Chypre: la Turquie va "renforcer" ses forages en réponse aux sanctions de l'UE  16/07/2019

Chypre: la Turquie va "renforcer" ses forages en réponse aux sanctions de l'UE



























La Turquie va "renforcer" ses activités de forage gazier au large de Chypre, a affirmé mardi le ministre turc des Affaires étrangères, au lendemain du vote de sanctions par l'Union européenne contre Ankara pour l'en dissuader.

L'UE a adopté lundi une série de mesures politiques et financières pour sanctionner la poursuite de ces forages réalisés illégalement par la Turquie dans les eaux territoriales de Chypre malgré ses mises en garde.

La mesure la plus punitive est une coupe de 145,8 millions d'euros dans les fonds européens dont devait bénéficier la Turquie en 2020. La Banque européenne d'investissement a par ailleurs été invitée à revoir les conditions pour l'octroi de ses financements à Ankara, ont indiqué plusieurs sources européennes.

L'UE va enfin réduire le dialogue à haut niveau avec Ankara, mais sans le rompre.

"Puisque vous prenez ce genre de décisions, nous allons renforcer nos activités", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu lors d'une conférence de presse à Skopje retransmise par les médias turcs.

Il a affirmé qu'Ankara avait déjà envoyé trois navires de forage au large de Chypre. "Si Dieu le veut, nous allons envoyer un quatrième prochainement", a-t-il ajouté.

Plus tôt, le ministère turc des Affaires étrangères avait affirmé dans un communiqué que "les mesures adoptées (par l'UE) n'auront aucun impact sur la détermination de la Turquie à poursuivre ses activités liées aux hydrocarbures en Méditerranée orientale".

Il a accusé l'UE d'être "biaisée" pour avoir omis de mentionner les Chypriotes turcs "qui ont des droits égaux sur les ressources naturelles de l'île".

La découverte ces dernières années de gigantesques gisements gaziers en Méditerranée orientale a aiguisé l'appétit de Chypre, qui rêve de devenir à terme un acteur énergétique majeur.

Chypre est divisée en deux depuis l'invasion du tiers nord de l'île par l'armée turque en 1974 après un coup d'Etat visant à rattacher l'île à la Grèce.

La République de Chypre, membre de l'Union européenne, n'exerce son autorité que sur les deux tiers sud de l'île. Au nord se trouve l'autoproclamée République turque de Chypre du Nord (RTCN), parrainée par Ankara et non reconnue par la communauté internationale.

La République de Chypre a signé ces dernières années des contrats d'exploration avec des groupes d'hydrocarbures, mais Ankara réclame la suspension de toute exploration tant qu'une solution à la division de l'île n'est pas trouvée.

Le ministère turc a accusé dans son communiqué l'UE d'adopter une approche "peu constructive" sur ce dossier "au lieu d'encourager les deux parties à s'entendre au sujet des ressources d'hydrocarbures".

https://www.lorientlejour.com/article/1179030/la-turquie-va-prospecter-a-chypre-malgre-la-pression-de-lue.html

Le gouvernement a eu recours à des Youtubeurs pour faire la promotion d’une de ses réformes  16/07/2019

Le gouvernement a eu recours à des Youtubeurs pour faire la promotion d’une de ses réformes























La semaine dernière, plusieurs Youtubeurs comptant des millions d’abonnés ont posté des vidéos faisant la promotion du service national universel (SNU). Contacté par le service Checknews de Libération, le gouvernement a confirmé «à demi-mot» qu’il y avait bien un partenariat avec des influenceurs, sans préciser si ceux-ci étaient rémunérés.

Le gouvernement a mis en ligne jeudi 11 juillet une vidéo destinée à présenter le service national universel (SNU). Depuis la publication de celle-ci, plusieurs Youtubeurs ont fait l’éloge du SNU et ont invité leurs abonnés à la visionner.



Les influenceurs «Sundy Jules», «Tibo InShape» et «Enzo, tais-toi!», qui ont plus d’un million d’abonnés sur YouTube et Instagram, ont publié des vidéos dans lesquelles ils vantent les mérites du SNU. Celles postées sur Instagram ne sont plus disponibles car relevant du format éphémère de la story. Toutefois, certains internautes, mécontents par ce soutien, les ont sauvegardées et reprochent aux Youtubeurs d’avoir été payés pour faire cette promotion.







Selon «Enzo, tais-toi!», qui compte près de 660.000 abonnés sur Instagram, «c’est une expérience inédite autour des valeurs de Liberté, Égalité, Fraternité».

À son tour, «Sundy Jules» a vanté les vertus pédagogiques du programme. Chacun d’entre eux a joint en lien la vidéo du ministère de l’Éducation nationale qu’ils présentent comme inédite, laissant ainsi songer qu’ils ont bien été rémunérés.

«Tibo inShape», l’influenceur aux 6,1 millions d’abonnés, a quant à lui consacré une vidéo de plus de 20 minutes à la promotion du SNU. Il y raconte sa journée passée en Guyane au sein d’un groupe de participants au service national universel, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Gabriel Attal, étant en outre présent.

L’agence Follow, qui suit les deux premiers influenceurs précités, a souligné dans une interview accordée à CheckNews qu’il s’agissait de partenariats, sans vouloir toutefois préciser si paiements il y avait.

D’après CheckNews, le secrétariat de Gabriel Attal, en charge du service national universel, a confirmé «à demi-mot» que le gouvernement avait rémunéré des influenceurs, sans toutefois dire leurs noms.

«Le SNU est un dispositif qui concerne en premier lieu les jeunes et, à ce titre, nous avons fait le choix dès cette phase pilote de concentrer notre communication dans leur direction. À côté de dispositifs presse classiques, nous avons donc fait le choix, pour être efficaces, de concentrer notre communication sur les médias sociaux où les jeunes sont présents (Instagram, Tiktok, Youtube …)», a-t-il expliqué à CheckNews.

https://fr.sputniknews.com/france/201907161041682376-le-gouvernement-a-eu-recours-a-des-youtubeurs-pour-faire-la-promotion-dune-de-ses-reformes/

Elle traite des passagers musulmans de «terroristes» et refuse d’effectuer un vol en leur compagnie - vidéo  16/07/2019

Elle traite des passagers musulmans de «terroristes» et refuse d’effectuer un vol en leur compagnie - vidéo























Personnel «dégoûtant», passagers «terroristes» - une vidéo prise à bord d’un avion censé relier la ville turque de Dalaman à Londres montre une femme d’une trentaine d’années faire un scandale à bord, refusant de voyager en compagnie de personnes portant des habits musulmans.

Une vacancière britannique a été expulsée d’un avion de la compagnie Thomas Cook après avoir insulté des passagers musulmans les traitants de «terroristes». Une vidéo prise à bord de l’appareil a été publiée sur le Net. L’incident s’est passé à bord d’un appareil s’apprêtant à relier l’aéroport turc de Dalaman à Londres-Gatwick.

Comme l’a expliqué sur Twitter un témoin de la scène, ce sont des hommes barbus et portant des tenues blanches de prière qui ont provoqué sa ire. Et d’ajouter que tous les passagers étaient en colère contre cette femme «folle et raciste».





D’après The Mirror, la passagère a en outre qualifié le personnel de «dégoûtant» et affirmé que ce genre de choses ne devait pas être «autorisé».

Selon Shamea Oldham, une autre témoin citée par ce média, la femme criait assurant que les autres passagers ne voulaient pas eux non plus effectuer le vol en leur compagnie.

À cause de cela, le vol a été retardé de près de 70 minutes et des enfants ainsi qu’une personne âgée se sont mis à pleurer.

«Ce qu’elle faisait c’était effroyable. Elle hurlait qu’ils représentaient une "menace"», explique pour sa part Mario Van Poppel, 40 ans, qui ajoute que quoi qu’offensés, les passagers musulmans ont tout de même gardé leur «sang-froid».

https://fr.sputniknews.com/societe/201907151041680013-elle-traite-des-passagers-musulmans-de-terroristes-et-refuse-deffectuer-un-vol-en-leur-compagnie--/

«Les gens devraient savoir que leurs conversations sont écoutées par un humain ailleurs dans le monde»  16/07/2019

«Les gens devraient savoir que leurs conversations sont écoutées par un humain ailleurs dans le monde»























Google a reconnu que ses sous-traitants étaient en mesure d'écouter des enregistrements de ce que les gens disent dans le système d'intelligence artificielle de la société, Assistant Google. Les gens ignorent que leurs conversations sont écoutées par les employés de Google, a déclaré à Sputnik Madeline Carr, de l'University College de Londres.

Google persiste dans sa pratique consistant à laisser ses employés écouter des enregistrements audio des conversations entre les utilisateurs de son Assistant Google. Des enregistrements en ont été obtenus par un radiodiffuseur belge qui a examiné plus de 1.000 clips audio, découvrant que 153 d’entre eux avaient été capturés accidentellement, a raconté à Sputnik Madeline Carr, de l'University College de Londres.

«Je pense que c'est une révélation très inquiétante, car le problème n'est pas que les employés utilisent des bouts de conversations pour améliorer leur service et son traitement linguistique, mais que les gens ne savent même pas qu’ils sont écoutés», a indiqué l’interlocutrice de l’agence.

Et d’ajouter qu'il y avait une grande différence entre les pratiques d'application de la loi visant à lutter contre la criminalité pour enquêter sur les criminels et un dispositif installé chez les gens dans des conditions incompréhensibles.

«Néanmoins, Google ne dit pas clairement qu'un être humain est potentiellement à l'écoute de vos conversations et les transcrit. Si cela est fait pour améliorer le traitement du langage, c'est compréhensible, mais les gens doivent bien le savoir», a poursuivi Mme Carr.

Et de rappeler qu’on vivait à présent dans un monde de téléphones mobiles et d’appareils connectés, de systèmes de plus en plus intégrés.

«Les gens devraient savoir que leurs conversations sont écoutées par un être humain ailleurs dans le monde et comprendre où vont leurs données et comment elles sont utilisées […]. Ils doivent être conscients que certaines de leurs conversations sont en cours de transcription et d’enregistrement. […] Les gens peuvent choisir de participer ou non, mais il est inacceptable de découvrir rétrospectivement que cela se produit», a résumé l’interlocutrice de Sputnik.

https://fr.sputniknews.com/societe/201907151041680119-les-gens-devraient-savoir-que-leurs-conversations-sont-ecoutees-par-un-humain-ailleurs-dans-le/

Un accord pour renoncer au dollar dans l’armement trouvé entre la Russie et l’Inde, selon Bloomberg  16/07/2019

Un accord pour renoncer au dollar dans l’armement trouvé entre la Russie et l’Inde, selon Bloomberg























Un accord de paiement a été trouvé entre les banques de Russie et d’Inde pour permettre à New Dehli de régler les armes russes en roubles et en roupies, affirme Bloomberg en faisant suite à d’autres articles évoquant ces négociations. Cette démarche est censée permettre à l’Inde d’éviter les sanctions américaines.

L’Inde et la Russie ont convenu de payer en monnaies nationales leurs contrats d’armement, dont la valeur s’élève à plusieurs milliards de dollars, rapporte Bloomberg, citant plusieurs sources russes et indiennes informées des négociations en cours entre les banques de ces deux pays.

Ces mesures devraient permettre à l’Inde d’échapper aux sanctions américaines auxquelles elle risque d’être soumise conformément à la loi dite CAATSA. Celle-ci renvoie à l'extraterritorialité des mesures américaines et prévoit des restrictions contre toute personne ou entité ayant eu des liens avec le secteur russe de la défense.

L’accord de paiement pour encadrer les transactions en devises nationales a été trouvé entre les banques centrales de Russie et d'Inde, selon une source informée à Moscou citée par Bloomberg. Il devrait permettre à New Delhi de réaliser bientôt le premier versement pour deux navires de guerre que la Russie construit pour sa Marine, selon deux sources indiennes.

Ces informations interviennent suite à l’article paru fin juin dans le journal Economic Times, selon lequel l’Inde étudie la possibilité d’avoir recours à l’euro pour les contrats d’armement conclus avec la Russie.

Pour l’instant, les autorités indiennes et russes n’ont pas officiellement réagi à ces informations.

La Russie figure parmi les plus grands partenaires de l’Inde dans le domaine militaire. Le 5 octobre 2018, Moscou et New Delhi ont signé un contrat de 5,4 milliards de dollars prévoyant la livraison de cinq batteries de S-400 Triumph. Les négociations pour l’achat de ces systèmes antiaériens russes ont duré de nombreux mois, en dépit des menaces de sanctions américaines en cas de conclusion d'un accord. Quelques jours plus tard, Donald Trump a déclaré que l'Inde allait «bientôt connaître» une réponse à la signature de ces contrats. Ces menaces ont été renouvelées à la mi-juin 2019 par Alice Wells, la première sous-secrétaire d'État américaine adjointe pour l'Asie centrale et du Sud.

https://fr.sputniknews.com/economie/201907161041681471-un-accord-pour-renoncer-au-dollar-dans-larmement-signe-par-la-russie-et-linde-selon-bloomberg/

Une nouvelle fusillade meutrière endeuille une cité de Seine-Saint-Denis  16/07/2019

Une nouvelle fusillade meutrière endeuille une cité de Seine-Saint-Denis























Deux hommes ont été tués par balles dans la nuit de lundi à mardi dans la cité du Clos Saint-Lazare à Stains (Seine-Saint-Denis) dans «ce qui semble être un règlement de comptes», a déclaré à l'AFP une source proche du dossier.

Deux hommes ont été tués par balles dans la nuit de lundi à mardi dans la cité du Clos Saint-Lazare à Stains (Seine-Saint-Denis) dans «ce qui semble être un règlement de comptes», a déclaré à l'AFP une source proche du dossier.

Peu avant minuit, «deux individus sur un deux-roues» ont tiré plusieurs rafales sur une voiture en stationnement et sur l'entrée d'un hall d'immeuble de ce quartier «connu pour son trafic de stupéfiants», a détaillé la source, confirmant une information du Parisien. L'enquête ouverte notamment pour meurtre en bande organisée est confiée à la brigade criminelle, a indiqué le parquet de Bobigny.

Ils ont d'abord ouvert le feu sur un individu qui se trouvait dans une voiture en stationnement. La victime âgée d’une vingtaine d’années est décédée malgré l’intervention rapide des secours, rapporte Le Parisien.

Les tueurs ont ouvert le feu une seconde fois sur deux jeunes âgés de 24 et 26 ans, qui se trouvaient devant un hall d’immeuble. Le plus âgé a été tué, le second blessé. Les auteurs ont alors quitté les lieux.
Quinze douilles de calibre Kalachnikov

Sur place, les policiers ont retrouvé une quinzaine d’étuis de calibre 7,62, qui peuvent correspondre à des tirs de fusil d’assaut de type Kalachnikov, ajoute le Parisien. Peu après, les enquêteurs ont retrouvé un deux-roues qui avait été brûlé, tout comme un second véhicule un peu plus loin.

La piste du règlement de compte est privilégiée par les enquêteurs. Les investigations ont été confiées à la brigade criminelle de Paris.

https://fr.sputniknews.com/france/201907161041681503-une-nouvelle-fusillade-meutriere-endeuille-une-cite-de-seine-saint-denis/

Geneviève Legay à RT France : «Dès que je serai remise, j'irai manifester de nouveau»  16/07/2019

Geneviève Legay à RT France : «Dès que je serai remise, j'irai manifester de nouveau»


















La militante Geneviève Legay revient en exclusivité pour RT France sur son état de santé et les derniers éléments concernant son affaire. La septuagénaire avait été projetée à terre lors d'une intervention de la police le 23 mars 2019 à Nice.

«Je vais mieux, certes, que le 23 mars, mais j'ai encore des problèmes [...] : je n'ai aucun odorat, en ce qui concerne le goût je n'ai que le salé et le sucré, [...] j'ai perdu 35% d'audition du côté de l'oreille droite, et je suis toujours en état d'ébriété sans boire d'alcool» : Geneviève Legay, militante d'Attac ayant été blessée lors l'intervention des forces de l'ordre le 23 mars 2019 à Nice, se confie au micro de RT France. «Je ne regrette rien du tout», déclare pour autant la septuagénaire, qui explique être venue manifester ce jour-là «avec un drapeau de la paix», en criant «liberté de manifester». «J'en veux à ce déploiement de force qui était pas adéquat», pointe également l'activiste.

«Dès que je serai remise, j'irai manifester de nouveau, vu la politique que ce gouvernement et monsieur Macron font aux Français», déclare-t-elle. Elle reproche au gouvernement, notamment, la «casse» de l'hôpital.



Le 23 mars à Nice, alors que la mairie et la préfecture craignaient des débordements à la veille de la visite du président chinois Xi Jinping, un large périmètre avait été interdit aux Gilets jaunes. Geneviève Legay, 73 ans, faisait partie de la cinquantaine de manifestants venus dans la matinée braver cette interdiction de manifester place Garibaldi. Elle a été blessée lors d'une charge de police contre ce rassemblement.

Selon le témoignage d'un policier recueilli par l'AFP, corroboré par une note émanant de la direction de la gendarmerie révélée par Mediapart, les gendarmes ont refusé de charger, contrairement aux policiers : «Ordres reçus disproportionnés face à la menace (foule calme)», indique cette note.

Une enquête a été ouverte pour violences, visant un policier accusé d'avoir causé à Geneviève Legay un traumatisme crânien en provoquant sa chute.

https://francais.rt.com/france/63919-genevieve-legay-rt-france-entretien

Nucléaire iranien : Netanyahou rappelle à l'UE la montée de l'Allemagne nazie dans les années 30  16/07/2019

Nucléaire iranien : Netanyahou rappelle à l'UE la montée de l'Allemagne nazie dans les années 30
























Dénonçant la position de l'Union européenne face aux récentes annonces du président iranien concernant le programme nucléaire de son pays, Benjamin Netanyahou n'a pas hésité à comparer la situation aux tentatives d’apaisement européen des années 30.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a fustigé ce 15 juillet la position de l'Union européenne (UE) après l'annonce par Téhéran de nouvelles décisions contrevenant à l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien – accord duquel se sont retirés les Etats-Unis en 2018.

"Il y a apparemment des gens en Europe qui ne se réveilleront que quand des missiles nucléaires iraniens tomberont sur le sol européen et il sera alors trop tard"

Reprochant à l'UE l'absence d'une réaction forte après que Téhéran a annoncé avoir entamé un processus d'enrichissement d'uranium à un niveau prohibé par l'accord de Vienne, Benjamin Netanyahou a alors comparé la situation avec «l’apaisement européen des années 30», faisant ainsi référence à la montée en puissance de l'Allemagne nazie, avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. «Il y a apparemment des gens en Europe qui ne se réveilleront que quand des missiles nucléaires iraniens tomberont sur le sol européen et il sera alors trop tard», a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre israélien tenait ces propos alors que les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'UE se réunissaient le même jour à Bruxelles, dans l'optique de sauver l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien.

Le chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avait notamment estimé que si l'accord était «mal en point», elle «espér[ait] que sa dernière heure n'[était] pas venue».

https://francais.rt.com/international/63930-nucleaire-iranien-netanyahou-rappelle-a-l-ue-la-montee-de-l-allemagne-nazie

Le traitement de la crise des Gilets jaunes au cœur du Festival international du journalisme  16/07/2019

Le traitement de la crise des Gilets jaunes au cœur du Festival international du journalisme
























La 4e édition du festival international de journalisme, organisé par le groupe Le Monde, se tenait du 12 au 14 juillet à Couthures-sur-Garonne. L'occasion pour journalistes et Gilets jaunes d'échanger leurs points de vue. RT France était sur place.

Discuter «de l'actualité sans tabou dans une ambiance conviviale et un cadre exceptionnel», telle était la promesse de la quatrième édition du festival international de journalisme, organisé par le groupe Le Monde, qui se tenait du 12 au 14 juillet à Couthures-sur-Garonne. Au programme : conférences thématiques, rencontres avec des représentants du gratin de la presse française tels Florence Aubenas, Pierre Haski, Claude Askolovitch, ou des anciens ministres comme Jean-François Copé, Najat Vallaud-Belkacem ou encore Cécile Duflot, mais aussi baignade et dégustation de produits locaux.

«Trump vs New York Times» ; «Dans la vraie vie : être trans aujourd'hui» ; «Concours d'éloquence : l'écologie doit-elle réinventer la démocratie ?» ; des thèmes politiques, sociaux, sociétaux chers à la presse de ces dernières années étaient proposés au public. Mais au terme d'une saison 2018/2019 particulièrement éprouvante pour le milieu journalistique, c'est bien l'ombre des Gilets jaunes qui planait au dessus d'une partie conséquente des débats. En particulier : «Journalistes, pourquoi tant de haine(s) ?» ou «Les journalistes sont-ils au dessus des lois ?»
Face-à-face : Gilets jaunes et journalistes

Quelques Gilets jaunes, principalement originaires de la région, avaient d'ailleurs fait le déplacement pour l'occasion, ayant alors l'opportunité de confronter leur point de vue à celui des journalistes : «Je leur fais confiance pour dire des mensonges pour certains, et pour [exprimer] une diversité pour d'autres», a par exemple témoigné Frédéric, rencontré sur le festival le 13 juillet.



Plus tard, interpellée à plusieurs reprises par ces militants au cours d'une table ronde, la directrice de la rédaction de BFMTV Céline Pigalle s'est livrée à plusieurs mea culpa sur la façon dont sa chaîne a pu traiter la crise des Gilets jaunes : «La question du chiffrage [des manifestants] si il y a un échec pour nous dans la couverture de ce mouvement, c'est celui là», a-t-elle déclaré. Elle a pour autant fait valoir que le mouvement étant national et sans organisation, la seule source de chiffrage possible était le ministère de l'Intérieur. Plus tard, elle a ajouté être «obligée de reconnaître» que la chaîne avait tardé à mettre en perspective un «chiffre qui n'avait pas de pendant».

Sur les violence policières, même constat, l'ampleur du phénomène aurait été mal comprise le premier mois du mouvement : «Ceux qui ont été victimes de ces violences ne nous ont pas trouvés pour les écouter dans un premier temps», a-t-elle reconnu, tout en démentant toute complaisance de sa chaîne envers la police.

Pour le journaliste du média Brut Remy Buisine, le face-à-face entre journalistes et Gilets jaunes à l'occasion du festival était bénéfique : «Il y en a certains qui sont en colère, qui ont une défiance légitime envers notre travail [...] je pense que quand on est journalistes on doit aussi rendre des comptes.»
Inquiétudes autour de la loi Avia sur les «fake news» et la réforme de la loi de 1881

Le temps fort de la dernière journée du festival était une table ronde sur la loi Avia sur les «fake news» et sur la réforme de la loi de 1881. Des mesures que les journalistes et festivaliers interrogés par RT France perçoivent comme des menaces pour la liberté de la presse et la liberté d'expression.

Pour Freddy Mulongo, un journaliste congolais, «si on commence à travailler en ayant la peur au ventre [...] ce n'est plus de la liberté». Et d'ajouter : «Je pense que la France doit garantir la liberté aux journalistes, car c'est ça qui fait sa fierté, c'est ce qui fait aussi son patrimoine».

La proposition de loi LREM de lutte contre la haine sur internet, portée par la députée de Paris Laetitia Avia a été validé à l'Assemblée et passera à la rentrée au Sénat. Elle contraint les plateformes en ligne à retirer ou déréférencer dans un délai de 24h tout contenu «manifestement» illicite, après notification par un ou plusieurs utilisateurs, sous peine d'être condamnés à des amendes allant jusqu'à 1,25 million d'euros. Sont visées les incitations à la haine, à la violence, les injures à caractère raciste ou encore les injures religieuses. Cette proposition de loi suscite notamment l'appréhension de la Commission nationale consultative des droits de l'homme, qui dénonce notamment une «approche répressive».

Autre sujet d'inquiétude dans le milieu journalistique : le 15 juin, dans un entretien au Journal du dimanche (JDD), le Garde des Sceaux Nicole Belloubet a déclaré qu'elle pourrait sortir l'injure, mais aussi la diffamation à caractère raciste ou antisémite, du seul texte régissant la liberté de la presse – la loi du 29 juillet 1881 – au nom de la lutte contre la haine. Cette loi instaure un régime dérogatoire permettant aux journalistes de protéger leurs sources et de livrer des informations d'intérêt général en prenant le risque, parfois, de la diffamation publique.



https://francais.rt.com/france/63911-traitement-crise-gilets-jaunes-coeur-festival-international-journalisme


1,3 milliard de dollars de cocaïne saisie dans un navire appartenant...à la banque JPMorgan Chase  15/07/2019

1,3 milliard de dollars de cocaïne saisie dans un navire appartenant...à la banque JPMorgan Chase















Les autorités de Philadelphie ont saisi un cargo transportant 20 tonnes de cocaïne.


Il a été signalé qu’il appartenait à une filiale de JPMorgan Chase. JPMorgan Chase n’exploite pas le navire battant pavillon libérien et appartenant à la compagnie maritime méditerranéenne basée en Suisse, a rapporté CNN le 10 juillet.

Le 17 juin, les autorités sont montées à bord du MSC Gayane, où ils ont trouvé la cocaïne. On estime que les drogues à bord du navire ont une valeur marchande de 1,3 milliard de dollars (1,15 milliard d’euros).

Le bureau du procureur du district Est de Pennsylvanie a déclaré que la cocaïne avait été saisie par l’Agence des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP).

Ce n’est que le 4 juillet qu’un mandat a été délivré pour permettre aux agents de monter à bord du navire.

« La saisie d’un navire d’une telle ampleur est compliquée et sans précédent, mais elle est appropriée parce que les circonstances ici sont également sans précédent », a déclaré le procureur américain William McSwain.

« Lorsqu’un navire transporte une quantité aussi scandaleuse de drogues mortelles dans les eaux de Philadelphie, le Commissariat et ses organismes partenaires vont s’efforcer d’en tirer les conséquences les plus graves possibles contre toutes les parties concernées afin de protéger notre district et notre pays », a ajouté Me McSwain.

Le bureau n’a pas mentionné qu’il appartenait au géant de la banque.

Des membres d’équipage ont été accusés d’avoir sciemment et intentionnellement conspiré entre eux et avec d’autres pour posséder plus de cinq kilogrammes de cocaïne à bord d’un navire.

La Compagnie maritime méditerranéenne a déclaré dans un communiqué du 18 juin que « malheureusement, les compagnies maritimes et logistiques sont de temps en temps affectées par des problèmes de trafic. La Compagnie coopère depuis longtemps avec les organismes fédéraux d’application de la loi des États-Unis pour aider à éradiquer le trafic illégal de stupéfiants. »

Le 9 juillet, le cabinet a déclaré qu’il coopérait avec les forces de l’ordre américaines. « À la suite de cette opération, le MSC Gayane est sous le contrôle du gouvernement américain depuis le 17 juin, tandis que les autorités mènent des enquêtes. Le Service météorologique du Canada aide et coopère de toutes les manières possibles avec les autorités et n’est pas la cible de l’enquête », a ajouté un communiqué.

Le MSC Gayane navigue sous pavillon libérien, faisant des escales aux Bahamas, au Panama, au Pérou et en Colombie avant de se rendre à Philadelphie, rapporte NPR, le principal réseau de radiodiffusion non commercial du service public des États-Unis.

Selon l’Associated Press, Ivan Durasevic, deuxième lieutenant du navire, et un autre membre de l’équipage, Fonofaavae Tiasage, ont été accusés de complot de possession de cocaïne à bord d’un navire. Un document en ligne ne dressait pas la liste des avocats des défendeurs. Il était difficile de déterminer si d’autres membres de l’équipage allaient faire face à des accusations.

La saisie de drogue est la dernière d’une série d’importantes saisies de cocaïne le long de la côte est. Lors d’une descente de police en mars à Philadelphie, des chiens renifleurs de drogue ont flairé 538 kg de cocaïne d’une valeur d’environ 33 millions d’euros, soit la plus importante saisie de drogue de la ville depuis plus de deux décennies.

En février, des agents des douanes ont saisi 1 451 kg au port de New York et du New Jersey, pour une valeur marchande estimée à 66 millions d’euros. Il s’agissait de la plus importante saisie de cocaïne dans les ports depuis 1994.

https://www.fawkes-news.com/2019/07/13-milliard-de-dollars-de-cocaine.html

La faim dans le monde toujours en progression, déplore l'ONU  15/07/2019

La faim dans le monde toujours en progression, déplore l'ONU




























La faim dans le monde affectait 821,6 millions de personnes dans le monde en 2018, contre 811 l'année précédente, selon un rapport annuel publié lundi par plusieurs organisations de l'ONU qui déplorent une troisième année consécutive de hausse.

Après des décennies de baisse, la sous-alimentation a repris de la vigueur depuis 2015, notamment à cause des conflits et du réchauffement climatique. Figurant parmi les objectifs de développement durable fixés pour 2030, la perspective d'un monde sans aucune personne en état de sous-alimentation à cette échéance relève d'un "immense défi", note le rapport.

"On n'atteindra pas d'ici 2030" cet objectif, a asséné le patron du Programme alimentaire mondial, David Beasley, lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU.

"C'est une mauvaise tendance", a-t-il ajouté. "Sans sécurité alimentaire, nous n'aurons jamais de paix et de stabilité", a averti le responsable, en soulignant l'interaction entre ces paramètres. Partout où des groupes extrémistes ont de l'influence, la faim est utilisée par eux comme une arme pour diviser ou recruter, a mis en garde David Beasley.

Le rapport a été rédigé par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, avec le concours du Fonds international pour le développement de l'agriculture, l'Unicef, le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

"Il est essentiel de mettre en place des politiques économiques et sociales pour contrecarrer à tout prix les effets des cycles économiques défavorables, tout en évitant de réduire les services essentiels tels que les soins de santé et l'éducation", affirme le rapport.

En appelant à une "transformation structurelle" inclusive avec les plus démunis, les auteurs du document demandent d'"intégrer les préoccupations de sécurité alimentaire et de nutrition dans les efforts de réduction de la pauvreté", tout en luttant contre les inégalités entre les sexes et l'exclusion de groupes sociaux.

- Retard de croissance -

La sous-alimentation reste prévalente sur de nombreux continents: en Afrique (près de 20% de la population concernée), en Amérique latine et dans les Caraïbes (moins de 7%) et en Asie (plus de 12%).

Plusieurs ONG ont réagi défavorablement aux chiffres du rapport.

"La faim fait rage mais a disparu de l'agenda politique", a dénoncé Oxfam, en réclamant d'urgence de nouvelles stratégies. En Afrique et Amérique latine, la hausse de l'insécurité alimentaire touche principalement les pays émergents et non plus uniquement ceux considérés comme les moins avancés, a observé l'ONG française CCFD-Terre solidaire.

En ajoutant les populations souffrant de famine aux personnes touchées par l'insécurité alimentaire, l'ONU estime que plus de deux milliards de personnes, dont 8% vivent en Amérique du Nord et en Europe, n'ont pas régulièrement accès à des aliments sains, nutritifs et en quantité suffisante.

La FAO juge par ailleurs que les progrès sont insuffisants pour réaliser l'objectif 2030 de réduire de moitié le nombre d'enfants souffrant d'un retard de croissance. Aujourd'hui, 149 millions d'enfants sont concernés par un tel retard.

Paradoxalement, le rapport note que la surcharge pondérale et l'obésité continuent d'augmenter dans toutes les régions, en particulier chez les enfants d'âge scolaire et les adultes.

En 2018, environ 40 millions d'enfants de moins de cinq ans avaient un excès de poids. En 2016, 131 millions d'enfants de 5 à 9 ans, 207 millions d'adolescents et 2 milliards d'adultes étaient en surpoids, selon le rapport.

https://www.la-croix.com/Monde/faim-monde-toujours-progression-deplore-ONU-2019-07-15-1301035558

«La Mecque des révolutions»: l’ambassadeur français à Alger fait l’éloge de la révolution populaire en Algérie  15/07/2019

«La Mecque des révolutions»: l’ambassadeur français à Alger fait l’éloge de la révolution populaire en Algérie























Depuis le 22 février, l’Algérie «écrit une nouvelle page de son Histoire et de l’Histoire du monde sous le regard ébahi et admiratif de la planète», a déclaré l’ambassadeur de France à Alger à l’occasion de la fête du 14 juillet. Il a également évoqué l’avenir des relations bilatérales dans le cadre des changements survenus.

Lors de la réception, le dimanche 14 juillet, à sa résidence à Alger, à l’occasion de la fête nationale française, Xavier Driencourt, ambassadeur de France en Algérie, a affirmé que ce pays d’Afrique du Nord était revenu «en peu de temps, à sa vieille tradition de pays révolutionnaire», indique un communiqué de l’ambassade.



«On parlait souvent d’Alger comme La Mecque des révolutionnaires, par les nombreuses rencontres internationales qui s’y tenaient, on dira peut-être bientôt qu’Alger est La Mecque des révolutions par l’exemple qu’elle donne à tous ceux qui, voulant transformer les vieux ordres et les systèmes anciens, refusent de payer le prix de la violence», a déclaré le diplomate. «En cela, elle force le respect des autres nations, elle écrit une nouvelle page de son Histoire et de l’Histoire du monde sous le regard ébahi et admiratif de la planète», a-t-il ajouté.

En la présence du ministre algérien des Finances Mohamed Loukal, M.Driencourt a reconnu que «nous autres diplomates, n’avons peut-être pas vu juste». «Il faut l’avouer, nombre d’entre nous n’avions pas perçu la formidable force de changement qui sommeillait dans ce pays», a-t-il ajouté, soulignant qu’«en quelques jours, nous nous sommes retrouvés dans un monde transformé, aux horizons redéfinis, aux perspectives nouvelles et l’Algérie d’aujourd’hui n’est pas celle que j’ai connue durant mes années passées ici».

Tout en saluant le pacifisme des Algériens et l’enthousiasme que leur révolution a suscité dans la société, le diplomate a rappelé que cette dernière demande «une vigilance constante», mais porte «les fruits les plus sûrs». «La révolution est un processus souverain qui obéit à ses propres règles, qui a son propre cheminement, qui répond à sa propre logique qu’il faut respecter», a-t-il suggéré.
L’avenir des relations bilatérales

Dans le même sillage, évoquant l’avenir des relations entre les deux pays dans tous les domaines, l’ambassadeur a affirmé que «quel que soit l’avenir que vous écrirez, une chose restera, c’est la relation entre la France et l’Algérie». «Nous sommes unis dans nos différences. Par les Instituts français, les échanges entre universités, l’enseignement du français, nous œuvrons tous ici à développer cet héritage qui nous a été légué», a-t-il expliqué, soutenant que «c’est une opportunité pour l’Algérie, c’est une chance pour la France, qui a aussi tant à apprendre de l’Algérie». «C’est aussi une chance pour les Français qui, surpris comme ils l’ont été depuis ce mois de février, souhaitent mieux vous connaître», a-t-il lancé.

Les prises de position de la France, ancienne puissance coloniale, dans le dossier algérien, traditionnellement très prudentes en raison des liens historiques entre les deux pays, sont scrutées à la loupe du côté sud de la Méditerranée. La position de Paris est de ne se livrer à «aucune ingérence», tout en assurant ne ressentir envers ce pays «aucune indifférence», selon une expression employée en mars par le Premier ministre Édouard Philippe.

https://fr.sputniknews.com/afrique/201907151041675531-mecque-revolutions-ambassadeur-francais-alger-eloge-revolution-populaire-algerie/

Une chercheuse franco-iranienne de Sciences Po arrêtée en Iran  15/07/2019

Une chercheuse franco-iranienne de Sciences Po arrêtée en Iran























Des informations d’abord relayées par une organisation des droits de l’Homme, puis confirmées par Téhéran et par la diplomatie française, révèlent qu’une chercheuse franco-iranienne de Sciences Po est actuellement détenue en Iran.

La chercheuse franco-iranienne de l'Institut d'études politiques de Paris Fariba Adelkhah a été arrêtée en Iran, a annoncé le 15 juillet le ministère français des Affaires étrangères, sans pour autant préciser la date de cette interpellation.

En même temps, Le Point a informé dans sa publication du 15 juillet que l’information en question avait été d’abord révélée le 12 juillet par le site iranien de défense des droits de l'Homme Gozaar, basé aux États-Unis. Deux jours plus tard, est-il précisé, le porte-parole du gouvernement iranien l’a confirmé, précisant pourtant qu’il n’avait pas de détails à ce sujet et en ignorait les raisons.

D’après les informations de Gozaar, citées par l’édition, la chercheuse aurait été arrêtée à son domicile, à Téhéran, par les renseignements des Gardiens de la révolution iranienne et elle «pourrait être détenue à l'isolement dans le secteur 2A de la prison d'Evin».

Et de rappeler que les renseignements des Pasdaran ne dépendaient pas du gouvernement iranien, mais directement du guide suprême de la République islamique.

Comme l’indique la diplomatie française, Paris a entrepris des démarches auprès des autorités iraniennes pour obtenir de leur part des informations sur la situation et les conditions de l'arrestation de Mme Adelkhah et demander un accès consulaire. Toutefois, les services diplomatiques n’ont eu pour le moment aucune «réponse satisfaisante».

Et d’appeler les autorités iraniennes «à faire toute la lumière sur la situation de Mme Adelkhah et leur réitère ses demandes, en particulier celle d'une autorisation sans délais pour un accès consulaire».

L’agence France-Presse précise que, chercheuse au Centre de recherches internationales (Ceri) de l’IEP de Paris, docteure en anthropologie de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris, Fariba Adelkhah, 60 ans, collabore à plusieurs revues scientifiques comme Iranian Studies et La Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée.

https://fr.sputniknews.com/international/201907151041676686-une-chercheuse-franco-iranienne-de-sciences-po-arretee-en-iran/

2759 Palestiniens arrêtés depuis le début de 2019  15/07/2019

2759 Palestiniens arrêtés depuis le début de 2019





















+
-























L’armée israélienne a arrêté 2759 Palestiniens depuis le début de 2019, d’après les institutions qui s’occupent des détenus palestiniens.

Les institutions, le Club de prisonniers, la Fondation de conscience pour la prise en charge du détenu et la Commission des affaires des prisonniers des droits de l'homme, ont révélé dans un communiqué de presse commun, lundi 15 juillet, que 446 enfants et 76 femmes ont été arrêtés depuis le début de l'année en cours.

Le communiqué indiquait que les arrestations avaient eu lieu dans différentes villes et agglomérations de la Cisjordanie occupée, notamment à Jérusalem et dans la bande de Gaza.

Il a souligné qu'un certain nombre de détenus avaient été relâchés après une courte période sans procès.

Le nombre de prisonniers palestiniens dans les prisons de l'occupation israélienne, jusqu'à la fin du mois de juin, s'élevait à environ 5 500, dont 43 femmes, 220 enfants et les détenus administratifs (sans inculpation), à environ 500, selon le communiqué.


https://french.palinfo.com/52982
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Une nouvelle tentative de briser le blocus naval imposé sur Gaza  15/07/2019

Une nouvelle tentative de briser le blocus naval imposé sur Gaza























Zahir Biraoui, président du Comité international contre le siège de Gaza, membre fondateur de l'Alliance internationale de la flottille pour la liberté, a révélé une nouvelle tentative visant à briser le blocus maritime imposé sur la bande de Gaza, qui sera lancée l'année prochaine.

Dans un communiqué de presse publié dimanche, dont notre CPI a reçu une copie, la nouvelle flottille de la liberté pourrait transporter des matières de secours, mais en quantité infime, l'objectif étant de tenter de mettre fin au blocus imposé à Gaza par Israël, depuis 13 ans.

"Les autorités égyptiennes n'autorisent plus les convois de solidarité qui ciblent le soutien politique et médiatique de Gaza et réclament la levée du siège, mais ont maintenu le minimum de convois caritatifs de "Miles of Smiles" qui ont pu pénétrer à Gaza plusieurs fois au cours des dernières années", a-t-il poursuivi.

Il a déclaré que l'Alliance de la flottille de la liberté avait organisé un certain nombre de projets et d'événements axés sur la sensibilisation et la pression politique visant à lever le siège et à exposer ses effets dévastateurs sur le peuple palestinien, en particulier les jeunes et les enfants, ainsi qu'un certain nombre d'activités de sensibilisation au transport maritime dans plusieurs pays européens, notamment en Scandinavie

Le Président du Comité international contre le siège de Gaza a souligné que le Comité était axé sur la dimension politique, le droit des Palestiniens à la liberté de circulation et la levée du blocus, ce qui résoudrait la plupart des problèmes de pauvreté et de chômage.


https://french.palinfo.com/52981
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Festivités du 14-Juillet et victoire de l'Algérie: 282 interpellations en France  15/07/2019

Festivités du 14-Juillet et victoire de l'Algérie: 282 interpellations en France























Un total de 282 personnes ont été interpellées dans la soirée de dimanche, principalement lors de heurts intervenus dans plusieurs villes de France en marge de célébrations de la victoire de l'Algérie à la CAN, a annoncé lundi le ministère de l'Intérieur. Sur ces 282 personnes, 249 ont été placées en garde à vue, selon un bilan du ministère réalisé à 06H00. Ces interpellations sont "essentiellement" liées aux incidents en marge des célébrations de la victoire de l'Algérie, mais comptent aussi certains débordements de festivités du 14-Juillet, a précisé l'Intérieur. Des milliers de supporters des "Fennecs" sont descendus dans la rue dimanche soir pour fêter la qualification de l'Algérie pour la finale de la Coupe d'Afrique des Nations. A Paris, 50 personnes ont été interpellées dans le cadre des incidents entre supporters et forces de l'ordre qui se sont déroulés notamment sur les Champs-Elysées, et 202 ont fait l'objet de vidéo verbalisation pour des conduites dangereuses de véhicules, a indiqué la préfecture de police de Paris. Sur l'ensemble de la capitale et de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), la nuit du 14 juillet a donné lieu à 169 interpellations, a-t-elle détaillé. Des troubles ont également eu lieu à Lyon et à Marseille, où le Vieux Port avait été interdit d'accès aux supporters pour éviter des mouvements de foule dangereux avec les milliers de spectateurs venus assister au feu d'artifice du 14 juillet. Selon la préfecture de police de Marseille, 15.000 personnes se sont rassemblées sur le Vieux-Port, tandis que 4.000 ont fêté la victoire de l'Algérie. Des heurts se sont déroulés notamment jusque tard dans la nuit dans le secteur de la porte d'Aix, où les forces de l'ordre ont riposté à des jets de projectiles avec des tirs de gaz lacrymogène. La préfecture de police faisait état lundi matin de 12 interpellations, et huit policiers et gendarmes légèrement blessés

https://www.lexpressiondz.com/info-en-continu/festivites-du-14-juillet-et-victoire-de-l-algerie-282-interpellations-en-france-317675

Grève sur les sites d'Amazon Allemagne  15/07/2019

Grève sur les sites d'Amazon Allemagne



























Les employés protestent contre leurs conditions de travail à l'occasion des journées de promotions qui se font sur leur dos.

Des salariés de sept sites allemands d'Amazon étaient en grève lundi à l'appel de leur principal syndicat, pour réclamer une amélioration de leurs conditions de travail à l'occasion des journées de super promotions «Prime Day». Ce débrayage contre «les promos sur le dos des salaires» touchait lundi matin les deux centres de distribution de Bad Hersfeld, au centre du pays, ainsi que les sites de Leipzig, Graben, Rheinberg, Werne et Coblence.

Aux Etats-Unis, les salariés d'un entrepôt d'Amazon dans le Minnesota ont aussi annoncé vouloir profiter de ces journées de super promos pour mettre en avant leurs revendications en faisant grève pendant six heures au démarrage de l'événement.

Aux dépens des salaires

«Amazon offre ces rabais aux clients aux dépens des salaires de ses propres employés et en fuyant les négociations collectives», a déclaré Orhan Akman, du syndicat Verdi, premier syndicat allemand du secteur tertiaire. «Nous nous attendons à une bonne participation», a-t-il ajouté, sans autre précision à ce stade. En juillet dernier, pour une action similaire, 2400 employés d'Amazone Allemagne avaient cessé le travail.

La direction d'Amazon Allemagne avait indiqué en amont ne prévoir aucune perturbation dans ses livraisons de commandes. En avril, les représentants syndicaux d'Amazon venus de 15 pays s'étaient retrouvés pour la première fois à Berlin pour coordonner leur lutte face au géant américain, décrié sur le plan social à travers le monde.

Tracking contesté

Outre les cadences jugées trop rapides, la surveillance des employés à travers des méthodes contestées de «tracking» ou la suppression des pauses, les employés d'Amazon Logistics déplorent leurs salaires trop faibles et réclament des conventions collectives, ou un dialogue social plus apaisé.

En Allemagne, les employés d'Amazon commencent avec un salaire d'au moins 10,78 euros bruts par heure. Après 24 mois, le salaire brut moyen est de 2397 euros par mois, selon les chiffres de la direction.

https://www.tdg.ch/monde/europe/greve-sites-amazon-allemagne/story/13881080

Une délégation égyptienne s'est rendue à Gaza et en Cisjordanie pour empêcher de nouvelles violences  15/07/2019

Une délégation égyptienne s'est rendue à Gaza et en Cisjordanie pour empêcher de nouvelles violences




























La délégation a aussi mené des discussions pour tenter de remédier au conflit qui oppose le Fatah et le Hamas.

Des responsables sécuritaires égyptiens ont eu des entretiens avec des dirigeants palestiniens ces derniers jours, pour empêcher une nouvelle flambée de tensions entre Israël et la bande de Gaza, ont annoncé dimanche des responsables palestiniens.

La délégation égyptienne conduite par le chef-adjoint des services de renseignements, Ayman Badie, était dans la bande de Gaza vendredi et samedi et en Cisjordanie samedi, ont indiqué ces responsables.

Le mouvement terroriste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a indiqué samedi dans une déclaration que les discussions incluaient des "accords avec l'ennemi" - une référence à un fragile cessez-le-feu avec Israël testé ces derniers jours.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a discuté samedi à Ramallah avec la délégation égyptienne du cessez-le-feu entre Gaza et Israël et des efforts égyptiens pour remédier à la longue scission existant entre le Fatah --mouvement de M. Abbas-- et le Hamas, a annoncé l'agence de presse officielle palestinienne Wafa.

Un membre du Hamas a été tué jeudi par des soldats israéliens à la frontière avec la bande de Gaza, faisant craindre un nouvel embrasement.

L'armée israélienne a assuré qu'il s'agissait d'une "méprise". Les soldats ont identifié par erreur l'activiste du Hamas comme "un terroriste armé et cette méprise les a conduits à tirer", avait-elle expliqué.

Vendredi soir, deux roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza sur le territoire israélien, mais aucun dégât ni blessé n'a été signalé.

https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/1563116857-une-delegation-egyptienne-s-est-rendue-a-gaza-et-en-cisjordanie-pour-empecher-de-nouvelles-violences

L’Église anglicane du Canada rejette une motion approuvant le mariage gay  15/07/2019

L’Église anglicane du Canada rejette une motion approuvant le mariage gay












Le synode général de l’Église anglicane du Canada a rejeté une motion visant à modifier sa définition du mariage pour reconnaître le mariage entre personnes de même sexe.

La motion proposait de supprimer la définition du mariage comme «l’union d’un homme et d’une femme».

Pour être adoptée, elle devait recueillir les deux tiers des votes des trois ordres de délégués au synode, évêques, prêtres et laïcs.

Lors d’un vote vendredi soir à Vancouver où se tient le synode jusqu’à mardi, prêtres et laïcs ont voté largement en faveur de la motion mais elle n’a pas obtenu la majorité des deux tiers requise dans le groupe des évêques.

La motion avait été adoptée de justesse lors du précédent synode général mais elle devait être validée lors de deux synodes successifs pour entrer en vigueur. Le synode général, assemblée gouvernante de l’église anglicane du Canada, se réunit tous les trois ans.

Le vote a provoqué des réactions de déception au sein même de l’église. L’évêque Andrew Asbil de Toronto a ainsi écrit sur Facebook qu’il s’agissait d’une «nouvelle dévastatrice pour les membres de la communauté LGBTQ, leurs familles et leurs amis» et qu’il «partageait leur désarroi».

Si le synode général n’a pas reconnu officiellement le mariage homosexuel, une autre motion adoptée à Vancouver laisse toutefois une certaine marge de manœuvre aux diocèses pour célébrer ou non des mariages de personnes de même sexe.

Certains diocèses permettent la célébration de ces unions depuis le premier vote sur la motion de 2016 et plusieurs d’entre eux entendent bien continuer, a indiqué Meghan Kilty, directrice des communications de l’église, à la chaîne publique CBC.

L’Église anglicane du Canada compte plus de 500.000 membres regroupés dans 1.700 paroisses, selon son site internet.

Le Canada a légalisé le mariage homosexuel en 2005.

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190714_01357742/l-eglise-anglicane-du-canada-rejette-une-motion-approuvant-le-mariage-gay

Netanyahu: nous préparons une vaste campagne-surprise à Gaza  15/07/2019

Netanyahu: nous préparons une vaste campagne-surprise à Gaza



























Israël est prêt pour “une opération militaire à grande échelle à Gaza” si le calme ne peut être maintenu, a déclaré jeudi le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une visite à Ashkelon.

“Je préfère maintenir la tranquillité, même si nous n’avons aucune illusion qu’il puisse être possible de parvenir à un accord politique avec ce groupe [Hamas] qui souhaite effacer l’État d’Israël de la surface de la terre”, a déclaré Netanyahu. “Nous nous préparons pour l’offensive, et la campagne ne sera pas seulement vaste mais aussi surprenante.”

Netanyahu a ajouté qu’il “n’hésiterait pas à faire ce qui était nécessaire et que les considérations électorales ne me guident pas”, a-t- il déclaré après que des soldats de Tsahal, le long de la barrière de Gaza ont abattu le commandant du Hamas Mahmoud Ahmad Sabri al-Adham jeudi matin ; l’armée a dit que c’était un malentendu.

Selon des informations palestiniennes, Al-Adham, 28 ans, aurait tenté d’empêcher deux jeunes de s’approcher de la barrière frontalière au nord de la bande de Gaza.

“Israël a tiré intentionnellement sur l’un de nos membres alors qu’il s’acquittait de sa mission”, a déclaré le Hamas. “Nous menons une enquête sur ce crime” qui, selon le journal, ne resterait pas “impuni”, et qu’Israël “subirait les conséquences de cet acte criminel”.

Plusieurs heures après l’incident, Tsahal a déclaré que des soldats avaient tiré sur Al-Adham après l’avoir identifié par erreur comme étant armé.

https://www.jforum.fr/https-www-jforum-fr-bibi-nous-preparons-une-vaste-campagne-surprise-a-gaza-html.html

1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 3608


Publicité

Brèves



Commentaires