Virus Ebola : Bill Gates va donner 50 millions de dollars  12/09/2014

Virus Ebola : Bill Gates va donner 50 millions de dollars

Le fonds de bienfaisance de Bill et Melinda Gates, qui est basé à Seattle, aux Etats-Unis, va donner 50 millions de dollars pour combattre le virus mortel Ebola dans les pays d’Afrique occidentale.

« Ces derniers 7 à 10 jours, il est devenu évident que l’épidémie se répand plus rapidement et à plus grande échelle », a déclaré le président du programme du développement global du fonds, Chris Elias.

Selon les représentants du fonds, cette somme sera envoyée à l’ONU, à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), aux Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies et à d’autres organisations internationales qui prennent part au combat contre le virus. Ce don sera le plus important de l’histoire du fonds. Les moyens seront principalement dédiés à la mise au point de nouvelles préparations médicales.

Autrefois, le fonds a déjà donné 10 millions de dollars dédiés à la mise en œuvre de mesures urgentes, à l’élaboration de traitements contre les maladies et à des recherches dans le cadre du combat contre la fièvre mortelle.

Mardi, l’OMS a informé que le nombre de victimes du virus mortel Ebola avait atteint 2 296 personnes, et que 4 293 personnes avaient attrapé cette fièvre.

Actuellement, les cas de contagion ont été enregistrés au Libéria, en Sierra Léone, en Guinée, au Nigeria, dans la République Démocratique du Congo et au Sénégal.
La mortalité de cette fièvre est de 53%. Pour le moment, il n’y a pas de vaccin efficace contre le virus. L’OMS a reconnu que l’utilisation de préparations expérimentales pour traiter les malades ne violait pas les normes éthiques.

http://french.ruvr.ru/news/2014_09_12/Virus-Ebola-Bill-Gates-va-donner-50-millions-de-dollars-4625/


NOVOROSSIYA/ IGOR STRELKOV : AVEC POUTINE ET CONTRE LA 5e COLONNE EN RUSSIE  12/09/2014

# PCN-TV/ NOVOROSSIYA/ IGOR STRELKOV : AVEC POUTINE ET CONTRE LA 5e COLONNE EN RUSSIE
 
PCN-TV avec Constantinople TV/ 2014 09 11/
 
Video avec son russe et sous-titres français :
https://vimeo.com/105937871
 
Le briefing de Igor STRELKOV (au style très militaire) avec la Presse russe à Moscou,
Ce 11 septembre 2014.
L’ex ministre de la défense de la DNR, la République populaire de Donetsk, se range résolument derrière Poutine et contre la 5e Colonne libérale en Russie. Il avertit, visant les faux patriotes du groupuscule l’Autre Russie, que « personne n’utilisera son nom », et que le « front principal » est en Russie …
 
PCN-TV
 
# English version on:
https://vimeo.com/105919225
______________________
https://vimeo.com/pcntv
https://www.facebook.com/PCN.NCP.TV


La coalition américano-arabe contre l’EI est née un 11 septembre  12/09/2014

La coalition américano-arabe contre l’EI est née un 11 septembre




Les États-Unis ont obtenu hier le soutien de dix pays arabes à la campagne lancée par le président Barack Obama pour « éradiquer » les jihadistes de l'État islamique (EI) en Irak et jusqu'en Syrie. En effet, quelques heures après la déclaration solennelle de M. Obama à Washington, son chef de la diplomatie John Kerry a réussi à convaincre ses homologues de dix pays arabes (Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Qatar, Oman, Égypte, Irak, Jordanie, Liban) conviés à une réunion à Djeddah. Ensemble, ils « ont déclaré leur engagement partagé à se tenir unis contre la menace que pose pour la région et le monde le terrorisme, y compris le soi-disant EI », selon un communiqué commun.

Cet engagement pourrait impliquer une participation à une « campagne militaire coordonnée », précise le texte, sans entrer dans les détails. M. Kerry poursuivra son offensive diplomatique se rendant à Ankara aujourd'hui puis au Caire demain, pour rencontrer le chef de la Ligue arabe. Il a également affirmé hier que les États-Unis ne menaient pas une guerre contre l'État islamique mais « une vaste action d'antiterrorisme ». De son côté, dans son allocution, M. Obama a affirmé l'objectif de son « plan d'action » : « Nous affaiblirons, et, à terme, détruirons l'EI, une organisation terroriste qui n'a d'autre vision que le massacre de tous ceux qui s'opposent à elle. » Pour mener cette guerre « implacable », « je n'hésiterai pas à agir contre l'EI en Syrie comme en Irak », a-t-il précisé.

http://www.lorientlejour.com/article/885648/les-etats-unis-rallient-10-pays-arabes-a-la-coalition-internationale-contre-letat-islamique.html


La plus grande tempête solaire depuis 2012 provoquera des aurores polaires  12/09/2014

La plus grande tempête solaire depuis 2012 provoquera des aurores polaires





La plus grande tempête solaire depuis 2012 est attendue sur la Terre.

Un niveau «extrême» sur une échelle d’astrophysiciens du Centre pour les prévisions météorologiques de l'espace des Etats-Unis a été attribué à une éruption solaire.

Il est prévu que cette tempête qui se déplace à une vitesse d’environ 4 millions km/h va atteindre la Terre vendredi 12 septembre. Les scientifiques affirment que certaines éruptions solaires peuvent perturber le fonctionnement des satellites et des émetteurs de radio, mais n’influent pas l’alimentation en électricité. Egalement, elles ne constituent aucune menace pour la vie humaine.

Cette tempête peut aussi intensifier des aurores polaires.

http://french.ruvr.ru/news/2014_09_11/La-plus-grande-tempete-solaire-depuis-2012-provoquera-des-aurores-polaires-8272/


Le Hamas et Le Djihad refusent une quelconque intervention internationale à Gaza  12/09/2014

Le Hamas et Le Djihad refusent une quelconque intervention internationale à Gaza





Les mouvements Hamas et Djihad Islamique ont refusé une quelconque intervention internationale dans la bande de Gaza qui aurait pour but de porter atteinte à la résistance et aux armes. Cela est apparu après les déclarations du ministère des affaires étrangères qui a proposé la présence de forces internationales sur les frontières avec la bande de Gaza.

Youssef Al Hassayna, responsable dans le mouvement Djihad Islamique, a assuré lundi dans un communiqué de presse qu’une « Une quelconque intervention internationale dans la bande de Gaza ne sera pas en faveur du peuple palestinien et serait même une tentative de s’approprier la résistance. Cela n’est donc pas à sa place et refusé »

Al Hassayna a déclaré : « Si le but de disperser des forces internationales sur les frontières de Gaza est de tirer des informations concernant la résistance palestinienne ou bien de mettre en place des actions sécuritaires qui ne travaillent pas les intérêts du peuple palestinien, cela est refusé »

De son côté, le porte-parole du mouvement Hamas, Sami Abu Zouhri, a déclaré que « son mouvement refuse tout accord qui comprend le déploiement de force internationales sur les territoires palestiniens. Le mouvement les traitera comme il traite avec l’occupation » Il assure que le mouvement Hamas ne laissera passer aucun accord qui portera atteinte aux intérêts et aux droits des palestiniens »

Le journal hébreu Haaretz a assuré que « le ministère israélien des affaires étrangères a proposé, il y a deux semaines, au siège restreint des ministres des affaires politiques et sécuritaire, le Cabinet, une déclaration secrète qui propose une intervention internationale dans la bande de Gaza .Le but serait de prendre la direction des opérations de reconstruction et d’interdire le réarmement du Hamas et des autres factions.

http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7AvfD%2bLbPODoZ4RcWxDEYb86Sx%2bWgUkiIIsEjQ9Sy%2bTjHisRZ2EI048uf1722iuuRKisIdT%2fn01JZ5U%2bCPCXpjdvAEYw%2fahEYKTCMNDhYN28%3d


Le président du Comité de l'ONU chargé d'enquêter sur la guerre de Gaza refuse de démissionner  12/09/2014

Le président du Comité de l'ONU chargé d'enquêter sur la guerre de Gaza refuse de démissionner




Le président du Comité de l'ONU chargé d'enquêter sur les crimes de guerre commis par l'occupation israélienne lors de sa récente agression sur la Bande de Gaza, William Schabas, a déclaré qu'il ne démissionnerait que si le Conseil des droits de l'homme considère que sa nomination à la tête du Comité entravera l'enquête, malgré les pressions intenses exercées par Israël.

Dans son entretien au journal publié à Londres "Asharq al-Awsat", Shabas a ajouté que les accusations portées contre lui de prendre des positions hostiles à "Israël" ne sont pas vraies.

Il a appelé les témoins oculaires à fournir des informations à la commission d'enquête via son site Web qui sera lancé dans les prochains jours, et fera partie du site officiel de l'Organisation des nations Unies.

Israël a lancé une guerre sévère sur la Bande de Gaza durant 51 jours le 7 Juillet, faisant 2 200 martyrs et plus de 11 000 blessés, en plus de la destruction de milliers de maisons et d'infrastructures.

http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7gWSTf1uRdBAG1FDrqUSNDYBJPJ8Qap2opjbJ8StsHya9leDzYpbafpXDd0dIcwXGM8qh8tfRnkWX0X9%2fftnWNjJ7pR7qo1W4tZQdO%2fuDJ3U%3d


La Turquie confirme qu'elle ne participera pas aux opérations armées contre l'EI  12/09/2014

La Turquie confirme qu'elle ne participera pas aux opérations armées contre l'EI






La Turquie ne prendra pas part aux opérations armées au sein de la coalition internationale menées par les Etats-Unis pour combattre les jihadistes en Irak et en Syrie voisines, a confirmé jeudi une source gouvernementale turque à l'AFP.


"La Turquie ne participera à aucune opération armée mais se concentrera entièrement sur les opérations humanitaires", a précisé cette source sous couvert d'anonymat. Ce responsable a cependant affirmé que la Turquie pourrait autoriser la coalition à utiliser sa base militaire d'Incirlik, dans le sud, pour des opération purement logistiques. "La Turquie ne sera impliquée dans aucune opération de combat et ne fournira aucune armes", a souligné cette source.


Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est en Arabie saoudite jeudi, après une visite la veille à Bagdad pour tenter de rallier dix pays arabes et la Turquie à la coalition contre les sunnites extrémistes de l'Etat islamique (EI, ex-Daech) en renforçant notamment leur coopération militaire.


Le président américain Barack Obama s'est dit prêt mercredi à frapper l'EI en Syrie et à étendre les raids menés en Irak depuis un mois.


Ankara a été critiquée par ses alliés occidentaux pour avoir fourni aux militants radicaux, y compris ceux de l'EI, armes et équipements dans les villes proches de la frontière avec la Syrie. La Turquie, qui a toujours nié cette assistance, espérait ainsi accélérer la chute du régime du président syrien Bachar el-Assad avec lequel il a rompu après avoir tissé d'étroits rapports.

Le président américain a rencontré son homologue turc Recep Tayyip Erdogan pendant le sommet de l'OTAN pour parler de la contribution turque à cette coalition anti-EI. La Turquie, membre de l'Otan, est notamment préoccupée par le sort de ses 46 ressortissants retenus en otage depuis début juin par les jihadistes à Mossoul, en Irak. "Nos mains sont liées à cause de nos citoyens retenus en Irak", a récemment admis le ministre turc de la Défense, Ismet Yilmaz.


Ankara est également critiqué pour ne pas suffisamment réprimer le flot de jihadistes qui passent par son territoire vers l'Irak et la Syrie. Les Turcs réclament pour leur part un partage accru de renseignements pour repérer les extrémistes.


"La Turquie est un pays qui accueille 35 millions de touristes chaque année. Tant que l'Occident ne partage pas de renseignement, nous ne pouvons renvoyer quelqu'un en raison de son apparence", insiste le responsable turc.

Depuis le début du conflit syrien en 2011, la Turquie a renvoyé 850 combattants étrangers dans leur pays, souligne-t-on de source officielle.


Le chef de la diplomatie américaine doit s'entretenir vendredi de la coopération régionale contre les extrémistes avec les dirigeants turcs à Ankara, a par ailleurs affirmé le responsable turc. Cette visite n'était pas encore confirmée de source américaine.

http://www.lorientlejour.com/article/885471/la-turquie-confirme-quelle-ne-participera-pas-aux-operations-armees-contre-lei.html


Les pays musulmans s'accordent pour "éradiquer" l'EI  12/09/2014

Les pays musulmans s'accordent pour "éradiquer" l'EI




Les pays musulmans réunis à Djeddah (Arabie saoudite) ont convenu "d'éradiquer" le groupe djihadiste Etat islamique (EI) opérant en Irak et en Syrie, a déclaré jeudi le ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud al-Faysal lors d'une conférence de presse.

"Nous avons convenu de coopérer à grande échelle pour éradiquer le phénomène terroriste qu'est l'Etat islamique", a déclaré le prince al-Fayçal, soulignant "la nécessité de respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale des Etats de la région".

Après avoir mis l'accent sur "le rôle central des pays arabes dans le règlement du problème de l'EI", le secrétaire d'Etat américain John Kerry a pour sa part indiqué que "le terrorisme n'avait rien à voir avec la religion".

La rencontre des chefs de diplomatie des principaux pays musulmans avec leur homologue américain est consacrée à la lutte contre le terrorisme au Proche-Orient et plus particulièrement contre le groupe Etat islamique. La rencontre a réuni les ministres des Affaires étrangères du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Oman, Koweït, Bahreïn, Emirats arabes unis et Qatar), ainsi que leurs homologues irakien, jordanien, égyptien, libanais et turc.

Parmi les mesures évoquées figurent la mise à la disposition de l'US Air Force d'aérodromes supplémentaires dans la région, ainsi que la création éventuelle de zones d'exclusion aérienne.

L'Arabie saoudite a en outre accepté d'accueillir sur son territoire des camps d'entraînement pour les combattants de l'opposition syrienne modérée qui se battront aussi bien contre l'EI que contre les troupes de Bachar el-Assad.

Les ministres de la Défense des pays participants à la rencontre de Djeddah doivent se réunir prochainement pour mettre au point un scénario d'application des ententes intervenues dans cette ville.

http://fr.ria.ru/world/20140911/202406454.html


La stratégie régionale de lutte contre le terrorisme se prépare à Djeddah  12/09/2014

La stratégie régionale de lutte contre le terrorisme se prépare à Djeddah




L’Arabie saoudite accueille ce jeudi 11 septembre à Djeddah une réunion régionale des ministres des Affaires étrangères des pays du Golfe, ainsi que de la Turquie, du Liban et de la Jordanie avec la participation des Etats-Unis, consacrée à la question du terrorisme dans la région, aux organisations extrémistes qui se tiennent derrière et aux moyens de les combattre, rapporte le journal saoudien Okaz.

Le journal américain, The Washington Post, a publié une carte détaillée des bases militaires régionales, qui contribueront à déclencher des frappes contre les organisations terroristes, supposant que la base turque, Incirlik, aura un rôle important en matière de frappes de ces groupes extrémistes.

Par ailleurs, le président américain, Barack Obama, s’est entretenu, hier, lors d’une communication téléphonique, avec le roi saoudien, Abdallah Ben Abdelaziz, quelques heures avant son discours sur la stratégie américaine pour faire face au terrorisme, indique la Maison blanche dans un communiqué.

Cette réunion d’une seule journée devrait discuter l’élaboration d’une stratégie unique en vue de faire face au danger de l’organisation Daech, et des autres organisations terroristes.

Le ministre des Affaires étrangères libanais, Jebrane Bassil, a affirmé l’importance de la réunion de Djedah, signalant que le Liban ne pourrait pas s’absenter d’une réunion de lutte contre le terrorisme, étant donné qu’il est aux prises avec des agressions de ce type. "Nous ne pouvons être que partie de la guerre contre le terrorisme".

"Tout partenariat contre le terrorisme est utile pour nous, et l’utilité sera encore plus grande, à chaque fois que le cercle du partenariat s’élargit", a-t-il dit, selon l’agence de presse allemande.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères égyptien, Sameh Chokri, a déclaré à Okaz dans son édition de ce jeudi, que "le but de la réunion de Djeddah, est de discuter les conceptions à même de composer avec le fléau terroriste, que connait la région dans son ensemble".

"La réunion va mettre en place des stratégies de mobilisation en vue de faire face aux organisations terroristes", a-t-il dit.

Il a mis l’accent sur l’importance de la cohésion internationale pour affronter les organisations terroristes, et la nécessité de les éradiquer, à travers l’examen des problèmes politiques les ayant enfantées.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/la-strategie-regionale-de-lutte-contre-le-terrorisme-se-prepare-a-djeddah/id-menu-957.html


Le Pape François effectuera une visite en Tunisie  12/09/2014

Le Pape François effectuera une visite en Tunisie





Le président Moncef Marzouki a rencontré ce jeudi 11 septembre le pape François, au siège du Vatican. La rencontre a porté sur le processus de transition démocratique en Tunisie et les moyens d’enraciner les principes de cohabitation entre musulmans et chrétiens, annonce un communiqué de la présidence de la République.

Le pape François a loué lors de cette rencontre la réussite des Tunisiens en matière de parachèvement de leur processus transitoire, se félicitant qu’ils aient parvenu à ratifier une constitution prévoyant la liberté de culte et de conscience, selon le communiqué.

Le chef de l’Etat et le pape François ont affirmé leur vive condamnation des agressions perpétrées par Daech contre les chrétiens d’Irak, affirmant que les actes commis par cette organisation ne représentent absolument pas les enseignements de l’Islam qui prône la cohabitation entre musulmans et chrétiens.

Le Pape a accepté l’invitation que lui a adressée le président de la République de se rendre en Tunisie, affirmant que la date de cette visite sera fixée ultérieurement.

http://www.gnet.tn/actualites-nationales/le-pape-francois-effectuera-une-visite-en-tunisie/id-menu-958.html


Israël candidat pour accueillir la coupe européenne de foot en 2020 !  11/09/2014

C’est sans sourciller que Platini a accueilli la proposition d’Israël d’héberger et organiser à Jérusalem la coupe européenne de football qui doit se tenir en 2020, puisque le conseil d’administration de l’UEFA doit examiner le 18 septembre prochain une liste de 8 candidats incluant Israël !
Chacun, chacune d’entre nous, doit interpeller de manière urgente Michel Platini et l’UEFA, pour dénoncer le caractère honteux de cette candidature. Comment un Etat qui procède régulièrement à des massacres de populations civiles, dont le dernier a fait plus de 2100 morts et plus de 10.000 blessés parmi les femmes, les hommes et les enfants de Gaza, cet été, peut-il prétendre à cet honneur ?
Israël, on le sait, martyrise, emprisonne et assassine les footballeurs palestiniens. Pas plus tard qu’en août dernier son armée a assassiné Ahmad Muhammad al-Qatar et Uday Caber, deux footballers de 19 ans, dont la carrière débutait.
Deux autres, Mohammed Nimr et Omar Abu Rouis (gardien de but de l’équipe nationale palestinienne) sont toujours en détention « administrative », (sans charges, sans procès et pour une durée illimitée), et nous sommes sans nouvelles d’eux.
Mahmoud Sarsak, s’en est sorti de justesse, après avoir été kidnappé, torturé et emprisonné pendant 3 ans, sans jugement par Israël. Sa grève de la faim de 92 jours a fini par susciter l’indignation, et notre mobilisation a contraint Israël à le relâcher. Mais dans un état qui ne lui permet plus de jouer au foot, lui dont le talent était si prometteur.
Israël détruit régulièrement les stades de foot de Gaza et refuse à l’ensemble des footballers palestiniens le droit de se déplacer pour participer à des matches, à l’étranger comme à l’intérieur de la Palestine occupée.
Comment l’UEFA peut-elle « examiner » la candidature de ce bourreau des sportifs palestiniens ? Qui plus est à Jérusalem, dont la partie Est a été annexée en toute illégalité, et dont les habitants palestiniens sont expulsés à tour de bras et les maisons démolies, pour faire place à des colons juifs ?
Nous n’avons aucune confiance dans l’UEFA, qui a attribué a Israël l’organisation de la coupe européenne de foot des moins de 21 ans en 2013, et qui vient de sanctionner des clubs de foot parce que leurs supporters montraient des drapeaux palestiniens.
A QUI PLATINI RÉSERVE-T-IL SES SANCTIONS ?
L’UEFA a puni le Celtic Glasgow et les clubs irlandais de Dundalk FC et St Johnstone, en ce début septembre 2014, à une amende de 18 000 euros, parce que les supporters de ces équipes ont montré des drapeaux palestiniens durant des matchs en juillet dernier pendant les massacres israéliens !
Celtic fans wave Palistinian flags during the game against KR Reykjavik at Murrayfield in July (photo:Scotland Now)
Pour l’UEFA, il s’agit d’un « symbole politique provoquant, étant donné que le conflit perdure au Moyen-Orient. »
Le club écossais a demandé une copie de la sentence pour pouvoir l’étudier et se retourner juridiquement. L’UEFA n’a toujours pas donné de réponse à cette demande.
En revanche, les supporters de l’Ajax d’Amsterdam, qui déployaient régulièrement le drapeau israélien, n’ont jamais été condamnés par l’UEFA, ni jugés provoquants :

Ajax FC fans -(photo : Spiegel.de)
  • Alors, indignez-vous, écrivez et téléphonez à l’UEFA, à Platini et à la Fédération française de football (FFF), qui fait partie de l’UEFA et qui garde un silence complice sur ses agissements. :
Sachez qu’en ce moment, dans tous les pays européens se développe une campagne de protestation en direction des fédérations de football qui contribuent à encourager l’occupation israélienne et la persécution des sportifs palestiniens.
1) En France :
MCHEL PLATINI
Fédération Française de Football
87, boulevard de Grenelle
75738 Paris Cedex 15. France
Téléphone : + 33 (0)1-44-31-73-73. Fax : + 33 (0)1-44-31-73-70
Pour écrire à Michel Platini : info@uefa.com
Autres contacts : Nathalie Boy de la Tour et Guillaume Nasli
e-mail : contact@fondationdufootball.com
PDG : Jean-Pierre Escalettes. e-mail :webmaster@fff.fr
2) Pour écrire au siège de l’UEFA qui se trouve à Nyon, en Suisse :
Aller sur le site de l’UEFA, en haut à droite, il y a « Nous écrire » : http://fr.uefa.com/community/feedback/index.html - Mettre son adresse e-mail comme mot de passe.
Par la poste : UEFA : Route de Genève 46. Case postale CH-1260 Nyon 2. Suisse. Tel : +41 (0) 848 00 2727. Fax : +41 (0) 848 01 2727. Bureau des medias : Tel : +41 (0) 848 04 2727
CAPJPO-EuroPalestine


Manifestation : On ferme une mosquée en France !  11/09/2014

La fermeture d’un lieu de culte est un événement grave.
Nous sommes entièrement solidaires de nos sœurs et de nos frères dans la foi qui sont invités à prier chez eux.
Nous rappelons à toutes et à tous que le droit de pratiquer sa religion dans un cadre cultuel est inscrit dans nos constitutions.
Et cela concerne aussi bien les musulmans !

0.jpg manif.jpg
Manifestation Samedi 13 septembre 2014 à 14h  contre la fermeture de la mosquée Salem de Meythet. Départ de la Mosquée à 14h  Par cette manifestation, nous revendiquons le droit de pratiquer notre culte dans un lieu digne et suffisamment spacieux pour accueillir les fidèles, tel que le bâtiment de MEYTHET situé au 3 rue du Chaudairon, 74960. VENEZ NOMBREUX POUR DÉFENDRE NOTRE DROIT À PRATIQUER NOTRE CULTE DANS UN LIEU DIGNE !!!





http://haniramadan.blog.tdg.ch/


Lieberman: La force du Hamas est renforcée après chaque bataille  11/09/2014


Jérusalem- CPI
Le Ministre des Affaires étrangères sioniste, Avigdor Lieberman a admis que la force du mouvement de la résistance islamique, "Hamas", est renforcée après chaque bataille.

Le journal hébreu «Yediot Aharonot», a rapporté dans son édition de mercredi (10/9), que les déclarations de Lieberman reçu lors de son discours devant la «Conférence des États anti- terrorisme" qui s'est tenue à Herzliya, où a souligné que «C'est la troisième bataille avec« Hamas », et après tout Ces batailles, le Hamas a maintenu sur la survie », selon ses propos. .

"Les missiles du mouvement ont une portée de 15 kms, après le "Plomb durci" en direction de Sderot, et après " colonne de nuages  " les missiles ont atteint la périphérie de Tel Aviv et Rishon Lezion, et maintenant les missiles dépassent la ville de Hadera", a déclaré Lieberman.
Il a ajouté: «Il y a une grande quantité d'explosifs dans les missiles, mais le plus grand danger n'est pas dans la gamme, mais que chaque bataille renforce la position politique du« Hamas », où les sondages montrent que le Hamas " est devenu un corps le plus populaire parmi les Palestiniens, même si les élections auront lieu ces jours-ci Ismail Haniyeh, la population aura 66
% des votes de l'électorat
", a-t-il confirmé.


Raids et affrontements à Yaboud au sud de Jénine  11/09/2014


Jénine – CPI
Les forces armées de l'occupant israélien ont pris d'assaut le troisième jour consécutif le village de Yaboud au sud de la ville de Jénine dans le nord de la Cisjordanie occupée.

Selon notre correspondant, les forces armées occupantes se sont affrontées avec les citoyens, tandis qu'elles ont poursuivi leur existence à l'entrée du village et dans les terres agricoles.

Des sources locales ont déclaré que les forces armées occupantes ont envahi la région d'al-Maloul dans le village de Yaboud, ce qui a abouti à de violents affrontements au cours desquels les jeunes hommes ont lancé des pierres et des bouteilles vides sur les forces armées occupantes qui ont répondu avec les bombes assourdissantes et les balles réelles.

Les sources ont souligné que les soldats israéliens se trouvent toujours dans la région située entre le village et le barrage de Mabo Doutan et agressent les terres des citoyens palestiniens, en les empêchant d'y entrer.


Cameron en terre écossaise pour livrer la bataille du non à l'indépendance  11/09/2014

Cameron en terre écossaise pour livrer la bataille du non à l'indépendance

 

Le Premier ministre britannique David Cameron a lancé mercredi à Edimbourg une supplique aux électeurs écossais, les appelant à ne pas faire voler en éclats le Royaume-Uni, à huit jours d'un référendum sur l'indépendance qui s'annonce extrêmement serré, indique l'AFP.

Le déplacement sur le terrain de M. Cameron, ainsi que celui de son allié libéral-démocrate au gouvernement Nick Clegg et du dirigeant travailliste Ed Miliband, avait été annoncé en urgence mardi. Soit deux jours après la publication d'un sondage donnant pour la première fois le oui en tête des intentions de vote, qui a fait l'effet d'une bombe dans le camp du non.

"J'aurais le coeur brisé si cette famille de nations que nous avons réunies et qui ont réalisé tant de choses remarquables ensemble venait à voler en éclats", a déclaré M. Cameron dans la capitale écossaise, après avoir longtemps tenu secret le détail de son programme dans la crainte de manifestations.
A quelque 75 kilomètres de là, à Glasgow, la capitale économique de l'Ecosse, Ed Miliband s'est également montré lyrique pour défendre l'union. "Ne prenez pas la décision irréversible. Avec votre tête, votre coeur et votre âme, votez pour une Grande-Bretagne unie", a-t-il demandé, tandis que le vice-Premier

http://french.ruvr.ru/news/2014_09_11/Cameron-en-terre-ecossaise-pour-livrer-la-bataille-du-non-a-lindependance-3539/


Que ce passerait-il si une météorite tombait dans la mer ?  11/09/2014

Que ce passerait-il si une météorite tombait dans la mer ?

 

 Aujourd’hui, les chercheurs identifient plus de 800 astéroïdes de grand diamètre et dont les orbites pourraient croiser celle de la Terre. Il est bien possible que l’un d’entre eux puisse heurter notre planète. De plus, chaque année, le nombre de corps célestes dangereux pour l’humanité augmente. Ce n’est pas que le nombre de météorites augmente, mais tout simplement que les nouvelles technologies trouvent les objets qui n’avaient pas été aperçus auparavant.

Malheureusement, la science moderne ne sait pas comment détruire une météorite pouvant heurter directement la Terre. Pourtant, des chercheurs de l’Institut des sciences planétaires en Arizona, ont réussi à modéliser ce qu’il se passerait si un météorite d’un kilomètre heurtait la surface de l’océan. Les chercheurs ont imaginé la situation suivante : un astéroïde d’un kilomètre de diamètre pénètre dans l’atmosphère de notre planète à la vitesse de 20 km/s. Avec cette simulation, on peut voir que si un tel astéroïde heurtait l’océan, une masse d’eau monstrueuse de 1000 kilomètres de diamètre s’élèverait emporterait environ 20 milliards de tonnes d’eau dans l’atmosphère et dans l’espace circumterrestre. Naturellement, il y aurait des tsunamis gigantesques. Le chlore et le brome, qui se trouvent en grande quantité dans l’eau de mer, détruiraient la couche d’ozone de la Terre. Même si le trou dans la couche d’ozone au-dessus du lieu de la chute ne serait pas grand, il s’agrandirait peu à peu et ainsi, 80% environ de toute la couche d’ozone disparaîtrait. Puis tous les organismes vivants seraient soumis au rayonnement pénétrant du soleil, puisqu’il n’aurait plus cette importante protection qu’est la couche d’ozone. Bien sûr, l’humanité saurait trouver des moyens pour se protéger, mais les plantes, les animaux et le phytoplancton de mer seraient au bord de l’extinction. Il est probable qu’une telle catastrophe a exterminé les dinosaures il y a des millions d’années, quand un astéroïde similaire a heurté la Terre.

Les chercheurs ont décidé de ne pas modéliser une telle hypothèse avec un astéroïde de dix kilomètres de diamètre. Il suffit de multiplier toutes les données par dix. Il n’y a pas besoin de modéliser tout cela pour comprendre qu’il n’y aurait pas beaucoup de survivants. Et la Terre elle-même deviendrait méconnaissable.

De telles catastrophes sont très rares. Mais des astéroïdes de moins de 200 mètres de diamètre tombent assez souvent. Des chercheurs norvégiens se sont mis à étudier ce phénomène : quelles pourraient être les conséquences d’un tsunami après qu’un astéroïde heurte la Terre ? Les chercheurs ont affirmé qu’un tel tsunami serait 200 à 300 fois plus fort que celui qui a frappé l’Asie en 2004. Mais ils nous ont tout de suite rassurés sur le fait que les tsunamis issus des tremblements de terre sont de plus longue durée, et que le gigantesque tsunami pourrait donc se désagréger avant d’atteindre les continents.

Les ouragans et les ondes de choc embruns qui apparaîtraient après la collision seraient beaucoup plus dangereux. Le même modèle montre que des quantités non seulement s’élèveraient, mais qu’elles fileraient à une énorme vitesse sous la forme d’une onde de choc, en éliminant tout sur leur passage. Il y a aussi une hypothèse selon laquelle l’eau qui se retrouverait dans l’atmosphère retomberait sur la Terre sous la forme d’une pluie battante, mais les chercheurs ne focalisent pas leur attention sur ce fait. Pourquoi donc d’ailleurs ? Et si l’eau tombait sans cesse ? Est-ce que l’humanité devrait se sauver dans une arche, comme Noé ? /N

Contenu réalisé à partir d'informations émanant de sources ouvertes

http://french.ruvr.ru/2014_09_10/Que-ce-passerait-il-si-une-meteorite-tombait-dans-la-mer-9612/


Le drame du vol MH 17 aurait pu ne pas arriver  11/09/2014

Le drame du vol MH 17 aurait pu ne pas arriver

 

 Si Kiev n'avait pas déclenché la guerre contre sa propre population, le crash du Boeing malaisien n'aurait pas eu lieu le 17 juillet. Le ministre de la Défense de Russie Sergueï Choïgou l'a déclaré le 10 septembre au cours de la rencontre avec son homologue de Malaisie Hishammuddin Hussein arrivé à Moscou pour négocier sur le déroulement de l'enquête.

La veille M. Hussein a déclaré que la Malaisie possédait des données du renseignement indiquant sur les coupables du drame, mais qu'il était encore pr ématuré de les divulguer. Le 9 septembre les Pays-Bas ont publié un rapport prélimianire des experts enquêtant sur la catastrophe du 17 juillet en Ukraine. Il a été confirmé que l'avion s'était disloqué en vol sous l'effet des dégâts causés de l'extérieur, en d'autres termes qu'il avait été abattu. Il n'y a plus rien de nouveau dans le rapport.

Le 10 septembre au matin le Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité, principal organe d'enquête sur les accidents de transport, a ajouté que des « fragments étrangers » avaient été découverts dans les corps des pilotes. Ce sont peut-être des parties de l'objet ayant causé le crash. Un rapport définitif doit être publié en juillet 2015.

Les médias des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et d'Ukraine ont aussitôt déclaré que même les premières conclusions confirmaient que l'avion avait été abattu par les « séparatistes » avec l'assistance de Moscou bien que le document ne renfermât aucune moindre suggestion à ce sujet. Le premier ministre hollandais Mark Rutte a dit aussitôt après la publication qu'il « fallait se garder de tirer des conclusions anticipées car le dossier restait ouvert ». Il y a des paradoxes dans l'approche de ce plus grand drame de l'Europe occidentale de cet été : les Néerlandais et les Malaisiens, les plus touchés, conseillent de ne pas se hâter de tirer des conclusions, tandis que Washington et Kiev parlent du rapport préliminaire comme s'il était un verdict judiciaire.

L'enquête entre dans sa phase décisive. Maintenant il importe surtout d'assurer l'accès à l'ensemble de l'information, ainsi que l'objectivité et la transparence des étapes suivantes.

L'équipe d'experts malaisiens partie déjà pour le lieu du crash du Boeing s'occupera de l'examen des débris de l'avion et de la recherche des confirmations aux données du renseignement dont a parlé le ministre de la Défense de Malaisie. Les experts internationaux interrogés par La Voix de la Russie déclarent eux aussi que le gros du travail reste encore à faire.

Ainsi l'expert britannique de la sécurité aérienne et directeur administratif de la société Green Light Limit Philip Baum estime qu'il faut analyser les conversations de tout les contrôleurs, même de ceux qui n'ont pas accompagné le vol MH 17. Il faut examiner les conditions météorologiques, les décombres, les analyses anatomopathologiques, le processus de destruction de l'avion, etc. « Aussi paradoxal que cela puisse paraître, reconnaître que l'avion a été de fait abattu facilite la tâche des experts », estime Philip Baum.

« Il aurait été beaucoup plus compliqué de mener l'enquête, si une explosion s'était produite à bord. Alors il y aurait eu des problèmes. On aurait pu supposer que quelque chose a été emportée ou dissimulée dans l'intervalle entre la chute de l'avion et l'arrivée des experts. Mais quand on sait que l'avion avait été détruit suite à un impact extérieur, l'expertise légale et anatomopathologique ne revêt plus une importance capitale. Nous savons déjà que l'avion a été abattu dans une zone de conflit ».

Le capitaine John Cox, expert américain rénommé en matière de sécurité des vols et chef de la société Safety Operating Systèms, est convaincu que maintenant il est particulièrement important que toutes les parties intéressées coopèrent avec les enquêteurs :

« Le rapport renferme autant de faits que tout rapport prélimianire doit renfermer. La version finale doit contenir beaucoup plus de faits. Là, je voudrais voir les données des radars terrestres. Si un pays dispose de « traces thermiques » des missiles enregistrées par des appareils, il doit les présenter aux enquêteurs néerlandais ».

L'enquête aurait calculé facilement la trajectoire du missile et le lieu du lancement. Mais cette information est top secret et les pays qui la possède ne veulent pas la rendre publique, estime un autre expert américain Douglas Moss. Ce pilote ayant une grande ancienneté et président de la société AeraPacific Consulting signale :

« D'habitude cette information est secrète. Hélas, c'est la politique. Dans tous les pays. Surtout en Ukraine où il y a une forte tension politique ».

Le rédacteur en chef du site serbe consacré à l'aviation TangoSix.rs Petar Vojinovic trouve que de la part de l'Ukraine il était tout à fait irresponsable d'autoriser au Boeing malaisien et aux avions d'autres compagnies aériennes le survol de son territoire pendant la guerre :

« L'Ukraine n'a pas assuré les conditions pour l'utilisation sans danger de son espace aérien. Même si les compagnies décident elles-mêmes que leurs avions puissent survoler les « points chauds » (et elles ont ce droit) l'Etat doit présenter des informations exhaustives sur la situation. Surtout sur la situation aussi compliquée que celle du sud-est de l'Ukraine ».

Le 10 septembre Sergueï Choïgou a dit que Moscou avait déjà posé à Kiev 10 questions qui pourraint faire la lumière sur les causes du drame. Mais Kiev n'a répondu à aucune d'entre elles. Les enregistrements des conversations des contlrôleurs avec l'équipage et entre eux, ainsi qu'avec le poste de commandement central de l'état-major général d'Ukraine restent secrets. Cependant ce sont les pièces à conviction cardinales.

http://french.ruvr.ru/2014_09_10/Le-drame-du-vol-MH-17-aurait-pu-ne-pas-arriver-4698/


Tensions en mer Noire  11/09/2014

Tensions en mer Noire
 Le vol d’un avion russe au-dessus des eaux neutres près de la frontière de Russie a provoqué une réaction nerveuse de la part du ministère canadien de la Défense, dont le navire Toronto participait aux exercices militaires conjoints OTAN-Ukraine. L’incident a eu lieu au Nord-Ouest de la mer Noire. 

C'est une provocation, s’indignait le ministre de la Défense Rob Nicholson, car cet incident peut provoquer une nouvelle escalade des tensions entre les pays de l’OTAN et la Russie. Tout en reconnaissant que les avions russes n’ont posé aucune menace au navire canadien, le ministre canadien a exhorté la Russie à cesser de mener ce genre de manœuvres qu’il juge « d’irresponsables ».

Nicholson juge d’irresponsable le fait que l’aviation russe puisse patrouiller ses frontières, alors que des exercices militaires impliquant de 12 navires de guerre d’une organisation, qui est loin d’être amicale pour la Russie, se déroulent à proximité. Ou alors les pays membres de l'OTANsont tellement naïfs pour penser que la Russie va observer de loin avec des jumelles ces exercices de l’Alliance Nord-atlantique en mer Noire ?

Un épisode semblable a d’ailleurs déjà eu lieu. En avril de cette année, lorsque le destroyer américain Donald Cook se trouvait déjà en mer Noire, l’avion militaire russe Su- 24 s’est approché de lui. Et le lendemain, le porte-parole du Pentagone Steve Warren a parlé « des actions provocatrices » qui contredisent les accords sur l'interaction professionnelle entre les forces armées de la Fédération de Russie et les États-Unis. Il s’est avéré que ces actions ont démoralisé l’équipage du navire : 27 officiers américains ont immédiatement demandé à démissionner de l’armée. Le directeur du Centre des problèmes sociaux et politiques Vladimir Evseev relativise, en expliquant que la vie de ces militaires n’était pas en danger.

« Les Américains ont été effrayés par le fait que l’aviation russe ait utilisé des moyens de lutteélectronique. Ils ont découvert que des avions russes peuvent soudain apparaître au-dessus d’un navire américain, et le viser en cas de nécessité. Les officiers américains ont été choqués par la démonstration de telles capacités de la destruction des navires américains en mer Noire. Ils étaient convaincus de la toute-puissance de leur équipement, alors qu’il s'est avéré que la Russie a un avantage significatif dans la guerre électronique ».

L'avion russe, équipé de la dernière version du système de guerre électronique, a pu mettre hors service l’équipement électronique installé sur Donald Cook. Les marins auraient pu le voir dans le ciel depuis le pont, alors que leurs écrans radar étaient vides. Et le système Aegis, installé sur le destroyer américain, s’est avéré inefficace dans cette situation. Quelque chose de similaire aurait pu se produire sur le navire canadien Toronto, suppose le directeur adjoint de l'Institut d'analyse politique et militaire Alexandre Khramtchikhine.

« L’avion Su- 24 a bloqué les fonctionnalités du système américain Aegis à l’aide de son dispositif de guerre électronique. La frégate canadienne Toronto est incomparable par ses propriétés avec le destroyer américain, elle est beaucoup moins puissante, et il est donc plus facile de mettre hors service sont équipement militaire. Je n'exclus pas que l’appareil russe ait pu employer la même méthode de tactique de guerre électronique ».

Le ministère russe de la Défense a indiqué que l'avion réalisait ce vol en stricte conformité avec les réglementations internationales sur l'utilisation de l'espace aérien au-dessus des eaux neutres dans le voisinage de la frontière de Russie. Cependant, le ministère a refusé de commenter l’utilisation possible par l’avion des dispositifs de guerre électronique.

http://french.ruvr.ru/2014_09_10/Tensions-en-mer-Noire-9393/


Les crimes du bataillon punitif Aïdar au Donbass seront-ils punis ?  11/09/2014

Les crimes du bataillon punitif Aïdar au Donbass seront-ils punis ?

 

Les bataillons punitifs font l’objet d’une enquête. Une action en justice contre leur commandement a été intentée par le Parquet militaire d’Ukraine après le compte rendu d’Amnesty International évoquant les faits de crimes de guerre des dénommés « volontaires » contre les habitants du Donbass. Dans le même temps, les experts estiment peu probable que les principaux coupables de la tragédie ukrainienne, à savoir les autorités kiéviennes, soient traduits en justice.

Le bataillon Aïdar est le protagoniste principal du compte-rendu des ombudsmans. Selon le ministère russe des Affaires étrangères, les faits évoqués dans le document dévoilent l’image patriotique des « volontaires du Maïdan » imposée aux Ukrainiens. Les habitants des régions se sont heurtés aux massacres et au banditisme non dissimulé du bataillon. Les faits évoqués par les ombudsmans ne sont qu’une partie insignifiante des crimes, a dit le vice-directeur du programme d’Amnesty International pour l’Europe et l’Asie centrale Denis Krivocheev.

« Nous avons signalé les crimes des dénommés bataillons de volontaires. Ils sont accusés d’enlèvements, d’arrestations infondées, de vols et de chantage, de sévices à l’égard de ceux qui ont soutenu, à leur avis, pas le passé les séparatistes. Tout cela se produit dans le contexte de la guerre : il est impossible d’examiner personnellement la situation sur place. Nos ombudsmans contrôlent un petit secteur du territoire où les gens se souviennent toujours des combats et où sévit l’un des bataillons dont les commandos capturent les habitants locaux ayant collaboré, comme ils prétendent, avec les séparatistes. »

Le procureur général d’Ukraine Vitali Iarema a informé du début de l’enquête sur les crimes de guerre des bataillons après la promesse du Premier ministre Iatseniouk au secrétaire général d’Amnesty International Salil Shetty de se débrouiller avec le comportement des membres du bataillon Aïdar.

Les commandos du bataillon seront sans doute châtiés. Mais une question s’impose : parviendra-t-on à faire comparaître devant le tribunal les initiateurs des crimes, à savoir ceux qui ont donné l’ordre criminel d’engager l’opération punitive ? D’après les données de l’ONU, près de 3 000 personnes ont péri pendant les opérations armées dans le Sud-Est de l’Ukraine.

Les exécutants et ceux qui ont donné les ordres assumeront tôt ou tard la responsabilité, affirme le député de la Rada suprême d’Ukraine Alexandre Goloub :

« Ce sera une responsabilité juridique et pénale. Nous comprenons parfaitement que cela ne sera possible qu’après le remplacement du régime politique à Kiev. Il est sans doute difficile de se l’imaginer dans les six mois à venir. Or, beaucoup d’Ukrainiens apprécient à leur juste valeur ces gens-là et leurs mots d’ordre. »
Les organisations internationales pour la protection des droits de l’homme commencent à y voir clair et trouvent les preuves des crimes des structures fortes, ce qui permet d’espérer que le châtiment est inévitable. Les protecteurs occidentaux de Kiev seront finalement contraints de le reconnaître.

http://french.ruvr.ru/2014_09_10/Les-crimes-des-punisseurs-y-aura-t-il-un-chatiment-6016/


Obama promet des frappes contre l'Etat islamique "où qu'il soit"  11/09/2014

Obama promet des frappes contre l'Etat islamique "où qu'il soit"





Le président des Etats-Unis Barack Obama a dit mercredi être prêt à lancer des frappes aériennes en Syrie contre l'Etat islamique. Les jihadistes ne seront en sécurité nulle part, a-t-il martelé dans un discours solennel prononcé à la Maison-Blanche et retransmis à la télévision.

"J'ai dit clairement que nous traquerons les terroristes qui menacent notre pays où qu'ils soient", a déclaré M. Obama. "Je n'hésiterai pas à agir contre l'Etat islamique en Syrie, comme en Irak", a-t-il ajouté. Depuis le 8 août, les forces américaines ont déjà mené plus de 150 raids aériens en Irak contre des positions jihadistes.

"En collaboration avec le gouvernement irakien, nous étendrons nos actions au-delà de la protection de nos compatriotes et des missions humanitaires et viserons l'Etat islamique pour soutenir les forces irakiennes dans leur offensive", a dit le président américain.

Il a également annoncé l'envoi de 475 conseillers supplémentaires pour épauler les forces irakiennes et l'augmentation de l'aide militaire destinée à l'opposition syrienne.

"C'est un des principes fondamentaux de ma présidence: si vous menacez l'Amérique, vous ne serez jamais en sécurité", a-t-il martelé.

L'opposition syrienne a annoncé ce matin appuyé la stratégie américaine antijihadistes.

La coalition de l'opposition syrienne a favorablement accueilli jeudi la stratégie détaillée par le président Barack Obama contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI,ex-Daech) en Syrie et en Irak, tout en appelant à agir aussi contre le régime du président Bachar el-Assad.

Dans un communiqué, elle a apporté son soutien au plan d'action de M. Obama qui n'exclut pas des frappes sur des positions de l'EI en Syrie et prévoit un entraînement des rebelles, mais a souligné la nécessité "d'affaiblir et au définitif de chasser le régime répressif" de Damas pour apporter "la stabilité à la région et la libérer des extrémistes".


(ats / 11.09.2014 03h47)
http://www.romandie.com/news/Obama-promet-des-frappes-contre-lEtat-islamique-ou-quil/516336.rom
http://www.lorientlejour.com/article/885432/syrie-lopposition-appuie-la-strategie-americaine-antijihadistes.html


1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 2455

Publicité

Brèves

VIDEO
| 12/09/2014 | 2320 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Hicham Hamza | 12/09/2014 | 3490 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 174


Commentaires