Kagame rejette l’ordonnance du juge Bruguière  23/11/2006

Réagissant à l’ordonnance du juge français, Jean-Louis Bruguière, le Président rwandais a nié être impliqué, dans l’attentat qui a coûté la vie à l’ancien Président du Rwanda, Juvénal Habyarimana, événement, qui a précédé le génocide des Tutsis, en 1994. « L’action du juge Bruguière n’est que le prolongement de cette guerre que nous mène la France. », a affirmé le Ministre des Affaires étrangères, Charles Murigande, à Radio France internationale. Rappelons qu'une Commission gouvernementale rwandaise examine l’implication de la France dans le génocide de 1994.
irib

Les chasseurs-bombardiers du régime sioniste ont attaqué Gaza  23/11/2006

Les sources sécuritaires et les témoins oculaires palestiniens ont annoncé que les chasseurs bombardiers du régime sioniste avaient, ce matin, pris pour cible de leur attaque deux régions dans la Bande de Gaza.

Selon l'A.F.P. depuis Gaza, une source palestinienne a annoncé qu'un chasseur israélien avait attaqué, ce matin, par roquettes, un bureau de change d'un commerçant palestinien, dans la région d'Alramal, à Gaza, lui infligeant d'importants dommages. Cependant, aucun rapport n'a été diffusé concernant les pertes éventuelles subies au cours de cette attaque.

Des témoins oculaires ont annoncé qu'un chasseur-bombardier israélien avait lancé une roquette, près d'un gymnase, dans le camp d'Alchati, à Gaza, infligeant d'importants dommages à plusieurs maisons.

Et ceci, alors qu'à la suite des attaques d'hier des militaires israéliens contre diverses régions, dont Beit-Hanoun, au nord de la Bande de Gaza et à Jenine, en Cisjordanie, 6 Palestiniens sont tombés en martyrs.
irib

Les manifestations, en Turquie, au seuil de la visite du Pape Benoît XVI  23/11/2006

Au seuil de la visite du Pape Benoît XVI, Chef des catholiques du monde, les Turcs ont manifesté, pour protester contre sa visite.

D'après la télévision NTV, des dizaines de Turcs, en se rassemblant, mercredi, dans l'après-midi, devant la mosquée d'Aya Soufieh, à Istanbul, ont scandé des slogans contre le Pape Benoît XVI, au seuil de sa visite dans le pays. A la suite de l'intervention de la police, 40 manifestants ont été arrêtés. Sachez que le Pape Benoît VXI, Chef des catholiques du monde, se rendra, la semaine prochaine, en Turquie
irib

Une bombe sonore a explosé, près d'une mosquée, au sud du Liban  23/11/2006

Une bombe sonore a explosé, près de la mosquée de Hassanein, bénis soeint-ils, à l'est de la ville de Saïda, au sud du Liban.

D'après l'agence IRNA, cette bombe a été lancée, mercredi soir, par des personnes, à l'identité inconnue, sur cette mosquée des Chiites, près du village, à population chrétienne, d'Eïnoldalb.

Aucune perte en vie humaine n'a été signalée. A la suite de cet incident, les agents sécuritaires libanais ont encerclé la région et ont entamé leur enquête.
irib

L'Iran a rejeté la résolution, proposée, par le Canada  23/11/2006

Le Porte-parole du Ministère iranien des A.E. a rejeté la résolution, proposée, par le Canada, sur la situation des Droits de l'Homme, en Iran.

Le Porte-parole du Ministère iranien des A.E., Seyyed Mohammad-Ali Hosseini a déclaré: "L'attitude sélective et ambiguë, à l'égard de la question des Droits de l'homme et l'abus qui est fait des instances internationales sont constatés dans le foyer politique des Droits de l'homme de l'Occident, et la résolution, proposée, par le Canada, ne fait pas exception à la règle." Et Hosseini d'ajouter: "Le Canada, en tant que pays présentant la résolution concernant les Droits de l'homme, en Iran, est, lui-même, avec documents et preuves à l'appui, doté d'un épais dossier sur les violations des Droits de l'homme, à l'encontre de ses propres ressortissants, ainsi que des immigrés, illustrés, par les mauvais traitements et la répression de la police, à leur encontre, le ségrégationnisme et la xénophobie. Il n'est, donc pas habilité à parler de la situation des Droits de l'homme, dans d'autres pays."
irib

L'Iran condamne l'assassinat du Ministre libanais de l'Industrie  22/11/2006

La RII a, vivement, condamné "l'attentat odieux", qui a coûté la vie au Ministre libanais de l'Industrie, Pierre Gemayel. "Cet acte a été commandité, par les ennemis du Liban, ceux là même qui ne veulent pas du Liban comme symbole de la victoire et de l'unité, dans la région.", a affirmé le Porte-parole de la diplomatie iranienne, Seyyed Mohammad-Ali Hosseini. "Cet assassinat abject a eu lieu, dans un contexte de dialogue démocratique entre les composantes politiques du Liban, composantes qui s'efforçaient, soigneusement, d'éviter toute démarche divisionniste.", a constaté Hosseini. "La RII condamne, dans les termes les plus vifs, cette acte odieux, et compatit à la douleur des parents de la victime.", a-t-il ajouté. Pierre Gemayel, Ministre libanais de l'Industrie, et fils de l'ex-Président, Amin Gemayel, a été, rappelons-le, abattu, hier, mardi, à l'est

de Beyrouth, par un groupe d'individus armés.
irib

Nucléaire iranien: dernières évolutions  22/11/2006

Le Conseil des gouverneurs de l'AIEA a reçu hier mardi, la lettre officielle de la RII qui critique violemment l'attitude ambigue de ce conseil à son égard. Dans cette lettre qui a été lue par le représentant iranien à l'Agence, Ali Askar Soltanieh, il est rappelé que conformement aux lois, l'AIEA a le droit d'encourager les recherches nucléaires de ses membres et leurs efforts censés développer l'usage technique et scientifqiue de l'énergie fissile. "De ce fait, que l'AIEA ne puisse aider ses membres pour acquérir la technologie pacifique de l'atome, est injustifiable, a-t-ila ffirmé. Le texet affirme que certains pays impose leurs points de vue à l'Agence sous couvert des aides financières et techniques qu'ils lui apportent. "Cet état de faits empêche que cette instance remplisse duement ses fonctions, ajoute la lettre. Cette lettre de protestation fait écho à l'opposition constante des Américains et d'un certain nombre d'états membres du Conseil des gouverneurs à l'aide technique réclamée par l'Iran pour son usine d'eau lourde à Arak. Ce réacteur vise à produire des isotopes pouvant servir à des fins médiacles, agricoles et industrielle. Ce que l'Iran demande, ce sont des conseils en matière de sécurité nucléaire, sécurité "qui reste une priorité pour l'Agence". La politisation du climat de la réunion par les Américains a bloqué hier tout consensus au sein du conseil des gouverneurs qui a repporté à une prochaine séance toute prise de décision. Ce repport est intervenu alors que la Chine, la Russie et les pays de NAM (ndlr: non-alignés) avaient affirmé la veille le droit de l'Iran à bénéficier du soutien technique de l'Agence. La demande d'assisstance technique formulée par l'Iran temoigne une fois de plus de la trasparence du programme nucléaire iranien car elle débouche sur une présence plus active des inspecteurs onusiens sur les sites iraniens. l'opposition américaine a montré que la politqiue de Maison Blanche ne consistait pas à règler la crise mais à l'attiser davanatge. La déclaration de NAM rejette fermement toute instrumentalisation de l'AIEA à des fins politiques. La RII a présenté, conformément au charte de l'AIEA, huit projets de demande d'aide qui ont été toutes acceptées par le secrétariat de l'AIEA.
irib

Le Liban, après l’attentat qui a coûté la vie à son Ministre de l’Industrie  22/11/2006

Le Liban a renoué avec les attentats ciblés. Ils étaient des centaines, les Libanais, à descendre dans la rue, manière de protester contre l’attentat, qui a coûté la vie au Ministre de l'Industrie, Pierre Gemayel. Les manifestants ont demandé que les auteurs de cet attentat soient traduits en justice. A Balbek, les Libanais ont fermé la route internationale menant à Damas. Dans le même temps, le gouvernement libanais a salué l’initiative du Conseil de sécurité des Nations-unies qui a adopté le plan général de la mise en place d’un tribunal international chargé du procès des personnes accusées d’être impliquées dans l’attentat contre Rafic Hariri.
irib

L’AIEA décidera, jeudi, à propos de la demande iranienne  22/11/2006

Le Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’Energie atomique, l'AIEA, décidera, jeudi, des aides de l’Agence à la complétion du réacteur iranien d’eau lourde d’Arak. Rappelons que l’Iran avait demandé, il y a deux jours, à la réunion, à Vienne, du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, de l’aider, dans la construction du réacteur d’eau lourde d’Arak. Cette réunion poursuivra ses travaux aujourd’hui et demain. Aux dires des diplomates de l’Agence, la procédure de la prise de décision, sur une coopération légale et ordinaire avec Téhéran, s’est éternisée, d’une manière sans précédent, et s’est heurtée à une campagne politique et illégale des pays occidentaux. « Si l’Agence n’aide pas l’Iran, dans la construction de ce réacteur, Téhéran le complétera sans elle. », a déclaré le représentant iranien à l’Agence viennoise, Ali Asghar Soltanieh.
irib

L’Inde et la Russie prônent un règlement négocié pour le dossier nucléaire iranien  21/11/2006

L’Inde et la Russie ont plaidé pour une solution diplomatique du dossier nucléaire iranien. « La menace et le recours à la force sont inefficaces, dans le règlement du nucléaire iranien. », a constaté le Ministre indien des Affaires étrangères, Pranab Mukherjee, à l’issue d’une rencontre, à la Nouvelle Delhi, avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, cité, par le journal, "Indian Express". Le Chef de la diplomatie russe a, pour sa part, prôné la solution négociée à ce dossier. « Tous les efforts devront converger, pour aider l’Agence internationale de l’Energie atomique à régler ce problème, via le dialogue. », a-t-il souligné.
irib

Le Premier ministre italien, pour le dialogue avec l'Iran et la Syrie  21/11/2006

Le Président du Conseil italien, Romano Prodi, s'est dit prêt, hier, lors d'une conférence de presse avec le Président égyptien, Hosni Moubarak, au Caire, à dialoguer avec l'Iran et la Syrie, pour le rétablissement de la sécurité et de la stabilité, au Moyen-Orient. "J'espère que l'Italie aura la meilleure coopération possible avec Téhéran et Damas, pour empêcher l'instabilité, au Liban, et pour renforcer son gouvernement actuel.", a-t-il déclaré.
irib

La violence policière, dans les universités américaines  21/11/2006



Aux Etats Unis d'Amérique, le "monde académique" est en état de choc. Depuis mardi, une vidéo circule sur tous les écrans, mettant en scène les images de Mustapha Tabâtabâï Nejad, étudiant, d'origine iranienne, de 23 ans, violemment, tabassé, par la police de Los Angeles, dans la salle de lecture de la bibliothèque de UCLA. Interrogé, par la presse, la police a avancé le motif suivant: l'Iranien aurait, délibérement, ignoré l'ordre de présenter sa carte d'étudiant, ainsi que celui de quitter la bibliothèque, ce qui, selon la police, justifierait, amplement, le recours à la violence. Toute la journée de samedi a été marquée par le défilé de centaines d'étudiants et de professeurs de cette presitigieuse université, qui, indignés, ont appelé à l'ouverture d'une enquête indépendante, car la version des faits, tels qu'elle est rapportée, par la victime et son avocat, diffère, en de nombreux points, de celle que la police voudrait faire croire. Pour dire, en peu de mots, les maux, le spectre d'un "délit de sa gueule" plane sur cette affaire. Ville, à forte majorité étrangère, Los Angeles a, même, une cynique réputation, en la matière, à défendre. En 1992, le passage à tabac filmé d'un jeune noir avait provoqué de sanglantes émeutes, portant au grand jour les disparités fondamentales qui déchirent la société américaine. A présent, c'est au tour du racisme anti-musulman, de l'Islamophobie gratuite, de se mettre en spectacle, de la manière la plus éhontée. A Los Angeles, comme, partout, aux Etats Unis, les minorités, d'origine moyen-orientale, ont de quoi être inquiètes, face aux contrôles au faciès, aux convocations au poste de police, aux limitations de séjour, qui se multiplient à leur encontre. Mais au delà d'eux, ce sont les milieux intellectuels américains, retranchés, tout le long du règne du Bushisme, dans les facultés et les centres d'études, qui devront s'inquiéter, car, en cas d'un nouveau mandat des Républicains à la tête du pays, qui dit que ce dernier "bastion" des humanistes ne tomberait pas dans l'escarpelle de la politique ultra-sécuritaire de ces derniers? Après tout, si les forces armées peuvent franchir, si librement, l'enceinte d'une université et s'en prendre à un étudiant qui y fait ses études, on peut, alors, parler d'affront à leur statut de libres penseurs et à ce qu'on qualifie d'"autorité intellectuelle". En vérité, il y a là un danger à combattre, une dérive à dénoncer.
irib

Ça bouge, au Liban  21/11/2006



Tout semble s'accélérer, sur la scène politique libanaise, notamment, après la démission de 6 ministres chiites du gouvernement, dirigé, par Fouad Siniora, et l'intervention télévisée du Secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, sur la chaîne Al Manar. En effet, il a déclaré que les Libanais ne permettront pas au gouvernement Siniora, à la solde des Etats-Unis, de diriger le pays. Le Secrétaire général du Hezbollah, pour qui l'actuel gouvernement n'est pas indépendant, a appelé à la formation d'un gouvernement d'Union nationale ou à des élections anticipées, seule issue, selon lui, à la crise politique qui secoue son pays. Après l'échec cuisant du régime sioniste, dans la guerre contre le Liban, dont le but était d'éliminer la résistance et le Hezbollah, la Maison Blanche active, aujourd'hui, sa politique de complot, afin de pousser le pays du cèdre au chaos et pourquoi pas à la guerre civile. Le triangle composé de la Secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, de son Adjoint, David Welsh, et de l'Ambassadeur des Etats-Unis, au Liban, Jeffry Fieltman, s'active, pour diviser et mettre dos à dos les partis et groupements politiques libanais. La première cible de ce complot était, d'ailleurs, le Dialogue national, qui avait pris corps, à l'initiative du Président du parlement libanais, Nabih Berri. Mais Washington s'est ingéré dans les affaires libanaises et a entamé des discussions secrètes avec le Chef de la majorité parlementaire et du groupe du 14 mars, Saad Hariri, afin de conduire le dialogue dans l'impasse. L'intéressant, c'est qu'à la suite de la démission des ministres issus du Mouvement Amal et du Hezbollah, l'Ambassadeur des Etats-Unis a apporté son soutien au Premier ministre libanais, lui demandant de résister, face au Hezbollah, et de réprimer tout mouvement de rue. Aujourd'hui, semble-t-il, avec la montée du soutien populaire au Hezbollah, Washington cherche à relancer le débat sur le désarmement de ce mouvement, bien ancré chez le peuple libanais, afin de provoquer l'instabilité et la guerre civile. Dans une telle conjoncture, le Liban doit faire face à une grande épreuve, bien plus décisive que la résistance, face à l'agression sioniste, d'autant plus que le peuple libanais ne pardonnera pas les dérapages et les erreurs politiques du gouvernement de Fouad Sionira et du groupe de 14 mars
irib

Le Président Ahmadinejad dénonce l'hégémonie des USA et de la Grande-Bretagne dans le monde  21/11/2006



Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad a dénoncé lundi l'hégémonie des USA et de la Grande-Bretagne sur le monde.

Il a tenu ses propos devant des journalistes au cours d' une conférence de presse commune avec le président Robert Gabriel Mugabe du Zimbabwe au cours des cérémonies de bienvenue.


Ce responsable a souligné t que l'Iran et le Zimbabwe coopèrent étroitement afin de mettre un terme au système hégémonique dans le monde.


Les entretiens qui se sont été tenus entre l'Iran et le Zimbabwe ont été qualifiés de fructueux.


"Par la diffusion de nouvelles appropriées sur les deux nations et pays, les médias ont souligné le message de paix et d'amitié envers le monde entier," a affirmé le président.


Pour sa part, Robert Gabriel Mugabe a indiqué que la visite ne portera
pas simplement sur les questions d'ordre économique, mais que les relations historiques et politiques mutuelles seront également à l'ordre du jour
des entretiens.


"Nous croyons que nous devrions nous opposer aux
USA et en Grande-Bretagne, étant donné que tous les
deux se considèrent comme propriétaires du monde.


"En fait, dans ce système unipolaire, ils se considèrent comme les chefs du monde et citoyens de deuxième zone. Par conséquent, nous devrions être capable de nous défendre "a t'il ajouté.


irna

FRANCE/ISRAEL: Point de presse du porte-parole du Quai d'Orsay  20/11/2006

FRANCE/ISRAEL

(L'ambassadeur d'Israël à l'ONU, M. Dan Gillerman, a accusé dimanche la France d'avoir "lancé des fleurs aux terroristes" en poussant à l'adoption vendredi d'une résolution de l'Assemblée générale de l'Onu condamnant les opérations militaires d'Israël dans la bande de Gaza. Quelle est votre réaction ?)


Nous ne souhaitons pas commenter les déclarations de l'ambassadeur Dan Gillerman, ni entrer dans une polémique à propos d'une résolution de l'Assemblée générale des Nations unies qui a été adoptée par 156 voix.

Je vous rappelle notre position constante.

La France condamne sans réserve les tirs de roquettes en direction du territoire israélien. Ces tirs ont tué une Israélienne la semaine dernière à Sdérot et blessé grièvement deux autres personnes. Ils se sont poursuivis ce matin même.

Nous avons aussi condamné les tirs d'artillerie indiscriminés dans des zones habitées qui interviennent en violation du droit international humanitaire, en particulier des conventions de Genève.

Face à l'escalade continue de la violence à Gaza et dans le Sud Israël, nous sommes très préoccupés. La force ne peut apporter de solution durable à la question israélo-palestinienne. Plus que jamais, nous en appelons à l'esprit de responsabilité des deux parties qui doivent s'abstenir de toute action qui complique la recherche d'un règlement au conflit.


(Israël a accusé la France de jouer un rôle "hostile"
à l'ONU, les survols de chasseurs israéliens continuent au-dessus des positions des Casques bleus français de la FINUL, l'Etat hébreu rejette une initiative de paix prônée par Paris. Quelle suite la France compte donner à ces éléments ? Les relations franco-israéliennes entrent-elles dans une nouvelle phase ?)


Je vous renvoie à ma réponse à propos des déclarations de l'ambassadeur Gillerman.

Sur les autres aspects que vous mentionnez, nos positions et celles d'Israël sont bien connues. Nous allons poursuivre notre dialogue avec les autorités israéliennes sur ces sujets.



Pour consulter les points de presse précédents :
http://www.diplomatie.gouv.fr/actu/pointpresse.asp

Zeynel CEKICI

Le rapport du Parlement européen contre l'Iran est l'instrumentalisation des concepts humains  20/11/2006

Le Porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères a condamné le rapport tendancieux du parlement européen concernant la situation des droits de l'homme en Iran. " L'instrumentalisation des concepts humains ne peut pas camoufler la violation flagrante des droits de l'homme, en Europe et aux Etats-Unis.

Le Porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères, Seyyed Mohammad Ali Hosseini a condamné, vivement ce rapport tendancieux qui a fourni et préparé, selon la base des informations rapportés par les sources suspectes. " Ce rapport est contraire aux valeurs islamiques et aux principes des droits de l'homme" a-t-il souligné. " La préparation des rapports qui se réfèrent aux sources suspectes, tendancieuses et non concordantes, qui n'ont pas une conception juste et une connaissance des réalités de l'Iran et l'exploitation à des fins politiques de ces rapports par certains pays européens ne peuvent pas camoufler la violation flagrante et constante des concepts des droits de l'homme, en Europe et aux Etats-Unis" a indiqué le Porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères. On peut en citer comme exemples, la vision sécuritaire envers les concepts des droits de l'homme, les traitements dégradants envers les immigrés, l'existence des prisons secrètes, en Europe, les sévices infligés aux prisonniers dans les centres de détentions provisoires, en France, le vote négatif du Canada et de l'Union européenne contre la résolution de la violation des droits de l'homme par le régime sioniste, l'indifférence face aux crimes d'Israël, à Beit Hanoune, et à Qana, l'utilisation des armes non conventionnelles contre les villages, au Liban, la violation constante des droits des droits des minorités et des atteintes aux principes confessionnels et religieux des immigrés. " Avoir une vision paritaire et équilibrée, reposant sur le respect réciproque envers les lois et les valeurs acceptables par tous les pays, peut éliminer les ambiguïtés et les pourparlers constructifs, en se référant aux informations tenues des sources concordantes, peuvent contribuer à l'élimination des malentendus" a souligné, le Porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères.
irib

Du nucléaire iranien  20/11/2006

Le représentant de l’Iran à l’Agence internationale de l’énergie atomique, AIEA, Ali Askar Soltaniyeh a appelé l’Agence à aider l’Iran, dans le cadre des règles de cette instance internationale, sur le plan de garantis sécuritaires dans la construction de la réacteur de l’eau lourde d’Arak. « La sécurité des réacteurs sera dans l’intérêt de la communauté mondiale », a souligné M. Soltaniyeh avant d’ajouter qu’une telle demande ne contredit en rien les résolutions de l’Agence. « C’est l’uranium naturelle qui alimente la réacteur d’Arak. Les réacteurs de recherches de Téhéran n’ont pas besoin d’uranium enrichi à haut degré ; ce que l’Occident brandit faussement comme une menace, politisant un processus technique.

L’Iran reste toujours fidèle à sa coopération avec les inspecteurs de l’AIEA alors que les milieux politiques et médiatiques de l’Occident ne cessent leur campagne d’intoxication contre les activités nucléaires iraniennes. Pour l’heure, deux inspecteurs de l’Agence visitent les sites nucléaires iraniens à Natanz et à Ispahan.

Au sommet de l’APEC, le nucléaire iranien a été aussi un thème phare. Le président chinois a demandé à son homologue américain, le règlement négocié du nucléaire iranien. Les autorités russes ont rappelé, en marge du sommet de l’APEC à Hanoï, l’impératif du règlement diplomatique du nucléaire iranien et annoncé leur opposition aux sanctions anti-iraniennes.

Le premier ministre italien, Romano Prodi, a réitéré, dans un entretien avec le journal égyptien Al-Ahram, l’unique issue à ce dossier qui n’est autre le dialogue. Téhéran n’a pas besoin de l’atome pour être reconnu en tant que puissance régionale.
irib

Les Indonésiens protestent contre la visite de Bush  20/11/2006

George W. Bush est arrivé lundi en Indonésie où une importante manifestation illustrait combien le président américain y est impopulaire. Des Indonésiens ont convergé depuis le petit matin et même depuis la veille vers Bogor, en accusant le président américain d’avoir du sang sur les mains.
irib

Les sources médiatiques sionistes ont reconnu l'usage de bombes à fragmentation contre le Liban  20/11/2006

La chaîne 1 de la télévision israélienne a reconnu dimanche que l'armée israélienne avait largué dans sa guerre estivale contre le Liban des milliers de bombes à fragmentation sur les zones résidentielles.

" Désobéissant à l'ordre du chef de l'Etat major interarme, Dan Haloutz, l'armée avait utilisé ces bombes et une commission d'enquête avait été mise sur pied pour cela. " A révélé la chaîne de télévision.

En même temps, le web site du quotidien israélien " Yediot Aharonot" fait état d'un rapport intérieur de l'armée sioniste qui avait dévoilé l'usage de telles bombes contre les régions libanaises.

A noter que ces sous-munitions renferment des centaines de petites bombes qui n'explosent pas forcément lorsqu'elles sont tirées. En fait, elles représentent, comme les mines anti-personnelles, une menace permanente à la vie des civils. Auparavant, Haaretz avait reconnu que l'armée sioniste avait largué au moins 2 millions de bombes à fragmentation sur les régions libanaises. De même, le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan a condamné Israël pour avoir eu recours à de tels engins. D'après le récent rapport de l'ONU, il reste encore plus de 100 mille bombes à fragmentation dans diverses régions du sud-libanais.
irib

Allégations anti-iraniennes de l’Ambassadeur d’Israël, à l’ONU  19/11/2006



Lors d’une intervention, devant l’Assemblée générale des Nations-unies, à New York, Dan Gillerman, représentant de l’entité sioniste, à l’ONU, a déclaré que l’Iran et la Syrie avaient pris en otage l’Assemblée générale de l’ONU. Les déclarations de Dan Gillerman étaient, en fait, une réaction à l’approbation, le vendredi 17 novembre, d’une résolution, par l’Assemblée générale, pour condamner les crimes, commis, par l’armée israélienne. Or, le représentant de l’entité sioniste, à l’ONU, garde le silence, en ce qui concerne le veto apposé, la semaine dernière, par les Etats-Unis, à une résolution proposée au Conseil de sécurité, pour condamner le massacre des Palestiniens, dans la Bande de Gaza, et ce, pour cacher le fait que si quelqu’un a pris en otage l’ONU et son organe exécutif, ce sont, bel et bien, les Etats-Unis et leurs alliés israéliens. Dans son discours, devant l’Assemblée générale des Nations Unies, Dan Gillerman a accusé, de nouveau, la RII de soutenir le terrorisme. Il a utilisé les mêmes termes que le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, qui avait menacé l’Iran de frappes aériennes, pour suggérer qu’il y aurait, bientôt, un affrontement direct entre l’Iran et l’entité sioniste. Les Sionistes se sont mobilisés contre l’Iran, notamment, après leur défaite historique, au cours de leur agression de 33 jours contre le Liban. Pour justifier leur défaite et pour calmer l’opinion publique isarélienne, les dirigeants de Tel-Aviv reprennent leurs allégations contre l’Iran, en l’accusant de soutenir, financièrement et militairement, les forces de la résistance libanaise, notamment, le mouvement du Hezbollah. Cependant, le Premier ministre, Ehud Olmert, n’arrive même plus à convaincre, cette fois-ci, la presse israélienne. En effet, le quotidien, "Haaretz", s’est interrogé, dans son numéro d'aujourd'hui, samedi 18 novembre, sur la véritable raison de cette nouvelle mobilisation anti-iranienne d’Olmert, déjà, fragilisé, d’après les résultats des sondages d’opinion. « Les accusations portées contre l’Iran ne suffisent plus à aider Olmert. », a écrit "Haaretz". Dans cette condition, il serait, donc, difficile d’immaginer qu’Olmert arriverait à convaincre la Communauté internationale, lorsqu’il accuse l’Iran de vouloir avoir accès à l’arme atomique ou de soutenir le terrorisme. En tout état de cause, c'est l’entité sioniste qui entrave tous les efforts de paix au Proche-Orient et dont l’arsenal d’armes de destruction massive constitue le véritable danger qui menace la sécurité de toute la région.

IRIB



Publicité

Brèves



Commentaires