Le 1er congrès international sur la culture de la résistance a été inauguré à Téhéran  01/05/2007

Le premier congrès international sur la culture de la résistance s’est ouvert mardi matin par le discours du directeur général du Forum International chargé du rapprochement des écoles des pensées islamiques, l'ayatollah Mohammad-Ali Taskhiri.

Ce congrès de deux jours verra la participation des représentants venus de 46 pays du monde.


Les intellectuels aussi bien que les figures politiques et culturelles des états islamiques et de plusieurs autres pays du monde ainsi que les correspondants des médias les plus importrants seront également présent à ce congrès.


"Le monde islamique, victime du terrorisme," constituera le thème du discours d’ouverture de ce congrès.


Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad s’adressera aux personnes présentes sous peu.


Différentes expositions et commissions doivent être installées en marge de cet événement de deux jours qui selon les organisateurs devrait enrichir la culture de la résistance et de la défense légitime dans les pays islamiques.
IRNA

TURQUIE: Point de presse du porte-parole du Quai d'Orsay  30/04/2007

(Quelle analyse faites-vous de la crise politique turque ?

Etes-vous inquiet de la situation ?)


Le ministre des Affaires étrangères, M. Philippe Douste-Blazy, a eu l'occasion ce matin de s'exprimer sur cette affaire.

Il a rappelé notamment qu'il revenait tout d'abord ''aux Turcs, et aux Turcs seuls, et à leurs représentants au Parlement de décider de ce qu'ils doivent faire pour cette élection présidentielle".

Je n'ai pas de commentaire supplémentaire à formuler./.





Pour consulter les points de presse précédents :
http://www.diplomatie.gouv.fr/actu/pointpresse.asp

Bolton : Les Etats arabes avaient soutenu Israël dans la guerre du Liban  30/04/2007

L'ancien ambassadeur américain à l'ONU, John Bolton, a dévoilé les tractations en coulisse de certains Etats arabes et du régime sioniste dans la guerre de 33 jours contre le Liban. " Certains pays arabes estimaient la guerre d'Israël contre le Liban comme de l'autodéfense, encourageant même Israël à poursuivre la guerre.", a déclaré Bolton à l'antenne d'Al-Jazira, sans mentionner ces pays arabes. " Les Etats-Unis visaient en faisant prolonger la guerre à éliminer le Mouvement du Hezbollah libanais et à changer la donne politique dans la région, des objectifs qui n'on pas été réalisés." Dans ce contexte où le régime sioniste se trouve sous pressions intérieures et extérieures, de tels propos de la part d'un néo-conservateur tel que Bolton étaient tout à fait calculés et avancés habilement. Et maintenant, 8 mois après l'invasion du Liban, les Libanais sont encore aux prises avec les impacts néfastes du militarisme israélien. Pour l'heure et suite à la défaite de l'armée israélienne face au Hezbollah libanais, le mythe de l'invincibilité de cette armée a été brisé. Par ailleurs, l'incapacité de Tel-Aviv à persuader le gouvernement palestinien de se plier devant le plan de compromis a plus que jamais isolé Israël. Tout cela a poussé les Etats-Unis à aider à Israël. Ils ont, dans la foulée, mis sous pression le monde arabe pour le contraindre à se livrer finalement aux pourparlers de compris avec Israël, ce qui pourrait alléger les problèmes israéliens. Dans de telles circonstances, les tergiversations du gouvernement libanais dans la lutte anti-sioniste du Hezbollah, durant ces 33 jours, sont une vérité amère que les personnalités libanaises ont reconnu. Pendant la guerre du Liban, le Mouvement de la Résistance islamique libanaise, le Hezbollah qui a tenu tête aux usurpateurs sionistes, a subi à la fois de nombreuses pressions intérieures et extérieures. Israël paie maintenant cher son militarisme au Liban, ce qui a suscité d'ores et déjà l'inquiétude de Washington et de Tel-Aviv. Tout incline à croire que les récents propos de l'ancien ambassadeur américain à l'ONU visent à réhabiliter le prestige du régime de Tel-Aviv et à semer la discorde dans le monde arabe, avec pour but de conforter les assises d'Israël. Dans une telle situation, l'apathie du monde arabe envers de tels propos en dit assez long. Tandis que l'opinion publique de la région attend à ce que les Etats arabes donnent une réponse appropriée aux déclarations de Bolton.
IRIB

Les manifestations des Turcs contre le nouveau complot des laïcs  30/04/2007

Ils étaient des milliers les Turcs à descendre dans les rues d’Istanbul pour protester haut et fort contre le nouveau complot des laïcs et de l’armée turque visant à dissoudre le Parlement. L’armée et les partis laïcs opposés au gouvernement s’emploient à dissoudre le parlement et à organiser des élections anticipées afin d’endiguer la victoire d’Abdallah Gul aux présidentielles. Après qu’Abdallah Gul ait manqué le premier tour des présidentielles, les partis laïcs opposés au gouvernement font tout pour mettre en question ces élections visant ainsi à préparer le terrain aux élections anticipées.

Dimanche, les Turcs, pour la 2ème journée consécutive se sont rassemblées dans les rues d’Istanbul pour condamner toute intervention de l’armée et des partis laïcs dans les élections présidentielles. Abdallah Gul a de son côté annoncé qu’il ne renoncerait pas à la candidature car il s’agit de la décision de son parti l’AKP, ce n’est pas une décision prise en une nuit.
IRIB

Mahmoud Ahmadinejad : l'Iran participera à la conférence sur l'Irak en mai  30/04/2007

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad a accepté dimanche de participer à la conférence internationale sur la sécurité en Irak.

Dans une conversation téléphonique avec le premier minsitre irakien, Nouri Al-Maleki Mahmoud Ahmadinejad a donné son accord à une participation de l'Iran à la conférence internationale de Charm el-Cheikh qui se réunit les 3 et 4 mai en Egypte.


La République Islamique d’Iran enverra son ministre des Affaires étrangères en Egypte, les 3 et 4 mai, à la conférence internationale sur la reconstruction en Irak.


Larijani à Bagdad

"Le président iranien a accepté cette demande et a annoncé la participation de l'Iran, au niveau du ministre des Affaires étrangères, car l'Iran soutient le gouvernement irakien issu du peuple", a-t-il ajouté.


En parallèle, un haut responsable iranien de la sécurité, Ali Larijani, s'est rendu à Bagdad dimanche, pour une visite de trois jours.


Ali Larijani est arrivé à Bagdad dimanche à midi et il discutera avec les responsables irakiens des questions d'intérêt commun et de l'évolution dans la région".
IRNA

Robert Baer: Les allégations de Washington sur l'Iran sont ironiques  29/04/2007

L'ancien agent secret américain, Robert Baer, a qualifié d'illogiques les allégations de Washington concernant l'implication de l'Iran dans les troubles irakiennes. Il a précisé que Washington prétendait que Téhéran fournissait les armes pour les groupes combattants irakiens et que cette allégation n'était jamais logique. " Un responsable de renseignements qui avait la mission à Irak, a jugé ironique les allégations de l'administration Bush.", a indiqué Baer. " Faire appel à Téhéran pour venir en aide à Bagdad, dans le sens du rétablissement de la sécurité en Irak est un autre pas en avant.", a ajouté cet officier de haut rang américain. Et à Baer de préciser:" Depuis l'occupation de l'Irak, une grande quantité d'armes ont été distribuées à travers tout l'Irak et seul, un gouvernement uni et indépendant irakien pourrait empêcher la distribution des armes partout en Irak."
IRIB

Ali Larijani réfute les dernières déclarations de Javier Solana  29/04/2007

Réagisant aux récentes déclarations du chef de la diplomatie européenne, Javier Solana, concernant les positions du Guide suprême de la révolution islamique, l'ayatollah ol-Ozma Khaménéi, sur la disponibilité de la République Islamique d’Iran à avoir des entretiens avec les Etats-Unis, le négociateur en chef iranien sur le dossier nucléaire, Ali Larijani, a déclaré que de tels propos, citant le guide suprême de la révolution islamique était fallacieux.

A sa sortie d'un entretien, les 25 et 26 avril, avec le Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale d'Iran, à Ankara, Javier Solana avait encouragé les responsables de Washington à négocier avec les officiels iraniens prétendant que le guide suprême était prêt à dialoguer avec Washington.


Dans un entretien exclusif avec l'agence de presse « IRNA », il a fait savoir:" après avoir entendu les propos de Javier Solana devant des journalistes de différentes agences de presse, alors qu'aucun point n'a été évoqué, citant le guide suprême de la révolution islamique je m’insurge contre les interprétations de Javier Solana qualifiant ces propos d’injustes."

Ali Larijani a rencontré dans la capitale turque les 25 et 26 avril dernier pour reprendre de nouvelles négociations sur le dossier nucléaire. Deux jours après la conclusion de ces négociations, Javier Solana a annoncé, encouragé par les USA, qu’ils souhaitent négocier avec l’Iran, déduisant que " le guide suprême iranien s’est dit favorable à de telles négociations directes avec Washington."


Interrogé sur la proposition de Javier Solana quant à des entretiens directs avec l’Iran, Ali Larijani a répondu : "ceci est autre question. Javier Solana est un politicien qui fait ses propres supputations sur un ensemble de dossiers internationaux qui utilisent ses propres canaux officiels."

Le chef de la diplomatie européenne Javier Solana et le principal négociateur iranien Ali Larijani ont tenu les 25 et 26 avril à Ankara une série d’entretiens pour relancer un dialogue interrompu en septembre 2006. Ces entretiens ont été qualifiés de constructifs par Solana et d’agréables par Larijani.


Les deux hommes ont fait état de progrès dans leurs discussions et ont prévu de se revoir bientôt.


IRNA

« SEPT DES HUIT CANDIDATS PRÉSIDENTIELS DÉMOCRATES RECALÉS SUR LA QUESTION CHENEY »  29/04/2007

A la suite du débat organisé par MSNBC le 26 avril avec les huit candidats présidentiels déclarés du parti démocrate, Lyndon LaRouche a annoncé : « Sept des huit candidats présidentiels démocrates sont recalés sur la question Cheney ». Il fait référence à l’échange entre Brian Williams, modérateur du débat, et les huit candidats :

Williams : « Autre chose : Est-ce que l’un d’entre vous souhaite joindre l’effort de Kucinich pour destituer le vice président Cheney ? (aucune main ne se lève) C’est la réponse, congressiste, et voici peut être une question appropriée : Est-ce une utilisation justifiée du temps de parole et de l’énergie d’un congressiste ? »

Kucinich : « Voici une version de poche de la Constitution, que je garde avec moi car j’ai fait le serment de défendre la Constitution. Nous avons passé beaucoup de temps ici ce soir à discuter au sujet de l’Irak et du rôle des Etats-Unis dans le monde. Ce pays a été amené en guerre sur une base mensongère. Ce pays a été amené en la guerre sur la base de mensonges concernant les armes de destruction massive et le rôle d’Al Quaida quant à l’Irak, qui n’existaient pas à ce moment là.

Je veux dire que Cheney doit être tenu responsable. Il agite de nouveau un motif de guerre contre l’Iran. Maintenant nous devons nous lever pour cette Constitution, nous devons protéger et défendre cette Constitution. Et le vice président Cheney a violé cette Constitution...

LaRouche, premier démocrate important qui dès août 2002 a demandé la destitution de Cheney, soutient la résolution de destitution du Représentant Kucinich, en ajoutant que virer Cheney de son poste est le seul moyen efficace d’éviter une nouvelle guerre insensée et dévastatrice, cette fois-ci contre l’Iran et peut être la Syrie. Il a déclaré : « Lorsque la question de la guerre et de la paix est si clairement sur la table, et que tant de mes collègues démocrates ne montrent pas le courage moral d’agir selon leur serment constitutionnel, j’ai peur pour la survie de notre pays. » LaRouche a aussi fustigé les congressistes Républicains au sujet de leur propre échec dans l’attaque direct du problème Cheney, choisissant plutôt de se concentrer sur des mesures moindres visant à « contenir » la Présidence Bush pour les prochains 20 mois.
Solidarité et Progrès

Israël ne croit ni au cessez-le-feu ni à la paix  29/04/2007

Les ordres du 1er ministre du régime sioniste Ehud Olmert concernant l'intensification des attaques israéliennes contre les régions palestiniennes violent, de facto le cessez-le-feu établi depuis le 26 novembre 2006, avec les Palestiniens. Il suffit de voir les chiffres sur les actes criminels du régime sioniste depuis la mise en vigueur du cessez-le-feu. Selon les statistiques établies par le Hamas, 62 Palestiniens ont trouvé le martyre, 260 autres ont été blessés et 1.164 d'entre eux ont été arrêtés au cours des 598 attaques menées par les militaires israéliens contre la Bande de Gaza et la Cisjordanie. Il faut également notre que 50 habitations palestiniennes ont été démolies et 400.000 hectares de terres confisquées depuis cette date. La publication de ces statistiques sur les exactions israéliennes en plein cessez-le-feu prouve que le régime de Tel-Aviv l'avait utilisé comme tactique pour poursuivre ces actes criminels. CNN a rapporté qu'au cours de ces derniers mois Israël n'a pas cessé de violer les lois internationales et les droits des Palestiniens, notamment en utilisant les citoyens palestiniens comme bouclier humain. Ces chiffres montrent également que les attaques israéliennes contre les régions palestiniennes n'ont jamais cessé et que le cessez-le-feu a servi de couverture aux responsables sionistes pour poursuivre leurs exactions. Ce qui veut dire que le régime de Tel-Aviv possède une nature violente et qu'il ne croit pas aux solutions pacifiques. Il suffit de voir les violations répétitives de différents accords de cessez-le-feu par Israël au cours des ces dernières années pour constater que les responsables sionistes tentent de banaliser leurs actes criminels et la violation des engagements qu'ils ont pris. Le régime sioniste ne croit pas du tout à la paix et il devient urgent pour la communauté internationale de faire sérieusement face à Israël et à ses exactions.
IRIB

L'Iran ne cèdera pas devant les chantages (responsables)  29/04/2007

"L'Iran ne cédera pas devant les chantages et les pressions illégales autour de son programme nucléaire civil", a déclaré le président de la commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère au parlement iranien, Alaeddin Boroudjerdi. Il a réitéré que l'Iran résisterait à toutes les pressions politiques de ces ennemis étrangers et poursuivrait ses activités nucléaires légales, dans le cadre de ses droits. Boroudjerdi a évoqué la suspension volontaire des activités nucléaires de l'Iran, pendant deux ans, avant de dire que la position de Téhéran était transparente et que l'Iran poursuivrait ses efforts pour dissiper les inquiétudes de la communauté internationale quant au caractère pacifique de son programme nucléaire. "Les activités nucléaires de l'Iran sont conformes aux règlements de l'AIEA, et les sanctions n'amèneront jamais les Iraniens à renoncer à leurs droits légitimes dans ce domaine.", a-t-il ajouté.
IRIB

Déclaration de Poutine sur le FCE: une mise en garde adressée aux Etats-Unis, à l'UE et à l'OTAN (expert russe)  27/04/2007

Les déclarations sur un éventuel moratoire sur la participation de la Russie au Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE) sont une mise en garde faite aux Etats-Unis, à l'UE et à l'OTAN, estime Nadejda Arbatova, directrice des programmes scientifiques du comité "La Russie dans une Europe unie" (Russie).

"Nous refusons dorénavant d'accepter une situation où l'on fait fi des préoccupations de la Russie, où les Etats-Unis adoptent une attitude très méprisante envers les principaux traités internationaux de non prolifération des armements, et je pense que l'OTAN doit réfléchir très sérieusement sur la manière dont seront bâtis nos rapports à l'avenir", a indiqué l'expert dans un entretien à RIA Novosti.

Présentant jeudi son message annuel à l'Assemblée fédérale russe (parlement du pays) le président Vladimir Poutine a proposé de proclamer un moratoire sur la participation de la Russie au Traité sur les forces conventionnelles en Europe tant que tous les pays de l'OTAN ne l'auront pas ratifié et mis en application. Le président russe a proposé d'examiner ce problème dans le cadre du Conseil Russie-OTAN, annonçant la possibilité d'un retrait de la Russie du FCE en cas d'absence de progrès aux négociations.

Une source interne au Kremlin a indiqué à RIA Novosti que les partenaires de la Russie au sein du traité devaient se déterminer sur le sort du FCE avant la fin de l'année.

Selon l'expert, l'avis de la Russie sur des questions telles que la non prolifération des armes nucléaires et la lutte contre le terrorisme est très important.

"Mais, et c'est là l'essentiel, la Russie veut changer le modèle des rapports qui s'est créé dans les années 1990, dans la période eltsinienne, où la coopération avec la Russie était fondée sur ses concessions unilatérales", a poursuivi Nadejda Arbatova.

Notant que la déclaration de Poutine sur un éventuel moratoire sur la participation de la Russie au FCE était "largement prévisible", l'expert l'a présentée comme "une mesure concrète, une mise en garde précise adressée à nos partenaires occidentaux".
Ria Novosti

Traité FCE: Paris souhaite que la Russie revienne sur sa décision  27/04/2007

La France a espéré vendredi que la Russie renoncerait à sa décision de suspendre l'application du traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE) considéré comme la "pierre angulaire" de la sécurité européenne.

"Nous allons naturellement, au sein du Conseil OTAN-Russie, continuer à débattre des questions relatives au traité FCE ainsi que des projets américains de défense antimissile destinée à contrer la menace balistique venant du Moyen-Orient. Nous espérons que ce dialogue permettra ainsi de surmonter les incompréhensions et que la Russie reviendra sur cette annonce", a déclaré le porte-parole de la diplomatie française, Jean-Baptiste Mattéi, lors d'un point de presse au ministère des AE.

"Pour la France et ses alliés, le traité sur les forces conventionnelles en Europe est une pierre angulaire de la sécurité en Europe", a souligné le diplomate. Ce texte "constitue notamment un cadre juridique et politique unique qui organise la sécurité sur notre continent", a-t-il dit.

Dans un message annuel adressé jeudi à l'Assemblée fédérale (parlement), le président russe Vladimir Poutine a proposé de suspendre l'application par la Russie du traité sur la réduction des forces conventionnelles en Europe tant que ce texte ne serait pas ratifié et appliqué par tous les pays membres de l'OTAN. Il a appelé notamment à examiner le dossier dans le cadre du Conseil Russie-OTAN et a menacé de dénoncer le traité en cas d'absence de progrès.
Ria Novosti

Pour le centre islamique de Genève, les Etats-Unis se trouve à l’origine des violences et de l’insécurité du Moyen-Orient  27/04/2007

Le Directeur du centre islamique de Genève a considéré les Etats-Unis comme à l’origine des violences et de l’insécurité qui prévaut au Moyen-Orient en Maghreb et en Algérie au nord de l’Afrique. Hani Ramadan a confié, au journaliste de la Radio de l’Algérie, que Washington était responsable de l’aggravation de la situation au Moyen-Orient et des récents attentats terroristes en Maghreb et en Algérie. « La résistance et l’auto-défense sont des réactions naturelles face aux agressions. Ce qu’on voit aujourd’hui en Palestine et en Irak. Mais le terrorisme n’a aucun lien avec la religion de l’Islam qui banit la violence le massacre des innoncents. »a-t-il ajouté.
IRIB

Davoudi : 'leur seul objectif c’est d'arrêter le progrès de la science en Iran'  27/04/2007

Le vice-président iranien a rappelé que l’opposition des ennemis à la bombe nucléaire en iran ne constitue qu'un prétexte ; ce qu'ils poursuivent c’est d'arrêter le développement et le progrès du peuple iranien.

Parviz Davoudi, qui a prononcé un discours devant un public composé de professeurs et d'élèves de l'Université de Tabriz, a insisté sur le fait que le peuple iranien se lève devant les exigences des ennemis assurant que le succès récolté par cette résistance et cette persévérance a été le pouvoir de développer une technologie nucléaire à des fins pacifiques.


"Les mots de nos ennemis ne se résument pas dans cette réthorique qui dit que l’Iran ne doit pas posséder l’arme nucléaire. Ceci n’est qu’un prétexte pour arrêter le progrès scientifique de notre jeunesse et éviter l'avancée et le développement de notre nation " a-t-il soutenu.


Le vice-président iranien qui s’est interrog »é sur le pourquoi de cette opposition a répondu que parallèlement ces mêmes ennemis ne sont pas contre les activités atomiques militaires de certains pays. Ceci démontre si besoin est que ces ennemis sont contre le progrès économique de l’Iran."

Le vice-président du gouvernement a insisté également sur le fait que "tous nous devons travailler pour le progrès de la nation (…) le peuple iranien conquiert les sommets du progrès et ni les sanctions ni les résolutions ne pourront l’en empêcher et s’y opposer."
IRNA

Analyste irakien : la reconstruction de l’Irak, un grand mensonge  27/04/2007

Un analyste irakien a qualifié de grand mensonge les allégations des Etats-Unis sur la reconstruction de l’Irak. Selon les sources d’informations, Khaled Ashemri, analyste des questions économiques a déclaré jeudi que depuis l’invasion de l’Irak par les Américains, ces derniers n’ont rien fait pour la reconstruction du pays. Ashemri a ajouté que les Etats-Unis avaient détruit toutes les infrastructures économiques irakiennes, avec le seul objectif de piller l’Irak. Il a indiqué que de par leurs allégations sur l’allocation de 30 millards de dollars à la reconstruction de l’Irak, Washington avait l’intention de piller d’énormes réserves pétrolières irakiennes.
IRIB

Israël: l'assaut contre la maison de Bachara  27/04/2007

Les militaires sionistes ont pris d'assaut jeudi les deux domiciles du député arabe démissionnaire "Azmi Bachara" à Qods et à Haifa. Le régime sioniste avait menacé Bachara de prison en cas de retour en Israël. Dimanche dernier, Bachara a présenté sa démission de son poste de député en signe de protestation contre la répression des Palestiniens résidant en Israël. La haute cours sioniste accuse Bachara d'avoir collaboré avec les Libanais au cours de l'offensive de l'été dernier contre le Liban. La démission de Bachara avait été accueillie avec satisfaction par les fractions radicales au parlement qui ne supportent aucune représentativité arabe
IRIB

La suspension de l’enrichissement de l’uranium est impossible à l’Iran (ambassadeur de la RII en France)  26/04/2007

L’ambassadeur de l’Iran en France a considéré les négociations comme la seuele voie permettant garantir l’usage pacifique de l’Iran de l’énergie nucléaire. Lors d’une interview avec RFI, Ali Ahanai a évoqué que la suspension de l’enrichissement de l’uranium est impossible à l’Iran, ce qui n’a pas d’ailleurs aucune base légitime. « Les activités nucléaires iraniennes sont totalement conformes au TNP et sous la supervision de l’AIEA. » a-t-il réitéré. Il a qualifié ensuite d’inutiles les sanctions du Conseil de sécurité contre l’Iran. « Le rôle et la mission du Conseil de sécurité exige qu’il aide à l’établissement de la paix et de la sécurité internationale et non pas à rendre plus grave la situation. »a-t-il rappelé.
IRIB

Le point de presse conjoint Laridjani-Solana-Gül  26/04/2007

Le Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, Ali Laridjani a qualifié de positives ses négociations avec le haut représentant de l’UE pour la politique extérieure avant de plaider pour la poursuite des négociations pour trouver une solution diplomatique pour l’affaire nucléaire iranienne. Avant la tenue du deuxième round de pourparlers avec Solana à Ankara, il a rendu hommage aux efforts de la Turquie pour la solution du dossier nucléaire iranien, lors d’un point de presse conjoint avec le chef de la diplomatie turque, Abdullah Gül, et le haut représentant de l’UE pour la politique extérieure. « Nous poursuivrons nos consultations pour trouver aux points de vue communs et résoudre l’affaire nucléaire iranienne, conformément aux règles et lois internationales. »a-t-il fait remarquer. Le haut représentant de l’UE pour la politique extérieure a indiqué, pour sa part, que le premier round des pourparlers a eu lieu, hier soir, et que l’ambiance était très bonne. Le chef de la diplomatie turque a, quant à lui, remercié l’acceptation par Solana et Laridjani de la médiation de son pays et souhaité la solution diplomatique de l’affaire nucléaire iranienne.
Ria Novosti

Poutine et Chirac certains des bonnes perspectives des rapports russo-français  26/04/2007

Vladimir Poutine et Jacques Chirac ont débattu jeudi au téléphone des questions d'actualité de la coopération internationale et d'une série de problèmes régionaux, a rapporté le service de presse du Kremlin.

"MM. Poutine et Chirac se sont félicités du haut niveau de la coopération russo-française, se disant confiants dans son développement ultérieur", a ajouté le Kremlin, précisant que l'entretien s'est tenu à l'initiative de l'Elysée.
Ria Novosti

Traité FCE: l'OTAN compte ramener Moscou à la raison  26/04/2007

L'OTAN a espéré jeudi que la déclaration de Vladimir Poutine annonçant l'éventuel retrait de la Russie du traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE) n'était pas une décision définitive.

"Je pense qu'il ne s'agit pas d'une décision définitive, mais d'une proposition. La Russie avait déjà évoqué à maintes reprises la nécessité de dénoncer le traité FCE", a déclaré Guy Roberts, secrétaire général adjoint de l'OTAN chargé des armes de destruction massive, en commentant l'initiative de Vladimir Poutine.

Guy Roberts participe à Moscou à la conférence internationale "Priorités en matière de contrôle des armements nucléaires et de la non-prolifération nucléaire: les approches russes et occidentales".

Dans un message annuel adressé jeudi à l'Assemblée fédérale (parlement), le président russe Vladimir Poutine a proposé de suspendre l'application par la Russie du traité sur la réduction des forces conventionnelles en Europe tant que ce texte ne serait pas ratifié et appliqué par tous les pays membres de l'OTAN.

Seulement quatre pays, dont la Russie et trois pays de la CEI, ont pour l'instant ratifié le traité FCE.

La Russie respecte le traité FCE à titre unilatéral, et elle a nettement réduit ses effectifs, alors que les partenaires de l'OTAN n'ont pas ratifié la version actualisée du traité, a rappelé M. Poutine.

Le président russe a estimé que les partenaires occidentaux se comportaient "de manière pour le moins incorrecte en recherchant des avantages unilatéraux" et qu'ils exploitaient cette situation pour multiplier les bases militaires aux frontières russes". "Enfin, ils envisagent de déployer des éléments du bouclier antimissile en République tchèque et en Pologne, alors que les nouveaux pays membres de l'OTAN tels que la Slovaquie et les pays baltes, en dépit des ententes préalables intervenues avec l'Alliance atlantique, n'ont même pas rejoint le traité FCE", a déclaré le chef de l'Etat.

"Je propose d'examiner le problème dans le cadre du Conseil Russie-OTAN et, en cas d'absence de progrès, d'étudier la possibilité de suspendre nos obligations découlant du traité FCE", a souligné le locataire du Kremlin.

La version actualisée du traité sur la réduction des forces conventionnelles en Europe (FCE) a été signée 1999, mais avec l'admission de nouveaux pays d'Europe de l'Est à l'OTAN, son principe fondamental relatif au maintien de l'équilibre des forces est devenu caduc, et l'application du texte se résume aux échanges d'informations et aux inspections.

Moscou a constaté à maintes reprises que la situation autour du traité FCE lésait sérieusement les intérêts de la Fédération de Russie et ceux de la sécurité européenne dans son ensemble.
Ria Novosti



Publicité

Brèves



Commentaires