Les forces françaises de la Finul font de l'espionnage pour Israël  16/02/2007

Les forces françaises de la Finul déployées au sud-Liban font de l'espionnage en faveur d'Israël en effectuant des vols de reconnaissance pour collecter des informations sur les positions et les mouvements du Hezbollah libanais, a annoncé, jeudi, le quotidien israélien Maariv citant des sources militaires. Selon la dépêche, le régime sioniste a réduit le survol de ses avions au Liban et aurait confié une partie de cette mission aux forces françaises de la Finul.
IRIB

Probable retrait russe du traité sur la réduction des armes nucléaires  16/02/2007

Moscou pourrait renoncer unilatéralement au Traité sur l’élimination des missiles de moyenne et de courte portée, a déclaré aux journalistes le général d’armée Iouri Balouïevski, chef de l’état-major général des forces armées russes, cité par Reuters. M. Balouïevski a indiqué qu'à l’heure actuelle, les Etats-Unis étaient en train de créer une troisième zone de défense antimissile en Europe. " Je ne vois aucune explication à cela", a-t-il précisé. Le Traité de 1987 avait été signé à l'époque de la guerre froide entre Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan
IRIB

L'ambassadeur iranien auprès de l'ONU accuse les USA de présenter des allégations  16/02/2007

L'ambassadeur permanent auprès des Nations Unies a déclaré que le gouvernement de Bush prétend lancer des allégations en accusant les autres en Irak, et a ajouté que les armes qui viendraient d'Iran ont été fabriquées aux USA.

Mohammad Yavad Zarif a fait ces déclarations au cours d'une importante émission, qui est retransmise sur le canal 13 des USA et a ajouté : "la date
enregistrée dans les armes est seulement utilisée en Amérique du Nord, et partout dans le monde, y compris en Iran, on marque d'abord le jour et
ensuite le mois."

Mohammad Yavad Zarif a expliqué : "s'ils surveillent les essais, les
dates sur les armes qui démontrent que les USA agissent dans l'ordre des choses utilisé par la méthode américaine, dans laquelle on place d'abord le mois et ensuite le jour, tandis que dans le reste du monde, on écrit d'abord le jour et ensuite le mois, c'est pourquoi ceux qui ont falsifié ces essais devraient écouter pour apprendre."

"Les essais indiquent que celles-ci ont été ajoutées ce qui indique la politique suprêmement dangereuse qui est suivie par ce gouvernement "a t'il soutenu.


Mohammad Yavad Zarif a certifié que Téhéran ne retire aucun bénéfice en soutenant les insurgés ni en approuvant la violence éthnique en Irak dans la mesure où l'insécurité en Irak est l'insécurité en Iran.


"L'Iran et les USA sont deux importants acteurs dans la région et devraient se rendre compte du fait que nous avons besoin de chercher une solution
et ne pas aller à la recherche d'une crise" a t'il insisté.


Mohammad Yavad Zarif a conclu que "si ll'objectif est celui d'arriver à une
solution, nous pouvons leur assurer que le dossier nucléaire pourrait être résolu dans un espace de temps relativement court."
IRNA

Iran: de nouveaux suspects arrêtés pour l'attentat de Zahedan  16/02/2007

De nouveaux suspects ont été arrêtés suite à l'attentat meurtrier de mercredi contre des membres des Gardiens de la Révolution dans la ville de Zahedan dans le sud de l'Iran.

"Certains membres liés au groupuscule terroriste Jundallah ont été arrêtés hier soir", a déclaré le général Mohammad Ghaffari, haut responsable de la police dans la province de Sistan- Baloutchistan.


Une voiture piégée a explosé mercredi matin au passage d'un bus des forces terrestres des Gardiens de la Révolution , faisant au moins 11 morts et 31 blessés.


Le groupe extrémiste Joundallah a revendiqué la responsabilité de l’attaque.


Le général Ghaffari a indiqué que 65 suspects, en plus des trois personnes responsables de l'attentat, avaient été arrêtés, ajoutant que l'un des terroristes avait été tué dans l'explosion.


La province de Sistan-Baloutchistan est à la frontière avec l’Afghanistan et duPakistan. Les forces de sécurité iraniennes y affrontent régulièrement des groupes armés locaux se livrant au trafic de drogue.


Cette organisation s’est manifestée en décembre 2005 en enlevant neuf soldats près de la frontière avec le Pakistan, avant de libérer huit d’entre eux, tuant le neuvième.


En mars 2006, Joundallah a tué vingt-deux personnes qui circulaient en voiture sur une route non loin de la frontière avec le Pakistan.


En mai de la même année, il avait tué douze passagers de quatre voitures dans la province de Kerman (sud-est), voisine avec le Sistan-Balouchistan.

Enfin, à la veille des élections locales du 15 décembre, une voiture piégée avait explosé à Zahedan tuant une personne.


En novembre dernier, legouvernement iranien a jugé et exécuté publiquement six membres du groupe Joundallah à Zahedan et Iranshahr (sud-est).


Dans une interview publiée hier par le quotidien français « Libération », Ali Akbar Velayati, conseiller diplomatique du Guide suprême de la révolution, Ali Khamenei, est d’ailleurs très clair. Par exemple, il n’est pas question pour lui de nier le génocide des juifs pendant la guerre mais il n’accepte pas que cette question soit « utilisée pour justifier l’oppression des Palestiniens ». Même chose pour le nucléaire.


Dans le même entretien, Ali Akbar Velayati explique ainsi qu’en matière de nucléaire, « les portes sont grandes ouvertes à une négociation avec Mohammed El-Baradei. Il n’y a aucune limitation » ajoutant : « nous n’avons qu’une ligne rouge : le respect de notre droit à l’énergie nucléaire, qui nous est garanti par le traité de non-prolifération. Nous ne voulons pas de nucléaire militaire mais, j’insiste, je le répète, chacun doit savoir que notre droit au nucléaire civil est une ligne rouge et que nous le défendrons sans rien céder. »

Une position beaucoup plus compréhensible et qui peut battre en brèche les velléités des va-t-en-guerre, qu’ils soient états-uniens ou européens.

IRNA

Gholam-Ali Haddad Adel : les questions palestiniennes et irakiennes sont des cicatrices sur le corps du monde de l'Islam  16/02/2007

Le président du parlement iranien, Gholam-Ali Haddad Adel, lors d'une réunion avec le Président de l'assemblée consultative de l'Indonésie, Hidayat Nur Wahid, a qualifié les questions palestiniennes et irakiennes de cicatrices sur le corps du monde de l'Islam.

Gholam-Ali Haddad Adel a souligné que l'ère de la vigilance du monde de l'Islam a commencé.


Evoquant l'appui des iraniens pour la révolution islamique symbole de défense du monde de l'Islam, il a invité les états islamiques à déclarer leur solidarité avec l'Iran, qui est un précurseur dans une telle campagne.


"Si l'Iran restait silencieux face à l'oppression des palestiniens, les USA n'auraient pas exercé tellement de pression sur l'Iran à cause de son dossier nucléaire," a affirmé Gholam-Ali Haddad Adel.


Le président du parlement iranien a poursuivi que les USA ont évoqué la question de l'ingérence de l'Iran dans les affaires internes de l'Irak pour dissimuler leurs échecs dans ce pays.


Sur sa part, Hidayat Nur Wahid a souligné que l'Iran est autorisé à accéder à l'énergie nucléaire à des fins pacifiques et a déclaré le soutien de son pays à l’Iran.


Il a précisé que les USA et Israël sont impliqués respectivement en semant les graines de la discorde entre les Shiites et le Sunnites en Irak.


Le président du parlement iranien est arrivé à Jakarta mercredi dans la soirée pour une visite officielle de trois jours où il aura des entretiens avec hauts responsables indonésiens.


IRNA

Le premier vice-président iranien plaide pour renforcer les consultations avec la Turquie pour résoudre les problèmes du monde musulman  16/02/2007

Le premier vice-président iranien, a eu une entrevue avec le premier ministre de Turquie, Recep Tayyib Erdogan, où il a parlé de l'importance de renforcer les consultations entre Téhéran et Ankara pour trouver une solution adéquate aux problèmes de la région et du monde musulman.

Parviz Davoudi et Erdogan se sont déplacés jusqu'au Turkménistan pour assister hier à la cérémonie d'investiture du nouveau président turkmène.


"Les crimes du régime sioniste, spécialement, la démolition de la Mosquée Al Aqsa, la continuation de l'occupation en Irak, qui a provoqué de l'insécurité et de l'instabilité dans ce pays et les conspirations des ennemis pour produire
des conflits entre musulmans, comme les tensions créées entre chiites et sunnites, préoccupent le monde islamique" a souligné le haut responsable iranien.


Le vice président a fait allusion aux nombreux points en commun tant historiques que religieux que partagent l'Iran et la Turquie, et a indiqué que "les deux grands pays ont un rôle très important dans la solution des affaires
régionales et internationales, en particulier, dans le monde musulman."
IRNA

Haniyeh donne sa démission et Abbas le charge de former le gouvernement d'union nationale  16/02/2007


Ismaël Haniyeh, le Premier ministre palestinien, a présenté sa démission au Président de l'autorité palestinienne qui le charge de former le gouvernement d'union nationale.

C'est conformément à l'accord, signé à la Mecque sous l'égide de l'Arabie Saoudite, que le Président Abbas l’a chargé hier, le jeudi 15 février 2007, de former le gouvernement d'union nationale en l’appelant à respecter les intérêts fondamentaux du peuple palestinien.

Notons que les mouvements du Hamas et du Fatah ont signé cet accord qui confirme l'interdiction de faire couler le sang palestinien, qui confirme l'unité nationale, qui confirme la nécessité d'adopter le dialogue comme une base pour résoudre toutes différences entre les frères.

Tout de suite après cette nouvelle, le soulagement a été palpable dans la rue palestinienne, ainsi que chez toutes les factions palestiniennes, surtout du fait que des nouvelles s'étaient répandues parlant des obstacles empêchant la formation d'un gouvernement d'union nationale.

http://www.palestine-info.com

Le groupe terroriste Jondollah est lié aux Etats-Unis et à la Grande Bretagne  15/02/2007

" Le groupe terroriste Jondollah, qui a revendique l'attentat terroriste, dans la ville iranienne de Zahedan, est lié, sans aucun doute, aux services secrets d'espionnage des Etats-Unis et de la Grande Bretagne" a souligné, aujourd'hui, Mohammad Ghaffari, commandant du centre d'opérations des forces de l'ordre de la province du Sistan et Baloutchistan. " Les documents et les films, saisis, des principaux éléments de ce groupuscule prouvent qu'ils ont, à n'en rien douter, des liens avec l'étranger, surtout avec les Etats-Unis et la Grande Bretagne." a indiqué ce responsable iranien. Rappelons que 11employés du Corps des gardiens de la révolution islamique ont trouvé le martyr et 31 autres ont été blessés, lors de l'attentat à la voiture piégée, dans la ville de Zahedan, au sud-est du pays. Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon a qualifié cet attentat d'acte terroriste. " Le Secrétaire général de l'ONU compatit à la douleur des familles des victimes de cet attentat, le condamne et croit qu'il n'y a aucune justification pour recourir à la violence" a affirmé, son Porte-parole, sur la chaîne Al-Alam.
IRIB

La Suisse entame les sanctions contre l'Iran sur le programme nucléaire  15/02/2007

La Suisse a commencé mercredi à imposer des sanctions contre l'Iran qui continue son enrichissement d'uranium, a rapporté Radio suisse internationale.

Selon les sanctions, toutes les exportations suisses susceptibles de servir les programmes nucléaires ou de missiles balistiques sont interdites, a indiqué la radio.

Les autorités suisses ont également gelé un nombre d'avoirs iraniens.

Les mesures de sanction sont conformes à la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies adoptée en décembre 2006, a indiqué le cabinet suisse.

Ces sanctions ont été entamées deux jours après que la ministre suisse des Affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey, eut tenu des discussions informelles avec le responsable en chef de la sécurité nationale de l'Iran, Ali Larijani, sur le problème nucléaire.

Lors des discussions de lundi à Berne, la ministre suisse a souligné la nécessité d'une solution diplomatique pour la crise nucléaire.

Source: xinhua

La Russie soutient seulement la résolution qui ouvre la voie aux négociations avec L’Iran  15/02/2007

Le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov a souligné que Moscou soutient seulement la résolution qui ouvre la voie aux négociations avec l’Iran avant de rappeler qu’une solution est toujours possible afin de dissiper les inquiétudes concernant le TNP. Selon le journal Vremia Novosti, hier soir et lors de son départ de la Nouvelle Delhi vers Abou Dhabi, Serguéï Lavrov a déclaré que Moscou soutient seulement la résolution qui ouvre la voie aux négociations avec l’Iran. Lavrov a souligné que si la nouvelle résolution aide à la reprise des négociations, la Russie la soutient également. Lavrov a rappelé que la question nucléaire iranienne est un amalgame des dangers concernant le TNP, est les questions politique et juridique qui montre que le TNP ne jouit pas de la stabilité suffisant et qu’il doit être renforcé par les accords comme ce Moscou a proposé au sujet de l’établissement des centres multinationaux de l’enrichissement de l’uranium et de la production du combustible nucléaire. Lavrov a précisé que le temps est très limité pour trouver une solution à c e propos. Car le 21 février le rapport de l’AIEA concernant l’application de la récente résolution du Conseil de Sécurité par l’Iran, sera présenté à ce conseil. Moscou estime qu’il y a des possibilités réelles pour arriver à une solution et la Russie agi activement à ce sujet, et la visite en Iran du secrétaire du conseil de la sécurité national russe Igor Ivanov en Iran et celle du conseiller du guide suprême en Russie s’inscrit dans ce même cadre. Lavrov a qualifié de positive l’expérience des pourparlers à six, au sujet du nucléaire nord coréen. Pourtant les sanctions unilatérales des Etats-Unis contre la Corée du nord a mis dans l’impasse les pourparlers à six pour une période d’un an et a arrêté la conclusion d’un accord en septembre 2005, a martelé Lavrov.
Farsnews

Les évolutions nucléaires iraniennes  15/02/2007

L’un des axes des campagnes anti-iraniennes des médias et milieux politiques occidentaux consiste à faire assimiler les activités nucléaires iraniennes à celles de la Corée du nord. C’est, en effet, s’appuyant sur une telle approche, que le Président américain a considéré, lors d’un point de presse à la Maison Blanche, la diplomatie américaine vis-à-vis de la Corée du nord comme réussite pour dire que le ferme message du monde à l’Iran, tout comme celui transmis à la Corée du nord, est « qu’il ne doit pas avoir de programmes nucléaires et que le monde entier est déterminé à contraindre la RII à changer son chemin et sa politique dans ses programmes (soi-disant) de prolifération d’armes atomiques. » Entre temps, l’adjoint politique de la Secrétaire d’Etat américaine, Nicolas Burns a prétendu, hier mercredi, que les Etats-Unis coopèrent, étroitement, avec la Russie et la Chine pour faire pression sur l’Iran au cas où ce dernier refuserait d’accepter la suspension de son enrichissement de l’uranium, jusqu’au délai fixé par la résolution onusienne. En effet, la résolution précitée de 1737 de l’ONU, ratifiée sous les pressions américaines, demande à l’Iran de suspendre ses activités nucléaires dont l’enrichissement de l’uranium, contrairement au droit légitime des membres du TNP. N’oublions pas que le Directeur général de l’Agence internationale doit préparer un rapport sur ce sujet pour remettre, jusqu’à 23 février, au Conseil de sécurité. Entre temps, le conseiller du Guide suprême de la Révolution islamique, pour les affaires internationales, Ali Akbar Velayati a indiqué au journaliste du quotidien italien La Republica que l’Iran a, déjà, suspendu, volontairement, ses activités nucléaires dont l’enrichissement de l’uranium, et cela pour deux ans et demi, mais que finalement, tout le monde s’est rendu compte que l’Occident ne cherche qu’à négliger les droits nucléaires de l’Iran. « L’Iran ne renonce pas à son droit légal et légitime dans le domaine du nucléaire mais il est prêt à négocier. »a ajouté Velayati. Déjà, le négociateur en chef nucléaire iranien, Ali Laridjani avait fait part de la disponibilité de Téhéran a négocier avec l’UE. Dans la foulée, l’Agence d’information russe, Interfax a rapporté, citant le chef de la diplomatie russe, que Moscou a demandé à Washington de changer sa politique envers le dossier nucléaire iranien. Et tout cela alors que le rapport de la récente visite des émissaires des membres des non-Alignés, du groupe 77 de l’AIEA, des sites nucléaires iraniens, qui a été remis, hier mercredi, lors de la réunion de l’Agence à Vienne, a rendu hommage à la coopération de l’Iran pour présenter des informations sur ses activités nucléaires.
IRIB

Le rôle plus efficace de Moscou pourra accélérer le règlement du nucléaire iranien  15/02/2007

Le président du parti démocrate libre, FDP allemand, en qualifiant de très important le rôle de Moscou dans le règlement de la question nucléaire iranienne, a demandé que la Russie joue un rôle plus efficace. Selon L’agence MEHR, le député Wolfgang Gerhardt a précisé dans son interview avec la radio diffusion allemande, que le dialogue et la meilleure solution pour le dossier nucléaire iranien. Gerhardt a ajouté que si La Russie joue un rôle plus efficace on trouve une solution amicale et pacifique dans le programme nucléaire iranien. Le président du FDP a souligné qu’il n’était approprié de parler de sanction de l’Iran.
MEHR

Poutine : Les Etats-Unis instrumentalisent la Russie  15/02/2007

Le président russe Vladimir Poutine a accusé Washington d’instrumentaliser Moscou comme une menace. Selon le site Internet Dan, Poutine a ajouté que les Etats-Unis joue la carte de Moscou afin d’assurer le budget militaire par le Congrès pour l’Irak, l’Afghanistan ainsi que le programme des missiles antiaériens en Europe. Selon ce rapport, Poutine qui parlait en Jordanie en présence des journalistes, a souligné que depuis plus de 10 ans, nous écoutions ce que nos alliés nous disaient et nous étions très patients, mais il semble qu’il y a des malentendus à notre égard. Poutine en faisant allusion au fait que les Etats-Unis avancent des allégations concernant la menace russe, ce qui n’existe pas, a précisé que l’objectif de telles allégations est d’obtenir l’avis favorable du Congrès américain pour le budget des activités militaires d e Washington en Irak, en Afghanistan et pour le système des missiles de la DCA en Europe. A noter que le président russe a vivement critiqué, à la conférence de Munich, les politiques bellicistes de Washington. Poutine a précisé dans cette conférence que les Etats-Unis ont dépassés leurs frontières nationales et cela est très dangereux. Personne ne se sent en sécurité, car personne ne se voit sous la protection des lois internationales.
JOMHOURI ESLAMI

Mahmoud Ahmadinejad : une coopération régionale peut neutraliser la division sectaire  15/02/2007

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad a indiqué mardi que la vigilance, la coopération et la solidarité au sein des états régionaux neutraliseront la division entre musulmans chiites et sunnites.


"Les états islamiques évoqueront la conspiration des
ennemis visant à semer la discorde parmi eux et
inviteront tous les groupes religieux à calmer le climat" a déclaré le député koweitien en visite, cheik Mohammad Sabah Salim Sabah.


"L'Iran et le Koweit en tant que deux pays voisins
appréciant les relations amicales et historiques
et peuvent jouer un rôle efficace dans l'instauration
de la sécurité pour le peuple irakien" a déclaré ce haut responsable.


"L'Iran est également prêt à partager son expérience
ses avancées dans divers champs avec les pays musulmans dont le Koweit"a ajouté le chef d'Etat iranien.



Le haut responsable koweitien a évoqué le rôle efficace
joué par l'Iran dans les issues régionales et a
indiqué que en fonction des conjonctures régionales, l'Iran et le Koweit, en
particulier, par leur coopération et consultation
peuvent désamorcer les parcelles de terrain hachées
pour l'expansion de la violence en Irak.


Saluant la prudence des responsables iraniens, Mohammad Sabah Salim Sabah a indiqué que "la technologie nucléaire pacifique basée sur le droit et les règlements internationaux est juste pour tous les
pays y compris l'Iran.


Le premier ministre iranien des Affaires étrangères,
Manouchehr Mottaki après avoir rencontré ses
homologues koweitiens a eu des entretiens
à Téhéran pour évoquer l' élargissement des relations bilatérales.
IRNA

L'Irak a fermé ses frontières terrestres avec l'Iran et la Syrie  15/02/2007

Les autorités irakiennes ont fermé les points de passage frontaliers avec l'Iran et la Syrie, rapporte jeudi l'agence Reuters.

Selon le porte-parole du commandement militaire américain en Irak, cette décision a été adoptée pour empêcher l'entrée de commandos étrangers et la contrebande d'armes dans le pays. "La mise en application du plan de fermeture des frontières terrestres a commencé la nuit dernière, mais je ne peux pas confirmer que tous les points de passage ont été fermés", a notamment déclaré à Reuters le lieutenant-colonel de l'armée des Etats-Unis Christopher Garver.

Auparavant, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, avait affirmé que les Etats-Unis possédaient des preuves formelles de l'assistance iranienne en armes ou technologies aux extrémistes en Irak.

Qui plus est, de haut gradés américains affirment sous couvert de l'anonymat que depuis juin 2004, plus de 170 soldats et officiers américains ont été tués par des obus de fabrication iranienne. Selon ces mêmes sources, l'Iran fournit à des terroristes irakiens des obus extrêmement efficaces, capables même de détruire des chars américains "Abraham".

Washington a aussi accusé plus d'une fois la Syrie de soutenir les extrémistes irakiens.
RIA Novosti

Les restrictions frappant les investisseurs étrangers à l'origine des cours élevés du pétrole (Federal Reserve)  15/02/2007

Les démarches des autorités en Russie et au Venezuela limitant l'accès des investisseurs étrangers sont à l'origine des prix élevés du brut l'an dernier et du maintien de ces prix pour l'année prochaine, peut-on lire dans un rapport semestriel de la Federal Reserve américaine au Congrès.

Rappelant que le prix moyen du pétrole en 2006 a été de 61 dollars le baril, les auteurs du rapport soulignent que "plusieurs facteurs continuent d'agir en faveur du maintien de ces cours à un niveau historiquement élevé".

"Les investissements énergétiques de la part des compagnies pétrolières internationales ont été limités dans plusieurs pays, dont la Russie et le Venezuela, au moyen d'un contrôle gouvernemental accru de l'industrie énergétique intérieure", souligne le rapport qui cite parmi les autres facteurs contribuant au maintien des prix élevés du pétrole dans le monde "la poursuite des conflits qui a conduit à une baisse de la production en Irak et au Nigéria" et "le litige qui n'en finit pas avec l'Iran sur la question de son programme nucléaire et qui pourrait avoir pour conséquence une réduction des exportations iraniennes".

Au nombre de ces facteurs, la Federal Reserve cite également le fait que "dès à présent l'OPEC a porté sa production de brut à son niveau le plus bas depuis 2004" et que "durant l'année dernière la demande de pétrole dans les pays en développement à quelque peu progressé en dépit des prix élevés".
RIA Novosti

IRAN/NUCLEAIRE: Point de presse du porte parole du Quai d'Orsay  15/02/2007


(Le ministre russe des Affaires étrangères appelle le Conseil de sécurité à trouver "une solution inhabituelle" pour engager les négociations avec l'Iran. Il appelle les Etats-Unis à se montrer aussi "flexibles" avec l'Iran qu'avec la Corée du Nord. Votre réaction ?)


Je ne vois pas à quelle "solution inhabituelle" il est fait référence.

La position de la communauté internationale est claire et résulte des résolutions 1696 et 1737 du Conseil de sécurité des Nations unies.
Pour engager une négociation, nous attendons des Iraniens qu'ils suspendent leurs activités liées à l'enrichissement de l'uranium. Les sanctions pourraient alors être suspendues.

Cette fermeté de la communauté internationale n'interdit pas les contacts. Je vous rappelle que M. Solana a rencontré M. Larijani récemment à Munich. La porte du dialogue reste donc ouverte.

Pour consulter les points de presse précédents :
http://www.diplomatie.gouv.fr/actu/pointpresse.asp

Olmert exhorte à des sanctions économiques et politiques contre l'Iran  15/02/2007

Il est nécessaire d'adopter des sanctions économiques et politiques efficaces à l'égard de l'Iran pour ne pas admettre sa transformation en puissance nucléaire, a déclaré jeudi à Ankara le premier ministre israélien Ehud Olmert.

"Je ne pense pas qu'à présent l'Iran soit proche de la mise au point de sa propre arme nucléaire. Quoi qu'il en soit, pour empêcher sa transformation en puissance nucléaire, il est nécessaire d'adopter à son égard des mesures économiques et politiques efficaces", a notamment estimé dans une interview à la chaîne de télévision NTV M.Olmert qui se trouve actuellement en visite officielle en Turquie.

"Nous sommes catégoriquement opposés à ce que l'Iran se transforme en Etat doté de l'arme nucléaire. A mon avis, certaines mesures adoptées par la communauté internationale ces derniers temps pourraient, elles aussi, être utiles", a souligné le premier ministre de l'Etat hébreu.
RIA Novosti

Washington demande à la Russie de ne pas livrer d'armes à l'Iran  15/02/2007

L'administration de George W. Bush demande toujours à la Russie de ne pas fournir d'armes à l'Iran, a déclaré à Washington le sous-secrétaire d'Etat américain aux affaires politiques, Nicolas Burns.

"En ce qui concerne la question relative aux livraisons d'armes, nous estimons qu'aucun pays ne doit vendre des armes à l'Iran si ce pays fait l'objet de sanctions de l'ONU décidées sur la base du chapitre sept de la Charte de l'organisation internationale", a déclaré le sous-secrétaire d'Etat.

Après avoir indiqué que depuis plus d'un an les Etats-Unis avaient régulièrement attiré l'attention de la Fédération de Russie sur cette question, Nicolas Burns a souligné que la position de l'administration de George W. Bush restait la même.
RIA Novosti

Zarif récuse les accusations américaines  15/02/2007

L'Ambassadeur iranien, auprès des Nations-unies, a récusé, mercredi, les allégations américaines, à l'encontre de son pays. "Les armes, que les Etats-Unis nous accusent de fabriquer et d'envoyer aux insurgés, sont, toutes, de conception américaine.", a affirmé Mohammad Javad Zarif, pour qui, "ces accusations traduisent la volonté de l'administration Bush de se lancer dans une nouvelle aventure guerrière". "La date inscrite sur ces armements comporte deux chiffres, le premier indiquant le jour et le second marquant le mois. Or, en Iran, comme partout dans le monde, c'est dans un ordre inverse qu'on marque la date, sur un produit ou une marchandise.", a annoncé Zarif, à l'antenne de l'émission télévisée de Charlie Rose, très suivi à travers les Etats-Unis. "L'Iran n'a aucun intérêt à soutenir les violences confessionnelles, en Irak. L'absence de sécurité, en Irak, génère l'insécurité, en Iran.", a poursuivi M. Zarif. Alors que le souvenir des défaillances des services de renseignements américains, dans la collecte des informations précédant l'invasion de l'Irak, reste encore très vif dans les mémoires, Bush cherche à rendre coupable l'Iran d'un acte qu'il n'a pas commis. Pour la plupart des experts, dont certains membres du Congrès, il s'agit encore là d'une fuite en avant de Bush, lui permettant de justifier sa défaite irakienne aux yeux de l'opinion de son pays.
IRIB



Publicité

Brèves



Commentaires