Le président souligne la nécessité de terminer la centrale électrique de Boushehr dans les délais  05/09/2006



Le président du parlement iranien, Haddad-Adel Gholam-Ali a souligné la nécessité de terminer la centrale électrique de Boushehr dans les délais précisant que cela ne pourrait que contribuer à la promotion de la future coopération entre l'Iran et la Russie.

Selon le bureau de presse du parlement, Haddad-Adel lors d'une réunion avec le responsable de la cour suprême de Russie, Vicheslav Lebedov, a qualifié la centrale électrique atomique de Bushehr de symbole de coopération fraternelle entre les deux pays.


Qualifant également, les relations entre les deux pays tant aux niveaux bilatéral et international de très importants, il a déclaré que "nous devons tirer profit de toutes les occasions de renforcer la coopération entre les deux pays."

Pour ce qui concerne les développements dans les relations internationales et donc de ladite coopération juridique entre les pays, Haddad-Adel n’a pas manqué d’évoquer le combat contre le terrorisme, la contrebande, le trafic de drogues aussi bien que la contrebande humaine qui ont constitué quelques-unes des questions les plus importantes.


Une des questions importantes concernant la coopération entre les deux pays est le sujet des droits de l'homme, transformée en issue politique et prétexte à interférer dans les affaires d'autres pays, a rappelé le président du parlement iranien.


Vicheslav Lebedov, pour sa part, a qualifié la coopération avec l'Iran de très importante.


Il a qualifié sa visite en Iran de "très convenable" et a déclaré au cours de ce voyage qu'il a eu des négociations très importantes dans le domaine de la coopération juridique avec les responsables iraniens.


Le responsable de la cour suprême de Russie a ajouté que le renforcement et la consolidation juridique bilatérale est le fruit de la coopération, des relations amicales, de la confiance et du bonne disposition existant entre les deux pays.

Le responsable de la cour suprême de Russie est arrivé dans Téhéran dimanche à la tête d'une délégation juridique russe de rang élevé. Il a rencontré le responsable du pouvoir judiciaire et le président de la cour suprême iranienne.
irna

George Bush exhorte à mettre un terme à la dépendance des importations de pétrole  05/09/2006

Notre dépendance des importations de pétrole entrave notre capacité à assurer une croissance économique, a déclaré le président des Etats-Unis, George Bush, lors de son voyage lundi dans l'Etat du Maryland.

"Le problème est que nous recevons du pétrole de certaines régions du monde où l'on ne nous aime tout simplement pas", a déclaré le président américain qui a exhorté son pays à utiliser plus largement des carburants de remplacement et l'énergie atomique pour produire de l'électricité.
Ria novosti

Etats-Unis: Les leaders des démocrates demandent la démission de Rumsfeld  05/09/2006

Les leaders des démocrates au Sénat et à la Chambre des représentants du Congrès des Etats-Unis ont adressé lundi une lettre à George Bush l'appelant à limoger le ministre de la Défense, Donald Rumsfeld.

Ils demandent d'autre part de changer la politique irakienne de l'actuelle administration et d'annoncer "le début du retrait par étapes des forces armées américaines d'Irak avant la fin de l'année".

"Puisque des changements de votre politique envers l'Irak seront le meilleur moyen d'augmenter nos chances de succès, nous ne pensons pas que l'actuelle direction civile du ministère de la Défense soit la mieux appropriée pour opérer et mener à bien de tels changements de politique", indique la lettre diffusée à Washington et signée par douze hommes politiques en vue, dont le leaders des démocrates au Sénat, Harry Reid, la leader des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, les membres de la direction des comités des forces armées au Sénat et à la Chambre des représentants, Carl Levin et Dwight Skelton, les membres de la direction des comités des renseignements au Sénat et à la Chambre des représentants, Jay Rockefeller et Jane Harman.

Les signataires proposent au locataire de la Maison-Blanche de redéfinir l'opération américaine en Irak en opération "antiterroriste", d'aider les autorités irakiennes à désarmer les formations militarisées sur le territoire du pays et à obtenir un règlement politique, ainsi que de tenir une conférence internationale et une rencontre du Groupe de contact pour le règlement politique, la sauvegarde de la souveraineté et le relèvement de l'Irak. La Maison-Blanche n'a pas encore commenté la lettre des leaders des démocrates.
Ria novosti

Le préjudice causé par la guerre au Liban dépasse 10 milliards de dollars (expert)  04/09/2006

D'après les estimations préalables, le préjudice causé par la guerre au Liban dépasse 10 milliards de dollars, a fait savoir Adnan Kassar, président du Conseil de l'Association des chambres de commerce et d'industrie des Etats arabes.

"Nos maisons ont été bombardées durant 33 jours. Plus d'un million de personnes sont restées sans toit, le nombre de tués, y compris des femmes et des enfants, dépasse 1300. Selon les estimations préalables, le préjudice causé par cette guerre est évalué à plus de 10 milliards de dollars", a déclaré Adnan Kassar lors d'une réunion du conseil d'affaires russo-arabe.

Selon lui, la reconstruction du pays dans les plus brefs délais est l'un des objectifs principaux du Liban.

"Nous avons déjà abordé les travaux d'édification. Profitant de cette tribune, je vous prie d'aider le Liban, pour que notre pays puisse renaître de ses cendres", a-t-il dit.
Ria Novosti

Une nouvelle explosion secoue la Turquie  04/09/2006

19 personnes ont été tuées ou blessées dans un attentat à la bombe qui s’est produit, dimanche soir, à Catac, dans le sud-est de la Turquie, rapporte l’agence Anatolie. Un policier figure parmi les victimes. Aucun groupe ou individu n’a encore revendiqué l’attentat. Toute la semaine dernière, la Turquie notamment ses lieux touristiques ont été le théâtre de plusieurs attentats à la bombe.
irib

Perez pour une révision de la stratégie militaire israélienne  04/09/2006

"Israël doit tirer leçons de la guerre contre qu’il a mené le Liban et revenir sur sa stratégie militaire pour en réduire les problèmes", a affirmé le vice-premier ministre du régime sioniste, Shimon Perez. La récente offensive contre le Liban a été pour Israël l’expérience d’une nouvelle version de la guérilla qui lui a infligé de lourds dégâts, faute de connaissance qu’il fallait, a écrit le numéro de dimanche du Guardian, citant Shimon Perez. "Israël n’est pas en mesure de mener ce type de guerre car les armes qu’il détient ne sont pas faites pour être utilisées dans de conflits pareils", ajoute le vice-premier ministre israélien qui, en plus, demande que Tel-Aviv se dote davantage d’équipements militaires conformes à la guerre contre guérilla. Perez a également affirmé qu’Israël devait procéder à une politique de décentralisation dans les régions les plus frappées par les missiles du Hezbollah, reconnaissant l’incapacité de l’armée sioniste à les contrer.
irib

Les avions israéliens ont violé l'espace aérien libanais  04/09/2006

- En dépit de l'annonce du cessez-le-feu, au Sud du Liban, les avions de reconnaissance israéliens ont violé l'espace aérien, au nord et au sud du Liban.

Ces appareils ont survolé trois heures durant le sud-libanais. Des avions militaires israéliens ont, par ailleurs, survolé le sud du Liban jusqu'à Akar, au nord du Liban.
irib

Le secrétaire général des Nations Unis qualifie de « bons et constructifs » ses entretiens avec les responsables iraniens  03/09/2006



Le secrétaire général des Nations Unis, Kofi Annan, a qualifié de « bons et constructifs » ses entretiens avec les responsables de la République Islamique d’Iran à Téhéran.

Selon le bureau des Nations-Unis à Téhéran, Kofi Annan après son entretien d’une heure et demi avec le secrétaire du Conseil Supérieur de Sécurité Nationale de l’Iran, Ali Larijani a déclaré aux journalistes présents que « j’ai eu des discussions très bonnes et constructives avec M.Larijani et comme vous pouvez le deviner, nous avons surtout évoqué la question nucléaire iranienne et également les sujets régionaux intéressant à la fois la République Islamique d’Iran et les Nations Unis ».


Le secrétaire général de l’ONU a rajouté : « j’ai trouvé nos entretiens tellement utiles que je pourrai les mettre à profit à l’avenir dans mon travail soulignant « j’ai besoin de votre aide car votre région me préoccupe ainsi qu’aux nations Unis et je remercie M.Larijani.


Le secrétaire général des Nations Unis, Kofi Annan, est arrivé samedi matin à 11H40 à Téhéran et a été accueilli à son arrivée par le vice-ministre des Affaires étrangères, Abbas Araghchi.


Kofi Annan et ses hauts conseillers ont commencé leurs entretiens samedi en début d’après-midi avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, sur différents sujets comme la résolution 1701 du conseil de sécurité, la situation en Afghanistan et en Irak, le dossier nucléaire iranien et des Droits de l’homme.


A 4H de l’après-midi, le secrétaire général des Nations Unis a rencontré Hashémi Rafsandjani, le président du Conseil de Discernement avec qui il a examiné ses récents entretiens dans les pays de la région.


Samedi soir, il a été reçu à dîner par le chef de la diplomatie iranienne et dimanche il est prévu qu’il rencontre le chef d’Etat iranien, Mahmoud Ahmadinejad.


irna

Emile Lahoud : 'Le Hezbollah libanais symbolise la résistance nationale.'  03/09/2006

Selon l’Agence de presse chinoise, Xinhua, le Président libanais a mis, samedi, l’accent sur le fait que le Hezbollah symbolisait la résistance nationale et qu’il ne permettra pas au régime sioniste d’occuper, une nouvelle fois, les territoires libanais.

D’après ce communiqué, la résistance nationale fera, sérieusement, tout son possible, pour libérer les fermes de Chaaba de l’occupation du régime usurpateur de Ghods, ainsi que les prisonniers libanais détenus dans les geôles de ce régime.

Lahoud, en faisant l’éloge du Hezbollah du Liban, a précisé que la question du désarmement était une question, dont les Libanais devaient, eux-mêmes, décider.

De même Emile Lahud a demandé la mise en application de la résolution 1701 du Conseil de sécurité par le régime sioniste.
IRIB

Bush répète ses allégations anti-iraniennes  03/09/2006



Devant le public de l'American légion, en Utah, le Président américain, George W. Bush a de nouveau accusé l'Iran de s'ingérer dans les affaires intérieures de l'Irak, de soutienir le terrorisme et de fournir d'armes au Hezbollah libanais.

"Téhéran fournit des munitions et matériaux nécessaires pour produire les engins explosifs, en Irak.", a-t-il lancé.

Il a prétendu que les responsables de la RII avaient privé des millions d'iraniens de leurs droits fondamentaux. Il essaie de suggérer que Téhéran ne respecte pas ses engagements envers la communauté internationale.

Déçu par les échecs de l'armée israélienne, au Liban, le président Bush a, pour l'heure, recouru à des falsifications sur les développements du Moyen-Orient, pour dériver l'opinion publique des événements de l'Irak, du Liban et de la Palestine. Ceci dit, les revers de la Maison Blanche ne se limitent pas aux dossiers irakien et libanais.

Selon certains experts, le projet américain du "Grand Moyen-Orient" est resté lettre morte et Washington est, faut-il le rappeler, le grand perdant de la théorie des Dominos.

En fait, les faucons de la Maison Blanche, Bush en tête, cherchant à faire main basse sur les immenses ressources énergétiques du Moyen-Orient, à remodeler la structure politico-économique de cette région, n'ont eu qu'à leur actif échec sur échec.

Les questions irakienne et libanaise se sont, effectivement, transformées en cauchemar du locataire de la Maison blanche qui cherche à se tirer de ce bourbier.

Les accusations de Bush contre l'Iran concernant ses immixtions dans les affaires irakiennes ne sont pas chose nouvelle. Ceci dit, le Président américain s'attelle à faire croire que l'Iran soutient le terrorisme, transgresse les droits de l'Homme et oeuvre pour accéder aux armes atomiques.

Et ce, alors que l'opinion publique, notamment le peuple iranien n'ont pas oublié le rôle direct de l'Amérique dans le renversement du gouvernement légitime iranien, en 1953, ses soutiens au dictateur déchu irakien, Saddam Hussein, lors de la guerre imposée à l'Iran, l'envoi des armes chimiques made in USA au régime baasiste irakien et son intervention dans l'écrasement de l'air bus iranien dans les eaux du golfe Persique.

Les néoconservateurs de la Maison blanche tentent de se poser en défenseurs des droits de l'Homme, mais leur bilan est effectivement noir, et cela, notamment compte tenu de leur politique en Irak, au Liban et en Palestine.

Les scandales d'Abou-Ghraïb et de Guatanamo sont d'autres cas de violation par les Etats-Unis d'Amérique des droits de l'Homme.

Reste à savoir pourquoi l'Amérique ne cesse de pointer du doigt d'autres pays, alors qu'elle est en train de fabriquer elle-même de nouvelle générations d'armes nucléaires?"

Comme les résultats de divers sondages d'opinion le montrent, le monde entier croient que le Président Bush est à l'origine de l'insécurité et de la guerre, à l'échelle planétaire et ce qui est une réalité inéluctable.
IRIB

Le cabinet sioniste se fissure  03/09/2006



Le crime ne paie pas, les crimes de guerre, encore, moins. La défaite militaire d'Israël, au sud du Liban, son onde de choc politique, qui continue à le secouer, semble prouver cette affirmation, désormais, plus vrai qu'un simple adage. Sur fond du terrible revers libanais, le Premier ministre Olmert et son Ministre de la Guerre, Amir Peretz, se déchirent. L'objet du litige : la formation d'une Commission d'enquête sur les causes de l'échec, que le premier veut sans "force exécutoire" et que le second souhaite "indépendante" et "capable de faire tomber bien des têtes". De toute évidence, pour le Travailliste, Peretz, dont le parti dipose de 19 des 120 sièges de la Knesset contre 29, allant à son coallié "Kadima", la page des alliances semble bel et bien tournée. Face à une opinion publique revancharde, qui, désabusée, réclame, farouchement, des comptes, rien ne l'oblige à s'obstiner à appuyer un Premier ministre, que tout, absolument, tout, donne perdant, d'autant plus qu'au sein de sa propre formation, des voies n'hésitent plus à mettre en cause son idée de faire partie d'un fragile gouvernement, sorti du naufrage du sharonisme. Il y là, sans doute, de quoi motiver le Ministre de la Guerre à se démarquer du Chef de Kadima, tâche à laquelle il s'est, habilement, livré, dès à présent. Mais, quoiqu'il en soit, avec les résultats de l'enquête sur le disfonctionnement de l'armée, prétendument, la plus sophistiquée du Moyen-Orient, le Parti travailliste en pâtira, lui, qui a su se construire, au fil des ans, une réputation de partisan du dialogue avec les Palestiniens et qui a pactisé avec les héritiers de Sharon, pour défendre cette même réputation. A leurs partisans, tout comme à l'opinion internationale, les Sionistes de gauche auront, sacrément, du mal, désormais, à expliquer le comment de l'une des plus spectaculaire entreprises de destruction massive de ces dernières années, menées, sous leur supervision.
IRIB

Les Etats Unis désignent un émissaire spécial pour la lutte contre le PKK  03/09/2006



Où se cache le piège? La décision de Washington de nommer un émissaire spécial chargé de lutte contre le PKK a tôt fait de susciter cette question, dans une Turquie de plus en plus inquiète des liens, qui se tissent entre les séparatistes kurdes d'une part et les Etats Unis de l'autre. Certes, le Porte parole du minsitère turc des A.E. a aussitôt applaudi l'initiative sans toutefois se faire trop d'illusion. La semaine dernière, la colère est monté d'un cran à Ankara qui a mis en garde Washington contre son soutien implicite aux agissements anti-turc du PKK qui se multipliemnt dans le nord de l'Irak. Le Premier ministre Erdogan est allé même encore plus loin en affirmant que son pays commençait peu à peu à en perdre patience. A vrai dire, le double jeu que mènent les Américains sur ce terrain n'a cessé d'attiser ces derniers temps la traditionnelle "kurdophobie" turque au point qu'à Ankara, d'aucuns parlent d'un possible projet américain du détournement du potentiel de frappe du PKK au détriment des intérêts turcs. Et à ces accusations, Washington ne sait pas trop quoi répondre. Depuis l'invasion de l'Irak en 2003, les séparaistes kurdes y opèrent avec une grande latitude s'en prenant de temps à autre aux intérêts turcs sans que les Etats-Unis ne lèvent le petit doigt. Pis encore, le PKK figure sur la liste des organisations terroristes dressée par le Département d'Etat, ce qui donne à cette appuie un aspect encore plus exaspérant. Rien d'étonnant donc que de voir les réactions mitigées des autorités turques qui semblent prendre avec les pincettes l'initiative américaine de désigner un Monsieur "anti-PKK" en la personne du général Joseph Raleston. Après tout, rien ne dit qu'il ne s'agisse pas là d'une manoeuvre de diversion censée ramener les dirigeants d'Ankara à la table des négociations autour, pourquoi pas, du projet d'une semi autonomie du Kurdistan turc.
IRIB

Le secrétaire général des Nations Unis est attendu samedi en Iran  02/09/2006


Stéphane Dujarric, le porte-parole du secrétaire général de l’ONU a annoncé que Koffi Annan, son secrétaire général des Nations-Unis, se rendra samedi à Téhéran, dans la continuité de sa tournée dans la région du Moyen-Orient.

Le porte-parole du secrétaire général de l’ONU a précisé que Koffi Annan, au cours de ce voyage doit rencontrer les hauts responsables de la République Islamique d’Iran, notamment le chef d’Etat iranien, Mahmoud Ahmadinejad pour des entretiens.


Le Secrétaire général des Nations Unies a fait part hier dans un communiqué publié à New York de sa grande tristesse après le crash d'un avion à Machhad dans le nord-est de l'Iran.


La déclaration suivante a été communiquée aujourd’hui par le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan: « le Secrétaire général a été profondément attristé d’apprendre la mort des passagers d’un d’avion qui s’est écrasé à Machhad, en Iran ».


« À la veille de sa visite dans ce pays, toutes les pensées du Secrétaire général vont aux familles des victimes de cette tragédie. Il leur présente ses sincères condoléances ainsi qu’au Gouvernement de l’Iran. »

Un avion tupolov 154, appartement à la compagnie aérienne Air Tour, vendredi au moment de l’atterrissage à l’aéroport de Machhad faisant vingt-neuf personnes tuées selon le dernier bilan.


irna

L'arrivée de Khatami à New York  01/09/2006

L'ancien Président iranien, Seyyed Mohammad Khatami qui dirige l'Institut international du dialogue des cultures et civilisations est arrivé jeudi à New York pour participer à un sommet consacré à ce sujet. Khatami est également attendu à la session du Conseil des relations islamo-américaines, CAIR, où il devra tenir un discours. La semaine prochaine à Washington, Khatami pronocera une allocution à la cathèderale de cette ville en présence des dignitaires religieux et des experts. A l'ONU, Kathami parlera également du dialogue des civilisations et du rôle de trois religions monothéistes.
IRIB

La Syrie et le Venezuela unis contre l'impérialisme américain  01/09/2006

Les présidents syrien et vénézuélien ont réaffirmé leur volonté commune de faire face aux politiques hégémoniques et impérialistes des Etats-Unis. Au terme d'une visite officielle de trois jours à Damas, Hugo Chavez a réclamé jeudi de concert avec son homologue syrien l'établissement d'un ordre multipolaire dans le monde. Face à Israël, les deux dirigeants ont exigé une plus grande fermeté des instances internationales en vue de forcer le régime sioniste à respecter les résolutions onusiennes. Les deux hommes ont également condamné l'offensive d'Israël contre le Liban qui a coûté la vie à plus d'un millier de personnes et ont demandé une action internationale pour que ce genre d'agression ne se répète plus.
IRIB

Soltanieh: 'Le rapport de l'AIEA confirme la pleine coopération de l'Iran'  01/09/2006



IRIB - Le rapport de l'AIEA sur l'Iran reconnait la pleine coopération de l'Iran, a estimé l'Ambassadeur iranien auprès de l'Agence, Ali Asghar Soltanieh. " Aucune dérive militaire n'existe dans le programme nucléiare iranien de l'aveu du texte, a affirmé Soltanieh en allusion à ce rapport. "Il s'agit du rapport le plus court que l'Agence n'ait jamais écrit au sujet de l'Iran et qui reconnait que les inspections onusiennes ont été menée en Iran sans accroc et suivant les règles, a-t-il ajouté. le Conseil de sécurité des Nations unies avait appelé dans la résolution 1696 le directeur de l'AIEA à lui présenter un rapport sur le nucléaire iranien à l'expiration de l'ultimatum à l'Iran pour suspendre son enrichissement d'uranium
IRIB

Le Soudan refuse d'accepter la résolution onusienne  01/09/2006

Le Conseiller du président soudanais a rejeté la résolution 1706 du Conseil de sécurité sur le Soudan,la qualifiant d'inapplicable. Madjzoub Al-Khalifah; a affirmé jeudi que la résolution 1706 du Conseil de sécurité, étant dépourvue de tout appui politique, ne fera qu'aggraver la situation. Al-Khalifa a ajouté que la communauté internationale devait donner une occasion au Soudan pour qu'il puisse mener à bien ses enquêtes et négociations dans ce domaine. Le Conseil de sécurité de l'ONU a ordonné jeudi, dans une résolution, le renforcement des forces de maintien de la paix de l'ONU, appelant le gouvernement soudanais à donner son accord pour le déploiement de ces forces.
IRIB

Shimon Peres: le Nucléaire iranien, un problème pour toute la communauté mondiale  31/08/2006

RIA Novosti. Le vice-premier ministre israélien Shimon Peres, en visite à Rome, a affirmé jeudi que le programme nucléaire iranien était un problème concernant toute la communauté internationale.

"Il n'est pas possible de laisser un pays qui a une politique aussi agressive avoir la bombe atomique. L'Iran n'est pas seulement un problème pour Israël. C'est aussi un problème pour le monde entier. Donc, le monde entier s'occupera du problème de l'Iran", a déclaré Shimon Peres avant sa rencontre avec le premier ministre italien Romano Prodi.

Shimon Peres a hautement apprécié les actions entreprises par Rome en vue de régler le conflit libano-israélien. Interviewé par la chaîne italienne d'information en continu Sky Tg24, le vice-premier ministre israélien a souligné que l'Italie jouait actuellement un rôle important au Proche-Orient", et qu'elle avait pris des "décisions importantes et courageuses".

Répondant à une question sur le déploiement éventuel d'une force de paix de l'ONU dans la bande de Gaza, Shimon Peres a déclaré que ce problème dépendait du règlement de la crise libano-israélienne.
RIA Novosti

Les propagandes des médias occidentaux sur l’enrichissement d’uranium iranien  31/08/2006



Au seuil de la publication du rapport du secrétaire général de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), Mohammed El-Baradei, les médias américains s’efforcent ces derniers jours pour tromper sur la nature purement pacifique des activités nucléaires iraniennes l’opinion publique dans leurs articles de propagande de souligner que l’Iran continue l’enrichissement d’uranium.

Depuis le début de l’accession de Téhéran à la technologie pacifique nucléaire, ces propagandes se sont accélérées afin de détourner l’opinion publique de l’objectif pacifique des activités nucléaires iraniennes.


Les Etats-Unis et leurs réseaux médiatiques dans différents pays et notamment en Occident de façon ciblée et délibérée, avec des titres non fondés et accrocheurs travaillent en ce sens.


La voie de l’Amérique, jeudi matin a déclaré que selon des rapports reçus, l’Iran dans une action démontrant son refus d’obtempérer dans la suspension de ces activités nucléaires a préparé un nouveau cycle d’enrichissement d’uranium.


L’AFP, citant des diplomates proche de l’AIEA, a déclaré que Téhéran a procédé à un nouveau cycle d'enrichissement la semaine dernière dans des centrifugeuses à Natanz, au centre de l’Iran soulignant que les Iraniens "ont introduit de petites quantités de carburant, du gaz d'hexafluore d'uranium (UF6)" dans des centrifugeuses, a annoncé l'un d'eux.


Les allégations des médias américains et européens se poursuivent alors que toutes les activités pacifiques de la République Islamique d’Iran se font de façon transparente et restent cantonnées dans le cadre des traités internationaux sous l’égide de l’AIEA comme le confirment les inspecteurs de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique.

irna

Le président d’une association juive en Allemagne a été écarté à la suite de ses critiques du régime sioniste  31/08/2006



Rolf Ferlgër, physiologiste et président d’une association juive de Schleswig - Holstein (nord) a été écarté de ses fonctions à la suite de ses fortes critiques sur le comportement du régime raciste israélien au Liban.

Le conseil central des Juifs en Allemagne après une lettre ouverte de Rolf Ferlgër adressée à ce conseil et dans laquelle il critique la politique violente du régime sioniste contre les Libanais et les Palestiniens, le président de cette association de Schleswig - Holstein a été démis de ses fonctions.


Dans sa lettre, il a déploré que quand le régime israélien pratique la ségrégation et puni collectivement sans jugement et assassine les gens et pour chaque israélien tué n’hésite pas à tuer dix libanais et qu’il détruit les villes, plus personne ne croit que cela s’apparente réellement au Judaïsme.


Rolf Ferlgër dans cette lettre adressée au président du Conseil central des Juifs et d’autres membres en Allemagne a rajouté que les opérations militaires contre les libanais non seulement n’ont pas permis d’apporter la sécurité à Israël mais aussi ont confronté le régime israélien à davantage d’insécurité et ont décuplé la colère des pays voisins.


Ces dernières semaines, les crimes du régime israélien sont tels contre les peuples libanais et palestinien que même ceux qui soutenaient ce régime en Allemagne critiquent ouvertement les actions du régime israélien.


irna



Publicité

Brèves



Commentaires