Cisjordanie occupée : des colons juifs attaquent des maisons palestiniennes  19/01/2020

Cisjordanie occupée : des colons juifs attaquent des maisons palestiniennes
























Des colons juifs ont attaqué avec des pierres, samedi soir, des maisons palestiniennes, dans le centre d'Hébron, au sud de la Cisjordanie occupée.

Des témoins ont déclaré à Anadolu que des colons armés avaient attaqué, avec des pierres et des insultes, les maisons du quartier de Jaber, près de la colonie de Kiryat Arba.

Ils ont indiqué que parmi les maisons qui avaient été attaquées, se trouvait la maison de la militante des droits de l'homme Susan Jaber, sans qu’aucun blessé n’ait été signalé.

La télévision israélienne, Channel 12, a rapporté, samedi, qu'un colon avait été blessé lors d'une attaque à l'arme blanche perpétrée par un Palestinien près de la colonie de Kiryat Arbaa à Hébron, au sud de la Cisjordanie.

La chaîne a rapporté qu'un "Palestinien a mené une attaque à l'arme blanche près de la colonie et a été neutralisé sur place, puis arrêté, mais son état n'est pas encore connu".

https://www.aa.com.tr/fr/monde/cisjordanie-occup%C3%A9e-des-colons-juifs-attaquent-des-maisons-palestiniennes-/1707303

Jordanie: Motion parlementaire pour interdire l'importation de gaz israélien  19/01/2020

Jordanie: Motion parlementaire pour interdire l'importation de gaz israélien

























Le Parlement jordanien (la première chambre du Parlement) a voté à l'unanimité le transfert au gouvernement d’une motion visant l'interdiction de l'importation de gaz d'Israël.

C’est ce qui ressort d'une séance tenue dimanche matin par le Parlement, et suivie par le correspondant d'Anadolu.

Le vote prévoyait que la motion soit envoyée au gouvernement, pour la rédaction et qu’elle soit renvoyée pour discussion au parlement, qui a également voté pour lui octroyer le caractère «d'urgence».

Le vote de dimanche intervient après avoir été inscrit, jeudi dernier, par le président du parlement, Atef Tarawneh, à l'ordre du jour de la session d'aujourd'hui.

En ce qui concerne les aspects législatifs et constitutionnels, la motion a besoin de passer par plusieurs étapes avant de devenir une loi effective; la plus importante est la rédaction d'un projet de loi par le gouvernement puis son transfert à la Chambre des représentants (la première chambre du Parlement) pour commencer sa discussion, avant d’être transféré au Sénat (la deuxième chambre du Parlement).

Une fois que les deux parties du Parlement se seront entendues sur les détails du projet de loi, celui-ci sera soumis au roi du pays pour publier un arrêté royal et, au dernier stade, il sera publié au Journal officiel, pour devenir une loi 30 jours après sa publication.

Il convient de noter que 58 députés jordaniens (sur 130) ont signé un mémorandum en décembre dernier pour préparer une proposition de loi visant à annuler l'accord signé en 2016 avec l'Etat israélien mais rejeté par la rue .

En mars 2019, la Chambre des représentants a adopté à l'unanimité une décision de rejet de l'accord sur le gaz, mais la Cour constitutionnelle a alors rendu une décision selon laquelle l'accord "ne nécessite pas l'approbation de l'Assemblée nationale (le Parlement dans ses deux chambres)" car il est signé entre deux entreprises et non deux gouvernements.

Selon un accord signé en septembre 2016, un consortium américano-israélien développant les réserves israéliennes de gaz en Méditerranée orientale doit fournir du gaz à la Jordanie à partir du gisement "Leviathan". L'accord porte sur 8,4 millions de mètres cubes de gaz par jour sur une période de 15 ans, avec une option de 1,4 million de mètres cubes supplémentaires, selon l'Américain Noble, principal partenaire du consortium.

Le 1er janvier 2020, la National Electric Power Company of Jordan (Nepco) a annoncé le début de la phase d'essai de l'importation de gaz naturel d'Israël. Cette période doit durer trois mois, en vertu de l'accord entre les deux pays. Le gouvernement jordanien assure que l'accord avec l'Etat hébreu va réduire de 600 millions de dollars par an la facture énergétique du royaume, dépourvu de ressources et qui est confronté à des difficultés financières.

La Jordanie a des alternatives à Israël pour importer du gaz, représenté par le gaz égyptien, qui a commencé son pompage expérimental depuis le dernier trimestre 2018 vers le Royaume, en plus du gaz irakien et algérien.

https://www.aa.com.tr/fr/politique/jordanie-motion-parlementaire-pour-interdire-limportation-de-gaz-isra%C3%A9lien-/1707607

Macron préoccupé par l’arrivée à Tripoli de combattants étrangers  19/01/2020

Macron préoccupé par l’arrivée à Tripoli de combattants étrangers























Le Président français a appelé les Nations unies à négocier un cessez-le-feu sans condition en Libye, tout en se déclarant préoccupé par l’arrivée à Tripoli de combattants étrangers.

Emmanuel Macron s'est dit préoccupé par l’arrivée à Tripoli de combattants étrangers. En outre, dans un discours prononcé à la conférence internationale de Berlin sur la Libye, il a appelé l'Onu à négocier un cessez-le-feu.

«Il revient aux Nations unies de négocier les termes d'un véritable cessez-le-feu sans qu'aucun des belligérants n'y pose de condition préalable. Mais il revient à nous de ne rien faire qui compromette l'arrêt des hostilités, alimente la guerre et crée de nouvelles menaces pour les Libyens comme pour nous tous», a déclaré Emmanuel Macron, selon le texte de son discours obtenu auprès de l’Élysée par Reuters.

Le Président de la République française a également estimé que l’envoi de combattants syriens pro-turcs en Libye devait cesser.

«Je dois vous dire la vive inquiétude que m'inspire l'arrivée de combattants syriens et étrangers dans la ville de Tripoli. Il faut que cela cesse», a-t-il souligné cité par l’AFP.

Avant d'ajouter:

«Ceux qui croient pouvoir en tirer bénéfice ne réalisent pas les risques qu'ils prennent pour eux-mêmes comme pour nous tous.»

Une conférence internationale sur le règlement en Libye s’est ouverte ce dimanche 19 janvier à la Chancellerie fédérale à Berlin.
Conférence sur la paix en Libye

Elle réunit la France, les États-Unis, la Russie, la Turquie, l’Égypte, le Royaume-Uni, l’Onu et l’UE.

Le Premier ministre du gouvernement d'union nationale (GNA), Fayez el-Sarraj, et le chef de l'Armée nationale libyenne (ANL), le maréchal Khalifa Haftar, participent également à la conférence.

Les participants prévoient de lancer un mécanisme de suivi du cessez-le-feu en Libye, a fait savoir une source de Sputnik.

Cette conférence se tient une semaine après les négociations de paix entre les camps libyens qui ont eu lieu le 13 janvier à Moscou.

https://fr.sputniknews.com/international/202001191042931010-macron-preoccupe-par-larrivee-a-tripoli-de-combattants-etrangers-notamment-syriens/

La Manif pour tous manifeste contre la PMA à Paris  19/01/2020

La Manif pour tous manifeste contre la PMA à Paris
























Le cortège de la Manif pour tous s’est élancé à Paris afin de demander le retrait du projet de loi de bioéthique, qui devrait être examiné dès le 21 janvier au Sénat.

Plusieurs associations, dont la Manif pour tous, ont organisé un rassemblement anti-PMA ce dimanche 19 janvier à Paris à l'avant-veille de l'examen au Sénat du projet de loi bioéthique, dont l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux lesbiennes et femmes célibataires est la mesure-phare.



Le cortège a planifié de partir de la place de la Résistance (VIIe), en bord de Seine, pour rejoindre la place de l'Opéra. Sur son passage, le cortège anti-PMA a rencontré plusieurs contre-actions. Selon le décompte du cabinet Occurence, 26.000 personnes à Paris ont participé à la manifestation.


A l'initiative du rassemblement, le collectif Marchons Enfants!, qui réunit 22 associations dont la Manif pour tous, espère mobiliser au moins autant que lors de la précédente mobilisation du 6 octobre. Ce jour-là, 74.500 personnes avaient défilé dans les rues de la capitale, selon le comptage du cabinet indépendant Occurrence pour un collectif de médias dont l'AFP.


La présidente de la Manif pour tous Ludovine de la Rochère se veut «optimiste» sur le niveau de mobilisation.

«Je pense que ce sera une manifestation très importante avec un public très conscient des enjeux derrière la loi bioéthique», a-t-elle déclaré à l'AFP.


https://fr.sputniknews.com/france/202001191042930337-la-manif-pour-tous-manifeste-contre-la-pma-a-paris/

L’armée israélienne serait confrontée à de nombreux problèmes, selon un nouveau rappor  19/01/2020

L’armée israélienne serait confrontée à de nombreux problèmes, selon un nouveau rappor























Alors qu’en 2003 déjà, un rapport dénonçait le manque de préparation des forces terrestres de Tsahal, un nouveau document précise que les forces israéliennes manquent aujourd’hui de personnel, de matériel et de terrains d’entraînement, d’après i24news.

Des carences au sein de la plus grande division de réserve de Tsahal ont été révélées dans un rapport d’audit autorisé à la publication le 18 janvier et diffusé par la chaîne israélienne i24news.

Le document constate une importante pénurie de véhicules pour le transport du matériel et des forces en manœuvre, le manque de personnel médico-logistique et la faible disponibilité de blindés dans la 319e division de Tsahal.

«Au Centre national de formation, 155 combattants manquent dans l’armement, le renseignement, l’entretien et la médecine. Il manque aussi des zones d'entraînement. Tout imprévu, toute panne de courant empêchent l’entraînement», indique un officier supérieur dans un courrier repris par le journal.

Ainsi, le manque de matériel ne permet pas aux soldats de s’entraîner en conditions réelles.

En outre, le rapport d’audit constate que les formateurs des combattants et officiers ignorent les changements majeurs sur les champs de bataille et les schémas de combat des forces de défense israéliennes.
L’armée rétorque

Le journal publie également la réponse de Tsahal à ce constat.

«Le document rédigé il y a trois ans ne représente pas l'état actuel des choses. Des améliorations significatives ont été apportées à la branche terrestre dans de nombreux domaines. Tsahal continuera d'investir dans l'amélioration et le ciblage de la formation opérationnelle.»

Or, en 2003 déjà, un rapport dénonçait le manque de préparation des forces terrestres, ce qui a été confirmé en 2017 dans une lettre rédigée par un officier.
Les exemptions d’armée en hausse

Un autre problème de Tsahal est cité ce 19 janvier par le journal Yediot Aharonot et repris par i24news.

Ainsi, une nette baisse de l'enrôlement au sein de l’armée d'Israël est enregistrée, tant parmi les hommes que parmi les femmes, et près de la moitié des jeunes Israéliens ne commencent ou ne terminent leur service militaire.

Selon les statistiques de Tsahal, 32,9% des hommes bénéficient d'une exemption d'armée, tandis que 15% des soldats ne finissent pas leur service, ce qui fait que presque la moitié des Israéliens ne vont pas jusqu’au bout de leur service militaire. Cette tendance est encore plus marquée chez les femmes: 44,3% des Israéliennes étant exemptées du service.

À titre de comparaison, le journal rappelle qu’en 2007, un quart des hommes ne faisaient pas l’armée, contre 30% l'année dernière.

https://fr.sputniknews.com/international/202001191042931497-larmee-israelienne-serait-confrontee-a-de-nombreux-problemes-selon-un-nouveau-rapport/

Salvini promet de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël s’il devient Premier ministre  19/01/2020

Salvini promet de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël s’il devient Premier ministre























Le Secrétaire général de la Ligue italienne Matteo Salvini s’est engagé à reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État hébreu s’il accède un jour au poste de Premier ministre.

Dans un entretien accordé au journal Israel Hayom, l’ex-vice-Premier ministre italien Matteo Salvini a promis de reconnaître Jérusalem en tant que capitale israélienne s’il devient chef du gouvernement.

«Oui, absolument», a ainsi répondu très nettement M.Salvini à la question d’un journaliste portant sur ce sujet.

Dans la même optique, il juge nécessaire pour l’Union européenne de bannir le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) qui promeut les boycotts économique, académique, culturel et politique envers Israël et ses citoyens.

Sanctions contre l’Iran

L’ex-chef adjoint du gouvernement italien a également estimé que l’UE devait se joindre aux sanctions imposées par les États-Unis à l’encontre de la République islamique.

«Pour y arriver, nous avons besoins d’une Europe forte et libre car aujourd’hui nous sommes malheureusement les otages des intérêts économiques et des préjugés gauchistes anti-américains et anti-israéliens», a souligné Matteo Salvini.

https://fr.sputniknews.com/international/202001191042931344-salvini-promet-de-reconnaitre-jerusalem-comme-capitale-disrael-sil-devient-premier-ministre/

A Berlin, un sommet crucial pour éviter que le conflit en Libye ne devienne une «deuxième Syrie»  19/01/2020

A Berlin, un sommet crucial pour éviter que le conflit en Libye ne devienne une «deuxième Syrie»
























Dans la foulée d'une initiative diplomatique russo-turque, un sommet international s'ouvre à Berlin, sous l'égide de l'ONU. Son objectif est de tenter de trouver une solution à la crise libyenne qui menace de dégénérer dans un pays en proie au chaos.

Le sommet de Berlin s'ouvre ce 19 janvier pour tenter de trouver une solution pacifique en Libye, et éviter que la guerre civile ne transforme le conflit en «deuxième Syrie», selon les termes du chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas. Sous le patronage de l'ONU, les dirigeants de plusieurs pays se rencontrent pour une discussion qui s'ouvre en début d'après-midi.

L'ONU espère que cette conférence permettra de «consolider le cessez-le-feu» fragile obtenu par Moscou et Ankara et entré en vigueur depuis le 12 janvier. Depuis cette date, la trêve a été plus ou moins respectée entre les forces du maréchal Haftar, homme fort de l'Est du pays, et celles du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU, de Fayez al-Sarraj. Les deux principaux protagonistes de la crise en Libye seront présents à Berlin, mais à en juger les tensions qui les opposent, ils ne devraient pas siéger à la même table.

Rivalités politiques régionales, intérêt pour les réserves pétrolières libyennes : l'enjeu de ce sommet est de faire cesser les interférences étrangères dans ce pays en proie à une situation chaotique, et d'aboutir à un arrêt total et durable des hostilités sur le terrain. Le projet d'accord final, que l'AFP a pu consulter, prévoit notamment un engagement à respecter l'embargo sur les livraisons d'armes, décrété en 2011, mais resté lettre morte. «La conférence peut être un premier pas pour la paix en Libye», a jugé le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, hôte du sommet, cité aujourd'hui par le quotidien Bild.

La Russie et la Turquie, qui jouent aujourd'hui un rôle clé dans ce conflit, seront représentées, ainsi que les Etats-Unis, la Chine, l'Italie, l'Allemagne, l'Egypte, la France et l'Algérie. Ce dernier pays partage près de 1 000 kilomètres de frontière avec la Libye.

Jeux d'influence et enjeux d'envergure : choisir le bon camp

La Turquie, qui a récemment envoyé des troupes en Libye, affiche une position sans ambiguïté en faveur du GNA, basé à Tripoli et dirigé par Fayez al-Sarraj. Dans une tribune parue le 18 janvier, le président turc Recep Tayyip Erdogan a mis en garde contre une résurgence du terrorisme islamiste si le GNA, reconnu par l'ONU, venait à être renversé. De plus, la Turquie comme l'Europe redoutent un nouveau flux de migrants en cas d'aggravation de la crise.

À un niveau plus régional, le conflit libyen accentue les rivalités turco-grecques. Le président turc a renouvelé, ce 19 janvier, ses critiques à l'égard d'Athènes qui avait accueilli le maréchal Khalifa Haftar, trois jours plus tôt. La Grèce «joue un mauvais jeu» par esprit de «revanche», car elle n'a pas été invitée au sommet de Berlin, a jugé le président turc Erdogan. Celui-ci avait envenimé ses relations avec ses voisins helléniques en signant, le 27 novembre, un accord maritime contesté avec Fayez al-Sarraj, donnant à Ankara l’accès à des zones économiques revendiquées par la Grèce et Chypre.

La Russie est, quant à elle, accusée par certaines parties, dont Washington, de soutenir le maréchal Haftar et d'avoir envoyé des «mercenaires» en Libye à cette fin. Une affirmation que le président Vladimir Poutine a lui-même démentie le 11 janvier, déclarant : «S'il y a des citoyens russes là-bas, ils ne représentent pas les intérêts de l'Etat russe et ne reçoivent pas d'argent de l'Etat russe.» La France est, elle aussi, soupçonnée par ses partenaires européens (mais aussi par Fayez al-Sarraj) de soutenir l'homme fort de l'Est libyen plutôt que le GNA. «[Il faut] voir les choses telles qu'elles sont, le rapport de force tel qu'il est», fait valoir une source diplomatique française citée par l'AFP, selon laquelle le maréchal Haftar contrôle avec ses alliés «grosso modo 80% du territoire».

Dans une interview à paraître le 20 janvier dans le quotidien allemand Welt, son rival Fayez al-Sarraj a demandé l'envoi en Libye d'une «force militaire internationale» sous l'égide de l'ONU, au cas où le maréchal Haftar reprendrait les combats. Elle aurait pour mission de «protéger la population civile», selon sa formulation. Pour protester contre l'intervention turque dans le pays, les forces pro-Haftar ont bloqué le 18 janvier les principaux terminaux pétroliers de l'est de la Libye, jetant un froid à la veille du sommet de Berlin.

https://francais.rt.com/international/70474-a-berlin-sommet-crucial-pour-eviter-conflit-libye-devienne-deuxieme-syrie



Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger  19/01/2020

Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger























Soulignant que la vérité sur la Seconde Guerre mondiale est parfois délibérément cachée à l’étranger au niveau national, le Président russe a promis d’ouvrir un centre d’archives consacré à ce grand conflit armé. Sa fondation permettra de faire taire ceux qui veulent réécrire l’Histoire, a-t-il tenu à souligner.

Lors d’une rencontre à Saint-Pétersbourg le 18 janvier avec des vétérans et des représentants d’organisations patriotiques, Vladimir Poutine a annoncé qu’un centre de documents d’archives sur la Seconde Guerre mondiale serait bientôt ouvert en Russie. Le Président a également tenu à expliquer quel était son objectif.

«Nous allons fermer la bouche ignoble de certains responsables à l’étranger qui l’ouvrent pour atteindre leurs buts politiques à court terme, nous la fermerons avec des informations exactes et fondamentales», a déclaré M.Poutine.

Selon lui, le centre et son site Internet seront ouverts pour les Russes ainsi que pour le monde entier.

«Et nous faisons taire ceux qui tentent de réécrire l’Histoire, de la présenter sous un faux jour et de réduire le rôle de nos pères et nos grands-pères, de nos héros, qui ont perdu la vie en défendant leur patrie et presque le monde entier contre la peste brune», a ajouté le Président russe.

Selon Vladimir Poutine, la vérité sur la Seconde Guerre mondiale à l’étranger est dissimulée parfois intentionnellement au niveau national. Il a ajouté que les «principaux médias ne révélaient pas d’informations fiables» portant sur les événements historiques correspondants. Selon lui, il s’agit d’actions «délibérées».

Le Président s’est aussi prononcé sur la résolution du Parlement européen pour l'anniversaire du début de la Seconde Guerre mondiale indiquant que le conflit était la conséquence du pacte Molotov-Ribbentrop. D’après lui, le seul moyen d’affronter de telles informations est de créer ce centre d’archives.
Résolution du Parlement européen

Le 19 septembre dernier, le Parlement européen a adopté une résolution indiquant «que la Seconde Guerre mondiale, conflit le plus dévastateur de l’Histoire de l’Europe, a été déclenchée comme conséquence immédiate du tristement célèbre pacte de non-agression germano-soviétique du 23 août 1939», ou pacte Molotov-Ribbentrop, «dont les protocoles secrets divisaient l’Europe et les territoires d’États indépendants en sphères d’influence des deux régimes totalitaires, ouvrant la voie au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.»

Le document a été adopté à 535 voix. 66 parlementaires ont voté contre.

https://fr.sputniknews.com/international/202001191042929374-vladimir-poutine-promet-de-fermer-la-bouche-ignoble-de-ceux-qui-tentent-de-reecrire-lhistoire-a/

«Certaines dispositions fragilisent notre modèle d'armée»: le projet de réforme des retraites rejeté par des militaires  19/01/2020

«Certaines dispositions fragilisent notre modèle d'armée»: le projet de réforme des retraites rejeté par des militaires























Le Conseil supérieur de la fonction militaire a analysé le projet de réforme des retraites. Bien que certaines anciennes règles resteront en application, plusieurs points du nouveau système n’ont pas convaincu. C’est donc un avis défavorable qui a été remis au ministère des Armées, un document que s’est procuré Le Parisien.

Les militaires viennent de rejoindre les rangs des opposants à la réforme des retraites, selon un document de trois pages, daté du 15 janvier, remis au ministère des Armées. Le Parisien y a eu accès et a rapporté les raisons qui ont poussé la grande muette à ne pas émettre d’avis favorable au projet.

Pourtant, Emmanuel Macron et Édouard Philippe se voulaient rassurants en décembre auprès des militaires, affirmant qu’ils conserveraient certains avantages liés à leur fonction dite «régalienne», dont la possibilité de prendre sa retraite après une carrière de 17 à 27 années selon les rangs. Des déclarations qui avaient provoqué la colère de la police nationale, réclamant d’être mise sur un même pied d’égalité que les militaires et gendarmes.
L’âge pivot concerne aussi les militaires

Sauf qu’après analyse, les membres du Conseil supérieur affirment que «certaines dispositions fragilisent notre modèle d'armée et la condition militaire». En effet, les militaires seraient aussi soumis à un bonus ou malus sur leur pension selon l’âge de départ. «Le calcul des décotes qui peut se traduire par des abattements de l'ordre de 20 % […], des décotes dissuasives pouvant aller au-delà de 60%», ont-ils signalé.

Selon le Conseil, ce système «participerait au vieillissement de la population militaire» qui serait, comme les autres catégories de métiers, poussée à travailler plus longtemps. Ce qui va à l’encontre de «l'objectif poursuivi par le projet de loi et l'impératif de jeunesse imposé par la loi à nos armées», indique le rapport.

Une méthode de calcul qui fait baisser les pensions

Le Conseil supérieur de la fonction militaire a également critiqué la règle qui prévoit de calculer le montant de la pension par rapport à l’ensemble de la carrière, alors que le système actuel ne calcule que les six derniers mois. «Cela engendrera inexorablement une baisse des pensions pour certains militaires n'étant pas ou peu primés», s’inquiète-t-il, rappelant que certaines catégories, comme les engagés volontaires et les jeunes sous-officiers, ne voient leur rémunération évoluer qu’en fin de carrière.

Enfin, les hauts gradés déplorent «l’absence d’un outil de simulation» qu’ils avaient déjà réclamé, évoquant ainsi une analyse incomplète des conséquences sur les pensions des fonctionnaires de l’armée de terre, la gendarmerie, l’armée de l’air ou la marine. Sur fond d’un mois et demi de grèves massives en France, la réforme des retraites est plus contestée que jamais.

https://fr.sputniknews.com/france/202001191042929160-certaines-dispositions-fragilisent-notre-modele-darmee-le-projet-de-reforme-des-retraites-rejete/

Le Liban au bord de la crise de nerfs  19/01/2020

Le Liban au bord de la crise de nerfs


















Les émeutes se multiplient, un peu partout au Liban depuis trois jours, alors que, depuis trois mois, les Banques refusent illégalement tout retrait de plus de 300 dollars par semaine. L’économie s’effondre et nombreuses personnes n’ont plus de quoi subvenir à leurs besoins alors qu’elles ont de l’argent sur leur compte bancaire.

Le président chrétien de la République libanaise, le général Michel Aoun, a demandé à l’armée et aux forces sécuritaires de rétablir le calme. Les seules émeutes du 17 janvier 2020 ont fait 75 blessés, dont 30 graves. Celles du 18 janvier, plus d’une centaine, dont 40 hospitalisés. Les policiers blessés ont été attaqués dans les hôpitaux.

Le président chiite du parlement, Nabih Berry, a accusé le coordinateur spécial de l’Onu, l’ancien ministre des Affaires étrangères slovaque Ján Kubiš, d’ingérence dans les affaires du pays.

L’ancien Premier ministre sunnite, Saad Hariri, a rappelé que le président de la Banque centrale, Riad Salamé, un ami de sa famille, est « intouchable » car disposant d’une immunité totale. Il a par ailleurs accusé l’armée de ne pas être intervenue, le 16 janvier, lors des émeutes à la Banque centrale. L’armée a répondu se tenir prête, mais ne pas avoir été appelée par la police.

Le Premier ministre sunnite désigné, Hassan Diab, ne parvient pas à former le gouvernement. Tous les noms évoqués par la presse ont été conspués par la rue. Il se heurte aux pressions étrangères, notamment du Royaume-Uni qui menace le pays de sanctions en cas de participation du Hezbollah et a saisi ses avoirs le 17 janvier. Mais le Premier ministre ne peut écarter la principale force politique du pays.

https://www.voltairenet.org/article208960.html

Municipales: comment Castaner va effacer l’expression politique de 96% des communes  18/01/2020

Municipales: comment Castaner va effacer l’expression politique de 96% des communes























Les élections municipales de 2020 risquent d’être l’une des épreuves les plus difficiles qu’aura à affronter le parti présidentiel. Néanmoins, une circulaire du ministère de l’Intérieur, limitant la prise en compte de la couleur politique des petites communes, pourrait bien donner un tout autre visage national à l’issue de ce scrutin local.

C’est une circulaire dont on parlera certainement beaucoup les soirs de résultats des élections municipales des 15 et 22 mars prochains: l’expression politique de 96% des communes françaises, soit 54% des électeurs, ne sera pas prise en compte dans les résultats nationaux.

En décembre 2019, l’information qu’une circulaire du ministère de l’Intérieur allait limiter la prise en compte des votes des communes de moins 9.000 habitants dans les résultats nationaux avait déjà fait beaucoup de bruit. C’est désormais officiel. Le texte, signé par Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a été envoyé aux maires de France et sera appliqué lors du scrutin de mars 2020.

«Vous attribuerez une nuance politique lors de l’enregistrement des candidatures, à chaque liste candidate ainsi qu’à chaque candidat de chaque liste, seulement dans les communes de 9.000 habitants et plus, ainsi que dans les communes chefs-lieux d’arrondissement, quelle que soit leur population», indique la circulaire.

Une instruction qui fait l’objet de nombreuses critiques dans la classe politique, qui considère qu’elle fait partie d’un calcul destiné à limiter la casse pour le parti présidentiel, qui connaît une faible implantation en zone rurale. Pour François Ruffin, député de La France insoumise, il n’y a aucun doute à avoir sur la stratégie derrière cette circulaire:

«La machine le sait: elle est forte dans les agglomérations, au ras des pâquerettes dans les campagnes. D’où sa géniale idée pour les municipales: casser le baromètre. Exclure les habitants des communes de moins de 9.000 habitants», explique le député sur Twitter.

Les communes de moins de 9.000 habitants en France, ce sont 33.000 localités sur 35.000, un nombre tout de même très important et qui a matière à changer drastiquement les résultats nationaux. Comme l’explique France 2, qui a obtenu une copie de cette circulaire signée de la main du ministre de l’Intérieur, si l’on avait appliqué cette logique aux résultats des élections européennes, cela aurait métamorphosé le résultat.

En effet, en ne comptabilisant que les résultats des communes de plus de 9.000 habitants, le Rassemblement national, qui était arrivé premier à 23,3%, devant La République en marche (22,4%), aurait fini deuxième avec 19,4%, derrière le parti présidentiel qui aurait eu 24,2%. Des indications qui peuvent donc fausser la perception de la couleur politique du pays, même si, au niveau local, les enjeux de partis sont souvent secondaires par rapport à la personnalité des candidats.

https://fr.sputniknews.com/france/202001181042928669-municipales-comment-castaner-va-effacer-lexpression-politique-de-96-des-communes/

«Vous avez vu votre collègue? Regardez ce qu’il fait»: un policier frappe un homme plaqué au sol – vidéo  18/01/2020

«Vous avez vu votre collègue? Regardez ce qu’il fait»: un policier frappe un homme plaqué au sol – vidéo























Une nouvelle image de violences des forces de l’ordre a provoqué l’émoi sur les réseaux sociaux ce 18 janvier. Relayée des dizaines de fois, elle montre un policier qui frappe un homme, déjà immobilisé et le visage en sang.

Un homme plaqué au sol se voit asséner des coups par un policier. Ces images sont largement relayées ce samedi 18 janvier sur les réseaux sociaux, suscitant colère et émotion.



Le visage en sang, un homme est immobilisé par un policier. Et alors que la caméra recule, la vidéo montre clairement que ce dernier donne plusieurs coups à l’homme qui n’est apparemment pas en mesure de se débatte.

Ceux qui assistent à la scène semblent visiblement choqués par le comportement du policier.

«C’est la honte», s’étonne l’un des témoins.

«Il frappe!», s’écrie un autre.

«Vous avez vu votre collègue? Regardez ce qu’il fait, lance un troisième. Vous êtes dégueulasses!»

Selon ceux qui relaient cette vidéo, elle a été prise à Paris ce 18 janvier pendant l’acte 62 des Gilets jaunes.
Des réponses policières «proportionnées»?

Or, il y a à peine une semaine, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nunez, avait affirmé que «les réponses policières» étaient «proportionnées», alors que la veille, le 9 janvier, un manifestant avait été touché par un tir de LBD à bout portant à Paris.

Quelques milliers de manifestants défilent ce samedi dans le nord de la capitale à l'appel des Gilets jaunes. Les forces de l’ordre sont intervenues dans l'après-midi «pour disperser un bloc qui tentait de se constituer en tête de cortège», a annoncé la préfecture de police. Du gaz lacrymogène a été utilisé en abondance aux abords de la gare de Lyon.

https://fr.sputniknews.com/france/202001181042928742-vous-avez-vu-votre-collegue-regardez-ce-quil-fait-un-policier-frappe-un-homme-plaque-au-sol--video/

Libye: Des manifestations anti-Haftar à Tripoli et à Misrata  18/01/2020

Libye: Des manifestations anti-Haftar à Tripoli et à Misrata
























Des milliers de Libyens ont manifesté, vendredi, à Tripoli, la capitale libyenne, et dans la ville de Misrata, en rejet du régime militaire de Haftar et ont dénoncé les agressions à répétition de ses milices.

Dans un communiqué, le centre des médias de l’opération « Volcan de la Colère », menée par les forces du gouvernement libyen, a fait savoir que la place des Martyrs à Tripoli (ouest) a assisté à une manifestation dénonçant l’agression des forces de Haftar contre la ville.

En effet, des centaines de personnes se sont rassemblées sur la place des martyrs, portant des banderoles contenant des slogans tels que « Refuser le dialogue avec les putschistes, les assassins et les personnes recherchées » et des photos de Haftar avec écrites des phrases telles que « Agent sioniste » et « Non au criminel de guerre ».

À Misrata, à 200 km à l’est de Tripoli, des milliers de personnes se sont rassemblées sur la place de la Liberté pour lancer des slogans tels que: « Haftar en prison, pas autour de la table de dialogue », « Haftar tue nos enfants » et « Haftar est un criminel de guerre ».

Ces manifestations interviennent deux jours avant une conférence internationale organisée à Berlin, dimanche, sur la Libye.

Il est à rappeler que les forces de Haftar ont lancé, depuis le 4 avril, une offensive, en perte de vitesse, pour prendre le contrôle de Tripoli, faisant échouer les efforts des Nations Unies pour organiser une conférence de dialogue entre les Libyens.

http://courrier-arabe.com/libye-des-manifestations-a-tripoli-et-a-misrata-contre-haftar/2020/01/18/

Cisjordanie: l’armée israélienne blesse 13 manifestants palestiniens  18/01/2020

Cisjordanie: l’armée israélienne blesse 13 manifestants palestiniens
























13 personnes ont souffert, vendredi, de blessures et d’asphyxie, lors d’affrontements entre des dizaines de Palestiniens et l’armée israélienne dans le nord de la Cisjordanie.

Dans un communiqué, dont Anadolu a reçu une copie, la Société palestinienne du Croissant-Rouge a déclaré que ses équipes avaient traité 13 blessés sur le terrain, dont 3 par des balles en caoutchouc, et 10 cas d’asphyxie, lors des affrontements qui ont éclaté à Kafr Qaddum, à l’est de Qalqilya.

Des témoins ont déclaré à Anadolu que des affrontements ont éclaté dans la ville de Kafr Qaddum, au cours desquels l’armée israélienne a utilisé des balles réelles et en caoutchouc, ainsi que des grenades de gaz lacrymogène.

Les témoins ont déclaré que les affrontements ont éclaté après que l’armée israélienne ait dispersé la marche hebdomadaire condamnant la colonisation.

Les vendredis de chaque semaine, les Palestiniens organisent des manifestations contre la colonisation et le mur de séparation dans un certain nombre de villages et de villes de Cisjordanie.

Les estimations israéliennes et palestiniennes indiquent qu’il y a environ 650 000 colons en Cisjordanie et dans les colonies de Jérusalem occupées, vivant dans 164 colonies et 116 avant-postes.

http://courrier-arabe.com/cisjordanie-larmee-israelienne-blesse-13-manifestants-palestiniens-blesses/2020/01/18/

Libye : polémique suite à l’absence de la Tunisie à la conférence de Berlin  18/01/2020

Libye : polémique suite à l’absence de la Tunisie à la conférence de Berlin













La conférence internationale sur la Libye prévue ce dimanche 19 janvier à Berlin (Allemagne) s’effectuera sans la présence de la Tunisie. Cette absence suscite la polémique en Tunisie, considéré comme le premier pays potentiellement susceptible d’être victime des éventuelles retombées d’un chaos généralisé chez son voisin, rapportent plusieurs médias tunisiens.

Cité par le média tunisien Gnet News, l’ambassadeur de Tunisie en Allemagne, Ahmed Chafra, a exprimé la semaine dernière « le grand étonnement » de son pays suite à la décision de l’exclure de cette conférence, à laquelle ont pourtant été invités l’Égypte et l’Algérie, qui sera représentée par le président Abdelmadjid Tebboune.

« Du côté de la présidence et du ministère des Affaires étrangères, c’est silence radio. Aucune réaction officielle n’a été exprimée envers ce geste discourtois, voire inamical de l’Allemagne », précise la même source, qui rapporte en outre que l’ambassadeur d’Allemagne à Tunis, Andreas Reinicke, a imputé les causes de l’absence de la Tunisie de Berlin à « des propositions sécuritaires des Nations-Unies, ayant appelé à écarter les parties agissantes en Libye de la conférence ».

« La présence de la Tunisie est nécessaire à la conférence de Berlin et la Tunisie voudrait y participer, mais le nombre de participants est limité, et c’est pour cela que la Tunisie n’était pas présente », a indiqué l’ambassadeur allemand.

Les premières rumeurs d’une éventuelle exclusion de la Tunisie de la conférence de Berlin sont apparues après qu’il ait été annoncé que le président Kaïs Saïed a reçu le 6 janvier un appel téléphonique de la chancelière allemande Angela Merkel, rapporte le média tunisien Webdo, qui a indiqué que l’entretien a porté sur les développements dans la région et notamment le dossier libyen.

« Il a été question de l’obligation d’y trouver une solution tout en insistant sur la notion de légitimité internationale », a affirmé un communiqué de la présidence tunisienne, confirmant par la suite que le président démocratiquement élu de la Tunisie n’avait pas été invité à la conférence. Le même jour, Abdelmadjid Tebboune recevait pourtant en parallèle un appel de la chancelière Merkel pour l’inviter à assister à ladite conférence.

L’absence de la Tunisie a été remarquée par l’un des principaux acteurs de la crise libyenne, à savoir le gouvernement d’union nationale (GNA). Le ministère des Affaires étrangères libyen du gouvernement reconnu par l’ONU a en effet appelé ce vendredi à la participation de la Tunisie au sommet de Berlin, rapporte Webdo.

Cet appel a été adressé à l’ambassadeur allemand en Libye lui précisant que la participation de la Tunisie est extrêmement importante au succès du sommet, d’autant plus qu’il s’agit d’un pays voisin, selon la même source.

« La non-participation (pour ne pas dire exclusion) de la Tunisie (présidente en exercice de la Ligue des États Arabes et représentante des pays arabes au Conseil de sécurité des Nations Unies), à la conférence de Berlin sur la Libye, pays frontalier limitrophe, doit nous inciter à nous poser de nombreuses questions sur notre rôle et notre poids sur la scène internationale ainsi que sur l’état de nos relations bilatérales avec l’Allemagne », a estimé le diplomate Elyes Kasri, ancien ambassadeur de la Tunisie en Allemagne, cité par le média tunisien Kapitalis.

« Les Allemands agissant d’habitude rationnellement, cette décision nécessite une profonde introspection et réévaluation de notre part », a fait savoir le diplomate tunisien, évoquant son « obligation de réserve » l’empêchant d’ « en dire plus ».

Pour Kapitalis, la raison de l’exclusion pourrait se trouver dans l’affaire Moncef Kartas, un expert onusien allemand d’origine tunisien poursuivi pour espionnage par la justice tunisienne, une poursuite qualifiée de « douteuse » par l’Allemagne « qui exigea sa libération immédiate et l’abandon des charges retenues contre lui ».

Emprisonné en avril dernier malgré son immunité diplomatique, Moncef Kartas a été libéré deux mois plus tard et est rentré en Allemagne, rapportait la Deutsche Welle le 22 mai, précisant que la justice tunisienne avait cependant indiqué que « l’affaire n’est pas close ».

Malgré son exclusion de la conférence, la Tunisie continue de se préparer à une éventuelle escalade militaire en Libye et à un potentiel afflux massif de réfugiés en résultant, rapporte ce vendredi le média français Francetvinfo.

Ainsi, un plan d’urgence coordonné par l’ONU serait déclenché si plus de 300 personnes par jour arrivaient en Tunisie, indique la même source qui précise que le gouvernement tunisien a décidé que l’hébergement se ferait dans un camp situé dans une zone désertique du Sud tunisien, à 75 km de la frontière libyenne. Ce camp, qui pourrait accueillir jusqu’à 25 000 personnes dans un premier temps, serait installé à Bir Fatnassia, non loin d’installations militaires dans le gouvernorat de Tataouine.

« La Tunisie a une attitude exemplaire en matière de respect des obligations internationales concernant « l’accueil de migrants. Elle continue avec beaucoup de courage à garder ses portes ouvertes », a affirmé dans ce cadre Diego Zorrilla, coordinateur de l’ONU.

https://www.tsa-algerie.com/libye-polemique-suite-a-labsence-de-la-tunisie-a-la-conference-de-berlin/

Une influenceuse canadienne se convertit à l’islam après un voyage au Pakistan  18/01/2020

Une influenceuse canadienne se convertit à l’islam après un voyage au Pakistan























C’est après un long séjour au Pakistan qu’une influenceuse canadienne a décidé de se convertir à l’islam qui «n’est pas une religion, mais un mode de vie», a-t-elle affirmé. Pour elle, «le vrai sens de l’islam est la paix, l’amour et l’unité».

Rosie Gabrielle, une Canadienne qui voyage beaucoup en solo, a fait l’année dernière un long séjour au Pakistan. Récemment, elle a annoncé qu'elle s'était convertie à l'islam.



C’est sur Instagram que l’influenceuse a annoncé la nouvelle, déclarant que «cette dernière année» avait été l'une des plus difficiles dans sa vie.

«Je voulais la paix dans mon cœur, le pardon et le lien le plus profond avec tous. Et c'est ainsi qu'a commencé mon voyage qui m'a amené au Pakistan», a-t-elle expliqué.

Voir cette publication sur Instagram

HUMBLED GRATITUDE 🙏 🌟 . I never in my wildest dreams would have imaged the reaction I received the other day when announcing my decision to revert to Islam. The attention came as an overwhelming shock to me as I was flooded with messages and calls. I’m truly grateful for the outpouring of love and support as I start this new path in life. As I mentioned before- I already technically considered myself “Muslim”, having the faith and connection to God and creation I did on my life’s journey. . But this is a new chapter for me. In the sense that the fear and pain I held onto has finally dissipated and I’m free to walk the fully surrendered life, dedicating my heart and mind to fulfilling the most peaceful, conscious and righteous path🙏 . My public announcement was not something to gain attention from or build my following (I actually get overwhelmed easily by attention and makes me uneasy) It was a testimony and declaration to make myself accountable and have the whole world as my witness. With the intention and love in my heart, that I am now fully ready to commit everything in my being- to become the very best version of myself. . Many common questions keep coming in, which I answered previously on stories and a post, which included; . Will I change my name? No 🌹 Does my family accept my path? Yes Will I choose a Sect? No Will I marry you? NO !!! 😂🤦🏼‍♀️ Will I do Hajj/Umrah ? Yes, within the next year Will I wear A permanent Hijab ? No, it’s not compulsory Will I stop biking/touring? HECK NO! . Although the majority of comments were full of love and support, I also received a bit of backlash (to be expected) Mostly driven by fear,ignorance, and lack of tolerance, I was scorned with indignant preachings. . As humans, we are afraid of what we do not understand. Let me be that voice and example for all of humanity, bridging the gap, to truly understand what ISLAM is and to live a peace filled connected life, and InshaAllah, hearts will be softened and minds will be opened, for more peace, acceptance and understanding. To be a beacon of light for all. Ameen 🙏💗 . 📸 Self portrait with tripod and remote . 🐱 A kitten I rescued named skardu

Une publication partagée par Rosie Gabrielle (@rosiegabrielle) le


Elle admet que, comme pour toutes les religions, «il existe de nombreuses interprétations».

«Mais le cœur de celle-ci, le vrai sens de l’islam est la paix, l’amour et l’unité. Ce n’est pas une religion, mais un mode de vie. La vie de l’humanité, l’humilité et l’amour. Pour moi, j’étais déjà techniquement une "musulmane"», a-t-elle constaté.

Rosie Gabrielle n’a pas manqué de répondre aux nombreuses questions qui lui ont été posées après sa conversion.

«Vais-je changer mon nom? Non. Ma famille accepte-t-elle mon chemin? Oui […] Vais-je faire le hajj? Oui, au cours de la prochaine année. Vais-je porter le voile en permanence? Non, ce n'est pas obligatoire. Vais-je arrêter de faire des tournées? Zut, non!»

«Je suis maintenant prête à […] devenir la meilleure version de moi-même», a-t-elle encore ajouté.
«Aidée par des gens qui n'avaient rien»

Rosie Gabrielle a réalisé, en compagnie d’autres blogueurs étrangers, un voyage au Pakistan, notamment en vue de développer le tourisme dans ce pays.

C’est une association pakistanaise d'Oman qui avait pris en charge les billets d'avion et réglé les formalités administratives de la jeune femme qui voulait «dire la vérité» sur le pays.

Lors d'un road trip à moto seule sur 3.500 kilomètres, «j'ai passé mon temps à être aidée par des gens qui n'avaient rien», avait affirmé à l'AFP cette Canadienne de 32 ans aux 186.000 abonnés sur Instagram.

Les jeunes faisant de plus en plus souvent appel aux réseaux sociaux pour choisir leurs destinations de vacances, certains pays font appel à des influenceurs touristiques pour se faire connaître ou améliorer leur image.

https://fr.sputniknews.com/societe/202001181042927868-une-influenceuse-canadienne-se-convertit-a-lislam-apres-un-voyage-au-pakistan/

Approvisionnement en pétrole suspendu: la compagnie pétrolière nationale libyenne déclare un cas de force majeure  18/01/2020

Approvisionnement en pétrole suspendu: la compagnie pétrolière nationale libyenne déclare un cas de force majeure























Après l'arrêt des exportations de brut à partir de cinq ports du centre et de l'est de la Libye, la National Oil Corporation (NOC) libyenne a déclaré un cas de force majeure.

La National Oil Corporation (NOC) libyenne a déclaré samedi 18 janvier un état de force majeure après la suspension de l'approvisionnement en pétrole de cinq terminaux du centre et de l'est du pays, ordonné par des forces loyales au maréchal Khalifa Haftar.

«La NOC déclare un cas de force majeure après que l'Armée nationale libyenne a bloqué les exportations de pétrole des ports de Marsa El Brega, Ras Lanouf, Hariga, Zuwetina et Sidra», a annoncé la compagnie sur Facebook.



La société a précisé que l’ordre de suspendre les exportations de pétrole de cinq ports libyens avait été donné par le général Nagi al-Moghrabi, chef de la Garde des sites pétroliers du centre et de l'est, nommé par l’ANL, ainsi que le colonel Ali al-Jilani, de l’état-major de Syrte.

Cette déclaration intervient au lendemain de l'avertissement émis par la NOC selon lequel la fermeture des terminaux pétroliers aurait des conséquences négatives pour l’économie du pays. D'après la NOC, la suspension de la production causera des pertes journalières d'environ 55 millions de dollars.

Appel au blocus des terminaux

Les médias libyens ont rapporté le 17 janvier que des manifestants étaient entrés dans le port pétrolier de Zuwetina, dans l'est du pays, mais que le terminal n'était pas fermé.

Le 16 janvier, plusieurs chefs tribaux libyens et personnalités publiques proches du maréchal Haftar avaient appelé à bloquer les terminaux pétroliers pour protester contre l’arrivée des troupes turques qui soutiennent le gouvernement d’union nationale (GNA).

https://fr.sputniknews.com/international/202001181042926363-approvisionnement-en-petrole-suspendu-la-compagnie-petroliere-nationale-libyenne-declare-letat/

Le FMI a dépisté des signes de l’approche d’une nouvelle Grande dépression  18/01/2020

Le FMI a dépisté des signes de l’approche d’une nouvelle Grande dépression























Les inégalités et l’instabilité du secteur financier risquent de plonger l’économie mondiale dans une nouvelle Grande dépression, selon la directrice générale du FMI. Cet avertissement est basé sur les études de chercheurs du FMI qui ont comparé l’économie actuelle à la période des années folles ayant abouti à la crise boursière de 1929.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Kristalina Gueorguieva voit dans les inégalités et l’instabilité du secteur financier le risque du retour d’une Grande dépression, rapporte le Guardian.

S'exprimant au Peterson Institute of International Economics à Washington, Mme Gueorguieva a déclaré qu’une nouvelle recherche du FMI, qui a consisté à comparer l'économie actuelle aux «années folles» ayant abouti au krach boursier de 1929, ont révélé qu'une tendance similaire était en cours.
Le Royaume-Uni, un exemple d’inégalités

Elle a signalé qu’alors que l'écart des inégalités entre les pays s'était résorbé au cours des deux dernières décennies, il avait augmenté au sein même des pays, citant en exemple le Royaume-Uni.

«Au Royaume-Uni, par exemple, les 10% les plus riches contrôlent désormais presque autant de richesse que les 50% les plus pauvres. Cette situation se retrouve dans la plupart des pays de l'OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques, ndlr], où les inégalités de revenus et de richesse ont atteint, ou sont proches, des records », a-t-elle indiqué.

Une tendance qui rappelle le début du XXe siècle

La cheffe du FMI a estimé que ces fortes inégalités empêchent la croissance économique et alimentent le populisme et l’instabilité politique.

«À certains égards, cette tendance troublante rappelle le début du XXe siècle, lorsque l’essor technologique et l'intégration ont conduit à l’âge doré, aux années folles et, finalement, au désastre financier», a-t-elle détaillé.

Mme Gueorguieva a averti que la situation s’aggravait actuellement suite à l'urgence climatique et au protectionnisme commercial accru. Il s’ensuit que ces 10 prochaines années seraient caractérisées par des troubles sociaux et la volatilité des marchés financiers.

La Grande dépression

L’âge doré est une période de prospérité et de croissance aux États-Unis allant de la fin de la guerre de Sécession jusqu’au début du XX siècle. Les années folles désignent une période d’intense activité sociale, culturelle et artistique entre 1920 et 1929 qui a commencé après la fin de la Première Guerre mondiale. Cette période a abouti au krach boursier de 1929 qui a engendré la Grande dépression, l’une des plus graves crises économiques de l’Histoire.

https://fr.sputniknews.com/economie/202001181042925987-le-fmi-a-depiste-des-signes-de-lapproche-dune-nouvelle-grande-depression-/

Ségolène Royal crée une association politique pour «une troisième voie» entre Macron et Le Pen  18/01/2020

Ségolène Royal crée une association politique pour «une troisième voie» entre Macron et Le Pen














Après avoir annoncé qu'elle avait quitté son poste d'ambassadrice des pôles, Ségolène Royal a indiqué vendredi à l'AFP qu'elle créait une association politique pour construire «une troisième voie entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen», confirmant une information du Figaro.

«Désirs de France, avenir de la planète», cette association, construite sur l'ossature de sa fondation «Désirs d'avenir pour la planète», se veut «un laboratoire d'idées» pour «une troisième voie entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen».

Selon le Figaro, l'association de l'ex-candidate PS à la présidentielle de 2007 pourrait se transformer à terme en parti politique dans la perspective de la présidentielle de 2022.

«Il ne faut pas accélérer les étapes, on repart de la base, il faut voir si on arrive à fédérer, si on soulève une attente», a nuancé auprès de l'AFP Mme Royal. «Il faut desserrer l'étau du face-à-face imposé entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen», a cependant ajouté celle qui n'a pas exclu, à plusieurs reprises ces derniers mois, de se présenter en 2022 si les circonstances s'y prêtent.

«Le modèle social français me paraît dangereusement menacé, il y a une angoisse chez les Français, et donc une aspiration pour voir si d'autres solutions sont possibles», a-t-elle ajouté.

Mme Royal va officiellement lancer sa nouvelle association jeudi prochain à Marseille, aux côtés de la sénatrice de gauche Samia Ghali, dans le cadre de sa tournée pour soutenir les candidats aux municipales de mars.

«Nous allons organiser des universités populaires au printemps. La première portera sur le thème du financement du modèle social», a-t-elle précisé.

Mme Royal est visée par une enquête préliminaire du parquet national financier sur l'usage fait des moyens qui étaient mis à sa disposition en tant qu'ambassadrice des pôles.

Par ailleurs, l'exécutif lui reproche ses multiples critiques contre la politique gouvernementale et l'avait sommée d'y mettre un terme sous peine de lui retirer son ambassade.

Le Conseil des ministres du 24 janvier devrait examiner sa situation, selon une source proche du gouvernement. Mais l'ancienne ministre a préféré prendre les devants.

Dans une note diplomatique datée de vendredi et dont l'AFP a obtenu une copie, Mme Royal confirme qu'elle quitte ses fonctions en faisant part de toute sa «reconnaissance pour le travail accompli en commun au service de cet enjeu majeur que constituent les pôles».

https://fr.sputniknews.com/france/202001181042925218-segolene-royal-cree-une-association-politique-pour-une-troisieme-voie-entre-macron-et-le-pen/

Un policier porte plainte contre ses collègues du commissariat de Rouen pour insultes racistes  18/01/2020

Un policier porte plainte contre ses collègues du commissariat de Rouen pour insultes racistes























Le parquet de Rouen a saisi l’IGPN, la police des polices, après qu’une plainte a été déposée au commissariat de Rouen par un policier noir ayant découvert des messages à caractère raciste que ses collègues s’envoyaient.

Les faits remontent au mois de décembre: un agent de police de couleur a déposé plainte contre plusieurs de ses collègues de l’Unité d’assistance administrative et judiciaire (UAAJ), après avoir découvert des messages à caractère raciste et xénophobe qui le concernaient. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie jeudi 16 janvier, et une enquête administrative a été ouverte sur demande du commissaire, a rapporté le quotidien Paris-Normandie.

Les gardiens de la paix en fonction au palais de justice de Rouen tenaient une conversation sur WhatsApp dans laquelle ils se laissaient aller à de nombreuses insultes envers leur collègue noir, mais aussi contre des prévenus et accusés en attente devant le tribunal correctionnel ou la cour d’assises. Des magistrats ont également eu droit à leur lot de qualificatifs grossiers.

Le commissaire et directeur départemental adjoint de la Sécurité publique, Éric Maudier, a assuré à Paris-Normandie qu’une enquête administrative avait été déclenchée aussitôt qu’il avait eu connaissance des faits. Les policiers concernés ont fait l’objet d’une convocation pour manquement au code de déontologie. Certains se sont défendus en assurant qu’il ne s’agissait que d’humour.

«Dans ce dossier, nous avons affaire à des individus "bas-de-plafond”, indiscutablement racistes, qui n’ont pas leur place chez nous», a confié une source policière de haut rang au quotidien régional. «C’est déjà compliqué en ce moment. Nous sommes accusés à tort de tous les maux, de violences... Avec ce type d’abrutis, cela ne va pas arranger les choses», a-t-il déploré.

L’IGPN saisie

Le procureur de la République de Rouen, Pascal Prache, a saisi l’IGPN, qui est désormais en charge du dossier sur le plan pénal. Les fonctionnaires liés à cette affaire passeront devant le conseil de discipline et risquent leur place. L’agent qui avait porté plainte a été transféré, à sa demande, dans un autre service.

https://fr.sputniknews.com/france/202001181042926025-un-policier-porte-plainte-contre-ses-collegues-du-commissariat-de-rouen-pour-insultes-racistes/

1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 3725


Publicité

Brèves



Commentaires