Israel et les Etats Unis s'engagent ensemble à lutter contre le terrorisme  27/12/2006

Américains et Sionistes envisagent de signer un accord de longue durée pour lutter contre le terrorisme. Selon cet accord, les services de sécurités sionistes et le Département américain de la sécurité intérieur s'engagent à créer pas moins de 22 sections chargées de renseignement. Le cabinet sioniste a chargé hier le ministre sioniste de la sécurité intérieur de mener des négociations avec les Américains. Cet accord porte également sur des recherches techniques et des missions de renseignements conjointes.
IRIB

Un juriste allemand : 'La résolution 1.737 n’a pas de fondement juridique.'  27/12/2006

Pour un juriste allemand résidant à Londres, la résolution anti-iranienne du Conseil de sécurité des Nations-unies est illégitime et sans fondement juridique. « C’est, uniquement, sous le prétexte que l’Iran aurait l’intention d’accéder à la bombe atomique, que le Conseil de sécurité a privé ce pays du droit à bénéficier de l’énergie fissile et a adopté une résolution illégale, à son encontre. », a souligné Saheb Bler, juriste allemand résidant en Grande-Bretagne. Il a qualifié d’ambivalente l’attitude du Conseil de sécurité vis-à-vis du nucléaire, en allusion à l’arsenal nucléaire du régime sioniste. « Une telle attitude est une violation flagrante du Droit et des règles internationales, ainsi que des droits des membres du TNP. », a-t-il déploré, en ajoutant que le Conseil de sécurité restait de marbre devant l’arsenal nucléaire d’Israël, car ce régime poursuivait, avec la bénédiction américaine, son programme nucléaire militaire.

IRIB

Boroujerdi : La résolution anti iranienne du conseil de sécurité a été publiée sous la pression des USA  27/12/2006


Le directeur de la Commission de sécurité nationale du Majlis et de politique étrangère, Alaeddin Boroujerdi a souligné que la récente résolution adoptée contre les activités nucléaires pacifiques de l'Iran n'est qu'une politique motivée par les pressions des Etats-Unis.

S'adressant aux journalistes en marge de la session publique du Majlis mardi, il a déclaré qu'il est tout à fait normal que Téhéran n'observe pas les résolutions publiées par le conseil de sécurité contre les activités
nucléaires pacifiques du pays.


Le directeur général de l'Agence Internationale de
l'Energie Atomique (AIEA) Mohamed El-Baradei a, à
plusieurs reprises, déclaré que l'Iran n'a jamais contourné
les règlements de l'AIEA, le transfert auprès de l'ONU n'est qu'un acte
politique pris sous la pression des Etats-Unis.


En dépit des efforts menés par la Russie et la Chine
pour détendre l'atmosphère, le conseil de sécurité a publié une
résolution contre l'Iranl qualifiant cet acte pôlitique d' illégal.


Revoir sa coopération avec l'AIEA, comme l'a décié le parlement iranien signifie que le gouvernement peut prendre n'importe
quelle mesure nécessaire pour sauvegarder les intérêts
nationaux du pays, ia t'il souligné.


Sur le retrait probable de l'Iran du Traité de
non-prolifération (NPT), il a déclaré qu'une telle décision n'est pas
à l'ordre du jour pour l'instant bien qu'un certain
nombre de représentants du Majlis l'ait réclamé .

IRNA

Hausse du prix du brut après l’approbation de la résolution du Conseil de sécurité  26/12/2006

Hausse du prix du brut après l’approbation de la résolution du Conseil de sécurité
Suite à l’approbation de la résolution 1737 du Conseil de sécurité de l’ONU pour imposer des sanctions à l’Iran, les cours du brut a augmenté sur le marché mondial de l’or noir. L’agence FARS, citant l’agence Bloomberg, a rapporté que dans sa résolution, le Conseil de sécurité a fixé un délai de 60 jours à la République islamique d’Iran pour arrêter toutes ses activités relatives à l’enrichissement de l’uranium, tandis qu’en réaction à cette résolution onusienne, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que la communauté internationale devra tôt ou tard reconnaître l’accès l’égal de la République islamique d’Iran à la technologie nucléaire civile. Par ailleurs, la multiplication des attentats terroristes visant le secteur pétrolier du Nigeria n’est pas restée sans effet sur la hausse du prix du brut à l’échelle mondiale. Makoto Takada, spécialiste japonais de l’énergie à Tokyo a déclaré que la crise survenue dans le dossier nucléaire iranien risquerait de faire grimper les cours du brut à plus de 65 dollars le baril. A New York, le brut léger de Texas pour la livraison au mois de février a été négocié à 62 dollars 89 cents le baril accusant une hausse de 48 cents, avant la fermeture de la Bource de New York le 25 décembre. Par ailleurs, l’Institut international de Rabo Bank de Singapour estime que le marché mondial du pétrole est très sensible aux évolutions politiques du Moyen-Orient notamment à celles du dossier nucléaire iranien. Une grande partie des exportations pétrolières de la République islamique d’Iran est destinée au marché asiatique, d’où le soutien des pays asiatiques au règlement négocié des différends existant autour des activités nucléaires iraniennes. Après l’Arabie Saoudite, l’Iran est le deuxième grand producteur de l’Organisation des pays exportateurs du pétrole (OPEP) et joue un rôle de premier plan dans l’équilibre du marché mondial de l’énergie. Par ailleurs, l’opposition armée du Nigeria a menacé de développer ses activités contre des cibles pétrolières dans le golfe du Niger.
Farsnews

Les révélations faites par l’ancien ministre irakien de la Défense sur les activités des forces occupantes américaines  26/12/2006

L’ancien ministre irakien de la Défense, Saadoun Dalimi a révélé l’ingérence directe des occupants américains dans les activités du ministère irakien de la Défense. Il a prétendu que les Américains avaient gradé plus de mille individus sans aucune formation militaire, comme haut officier. Le quotidien irakien al-Dastour citant Saadoun Dalimi a ajouté que l’objectif de cette démarche était d’intégrer des éléments proaméricains dans les centres décisionnels du ministère de la Défense. Dalimi a vivement critiqué les politiques ambiguës et de deux poids deux mesures des Etats-Unis en Irak a déclaré que les forces occupantes américaines instrumentalisent la question de la démocratie et des droits de l’Homme uniquement pour assurer leurs propres objectifs politiques. L’ancien ministre de la Défense a révélé également que le gouvernement irakien avait accordé un budget de 350 millions de dollar à l’achat des hélicoptères militaires, tandis que les forces américaines avaient confisqué ce budget et qu’elles avaient remis seulement quelques véhicules au ministère irakien de la Défense. Dalimi a déclaré que les responsables américains poursuivaient leurs activités sans aucune consultation ou coordination avec le gouvernement irakien notamment pour établir des contacts avec des groupes terroristes en dehors de l’Irak ou plus précisément dans une région près de la Mer morte, à proximité des frontière de la Jordanie avec la Palestine occupée. Mais suite à l’échec de ces négociations, les groupes terroristes ont intensifié leurs attaques contre les civils irakiens.A noter que plusieurs autres responsables du gouvernement irakien ont révélé la corruption des responsables américains qui disposent illégalement des budget de la reconstruction de l’Irak.
IRIB

Les recettes pétrolières de l'Iran diminuent régulièrement (Washington post)  26/12/2006

Les chercheurs de l'Académie américaine des Sciences ont constaté que les recettes pétrolières de l'Iran diminuaient au fil des années, écrit le quotidien Washington post dans sa livraison de mardi.

Selon l'expert Roger Stern, si cette tendance persistait, alors en 2015 Téhéran pourrait être privé de rentrées provenant de la vente de pétrole, ce qui pourrait provoquer une déstabilisation économique dans ce pays.

Selon le rapport établi par l'institution scientifique américaine, actuellement les exportations d'or noir rapportent à l'Iran quelque 50 milliards de dollars par an. Cependant, ces revenus accusent une baisse annuelle de 10-12%. D'après les prévisions de Roger Stern, ces exportations pourraient diminuer de moitié dans les cinq années à venir. Cette tendance se maintiendra, notamment parce que l'Iran a réduit ses investissements dans le secteur pétrolier au profit de ses programmes nucléaires.

Actuellement l'Iran extrait environ 3,7 millions de barils/jour et d'ores et déjà ce chiffre est inférieur de 300.000 barils à ce que l'Iran produit dans le cadre du quota fixé par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), relève le Washington post.
RIA Novosti

L'immigration: sujet préféré des campagnes électorales en France  26/12/2006

La campagne électorale ne bat pas encore son plein en France mais c'est tout comme. Et comme à chaque campagne le sujet phare c'est l'immigration. Récemment les partis de droite et de l'extrême droite se plaisent à lier l'immigration à l'insécurité et à la violence. Il paraît que ça fait mouche chez les électeurs! Le très probable candidat de l'UMP, le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy exploite lui aussi le thème de l'immigration pour sa campagne, peut-être même, chose étonnante, plus que le pionnier en la matière dans l'Hexagone, j'ai nommé Jean-Marie Le Pen. L'exploitation de l'immigration est de telle que cela a suscité la critique de certains hommes politiques jusqu'à dans les rangs de la droite au pouvoir. Le ministre délégué à la promotion des chances Azouz Begag a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il n'en pouvait plus de voir que l'immigration soit systématiquement liée à l'insécurité et à la violence. Selon le ministre il faut s'attaquer au problème du chômage et de l'emploi, des défis beaucoup plus importants à relever. En effet, la France est le pays européen qui accueille le plus d'immigrés. Selon les estimations ils sont près de 6 millions pour la plupart originaires des anciennes colonies françaises en Afrique. Il faut reconnaître que les immigrés n'ont pas toujours bénéficié des égalités de chance en particulier dans la recherche d'un emploi. Aujourd'hui, avec la fracture sociale, les inégalités pourraient s'exprimer encore davantage. Malheureusement, l'immigré a toujours joué le rôle de bouc émissaire, pour hommes et femmes politiques français lorsqu'ils doivent justifier l'échec de leurs projets sociaux ou encore les problèmes qui touchent la sécurité. Il est à craindre que les immigrés soient de plus en plus au centre des débats politiques en ces temps de campagne électorale en France.
IRIB

La hausse des cours du brut sur les marchés asiatiques  26/12/2006

Le prix du pétrole a connu aujourd'hui, mardi une légère hausse sur les marchés asiatiques pour atteindre les 62 dollars 78 cents.

Selon l'AFP, sur les marchés asiatiques, le baril de Light Sweet Crude pour la livraison en février a enregistré une hausse de 37 cents pour passer la barre des 62 dollars 78 cents.

Le prix du baril du Brent de la mer du Nord a connu une hausse de 45 cents, pour arriver à 62 dollars 87 cents sur le marché londonien.
IRIB

Les Allemands pas contents des bases nucléaires américaines sur le sol de leur pays  26/12/2006

Les Allemands souhaitent le départ de près de 70.000 militaires américains et de leurs arsenaux nucléaires présents sur leur sol. En dépit de la fin de la Guerre froide voilà 16 ans, les Etats-Unis continuent de maintenir plusieurs dizaines de bombes atomiques en Allemagne qu'ils utilisent souvent comme base militaire. Le professeur Albrecht qui enseigne les sciences politiques dans les universités allemandes a affirmé dans un entretien avec l'IRIB que le stockage de près de 60 bombes atomiques en Allemagne inquiète la population.
IRIB

Le gouvernement japonais dément avoir rédigé un document sur la création éventuelle de têtes nucléaires  25/12/2006

Le gouvernement japonais n'a rédigé aucun document sur la création éventuelle de têtes nucléaires dans 3 à 5 ans, dont la construction et la rémunération du travail de quelques centaines de chercheurs reviendraient à 200 à 300 milliards de yens (près de 2 à 3 milliards de dollars), a déclaré lundi matin, à Tokyo, lors d'une conférence de presse, le secrétaire général du cabinet des ministres Yasuhisa Shiozaki.

Le journal Sankei a publié lundi le contenu d'un document gouvernemental daté du 20 septembre faisant état des projets de création de petites têtes nucléaires. Selon le journal, ce document avait été écrit bien avant le 9 octobre, lorsque la Corée du Nord a effectué un essai nucléaire souterrain.

"Le gouvernement ignore l'existence d'un tel document", a dit Yasuhisa Shiozaki. Le document indique que la production expérimentale de charges nucléaires pourrait commencer dans trois ans. Cependant, cela ne permettrait même pas au Japon "de réagir de façon adéquate à la menace nucléaire nord-coréenne", estiment les auteurs du document.

Le premier ministre Shinzo Abe et le secrétaire général Yasuhisa Shiozaki ont maintes fois déclaré que le Japon n'avait pas l'intention de fabriquer d'armes nucléaires et qu'il restait attaché à la politique de respect des "trois principes non nucléaires" (ne pas posséder, ne pas fabriquer et ne pas introduire d'armes nucléaires).
RIA Novosti

Le Hamas n'a élaboré aucun acte de paix avec le régime sioniste  25/12/2006

Le conseiller politique du Premier ministre palestinien a déclaré que le Hamas n'a joué aucun rôle dans l'élaboration de l'acte de paix avec le régime sioniste. Selon, l'Agence Xin Hua, le Conseiller politique du Premier ministre palestinien, l'acte de paix avec le régime sioniste, publié, hier, a été élaboré, par les Représentants de la Norvège, de la Suisse, et de la Grande Bretagne. " Il n'y a eu aucune participation du Hamas dans l'élaboration de cet acte de paix, car le Hamas s'oppose, radicalement, à la reconnaissance d'Israël" a-t-il déclaré. " La proposition du cessez-le-feu ne signifie pas la reconnaissance d'Israël, mais il s'agit d'une proposition politique en échange de la fin de l'occupation des territoires occupés de 1967, de la libération de tous les palestiniens, détenus dans les geôles du régime sioniste et du rapatriement des réfugiés palestiniens" a-t-il conclu.
IRIB

Ahmadinejad: l'Iran révisera ses relations avec les organisations internationales  25/12/2006

La République islamique est attachée aux normes internationales dans le domaine nucléaire, mais elle se voit obligée de réviser ses relations avec les organisations internationales, a déclaré le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, lors de la réunion du gouvernement dimanche soir.

"L'Iran respecte pleinement les règles et normes internationales (dans le domaine nucléaire) et l'Agence internationale de l'énergie atomique a constaté pour sa part l'absence d'écart dans le programme nucléaire iranien", a-t-il annoncé.

"Malheureusement, l'approche des organisations internationales, ambiguë et contraire à la loi, contraint la République islamique d'Iran à réviser ses relations avec ces organisations", a annoncé lundi le service de presse du chef de l'Etat iranien, citant Mahmoud Ahmadinejad.

Le parlement iranien a approuvé dimanche à la majorité des voix un projet de loi obligeant le gouvernement à réviser sa coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans le domaine nucléaire.

Conformément à la Constitution iranienne, cette décision doit être approuvée par le Conseil de surveillance de la République islamique, organe placé au-dessus du parlement.

Le parlement iranien a ainsi réagi à la résolution adoptée la veille par le Conseil de sécurité de l'ONU qui prévoit des sanctions contre Téhéran liées à son programme nucléaire.
RIA Novosti

Israël satisfait des sanctions prises à l'encontre de l'Iran  25/12/2006

Israël se félicite de la décision du Conseil de sécurité de voter des sanctions à l'encontre de l'Iran, mais il estime que d'autres pas doivent être faits pour contrecarrer le projet nucléaire iranien.

"La résolution montre que la communauté internationale est consciente de ce que le monde ne saurait accepter que l'Iran possède l'arme nucléaire", lit-on dans un communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères rendu public dimanche soir.

Samedi le Conseil de sécurité de l'ONU avait voté à l'unanimité une résolution prévoyant des sanctions s'étendait à l'activité de l'Iran liée à l'enrichissement d'uranium et au retraitement, à des projets impliquant des réacteurs à eau lourde et le développement des vecteurs de lancement des armes nucléaires.

"L'introduction de sanctions est un premier pas important, mais il faudra apparemment que la communauté internationale en prenne d'autres rapides et contraignants", est-il souligné dans le document.

L'opinion israélienne pense que le programme nucléaire iranien représente le danger numéro un pour la sécurité et l'existence de l'Etat hébreu et de donne pas foi aux assurances des dirigeants de la République islamique, selon lesquelles le programme nucléaire iranien est exclusivement civil.
RIA Novosti

Le commandement américain en Irak retient des officiers iraniens (journal)  25/12/2006

Le commandement militaire américain en Irak retient en captivité au moins quatre officiers supérieurs iraniens, a annoncé l'édition on-line du journal américain New York Times.

Les militaires iraniens ont été capturés jeudi dernier à Bagdad au cours d'une opération de recherche et de destruction de commandos lancée par les forces coalisées, affirme le quotidien, citant des sources au sein de l'administration américaine et de la direction irakienne.

Ainsi, le représentant officiel du Conseil de sécurité national Gordon D. Johndroe a déclaré qu'au cours des opérations les forces coalisées avaient capturé deux diplomates iraniens qui ont été relâchés plus tard.

Gordon D. Johndroe a confirmé que plusieurs Iraniens, dont des militaires, avaient été mis en détention et qu'une enquête avait été ouverte.

Selon le New York Times, depuis la capture des Iraniens, les délégués des autorités irakiennes et iraniennes mènent des négociations secrètes sur leur libération. Les dirigeants irakiens ont pour leur part plus d'une fois demandé à Washington de remettre en liberté les Iraniens capturés.
RIA Novosti

Somalie: l'Ethiopie bombarde l'aéroport de Mogadiscio (Al-Arabia)  25/12/2006

L'armée de l'air éthiopienne a bombardé lundi l'aéroport international de Mogadiscio (Somalie), rapporte la chaîne Al-Arabia.

Aucune information sur les victimes n'a encore été diffusée.

Des combats acharnés opposent pour la septième journée consécutive les troupes gouvernementales, appuyées par l'Ethiopie, aux milices des tribunaux islamiques en Somalie.

Dimanche, le premier ministre éthiopien a reconnu officiellement cette opération militaire en Somalie voisine, justifiant l'intervention par les menaces directes que font peser les milices des tribunaux islamiques, ayant déclaré la "guerre sainte" (jihad) contre l'Ethiopie qui soutient le gouvernement de transition installé fin 2004, sur la sécurité et la souveraineté du pays.

L'Etat de Somalie a cessé d'exister en 1991, après la chute du régime de Mohamed Siad Barre. Une guerre civile destructrice sévit depuis en Somalie, ayant déjà emporté 300.000 à 500.000 vies. De nouvelles institutions du pouvoir ont été instaurées en Somalie avec le soutien de la communauté internationale en 2004.

Le Gouvernement national de transition n'a pas été à même de rétablir l'ordre dans le pays. Les leaders de nombreuses mouvances politiques et les chefs de guerre contrôlant différentes régions du pays avancent leurs propres initiatives impossibles à mettre en oeuvre concernant la future politique de l'Etat.
RIA Novosti

Raid éthiopien, en Somalie  24/12/2006



Alors que les combats font rage, entre les forces des Tribunaux islamiques et celles du gouvernement transitoire, depuis mercredi dernier, en Somalie, au terme de l'ultimatum, lancé, par les Tribunaux islamiques, qui exigent le retrait des milliers de soldats éthiopiens de Somalie, des témoins ont affirmé que l'aviation éthiopienne, appuyée, par les forces du gouvernement transitoire somalien, avait bombardé, ce dimanche matin, deux régions, contrôlées, par les forces des Tribunaux islamiques, a rapporté la chaîne Al Alam.
Al Alam

La résolution du Conseil de sécurité est illégale  24/12/2006

Interviewé par la chaîne BBC, le chef de la diplomatie iranienne a indiqué : « Ce que les Etats-Unis doivent faire, en premier lieu, pour montrer leur disponibilité à négocier avec l’Iran, c’est de changer leurs politiques envers l’Iran. » « Prendre une décision sur toute négociation avec les Etats-Unis dépendra de la décision des la Maison Blanche de changer ses politiques. »a rappelé Manoutchehr Mottaki, ajoutant : « Nous avons deux problèmes majeurs en Irak : les attentats terroristes et la présence des forces étrangères. » « Toute solution à décider doit prendre en considération ces deux problèmes. », a-t-il rappelé. Répondant à la question à savoir si l’Iran demande un calendrier pour le retrait des forces américaines d’Irak, il a indiqué : « Nous ne sommes pas en train de dialoguer sur les modalités ou le temps du retrait des forces d’Irak. Cela concerne le gouvernement irakien et les Américains. Mais il est clair qu’un calendrier doit être fixé car c’est la question la plus importante. » Mottaki a insisté : « Une fois ce calendrier est fixé, l’Iran sera prêt à aider le retrait des forces étrangères de l’Irak. » Pour le chef de la diplomatie iranienne, la résolution adoptée par le Conseil de sécurité contre l’Iran est totalement illégal.

Resalat

Hans Blix : « L’imposition des sanctions contre l’Iran aggravera la situation. »  24/12/2006

L’ancien Chef des inspecteurs en désarmement de l’ONU, en Irak, Hans Blix, a fait part de son inquiétude, quant aux sanctions imposées à l’Iran. « Je ne pense pas que la question des programmes nucléaires iraniens soit insoluble. C’est, certainement, une chose difficile, mais je souhaite que les négociations reprennent. », a indiqué Hans Blix, pour lequel les sanctions ne feront qu’aggraver la situation, d’autant plus qu’elles peuvent exiger le recours à la force. Blix s’est dit, également, préoccupé par les conditions du Conseil de sécurité, qui précisent que l'Iran doit arrêter ses programmes nucléaires, pour que les Six se mettent avec lui à la table de négociations. « S’ils doivent négocier, il n’y a aucune raison pour que l’Iran renonce à la poursuite de l’enrichissement d’uranium, qui constitue, d’ailleurs, le thème principal des négociations. »,a-t-il ajouté.
IRIB

Un nouveau complot américain, dévoilé, en Irak  24/12/2006

Avec l'amplification des efforts que mènent les occupants de l'Irak, pour y mettre en place des plans relatifs au divisionnisme inter-confessionnel, des sources bien informées parlent de la nouvelle stratégie américaine, qui consiste à organiser un coup d'Etat. Le gouvernement américain aurait l'intention de libérer, d'ici 3 mois, Tarek Aziz, l'ancien adjoint de Saddam Hussein, pour diriger un coup d'Etat. A en croire ces sources, les officiels américains, présents, en Irak, seraient en train de remplir les formalités juridiques, en vue de libérer Tarek Aziz, qui devrait mettre en place les préparatifs de ce coup d'Etat. D'anciens hauts responsables du parti Baath, qui ont, bizarrement, réussi à s'évader des prisons, contrôlées, par les forces américaines, en Irak, pourraient, eux aussi, être impliqués dans ce plan.
IRIB

Les objectifs de l'administration Bush vont à rebours des intérêts du peuple américain  24/12/2006

Le coordinateur de l'institut américain de la politique étrangère juste, Robert Naiman, a fait savoir que les objectifs de l'administration Bush en Irak et dans la région allaient à l'opposé des intérêts des citoyens américains.

Dans son interview avec la rédaction anglophone de l'IRIB, il a déclaré que la plupart de citoyens américains souhaitent le retour des boys de l'Irak et la fixation d'un calendrier pour le retrait de ces forces de l'Irak.

" Le peuple américain veut que ses hommes d'Etat américains prennent de plus en plus en compte les questions intérieures et qu'ils renoncent à l'ingérence dans les affaires d'autres pays.", a dit cette personnalité américaine.

"L'administration Bush veut faire main basse sur les ressources naturelles de l'Irak et prendre le contrôle économique, politique et militaire de la région.", a déclaré Naiman.

L'administration Bush ne lésinera sur ses efforts pour arriver à ses desseins, même si cela se solderait par la mort des centaines de milliers d'Irakiens et d'Américains.
IRIB



Publicité

Brèves



Commentaires