FRANCE: LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE CONFIRME SA MAINMISE SUR L'ASSEMBLÉE La fin d'un système  19/06/2017

FRANCE: LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE CONFIRME SA MAINMISE SUR L'ASSEMBLÉE La fin d'un système











Une transformation en profondeur du paysage parlementaire va naître de l'irruption d'un nombre conséquent de novices en politique, REM ayant retenu pour moitié de ses candidats des hommes et des femmes de la société civile qui n'ont jamais exercé la moindre fonction d'élu.

C'est au rythme des vieux manèges que le second tour des législatives s'est déroulé hier en France où les pronostics étaient unanimes à anticiper une victoire écrasante du mouvement la République en marche du président Emmanuel Macron, crédité par les sondages de 400 à 470 députés sur les 577 que comprend l'Assemblée. Autant dire que le vote a eu lieu sans le moindre suspense, si ce n'est le sort de quelques caciques porteurs des couleurs des partis traditionnels, pourtant laminés dès le premier tour. Ainsi, les Républicains et leurs alliés centristes de droite n'escomptaient qu'entre 60 et 120 sièges contre 200 dans la précédente assemblée, tandis que le Parti socialiste, très largement majoritaire durant le septennat Hollande, doit vivre un terrible effondrement qui ébranle jusqu'à son devenir.
La seule interrogation qui a présidé à ce deuxième tour concernait l'ampleur de la victoire du parti présidentiel la République en Marche (REM) qui, balayant tout sur son passage telle une vague Macron, était assuré d'avoir la plus importante majorité de la Ve République, née en 1958. Mais ce triomphe annoncé a quelque peu refroidi l'enthousiasme de la moitié des électeurs qui ont boudé les urnes, surtout que les «convocations» ont été nombreuses depuis les primaires de la droite et du Parti socialiste.
En se référant aux pourcentages de la mi-journée d'hier où 17,75% des inscrits avaient voté contre 21,4% en 2012, on peut penser que l'abstention va encore atteindre un niveau «historique», franchissant la barre des 51,29%. Lors du premier tour, REM avait déjà raflé 32,3% des suffrages exprimés, balayant du même coup les partis traditionnels de gauche comme de droite qui «régnaient» sur la vie politique du pays depuis cinq décennies. Ce qui étaye la confirmation d'une certaine lassitude, d'une part, et la conviction que la victoire sans partage du mouvement REM ne fait pas l'ombre d'un doute, d'autre part. Comme pour le 11 juin dernier et lors des scrutins de l'élection présidentielle, les bureaux ont été ouverts dès 6 heures du matin pour ne fermer qu'à 19 heures dans et 20 heures dans les grandes villes. S'il y a un Français heureux en ces circonstances, ce ne peut être qu'Emmanuel Macron, inconnu voici deux ans à peine, élu chef de l'Etat à 39 ans face à des dinosaures de la politique et promu le plus jeune président que la France a jamais connu. Un exploit peu banal qui lui assure, en outre, les coudées franches pour entamer ses réformes socio-libérales dont l'ambition est tout à la fois de moraliser la vie politique, réformer le droit du travail et muscler davantage l'arsenal de lutte contre le terrorisme.
La rançon du scénario est que la France va baigner pendant cinq ans dans une atmosphère monochrome, plombée par les votes sans surprise aucune d'une assemblée acquise au gouvernement en place. De là à justifier les craintes exprimées, ici et là, par bon nombre de responsables et d'élus, il n'y a qu'un pas égal à leur désappointement.
La meilleure illustration de cet état d'âme a été formulée dans le Parisien-Aujourd'hui par un député sortant du PS, Alexis Bachelay, battu au premier tour. «Il suffit de mettre la tête de Macron (en devanture) et n'importe quel mulot fait 40%!» a-t-il tonné dans sa circonscription, où le candidat REM faisait cavalier seul.
Quant à l'extrême droite et à la gauche radicale, les résultats risquent forts de se traduire par une surprenante revue à la baisse des prétentions initiales. Des sondages donnent Marine Le Pen victorieuse à Hénin-Beaumont, son fief depuis plusieurs années, mais soulignent qu'elle pourrait être l'unique député de son courant en perte de flux. Restent la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et le Parti communiste qui gardent l'espoir ténu d'obtenir un nombre de députés suffisant (15) pour constituer un groupe parlementaire.
La question de savoir combien des 222 députés sortants ont été reconduits dans ce second tour a son importance car elle permettra de situer la dimension exacte du renouvellement d'une Assemblée dont on sait déjà qu'elle sera fortement féminisée puisque 40% de candidates ont le vent en poupe pour émerger dans les urnes. Une transformation en profondeur du paysage parlementaire va naître de l'irruption d'un nombre conséquent de novices en politique, REM ayant retenu pour moitié de ses candidats des hommes et des femmes de la société civile qui n'ont jamais exercé la moindre fonction d'élu. C'est donc bel et bien la fin d'un système qui aura prévalu plus de soixante ans et l'avènement d'un paysage politique nouveau, jamais vu depuis 1958.

http://www.lexpressiondz.com/internationale/269492-la-fin-d-un-systeme.html


ALGERIE: APPLICATION EN JUIN DU MODE DE FINANCEMENT ISLAMIQUE Des crédits bancaires sans taux d'intérêt  19/06/2017

ALGERIE: APPLICATION EN JUIN DU MODE DE FINANCEMENT ISLAMIQUE Des crédits bancaires sans taux d'intérêt











Le lancement d'octroi des crédits à la consommation se basant sur la finance islamique, à savoir avec 0% de taux d'intérêt, se fera par l'ensemble des banques publiques et privées à compter de la fin du mois de juin ou au plus tard au début juillet de l'année en cours.

Bénéficier de prêts bancaires sans intérêts... Ce sera prochainement possible! En effet, le président de l'Association des banques et des établissements financiers, Boualem Djebbar a souligné que le lancement d'octroi des crédits à la consommation se basant sur la finance islamique, à savoir avec 0% de taux d'intérêt, se fera par l'ensemble des banques publiques et privées à compter de la fin du mois de juin ou au plus tard au début juillet de l'année en cours.
Il a en outre affirmé dans des déclarations au journal Ennahar, que ce projet est actuellement en phase d'achèvement au niveau de toutes les banques et qu'il ne reste plus que les dernières retouches, ajoutant que cette méthode vise essentiellement le financement des projets d'investissements et d'exploitation. Ceci dit, de nombreuses banques ont fait part de leur volonté de donner la priorité au financement de logements au profit des citoyens ainsi qu'aux crédits à la consommation. Ainsi, les banques achèteront le produit pour enfin le revendre au client, explique la même source. Pour ce qui est du remboursement, le paiement se fera par versements échelonnés.
Il est d'ailleurs prévu que les différentes banques publiques achètent des usines pour faire profiter les investisseurs désireux de créer des moyennes et petites entreprises. Ces derniers pourront par la suite rembourser par le procédé déjà cité. Ce type de remboursement qui sera appliqué pour la première fois en Algérie, fait partie de la liste des prêts dits islamiques, sur lesquels comptent les autorités publiques pour la diversification et la relance de l'économie du pays.
Intervenant de la même manière, des particuliers procéderont à l'achat de logements au profit des citoyens. Leurs fonds seront restitués à travers la location en échange et fixer des délais de longue durée, en plus d'équiper ces habitations des différents appareils électroménagers nécessaires. Par ailleurs, Boualem Djebbar a évoqué l'état d'avancement du projet du paiement électronique qui concerne les clients de l'Algérienne des eaux, de la Société nationale de l'électricité et du gaz (Sonelgaz) et ceux d'Algérie poste, révélant que seulement un million cinq mille Algériens s'acquittent de leurs factures d'eau et d'électricité par le biais d'Internet. Selon lui, ce chiffre reste minime à l'heure où les banques aspirent justement à avoir des milliers de clients. Pour ce qui est du paiement par carte bancaire dans les grands espaces commerciaux, le même responsable a affirmé que l'association des banques et des établissements financiers a pu distribuer plus de 12.000 appareils électroniques. Un nombre qui est appelé à augmenter après des sorties et des appels que la société compte effectuer auprès des différents commerçants.
Ce type de financement relève de la finance islamique, elle est fondée sur les principes de la religion islamique. Se basant sur deux piliers qui sont; l'interdiction de l'intérêt ou la (ribah) et la responsabilité sociale de l'investissement (interdiction de la spéculation «maysir»). Cette finance est destinée à tous ceux et celles qui veulent investir dans un logement, une entreprise ou autres activités tout en respectant les valeurs humaines.
Le lancement de crédits bancaires en Algérie, basés sur cette méthode, a été annoncé par le ministère des Finances en novembre. Le département avait souligné qu'elle était destinée aux investisseurs et aux particuliers, pour l'acquisition des biens de consommation et les biens immobiliers.

http://www.lexpressiondz.com/actualite/269481-des-credits-bancaires-sans-taux-d-interet.html


La valise diplomatique nord-coréenne saisie à New York  19/06/2017

La valise diplomatique nord-coréenne saisie à New York












La Corée du Nord a accusé dimanche les autorités américaines d'avoir agressé des diplomates nord-coréens à l'aéroport John F. Kennedy à New York et d'avoir confisqué leur valise diplomatique. "Des fonctionnaires américains ont confisqué la valise diplomatique des diplomates qui s'apprêtaient à rentrer chez eux après avoir assisté à une conférence à New York", a accusé le ministère nord-coréen des Affaires étrangères cité par l'agence officielle KCNA. Pyongyang a demandé à Washington de fournir des explications sur cet incident, qualifié de "provocation", selon l'agence.

http://www.lexpressiondz.com/linformation_en_continue/269425-la-valise-diplomatique-nord-coreenne-saisie-a-new-york.html


Afghanistan: 12 morts dans une attaque des talibans  19/06/2017

Afghanistan: 12 morts dans une attaque des talibans










Six policiers afghans et six militants ont été tués dans une attaque lancée dimanche matin par les talibans contre un quartier général de la police dans la ville de Gardez, capitale de la province orientale de Paktia, a déclaré le chef de la police provinciale dans un nouveau bilan. Un précédent bilan a fait état de 3 morts. L'attaque a commencé après qu'un terroriste ait fait exploser un camion piégé à l'entrée du quartier général de la police nationale afghane (ANP) dans la zone, dimanche matin à 6h15 heure locale, a indiqué le général Tooryalai Abadyani aux journalistes.

http://www.lexpressiondz.com/linformation_en_continue/269427-afghanistan-12-morts-dans-une-attaque-des-talibans.html


Mali : l'Elysée annonce la mort d'un soldat français lors d'une opération  19/06/2017

Mali : l'Elysée annonce la mort d'un soldat français lors d'une opération











L'Elysée a annoncé, dimanche 18 juin, "la mort accidentelle" d'un soldat français au Mali, lors d'une opération aéroportée effectuée dans la nuit de samedi à dimanche dans la région d’Almoustarat. Le soldat était membre du 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers (Ariège).

Dans un communiqué, le président de la République "salue la mémoire de ce militaire français tué dans l’accomplissement de sa mission pour la défense de notre pays et la protection de nos concitoyens. Il adresse ses sincères condoléances à sa famille, ses amis et ses frères d’armes."

Emmanuel Macron tient aussi à exprimer "sa confiance et sa fierté aux militaires français qui combattent avec courage les groupes armés terroristes au Sahel". Cela fait près de cinq ans que les troupes françaises sont présentes au Mali.

http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/armee-et-securite/mali-l-elysee-annonce-la-mort-d-un-soldat-francais-lors-d-une-operation_2242917.html#xtor=AL-67-[article]


L'armée américaine confirme avoir abattu un avion syrien  19/06/2017

L'armée américaine confirme avoir abattu un avion syrien











Un avion de chasse américain a abattu dimanche un appareil de l'armée syrienne qui avait, selon Washington, bombardé les forces soutenues par les Etats-Unis luttant contre le groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie.

"A 18H43 (17H43 GMT), un avion syrien de type SU-22 a largué des bombes près de combattants des FDS (Forces démocratiques syriennes) au sud de Tabqa, et en vertu de nos règles d'engagement et de la légitime défense au sein de la coalition (anti-Etat islamique), il a été immédiatement abattu par un avion américain F/A-18E Super Hornet", a affirmé le commandement de la coalition dans un communiqué.

Toujours d'après la coalition, deux heures auparavant les forces du régime de Bachar al-Assad avaient attaqué des combattants des FDS dans la ville de Jaaydine, au sud de Tabqa, et "blessé un certain nombre de combattants des FDS et provoqué la fuite des FDS hors de la ville".

Damas avait auparavant accusé la coalition d'avoir abattu un de ses avions alors que l'appareil menait "une mission contre le groupe Etat islamique".

Pour autant, la coalition a assuré ne pas "chercher à attaquer le régime syrien, les forces russes ou les forces pro-régime qui collaborent avec eux, mais elle n'hésitera pas à défendre la coalition ou ses partenaires face à une quelconque menace".

"Les projets et les actes hostiles des forces pro-régime envers la coalition et ses partenaires en Syrie, qui mènent des opérations anti-EI légitimes, ne seront pas tolérés", a-t-elle mis en garde.

Peu après que l'avion du régime a été abattu, des combats ont éclaté pour la première fois entre les troupes loyales à Bachar al-Assad et les FDS, une alliance arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis, dans la province de Raqa, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).


(©AFP / 18 juin 2017 23h41)
https://www.romandie.com/news/L-armee-americaine-confirme-avoir-abattu-un-avion-syrien/806545.rom


Mali: attaque contre un lieu de villégiature près de Bamako  19/06/2017

Mali: attaque contre un lieu de villégiature près de Bamako










Une attaque jihadiste était en cours dimanche après-midi contre un lieu de villégiature situé en périphérie de Bamako fréquenté par des étrangers, premier attentat anti-occidental depuis plus d'un an dans la capitale malienne.

Aucune précision n'a été donnée dans l'immédiat sur d'éventuelles victimes dans l'attaque de cet établissement, connu sous le nom de campement Kangaba.

Cette attaque a été lancée par "de présumés jihadistes", a affirmé à l'AFP un responsable du ministère malien de la Sécurité.

"Les forces spéciales maliennes, appuyées par les forces de (l'opération française antijihadiste) Barkhane et la Minusma (force de l'ONU), ont bouclé le secteur et sont en train de mener des opérations" contre les assaillants, a indiqué ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

Trois Maliens et quatre Occidentaux ont été libérés par les forces de sécurité maliennes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les assaillants ont crié "Allah akbar" (Dieu est le plus grand)!", ont témoigné plusieurs des personnes secourues.

La Forsat (Force spéciale antiterroriste), créée en 2016, "est dépêchée sur les lieux", a rapporté de son côté la télévision publique ORTM sur un bandeau déroulant marqué "urgent", faisant état d'échanges de tirs avec les assaillants et ajoutant qu'il "pourrait s'agir d'une attaque terroriste".

Des voisins de ce site situé à la périphérie de Bamako ont dit à l'AFP avoir entendu des coups de feu en provenance du lieu attaqué. Une fumée s'élevait au-dessus du site, vers lequel ont convergé des soldats maliens et de la force française Barkhane, a constaté un journaliste de l'AFP.

- Etat d'urgence depuis 18 mois -

Les forces de l'ordre ont bouclé le secteur. Un bâtiment était en feu dans l'établissement où sont entrés des éléments de l'opération Barkhane, selon un journaliste de l'AFP.

La dernière attaque jihadiste visant des Occidentaux dans la capitale malienne remonte à mars 2016, contre l'hôtel Nord-Sud de Bamako, abritant la mission de l'Union européenne qui entraîne l'armée malienne (EUTMMali). Un assaillant avait été tué.

Le 20 novembre 2015, un attentat contre l'hôtel Radisson Blu avait fait 20 morts, outre ses deux auteurs.

Il avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), en coordination avec le groupe jihadiste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoune, qui avait scellé à cette occasion son ralliement à Aqmi.

L'état d'urgence est en vigueur au Mali quasiment sans interruption depuis cet attentat.

En mars 2015, une l'attaque contre le restaurant-bar La Terrasse avait fait cinq morts, dont deux Occidentaux.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Les jihadistes ont été en grande partie chassés de cette région par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, et qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards.

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues dans le centre et dans le sud du pays, et le phénomène gagne les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.



(©AFP / 18 juin 2017 20h49)
https://www.romandie.com/news/ZOOM-Mali-attaque-contre-un-lieu-de-villegiature-pres-de-Bamako/806526.rom


Manuel Valls annonce l'emporter d'un cheveu, des échauffourées éclatent à la mairie d'Evry  19/06/2017

Manuel Valls annonce l'emporter d'un cheveu, des échauffourées éclatent à la mairie d'Evry











L'ex-Premier ministre a affirmé avoir été réélu de justesse dans la première circonscription de l'Essonne, face à Farida Amrani (France insoumise). Des échauffourées ont éclaté à la mairie d'Evry, à l'annonce de ce résultat.

Le suspense était extrême, faisant bouillir d'impatiente les internautes. Manuel Valls a finalement annoncé avoir emporté de peu le siège de député de la première circonscription de l'Essonne, pour le second tour des élections législatives du 18 juin, face à son adversaire de la France insoumise (FI) Farida Amrani.

L'ex-Premier ministre se présentait sans étiquette dans cette circonscription d'Ile-de-France, n'ayant pas obtenu l'investiture La République en marche (LREM), ni celle du Parti socialiste (PS).

L'ancien chef du gouvernement a annoncé sa réélection dans une ambiance extrêmement tendue. «Chaque soirée électorale a sa part de tensions, d'énervement, ce qu'il faut attendre c'est simplement que la démocratie s'exprime», a-t-il déclaré à la mairie d'Evry, alors que retentissaient des sifflets et des insultes lui étant adressés.

Il a également fait savoir qu'il comptait être «utile» à la «réussite» du quinquennat Macron.

Des échauffourées ont en outre éclaté dans le bâtiment municipal, des membres de force l'ordre évacuant de force des personnes venues exprimer leur opposition au supposé vainqueur du scrutin.

En outre, le conseiller général communiste de l'Essonne Bruno Piriou a déclaré soupçonner des tricheries dans la première circonscription de l'Essonne.

De plus, le résultat annoncé par Manuel Valls a été contesté par Farida Amrani, qui a elle aussi revendiqué la victoire et a annoncé un recours.

Victoire supposée de Manuel Valls dans l'Essonne : soupçons de tricheries

Le conseiller général communiste de l'Essonne Bruno Piriou soupçonne des tricheries dans la première circonscription de l'Essonne, où Manuel Valls vient d'être a priori réélu. La candidate défaite (France insoumise) annonce un recours.

Alors que l'ex-chef du gouvernement a annoncé sa victoire aux second tour des élections législatives dans la soirée du 18 juin, Bruno Piriou, conseiller général communiste de l'Essonne, a déclaré soupçonner des tricheries dans la circonscription en question – la première de l'Essonne. «Nous n'avons aucune confiance dans Manuel Valls», a-t-il tenu à préciser.

L'adversaire de Manuel Valls, la candidate pour la France insoumise (FI) Farida Amrani, a elle aussi revendiqué la victoire et a annoncé un recours.

«On a demandé à recompter les bulletins. On nous a dit qu'ils ont été déchirés», aurait également déclaré l'équipe de campagne de Farida Amrani.

L'ex-chef du gouvernement, le premier, a déclaré avoir emporté l'élection avec seulement 139 voix d'avance sur son adversaire (soit 50,3% des voix).

Si son élection était confirmée, il serait l'un des rares anciens ministres du quinquennat Hollande à rester à l'Assemblée nationale. En cas de défaite, l'ex-locataire de Matignon n'aurait plus qu'un seul mandat : conseiller municipal à Evry.

Manuel Valls avait reçu le soutien de plusieurs poids lourds des anciens et de l'actuel gouvernement – Bernard Cazeneuve, Jean-Yves Le Drian, François Bayrou –, de tous les maires de droite de la circonscription ainsi que celui du comité local de La République en marche (LREM), bien qu'il n'ait pas obtenu l'investiture du parti de la majorité présidentielle. Il avait également bénéficié du soutien du sénateur Les Républicains (LR) de l'Essonne Serge Dassault, mis en examen pour des soupçons de fraude électorale à Corbeil-Essonnes.

https://francais.rt.com/france/39937-manuel-valls-emporterait-arrache-legislatives
https://francais.rt.com/france/39941-victoire-manuel-valls-dans-essonne-soupcons-tricheries


El Khomri, Vallaud-Belkacem, Touraine... : hécatombe électorale chez les ex-ministres de Hollande  19/06/2017

El Khomri, Vallaud-Belkacem, Touraine... : hécatombe électorale chez les ex-ministres de Hollande











Plusieurs anciens ministres socialistes ont été battus lors du second tour des élections législatives. Myriam El Khomri, Najat Vallaud-Belkacem, Marisol Touraine ou encore Jean-Jacques Urvoas s'ajoutent ainsi à la liste des éliminés du premier tour.

Tous savaient que les législatives s'annonçaient compliquées, mais ils espéraient tout de même sauver leurs postes de députés : les ministres de François Hollande subissent ce soir un revers cinglant. A l'exception notable de Manuel Valls, qui l'emporte d'une centaine de voix dans l'Essonne, la plupart de ces anciennes figures du hollandisme ont été éliminées au soir du second tour des élections législatives.

L'ancienne ministre du Travail, Myriam El Khomri s'est inclinée face au candidat des Républicains Pierre-Yves Bournazel, qui l'emporte avec 55,91% dans la 18e circonscription de Paris. Fait étonnant de cette circonscription : les deux adversaires se revendiquaient de la majorité présidentielle et avaient respectivement reçu le soutien d'Edouard Philippe et d'Emmanuel Macron.

L'ancienne ministre socialiste Marisol Touraine n'a obtenu que 43% des voix et n'est donc pas parvenue à être réélue dans sa circonscription de l'Indre-et-Loire, malgré l’absence de candidat de La République en marche (LREM) face à elle. Son opposante de l'UDI, Sophie Auconie, a donc ravi son siège à l'ex-ministre.

Avec 39,6%, l'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem a subi un sévère revers face à Bruno Bonnell, candidat de LREM, qui l'a emporté avec 60,04% des voix dans sa circonscription du Rhône.

Dans le Finistère, Jean-Jacques Urvoas a également perdu face à Annaïg Le Meur, la candidate de LREM. Avec 45,55% des voix contre 54,45% pour son opposante, l'ex-ministre de la Justice n'a donc pas récupéré son siège à l'Assemblée.

Myriam El Khomri, Najat Vallaud-Belkacem, Marisol Touraine et Jean-Jacques Urvoas avaient tout de même eu l'opportunité d'accéder au second tour. Tel n'était pas le cas d'une douzaine de candidats défaits dès le premier tour. Benoît Hamon, Aurélie Filippetti, Emmanuelle Cosse et Cécile Duflot ont tous été battus par leurs adversaires dès le 11 juin.

https://francais.rt.com/france/39936-el-khomri-vallaud-belkacem-touraine-eliminees


Cambadélis démissionne de la direction du PS et fustige le «pouvoir absolu» de LREM  19/06/2017

Cambadélis démissionne de la direction du PS et fustige le «pouvoir absolu» de LREM











Le premier secrétaire du Parti socialiste a constaté la déroute électorale de son parti, qui perd près de 250 sièges à l'Assemblée à l'issue du second tour de l'élection législative. Il annonce également vouloir «repenser la gauche».

Quelques minutes seulement après l'annonce des premiers résultats des élections législatives, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste (PS) a pris la parole. Assumant sa part de responsabilité dans la déroute de son parti, qui obtiendrait moins de 40 sièges à l'Assemblée nationale, il a annoncé sa démission de la direction du parti, qui sera désormais assumée par un collectif.

Dénonçant un «abstention alarmante», Jean-Christophe Cambadélis a estimé que la déroute du PS était «incontestable». Il souhaite désormais «repenser la gauche». «C'est une tâche de longue haleine, j'y participerai avec humilité mais je souhaite le faire en étant libre de ma parole», a-t-il expliqué pour justifier sa démission.

Tout en souhaitant la réussite d'Emmanuel Macron, Jean-Christophe Cambadélis s'est montré particulièrement critique envers La République en marche (LREM), dont le triomphe est, selon lui, «artificiel», notamment à cause d'une «abstention alarmante». Il s'est notamment inquiété d'un «parlement aux ordres». «Le pouvoir absolu exercé en toute verticalité se heurtera à ses contradictions», a-t-il prédit.

Après un score historiquement bas de Benoît Hamon, son candidat à l'élection présidentielle (6,36%), le PS poursuit sa déroute en perdant près de 250 sièges à l'Assemblée par rapport à la mandature précédente.

https://francais.rt.com/international/39916-cambadelis-demissionne-direction-ps-fustige-pouvoir-absolu


Tir de missiles iraniens sur des zones rebelles en Syrie en représailles à l'attentat de Téhéran  19/06/2017

Tir de missiles iraniens sur des zones rebelles en Syrie en représailles à l'attentat de Téhéran











L'Iran a procédé à un tir de missiles balistiques à moyenne portée sur des zones syriennes contrôlées par des groupes rebelles dans la province de Deir ez-Zor, le 18 juin. Il s'agit de représailles après l'attentat de Téhéran.

Selon l'agence de presse iranienne Tasnim, qui rapporte les déclarations d'un Gardien de la révolution, l'armée iranienne a procédé à un tir de missiles balistiques de moyenne portée le 18 juin. Lancés depuis les provinces occidentales de Kermanshah et du Kurdistan iranien, les missiles avaient pour cible le quartier général d'un groupe rebelle situé dans la province syrienne de Deir ez-Zor.

Le tir iranien intervient en représailles à l'attentat de Téhéran, dont l'Iran tient le groupe rebelle visé pour responsable. «La moindre goutte de sang iranien versé sera vengée», a déclaré l'un des Gardiens de la révolution en commentaire à cette opération.

Le double attentat, qui a visé le parlement iranien ainsi que le mausolée du l'ayatollah Khomeiny à Téhéran le 7 juin a fait 17 morts et des dizaines de blessés selon un nouveau bilan revu à la hausse. Daesh a revendiqué ces attaques meurtrières.

https://francais.rt.com/international/39927-tir-missile-iranien-sur-zones-rebelles-syrie-represailles-attentat-teheran


La coalition menée par les Etats-Unis a abattu un avion militaire syrien près de Raqqa  19/06/2017

La coalition menée par les Etats-Unis a abattu un avion militaire syrien près de Raqqa











L'armée syrienne a déclaré que la coalition internationale menée par Washington avait abattu un avion militaire des forces gouvernementales, dans les environs de Raqqa. Une attaque délibérée, selon Damas.

Dans un communiqué diffusé sur la télévision d'Etat syrienne le 18 juin, l'armée du pays a déclaré qu'un de ses avions avait été abattu par les forces de la coalition internationale menée par les Etats-Unis. Elle a ajouté que l'appareil s'était écrasé et que le pilote était porté disparu.

L'événement, a précisé l'armée, est survenu dans l'après-midi du 18 juin, dans les environs de la ville de Raqqa, bastion syrien de Daesh.

Il s'agit d'une «attaque délibérée», selon l'état-major syrien, qui a mis en garde contre les répercussions dangereuses de celle-ci sur la lutte contre le terrorisme.

De son côté, l'armée des Etats-Unis a déclaré qu'un avion militaire américain avait abattu un appareil de guerre syrien qui avait lâché des bombes près de combattants soutenus par Washington.

Les combats actuellement font rage dans la province de Raqqa. Les forces djihadistes de l'Etat islamique font face à la coalition internationale menée par les Etats-Unis et les rebelles qu'elle soutient, ainsi qu'à l'armée syrienne et ses alliés.

https://francais.rt.com/international/39928-coalition-menee-par-usa-avion--militaire-syrien-abattu-raqqa


Tirs sur un convoi humanitaire en Syrie  19/06/2017

Tirs sur un convoi humanitaire en Syrie










Un convoi qui s'apprêtait à livrer de l'aide internationale à une localité rebelle assiégée en Syrie a été visé par des tirs, et une personne a été blessée, a rapporté le Croissant rouge, selond es médias. L'incident a eu lieu samedi lorsque le convoi tentait d'accéder à Harasta, une ville de la région de la Ghouta orientale près de Damas, a indiqué l'organisation dans un communiqué tard en soirée. "Les tirs ont grièvement blessé l'un des chauffeurs du camion qui a été transporté à l'hôpital", a précisé le communiqué. Il n'était pas clair dans l'immédiat qui était derrière les tirs. Le convoi de 37 camions était une opération conjointe du Croissant rouge, du Comité international de la Croix-rouge (CICR) et de l'ONU, qui a condamné l'attaque.

http://www.lexpressiondz.com/linformation_en_continue/269418-tirs-sur-un-convoi-humanitaire-en-syrie.html


Colombie : trois personnes dont une Française tuées dans attentat à la bombe  18/06/2017

Colombie : trois personnes dont une Française tuées dans attentat à la bombe











Au moins trois personnes, dont une Française, ont été tuées et onze blessées le 17 juin dans un attentat à la bombe perpétré dans un centre commercial de Bogota et condamné par la dernière guérilla en activité en Colombie.

Selon la police, une explosion s'est produite le 17 juin vers 17h00 (22h00 GMT) dans les toilettes des femmes du centre commercial Andino dans la capitale colombienne Bogota, situé dans une zone très fréquentée par les étrangers et à la veille de la fête des pères.

Une Française de 23 ans et deux Colombiennes âgées de 27 et 31 ans sont décédées de leurs blessures, a écrit dans un communiqué la clinique où les victimes ont été hospitalisées. Parmi les onze blessés, dont quatre sont dans un état critique, figure une Française de 48 ans, a précisé l'établissement.

La jeune Française était venue en Colombie pour «fournir un service social dans un collège d'un quartier populaire de Bogota durant six mois», a déclaré le maire à la presse.

«Effectivement, il s'agit d'une jeune Française de 23 ans, qui malheureusement est décédée dans l'attentat [...], elle était en visite dans le pays», a confirmé de son côté à la radio Blueradio l'ambassadeur de France à Bogota, Gautier Mignot, selon qui la jeune femme était «apparemment accompagnée de sa mère».

«On s'occupait des clients quand on a entendu une explosion au second étage», a raconté à l'AFP Michael Montoya, qui travaille dans une boutique du troisième étage.

«Avec ma collègue Viviana, on est descendus voir ce qui s'était passé et on a vu des gens qui pleuraient et saignaient. C'était dans les toilettes, d'où sont sorties des femmes en pleurs. Il y avait beaucoup de fumée et la sécurité nous a dit d'évacuer», a-t-il ajouté.

Le centre commercial Andino, l'un des principaux de la ville, a été évacué tandis que policiers, ambulanciers et pompiers ont rapidement bouclé la zone.

Le président colombien Juan Manuel Santos, qui se trouvait à Cartagena dans le nord du pays au moment des faits, est arrivé sur place en fin de soirée. «Ma condamnation la plus énergique de l'attentat au [centre commercial] Andino. De retour à Bogota pour prendre en main la situation», a-t-il tweeté.

Bombe dans les toilettes

Responsable de l'enquête, le général et chef de la police nationale Jorge Nieto a déclaré que l'explosion avait été provoquée par «un engin déposé derrière un siège des toilettes pour femmes». «Une équipe d'enquêteurs est en charge des recherches préliminaires et des mesures préventives sont en cours», a-t-il ajouté.

Le maire de Bogota a de son côté expliqué qu'il ne pouvait dire encore «quel groupe pourrait être derrière cet attentat», dénonçant simplement un acte «lâche».

La guérilla colombienne de l'ELN (Armée de libération nationale, guévariste), a fait savoir rapidement qu'elle «condamnait cet attentat exécrable», via son compte Twitter.

L'ELN négocie actuellement avec le gouvernement pour un accord de paix, à l'image de celui obtenu avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), en cours d'application après plus d'un demi-siècle de conflit armé qui a fait 260 000 morts et plus de 60 000 disparus.

https://francais.rt.com/international/39860-colombie-trois-personnes-dont-francaise


Gaza:Des milliers d'orphelins et pauvres se solidarisent avec le Qatar  17/06/2017

Gaza:Des milliers d'orphelins et pauvres se solidarisent avec le Qatar











Des milliers d'orphelins et des pauvres ont pris part à une manifestation de masse samedi à Deir al-Balah, à l'appui du rôle de Qatar et de la Fondation de Charité du Cheikh Al-Thani, dans la bande de Gaza.

Les participants se sont réunis à travers le secteur dans toutes les écoles de Salah al -Kheyria.Ils ont organisé un festival et manifesté en célébrant les drapeaux qataris et des slogans condamnant l'agression politique sur l'État du Qatar.

Asmaa Abou Amra,une représente des associations caritatives dans la bande de Gaza a confirmé que le rassemblement des institutions a publié une déclaration confirmant sa pleine solidarité avec le gouvernement et les gens du Qatar pour leur soutien à la question centrale des musulmans, la Palestine.

Elle a ajouté: "Nous rejetons la campagne de diffamation menée contre le Qatar et l'agression de la tromperie et appelant la nation de l'importance d'être consciente des défis et revenir au renforcement de l'unité du Golf arabe, et à surmonter les différends et à ne pas servir les agendas de l'ennemi occupant israélien au détriment du peuple palestinien et la justesse de la cause centrale".

Plus de 3000 enfants orphelins et pauvres ont salué les aides et les efforts par le Qatar, exprimant leur soutien dans la crise actuelle qui frappe les pays du Golf arabe, tout en souhaitant une résolution convenable et fraternelle pour tous les peuples de la région.

https://french.palinfo.com/31835
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information


L’Arabie saoudite et Israël négocieraient pour établir des liens économiques  17/06/2017

L’Arabie saoudite et Israël négocieraient pour établir des liens économiques











L’Arabie saoudite et Israël seraient en négociations pour l’établissement de liens économiques entre les deux pays, rapporte le journal israélien Haaretz ce samedi.

Des sources arabes et américaines citées par le journal britannique The Times révèlent que les premières étapes en vue d’établir des liens entre les deux plus grands ennemis de l’Iran commenceraient petit à petit. Cela se manifesterait notamment par permettre aux entreprises israéliennes d’opérer dans la région du Golfe et d’autoriser la compagnie aérienne israélienne El Al d’utiliser l’espace aérien saoudien.

Des sources proches de l’Arabie saoudite ont cependant tempéré en indiquant que l’amélioration des relations entre les deux pays ne serait rien d’autre qu’un vœu pieux de la part de l’administration américaine dans le cadre de la promesse du président Trump d’obtenir le traité de paix « ultime » au Moyen-Orient.

L’article britannique cité par Haaretz suggère également que la perspective de relations avec Israël aurait également pu jouer un rôle dans la décision de l’Arabie saoudite et ses alliés de rompre les relations avec le Qatar afin de faire pression sur ce dernier dans le but qu’il cesse de soutenir le Hamas.

Le ministre de la Défense israélien, Avigdor Lieberman, a déclaré plus tôt en juin que la crise diplomatique entre le Qatar et les pays arabes de la région ouvrait des opportunités pour la coopération. Mais il a également affirmé que lier une solution au conflit avec les Palestiniens et les relations qu’entretient Israël avec les autres pays du Moyen-Orient est une erreur.

« Les pays arabes qui ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar ne l’ont pas fait à cause d’Israël et pas à cause du conflit palestinien, mais bien à cause de leur peur du terrorisme islamique radical », a déclaré le ministre israélien, ajoutant que « toute tentative de lier le conflit palestinien avec les relations bilatérales d’Israël avec les pays arabes modérés est une approche erronée. Le fait est que nous avons signé des accords de paix avec l’Égypte et la Jordanie sans que cela n’ait rien à voir avec le conflit palestinien. Il y avait une connexion, mais sans l’attente d’une solution. Ici également, il est interdit de conditionner le développement de relations avec les pays arabes modérés à la résolution du conflit palestinien ».

https://www.tsa-algerie.com/larabie-saoudite-et-israel-negocieraient-pour-etablir-des-liens-economiques/


Le vice-président irakien accuse le Qatar d'avoir poussé à une partition de son pays  17/06/2017

Le vice-président irakien accuse le Qatar d'avoir poussé à une partition de son pays











Le vice-président irakien Iyad Allaoui a affirmé samedi que le Qatar avait favorisé un plan visant à une partition de l'Irak selon des critères confessionnels.

"En Irak, le Qatar a adopté un projet similaire à celui de l'Iran: diviser l'Irak en une région sunnite en échange d'une région chiite", a-t-il dit lors d'une conférence de presse au Caire.

"Il est temps que nous parlions tous honnêtement et éclaircissions les choses de sorte que nous puissions parvenir à des résultats", a-t-il dit en évoquant la décision annoncée le 5 juin dernier par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte de rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar.

Allaoui, en déplacement au Caire, est une figure laïque issue de la communauté chiite irakienne qui jouit d'un soutien parmi les sunnites d'Irak. Son poste de vice-président est pour l'essentiel protocolaire et ses avis ne reflètent pas ceux du gouvernement irakien dont le Premier ministre, Haïdar al Abadi, a refusé de prendre position dans la crise diplomatique en cours dans le Golfe.

Al Abadi a cependant critiqué les sanctions imposées au Qatar, soulignant qu'elles nuisaient à la population et non au gouvernement du petit émirat.

https://www.lorientlejour.com/article/1057773/le-vice-president-irakien-accuse-le-qatar-davoir-pousse-a-une-partition-de-son-pays.html


Attentat en Iran : un élu américain souhaite que les «terroristes sunnites et chiites» s'entre-tuent  17/06/2017

Attentat en Iran : un élu américain souhaite que les «terroristes sunnites et chiites» s'entre-tuent











Ayant soulevé un tollé en déclarant, après le double attentat de Daesh à Téhéran, qu’il était dans l’intérêt des Etats-Unis que des groupes sunnites s’en prennent à des chiites, Dana Rohrabacher a fourni des explications... tout aussi polémiques.

«En ce qui concerne les terroristes sunnites ou les terroristes chiites, je préfère qu’ils se prennent mutuellement pour cible plutôt que [de s’en prendre à] d’autres victimes, particulièrement des civils innocents et des Américains», a écrit l'élu républicain de la Chambre de représentants américaine Dana Rohrabacher sur son site internet, le 12 juin.

Son message se voulait une clarification de propos polémiques qu'il avait tenus quelques jours auparavant, au sujet des attentats du 7 juin à Téhéran, qui avaient fait 13 morts.

Précisant être opposé à l’usage de la force contre les civils, l’élu a présenté, dans son communiqué, ses vœux aux «victimes malheureuses qui visitaient le parlement iranien ou le mausolée de Khomeini le jour de l’attaque de Daesh».

«Le Parlement des Mollah [attaqué le 7 juin par Daesh, tout comme le mausolée de Khomeiny] n’est pas un Parlement démocratique indépendant mais une réunion d’individus serviles agréés par un monarque malfaisant», peut-on encore lire dans le texte de l’élu californien, qui précise que l’estime qu’il a pour le gouvernement iranien n’est pas plus haute que celle qu’il a pour Daesh.

Une polémique née quelques jours plus tôt

Le lendemain des attentats de Téhéran, le 8 juin, Dana Rohrabacher avait déclaré lors d’une réunion du Comité des affaires étrangères de la Chambre des représentants des Etats-Unis : «Nous avons récemment observé une attaque contre l’Iran […] Je voudrais faire cette remarque et voir ce que vous en pensez. Ne serait-ce pas une bonne chose pour nous que les Etats-Unis soutiennent des sunnites qui attaqueraient le Hezbollah [une organisation chiite libanaise armée considérée comme terroriste par Washington] et les chiites [qui sont] une menace pour nous ? Ne serait-ce pas une bonne chose ? Et si c’est le cas, peut-être serait-ce une stratégie pour Trump de soutenir un groupe contre un autre, étant donné que ce sont deux organisations terroristes.»

Ces propos avaient été fermement condamnés par le Conseil national irano-américain, une ONG fondée par des Américains d’origine iranienne, ainsi que par le Comité de campagne du Congrès démocrate. Ceux-ci avaient notamment reproché à Dana Rohrabacher d’avoir apporté un soutien implicite aux commanditaires des attentats meurtriers ayant frappé la capitale iranienne.

Après les attaques de Téhéran, la Maison Blanche avait publié un communiqué, jugé «répugnant» par le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, dans lequel on pouvait lire : «Les Etats qui financent le terrorisme risquent de devenir les victimes du mal qu'ils encouragent.»

Depuis l'Arabie saoudite fin mai, le président Donald Trump et le secrétaire d'Etat Rex Tillerson avaient déjà accusé l'Iran de «soutenir le terrorisme».

https://francais.rt.com/international/39849-attentats-teheran-elu-americain-dana-rohrabacher-prefere-terroristes-sunnites-chiites-entretuent


La France se serait entendue avec l'Irak pour que soient éliminés tous les djihadistes français  17/06/2017

La France se serait entendue avec l'Irak pour que soient éliminés tous les djihadistes français










Paris Match révèle que la France a passé un accord tacite avec les forces de sécurité irakiennes, que les journalistes ont rencontrées, les engageant à faire en sorte que les djihadistes français partis en Irak ne reviennent jamais dans l'Hexagone.

Dans un article daté du 16 juin, Paris Match annonce s'être entretenu avec des responsables des forces de sécurité irakiennes, qui lui ont fait des révélations détonantes. Selon ceux-ci, Paris aurait passé un accord avec Bagdad, afin que les djihadistes français partis combattre en Irak, ne puissent jamais revenir sur le sol français.

«Nous avons un accord tacite avec les Français. Nous arrivons à une phase de combat où il est hors de question que des hommes de Daesh puissent fuir et arriver dans un autre pays. Nous éviterons, autant que faire se peut, qu’un Français puisse sortir vivant de Mossoul. Notre objectif est encore une fois de les tuer afin qu’aucun homme de Daesh ne puisse s’enfuir», raconte ainsi le général Abdelghani Al-Assadi, commandant du contre-terrorisme irakien.

« Il y a déjà plusieurs mois que nous savons que des "chasseurs français" traquent les djihadistes français. Ils disposent de moyens sophistiqués et ont des spécialistes en traçabilité, lecture et écoute des ­communications», ajoute pour sa part le major général Najim Abdullah Al-Jibouri, commandant en chef des opérations pour la libération de la ville de Mossoul.

Dans une enquête publiée le 29 mai, déjà, le Wall Street Journal expliquait que la France faisait appel à l’armée irakienne pour éliminer les djihadistes francophones (français et belges) combattant pour Daesh en Irak, notamment à Mossoul.

Selon le magazine allemand Der Spiegel, qui lui aussi a évoqué le sujet dans un article fin mai, les soldats irakiens auraient déjà tué un certain nombre de ces cibles sur la base de renseignements et de coordonnées GPS fournis par la France.

https://francais.rt.com/france/39840-services-secrets-francais-eliminent-ils-djihadistes-pour-les-empecher-de-revenir-en-france


Brésil : Temer accusé de commander la "plus dangereuse organisation criminelle du pays"  17/06/2017

Brésil : Temer accusé de commander la "plus dangereuse organisation criminelle du pays"











Le président brésilien Michel Temer commande la "plus dangereuse organisation criminelle du pays", a accusé le magnat de l'agro-alimentaire Joesley Batista dans un long entretien d'une virulence inédite publié samedi par l'hebdomadaire Época.

Patron du géant de la viande JBS, le chef d'entreprise avait déclenché un séisme politique à la mi-mai en remettant aux autorités un enregistrement sonore dans lequel M. Temer semblait donner son accord pour acheter le silence d'un ex-député aujourd'hui en prison.

Les révélations de M. Batista peuvent être fatales pour le président : elles ont poussé la Cour suprême à donner son feu vert pour l'ouverture d'une enquête contre le chef de l'Etat pour corruption passive et entrave à la justice. Depuis, les appels à la démission se sont multipliés, mais M. Temer, 76 ans, nie les accusations en bloc et refuse catégoriquement de quitter le pouvoir.

"C'est la plus grande et plus dangereuse organisation criminelle du pays. Commandée par le président", a souligné Joesley Batista. "Ceux qui ne sont pas en prison sont aujourd'hui au palais présidentiel du Planalto, a-t-il ajouté. Ces gens sont très dangereux. Je n'ai jamais eu le courage de les affronter", a affirmé M. Batista à l'hebdomadaire Época, dans son premier entretien depuis qu'il a noué un accord avec la justice en échange de remises de peine.

Visé par plusieurs volets de l'opération "Lavage-express", l'enquête tentaculaire qui a révélé le méga-scandale de corruption qui secoue le Brésil, il a accepté de collaborer avec les autorités à mesure que l'étau se resserrait sur ses affaires.

Ses confessions explosives font état du versement de dizaines de millions de dollars de pots-de-vin pour alimenter les caisses noires de partis politiques de tous bords, y compris le PMDB (centre droit) de M. Temer.

"Dès que j'ai connu Temer, il a commencé à me demander de l'argent pour financer ses campagnes. Il n'a pas beaucoup de pudeur quand il s'agit de parler d'argent", a expliqué M. Batista dans l'entretien à Época.
"Il me voyait comme un chef d'entreprise qui pourrait financer ses campagnes et organiser des combines qui donneraient lieu à des pots-de-vin", a-t-il ajouté.

En exil forcé depuis que le scandale a éclaté, M. Batista est rentré au Brésil dimanche et a réitéré vendredi dans une déposition devant la police fédérale les accusations portées dans son témoignage.
De nombreuses rumeurs le disaient à New York avec sa famille, mais son service de presse a expliqué dans un communiqué qu'il se trouvait en réalité en Chine "pour protéger l'intégrité de sa famille, qui a été menacée à plusieurs reprises depuis qu'il a décidé de collaborer avec les autorités".

https://www.lorientlejour.com/article/1057769/bresil-temer-accuse-de-commander-la-plus-dangereuse-organisation-criminelle-du-pays.html


1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 3127

Publicité

Brèves



Commentaires