La visite à la Haye du vice-Président iranien  18/09/2007

Le vice-Président iranien chargé des affaires juridiques et ‎parlementaires a brossé un tableau clair de sa dernière visite à la ‎Haye. L'Hojat-ol-eslam Seyyed Ahmad Moussavi a rappelé que sa ‎visite avait pour but d'examiner les dernières évolutions des ‎dossiers juridiques de la RII. Rappelant que la Haye examine, ‎environ, 70 dossiers importants concernant diverses organisations, ‎ministres et certaines banques gouvernementales, Moussavi a ‎indiqué que, parmi les dossiers les plus importants, figuraient les ‎dossiers portant sur les différends concernant l'achat, par l'Iran, ‎d'équipements militaires aux Etats-Unis, dont les auditions ont déjà ‎commencé. « Nous souhaitons avoir, dans un proche avenir, de ‎bonnes nouvelles qui mettront en évidence la véracité des justes ‎revendications de la RII et qui confirmeront la restauration des ‎droits du peuple iranien.‎
IRIB

Le chef de l'AIEA s'oppose à un recours à la force armée contre l'Iran  17/09/2007

Le chef de l'AIEA s'oppose à un recours à la force armée contre l'Iran
Le directeur général de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA) Mohamed ElBaradei s'oppose à l'utilisation de la force armée contre l'Iran et considère le dialogue comme étant le seul moyen de régler le problème nucléaire iranien.

"Nous ne devons pas recourir à la force, surtout après les leçons que nous avons tirées de l'Irak", a-t-il déclaré lors d'un point de presse entre deux sessions de la conférence générale de l'AIEA.

"A mon avis, l'Iran ne présente aucun danger", a précisé le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique.

"Nous devons faire preuve de sang-froid et d'objectivité", a-t-il ajouté.

Selon lui, l'Iran sera obligé de collaborer l'avec l'agence afin de faire la lumière sur les questions qui restent encore sans réponse au sujet du programme nucléaire iranien.

"Le recours à la force est un moyen qu'il faut utiliser en dernier lieu, après avoir épuisé toutes les autres ressources", a affirmé M. ElBaradei, avant de souligner que cette décision devait émaner de l'Organisation des Nations unies.

Le directeur général de l'AIEA a qualifié de "contreproductives" les déclarations sur la possibilité d'un recours à la force armée contre l'Iran.

"J'ai maintes fois déclaré que nous n'avions découvert en Iran aucune preuve flagrante permettant d'affirmer que son programme nucléaire revêtait un caractère militaire", a-t-il constaté.

"A l'étape actuelle de la réalisation du programme nucléaire iranien, nous devons suspendre l'application de toutes les sanctions contre ce pays", a indiqué M. ElBaradei.
RIA-Novosti

Le nom des pasdaran ne sera pas intégré sur la liste des organisations terroristes  17/09/2007

Le gouvernement américain n'intégrera pas le nom du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (Pasdaran) sur la liste des organisations terroristes établie par le Département d'Etat, a rapporté Reuters. Selon ce rapport, malgré la vaste campagne des médias américains et européens à l'encontre du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, les diplomates européens ont fait entendre que le gouvernement américain a décidé de ne pas faire suite à cette affaire, en raison des questions d'ordre juridique et l'opposition tacite de certains alliés européens de Washington à ce plan. Depuis un mois, les médias américains et européens avaient intensifié leur campagne à l'encontre du Corps des Gardiens de la Révolution islamique d'Iran, suggérant un rôle des Pasdaran dans l'insécurité en irak et au Moyen-Orient.
IRIB

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères : ''L'Iran est le modèle des pays aspirant à leur indépendance''  17/09/2007

e ministre vénézuélien des Affaires étrangères a déclaré que la RII constitue un modèle à suivre pour toutes les nations qui aspirent à leur indépendance. Nicolas Maduro a déclaré au journaliste de l'agence de presse iranienne MEHR, que la diplomatie iranienne avait joué un rôle positif dans la défense des droits légaux et légitimes du peuple iranien à avoir accès à la technologie nucléaire civile. Nicolas Maduro a ajouté qu'aucun pays n'a le droit de priver les autres de leurs droits légitimes. Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères a appelé tous les peuples à résister aux complots inhumains des grandes puissances hégémoniques de l'Occident.
IRIB

Le Venezuela figurera dans cinq ans parmi les premiers producteurs mondiaux d'énergie (Chavez)  17/09/2007

Le Venezuela figurera dans cinq ans parmi les premiers producteurs mondiaux d'énergie (Chavez)
Le Venezuela se hissera dans les cinq prochaines années parmi les principaux producteurs mondiaux d'énergie grâce à la "révolution gazière" réalisée dans le pays, a déclaré dimanche à Caracas le président vénézuélien Hugo Chavez.

"Nous espérons doubler la production de gaz d'ici cinq ans pour devenir une superpuissance énergétique mondiale", a-t-il indiqué à la télévision vénézuélienne.

"L'objectif premier de la "révolution gazière" est de subvenir entièrement aux besoins intérieurs, et l'on procédera ensuite à l'intégration gazière avec des pays voisins", a souligné M. Chavez.

Les réserves de gaz prospectées au Venezuela sont largement supérieures à celles des gros producteurs de gaz sud-américains tels que le Brésil et l'Argentine, a rappelé le dirigeant vénézuélien.

Les modifications apportées cette année dans le système d'imposition des compagnies pétrolières étrangères ont apporté au Trésor plus de 8 milliards de dollars supplémentaires. "Cela n'est devenu possible qu'après le rejet du schéma colonial d'extraction de pétrole qui nous avait été imposé", a affirmé M. Chavez.
RIA-Novosti

Meurtre du fils d'un diplomate iranien à Moscou: Téhéran exige des explications et des garanties  17/09/2007

L'Iran exige des autorités russes qu'elles arrêtent le meurtrier du fils d'un diplomate iranien, assassiné dimanche à coups de couteau à Moscou, et que la sécurité des familles des diplomates soit assurée.

"Nous espérons que les personnes officiellement mandatées en Russie vont enquêter sur cet incident et arrêteront le meurtrier, et qu'à l'avenir, elles garantiront le calme et la sécurité des familles des diplomates iraniens dans leur quartier", a déclaré à RIA Novosti le porte-parole du service de presse de l'ambassade d'Iran à Moscou.

Selon les informations, Akhmadreza Khorrami, âgé de 21 ans, fils de l'un des membres de l'ambassade d'Iran à Moscou, aurait été tué dimanche 16 septembre, aux alentours de 19 heures, non loin des résidences diplomatiques placées sous la surveillance du Département de gestion du corps diplomatique (UPDK) du ministère russe de des Affaires étrangères.

Atteint de plusieurs coups de couteau, le jeune homme a perdu beaucoup de sang et est décédé à l'arrivée des secours, a indiqué un diplomate iranien.
RIA-Novosti

La menace nucléaire du régime sioniste, à l'agenda de l'AIEA  17/09/2007

L'agence internationale de l'énergie atomique examinera la ‎menace atomique du régime sioniste. « Lors de la conférence ‎annuelle de l'Agence qui aura lieu, aujourd'hui, des activités de ‎l'agence dans diverses domaines de l'usage de l'énergie nucléaire, ‎ainsi que des questions telles que la dénucléarisation du Moyen-‎Orient et les menaces atomiques du régime sioniste figureront à ‎l'agenda de l'AIEA.» a déclaré, le Représentant de l'Iran auprès de ‎l'Agence, Ali Asghar Soltanieh. A noter que la Conférence ‎annuelle est le plus important organe décisionnel de l'Agence ‎internationale de l'énergie atomique. Sachez que le Président de ‎l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Gholam Réza ‎Aqazadeh, aussi, participera à cette conférence. ‎
IRIB

La guerre psychologique du régime sioniste contre la Syrie  17/09/2007

Suite à la récente violation de l'espace aérien de la Syrie, les ‎autorités du régime sioniste, ont intensifié leur guerre des nerfs ‎contre la Syrie. Les autorités de ce régime disent que l'armée ‎israélienne se prépare à lancer une guerre contre la Syrie. « Nous ‎devons parvenir à une victoire écrasante et rapide, dans la guerre ‎contre la Syrie », a déclaré, tout, récemment, le Premier ministre ‎du régime sioniste, Ehud Barak.

A en croire les informations, les ‎forces du régime sioniste sont en train de s'entraîner, en vue d'une ‎guerre contre la Syrie. En fait, à l'approche de la tenue de la ‎conférence internationale sur la paix au Moyen-Orient, à ‎l'initiative du Président américain George W Bush, les Etats-Unis ‎et le régime sioniste ont multiplié leurs pressions contre certains ‎Etats de la région, y compris, la Syrie. Certes, l'objectif de cette ‎conférence est d'obliger les Palestiniens à se soumettre aux ‎exigences américaines et sionistes, à amener la Syrie à renoncer ‎aux hautes du Golan, préservant ainsi les intérêts du régime ‎sioniste.

En d'autres termes, non seulement, il ne doit pas y avoir ‎une restauration des droits des palestiniens, mais au contraire, une ‎partie des territoires arabes restera sous l'occupation du régime ‎sioniste. Mais en dépit des efforts et des agissements de ceux parmi ‎les Palestiniens et les Arabes qui ont opté pour le compris avec le ‎régime sioniste, les conditions ne sont pas, toujours, prêtes, à ‎imposer une paix américano-sioniste, au Moyen-Orient. Les ‎autorités du régime sioniste savent très bien que le temps joue en ‎leur défaveur. Or, les sionistes cherchent à profiter, au maximum, ‎des derniers mois du mandat Président de George Bush, réputé ‎pour son soutien sans faille et inconditionnel au régime sioniste. ‎C'est pourquoi, le régime sioniste s'est lancé dans une guerre ‎psychologique, conjuguée des agissements militaires pour réaliser ‎ses objectifs dans la région.

En fait, l'attaque d'envergure de ‎l'armée du régime sioniste contre la Bande de Gaza et la violation ‎de l'espace aérien de la Syrie sont une démonstration de force de ‎l'armée du régime sioniste, dont l'objectif est, soulignent les ‎analystes, de camoufler sa défaite humiliante dans sa guerre ‎estivale contre le Liban. Echoué dans sa tentative de créer une ‎divergence entre la Syrie et la résistance libanaise, le régime ‎sioniste a, actuellement, l'intention d'impliquer la Syrie dans une ‎guerre régionale. Ceci dit, la Syrie s'est déclaré prête à contrer tout ‎attaque des occupants israéliens. ‎
IRIB

La campagne d'intoxication de l'Occident contre les musulmans  17/09/2007


Après la rencontre des diplomates de 22 pays islamiques dont la R.I.I., la Syrie et l'Egypte avec le Premier ministre suédois pour lui faire part de leur profond mécontentement de l'outrage fait par un caricaturiste suédois à l'immense personnalité du Grand Prophète de l'Islam (SA), les médias occidentaux ont, une nouvelle fois, lancé une campagne d'intoxication à l'encontre des musulmans. Un quotidien suédois en publiant, la semaine dernière, une image offensante d'un caricaturiste suédois, a suscité la colère des musulmans du monde. Les responsables suédois à la suite de la rencontre des représentants de 22 pays islamiques avec le Premier ministre suédois, ont qualifié de positives les négociations entre les deux parties.

Depuis samedi 15 décembre, un message verbal a été mis sur un site d'Internet et les médias occidentaux ont prétendu que ce message est adressé par un nommé Abou Omar Al Baghdadi, appelé par les médias en question comme le chef d'Al-Qaida en Irak.
La BBC, l'AP, et la radio Farda ont publié dimanche sur une vaste échelle le message en question.

Dans ce message non documentaire et sans identité, la tête du caricaturiste suédois est mise à prix.

D'après la BBC, sur ce Web site, il a été demandé au Premier ministre suédois de présenter des excuses. De même Radio Farda citant un individu appelé le chef d'Al-Qaida en Irak, a annoncé qu'en cas où le Premier ministre suédois s'abstient de présenter des excuses, Al-Qaida prendra pour cible les objectifs suédois en Irak. A noter que la caricature outrageante du quotidien suédois a été publiée le 18 août dernier, tandis que le message par Internet cité par les médias occidentaux a été publié plus d'un mois après. Il semble que les médias occidentaux en falsifiant de telle information s'efforcent d'empêcher la montée des protestations et de la colère des musulmans du monde face à l'outrage faite aux valeurs sacrées de l'Islam. L'année dernière aussi un quotidien danois en publiant des caricatures offensantes a offensé les musulmans du monde et s'est vu confronté à la vaste réaction des musulmans du monde de l'Islam. Les médias occidentaux en ayant recours à de fausses propagandes au sujet des personnalités jamais reconnues n'ont lésiné sur rien pour diaboliser les musulmans et de ternir le vrai visage de l'Islam.

Al Qaida d'Irak aussi a été abordé sur le même fond avec le même objectif au niveau des médias occidentaux en imputant tout crime commis par les forces d'occupation en Irak à l'Islam et aux musulmans et tout cela afin que les homme d'Etats de Washington et de Londres aient un prétexte pour justifier les atrocités et les crimes commis par leurs forces en Irak.

IRIB

Le régime sioniste hanté par un éventuel retrait des troupes ‎américaines d'Irak  17/09/2007

Les responsables du régime sioniste souhaitent la poursuite ‎de l'occupation de l'Irak. « Israël est très inquiet d'une éventuelle ‎décision des Etats-Unis de se retirer d'Irak, puisqu'une telle ‎décision contredirait, selon Israël, ses intérêts » ont reconnu, hier, ‎le quotidien, Yediot Aharonot et la télévision du régime sioniste. ‎‎ Les centres de décision, à Tel-Aviv, sont en train d'examiner un ‎document, mis au point, par une équipe de 5 personnes, un ‎document qui concerne les dangers que représente un éventuel ‎retrait américain d'Irak. Ce document, dont le contenu a été révélé, ‎par le quotidien Yediot Aharonot, précise que le retrait des troupes ‎américaines d'Irak aurait des conséquences négatives pour tous les ‎alliés de Washington dans la région, et Tel-Aviv en sera le grand ‎perdant. ‎
IRIB

'Jugez Bush !'  17/09/2007

plus de 100.000 américains se sont rassemblés dimenche devant la Maison Blanche et le Congrès pour réclamer la mise en examen de Bush à titre de criminel de guerre. Sur les banderoles bradis par les manifestants, on lisait : "Destituez Bush"; "Jugez Bush" ; "Retirez les troupes immédiatement ". Cette manifestation anti guerre a eu lieu trois jours après un discours du Guide Suprême de la RI pendant lequel ce dernier a procédé à l'analyse de la situation au Moyen Orient avant de prévoir le "jugement dans un proche avenir" du Président américain et de ses proches pour crime de guerre et ce, devant " un tribunal international". Au cours de cette manifestation à laquelle participaient Sindey Shihan, militante anti guerre et mère d'un soldat tué en Irak, 190 manifestants ont été arrêtés par les forces de la police qui ont utilisé le grenade lacrymogène. Parallèlement au défilé de Washington, des centaines d'Irakiens sont descendus dans les rues de Bagdad pour exiger la fin de l'occupation de leur pays.
IRIB

Nucléaire iranien : les dernières évolutions  17/09/2007

l'Assemblée générale annuelle de l'Agence internationale de l'Energie ouvre ses portes ce lundi à Vienne en présence des représentants de 144 pays du monde. Le Président de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Reza Aghazadeh devra prononcer une allocution cet après midi. Deux rencontres, la première avec le Directeur générale de l'AIEA, M? El Baradai et la seconde avec son homologue russe Serguey Krinko figurent à l'agenda de M Aghazadeh. Dimanche, la presse occidentale a largement fait écho des récents propos d'El Baradai. Celui-ci vient de confirmer une nouvelle fois l'absence de tout indice en faveur d'une quelconque dérive militaire du programme militaire iranien ou de l'existence des sites clandestins. M El Baradai a réaffirmé une nouvelle fois la nécessité de poursuivre des concertations avec l'Iran pour dégager la voie d'une solution pacifique du dossier. Alors que les Américains et leurs alliés ont doublé la pression pour faire adopter une résolution contre l'Iran au Conseil de sécurité, le Secrétaire américain à la Défense a affirmé que Washington préférait toujours une solution diplomatique. "Mais, a-t-il aussitot ajouté, nous gardons toutes les solutions ouvertes". La cacophonie américaine au sujet de l'attitude adoptée face à l'Iran a fait la tache d'huile au seinde G5+1 où le fossé se creuse de plus en plus entre pacifistes et va-t-en guerres. Rice et son équipe sont contre toute frappe militaire anti iranienne alors que Cheny, numéro deux de l'administration continue à battre sur les tambours de guerre, a affirmé New York Times. Le 28 septembre la Secrétaire d'état rencontrera ses homologues britannique, français, allemand, chinois et russe pour débattre de l'avant texte d'une nouvelle résolution contre l'Iran. "Ce troisème texte, s'il venait à être adapté pourrait mettre en question l'avenir de la coopération de l'Iran avec l'AIEA, a averti le principal négociateur iranien, Ali Larijani.
IRIB

L’ambassadeur iranien en France explique la position de l'Iran sur l'Afghanistan devant le parlement de l'UE  16/09/2007

Ali Ahani, ambassadeur d'Iran à Paris, est intervenu devant le parlement de l'UE, à Strasbourg, pour expliquer la position de Téhéran sur l'Afghanistan et pour répondre aux députés de cette instance européenne.

Ali Ahani a affirmé qu’une des devises fondamentales de la politique de l'Iran est la consolidation de la sécurité en Afghanistan en s’adressant devant les parlementaires européens : « en ce sens nous ne lésinerons sur aucun effort. Il est évident que le renforcement de la sécurité dans ce pays joue un important rôle pour permettre notamment aux réfugiés afghans de retourner dans leur pays. »

L'ambassadeur iranien a mis l'accent sur la nécessité d’intensifier de manière urgente les efforts de la Communauté internationale pour permettre la reconstruction de l'Afghanistan et a fait référence aux actions menées par la République Islamique d’Iran en ce sens durant ces dernières années.


« Durant les dernières années écoulées, pour un coût s’élevant à quelques 560 millions de dollars, la République Islamique d’Iran a joué un rôle très important dans la reconstruction et dans la réalisation de projets en Afghanistan »a-t-il également spécifié.


Ali Ahani a évoqué la récente visite à Kaboul d’un responsables iranien et d’ importants accords signés: « grâce à ces moyens financiers mis en place et aux ressources humaines déployées, l'Iran est prêt à coopérer avec l'Afghanistan dans tous les domaines. »

TRAFIC DE DROGUES

Concernant le défi que représente le trafic de drogues, le diplomate a expliqué que bien que la République Islamique d’Iran se soit sérieusement impliquée dans ce combat au cours de ces années ce qui a impliqué la perte de plus de trois milles de nos agents, il a déclaré qu'en tenant compte de la production chaque jour plus importante de stupéfiants en Afghanistan, une mobilisation internationale s’avère nécessaire pour faire face à cette problématique sérieuse.


Ali Ahani a regretté la « faible coopération » de l'Europe dans cette lutte, bien que la destination principale des drogues soit le Vieux Continent, et a souhaité que l'UE joue un rôle plus actif.
IRNA

La rencontre des Ministres, iranien et belge, des affaires étrangères  16/09/2007

Les deux Ministres, iranien et belge, des affaires étrangères ‎se sont entretenus, hier soir, à Téhéran, des relations bilatérales, ‎des activités nucléaires civiles de l'Iran, du trafic des stupéfiants et ‎du terrorisme. Simultanément à la visite, en Iran, du Chef de la ‎diplomatie belge, le second des deux touristes belges, qui avaient ‎été kidnappés, le mois dernier, à Bam, non loin de Zahedan, dans ‎le sud-est de l'Iran, par des bandits et des trafiquants de drogue, a ‎été libéré. Stefaan Boeve, 28 ans, a regagné le Pakistan et devait ‎être remis aux autorités belges. Avant lui, dans les premiers jours, ‎après son enlèvement, Madame Carla Van den Eeckhout, 37 ans, ‎avait été libérée. Le trafic des stupéfiants, depuis l'Afghanistan, ‎vers les autres coins du monde, notamment, l'Europe, a créé de ‎nombreux problèmes politiques, sécuritaires et économiques, pour ‎les pays de la région, notamment, l'Iran. Après le renversement des ‎Talibans et l'arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement afghan, ‎et, bien sûr, suite à la présence des forces d'occupation, on espérait ‎qu'une lutte sérieuse contre la culture et le trafic de drogues serait ‎entamée. Mais, bien au contraire, tandis que la culture du pavot se ‎développait, les pays occidentaux n'ont rien fait pour empêcher la ‎propagation de ce phénomène néfaste. L'enlèvement des deux ‎touristes belges, dans le sud-est de l'Iran, est l'une des ‎conséquences de l'insécurité créée par le trafic de drogues. En tout ‎état de cause, l'attitude ambivalente des gouvernements ‎occidentaux envers les questions, telles que le trafic de drogues, le ‎terrorisme et les Droits de l'Homme, a suscité les critiques des ‎autres pays. En effet, malgré toutes leurs promesses répétitives de ‎coopérer avec l'Iran, dans le domaine du trafic de drogues, les ‎gouvernements européens et l'U.E n'ont entrepris aucune ‎démarche convenable et efficace, dans ce domaine, attitude ‎identique constatée, de la part de l'Occident, envers le terrorisme. ‎Force est de constater, en effet, que même si le nom du ‎groupuscule terroriste des Monafeghin figure sur la liste des ‎organisations terroristes de l'U.E et des Etats-Unis, les membres de ‎ce groupuscule ont une présence active et libre, dans la plupart des ‎pays européens, dont la Belgique, et ceci, alors qu'une lutte ‎sérieuse et soutenue contre le trafic de drogues et le terrorisme ‎nécessite une ferme volonté des pays et une coopération régionale, ‎voire, mondiale. ‎
IRIB

L'Autriche contre les positions anti-iraniennes de Sarkozy  16/09/2007

Le gouvernement autrichien s'oppose à la politique anti-iranienne du Président français, Nicolas Sarkozy, selon le quotidien "Standard". Le Ministère des A.E, indique le journal autrichien, s'oppose, catégoriquement, aux déclarations de Nicolas Sarkozy, qui souhaite une politique plus dure, à l'encontre de la RII, et il plaide pour le règlement diplomatique du dossier nucléaire iranien. Le Président français, rappelle-t-on, avait prétendu que Téhéran était à la recherche d'activités nucléaires non conventionnelles, prônant un durcissement de la politique européenne, à l'égard de l'Iran. Le Porte-parole du Ministère iranien des A.E avaient, dès lors, réagi à ces déclarations hostiles et dénoncé l'alignement de la politique de Paris sur celle de Washington concernant le nucléaire civil iranien.
IRIB

Mohamed el-Baradei plaide pour le règlement diplomatique du dossier nucléaire iranien  16/09/2007

Le Directeur général de l'AIEA, Mohamed el-Baradei, a plaidé pour le règlement diplomatique du dossier nucléaire iranien, aujourd'hui, dimanche, dans un entretien avec Xinhua. "Nous ne disposons d'aucune preuve, a-t-il affirmé, pour confirmer une quelconque déviation du programme nucléaire iranien vers le militaire ou l'existence d'un site nucléaire clandestin." "Par conséquent, a-t-il ajouté, nous devons poursuivre les négociations avec l'Iran, en vue d'un règlement diplomatique du dossier nucléaire iranien, car ces négociations s'avéreront importantes pour la sécurité du Moyen-Orient."
IRIB

Bande de Gaza: incursion israélienne  16/09/2007

Encore une fois, la bande de Gaza est dans la tourmente. La région contrôlée par le Hamas est depuis le samedi 15 septembre, la cible des attaques de l'armée israélienne. Les occupants de Qods, épaulés par quelques chars d'assaut, de véhicules blindés et bulldozers, ont pilonné Gaza, cœur de la bande de Gaza. Le régime sioniste dont les tentatives d'opposer le peuple palestinien au mouvement de la résistance islamique de la Palestine, Hamas, semble avoir eu recours cette fois-ci aux agissements militaires dans cette région. La bande de Gaza a ces dernières semaines subi les pressions simultanées de l'Autorité autonome palestinienne, de l'Occident et du régime de Tel-Aviv.

L'Union européenne s'est gardée de son côté de livrer le fioul à la principale centrale électrique de la bande de Gaza. Simultanément, la mise en quarantaine de Gaza s'est renforcée et cela accentue l'embrasement dans cette région. En même temps, l'Autorité autonome palestinienne, dans un communiqué a appelé les habitants de Gaza à une grève générale afin de faire s'agenouiller le gouvernement d'Ismaïl Haniyeh. Malgré de telles conspirations, Gaza tient bon encore devant les forces d'occupation sionistes et les pressions de l'opposition à Haniyeh n'ont pas encore affaibli la position populaire de la résistance. Ne sont pas rares ceux qui croient que les attaques consécutives de l'armée israélienne contre Gaza, gigantesque camp de concentration, à la densité la plus grande du monde, ne prouvent nullement la capacité de l'armée israélienne, mais encore, prendre pour cible les zones résidentielles et mettre à feu et à sang les civils de Gaza dévoilent l'affaiblissement des Sionistes. Depuis deux ans où le gouvernement palestinien, issu du Hamas a été démocratiquement élu, a été mis sous pression par Israël.

L'élection du gouvernement d'Ismaïl Haniyeh en janvier 2006 traduit l'alignement des Palestiniens derrière le Mouvement de la résistance palestinienne, d'autant plus que ces derniers avaient compris que la résistance anti-sioniste était la seule voie logique et efficiente de lutter contre les usurpateurs sionistes. Les territoires occupés palestiniens, notamment Gaza, s'embrasent depuis deux ans. Les forces d'occupation israéliennes, inquiètes de l'expansion de la résistance palestinienne à travers le Moyen-Orient, ont attaqué, via la terre et la mer, Gaza, la région qui est le symbole de la résistance et de l'Intifada de Qods et c'est bien entendu une vérité que les Sionistes ne peuvent pas accepter. Dans une telle situation, le monde lui-même jugera le Président de l'Autorité autonome, Abou-Mazen, qui conduit ses compatriotes vers l'autel du sacrifice et qui montre sa trahison envers le peuple palestinien, ce qui sera enregistré dans les annales de l'histoire.
IRIB

Alan Greenspan vilipende Bush  16/09/2007

L'ancien président de la Réserve fédérale américaine, Alan Greenspan, critique vivement le président George W. Bush, responsable, selon lui, d'une gestion irresponsable des dépenses publiques, mais aussi le Parti républicain, auquel il appartient pourtant.
"Le président Bush a pris ses fonctions en 2001, la dernière année où le gouvernement est parvenu à enregistrer un excédent budgétaire. Son administration a depuis baissé les impôts et augmenté les dépenses, notamment pour financer la lutte contre le terrorisme, a-t-il écrit dans son livre, à paraître bien tôt.
L'ancien président de la "Fed" accuse le Parti républicain, d'avoir troqué ses convictions politiques pour le pouvoir.
"Les républicains du Congrès ont échangé principe contre pouvoir. Ils se sont retrouvés avec ni l'un ni l'autre. Ils méritaient de perdre" les élections de mi-mandat de 2006," écrit Greenspan.
IRIB

Le comportement injurieux de Bush à l'égard des Américains  16/09/2007

Selon le quotidien allemand, Spiegel, George W Bush, se comporte, injurieusement, avec les citoyens américains. " La décision de Bush de retirer, seulement, 21,500 soldats, d'ici la fin de son mandat, est une insulte à l'intelligence des Américains, qui sont majoritairement, opposés à la poursuite de la guerre en Irak et réclament le retrait des troupes du pays" écrit ce quotidien. A en juger les résultats d'un sondage, réalisé, la semaine dernière, seulement 5% des citoyens américains font confiance en Bush pour l'issue victorieuse de la guerre en Irak, tandis que 95% estiment que les Etats-Unis ne connaîtront pas la fin de la guerre et du malheur avant l'expiration du mandat présidentiel de Bush.
IRIB

Le Venezuela rejette les accusations proférées par Israël  16/09/2007


Le gouvernement vénézuélien a rejeté les accusations formulées par le régime de Tel-Aviv concernant les pressions exercées sur les Juifs de ce pays en ajoutant que de telles accusations visent à détourner l'opinion publique du monde sur l'occupation du territoire palestinien par Israël. " Le gouvernement n'a jusqu'à présent exercé aucune pression sur les minorités vénézuéliennes, parmi lesquelles, les Juifs.", a fait savoir le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Nicolas Maduro, aux journalistes. Selon lui, Israël a proféré de telles accusations contre le Venezuela en vue de duper l'opinion publique du monde sur l'usurpation de la Palestine et les droits piétinés des Palestiniens. Par ailleurs, il a rejeté les récents propos des responsables américains sur des remaniements dans la constitution de son pays, avant de souligner que le gouvernement vénézuélien ne pouvait pas se montrer indifférent à l'égard de telles ingérences et que les Américains ne devaient pas se réserver le droit de s'immiscer dans les affaires intérieures du pays.
IRIB



Publicité

Brèves



Commentaires