Dossier iranien: la Russie propose toujours de transférer l'enrichissement sur son territoire  06/05/2006


MOSCOU, 6 mai - RIA Novosti. La proposition russe de créer une entreprise conjointe d'enrichissement d'uranium iranien reste valable, a déclaré à la presse le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Kisliak.

"Notre proposition de transférer l'enrichissement sur le territoire russe reste valable. Cependant, il ne s'agit que d'un instrument permettant de restaurer la confiance de l'AIEA et de la communauté internationale envers le programme nucléaire iranien", a dit le diplomate.

"L'initiative russe vise à apporter sa contribution aux efforts européens en vue de parvenir à un compromis. Cette proposition a pour objectif d'arrêter l'enrichissement d'uranium iranien avant de rassurer l'AIEA sur le caractère pacifique du programme nucléaire", a-t-il précisé.


Ria-Novosti

Le Brésil a accédé à la technologie d'enrichissement de l'uranium  06/05/2006



RIO DE JANEIRO, 6 mai - Andréi Kourgouzov, RIA Novosti. Le Brésil a rejoint les rangs des pays possédant leur propre technologie d'enrichissement de l'uranium.

Une cérémonie solennelle a eu lieu vendredi à l'Institut de l'industrie atomique de Resende où le ministre de la recherche et de la technologie a inauguré deux premières centrifugeuses pour enrichir de l'uranium dans des réacteurs nucléaires.

Le centre de production de Resende convertira de l'uranium en combustible nécessaire aux centrales nucléaires Angra-1 et Angra -2. Les centrifugeuses ne produisent que 2% de l'uranium consommé dans le pays. Le Brésil achète le reste à l'étranger en exportant de l'uranium brut qui est enrichi en Europe après un traitement au Canada selon les techniques américaines et françaises.

Les deux centrales nucléaires construites à la fin des années 1980 et au début des années 1890 parviennent à satisfaire 40% des besoins en énergie de l'Etat de Rio de Janeiro et 20% des besoins de toute la région du Sud-Est où sont concentrés 60% du potentiel industriel du Brésil.


Ria-Novosti

Les chefs de diplomatie russe et turc se sont entretenus sur le programme nucléaire iranien  06/05/2006



MOSCOU, 6 mai - RIA Novosti. Les ministres des Affaires étrangères russe et turc, Sergueï Lavrov et Abdullah Gul, se sont entretenus au téléphone sur la situation autour du programme nucléaire iranien, a annoncé samedi le service de presse de la diplomatie russe.

L'entretien a eu lieu la veille sur l'initiative de la partie turque, selon la même source.

Outre les problèmes internationaux actuels, les deux ministres ont abordé les relations bilatérales.


Ria-Novosti

BREVES MONDIALES  06/05/2006



ETATS-UNIS : Le secrétaire d'Etat à la Défense Donald Rumsfeld a été chahuté jeudi 4 mai 2006 lors d'un discours donné à Atlanta dans l'Etat de Géorgie, et retransmis par la chaîne de télévision CNN, par des opposants à la guerre en Irak. L'un d'entre eux, Ray McGovern, ancien analyste de la CIA, l'a accusé "d'avoir menti en justifiant le conflit par la présence d'armes de destruction massive" et d'avoir entraîne "l’Amérique et son peuple dans une guerre qui a eu des conséquences aussi lourdes".
** Porter J. Goss, 67 ans, directeur de la CIA (Central Intelligency Agency, services de renseignements américains), a donné sa démission vendredi 5 mai 2006. Il avait été nommé par le président George W. Bush en septembre 2004 en remplacement de George Tenet mis en cause pour la gestion de la crise soulevée lors de la révélation par la presse de cas de tortures dans la prison irakienne d'Abou Ghraïb ( ! photos choquantes) à Bagdad. Aucune explication n'a été donnée quant aux raisons de cette démission. L'amiral à la retraite Stansfield Turner, chef de la CIA à l'époque de l'administration Carter et favorable à la candidature de John Kerry, avait parlé le 11 août 2004 lors du choix de Porter J. Gross à la tête de la CIA, de "Sale jour pour la CIA" après le choix de Porter Goss le qualifiant de "pire nomination jamais effectuée" à ce poste, et de purement politique. Selon lui "Goss a été désigné uniquement pour aider George Bush à remporter des voix en Floride".


COLOMBIE : L’antenne colombienne du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies a annoncé que "les Nukak Maku, une communauté autochtone de Colombie, risquaient de disparaître. Lors des 20 dernières années, la population a diminué de près de 60 %. À l’heure actuelle, la communauté compte moins de 500 membres, dont la majorité a été déplacée de force de leur domicile. Depuis ses premiers contacts avec des étrangers, en 1988, la population des Nukak a été décimée par la malaria et la grippe. AÀ l’heure actuelle, leurs terres sont occupées par des cultivateurs de coca et les parties au conflit".


NICARAGUA : En grève depuis plus de 6 mois pour demander une hausse de leur salaire, les médecins des hôpitaux publics ont manifesté vendredi 5 mai 2006 à Managua la capitale. Les forces de l'ordre sont intervenues lorsque les manifestants ont pris d'assaut le ministère des finances faisant au moins une cinquantaine de blessés. 100 médecins ont été arrêtés.


ITALIE : Cesare Previti, 70 ans, un proche du chef du gouvernement sortant, Silvio Berlusconi, député et ancien ministre de la Défense dans le premier gouvernement Berlusconi en 1994, a été condamné jeudi 4 mai en appel à 6 ans de prison par la Cour de Cassation de Rome, la plus haute instance judiciaire italienne pour corruption de magistrats. Cesare Previti n'ira pas en prison en raison de son âge, grâce à une disposition d'une des dernières lois du gouvernement Berlusconi dite ex legge Cirielli. Il sera assigné à résidence. ** Les cheminots ont entamé vendredi 5 mai 2006 une grève de 24 heures pour protester contre le licenciement de 6 employés des chemins de fer nationaux italiens (FS, Ferrovie dello Stato) qui avaient dénoncé de graves défaillances dans le système de sécurité du trafic ferroviaire.


SUISSE : Le Haut Commisariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a salué mardi le chef religieux irakien Ali al-Husseini al-Sistani pour les Fatwas (décrets religeux) qu'il faits pour protéger les réfugiés palestiniens en Irak. Selon le HCR, "les réfugiés palestiniens sont arrivés en Irak au cours de trois grandes vagues successives : en 1948, en 1967 et en 1991. Ils ont bénéficié de la protection et de l'aide de l'ancien régime. "Le traitement relativement favorable qu'ils recevaient alors était considéré, par une fraction de la population irakienne, comme une injustice. Il en résulte que les Palestiniens ont été soumis, ces dernières années, à des expulsions, des menaces et du harcèlement. De nombreuses familles palestiniennes ont ainsi quitté Bagdad pour aller à Gaza, en Syrie ou en Jordanie", a expliqué le porte-parole du HCR. Environ 23 000 Palestiniens ont été enregistrés par le HCR à Bagdad après la guerre de 2003. D'autres groupes moins importants et non enregistrés, résident à Mossoul et Bassorah. Le gouvernement irakien estime qu'il y aurait au moins 34 000 Palestiniens en Irak. Le HCR conclut : "La plupart d'entre eux se trouvent dans une situation très précaire". Certains partis irakiens considèrent les Palestiniens, qui sont des Musulmans sunnites, comme des "ennemis".** L'Organisation internationale du Travail (OIT) a publié jeudi 4 mai 2006 à Genève un nouveau rapport sur le travail des enfants dans le monde, intitulé "La fin du travail des enfants : un objectif à notre portée" qui révèle que 218 millions d'enfants sont encore au travail. Le rapport constate que pour la première fois, le nombre d'enfants qui travaillent dans le monde a reculé de 11 % entre 2000 et 2004, passant de 246 millions à 218 millions. L'OIT ajoute "qu'à l'allure actuelle - et si l'élan mondial pour éradiquer le travail des enfants perdure - le travail des enfants dans ses pires formes pourrait être éliminé en 10 ans". Le rapport exhorte tous les Etats membres qui ne l'auraient pas déjà fait, à adopter des mesures assorties de délais d'ici 2008. Selon le rapport, plus de 30 Etats membres de l'OIT ont déjà fixé des objectifs assortis de délais qui visent 2016, parfois même plus tôt, comme date butoir d'abolition des pires formes du travail des enfants.


ROYAUME-UNI : Après la défaite de son parti, le Labour, aux élections régionales qui se sont tenues jeudi 4 mai 2006, le premier ministre britannique Tony Blair, en poste depuis 9 ans, a procédé à un vaste remaniement ministériel. Le ministre de l'intérieur Charles Clarke est remplacé par John Reid, le ministre sortant de la défense. Cette décision intervient à la suite de sa mise en cause pour incompétence après que son ministère ait laissé s'enfuir plus de 1 000 prisonniers étrangers dont l'expulsion aurait dû être envisagée à l'issue de leur peine. Jack Straw quitte le ministère des affaires étrangères pour celui des relations avec les Communes. Margaret Beckett le remplacera au Foreign Office. Le vice-premier ministre John Prescott, qui fait la une de la presse britannique pour sa liaison avec sa secrétaire, reste à son poste mais avec des responsabilités réduites.


INDONESIE : L'ancien dictateur Mohamed Suharto, 84 ans, a été brièvement hospitalisé jeudi 4 mai 2006 à Jakarta la capitale pour une hémorragie interne. Au pouvoir pendant 32 ans, il avait dû démissionner en 1998 sous pression populaire. Inculpé de corruption, il soupçonné d'avoir détourné 600 millions de dollars. Il a échappé à un procès en 2000 en raison de son état jugé incompatible avec une comparution en justice.


TIMOR ESTE : Le Représentant spécial du Secrétaire général pour Timor-Leste, Sukehiro Hasegawa, a indiqué vendredi 5 mai 2006 devant le Conseil de sécurité de l'ONU que ce dernier "doit désormais répondre aux demandes présentées par les autorités timoraises et visant le maintien d'une présence de l'ONU après la clôture du Bureau des Nations Unies au Timor-Leste (BUNITIL)" dont le mandat s'achève le 20 mai 2006, au moins jusqu'aux élections prévues en 2007.


PAKISTAN : Selon le quotidien d'Islamabad, "Daily Times", la porte-parole du bureau des affaires étrangères Tasnim Aslam a indiqué que "le Pakistan envisage aucune action contre 2 organisations caritatives islamiques, le Jama'at-ud Dawa et le groupe Khidmat-e-khalq qui lui est affilié, inscrites la semaine dernière par les Etats-Unis sur la liste des groupes terroristes. Selon Tasnim Aslam, "si le comité des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU désignait une organisation (comme étant un groupe terroriste), alors il y aurait une obligation légale d'entreprendre une action".


AFGHANISTAN : Le Programme alimentaire mondial (PAM) a exhorté dans un communiqué publié jeudi 4 mai 2006 les donateurs à fournir d'urgence des fonds à sa division en Afghanistan, afin de garantir une aide alimentaire à 3,5 millions d'Afghans qui souffrent de la faim. Le PAM a besoin de plus de 50 000 tonnes de nourriture pour maintenir ses activités jusqu'en décembre 2006, ce qui représente un montant de 40 millions de dollars.


ONU/PALESTINE : Dans un communiqué publié vendredi 5 mai 2006, le Directeur de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), John Ging, a indiqué qu’alors qu’il y a 2 semaines, on s’attendait à une crise humanitaire à Gaza, "aujourd’hui, cette crise est à nos portes". John Ging a expliqué que les hôpitaux publics de la bande de Gaza manquaient actuellement de fournitures médicales, et que l’UNRWA avait constaté une forte augmentation du nombre de réfugiés qui se rendent à ses centres afin d’y demander de la nourriture et une aide financière.


PALESTINE : Plusieurs milliers de Palestiniens ont manifesté vendredi 5 mai 2006 en Cisjordanie et dans la bande de Gaza pour protester contre la suspension par les Etats-Unis et l'Union européenne de leur aide directe à l'Autorité Nationale Palestinienne après l'arrivée au pouvoir du Hamas.
CISJORDANIE : L'armée israélienne a ouvert le feu vendredi 5 mai 2006 à Naplouse, lors d'une opération de recherche d'un membre recherché du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), sur un groupe de jeunes Palestiniens qui leur lançaient des pierres. Un Palestinien de 19 ans a été abattu.
ISRAEL : La synagogue de Petah Tikva, dans la banlieue de Tel Aviv, a été profanée jeudi 4 mai 2006 par des vandales qui ont peint des croix gammées sur les murs, les planchers et bancs de l'édifice religieux. Selon la police, il s'agit "de jeunes, peut-être en relation avec quelque groupe néo-nazi". Ces jeunes "marquent leur désapprobation face à l'évacuation des colonies à Gaza" qu'ils considèrent être "des concessions aux Palestiniens". Il n'y a pas de lois en Israël condamnation l'antisémitisme, les législateurs n'ayant jamais imaginé qu'ils pourraient être confrontés à ce problème dans un pays dont 80 % des habitants sont juifs. Seule l'incitation à la haine raciale est réprimée.


SOUDAN : Louise Arbour, Haute Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, a terminé vendredi 5 mai 2006 une visite de 6 jours au Soudan. Elle a indiqué dans un communiqué publié à Khartoum la capitale que "la situation avait empiré dans la mesure où les attaques contre les civils, les raids et les viols se poursuivent, que l'impunité continue de régner et que la Cour pénale internationale (CPI) ne peut toujours pas exercer son mandat". Elle a ajouté : "Les violations des droits de l'homme commises par les membres des services de sécurité du Soudan sont prouvées, notamment les détentions arbitraires et illégales et les tortures". Louise Arbour a également rappelé que les Etats membres de l'ONU s'étaient engagés, lors du sommet mondial de septembre 2006, à protéger les populations civiles contre les génocides, les crimes de crimes, les nettoyages ethnique et les crimes contre l'humanité. "La responsabilité de protéger" revient non seulement à stopper immédiatement les violations mais aussi à prévenir et à poursuivre les responsables" ajoutant : "Quand l'impunité prévaut, la protection reste évasive". La Haute Commissaire s'était déjà rendue au Darfour une première fois en septembre 2004. Selon le Coordonnateur de l'aide humanitaire des Nations Unies, au cours de trois derniers mois, la poursuite des combats au Darfour a entraîné le déplacement supplémentaire de 250 000 personnes dans la région, et le nombre de foyers capable de subvenir à ses propres besoins était tombé de 40 % à 20 %. Ces nouveaux déplacements vont aussi susciter des besoins urgents de financement, à hauteur de 20 millions de dollars.


La citation du jour : "N'être pas écouté, ce n'est pas une raison pour se taire". Victor Hugo - Extrait de "Les Misérables"


fil-info-france.com

Richard Cheney s'est abstenu d'annoncer la 'nouvelle politique' à l'égard de la Russie  05/05/2006



WASHINGTON, 5 mai - Arkadi Orlov, RIA Novosti. Dans son intervention au sommet de Vilnius le vice-président Richard Cheney n'a pas annoncé la "nouvelle politique" des Etats-Unis à l'égard de la Russie, a déclaré aux journalistes à Washington le porte-parole du département d'Etat américain, Sean McCormack.

"Dans son discours il n'a rien dit de neuf et son intervention n'était pas un exposé de la nouvelle politique", a indiqué Sean McCormack, ajoutant que le président George Bush et la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice avaient déjà fait savoir leur "préoccupation par la trajectoire dans laquelle évolue actuellement la Russie".

Le porte-parole du département d'Etat a répondu par la négative aux journalistes américains qui supposaient que le discours critique de Cheney pouvait être une sorte de pression sur la Russie consécutive aux négociations actuelles au Conseil de sécurité de l'ONU sur le projet de résolution relatif à la situation qui s'est créée autour du programme nucléaire de l'Iran.

Le vice-président des Etats-Unis, Richard Cheney, avait pris la parole au sommet des pays baltes et des Etats du Caucase du Sud, réunis à Vilnius, pour critiquer le gouvernement russe sur le terrain de la démocratie. Il avait cependant assuré l'assistance que les Etats-Unis considéraient la Russie comme leur partenaire stratégique.

Ria-Novosti

Un ancien analyste de la CIA accuse publiquement Donald Rumsfeld  05/05/2006

L'ancien analyste de la CIA Ray McGovern a publiquement accusé le chef du Pentagone Donald Rumsfeld d'avoir trompé les Américains avant l'intervention en Irak.

"Pourquoi avez-vous menti dans le but d'entraîner l'Amérique et son peuple dans une guerre qui a eu des conséquences aussi lourdes?" a demandé Ray McGovern au chef du Pentagone, lorsque Donald Rumsfeld prononçait un discours à Atlanta (Georgie). Son intervention a été retransmise par la chaine de télévision CNN.

Donald Rumsfeld a répondu que ni lui, ni Colin Powell, ni le président des Etats-Unis n'avaient menti.

"Ils ont exprimé leur avis honnête au monde. Il s'est avéré qu'il n'y avait pas (en Irak) d'armes de destruction massive", a déclaré Donald Rumsfeld.

"Vous avez affirmé que vous saviez qu'il y en avait", a répliqué Ray McGovern.

Le Secrétaire américain à la Défense a fait remarquer qu'il n'avait rien dit de tel, qu'il ne parlait que de "lieux suspects".

L'échange de répliques entre le ministre et l'ancien analyste n'a rien donné. Pour prouver qu'il avait raison, Donald Rumsfeld a mentionné que les militaires portaient des costumes de protection chimique, ce qui devait être, à son avis, le dernier argument massue dans le débat avec l'analyste et la confirmation qu'il y avait des armes de destruction massive en Irak.


Ria-Novosti

BREVES MONDIALES  05/05/2006


INDONESIE : Le quotidien "Jakarta Post" a annoncé dans son édition du jeudi 4 mai 2006 que "la réunion prévue entre le président indonésien, Susilo Bambang Yudhoyono, et son homologue palestinien, Mahmoud Abbas, en Jordanie, a été annulée en raison de la situation toujours tendue en Palestine". Le président Susilo Bambang Yudhoyono effectue une tournée au Proche-Orient qui le conduira en Arabie saoudite, au Koweït, aux Emirats arabes unis, au Qatar et en Jordanie.


AFGHANISTAN : Le Royaume-Uni a pris jeudi le commandement de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) en Afghanistan dirigée par l'OTAN (Organisation du Traité Atlantique Nord). Le général britannique David Richards a pris formellement le commandement de l'ISAF, succédant ainsi au général italien Mauro del Vecchio.


NEPAL : Après son investiture, mercredi 3 mai 2006 devant le roi Gyanendra, le nouveau gouvernement du Premier ministre Girija Prasad Koirala, a décrété une trêve illimitée avec les rebelles maoistes, en réponse à la trêve de 3 mois à effet immédiat déclarée par les rebelles le jeudi 27 avril 2006.


COREE DU SUD : La police est intervenue jeudi 4 avril 2006 pour déloger des manifestants qui occupaient une école primaire à Pyeongtaek, à environ 70 kilomètres au sud de Séoul, la capitale, pour protester contre l'expansion de la base militaire américaine de Humphreys. Plus de 11 000 soldats et policiers ont été mobilisés pour cette opération. 120 personnes ont été blessées et plus de 400 autres arrêtées. Les manifestants, pour la plupart des agriculteurs, protestaient contre la saisie de leurs terres pour permettre l'extension de la base américaine. La Corée du Sud envisage de développer le camp Humphreys d'ici septembre 2006 pour permettre le redéploiement des forces militaires américaines de Corée du Sud à Peyongtaek. Plus de 29 000 soldats américains sont déployés en Corée du Sud.


TAIWAN : Le président Chen Shui-bian a entamé jeudi 4 mai 2006 une tournée en Amérique latine. Il se rendra au cours des 8 prochains jours au Costa Rica et au Paraguay, 2 des alliés diplomatiques que compte Taïpei en Amérique latine.


RUSSIE : Le ministre russe des Transports Igor Levitine a indiqué jeudi 4 mai 2006 que la Russie allait demander l'aide une assistance étrangère pour remonter les fragments de l'A320 d'Armavia qui s'est abîmé mercredi en mer Noire et qui gît à plus de 680 mètres de profondeur. ** Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé jeudi 4 mai 2006 l'octroi
d'une aide de financière de 10 millions de dollars à l'Autorité Nationale Palestinienne "compte tenu de l'aggravation de la situation socio-économique et humanitaire dans les territoires palestiniens". Le ministère a précisé que cette aide financière est destinée à la réalisation de programmes sociaux et humanitaires, en tout premier lieu dans la santé publique et l'éducation. Ils seront notamment transférés à des établissements médicaux et d'enseignement palestiniens ajoutant que "la Russie contrôlera les dépenses".


TURQUIE : Une bombe a explosé en Turquie mercredi 3 mai 2006 au passage d'un véhicule qui transportait des soldats et leurs enfants près d'une caserne dans la ville kurde de Hakkari, faisant 13 blessés, dont 5 militaires.


IRAK : Une bombe a explosé jeudi 4 mai 2006 près du tribunal de Sadr City dans la rue Palestine à Bagdad la capitale faisant 9 morts et 46 blessés. ** L'armée américaine a lancé un raid aérien sur la ville sunnite de Ramadi, "fief des insurgés" selon l'armée américaine, touchant une maison d'habitation faisant 5 morts et 15 blessés parmi les civils.


ISRAEL : La Knesset (parlement) a investi jeudi 4 avril 2006 le nouveau gouvernement (31e) mené par le premier ministre Ehud Olmert, dont le parti centriste, Kadima, créé par l'ancien premier ministre, Ariel Sharon, plongé dans un coma profond après une attaque cérébrale le 4 janvier 2006, par 65 voix pour et 49 contre. Ehud Olmert a déclaré lors de son discours devant le parlement "qu'Israël fixerait unilatéralement ses frontières" si l'Autorité palestinienne ne "coopérait pas". Il a ajouté que le gouvernement palestinien dirigé par le Hamas ne serait "jamais un partenaire pour des négociations de paix".


PEROU : La commission électorale nationale a annoncé que le second tour de l'élection présidentielle, qui doit se dérouler le 4 juin 2006 verra s'opposer l'ancien chef de l'Etat Alan Garcia au nationaliste Ollanta Humala. Après le dépouillement de plus de 99 % des bulletins, Ollanta Humala recueille 30,62% des voix contre 24,32 % pour Alan Gardia et 23,80 % à Lourdes Flores du parti conservateur.


ETATS-UNIS : Le juge fédéral du tribunal d'Alexandria en Virginie, Leonie Brinkema, a confirmé jeudi 4 mai 2006 à Zacarias Moussaoui, 37 ans, Français d'origine marocaine, unique inculpé aux Etats-Unis dans l'enquête sur les attentats du 11 septembre 2001, sa condamnation à la prison à vie sans possibilité de remise de peine suivant les recommandations du jury qui s'était prononcé la veille. Avant l'énoncé de sa condamnation, Zacarias Moussaoui a déclaré : "Que Dieu maudisse l'Amérique. Que Dieu sauve Oussama ben Laden. Vous ne l'attraperez jamais !". La mère et l'avocat de Zacarias Moussaoui ont appelé le gouvernement français à demander que sa peine puisse être purgée en France. La France et les Etats-Unis sont liés par 2 conventions sur le transfèrement des personnes condamnées, une convention bilatérale du 25 janvier 1983 et une convention du Conseil de l'Europe entrée en vigueur le 1er juillet 1985. Zacarias Moussaoui devrait être transféré au pénitencier de haute sécurité de Florence, dans le Colorado, surnommé "L'Alcatras des Rocheuses", car personne ne s'y est encore évadé. Il sera, 23 heures sur 24, dans un isolement total, sans visite ni contact avec les autres détenus, sans téléphone, sans courrier dans une cellule individuelle de 3,5 mètres sur 2, insonorisées et où tous les meubles sont en béton et scellés au sol. Plusieurs mouvements de défense des droits de l'homme militent contre ces conditions de détention jugées contraires aux droits de l'homme.

** Le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, était à Washington jeudi 4 mai 2006 pour participer au dîner de gala marquant le centenaire du Comité juif américain (American Jewish Committee). Il a prononcé un discours à l'Université George Washington sur les relations entre les Etats-Unis et les Nations Unies. Le Comité juif américain s'efforce depuis 1906 de "sauvegarder et préserver les Juifs dans le monde en assurant la promotion de la démocratie et des sociétés pluralistes respectant la dignité de tous les peuples" selon l'ONU.


LITUANIE : Lors d'un sommet régional des pays de la mer Noire et de la mer Baltique, qui s'est ouvert jeudi 4 mai 2006, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a annoncé que "la Géorgie n'excluait pas la possibilité de se retirer de la Communauté des Etats indépendants (CEI)", celle-ci ayant "perdu son but". Il a ajouté que "malgré la signature d'accords de libre-échange avec la plupart des membres de la CEI, les barrières douanières restaient un problème sérieux entre la Géorgie et la Russie". ** Le président roumain Traian Basescu s’est entretenu jeudi 4 mai 2006 à Vilnius avec le vice-président américain, Dick Cheney, à l’occasion de leur participation à la conférence internationale sur le thème "Une vision commune sur le voisinage commun", dans le cadre de l'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord). Au cours des discussions, Traian Basescu a assuré Dick Cheney que "la Roumanie respecterait les engagements assumés en Irak et Afghanistan pour la consolidation de la démocratie dans la zone et pour la poursuite de la lutte contre le terrorisme international".


FRANCE : PAUVRETE : Le Sénat, majoritairement à droite, a confirmé mercredi 3 mai 2006 l'interdiction des coupures d'électricité, de gaz, d'eau et de chauffage par réseau de chaleur en France en période hivernale, lors de l'examen en deuxième lecture du projet de loi Borloo sur le logement. Il est stipulé que "du 1er novembre de chaque année au 15 mars de l'année suivante, les fournisseurs d'électricité, de chauffage par réseau de chaleur, de gaz et les fournisseurs d'eau ne peuvent procéder, dans une résidence principale, à l'interruption" de la fourniture "pour non paiement des factures", lorsqu'il s'agit de personnes ou familles en difficulté. NDRL. Le nombre de coupures annuelles est inférieur à 1 million. 1 % des factures d'électricité sont reversées au centre d'action social d'EDF (CCAS) impliqué dans des affaires de surfacturation au profit du Parti communiste français (PCF) et du quotidien "L'Humanité". Lire notre édition du 23 octobre 2003 (France).


ILES SALOMON : Manasseh Sogavare a prêté serment en tant que Premier ministre jeudi 4 mai 2006 après élection par le parlement par 28 pour et 22 pour son rival Fred Fono, Premier ministre intérimaire. Le premier ministre sortant, Snyder Rini, dont la nomination le 18 avril 2006 avait provoqué 2 jours de violentes émeutes, avait annoncé mercredi 26 avril 2006 sa démission, alors que le Parlement s'apprêtait à voter une motion de censure à son encontre. Snyder Rini est accusé par l'opposition d'avoir utilisé des fonds en provenance de Taïwan pour acheter les voix de plusieurs députés non-inscrits et ainsi obtenir un vote favorable au Parlement. L'Australie, la Nouvelle-Zélande et les Fidji avaient envoyé des troupes aux îles Salomon la semaine dernière dans le but d'arrêter les émeutes. Un couvre-feu nocturne a été mis en place à Honiara, la capitale, alors que les troupes étrangères lourdement armées patrouillent dans les rues.


RDC : La Division des Droits de l'homme de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUC) a rendu publique au siège de l'ONU à New York jeudi 4 mai 2006 les conclusions d'une enquête menée du 13 au 19 février 2006 à Mitwaba, au Nord-Katanga, région minière du sud-est de la RDC grande comme 4 fois la Belgique, qui révèlent que les "les militaires des Forces armées de la RDC (FARDC) de la 63e brigade et des groupes Maï-Maï commettent des violations des droits de l'homme de manière systématique" se livrant aux "exécutions sommaires, aux traitements cruels et aux travaux forcés".


ALGERIE : A l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le président Abdelaziz Bouteflika a gracié 200 journalistes condamnés pour outrage, diffamation ou injure. Mohamed Benchicou, directeur du "Matin" (NDLR. Quotidien suspendu depuis le 24 juillet 2004 et liquidé) qui purge une peine de 2 ans à la prison d’El Harrah, depuis 2004, n’est pas concerné par ladite grâce présidentielle. Mohamed Benchicou avait été condamné à 2 ans de prison ferme sur plainte du ministère des Finances pour "infraction régissant le contrôle des changes et les mouvements des capitaux", après la découverte de bons de caisse dans ses bagages à l'aéroport d'Alger, en août 2003. Rappelons que le quotidien "Le Matin" est suspendu depuis le 24 juillet 2004 et que son siège, à Hussein Dey, dans la banlieue est d'Alger, a été vendu aux enchères par le fisc. Mohammed Benchicou avait publié en février 2004 un livre critique sur le président algérien Abdelaziz Bouteflika, Bouteflika : Une imposture algérienne. Plus de détails : La déclaration du Comité Benchicou ; HRW : la Justice en danger face aux graves abus du passé et aux défis du présent ; Mobilisation de RSF


EGYPTE : Une jeune femme de 27 ans est morte des suites de la grippe aviaire portant à 5 le nombre de victimes. 13 cas ont déjà été recensés jusqu'à présent.


La citation du jour : "Tout ce qui divise les hommes, tout ce qui les spécifie, les isole ou les parque, est un péché contre l'humanité". José Marti - Homme politique et poète cubain (1853 - 1895) - Extrait de "Notre Amérique"


fil-info-france.com

L'administration Bush critique la Russie pour des livraisons d'armes à l'Iran  04/05/2006


WASHINGTON, 4 mai - RIA Novosti. L'administration Bush a critiqué mercredi la Russie pour avoir effectué des livraisons d'armes à l'Iran, par la voix du porte-parole du Département d'Etat américain Sean McCormack.

"Nous estimons que le gouvernement russe doit revoir le niveau de sa coopération avec le régime iranien, notamment dans le domaine de la vente d'armements et de la coopération nucléaire", a déclaré le responsable aux journalistes à Washington.

"Nous estimons qu'il ne convient pas de continuer à vendre des armes à un régime qui a déclaré qu'Israël devait être rayé de la carte", a déclaré Sean McCormack.


Ria-Novosti

BREVES MONDIALES  04/05/2006


ETATS-UNIS : Après 7 jours de délibérations à huis clos, le jury composé de 9 hommes et 3 femmes a recommandé la prison à vie, sans possibilité de réduction de peine, pour le Français d'origine marocaine, Zacarias Moussaoui, photo, unique inculpé aux Etats-Unis dans l'enquête sur les attentats du 11 septembre 2001 . Il devrait être transféré au pénitencier de haute sécurité de Florence, dans le Colorado. Lire notre édition du 7 février 2006 ** Le Fonds des Nations-Unis pour l'Enfance (UNICEF)a publié mardi 2 mai 2006 à New York un rapport intitulé "Progrès pour les enfants : un bilan de la nutrition" qui révèle que 5,6 millions d'enfants meurent chaque année parce qu'ils ne reçoivent pas une nutrition adéquate tandis que 146 millions d'enfants risquent de mourir en bas âge d'insuffisance pondérale. Selon l'UNICEF, la moitié des enfants présentant une insuffisance pondérale vit en Asie du Sud. Le rapport indique que dans les pays en développement, plus d'un quart des enfants de moins de 5 ans présente une insuffisance pondérale, mettant leur vie est en danger. La dénutrition contribue à plus de la moitié des décès d'enfants, soit environ 5,6 millions par an. Le rapport montre que le pourcentage d'enfants de moins de 5 ans qui présentent une insuffisance pondérale n'a que très légèrement baissé depuis 1990. L'UNICEF souligne cependant que "de grands progrès ont pu être réalisés, grâce à un certain nombre de stratégies qui ont fait leurs preuves. Des centaines de milliers d'enfants ont été sauvés grâce à la vitamine A. Chaque année, les campagnes d'iodation du sel évitent des carences en iode à quelque 82 millions de nouveau-nés. L'allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de la vie est l'une des façons les plus simples et les plus efficaces de sauver la vie d'un enfant, conclut le rapport.


CANADA : A l'occasion de la Fête du Travail, le lundi 1er mai, le Nouveau parti démocratique du Canada a déposé aux Communes un projet de loi antibriseurs de grève. Ce projet de loi vise à interdire aux employeurs d'engager des travailleurs de remplacement lors d'une grève ou d'un lock-out.


ENVIRONNEMENT : Selon la Liste rouge publiée par l'Union mondiale pour la nature (UICN The World Conservation Union), les espèces officiellement déclarées "éteintes" sont au nombre de 784 et 65 autres n'existent qu'en captivité ou en culture. Sur les 40 169 espèces évaluées à l'aide des critères de la Liste rouge de l'UICN, 16 125 sont aujourd'hui déclarées menacées d'extinction. Un amphibien sur trois et un quart des espèces de conifères du monde, un oiseau sur huit et un mammifère sur quatre sont en péril. Les requins et les raies figurent parmi les premiers groupes marins systématiquement évalués et sur les 547 espèces inscrites, 20 % sont menacées d'extinction. Cela confirme les craintes selon lesquelles ces espèces à croissance lente sont exceptionnellement sensibles à la surpêche et disparaissent à un rythme sans précédent dans le monde entier. Les espèces d'eau douce ne vont pas mieux. Leur taux de déclin est parmi les plus importants : 56 % des 252 espèces de poissons d'eau douce endémiques du bassin méditerranéen sont menacés d'extinction ce qui représente la plus forte proportion pour toutes les évaluations régionales de poissons d'eau douce effectuées à ce jour. Les grandes espèces d'eau douce telle que l'hippopotame (Hippopotamus amphibius) sont aussi en difficulté. Une des espèces aquatiques africaines les plus emblématiques, l'hippopotame est considéré menacé pour la première fois et classé dans la catégorie Vulnérable essentiellement en raison du déclin catastrophique qu’il a subi en République démocratique du Congo (RDC). En 1994, la RDC possédait la deuxième population d'Afrique – 30 000 hippopotames, après la Zambie qui en avait 40 000 – mais elle a perdu 95 % de cette population à cause de la chasse non réglementée pour la viande et l'ivoire des dents. La Liste rouge 2006 comprend de nouvelles espèces de la région méditerranéenne, un des 34 points chauds de la biodiversité mondiale avec près de 25 000 espèces de plantes dont 60 % n'existent nulle part ailleurs. En Méditerranée, les pressions de l'urbanisation, du tourisme de masse et de l'agriculture intensive ont poussé de plus en plus d'espèces indigènes vers l'extinction.


FRANCE :
ANTISEMITISME : Le Président de la République, Jacques Chirac, a reçu une importante délégation de l'organisation juive United Jewish Appeal (UJA). La question de la lutte contre l'antisémitisme a dominé cette rencontre. Jacques Chirac rappelle "la détermination absolue de la France, du gouvernement français et du peuple français tout entier à lutter efficacement contre l'antisémitisme, qui est contraire à toutes les valeurs de notre pays". A propos des relations avec le nouveau gouvernement palestinien dirigé par le Hamas, Jacques Chirac "a affirmé la nécessité de poursuivre l'aide au peuple palestinien en trouvant les canaux appropriés et de reprendre le chemin des négociations pour la paix". NDLR. L'affaire Ilan Halimi, jeune Juif assassiné par un groupe ethnique composé de Noirs musulmans, est reprise comme telle par tous les médias à l'étranger. Et, selon un sondage de l'Institut privé IFOP réalisé pour l'hebdomadaire Paris Match, 2 Français sur 3 estiment qu'il y a actuellement une montée de l'antisémitisme en France.
** MEMOIRE - HISTOIRE - ENCYCLO : Il y 70 ans, le 3 mai 1936, le Front Populaire, composé de socialistes, de radicaux et de communistes, arrivait au pouvoir. Mais moins d'un mois après cette victoire historique qualifiée par la droite de "démagogique", les grèves et les occupations d’usines se multiplient en France. Léon Blum ouvre alors le mythe de "la République juive" sur fond d'accords de Matignon. Léon Blum - calomnié par la droite de Charles Maurras - devient le premier Juif à assurer la direction du gouvernement de la France. Face à la volonté de la rue, Léon Blum offrira au peuple la semaine de 40 heures, des salaires en hausse de plus de 10 %, un droit syndical reconnu, des conventions collectives et 2 semaines de congés payés. Mais à l’automne 1936, la crise économique qui touche le pays depuis 1931 et la guerre d’Espagne achèvent de diviser le Front Populaire. Léon Blum est renversé le 22 juin 1937. Le temps d'un printemps, celui de 1936, la France scelle son destin et celui de l'Europe. Pendant ce temps, Adolphe Hitler qui jouit déjà en Allemagne d’une intense popularité, prépare une revanche dont l'humanité se souviendra toujours. Léon Blum, juif alsacien condamné à la prison à vie par le régime de Philippe Pétain, Maréchal de France, alors Chef de l'Etat français, est déporté dans un pavillon situé dans un quartier réservé aux "VIP" dans le camp de concentration allemand de Buchenwald, aux côtés du communiste Marcel Paul, de l'avionneur Marcel Bloch, qui prendra le nom de Marcel Dassault et d'Elie Wiesel. Après un retour aux affaires en France, Léon Blum, membre de l'OSM, Organisation sioniste mondiale, militera au nom de la France en faveur de la création de l'Etat d'Israël et de sa reconnaissance par l'ONU. Il prendra sa retraite en France à Jouy-en-Josas près de Versailles où il mourra le 30 mars 1950 à l'âge de 78 ans.
** MEDIAS : A l'occasion de la 16e Journée Mondiale de la liberté de la presse, célébrée mercredi 3 mai 2006, l'organisation de défense de la liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF) a publié son rapport annuel 2006 qui indique que l'année 2005, a été l'année la plus meurtrière pour la presse depuis 10 ans. Selon ce rapport, au moins 63 journalistes et 5 collaborateurs des médias ont été tués dans le monde en 2005. Plus de 800 journalistes ont été interpellés, plus de 1 300 agressés ou menacés et un millier de médias censurés en 2005. Près du tiers de la population mondiale vit dans un pays où il n'existe aucune liberté de la presse, la situation étant particulièrement préoccupante au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique. Depuis début 2006, 16 journalistes et 6 collaborateurs des médias ont été tués. Actuellement, 120 journalistes et 56 "cyberdissidents" sont emprisonnés pour avoir simplement voulu faire leur métier. Avec 27 journalistes tués en 2005, le Moyen-Orient a été, pour la presse, la zone la plus meurtrière du globe, selon RSF.

DIPLOMATIE : Le Premier ministre de la République de Tunisie, Mohamed Ghannouchi, effectue une visite bilatérale les 3 et 4 mai 2006. Il a été reçu le mercredi 3 mai 2006 par le président de la République, Jacques Chirac, et a eu des entretiens avec le Premier ministre, Dominique de Villepin. Mohamed Ghannouchi participera à une rencontre-débat au siège du MEDEF (Mouvement des entreprises de France) et rencontrera le président du Conseil économique et social, Jacques Dermagne, et le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë. Jeudi 4 mai, Mohamed Ghannouchi se rendra en région Provence-Alpes-Côte d'Azur où il visitera le pôle de compétitivité "Solutions communicantes sécurisées". La France est le premier exportateur en Tunisie avec 25 % de parts de marché et accueille 33 % des exportations réalisées par la Tunisie. Plus de 1 000 entreprises françaises sont implantées en Tunisie, soit près de la moitié des implantations étrangères dans ce pays. La France y est le premier investisseur étranger.


BELGIQUE : L'Union européenne a annoncé mercredi 3 mai 2006 la suspension des pourparlers entamés avec la Serbie Monténégro en vue d’un accord de stabilisation et d’association, qui devaient reprendre le 11 mai 2006, reprochant à la Serbie de n’avoir pas livré l'ancien chef militaire des serbes de Bosnie-Herzégovine, Ratko Mladic, en fuite depuis plus de 10 ans, inculpé de génocide par le Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) dont le siège est à La Haye. Bruxelles avait donné à la Serbie jusqu’au 30 avril pour appréhender Ratko Mladic et l’extrader vers le TPIY


SERBIE MONTENEGRO : Le vice-Premier ministre Miroljub Labus a annoncé cette après-midi sa démission en raison de la suspension des négociations sur un rapprochement avec l'Union européenne provoquée par l'incapacité des autorités à arrêter et transférer Ratko Mladic à La Haye. Le Premier ministre, Vojislav Kostunica, a appelé mercredi 3 mai 2006 dans un communiqué l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic à se rendre et à ne pas faire "souffrir l'Etat et tout le peuple".


ITALIE : Le président Carlo Azeglio Ciampi, 85 ans, a annoncé qu'il ne briguerait pas un second mandat de 7 ans à la tête de l'Etat en raison de son "âge avancé".
matiques entre la Chine et le Vatican sont rompues depuis l'arrivée au pouvoir des communistes chinois en 1949.


UNION EUROPEENNE/PALESTINE : La France et la Suède ont refusé d'accorder un visa à 2 membres du Hamas, le porte-parole du groupe parlementaire Salah Muhammad al-Bardawil et Mohammad al-Rantissi, devait participer à un meeting de soutien à la "résistance palestinienne" qui s'est tenu dimanche 30 avril 2006, à Ivry-sur-Seine, en région parisienne. Pour la France il s'agit d'appliquer la décision de l'Union européenne de suspendre tout contact avec le Hamas ; pour la Suède, qui, selon le Premier ministre Göran Persson, "n'avons pas d'intérêt national à les inviter", il s'agit d'appliquer les accords de Schengen.


IRAK : 15 personnes ont été tuées et 30 blessées mercredi 3 mai 2006 à Falloujah dans l'ouest du pays après un attentat suicide près d'un centre de recrutement de la police. ** Le parlement, issu des législatives du 15 décembre 2005, a ouvert sa première séance de travail mercredi 3 mai 2006 à Bagdad.
IRAN : La France et la Grande-Bretagne ont présenté mercredi 3 mai 2006 devant le Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution demandant à l'Iran de suspendre son programme d'enrichissement d'uranium. Aucune sanction contre l'Iran n'est évoquée dans ce texte.


RUSSIE : Un Un Airbus A320 de la compagnie arménienne Armavia s'est abîmé en Mer noire, mercredi 3 mai 2006 alors qu'il s'apprêtait à atterrir à l'aéroport de Sotchi dans le sud de la Russie. Il n'y aurait aucun survivant parmi les 113 passagers de l'appareil. Les conditions météorologiques seraient à l'origine du crash. La Russie et l'Arménie ont décrété une journée de deuil national commune vendredi 5 mai.


CHINE : L'Association patriote chinoise catholique, qui ne reconnaît pas le Vatican, a ordonné pour la seconde fois cette semaine un nouvel évêque sans l'accord du Vatican. Les relations diplomatiques entre la Chine et le Vatican ont été rompues lorsque les communistes ont pris le pouvoir en 1949.


TCHAD : 6 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes, mercredi 3 mai 2006 pour élire leur président. Le président sortant Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 16 ans, qui brigue un troisième mandat, est donné grand favori. L'opposition a appelé au boycott du scrutin et les rebelles du FUC (Front uni pour le changement), qui avaient lancé une offensive sanglante contre la capitale N'Djamena le 13 avril 2006, ont menacé de lancer des attaques.




La citation du jour : "L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller jusqu'au bout de sa pensée". Léon Blum - (1872-1950) - Homme politique français.


fil-info-france.com

Iran: pas d'accord entre les six sur le projet de résolution du CS de l'ONU  03/05/2006


PARIS, 3 mai - RIA Novosti. Les six ne sont pas encore parvenus à un accord au sujet du projet de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur le dossier nucléaire iranien, a déclaré mardi le sous-Secrétaire d'Etat américain Nicholas Burns lors de rencontre à Paris des directeurs politiques/vice-ministres des Affaires étrangères de Grande-Bretagne, d'Allemagne, de Chine, de Russie, des Etats-Unis et de France.

"Pour l'instant, nous ne sommes pas parvenus à un accord", a déclaré Nicholas Burns qui avait déclaré, avant la rencontre, que les Etats-Unis se prononçaient pour que le Conseil de sécurité adopte une résolution ouvrant la porte à des sanctions contre l'Iran allant jusqu'à l'emploi de la force.

Si les Européens sont également enclins à adopter une telle résolution, la Russie et la Chine préfèrent le règlement diplomatique du problème nucléaire iranien.

Répondant à la question de savoir si Moscou et Pékin rejoindront la position des Etats-Unis et de la troïka européenne, Nicholas Burns a déclaré: "Nous n'en savons rien. Nous espérons qu'ils nous suivront".

Le sous-Secrétaire d'Etat a indiqué que l'élaboration d'une position commune nécessitait "la poursuite des discussions à New York où doivent se rencontrer les ministres" des Affaires étrangères des six.

"L'heure est venue pour tous les pays de faire preuve de sens des responsabilités, y compris pour ceux qui entretiennent des rapports étroits avec l'Iran", a fait remarquer Nicholas Burns.

Ria-Novosti

Les Etats-Unis prêts à décréter des sanctions contre l'Iran en dépit du Conseil de sécurité de l'ONU  03/05/2006



WASHINGTON, 3 mai - Arkadi Orlov, RIA Novosti. Les Etats-Unis sont prêts à décréter des sanctions contre l'Iran en dépit de la décision du Conseil de sécurité de l'ONU, si cet organe s'y oppose, a déclaré l'ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU, John Bolton, lors des auditions au Congrès des Etats-Unis mardi à Washington.

Le porte-parole du Département d'Etat des États-Unis, Sean McCormack, a lui aussi déclaré mardi que des sanctions pourraient être prises contre l'Iran sans l'autorisation du Conseil de sécurité de l'ONU.

"On ne saurait exclure que certains Etats puissent sans aucun doute agir indépendamment de la résolution du Conseil de sécurité. Cela est incontestablement leur prérogative", a souligné Sean McCormack.


Ria-Novosti

BREVES MONDIALES  03/05/2006


ISRAEL/PALESTINE : L'émissaire l'Envoyé spécial du Quatuor pour le Moyen-Orient, James D. Wolfensohn, photo, président sortant de la Banque Mondiale, a présenté lundi 1er mai 2006 son rapport final au cours d'une conférence de presse à Washington aux Etats-Unis, en présence de la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice. Il a violemment critiqué la décision des puissances internationales de suspendre leurs aides au gouvernement palestinien dirigé par le Hamas. Il a déclaré : "Après avoir investi plus d'un milliard de dollars par an en aides aux Palestiniens, notamment dans la construction d'infrastructures et la relance d'une économie nécessaires à l'avènement d'un "Etat palestinien viable, allons-nous tout simplement abandonner ces objectifs ?". Il a ajouté : "Il m'étonnerait que quelqu'un sorte gagnant de la fin de la scolarisation des enfants ou d'une famine palestinienne. Et je ne crois pas que des membres du Quartet pensent que cela puisse constituer une politique viable". James D.
Wolfensohn a officiellement démissionné le 30 avril 2006 en raison "blocage actuel" au sein du Quartet - qui regroupe les Etats-Unis, l'ONU, l'Union Européenne et la Russie - sur son rôle après l'arrivée du Hamas au pouvoir.


ISRAEL : Le quotidien "Jerusalem Post" a révélé, dans son édition du dimanche 30 avril 2006 "le pire scandale sexuel de l'histoire de Tsahal" (NDLR. Armée israélienne) où "près de 30 soldats sont soupçonnés d'avoir entretenu des relations sexuelles illégales avec une jeune fille de 14 ans, la fille d'un militaire de carrière de l'armée de l'air". Les soldats risquent d'être inculpés pour détournement de mineure, a indiqué un officier de l'armée de l'air au "Jerusalem Post". Selon le quotidien, les délits auraient commencé il y a un an et demi, alors que la jeune fille n'était âgée que de 13 ans. ** Le chef d'état-major Dan Haloutz a déclaré mardi 2 mai 2006 à la radio publique que "si l'Iran parvient à disposer de l'arme atomique, avec son régime actuel, cela constituera une menace existentielle pour Israël. Le régime de Téhéran tire sur la corde, et j'espère qu'il ne prendra pas le risque de la rompre".


CISJORDANIE : Le dirigeant du syndicat des travailleurs palestiniens, Shaher Saeed, a déclaré lundi 1er mai 2006 à l'occasion d'un rassemblement de milliers de travailleurs en chômage dans la ville de Ramallah pour la Fête du Travail que 68 travailleurs palestiniens avaient été tués par les troupes israéliennes au cours des 2 dernières années. Shaher Saeed a indiqué qu'au moins 300 000 travailleurs palestiniens étaient au chômage. Le Bureau de la statistique central palestinien a indiqué que le taux de chômage en Cisjordanie et dans la bande de Gaza était de plus 50 %.


IRAK : Le convoi de Maamoun Sami Rachid, gouverneur de la province d'Anbar, à l'ouest de Bagdad, a été visé mardi 2 mai 2006 par un attentat à la voiture piégée qui a fait 3 morts parmi ses gardes-du-corps. On ignore si le gouverneur a été touché lors de cette attaque. ** Le ministre allemand des affaires étrangères, Frank Walter Steinmeier, actuellement en visite au Chili, a annoncé qu'après 13 semaines de détention, les 2 ingénieurs originaires de Leipzig, Thomas Nitzschke et René Bräunlich, employés dans une usine de détergents dans le complexe industriel entourant la raffinerie de pétrole de Baïdji, la plus importante d'Irak, dans le nord du pays, enlevés le 24 janvier 2006, ont été libérés.


IRAN : Le ministre de la Justice, Jamal Karimirad, a annoncé que 2 Suédois, employés dans le bâtiment en Iran, ont été condamnés à 3 ans de prison pour avoir photographié des bâtiments militaires et installations de télécommunications à Qeshm, île iranienne du Détroit d'Ormouz à environ 1 400 kilomètres au sud de la capitale Téhéran.


ITALIE : Le premier ministre Silvio Berlusconi a officiellement remis sa démission mardi 2 mai 2006 au chef de l'Etat Carlo Azeglio Ciampi, ouvrant la voie à la formation d'un nouveau gouvernement par Romano Prodi (gauche), ancien président de la Commission européenne, dont le parti a remporté les élections législatives des 9 et 10 avril 2006.


FRANCE : Des représentants des 5 membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'Allemagne étaient réunis mardi 2 mai 2006 à Paris pour débattre de la crise nucléaire iranienne et préparer la réunion de leurs ministres des Affaires étrangères le 9 mai à New York. La Chine et la Russie restent hostiles à des sanctions et à toute action militaire contre l’Iran.


CANADA : Dans une interview au quotidien du Québec "La Presse", l'ancien Premier ministre français Alain Juppé a annoncé son retour, à l'été 2006, en France dans sa ville de Bordeaux après un séjour d'un an au Québec. Alain Juppé est arrivé en 2005 à Montréal où il enseigne à l'Ecole nationale d'administration publique (ENAP) après avoir été condamné le 1er décembre 2004 en appel à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité - au lieu de 10 ans en première instance dans l'affaire des emplois fictifs du RPR.


KIRGHISZTAN : La totalité du gouvernement a donné sa démission mardi 2 mai 2006 après un vote du parlement vendredi 28 avril 2006 critiquant son action.


NEPAL : Le nouveau Premier ministre, Girija Prasad Koirala, a présenté la composition de son gouvernement, dont les 7 membres ont prêté serment devant le roi Gyanandra. Les tâches prioritaires de ce gouvernement seront d'ouvrir des discussions de paix avec les rebelles maoïstes et de réduire les prérogatives du roi.


ONU : A l'occasion de la Journée Mondiale de la liberté de la presse, célébrée mercredi 3 mai 2006, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a présenté mardi 2 mai 2006 devant l'ONU son rapport sur la liberté de la presse dans le monde et a présenté la liste des 10 pays les plus censurés au monde. La Corée du Nord est en tête suivie par la Birmanie, le Turkménistan, la Guinée équatoriale, la Libye, l'Erythrée, Cuba, l'Ouzbékistan, la Syrie et le Belarus. Le CPJ qualifie la censure d'Etat comme "l'une des plus pressantes menaces contre les journalistes à travers le monde". Pour déterminer le classement des plus importants censeurs, les équipes du CPJ ont établi plusieurs critères : contrôle d'Etat sur tous les médias, existence d'une censure formelle, utilisation de la violence par le gouvernement, emprisonnement et harcèlement des journalistes, interdiction à la presse étrangère de filmer, restrictions de l'accès à Internet. Pour la directrice du CPJ, Ann Cooper, "la population de ces pays est quasiment isolée du reste du monde par des dirigeants autoritaires qui musèlent la presse et étranglent l'information grâce à des lois répressives, la peur et l'intimidation".



ETATS-UNIS : Des centaines de milliers d'immigrants illégaux ont défilé dans les rues des grandes villes américaines lundi 1er mai 2006 pour demander au Congrès une réforme qui leur permettrait de travailler en toute légalité et d'obtenir la citoyenneté. ** Selon un sondage effectué pour le magazine "National Geographic", 6 jeunes Américains sur 10 ne savent pas où est situé l'Irak, pas plus que le tiers des jeunes âgés entre 18 et 24 ans ne savent où se trouvent la Louisiane, frappée par l'ouragan Katrina. Selon le président du "National Geographic" John Fahey, "l'illettrisme géographique influence notre santé économique, nos relations avec les autres nations et notre environnement et nous isole du monde". Le magazine a donc décidé de lancer une campagne sur 5 ans, baptisée "My Wonderful World" et destinée à améliorer les connaissances géographiques des jeunes âgés de 8 à 17 ans.




La citation du jour : "Le fait que l'homme distingue le bien du mal prouve sa supériorité intellectuelle par rapport à toute autre créature ; mais le fait qu'il puisse mal agir prouve l'infériorité de son esprit". Mark Twain - Ecrivain américain (1835-1910) - Extrait de "What is Man ?"



fil-info-france.com

IRAN/NUCLEAIRE  02/05/2006

IRAN/NUCLEAIRE

Une réunion se tiendra dans l'après-midi, au Centre de Conférences internationales. Y participeront les directeurs politiques allemand, britannique et français, ainsi que leurs homologues américain, chinois et russe. Le Secrétariat général du Conseil de l'Union européenne sera également représenté.

Cette réunion poursuit trois objectifs :

1/ Permettre à l'ensemble des participants de réagir au rapport de M. El Baradeï, rendu public le 28 avril. Un point sera fait sur l'évaluation du programme iranien telle qu'elle ressort du rapport de l'AIEA. Les participants évoqueront les développements en matière de conversion et d'enrichissement de l'uranium, ainsi que toutes les questions en suspens sur lesquelles le directeur général de l'Agence a appelé l'attention et qui n'ont pas trouvé de réponse.

2/ Evoquer les prochaines étapes. Nous souhaitons que le Conseil de sécurité des Nations unies puisse, à travers une résolution, adresser un message ferme et unitaire à l'Iran. Les pays européens présenteront, à cette fin, certaines idées à leurs partenaires. L'objectif est de renforcer l'autorité de l'AIEA, qui doit rester au centre du dispositif, en donnant force obligatoire aux demandes de l'Agence, en particulier celles qui ont trait à la suspension des activités liées à l'enrichissement et au retraitement de l'uranium.

3/ Réfléchir ensemble, en parallèle des travaux conduits au Conseil de sécurité, à des mesures incitatives et dissuasives, qui concerneraient tous les Etats participant à la réunion.

Cette réunion, au niveau des hauts fonctionnaires, prépare la réunion qui doit se tenir au niveau ministériel, à New York, le 9 mai.

(Y aura-t-il un point de presse ou un communiqué après la réunion ?)


Un point de presse, non.

La réunion va être suivie d'un dîner, et les deux auront lieu dans la foulée, donc je ne sais pas vers quelle heure exactement cela se terminera. Cela peut se terminer dans la soirée, vers 21h30, 22h. Donc il n'y aura point de presse. Je vais voir avec notre directeur politique quels sont les éléments de presse que nous pourrions vous communiquer à l'issue de cette réunion.


(Est-ce sur une seule journée ?)


Oui, c'est seulement aujourd'hui.

(Les directeurs politiques vont-ils prendre des décisions, ou est-ce seulement une concertation ?)


La réunion de ce soir est une réunion de hauts fonctionnaires, qui a pour but un échange de vues entre les six pays participants. Nous avons eu ce rapport de M. El Baradeï vendredi, maintenant nous devons échanger nos analyses à propos de ce rapport. Nous allons également évoquer les prochaines étapes. Que va-t-il se passer au Conseil de sécurité ? Les Européens ont déjà certaines idées qu'ils souhaitent partager avec les autres participants à la réunion.

Et puis enfin, il faut réfléchir, comme cela avait déjà été dit par le ministre, à des mesures négatives ou positives, incitatives ou dissuasives, qui permettent soit de répondre favorablement à l'Iran, si l'Iran se conforme aux demandes de la communauté internationale, soit d'envisager des mesures d'un autre type, si l'Iran ne donne pas suite aux demandes du Conseil de sécurité des Nations unies.

(Les Iraniens ont dit qu'ils acceptaient de négocier si le dossier est retiré du Conseil de sécurité.)


Ce qui est important dans ce processus, c'est que c'est un processus qui est évolutif et qui est réversible. Nous allons au Conseil de sécurité pour renforcer l'autorité de l'Agence. Mais si, à un moment donné, les Iraniens décident de se conformer aux obligations qui sont celles qui leur sont faites par la communauté internationale et décident de revenir à la table des négociations, il est évident que c'est un processus qui est réversible, cela nous l'avons déjà dit à plusieurs reprises.

(Dans une interview ce matin, le ministre iranien des Affaires étrangères a refusé catégoriquement la suspension de l'enrichissement de l'uranium. Est-ce que cela peut influencer la réunion d'aujourd'hui ?)


Cette demande de suspension a été faite à plusieurs reprises dans des résolutions du Conseil des gouverneurs de l'AIEA. Elle a été faite il y a à peu près un mois dans une déclaration présidentielle du Conseil de sécurité. Maintenant, le dossier va être évoqué au Conseil de sécurité et cette demande devrait être reprise dans une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies. Cela prouve qu'il y a une unité très forte de la communauté internationale sur cet objectif et sur cette demande qui est faite à l'Iran, et nous souhaitons que l'Iran entende cette unité, cette unanimité de la communauté internationale.

(Il n'y a pas une unité très forte de la communauté internationale parce que les Russes et les Chinois ont quand même une position différente de la France, de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne et des
Etats-Unis.)


Il y a une unité très forte pour ce qui est de l'objectif poursuivi. Tout le monde considère qu'il faut éviter d'avoir un Iran doté de l'arme nucléaire et tout le monde considère que l'Iran doit répondre aux demandes de la communauté internationale. Quand vous regardez les déclarations faites par tous les pays que vous venez de citer, je crois qu'il n'y a pas de différence ou de divergence entre eux. Ensuite, la question va être une question de tactique diplomatique, à propos des étapes à venir. Il est habituel, dans la communauté internationale, que l'on ait ce type de discussion. Encore une fois, sur l'objectif, il y a une très grande unité des participants.

(Sur les mesures à prendre, il semble que les Russes et les Chinois s'opposent à des sanctions.)


C'est précisément l'objet de la réunion de cet après-midi de voir quelle est la position des Russes et des Chinois sur cette question et sur d'autres. Je ne veux donc pas préjuger des résultats.

(Si un accord se dégageait à l'issue de cette réunion, peut-on envisager le vote d'une résolution avant la réunion du 9 mai ou après ?)


Je ne peux pas, là non plus, préjuger du résultat. Il s'agit d'une réunion à six : les trois Européens, les Russes, les Chinois et les Américains. C'est une réunion informelle. C'est une réunion de travail. Ce n'est pas une réunion destinée à prendre des décisions. Si des orientations se dégagent, il y aura ensuite des discussions à New York entre les membres du Conseil de sécurité qui ne sont pas tous aujourd'hui à Paris. Il faudra à ce moment là travailler avec l'ensemble des membres de Conseil de sécurité et notre objectif est d'arriver à une résolution dans les meilleurs délais possibles. Et il y a cette réunion qui est prévue le 9 mai à New York au niveau des ministres dans le même format.


(Quelle est la position de la France sur ce dossier ?)


La position de la France sur ce dossier n'est pas très différente de celle du reste de la communauté internationale. Nous avons tous un même objectif qui est d'éviter que l'Iran se dote de l'arme nucléaire, de faire en sorte que l'Iran se conforme aux demandes de la communauté internationale et, en même temps, de donner à l'Iran les moyens de développer un programme nucléaire civil. C'est quelque chose que personne ne conteste et le message doit être bien clair pour le peuple iranien : personne ne conteste le droit de l'Iran à développer un programme nucléaire civil, tout le monde est d'accord sur ce point.

A partir de là, nous allons voir comment la communauté internationale peut reprendre ses demandes au niveau du Conseil de sécurité pour renforcer l'Agence internationale pour l'Energie atomique. L'Agence internationale reste un élément central, elle ne sera pas dessaisie du dossier.
Simplement, nous voulons renforcer son autorité et faire en sorte qu'elle puisse avoir les moyens de travailler dans de bonnes conditions et nous espérons que ce message sera entendu par les dirigeants iraniens et par le peuple iranien parce que ce n'est pas contre eux que c'est dirigé. Nous voulons sincèrement coopérer avec l'Iran pour lui permettre de développer un programme nucléaire civil, mais cela suppose que l'Iran réponde aux demandes de la communauté internationale.

(Vous avez dit précédemment que la position de la France n'était pas très différente de celle des autres. Y-a-t-il une particularité de la position de la France ?)


Je ne vois pas de particularité de la position de la France. La France, avec l'Allemagne, avec le Royaume Uni, depuis le début, a pris l'initiative de conduire ces discussions avec l'Iran. Elle l'a fait avec le soutien de l'Union européenne, avec le soutien de la communauté internationale.
Toutes les demandes qui ont été faites ont été reprises par le Conseil des gouverneurs de l'AIEA. Il y a eu une déclaration du Conseil de sécurité des Nations unies. Il n'y a donc pas de spécificité française dans cette affaire.
Simplement, nous souhaitons préserver l'unité de la communauté internationale.
Cela signifie que nous sommes dans une position où nous allons travailler avec les uns et avec les autres pour parvenir à un texte qui puisse convenir à tout le monde au sein de la communauté internationale.


(Quelle sera l'étape après le réunion du 9 mai ?)


Nous ne pouvons pas dire aujourd'hui quelle sera l'étape. Nous souhaitons qu'il y ait une résolution qui soit adoptée par le Conseil de sécurité mais je ne peux pas vous dire à quelle date elle sera adoptée.


(Selon le chapitre 7 ?)


C'est un des points qui sera débattu avec nos partenaires. Comme je l'ai dit, nous souhaitons donner une force obligatoire aux demandes de la communauté internationale. Pour ce faire, une des possibilités est effectivement de recourir au chapitre 7 de la charte des Nations unies.


Pour consulter les points de presse précédents :
http://www.diplomatie.gouv.fr/actu/pointpresse.asp



Rendez-vous diplomatique mardi à Paris consacré à l'Iran  02/05/2006


PARIS, 2 mai - Andreï Nizamoutdinov, RIA Novosti. Des diplomates haut placés de la troïka de négociateurs de l'UE (Grande-Bretagne, Allemagne et France), ainsi que de la Russie, de la Chine et des Etats-Unis, se rencontreront ce mardi à Paris pour envisager les moyens que la communauté internationale pourrait mettre en oeuvre face au programme nucléaire iranien.

Le ministère français des Affaires étrangères a indiqué que la rencontre de Paris, tout comme celle de Moscou qui l'a récemment précédée, se tiendrait au niveau des directeurs politiques (vice-ministres des Affaires étrangères).

La Russie y sera représentée par le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Kisliak.

Selon des sources diplomatiques françaises, le rapport remis vendredi au Conseil de sécurité de l'ONU par le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohammed El-Baradei, constituera le thème majeur de la rencontre.

A partir de ce rapport les représentants du "groupe des six" tenteront de former une position commune vis-à-vis du programme nucléaire de l'Iran.

Selon les mêmes sources, les pays membres de ce groupe sont d'accord pour dire qu'un accès de l'Iran à l'arme nucléaire est inadmissible, cependant ils divergent sur la question des démarches à entreprendre ultérieurement par la communauté internationale.

En particulier, les Etats-Unis se prononcent pour des sanctions rigoureuses contre l'Iran alors que la Russie et la Chine donnent la priorité au règlement diplomatique, négocié du problème.

Selon les sources, la France occupe une position intermédiaire. D'un côté, Paris estime généralement que les sanctions ne sont pas un moyen efficient, mais de l'autre, il juge que dans la situation actuelle il faut montrer à Téhéran que celui-ci a "franchi la ligne rouge".

A cet égard le Quai d'Orsay préconise l'adoption par le Conseil de sécurité d'une résolution qui permettrait l'application de sanctions tout en excluant un recours à la force.

Toujours selon ces sources françaises, Paris n'exclut pas non plus que le Conseil de sécurité de l'ONU opte pour un règlement diplomatique et accorde à l'Iran un nouveau délai pour appliquer les exigences de la communauté internationale.

Quoi qu'il en soit, Paris estime qu'il est indispensable de bien faire comprendre à l'Iran que la communauté internationale n'entend pas se résigner au programme nucléaire militaire de Téhéran.

Ria-Novosti

Parviz Davoudi : les avancées scientifiques de l'Iran appartiennent à tous les états musulmans  02/05/2006


« Les avancées scientifiques de l'Iran dans tous les domaines, la réussite dans le domaine nucléaire en particulier, appartiennent à tous les états musulmans et voisins de région du Moyen-Orient » a déclaré dimanche Parviz Davoudi vice président iranien.

Au cours d'une réunion avec le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Ahmad Abdullah al-Mahmud, le vice-président iranien Parviz Davoudi a assuré que la sécurité de cette région fortement sensible était primordiale.


Il a invité les états de la région à renforcer leur coopération et relations en tant que moyens d'assurer un futur plus lumineux pour l’ensemble de cette région du monde.


Le responsable iranien a également prôné l'élimination des armes nucléaires de la région et du monde en général.


Evoquant la politique étrangère de l'Iran, l'interaction et sa coopération avec tous les états de la région, Parviz Davoudi a souhaité que les états musulmans utilisent au mieux leurs potentiels politiques, culturels et économiques pleinement afin de favoriser les relations et recouvrer leur dignité.


Saluant les liens unissant Téhéran et Doha, le premier vice-président a déclaré que l'Iran était prêt à amplifier ses relations avec le Qatar en particulier dans les domaines de l'industrie, de l'énergie, du tourisme et du transport.


En attendant, le responsable qatari a déclaré que l'évolution des activités communes de la Commission économique irano-qatari a démontré l'importance attachée par le Qatar à l’élargissement des relations avec Téhéran grâce notamment aux investissements.


irna

Parviz Davoudi : les avancées scientifiques de l'Iran appartiennent à tous les états musulmans  02/05/2006


« Les avancées scientifiques de l'Iran dans tous les domaines, la réussite dans le domaine nucléaire en particulier, appartiennent à tous les états musulmans et voisins de région du Moyen-Orient » a déclaré dimanche Parviz Davoudi vice président iranien.

Au cours d'une réunion avec le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Ahmad Abdullah al-Mahmud, le vice-président iranien Parviz Davoudi a assuré que la sécurité de cette région fortement sensible était primordiale.


Il a invité les états de la région à renforcer leur coopération et relations en tant que moyens d'assurer un futur plus lumineux pour l’ensemble de cette région du monde.


Le responsable iranien a également prôné l'élimination des armes nucléaires de la région et du monde en général.


Evoquant la politique étrangère de l'Iran, l'interaction et sa coopération avec tous les états de la région, Parviz Davoudi a souhaité que les états musulmans utilisent au mieux leurs potentiels politiques, culturels et économiques pleinement afin de favoriser les relations et recouvrer leur dignité.


Saluant les liens unissant Téhéran et Doha, le premier vice-président a déclaré que l'Iran était prêt à amplifier ses relations avec le Qatar en particulier dans les domaines de l'industrie, de l'énergie, du tourisme et du transport.


En attendant, le responsable qatari a déclaré que l'évolution des activités communes de la Commission économique irano-qatari a démontré l'importance attachée par le Qatar à l’élargissement des relations avec Téhéran grâce notamment aux investissements.


irna

Larijani : l’Iran n’a aucun besoin de s’entretenir avec les USA de son programme nucléaire  02/05/2006



Le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale (SNSC) a déclaré lundi que l’Iran n’a nul besoin de s’entretenir avec les USA.

L'Iran n'a pas demandé d’ entretiens avec les USA, au contraire ce sont eux qui ont insisté pour rencontrer l'Iran en particulier sur le dossier irakien ce qui ne s'est pas produit, a poursuivi Ali Larijani.


Ali Larijani qui s’exprimait devant un rassemblement d’étudiants se réunis à l'université de Téhéran a affirmé "nous ne nous retirerons pas du TNP à moins que nous soyons forcés de le faire."

Sur les allégations occidentales affirmant qu’il existe des problèmes avec le gouvernement du président Mahmoud Ahmadinejad, il a ajouté que "la même chose avait été dite avec le gouvernement de Khatami."

"La seule chose qui soit vraie c’est qu'ils ne veulent pas que l'Iran possède la technologie nucléaire pacifique et devienne une puissance nucléaire."

Il a plus loin récusé toutes activités nucléaires clandestines menées par l'Iran ces dernières années. "C'est un grand mensonge que de dire que l'Iran a tenté de dissimuler ses activités. Toutes les activités de l'Iran ont été annoncées à l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (l'AIEA), " a poursuivi le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale.


Il en outre a affirmé que les nouveaux crédits alloués à la centrale électrique nucléaire de Bushehr doivent permettre d’achever sa réalisation.


Il a déclaré que l'Iran pourrait avoir accès à l'électricité nucléaire produite par la centrale nucléaire de Bushehr d’ici un an.


Ali Larijani a également invité les nations occidentales a laissé le secrétaire général de l’AIEA, Mohammad El-baradei à poursuivre son travail basé dans le cadre des conventions internationales.


"Téhéran considère le TNP comme un document international viable et a accepté l'inspection des équipes basée sur le Traité. Cependant, l’Iran veut également pouvoir mener des activités de recherches nucléaires et de développement dans le cadre de l'AIEA."

Téhéran en continuant le programme nucléaire a opté pour une approche claire et transparente et ne voit aucun besoin de cacher ses activités, a conclu le haut responsable iranien.



irna

Suicide de Boris Fraenkel, intellectuel trotskiste et sioniste, fondateur avec Pierre Boussel (alias Lambert) de l'Organisation communiste internationale  02/05/2006

Boris Fraenkel, intellectuel trotskiste et sioniste, fondateur avec Pierre Boussel (alias Lambert) de l'Organisation communiste internationale, OCI, ancêtre du Parti des travailleurs (PT) s'est suicidé à Paris à l'âge de 85 ans.
Juif allemand né en 1921 à Dantzig, devenue Gdansk, Boris Fraenkel resta anonyme jusqu’en 1995 quand la presse française révélera le passé trotskiste de Lionel Jospin, Premier ministre et Premier secrétaire du Parti socialiste. "Jospin était alors élève à l’ENA (Ecole Nationale d'Administration). Je le formais clandestinement.
Nous n’avions pas d’énarque alors, dans le mouvement. C’était une chance extraordinaire de pénétrer la haute fonction publique" avoua Boris Fraenkel au journal "Le Nouvel Observateur", site de référence de la communauté juive, dirigé par Jean Daniel. Lionel Jospin, protestant d'origine juive, alias "Michel", avait réussi à tromper l'opinion publique pendant plusieurs années en évoquant une confusion avec son frère Olivier. Mais Lionel Jospin reconnaîtra en juin 2001, soit un an avant la présidentielle, son passé trotskiste après la révélation dans la presse de l'envoi d'une carte postale à Boris Fraenkel. NDLR. Léon Trotsky, de son vrai nom Leiba Bronstein, homme politique soviétique également d’origine juive, natif d’Ukraine (né en 1879 et assassiné en 1940) prône une idéologie révolutionnaire qui inspira le mouvement de Mai 68 initié par le GODF, Grand Orient de France.
Trotsky suggère la destruction de l’ordre social, éducatif et politique, la corruption des moeurs, la désacralisation de la vie par un anticléricalisme primaire, mettant en place une entreprise de démoralisation des masses. L'idéologie trotskiste est encore aujourd'hui à l'origine des paralysies du service public en France, plus particulièrement le secteur stratégique des transports. Le trotskisme rejoint le principe maçonnique du GODF "solve et coagula" : dissoudre une morale pour en légitimer une nouvelle.

BREVES MONDIALES  02/05/2006

ISRAEL : Le gouvernement du premier ministre Ehud Olmert (photo) a voté dimanche 30 avril 2006 des modifications du tracé de la "barrière de sécurité" érigée à la frontière avec la Cisjordanie, conformément aux recommandations du ministre de la Défense Shaul Mofaz, "afin de replacer des milliers de Palestiniens du côté palestinien du mur". Dans un avis rendu le 9 juillet 2004, la Cour internationale de Justice (CIJ) avait jugé illégale la construction de cette barrière et exigé son démantèlement. Le Premier ministre Ehud Olmert a déclaré que "les changements validés dimanche matin par le gouvernement permettraient d’achever plus rapidement les travaux". 360 kilomètres de barrière ont déjà été construits sur 760. L'ONU considère que la construction de cette barrière viole les résolutions du Conseil de sécurité et que, selon ses calculs, son tracé ne respecte qu'à 25 % la "ligne verte" qui séparait jusqu'en 1967 Israël de la Cisjordanie. Plus de détails : Le texte officiel de la CIJ ; Voir le rapport d'Human Right Watch (format pdf) ; Voir la lettre adressée au président G. W. Bush ; Plus de liens sur "la barrière de sécurité" ; Rapport sur la situation économique palestinienne publié par la Banque mondiale (mars 2003) ; Rapport sur les conséquences des bouclages des activités économiques des populations palestiniennes (1er janvier- 30 juin 2002) (format pdf). ** La radio nationale a annoncé lundi 1er mai 2006 que l'ancien Premier ministre travailliste Shimon Pérès, Prix Nobel de la Paix 1994, conjointement avec Yasser Arafat, président de l'Autorité Nationale Palestinienne, a été choisi par le premier ministre Ehud Olmert, dont le parti Kadima a remporté les élections législatives du 28 mars 2006, pour le poste de vice-Premier ministre et ministre chargé du développement de la Galilée et du désert du Néguev.


BANDE DE GAZA : Le porte-parole du gouvernement du Hamas, Ghazi Hamad, a déclaré lundi 1er mai 2006 à Gaza, lors d'une conférence de presse, que "le gouvernement allait envoyer une lettre au Quartette qui se réunira prochainement, pour qu'il intervienne en vue de stopper la construction du mur" de sécurité érigé par Israël, qualifié de "mur de l'apartheid" par les Palestiniens. NDLR. Le quartette qui réunit les Etats-Unis, l'ONU, l'Union européenne et la Russie, doit se réunir la 9 mai 2006 pour discuter du gel des aides au gouvernement palestinien tant par les Etats-Unis que par l'Union européenne. Voir la carte du "mur de sécurité ; Voir la carte des colonies juives de peuplement.


SYRIE : Le directeur du Comité syrien de soutien au peuple palestinien, Ahmad Abdel Karim, a annoncé le lancement dimanche 30 avril 2006 d'une campagne de collecte de fonds en faveur des Palestiniens, qui devrait s'achever le 10 mai 2006. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont gelé leur aide financière au gouvernement palestinien, exigeant du gouvernement du Hamas de reconnaître Israël et de renoncer à la violence.


IRAK : Le cadavre de Mohamed Hamza al-Zoubaidi, 67 ans, de confession chiite, haut représentant du parti Baas de Saddam Hussein et commandant des forces armées irakiennes dans le centre du pays au début de l'intervention américaine de 2003, a été montré dans une vidéo diffusée lundi 1er mai 2006 par la chaîne de télévision satellitaire arabe, Al-Arabiya, piétiné et roué de coups. L'armée américaine avait annoncé dans un communiqué le 5 décembre 2005 que "Mohammed Hamza al-Zoubaidi, capturé en Irak le 20 avril 2003, est mort dans un hôpital militaire américain à Bagdad". Le communiqué affirmait : "Les premiers résultats suggèrent qu'il est mort d'un arrêt cardiaque. Une autopsie va être pratiquée pour déterminée les causes exactes de sa mort."


AFGHANISTAN : Plusieurs centaines de travailleurs afghans ont célébré lundi 1er mai 2006, à Kaboul la capitale, la fête du travail. Ils ont rendu hommage aux travailleurs qui ont consacré leur vie pour les droits de la classe ouvrière à Chicago aux Etats-Unis en 1886. Le premier vice-président afghan Ahmad Zia Masoud a promis, dans son discours, devant la Grande Assemblée, que le gouvernement respecterait les droits des travailleurs. Le chômage atteindrait les 40 % dans ce pays. Ce chiffre n'est pas officiel.


PAKISTAN : Le président ouzbek Islam Karimov effectue une visite officielle au Pakistan les 2 et 3 mai 2006 sur l'invitation du président Pervez Musharraf. Il assistera à la cérémonie de signature de plusieurs accords destinés à intensifier la coopération dans le commerce et l'investissement, l'agriculture et les affaires consulaires.


VIETNAM : 800 prisonniers détenus dans les grandes villes dont Hanoï la capitale et Ho Chi Minh, ont été relâché ou ont bénéficié d'une réduction de peine à l'occasion de la Journée de réunification nationale, célébrée le 30 avril, et de la Fête internationale du travail, le 1er mai 2006.


EGYPTE : Une fusillade a éclaté lundi 1er mai 2006 dans la région de Jabal al-Maghara, dans le Sinaï entre la police, à la recherche des auteurs présumés des attentats de la station balnéaire de Dahab perpétrés le 24 avril 2006 et qui ont fait 23 morts et une trentaine de blessés, et des "suspects". 3 hommes ont été tués ainsi qu'un policier. 2 autres ont été blessés.
RDC (Rép. Dém. du Congo) : La commission électorale a annoncé dimanche 30 avril 2006 un nouveau report des élections présidentielles et législatives, prévues pour la fin juin 2006. Elles sont désormais fixées au 30 juillet 2006 afin de permettre l'établissement de la liste définitive des candidats.


ILES SALOMON : L'ancien Premier ministre Manasseh Sogavare et le vice-Premier ministre Fred Fono ont été désignés candidats au poste de Premier ministre. Le Parlement se réunira cette semaine pour choisir entre les 2 candidats. Le Premier ministre Snyder Rini avait démissionné le 26 avril 2006, 8 jours après son élection par les députés, alors que le Parlement s'apprêtait à voter une motion de censure à son encontre. Snyder Rini est accusé par l'opposition d'avoir utilisé des fonds en provenance de Taïwan pour acheter les voix de plusieurs députés non-inscrits et ainsi obtenir un vote favorable au Parlement. Cette nomination avait entraîné 2 jours d'émeutes et l'intervention de troupes étrangères pour rétablir l'ordre.


POLOGNE : La chaîne de télévision publique TVP (Televizja Polska SA) a révélé dimanche 30 avril 2006 que selon des documents classés secrets et récemment déclassifiés, l'ancien président Wojciech Jaruzelski, 83 ans, était, en 1946, un agent secret militaire.


FRANCE : POLITIQUE : Boris Fraenkel, intellectuel trotskiste et sioniste, fondateur avec Pierre Boussel (alias Lambert) de l'Organisation communiste internationale, OCI, ancêtre du Parti des travailleurs (PT) s'est suicidé à Paris à l'âge de 85 ans. Juif allemand né en 1921 à Dantzig, devenue Gdansk, Boris Fraenkel resta anonyme jusqu’en 1995 quand la presse française révélera le passé trotskiste de Lionel Jospin, Premier ministre et Premier secrétaire du Parti socialiste. "Jospin était alors élève à l’ENA (Ecole Nationale d'Administration). Je le formais clandestinement. Nous n’avions pas d’énarque alors, dans le mouvement. C’était une chance extraordinaire de pénétrer la haute fonction publique" avoua Boris Fraenkel au journal "Le Nouvel Observateur", site de référence de la communauté juive, dirigé par Jean Daniel. Lionel Jospin, protestant d'origine juive, alias "Michel", avait réussi à tromper l'opinion publique pendant plusieurs années en évoquant une confusion avec son frère Olivier. Mais Lionel Jospin reconnaîtra en juin 2001, soit un an avant la présidentielle, son passé trotskiste après la révélation dans la presse de l'envoi d'une carte postale à Boris Fraenkel. NDLR. Léon Trotsky, de son vrai nom Leiba Bronstein, homme politique soviétique également d’origine juive, natif d’Ukraine (né en 1879 et assassiné en 1940) prône une idéologie révolutionnaire qui inspira le mouvement de Mai 68 initié par le GODF, Grand Orient de France. Trotsky suggère la destruction de l’ordre social, éducatif et politique, la corruption des moeurs, la désacralisation de la vie par un anticléricalisme primaire, mettant en place une entreprise de démoralisation des masses. L'idéologie trotskiste est encore aujourd'hui à l'origine des paralysies du service public en France, plus particulièrement le secteur stratégique des transports. Le trotskisme rejoint le principe maçonnique du GODF "solve et coagula" : dissoudre une morale pour en légitimer une nouvelle.


BOLIVIE : Le président Evo Morales, 46 ans, premier président indien de Bolivie, et chef des planteurs de coca (cocalero), a annoncé lundi 1er mai 2006 la nationalisation de tous les champs pétroliers et demandé à l'armée de prendre le contrôle des gisements. Il a fixé un délai de 180 jours à toutes les compagnies pétrolières étrangères de "régulariser" leur situation "par de nouveaux contrats d'exploitation". 26 compagnies pétrolières dont Total (France), Petrobras (Brésil), British Gaz (GB), Exxon Mobil (USA), Repsol (Espagne), Plus Petrol (Argentine) détiennent 70 contrats. Ce pays détient les deuxièmes réserves de gaz d'Amérique du Sud après le Vénézuela.


ETATS-UNIS : Lors d'une interview à la chaîne de télévision CBS, la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a indiqué que "les Etats-Unis pourraient entreprendre des actions contre l'Iran en dehors du Conseil de sécurité des Nations Unies". ** ONU : A l'occasion de la Journée de Commémoration des victimes de la guerre chimique, le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a appelé samedi 29 avril 2006 à la ratification de la Convention sur les armes chimiques, entrée en vigueur le 29 avril 1997, et "à veiller à ce que ces armes ne tombent pas entre les mains d'acteurs non étatiques".


CANADA : Le président élu d'Haïti, René Préval, est arrivé dimanche 30 avril 2006 à Ottawa pour une visite de travail de 3 jours. Il sera reçu par le Premier ministre Stephen Harper et la gouverneure générale Michaëlle Jean, qui est d'origine haïtienne et qui représentera le gouvernement canadien lors de la prestation officielle de serment de René Préval le 14 mai 2006.


La citation du jour : "Il est curieux que le courage physique soit si répandu en ce monde et le courage moral si rare". Mark Twain - Ecrivain américain (1835-1910)


fil-info-france.com

L’ambassadeur iranien en Algérie : les armes nucléaires n’ont pas leur place dans la stratégie défensive de l’Iran  01/05/2006


Hossein Valleh, ambassadeur iranien en poste en Algérie, a souligné que les armes atomiques n’ont pas leur place dans la stratégie défensive de l’Iran et sont en totale opposition avec notre pensée religieuse.

Hossein Valleh au cours d’une conférence de presse, annonçant la 1ère exposition industrielle iranienne en Algérie a rajouté que l’Iran non seulement est membre du TNP mais qu’il en est un des membres fondateurs et que la République Islamique d’Iran est opposée à l’arme atomique.


Le diplomate iranien a déclaré que l’Iran ne trouve pas logique d’acquérir quelques choses qui n’aboutira qu’à sa propre destruction et à celle de la région

Evoquant la politique défensive de la République Islamique d’Iran, il a déclaré que cette concurrence destructrice n’aura donc d’autres résultats que la destruction et ceci constitue une des autres raisons de l’opposition de l’Iran aux armes nucléaires.


Il a rajouté que « les pays occidentaux et en particulier les Etats-Unis savent bien que l’Iran ne cherche pas à acquérir l’arme atomique mais en cherchant à démontrer l’inverse ils veulent trouver des prétextes pour nous mettre sous pression politique ».


L’ambassadeur iranien a poursuivi que l’accession de l’Iran au cycle de combustible nucléaire dans un but pacifique renforcera et élargira certainement le pouvoir de tractation de l’Iran et aura des conséquences sur l’équilibre des pouvoirs dans la région et c’est ce à quoi l’Occident et les Etats-Unis s’opposent en réalité.


irna



Publicité

Brèves



Commentaires