La "Flottille de la Liberté" approche des côtes de Gaza  29/06/2015

La "Flottille de la Liberté" approche des côtes de Gaza






Des militants pro-palestiniens naviguant en Méditerranée s'approchaient dimanche de la bande de Gaza mais s'attendaient à être interceptés avant d'entrer dans les eaux du territoire placé sous strict blocus israélien, indiquait dimanche une chaîne de télévision israélienne.
"Nous sommes en mer depuis trois jours et sommes à moins de 200 kilomètres de la bande de Gaza", a indiqué un journaliste de la deuxième chaîne à bord du navire suédois "Marianne de Göteborg".
Selon lui, les 50 passagers reçoivent quotidiennement des explications sur la façon de résister sans violence aux commandos israéliens qu'ils s'attendent à voir arraisonner le bateau avant de pouvoir entrer dans les eaux de la bande de Gaza.
"Il y a sur le radar un navire non identifié qui nous suit à 20 milles (nautiques, 37 km) et l'hypothèse est qu'il s'agit de la marine (israélienne)", a expliqué le journaliste.
Le "Marianne" fait partie de la "Flottille de la liberté III", un convoi de quatre navires transportant des militants pro-palestiniens voulant briser le blocus, comme le député arabe israélien Bassel Ghattas et l'ancien président tunisien Moncef Marzouki.
En 2010, lors d'une expédition semblable, des commandos israéliens avaient donné l'assaut dans les eaux internationales à six navires civils, dont le bateau turc Mavi Marmara. Dix Turcs avaient été tués.
Depuis, d'autres tentatives similaires ont été arrêtées mais sans que du sang soit versé.
Le gouvernement israélien prévoit de remettre un message aux militants une fois qu'ils auront été appréhendés, a expliqué à l'AFP un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
"Bienvenue en Israël !, dit la version en hébreu de ce document, dont l'AFP a pris connaissance. "Il semble que vous vous soyez perdus", est-il aussi écrit. "Peut-être vouliez-vous vous rendre dans un endroit proche d'ici, la Syrie, où le régime (du président Bachar al-) Assad massacre quotidiennement son peuple avec le soutien du régime meurtrier de l'Iran".

http://www.lorientlejour.com/article/931926/la-flottille-de-la-liberte-approche-des-cotes-de-gaza.html


Le Béarn sort de la monnaie unique  28/06/2015

Le Béarn sort de la monnaie unique





Ce territoire des Pyrénées-Atlantique s'apprête à mettre en circulation sa propre monnaie : la «tinda» (prononcez «tinde»). S'ils conservent l'euro, les Béarnais disposent désormais d'une seconde devise.

C'est une petite révolution. A l'heure où de plus en plus de citoyens européens affichent leur méfiance face à l'euro, le Béarn créé une monnaie qui se veut l'opposé de la devise fédératrice européenne. La tinda, qui sera mise en circulation à dater des 27 et 28 juin 2015, a en effet été inventée pour répondre à des besoins en terme de solidarité et d'environnement, et pour faciliter les circuits courts en terme de dépenses.

L'idée de cette Monnaie Locale Complémentaire (MLC), c'est en effet de favoriser les échanges directs et éthiques. La tinda (du verbe «tindar», «tinter» en Français), répond en effet à des objectifs clairs. Il s'agit d'orienter l'économie vers des circuits courts, qualitatifs et adaptés aux besoins locaux. La dépense doit se tourner vers des projets ou des entreprises respectueux de l’environnement et porteurs de solidarité.

Pour mettre en application ces objectifs, la tinda s'est armée de la charte de la MLC Béarn. Un texte qui stipule clairement que le fonds de garantie (disposition nécessaire à l'existence d'une monnaie et qui assure la confiance dans le système financier) ne peut servir à des opérations de spéculation. Il doit servir à financer des projets respectueux de la charte. Les commerces acceptant la monnaie sont des prestataires locaux qui ont signé la charte et qui en respectent les termes. L'étendue réduite des possibilités de dépense doit augmenter le lien social.

C'est d'une association qu'est née l'idée de la création de la tinda. L'association De Main en Main est un collectif dont la moyenne d'âge ne dépasse pas les 35 ans mais dont les idées ont pris une forme concrète. A l'image de son projet de MLC, l'association répond à des principes éthiques qu'elle a insufflé dans la tinda. Le collectif a créé un emploi dans le cadre du projet et assure la formation d'une étudiante. Il a mis en place un système d'adhésion de soutien : cinq euros sont demandés pour fournir des tindas à un particulier. Pour les responsables du projet, utiliser la tinda est un acte militant : «chaque tinda est comme un bulletin de vote pour la transition énergétique», affirme-t-on dans les rangs du collectif.

Se voulant locale, à l'instar de la monnaie qui en résulte, l'initiative a mis en mouvement différents dynamismes dans le territoire du Béarn. Le nom a été désigné par un vote de Béarnais lors d'un événement local et environnemental (la Fête du Bois, organisée par la ville de Lucq-de-Béarn). Les illustrations ont également été imaginées par des Béarnais après un appel lancé par l'association aux esprits créatifs du territoire. Les habitants sont ainsi au courant et impliqués dans le projet depuis sa genèse. Si une quarantaine de commerces locaux a déjà déclaré accepter la devise, le collectif invite tous les prestataires intéressés à se faire connaître et souhaite rédiger un annuaire, édité de pair avec la mise en circulation de la MLC.

La tinda est adossée à l'euro. En pratique, cela signifie que 1 tinda = 1 euro. Six coupures de billets seront imprimées : de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 tindas. La monnaie n'est pas la première MLC créée localement avant d'être reconnue par l'état. L'eusko du Pays Basque, ou encore l'abeille de Villeneuve-sur-lot ont fait leur preuve dans leurs régions respectives, contribuant notamment à la dynamisation des échanges locaux.

http://francais.rt.com/france/3720-bearn-sort-monnaie-unique


Maroc: premiers pourparlers directs entre Parlements rivaux libyens  28/06/2015

Maroc: premiers pourparlers directs entre Parlements rivaux libyens







Les deux Parlements libyens rivaux ont eu dimanche pour la première fois des pourparlers directs à Skhirat, au Maroc, sous l'égide de l'ONU afin de parvenir à un accord sur un gouvernement d'union nationale.
Les deux parties, qui doivent se pencher sur une quatrième proposition d'accord présentée par l'émissaire des Nations unies en Libye Bernardino Leon, se sont félicitées des dernières avancées.
En proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye compte deux Parlements -- et deux gouvernements -- qui se disputent le pouvoir, l'un à Tripoli, et l'autre à Tobrouk (est) reconnu par la communauté internationale.
Des responsables des deux Parlements rivaux, ainsi que des acteurs de la société civile, étaient présents dimanche autour de la table des négociations.
Depuis le début des pourparlers au Maroc à la mi-mars, M. Leon faisait des navettes entre les deux groupes.
"La session d'aujourd'hui a été positive", a déclaré Mohamed Saleh al-Makhzoum, membre au Congrès général national (CGN), le Parlement installé dans la capitale Tripoli, sous le contrôle de Fajr Libya, une coalition de milices.
Selon lui, les deux parties se sont mises d'accord sur de nombreux points.
Il a par ailleurs salué les "grands efforts" déployés par l'ONU en vue de rapprocher les deux parties.
"Nous nous sommes accordés sur la majorité des dossiers", a également indiqué Abou Bakr Baïra, député au Parlement de Tobrouk.
"Après la signature du texte d'accord, chaque partie soumettra le projet à son Parlement afin d'obtenir un accord final", a précisé Tawfik Chahibi du CGN, sans préciser à quelle date le texte pourra être signé.
L'émissaire de l'ONU a salué samedi soir le rapprochement des différents acteurs du conflit.
Malgré les difficultés, "je suis convaincu que nous obtiendrons une solution juste", a-t-il dit lors d'un iftar, le repas de rupture du jeûne du ramadan.
Les pourparlers doivent se poursuivre lundi.

http://www.lorientlejour.com/article/931922/maroc-premiers-pourparlers-directs-entre-parlements-rivaux-libyens.html


Combat contre Daesh : une « guerre de civilisation »  28/06/2015

Combat contre Daesh : une « guerre de civilisation »






Manuel Valls, Premier ministre française, a qualifié, ce dimanche 28 juin, le combat contre Daesh de « guerre de civilisation ». « Nous ne pouvons pas perdre cette guerre parce que c’est au fond une guerre de civilisation. C’est notre société, notre civilisation, nos valeurs que nous défendons », a-t-il déclaré lors de l’émission Le Grand Rendez-vous d’Europe 1-Le Monde-iTélé. C’est la première fois qu’un responsable de la gauche française utilise publiquement cette expression chère aux néoconservateurs américains et à Nicolas Sarkozy.

Manuel Valls a révélé quelques chiffres sur le nombre de personnes concernées par le « djihad » en France. Ainsi, près de 1 800 personnes sont en lien avec les filières terroristes en Syrie et en Irak dont 473 sont sur place. De plus, 119 d’entre eux, « souvent des Français », seraient morts dans les combats, selon le ministre. (Lire)

De son côté, la Présidente du Front National (FN), Marine Le Pen a appelé à la « fermeture des mosquées salafistes » en France, en réaction à l’attentat qui a fait un mort en Isère, près de Lyon.

http://www.tsa-algerie.com/20150628/daesh-manuel-valls-parle-de-guerre-de-civilisation-119-francais-morts-au-djihad-securite-renforcee-dans-les-villes-tunisiennes-le-point-sur-lactu-internat/


Isère : Yassin Salhi plaide le "coup médiatique maquillé en acte terroriste"  28/06/2015

Isère : Yassin Salhi plaide le "coup médiatique maquillé en acte terroriste"






Selon les informations de Sophie Neumayer de iTélé, Yassin Salhi a indiqué, lors de ses aveux ce dimanche, aux forces de l'ordre avoir voulu se suicider, et "réaliser un coup médiatique maquillé en acte terroriste". Le père de famille a invoqué - source de son mal-être - des "tensions avec son épouse et son employeur". Ce dernier, Hervé Cornara, a été retrouvé décapité vendredi dans les locaux de l'usine Air Products de Saint-Quentin-Favilliers, qu'il a ensuite tenté de faire exploser.

Un employé de la société de la victime a rapporté à la chaîne d'information qu'une "dispute" avait en effet éclaté entre les deux hommes quelques jours avant le drame, après que Yassin Salhi avait "laissé tomber une palette lourdement chargée en matériel informatique".
Aveux

À Lyon, d'abord mutique, le suspect avait commencé à s'expliquer sur le déroulé des faits samedi soir, avant d'avouer l'assassinat de son patron. Le suspect de l'attentat en Isère a quitté Lyon ce dimanche en début d'après-midi. Il doit être transféré au siège de la police antiterroriste, près de Paris.

http://www.lepoint.fr/societe/isere-yassin-salhi-plaide-le-coup-mediatique-maquille-en-acte-terroriste-28-06-2015-1940593_23.php


Grèce: l'Eurogroupe refuse de prolonger le plan d'aide  28/06/2015

Grèce: l'Eurogroupe refuse de prolonger le plan d'aide







L'Eurogroupe a refusé de prolonger d'un mois le programme d'aide à la Grèce, selon M.Dijssebloem, président du groupe.

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem a annoncé que le programme d'aide à la Grèce ne serait pas prorogé, prenant fin le 30 juin., rapportent les médias internationaux.

Selon lui, les déclarations des autorités grecques annonçant le respect du programme d'assainissement de l'économie, proposé par les créanciers, en cas de résultat positif du référendum, n'inspirent point de confiance.

La Grèce "a demandé " une prolongation d'un mois du programme d'aide actuel afin de pouvoir tenir au-delà du référendum prévu pour le 5 juillet. Mais ses partenaires ont refusé car "n'importe quel programme doit être suivi d'effets en termes économiques budgétaires et de stabilité financière" et "si le gouvernement grec n'est pas prêt à accepter " les propositions qui lui sont faites, "alors il y a un problème de crédibilité", a expliqué M. Dijsselbloem.

Il a rappelé qu'il était "de la responsabilité du gouvernement grec, quelle que soit la situation, de respecter ses obligations envers ses créanciers".

De son côté, le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a déclaré que le refus des créanciers de prolonger le programme d'aide à la Grèce ne faisait que miner la confiance envers l'Eurogroupe.

http://fr.sputniknews.com/international/20150628/1016753723.html


Isère: le suspect admet avoir tué l'entrepreneur  28/06/2015

Isère: le suspect admet avoir tué l'entrepreneur






Yassin Salhi, soupçonné d'avoir assassiné et décapité un homme vendredi avant de commettre un attentat en Isère, dans l'est de France, a reconnu devant les enquêteurs avoir tué l'entrepreneur, ont rapporté dimanche les médias français citant une source proche du dossier.

Après avoir été hospitalisé à Lyon, il a été placé vendredi soir en garde à vue et a commencé à parler aux enquêteurs samedi soir après avoir gardé le silence depuis son arrestation. "Il a également donné des éléments sur les circonstances" de cet assassinat, a ajouté cette source, sans préciser lesquelles. 

http://french.cri.cn/621/2015/06/28/301s438854.htm


USA: la fusée transportant la capsule de SpaceX a explosé après son lancement  28/06/2015

USA: la fusée transportant la capsule de SpaceX a explosé après son lancement






Miami - La fusée Falcon de la société SpaceX, qui transportait une capsule Dragon non habitée pour une mission d'approvisionnement de la Station spatiale internationale (ISS), a explosé un peu plus de deux minutes après son décollage dimanche de Cap Canaveral en Floride.

Le lanceur a explosé, a indiqué le commentateur de la télévsion de la Nasa qui retransmettait en direct le lancement, alors que des morceaux de la fusée retombaient vers le sol.

Il apparaît que nous avons un échec de la fusée (...) mais à ce stade on ne sait pas exactement ce qui s'est passé, a-t-il ajouté.

Peu après un commentateur de SpaceX a précisé que la transmission vidéo avec Falcon 9 avait été interrompue.

Il y a eu une anomalie durant la première partie du vol, a-t-il précisé tout en notant que les neuf moteurs du premier étage de la fusée s'étaient bien allumés et que le véhicule avait atteint une vitesse supersonique.

Il semblerait qu'il y a eu un problème avec le premier étage de la fusée avant la séparation avec le reste du lanceur, a-t-il indiqué.

Une conférence de presse est prévue à 12H30 (16H30 GMT), a indiqué la Nasa.

Il s'agit du premier accident pour SpaceX après six lancements réussis pour approvisionner l'ISS dans le cadre d'un contrat avec la Nasa.

http://www.romandie.com/news/USA-la-fusee-transportant-la-capsule-de-SpaceX-a-explose-apres-son-lancement_RP/606935.rom
(©AFP / 28 juin 2015 17h12)


La police turque réprime violemment une gay pride à Istanbul  28/06/2015

La police turque réprime violemment une gay pride à Istanbul






La police anti-émeutes turque a violemment réprimé dimanche une Gay Pride organisée dans le centre d'Istanbul. Elle a lancé des gaz lacrymogènes et utilisé des canons à eau pour disperser des milliers de manifestants rassemblés pacifiquement, a constaté l'AFP.

Présente en nombre à l'entrée de la grande artère piétonne d'Istiklal, la police a chargé en force la foule lorsque des manifestants portant des drapeaux d'arc-en-ciel ont scandé des slogans dénonçant "le fascisme" du régime du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan.

Elle a utilisé par endroits des balles en caoutchouc. Au moins cinq manifestants ont été interpellés par la police.

Avant le lancement de la marche, de nombreux policiers en tenue ont fermé l'accès à la place Taksim, sur laquelle s'ouvre la rue d'Istiklal, centre de la contestation contre le régime islamo-conservateur de l'été 2013. Depuis, tout rassemblement est interdit sur la place et ses abords.

Journalistes brutalisés
Un groupe de civils, apparemment des nationalistes et islamistes qui s'étaient réunis près d'Istiklal, ont attaqué les journalistes couvrant l'événement, blessant légèrement plusieurs d'entre eux dont un photographe de l'AFP. La police n'a pas bronché à cette agression, selon les témoins et les médias. Une vidéaste de l'AFP a quant à elle été brutalisée par la police alors qu'elle filmait son intervention musclée.

Cette marche devait constituer la treizième édition de la marche des fiertés homosexuelles pour soutenir les droits des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) qui s'étaient dans le passé déroulées sans incidents graves en Turquie, où l'homophobie reste répandue, surtout dans les zones rurales. Cette année, la manifestation a coïncidé avec le mois musulman du ramadan.

Indignation
Des députés de l'opposition social-démocrate au Parlement qui assistaient au début de la marche ont voulu négocier avec la police et l'un d'eux, Mahmut Tanal, du parti républicain du peuple (CHP) est monté sur un véhicule blindé de la police, selon les images diffusés par les médias.

De nombreux internautes ont fait part de leur indignation après la dispersion de la marche. "Attaquer des gens qui défilent pour soutenir l'amour n'a pas de place dans la démocratie. C'est tout simplement une honte", a lancé sur son compte Twitter Erdem Yener, un comédien connu de Turquie.

http://www.romandie.com/news/La-police-turque-reprime-violemment-une-gay-pride-a-Istanbul/606938.rom
(ats / 28.06.2015 17h43)


La France prête à "accentuer" sa coopération de sécurité avec la Tunisie  28/06/2015

La France prête à "accentuer" sa coopération de sécurité avec la Tunisie








Le Premier ministre français Manuel Valls a affirmé dimanche que la France était prête à "accentuer" sa coopération de sécurité avec la Tunisie, où un attentat jihadiste a fait vendredi 38 morts à Sousse.

"Le terrorisme a voulu frapper la Tunisie parce que c'est un pays qui a réussi sa révolution démocratique, qui a écarté l'islamisme radical, qui a réussi son printemps arabe, qui épouse les valeurs de démocratie et de laïcité", a assuré le Premier ministre, lors d'une émission politique Europe 1-iTELE-Le Monde. "Nous devons aider la Tunisie. Les Tunisiens savent qu'ils peuvent toujours compter sur la France", a-t-il ajouté.
"Nous sommes prêts à accentuer notre coopération de sécurité, notamment pour que la frontière avec la Libye puisse être mieux protégée", a-t-il également affirmé.

Il a rappelé qu'"un plan d'action dans le domaine de la sécurité a(vait) été préparé avec les Tunisiens: formation, fourniture d'experts aux forces de police, coopération dans le domaine des forces spéciales que nous formons, fourniture d'équipement spécialisé. Nous avons des discussions en ce moment sur leurs besoins en hélicoptères". "Nous voulons également soutenir la Tunisie sur le plan économique", a également dit M. Valls.

Le premier ministre français a aussi estimé que l'Europe devait "aussi prendre ses responsabilités dans son aide à la Tunisie". "C'est vital pour la Tunisie mais c'est vital pour nous aussi parce que la lutte contre le terrorisme, la défense de nos valeurs et de la démocratie se joue bien sûr en Europe mais elle se joue également de l'autre côté de la Méditerranée".

http://www.lorientlejour.com/article/931893/la-france-prete-a-accentuer-sa-cooperation-de-securite-avec-la-tunisie.html


Tunisie: "d'autres attaques sont possible", avertit Londres  28/06/2015

Tunisie: "d'autres attaques sont possible", avertit Londres







"D'autres attaques terroristes en Tunisie sont possibles", a averti dimanche le gouvernement britannique, après l'attentat sanglant vendredi contre un hôtel près de Sousse qui a coûté la vie à 38 personnes, dont au moins 15 Britanniques.

"Le nombre de morts confirmés reste à quinze mais nous nous attendons à ce que ce bilan s'aggrave", a déclaré à la BBC la ministre de l'Intérieur, Theresa May, qui devait ensuite présider une nouvelle réunion de crise Cobra. Le Sunday Telegraph évoque "jusqu'à 23 victimes" britanniques. Samedi, Tobias Ellwood, le Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, qui a perdu un frère dans l'attentat de Bali en 2002, avait déclaré que certains des 25 Britanniques blessés à Sousse étaient "très sérieusement touchés".
Les noms de plusieurs victimes sont apparus dans les médias et des proches leur ont rendu hommage sur les réseaux sociaux.

Trois membres d'une même famille, un étudiant de 19 ans, son oncle et son grand-père, figurent parmi les victimes britanniques. Il s'agit d'ores et déjà de l'attaque terroriste la plus meurtrière contre des citoyens britanniques depuis les attentats suicides du 7 juillet 2005 à Londres, dont le pays s'apprête à commémorer le dixième anniversaire. Il y a dix ans, quatre explosions séparées dans les transports publics londoniens avaient tué 56 personnes et fait plus de 700 blessés.

Le Foreign Office a actualisé ses conseils aux voyageurs à destination de la Tunisie. "D'autres attaques terroristes sont possibles, y compris dans des zones touristiques, y compris par des individus inconnus des autorités et dont les actions sont inspirées par des groupes terroristes via les réseaux sociaux. Vous devez être particulièrement vigilants actuellement et suivre les conseils des services de sécurité tunisiens et de votre agence de voyage", peut-on lire sur le site internet du ministère des Affaires étrangères.

Theresa May a aussi rappelé que Londres avait envoyé des diplomates, des membres de la Croix Rouge et des policiers en Tunisie pour assister les citoyens britanniques et aider les autorités locales dans leur enquête.
Des milliers de Britanniques continuaient à être rapatriés dimanche de Tunisie. Plus de 2.500 étaient attendus dans les aéroports britanniques dimanche, après les 1.000 déjà rentrés la veille, selon les tour opérateurs.
La Tunisie est une destination très populaire parmi les Britanniques qui étaient 424.707 à s'y rendre en 2014, d'après les chiffres du Foreign Office.

http://www.lorientlejour.com/article/931889/tunisie-dautres-attaques-sont-possible-avertit-londres.html


Qui est Air Products, la société attaquée ce vendredi?  28/06/2015

Qui est Air Products, la société attaquée ce vendredi?







L'usine iséroise, qui a subi un attentat terroriste, appartient à un grand groupe américain spécialisé dans le gaz médical qui emploie plus de 21.000 personnes dans le monde et 400 en France.

C'est le théâtre du drame. L'usine d'Air Products à Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère a fait l'objet d'un attentat terroriste ce vendredi 26 juin.

Air Products, une entreprise spécialisée dans le gaz industriel et médical, est une importante multinationale américaine, vieille de 75 ans et qui pèse pas moins de 30,6 milliards de dollars à Wall Street. L'une de ses principales concurrentes est d'ailleurs la française Air Liquide, cotée sur le CAC40 et elle aussi spécialisée dans les gaz industriels.
21.200 employés

La filiale française de cette société basée en Pennsylvanie est née en 1990 de la fusion de Prodair et L'Oxygène Liquide, deux entreprises déjà détenues par Air Products. Sur son site, l'entreprise indique être le troisième producteur français de gaz de l'air avec 15% de la production nationale.

La multinationale américaine dispose de trois usines en France. Outre, Saint-Quentin-Fallavier, elle possède ainsi deux autres sites à Beauvais, dans l'Oise et Strasbourg, dans le Bas-Rhin. Elle emploie au total 400 personnes et a réalisé, en 2013, un chiffre d'affaires de 169 millions d'euros dans l'Hexagone, selon
verif.com.

Autant de chiffres qui ne sont en fait que des gouttes d'eau par rapport au poids de l'entreprise au niveau mondiale. Air Products emploie en effet 21.200 personnes dans le monde, selon ses comptes arrêtés fin 2014 soit plus qu'une société comme Leroy Merlin. Son chiffre d'affaires atteint lui 10,4 milliards de dollars, soit plus qu'une société comme Pernod Ricard (environ 9 milliards de dollars sur la même période). Son bénéfice net était de 1,2 milliard de dollars.
La 355e plus grande entreprise au monde

De fait, le plus gros marché d'Air Products reste la région Etats-Unis-Canada où la société réalise 43% de son chiffre d'affaires, l'Europe arrivant en deuxième position (25%). La Chine à elle seule représente 10% des ventes du groupe, qui est présent dans plus de 50 pays.

Signe de la bonne tenue du groupe, Seifi Ghasemi, son PDG américano-iranien, se félicitait, dans le rapport annuel de la compagnie, fin 2014, qu'Air Products "était la compagnie de gaz industrielle la plus profitable depuis 20 ans".

Le groupe américain figure par ailleurs dans le classement des entreprises les plus importantes au monde. Air Products se classaient ainsi au 284e rang du dernier Fortune 500, hiérarchisant les 500 plus grandes entreprises américaines. Il se hissait également à la 355e place du Financial Times Global 500, qui liste les plus grandes sociétés au monde et dont la dernière édition a été publiée début juin.

http://cgtinergygroupeplasticomnium.over-blog.com/2015/06/qui-est-air-products-la-societe-attaquee-ce-vendredi.html


L'Algérie déploie 25 000 hommes sur ses frontières avec la Tunisie  28/06/2015

L'Algérie déploie 25 000 hommes sur ses frontières avec la Tunisie






L'Algérie a déployé 25 000 soldats sur ses frontières avec la Tunisie, à l'issue de l'attentat qui a ciblé vendredi des touristes sur une plage de Sousse, a indique samedi à Xinhua une source sécuritaire algérienne.

A travers cette opération, les forces algériennes accentuent entre autres les contrôles d'identité au niveau des points de passage pour parer à toute éventuelle infiltration de djihadistes en provenance ou en partance de la Tunisie.

Dans la mi-journée de vendredi, un individu a ouvert le feu sur des touristes qui se trouvaient sur la plage ou au bord des piscines de l'hôtel Riu Imperial Marhaba à Port El Kantaoui, près de Sousse (140 km au sud de Tunis), dans le nord-est de la Tunisie. Le dernier bilan de cette attaque fait état de 39 morts et 39 blessés, pour la plupart des étrangers, a-t-on appris samedi d'une source du ministère tunisien de la Santé.

L'Algérie et la Tunisie sont liées par des traités de coopération dans le domaine de la lutte antiterroriste. 

http://french.cri.cn/621/2015/06/28/701s438816.htm


Réunion in extremis de la BCE, la Grèce au bord de la catastrophe  28/06/2015

Réunion in extremis de la BCE, la Grèce au bord de la catastrophe






Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne devait se réunir, sans doute dimanche, pour tenter d'éviter in extremis à la Grèce une déroute bancaire. Athènes se dirige tout droit vers le scénario-catastrophe d'une sortie de la monnaie unique.

Après l'annonce fracassante du Premier ministre grec Alexis Tsipras d'un référendum sur les exigences de ses créanciers, UE et FMI, excédés, ont fini par fermer samedi la porte des négociations. Les ministres des Finances de la zone euro (l'Eurogroupe) ont toutefois promis de tout faire pour éviter "un risque de contagion" du dossier grec.

Parallèlement, à Athènes, le Parlement a approuvé dans la nuit de samedi à dimanche le référendum proposé par le gouvernement d'Alexis Tsipras. Mais la Grèce risque de connaître une tempête financière avant la date de la consultation.

Le référendum prévu le dimanche 5 juillet a été approuvé par 178 députés sur un total de 300 parlementaires. Le nombre de députés ayant voté contre le référendum s'est établi à 120 et deux députés n'ont pas pris part au vote, selon le décompte définitif annoncé par l'assemblée.

Négociations rompues
Dans le discours précédant le vote, le Premier ministre Alexis Tsipas s'est dit persuadé que "le peuple grec dira un grand non à l'ultimatum" des créanciers du pays lors de cette consultation. Les Grecs, selon le texte de la proposition, devront dire "oui" ou "non" aux mesures soumises cette semaine au gouvernement par les créanciers lors d'un des derniers cycles de négociations entre les deux parties qui durent depuis fin février.

Le plan d'assistance financière dont bénéficie Athènes depuis 2012 "va prendre fin le 30 juin", avait plus tôt annoncé, solennel et la voix blanche, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem. Il s'exprimait après une réunion, la 5e en dix jours, des ministres des Finances des 19 pays de la zone euro particulièrement acrimonieuse.

Il a affirmé que la partie grecque avait unilatéralement rompu les négociations.

Le Grexit à éviter
Les ministres des Finances des Etats européens partenaires de la Grèce rappelaient néanmoins, à l'instar du Français Michel Sapin, que le "destin" de ce pays était de conserver l'euro. La zone euro va "tout faire pour éviter un risque de contagion" de la crise, a quant à lui promis le ministre allemand, Wolfgang Schäuble, assurant lui aussi que la Grèce "reste membre de la zone euro".

En fin de journée, les ministres ont affirmé qu'ils utiliseraient tous les instruments à leur disposition pour garantir la "stabilité" de la zone euro, à l'issue d'une ultime réunion qui s'est déroulée à 18, sans la Grèce, pour envisager un "plan B", synonyme d'un défaut de paiement d'Athènes: un scénario-catastrophe derrière lequel se profile aussi le spectre d'un effondrement bancaire.

Risque de faillite
La Grèce risque en effet d'être en proie à une panique bancaire. Dans un pays gagné par l'anxiété, des files d'attente beaucoup plus longues que d'habitude se formaient à cet égard samedi devant les guichets automatiques.

En attendant, les conditions ne semblent plus réunies pour que l'institut monétaire de Francfort continue à maintenir à flot les banques grecques via un mécanisme de prêts qui a été prolongé jour après jour récemment, ce qui pourrait précipiter la faillite de ces établissements.

Pour permettre de tenir jusqu'au référendum, Athènes voulait une prolongation d'un mois de son programme d'aide. A l'unisson, les 18 ministres des Finances de la zone euro ont dit "non" samedi. Plus isolé que jamais, le ministre grec Yanis Varoufakis a promis de "continuer à se battre" pour un accord avec ses créanciers d'ici à mardi, jour de la fin du deuxième programme d'aide à la Grèce.

Expiration du délai
C'est également à cette date que ce pays, à court d'argent, doit rembourser quelque 1,5 milliard d'euros au FMI. Un versement qu'il ne peut faire sans une perfusion de ses créanciers. Du coup, c'est le défaut de paiement qui guette, prélude à une sortie de la zone euro.

Une perspective aux conséquences imprévisibles qui fait frémir dans les capitales des Etats de l'Union monétaire. Pour M. Varoufakis, c'est à la Banque centrale européenne d'agir et de rembourser directement le FMI. "La BCE nous doit 1,9 milliard d'euros. Qu'elle les donne au FMI", a-t-il suggéré devant la presse.

Avant de quitter Bruxelles, il a estimé que "c'était un triste jour pour l'Europe", la décision de rompre des créanciers risquant selon lui de porter un "préjudice permanent" à la zone euro.

http://www.romandie.com/news/Reunion-in-extremis-de-la-BCE-la-Grece-au-bord-de-la-catastrophe_RP/606817.rom
(ats / 28.06.2015 06h35)


Libye : Leon réclame un message d’espoir des groupes rivaux  27/06/2015

Libye : Leon réclame un message d’espoir des groupes rivaux






L'émissaire onusien Bernardino Leon a réclamé un message d'espoir de la part des groupes rivaux libyens réunis au Maroc dans l'optique de signer un accord sur un gouvernement d'union, en réponse aux attaques horribles survenues vendredi, dont celle de Sousse en Tunisie.

J'espère que nous pourrons travailler dans les prochains jours pour trouver un accord de paix qui permettra une solution pour la Libye et enverra aussi un message important d'espoir, a déclaré devant la presse M. Leon.

Tous les représentants libyens et ceux de la communauté internationale veulent envoyer un message de solidarité aux quatre pays qui ont souffert, a-t-il ajouté, en référence aux attentats sanglants survenus vendredi en Tunisie, en France, au Koweït et en Somalie.

Ce sont des attaques horribles, et la Libye connait ce genre d'attaques chaque jour. On doit en terminer avec cette situation, on doit trouver un accord, a encore clamé le diplomate espagnol.

En proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye compte deux gouvernements et deux Parlements qui se disputent le pouvoir, l'un à Tripoli, et l'autre à Tobrouk (est), reconnu par la communauté internationale. Les forces rivales s'opposent quotidiennement dans plusieurs localités, faisant des centaines de morts depuis juillet 2014.

Les délégations des deux Parlements rivaux sont de nouveau rassemblées à Skhirat, une station balnéaire du nord-ouest du Maroc, pour tenter d'arracher un accord sur la base d'un quatrième texte, soumis début juin par l'ONU aux parties.

Après une première rencontre jeudi soir, Bernadino Leon s'est de nouveau entretenu vendredi après-midi avec les membres du Congrès général national (CGN, dit Parlement de Tripoli), a constaté un journaliste de l'AFP.

Selon le porte-parole de la mission de l'ONU en Libye (Manul), Samir Ghattas, il devait en faire de même en soirée avec ceux du Parlement de Tobrouk, dont certains membres manquent encore à l'appel.

Les deux délégations vont présenter --ou continuer de présenter-- leurs observations sur le dernier projet d'accord, a-t-il dit.

Les Parlements rivaux ont tous deux adopté, au cours des 15 derniers jours, une version amendée de ce document qui prévoit notamment la formation pour un an d'un gouvernement d'union, avec la désignation d'un Premier ministre.

Nous nous approchons d'une solution. Le fait que tous les participants aient accepté le quatrième document soumis comme base d'une solution finale est très encourageant, avait estimé jeudi soir Bernardino Leon.

Un responsable de la délégation du CGN, Saleh al-Makhzoum, a assuré que sa délégation était consciente de la lourde responsabilité pesant sur ses épaules et émis le souhait de négociations directes, en face-à-face, avec la délégation de Tobrouk, afin de parvenir à un consensus.

Les délégations sont sous la pression de la communauté internationale, inquiète notamment de l'implantation grandissante du groupe Etat islamique en Libye.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/libye-leon-reclame-un-message-despoir-des-groupes-rivaux/id-menu-957.html


Départ de 4 navires de la Grèce vers Gaza  27/06/2015

Départ de 4 navires de la Grèce vers Gaza






L’Alliance de la "Troisième Flottille de la Liberté" a annoncé le départ de quatre navires du port de l'île grecque "Crète" vers la bande de Gaza afin de briser le siège "israélien" imposé depuis 9 ans.

Rami Abdo, un membre de la campagne européenne pour briser le siège de Gaza, a déclaré au cours d'une conférence de presse à Gaza vendredi soir que "mercredi soir, le premier navire de La Flottille de la Liberté a été lancé à partir de l'île Crète vers la bande de Gaza, et a été suivi par trois navires Jeudi. Dans quelques heures, le cinquième navire sera aussi lancé de la même île ".

Abdo a ajouté que les "bateaux de La Flottille portent un message clair et invitent la communauté internationale à lever le siège imposé sur le secteur et à créer un port maritime et une voie navigable reliant Gaza avec le monde extérieur".

Le membre de la campagne a ajouté que la mission de la flottille est de révéler les violations pratiquées contre les 1,8 million de Palestiniens qui vivent dans la bande de Gaza, dont le siège imposé sur eux depuis 9 ans et qui est considéré comme "la plus grande prison ouverte du monde".

Il a démenti les accusations du "gouvernement israélien" disant que la troisième flottille comprend des bateaux illégaux qui essayent d'entrer dans les eaux territoriales "israéliennes", en disant: "Il n'y a pas de bateaux qui sont illégaux. Ce qui est illégal et illégitime c’est le siège imposé à la Bande de Gaza, auquel l'Union européenne et l'Organisation des Nations Unies appellent depuis des années à y mettre fin".

"Ces bateaux se dirigent vers les eaux territoriales palestiniennes sur les rives de la bande de Gaza, et non pas vers les territoires contrôlés par Israël".

La Flottille de la Liberté 3 comprend un certain nombre de politiciens, d’intellectuels, d’artistes et d’athlètes de partout dans le monde, y compris l'ancien président tunisien Mohamed Moncef Marzouki, l’activiste australien Robert Martin, la bonne sœur espagnole Teresa Forqads, le militant canadien Robert Love Lace et le membre du Knesset Basil Ghattas.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=41541


Irak : arrestation d'un cadre du régime de Saddam Hussein  27/06/2015

Irak : arrestation d'un cadre du régime de Saddam Hussein





Le Premier ministre irakien Haider Al-Abadi a annoncé samedi l'arrestation par l'armée irakienne de l'un des plus éminents responsables du régime de Saddam Hussein toujours en fuite.

Les services du renseignement ont réussi à interpeller Abd al-Baqi al-Saadoune, qui était recherché, a affirmé M. Abadi dans un discours télévisé. Il a été arrêté jeudi "sans opposer de résistance" dans le nord de la province de Kirkouk, dans le cadre d'une opération lancée il y a plus d'un an. M. Saadoune, qui avait occupé plusieurs hautes fonctions au sein du parti Baas, était recherché par les Etats-Unis pour crimes contre l'humanité après la répression d'une révolte chiite en 1999.

Le sort d'un autre cacique du parti Baas, Izzat Ibrahim al-Douri, dont la mort avait été annoncée au début de l'année, demeure toujours incertain après que l'Irak a annoncé ne pas pouvoir confirmer l'identité de l'homme décédé. A cela s'ajoute la diffusion d'un enregistrement audio attribué à M. Douri évoquant des faits postérieurs à sa mort.

http://www.lorientlejour.com/article/931831/irak-arrestation-dun-cadre-du-regime-de-saddam-hussein.html


Syrie : La Turquie "ne permettra jamais" un Etat kurde (Erdogan)  27/06/2015

Syrie : La Turquie "ne permettra jamais" un Etat kurde (Erdogan)





Le président Recep Tayyip Erdogan a affiché son mécontentement face à la progression des forces kurdes dans le nord de la Syrie, affirmant que la Turquie ne permettrait jamais l'établissement d'un Etat kurde en Syrie, aux portes de la Turquie.

"J'en appelle à la communauté internationale. Quel que soit le prix à payer, nous ne permettrons jamais l'établissement d'un nouvel Etat à notre frontière sud, dans le nord de la Syrie", a dit le président islamo-conservateur vendredi soir, lors d'un dîner de rupture du jeûne de Ramadan.

L'homme fort de Turquie, cité par les médias, a accusé les forces kurdes qui ont progressé face aux jihadistes du groupe de l'Etat islamique (EI) dans plusieurs secteurs proches de la frontière turco-syrienne de "changer la structure démographique" des zones dont elles se sont emparées.
M. Erdogan faisait allusion aux populations arabes et turkmènes (turcophones) de ces régions. L'EI a cependant lancé jeudi une attaque surprise contre la ville kurde syrienne de Kobané, frontalière de la Turquie, qui a fait au moins 164 morts. MM. Erdogan a une nouvelle fois démenti toute complaisance d'Ankara à l'égard des jihadistes: "c'est une grande calomnie d'accuser la Turquie d'avoir des liens avec une quelconque organisation terroriste" en Syrie, a-t-il dit.

Samedi matin, un correspondant de l'AFP du côté turc de la frontière pouvait entendre encore le bruit des tirs ainsi que d'explosions indiquant la poursuite des affrontements dans la ville. Les forces kurdes en Syrie (YPG) entretiennent des relations avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui a lancé en 1984 une insurrection armée en Turquie et est considéré par les autorités d'Ankara comme un groupe "terroriste". La création éventuelle d'une zone autonome sous contrôle du PKK dans le nord de la Syrie est une source d'inquiétude pour Ankara, au premier chef parce que ses propres Kurdes pourraient s'en inspirer, ensuite parce que ce territoire jouxtera la région autonome du Kurdistan au nord de l'Irak.

Dans un entretien vendredi au journal Hürriyet, Saleh Muslim, le chef du PYD (Parti de l'union démocratique, principal parti kurde syrien dont la branche armée est le YPG), a exclu la création d'un Etat kurde syrien. "Nous n'avons pas de tel projet", a-t-il dit.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/syrie-la-turquie-ne-permettra-jamais-un-etat-kurde-erdogan/id-menu-957.html


Tunisie : Fermeture de 80 mosquées, et mesures contre des partis (Essid)  27/06/2015

Tunisie : Fermeture de 80 mosquées, et mesures contre des partis (Essid)






Le chef du gouvernement, Habib Essid, a annoncé lors d’une conférence de presse tenue à une heure tardive de la nuit, une série de mesures, suite à l’attentat terroriste survenu, hier vendredi à Sousse, ayant fait 38 morts, ainsi que l'assaillant, et 36 blessés. Ces mesures ont été annoncées à l’issue de la réunion de la cellule de coordination sécuritaire et de suivi, et concernent notamment la fermeture des mosquées hors la loi et l’application de la loi aux partis qui sont réfractaires aux principes de la constitution. Ces décisions qui prendront effet immédiatement consistent à :

Diligenter une enquête et procéder à une évaluation globale de l’opération terroriste de Sousse, délimiter les responsabilités et prendre les dispositions nécessaires, pour parer aux éventuelles failles et insuffisances.

Fermer d’une manière légale et automatique toute mosquée hors la loi. Essid a indiqué qu’"il y a des mosquées qui continuent à propager leur propagande et leur venin pour inciter au terrorisme", elles sont estimées à 80 mosquées, et seront fermées dans une semaine par le ministère de l’Intérieur.

Prendre les mesures légales contre tous les partis et les associations qui exercent en dehors du cadre constitutionnel. Cela va de la mise en garde et peut aller jusqu’à la dissolution.

Revoir le décret-loi relatif aux associations notamment pour ce qui est du financement, et les soumettre au contrôle financier de l’Etat, étant étendu que certaines associations soutiennent et financent le terrorisme.

Appeler les réservistes pour renforcer la présence sécuritaire et militaire, dans les sites sensibles, afin d'empêcher que ce type d’opération ne se reproduise

Décréter certaines montagnes sur les zones frontalières, à l’instar des Monts Semmama, Mghila, Aicha, et Ouergha..., en tant que zones d’opérations militaires fermées

Renforcer les campagnes et les descentes pour poursuivre les éléments suspects et les cellules dormantes en coordination avec le parquet, et conformément à ce que stipule la loi

Mise en place d’un plan exceptionnel pour sécuriser les sites touristiques et archéologiques, en coordination avec la profession, à travers le déploiement d’unités sécuritaires touristiques armées sur tout le littoral, et à l’intérieur des hôtels, à partir du 1er juillet.

Le chef du gouvernement a par ailleurs annoncé la tenue d’une conférence nationale sur la lutte contre le terrorisme en septembre prochain, avec la participation des composantes de la société civile, des partis politiques et des organisations nationales. Il a également indiqué que des récompenses financières seront octroyées aux citoyens qui fournissent des informations aux unités sécuritaires et militaires, permettant l’arrestation des terroristes.

Un conseil de sécurité national se tiendra demain dimanche à partir de 10h, pour prendre des mesures supplémentaires. Un conseil ministériel se tiendra ce samedi sur cette lâche opération terroriste, a indiqué Essid, annonçant qu’il accueillera demain les 21 chefs de partis politiques, afin de les sensibiliser à l’importance à l’unité nationale en cette période sensible.

Habib Essid a affirmé que la guerre contre le terrorisme se poursuit avec la conjugaison de tous les efforts. La guerre contre le terrorisme n’est pas la responsabilité des forces de sécurités intérieures et des unités militaires seulement, mais c’est une responsabilité nationale, a-t-il dit, exhortant les Tunisiens à resserrer les rangs. "La patrie est menacée, et l’Etat est menacé, sans la coopération de tous et le resserrement des rangs, on ne peut gagner la guerre", a-t-il martelé, ajoutant :" on a gagné des batailles, et perdu d’autres, mais notre objectif est de gagner la guerre".

http://www.gnet.tn/temps-fort/tunisie-80-mosquees-seront-fermees-et-des-mesures-contre-les-partis-hors-constitution-essid/id-menu-325.html


1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 2680

Publicité

Brèves



Commentaires