Ehud Olmert, encore, épinglé, pour une autre malversation  24/03/2007

Décidément la saga des malversations n’en finit pas pour le Premier ministre du régime sioniste, Ehud Olmert, et ses ministres. La police israélienne vient d’interroger, vendredi, pendant sept heures d'affilée, un grand ami d’Ehud Olmert, son Ministre des finances, Avraham Hirschson, (du parti Kadima), soupçonné de fraude et de malversations, un dossier chaud, pour la presse israélienne, qui en rapporte les détails. Selon le "Maariv", les soupçons concernent la période allant de 1995 à 2005. Des déficits budgétaires importants, quelque 200.000 dollars, dans les comptes d’une association, dirigée, par Hirschson, ont mené à l’ouverture d’une enquête policière, qui s’est traduite par la découverte de malversations.

IRIB

Les marins britanniques ont reconnu avoir pénétré dans les eaux territoriales iraniennes (Téhéran)  24/03/2007

Les marins britanniques capturés vendredi dans le Golfe persique par des militaires iraniens ont reconnu avoir violé la frontière de l'Iran et pénétré dans ses eaux territoriales, a affirmé le porte-parole de l'Etat-major général de la République islamique.

"Les marins britanniques capturés ont été placés en garde à vue, ils ont déjà avoué avoir pénétré dans les eaux territoriales de la République islamique", a déclaré samedi le chef d'Etat-major adjoint des Forces armées iraniennes, le général Alireza Afshar. Celui-ci a rendu hommage aux gardes-côtes iraniens qui ont capturé les 15 marins britanniques. "Cela confirme la valeur combative des forces armées de l'Iran", a souligné le général.

L'agence iranienne d'information Fars a annoncé que les 15 marins arrêtés avaient été transférés à Téhéran pour qu'ils fournissent une explication à leurs "actions agressives" dans les eaux territoriales de la République islamique.

Une source informée a déclaré à l'agence que les militaires britanniques avaient sciemment violé la frontière irako-iranienne dans le secteur nord-ouest du Golfe persique. D'après la source, cette version est confortée par des données prélevées sur les instruments de navigation des vedettes britannique arraisonnées.
Ria Novosti

Iran: l'Union européenne exige la libération des marins britanniques  24/03/2007

Les pays membres de l'Union européenne vont exiger de l'Iran la libération immédiate des marins britanniques capturés vendredi, annonce l'agence Reuter se référant au ministre allemand des Affaires étrangères présidant à l'UE, Frank Walter Steinmeier.

Une déclaration officielle de l'UE exigeant la libération immédiate des marins britanniques" sera faite dans le courant de la journée de samedi, a annoncé Frank Walter Steinmeier qui s'entretenait avec des journalistes.

Les marins capturés vendredi dans le Golfe persique sont arrivés samedi à Téhéran. Ils ont été transférés dans la capitale iranienne pour qu'ils "expliquent leurs actions agressives" dans les eaux territoriales de la République islamique.

Téhéran prétend que les marins britanniques ont été capturés dans les eaux territoriales iraniennes. Le ministère iranien des Affaires étrangères a accusé la Royal Navy d'avoir violé la frontière et pénétré illégalement dans les eaux territoriales de l'Iran.

Selon le ministère britannique de la Défense, les marins inspectaient des navires commerciaux dans les eaux territoriales irakiennes conformément à la résolution 1723 du Conseil de sécurité de l'ONU.
Ria Novosti

QUAND LA POLICE FRANÇAISE ARRÊTE LES DIRECTRICES D’ÉCOLES MATERNELLES  24/03/2007

Une directrice d’école arrêtée pour avoir voulu protéger des parents "sans papiers" de deux élèves dont elle a la responsabilité : cela s’est passé cette semaine, rue Rampal dans le 19ème arrondissement de Paris. Face à la mobilisation, le gouvernement a renoncé à une mise en examen de la directrice pour « outrage et dégradation de biens publics en réunion ».

"Des policiers se sont présentés par deux fois cette semaine à la porte de l’école Rampal pour y interpeller la première fois la tante sans papiers d’un élève, la seconde fois un grand-père dans la même situation", rapporte RESF.

"Les deux fois les choses se sont mal passées : aux parents d’élèves qui demandaient ce qui se passait, les policiers ont répondu de façon rogue. A ceux qui s’indignaient de voir des parents innocents interpellés sous les yeux des enfants, ils ont répliqué en les bousculant et en projetant des gaz lacrymogènes au beau milieu d’une petite foule d’élèves de maternelle, de mères et d’enfants en poussettes !

Il ne s’agit ni d’initiatives intempestives de policiers maladroits, ni de bavure. La preuve en est que ce matin, la directrice de l’école maternelle Rampal était convoquée au commissariat de la rue Erik Satie où elle a été mise en examen pour « outrage et dégradation de biens publics en réunion ». Il semblerait que les autorités aient envisagé (avant d’y renoncer devant le tollé) de convoquer d’autres personnes pour d’éventuelles mises en examen."

Le Réseau Education Sans Frontières souligne que "Ces événements surviennent après la rafle des sans papiers venant aux restos du cour à Belleville, après la mise en examen de Florimond Guimard, instituteur et militant RESF de Marseille « coupable » d’avoir défendu un père d’élève expulsé, de Kadidja, militante de l’Apeis « coupable » d’avoir protesté dans un avion contre l’expulsion d’un étudiant malien, de Michel Guérin « coupable » d’avoir dénoncé vivement la politique de Sarkozy, du placement en garde à vue d’un militant et d’une marraine citoyenne à Strasbourg."

Nous appelons tous nos lecteurs à intervenir s’ils sont témoins de tels actes honteux. Il ne faut pas laisser la police pratiquer des rafles impunément. Avant qu’il ne soit trop tard, car nous ne pourrons pas dire : "one ne savait pas".

CAPJPO-EuroPalestine

Washington a empêché la participation du Président iranien à la réunion du Conseil de sécurité  24/03/2007

Par des entraves et le retard dans la délivrance de visa, Washington a empêché la participation du Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad à la réunion d’aujourd’hui samedi du Conseil de sécurité. « A cause du peu de cas manifeste et conscient des autorités américaines dans la délivrance de visa pour le Président iranien et la délégation qui devait l’accompagnait, le Président a été empêché de participer à la réunion du Conseil de sécurité. », c’est ce qu’a fait remarquer le Porte-parole de la diplomatie iranienne dans un communiqué. Le Président iranien devait assister à la réunion du Conseil de sécurité qui porte sur l’examen d’une résolution anti-iranienne pour défendre les positions de principe de Téhéran dans l’usage pacifique de l’énergie nucléaire. En tant que gouvernement hôte, les Etats-Unis devaient délivrer à toutes les délégations qui souhaitent participer à la réunion de l’ONU tandis que le Porte-parole du Département d’Etat américain, Sean McCormack avait promis, hier vendredi, que tous les membres de la délégation iranienne recevraient des visas pour se rendre aux Etats-Unis. Il est à noter que le chef de la diplomatie iranienne, Manoutchehr Mottaki s’est rendu à New York pour participer à la dite réunion et donner des explications sur les positions de Téhéran dans le domaine des activités nucléaires civiles.
IRIB

Des affrontements entre les individus armés et les forces de l’armée éthiopiennes à Mogadiscio  24/03/2007

Bureau central d’Information - A Mogadiscio, des affrontements ont opposé, depuis trois jours, les individus armés aux forces de l’armée éthiopienne, qui soutiennent le gouvernement provisoire somalien, selon le rapport d’Al-Arabiya, les chars de l’armée éthiopienne se sont dirigés et rapprochés d’une base gouvernementale alors que le Porte-parole des chefs des tribus somaliens a, récemment, fait part de l’accord conclu avec l’armée éthiopienne pour mettre un terme aux affrontements dans la capitale somalienne.
IRIB

Le premier ministre Indien plaide pour le retour du dossier nucléaire iranien auprès de l'AIEA  24/03/2007

Le premier ministre indien, Manmohan Singh a plaidé vendredi pour le retour du dossier nucléaire iranien devant le conseil supérieur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Lors d'une réunion à New Delhi avec le directeur du Centre international pour le dialogue entre les civilisations dont le siège est à Téhéran et dont le président est Mohammad Khatami, le premier ministre Manmohan Singh a affirmé que l’ Inde soutenait le retour du dossier nucléaire de l'Iran devant le conseil supérieur de l'AIEA.


Exprimant la désapprobation de l'Inde face à une quelconque action punitive du Conseil de sécurité contre l'Iran, il a déclaré que l'Inde s'oppose à l'unilatéralisme dans le traitement du programme nucléaire iranien.


Evoquant les relations amicales qui lient l'Iran et l'Inde, il a qualifié l'Iran d’ami stratégique de l'Inde.


Mohammad Khatami a indiqué que le dossier nucléaire de l'Iran se trouvait dans une situation adapté et que les parties iraniennes et européennes ont démontré une grande flexibilité dans leur façon d'aborder légalement ce dossier mais que malheureusement les USA ont refusé de faciliter l’adoption d’une quelconque solution.


Il a ajouté que les responsables américains au lieu de faciliter les négociations, ont bien au contraire essayé de saboter toute propension européenne pour la coopération.


Mohammad Khatami a évoqué la possibilité de négociations sans condition préalable comme étant la seule manière de résoudre le problème, tout en exprimant l'espoir que les entretiens mèneraient à des résultats fructueux pour toutes les parties dans un laps de temps le plus court possible.


Concernant les différentes crises dans la région et le monde, le directeur du Centre international pour le dialogue entre les civilisations a déclaré qu'en accentuant les points de vue communs entre les civilisations indiennes et iraniennes, des solutions pacifiques pourraient être trouvées afin de trouver des solutions logiques et sages aux situations conflictuelles du monde moderne.


Mohammad Khatami est en visite en l'Inde sur invitation des responsables indiens et de l'Institut des médias de "l’Inde aujourd'hui".
IRNA

Irak: une branche d'Al-Qaïda revendique l'attentat contre le vice-premier ministre  24/03/2007

L'attentat perpétré contre le vice-premier ministre irakien, Salam al-Zobaïe, a été revendiqué par "Etat islamique irakien", une branche du réseau terroriste international al-Qaïda, a annoncé samedi l'agence Associated press.

Les propos du chef de la branche irakienne d'al-Qaïda, Abou Ayoub al-Masri, alias Abou Hamza Al-Mouhadjir, sont repris sur un site-Internet extrémiste. S'exprimant au sujet de l'état de santé du vice-premier ministre, al-Masri a déclaré qu'il implorait dieu pour que celui-ci "n'aide pas ce laquais qui a trahi sa religion et son peuple pour une aumône".

Un terroriste-kamikaze s'est fait exploser dans une mosquée du centre de Bagdad pendant la traditionnelle prière du vendredi à laquelle Salam al-Zabaïe prenait part. Au moins neuf personnes ont été tuées.

Le quartier où l'attentat a eu lieu se trouve dans ce que l'on appelle la "zone verte" où la sécurité est sensée être assurée conjointement par les autorités irakiennes et les forces d'occupation. On y trouve de nombreux établissements publics et représentations diplomatiques.

La veille, dans cette même zone, plusieurs obus de mortier s'étaient abattus dans le quartier où le premier ministre irakien, Nouri al-Malaki, et le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon; tenaient une conférence de presse. Les deux hommes n'avaient pas été touchés.

Abou Ayoub al-Masri, originaire d'Egypte, a pris la tête de la branche irakienne d'al-Qaïda au mois de juin de l'année dernière après la mort d'al-Zarqawi. Les autorités américaines ont promis une récompense de 5 millions de dollars à toute personne susceptible de contribuer à l'arrestation ou à l'élimination physique d'al-Masri.
Ria Novosti

Résolution iranienne: le Conseil de sécurité se prononcera samedi  24/03/2007

Le vote sur le projet de résolution sur l'Iran interviendra samedi au Conseil de sécurité de l'ONU, a annoncé aux journalistes le représentant permanent de la France à l'ONU, Jean-Marc de la Sablière.

Certains amendements ont été apportés au texte du projet de résolution soumis au vote, a indiqué le diplomate en ajoutant que le projet prévoyait un durcissement des sanctions à l'égard de l'Iran qui ne s'est pas plié aux résolutions précédentes du Conseil de sécurité.

La nouvelle résolution prévoit un embargo sur les achats d'armes à l'Iran et des restrictions volontaires de ventes d'armements à ce pays, des restrictions financières et commerciales ainsi que sur les voyages à l'étranger de certaines personnalités officielles iraniennes et des dirigeants du Corps des gardiens de la révolution islamique, directement subordonné au leader spirituel et chef de l'Iran l'ayatollah Ali Khomeini.
Ria Novosti

Ahmadinejad a réitéré le droit de l'Iran à utiliser de l'énergie nucléaire civile  23/03/2007

Lors d'un entretien exclusif accordé à France 2, le président de la RII, Mahmoud Ahmadinejad a réitéré le droit des Iraniens à bénéficier de l'énergie nucléaire civile. M. Ahmadinejad a déclaré que les Iraniens ne souhaitent qu'un usage pacifique de l'énergie nucléaire et que l'histoire contemporaine de l'Iran montre que depuis plus de 200 ans, l'Iran n'a agressé aucun pays étranger. Insistant sur le caractère purement pacifique du programme nucléaire iranien, le président Ahmadinejad a qualifié d'illégale toute nouvelle résolution du Conseil de sécurité contre l'Iran, en faisant état toutefois de la disponibilité de Téhéran à reprendre son dialogue diplomatique avec ses interlocuteurs européens.
IRIB

Les sermons de la prière du vendredi de Téhéran  23/03/2007

Le prédicateur de la prière du vendredi de Téhéran a mis en garde contre un nouvel aventurisme des puissances arrogantes qui pourrait créer de grands problèmes pour tous les pays de la région. Lors des sermons de la première prière du vendredi de l'an 1386, dans la capitale, l'Ayatollah Ali Akbar Hachémi Rafsandjani a condamné l'opposition illogique des puissances arrogantes au programme nucléaire civil de la RII. Rejetant le droit injuste de veto des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, M. Rasfandjani a condamné également toute démarche visant à priver les Iraniens de leur droit à bénéficier de l'énergie nucléaire civile. Evoquant le discours du Guide suprême de la Révolution islamique à l'occasion du nouvel an iranien, M. Rafsandjani a déclaré que l'unité nationale et la solidarité islamique sont des atouts des Iraniens pour résister à la guerre des nerfs que leur a lancée l'arrogance mondiale.
IRIB

15 militaires britanniques arrêtés dans les eaux territoriales de l'Iran  23/03/2007

Les gardes côtes iraniens ont arrêté, à temps, 15 militaires britanniques qui avaient violé les eaux territoriales iraniennes en y pénétrant illégalement du côté du fleuve Arvand, au sud de l'Iran pour inspecter de surcroît des navires marchands iraniens, selon une dépêche de la chaîne Al Alam, confirmée par le ministère britannique de la Défense.
IRIB

Les visas remis à la délégation iranienne  23/03/2007

Les Etats-Unis ont délivré vendredi les visas du président iranien Mahmoud Ahmadinejad et de sa suite pour se rendre à l'ONU à New York, a annoncé le département d'Etat américain. "Les passeports munis de visas ont été délivrés" vendredi matin à Berne, en Suisse, a déclaré à la presse le porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères, Sean McCormack. Les visas des membres d'équipage iraniens devant acheminer la délégation sont encore en cours d'examen, a-t-il précisé.
IRIB

URGENT Ahmadinejad n'a toujours pas son visa américain (Téhéran)  23/03/2007

Les Etats-Unis n'ont toujours pas accordé de visa au président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui devait participer à la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU consacrée au vote de sanctions contre son pays, a indiqué vendredi la diplomatie iranienne.

Après avoir passé plusieurs étapes de la procédure d'obtention du visa et malgré les informations publiées dans certains médias selon lesquelles les autorités américaines avaient promis de délivrer un visa au président iranien et aux personnes l'accompagnant, la délégation n'a toujours pas reçu de visas, a déclaré vendredi le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Abbas Araghchi.

Mahmoud Ahmadinejad a plusieurs fois déclaré son intention de participer à cette réunion du Conseil de sécurité de l'ONU pour "défendre le droit de la République islamique à maîtriser les technologies nucléaires civiles".

Le département d'Etat américain a annoncé lundi avoir donné son feu vert à l'attribution d'un visa au président iranien et à ses accompagnateurs à New York.

Le vote concernant la nouvelle résolution sur l'Iran pourrait avoir lieu samedi.
Ria-Novosti

La réaction des dirigeants palestiniens aux menaces israéliennes  23/03/2007

Le régime sioniste qui n'a pas réussi à empêcher la formation du gouvernement d'union nationale palestinien, a proféré des menaces à l'encontre des Palestiniens dont les dirigeants ont tout de suite réagi, notamment par la voix du ministre de l'Information Mustafa al-Barghouthi qui a condamné les menaces d'une nouvelle attaque contre la bande de Gaza, proférées par le Premier ministre du régime sioniste, Ehud Olmert, mettant en garde contre un nouvel aventurisme d'Israël. La formation du gouvernement palestinien d'union nationale qui a pour objectif de résister face aux occupants, a fait subir un nouvel échec au régime de Tel-Aviv et mis en évidence la maturité politique des Palestiniens. C'est la raison pour laquelle, Israël cherche par tous les moyens, y compris l'intensification des offensives militaires et la poursuite des pressions politico-économiques sur le peuple palestinien, à empêcher le fonctionnement de ce gouvernement d'union. En outre, le régime sioniste a pour but d'attaquer les territoires palestiniens, d'entraver les activités du gouvernement d'union et de planifier la réoccupation de Gaza, afin d'anéantir à la base les potentiels permettant la création d'un Etat indépendant palestinien. Le régime sioniste cherche par ailleurs à détourner l'attention de l'opinion publique de ses difficultés politiques dues à sa défaite militaire lors de l'agression contre le Liban. Ceci dit, les analystes politiques estiment que compte tenu de la crise politique en Israël, ce nouvel aventurisme est, d'ores et déjà voué à l'échec, d'autant plus que la réaction rapide des dirigeants palestiniens montrent qu'ils restent vigilants face aux ruses et les complots du régime de Tel-Aviv.
IRIB

Les Etats-Unis avaient demandé à Israël de briser la résistance libanaise  23/03/2007

« Washington avait demandé à Tel-Aviv de briser la résistance nationale libanaise. », a révélé l’ex-ambassadeur des Etats-Unis aux Nations unies, à l’antenne de la BBC. « Lors de la guerre estivale d’Israël contre le Liban, l’administration américaine avait demandé à Tel-Aviv de briser la résistance libanaise ; c’est pour cette même raison qu’elle a été furieuse de l’échec de l’armée israélienne face à la résistance libanaise. », a réitéré John Bolton. « Washington résistait sciemment aux demandes de la cessation de la guerre d’Israël contre le Liban. Mais, lorsqu’elle a compris l’évidence de l’échec de l’intervention militaire israélienne, elle s’est résignée à la cessation de la guerre. », a précisé John Bolton.
IRIB

L'Onu a qualifié de raciste l'attitude du régime sioniste envers les Palestiniens  23/03/2007

Le représentant de l'ONU pour les droits de l'Homme dans les territoires palestiniens, John Dugard a accusé le régime sioniste de pratiquer une politique d'apartheid et de colonisation à l'égard des Palestiniens, a rapporté Reuters. "Il y a des similarités évidentes entre la situation dans les territoires palestiniens et l'apartheid en Afrique du Sud", a-t-il indiqué. "Quiconque a connu l'apartheid a une impression de déjà vu en se rendant dans les territoires palestiniens", a déclaré M. Dugard. "Les pays occidentaux ne peuvent pas attendre des pays en voie de développement qu'ils se préoccupent des violations des droits de l'homme dans d'autres régions du monde s'ils ne défendent pas les droits du peuple palestinien" a-t-il poursuivi.
IRIB

L'attitude américaine à l'origine de l'échec des négociations sur le nucléaire nord-coréen (MID)  23/03/2007

L'attitude des Etats-Unis est à l'origine de l'échec du sixième tour des négociations à six sur le problème nucléaire dans la péninsule Coréenne, a estimé jeudi à Moscou à son retour de Pékin le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Alexandre Lossioukov.

(Les négociations à six sur le problème nucléaire dans la péninsule Coréenne associent la Chine, les deux Corées, les Etats-Unis, la Russie et le Japon - ndlr.)

"Ils (les Etats-Unis) ont promis de le faire (de débloquer les comptes bancaires de la Corée du Nord), mais n'ont pas tenu cette promesse", a indiqué aux journalistes le chef-adjoint de la diplomatie russe.

Comme l'a fait remarquer Alexandre Lossioukov, l'absence de décision sur le "dégel" des comptes nord-coréens est sans doute la principale cause de la suspension de ce nouveau tour des négociations à Pékin.

"En effet, le problème a surgi avec cet argent qui se trouve actuellement à la banque Delta de Macao sur les comptes nord-coréens. Washington a levé ses objections contre le dégel de ces comptes bancaires, bien que la banque en question soit chinoise. Aussi, a-t-on dû décider de la manière de transférer cet argent, de la manière de le restituer à Pyongyang", a expliqué le diplomate russe.

Et d'ajouter qu'au début, on supposait que ce serait la Banque de Chine qui s'en occuperait. "Quoi qu'il en soit, la Banque de Chine a refusé de le faire, car une partie de cet argent est considérée par les Américains, comme "sale". Somme toute, a précisé le vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, la communauté bancaire ne veut pas en règle générale avoir affaire à des banques impliquées dans ce genre d'opérations.

"Nul ne tient évidemment à s'attirer des sanctions", a-t-il conclu.
Ria-Novosti

Résolution Iran: le Conseil de sécurité examine le projet amendé  23/03/2007

Le Conseil de sécurité se réunira vendredi pour examiner les amendements apportés au texte de la résolution déjà concerté au niveau des cinq membres permanents (Russie, Etats-Unis, Chine, Grande-Bretagne et France).

Trois membres non-permanents du Conseil de sécurité - Afrique du Sud, Qatar et Indonésie - proposent notamment de soumettre simultanément à un moratoire de 90 jours les activités d'enrichissement d'uranium de Téhéran et les sanctions imposées à l'Iran par le Conseil de sécurité et aussi de lever l'embargo sur les ventes d'armes iraniennes.

Le représentant permanent de la Russie à l'ONU, Vitali Tchourkine, a déclaré aux journalistes qu'il jugeait acceptables certains amendements proposés et qu'il ne pensait pas qu'ils puissent être à l'origine d'une scission au sein du Conseil de sécurité. Il a ajouté que les cinq membres permanents conservaient leur unité sur les clauses essentielles du projet et s'opposeraient à toute altération de son sens.
Ria-Novosti

Mahmoud Ahmadinejad va soumettre de nouvelles propositions au Conseil de sécurité  23/03/2007

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, entend soumettre au Conseil de sécurité de l'ONU de nouvelles propositions en vue de régler le problème nucléaire iranien.

Interrogé par la chaîne de télévision France 2, le président de la République islamique a déclaré que "bien sûr, nous ferons de nouvelles propositions, de bonnes propositions. Nos propositions seront basées sur le droit et les lois et sur les droits inaliénables dont disposent toutes les nations".

Le président iranien a souligné que l'exigence des Six (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l'Allemagne) de suspendre les activités d'enrichissement d'uranium est illégale.

Mahmoud Ahmadinejad a également critiqué la position observée au Conseil de sécurité par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne au sujet du programme nucléaire iranien.

Le président iranien a l'intention d'assister à la réunion du Conseil de sécurité au cours de laquelle celui-ci se prononcera sur la nouvelle résolution sur l'Iran, afin de défendre le droit de la République islamique à maitriser les technologies nucléaires.

Lundi dernier le Département d'Etat américain avait annoncé que les autorités américaines avaient délivré des visas à Mahmoud Ahmadinejad et aux autres membres de la délégation iranienne qui l'accompagneront à New York.
Ria-Novosti



Publicité

Brèves



Commentaires