Feu vert de la Cnil à l'application de traçage de contacts StopCovid  26/05/2020

Feu vert de la Cnil à l'application de traçage de contacts StopCovid
























La Cnil a donné son feu vert à la mise en place de StopCovid, l'application de traçage de contacts pour smartphones voulue par le gouvernement pour lutter contre l'épidémie du coronavirus. L'application sera utilisable sur la base du volontariat.

La Cnil a donné son feu vert ce 26 mai à la mise en place de l'application de traçage StopCovid. Dans son avis publié le 26 mai, la Cnil estime que l'application respecte les différentes dispositions législatives relatives à la protection de la vie privée, et formule quelques dernières recommandations pour sa mise en place. L'application StopCovid permettra à un utilisateur de garder la trace des autres utilisateurs croisés pendant les deux dernières semaines (à moins d'un mètre, pendant au moins 15 minutes).


Si cet utilisateur découvre qu'il est porteur du coronavirus, il peut prévenir les personnes croisées, en notifiant l'application de sa contamination. StopCovid suscite les craintes de bon nombre défenseurs de la vie privée, qui craignent qu'elle ne marque un premier pas vers une société de la surveillance où nos faits et gestes sont épiés en permanence par des systèmes automatiques. Mais dans son avis, la Cnil – qui avait déjà donné un feu vert de principe le 24 avril – constate que les concepteurs de l'application ont érigé un certain nombre de garde-fous pour empêcher les dérives.

Sur la base du volontariat

Elle formule néanmoins quelques observations pour renforcer encore davantage la protection de la vie privée des individus. La Cnil souhaite par exemple une «amélioration de l'information fournie aux utilisateurs, en particulier s'agissant des conditions d’utilisation de l'application et des modalités d'effacement des données personnelles», a-t-elle indiqué dans un communiqué. La Cnil souhaite également «une information spécifique pour les mineurs et les parents des mineurs», et la confirmation dans le décret à venir sur l'application «d'un droit d'opposition et d'un droit à l'effacement des données pseudonymisées enregistrées».

StopCovid ne sera disponible qu'à titre strictement volontaire. L'application fonctionne sans géolocalisation mais sur la base de la technologie Bluetooth qui permet aux appareils électroniques de communiquer entre eux à courte distance. L'Assemblée nationale et le Sénat débattront le 27 mai du projet du gouvernement, avant de s'exprimer lors d'un vote. «Sous réserve du vote au Parlement», l'application pourrait être dans les magasins d'application de Google et d'Apple dès ce week-end, a indiqué Cédric O, le secrétaire d'Etat au numérique, dans une interview au Figaro daté du 26 mai.
https://francais.rt.com/france/75389-feu-vert-cnil-application-tracage-contacts-stop-covid


Agnès Buzyn placée sous protection policière suite aux polémiques sur sa gestion de la crise  26/05/2020

Agnès Buzyn placée sous protection policière suite aux polémiques sur sa gestion de la crise













L'ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a été placée sous protection policière depuis un mois, a fait savoir Le Point, ajoutant qu’elle n’était pas «protégée en tant qu'ancienne ministre».

Menacée et harcelée notamment sur les réseaux sociaux pour sa gestion de la crise du Covid-19, l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a été placée sous protection policière depuis un mois, a fait savoir Le Point. Ainsi, deux policiers, dont l'un conduit le véhicule banalisé de la sous-direction des moyens mobiles du service de la protection (SDLP, ex-SPHP), la prennent en charge dans ses déplacements quotidiens.

«Elle n'est pas protégée en tant qu'ancienne ministre, car seuls les ex-ministres à des fonctions régaliennes peuvent prétendre à une protection onéreuse», a précisé une source au sein du SDLP citée par le magazine.

Le Point précise que l'ex-ministre aurait fait l'objet de menaces, bien que son entourage n’ait pas souhaité en préciser la nature. En outre, les attaques antisémites à son encontre et à l'encontre de son mari, le professeur Yves Lévy, qui avait été diffamé par des complotistes au prétexte d'un différend scientifique avec le professeur Didier Raoult, ont poussé à la décision d’assurer une protection à la ministre.

Le Point indiqué que, selon une source de la Place Beauvau, cette surveillance devrait prendre fin dès son retour à Paris.

La «mascarade» des élections

Agnès Buzyn a annoncé ce 26 mai le maintien de sa candidature pour LREM dans le cadre du second tour des municipales à Paris. Elle a déclaré être «pleinement déterminée à terminer cette campagne» lors d’une réunion avec les têtes de listes, a appris l’AFP auprès de plusieurs participants.

C’est l’ex-ministre qui avait dit avoir voulu «mettre fin à cette mascarade» des élections avant la tenue du premier tour.

https://fr.sputniknews.com/france/202005261043844532-agnes-buzyn-placee-sous-protection-policiere-suite-aux-polemiques-sur-sa-gestion-de-la-crise-/

Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo  26/05/2020

Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo













Le syndicat de police Synergie-Officiers a publié une vidéo qui n’a pas fait l’unanimité sur Twitter montrant une intervention musclée sur deux jeunes à scooter. La publication accompagnée d’un commentaire désinvolte et de la musique de Benny Hill a provoqué un tollé, si bien qu’elle a été supprimée.

Mardi 26 mai, le syndicat Synergie-Officiers a publié sur Twitter la vidéo d’une interpellation peu délicate de deux jeunes en scooter en train d’effectuer un rodéo urbain. L’extrait a d’autant plus choqué les internautes que la musique de Benny Hill (l’émission comique des années 1980) y avait été intégrée, comme si le syndicat prenait ce genre d’intervention à la légère.


Le conducteur du scooter a raté son demi-tour pour échapper aux forces de l’ordre, provoquant sa chute et celle de son passager. «Tout le monde n’est pas nécessairement un “artiste“ du rodéo!», se moque l’auteur de la publication, avant de rappeler, à juste titre, que la pratique est dangereuse.

Toutefois, pas un mot n’évoque l’intervention quelque peu musclée des policiers, alors que les individus avaient tous deux mis pied à terre.
La publication supprimée

De nombreux internautes ont dénoncé le caractère trop léger de la publication au vu des faits exposés. Face au tollé, la page Synergie-Officiers a depuis supprimé sa publication, mais la vidéo a pu être enregistrée et peut encore être trouvée sur le réseau social.



La publication intervient à peine deux jours après l’intervention de Camélia Jordana dans On n’est pas couché, où elle a notamment évoqué les violences policières en banlieue contre les personnes de couleur. Un sujet à propos duquel ce même compte a tweeté plusieurs fois, s’opposant aux propos de la chanteuse. Le moment semblait particulièrement mal choisi pour publier ce type de contenu.

https://fr.sputniknews.com/france/202005261043844386-un-syndicat-de-police-samuse-dune-intervention-violente-et-outre-les-internautes--video/

Le Japon donnera 850 euros à chacun de ses habitants  26/05/2020

Le Japon donnera 850 euros à chacun de ses habitants













Les autorités japonaises ont décidé de verser à chacun de leurs concitoyens une allocation de 100.000 yens, soit quelque 850 euros, pour les aider à faire face aux séquelles de l’épidémie de Covid-19.

Le Japon a lancé un programme de soutien à la population sur fond de crise sanitaire due au Covid-19 et commence à distribuer de l’argent. Ainsi, il prévoit de verser à chacun de ses résidents 100.000 yens (environ 850 euros) pour les aider à surmonter les effets de la pandémie, a indiqué l'agence de presse Kyodo, citant la ministre des Affaires intérieures et des Communications, Sanae Takaichi.

Les paiements ont d’ores et déjà débuté dans 1.388 municipalités du pays, soit 79,7% de leur nombre total. Ils sont pris sur le budget supplémentaire d’un équivalent de 217 milliards d’euros approuvé fin avril par le Japon pour soutenir son économie dans le contexte de la pandémie.

Dans un premier temps, les autorités avaient examiné la possibilité d’une aide plus importante destinée uniquement à ceux qui en avaient le plus besoin, mais c’est finalement l’option où tout le monde recevrait la même somme d’argent qui a été retenue.

L’épidémie au Japon

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a annoncé le 25 mai la levée de l'état d'urgence dans les dernières régions de l'archipel où il était encore en vigueur à la suite du Covid-19, notamment à Tokyo. L'état d'urgence avait été déclaré le 7 avril dans la capitale et six autres régions, avant d'être étendu à l'ensemble du pays.

Le Japon, qui compte 126 millions d'habitants, a enregistré, selon l’université Johns-Hopkins, 16.581 cas d'infection depuis le début de la pandémie avec un total de 830 décès.

https://fr.sputniknews.com/societe/202005261043845658-le-japon-donnera-850-euros-a-chacun-de-ses-habitants/

«Atteinte à la liberté d'expression»: Google supprime les applications non officielles sur le Covid-19  26/05/2020

«Atteinte à la liberté d'expression»: Google supprime les applications non officielles sur le Covid-19













Invoquant la nécessité de lutter contre les fausses informations sur le Covid-19 et d’éviter la prolifération d’applications douteuses, Google nettoie son Play Store de certains programmes destinés aux smartphones gérés par Android, selon Franceinfo. Seule la parole officielle a désormais droit de cité sur la plateforme.

Google a décidé de suspendre de sa plateforme toute application faisant référence au coronavirus, rapporte Franceinfo.

Le prétexte en serait la lutte contre les fausses informations dans le contexte de la pandémie et la prolifération d’applications douteuses. Désormais seules quelques applications validées par des organismes officiels comme l’OMS ou la Croix-Rouge sont accessibles sur Play Store pour les smartphones exploitant Android.

Une application, Podcast Addict, a été rétablie après que son administrateur a fait appel de cette décision.

La cellule investigation de Radio France signale cependant que le rétablissement de Podcast Addict n’est que l’arbre qui cache la forêt et que «la nouvelle politique de Google a contribué à écarter de son Play Store de nombreux autres développeurs qui n’ont rien à voir avec l’abus d’une situation de crise, ou la propagation de fausses nouvelles».
La liberté d’expression mise en cause

«Sur le principe, ce n’est pas acceptable. C’est aussi la liberté d’expression qui est en cause dans cette affaire», a commenté à Franceinfo Tim Autin, auteur de l’application de randonnée suspendue E-walk.

Franceinfo s’interroge sur le sens d’une telle approche étant donné que le moteur de recherche de Google se nourrit d’informations sur l’épidémie du Covid-19 qui constitue une source de revenus importante.

«D’un côté, donc, tout peut être dit et publié, tandis que sur les smartphones, seuls les gouvernements détiendraient la vérité?», conclut le média.

https://fr.sputniknews.com/international/202005261043842863-atteinte-a-la-liberte-dexpression-google-supprime-les-applications-non-officielles-sur-le-covid-19/

Touristes bloqués : Paris augmente vols et liaisons maritimes vers le Maroc et l'Algérie  26/05/2020

Touristes bloqués : Paris augmente vols et liaisons maritimes vers le Maroc et l'Algérie












Depuis la mi-mars, 186.000 ressortissants français, touristes ou en voyageurs en déplacement à travers le monde pour raisons familiales ou professionnelles, ont été rapatriés.

La France va mettre en place trois vols quotidiens vers Alger et un "pont maritime" avec le Maroc pour rapatrier ses ressortissants toujours bloqués par la pandémie de Covid-19, a annoncé mardi le ministre français de Affaires étrangères. "Nous allons mettre en oeuvre trois vols quotidiens sur Alger à partir du 27 mai (..) ce qui va permettre le triplement des capacités aériennes", a déclaré Jean-Yves Le Drian sur la radio France Inter. Seuls sept vols hebdomadaire relient actuellement Alger à Paris.

Les pays d'Afrique du Nord, destination prisée des touristes français et de nombreux binationaux, ont fermé leur espace aérien depuis la mi-mars. Des milliers de ressortissants français sont ainsi toujours bloqués en dépit des vols spéciaux déjà affrétés. Concernant le Maroc, "nous allons organiser, pour les camping-caristes en particulier, mais pas uniquement pour eux, une dizaine de liaisons maritimes dans les quinze prochains jours, a-t-il ajouté en évoquant un "véritable pont maritime". Un bateau partira mardi vers Sète, un autre mercredi vers Marseille, deux ports français sur la façade méditerranéenne, a-t-il précisé.
200 vols spéciaux ont permis le rapatriement de 30.000 Français du Maroc

Des traversées sont aussi prévues "la semaine prochaine" vers Malaga (Espagne), Sète et Marseille. Depuis Malaga, les camping-caristes seront autorisés par les autorités espagnoles à rentrer en France "s'ils restent sur l'autoroute", a ajouté le ministre. Assailli de questions sur la situation des Français bloqués en Algérie et au Maroc, Jean-Yves Le Drian a concédé des "difficultés" mais a aussi pointé les réglementations très strictes qui compliquent les rapatriements depuis ces pays. "Je comprends leurs frustrations, qu'ils comprennent aussi les difficultés auxquelles nous sommes confrontés. Nous faisons le mieux possible mais ce n'est pas toujours simple", a-t-il plaidé.

https://www.europe1.fr/international/paris-augmente-vols-et-liaisons-maritimes-vers-le-maroc-et-lalgerie-pour-rapatrier-ses-touristes-3970787

La plus grande économie d’Europe au seuil d’une puissante vague de faillites  26/05/2020

La plus grande économie d’Europe au seuil d’une puissante vague de faillites













La crise du Covid-19 n'a pour l’instant entraîné que quelques faillites d’entreprises allemandes. Mais les experts s'attendent à une vague d’insolvabilités imminentes beaucoup plus forte, selon Focus.

Le fournisseur d'informations de crédit Crifbürgel s'attend à plus de 29.000 défaillances d'entreprises en Allemagne cette année, soit environ 54% de plus qu’en 2019, relate le magazine Focus.

La vague de faillites serait aussi forte que lors de la crise financière de 2008-2009, lorsque près de 34.000 entreprises avaient été déclarées insolvables. Les experts n’ont même pas inclus dans ces prévisions les prêts accordés par la banque Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW) qui devraient aussi être remboursés.

La vague d'insolvabilités se poursuivra jusqu'en 2021, selon Crifbürgel. Son étendue dépendra de la durée de la pandémie. Les effets exacts de la crise du coronavirus ne deviendront apparents qu'au cours du second semestre et de l'année prochaine.
L’industrie du spectacle et le tourisme les plus touchés

Une forte croissance des faillites est à attendre en particulier dans les secteurs du tourisme, de la restauration et de l’industrie du spectacle, selon Crifbürgel. De plus, la crise touchera les organisateurs d’expositions, les constructeurs automobiles, les cinémas ainsi que l'industrie dépendante des exportations.

Cependant, une faillite causée par la pandémie ne signifie pas nécessairement que l'entreprise disparaît du marché, note Crifbürgel. La législation allemande offre de nombreuses possibilités de préserver les entreprises.

À la mi-mai, l’économie allemande a vécu une récession record depuis la crise financière de 2008-2009. Au premier trimestre, le PIB allemand s’est réduit de 2,2% par rapport au dernier trimestre de 2019, selon Deutsche Welle.

https://fr.sputniknews.com/economie/202005261043841663-la-plus-grande-economie-deurope-au-seuil-dune-puissante-vague-de-faillites/

Le face-à-face - Propos de Camélia Jordana : les Français ont-ils peur de la police ?  26/05/2020

Le face-à-face - Propos de Camélia Jordana : les Français ont-ils peur de la police ?


















Invitée de l'émission On n'est pas couché, diffusée sur France 2 le 23 mai, la chanteuse Camélia Jordana a dénoncé avec virulence les violences policières, affirmant notamment qu'elle ne se sentait «pas en sécurité face à un flic». Pour revenir sur cette polémique : David Guiraud, porte-parole jeunesse de La France insoumise, et David-Olivier Reverdy, secrétaire national adjoint d’Alliance Police.



https://francais.rt.com/france/75369-face-face-camelia-jordana-francais-ont-ils-peur-police

Venezuela: le parquet veut que le parti de Guaido soit déclaré "terroriste"  26/05/2020

Venezuela: le parquet veut que le parti de Guaido soit déclaré "terroriste"














Le parquet du Venezuela a demandé lundi à la Cour suprême (TJS) de déclarer comme "organisation terroriste" le parti Voluntad Popular du chef de l'opposition Juan Guaidó, accusé d'avoir fomenté une invasion déjouée début mai.

"Nous avons introduit à la chambre constitutionnelle (du TSJ) un recours en interprétation des articles 31 et 32 de la loi organique contre le crime organisé et le financement du terrorisme" pour "déterminer si l'organisation politique Voluntad Popular est une organisation terroriste", a indiqué le Procureur général, Tarek William Saab, à la télévision publique.

La loi vénézuélienne prévoit des peines allant jusqu'à 30 de prison pour des faits de terrorisme.

M. Saab, chaviste, a accusé Juan Guaido --président du Parlement et reconnu comme président par intérim du pays par près de soixante de pays dont les Etats-Unis-- d'encourager des actions déstabilisatrices "en pleine pandémie" du coronavirus.

https://lenouvelliste.com/article/216537/venezuela-le-parquet-veut-que-le-parti-de-guaido-soit-declare-terroriste

L'UE, terrain de jeu lucratif pour les «Big pharmas» au détriment de la recherche anti-coronavirus ?  25/05/2020

L'UE, terrain de jeu lucratif pour les «Big pharmas» au détriment de la recherche anti-coronavirus ?
























Dans un rapport d'enquêtes, deux ONG reprochent à la Commission européenne de laisser l'industrie pharmaceutique contrôler des fonds publics de recherche. Avant la crise, les Big pharmas auraient écarté la recherche de vaccins contre les coronavirus.

Respectivement impliquées dans les politiques budgétaires de santé et dans l'observation du lobbying à l'échelle de l'UE, les ONG «Action Santé Mondiale» et «Corporate Europe Observatory» ont publié ce 25 mai les résultats de deux rapports d'enquête, dénonçant d'une seule voix le fait que «l'industrie contrôle l'usage de milliards d'euros de fonds européens pour la recherche, néglige[ant] l'intérêt public». L'enquête menée par Action Santé Mondiale porte précisément sur le rôle du secteur pharmaceutique dans des mécanismes de recherche mis en place par l'UE, tandis que l'autre porte sur l'utilisation du budget de recherche alloué aux questions climatiques.

"12 ans que l'industrie pharma utilise l'IMI pour servir ses intérêts commerciaux"

L'intérêt public négligé, selon les ONG

Les deux organismes expliquent notamment en être arrivés à la conclusion que le lobby européen des «Big pharmas» − représenté par la fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques (EFPIA) − a contrôlé l’usage de «2,6 milliards d’euros de fonds publics de recherche entre 2008 et 2020, ceux mis à la disposition de l’IMI [Initiative en matière de médicaments innovants]», en référence à un partenariat public-privé établi par l'UE dès 2008 et dont l'objectif affiché est de «faire progresser la mise au point de médicaments en facilitant la collaboration ouverte avec le secteur de la recherche».

«12 ans que l'industrie pharma utilise l'IMI pour servir ses intérêts commerciaux, par exemple pour faire pression sur les régulateurs sur des questions cruciales comme les normes de sécurité des nouveaux médicaments», affirme ce 25 mai Action santé mondiale sur son compte Twitter.



L'IMI : un mécanisme européen très rentable pour les Big pharmas

Fait notable, l'ONG Action Santé Mondiale fait état, en page 8 de son rapport, d'un commentaire publié en 2011 par l'EFPIA sur son site − et supprimé par la suite − pour le moins révélateur de l'intérêt pécuniaire que le partenariat public-privé susmentionné pourrait procurer aux sociétés privées du secteur pharmaceutique : «L'industrie pharmaceutique bénéficie de découvertes faites dans le cadre de projets dont les coûts sont plusieurs fois supérieurs à la contribution individuelle de chaque société privée. Les projets [financés par] l'IMI permettent un travail que les entreprises auraient dû faire de toute façon», n'hésitait pas à se féliciter le lobby pharmaceutique européen, vantant ainsi des économies considérables réalisées par les acteurs privés.

Dans un résumé présentant les résultats de leurs enquêtes, les deux ONG déplorent alors des partenariats octroyant «des privilèges et des avantages» au secteur privé tout en imposant «des devoirs et des obligations» au secteur public, et décrivent un système qui, selon elles, est à l'origine d'une certaine «négligence vis-à-vis de la préparation aux épidémies».

«Le financement public de la recherche est un investissement précieux et stratégique dans la production de connaissances pour l’avenir [...] Mais l’intérêt général est-il réellement servi par ces "partenariats" de recherche avec le secteur privé ? Les observations rassemblées dans ces deux rapports indiquent que non», regrettent les deux ONG, qui affirment par ailleurs avoir découvert au sein de l’IMI «plusieurs projets censés aider l’industrie à influencer la législation sur l’évaluation de l’innocuité des nouveaux produits pharmaceutiques [ou encore] à accélérer l’octroi des autorisations de mise sur le marché en abaissant les normes en matière de preuves pour les nouveaux médicaments».

La recherche de vaccins contre les coronavirus balayée par les «Big pharmas» avant la crise ?

Un "candidat prometteur pour traiter le coronavirus" avait déjà été évoqué en 2016, mais ce dernier n’a pas retenu l’attention de l’industrie pharmaceutique

«Depuis 2003 et l’apparition du virus du SRARS – cousin proche du nouveau coronavirus – plusieurs voix de chercheurs se sont élevées pour réclamer l’accélération du développement d’outils médicaux nécessaires pour faire face à ce type de virus. Un "candidat prometteur pour traiter le coronavirus" avait déjà été évoqué en 2016, mais ce dernier n’a pas retenu l’attention de l’industrie pharmaceutique et cette piste n’a donc pas été approfondie. Ce n’est qu’aujourd’hui, alors que la pandémie fait rage et que des fonds publics d’urgence sont mobilisés pour y répondre, que l’industrie se montre intéressée par le développement de vaccins et de traitements», peut-on encore lire dans le compte-rendu de Corporate Europe Observatory.

L'organisme reproche en effet à la Commission européenne de ne pas avoir la main sur ces partenariats qu'elle a pourtant participé à mettre en place. «De multiples évaluations ont déjà tiré la sonnette d’alarme sur les processus de gouvernance et de définition des programmes de l’IMI, dominés par l’industrie. Pourtant, au lieu de s’attaquer aux problèmes principaux, la Commission n’a pas réussi à reprendre le contrôle du partenariat, se préoccupant plutôt de dévier les critiques à grands renforts de communication», dénoncent encore les ONG qui remettent en cause l'hypothèse qu'un partenariat public-privé «dont l’agenda de recherche est défini par des intérêts commerciaux», puisse servir l'intérêt général.

Tous deux partisans revendiqués d'une Union européenne plus transparente et plus sociale, les deux organismes concluent leur présentation par une série de recommandations visant, entre autres, à mieux contrôler les mécanismes de financements en question. En substance, les ONG réclament par exemple de «sérieuses réformes de transparence et d’inclusion».

https://francais.rt.com/international/75341-ue-terrain-jeu-lucratif-pour-big-pharmas-interet-public-neglige-selon-ong

Un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France, voici la cause principale  25/05/2020

Un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France, voici la cause principale













Plus de 51.000 disparitions en 2019. Bien que beaucoup de ces enfants et adolescents aient été retrouvés ou reviennent chez eux sains et saufs, le chiffre interpelle. Comme l’écrit Le Parisien, un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France. Le plus souvent, il fugue.

À l’occasion de la Journée internationale des enfants disparus, le Parisien fournit ce 25 mai la comptabilité des services de police et de gendarmerie et évoque les principales raisons des disparitions.

Fugues, enlèvements parentaux, disparitions inquiétantes. En 2019, plus de 51.000 disparitions ont été signalées.

116 000

Le 116 000 est le numéro gratuit et européen pour les familles et proches d'enfants disparus. En 2019, les équipes du 116 000 se sont chargés d’environ 1.200 dossiers.

«Grâce à ce dispositif, nous pouvons offrir un accompagnement, une prise en charge, un suivi des parents. Ce n'est pas les critiquer de dire que les policiers et les gendarmes ne sont pas formés pour gérer cet aspect», explique Laureen Burbau, directrice de la communication de Droit d'enfance, fondation qui coordonne le numéro d’urgence.

Elle ajoute qu’il y a une aide sociale, parfois psychologique, pour soutenir des proches «démunis et perdus».

«Lorsqu'un écoutant les prend en charge, il garde le lien. L'écoutant qui ouvre le dossier est aussi celui qui le ferme. Même si, au cours des entretiens, les familles peuvent avoir besoin de compétences différentes, soit d'un conseil juridique soit de l'aide d'un psychologue. Parce qu'un mineur qui disparaît est toujours en danger.»
La fugue

La fugue en est un exemple. Avec près de 50.000 cas, elle est la première cause des disparitions. D’après M.Burbau, un tiers des jeunes revient ou est retrouvé dans les 72 heures, un deuxième tiers dans le premier trimestre suivant la disparition. Néanmoins, le dernier tiers demeure «en quelque sorte en errance».

Certains de ces milliers de fugueurs deviennent majeurs et sortent donc du Fichier des personnes recherchées (FPR). Parmi eux, il y a ceux qui sombrent dans la drogue, la prostitution ou dans d'autres formes de marginalité.

Pas assez de moyens

Police et gendarmerie ne possèdent pas assez de moyens pour pister ces dizaines de milliers de fugueurs, précise Le Parisien.

«D'autant que la plupart sont en quelque sorte des récidivistes. Ils partent, reviennent, repartent. Souvent, nous commençons à les chercher et ils sont déjà revenus. Parfois sans que nous en soyons informés par ceux qui ont fait le signalement. Nous essayons donc de nous concentrer sur les disparitions, mêmes volontaires, qui sont les plus inquiétantes, comme celles de très jeunes mineurs dont nous savons qu'ils sont très vite vulnérables», raconte au Parisien un officier de la Brigade de protection des mineurs (BPM) à Paris.

https://fr.sputniknews.com/france/202005251043837366-un-enfant-disparait-toutes-les-10-minutes-en-france-voici-la-cause-principale/

Ils en ont eu assez: plainte contre l'État belge accusé de confinement «disproportionné»  25/05/2020

Ils en ont eu assez: plainte contre l'État belge accusé de confinement «disproportionné»













L’État belge et son ministre de l’Intérieur sont dans le viseur d’un groupe de citoyens qui a porté plainte à cause des mesures de confinement mises en place contre le coronavirus. Le jugeant trop restrictif, ils pointent une atteinte aux libertés individuelles.

Une quarantaine de Belges ont porté plainte contre l’État et le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem, relate RTBF. Selon eux, les mesures de confinement contreviennent à plusieurs articles de la Convention européenne des droits de l’Homme.

«On a copié le système chinois, un système communiste avec des lockdowns. Ce n’est pas possible. On aurait dû faire des exercices pour voir si c’était conforme avec les droits de l’Homme», souligne Michaël Verstraeten, avocat qui représente la quarantaine de plaignants.

Le cas sera traité devant un tribunal civil. Les plaignants réclament un euro symbolique, selon le média qui précise que le cabinet du ministre de l’Intérieur dit attendre la citation à comparaître.
Confinement et libertés

Toutefois, le directeur de la Ligue des droits de l’Homme, Pierre-Arnaud Perrouty, nuance que dans certains cas, la Convention des droits de l’Homme permet la limitation temporaire des libertés:

«Ce qui est sûr, c’est que les mesures sont très attentatoires aux libertés individuelles. Maintenant, elles se justifiaient par une pandémie très importante. Et la Convention des droits de l’Homme permet dans certains cas de limiter temporairement un certain nombre de libertés».
Un confinement renforcé «impossible» en cas de deuxième vague

Interrogé le 24 mai sur la chaîne flamande VTM, le ministre de l’Intérieur a assuré que son pays ne retournera pas vers les premières mesures plus strictes de confinement en cas de deuxième vague.

«Un deuxième lockdown est une chose à laquelle nous ne pouvons plus faire face. Ce n’est pas seulement souhaitable [de l’éviter, ndlr], ce n’est plus possible non plus d’un point de vue organisationnel», explique ministre de l’Intérieur. «Je pense par exemple à l’affaire des secondes résidences rendues accessibles: on ne peut quasiment plus dire aux gens que nous allons revenir là-dessus. Quand par exemple à l’avenir le cas des contrôles aux frontières sera vu sous un autre angle, alors on ne pourra plus faire marche arrière non plus [sur ces décisions].»

En Belgique, le nombre quotidien de morts est toujours en hausse: 43 nouveaux décès ont été annoncés le 24 mai, portant le bilan depuis le début de l'épidémie à 9.280.

https://fr.sputniknews.com/international/202005251043835445-ils-en-ont-eu-assez-plainte-contre-letat-belge-accuse-de-confinement-disproportionne/

Propos polémiques sur la police: Camélia Jordana lance un défi à Christophe Castaner  25/05/2020

Propos polémiques sur la police: Camélia Jordana lance un défi à Christophe Castaner













La polémique liée aux propos tenus à la télévision par l’artiste Camélia Jordana sur la police se poursuit. L’intéressée a réagi au tweet du ministre de l’Intérieur qui a condamné des «propos mensongers et honteux». Elle lui propose un débat en direct.

Faisant suite à la polémique créée après ses déclarations faites le 23 mai sur le plateau de l'émission «On n'est pas couché» concernant le comportement de la police, la chanteuse Camélia Jordana défie le ministre de l’Intérieur.

L’artiste, «enthousiaste par la réouverture du débat public», refuse désormais les interviews dans les médias, mais propose dans un tweet publié ce 25 mai un débat télévisé avec Christophe Castaner «sur le plateau de son choix».


Des assertions qui font scandale

Dans l’émission en question, Mme Jordana a lâché qu’«il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité [face aux policiers], et j’en fais partie». «Je parle des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau», a-t-elle poursuivi.

Des propos qui ont soulevé une vague d'indignation. Les deux principaux syndicats de police, Alliance et Unité SGP FO, ont réclamé des poursuites judiciaires à l’encontre de l’artiste.

Le ministre de l’Intérieur a réagi dimanche sur Twitter, qualifiant ces propos de «mensongers et honteux», qui «alimentent la haine et la violence».

Il devra à présent répondre à l’invitation de la chanteuse.

https://fr.sputniknews.com/france/202005251043836978-propos-polemiques-sur-la-police-camelia-jordana-lance-un-defi-a-christophe-castaner/

Un 1er tanker iranien escorté par l'armée est arrivé au Venezuela malgré les tensions avec les USA  25/05/2020

Un 1er tanker iranien escorté par l'armée est arrivé au Venezuela malgré les tensions avec les USA























Le Président vénézuélien s’est félicité de l’arrivée du premier pétrolier iranien chargé de carburant dans son pays touché par une pénurie d’essence. Depuis son entrée dans les eaux territoriales du Venezuela, il est escorté par des bateaux et des hélicoptères vénézuéliens pour éviter toute action hostile des États-Unis.

Le navire-citerne iranien Fortune, le premier des cinq envoyés par l’Iran, est arrivé au Venezuela dimanche 24 mai. Il a été escorté par des bateaux, des hélicoptères et des avions des Forces armées bolivariennes face aux menaces des États-Unis d’intercepter les navires iraniens.



Le Président Nicolas Maduro s’est félicité de l’arrivée de ce premier pétrolier. Il a remercié son homologue iranien Hasan Rohani d'avoir envoyé cinq navires chargés de carburant.

«Le navire Fortune est arrivé. C’est le premier des cinq navires qui apportent de l’essence et des produits pour en fabriquer au Venezuela», a-t-il déclaré au cours d’une allocution télévisée transmise par la télévision d’État VTV.

Il a rappelé que l’envoi de carburant iranien faisait partie d’un accord de coopération et de paix entre les deux pays.

«Nous sommes deux peuples pacifistes, ce que nous voulons, c'est notre propre développement. Nous sommes deux peuples rebelles, deux peuples révolutionnaires qui ne se mettront jamais à genoux devant l'impérialisme américain», a-t-il affirmé.

Nicolas Maduro a ajouté que le Venezuela et l’Iran voulaient la paix et avaient le droit de commercer librement sur les mers et dans le ciel du monde entier, de bénéficier de la liberté de navigation et de la liberté économique.
L’arrivée des quatre autres pétroliers

Les quatre autres navires-citernes iraniens (Clavel, Forest, Faxon et Petunia) devraient arriver dans les eaux vénézuéliennes dans les prochains jours. Ils sont en mer et seront également placés sous protection militaire dès leur entrée dans les eaux vénézuéliennes.

Le Venezuela fait face à une pénurie de carburant qui a provoqué de longues files d'attente dans les stations-service.

Le 14 mai, le ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza a annoncé que les navires transportant de l'essence au Venezuela étaient pourchassés par le gouvernement américain.

Le Président iranien Hassan Rohani et le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif avaient averti que Washington aurait des problèmes s’il bloquait les tankers iraniens transportent du carburant vers le Venezuela.

https://fr.sputniknews.com/international/202005251043835694-un-1er-tanker-iranien-escorte-par-larmee-est-arrive-au-venezuela-malgre-les-tensions-avec-les-usa/

L'occupation a agressé les fidèles aux portes d'al-Aqsa  25/05/2020

L'occupation a agressé les fidèles aux portes d'al-Aqsa























Les forces d'occupation israéliennes ont attaqué les citoyens qui tentaient d'atteindre les portes de la mosquée Al-Aqsa, pour effectuer la prière de l'Aïd al-Fitr, dimanche matin.

Un certain nombre de citoyens et de personnes âgées ont été blessés à la suite d'agressions, par les forces d'occupation, avec des fusils et des matraques.

Les fidèles, qui se sont réunis par dizaines, ont pris d'assaut les barrières de fer de l'occupation, se sont affrontés avec les forces d'occupation et ont pu atteindre la place Ghazala, à la porte des tribus pour effectuer la prière de l'Aïd.

Les fidèles ont écouté le sermon de l'Aïd, qui a été entendu de l'intérieur de la mosquée Al-Aqsa, et la prière à l'intérieur a été limitée aux employés et gardiens de la mosquée.

La fermeture de la mosquée Al-Aqsa se poursuit, depuis deux mois, en raison des mesures préventives pour lutter contre le Coronavirus, et elle devrait ouvrir ses portes après l'Aïd, selon ce qu'annonçait le Département des dotations islamiques

https://french.palinfo.com/57189
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Neturei Karta : Israël est un Etat juif comme le porc est de la nourriture juive  25/05/2020

Neturei Karta : Israël est un Etat juif comme le porc est de la nourriture juive



























Un rabbin extrémiste anti-sioniste a accordé une interview à un site internet iranien. Dans l’interview publiée vendredi, il a dit que qualifier Israël d’Etat juif c’est « comme dire que le porc est une nourriture juive ».

Le rabbin Yisroel Meir Hirsch, un responsable de Neturei Karta, était interrogé sur le sionisme par le site internet semi-officiel iranien Fars.

(HAZEM BADER / AFP)

Un rabbin extrémiste anti-sioniste a accordé une interview à un site internet iranien. Dans l’interview publiée vendredi, il a dit que qualifier Israël d’Etat juif c’est « comme dire que le porc est une nourriture juive ».

Le rabbin Yisroel Meir Hirsch, un responsable de Neturei Karta, était interrogé sur le sionisme par le site internet semi-officiel iranien Fars.

« Dire qu’Israël est un Etat juif, c’est comme dire que le porc est de la nourriture juive, ou que l’athéisme est une croyance juive. Quand quelque chose est fait par des Juifs, cela n’en fait pas quelque chose de juif. [Ce qui est] juif est défini par ce que la Torah commande. Créer notre propre État, ou oppresser un autre peuple, est interdit par le judaïsme et ne peut pas être considéré ‘juif' », a déclaré Hirsch.

L’interview a été publiée pour la Journée Al-Quds, célébrée par l’Iran depuis le début de la Révolution islamique. L’Iran arme les groupes terroristes du Hezbollah et du Hamas, qui ont tous les deux juré la destruction d’Israël. La République islamique affirme que cette journée constitue une bonne occasion d’exprimer son soutien aux Palestiniens, une idée reprise par Hirsch.

« La journée de la Nakba et la Journée Al-Qods sont des opportunités importantes pour exprimer la solidarité avec le peuple palestinien et montrer au monde la véritable positon du judaïsme orthodoxe, a-t-il affirmé. C’est une opportunité pour dire clairement que l’opposition au sionisme et à l’Etat d’Israël n’ont rien à voir avec un conflit religieux ou l’antisémitisme ».

Neturei Karta est un groupe très marginal qui rejette le sionisme et l’Etat d’Israël sur des bases religieuses. Citant des sources du Talmud, la secte défend l’argument selon lequel les Juifs n’ont aucun droit à une souveraineté politique en Terre sainte avant la venue du messie. Au lieu de cela, ils considèrent que les Juifs doivent patiemment attendre la rédemption divine et, entre temps, militer pour le démantèlement de l’Etat d’Israël.

Le groupe, qui a quelques fidèles en Israël, au Royaume-Uni, en Belgique et dans la région de New York, est connu pour avoir organisé des manifestations contre Israël et pour avoir mené des visites soumises et révérencieuses aux ennemis de l’Etat juif. En 2006, par exemple, des responsables de Neturei Karta ont participé à une conférence de négationnisme de la Shoah soutenue par le gouvernement iranien, à Téhéran.

Les commentaires de Hirsch sont intervenus alors que le Guide suprême de l’Iran l’Ayatollah Ali Khamenei a déclaré vendredi que l’établissement d’Israël était équivalent à un « crime contre l’humanité ». Il a de nouveau qualifié l’Etat juif de « tumeur cancéreuse », ajoutant que c’était la création des « Occidentaux et des propriétaires juifs d’entreprises ».

Citant l’épidémie de coronavirus, il a comparé le sionisme à « un virus » qui « doit être limité dès que possible ».

https://fr.timesofisrael.com/neturei-karta-israel-est-un-etat-juif-comme-le-porc-est-de-la-nourriture-juive/

Trump salue la « bonne lignée » du célèbre antisémite Henry Ford  25/05/2020

Trump salue la « bonne lignée » du célèbre antisémite Henry Ford



























Le président américain Donald Trump a fait l’éloge de la « bonne lignée » d’Henry Ford, antisémite notoire, jeudi, s’attirant les foudres immédiates des groupes juifs des Etats-Unis.

« La compagnie fondée par un homme appelé Henry Ford », avait commenté Trump à l’issue d’une visite d’une usine de la Ford Motor Company installée dans le Michigan. « Une bonne lignée, une bonne lignée. Si vous croyez à ça, vous aviez là une bonne lignée », avait-il répété.

Ford est devenu célèbre pour avoir aidé à propager des écrits antisémites et notamment « Le Juif international », qui avait été publié par le journal appartenant à l’industriel, le Dearborn Independent, sous la forme de quatre volumes.

Il avait également financé un demi-million de copies du livre antisémite du « Protocole des Sages de Sion », dans les années 1920. Le texte attribuait aux Juifs la volonté d’imposer une hégémonie sur le monde et il avait influencé Adolf Hitler.

Le chef de l’ADL (Anti-Defamation League), Jonathan Greenblatt, a appelé Trump à présenter des excuses, notant la croyance célèbre de Ford dans la supériorité de la race blanche.

« Henry Ford était un antisémite et l’un des plus fervents partisans de l’eugénisme aux Etats-Unis », a écrit Greenblatt sur Twitter. « Le président doit présenter des excuses ».


jeudi 16 avril 2020, à Washington. (AP/Alex Brandon)

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a fait l’éloge de la « bonne lignée » d’Henry Ford, antisémite notoire, jeudi, s’attirant les foudres immédiates des groupes juifs des Etats-Unis.

« La compagnie fondée par un homme appelé Henry Ford », avait commenté Trump à l’issue d’une visite d’une usine de la Ford Motor Company installée dans le Michigan. « Une bonne lignée, une bonne lignée. Si vous croyez à ça, vous aviez là une bonne lignée », avait-il répété.

Ford est devenu célèbre pour avoir aidé à propager des écrits antisémites et notamment « Le Juif international », qui avait été publié par le journal appartenant à l’industriel, le Dearborn Independent, sous la forme de quatre volumes.

Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info
Inscription gratuite !

Il avait également financé un demi-million de copies du livre antisémite du « Protocole des Sages de Sion », dans les années 1920. Le texte attribuait aux Juifs la volonté d’imposer une hégémonie sur le monde et il avait influencé Adolf Hitler.
Des diplomates allemands remettent à Henry Ford, (au centre), la plus haute décoration pour étrangers de l’Allemagne nazie, la Grand Croix de l’Aigle allemand, à Detroit le 30 juillet 1938 pour services rendus au Troisième Reich. Karl Kapp, consul allemand à Cleveland, épingle la médaille tandis que Fritz Heiler, (à gauche), consul allemand à Detroit, lui serre la main (AP Photo/file).

Le chef de l’ADL (Anti-Defamation League), Jonathan Greenblatt, a appelé Trump à présenter des excuses, notant la croyance célèbre de Ford dans la supériorité de la race blanche.

« Henry Ford était un antisémite et l’un des plus fervents partisans de l’eugénisme aux Etats-Unis », a écrit Greenblatt sur Twitter. « Le président doit présenter des excuses ».

Le parti démocrate juif du Michigan a également critiqué le président pour ses propos qui, selon lui, ont montré une « indifférence à couper le souffle envers l’histoire et le bien-être des Juifs du Michigan ».

« Ce n’est pas une coïncidence que Donald Trump ait été président dans une période qui a connu la hausse la plus forte de l’antisémitisme depuis des générations », a fait savoir Noah Arbit, fondatrice et présidente du caucus juif démocrate du Michigan, dans un communiqué. « Le président ne se contente pas d’excuser les antisémites, il a lui-même donné naissance à une haine sérieuse contre les Juifs avec ses discours complotistes, racistes et haineux ».

La semaine dernière, l’ADL a rendu publiques de nouvelles données indiquant qu’il y avait eu davantage d’incidents anti-Juifs en 2019 qu’au cours de n’importe quelle année au cours des quatre dernières décennies. Cette augmentation comprend une série d’attaques importantes contre des institutions juives, comme c’est arrivé à Poway, en Californie, à Jersey City, dans le New Jersey et à Monsey, dans l’Etat de New York.

Les propos de Trump ont également été tenus après de multiples manifestations d’extrême-droite organisées aux abords du capitole de l’Etat du Michigan, réclamant la réouverture de l’Etat malgré la pandémie de coronavirus.

https://fr.timesofisrael.com/trump-salue-la-bonne-lignee-du-celebre-antisemite-henry-ford/

Le champ magnétique de la Terre s’affaiblit pour des raisons inconnues, selon l’ESA  25/05/2020

Le champ magnétique de la Terre s’affaiblit pour des raisons inconnues, selon l’ESA












Le champ magnétique de notre planète, qui protège la couche d'ozone des radiations cosmiques et des rayons ultraviolets nocifs, est en train de s'affaiblir par endroits pour des raisons inconnues, selon l'Agence spatiale européenne (ESA).

En 200 ans, le champ magnétique de la Terre a perdu 9% de son intensité et continue de s’affaiblir, l’apparition d’une nouvelle zone d’intensité minimale en Afrique en témoigne, a annoncé l’Agence spatiale européenne (ESA) citant des données de sa mission Swarm, une constellation de satellites mise en orbite en 2013.

«Un nouveau minimum oriental de l'anomalie de l'Atlantique sud est apparu au cours de la dernière décennie et n’a cessé de se développer ces dernières années», a indiqué Jürgen Matzka, du Centre allemand de recherche en géosciences.


L’anomalie de l’Atlantique sud est une zone située entre l'Afrique et l'Amérique du Sud où le champ magnétique est plus faible que dans les autres régions du globe. Depuis sa découverte en 1958, cette zone s'est développée et s'est déplacée vers l'ouest à un rythme d'environ 20 kilomètres par an.

«De 1970 à 2020, l'intensité minimale du champ dans cette zone est passée d'environ 24.000 nanoteslas à 22.000», précise l’ESA.

La deuxième zone de faible intensité magnétique, qui a émergé en Afrique du Sud, serait un signe annonçant que l'anomalie de l'Atlantique sud «pourrait se diviser en deux zones distinctes».
Une inversion des pôles Nord et Sud?

Selon une hypothèse de l’ESA, le comportement bizarre du champ magnétique terrestre pourrait s’expliquer par une inversion des pôles Nord et Sud, puisque des études récentes ont montré que la position du pôle magnétique Nord change rapidement.

Ce phénomène se répète sur Terre tous les 250.000 ans en moyenne et «nous sommes en retard par rapport au rythme moyen», d’après les chercheurs.

Quels effets pour l’Homme?

Pour l’instant, l’affaiblissement du champ magnétique, qui protège la Terre des radiations cosmiques et des rayons nocifs du Soleil, ne présente pas de danger pour les humains, estime l’ESA.

Mais il peut poser des problèmes aux satellites et vaisseaux spatiaux qui survolent l’anomalie de l'Atlantique sud puisque les particules chargées venant de l’espace peuvent y pénétrer jusqu’aux altitudes où volent les satellites en orbite basse.

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/202005241043834808-le-champ-magnetique-de-la-terre-saffaiblit-pour-des-raisons-inconnues-selon-lesa/

Aubenas: Arrestation par la police d'une femme qui prend la défense d'un homme sans masque  25/05/2020

Aubenas: Arrestation par la police d'une femme qui prend la défense d'un homme sans masque












































Ce matin (23/05/2020), sur le marché d'Aubenas, une femme a été arrêtée par la police pour avoir pris la défense d'un homme sans masque qui était en train d'être verbalisé. De nombreuses personnes ont tenté de prendre sa défense. On peut noter également qu'un citoyen a jeté son masque sur la police en signe de solidarité avec la personne arrêtée.

La crise du Coronavirus a accentué le délire totalitaire du pouvoir. Jeudi (21/05/2020), 50 amendes ont été dressées pour avoir soutenu les soignants, et 3 personnes ont été placées en GAV pendant plus de 24H. Ce matin, des personnes sont venus les soutenir au TGI (dont la famille et une avocate) et ont également été verbalisées de 135 euros d'amende.



https://fr.sott.net/article/35673-Aubenas-Arrestation-par-la-police-d-une-femme-qui-prend-la-defense-d-un-homme-sans-masque

Camélia Jordana affirme «ne pas se sentir en sécurité face à un flic», Castaner réagit – vidéo  25/05/2020

Camélia Jordana affirme «ne pas se sentir en sécurité face à un flic», Castaner réagit – vidéo













La chanteuse Camélia Jordana a créé la polémique dans l’émission «On n’est pas couché» lorsqu’elle a évoqué les violences policières à l’égard des personnes de couleur dans les banlieues, affirmant «ne pas se sentir en sécurité». Des propos qui ont fait réagir le ministre de l’Intérieur.

Invitée samedi 23 mai dans l’émission «On n’est pas couché» sur France 2, Camélia Jordana s’est exprimée sur les violences policières, particulièrement à l’égard des communautés noire et arabe en France. Ses propos ont engendré de nombreuses réactions sur Twitter, au point que le nom de la chanteuse est l’un des hashtags les plus populaires en France ce dimanche 24 mai, cité 2.000 fois.


Face à l’écrivain Philippe Besson pour qui les forces de l’ordre «sont là fondamentalement pour nous protéger», Camélia Jordana a affirmé qu’«il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité, et j’en fais partie».

«Je parle des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau», précise-t-elle.

«Aujourd’hui, j’ai les cheveux défrisés. Quand j’ai les cheveux frisés, je ne me sens pas en sécurité face à un flic en France», insiste-t-elle. M.Besson, soutien d’Emmanuel Macron, rappelle alors que des policiers sont agressés lors de leurs interventions, certains d’entre eux étant poussés au suicide.

Mais l’actrice de Le Brio estime que ces faits ne suffisent pas pour éclipser le racisme dans la police et invite à ne pas «voir l’arbre qui cache la forêt et qui permettrait de minimiser le combat dont il est question».
Condamnation des syndicats policiers et de Castaner

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a réagi ce dimanche sur Twitter où il a partagé l’extrait de l’émission. Il condamne des propos «mensongers et honteux», lesquels «alimentent la haine et la violence».


Le syndicat Alliance a publié un communiqué dénonçant des «accusations inadmissibles envers les policiers» de racisme voire de meurtre, et a indiqué avoir saisi le procureur de la République. Celui des commissaires de la police nationale (SCPN) a exprimé sa colère sur le même réseau social, qualifiant Camélia Jordana de «nouvelle star de la bêtise» pour avoir tenu des «arguments scandaleux et calomnieux, le tout sur le service public».


L’intervention de l’artiste n’a pas non plus été bien accueillie du côté du Rassemblement national, dont le porte-parole Sébastien Chenu estime qu’elle démontre «qui sont ceux qui divisent la France et sur quels critères ils “réfléchissent“». Le député RN de Bourgogne Franche-Comté Julien Odoul a quant à lui écrit «derrière la pathétique complainte larmoyante de Camélia Jordana, on devine la haine de la France».



https://fr.sputniknews.com/france/202005241043834223-camelia-jordana-affirme-ne-pas-se-sentir-en-securite-face-a-un-flic-castaner-reagit--video/

1 2 3 4 5 » ... 3795


Publicité

Brèves



Commentaires