cette crise.

"Ici, on meurt chaque jour", poursuit M. Farrell, qui a intenté une action dans les comtés voisins de Cabell et de Kanawha contre plusieurs groupes pharmaceutiques, coupables selon lui de distribuer une quantité massive d'opiacés, alimentant la dépendance de leurs habitants.

- Centaines de millions de pilules -

Quelque 780 millions d'antidouleurs ont été vendus en Virginie occidentale entre 2007 et 2012, soit 421 pilules par tête. C'est ce qui ressort d'une enquête de la DEA, l'agence anti-drogue américaine, dévoilée par le journal Charleston Gazette-Mail. Les producteurs et les distributeurs d'opiacés sont soupçonnés d'avoir alimenté la crise.

Le gouverneur de l'Etat du Maryland, Larry Hogan, a lui décrété "l'état d'urgence" le 1er mars devant cette crise sans précédent. Cette décision lui permet de débloquer des fonds spéciaux normalement réservés aux catastrophes naturelles.

Le maire de New York, Bill de Blasio, a lancé il y a deux semaines une nouvelle campagne visant à combattre la dépendance. Dans sa ville, 1.075 personnes sont mortes par overdose en 2016.

Pour Paul Farrell, il va y avoir "une explosion encore jamais vue de l'abus d'héroïne dans les cinq prochaines années".

Pour recueillir des fonds, des villes et des comtés poursuivent en justice les fabricants, comme Purdue Pharma, qui produit l'OxyContin, l'antidouleur le plus vendu au monde. Mais également les grossistes et les exploitants de pharmacies, comme la chaîne de grande distribution Walmart.

"Nous avons eu 450 décès par overdose l'an dernier", a déclaré à l'AFP le procureur général adjoint du New Hampshire, James Boffetti, dénonçant "le marketing" de ces sociétés qui "a exacerbé ce problème de dépendance". Dans cet Etat de 1,3 million d'habitants, les décès par overdose sont trois fois plus nombreux que par arme à feux, selon un rapport du Violence Policy Center.

Ces comportements "rappellent ceux de malfaiteurs et font penser à du racket", déclare Paul Hanly, dont le cabinet d'avocats Simmons Hanly Conroy LLC poursuit 11 distributeurs et fabricants d'opiacés.

Mais les grandes sociétés pharmaceutiques font front commun et réfutent ces accusations. L'une d'elle, Cardinal Health, a déclaré à l'AFP que ces "procès ne font pas avancer le travail nécessaire pour résoudre la crise d'abus d'antidouleurs, une épidémie entraînée par la dépendance, la demande et le détournement de médicaments pour un usage interdit".


(©AFP / 21 mars 2017 12h16)
http://www.romandie.com/news/ZOOM--Les-EtatsUnis-confrontes-a-une-nouvelle-explosion-des-overdoses/781919.rom


Saccage de la permanence du parti Les Républicains à Grenoble  21/03/2017

Saccage de la permanence du parti Les Républicains à Grenoble












La permanence du parti Les Républicains à Grenoble a été la cible de dégradations et de tags dans la nuit du 20 au 21 mars, a-t-on appris de source policière.

Vers 4h30, une patrouille de police qui circulait place Paul Vallier à Grenoble a constaté que le local Les Républicains avait été fracturé.

Les vitres de la devanture étaient brisées, le mobilier et le matériel informatique dégradés et des inscriptions et insultes avaient été peintes en rouge sur les murs, ont constaté les forces de l'ordre.

Pour le moment, aucune interpellation n'a été effectuée.

Le président de la fédération LR d'Isère, Thierry Kovacs, a dénoncé auprès de l'AFP un «climat malsain» à Grenoble, la permanence de son parti ayant subi des dégradations «pour la quatrième fois en quelques mois». Celle du Parti socialiste a elle aussi été prise pour cible à plusieurs reprises, dont une fois par des tirs à balles réelles.

Thierry Kovacs n'a pas pu préciser dans l'immédiat le montant des dégâts. «Tout le matériel de campagne a été souillé avec de l'ammoniac, cela va nous immobiliser pendant plusieurs jours», a déploré le conseiller régional et maire de Vienne.

https://francais.rt.com/france/35562-saccage-permanence-parti-republicains-grenoble









LE FRONT NATIONAL : ESCROQUERIE POLITIQUE EN FRANCE ET IMPOSTURE EN AFRIQUE !  21/03/2017

# Luc MICHEL / Люк МИШЕЛЬ /
LE FRONT NATIONAL : ESCROQUERIE POLITIQUE EN FRANCE ET IMPOSTURE EN AFRIQUE !

Ce mardi soir 21 mars 2017
Dans ‘FACE A L’ACTUALITE’
VERS 19h GMT

Luc MICHEL
* Dressera le réquisitoire du FN en Afrique
* Expliquera quel est le véritable programme xénophobe de Marine Le Pen pour les africains en France et pour l’Afrique
* Dénoncera ces maires FN qui refuse de célébrer la journée de commémoration de l’esclavage
* Dévoilera comment le FN soutient les crimes de l’Armée française en Afrique
* Dira ce que Marine Le pen vient faire à Ndjaména : soutenir l’Armée néocoloniale française en Afrique et ses généraux aux ordres de l’OTAN et de l’AFRICOM

Marine le Pen go home !
L’Afrique n’a pas besoin des Le Pen !!!
__________________
Luc MICHEL / Люк МИШЕЛЬ /
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/
http://www.lucmichel.net/
https://twitter.com/LucMichelPCN


Sondage: Deux tiers des sionistes veulent quitter Israël  21/03/2017

Sondage: Deux tiers des sionistes veulent quitter Israël











Un sondage d'opinion préparé par le centre Hmsaa Hasriala a montré que deux tiers de la population juive souhaitent quitter l'Etat d'Israël.

Selon la dixième chaîne de la télévision hébreu qui a publié le sondage, ceux qui se définissent comme laïques et représentent 36% de la population, ont exprimé leur souhait de quitter Israël dès que l'occasion se présente.

Elle a souligné que la moitié de ces laïques se définissent comme Israéliens, tandis que les autres d'abord comme Juifs.
Le sondage a montré que les personnes qui ont déclaré vouloir quitter l'Entité sioniste sont célibataires, divorcés ou sans relation durable, ils sont âgés de 23 à 29 ans.


https://french.palinfo.com/30313
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information


Israël au cœur des débats au Conseil des droits de l'Homme de l'Onu  20/03/2017

Israël au cœur des débats au Conseil des droits de l'Homme de l'Onu











Un Rapporteur spécial de l'ONU a accusé lundi, devant le Conseil des droits de l'Homme, Israël "d'assujettir" les Palestiniens, les Etats-Unis dénonçant eux un "agenda biaisé" du Conseil contre l'Etat hébreu.

Le Rapporteur spécial de l'ONU sur les territoires palestiniens occupés, le Canadien Michael Lynk, estime en outre qu'Israël a intensifié la répression à l'encontre des défenseurs des droits de l'Homme.
Michael Lynk a présenté son rapport au Conseil lors d'une réunion spécifique sur Israël, dans le cadre du point 7 de l'agenda du Conseil.

Israël est le seul pays avec un point fixe (le point 7) à l'ordre du jour de chaque session du Conseil (trois fois par an).
Israël et leur principal allié, les Etats-Unis, ont dénoncé à de multiples reprises cet "agenda biaisé" du Conseil, boycottant les débats.

Le 15 mars, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, dans une lettre à huit groupes de défense des droits humains, a encore indiqué que les États-Unis poursuivront leur "objection forte et de principe à l'égard de l'agenda biaisé du Conseil contre Israël".

Dans un communiqué publié lundi, le département d'Etat américain a promis que les Etats-Unis allaient "voter contre toute résolution" présentée dans le cadre du point 7 de l'agenda.
L'Union européenne a condamné les pertes en vies humaines de part et d'autre, mais s'est aussi dite préoccupée par le fait que le mandat du Rapporteur se limitait à "enquêter sur les violations commises par Israël" et a estimé qu'un point spécifique sur Israël dans l'agenda du Conseil n'était pas nécessaire.

Ces débats interviennent alors qu'une responsable des Nations unies, Rima Khalaf, a présenté vendredi sa démission après que le patron de l'Onu Antonio Guterres lui a demandé de retirer un rapport accusant Israël d'imposer aux Palestiniens des conditions pouvant s'apparenter à l'apartheid.

Deux jours auparavant, les Etats-Unis avaient réclamé le retrait du rapport, se disant "outrés" par le texte.
M. Guterres a accepté la démission de Mme Khalaf, secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale, mais démenti qu'elle soit le résultat de pressions américaines.
Lundi, le bureau du Secrétaire général de l'ONU a présenté de son côté son rapport annuel sur les territoires palestiniens, concluant à la persistance des "violations chroniques des droits de l'Homme par toutes les parties".

https://www.lorientlejour.com/article/1041790/israel-au-coeur-des-debats-au-conseil-des-droits-de-lhomme-de-lonu.html


Bourdin demande aux internautes si les médias mentent... et le regrette aussitôt  20/03/2017

Bourdin demande aux internautes si les médias mentent... et le regrette aussitôt











L'animateur de RMC a lancé un sondage en ligne sur Twitter pour savoir si les utilisateurs pensaient que les journalistes étaient des menteurs. Avec 91% de réponses positives et des commentaires salés, l'expérience a tourné au vinaigre.

«Est-ce que les médias nous mentent ? Votez !» Jean-Jacques Bourdin ne s'attendait certainement pas à ce que 91% des utilisateurs de Twitter répondent favorablement à la question qu'il posait, remettant par là massivement en cause la crédibilité de la caste médiatique.

Manipulation, conditionnement, occultation de faits, hiérarchisation arbitraire de l'information... Les griefs contre les médias de masse énumérés par les participants au sondage sont nombreux. Plusieurs personnes ont aussi fait le parallèle entre journalistes et prostituées...

Mais au-delà des critiques générales des médias, Jean-Jacques Bourdin a été personnellement pris à partis par les internautes, parfois de façon véhémente. Il a notamment été accusé de mentir «par omission», ou encore d'être un «manipulateur de masse», lorsqu'il n'a pas été qualifié «d'ordure».

Néanmoins, malgré tous ces griefs, certains internautes ont manifestement appris à démêler eux-mêmes le vrai du faux des informations distillées par les médias.

https://francais.rt.com/france/30604-bourdin-demande-internautes-si-medias-mentent


1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 3069

Publicité

Brèves



Commentaires