Trump est une menace pour la démocratie (Hillary Clinton)  21/05/2016

Trump est une menace pour la démocratie (Hillary Clinton)







Le 3 mai dernier, Hillary Clinton avait refusé de dire clairement si elle pensait que Donald Trump avait les qualifications nécessaires pour exercer les fonctions de président des États-Unis.

Jeudi, elle a livré une réponse plus directe : « non ». L'ancienne secrétaire d'État n'a jamais caché son mépris pour le milliardaire populiste, mais, rompant avec les réponses alambiquées et désireuse de se jeter pleinement dans le match de la présidentielle, elle l'a qualifié lors d'une interview d'homme incontrôlable et n'ayant pas la stature requise pour le poste de commandant en chef. « Donald Trump représente une menace spectaculaire pour notre pays, notre démocratie et notre économie », a-t-elle déclaré sur CNN.

« Il a attaqué notre allié le plus proche, le Royaume-Uni, salué le dangereux dictateur nord-coréen, proposé de quitter l'Otan, notre alliance militaire la plus forte, de laisser d'autres pays acquérir des armes nucléaires », a-t-elle énuméré, qualifiant ses positions de « dangereuses ». « Quand on est candidat à la présidence des États-Unis, le monde entier regarde et écoute », a-t-elle dit en reprochant à Donald Trump d'avoir proposé de fermer les frontières aux musulmans. « Nous avons désormais la preuve que Donald Trump est de facto devenu un outil de recrutement pour la cause du terrorisme. »

Comme elle le fait régulièrement dans ses discours, l'épouse de l'ancien président Bill Clinton et l'ex-secrétaire d'État de Barack Obama a martelé qu'elle connaissait la difficulté du « job » de président. Elle a par exemple mis en doute la capacité de Donald Trump à trancher des décisions aussi sensibles que celle de déclencher ou non l'opération commando contre Oussama Ben Laden, à laquelle elle-même fut étroitement associée en 2011. Le 3 mai, une journaliste de MSNBC lui avait posé la même question sur les compétences de Donald Trump. «
Il n'a donné aucun élément montrant qu'il comprenait la gravité des responsabilités de commandant en chef », avait-elle alors répondu.

Ces critiques faisaient déjà partie de l'arsenal du camp Clinton, mais l'évolution sémantique est notable et illustre sa volonté de se projeter dans l'après-primaire, alors que le sénateur du Vermont Bernie Sanders, largement distancé dans la course à l'investiture démocrate, refuse de jeter l'éponge tant que les primaires ne sont pas terminées.

« Je serai la candidate de mon parti », a dit Hillary Clinton. « C'est déjà fait, de fait. Il est impossible que je ne le sois pas. J'ai reçu trois millions de voix de plus que lui, j'ai une avance insurmontable en nombre de délégués », a-t-elle justifié en rappelant qu'elle-même s'était inclinée face au sénateur Barack Obama en juin 2008, mais sans dire qu'elle avait attendu plusieurs jours après la dernière primaire pour concéder la défaite. « Lorsque je me suis retirée et que je me suis ralliée au sénateur Obama, environ 40 % de mes partisans disaient qu'ils ne pourraient jamais voter pour lui. J'ai donc travaillé dur pour l'aider, et je suis sûre que le sénateur Sanders fera de même », a-t-elle ajouté en exhortant Bernie Sanders à tenir sa parole de faire tout son possible pour vaincre Donald Trump en novembre.

Elle a mis le sénateur du Vermont au défi de travailler à l'unification du parti, tout en reconnaissant que les débats seraient vraisemblablement « vigoureux » sur le fond du programme que les démocrates adopteront à la convention d'investiture de Philadelphie, du 25 au 28 juillet. Afin d'unifier le parti, envisage-t-elle de nommer son rival colistier ? « Je ne répondrai pas à cette question. Bien essayé », a-t-elle dit.

Il reste quatre journées de primaires au calendrier démocrate, jusqu'au 14 juin, mais un tournant devrait être franchi le 7 juin, quand la Californie et cinq autres États voteront, avec près de 700 délégués en jeu. Après les scrutins de mardi dernier, Hillary Clinton était à moins de 90 délégués de la majorité requise de 2 383.

«Ces trois dernières semaines, les électeurs de l'Indiana, de Virginie-Occidentale et d'Oregon ont respectueusement contredit Mme Clinton », a répliqué le porte-parole de Bernie Sanders, Michael Briggs. « Il est évident que des millions d'Américains ont de plus en plus de doutes à l'égard de la campagne Clinton. »

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/trump-est-une-menace-pour-la-democratie-hillary-clinton/id-menu-957.html


La marijuana reconnue aux USA comme un produit casher  21/05/2016

La marijuana reconnue aux USA comme un produit casher







Les rabbins orthodoxes de New York ont reconnu la marijuana médicinale comme casher. Le Conseil des Juifs orthodoxes a accordé le premier certificat casher en janvier de l'année dernière.

Le cannabis médicinal est utilisé comme une substance psychotrope pour soulager la condition des patients. Après que la marijuana a été légalisée comme médicament, le marché américain a connu un afflux de divers produits composés de marijuana: des lotions, des onguents, des teintures et même des aliments.

L’industrie de la marijuana médicinale est en plein essor et, selon les experts, en 2016 les revenus issus des ventes de ces produits sur le marché américain augmenteront d’un milliard de dollars, bien qu’ils aient déjà dépassé le seuil des quatre milliards de dollars l'année dernière, selon la banque d'investissement Ackrell Capital.

La concurrence sur ce marché s’aggravent chaque jour, c’est pourquoi les entreprises recourent à tous les moyens possibles pour attirer plus de clients, parmi lesquels il y a aussi des Juifs orthodoxes. Pour gagner ce segment de la population américaine, les fabricants tendent à obtenir le certificat casher (le hekhsher), qui classe leurs produits comme propres à la consommation, annonce Worldreligionnews.

Des rabbins autorisés accordent ces certificats. Pour que le fabricant puisse obtenir le document, il doit inviter les rabbins qui inspectent scrupuleusement son site de production.

Une société de l’Etat de l’Illinois, Cresco Labs, est maintenant en train de faire tout son possible pour obtenir le hekhsher du rabbinat local, car une telle autorisation promet des gains importants à longue terme.

En janvier de l’année dernière, l’Union des Congrégations juives orthodoxes a accordé le premier certificat casher à une autre entreprise, Vireo, qui se spécialise, notamment, dans la production d’huile de cannabis. L’union est l’organisation juive la plus connue et la plus respectée aux Etats-Unis.

Dans le même temps, les entreprises se plaignent de l’inertie du gouvernement fédéral, qui considère toujours la marijuana comme une drogue et, par conséquent, la plupart des banques refusent de travailler avec des fabricants de produits à base de cannabis.

Selon les représentants du Conseil rabbinique de Chicago et de l'Union des Juifs orthodoxes, ces institutions ne certifient que les produits à base de marijuana médicinale et pas ceux destinés à l'usage récréatif.

Du point de vue de la cacherout, ce n’est pas un péché de consommer du cannabis, car il dérive des feuilles de la marijuana, et toutes les feuilles sont casher. Le judaïsme interdit toutefois la consommation de certains produits alimentaires tels que le porc, les insectes, etc.

En conséquence, il est inacceptable que des produits casher soient en contact avec des alimentaires interdits. La cacherout permet de négliger ces règles seulement en cas de nécessité médicale. Par exemple, les Juifs peuvent prendre des médicaments anticancéreux, même si ils sont fabriqués à partir de produits interdits.

https://fr.sputniknews.com/societe/201605211025184473-usa-marijuana-casher/


Rassemblement à Paris contre la firme américaine Monsanto  21/05/2016

Rassemblement à Paris contre la firme américaine Monsanto







Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à Paris contre le géant américain de l'agrochimie Monsanto et pour réclamer l'interdiction des pesticides et des OGM, ont constaté des journalistes de l'AFP.
D'autres marches "citoyennes" du même type étaient prévues dans une quarantaine d'autres villes de France et ailleurs dans le monde.
Parmi les banderoles déployées dans le cortège parisien, on pouvait lire "Mansonto entreprise criminelle".
"Monsanto est la caricature des multinationales prédatrices", a dénoncé Benjamin Sourice, porte-parole des Engraineurs, un des collectifs à l'origine de la manifestation dans la capitale française.
Encadré d'une présence policière discrète, le défilé s'est déroulé dans une ambiance plutôt bon enfant, contrastant avec les violences qui ont émaillé depuis deux mois les manifestations en France contre une réforme du droit du travail.
Les "marches contre Monsanto" surviennent quelques jours après l'ajournement par l'Union européenne de sa décision sur le renouvellement d'autorisation du glyphosate, une substance controversée utilisée notamment dans l'herbicide Round Up, produit par le groupe américain.

Plus de 4000 personnes contre Monsanto à Bâle et Morges (VD)

Près 3000 personnes à Bâle et 1200 à Morges ont marché dans les rues samedi pour soutenir une agriculture durable et demander la fin du "diktat" de multinationales de l'agrochimie. Aucun incident n'est à déplorer dans les deux villes.

Cette marche "pacifique et citoyenne" était organisée par les groupes bénévoles vaudois et genevois de Greenpeace, avec le soutien d'Attac, de Stop OGM et de PAN Swiss, ont-ils indiqué dans un communiqué. De nombreuses associations et partis politiques, tels que le WWF, Uniterre ou solidaritéS avaient également lancé un appel à participer.

La diversité du public a frappé les observateurs. De nombreuses familles ont fait le déplacement, ainsi que des agriculteurs qui se sont joints aux consommateurs.
(ats / 21.05.2016 19h12)

http://www.lorientlejour.com/article/987181/rassemblement-a-paris-contre-la-firme-americaine-monsanto.html
http://www.romandie.com/news/Plus-de-4000-personnes-contre-Monsanto-a-Bale-et-Morges-VD/705209.rom


Nord: nouveaux blocages des dépôts de carburant  21/05/2016

Nord: nouveaux blocages des dépôts de carburant








Lille - Quatre dépôts de carburant, dans le Dunkerquois et le Valenciennois, étaient à nouveau bloqués ou fermés samedi matin en raison d'un mouvement de protestation de manifestants demandant le retrait de la loi travail, a-t-on appris de sources concordantes.

Les rangs continuent de grossir, le blocage continue, on est là jusqu'à au moins lundi. On attend les forces de l'ordre ou le retrait de la loi El Khomri, a déclaré à l'AFP Willy Dans, porte-parole du syndicat Sud dans le Valenciennois, au sujet du blocage du site de Douchy-les-Mines. Selon lui, une cinquantaine de manifestants sont présents sur les lieux.

Selon la préfecture du Nord, deux dépôts de carburant dunkerquois étaient à nouveau bloqués samedi, tandis qu'un troisième, celui de Mardyck, était fermé. Vendredi soir, les services de l'Etat avaient indiqué que les trois dépôts de carburant du Dunkerquois avaient été débloqués.

Pour faire face à la pénurie de pétrole, le préfet du Nord Michel Lalande avait pris vendredi un arrêté d'application immédiate sur l'ensemble du territoire du département du Nord portant interdiction de vendre, d'acheter, de distribuer ou encore de transporter du carburant dans tout récipient transportable (jerricans, bidons, etc.).

Dans le Pas-de-Calais, la préfecture avait annoncé vendredi soir réquisitionner temporairement un nombre limité de stations services afin de ravitailler les services prioritaires pour garantir la continuité du service public sur l'ensemble du département.

La CGT du secteur pétrolier a appelé vendredi matin au blocage des raffineries, étape supplémentaire en vue d'obtenir le retrait de la loi travail.


(©AFP / 21 mai 2016 11h56)
http://www.romandie.com/news/Nord-nouveaux-blocages-des-depots-de-carburant/705159.rom


"Si la guerre en Libye n’avait pas eu lieu, Boko Haram n’aurait pas existé"  21/05/2016

"Si la guerre en Libye n’avait pas eu lieu, Boko Haram n’aurait pas existé"








L’ambassadeur d’Algérie au Cameroun, Merzak Bedjaoui, a dit tout haut ce que pensent les décideurs algériens en général et les diplomates en particulier.

En effet, le diplomate algérien, qui était l’invité du Café politique du club des journalistes politiques du Cameroun, a, avec beaucoup de franchise, dénoncé l’ordre mondial gouvernant ainsi que la politique de la France qui a agressé militairement la Libye ce qui a engendré une déstabilisation de la région et une extension du terrorisme.

« Si la guerre en Libye n’avait pas eu lieu, Boko Haram n’aurait pas existé » a soutenu le diplomate algérien. Autrement dit, c’est l’intervention militaire occidentale et française en particulier de Nicolas Sarkozy qui a donné naissance au groupe extrémiste Boko Haram.

Parlant de l’Algérie et de sa lutte contre ce phénomène, l’ambassadeur souligne que « L’Algérie a fermement combattu le terrorisme à travers la déradicalisation. Elle est très importante. L’Algérie a eu une attitude claire dès le début. Certains pouvoirs étrangers ont mis la pression sur l’Algérie, mais elle a refusé d’effectuer tout paiement » (de rançons NDLR).

Pour Merzak Bedjaoui, ce sont ces différentes rançons versées qui financent l’expansion du terrorisme, la raison pour laquelle l’Algérie a suggéré à l’ONU de criminaliser le paiement desdites rançons ajoute le diplomate.

Revenant sur la politique de la France en Afrique, l’ambassadeur soutient que l’ancienne puissance coloniale met tout en œuvre pour maintenir le continent, en particulier l’Algérie, sous son joug colonial. «Ça n’a jamais été simple. L’Algérie n’a pas besoin de ce pays (la France, NDLR); c’est ce pays qui a besoin de l’Algérie. »

Interrogé sur les problèmes de santé de chefs d’États africains relayés par les médias occidentaux, Merzak Bedjaoui martèle qu’on « ne dirige pas un pays avec les pieds, mais avec sa tête ». N’écoutez pas ce qui est propagé à grands renforts par les pays étrangers. En Allemagne, le ministre de l’Économie est sur un fauteuil roulant ; aux États-Unis, Roosevelt qui a fait quatre mandats avait des soucis de santé, il en est de même de l’ancien Président d’un pays dont je ne vais pas citer le nom ici. À notre sens, Jacques Chirac a fait deux mandats et « menti » sur sa santé. Mais quand c’est chez nous, ils montrent que c’est un drame » a-t-il fait valoir.

Dans le même ordre d’idées, il soutient que l’ordre mondial en place n’est pas propice au développement des pays africains. «L’Algérie a proposé un nouvel ordre international parce qu’il ne faut pas se leurrer il y a un ordre international qui autorise ou pas le développement. Le prix du pétrole est fixé ailleurs. Dès lors, comment maîtriser le budget ?», se demande t-il.

L’Algérie, poursuit l’ambassadeur Merzak Bedjaoui, a échappé au « diktat » des bailleurs de fonds. « L’Algérie avait une dette de 44 milliards de dollars, au taux d’intérêt de 17%. Elle a remboursé par anticipation 116 milliards de dollars. Cela n’a pas été facile, car les pays prêteurs refusaient d’être remboursés. Mais, cela a permis à l’Algérie d’accumuler des réserves de change suffisantes qui évitent au pays de s’endetter sur le marché international. »

http://www.algerie1.com/actualite/m-bedjaoui-ambassadeur-si-la-guerre-en-libye-navait-pas-eu-lieu-boko-haram-naurait-pas-existe/


Fronde sociale en France: rationnement des carburants dans l'Ouest  20/05/2016

Fronde sociale en France: rationnement des carburants dans l'Ouest








Des mesures de rationnement des carburants ont été prises vendredi dans l'ouest de la France en raison du blocage de raffineries et de dépôts pétroliers par des opposants à la réforme du droit du travail, ont annoncé les autorités locales.

Les pouvoirs publics ont aussi ordonné la levée par la force des blocus de plusieurs dépôts. A contrario, des arrêts de production ont été votés dans certaines grosses raffineries.
Faute de pouvoir s'approvisionner, de nombreuses stations-service sont à sec depuis jeudi dans plusieurs localités de Normandie, Bretagne et de la région de Nantes, à la pointe de la contestation contre la réforme du droit du travail.

Pour empêcher le "sur-stockage", certaines préfectures, qui représentent l'Etat dans les départements, ont choisi d'interdire la vente de carburants dans des bidons. D'autres ont pris des mesures limitant le volume pouvant être acheté par chaque client.

La plupart des préfectures insistaient toutefois sur l'absence de risque de pénurie à court terme, évoquant un "ralentissement" plutôt qu'une rupture des approvisionnements, dû au blocage des dépôts.
Le secrétaire d'État chargé des Transports, Alain Vidalies, a assuré vendredi qu'il n'y avait "pas de risque de pénurie à court terme" de carburant.

En Bretagne, deux importants dépôts de carburant paralysés depuis le milieu de semaine ont été débloqués par les forces de l'ordre vendredi après-midi près de Rennes et sur le port de Lorient, selon les préfectures locales.
Le personnel d'une importante raffinerie du géant pétrolier Total près de Nantes a en revanche voté la grève des installations pour une semaine.

En Normandie, les forces de l'ordre ont aussi débloqué l'accès à un dépôt de carburant près de Rouen mais une raffinerie Total et une autre de l'américain Exxon Mobil près du Havre restent à l'arrêt, pour cause de grève ou de blocage.

En déplacement dans le sud de la France, le Premier ministre Manuel Valls a affiché "la très grande détermination du gouvernement à faire lever les barrages s'ils persistent".
Il réaffirmé que la réforme du droit du travail, contestée dans la rue depuis plusieurs mois mais passée en force à l'Assemblée nationale la semaine dernière faute de majorité, irait "jusqu'au bout, personne ne peut en douter".

Le président socialiste François Hollande a déjà assuré mardi qu'il ne renoncerait pas à sa réforme, qui a pour objectif d'assouplir le marché du travail pour lutter contre un chômage endémique avoisinant 10% de la population active.
Pour ses détracteurs, le texte est trop libéral et risque de renforcer la précarité des salariés. Depuis début mars, les opposants à cette réforme multiplient les journées de grèves et de manifestations, qui ont été émaillées de violences.

http://www.lorientlejour.com/article/987051/fronde-sociale-en-france-rationnement-des-carburants-dans-louest.html


Israël: Yehuda Glick, un rabbin nationaliste, bientôt au Parlement  20/05/2016

Israël: Yehuda Glick, un rabbin nationaliste, bientôt au Parlement







La démission vendredi en Israël de Moshe Yaalon de son poste de ministre de la Défense et de député a ouvert la voie du Parlement au nationaliste religieux Yehuda Glick, qui milite pour que les juifs soient autorisés à prier sur l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem.

Yehuda Glick, un Israélo-américain âgé de 50 ans, est le premier sur la liste du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, pour intégrer la Knesset en cas de décès ou de démission d'un député du parti.
M. Glick, qui a immigré avec sa famille en Israël, est la figure la plus connue de la revendication de certains juifs qui réclament le droit à prier sur l'esplanade des Mosquées. Cette revendication est une source de tensions majeure avec les musulmans palestiniens.

Située à Jérusalem-Est, l'esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'islam. Elle est aussi le site le plus sacré pour les juifs, qui la révèrent comme le mont du Temple, là où se dressait le second temple juif détruit par les Romains en 70.
Les juifs y ont le droit de visite, mais le culte est ouvert seulement aux musulmans.

En octobre 2014, Yehuda Glick avait été blessé par balles par un Palestinien et avait échappé de peu à la mort. La police avait abattu son assaillant présumé le lendemain.
En mars dernier, il s'était rendu sur l'esplanade des Mosquées pour la première fois depuis la tentative d'assassinat.
Il ne sera toutefois pas autorisé à visiter le site une fois député, M. Netanyahu ayant interdit aux membres du Parlement de s'y rendre pour éviter les tensions.

Vendredi, M. Glick a affirmé aux médias israéliens qu'il respecterait la loi. "Avec mon entrée en politique, je suis membre d'une équipe et non un individu", a-t-il déclaré.
Un tribunal a récemment acquitté Yehuda Glick de la charge d'avoir agressé une Palestinienne.

http://www.lorientlejour.com/article/987048/israel-yehuda-glick-un-rabbin-nationaliste-bientot-au-parlement.html


«Au bûcher !» : un portrait de François Hollande brûlé lors d’une manifestation à Albi  20/05/2016

«Au bûcher !» : un portrait de François Hollande brûlé lors d’une manifestation à Albi








La colère des manifestants albigeois contre la loi travail s'est exprimée par l'incendie d'effigies du président François Hollande, des ministres Emmanuel Macron et Manuel Valls, ainsi que du président du MEDEF Pierre Gattaz.

La mobilisation contre la loi portée par la ministre du Travail, Myriam El Khomri, ne faiblit pas. Elle a même pris une tournure moyenâgeuse dans la ville d’Albi.

La démarche des manifestants, qui faisait référence à l’hommage rendu à Jeanne d’Arc le 8 mai dernier par le ministre de l’Economie, pourrait être considérée comme ayant un caractère délictuel si le président de la République décidait d'en poursuivre les auteurs pour outrage, selon un juriste cité par France 3 Midi-Pyrénées.

Ce geste a embrasé les réseaux sociaux, et notamment Twitter, où de nombreux internautes ont salué l'initiative des manifestants qui avaient précédemment investi les locaux du Conseil départemental du Tarn. L'utilisation du 49.3, promue par Manuel Valls pour faire passer le texte de la loi travail à l'Assemblée, n'a effectivement pas fait retomber l'ardeur de la contestation contre ce projet de loi, qui continue de mobiliser une multitude d'acteurs sociaux français.

Au moins 128 000 personnes ont manifesté hier dans toute la France selon le décompte des autorités. Ils étaient 13 000 à 14 000 à Paris. De son côté, la CGT a recensé près de 400 000 participants, dont 100 000 dans les rues de la capitale. Cette journée de mobilisation a entraîné 171 défilés et rassemblements, ainsi que 73 barrages routiers, selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet.

https://francais.rt.com/france/20935--bucher---portrait-hollande


Implosion du groupe écologiste à l'Assemblée, six députés rallient les socialistes  20/05/2016

Implosion du groupe écologiste à l'Assemblée, six députés rallient les socialistes






Conclusion à l'Assemblée d'une crise initiée en 2014 : le groupe écologiste a cessé, jeudi 18 mai, d'exister sous sa forme actuelle. Les députés pro-gouvernement actent le divorce d'avec leurs collègues de l'opposition et rejoignent les socialistes.

Après des mois de déchirements entre écologistes et une vague de départs du mouvement Europe-Ecologie-Les-Verts (EELV), six députés autoproclamés «réformistes», dont François de Rugy, ont annoncé qu'ils quittaient le groupe vert pour rejoindre le PS.

Faute de membres (il n'en reste que dix sur les 15 requis), la disparition du groupe écologiste dans sa forme actuelle est de facto acquise. Une situation inédite en pleine législature dans l'histoire de la Ve République, selon une source parlementaire.

Pour se justifier, les députés sécessionistes ont mis en avant une «dérive sectaire» d'Europe-Ecologie-Les-Verts, mais aussi l'affaire Denis Baupin, le «drame» des accusations de harcèlement et agression sexuelle étant selon eux la source d'un «coup de force» sur la présidence du groupe de la part de l'autre tendance.

A environ un an des élections présidentielle et législatives, ces élus plaident aussi pour «la nécessité impérieuse d'engager un rassemblement des forces de progrès face au danger de la montée de l'extrême droite». Et de lancer que «cultiver les divisions de la gauche» serait «une faute».

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a salué sur Twitter «une belle alliance !», dans une allusion à son chantier de «Belle alliance populaire». Le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux s'est «réjoui» d'un ralliement permettant «d'afficher la diversité de ce qu'est la gauche aujourd'hui».

Les députés écologistes rejoignant le groupe rebaptisé «socialiste, écologiste, républicain» et formant une composante «libre de ses positions» seront pilotés par Véronique Massonneau. Il s'agit d'Eric Alauzet, Christophe Cavard, François-Michel Lambert, Paul Molac, et François de Rugy, dont la nomination comme vice-président de l'Assemblée n'est pas remise en cause.

Leur décision a des airs d'épilogue, les écologistes ayant été profondément divisés depuis le refus de Cécile Duflot et Pascal Canfin de participer au gouvernement de Manuel Valls, formé en avril 2014. Les parlementaires Barbara Pompili et Jean-Vincent Placé avaient intégré le gouvernement en février, en compagnie de l'ex-secrétaire nationale d'EELV Emmanuelle Cosse.

«Victimes collatérales»

«Enfin, les choses sont claires», a réagi Noël Mamère, tenant de la ligne critique, tout en déplorant «un immense gâchis» et que «ce premier groupe écologiste dans l'histoire de la République n'a pas échappé à la grave crise morale et politique qui frappe toute la gauche».

«Etre "responsable et pragmatique", c'est tout faire pour se faire réélire, quitte à faire tomber le groupe écologiste. Pathétique», a lâché sur Twitter Julien Bayou, porte-parole d'EELV.

Reste à savoir si les écologistes contestataires pourront réussir - en incorporant des élus non-inscrits voire certains socialistes «frondeurs» - à conserver un groupe, ce qui octroie plus de moyens (temps de parole, postes en commissions, dotation de fonctionnement pour des collaborateurs, etc).

«Le coup est dur», reconnaît-on dans les rangs des écologistes restants. Mais, a assuré une élue, «on va tout faire pour» garder un groupe, car «s'il y a des vendus au gouvernement, il y a des déçus du groupe socialiste». «Nous sommes des victimes collatérales», a-t-elle estimé, expliquant que le PS ne pouvait chasser les contestataires de la loi travail ayant co-signé un projet de censure «des gauches», il fallait faire exploser le parti.

Mais un ralliement de «frondeurs» n'est pas acquis. «Pas notre état d'esprit», dit l'un d'entre eux, même si «certains peuvent être tentés», selon un autre. Côté non-inscrits, l'ex-PS Pouria Amirshahi est «pour créer un groupe parlementaire nouveau», mais cela «prend plus de temps qu'un après-midi».

Chef de file du Front de gauche à l'Assemblée, André Chassaigne a déclaré que sa porte restait ouverte si les écologistes ne parvenaient pas à maintenir un groupe, mais qu'il n'avait pas été contacté.

https://francais.rt.com/france/20938-implosion-groupe-ecologiste-lassemblee-partie


Plus de 30 000 personnes bloquées à Ghaza, au point de passage de Rafah (ONU)  20/05/2016

Plus de 30 000 personnes bloquées à Ghaza, au point de passage de Rafah (ONU)







Trente mille (30 000) personnes dont 9 500 malades et 2 700 étudiants sont bloquées à Ghaza, au point de passage de Rafah, a indiqué le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Le bureau a précisé, dans un rapport publié jeudi, que les autorités égyptiennes « ont ouvert le passage de Rafah mercredi dernier exceptionnellement pour deux jours après une fermeture de 85 jours, la plus longue depuis 2007″.

Selon le bureau onusien, 739 palestiniens avaient été autorisés à sortir de Ghaza alors que 1 220 avaient été refoulés, ajoutant que plus de 30 000 personnes dont 9500 cas humanitaires et 2 700 étudiants attendent de passer la frontière.

Les autorités égyptiennes ont de nouveau fermé le poste frontière de Rafah vendredi dernier après sa réouverture pour deux jours pour la sortie des cas humanitaires notamment.

Le mouvement Hamas avait appelé les autorités égyptiennes à tenir compte des conditions humanitaires difficiles à Ghaza et à ouvrir en urgence le passage de Rafah.

Reliant la bande de Ghaza à l’Egypte, le point de passage de Rafah est fermé quasi-totalement depuis juillet 2013 pour des raisons « sécuritaires ».


http://www.algerie1.com/flash-dactu/plus-de-30-000-personnes-bloquees-a-ghaza-au-point-de-passage-de-rafah-onu/


Pèlerinage: un religieux saoudien lance une pique à l'Iran  20/05/2016

Pèlerinage: un religieux saoudien lance une pique à l'Iran









Un haut responsable religieux saoudien a mis en garde vendredi contre ceux qui voudraient exploiter le pèlerinage à La Mecque à des fins "politiques" dans une apparente référence à l'Iran, grand rival régional du royaume.

Dans des propos publiés par l'agence de presse saoudienne SPA, cheikh Saleh ben Abdallah ben Hamid a accusé des "agresseurs" d'essayer d'exploiter le pèlerinage pour détourner l'attention "de la souffrance" dans leur propre pays.

"Ils veulent tirer un profit politique (...) du rassemblement des musulmans et des lieux saints pour faire des dégâts et provoquer le chaos", a déclaré l'imam au cours de son sermon hebdomadaire à la Grande Mosquée de La Mecque.
"Cela conduit à des divisions et sème la discorde", a ajouté cheikh Saleh ben Abdallah ben Hamid, présenté sur son site internet comme conseiller à la cour royale saoudienne.
"Quand les musulmans se rendent dans ce pays en tant que pèlerins, ils (...) reconnaissent que les terres saintes ne sont pas des endroits pour régler leurs comptes", a-t-il ajouté.

L'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite, qui sont à couteaux tirés depuis des années en raison de différends sur plusieurs dossiers --notamment sur le conflit syrien--, ont rompu leurs relations diplomatiques le 3 janvier.
Les deux pays avaient notamment connu une crise en septembre 2015 lorsqu'une gigantesque bousculade lors du pèlerinage de La Mecque avait fait près de 2.300 morts, dont plus de 450 Iraniens. Téhéran avait alors dénoncé l'"incompétence" de Riyad.

Le 12 mai, Téhéran avait affirmé que les pèlerins iraniens ne pourraient pas accomplir le hajj en septembre faute d'accord avec Riyad.
Des pourparlers s'étaient tenus en avril en Arabie saoudite entre Saoudiens et Iraniens pour fixer les conditions de l'organisation du pèlerinage mais étaient restés infructueux.

http://www.lorientlejour.com/article/987043/pelerinage-un-religieux-saoudien-lance-une-pique-a-liran.html


Moscou propose aux USA des frappes communes contre Al-Nosra en Syrie  20/05/2016

Moscou propose aux USA des frappes communes contre Al-Nosra en Syrie








Les autorités russes proposent aux Etats-Unis et aux membres de la coalition internationale mise en place contre l'organisation Etat islamique de mener des frappes aériennes contre le Front al Nosra, émanation d'el-Qaëda en Syrie, et d'autres forces qui ne respectent pas le cessez-le-feu.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a précisé vendredi que ce projet avait été exposé à des responsables militaires américains à Amman.

Moscou, qui se réserve le droit de frapper unilatéralement les groupes ne respectant pas le cessez-le-feu, propose que ces frappes conjointes débutent dès le 25 mai, a ajouté le ministre.

Seraient également visés les convois acheminant des armes vers les combattants, y compris via la frontière turque.

Syrie: le Pentagone écarte des frappes communes avec la Russie



Le Pentagone a écarté la proposition de frappes communes en Syrie faite par Moscou vendredi, soulignant que les Etats-Unis ne collaboraient pas militairement avec les Russes en Syrie.

"Nous ne collaborons pas et nous ne nous coordonnons pas avec les Russes" sur les opérations militaires en Syrie, a indiqué un porte-parole du Pentagone, le capitaine de vaisseau Jeff Davis.

Le but des opérations militaires russes et américaines n'est pas le même, a expliqué le porte-parole américain.

"Les opérations russes consistent à soutenir et appuyer le régime d'Assad et nous nous concentrons uniquement sur la défaite du groupe Etat islamique", a-t-il dit.

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a indiqué vendredi que la Russie proposait aux Etats-Unis et à la coalition internationale menée par Washington d'effectuer des frappes aériennes ensemble à partir du 25 mai contre des "groupes terroristes" actifs en Syrie.

Il s'agit de viser notamment le Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda et les groupes armés illégaux qui ne soutiennent pas le cessez-le-feu instauré en Syrie, a déclaré le ministre en direct à la télévision publique.

La Russie et les Etats-Unis se sont engagés début mai à "redoubler d'efforts" pour aboutir à un règlement politique du conflit syrien et étendre le cessez-le-feu sur tout le territoire syrien.

Moscou et Washington, qui co-président le groupe de soutien international à la Syrie (GISS, 17 pays), pilotent le dossier et le contrôle du cessez-le-feu, instauré sous leur impulsion le 27 février et globalement respecté.

Les groupes jihadistes comme l'Etat islamique (EI) sont toutefois exclus de la trêve décrétée en Syrie afin de favoriser des pourparlers entre le régime de Damas et les rebelles pour mettre fin à un conflit complexe qui dure depuis cinq ans et a fait plus de 270.000 morts.

Vendredi, le porte-parole américain a précisé que Moscou n'avait pas fait de proposition formelle à Washington sur ces frappes communes.

"Je n'ai vu que les mêmes articles de presse que vous, rien de formel ne nous a été présenté", a-t-il déclaré.


http://www.lorientlejour.com/article/987005/moscou-propose-aux-usa-des-frappes-communes-contre-al-nosra-en-syrie.html
http://www.lorientlejour.com/article/987025/syrie-le-pentagone-ecarte-des-frappes-communes-avec-la-russie.html


Turquie : le Parlement approuve la levée de l'immunité des députés  20/05/2016

Turquie : le Parlement approuve la levée de l'immunité des députés






Le Parlement turc a largement approuvé vendredi un projet de réforme controversé pour lever l'immunité des députés visés par des procédures judiciaires, le principal parti prokurde y voyant une manoeuvre du gouvernement pour évincer ses élus.

Le texte a recueilli 376 voix favorables lors d'un vote à bulletin secret, a annoncé le président du Parlement Ismail Kahraman, soit plus que les deux tiers (367) requis pour une adoption directe, sans passer par un référendum. Cela ouvre la voie à des poursuites contre 138 députés, dont 50 du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde).

Peu avant l'annonce du résultat, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait évoqué "un vote historique" sur cette réforme contestée qui a donné lieu à des rixes lors de son examen en commission parlementaire.
"Mon peuple ne veut pas voir dans ce Parlement des députés qui ont commis des crimes", a-t-il dit à Rize (nord-est), "et surtout pas ceux qui soutiennent l'organisation terroriste séparatiste", expression désignant le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Le Parti démocratique des peuples (HDP), le principal parti prokurde, dont 50 députés sur les 59 qu'il compte au Parlement sont actuellement exposés à des poursuites judiciaires sans leur immunité, voit dans ce projet une manoeuvre du gouvernement pour évincer ses élus.

Un affaiblissement du HDP pourrait bouleverser l'équilibre des puissances au Parlement en faveur de la formation au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP), en plein débat sur la présidentialisation du régime voulue par M. Erdogan, accusé par ses détracteurs de dérive autoritaire.

Après les résultats initiaux vendredi, Berlin a exprimé sa préoccupation sur la "polarisation du débat de politique intérieur" et indiqué que la chancelière allemande Angela Merkel évoquerait l'état de la démocratie avec M. Erdogan lundi à Istanbul, où se tiendra le premier Sommet humanitaire mondial.

http://www.lorientlejour.com/article/987002/turquie-le-parlement-approuve-la-levee-de-limmunite-des-deputes-medias.html


QUI VEUT PAYER 30 EUROS AU CRIF POUR ÉCOUTER MALEK BOUTIH ?  20/05/2016

QUI VEUT PAYER 30 EUROS AU CRIF POUR ÉCOUTER MALEK BOUTIH ?
QUI VEUT PAYER 30 EUROS AU CRIF POUR ÉCOUTER MALEK BOUTIH ?
Jeudi 19 mai, l'association "Les Amis du Crif" organisera une "conférence-débat" avec Malek Boutih, député PS de l'Essonne.
Tarif pour y assister : 30 euros {http://panamza.com/bmw}.
Interviewer : Laurent Joffrin, directeur de rédaction du quotidien Libération (journal possédé par le milliardaire israélien Patrick Drahi), défenseur extrémiste de la version officielle du 11-Septembre et promoteur de l'image d'Israël, présenté -durant l'invasion de Gaza en 2008- comme un pays "moralement supérieur" {http://panamza.com/bmx; http://panamza.com/bmy}.
Rappel : Malek Boutih -qui aime poser torse nu (à gauche de l'image, portrait paru dans Libération en 2003; à droite, autoportrait de 2013 en soutien aux Femen)- est un adepte de l'amalgame "antisémitisme=antisionisme" {http://panamza.com/2502}.
Relais parlementaire et médiatique du clan Valls, ancien président de SOS Racisme et ex-disciple du sioniste radical Julien Dray, Malek Boutih avait également saisi l'opportunité des attentats du 13 novembre pour fustiger -trois jours seulement plus tard, sur France Inter, au micro de Patrick Cohen- le port du voile {http://panamza.com/bmv}.
Le 1er novembre 2015, Malek Boutih était l'invité de la 6ème convention nationale du Crif -organisée par l'islamophobe Roger Cukierman- au cours de laquelle il avait rendu hommage à l'Union des étudiants juifs de France, organisation ultra-sioniste et communautariste, pour avoir contribué à le former {https://youtu.be/1-a8Q-64j4E; http://panamza.com/uejf}.
***SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ! http://www.panamza.com/urgent***


MAFIA FRANCO-ISRAÉLIENNE DU CO2 : ARNAUD MIMRAN DÉCLARE AVOIR DONNÉ "1 MILLION D'EUROS" À NETANYAHOU.  20/05/2016

MAFIA FRANCO-ISRAÉLIENNE DU CO2 : ARNAUD MIMRAN DÉCLARE AVOIR DONNÉ "1 MILLION D'EUROS" À NETANYAHOU.
MAFIA FRANCO-ISRAÉLIENNE DU CO2 : ARNAUD MIMRAN DÉCLARE AVOIR DONNÉ "1 MILLION D'EUROS" À NETANYAHOU.
Jeudi 19 mai, le site du quotidien israélien Haaretz a rapporté la déclaration tenue aujourd'hui au tribunal correctionnel de Paris par Arnaud Mimran (à droite de l'image, avec Meyer Habib), l'un des principaux protagonistes de "l'escroquerie du siècle" : une vaste fraude présumée à la taxe carbone portant sur 283 millions d'euros de TVA détournés.
Interrogé sur son cercle relationnel et ses soutiens, Mimran a révélé aujourd'hui au juge avoir donné "environ 1 millions d'euros" à Benyamin Netanyahou pour une campagne électorale, au début des années 2000.
La loi électorale israélienne interdit formellement pour un candidat tout don individuel supérieur à 10 000 euros environ.
{SOURCES : http://panamza.com/bne; http://panamza.com/bnf; http://panamza.com/bng}.
***SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ! http://www.panamza.com/urgent***


Israël: l'ultranationaliste Lieberman bientôt ministre de la Défense  20/05/2016

Avigdor Lieberman, connu pour ses provocations verbales, succédera à Moshe Yaalon au poste de ministre israélien de la Défense.
Le ministre en fonction a annoncé vendredi qu'il démissionnait du gouvernement et remettait son mandat de député.
 
"J'ai informé le premier ministre (Benjamin Netanyahou, ndlr) que suite à son attitude de ces derniers jours et au vu du manque de confiance que j'ai envers lui j'ai décidé de démissionner et de faire une pause dans ma vie politique pour un délai indéterminé", a déclaré M.Yaalon.  
A son poste, l'ex-chef d'état-major de Tsahal sera remplacé par le leader du parti d'extrême droite "Israël Beiténou" Avigdor Lieberman, russophone natif de Moldavie et immigré en 1978.
A 57 ans, sans aucun passé miliaire, il aura désormais la main sur l'armée, les Territoires occupés, ainsi que sur la coordination sécuritaire avec Washington, l'Otan et l'Autorité palestinienne.
 
Par le passé, M.Lieberman a déjà occupé des fonctions prestigieuses comme celles de ministre des Affaires étrangères ou encore de vice-premier ministre. Il est également connu pour ses déclarations souvent provocatrices visant notamment les Arabes israéliens, l'Iran ou bien l'Egypte, sans parler des Palestiniens.  
Les médias occidentaux rappellent que M.Lieberman a à de nombreuses reprises menacé de bombarder "Téhéran et Assouan", le barrage égyptien stratégique.
Il plaide en outre pour la peine de mort pour punir les terroristes et menace régulièrement les dirigeants du Hamas d'élimination ciblée. Les Arabes israéliens sont pour lui des "collaborateurs" ou encore une "cinquième colonne", ce qui leur confère, à son avis, le statut d'ennemi intérieur.

https://fr.sputniknews.com/


La police allemande met en garde contre de possibles attaques terroristes pendant le championnat d'Europe de football  20/05/2016

La police allemande met en garde contre de possibles attaques terroristes pendant le championnat d'Europe de football







L'Office fédéral de la Police criminelle (BKA) allemand a mis en garde contre de possibles attaques terroristes au cours du championnat d'Europe de football 2016, qui s'ouvrira en France dans environ trois semaines, a rapporté jeudi le journal allemand Bild.

La France est depuis longtemps une cible privilégiée pour les terroristes, "notamment en raison de son histoire coloniale en Afrique du Nord, de son intervention militaire au Mali et de son soutien militaire dans la lutte contre le soi-disant Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie", a déclaré le journal, citant un rapport du BKA.

Le match d'ouverture entre la France et la Roumanie, le 10 juin, ainsi que la finale au Stade de France, seront des moments particulièrement risqués, souligne le BKA, ajoutant que les terroristes privilégiaient les cibles "symboliques" et "vulnérables" susceptibles de se traduire par un nombre élevé de victimes et une importante couverture médiatique.

Par ailleurs, les équipes de football elles-mêmes pourraient constituer des cibles potentielles. Une attaque réussie contre les équipes des "Etats croisés", c'est-à-dire les nations occidentales de culture chrétienne, aurait en effet un impact symbolique très fort, selon le rapport.

Jeudi, le Parlement français a approuvé une prolongation de plus de deux mois de l'état d'urgence, soit jusqu'au 26 juillet, afin de garantir une sécurité maximale pendant les grands événements sportifs de l'été.

Le président français François Hollande a déclaré l'état d'urgence à travers tout le pays le 14 novembre 2015, au lendemain des attaques meurtrières commises à Paris.

http://french.cri.cn/621/2016/05/20/562s479891.htm


Un club de rugby français dégrade un hôtel après une défaite  20/05/2016

L'hôtel Best Western de Vannes a essuyé la défaite des joueurs de Massy face au club local.
Leur colère des rugbymen semble avoir dépassé les limites de la décence. Les choses ont dégénéré dans la nuit de samedi à dimanche et notamment au petit matin, raconte le directeur de l'établissement Marc Neige.
Selon lui, au total, quatorze chambres de l'hôtel, noté 8,3/10 sur le site internet Booking, ont été dégradées par les joueurs. Au petit-déjeuner, les choses ne se sont guère arrangées.
"Ils ont manqué de respect au personnel de l'établissement jusqu'aux menaces et ont jeté du fromage frais au sol et cassés des assiettes, devant les clients", détaille un employé de l'hôtel cité par Ouest-France.
D'après M.Neige, l'hôtel a l'habitude d'accueillir des sportifs, "et ça ne se passe jamais comme ça".
Le directeur souhaite poursuivre les discussions avec le club d'Essonne pour régler le contentieux. "D'autant plus qu'ils n'ont pas réglé la moitié des chambres. Il reste une ardoise de 3.700 €", a-t-il souligné.
Contacté, le président de l'association Rugby Club Massy Vincent Dupond a dit "tomber des nues en apprenant cela". "J'ai quitté l'hôtel vers 9 h et on ne m'a rien dit", explique-t-il.
L'entraîneur, Stéphane Gonin a pour sa part reconnu avoir eu "échos d'assiettes cassées au petit-déjeuner", mais "rien d'autre". "Pour ce qui est de la note, on nous avait dit que la facture serait envoyée directement au club".

https://fr.sputniknews.com/


EgyptAir dément la découverte de débris du vol MS804, évoquant une erreur de traduction  20/05/2016

EgyptAir dément la découverte de débris du vol MS804, évoquant une erreur de traduction







Une erreur de traduction dans le communiqué de presse d'EgyptAir concernant la découverte de débris du vol disparu MS804 a entraîné une confusion, a confié jeudi à Xinhua une source au sein d'EgyptAir.

Cette source ayant requis l'anonymat a précisé que la version arabe du communiqué évoquant "la possibilité d'une découverte de morceaux de l'avion disparu" avait été mal traduite sur la page Facebook d'EgyptAir, entraînant une "confusion".

La compagnie égyptienne "n'a jamais confirmé la découverte d'une épave", a-t-on ajouté. "Dans la version arabe, nous avons seulement évoqué la possibilité que des objets retrouvés appartiennent à l'appareil".

Un peu plus tôt dans la journée, EgyptAir avait indiqué que le ministère égyptien des Affaires étrangères avait confirmé à celui de l'Aviation civile que des débris de l'A320 disparu avaient été retrouvés près de l'île grecque de Karpathos.

Mais ces informations ont été rapidement démenties par des responsables grecs qui ont précisé que les objets découverts lors des opérations de recherches n'étaient pas liés à l'appareil égyptien.

EgyptAir a annoncé que l'A320 s'est évanoui des écrans radar 16km après être entré dans l'espace aérien égyptien, jeudi à 2h45 heure locale (0h45 GMT). L'appareil reliant Paris au Caire transportait 66 personnes, dont 30 Egyptiens, 15 Français, deux Irakiens, un Algérien, un Belge, un Britannique, un Canadien, un Koweïtien, un Portugais, un Saoudien, un Soudanais et un Tchadien.

http://french.cri.cn/621/2016/05/20/562s479915.htm


Un homme d'affaire français aurait versé 1 million d'euros pour la campagne de Netanyahou  19/05/2016

Un homme d'affaire français aurait versé 1 million d'euros pour la campagne de Netanyahou







L'homme d’affaire Arnaud Mimran, soupçonné d’avoir détourné 283 millions d’euros dans ce qu’on a qualifié de «l’arnaque du siècle», avoue avoir financé la campagne électorale du Premier ministre Israélien à hauteur de 1 million d’euros.

La déclaration du Franco-israélien Mimran est survenue alors qu'il était interrogé en tant que témoin au sujet de ses dépenses à propos de l'affaire. Voilà un témoignage qui pourrait faire des dommages collatéraux jusqu’en Israël, car le hic, c’est que les candidats aux élections ne peuvent y accepter plus d'un maigre 11 480 shekels (2 670 euros) venant d’un seul donneur ! Selon le rapport publié dans Haaretz le mois dernier, Mimran entretiendrait des liens avec Netanyahou depuis plusieurs années.

«D’après plusieurs témoignages concordants, en plus d’avoir défrayé les coûts de vacances pour le Premier ministre et sa famille dans les Alpes et la Riviera française, Mimran a aidé le Likoud (parti du Premier ministre) et prêté au début des années 2000 son appartement de l’avenue Victor-Hugo (Paris XVIe) à Netanyahou», écrit le site internet Mediapart. Le journal Haaretz a aussi publié une photo de 2003, montrant Arnaud Mimran en compagnie de Netanyahou, alors ministre des Finances d’Israël.

En plus de ces dépenses incriminantes pour Netanyahou, Mimran a ajouté avoir signé un chèque pour la campagne électorale de l'homme politique dès 2001. «Je l'ai financé à la hauteur d'environ un million d'euros», a-t-il dit. Les représentants de Netanyahou ont catégoriquement nié ce financement provenant d’un individu suspecté de vol, rapt et séquestration. Pour le public, le verdict semble déjà clair...

Douze personnes et deux sociétés sont jugées à Paris pour avoir détourné ces 283 millions d’euros en jouant sur la TVA des quotas carbone. Arnaud Mimran est considéré par les juges d'instruction comme un des instigateurs de la fraude. L'homme serait aussi impliqué dans une histoire, encore en cours d’instruction, d'enlèvement et de séquestration d’un banquier suisse.

Par ailleurs, son témoignage a aussi révélé au juge que la plupart de ses actifs ne sont pas enregistrés à son nom : «La Rolls Royce est au nom de ma femme, la McLaren est au nom de ma sœur. Seule la Ferrari et la Maserati sont immatriculées à mon nom !» Cette énumération a causé tout un tollé dans la salle d'audience.

https://www.mediapart.fr/journal/international/140416/les-secrets-francais-de-netanyahou
https://francais.rt.com/international/20916-homme-daffaire-francais-netanyahou


1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 2885

Publicité

Brèves



Commentaires