Trois astéroïdes passeront près de la planète bleue ce week-end  10/11/2018

Trois astéroïdes passeront près de la planète bleue ce week-end
























Un des trois corps célestes qui passeront ce samedi près de notre planète s’approchera à une distance inférieure à celle qui nous sépare de la Lune.

Trois astéroïdes, dont un de 30 mètres de diamètre – taille comparable à celle d’une baleine bleue – survoleront notre planète ce samedi, informe la NASA.

Le corps céleste nommé 2018 VS1 passera à 1.386.771 km de la Terre dans la nuit de vendredi à samedi. Seulement 15 minutes plus tard, un autre astéroïde, le VR1, passera à quelque cinq millions de kilomètres de notre planète.

Samedi matin, les astronomes observeront le passage de l’astéroïde 2018 VX1, qui passera plus proche de nous que la Lune!

Les experts de la NASA, cités par la presse, préviennent toutefois qu’un tel rapprochement ne présente aucun danger.

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201811091038832896-trois-asteroides-terre/

Le FMI tente d’empêcher les Îles Marshall d’adopter une cryptomonnaie  10/11/2018

Le FMI tente d’empêcher les Îles Marshall d’adopter une cryptomonnaie



















Le Parlement des Îles Marshall a adopté, le 26 février 2018, le principe d’une cryptomonnaie (Declaration and Issuance of the Sovereign Currency Act 2018). Elle devrait être mise en œuvre par une société israélienne, Neema, sous le nom de Sovereign (SOV).

Les Îles Marshall, qui n’ont pas d’armée et dont la Défense est assurée par les États-Unis, n’ont pas de monnaie propre et utilisent le Dollar.

Selon le Fonds monétaire international, le projet de Sovereign n’offre aucune garantie en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Il pourrait donc ne pas obtenir la convertibilité en Dollar.

Affolé par cette perspective, le Parlement des Îles Marshall devra se prononcer le 12 novembre sur sa mise en application et, éventuellement, censurer le gouvernement d’Hilda Heine.

Actuellement, le Venezuela est le seul État au monde à disposer d’une crypto-monnaie, le Petro. Cependant, celle-ci n’est pas fixée sur le marché, mais sur les réserves naturelles du pays. Ce système a permis de mettre fin à la dépréciation abyssale du Nouveau Bolivar.

Depuis le début 2018, le Royaume-Uni, le Canada, Singapour, la Turquie et l’Iran étudient la possibilité de créer leur propre cryptomonnaie.

http://www.voltairenet.org/article203813.html

Brutale et très forte poussée de l’antisémitisme en France  10/11/2018

Brutale et très forte poussée de l’antisémitisme en France



















Dans un post publié sur son compte Facebook, le Premier ministre français, Édouard Philippe, révèle que le nombre d’actes antisémites a augmenté de 69 % en France durant les neuf premiers mois de 2018.

Pour être correctement interprété, ce chiffre devrait être comparé à ceux des autres actes discriminatoires que nous n’avons pas. Quoi qu’il en soit, il atteste d’une profonde et rapide dégradation du tissu social.

En choisissant de publier ce chiffre le 9 novembre 2018, le Premier ministre se distingue du président de la République, Emmanuel Macron. Deux jours plutôt, ce dernier avait annoncé un hommage national aux maréchaux de la Première Guerre mondiale, Philippe Pétain inclus, alors que la dignité de maréchal lui avait été retirée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il avait notamment fait alliance avec l’envahisseur nazi, puis il avait révoqué la nationalité française des juifs naturalisés et les avait livrés au Reich pour les faire disparaître dans « la nuit et le brouillard ».

http://www.voltairenet.org/article203810.html

A Gaza, le Hamas distribue des dollars qataris  09/11/2018

A Gaza, le Hamas distribue des dollars qataris














Des fonctionnaires palestiniens ont fait la queue vendredi à la poste pour recevoir des arriérés de salaire. Un geste pour dissiper les tensions à Gaza.

De longues files de Palestiniens se sont formées vendredi à Gaza pour toucher des arriérés de salaire ou des aides financés selon le Hamas par le Qatar, dans un nouvel effort pour dissiper les tensions dans et autour du territoire.

Des dizaines de Palestiniens se sont pressés à travers la bande de Gaza devant les guichets des bureaux de poste, exceptionnellement ouverts vendredi et samedi, exhibant ensuite plusieurs billets de cent dollars.

«Je suis venu chercher 400 dollars, au titre de mon salaire de juillet», dit Fadi Abou Safia, fonctionnaire de 35 ans, dans la ville de Gaza, «bien sûr, l'argent provient des fonds qataris. Espérons que cet argent résolve la crise que nous traversons».

90 millions de dollars qataris

Mohamed Abed al-Hadi, 27 ans, est venu, lui, collecter 700 shekels (190 dollars) versés aux Palestiniens blessés lors des manifestations et des heurts avec l'armée israélienne ces derniers mois, «une belle somme au vu des conditions dans lesquelles nous vivons».

Au total, ce sont 90 millions de dollars qataris qui doivent être distribués en six tranches mensuelles de 15 millions, selon le Hamas, principalement pour payer au moins partiellement les fonctionnaires du mouvement islamiste au pouvoir dans l'enclave.

Depuis des mois, des dizaines de milliers de fonctionnaires ne sont plus payés que sporadiquement, ce qui ajoute aux crispations dans le territoire éprouvé par les guerres, les blocus israélien et égyptien, la pauvreté et les pénuries.

Israël semble avoir facilité l'opération, avec l'intention de contribuer à faire retomber la fièvre à laquelle il est confronté depuis des mois sur sa frontière.

Valises d'argent

Fait exceptionnel, l'Etat hébreu, qui contrôle tous les accès au territoire en dehors de la frontière égyptienne, a laissé jeudi soir l'ambassadeur du Qatar à Gaza, Mohammed Al-Emadi, franchir le point de passage d'Erez entre Israël et l'enclave avec des valises d'argent en liquide, ont indiqué sous le couvert de l'anonymat une source au sein du Hamas et une source palestinienne à la frontière.

Aucune confirmation ni démenti n'a été obtenu du côté israélien.

Le Qatar, qui n'a pas de relations diplomatiques avec Israël, est un soutien de longue date du Hamas, considéré comme terroriste par l'Etat hébreu, et jugé infréquentable par une partie de la communauté internationale.

L'opération n'est pas validée par l'ONU mais elle s'inscrit plus largement dans les efforts déployés, notamment par le voisin égyptien et les Nations unies, en vue d'une trêve durable entre Israël et le Hamas, après des mois de violences qui ont ravivé le spectre d'un quatrième conflit depuis 2008.

220 Palestiniens ont été tués

Au moins 220 Palestiniens ont été tués depuis le 30 mars par des tirs israéliens, principalement lors de manifestations et de heurts le long de la frontière, mais aussi dans des frappes israéliennes en réponse à des tirs de roquettes. Un soldat israélien a été tué.

Israël réclame un retour au calme, le Hamas un allègement du vigoureux blocus imposé depuis plus de dix ans par l'Etat hébreu pour le contenir. Une amélioration des conditions de vie, en particulier le paiement des fonctionnaires du Hamas passent pour un important facteur de détente.

«Gangstérisme», «capitulation»

Un Gazaoui sur deux vit sous le seuil de pauvreté, le chômage affecte 53% de la population, et l'économie gazaouie est en «chute libre», selon la Banque mondiale.

Le Qatar, acteur primordial à Gaza, joue un rôle éminent dans l'effort de détente en cours. Sous les auspices de l'ONU, il a accepté de financer pendant six mois pour 60 millions de dollars de fioul destiné à la seule centrale électrique du territoire. Les livraisons commencées en octobre, avec l'aval israélien, ont commencé à résorber partiellement une pénurie chronique de courant.

Le Qatar a aussi décidé cette semaine de verser cinq millions de dollars d'aide à 50.000 familles pauvres de Gaza. La réussite finale de l'entreprise de détente n'est pas assurée et fait grincer des dents de part et d'autre, notamment du côté de l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas.

Évincée de Gaza par le Hamas en 2007 alors qu'elle est l'interlocutrice historiquement reconnue de la communauté internationale, l'Autorité palestinienne se juge court-circuitée et redoute une reconnaissance de fait et la pérennisation de l'autorité du Hamas sur Gaza.

Ce qu'a fait l'ambassadeur du Qatar s'apparente à des «agissements de gangster», a dit à l'AFP Ahmed Majdalani, un proche de M. Abbas.

Du côté israélien, le ministre de la Défense Avigdor Lieberman a déjà dit ne pas croire possible un arrangement avec le Hamas. Lors d'une réunion avec des collaborateurs jeudi, il a dénoncé le feu vert israélien au transit de fonds qataris comme une «capitulation devant le terrorisme», a rapporté le quotidien Yediot Aharonot.

https://www.tdg.ch/monde/A-Gaza-le-Hamas-distribue-des-dollars-qataris/story/12558864

Australie : un mort et deux blessés à Melbourne après une attaque au couteau  09/11/2018

Australie : un mort et deux blessés à Melbourne après une attaque au couteau
























Une personne a été tuée et deux autres blessées ce 9 novembre dans une attaque au couteau à Melbourne. Après avoir tenté de s'en prendre à des policiers, l'assaillant a été abattu par les forces de l'ordre qui évoquent un mobile terroriste.

Une personne est décédée et deux autres ont été blessées à coups de couteau ce 9 novembre dans le centre-ville de Melbourne (sud-est de l’Australie), selon la police australienne qui affirme avoir appréhendé un suspect près d'un véhicule en feu. Les médias locaux ont diffusé des images montrant un homme de grande taille en train de faire des moulinets avec les bras et d'essayer de porter des coups de couteau à des policiers près de la voiture en proie aux flammes, avant d'être neutralisé à l'aide d'une arme. Selon les informations de Reuters, l'assaillant est décédé à l'hôpital.
La police australienne traite l'attaque comme un «événement terroriste»

Un communiqué de la police australienne a fait savoir que l'attaque était désormais considérée comme un acte terroriste. Les forces de l'ordre ont ajouté que le suspect était Somalien et connu des services de renseignement : «Nous traitons désormais ceci comme un événement terroriste», a déclaré Graham Ashton, le patron de la police de l'Etat de Victoria. Le suspect «était connu de nous» et son véhicule 4x4 était rempli de bouteilles de gaz, a-t-il précisé. Plus tard ce même jour, l'organisation terroriste Daesh a revendiqué l'attaque via son agence de propagande Amaq.

Attention: les images ci-dessous peuvent heurter la sensibilité







La police de l'Etat de Victoria a expliqué que les forces de l'ordre avaient «initialement répondu à un signalement sur une voiture en feu».





L'incident a eu lieu dans le quartier d'affaires de Melbourne, aux alentours de 16h20 alors que les gens commençaient à quitter le travail pour le weekend. «Un homme a été arrêté sur les lieux et a été transporté sous escorte policière à l'hôpital dans un état critique», a déclaré un responsable de la police de Victoria, David Clayton.



Les secours ont déclaré avoir pris en charge trois personnes sur place, dont une blessée au cou et «dans un état critique présumé». La police a confirmé un peu plus tard qu'une des personnes poignardée était décédée sur les lieux de l'incident.



Les forces de l'ordre ont demandé à la population d'éviter de se rendre dans le secteur, soulignant cependant qu'elle ne recherchait pas d'autres suspects. «Nous ne cherchons personne d'autre pour le moment». «Les circonstances exactes doivent encore être déterminées. Le quartier a été bouclé», ont ajouté les enquêteurs.

L'attaque survient en plein procès, à Melbourne, d'un homme de 28 ans qui avait foncé dans la foule à bord de son véhicule dans le même quartier de la ville en 2017, tuant six personnes.

https://francais.rt.com/international/55233-australie-mort-plusieurs-blesses-melbourne-apres-attaque-couteau-video-choc

Carburants : pour François de Rugy, « ce n’est pas la rue qui fait la loi »  09/11/2018

Carburants : pour François de Rugy, « ce n’est pas la rue qui fait la loi »





























L’État « peut faire un effort » pour financer des aides aux ménages face à la hausse des prix des carburants, mais « ce n’est pas la rue qui fait la loi », a affirmé vendredi le ministre de l’Écologie François de Rugy.

« Je peux comprendre évidemment l’irritation, le mécontentement des Français face à l’augmentation des prix du carburant », et « en même temps ce n’est pas la rue qui fait la loi », a défendu le ministre devant des journalistes en déplacement dans le Loiret.

L’augmentation des prix des carburants, qui s’explique par la hausse des cours du brut et dans une moindre mesure par celle des taxes imposées par l’État, suscite une grogne d’une partie de la population. Un appel à bloquer les routes et les autoroutes le 17 novembre a reçu de nombreux soutiens.

Un peu plus tôt, le ministre a toutefois estimé que l’État pouvait « faire un effort » pour financer des aides aux ménages, répondant aux critiques des collectivités inquiètes d’être mises à contribution. « Moi je parle pour l’État. Je ne vais pas dire aux régions vous devez faire ci, vous devez faire ça », a-t-il déclaré sur France Info, en énumérant les pistes de mesures sur lesquelles le gouvernement travaille pour apaiser la grogne des ménages face à la hausse des prix du carburant.

« C’est bien si les gestes sont coordonnées entre l’État, les régions, d’autres collectivités locales d’ailleurs, et les entreprises », a pour sa part estimé Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État à la Transition écologique, interrogée dans le même temps sur Europe 1. En début de semaine, le président de la République avait affirmé souhaiter l’extension à toute la France de la défiscalisation de l’aide au transport mise en place par la région Hauts-de-France. Cette proposition avait suscité des critiques de Régions de France et de l’Association des maires de France, qui demandaient à l’État de prendre à sa charge les mesures qu’il pourrait prendre pour aider les ménages.

Un accompagnement pour les faibles revenus

Le gouvernement travaille ces derniers jours sur plusieurs dispositifs, en particulier un accompagnement pour les ménages à faibles revenus qui travaillent loin de leur domicile. « On est en train de chiffrer cela, car il faut par ailleurs être responsable. On pourrait avoir un forfait transport qui pourrait permettre d’alléger un peu la facture transport », a indiqué François de Rugy. « L’État peut faire un effort comme nous l’avons fait pour le chauffage (…) Nous sommes en train de travailler avec beaucoup de rapidité pour que cela puisse être fait vraiment dans les jours qui viennent et que ça puisse entrer en vigueur au 1er janvier 2019 », a-t-il ajouté.

« Dans les années 70, avec une heure de Smic on roulait 30 km. Aujourd’hui, on roule 130 km. Le prix du carburant a plutôt baissé sur une longue période. A moyen terme il est plutôt à la hausse et c’est pour ça qu’il faut sortir des énergies fossiles progressivement », a indiqué pour sa part Emmanuelle Wargon.

Selon des sources proches du dossier, le gouvernement travaille également à une amélioration du chèque énergie pour en augmenter le nombre de bénéficiaires ou encore un renforcement de la prime à la conversion, qui pourrait être accordée aux « gros rouleurs » même si leurs véhicules ne sont pas aussi vieux que l’exige le dispositif.

http://www.lequotidien.lu/international/carburants-pour-francois-de-rugy-ce-nest-pas-la-rue-qui-fait-la-loi/

France : les députés votent la création du parquet national antiterroriste  09/11/2018

France : les députés votent la création du parquet national antiterroriste























Les députés ont voté vendredi la création du parquet national antiterroriste (PNAT), dans le cadre de l’examen en commission du projet de réforme de la justice.

Dirigé par un procureur de la République antiterroriste, ce PNAT se substituera au parquet de Paris pour le traitement des infractions terroristes, des crimes contre l’humanité, des crimes et délits de guerre, des crimes de tortures et encore des infractions relatives à la prolifération d’armes de destruction massive. La commission des Lois a voté cette création via un amendement du gouvernement.

Le texte sera examiné en première lecture dans l’hémicycle de l’Assemblée à compter du 19 novembre. La ministre de la Justice Nicole Belloubet a souligné devant les députés le « double objectif » du parquet antiterroriste : « disposer d’une véritable force de frappe » pour « répondre à des menaces dont on sait qu’elles sont toujours à un niveau très élevé » et « offrir une visibilité institutionnelle à ce procureur » au « plan national et international ». Cela « ne vise nullement à remettre en cause la remarquable action » de François Molins, ex-procureur de la République de Paris qui a été depuis 2015 le visage de l’antiterrorisme.

Nouvelles procédures

Annoncé en décembre 2017 par la garde des Sceaux, le PNAT avait été écarté du projet initial de réforme de la justice après des remarques du Conseil d’État. Le gouvernement en a tenu compte, a assuré Nicole Belloubet : par rapport à la crainte d’une rigidité des effectifs de magistrats, il a été prévu une réserve opérationnelle de magistrats du parquet de Paris à laquelle le procureur de la République antiterroriste pourra recourir en cas de crise.

Le PNAT sera également doté d’un nouveau mécanisme procédural lui permettant de requérir de tout procureur de la République la réalisation des actes d’enquête qu’il déterminera. Il pourra compter sur des relais territoriaux avec la création, au sein des tribunaux de grande instance dont le ressort est particulièrement exposé à la menace terroriste, de magistrats délégués à la lutte contre le terrorisme.

http://www.lequotidien.lu/international/france-les-deputes-votent-la-creation-du-parquet-national-antiterroriste/

Bande de Gaza: 37 Palestiniens blessés par l'armée israélienne  09/11/2018

Bande de Gaza: 37 Palestiniens blessés par l'armée israélienne
























L'armée israélienne a blessé 37 manifestants palestiniens lors de leur participation à la Marche du Retour, dans l'est de la Bande de Gaza.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré, dans un communiqué diffusé vendredi, que les forces de l'armée israélienne ont tiré à balles réelles sur les manifestants présents près de la barrière frontalière, dans l'est de la Bande de Gaza, blessant 37 d'entre eux.

L’un des blessés qui ont été admis à l’hôpital européen de Gaza se trouve dans un état "critique". Il a été blessé par une balle réelle dans le cou, selon le ministère de la Santé.

On dénombre parmi les blessés six enfants et neuf femmes dont une secouriste qui a été blessée à la jambe, lit-on encore dans le communiqué.

Plus tôt dans la journée, des milliers de Palestiniens ont afflué vers les cinq campements érigés le long de la zone tampon Gaza-Israël.

Les Palestiniens de la Bande de Gaza ont commencé à organiser régulièrement ces manifestations au mois de mars dernier, pour réclamer le droit de retour aux Territoires palestiniens occupés, desquels ils ont été expulsés en 1948.

Baptisée "la Marche du Retour", cette mobilisation palestinienne pacifique réclame également la levée du blocus israélien maritime, terrestre et aérien qui a coupé la Bande de Gaza du monde, et réduit, pendant 12 ans, ses 2 millions d’habitants à une précarité sans précédent.

Depuis le début des rassemblements, plus de 200 Palestiniens sont tombés en martyrs et des milliers d'autres ont été blessés par les soldats israéliens déployés de l'autre côté de la zone tampon.

https://www.aa.com.tr/fr/monde/bande-de-gaza-37-palestiniens-bless%c3%a9s-par-larm%c3%a9e-isra%c3%a9lienne/1307294

Actes antisémites en hausse : passe d'armes entre Edouard Philippe et le Rassemblement national  09/11/2018

Actes antisémites en hausse : passe d'armes entre Edouard Philippe et le Rassemblement national
























Le Premier ministre a publié sur Facebook un texte visant à dénoncer le regain des actes antisémites en France au cours de l'année 2018. Marine Le Pen et Louis Aliot ont réagi, estimant que les causes du mal n'étaient pas traitées.

Le Premier ministre a pris la plume sur Facebook le 9 novembre pour alerter sur la très forte hausse des actes antisémites en France au cours des neuf premiers mois de l'année 2018 (+69%), après deux années de baisse. Dans son texte, Edouard Philippe a mis en parallèle cette situation avec l'histoire allemande, en faisant référence à la nuit de Cristal du 9 novembre 1938 au cours de laquelle les nazis se sont livrés à des exactions contre leurs concitoyens juifs : «Chaque agression perpétrée contre un de nos concitoyens parce qu'il est juif résonne comme un nouveau bris de cristal.»

Et de poursuivre : «Pourquoi rappeler, en 2018, un aussi pénible souvenir ? Parce que nous sommes très loin d’en avoir fini avec l'antisémitisme», avant d'évoquer les chiffres «implacables» des actes antisémites en France sur la partie écoulée de 2018.

Ces chiffres ne sont «pas une surprise», a réagi le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Francis Kalifat, interrogé sur LCI, qui ajoute : «L'antisémitisme est profondément ancré dans notre pays [...]. On ne peut plus aller de plan en plan pour lutter contre l'antisémitisme, parce que nous constatons que ces plans qui se succèdent n'arrivent pas à résorber ce cancer qui gangrène notre société.»
Le Rassemblement national pointe «l'islamisme radical»

La présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, a vivement réagi aux propos du Premier ministre, estimant pour sa part que «refuser de désigner la cause» de la montée de l'antisémitisme, identifiée comme étant «l'islamisme radical» par son compagnon Louis Aliot, revenait à «se condamner à l'impuissance et donc [à] renoncer à le combattre». Selon le député des Pyrénées orientales et membre du bureau exécutif du Rassemblement national (RN) : «Pour lutter contre l’antisémitisme, il faut se concentrer sur sa source et avoir le courage de le combattre. Ouvrir les yeux sur la cause est déjà une première étape. Contre l’islamisme radical pas de faiblesse ! Toute ma sympathie à nos compatriotes visés par cette haine.»



L'antisémitisme relève la tête

Après une année 2015 record, les actes antisémites avaient nettement reculé en 2016 (-58%). La décrue s'était poursuivie en 2017 (-7%), avec 311 actes répertoriés, même si elle masquait une augmentation des actes violents visant les juifs.

Selon les informations de l'AFP, le gouvernement prépare pour 2019 une modification de la loi afin de renforcer la lutte contre la «cyberhaine», en mettant la pression sur les opérateurs du Net. Le récent plan du Premier ministre contre le racisme et l'antisémitisme prévoit l'expérimentation d'«un réseau d’enquêteurs et de magistrats spécifiquement formés à la lutte contre les actes haineux», qui pourrait être étendu à l'échelon national, ainsi qu'un dispositif de pré-plainte en ligne afin de favoriser les signalements.

https://francais.rt.com/france/55239-actes-antisemites-hausse-passe-darmes-edouard-philippe-rassemblement-national

Une députée macroniste dénonce «un puissant lobby LGBT» à l'Assemblée, Griveaux la recadre  09/11/2018

Une députée macroniste dénonce «un puissant lobby LGBT» à l'Assemblée, Griveaux la recadre













Députée de La République en marche, Agnès Thill était connue pour ses positions contre l'ouverture de la PMA aux couples de femmes. Elle a été recadrée par son camp après avoir dénoncé l'existence d'«un lobby LGBT à l'Assemblée nationale».

Agnès Thill, députée de La République en marche (LREM) de l'Oise, a choqué sa propre majorité en fustigeant publiquement le 8 octobre «un puissant lobby LGBT» à l’Assemblée nationale.

Elle s'exprimait en échangeant sur Twitter au sujet de l'ouverture de la procréation médicale assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes, avec sa collègue députée LREM Elise Fajgeles. Opposée à une telle extension de la PMA, Agnès Thill a jugé que la chambre basse du Parlemen, ne rendait pas compte de la diversité des points de vue de la société française. «Il y a un puissant lobby lgbt à l’AN [Assemblée nationale] et l’AN n’est pas la France. Ici [en circonscription], les avis sont tout autre», a tweeté l'élue de l'Oise.



Levée de boucliers au gouvernement et chez LREM

Ces propos ont provoqué une levée de boucliers dans son propre camp. A commencer par le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, qui a affirmé que ce «terme de "lobby LGBT" [était] absolument inacceptable et n’a[vait] pas sa place dans le débat public». «Pas d’ambiguïté de mon côté», a-t-il poursuivi en réponse à une association de défense des familles homoparentales ADFH, qui s'inquiétait de la reprise d'une expression «anxiogène utilisée par tous les sites d'extrême droite et les sites de désinformation».



Même son de cloche chez le secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, qui a assuré sur Twitter qu'«il n’existait aucun "lobby LGBT" [mais] juste des gens qui veulent vivre librement et d’autres gens qui les soutiennent, parce que leur identité leur sexualité ou leur amour ne retire rien à personne». «Fantasmer sur un lobby gay = premier pas vers l’homophobie», a-t-elle ajouté.



Le député LREM de Charente-Maritime Raphaël Gérard a lui aussi condamné les mots d'Agnès Thill, en «rappelant le droit de toute personne LGBT à être représentée au même titre que des minorités religieuses radicales». «Je constate que tu représentes bien La Manif Pour Tous à l'Assemblée nationale», a-t-il étayé.

Le député LREM de Charente-Maritime Raphaël Gérard a lui aussi condamné les mots d'Agnès Thill, en «rappelant le droit de toute personne LGBT à être représentée au même titre que des minorités religieuses radicales». «Je constate que tu représentes bien La Manif Pour Tous à l'Assemblée nationale», a-t-il étayé.

Ce à quoi Agnès Thill lui a répondu : «Je ne représente aucune religion. Encore moins une minorité religieuse radicale. Ni la manif pour tous. Peut on encore parler dans ce pays? Sans être aussitôt catalogué de reac., conservateur, religieux, homophobe etc.»



Agnès Thill, une rare marcheuse à s'opposer ouvertement à la future loi sur la PMA

Sur ce question sociétale, Agnès Thill n'avait pas caché jusqu'alors être à contre-courant de la promesse présidentielle d'extension de la PMA et du projet de loi prévu en débat à l'Assemblée nationale début 2019.

Le 24 octobre, elle avait notamment écrit sur les réseaux sociaux : «La PMA pour femmes seules exclut l’autre parent. Est-ce mon rôle de créer une situation qui exclut l’Autre ? Voulons nous créer une société qui exclut l’Autre ? Moi non.»







https://francais.rt.com/france/55232-deputee-macroniste-lrem-denonce-puissant-lobby-lgbt-assemblee-griveaux-recadre-pma-gpa

Des stars hollywoodiennes récoltent 60 millions de dollars en faveur de Tsahal lors d'un gala  09/11/2018

Des stars hollywoodiennes récoltent 60 millions de dollars en faveur de Tsahal lors d'un gala
























Ashton Kutcher, Pharrell Williams, Gerard Butler : des célébrités du mondes des arts se sont retrouvées à l'occasion d'un gala de prestige à Beverly Hills. Objectif de l’événement ? Soutenir l'armée israélienne. 60 millions de dollars ont été levés.

Organisé par les Amis des forces de défense israéliennes (FIDF), le gala qui s'est tenu le 1er novembre à Beverly Hills en Californie a été un franc succès. Une pléiade des stars du cinéma et de la musique se sont rendues sur place pour afficher leur soutien à Tsahal. Et plus encore : 60 millions de dollars ont été levés pour les forces armées israéliennes lors de cette soirée.

«Nous sommes ravis que tant de membres de notre communauté, y compris des personnalités d'Hollywood, s'unissent pour nous aider à soutenir les courageux hommes et femmes de [l'armée israélienne]. Soutenir ces héros est l'un des plus grands honneurs de ma vie», a confié Haim Saban, l'un des responsables des FIDF à l'origine de l’événement, sur le site de l'association.

Selon les FIDF, plus de 1 200 personnes ont participé à cette soirée, dont de célèbres acteurs et chanteurs tels qu'Ashton Kutcher, Pharell Williams, Gerard Butler, Andy Garcia ou encore Katharine McPhee. Parmi les thèmes au programme de la soirée, figuraient notamment les 70 ans d'histoire d'Israël et les différentes campagnes militaires menées par l'Etat hébreu, sujets racontés par des soldats et d'anciens militaires.

Les plus gros donateurs de la soirée ont été deux couples, Haim Saban et sa femme Cheryl, ainsi que le milliardaire Sheldon Adelson et son épouse Miriam, qui ont chacun fait un chèque de 10 millions de dollars. Selon l'organisation, les fonds recueillis serviront à fournir «des services indispensables et bien mérités» tels que des bourses d'études aux anciens combattants, des aides financière aux soldats dans le besoin ou encore aux vétérans blessés et aux familles de victimes.

https://francais.rt.com/international/55228-stars-hollywoodiennes-recoltent-60-millions-dollars-faveur-tsahal-gala

Bande de Gaza: Un Palestinien tombe en martyr près de Deir al-Balah  08/11/2018

Bande de Gaza: Un Palestinien tombe en martyr près de Deir al-Balah

















Un Palestinien est tombé en martyr jeudi soir sous les tirs des soldats israéliens près de la frontière est entre la Bande de Gaza et Israël.

"Un Palestinien est tombé en martyr après avoir été blessé par balles par l’armée israélienne, près de la frontière est de Deir al-Balah, dans le centre de la Bande de Gaza", a déclaré Ashraf al-Qodra, porte-parole du ministère palestinien de la Santé, sans donner plus de détails sur l’identité du martyr et les circonstances de son meurtre.

Depuis le mois de mars dernier, les Palestiniens de la Bande de Gaza organisent régulièrement des manifestations le long de la zone tampon Gaza-Israël pour réclamer le droit de retour aux Territoires palestiniens occupés, desquels ils ont été expulsés en 1948.

Baptisée "La Marche du Retour", cette mobilisation palestinienne pacifique réclame également la levée du blocus israélien maritime, terrestre et aérien qui a coupé la Bande de Gaza du monde, et réduit, pendant 12 ans, ses 2 millions d’habitants à une précarité sans précédent.

Depuis le début des rassemblements, plus de 200 Palestiniens sont tombés en martyrs et des milliers d'autres ont été blessés par les soldats israéliens déployés de l'autre côté de la zone tampon.

https://www.aa.com.tr/fr/politique/bande-de-gaza-un-palestinien-tombe-en-martyr-pr%c3%a8s-de-deir-al-balah/1306375

Initiative du roi du Maroc : l’Algérie avait déjà posé ses conditions en 2013  08/11/2018

Initiative du roi du Maroc : l’Algérie avait déjà posé ses conditions en 2013













Le roi du Maroc Mohamed VI a tendu la main à l’Algérie ce mardi en proposant la mise en place d’un « mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation » destiné à permettre de régler les différends entre les deux pays.

« En vertu de son mandat, ce mécanisme devra s’engager à examiner toutes les questions bilatérales, avec franchise, objectivité, sincérité et bonne foi, sans conditions ni exceptions, selon un agenda ouvert », a suggéré Mohamed VI, pour qui le futur mécanisme « pourra constituer le cadre pratique d’une coopération, centrée sur les différentes questions bilatérales, notamment celle qui a trait à la valorisation des opportunités et des potentiels de développement que recèle la région du Maghreb ».

Le gouvernement algérien n’a toujours pas répondu à la proposition du Maroc. Cependant, l’Algérie a depuis 2013 posé publiquement ses conditions pour la normalisation de ses relations avec le Maroc, notamment la réouverture des frontières terrestres fermées depuis plus de vingt ans.

« La réouverture de la frontière est une question de souveraineté qui relève du ressort exclusif du gouvernement algérien et les conditions qui doivent y présider sont connues de nos voisins », avait affirmé en juin 2013 Amar Belani, alors porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Ces conditions sont « l’arrêt de la campagne de dénigrement contre l’Algérie », « une coopération sincère, efficiente et productive de résultat contre l’agression que nous subissons au quotidien en matière d’infiltration de drogues » ainsi que le respect de « la position du gouvernement algérien en ce qui concerne la question du Sahara occidental que nous considérons comme une question de décolonisation qui doit trouver un règlement conforme à la légalité internationale au sein des Nations unies ».

Le Maroc avait alors réagi à cette déclaration en faisant part de ses « réserves les plus fortes » : « Le principe même d’introduire une conditionnalité unilatérale dans la normalisation des relations bilatérales est une pratique d’un autre âge [et] dénote une culture politique d’une ère révolue, en total déphasage avec les exigences et les perspectives du 21 siècle », avait estimé le ministère des Affaires étrangères marocain.

https://www.tsa-algerie.com/initiative-du-roi-du-maroc-lalgerie-avait-deja-pose-ses-conditions-en-2013/

L'avocat de Netanyahu compromis dans une affaire de corruption  08/11/2018

L'avocat de Netanyahu compromis dans une affaire de corruption




















La police israélienne a affirmé jeudi disposer d'éléments prouvant l'implication de David Shimron, cousin et avocat du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dans une affaire de corruption qui éclabousse le chef du gouvernement, lui-même visé par d'autres enquêtes.

Le dossier porte sur des soupçons de corruption présumée autour de la vente par l'Allemagne à Israël de sous-marins militaires et autre bateaux conçus par le géant industriel allemand ThyssenKrupp, pour une somme totale d'environ deux milliards de dollars.

M. Netanyahu n'a jamais été mis en cause dans cette affaire mais a été interrogé dans le cadre de l'enquête.

Il est en revanche visé par différentes investigations pour corruption présumée, susceptibles de menacer son long exercice du pouvoir et a été interrogé plus d'une dizaine de fois en tant que suspect ou témoin.

Dans l'affaire des sous-marins militaires, la police a livré ses conclusions au terme d'une longue enquête, recommandant l'inculpation de David Shimron pour soupçons de corruption, fraude et blanchiment d'argent.

Outre M. Shimron, la police soupçonne également David Sharan, ancien chef de cabinet du Premier ministre, l'ancien commandant de la marine, l'amiral de réserve Eliezer Marom, et l'ex-ministre Eliezer Zandberg d'être impliqués dans cette affaire de corruption.

- Témoin à charge -

Elle a indiqué ne pas disposer de "preuves suffisantes" pour inculper un autre avocat de M. Netanyahu, Yitzhak Molcho.

C'est désormais le procureur général qui doit décider de la mise en examen des suspects.

En juillet 2017, le représentant en Israël du groupe ThyssenKrupp au moment de la vente, Michael Ganor, avait conclu un accord de plaider coupable avec la justice. En acceptant d'être témoin à charge, il écopera d'une peine d'un an de prison et d'une amende de 10 millions de shekels (2,4 millions d'euros).

L'amiral Eliezer Marom aurait touché environ 600.000 shekels (120.000 euros) de M. Ganor pour l'avoir "conseillé", selon les termes de la police.

M. Shimron, qui devait promouvoir l'accord de vente auprès des autorités israéliennes en mettant à profit ses liens avec le Premier ministre, est soupçonné d'avoir touché 270.000 shekels pour avoir "ouvert des portes", selon la police.

Le communiqué de la police affirme que cinq sous-marins ont été vendus par ThyssenKrupp à Israël ces dernières années mais ne précise pas si cette affaire est liée à ces sous-marins.

"Les espoirs de la gauche de lier cette affaire au Premier ministre Netanyahu se sont écroulées face à la réalité", a réagi le Likoud, le parti du chef du gouvernement, dans un communiqué.

- Quatre affaires -

Mais le Premier ministre est actuellement cité dans quatre autres affaires, et la police a recommandé en février son inculpation dans deux d'entre elles.

L'une porte sur des cadeaux qu'il aurait indûment reçus de riches célébrités, et l'autre sur un accord secret qu'il aurait tenté de conclure avec le quotidien populaire Yediot Aharonot pour une couverture favorable.

M. Netanyahu assure lui n'avoir rien à se reprocher, dénonce une "chasse aux sorcières" et affirme sa ferme intention de rester à son poste.

Par ailleurs, la police cherche à savoir si le couple Netanyahu a tenté de s'assurer une couverture propice de la part du site d'informations Walla en contrepartie de faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des centaines de millions de dollars à Bezeq, le principal groupe de télécommunications israélien, propriétaire de Walla.

Dans une affaire séparée, Sara Netanyahu, l'épouse du chef du gouvernement, a comparu en octobre devant un tribunal, accusée d'avoir fait passer pour plus de 80.000 euros de repas aux frais du contribuable, alors que la résidence officielle disposait d'un cuisinier.

Malgré ces enquêtes, M. Netanyahu reste en bonne position dans les sondages et pourrait, après 12 ans au pouvoir -en deux fois- battre le record de longévité de l'historique David Ben Gourion.

Alors que le procureur général devrait prendre une décision dans les prochains mois, M. Netanyahu n'est pas légalement tenu de démissionner s'il est inculpé.

https://actu.orange.fr/monde/l-avocat-de-netanyahu-compromis-dans-une-affaire-de-corruption-CNT0000018j0r3.html





































Pas de poursuites contre l'ex-procureur de New York, accusé de violence par des femmes  08/11/2018

Pas de poursuites contre l'ex-procureur de New York, accusé de violence par des femmes
























L'ex-procureur de l'État de New York, qui avait démissionné en mai après avoir été accusé de violences par quatre femmes, ne sera pas poursuivi en justice en raison de failles dans le Code pénal new-yorkais, a annoncé jeudi la procureure chargée de l'enquête.

«Je crois les femmes» qui ont accusé Eric Scheiderman de violences, a indiqué jeudi la procureure du comté de Nassau Madeline Singas, chargée du dossier, «mais des obstacles légaux, y compris les délais de prescription, rendent impossible toute poursuite».

«Notre enquête a révélé des failles dans le droit new-yorkais», a-t-elle ajouté, en proposant un projet de loi pour y remédier.

Le texte qu'elle a préparé et transmis à la presse renforcerait l'arsenal législatif actuel contre le harcèlement sexuel, en faisant entrer dans la catégorie des violences telles «claques, coups, coups de pied» données «sans consentement», «à des fins de gratification sexuelle».

Toute personne jugée coupable d'un tel crime serait punissable d'une peine allant jusqu'à un an de prison, avec un délai de prescription de deux ans.

La loi actuelle ne permet pas de poursuivre les violences qui visent à la gratification sexuelle si elles ne provoquent pas de blessure substantielle.

Eric Schneiderman, 63 ans, avait démissionné début mai après un article du New Yorker où quatre femmes l'accusaient de violences, un coup de théâtre pour ce poids-lourd démocrate de l'État de New York, qui s'était érigé en relais judiciaire du mouvement #MeToo.

Deux des femmes avaient indiqué qu'il les avait violemment giflées, souvent sous l'emprise de l'alcool, et l'une d'elles l'avait accusé d'avoir commencé à l'étrangler.

M. Schneiderman avait très rapidement annoncé sa démission, tout en réfutant les accusations.

Le mouvement anti-harcèlement #MeToo, né dans la foulée des premières accusations contre le producteur de cinéma Harvey Weinstein, a mis en accusation des dizaines d'hommes de pouvoir, poussant la plupart d'entre eux à la démission.

Les poursuites au pénal sont cependant restées rares. Harvey Weinstein a été inculpé à Manhattan d'agressions sexuelles sur trois femmes, mais les poursuites liées à l'une d'entre elles ont été abandonnées en octobre après qu'il eut été révélé qu'elle avait livré des récits contradictoires.

L'avocat du producteur demande l'abandon total des poursuites après une série d'erreurs commises selon lui par l'accusation.

http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/2018/11/20181108-115849.html

France: nouveau rejet de la demande de remise en liberté de Tariq Ramadan  08/11/2018

France: nouveau rejet de la demande de remise en liberté de Tariq Ramadan




























a quatrième demande de remise en liberté de Tariq Ramadan, déposée après la reconnaissance par l'intellectuel musulman de rapports sexuels avec deux femmes qui l'accusent de viol, a été rejetée.

Son avocat a indiqué avoir interjeté appel de cette décision.

L'islamologue suisse est incarcéré depuis sa mise en examen (inculpation) le 2 février pour "viols", à la suite des plaintes de deux femmes déposées à l'automne 2017.

Dans son ordonnance de rejet datée du 6 novembre, le juge estime que la détention "est toujours nécessaire", évoquant notamment des "risques de pression sur les plaignantes" et la nécessité "d'éviter le renouvellement de tels faits".

Après un an de dénégations, Tariq Ramadan a finalement reconnu le 22 octobre avoir eu un rapport sexuel avec ces deux femmes mais il a affirmé aux juges d'instruction que ces relations étaient "consenties". Si ce rebondissement est mentionné dans l'ordonnance, il n'a toutefois pas infléchi la position du juge.

Le prédicateur de 56 ans avait jusqu'ici nié tout rapport physique avec ces deux femmes, reconnaissant seulement en juin des relations extra-conjugales de "domination" avec d'autres anciennes maîtresses et une troisième plaignante pour laquelle il n'est pas inculpé.

Il a été contraint à cette volte-face en octobre après la révélation fin septembre de centaines de SMS explicites exhumés d'un vieux téléphone d'une des plaignantes, surnommée "Christelle" par les médias.

Dénonçant un viol commis lors de leur unique rencontre le 9 octobre 2009 à Lyon (centre-est), cette femme avait saisi la justice en octobre 2017, dans la foulée de la première plainte déposée par Henda Ayari. Cette dernière, une ancienne salafiste devenue militante laïque, affirme avoir été violée dans un hôtel parisien au printemps 2012.

L'avocat de M. Ramadan, Emmanuel Marsigny, avait lui versé au dossier en octobre des SMS échangés avec Mme Ayari à l'automne 2012, quelques mois après le viol présumé, qui démontrent, selon lui, une relation consentie.

"Au regard des derniers éléments démontrant les mensonges des parties civiles", la décision du juge "est incompréhensible", a réagi le conseil. "Il est évident que M. Ramadan est maintenu en détention pour d'autres raisons".

En Suisse, M. Ramadan est également visé par une instruction pour viol.

Petit-fils du fondateur de la confrérie islamiste des Frères Musulmans, Tariq Ramadan a souvent été accusé par ses détracteurs de dissimuler le projet d'un islam politique sous couvert de discours réformiste.

Professeur d'études islamiques à Oxford au Royaume-Uni, "Frère Tariq" bénéficie d'une forte popularité dans les milieux musulmans conservateurs.

https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/188259-181108-france-nouveau-rejet-de-la-demande-de-remise-en-liberte-de-tariq-ramadan

Un ex-militaire armé fait 12 morts dans un bar de Californie  08/11/2018

Un ex-militaire armé fait 12 morts dans un bar de Californie




























Un ancien soldat a ouvert le feu mercredi soir dans un bar bondé près de Los Angeles en Californie, tuant 12 personnes avant de se suicider, a annoncé le shérif local.

Le tireur de 28 ans, Ian Long, a commis ce carnage lors d'une soirée rassemblant plus d'une centaine de personnes, dont de nombreux étudiants, dans la ville de Thousand Oaks, au nord de Malibu.

L'ex-militaire (2008 à 2013) avait servi dans le corps d'élite des Marines et notamment été déployé en Afghanistan durant sept mois. Il était connu des services de police et de ses voisins pour des troubles psychiques.

Ian Long s'est présenté mercredi soir à l'entrée du Borderline Bar and Grill, armé d'un pistolet Glock doté d'un chargeur à capacité augmentée.

Il a abattu le garde de sécurité avant de pénétrer dans l'établissement pour y perpétrer sa tuerie, a relaté Geoff Dean, le shérif du comté de Ventura en périphérie de Los Angeles.

"J'ai vu le tireur, il était habillé en noir, avec des lunettes, camouflé. Il a sorti une arme et a commencé à tirer", a raconté à l'AFP Holden Harrah, 20 ans, un client habituel de ce bar.

Il a précisé avoir dû "ramper" pour sortir et rejoindre sa voiture.

Le shérif Dean a décrit une "scène horrible", avec "du sang partout". On compte parmi les victimes décédées un agent de police, Ron Helus, parmi les premiers à intervenir sur les lieux. L'homme de 54 ans a été qualifié de "héros" par le shérif Dean.

Vingt-trois autres personnes ont été soignées dans des hôpitaux de la région, avant de pouvoir rentrer chez elles.

- Mobile inconnu -

Les autorités ignoraient jeudi la raison pour laquelle Ian Long, qui ne semblait pas avoir de cible spécifique à l'intérieur du bar, a commis ce carnage.

"Nous n'avons aucune idée de ses motivations", a souligné le shérif Dean.

En avril, des policiers se sont rendus chez lui car il agissait de "manière irrationnelle", justifiant le déplacement d'agents spécialisés en troubles psychologiques.

In fine, Ian Long n'a pas été arrêté ni interné, mais a laissé aux forces de l'ordre l'impression qu'il souffrait de stress post-traumatique vraisemblablement lié à ses antécédents militaires.

Ian Long vivait avec sa mère dans un quartier cossu de Thousand Oaks.

"C'est une dame très gentille mais elle a eu beaucoup de problèmes avec son fils", a déclaré au Los Angeles Times l'un d'eux, Richard Berge, selon qui Ian Long souffrait effectivement de ce syndrome de stress répandu chez les anciens soldats.

Le jeune homme s'était plus d'une fois fait remarquer en donnant de violents coups dans les murs de sa maison, selon plusieurs voisins.

La police et le FBI étaient présents en masse jeudi matin devant le domicile de Ian Long, archétype de la maison américaine avec drapeau étoilé et gros pick-up garé devant, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Non loin de là, réunies dans un centre de Thousand Oaks par la police, une soixantaine de personnes cherchaient à retrouver la trace de leurs proches qui se trouvaient à l'intérieur du bar, à l'instar de Jason Coffman, sans nouvelles de son fils Cody, 22 ans.

"La dernière fois que je l'ai vu, il m'a dit au revoir et se rendait au Borderline", a-t-il expliqué aux journalistes, des sanglots dans la voix.

Quelques minutes plus tard, Jason Coffman recevait un appel téléphonique et fondait en larmes.

La police a indiqué ignorer si le suspect avait des connexions avec un groupe extrémiste quelconque. "Rien ne me conduit, moi ou le FBI, à penser qu'il y a un lien terroriste", a expliqué le shérif Geoff Dean.

- Pistolet semi-automatique -

Le bar organisait tous les mercredis des soirées étudiantes, ouvertes aux jeunes majeurs. Le shérif a estimé que les victimes avaient probablement entre 21 et 26 ans.

Matt Wennerstrom, un étudiant de 20 ans, fréquentait régulièrement l'établissement. Ian Long "tirait autant de balles qu'il pouvait, et quand il rechargeait, les gens essayaient de s'enfuir", a-t-il raconté au Los Angeles Times.

La plupart des témoins cités par les médias américains, en majorité des étudiants des nombreuses universités de cette banlieue résidentielle de Los Angeles, ont décrit des scènes de panique après les premiers coups de feu: bousculade et clients piétinés, certains se réfugiant dans les toilettes ou sur un balcon, d'autres brisant les fenêtres et sautant au travers.

"Tout le monde s'est jeté au sol très rapidement. Tout le monde voulait sortir le plus vite possible", a déclaré à l'AFP une jeune femme, qui s'est elle-même enfuie avec une amie par l'arrière-cuisine.

Les Etats-Unis sont régulièrement le théâtre de fusillades, du fait de la dissémination des armes à feu dans le pays.

La dernière en date avait fait onze morts dans une synagogue de Pittsburgh.

Cette nouvelle attaque évoque la tuerie perpétrée en 2016 dans une boîte gay d'Orlando, en Floride, où 49 personnes avaient péri sous les balles.



(©AFP / (08 novembre 2018 18h57) https://www.romandie.com/news/ZOOM-Un-ex-militaire-arm-fait-12-morts-dans-un-bar-de-Californie/969718.rom

Pétain: un ministre israélien exhorte Macron à ne pas défendre les soutiens des Nazis  08/11/2018

Pétain: un ministre israélien exhorte Macron à ne pas défendre les soutiens des Nazis













Le ministre israélien de l’Enseignement Naftali Bennett a reproché au Président de la République française d’avoir fait le 7 novembre l’éloge du maréchal Philippe Pétain qui, selon lui, a été «un grand soldat» pendant la Première guerre mondiale.

Commentant les propos du Président français sur le maréchal Philippe Pétain, le ministre israélien de l'Enseignement Naftali Bennett a appelé Emmanuel Macron à ne pas «excuser ou défendre les Nazis et ceux qui les ont soutenus».

«Le maréchal Pétain a autorisé et facilité l'expulsion et les exécutions de masse de juifs. Il est inacceptable de laisser penser que ses actions précédentes atténuent de telles atrocités», a déclaré Naftali Bennett.

Et d'ajouter:

«J'exhorte le Président Macron à ne pas offrir excuser ou défendre les Nazis et ceux qui les ont soutenus par le passé, les soutiennent aujourd'hui ou les soutiendront dans le futur.»

Emmanuel Macron a jugé le 7 novembre que l'hommage qui serait rendu au maréchal Pétain lors les commémorations des 10 et 11 novembre aux Invalides était «justifié». D'après lui, le dirigeant vichyste a été «un grand soldat» pendant la Première guerre mondiale mais a «conduit des choix funestes» pendant la Seconde.

https://fr.sputniknews.com/france/201811081038815876-petain-reaction-ministre-isralien/

Procès UBS : une amende de 3,7 milliards d'euros requise contre le géant bancaire suisse  08/11/2018

Procès UBS : une amende de 3,7 milliards d'euros requise contre le géant bancaire suisse

























Le parquet national financier a requis une amende de 3,7 milliards d'euros contre le géant bancaire suisse, accusé d'avoir «en parfaite conscience» illégalement démarché de riches clients français et dissimulé des milliards d'avoirs non déclarés.

«La fraude à l'impôt, ce n'est rien d'autre qu'un vol commis au préjudice de la collectivité» et «les banques méritent d'être poursuivies et sanctionnées à hauteur du préjudice [subi par la société]», a asséné le procureur Eric Russo, au terme du premier procès tenu en France pour une fraude d'une telle ampleur. La parquet national financier (PNF) a ainsi requis une amende de 3,7 milliards d'euros contre le géant bancaire suisse UBS, accusé d'avoir «en parfaite conscience» illégalement démarché de riches clients français et dissimulé des milliards d'avoirs non déclarés.

Le PNF a justifié l'amende requise par un savant calcul tenant compte du montant des avoirs français dissimulés en Suisse – «entre 3,7 et 23 milliards d'euros selon les évaluations» – et des peines déjà infligées dans des affaires similaires.

Au terme de ces calculs, le PNF estime à plus de neuf milliards la peine encourue. Le chiffre de 3,7 milliards finalement retenu contre la maison mère, correspond aux sommes régularisées par les clients français d'UBS à la cellule de «dégrisement» de Bercy.

Pour l'accusation, «UBS AG et ses dirigeants avaient parfaitement conscience d'enfreindre la loi française» en venant démarcher des résidents fiscaux français lors d'«events» (événements), comme les réceptions, tournois sportifs ou parties de chasses.

«Elle est le numéro un de la banque privée, ce qui implique des devoirs. Votre décision doit être significative et la sanction doit être proportionnelle au montant des fonds dissimulés», a affirmé Serge Roques, deuxième représentant du ministère public.

Contre la filiale française, UBS France, accusée de complicité de démarchage illicite et de blanchiment aggravé, le PNF a requis 15 millions d'euros d'amende. Le PNF a enfin demandé des peines de prison toutes assorties du sursis (de six mois à deux ans) et de très lourdes amendes à l'encontre de six hauts responsables de la banque en France et en Suisse.

La plus lourde peine requise, deux ans de sursis et 500 000 euros, a été demandée contre Raoul Weil, l'ex-numéro 3 d'UBS AG ; 12 mois de sursis et 300 000 euros ont été requis contre Patrick de Fayet, l'ex-numéro 2 d'UBS France et promoteur des «carnets du lait», simple outil d'évaluation des performances des banquiers selon la défense, comptabilité occulte destinée à masquer les mouvements transfrontaliers non déclarés entre les deux pays pour l'accusation.

Des peines de 6 à 18 mois de sursis et des amendes de 50 000 à 400 000 euros ont été requises à l'encontre des autres anciens cadres d'UBS, Philippe Wick, ex-patron du département France International, son ancien bras droit Olivier Baudry, Dieter Kiefer, qui fut responsable de la division Europe de l'Ouest à UBS AG, et enfin Hervé d'Halluin, ancien chef du bureau d'UBS à Lille.

https://francais.rt.com/international/55224-proces-ubs-amende-37-milliards-euros-requise-contre-geant-bancaire-suisse

Gaza : 6 morts dus au virus H1N1  08/11/2018

Gaza : 6 morts dus au virus H1N1
























Le Directeur du Bureau d’information gouvernementale dans la Bande de Gaza, Salama Maarouf, a annoncé, jeudi, que 6 personnes sont décédées par le virus H1N1, connue sous le nom de «la grippe porcine».

Il a précisé que 6 autres personnes atteintes par le virus sont en train d’être soignées.

Maarouf a souligné, dans une interview accordée à Anadolu, que « le ministère de la Santé a annoncé 12 cas de contagion par le virus H1N1, ou grippe porcine, dans deux régions de la Bande de Gaza, précisant que 6 personnes sont décédées tandis que 6 autres sont soumises aux soins ».

Le responsable gouvernemental a assuré que les décès sont causés par « la faible immunité, vu que les personnes décédées étaient âgées, ou la présence d’autres maladies ».

Maarouf a, d’autre part, indiqué, que le ministère ne dispose pas de stocks de médicaments efficaces pour prévenir contre ce virus, dont « Tamiflu », à cause du blocus imposé à la Bande de Gaza.

Le ministère de la Santé à Gaza n’a pas émis de communiqué sur cette question jusqu’à 9 :25 GMT.

Plusieurs cas de contagion par le virus H1N1 ont été enregistrés dans la Bande de Gaza, durant les dernières années, sauf que la maladie ne s’est pas propagée.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait considéré la contagion par le virus H1N1, en 2009, comme étant une pandémie. La maladie avait causé des décès dans plusieurs régions du monde et sa propagation s’était arrêtée en août 2010.

https://www.aa.com.tr/fr/monde/gaza-6-morts-dus-au-virus-h1n1-/1306078

1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 3448


Publicité

Brèves



Commentaires