Budget militaire américain approuvé par la chambre des représentants  18/05/2007

La chambre des représentants du congrès américain a approuvé jeudi le budget militaire des Etats-Unis pour 2008. Le montant total du budget étant de 645,6 milliards de dollars, 397 députés ont voté pour et 27 contre.

Conformément au projet de loi de programmation militaire, 503,8 milliards de dollars serviront à financer l'activité du Pentagone et les programmes du ministère américain de l'Energie relatifs aux armes nucléaires, et 141,8 milliards à alimenter les guerres en Irak et en Afghanistan.

Il est notamment prévu d'affecter 9,5 milliards de dollars à la réalisation des programmes ABM, dont 150 millions à l'installation d'une base radar en République tchèque.

Bien que les 160 millions de dollars demandés par George Bush pour l'implantation d'une base de dix missiles intercepteurs en Pologne aient été rayés du projet de loi, celui-ci contient néanmoins une disposition qui autorise la Maison-Blanche et le Pentagone à réclamer ce montant au congrès en cas de signature avec la Pologne d'un accord sur le déploiement d'une base ABM.

Il est également prévu d'accorder 9,3 milliards de dollars aux programmes militaires spatiaux et 139,4 millions de dollars au remplacement des ogives nucléaires par des ogives conventionnelles sur les missiles Trident. Cela dit, le projet de loi de programmation militaire souligne que ce dernier montant sera affecté uniquement aux recherches en matière de modernisation des Trident et que l'installation d'ogives conventionnelles sur ces missiles ne pourra commencer que lorsque "tous les autres questions politiques" auront été réglées.
Ria Novosti

Sommet Russie-UE: Poutine, Merkel et Barroso souhaitent un nouvel accord de partenariat (source)  18/05/2007

Le président russe Vladimir Poutine, la chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso prônent la signature d'un nouvel accord de partenariat Russie-UE, a annoncé vendredi une source au sein de la délégation russe au sommet russo-européen.

"Les parties ont pu se pencher en détail sur la signature d'un nouvel accord de partenariat et de coopération entre la Russie et l'Union européenne. Ils ont fait ressortir la nécessité impérieuse de ce document pour l'avenir des relations entre la Russie et l'UE", a indiqué la source en évoquant la rencontre qui a réuni jeudi Vladimir Poutine, Angela Merkel et José Manuel Barroso à Voljski Outes, sur les bords de la Volga près de Samara.

L'accord en vigueur réglementant la coopération entre la Russie et l'Union européenne expire en décembre prochain. La Pologne, qui réclame la suppression de l'embargo russe sur les livraisons de viande polonaise, a mis son veto sur l'ouverture des négociations portant sur le nouvel accord de partenariat.

Dans ce contexte, a précisé le représentant de la délégation russe, plusieurs scénarios de règlement du problème du veto polonais ont été examinés.

Lors de l'entretien, Vladimir Poutine a annoncé à ses invités la signature de l'Acte de communion canonique entre l'Eglise orthodoxe russe relevant du patriarcat de Moscou et l'Eglise orthodoxe russe hors frontières, avant de souligner l'importance de cet événement pour la Russie. Mme Merkel et M. Barroso ont pour leur part posé des questions sur la vie confessionnelle dans la région de la Volga, et le leader russe a expliqué en détail la composition multiconfessionnelle de la population régionale, a indiqué la source.

Le président russe a également exposé à ses invités les résultats de sa récente visite au Kazakhstan et au Turkménistan en qualifiant les documents signés entre les trois pays de "bonne nouvelle pour l'Europe et l'Allemagne, puisque ces documents permettront à l'Europe et à l'Allemagne de recevoir davantage d'hydrocarbures".

Le représentant russe a par ailleurs indiqué que Vladimir Poutine et ses invités avaient échangé des vues sur l'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). "Vladimir Poutine a réaffirmé la volonté de la Russie d'achever sans tarder le processus d'adhésion à l'OMC, en constatant que la Russie ne demandait pas de privilèges mais ne voulait pas non plus subir de conditions discriminatoires", a relevé la source.

Les dirigeants russe et européens ont également soulevé le problème du statut du Kosovo qui, selon la Russie, ferait jurisprudence dans le droit international.

"C'était un débat très dense. Les leaders russe et européens ont pu examiner différentes questions dans une ambiance sincère et informelle", a précisé la source.
Ria Novosti

Politique de la nouvelle direction française: les pronostics des experts russes divergent  18/05/2007

Les pronostics des experts russes quant à la future politique intérieure et extérieure française sous la présidence de Nicolas Sarkozy, assisté par le nouveau premier ministre François Fillon, divergent.

A la nomination de François Fillon au poste de premier ministre, on ne doit sans doute pas s'attendre à de brusques changements dans la politique extérieure de France, a déclaré jeudi à RIA Novosti le directeur de l'Institut d'analyse et d'évaluations stratégiques Alexandre Konovalov.

"A mon avis, la nomination de François Fillon n'a rien d'inattendu en soi. Aussi aucun choc (dans la politique extérieure française) n'est-il sans doute pas à craindre. Par contre, dans la vie politique intérieure en France, le patronage social va certes diminuer", a estimé l'expert.

Et d'ajouter que sous Sarkozy et Fillon, les immigrés en France auront beaucoup plus d'obligations qu'aujourd'hui.

"Il leur sera notamment plus difficile de s'installer en France et de vivre avec une allocation, a continué Alexandre Konovalov. Il sera plus difficile d'y venir à ceux qui ont pu le faire facilement autrefois et vivre pendant des années entières en touchant une allocation".

Le directeur du Centre "Union européenne - Europe de l'Est" Viktor Mironenko s'est dit d'accord lui aussi que la nomination de François Fillon au poste de premier ministre était facile à prévoir. "Je n'ignore pas que cet homme est très proche du nouveau président, et on comprend bien le désir de Nicolas Sarkozy d'avoir à ses côtés un compagnon d'idée", a-t-il dit.

Quoi qu'il en soit, Viktor Mironenko a avancé qu'avec l'arrivée au pouvoir de l'alliance Sarkozy-Fillon, la politique extérieure de la République française connaîtrait de sérieux changements.

"Je pense qu'il ne serait pratiquement plus possible d'établir à l'avenir des relations pareilles à celles qui se sont antérieurement organisées entre Silvio Berlusconi, Jacques Chirac, Gerhard Schröder et Vladimir Poutine. A en juger d'après les premières déclarations de Nicolas Sarkozy hier lors de sa cérémonie d'investiture, c'est un politique suffisamment pragmatique, orienté davantage vers la solidarité atlantique", a supposé Viktor Mironenko.

Répondant à la question de savoir comment les relations entre la France et la Russie se développeront à l'avenir, l'expert a dit que l'on ne pourrait en faire les premières suppositions qu'à l'issue du sommet Russie-Union européenne qui démarre jeudi à Samara (ville sur les bords de la Volga).

Pour sa part, Alexandre Konovalov a déclaré ne pas s'attendre à un revirement "proaméricain" dans la politique de la France, bien qu'il ait admis que Nicolas Sarkozy avait manifestement davantage de sympathie pour les Etats-Unis que Jacques Chirac n'en avait.

"Cette politique restera toujours profrançaise", s'est-il dit persuadé.
Ria Novosti

Washington préoccupé par la croissance de l'influence russe (rapport)  18/05/2007

La croissance de l'influence russe est contraire aux intérêts des Etats-Unis et de l'OTAN en matière de sécurité, selon un rapport soumis à l'examen du Sénat américain par le commandant en chef des forces de l'OTAN en Europe, le général Bantz Craddock.

"Les dernières stratégies russes en matière d'extension de l'influence vont à l'encontre de la sécurité des Etats-Unis et de l'OTAN", souligne le document.

"Premier producteur mondial de gaz naturel et fournisseur incontournable d'énergie à l'Europe, la Russie a démontré sa disposition à user de sa situation dans le secteur énergétique pour imposer sa volonté à d'autres Etats", estime l'auteur du rapport.

Selon le même document, "la récente tactique agressive de la Russie vis-à-vis de la Géorgie et de l'Ukraine suscite des préoccupations quant à ses intentions durables en matière de sécurité".

"Il demeure incertain dans quelle mesure la Russie utilisera à l'avenir son énergie et ses forces armées à des fins de politique étrangère, mais cette dynamique nécessite un suivi approfondi", relève le rapport.

Le texte souligne par ailleurs l'importance de la coopération entre les Etats-Unis et la Russie dans les dossiers tels que la défense antimissile, la non-prolifération, la lutte contre le terrorisme et les ruptures des fournitures d'hydrocarbures. Il constate également que les contacts directs entre les forces armées des deux pays sont "essentiellement positifs".

"Les objections de la Russie face aux projets et aux programmes américains de déploiement du bouclier antimissile exigent que le gouvernement américain poursuive les consultations et le dialogue", tandis que "nos projets ambitieux en matière de coopération pratique avec la Russie restent en suspens en raison du refus de la Douma (chambre basse du parlement russe - NDLR) de ratifier l'accord sur le statut des forces du Partenariat pour la paix qui permettrait aux forces armées de l'Alliance atlantique d'organiser des exercices sur le territoire russe", résume le rapport.
Ria Novosti

Les crimes du régime sioniste se poursuivent  18/05/2007

Alors que les actes criminels du régime sioniste contre les Palestiniens se poursuivent intensément, les machinations de ce régime entrent aussi dans une phase dangereuse, et Tel-Aviv, cherche, par différentes astuces, à faire opposer les Palestiniens les uns aux autres. Suite aux raids menés ces derniers jours, par Israël, des dizaines de Palestiniens ont été tués en martyr ou blessés, et ce alors que Ehud Olmert, Premier ministre du régime sioniste, a demandé à son armée d’intensifier ses attaques contre les zones palestiniennes. Dans une telle conjoncture, le régime sioniste, profitant de certaines divergences de vue entre les groupes palestiniens, tente de les pousser vers une guerre civile, afin d’affaiblir les Palestiniens, mais aussi de détourner pratiquement l’attention des Palestiniens et de l’opinion publique de la politique expansionniste du régime occupant Ghods. Dans le droit fil des plans conspirateurs du régime sioniste visant à dresser les Palestiniens les uns contre les autres, Shimon Perez, a affirmé que le régime sioniste devait aider Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, qui dirige également le mouvement Fatah, en conflit actuellement avec le Hamas dans la bande de Gaza. Il a ajouté que si Abbas demandait de l’aide à Israël pour lutter contre le Hamas, Tel-Aviv répondrait favorablement à cette demande. Les agissements du régime sioniste afin d’attiser le feu des conflits intérieurs palestiniens interviennent au moment où les milieux internationaux et régionaux se sont dits inquiets de la poursuite des accrochages dans la bande de Gaza. Les développements en Palestine montrent bien que les Palestiniens se trouvent actuellement devant des intrigues dangereuses du régime sioniste, et que ce régime a réellement l’intention de porter atteinte à deux éléments qui sont les points forts du peuple palestinien, à savoir sa cohésion et sa résistance. Les complots du régime sioniste ont mis les Palestiniens dans une situation difficile, et l’influence des actes perturbateurs de ce régime sur certaines factions palestiniennes, aura des conséquences pour les Palestiniens et peut barrer la route à la réalisation de leur cause. Dans une telle situation, les groupes palestiniens et leur marche vers l’unité et l’entente, et le soutien au gouvernement d’union nationale, peuvent aider les Palestiniens à surmonter les difficultés et à neutraliser les complots sionistes.
IRIB

Le Jihad islamique de la Palestine a mis en garde le régime sioniste  18/05/2007

Le Jihad islamique de la Palestine a mis en garde le régime sioniste contre toute utilisation ou exploitation des divergences inter-palestiniennes. "Les raids aériens du régime sioniste contre Gaza est une exploitation des affrontements entre les partisans du Hamas et du Fatah" a dit Khaled al-Betach, un des hauts responsables du Jihad islamique de la Palestine à l'antenne d'Al Alam, avant d'ajouter que les Palestiniens avaient pour devoir et responsabilité de resserrer leurs rangs et de rester solidaires sur le front de la résistance.
IRIB

Wolfowitz va démissionner de la présidence de la BM  18/05/2007

En dépit du plein soutien de la Maison Blanche, le président de la Banque mondiale (BM), le néo-conservateur américain, Paul Wolfowitz accusé de népotisme, va démissionner le 30 juin, à la suite d'un scandale. Paul Wolfowitz qui avait pris les rênes de la BM avce pour objectif de lutter contre la corruption, s'est transformé lui-même en un élément corrupteur en ordonnant l'avancement de sa compagne et en lui accordant un salaire annuel de 200.000 dollars, au sein de l'Organisation. Avant d'occuper le siège du président de la BM, Wolfowitz était sous-secrétaire d'Etat dans l'administration Bush et un des principaux architectes de la guerre contre l'Irak.
IRIB

L'Otan dément toute action militaire contre l'Iran  18/05/2007

Le chef de la commission militaire de l'Otan, le général Hinolit, cité par Xinhua, a affirmé jeudi en marge d'une réunion de l'Otan et des hauts responsables militaires des pays riverains du Golfe persique à Doha qu'il n'existait aucun plan d'action militaire contre l'Iran et qu'il n'y avait aucune discussion à ce sujet au sein de cette organisation. " Le retrait de l'Otan d'Afghanistan dépendra d'une décision du CS de l'Onu et de celle des pays membres de l'Organisation" a-t-il par ailleurs précisé.
IRIB

Les Etats du golfe rejettent la guerre folle de Cheney en Iran  18/05/2007

(EIRNS) Les dirigeants du Conseil de coopération du golfe arabe (GCC) ont tenu hier une réunion à Ryhad, afin de discuter de la récente visite du vice président étasunien Dick Cheney et du président iranien Mahmoud Ahmedinejad dans la région.

Abdulrahman Al-Atiya, secrétaire général du GCC, a déclaré à la presse après le sommet : « les dirigeants du GCC ont discuté des détails de la visite dans la région du vice-président étasunien Dick cheney, et ont été minutieusement informés par les dirigeants des Emirats Arabes Unis et d’Oman au sujet de leurs discussions avec le président iranien Mahmoud Ahmedinejad ».

Le communiqué final a appelé à « la nécessité de trouver une solution pacifique à la question du programme nucléaire iranien qui peut épargner à la région de nouvelles tensions ». Al-Atiya a dit que « les six dirigeants ont discuté des dangers posés par une attaque militaire contre l’Iran », et a réaffirmé que « le Sommet renouvelait son engagement concernant la position de principe du GCC puisqu’il ne supporterait pas de frappes militaires contre l’Iran ».

Al-Atiya n’a pas révélé de détails concernant les discussions entre les Emirats Arabes Unis et Oman et le président iranien, mais a signalé que la visite d’ Ahmedinejad était « centrée sur la volonté iranienne de développer des relations amicales avec les pays du Golfe ».

Il a aussi déclaré que « les dirigeants du GCC ont exprimé leurs espoirs pour que les Etats-Unis et l’Iran utilisent leurs prochaines discussions (sur l’Irak) afin d’atteindre des objectifs qui amélioreront la sécurité et la stabilité de la région. »
Solidarité et Progrès

Téhéran refuse de discuter de son programme nucléaire avec les Etats-Unis  17/05/2007

Téhéran refuse d'inscrire son programme nucléaire à l'ordre du jour des prochaines négociations irano-américaines.

"Les négociations qui auront lieu le 28 mai en Irak entre des ambassadeurs iranien et américain ne porteront que sur la sécurité dans ce pays", a déclaré à Islamabad le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, avant d'ajouter que les interlocuteurs ne procéderaient à aucun échange de vues sur le "dossier nucléaire" iranien.

Les négociations irano-américaines devaient avoir lieu en mars 2006, mais Téhéran avait renoncé au dialogue avec Washington à cause de la campagne de propagande orchestrée par les Etats-Unis contre l'Iran.

"Cette année, les Américains nous ont officiellement invités à discuter de la situation en Irak et nous avons accepté. Des représentants irakiens assisteront également à cette rencontre", a indiqué M. Mottaki.

Selon lui, la politique de Washington en Irak est "vouée à l'échec".

"La présence des troupes étrangères dans ce pays crée des problèmes sérieux pour le peuple irakien. A la suite de la politique erronée pratiquée par les occupants, l'Irak se trouve confronté à des confrontations confessionnelles et ethniques", a constaté le ministre iranien des Affaires étrangères.
Ria Novosti

Le Hezbollah dénonce l’ingérence américaine dans les affaires intérieures du Liban  17/05/2007

Un responsable du bureau politique du Hezbollah a dénoncé l’ingérence américaine dans les affaires intérieures du Liban. « La récente visite du sous Secrétaire d’Etat américain au Liban et ce au seuil du prochain scrutin présidentiel était une ingérence directe des Etats-Unis dans les affaires intérieures du Liban » a souligné Mohammad Al-Ghamati, dans une interview avec la chaîne Al-Alam. « A noter que le sous secrétaire d’Etat américain a donné, hier, mercredi, à l’issu de sa rencontre avec le Premier ministre libanais, ses instructions au sujet du futur scrutin présidentiel libanais. « L’élection présidentielle doit avoir lieu à la date prévue et le futur Président libanais doit avoir un regard vers l’Avenir » s’est-il ainsi ingéré, directement, dans les affaires intérieures du Liban. « La visite au Liban de ces responsable libanais était de renforcer le gouvernement de Fouad Siniora » a affirmé le responsable du Hezbollah libanais.
IRIB

Les douanes russes attaquent en justice la Bank of New York (avocat)  17/05/2007

Le Service fédéral russe des douanes engage, auprès du tribunal arbitral de Moscou, une action en recouvrement de 22,5 milliards de dollars contre la Bank of New York, a déclaré jeudi l'avocat de l'administration douanière russe Maxime Smal.

"Pendant la période de 1996 à 1999, la banque new-yorkaise a procédé au blanchiment de revenus illicites provenant de l'exportation de marchandises vers la Russie, ce qui a causé à cette dernière un préjudice de 22,5 milliards de dollars", a précisé Me Smal.

L'instruction de "l'affaire de la Bank of New York" a commencé au début des années 2000, quand les autorités d'une série d'Etats ont soupçonné des employés de la banque d'avoir conçu des techniques de fraude fiscale et de blanchiment de fonds utilisés dans "l'économie parallèle". La banque a renvoyé plusieurs employés responsables de virements provenant de Russie, mais une partie d'entre eux ont contesté leur démission en justice.
Ria Novosti

L'armée de l'air israélienne attaque un édifice au centre de Gaza (radio)  17/05/2007

L'aviation israélienne a attaqué un édifice au centre de Gaza, rapporte la radio locale.

On ignore encore le nombre de victimes, l'édifice est entièrement détruit, précise la radio se référant aux témoins de l'attaque.

La veille, le gouvernement israélien a annoncé l'arrêt de sa politique de retenue dans la bande de Gaza, entérinant un plan d'opérations contre les commandos et les leaders des groupements radicaux palestiniens. Israël a refusé de respecter le cessez-le-feu avec les Palestiniens en vigueur depuis fin 2006 après les tirs massifs au missile menés contre Sderot, ville où deux Israéliennes ont été grièvement blessées ces trois derniers jours.
Ria Novosti

Olmert donne l'ordre des attaques d'envergure contre les Palestiniens  17/05/2007

Le Premier ministre du régime sioniste a émis l'ordre des attaques d'envergure des militaires israéliens contre les Palestiniens.

Selon l'AFP, le Premier ministre du régime sioniste, Ehud Olmert a demandé, mercredi, à l'armée et aux appareils sécuritaires du régime d'intensifier les attaques contre toutes les régions palestiniennes pour réprimer les groupes palestiniens.

Au cours des attaques d'hier des chasseurs bombardiers du régime sioniste contre le sud et le nord de la bande de Gaza au moins 6 Palestiniens sont tombés en martyrs tandis que 113 autres ont été blessés.

De même, en représailles aux exactions du régime sioniste, les combattants palestiniens ont tiré des roquettes artisanales contre la colonie de Sderot au sud des territoires occupés de la Palestine, blessant un nombre de Sionistes.
IRIB

Etats-Unis: la Chambre des représentants refuse d'interdire le recours à la force contre l'Iran  17/05/2007

La Chambre des représentants du Congrès américain a refusé mercredi soir d'interdire le recours à la force militaire contre l'Iran, selon des sources officielles.

L'amendement approprié au projet de budget militaire américain pour 2008, proposé par les démocrates, a été rejeté par 288 députés et approuvé par 136.

Les parlementaires avaient déjà rejeté un amendement sur l'interdiction d'utiliser des moyens budgétaires du Pentagone pour élaborer une opération militaire contre l'Iran.

L'amendement supposait que les sommes accordées à la guerre en Irak et en Afghanistan ne pouvaient pas être utilisées pour l'élaboration d'une éventuelle opération de grande envergure en Iran.
Ria Novosti

Washington et Séoul vérifient une information sur le test d'un missile nord-coréen en Iran  16/05/2007

Les nouveaux missiles moyenne portée présentés par Pyongyang lors du défilé consacré en avril dernier au 75e anniversaire de l'Armée populaire coréenne auraient pu être testés en Iran, a rapporté le journal japonais Yomiuri se référant à des sources militaires à Washington.

"Selon certaines informations, la Corée du Nord a effectué un tir d'essai en Iran. Les services de renseignement de plusieurs pays sont en train de le vérifier", a affirmé la source citée par le journal.

Selon elle, les Etats-Unis et la Corée du Sud sont au nombre de ces pays.

La source affirme également que, tout au moins, les essais du nouveau missile d'un rayon d'action de 2.500 à 4.000 km n'ont pas été menés sur le territoire de la Corée du Nord.

En termes de portée, les nouveaux missiles dépassent le modèle Taepodong-1 (d'un rayon d'action de près de 1.500 km) mais sont moins performants que le Taepodong-2, en mesure de couvrir près de 6.000 km. Le nouvel engin pourrait ainsi atteindre la base américaine de Guam.

D'après l'analyse de photos réalisées par des satellites de reconnaissance américains, il a été établi que les nouveaux missiles rappellent extérieurement les vieux missiles soviétiques SSN-6 qui équipaient des sous-marins. On émet également la supposition que ces engins ont justement pu servir de base à cette nouvelle arme, à la différence près qu'une fois perfectionnés ils ont été installés sur des plateformes mobiles.

On ignore encore leurs performances exactes. Selon différentes sources, Pyongyang en possèderait entre 10 et 12. Ils sont tous stationnés sur la base de Musudan, d'où les tests des missiles balistiques longue portée Taepodong-2 ont été menés l'an dernier.

Quatre types de missiles, dont trois pour la première fois, ont été présentés à Pyongyang lors du défilé d'avril.
Ria Novosti

L'Iran produit du combustible nucléaire à l'échelle industrielle (Ahmadinejad)  16/05/2007

L'Iran fait désormais partie des pays produisant du combustible nucléaire à l'échelle industrielle, a déclaré le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, en visite à Mascate (Oman), cité mercredi par le journal Al-Watan.

Les installations de la centrale nucléaire de Bouchehr ont des caractéristiques techniques parfaites et une qualité élevée, a souligné le leader iranien lors de sa rencontre avec les rédacteurs en chef des médias omanais. Il a souligné que le secteur nucléaire d'Iran était sécurisé et conforme aux normes internationales.

Le président a invité scientifiques, chercheurs et spécialistes des pays voisins à se rendre à Bouchehr pour se familiariser avec le "premier-né" du secteur nucléaire iranien.

Les activités de l'Iran dans le domaine nucléaire sont légitimes et revêtent un caractère civil et pacifique, correspondant aux engagements pris par Téhéran dans le cadre de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Au cours de sa visite de deux jours au Sultanat d'Oman, Mahmoud Ahmadinejad a signé un mémorandum sur la coopération dans l'exploitation d'un gisement pétrolier et gazier dans le Golfe persique.
Ria Novosti

Mottaki évoque le nucléaire iranien devant l’OCI  16/05/2007

Thème phare de l’allocution de Manoutcherhr Mottaki devant la 34ème réunion ministérielle de l’Organisation de la Conférence islamique, débuté le 15 mai à Islamabad, le nucléaire iranien a servi de plate-forme au ministre pour expliquer à ses collègues à l’OCI, les perspectives et la position de la RII au sujet des activités nucléaires civiles, ainsi que l’attitude discriminatoire de l’Occident vis-à-vis de cette question. Durant ces dernières années, les Etats membres de l’OCI ont exprimé séparément ou unanimement leur soutien au programme nucléaire iranien à vocation pacifique, et ils ont aussi fustigé la politique à deux vitesses des puissances nucléaires envers cette grande question du monde actuel qu’est le nucléaire. Dans cet esprit, le secrétaire général de l’instance islamique, Ekmeledin Ihsan Ughlu a toujours tenu à réitérer le droit de tous les signataires du TNP à bénéficier de l’énergie fissile à des fin pacifiques. Dans un tel contexte, la réunion ministérielle de l’OCI a présenté un terrain favorable pour expliquer les activités nucléaires iraniennes. Le chef de la diplomatie iranienne a initialement évoqué la politique maximaliste et hégémonique de certains pays occidentaux notamment envers le nucléaire iranien ; il a ensuite fustigé l’instrumentalisation par l’Occident des instances internationales. L’envoi du dossier nucléaire iranien au Conseil de sécurité de l’Onu est une incarnation manifeste de dérive des instances internationales notamment le Conseil de sécurité de leurs devoirs et responsabilités légitimes. Ce Conseil adopte trois résolutions anti-iraniennes, fermant les yeux sur les rapports des inspecteurs de l’AIEA qui confirment en bloc cette évidence que le programme nucléaire iranien n’est pas une menace à la paix et à la sécurité internationales. Il va sans dire que l’intervention du Conseil de sécurité dans une affaire qui n’est nullement contre la sécurité planétaire, est une démarche illégale, aux antipodes de la Chartes des Nations unies. Ce sont les Etats-Unis et leurs alliés qui ont tout fait pour mettre sur la table du Conseil de sécurité le dossier nucléaire iranien, alors qu’on ne pose la moindre question au régime sioniste qui détient dans son arsenal 200 à 400 têtes nucléaires. Si les puissances sont vraiment inquiètes des menaces nucléaires contre la région voire le monde, elles n’ont qu’à jeter un coup d’œil à cette proposition de la RII, qui est aussi celle de l’OCI et de la Ligue arabe, qu’est la dénucléarisation du Moyen-Orient.. En vérité, la prolifération d’armes nucléaires est la moindre des soucis de la Maison Blanche et de ses alliés occidentaux ; ce qui les inquiète c’est le progrès des pays en voie de développement et leur accès à la technologie de haute gamme, d’où leur émancipation de leur hégémonie. C’est justement dans ce sens que l’OCI, cette plus importante instance des musulmans est à même à réunir ses membres pour déjouer ce complot dangereux.
IRIB

Démission du numéro deux de la justice américaine  16/05/2007

Le procureur général adjoint des Etats-Unis annoncé qu'il avait l'intention de tirer sa révérence. Il l'a expliqué par des raisons financières familiales, mais des analystes politiques estiment que son départ est lié au scandale des procureurs qui secoue, depuis plusieurs, mois, le pays. Dores et déjà, plusieurs employés du Ministère de la Justice avait démissionné. Mais, la démission de Paul Mc Nulty a son importance, car pour le moment le procureur général des Etats-Unis fait l'objet des vives critiques et des appels à sa démission se sont multipliés, à l'intérieur des Etats-Unis, depuis, surtout, le limogeage des 8 procureurs, en raison de manque de compétence judiciaire, selon les autorités du Ministère. Mais, pour les démocrates qui dominent le congrès, il s'agit d'une tentative de la Maison Blanche pour passer à un règlement de comptes contre ceux qui s'opposent au parti républicain et partant de là, à l’administration Bush. A noter que les procureurs limogés étaient en train de saturer sur les fraudes financières et morales des Républicains. En février dernier, le procureur général adjoint des Etats-Unis avait admis, lors d'un témoignage devant le Congrès que l'un des 8 procureurs avait été limogé pour des raisons politiques. Ceci étant, les démocrates ont intensifié, pour l'heure leurs pressions pour obtenir la tête du Ministre américain de la justice, Alberto Gonzales, mais ce dernier reste sources aux appels à la démission. Tout cela peut s'expliquer, également, par les tentatives des Républicains et des Démocrates pour dominer la justice. Dans cette conjoncture, les démocrates cherchent à suggérer que le scandale des procureurs était une crise politique, et que les républicains veulent établir un climat d'intimidation au sein de la justice. En tout de cause, le scandale des procureurs qui n'a pas manqué de miner la position des républicains, peut déboucher sur le départ du Ministre de la Justice. Mais, pour le moment, les démocrates multiplient leurs appels à la démission du procureur général des Etats-Unis, appels auxquels reste sourd le Président américain, George W Bush.
IRIB

Entretien téléphonique du roi Abdallah d’Arabie avec l’Ayatollah Rafsandjani  15/05/2007

Le président du Conseil de discernement pour le bien de l’ordre islamique s’est entretenu au téléphone avec le roi Abdallah d’Arabie de la poursuite des coopérations entre Téhéran et Riyad pour déjouer les complots des ennemis de l’Islam. Au cours de cette conversation téléphonique, les deux hommes ont mis l’accent sur la nécessité du développement de ces coopérations pour résoudre les problèmes du monde musulman. M. Ali Akbar Hachémi Rafsandjani a déclaré que la RII et l’Arabie saoudite peuvent coopérer ensemble pour résoudre les crises en Irak, en Palestine et au Liban. Au cours de cet entretien téléphonique, le roi d’Abdallah d’arabie a déclaré que M. Rasfandjani compte parmi les plus grandes personnalités du monde de l’Islam dont les activités ont beaucoup aidé au renforcement de l’unité et de la solidarité parmi les peuples et les gouvernements islamiques.
IRIB



Publicité

Brèves



Commentaires