Un destroyer américain endommagé par l’explosion d’un de ses missiles  23/07/2015

Un destroyer américain endommagé par l’explosion d’un de ses missiles






Le destroyer américain USS The Sullivans de la classe Arleigh Burke a été victime d’un rare incident lors d’un exercice antimissile mené le 18 juillet dernier au large des côtes de la Virginie.

En effet, un missile SM-2 Block IIIA a explosé très peu de temps après avoir été tiré par le navire, douchant ce dernier d’une pluie de débris. Fort heureusement, l’engin était inerte, ce qui explique en partie la raison pour laquelle l’incident n’a pas fait de victimes à bord du destroyer, même si un incendie s’est toutefois déclaré à babord.

Le SM-2 a été mis en service au début des années 1990. Cet engin a été conçu par Raytheon pour contrer les menaces aériennes. Il peut également être utilisé comme missile anti-surface.

Dans un communiqué, le Naval Sea Systems Command a précisé que l’USS The Sullivans était regagné la base navale de Norfolk pour faire l’objet d’une « évaluation » des dégâts. Une enquête sur le dysfonctionnement du missile a également été ouverte.

La dernière fois que la marine américaine a connu un incident du même ordre remonte à 1969. Cette année-là, une roquette MK-32 Zuni s’était décroché d’une F-4 Phantom à bord du porte-avions USS Enterprise, ce qui entraîna une série d’explosions. Au moins 24 marins y perdirent la vie. Deux ans plus tôt, l’USS Forrestal avait subi exactement la même chose, mais avec des pertes humaines beaucoup plus élevées (134 tués, 21 avions détruits).

http://www.opex360.com/2015/07/23/destroyer-americain-endommage-par-lexplosion-dun-de-ses-missiles/


Ukraine-Israël: vers une zone de libre-échange  23/07/2015

Ukraine-Israël: vers une zone de libre-échange






Kiev et Tel Aviv veulent accélérer la signature d'un accord sur une zone de libre-échange.

Lors d'un entretien téléphonique, le président ukrainien Piotr Porochenko et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont convenu d'accélérer la signature d'un accord sur une zone de libre-échange entre leurs deux pays, annonce jeudi le site présidentiel.

"Les parties ont évoqué la signature d'un accord sur une zone de libre-échange entre l'Ukraine et Israël, et convenu d'accélérer ce processus", indique le site.
Selon le communiqué, le président Porochenko a également évoqué la question du régime sans visas pour les touristes ukrainiens. Le premier ministre israélien a promis de tout faire pour permettre aux Ukrainiens de voyager librement dans son pays.

Malgré l'existence du régime sans visas entre les deux pays, les diplomates ukrainiens déplorent un nombre croissant d'Ukrainiens qui se voient interdits d'entrée en Israël. L'année passée, près de 3.000 personnes, soit 2% des touristes ukrainiens, ont vécu cette situation, selon le site israélien newsru.co.il qui se réfère au consul ukrainien en Israël Anatoli Pissarenko.

"Il s'avère que la situation actuelle ne ressemble pas à un régime sans visas. Si la partie israélienne estime qu'il y a des risques d'immigration, il faut prendre des mesures adéquates, annuler l'accord sur le régime sans visas et les imposer (…). Il est inacceptable que les gens achètent des billets d'avion, dépensent de l'argent en espérant passer des vacances et arrivent ici pour finalement être immédiatement rapatriés", s'indigne le diplomate ukrainien, cité par la source israélienne.

La chancellerie du premier ministre israélien n'a pour le moment pas fait état de l'entretien téléphonique entre les deux dirigeants.

http://fr.sputniknews.com/international/20150723/1017191928.html


Crash du MH17: Obama invité à publier le rapport du renseignement US  23/07/2015

Crash du MH17: Obama invité à publier le rapport du renseignement US





Un groupe d'anciens membres de l'Agence de sécurité nationale des Etats-Unis (NSA) a invité le président Barack Obama à publier d'urgence le rapport des services de renseignements américains consacré à la catastrophe du Boeing malaisien dans l'est de l'Ukraine en juillet 2014.

La lettre signée par 16 ex-agents du renseignement américain, dont les anciens responsables de la NSA William Binney et Thomas Drake, appelle le locataire de la Maison-Blanche à cesser d'accuser sans preuves la Russie et de divulguer enfin la réalité.

Selon les signataires de la lettre, le refus de publier ces informations incite à penser que le crash a été organisé par Kiev ou par une tierce partie.

"Le gouvernement des Etats-Unis a présenté de succins rapports fondés sur des informations provenant de réseaux sociaux et d'autres sources similaires. Dans ces rapports, il a accusé les insurgés du Donbass et la Russie. Cependant, il s'est tu subitement lorsqu'il a fallu fournir des renseignements vérifiés", lit-on dans la lettre qualifiée par ses auteurs de "mémorandum".

Le document souligne que les tensions dans les relations entre Washington et Moscou se dirigent rapidement vers un "point dangereux". Selon les ex-agents de la NSA, la manière dont la Russie est présentée à l'opinion publique américaine dans le contexte de la catastrophe du vol MH17 y joue un rôle considérable. Cependant, des accusations non étayées par des preuves causent un grave préjudice aux relations bilatérales, estiment les auteurs de la lettre.

Le rapport officiel des autorités néerlandaises chargées de l'enquête sur les causes de la catastrophe sera présenté en octobre prochain, mais il existe des informations selon lesquelles le premier jet de ce document se trouve déjà entre les mains du gouvernement des Etats-Unis, indiquent les anciens agents de la NSA.

"Il se peut que le crash de l'avion ait été organisé délibérément par Kiev ou par l'un des oligarques ukrainiens en vue d'entraîner les forces anti-Kiev et la Russie dans une guerre sanglante", indique la lettre.

"Si le gouvernement des Etats-Unis sait qui a organisé l'attaque contre l'avion, il doit fournir des preuves. S'il ne sait pas, il doit le dire ouvertement", ont conclu les signataires du mémorandum.

http://fr.sputniknews.com/international/20150723/1017195402.html


Une haute responsable de l'Onu démissionne sur fond de scandale  23/07/2015

Une haute responsable de l'Onu démissionne sur fond de scandale







Flavia Pansieri, Haut-Commissaire adjointe de l'Onu aux droits de l'homme, qui était au courant des abus sexuels commis sur des enfants en Centrafrique par des soldats français, a décidé de démissionner en invoquant des problèmes de santé.

"Je peux confirmer que Flavia Pansieri a quitté son poste en citant comme raison principale des problèmes de santé", a déclaré Vannina Maestracci, porte-parole adjoint du Secrétaire général de l'Onu, lors d'une conférence de presse.

Pour sa part, Mme Pansieri s'est abstenue de tout commentaire susceptible d'éclaircir la situation.

Il est à noter que Flavia Pansiei, nommée au poste de Haut-Сommissaire adjointe de l'Onu aux droits de l'homme il y a trois ans, était au courant des abus sexuels commis par des casques bleus français en Centrafrique.

Fin avril, des journalistes du quotidien britannique The Guardian ont rapporté avoir obtenu un document de l'Onu faisant état d'abus du contingent de maintien de la paix déployé sur le territoire de ce pays africain.

Actuellement, quatorze soldats sont accusés d'abus sexuels commis entre décembre 2014 et juin 2014.

En juin 2015, l'Onu a créé un groupe d'experts chargé de mener une enquête indépendante sur l'affaire. Le 7 mai 2015, le parquet de Paris a également lancé une enquête sur les viols d'enfants en Centrafrique.

http://fr.sputniknews.com/international/20150723/1017199081.html


Turquie: un policier tué, un autre blessé par balles lors d'une attaque à Diyarbakir  23/07/2015

Turquie: un policier tué, un autre blessé par balles lors d'une attaque à Diyarbakir






Un policier a été tué et un autre grièvement blessé par balles jeudi par des hommes masqués dans une rue d'un quartier de Diyarbakir, la grande ville à majorité kurde du sud-est de la Turquie, a-t-on appris de source hospitalière.

Cette attaque intervient au lendemain de l'exécution près de la frontière syrienne de deux autres policiers, revendiqués par les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en représailles à l'attentat antikurde meurtrier survenu lundi à Suruç (sud) et attribué au groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Selon des sources policières, un groupe de plusieurs hommes armés a ouvert le feu sur les deux policiers, qui avaient été appelés pour un accident de la route dans le quartier de Sehitlik, réputé pour être un bastion du PKK.

Grièvement atteints, les deux policiers ont été transportés dans un hôpital de la ville, où l'un d'eux est rapidement mort de ses blessures.

Les agresseurs ont immédiatement pris la fuite après l'attaque, selon ces mêmes sources.

Turquie: un soldat turc tué, un autre blessé à la frontière par des tirs venus de la Syrie

Un sous-officier turc a été tué et au moins un autre militaire blessé jeudi dans la région de frontalière de Kilis (sud) par des tirs d'origine indéterminée venus du territoire syrien, a rapporté l'agence de presse progouvernementale Anatolie.
Cette attaque intervient trois jours après l'attentat suicide attribué au groupe Etat islamique (EI) qui a visé des militants prokurdes à Suruç (sud), près de la frontière syrienne, qui a fait 32 morts et une centaine de blessés. Selon l'agence de presse Dogan, les coups de feu ont été tirés d'une zone contrôlée par les jihadistes.


http://www.lorientlejour.com/article/935800/turquie-un-policier-tue-un-autre-blesse-par-balles-lors-dune-attaque-a-diyarbakir.html
http://www.lorientlejour.com/article/935810/turquie-un-soldat-turc-tue-un-autre-blesse-a-la-frontiere-par-des-tirs-venus-de-la-syrie.html


Riyad minimise la portée de la visite du chef du Hamas  23/07/2015

Riyad minimise la portée de la visite du chef du Hamas





Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a minimisé jeudi la portée de la visite la semaine dernière en Arabie saoudite du chef du Hamas Khaled Mechaal, qui n'était pas politique.

"Khaled Mechaal s'est rendu à La Mecque pour effectuer la Omra", le petit pèlerinage, à l'occasion de la fête du Fitr, célébrée le 17 juillet et marquant la fin du mois de jeûne musulman, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse commune avec son homologue égyptien Sameh Choukry à Jeddah (ouest).
Durant leur présence à La Mecque, M. Mechaal et sa délégation "ont présenté leurs voeux au roi (Salmane) pour l'Aïd el-Fitr", a ajouté le ministre.

"La Omra est un droit pour tout musulman, que personne ne peut empêcher" mais "il n'y a pas eu de réunion" politique, a insisté M. Jubeir, dont le pays est l'un des principaux soutiens de l'Autorité palestinienne et de l'Egypte, en désaccord total avec le Hamas.

"La position du royaume à l'égard du Hamas n'a pas changé" et Riyad continue de "soutenir l'Autorité palestinienne" ainsi que "l'Egypte pour préserver sa sécurité et sa stabilité", selon lui.

Les relations entre le Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza et le royaume saoudien se sont largement refroidies avec la destitution par l'armée égyptienne du président Mohamed Morsi il y a plus de deux ans.

Riyad est un fervent soutien d'Abdel Fattah al-Sissi, tombeur de Morsi et désormais à sa place. Le Hamas, lui, a perdu avec ce coup de force militaire un de ses grands alliés dans la région --et une ouverture sur le monde pour la petite enclave qu'il contrôle.

M. Mechaal est installé au Qatar depuis qu'il a dû quitter Damas en 2012, lorsque son mouvement a pris le parti des rebelles syriens contre le président Bachar el-Assad. Il ne s'était pas rendu en Arabie saoudite depuis plusieurs années.

http://www.lorientlejour.com/article/935805/riyad-minimise-la-portee-de-la-visite-du-chef-du-hamas.html


France/loi sur le renseignement: des pouvoirs de surveillance "excessivement larges", selon des experts de l'Onu  23/07/2015

France/loi sur le renseignement: des pouvoirs de surveillance "excessivement larges", selon des experts de l'Onu






Le Comité des droits de l'Homme de l'Onu s'est inquiété jeudi des "pouvoirs excessivement larges de surveillance" attribués aux agences de renseignement par la loi sur le renseignement en France, alors qu'une décision du Conseil constitutionnel est attendue cette semaine.
Ce comité, composé 18 experts indépendants, est chargé d'examiner le respect des obligations imposées par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

"Le Comité est préoccupé par les pouvoirs conférés aux services de renseignements en matière de surveillance digitale à l'intérieur et à l'extérieur de la France", indique-t-il dans ses observations finales concernant le 5e rapport périodique de la France, présenté le 10 juillet à Genève.
"Le Comité s'inquiète tout particulièrement de ce que loi relative à la programmation militaire et la loi sur le renseignement (soumise au Conseil Constitutionnel) octroient des pouvoirs excessivement larges de surveillance très intrusive aux agences de renseignement sur la base d'objectifs vastes et peu définis, sans autorisation préalable d'un juge et sans mécanisme de contrôle adéquat et indépendant", poursuit-il.

Les experts demandent à la France de prendre des mesures "pour garantir que toute immixtion dans la vie privée soit faite conformément aux principes de légalité, de proportionnalité et de nécessité" et de "veiller à ce que la collecte et l'utilisation de données relatives aux communications se fasse sur la base d'objectifs légitimes précis et que soient énoncées, en détail, les circonstances exactes dans lesquelles de telles immixtions peuvent être autorisées et les catégories de personnes susceptibles d'être placées sous surveillance".
Les autorités françaises devraient "veiller également à garantir l'efficacité et l'indépendance du système de contrôle des activités de surveillance, notamment en prévoyant que le pouvoir judiciaire participe à l'autorisation et au contrôle des mesures de surveillance", écrivent les experts.

Cet avertissement intervient au moment même où le Conseil constitutionnel -- saisi le 25 juin par le président français François Hollande -- s'apprête à rendre en fin de semaine sa décision sur la constitutionnalité de la nouvelle loi sur le renseignement.

Le Parlement a adopté le 24 juin, par un ultime vote de l'Assemblée, le projet de loi controversé sur le renseignement, défendu au nom de la lutte antiterroriste par le gouvernement mais qui légalise des pratiques que ses détracteurs estiment contestables. Le texte a été voté à main levée par une large majorité gauche-droite, mais avec des voix dissidentes dans presque chaque groupe politique.

De la prévention d'attentats à l'espionnage économique, le texte définit un large éventail des missions des services de renseignement, ainsi que le régime d'autorisation et de contrôle de nombreuses techniques d'espionnage (écoutes, pose de caméra ou de logiciel-espion, accès aux données de connexion, etc).

http://www.lorientlejour.com/article/935794/france-loi-sur-le-renseignement-des-pouvoirs-de-surveillance-excessivement-larges-selon-des-experts-de-lonu.html


L’Algérie juge les propos de Sarkozy "insultants"  23/07/2015

L’Algérie juge les propos de Sarkozy "insultants"






La presse algérienne pariait mercredi que la relation entre la France et l’Algérie, apaisée depuis trois ans, était promise à de nouvelles turbulences si l’ex-président de droite Nicolas Sarkozy, qui a tenu des propos jugés insultants à Alger, revenait au pouvoir.

A Tunis où il se trouvait lundi, le chef du parti Les Républicains a déclaré aux Tunisiens qu’ils n’avaient pas choisi leur emplacement géographique entre l’Algérie, qui a souffert de l’intégrisme dans les années 90, et la Libye, actuellement en proie au chaos.

Les déclarations de M. Sarkozy, reçu à Tunis par le président tunisien Beji Caïd Essebsi, sont «insultantes», a affirmé à l’AFP un haut responsable algérien qui a requis l’anonymat. Mais «le gouvernement algérien ne réagira pas aux propos d’un chef de parti politique étranger», a-t-il ajouté.

Les médias, eux, ont sévèrement jugés ces déclarations.

Le quotidien El Watan a critiqué des propos «qui ne seront pas sans conséquence sur les relations algéro-françaises s’il est jamais réélu». Il dénoncé à la une des «propos scandaleux et «le fiel de Sarkozy contre l’Algérie».

Cette affirmation de M. Sarkozy revient à dire que la proximité avec l’Algérie est une «malédiction pour les Tunisiens», interprète El Watan qui dénonce une «provocation».

Pour le quotidien Liberté, Nicolas Sarkozy «dérape» et adopte un ton «plus proche d’un langage de voyou que d’une digression diplomatique».

Le Quotidien d’Oran, lui, se demande s’il faut «s’offusquer» ou «ignorer» l’ancien chef de l’Etat français, aujourd’hui chef du premier parti d’opposition, qui est, selon lui, «coutumier des dérapages contrôlés et des déclarations incendiaires» et qui «ne porte pas l’Algérie dans son cœur ».

Le journal arabophone El Khabar dénonce aussi une «provocation» et des «propos étranges».

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/lalgerie-juge-les-propos-de-sarkozy-insultants/id-menu-957.html


Allemagne : forte hausse des attaques contre les foyers de réfugiés  23/07/2015

Allemagne : forte hausse des attaques contre les foyers de réfugiés








Une attaque contre les centres de demandeurs d'asile est enregistrée pratiquement chaque jour depuis le début de l'année en Allemagne, où le nombre de réfugiés fuyant la violence et les conflits est en forte hausse.

Le nombre d'incendies volontaires ou d'attaques contre les foyers de réfugiés s'élève à 150 pour les six premiers mois de l'année, soit presque le total de l'année 2014, qui était de 170, selon les chiffres publiés mardi par le ministère de l'Intérieur.

"Je ressens de la honte pour cette haine des étrangers qui se manifeste dans les rues d'Allemagne", a dit le ministre de la Justice Heiko Maas dans les colonnes du quotidien Bild. Ce membre du Parti social-démocrate (SPD) a déclaré toutefois constater également, au-delà des "peurs irrationnelles", une forte compassion de la population allemande pour le sort des réfugiés.

Dans un sondage publié en avril, 50% des Allemands souhaitaient que leur pays accueille davantage de réfugiés.

Durant les années de bouleversement économique qui ont suivi l'unification en 1990, l'Allemagne a été confrontée à une vague de violences racistes qui a coûté la vie à 186 étrangers.

Aujourd'hui, les critiques dénoncent l'incapacité du gouvernement d'Angela Merkel à agir de manière décisive contre les violences, et à encourager indirectement ces attaques par son inaction voire des propos populistes contre les étrangers abusant de la politique d'asile.

Le nombre de demandeurs d'asile s'est élevé à environ 200.000 l'an dernier en Allemagne, et l'on s'attend à ce qu'il double cette année. La majorité des 85.394 demandeurs d'asile recensés au premier trimestre venaient du Kosovo, de Syrie, de Serbie, d'Albanie, d'Irak et d'Afghanistan.

http://www.lorientlejour.com/article/935783/allemagne-forte-hausse-des-attaques-contre-les-foyers-de-refugies.html


Les EU en sont aux derniers préparatifs pour la fermeture de Guantanamo  23/07/2015

Les EU en sont aux derniers préparatifs pour la fermeture de Guantanamo






Persistante dans son objectif, la Maison-Blanche a indiqué mercredi mettre «la dernière main» à un plan de fermeture de la prison militaire de Guantanamo à Cuba, où plus d'une centaine d'hommes sont enfermés depuis treize ans, sans inculpation ni procès.

À moins de 18 mois de la fin de la présidence, Obama, «l'administration met en fait la dernière main à la préparation d'un plan visant à (fermer) de manière responsable et sûre la prison de Guantanamo et à le présenter au Congrès», a déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche, Josh Earnest.

«C'est une priorité pour le président» Obama, qui avait promis de fermer le centre de détention dès son arrivée à la Maison-Blanche en janvier 2009, a rappelé M. Earnest, lors de son point presse quotidien.

«Continuer à faire fonctionner cette prison ne représente pas une utilisation efficace des impôts», a encore fait valoir M. Earnest.

Barack Obama, qui a sans cesse réaffirmé cette promesse de campagne au cours de ses deux mandats, juge insensé de «dépenser trois millions de dollars par prisonnier pour conserver une prison que le monde condamne et que les terroristes utilisent pour recruter», comme il l'a martelé en janvier, dans son discours de l'état de l'Union de 2015.

Mais le président américain s'est toujours heurté au refus des républicains, majoritaires dans les deux chambres du Congrès. Les adversaires de l'administration démocrate ont sans relâche dressé des obstacles légaux pour empêcher le transfèrement de prisonniers vers les États-Unis, même pour y être jugés et incarcérés, contraignant le gouvernement à chercher des pays tiers pour accueillir les détenus.

Fin juin, le Sénat a adopté sa version de la loi annuelle sur la défense, qui renforce les restrictions à la fermeture de la prison de Guantanamo, et maintient ses exigences pour garantir que les hommes ne retournent pas au combat une fois libéré à l'étranger.

Mais Barack Obama a menacé d'opposer son veto à ce texte et, selon des observateurs, pourrait finalement choisir de passer en force pour décréter la fermeture de Guantanamo.
En outre, Cuba a réclamé, dans le cadre de son rétablissement des relations diplomatiques avec Washington, la restitution des terrains sur lesquels les États-Unis ont installé leur base navale et la prison.

Les premiers détenus sont arrivés le 11 janvier 2002, sur ces terres louées à Cuba depuis 1903, quand, quatre mois après les attentats du 11-Septembre, le président George W. Bush faisait enfermer dans des cages à ciel ouvert les «pires des pires» de sa guerre contre le terrorisme.

Aujourd'hui, il en reste 116, sur un maximum de quelque 680 dénombrés en 2003. Parmi eux, 75 Yéménites, l'un des plus gros obstacles à la fermeture de Guantanamo, car leur rapatriement est impossible en raison de l'actuelle situation explosive au Yémen.

Sur les 116 hommes encore incarcérés, la quasi-majorité sans inculpation ni procès, deux ont plaidé coupable et sept sont renvoyés devant un tribunal militaire, dont les cinq accusés des attentats du 11-Septembre.

52 détenus ont été d'ailleurs décrétés libérables, souvent en raison de l'absence ou du manque de preuves à leur encontre, et sont appelés à être renvoyés dans leur propre pays ou dans un pays tiers, dont quatre depuis 2010.

«Nous avons fait beaucoup de progrès», s'est toutefois félicité le porte-parole de la Maison-Blanche. «On est passé de 127 (prisonniers) à 116» en six mois, soit onze transfèrements en 2015. Vingt-huit détenus avaient quitté la prison en 2014 vers le Kazakhstan, l'Uruguay, la Géorgie ou encore la Slovaquie.

Mais, malgré le retour vers Oman de six Yéménites le 13 juin dernier, les transfèrements semblent au point mort actuellement, sans doute retardés par le ministre de la Défense, selon le New York Times.

Au printemps, la libération du Saoudien et résident britannique Shaker Aamer, dernier Occidental enfermé à Guantanamo, ainsi que celles d'un Marocain et d'un Mauritanien, avaient été annoncées sans doute pour juin. Mais ces rapatriements n'ont jamais eu lieu.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/les-eu-en-sont-aux-derniers-preparatifs-pour-la-fermeture-de-guantanamo/id-menu-957.html


QUI VEUT SEMER LE CHAOS EN AFRIQUE ? (3)  23/07/2015

# EODE-TV/ CRISE AU BURUNDI. QUI VEUT SEMER LE CHAOS EN AFRIQUE ? (3)/ LUC MICHEL SUR AFRIQUE MEDIA TV
 
Qui veut semer le chaos en Afrique ? – PARTIE 3
EODE-TV & AFRIQUE MEDIA TV/
Avec EODE Press Office/ 2015 07 19/
 
Intervention de Luc MICHEL, Administrateur-général d’EODE,
dans l’émission LE DEBAT PANAFRICAIN :
 
CRISE AU BURUNDI. MODIFICATION DE LA CONSTITUTION.
Ou en est-on ?
Peut-on parler d’une présidentielle à hauts risques le 21 juillet ?
Luc MICHEL précise sa thèse sur une « révolution de couleur » made in USA au Burundi …
 
Video sur le Website d’EODE-TV
https://vimeo.com/133866263
 
Filmé en Duplex à Bruxelles par EODE-TV (images brutes),
Diffusé en direct sur AFRIQUE MEDIA TV,
Le 19 juillet 2015 dans l’émission ‘LE DEBAT PANAFRICAIN’,
présentée par Alain Michel Yetna.
 
EODE-TV / EODE Press Office /
________________________
http://www.eode.org/
https://www.facebook.com/EODE.org
https://vimeo.com/eodetv
 


Etat de tension suite à la prise d’assaut des Israéliens extrémistes de la sainte mosquée d’al-Aqsa  22/07/2015

Etat de tension suite à la prise d’assaut des Israéliens extrémistes de la sainte mosquée d’al-Aqsa






Un état de tension a éclaté après qu’une horde de fanatiques israéliens, escortée par des officiers de l'armée israélienne, a fait irruption dans la sainte mosquée d’al-Aqsa.

Des sources de médias locaux ont déclaré que le nombre de colons israéliens qui ont fait irruption dans la mosquée a augmenté à plus de 45.

Les appels lancés par les organisations du temple présumé à redoubler les prises d’assaut de la sainte mosquée à l'occasion de la soi-disant destruction du temple qui marque samedi et dimanche prochains.

Les fidèles musulmans ont, quant à eux, été avertis de ces incursions planifiées et y ont résistées.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=41873


De grandes troupes de l'armée israélienne ont été déployées dans la mosquée al-Aqsa. Une unité féminine israélienne a également été répartie pour faire face aux fidèles musulmanes à la mosquée.


Premier ministre italien Matteo Renzi : « Israël est la terre de nos racines et de notre futur »  22/07/2015

Premier ministre italien Matteo Renzi : « Israël est la terre de nos racines et de notre futur »







Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a livré mardi un vibrant plaidoyer à l’État juif, à l’occasion de sa première visite officielle en Israël.

« Israël est la terre de nos racines, des racines du monde entier et de notre futur », a déclaré le dirigeant italien lors d’une conférence sur les recherches en innovation entre Israël et l’Italie, à l’Université de Tel-Aviv.

« Israël et l’Italie sont des pays amis qui coopèrent pour rendre la vie meilleure. Le monde a besoin de pays qui souhaitent investir dans l’avenir. Nous devons être fiers à la fois de notre passé et de notre avenir, c’est notre mission », a-t-il ajouté, soulignant les liens diplomatiques « étroits et forts » entre les deux pays.

Le chef du gouvernement italien s’est ensuite recueilli au mémorial de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem. Il doit rencontrer en fin d’après-midi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

L’ancien maire de Florence a par le passé manifesté publiquement à plusieurs reprises son soutien à Israël. En 2012, Renzi a participé à une manifestation intitulée « Pour la vérité, pour Israël », au cours de laquelle des drapeaux israéliens et italiens ont été déployés.

http://www.lemondejuif.info/2015/07/premier-ministre-italien-matteo-renzi-israel-est-la-terre-de-nos-racines-et-de-notre-futur/


Terrorisme : Des volontaires français pour combattre Daech  22/07/2015

Terrorisme : Des volontaires français pour combattre Daech







Une association proche des chrétiens d'Orient cherche à recruter en France des miliciens antijihadistes, notamment d'anciens militaires.

Ce sont d'anciens militaires, des étudiants, des militants d'associations chrétiennes ou de simples citoyens tentés par le souffle de l'aventure. Même si le phénomène reste limité, de plus en plus de Français se renseignent sur les moyens de se rendre en Syrie -- mais surtout en Irak -- combattre les groupes extrémistes, notamment les miliciens ultraradicaux du groupe État islamique.

L'antijihad en somme. Pas de quoi évidemment inverser le rapport de force sur le terrain. Mais la tendance est réelle selon l'association chrétienne Dwekh Nawsha (« Futur Martyr » en araméen, la langue de Jésus) qui propose ses conseils en recrutement sur sa page Facebook.

Depuis les attentats de janvier, les candidats au départ se mobilisent et cherchent à s'organiser. « Notre premier but est d'aller combattre Daech sur son terrain, de défendre les chrétiens d'Orient et de représenter la France et nos valeurs », explique un responsable de Dwekh Nawsha, dont la branche anglo-saxonne encadre déjà, en Irak, des combattants étrangers venus des États-Unis, du Canada ou de Grande-Bretagne.

Des ex-militaires français se sont déjà portés volontaires

Ces derniers mois, selon nos informations, plusieurs dizaines d'ex-militaires français se sont ainsi portés volontaires pour constituer un mini-corps expéditionnaire qui serait opérationnel à la rentrée. Une force d'appoint symbolique qui viendrait épauler les peshmergas kurdes et serait stationnée non loin d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, une région où les chrétiens d'Orient et d'autres minorités ont dû fuir l'avancée des jihadistes. Encore faut-il que le projet voie le jour. « Une cinquantaine de soldats sont prêts à partir, il s'agit d'une première vague, une tête de pont avec les meilleurs éléments. Nous avons également 200 réservistes à disposition. Il faut que le casier judiciaire soit vierge et nous ne voulons pas de nazillons. Une étude de renseignements est effectuée sur le passé du militaire », précise-t-on encore du côté de Dwekh Nawsha, qui vient d'ouvrir une antenne en Belgique et se prépare à créer des représentations en Suisse et aux Antilles.

Les combattants seront-ils rémunérés d'une façon ou d'une autre ? Alors que la loi française interdit le mercenariat, pas question pour les futurs miliciens chrétiens de parler gros sous. En tout cas ouvertement. Dans le formulaire d'engagement que l'on peut se procurer sur Internet et après entretien, il est précisé que les candidats sont volontaires et donc bénévoles. S'ils arrivent à se frayer un chemin jusqu'en Irak et passer les frontières sans encombre, ils devront financer eux-mêmes leur voyage et leur équipement. Quelques milliers d'euros pour se battre au bout du monde contre l'ennemi jihadiste.

Sources :
LeParisien.fr, le 21.07.2015
http://metatv.org/terrorisme-des-volontaires-francais-pour-combattre-daech


Drones. Une enquête ouverte sur des vols au-dessus de sites sensibles  22/07/2015

Drones. Une enquête ouverte sur des vols au-dessus de sites sensibles








Une enquête a été ouverte sur des vols de drones en juillet au-dessus des sites pétrochimiques de LyondellBasell de Fos-sur-Mer et de Berre l'Etang.

Des drones ont survolé à plusieurs reprises en juillet le site de LyondellBasell de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), notamment une semaine avant le double incendie volontaire qui a frappé le 14 juillet des cuves du site pétrochimique LyondellBasell de Berre l'Etang distant d'une cinquantaine de kilomètres, indique mercredi le parquet d'Aix-en-Provence.
Le lien entre les deux affaires pas avéré

Une enquête a été ouverte mais aucun lien n'est pour l'heure établi entre ces deux affaires. « Le survol d'un secteur du site pétrochimique LyondellBasell par un objet volant de type drone a été signalé par des personnels du site », indique dans un communiqué Dominique Moyal, procureur de la République d'Aix-en-Provence.

L'enquête a été « confiée à la BGTA (Brigade de gendarmerie du transport aérien, ndlr) - Groupement Sud Aix-en-Provence ».

« La zone concernée par ce survol est un bâtiment situé dans un secteur qui n'est plus exploité depuis 10 ans », poursuit le procureur. « Les survols ont eu lieu le 8 juillet vers 2H00 du matin, le 16 juillet vers 23h00 et le 21 juillet (mardi, ndlr) vers 23h45. Un seul passage a été observé à chacune de ces dates », a précisé Mme Moyal.

« En l'état, aucun lien n'est établi entre ces survols par les drones et l'enquête actuellement (...) suite aux incendies des cuves du site pétrochimique LyondellBasell de Berre l'Etang le 14 juillet », poursuit le communiqué.
Des débris retrouvés

A cette date, deux cuves du site pétrochimique de Berre l'Etang avaient pris feu. Les enquêteurs de la Section de Recherche de la Gendarmerie de Marseille avaient retrouvé sur place des débris ressemblant à un système de mise à feu ainsi qu'un troisième système de mise à feu sur une autre cuve qui n'avait pas fonctionné.

Toutes les pistes sont étudiées dans le cadre de cette enquête pour « incendie volontaire ».

http://www.ouest-france.fr/drones-enquete-ouverte-sur-des-vols-au-dessus-de-sites-sensibles-3577431


Le président nigérian promet de récupérer l'argent "volé" du pétrole  22/07/2015

Le président nigérian promet de récupérer l'argent "volé" du pétrole






Le président nigérian Muhammadu Buhari s'est engagé à récupérer les sommes d'argent "ahurissantes" issues de vols et de détournements de pétrole à grande échelle dans son pays et a promis de traduire les responsables de ces transactions devant la justice, a déclaré mercredi son porte-parole.

Selon M. Buhari, qui se trouve actuellement à Washington pour la première fois depuis le début de son mandat le 29 mai, l'équivalent de 250.000 barils de pétrole brut est volé chaque jour au Nigeria, premier producteur d'or noir d'Afrique, soit plus de 10% de la production nationale. Les profits de cette escroquerie sont placés sur des comptes bancaires individuels.

M. Buhari, un général à la retraite de 72 ans, connu pour avoir mené une "guerre contre l'indiscipline" musclée lors de son premier et bref passage au pouvoir dans les années 80, s'est engagé à lutter farouchement contre "le démon de la corruption".

Lors d'un discours prononcé mardi à l'ambassade du Nigeria dans la capitale américaine, il a affirmé que les États-Unis et d'autres pays aidaient le Nigeria "à pister de tels comptes en banque".
"Nous allons demander à ce que ces comptes soient gelés et nous allons poursuivre les individus. La somme d'argent en question est ahurissante. Certains anciens ministres ont vendu environ un million de barils par jour", a-t-il affirmé.
"Je peux vous assurer que nous allons pister et rapatrier cet argent et nous appuyer sur les documents (liés à ces comptes) pour poursuivre (leurs propriétaires)", a-t-il poursuivi, selon un communiqué de son porte-parole Femi Adesina.

M. Buhari a déjà dissous fin avril le conseil d'administration de la NNPC, la compagnie pétrolière nationale, et a ordonné une enquête au sein de cette entreprise.

L'année dernière, le gouverneur de la banque centrale, Sanusi Lamido Sanusi, avait été limogé par l'ancien président Goodluck Jonathan. Le gouverneur avait déclaré peu de temps auparavant que 20 milliards de dollars de revenus pétroliers n'avaient pas été versés au budget de l'Etat entre 2012 à 2014, ce que contestait catégoriquement M. Jonathan.

M. Buhari, qui arrive au pouvoir au moment où la chute des cours mondiaux du pétrole a fait vaciller l'économie, a accusé à plusieurs reprises l'administration de son prédécesseur d'avoir "pratiquement vidé" les caisses de l'Etat.
Les vols et détournements de pétrole brut constituent un problème majeur au Nigeria et représentent, selon les estimations, des pertes de 6 milliards de dollars (4,3 milliards d'euros) par an.

http://www.lorientlejour.com/article/935658/le-president-nigerian-promet-de-recuperer-largent-vole-du-petrole.html


L'une des "plus vieilles" versions manuscrites du Coran découverte au Royaume-Uni  22/07/2015

L'une des "plus vieilles" versions manuscrites du Coran découverte au Royaume-Uni






Une des plus anciennes versions manuscrites du Coran, qui remonterait à la fin du VIe siècle ou au début du VIIe, a été découverte dans la bibliothèque de l'Université de Birmingham, a annoncé celle-ci mercredi.
Les feuillets manuscrits étaient conservés depuis près d'un siècle au sein d'une collection de livres et de documents du Moyen-Orient, sans que personne ne soupçonne leur ancienneté.

C'est lorsqu'une chercheuse, l'Italienne Alba Fedeli, s'est penchée sur le texte pour sa thèse de doctorat que l'université a décidé de réaliser une datation au carbone 14.
"Le résultat est surprenant", explique David Thomas, spécialiste dans cette université de l'islam et de la chrétienté. L'analyse a permis d'aboutir à la conclusion que le manuscrit avait été écrit entre 568 et 645 de notre ère, avec un degré de certitude de 95,4%.
Or, d'après la tradition islamique, le prophète Mahomet a vécu entre 570 et 632.

"L'analyse du parchemin montre qu'il y a une forte probabilité que l'animal dont provient la peau vivait du temps du prophète Mahomet ou peu de temps après", ajoute David Thomas.
Des versets des chapitres ou sourates 18 à 20, écrits à l'encre en hijazi, un style calligraphique arabe ancien, sont reproduits dans ce manuscrit qui, selon Alba Fedeli, provient du même codex que des feuillets conservés à la Bibliothèque Nationale de France à Paris.

Le président de la mosquée centrale de Birmingham, Muhammad Afzal, a déclaré que "tous les musulmans du monde aimeraient avoir la chance de voir ce manuscrit". Il sera exposé à l'Université de Birmingham du 2 au 25 octobre.

http://www.lorientlejour.com/article/935649/lune-des-plus-vieilles-versions-manuscrites-du-coran-decouverte-au-royaume-uni.html


Un ministre pose la première pierre de la reconstruction à Gaza  22/07/2015

Un ministre pose la première pierre de la reconstruction à Gaza






Le ministre palestinien de l'Habitat et des Travaux publics, Moufid al-Hasayneh, a posé mercredi la première pierre pour reconstruire la première maison entièrement démolie lors de l'offensive israélienne de l'été dernier dans la bande de Gaza.

Jusqu'ici, seules des maisons en partie endommagées avaient été réparées et il s'agit de la première opération de reconstruction à proprement parler.
Mais faute de matériaux de construction, dont l'entrée se fait au compte-gouttes du fait du blocus imposé depuis neuf ans par Israël à l'enclave palestinienne, le processus de reconstruction des 18.000 habitations totalement ou en grande partie rasées devrait encore durer plusieurs années.

Mercredi matin, M. Hasayneh a posé la première pierre de la maison de la famille Harara dans le quartier symbole de Chajaya, l'un de ceux qui ont été le plus ravagés par la guerre dans la ville de Gaza.
"La marche vers une véritable reconstruction de la bande de Gaza a été entamée et rien ne l'arrêtera", a lancé le ministre devant la presse. "Nous allons voir beaucoup de choses bouger du côté de la reconstruction des maisons entièrement détruites dans les jours à venir", a-t-il promis.

Au-delà de l'obstacle du blocus, la bande de Gaza pâtit également des promesses non tenues des donateurs internationaux et des querelles intestines palestiniennes. Le gouvernement d'union, basé à Ramallah et dont M. Hasayneh, l'un des quatre ministres installés à Gaza, fait partie, peine à s'accorder avec le Hamas au pouvoir à Gaza sur les opérations de reconstruction. Le mouvement islamiste l'accuse régulièrement d'abandonner les Gazaouis à leur sort.
"Nous assumons nos responsabilités et nous allons mener la reconstruction de toutes les maisons détruites par l'occupant israélien", a rétorqué mercredi M. Hasayneh, remerciant l'Arabie saoudite, le Qatar, le Koweït, l'Egypte, la Jordanie et la Malaisie pour leurs dons.

L'Egypte, qui tient sa frontière quasiment tout le temps fermée avec la bande de Gaza, étouffant un peu plus l'enclave, son économie exsangue et ses 1,8 million d'habitants, a récemment laissé passer deux chargements de plusieurs milliers de tonnes de matériaux de construction, notamment pour des projets de construction de logements menés par le Qatar, grand bâtisseur à Gaza, et allié du Hamas au pouvoir.

L'UNRWA, l'agence de l'Onu en charge des réfugiés palestiniens --plus de trois quarts des Gazaouis-- a déjà prévenu n'avoir reçu que les fonds nécessaires à la reconstruction de 200 maisons, alors qu'elle doit en construire 7.000.
Selon les Palestiniens, la reconstruction de la bande de Gaza, dévastée par 50 jours de guerre ayant fait plus de 2.200 morts, coûtera six milliards d'euros et devrait prendre "cinq ans dans l'hypothèse où Israël lèverait totalement le blocus de Gaza".

http://www.lorientlejour.com/article/935635/un-ministre-pose-la-premiere-pierre-de-la-reconstruction-a-gaza.html


Des hackers arrêtés pour le piratage de la banque JPMorgan  22/07/2015

Des hackers arrêtés pour le piratage de la banque JPMorgan






Les autorités américaines et israéliennes ont indiqué avoir procédé à des arrestations et des inculpations liées à une des plus importante escroquerie informatique de l'histoire, avec l'infiltration de plus de 80 millions de comptes de la banque américaine JPMorgan Chase.

Deux hackers israéliens, Gery Shalom et Ziv Orenstein, ont été interpellés et placés en garde à vue mercredi pour 20 jours grâce à la coopération entre l'unité de la police israélienne spécialisée dans la lutte contre la cybercriminalité et le FBI américain, a précisé une porte-parole de la police israélienne. Les autorités américaines ont indiqué qu'elles allaient demander leur extradition.
Les forces de l'ordre américaines ont de leur côté arrêté Yuri Lebedev et Anthony Murgio à leur domicile respectif en Floride (sud), a-t-on appris mardi.
Un cinquième comparse était en fuite, Joshua Samuel Aaron, de nationalité américaine mais vivant en Russie.

Les cinq hommes sont poursuivis par la justice américaine pour blanchiment d'argent, manipulation de cours de bourse et opérations illégales liées à la monnaie virtuelle bitcoin, selon des communiqués publiés mardi et des documents judiciaires consultés par l'AFP.

Ces documents ne mentionnent pas de lien avec l'attaque informatique menée à l'été 2014 contre JPMorgan Chase, mais d'après une source proche du dossier, les noms de deux des inculpés figurent dans la liste des suspects établie par le FBI pour cette attaque.

L'intrusion illégale dans le système informatique de la première banque américaine en termes d'actifs avait touché 76 millions de ménages et 7 millions de PME, avait révélé l'établissement en octobre dernier.

Selon les médias israéliens, ce groupe de hackers est soupçonné d'avoir volé les données de ces comptes et de les avoir ensuite utilisées pour procéder à des achats d'actions par l'intermédiaire d'une société écran, afin de faire monter artificiellement les cours de titres que les suspects avaient achetés au plus bas avant de les revendre au plus haut.
Ces manipulations leur auraient rapporté des millions de dollars. La radio publique israélienne a précisé que 10 enquêteurs du FBI ont été dépêchés en Israël pour suivre l'enquête.

Les deux prévenus arrêtés aux Etats Unis ont été inculpés, selon des documents judiciaires, pour détention illégale d'une licence de bitcoin, la monnaie virtuelle volatile et controversée.
Ils sont accusés d'avoir géré une plateforme d'échanges de bitcoin appelée Coin.mx. D'après les autorités, les deux hommes permettaient aux victimes de cyber-attaques d'acheter des bitcoins pour verser une sorte de rançon aux hackers ayant pris possession de leurs données.
L'argent était versé dans des comptes bancaires domiciliés à Chypre, Hong Kong et en Europe de l'Est, d'après les documents.

http://www.lorientlejour.com/article/935627/des-hackers-arretes-pour-le-piratage-de-la-banque-jpmorgan.html


Droit des étrangers en France: l'Assemblée instaure le titre de séjour pluriannuel  22/07/2015

Droit des étrangers en France: l'Assemblée instaure le titre de séjour pluriannuel








L'Assemblée nationale a approuvé mardi soir la création d'un titre de séjour pluriannuel, mesure phare du projet de loi sur le droit des étrangers qu'elle examine cette semaine en première lecture.

Socialistes et écologistes ont voté pour, et Les Républicains contre cette disposition, tandis que les autres groupes n'étaient pas présents à ce moment du débat.
Le titre de séjour pluriannuel, d'une validité de deux à quatre ans, sera accordé après un premier titre d'un an et permettra d'éviter aux étrangers en règle "une dizaine de passages par an en préfecture", selon le rapporteur du texte, Erwann Binet (PS). Pour en bénéficier, un étranger devra justifier de son "assiduité et du sérieux de sa participation aux formations prescrites par l'Etat dans le cadre du contrat d'intégration".


Afin de répondre aux réserves exprimées par plusieurs députés de gauche, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fait voter un amendement permettant de déroger à l'exigence d'assiduité en cas de "circonstances exceptionnelles", mais l'exigence de "sérieux", bien que jugée "trop générale et trop subjective" par plusieurs députés, a été maintenue.
La personne devra aussi ne pas avoir "manifesté de rejet des valeurs essentielles de la société française et de la République". L'Assemblée a rejeté un amendement du socialiste frondeur Pascal Cherki supprimant la référence à ces notions, "incertaines juridiquement" selon lui.
Elle a aussi repoussé un amendement du groupe Les Républicains exigeant de l'étranger concerné le perfectionnement de sa formation linguistique, le respect des valeurs de la République et la "capacité à exercer une activité professionnelle".
Les titulaires du titre pluriannuel pourraient ensuite demander la carte de résident. Un amendement PS voté en commission la donne de plein droit au bout de trois ans pour les parents d'enfants français ou les conjoints de Français.
Le même article du projet de loi créé aussi le titre "passeport-talents", de quatre ans, qui remplacera la multitude de titres existants pour les étrangers qualifiés ou ayant une compétence particulière (artistes, scientifiques, sportifs...).


Environ 2,5 millions d'étrangers extracommunautaires (60% venant d'Algérie, du Maroc, de Turquie et de Tunisie) disposent d'un titre de séjour en France. Si 1,8 million d'entre eux ont la carte de résident de dix ans, les autres doivent affronter "un véritable parcours administratif du combattant", reconnaît le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.


http://www.lorientlejour.com/article/935585/droit-des-etrangers-en-france-lassemblee-instaure-le-titre-de-sejour-pluriannuel.html


1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 2697

Publicité

Brèves



Commentaires