BREVES MONDIALES  23/02/2006

PALESTINE : Le Fatah, parti du président de l'Autorité Nationale Palestinienne, Mahmoud Abbas(photo), a donné mercredi son accord "de principe" pour participer au gouvernement dirigé par le chef du Hamas, Mouvement de la Résistance Islamique, Ismaïl Haniyeh, "si les 2 partis s'entendent sur un programme commun". Le Hamas contrôle 74 des 132 sièges du Conseil législatif (CLP, Parlement) contre 45 pour le Fatah.


BANDE DE GAZA : Après des tirs de roquettes artisanales sur Israël depuis la Bande de Gaza, l'armée israélienne a mené un raid de représailles bombardant le nord du pays. Un enfant palestinien de 4 ans été blessé par des éclats d'obus.


CISJORDANIE : L'armée israélienne a rétabli les points de contrôles à l'entrée sud de Jéricho, sur la route principale reliant la ville à Jérusalem, et réinstallé des barrages aux entrées de la ville. Les Palestiniens ont accusé mercredi Israël de violer un accord conclu en mars 2005 sur le transfert à l'Autorité palestinienne du contrôle sécuritaire de Jéricho. ** Selon des témoins, des soldats israéliens ont rasé à l'aide de bulldozers un parc public en construction grâce à une donation de l'Agence américaine pour le développement international (USAID) dans un village du nord de la Cisjordanie. L'armée israélienne a annoncé mercredi dans un communiqué avoir arrêté "4 Palestiniens armés et recherchés, à Kfar Kalil" au sud de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie.Le communiqué précise : "Parmi eux se trouvaient Chadi Khaled Naef Amer", un responsable des Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, "responsable d'attentats en Israël".


IRAK : Des hommes armés ont fait irruption mercredi à l'aube dans la Mosquée d'Or de Samarra, l'un des 4 principaux lieux saints chiites d'Irak, et y ont posé des explosifs qui ont provoqué l'effondrement de son dôme doré de 20 mètres de diamètre, l'un des plus grands du monde islamique. La Mosquée d'Or renferme les tombes de deux imams, Ali al-Hadi et son fils Hassan al-Askari. Le Premier ministre Ibrahim Djaafari a annoncé à la télévision un deuil national de 3 jours. Des milliers de personnes ont défilé dans les villes chiites d'Irak et dans la capitale pour condamner l'attentat. 6 sunnites, 3 imams et 3 fidèles, ont été assassinés et 27 mosquées sunnites attaquées dans la capitale, selon le ministère irakien de l'Intérieur. ** Un groupe d'une vingtaine d'hommes armés a donné l'assaut mercredi de la prison de Mina située dans la ville chiite de Bassorah. Ils ont enlevés 11 prisonniers égyptiens et saoudiens. 10 des détenus ont été retrouvés morts, le 11e grièvement blessé a été transporté à l'hôpital.



IRAN : Après l'attentat perpétré contre la Mosquée d'Or de Samarra en Irak, le régime chiite iranien a affirmé que "l'attaque avait été orchestrée par Israël et les forces américaines dans l'espoir d'attiser les tensions intercommunautaires en Irak". Le guide suprême de la République islamique, l'Ayatollah Seyed Ali Khamenei, a invité "les Chiites à ne pas se venger sur les Sunnites".



ETATS-UNIS : L'Etat de Californie a reporté sine die l'exécution capitale de Michael Angelo Morales, condamné à mort pour le viol et le meurtre d'une adolescente de 17 ans, et dont l'exécution devait avoir lieu mardi 21 février 2006. Ses avocats avaient demandé un sursis à un juge fédéral qui, la semaine dernière, avait ordonné à l'administration de la prison de San Quentin (banlieue de San Francisco), de requérir les services d'un anesthésiste pour réduire la douleur de Michael Angelo Morales lors de sa mise à mort par injection. Ses avocats estiment en effet que l'injection létale, utilisée pour tuer les condamnés en Californie et dans 35 autres Etats, constituait une violation du 8e amendement de la Constitution américaine, qui interdit les châtiments cruels et inhabituels. Ils ont conclu que "le condamné ressent une douleur atroce lors de l'administration des 2 derniers produits chimiques, à moins qu'il ne soit correctement anesthésié." ** Le quotidien "The New York Times" a révélé dans son édition du mercredi 22 février 2006 que 5 agences américaines de renseignement, dont la CIA (Central Intelligence Agency), sont en train de supprimer discrètement aux Archives nationales la consultation en accès libre de milliers de documents historiques, disponibles depuis des années. Le président Bill Clinton avait signé en 1995 un ordre de déclassification de certains documents sensibles à laquelle les agences de renseignements s'étaient opposées. Toujours selon le "New York Times", cette affaire a été révélée un historien travaillant sur les services de renseignement, Matthew Aid, qui a constaté la disparition des étagères de dizaines de documents qu'il avait recopiés plusieurs années auparavant. Selon la réglementation actuelle, les documents du gouvernement ne peuvent être déclassés qu'au bout de 25 ans sauf raison particulière de les garder au secret.


ONU : S'exprimant mardi 21 février 2006, devant le Conseil de sécurité de l'ONU, dans le cadre de la réunion trimestrielle organisée par le Conseil de Sécurité pour évaluer l’état du terrorisme mondial, l’ambassadeur d’Israël aux Nations-Unies, Daniel Guillerman, a dénoncé "l’axe terroriste Téhéran-Damas-Hamas" déclarant : "Ce nouvel axe de la terreur est une menace pour la stabilité de la région et du monde entier. Si nous ne tenons pas compte de la menace immédiate, l'axe de la terreur est susceptible d'entraîner la première guerre mondiale du 21ème siècle". L’ambassadeur israélien à l’ONU a appelé le Conseil de Sécurité à tout mettre en œuvre pour stopper les efforts de l’Iran, ‘régime extrémiste et dangereux’, dans sa course à l’armement nucléaire et l’empêcher de se doter de telles armes. Dany Guilerman s'est en pris également au mouvement palestinien Hamas. Il a exhorté le Conseil de Sécurité "à relire la charte de l’organisation terroriste, qui appelle au meurtre des Juifs et à l’élimination d’Israël, et à ne pas s’abriter derrière la victoire du Hamas aux élections pour lui donner une légitimité".


HAITI : L'ancien président Jean-Bertrand Aristide, en exil en Afrique du Sud, a indiqué qu'il allait rentrer dans son pays. Le nouveau président élu après les élections du 7 février 2006, René Préval, partisan de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, a déclaré : "L'article 41 de la Constitution haïtienne stipule qu'aucun Haïtien n'a besoin de visa pour entrer ou sortir du pays".


FRANCE : Ouverture lundi 20 février 2006 devant le tribunal correctionnel de Paris du procès de l'ancien mercenaire, Bob Denard, 76 ans, avec 26 co-accusés, qui comparaît pour le coup d'Etat qu'il avait organisé aux Comores en 1995 contre le président Djohar. Bob Denard, de son vrai nom Gilbert Bourgeaud, souffre de la maladie d'Alzheimer et a été déclaré inapte à comparaître, une expertise lui ayant diagnostiqué des troubles neurologiques divers, dont des troubles de la mémoire.


ESPAGNE : Une bombe a explosé mercredi devant une usine de Bilbao, au Pays basque espagnol. L'organisation séparatiste ETA avait auparavant téléphoné au journal basque "Gara" pour l'avertir de cet attentat. Aucune victime n'est à déplorer.


ROYAUME-UNI : L'organisation de défense des droits de l'homme, Human Rights First, a révélé mardi 21 février 2006 dans une émission de la chaîne de télévision britannique BBC (British Broadcasting Corporation), à la veille de la publication de son rapport, que 98 prisonniers sont morts dans les prisons américaines en Irak et en Afghanistan depuis août 2002.34 ont été ou sont soupçonnés d'avoir été victimes d'un homicide, volontaire ou involontaire. Le dossier relève également 11 cas de décès suspects et entre 8 et 12 cas de prisonniers torturés à mort. Le rapport indique que malgré un nombre élevé d'homicides et de morts inexpliquées, seulement 12 cas de morts de détenus ont fait l'objet d'une enquête qui n'a jamais abouti à une sanction pour aucun officiel, militaire ou civil américain. Dans le plus sérieux des cas - où des personnes ont été accusées de torture à mort - la sentence la plus sévère a été une condamnation à 5 mois de prison. Human Rights First a indiqué que "les documents sont basés sur des rapports d'enquête de l'armée, que nous avons obtenus auprès du gouvernement ou grâce à la législation sur la liberté de l'information aux Etats-Unis". Voir le rapport de Human Rights First (format pdf)


PAYS-BAS : La procureure du Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie dont le siège est à La Haye, Carla del Ponte, a démenti "toutes les hypothèses alimentées depuis mardi par la presse serbe, tant sur l'arrestation de Ratko Mladic (NDLR. ancien chef de l'armée des Serbes de Bosnie inculpé de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour le siège de Sarajevo (1992-1995) et les massacres de Srebrenica, en juillet 1995, recherché depuis 10 ans) que sur des négociations pour obtenir sa reddition" déclarant : "Ratko Mladic est "toujours en fuite" et il n'y a "aucune indication sur des négociations concernant une reddition". Les principales agences de presse serbes avaient annoncé son arrestation.


AFGHANISTAN : Une bombe a explosé mercredi au passage d'un convoi militaire de l'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord) dans la ville de Kunduz dans le nord du pays faisant 2 morts et 13 blessés.


CHINE : Le ministre allemand des affaires étrangères Frank Walter Steinmeier est en visite officielle dans ce pays. Il a rencontré à Pékin le premier ministre Wen Jiabao, et son homologue Li Zhaoxing. Le dossier nucléaire iranien était à l'ordre du jour. Le ministre chinois des affaires étrangères n’a pas voulu se prononcer en faveur de sanctions économiques contre Téhéran et a déclaré que la question ne se posait pas pour le moment. Il a par ailleurs de nouveau demandé une levée de l’embargo européen sur les armes.



La citation du jour : "La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures". Noam Chomsky, linguiste et sociologue américain


Fil-Info-France.com


BREVES MONDIALES  22/02/2006

FRANCE : En hommage à Ingrid Bétancourt (photo), 44 ans, ancienne candidate des Verts à l'élection présidentielle en Colombie, enlevée le 23 février 2002 avec sa directrice de campagne, Claras Rojas, par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), une semaine de solidarité est organisée dans tout le pays, et notamment à Paris la capitale. Le ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, a adressé un message à la famille d'Ingrid Bétancourt, indiquant : "J'ai donné une priorité absolue à l'objectif de ramener Ingrid Bétancourt parmi nous. J'y travaille sans relâche, comme à la libération des autres otages".
** Les députés ont adopté une proposition de loi qui alourdit les peines contre les auteurs de violences conjugales et porte de 15 à 18 ans l'âge légal de mariage des femmes. et prévoit des mesures visant à mieux lutter contre les mariages blancs. Il rend ainsi obligatoire l'audition des futurs époux par l'officier d'état civil en cas de doute sur le consentement au mariage. Le texte renforce également la lutte contre l'excision et les mutilations sexuelles et vise à mieux réprimer le tourisme sexuel.
** Le maire de Montréal, au Canada, Gérald Tremblay, est en visite officielle à Paris jusqu'à mercredi 22 février 2006. Il a été reçu lundi 20 par son homologue Bertrand Delanoë dans le but d'intensifier la coopération entre Paris et Montréal. Le maire socialiste de la ville de Paris se rendra pour sa part à Montréal le 19 avril 2006 pour participer à une rencontre des 120 maires de l'Association internationale des maires francophones (AIMF). Gérard Tremblay a visité mardi l'implantation du tramway sur les boulevards ceinturant Paris, en cours de construction et livrable dans 10 mois. Gérard Tremblay envisage d'installer le tramway en tant que moyen de transport en commun dans sa ville, Montréal.


AUTRICHE : L'historien britannique David John Cawdell Irving, 67 ans, sous le coup d'un mandat d'arrêt datant de 1989, arrêté le 11 novembre 2005 à Vienne, a été condamné lundi 20 février 2006 à 3 ans de prison pour négationnisme. En 1992, il avait été condamné à une amende par la justice allemande pour avoir déclaré publiquement que les chambres à gaz n'avaient pas existé à Auschwitz. En 2000, il avait poursuivi devant la justice britannique la spécialiste américaine de la Shoah, Deborah Lipstadt, et l'éditeur de celle-ci, Penguin Books, pour diffamation "au nom de la liberté d'expression", qu'il accusait d'avoir ruiné sa réputation en le qualifiant de "propagandiste pro-nazi", mais avait perdu.


SERBIE-MONTENEGRO : L'agence de presse serbe Tanjug a annoncé mardi 21 février 2006 que l'ancien chef de l'armée des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, a été arrêté dans la région montagneuse de Tuzla dans le nord-est de la Bosnie. Belgrade a aussitôt démenti cette information. Ratko Mladic, inculpé de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour le siège de Sarajevo (1992-1995) et les massacres de Srebrenica, en juillet 1995, est recherché depuis 10 ans par le Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie (TPYI).


SUISSE : Le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), dont le siège est à Genève, a annoncé mardi 21 février 2006 qu'Antonio Guterres, directeur du HCR, James T. Morris, directeur du Programme alimentaire mondial (PAM) et Ann M. Veneman, directeur du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) se rendront dans la région des Grands Lacs et plus particulièrement en République démocratique du Congo (RDC), au Rwanda et au Burundi, du 25 février au 2 mars 2006 en mission conjointe "afin d'attirer l'attention de la communauté internationale sur le sort des millions de réfugiés, déplacés et rapatriés, en Afrique et partout dans le monde". Le HCR a ajouté dans son communiqué : "Cette mission conjointe - la première jamais effectuée par les directeurs des trois agences des Nations Unies - est aussi le symbole de leur collaboration étroite pour améliorer le sort des réfugiés".


ISRAEL/CISJORDANIE : L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a dénoncé mardi 21 février 2006 dans un communiqué les entraves posées par l'armée israélienne à ses activités humanitaires à Balata", un camp de réfugiés situé près de Naplouse en Cisjordanie. Le porte-parole du Secrétaire général de l'ONU, Stéphane Dujarric, a indiqué, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU à New York : "Hier les forces israéliennes ont occupé deux écoles gérées par l'UNRWA" ajoutant : "Les forces israéliennes bloquent aussi une clinique, empêchant les patients et le personnel de quitter ce bâtiment". L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) avait annoncé dans un communiqué publié le 17 février 2006 que "grâce au projet d’aide aux étudiants des Territoires palestiniens, lancé par l’UNESCO avec le soutien financier du Comité saoudien pour l’aide au peuple palestinien, plus de 19 000 étudiants palestiniens bénéficieront d’un abattement de 75 % de leurs frais d’études au cours de ce semestre". Conformément à l’accord de coopération signé, en septembre 2005, par le Comité saoudien pour l’aide au peuple palestinien, le ministère palestinien de l’Education et de l’Enseignement supérieur et l’UNESCO, le projet permettra à 11 universités et 24 autres établissements, majoritairement professionnels et techniques, d’accorder des réductions des frais d’études à leurs étudiants qui sont dans le besoin. Des demandes ont été faites pour 27 398 étudiants, dont 19 157 bénéficieront de ces réductions. Cette aide est octroyée sur le principe de la parité des sexes (55,56 % de bénéficiaires sont des femmes) et de la répartition équitable entre des étudiants de la Cisjordanie et de Gaza. Des 15,1 millions de dollars alloués à ce projet par le Comité saoudien pour l’aide au peuple palestinien, 6 millions ont été investis pour ce semestre. Le reste du fonds saoudien sera utilisé pour aider des étudiants défavorisés au cours du prochain semestre. Quelque 2 millions seront versés au titre d’un soutien aux universités.


CORNE DE L'AFRIQUE : Jean Ziegler, Rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation au sein de la Commission des droits de l'homme de l'ONU, a indiqué mardi 21 février 2006 dans un communiqué que "selon les termes du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, les Etats parties ont l'obligation de répondre rapidement aux crises alimentaires qui se produisent sur le territoire d'un Etat membre" appelant ainsi les "gouvernements des pays de la Corne de l'Afrique (Djibouti, Ethiopie, Kenya et Somalie) à travailler avec les agences des Nations Unies pour développer des politiques et des programmes qui permettront de lutter contre la sécheresse à plus long terme".


LIBERIA : La Mission des Nations Unies au Liberia (MINUL) a annoncé mardi 21 février 2006 que "la Commission "Vérité et Réconciliation" avait commencé ses activités dans le pays, recevant un financement de 500 000 dollars de l'agence des Nations Unies pour le développement" (PNUD). La commission "Vérité et Réconciliation" (Liberian Truth and Reconciliation Commission, TRC) a été officiellement inaugurée lundi 20 février 2006 par la présidente Ellen Johnson-Sirleaf. La TRC, dont la création était prévue par l'Accord de paix d'Accra d'août 2003, a été formellement mise en place par une loi adoptée en juin 2005.


EGYPTE : La Secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a débuté par le Caire sa tournée au Moyen-Orient qui la conduira ensuite à Ryad en Arabie Saoudite, puis à Abou Dhabi dans les Emirats Arabes Unis. Le programme nucléaire de Téhéran et la victoire du mouvement radical Hamas aux élections législatives palestiniennes seront les 2 principaux dossiers qui seront discutés avec les représentants de ces pays. Condolezza Rice a indiqué qu'elle souhaitait demander à l'Egypte "de ne plus financer l'Autorité Nationale Palestinienne après la victoire du mouvement Hamas aux élections législatives".


CANADA : Selon le quotidien de Toronto "Globe and Mail", le Canada serait sur le point de signer avec les Etats-Unis un nouveau traité de défense qui étendrait la portée du système de défense aérienne de l'Amérique du Nord, le NORAD (North American Aerospace Defense), créé en 1957. La nouvelle entente ajouterait la surveillance maritime à celle déployée pour l'espace. ** Le ministre des Affaires étrangères, Peter MacKay, se rendra en Europe du 21 février au 1er mars 2006 pour rencontrer ses principaux homologues européens. Les principaux dossier abordés : l'Afghanistan, l'Iran, le Moyen-Orient, ainsi que les relations entre le Canada et l'Union européenne.


HAITI : Jacques Bernard, directeur général du Conseil électoral, a quitté le pays dimanche 19 février 2006 pour Miami aux Etats-Unis, après avoir reçu des menaces de mort. Son ranch a également été incendié et pillé. Il est accusé par les partisans de René Préval, déclaré vainqueur de l'élection présidentielle du 7 février 2006, et certains membres de la commission électorale, d'avoir faussé le décompte des bulletins.


BRESIL : Le ministère de l'Agriculture a annoncé la découverte de 6 nouveaux foyers de fièvre aphteuse et autorisé l'abattage de 4 500 têtes de bétail. Le Brésil est le premier exportateur mondial de viande bovine. Une cinquantaine de pays ont déjà imposé un embargo partiel sur les exportations de viandes en provenance du Brésil.


COLOMBIE : Le président Alvaro Uribe a destitué mardi 21 février 2006 à Bogota, la capitale, le commandant en chef de l'armée colombienne, le général Reinaldo Castellanos. L'hebdomadaire "Semana" avait révélé en début de semaine que 18 soldats avaient été victimes de sévices sexuels, battus ou marqués au fer rouge par leurs supérieurs dans une garnison du centre du pays provoquant une vague de protestation au sein de la population.


CHINE : Le président pakistanais Pervez Musharraf est arrivé dimanche 19 février 2006 à Pékin pour une visite d'Etat de 5 jours à l'invitation du président Hu Jintao. Pervez Musharraf a indiqué qu'il souhaitait "élargir la coopération entre les 2 pays, notamment dans les domaines des télécommunications, de l'énergie, de la santé et de l'éducation." ** Les autorités ont annoncé avoir interdit les importations de volailles et d'oiseaux sauvages en provenance d’Allemagne à la suite de la découverte de nouveaux cas de grippe aviaire.


RUSSIE : Les négociations entre l'Iran et la Russie ont pris fin mardi 21 février 2006 à Moscou "sans résultats concrets" selon le ministre russe des Affaires étrangères, Sergej Lavrov. Le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki a annoncé que "l’Iran ne négocierait plus avec l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne au sujet de son programme nucléaire. La République islamique négociera séparément avec chaque état de l’ Union européenne, si nécessaire. Mais pour l’instant, le partenaire privilégié est la Russie".


PALESTINE : Le Président de l'Autorité Nationale Palestinienne, Mahmoud Abbas, a officiellement investi dans ses fonctions de premier ministre, le chef du Hamas, Mouvement de la Résistance Islamique, Ismaïl Haniyeh, 43 ans, ancien chef de cabinet de Cheikh Yassine, fondateur du Hamas, assassiné le 22 mars 2004 lors d'une opération israélienne d'assassinat ciblé, qui doit former son gouvernement dans les 5 semaines à venir. ** Le Haut représentant de l'Union pour la politique étrangère Javier Solana a indiqué mardi 21 février 2006 que l'Union européenne continuera dans l'immédiat à soutenir financièrement l'Autorité Nationale Palestinienne" après l'annonce par Israël et les Etats-Unis de sanctions économiques après la nomination du premier ministre Ismaïl Haniyeh, chef du Hamas, qui a remporté les élections législatives palestiniennes du 25 janvier 2006.


IRAN : S'exprimant après avoir reçu à Téhéran le chef du bureau politique du mouvement palestinien Hamas, Khaled Méchaal, chef du bureau politique du Hamas en visite à Téhéran, le Guide suprême de la révolution islamique en Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a appelé "les pays musulmans à soutenir financièrement le futur gouvernement palestinien que dirigera le Hamas" demandant également au Hamas "de poursuivre le combat contre Israël et à lutter pour un Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale".




La citation du jour : "La force naît par violence et meurt par liberté". Léonard de Vinci - (1452-1519) Peintre, sculpteur, ingénieur et architecte italien


Fil-Info-France.com cp[


IRAN/NUCLEAIRE : point de presse du porte-parole du Quai d'Orsay  21/02/2006


(Les pourparlers avec les Russes se sont terminés sans aucun résultat. Pouvez-vous nous donner votre appréciation de la situation? Où en est-on ?)


Je n'ai pas d'information directe de Moscou. J'ai lu, comme vous, avant de venir ici, que les discussions s'étaient terminées. Il semblerait qu'il soit prévu, si j'ai bien compris, de les reprendre un peu plus tard, mais je resterai prudent à ce sujet. Attendons que les Russes nous donnent des informations sur le contenu de leurs discussions avec les Iraniens.
Cela nous permettra de nous faire une opinion.

(Tout compromis qui envisagerait la poursuite des activités sensibles en Iran, même avec un moratoire, une reprise à très petite échelle et dans un délai plus lointain, serait inacceptable pour les Européens ?)


Notre ligne de conduite est toujours la même. Nous souhaitons que l'Iran respecte les demandes de la communauté internationale, les demandes du Conseil des gouverneurs de l'AIEA, pour en revenir à une suspension complète des activités liées à l'enrichissement et au retraitement.

C'est notre position. Il y a un certain nombre de choses qui sont dites ou écrites, notamment à propos de propositions qui auraient été faites par M. El Baradeï, mais nous n'avons pas confirmation de telles propositions. Je vous invite donc à vous rapprocher de l'AIEA, qui nous a indiqué que ces propositions n'avaient pas été faites par M. El Baradeï.

Par ailleurs, nous avons toujours dit que la proposition russe était une proposition intéressante, avec un élément important à nos yeux, qui est de permettre que les activités d'enrichissement se déroulent en dehors de l'Iran. C'est pour nous très clairement l'intérêt de la proposition russe.

(On parle d'inspections renforcées, si la proposition russe n'aboutit pas, la possibilité d'inspections renforcées. De quoi s'agit-il exactement ?)


Je n'ai pas d'information particulière à ce sujet. Il y a des dispositifs d'inspections qui existent dans le cadre de l'AIEA, qui découlent des accords de garanties et du protocole additionnel.

Notre position reste celle que je vous ai indiquée, qu'il y ait bien une suspension complète par l'Iran de ses activités liées à l'enrichissement et au retraitement.


Grippe aviaire : l'OMS s'inquiète de l'accélération de la propagation du virus H5N1 au mois de février  21/02/2006



21 février 2006 – L'apparition au mois de février du virus de la grippe aviaire dans 13 pays, du Nigeria à l'Inde en passant par la France, montre que le H5N1 se propage de manière rapide chez les volailles et les oiseaux sauvages, s'inquiète aujourd'hui l'agence des Nations Unies pour la santé qui rappelle que le virus ne se transmet pas facilement à l'homme.

L'Iraq, le Nigeria, l'Azerbaïdjan, la Bulgarie, la Grèce, l'Italie, la Slovénie, l'Iran, l'Autriche, l'Allemagne, l'Egypte, l'Inde et la France sont les 13 pays où le virus H5N1 est apparu au mois de février, indique un communiqué de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié aujourd'hui à Genève.

Le virus H5N1 a été détecté pour la première fois en Inde le 18 février. Il a été de nouveau détecté en Malaisie, un pays considéré comme débarrassé du virus de la grippe aviaire, s'inquiète l'OMS.

« A part l'Iraq, aucun des 13 pays ayant détecté la présence du virus H5N1 chez des volailles ou des oiseaux n'a rapporté la présence du virus chez l'homme », fait observer l'OMS qui confirme que « le virus ne se transmet pas facilement de l'animal à l'homme ».

« A ce jour, très peu de cas de présence du virus H5N1 chez l'homme ont été signalés. Il s'agit toujours de personnes qui ont été en contact direct avec des animaux infectés », précise l'agence.

Redoutant de plus en plus que le virus H5N1 ne se propage en Afrique de l'Ouest, notamment au Niger, après l'apparition du virus de la grippe aviaire au Nigeria, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) alertait, la semaine dernière, sur les effets dévastateurs d'une épizootie dans cette région déjà éprouvée par la sous-alimentation (voir notre dépêche du 17 février 2006 et celle du 10 février 2006).

Parti de l'Asie orientale en 2003, le virus H5N1 de la grippe aviaire s'est répandu en Asie mineure et au Moyen-Orient puis en Europe et en Afrique et a officiellement infecté 169 personnes et provoqué la mort de 91 d'entre elles.

Aujourd'hui, 22 nouveaux cas de grippe aviaire ont été signalés en Allemagne, portant le nombre total de cas avérés dans le pays à 103. Le 18 février, le virus faisait son apparition en France. Le 17 février, les autorités russes confirmaient un 5e cas de grippe aviaire en Russie et un 3e cas était signalé en Autriche. Le 11 février, le H5N1 était détecté sur 5 cygnes et une oie en Grèce et 8 cygnes en Italie.

Le gouvernement iraquien avait confirmé, le 31 janvier dernier, le premier cas, en Iraq, de contamination du virus sur une personne (voir notre dépêche du 31 janvier 2006 et celle du 11 janvier).

En décembre dernier, la grippe aviaire apparaissait en Ukraine. En octobre, le virus faisait son apparition en Turquie provoquant la mort de 4 personnes (voir notre dépêche du 11 janvier 2006). Le même mois, le H5N1 apparaissait pour la première fois en Europe touchant sévèrement la Roumanie et la Croatie.

L'OMS a alerté à plusieurs reprises sur le risque de transmission à l'homme, expliquant que le virus H5N1 pourrait muter pour se transmettre plus facilement de l'animal à l'homme, ce qui pourrait transformer l'épizootie de grippe aviaire en pandémie de grippe humaine.

Pour plus d'informations sur la grippe aviaire, voir la page d'informations de la FAO et le dossier de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).



www.un.org


L'Iran cherche à desserrer le nœud coulant américain  21/02/2006



MOSCOU, 21 février - RIA Novosti. Si les pourparlers russo-iraniens ne donnent pas de résultats, il restera, théoriquement, une chance: à la fin de cette semaine, le directeur de Rosatom (Agence fédérale de l'énergie atomique) Serguei Kirienko se rendra en visite à Téhéran pour persuader les Iraniens des bonnes perspectives de la proposition de Moscou de créer une coentreprise d'enrichissement de l'uranium sur le territoire de la Russie, écrit le quotidien Izvestia.

Viktor Mikhaïlov, directeur de l'Institut de stabilité stratégique, ancien ministre de l'Energie atomique: En fin de compte, les Iraniens accepteront la proposition russe, mais pas d'emblée, ils vont atermoyer la décision définitive jusqu'à mars-avril, peut-être, jusqu'à début mai. Pour l'instant, l'Iran n'a pas besoin d'enrichir l'uranium, car le premier réacteur ne fonctionne pas encore à la centrale de Bouchehr. Le problème de l'enrichissement se posera vraiment à l'Iran à peu près dans dix ans.

En ce moment, ils jugent nécessaire de manifester leur volonté de négocier pour desserrer le nœud coulant américain. Parfaitement conscients qu'ils n'auront pas accès aux technologies, ils cherchent à sauver la face avec leurs discours.

Gueorgui Mirski, maître de recherche à l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales de l'Académie des sciences de Russie: L'Iran veut créer des armes nucléaires ou bien atteindre un niveau de technologies lui permettant, le cas échéant, d'assembler à tout instant une bombe atomique.

Premièrement, les Iraniens craignent effectivement une frappe américaine, deuxièmement, l'arme atomique n'est rien d'autre qu'un laissez-passer dans le club des puissances du monde.

Ils n'ont pas besoin d'employer les armes nucléaires. Ils comprennent parfaitement qu'ils n'atteindront pas le territoire des Etats-Unis, alors qu'Israël peut porter un coup préventif. Téhéran a besoin d'une bombe pour l'employer d'après la "variante nord-coréenne": que le monde entier se perde en conjectures à propos de la bombe iranienne. Voilà pourquoi les Iraniens jouent depuis quelques années au chat et à la souris.




Ria-Novosti


Fin des négociations russo-iraniennes sur le problème nucléaire à Moscou  21/02/2006




MOSCOU, 21 février - RIA Novosti. Les négociations russo-iraniennes sur le problème nucléaire se sont achevées, a appris RIA Novosti mardi d'une source iranienne à Moscou.

La délégation iranienne est partie pour l'aéroport, les résultats de la rencontre n'ont pas encore été rendus publics.

La délégation de l'Iran, conduite par le secrétaire adjoint du Conseil supérieur de sécurité nationale Ali Hosseini-Tach, est arrivée à Moscou lundi pour tenir deux rounds de négociations. Le premier a eu lieu au Kremlin, et le second, au niveau des experts, au ministère russe des Affaires étrangères.

Les consultations ont porté sur la proposition russe de créer en Russie une entreprise russo-iranienne d'enrichissement d'uranium.



Ria-Novosti


BREVES MONDIALES  21/02/2006

RDC Rép. Dém. du Congo (ex-Zaïre) : Le président Joseph Kabila (photo) a signé samedi 18 février 2006 à Kinshasa le décret pour la promulgation de la nouvelle constitution au cours d'une cérémonie qui réunissaient pour l'occasion les 4 vice-présidents issus de différents mouvements politico- militaires, Yerodia Abdoulaye Ndombasi, Jean-Pierre Bemba, Azarias Ruberwa et Arthur Z'Ahidi Ngoma. Le président en exercice de l'Union Africaine (UA) et du chef de l'Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, était présent ainsi que les présidents angolais José Eduardo dos Santos et sud-africain Thabo Mbeki. Le commissaire européen au Développement et à l'Aide humanitaire, Louis Michel, et le représentant spécial de l'Union européenne pour la région des Grands Lacs, Aldo Ajello, ont également assisté à la cérémonie. La nouvelle Constitution stipule que le chef de l'Etat est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois. Le président nomme le Premier ministre après consultation de la majorité parlementaire. Le gouvernement définit, en concertation avec le président de la République, la politique de la Nation. La nouvelle Constitution stipule que la République Démocratique du Congo sera composée dans un délai de 36 mois de la ville-capitale de Kinshasa et de 25 provinces, contre 10 provinces à l'heure actuelle. Les provinces ont une large autonomie. Le nouveau drapeau national a été hissé. Par la nouvelle Constitution, la devise de l'Etat revient à celle du régime Mobutu Sese Seko : paix, justice, travail. La devise du régime Kabila est "justice, unité, travail". L'armoirie nationale reprend la tête de léopard du régime Mobutu, en remplacement de la tête de lion du régime Kabila. L'hymne national "Debout Congolais" ne change pas.


KENYA : L'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour la situation humanitaire dans la Corne de l'Afrique (composée de Djibouti, de la Somalie, de l'Ethiopie et l'Erythrée), l'ancien Premier ministre de la Norvège, Kjell Magne Bondevik, est arrivé lundi 20 février 2006 à Nairobi pour sa première visite de terrain. 11 millions de personnes sont menacées par la faim et 40 % de la population souffre de sous-alimentation à la suite de graves sécheresses. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a évalué à 18,5 millions de dollars les besoins pour réhabiliter l'élevage et l'agriculture dans le pays. Le Programme alimentaire mondial (PAM) avait annoncé, le 13 janvier 2006, que la Corne de l'Afrique serait bientôt confrontée à une catastrophe humanitaire, à moins que des dons n'arrivent rapidement qui permettraient d'acheminer une aide d'urgence à 5,4 millions de personnes.


NIGERIA : De nouvelles attaques ont été perpétrées contre des installations pétrolières du delta du Niger dans le sud du pays, provoquant une chute d'un quart de la production de pétrole.


SOMALIE : La capitale Mogadiscio a été secouée lundi 20 février 2006 par des combats violents entre milices rivales qui a fait 5 morts et plus de 30 blessés.


PHILIPPINES : Le gouvernement a annoncé avoir accepté une aide humanitaire internationale après les coulées de boue qui ont enseveli le vendredi 17 février 2006 le village de Guinsaugon, dans la province du Sud-Leyte. Selon un bilan officiel, 415 personnes ont été secourues, 81 sont mortes et 1 350 sont portées disparues. Les autorités scientifiques philippines estiment qu'une zone d'environ 3 kilomètres carrés est recouverte d'une couche de boue de 4 mètres d'épaisseur. Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a apporté des kits de santé pour 10 000 personnes, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a fourni un don d'urgence de 50 000 dollars et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a débloqué 100 000 dollars pour une assistance immédiate. Selon l'OCHA, une interdiction de survol a été déclarée par crainte que les hélicoptères ne créent de nouveaux glissements de terrains.


INDE : Le président français Jacques Chirac a été reçu lundi 20 février 2006 à New Delhi par le premier ministre Manmohan Singh. Un accord portant sur l’échange de personnel scientifique, la production de courant nucléaire et le traitement des déchets radioactifs a été signé. Un autre accord a été finalisé entre le constructeur européen Airbus et la compagnie aérienne Indian Airlines portant sur l'achat de 43 appareils pour un montant de 2 milliards d'euros.


RUSSIE : Le secrétaire du Conseil de Sécurité, Igor Ivanov, a reçu lundi 20 février 2006 à huis clos une délégation iranienne. Moscou avait proposé à Téhéran Moscou d'enrichir l’uranium iranien sur le territoire de la Russie. A la fin de la réunion, les 2 parties ont annoncé, sans donner plus d'informations, que les "pourparlers se poursuivraient".


PALESTINE : Après l'annonce dimanche par le premier ministre israélien par intérim, Ehud Olmert, de geler le transfert de fonds dus à l'Autorité Nationale Palestinienne, le président Mahmoud Abbas a déclaré que l'Autorité Nationale Palestinienne "allait devoir faire face à une grave crise financière". Lire notre édition du 20 février 2006 (Israël)


CISJORDANIE : L'armée israélienne a repris ses campagnes d'arrestations ciblées. A Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, 6 résistants palestiniens ont été arrêtés et 2 membres du Jihad Islamique abattus.


BANDE DE GAZA : Le Hamas, Mouvement de la Résistance Islamique a entamé lundi ses consultations en vue de la formation du nouveau gouvernement palestinien issu des élections législatives du 25 janvier 2006.


IRAN : Pour la première fois en 25 ans, un journal réformateur "Etemad Melli" ("Confiance Nationale") a publié une caricature du président Mahmoud Ahmadinejad. Bozorgmehr Hosseinpour, 29 ans, auteur du dessin, a expliqué qu'il "avait profité du tout nouveau feu vert du ministère de la Culture autorisant les caricatures du président". Aucun journal n'a jusqu'alors publié des caricatures des chefs d'Etat ou personnalités religieuses en signe de respect pour le vêtement religieux. Mahmoud Ahmadinejad est laïc.


IRAK : Une trentaine d'Irakiens a été tuée et plus de 60 blessés au cours de diverses attaques perpétrés dans tout le pays. ** Le chef de la diplomatie britannique, Jack Straw, s'est rendu lundi 20 février 2006 à Bagdad où il a eu des entretiens avec les responsables issus des élections de décembre 2005.


ARGENTINE : Les autorités ont annoncé avoir remis au Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie (TPYI) Milan Lukic, 38 ans, en fuite depuis près de 5 ans, arrêté le 8 août 2005 à Buenos Aires. Il fait l'objet de 21 accusations de crimes contre l'humanité (12) et crimes de guerre (9) pour des "persécutions, meurtres, extermination, et actes inhumains" commis contre des civils musulmans de Bosnie de Visegrad. Son acte d'accusation date de 1998 mais n'a été rendu public qu'en 2000. Selon l'acte d'accusation du TPYI, Milan Lukic avait formé un groupe paramilitaire entre 1992 et 1994 qui collaborait avec la police et des unités militaires pour faire régner la terreur parmi les Musulmans de la région de Visegrad, en Bosnie. Un tribunal de Belgrade avait condamné en 2005 Milan Lukic par contumace à 20 ans de prison pour crimes de guerre, enlèvement, torture et assassinat en octobre 1992 à Sjeverin (Serbie), de 16 Musulmans, les passagers d'un autobus dont les corps n'ont jamais été retrouvés.


ETATS-UNIS : L'ancien président américain Jimmy Carter, s'exprimant lundi 20 février 2006, dans une tribune publiée par le quotidien "The Washington Post", a déclaré, concernant les sanctions économiques que veulent imposer l'Etat hébreu et les Etats-Unis au nouveau gouvernement palestinien dirigé par le Hamas, qui a remporté les élections législatives palestiniennes le 25 janvier 2006 : "Pendant cette période de fluidité dans la formation du nouveau gouvernement, il est important qu'Israël et les Etats-Unis jouent des rôles positifs". Ajoutant : "Toute collusion tacite ou officielle entre les deux puissances pour perturber le processus en punissant le peuple palestinien pourrait être contre-productive et avoir des conséquences dévastatrices".


ALLEMAGNE : Le Ministre du Land de Bavière, Edmund Stoiber, dirigeant de l'Union chrétienne-sociale (CSU, Christlich Soziale Union), membre de la coalition au pouvoir, a indiqué qu'il allait interdire la diffusion dans les cinémas allemands d'un film traitant de la guerre en Irak, jugeant ce film est "anti-américain et antisémite". Edmund Stoiber a déclaré dans une interview au journal du dimanche "Bild am Sonntag" : "Je demande aux exploitants de cinémas en Allemagne de déprogrammer immédiatement ce film de haine, raciste et anti-occidental. Ce film irresponsable ne développe pas l'intégration mais cultive la haine et la défiance à l'égard de l'Occident." Dans un pays où vivent environ 2,5 millions de Turcs, cet appel a valu à son auteur d'être accusé de vouloir instaurer la censure. Le Conseil central des juifs en Allemagne s'est lui aussi prononcé pour le retrait du film. Il s’agit du film turc "Kurtlar vadisi - Irak" ("La vallée des loups - Irak"), du réalisateur Serdar Akar. Ce film, le plus cher de l'histoire du cinéma turc (8,4 millions d'euros), a déjà enregistré 200 000 entrées depuis son arrivée sur les écrans allemands il y a 10 jours. Le héros du film entend venger son pays humilié par l'armée américaine en Irak.


BELGIQUE : Au cours d'une réunion d'urgence des ministres de l'Agriculture des 25 pays membres de l'Union européenne, à la suite de la découverte de nouveaux cas de grippe aviaire dans les élevages de volailles de 6 pays européens, les ministres ont refusé de débloquer une aide aux éleveurs touchés par l'épidémie estimant que "la situation n'était pas suffisamment grave". La France a d'ores et déjà débloqué 730 millions d'euros pour lutter contre la grippe aviaire et annoncé la vaccination de près de 900 000 volailles. Le ministre allemand de l'Agriculture, Hörst Seehofer, a douté de l'efficacité des vaccinations préventives.


AUTRICHE : Des représentants serbes (ethnie minoritaire) et albanais (ethnie majoritaire) du Kosovo se sont retrouvés lundi 20 février 2006 pour la première fois directement à Vienne pour discuter de l’avenir de la province du sud de la Serbie qui est placée depuis 1999 sous l'administration de l'ONU. Des représentants des Etats-Unis, de l’Union européenne et de l’OTAN (Organisation du Traité Atlantique Nord) étaient également présents.


BOSNIE-HERZEGOVINE : Les premiers cas de grippe aviaire ont été découverts dans ce pays où 4 cygnes, retrouvés morts, ont été analysés porteurs du virus.



La citation du jour : "La paix à n'importe quel prix, ce n'est plus la paix." Eve Curie, fille de Pierre et Marie Curie, "la seule de la famille à ne pas être une femme de science".


Fil-Info-France.com


L'administration Bush réduit son 'assistance démocratique' à la Russie  20/02/2006


WASHINGTON, 20 février - Arkadi Orlov, RIA Novosti. L'administration de George Bush réduira son "assistance démocratique" à la Russie l'année prochaine de 13 millions de dollars environ, a annoncé lundi le Washington Post, citant l'interpellation de la Maison-Blanche sur le budget 2007.

Les allocations à la réalisation en Russie des programmes annuels prévus dans la loi sur le soutien à la liberté, adoptés par le Congrès des Etats-Unis en 1992, diminueront en passant de 44,2 à 31,6 millions de dollars.

La réduction concerne les programmes de soutien aux organisations de défense des droits de l'homme et d'autres associations indépendantes, ainsi que les programmes de formation des journalistes et des observateurs aux élections, écrit le journal.

D'autre part, le budget de l'année prochaine prévoit une réduction du financement d'un "large éventail d'échanges scientifiques et professionnels" avec la Russie.

Le Washington Post, rappelant que la radio "La Voix de l'Amérique" arrêtera ses émissions en russe, explique que ces réductions ne sont pas une "décision politique mais financière" et que "l'argent qui était dépensé en Russie le sera à présent en Irak, en Afghanistan et au Proche-Orient".

Le journal s'attaque, dans son article de fond, à la décision de l'administration Bush qu'il qualifie de "myope" vu que des "élections importantes susceptibles de définir le futur caractère de la démocratie russe auront lieu en Russie en 2008".

Ria-Novosti


Nucléaire : la délégation iranienne sera reçue par le sous-secrétaire du Conseil de sécurité russe  20/02/2006



MOSCOU, 20 février - RIA Novosti. Le sous-secrétaire du Conseil de sécurité nationale de Russie, Valentin Sobolev, mènera le 20 février des négociations avec la délégation iranienne arrivée à Moscou, a annoncé lundi à RIA Novosti le service de presse du Conseil de sécurité russe.

Les négociations commenceront dans l'après-midi et dureront jusqu'au soir, selon la même source.

Un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Serguéi Kisliak, prendra part aux négociations. La délégation iranienne est conduite par le sous-secrétaire du Conseil supérieur de sécurité iranien, Ali Hosseini-Tach.

Les négociations se dérouleront à huis clos et porteront sur la proposition russe de créer une coentreprise d'enrichissement d'uranium sur le territoire de la Russie.

L'Iran développe les technologies nucléaires pour mettre en place sur son territoire le cycle nucléaire énergétique complet, depuis l'enrichissement d'uranium jusqu'au retraitement du combustible usé dans les centrales nucléaires.

Les Etats-Unis et d'autres pays occidentaux craignent que cela ne permette aux Iraniens d'obtenir en secret l'arme nucléaire alors que Téhéran a plus d'une fois déclaré le caractère strictement pacifique de son programme.

La Russie qui aide l'Iran à construire une centrale nucléaire à Bouchehr a entrepris de normaliser la situation en proposant à cet effet de construire sur son territoire une entreprise conjointe d'enrichissement d'uranium pour dissiper les soupçons.

Ria-Novosti


L'Iran et le Liban dénoncent la menace nucléaire que fait peser l'arsenal israélien  20/02/2006



Le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki et son homologue libanais Fawzi Sallouk ont dénoncé vendredi la menace que fait perser l'arsenal nucléaire d'Israel au Moyen-Orient.

Le ministre libanais des Affaires étrangères au cours d'une conférence de presse après la réunion évoquant les menaces actuelles qui pèsent sur le Moyen-Orient et la sécurité de golfe Persique, posée en particulier par Israel a souligné que le mouvement de résistance libanais a joué un rôle très positif dans la libération des régions occupées du sud du Liban.


Salloukh a également exprimé l'espoir que les liens historiques entre l'Iran et le Liban se renforcent conformément aux intérêts des deux nations.


Il a ajouté que "lors de sa réunion avec Manouchehr Mottaki, nous n'avons pas manqué d'évoqué le renforcement des relations politiques et culturelles bilatérales, la dynamisation du comité économique bilatéral et le renforcement du secteur privé iranien dans le cadre de plus grands investissements au Liban."

Le ministre libanais des Affaires étrangères soulignant la volonté de la nation libanaise de tenir des dialogues francs et sans pression a réitéré que l'"Iran a adopté une attitude positive en faisant face aux tendances politiques et religieuses de l'ensemble de la nation libanaise."

Se concentrant sur le programme nucléaire pacifique de l'Iran, Salloukh a souligné que "la meilleure manière d'aborder le dossier c'est encore de l'étudier librement sans tomber dans le deux poids deux mesures, l'Iran ayant à plusieurs reprises rappelé que son programme nucléaire a des visées entièrement pacifiques."

Le ministre iranien des Affaires étrangères a une fois de plus condamné l'assassinat de l'ancien premier ministre libanais Rafik Hariri et souligné l'importance de clarifier les détails de cet attentat et de punir les criminels impliqués.



IRNA


Mottaki rencontrera Solana aujourd'hui à Bruxelles  20/02/2006


Le Secrétaire général du Conseil de l'UE et ministre des Affaires étrangères de l'UE à l'entrée en vigueur du traité constitutionnel pour l'Europe, Javier Solana rencontrera le ministre iranien des Affaires étrangères, Manoucher Mottaki.

Cette rencontre prévue lundi après-midi à Bruxelles lundi devrait permettre aux deux hommes de s'entretenir des derniers développements dans la région et des relations entre l'Union Européenne et l'Iran.


La rencontre entre Javier Solana et Manouchehr Mottaki a été annoncé vendredi dernier.



Le ministre iranien des Affaires étrangères rencontrera également son homologue belge, Karel de Gucht, et devrait s'adresser à la commission chargée des relations du Parlement européen.


Mottaki devrait faire une conférence de presse après cette entrevue à l'ambassade d'Iran dans la capitale belge.


IRNA


BREVES MONDIALES  20/02/2006



PALESTINE : Le Hamas, Mouvement de la Résistance Islamique, grand vainqueur des élections législatives palestiniennes du 25 janvier 2006, a nommé dimanche Ismaïl Haniyeh, 43 ans, ancien chef de cabinet de Cheikh Yassine (photo), fondateur du Hamas, assassiné le 22 mars 2004 lors d'une opération israélienne d'assassinat ciblé, au poste de premier ministre. Ce choix doit être entériné par le président de l'Autorité Nationale Palestinienne, Mahmoud Abbas.


ISRAEL : Le premier ministre par intérim, Ehud Olmert, a déclaré dimanche 19 février 2006 à l'issue d'une réunion du cabinet ministériel qu'après la nomination au poste de premier ministre d'un membre du Hamas, Mouvement de la Résistance Islamique, Ismaïl Haniyeh, mouvement inscrit sur la liste des organisations terroristes par les Etats-Unis et l'Union européenne, "l'Autorité Nationale Palestinienne devient, de fait, une autorité terroriste". Le premier ministre a annoncé une série de sanctions économiques à l'encontre de l'Autorité nationale Palestinienne, avec notamment le gel du transfert de fonds dû à l'Autorité Nationale Palestinienne constitués d’impôts, de taxes et de droits de douanes prélevés par Israël sur les Palestiniens. Ces sommes étaient utilisées par le gouvernement palestinien pour payer les salaires des quelque 140 000 fonctionnaires.


IRAK : L'imam chiite radical Moktada Sadr a annoncé samedi qu'il rejetait la nouvelle Constitution irakienne, soutenue par les chiites de l'Alliance irakienne unifié, le plus important bloc au parlement irakien, qui, selon lui, "prône le sectarisme". La Constitution a été ratifiée par près de 79 % des voix lors du référendum du 15 octobre 2005. ** 2 attentats à la bombe ont été perpétrés samedi contre des patrouilles irakiennes et américaines près de Falloujah faisant 8 morts dont 6 soldats irakiens. ** 3 policiers ont été tués et 3 autres blessés samedi dans une attaque dans l'est de Bagdad la capitale. 1 soldat américain a été tué et un autre blessé dans l'attaque de leur patrouille également dans la capitale Bagdad.


LIBYE : Des manifestants protestant contre l'attitude du ministre des Réformes constitutionnelles, Roberto Calderoli, qui arborait des T-shirts imprimés des caricatures du prophète Mahomet, ont incendié vendredi soir le consulat d'Italie à Benghazi, au cours d'une émeute qui a fait au moins 10 morts, selon des chiffres donnés par le gouvernement italien. Lire notre édition du 15 février 2006 (Libye)


TURQUIE : Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche à Ankara, à l'appel du parti islamiste, Saahadet, contre la publication par des journaux européens des caricatures du prophète Mahomet.


ITALIE : Le ministre des Réformes constitutionnelles, Roberto Calderoli, du parti de la Ligue du Nord, parti nationaliste, allié au chef du gouvernement, a démissionné samedi à la demande du président du Conseil Silvio Berlusconi à la suite d'une grave polémique donnée après la publication des caricatures du prophète Mahomet, le ministre Calderoli arborant des T-shirts imprimés des caricatures en question.
** Lors d’une conférence de presse organisée par la Communauté tibétaine en Italie, des membres du Congrès de la Jeunesse Tibétaine (Tibetan Youth Congress, TYC), créé en Inde, le 7 octobre 1970, et Palden Gyatso, 75 ans, ancien prisonnier politique, libéré de la prison de Lhassa le 25 août 1992, après 33 ans de prison et de camp de travail, ont annoncé qu'ils entamaient une grève de la faim illimitée pour protester contre les Jeux Olympiques de Pékin de 2008. Palden Gyatso a rappelé la déclaration du Comité d’Organisation Olympique (CIO) pour qui, s’il n’y avait aucune amélioration dans la situation générale des droits de l’homme en Chine, la décision d’attribuer les Jeux à Pékin devrait être reconsidérée. Le 13 juillet 2001 lors de la 112e Session du CIO à Moscou, Pékin a été élue ville hôte des Jeux de la XXIXe Olympiade en 2008. Au nom de l’ITSN (International Tibet Support Group), une déclaration écrite a été remise par Wangpo Tethong appelant les athlètes et la communauté internationale à utiliser l’opportunité des Jeux pour exprimer leur solidarité avec le peuple tibétain à Pékin en 2008. Il a aussi vivement dénoncé l’hypocrisie du CIO en matière de droits de l’Homme depuis sa décision, en 2001, d’attribuer les Jeux de 2008 à Pékin. Rosanna Degiovanni du Parti radical italien à Turin animait la conférence de presse et a appelé le public à soutenir les Tibétains et leurs revendications. Source : 2008-FreeTibet. www.2008-freetibet.org , www.dossiertibet.it , www.italiatibet.org . Plus de détails : Tous les documents de la procédure d'élection de la ville hôte 2008


FRANCE : Le Conseil municipal de la ville de Paris a voté le mardi 31 janvier 2006 un voeu prévoyant que le drapeau tibétain soit hissé sur l'Hôtel de ville de Paris tous les 10 mars, jusqu'à ce que les autorités chinoises négocient un accord pour une réelle autonomie au Tibet. Patrick Bloche (PS), Vice-Président du Groupe d'information sur le Tibet à l'Assemblée Nationale, est à l'origine de cette proposition. La motion a reçu le soutien du Parti socialiste et des Verts. Les autres partis politiques se sont abstenus. En octobre 2003, Bertrand Delanoë, maire socialiste de Paris, avait reçu le Dalaï Lama à l'Hôtel de Ville. Précédemment, le Conseil Régional d’Ile de France avait adopté une résolution à l’initiative des conseillers Verts décidant de hisser le drapeau tibétain sur les bâtiments de l’Assemblée Régionale. Enfin, le Président du Groupe Parlementaire Tibet à l’Assemblée Nationale, Lionnel Luca, a fait savoir le 1er février 2006 qu’en raison de nombreuses adhésions récentes, ce groupe qui comprend désormais 135 membres, était devenu le plus important, par le nombre, des groupes d’amitié constitués à l’Assemblée "devant les plus gros groupes d'amitiés de l'Assemblée, comme France-Etats-Unis, France-Russie et surtout France-Chine", a souligné Lionnel Luca. Créé en 1990 par Louis de Broissia (sénateur UMP et président du Conseil général de Côte d'Or) et Jean-Michel Belorgey, le groupe a été continuellement reconstitué à chaque législature et regroupe des Parlementaires de différents groupes politiques. En octobre 1996, plus de 320 membres des deux assemblées (Assemblée Nationale et Sénat) avaient signé un appel solennel à la République Populaire de Chine et aux autorités françaises demandant le respect des droits de l'Homme et la sauvegarde de l'identité tibétaine. Cet appel a été présenté au Dalaï Lama au cours de sa visite à l'Assemblée Nationale en octobre 1996. En mars et avril 2005, pour la première fois, des Parlementaires français des deux chambres se sont rendus à Dharamsala, lieu d'exil du Dalaï Lama (Source : Tibet info). Plus de détails : Communiqués de presse du Sénat sur le Tibet



ALLEMAGNE : 18 nouveaux cas de virus de la grippe aviaire H5N1 ont été signalés dans l'Etat de Mecklembourg-Poméranie, dans le nord-est du pays. portant à 59 le nombre d’oiseaux touchés découverts en Allemagne. Le ministre fédéral pour la protection des consommateurs, Horst Seehofer a exhorté les autorités locales à agir rapidement. Les volailles de la ferme contaminée ont été abattues. L'Autriche et la France ont également signalé la mort d'oiseaux atteints par le virus de la grippe aviaire.


RUSSIE : La Haute Commissaire des Nations Unies pour les droits de l'Homme, Louise Arbour, est arrivée dimanche 19 février 2006 à Moscou. Elle séjournera dans ce pays jusqu'au 25 février 2006. Elle s'entretiendra avec les représentants locaux de l'ONU à Moscou et se rendra dans le Caucase russe, à Nazran, en République d'Ingouchie où elle rencontrera lundi 21 février 2006, le président Murat M. Zyazikov. Mardi 22, elle sera à Grozny, la capitale de la Tchétchénie où elle rencontrera le président pro-russe Alu Alkhanov et le premier ministre Ramzan Kadirov. Mikhaïl Kamynine, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a connaissance des efforts des autorités pour encourager la protection des droits de l'homme et la liberté, et notamment le processus de normalisation dans le Caucase du Nord". La Haute commissaire des Nations unies pour les droits de l'Homme devra notamment aborder avec les autorités russes la situation des droits de l'homme en Tchétchénie.



INDE : L’Inde, le 5e producteur d’oeufs au monde, a confirmé pour la première fois la présence sur son territoire de la variante H5N1 du virus de la grippe aviaire. Environ 50 000 volailles en seraient mortes au cours des derniers jours. 8 personnes, susceptibles d'avoir contracté le virus, sont en observation. 500 000 volatiles ont déjà été abattus. ** Un engin explosif de forte puissance a explosé dimanche dans une gare de la ville d'Ahmedabad dans l'ouest du pays, faisant une dizaine de blessés.


PAKISTAN : Le ministère des Affaires étrangères a annoncé vendredi 17 février 2006 que l'ambassadeur du Pakistan au Danemark a été rappelé "pour consultations" à Islamabad alors que les manifestations de protestations contre la publication par des pays européens des caricatures du prophète Mahomet se poursuivent. La police a fait usage de grenades lacrymogènes et de balles de caoutchouc pour disperser une manifestation interdite à Islamabad. ** Après 40 ans de fermeture à la suite de la guerre en 1965 entre l'Inde et le Pakistan, la ligne de chemin de fer reliant directement les villes frontières de Munabao, dans l'Etat indien du Rajasthan (ouest), et de Khokrapar, dans la province pakistanaise de Sindh (sud du pays) a été rouverte samedi 18 février 2006. C'est la deuxième ligne de chemin de fer remise en service entre les 2 pays. La liaison entre Lahore (Pakistan) et New Delhi (Inde) avait repris en 2004. ** Le ministère de la Défense a annoncé avoir testé avec succès dimanche un missile sol-sol Hataf-II Abdali d'une portée de 200 kilomètres, capable de transporter tous les types d'ogives. Le ministère a précisé que l'Inde avait été prévenue de cet essai.



COREE DU SUD : L'ancien ministre de l'Unification, Chung Dong-young, a été élu samedi président du parti Uri (au pouvoir), lors de la convention nationale du parti qui s'est tenue à Séoul, la capitale. Il était opposé à 6 candidats dont l'ancien ministre de la Santé, Kim Geun-tae.


VENEZUELA : Le président Hugo Chavez Frias a menacé vendredi 17 février 2006 de ne plus approvisionner les Etats-Unis en pétrole si "Washington persistait à vouloir déstabiliser son gouvernement". Cinquième exportateur mondial de pétrole, le Venezuela vend 1,5 millions de barils par jour aux Etats-Unis.



MEXIQUE : Une explosion d'origine inconnue est survenue dimanche dans une mine située dans le nord du pays à Sabinas, près de la frontière avec les Etats-Unis faisant 7 blessés. Une soixantaine de mineurs est toujours bloquée dans la mine.



INDONESIE : Environ 200 manifestants qui protestaient contre la publication des caricatures du prophète Mahomet en Europe, ont pris d'assaut dimanche à l’ambassade des Etats-Unis à Jakarta, la capitale.


NIGERIA : La compagnie américaine de services pétroliers Willbros, dont le siège aux Etats-Unis se trouve à Houston (Texas), compagnie sous-traitante du géant anglo-néerlandais Shell, a confirmé samedi que 9 de ses employés ont été enlevés au Nigéria, enlèvement immédiatement revendiqué par le Mouvement d'émancipation du Delta du Niger (MEND), qui lutte pour obtenir des dédommagements des grandes compagnies pétrolières étrangères pour réparer les dégâts causés par la pollution dont les populations locales sont victimes du fait de l'exploitation pétrolière. Shell a suspendu les exportations de pétrole brut depuis le terminal Forcados dans le sud de Nigeria, à la suite de l'attaque qui a été suivie par un gigantesque incendie qui a fortement endommagé le complexe. Le Nigeria est le premier producteur de pétrole brut d'Afrique et le sixième exportateur mondial avec 2,6 millions de barils par jour en moyenne. Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, compte 130 millions d'habitants, dont plus de 57 % vivent dans une extrême pauvreté . Plus de 70 % des Nigérians ne disposent également que de moins de 1 dollar par jour pour vivre, et moins de 50 % des ruraux ont accès à de l'eau potable.
BURKINA FASO : Le ministère de la Santé a annoncé le lancement, samedi 18 février 2006, d'une campagne de vaccination contre la méningite qui s'est déclenchée dans le centre et le sud du pays où 350 cas ont été enregistrés depuis le début de l'année. Une quarantaine de personnes a succombé à la maladie. La campagne de vaccination vise les personnes âgées de 2 à 30 ans.



KENYA : Le ministre de la Défense, Njega Karume, a annoncé la signature d'un nouvel accord militaire avec la Grande-Bretagne, renouvelable tous les 5 ans, visant à autoriser les soldats britanniques à s'entraîner au Kenya tandis que des militaires kenyans bénéficieront d'une formation assurée par des instructeurs britanniques.


La citation du jour : "La démocratie, c'est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave." Charles de Gaulle - Extrait d'un Discours - 27 Mai 1942


BREVES MONDIALES  18/02/2006

THAILANDE : Le Président de la République française, Jacques Chirac (photo), est arrivé vendredi 17 février 2006 à Bangkok pour une visite officielle de 3 jours, la première d'un chef d'Etat français. Le Premier ministre, Thaksin Shinawatra, a qualifié jeudi d'"historique" cette visite qui vise à renforcer les relations bilatérales entre les 2 pays. Jacques Chirac est accompagné par les ministres français des Affaires étrangères, des Finances et de l'Industrie, du Commerce extérieur, de la Défense et du Tourisme. De nombreux accords, dans le domaine de la science, la technologie et le tourisme, devraient être signés à cette occasion. En 2005, le volume des échanges commerciaux a atteint 3,25 milliards de dollars.


PAKISTAN : Alors que de violentes manifestations se poursuivent dans plusieurs grandes villes du pays, après la publication par des journaux européens des caricatures du prophète Mahomet, le Danemark a annoncé la "fermeture temporaire" de son ambassade à Islamabad. 5 personnes ont été tuées lors de heurts avec les forces de sécurité qui ont utilisé des gaz lacrymogènes contre la foule. A Peschawar, où plus d'un millier de musulmans ont défilé contre le Danemark, un chef religieux a offert une "prime" de 14 000 euros et "une voiture neuve" pour la mort des Danois qui ont dessiné les caricatures de Mahomet.


CHINE : Selon des sources douanières, l'Union européenne (UE) est le premier grand partenaire commercial de la Chine. Le volume annuel du commerce bilatéral s'est élevé à 18,86 milliards de dollars, en hausse de 18,7 %. Selon les mêmes sources, les Etats-Unis sont le 2ème grand partenaire avec 18,39 milliards de dollars d'échanges commerciaux avec la Chine, soit une croissance de 28 % en glissement annuel. Viennent ensuite le Japon et l'ASEAN dont les échanges avec la Chine se sont établis à respectivement 13,86 milliards de dollars (+ 7,9 %) et à 11,25 milliards de dollars (+ 27,9 %). ** Les wagons réservés aux femmes sur 2 trains directs Beijing (NDLR. Pékin) - Shanghai (Z5/Z6 et Z21/Z22) ont été supprimés, 9 jours à peine après leur mise en place, aucun billet n'ayant été vendu le premier jour de la mise en service des wagons réservés aux femmes. Cette initiative avait été prise en raison de plaintes de certaines voyageuses embarrassées par la présence d'hommes dans les couchettes.


PHILIPPINES : Le village de Guinsaugon situé sur l’île de Leyte, dans le centre du pays, qui comptait entre 3 000 et 4 000 habitants, a été entièrement enseveli par une coulée de boue. La Croix-Rouge locale estime que le bilan des victimes est très lourd : au moins 200 personnes sont présumées mortes et 1 500 villageois sont portés disparus. Le pays est touché depuis le 6 février par une vague de pluies sans précédent qui a déjà causé la mort d'une vingtaine de personnes.


TAIWAN : Lu Wen-hsiang, directeur adjoint de l’office de la Propriété intellectuelle, est intervenu jeudi 16 février 2006 pour défendre l’île, qui s'efforce de combattre le piratage et la contrefaçon commerciale. Une association américaine représentant 1 900 firmes de tous les secteurs dans ce pays, a appelé à ne pas retirer Taiwan de la liste Special 301 (format pdf), liste regroupant tous les pays que Washington juge "irrespectueux des droits de la propriété intellectuelle". Taïwan y figure depuis 2001. Taïwan avait été retiré de la liste Special 301 prioritaire (format pdf), le 20 janvier 2006.


COREE DU NORD : Le pays tout entier a célébré le 64e anniversaire de son "Cher Leader" Kim Jong-il. A cette occasion, le vice-président du présidium de l’Assemblée populaire suprême (parlement), Yang Hyong-sop, a déclaré : "La crise nucléaire ne pourra jamais être résolue, aussi longtemps que les Etats-Unis continuent de mener une politique anachronique hostile" contre la Corée du Nord, ajoutant : "L’armée et le peuple de Corée du Nord écraseraient les agresseurs jusqu’au dernier homme", si les Etats-Unis l’attaquaient.


RUSSIE : La Douma (parlement) a ratifié à l'unanimité la Convention des Nations Unies contre la corruption(format pdf), dite de Mérida (Mexico). Elle a été adoptée il y a deux ans, et ratifiée par 38 des 140 Etats signataires au moment de son entrée en vigueur le 14 décembre 2005. Cette convention est destinée à aider les pays membres à combattre la corruption dans le secteur public aussi bien que dans le privé. Dans son rapport annuel publié en octobre 2005, l'ONG Transparency International (TI) avait estimé que la corruption en Russie était "endémique et allait en s'aggravant". Placée au 90e rang en 2004, la Russie a été classée 126e place (sur 159) en 2005.


ETATS-UNIS : La secrétaire d’Etat Condoleezza Rice a qualifié jeudi 16 février 2006 la République islamique d'Iran de "Banque centrale" du terrorisme mondial et a également accusé la Syrie de collaborer avec l’Iran pour déstabiliser le Moyen-Orient. ** S'exprimant devant le Conseil sur les Relations Extérieures (Council on Foreign Relations) à New York, le secrétaire d'Etat à la défense, Donald Rumsfeld, a indiqué vouloir lancé "une guerre contre le terrorisme (...) pas nécessairement dans les montagnes d'Afghanistan ni dans les rues irakiennes, mais dans les rédactions - dans des villes comme New York, Londres, Le Caire ou ailleurs". Il a ajouté : "Plus il faut de temps pour mettre en place une réponse stratégique (de communication), plus on peut être sûr que le vide sera rempli par l'ennemi et par des médias qui ne peindront pas une image fidèle de ce qui se passe". Ce projet prévoit notamment des campagnes d'information de l'armée visant la presse écrite, les radios, les télévisions et internet. Les médias avaient rapporté des informations selon lesquelles, en Irak, l'armée américaine avait payé des journalistes pour obtenir la publication d'articles expliquant son action. Donald Rumsfeld avait soutenu et défendu cette pratique.


ONU/GUANTANAMO : Après la présentation par 5 experts de la Commission des droits de l'homme de l'ONU d'un rapport sur "les traitements qui s'apparentent à la torture, des détentions arbitraires trop longues et l'absence de jugement" de quelque 500 prisonniers détenus sur la base américaine de Guantanamo à Cuba, le secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan a considéré vendredi 17 février 2006 qu'il "est anormal que l’on détienne des prisonniers aussi longtemps sans les juger" ajoutant : "Il faudra tôt ou tard fermer Guantanamo. La décision en reviendra au gouvernement et j’espère que cela se fera le plus tôt possible". La Maison Blanche a réagi à la publication de ce rapport par la voix de son porte-parole qui a déclaré : le porte-parole de l'administration Bush a déclaré : "Nous savons que ceux qui sont détenus à Guantanamo Bay sont de dangereux terroristes. Ce sont des gens qui étaient déterminés à blesser d'innocents civils et Américains. Ce sont des combattants ennemis capturés sur le champ de bataille dans la guerre contre le terrorisme. Ils sont entraînés à fournir de fausses informations." Le Parlement européen a voté jeudi 16 février 2006 à Strasbourg en France, une résolution appelant "le gouvernement américain à fermer le centre de détention de Guantanamo et à juger ses prisonniers devant un tribunal compétent". Voir la proposition de résolution du Parlement européen en date du 27 octobre 2004 (format pdf). Le premier britannique, Tony Blair, a estimé que "la prison de Guantanamo se situe dans la catégorie des anomalies".


ALLEMAGNE : Le premier ministre britannique Tony Blair a été reçu vendredi 17 février 2006 à Berlin par la chancelière Angela Merkel Leurs entretiens ont essentiellement porté sur la victoire du mouvement de résistance palestinien Hamas aux élections législatives palestiniennes du 25 janvier 2006. Angela Merkel a rappelé que toute coopération sera liée aux conditions suivantes : "D’abord renoncer à la violence, deuxièmement, reconnaître le droit à l'existence de l'Etat d'Israël, et troisièmement accepter les progrès déjà réalisés dans le cadre du processus de paix. Nous pensons que l’Europe doit énoncer clairement ces trois critères qui nous permettront de progresser dans le processus de paix."


ITALIE : Le chef du gouvernement, Silvio Berlusconi, a signé vendredi 17 février 2006, un accord politique avec Alessandra Mussolini, la petite-fille du dictateur italien qui dirige le parti post-fasciste Alternative.


BELGIQUE : 3 Marocains Abdelkader Hakimi, Mostafa Lounani et Lhoussine El Haski ont été condamnés, jeudi, à 7 ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Bruxelles qui les a reconnus coupables d'être des dirigeants du Groupe islamique combattant marocain (GICM), soupçonné d'être impliqué dans les attentats de Casablanca et Madrid.


EUROPE/GRIPPE AVIAIRE : Les experts vétérinaires européens réunis depuis mercredi 15 février 2006 à Bruxelles en Belgique ont décidé de renforcer les mesures de lutte contre la grippe aviaire après la découverte de nouveaux cas, notamment en Allemagne où 5 cygnes sont morts de la maladie. Il s'agit notamment de mettre en place "une zone de protection d'un rayon de 3 km autour du lieu où a été trouvé la volaille malade, et d'une zone de surveillance d'un rayon de 7 km supplémentaires. Dans un rayon total de 10 km, les volailles seraient confinées, les marchés de volailles vivantes interdits, des mesures de désinfection seraient imposées dans toutes les exploitations". L'Allemagne, les Pays-Bas et le Luxembourg, la France, le Danemark, la Suède, la République tchèque et l'Estonie. Hors UE, la Norvège et la Suisse ont décidé de confiner toutes les volailles. A la suite de l'annonce de nouveaux cas de volailles touchés par la grippe aviaire, la consommation des animaux à plumes a chuté de plus de 70 % en 48 h, notamment en Italie.


ISRAEL : Le Premier ministre par intérim Ehud Olmert, qui rencontrait le chef de la diplomatie européenne, Javier Solana, vendredi 17 février 2006, serait sur le point d'annoncer une série de mesures qui entreraient en vigueur dès dimanche, et qui viserait à limiter l'entrée des travailleurs palestiniens en Israël, geler les transferts de fonds dus à l'Autorité Nationale Palestinienne et limiter les transferts de marchandises palestiniennes via son territoire. Ces mesures ont été prises après la victoire du Hamas, Mouvement de la Résistance Islamique, inscrit sur les listes des organisations terroristes de l'Union européenne et des Etats-Unis, aux législatives palestiniennes du 25 janvier 2006.


PALESTINE : Ismaïl Haniyeh, chef du Hamas, mouvement qui refuse de reconnaître Israël tant que "les droits du peuple palestinien ne seront pas reconnu par l'Etat hébreu" et tant qu'Israël ne "s'engage à quitter tous les territoires occupés", a déploré "la décision d'Israël (qui) s'inscrit dans la continuité de la politique de répression, de terrorisme et de punition collective que l'occupation israélienne mène contre la population palestinienne depuis des années".


BANDE DE GAZA : Selon des sources proches du Hamas, ce mouvement aurait l'intention de nommer le responsable du mouvement à Gaza, Ismail Haneya, ancien chef de cabinet de Cheikh Yassine, fondateur du Hamas, assassiné le 22 mars 2004 lors d'une opération israélienne d'assassinat ciblé, au poste de nouveau Premier ministre palestinien. Jeudi le mouvement avait confirmé qu'Aziz Dweik, un dirigeant du Hamas dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, avait été choisi par le Hamas pour être le président du Conseil législatif palestinien.


IRAK : Le ministère de l'Intérieur a annoncé que Ghaleb Koubba, propriétaire de la Banque Nationale de Bassorah pour l'investissement et président de la Chambre de commerce de Bassorah, ville située à 550 kilomètres au sud de Bagdad, et son fils Hassan ont été enlevés jeudi à leur domicile dans l'ouest de la capitale Bagdad par un groupe d'hommes armés qui a abattu les 5 gardes-du-corps. ** Le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé, sur recommandation du secrétaire général Kofi Annan, le transfert de plus de 400 000 dollars déposés sur un compte bloqué de la Commission de contrôle, de vérification et d'inspection des Nations unies ( COCOVINU) pour l'Irak afin de couvrir les frais de l'ONU. Cet argent pourra être utilisé pour le budget normal de l'ONU, pour les activités du tribunal, les opérations de maintien de la paix et le projet de rénovation des bâtiments des Nations Unies à New York. Le Conseil de sécurité a également approuvé les transferts de 22 millions de dollars depuis un compte bloqué pour des frais similaires et pour couvrir les arriérés de l'Irak auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).


MAROC : Le Roi Mohammed VI a reçu, vendredi au Palais Royal de Fès, le chef du parti travailliste israélien, Amir Peretz, qui a déclaré à l'issue de cette rencontre qualifiée d'"importante et d'historique" qu'elle a été "l'occasion d'un échange de vues sur les questions liées au processus de paix dans la conjoncture actuelle que traverse la région". NDLR. Amir Peretz est né à Bojad au Maroc le 9 mars 1952 et a immigré en Israël à l'âge de 4 ans. Il est marié et père de 4 enfants. Il a été maire de la ville de Sdérot proche de la ville palestinienne de Gaza de 1983 à 1988, date de son entrée à la Knesset (Parlement). Il est élu, en décembre 1995, Secrétaire général de la centrale syndicale Histadrout. En 1999, il est réélu au Parlement à la tête du parti Am Ehad (Un seul peuple), sa formation. En mai 2004, il revient au sein du Parti Travailliste. ** Une délégation de députés finlandais est en visite dans le pays depuis mercredi 14 février 2006 dans le but de constater "les progrès réalisés en matière de droits de l'Homme et examiner avec les responsables marocains les moyens de raffermir les relations de coopération entre les institutions législatives des 2 pays". ** Le roi Mohamed VI a commémoré le 17e anniversaire de la création de l'Union du Maghreb arabe (UMA).


COTE D'IVOIRE : L'Union européenne a accordé une subvention de 33,2 millions d'euros à la Côte d'Ivoire qui serviront en partie à "des actions de reconstruction des infrastructures", et plus particulièrement "aux opérations qui permettront à l'ensemble de la population d'être correctement identifiée afin de pouvoir bénéficier de documents légaux". Cette aide a été accordée lors de la signature à Abidjan, en marge de l'ouverture de la quatrième réunion mensuelle du Groupe de travail international (GTI), chargé du suivi du processus de paix dans ce pays, d'une convention entre le gouvernement ivoirien, représenté par son Premier ministre Charles Konan Banny, et le chef de la délégation de la Commission européenne en Côte d'Ivoire, Michel Arrion.


La citation du jour : "Mieux vaut se tromper en agissant que de refuser d'agir. La stagnation est pire que la mort, elle est aussi corruption". William Gilmore Simms (1806-1870), poète, romancier et historien américain - Extrait de "Discours"


Fil-Info-France.com


IRAN/NUCLEAIRE : point de presse du porte-parole du Quai d'Orsay  17/02/2006



Q : Avez-vous connaissance de déclarations de l'autorité iranienne à travers son ambassade à Paris, aujourd'hui ? Dans un deuxième temps, pour revenir sur les déclarations du ministre hier concernant un programme dit clandestin et militaire par l'Iran, il y a beaucoup de pays dans la région qui s'inquiètent de ce genre d'appellation. Pouvez-vous nous justifier un peu ces dires du ministre ?


Sur votre première question, je viens à l'instant d'avoir copie du communiqué auquel vous faites allusion et dont je n'ai pas encore eu, bien sûr, le temps de prendre connaissance. Vous comprendrez donc qu'il m'est difficile de faire des commentaires sur ce document.

Sur le second point, comme je vous l'ai dit hier, le ministre a réaffirmé la position de la France sur ce sujet : elle demeure inchangée.

Q: Toutefois, en lisant les précédentes déclarations du ministre et du gouvernement en général, on n'a jamais accusé l'Iran d'agir clandestinement ou au niveau militaire. C'est donc la première fois que l'on utilise ces deux mots


Hier, le ministre a réaffirmé la position de la France sur le sujet. Cette position n'a pas changé.

Q: La position exprimée par le ministre, M. Douste-Blazy, est la même que celle exprimée par le Premier ministre, M. Dominique de Villepin, à Moscou ?


Je vous répète que la position de la France reste inchangée.

Q: La France a demandé à l'Iran des garanties concernant la nature civile de son programme militaire. Alors le ministre a formulé une accusation. Il y a donc quand même eu un changement de ton de la part du ministre


La position de la France exprimée hier par le ministre n'a pas changé. Les activités nucléaires sensibles qui sont menées actuellement en Iran en matière de conversion et d'enrichissement font douter de leur nature pacifique et civile. Ce sont des doutes qui sont partagés par l'AIEA qui les avait exprimés dans plusieurs rapports et qui les a encore exprimés dans sa résolution du 4 février. C'est pour cette raison que nous demandons à l'Iran la suspension de ses activités sensibles.

Q: Avez-vous des réactions à ce qu'a dit M. Laridjani lorsqu'il dit que vous baissez les bras, que vous allez accroître la tension avec l'Iran ?


Nous avions indiqué hier que l'Iran savait quel était le meilleur moyen de rétablir la confiance, en revenant à la suspension pleine et entière des activités de retraitement et d'enrichissement comme la communauté internationale le lui a demandé de façon répétée et unanime.


L'Australie musulmane dans 50 ans, selon un député conservateur  17/02/2006



(Islamiya/Agences) - L'Australie pourrait bien devenir dans cinquante ans un pays musulman, en raison de l'important nombre d'avortements des Australiennes dites "de souche", a déclaré dans la presse de mardi un député conservateur, suscitant l'ire de la communauté islamique.

S'exprimant pour défendre un texte du gouvernement sur le contrôle de la pilule abortive RU486, Danna Vale, député de la majorité conservatrice, a indiqué que "les Australiennes" avortaient presque jusqu'à empêcher le renouvellement des générations.

"J'ai lu dans le Daily Telegraph qu'un certain imam de la mosquée de Lakemba (Sydney) avait en fait indiqué que l'Australie serait un pays musulman dans 50 ans", a déclaré l'élu à la presse.

"A l'époque, je ne l'ai pas cru. Mais quand vous regardez le taux de natalité d'un côté, et de l'autre la pratique de 100.000 avortements par an, et c'est une estimation, presque jusqu'à empêcher le renouvellement des générations. Vous multipliez ça par 50 ans, et c'est potentiellement 5 millions d'Australiens en moins", a-t-il ajouté.

Ces déclarations ont suscité l'indignation de la communauté musulmane. Le président de la Fédération australienne des conseils musulmans, Ameer Ali, a qualifié les propos de Danna Vale "des commentaires les plus racistes jamais entendus".

"Les musulmans sont des êtres humains, ils sont aussi confrontés à la pauvreté et aujourd'hui, ils n'ont plus les moyens d'avoir plus de deux enfants", a-t-il déclaré à la radio ABC.

Islamiya.info


Cuba apporte son soutien au programme nucléaire iranien  17/02/2006


Le président du Parlement cubain a offert jeudi son appui à son homologue iranien dans le conflit international croissant suscité par les activités nucléaires à des fins pacifiques de Téhéran.

"Personne n'a le droit de monopoliser aucune source d'énergie
fondamentale pour l'humanité", a déclaré le président de l'assemblée
nationale cubaine, Ricardo Alarcón, au début d'une rencontre avec le président du Parlement iranien Gholam Ali Haddad Adel.


"Personne n'a le droit dans le monde de monopoliser une source d'énergie et de nier à un peuple l'emploi pacifique de l'énergie nucléaire, a ajouté Alarcón, en référence aux pressions qui sont actuellement exercées à l'encontre de la nation iranienne.


Alarcón a souligné que personne ne peut accepter cette agression d'un État qui a utilisé ces armes contre des populations civiles, comme c'est le cas pour les Etats-Unis.


L'Iran a fait l'objet de harcèlement et de provocation de l'impérialisme, quelque chose de semblable s'était produit avec Cuba durant les 47 dernières années, a t'il souligné.



Pour le président du Parlement cubain, la visite de son collègue iranien traduitl'amitié profonde entre Cuba et l'Iran la considérant comme un outil permettant le renforcement des relations qui unissent les deux pays dans de nombreux domaines.


Alarcón, a souligné les liens solidaires qui unissent Cuba et l'Iran et a rejeté les manoeuvres et les menaces contre ce pays.


Pour sa part, Haddad Adel a déclaré que le peuple iranien respecte énormément le président Fidel Castro et la Révolution cubaine parce que jamais ils n'ont fait de compromis sur leurs principes, ni ont été abusés par
la publicité ennemie.


Il a transmis les salutations chaleureuses et un message d'amitié du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, pour son homologue cubain.

IRNA


Les Parlementaires iraniens et vénézueliens déclarent que les armes nucléaires menacent la paix mondiale  17/02/2006

Les présidents des Parlements iranien et Vénézuélien ont émis un mmuniqué conjoint rendu public à Caracas, où ils manifestent leur opposition à la fabrication, au développement et l'approvisionement en armes nucléaires les qualifant de facteur menaçant la paix et de la sécurité internationale.


Dans ce communiqué, les deux pays soulignent le droit de toutes les nations à utiliser de manière pacifique la technologie nucléaire dans le cadre des normes et les traités internationaux et condamnent l'instrumentale des institutions, des forums et des accords internationaux pour mener à bien des politiques contre des pays indépendants.



Les présidents des parlements respectifs, soulignant leur appui aux libertés fondamentales et aux droits de l'homme ont condamné les pressions et l'ingérence des puissances étrangères dans les affaires interieures des pays poursuivant des objectifs politiques et économiques.



Gholamali Haddad Adel y Nicolá Maduro ont souligné également le souhait des deux pays de renforcer les relations bilaterales et la cooperationn dans tous les domaines avec pour objectif de garantir les intêrets communs.



Les responsables iranien et vénézuélien n'ont pas oublié de mentionner dans ce document la violation des droits du peuple palestinien et ont réitéré la nécessité de poursuivre les mesures entreprises conjointement afin de respecter les idéaux justes du peuple palestinien pour lequelils ont demandé aux organismes internationaux, et notamment à l'ONU de s'efforcer de davantage soutenir les droits légitimes du peuple palestinien.


IRNA


BREVES MONDIALES  17/02/2006

FRANCE : Lors d'une interview jeudi 16 février 2006 sur la chaîne de télévision d'Etat, France 2, le ministre français des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy (photo), a affirmé : "Aucun programme nucléaire civil ne peut expliquer le programme nucléaire iranien : donc c'est un programme nucléaire iranien militaire clandestin". Le ministre a ajouté : "C'est au Conseil de sécurité (NDLR. De l'ONU) de dire ce qu'il entend faire, quels moyens il entend se donner pour arrêter, gérer, terminer cette crise terrible de la prolifération nucléaire, due à l'Iran, de manière unilatéral".


IRAN : Le secrétaire général du Conseil suprême iranien de la sécurité nationale, Ali Larijani, principal négociateur iranien sur la question du programme nucléaire iranien, a réagi, dans un entretien sur la radio d'Etat "France Inter", en direct de Téhéran, aux propos du ministre français des Affaires étrangère : "L'Iran ne veut pas la bombe". Il a ajouté : "J'ai une grande estime" pour le ministre français des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy mais "je regrette de (le) voir faire de telles déclarations. Si j'étais à la place de M. Douste-Blazy, j'aurais peut-être utilisé le poids de la France pour résoudre ce problème".


BELGIQUE : La Belgique est devenue le premier pays dans le monde à interdire les bombes à sous-munitions" (BASM) ou bombes à fragmentation. La Chambre des représentants a en effet approuvé jeudi 16 février 2006 par 112 voix pour, 2 contre et 22 abstentions, une proposition de loi qui interdit la fabrication, le stockage, l'utilisation et le commerce de ces armes. Le Sénat avait donné son feu vert le 7 juillet 2005. Handicap International avait lancé le samedi 8 octobre 2005 dans 36 villes de France la 11e Pyramide de chaussures "pour interdire les bombes à sous-munitions (BASM) et exiger que ces dernières soient, comme les mines antipersonnel, interdites. Les sous-munitions sont de mini-bombes regroupées par dizaines ou par centaines dans des conteneurs de type variable. Disséminées au hasard de leur largage, elles sont susceptibles d’atteindre des zones civiles. 5 à 30 % d’entre elles n’explosent pas au premier impact, se transformant de fait en véritables mines antipersonnel. Au moindre contact, elles mutilent, brûlent grièvement ou tuent. Pourtant, alors que les mines antipersonnel sont interdites, les bombes à sous-munitions sont considérées comme légales ; leur utilisation n’est pas limitée. De nombreux pays, dont la France, continuent de produire, d’utiliser et d’exporter ces armes. Près de 70 Etats stockent des sous-munitions dans leurs arsenaux. A eux seuls, les Etats-Unis en possèdent plus d’1 milliard. Plus de 85 entreprises, dans 34 Etats, ont produit au moins 210 sortes de bombes à sous-munitions. Au moins 59 entreprises continuent à produire et à faire la promotion des systèmes à sous-munitions ou des sous-munitions. La moitié d’entre elles sont basées en Europe et 8 aux Etats-Unis. 34 pays produisent ou ont produit des BASM : Algérie, Angola, Argentine, Australie, Autriche, Azerbaïdjan, Bahreïn, Biélorussie, Belgique, Bosnie Herzégovine, Brésil, Bulgarie, Canada, Chili, Chine, Croatie, Cuba, République Tchèque, Danemark, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Finlande, France, Georgie, Allemagne, Grèce, Hongrie, Inde Indonésie, Iran, Irak, Israël, Italie Japon, Jordanie, Kazakhstan, Corée du Nord, Corée du Sud , Koweït, Libye, Moldavie, Mongolie, Pays-Bas, Nigeria, Norvège, Oman, Pakistan, Pologne, Roumanie, Fédération de Russie, Arabie Saoudite, Serbie et Monténégro, Singapour, Slovaquie, Afrique du Sud, Espagne, Soudan, Suède, Suisse, Syrie, Thaïlande, Turquie, Turkménistan, Ukraine, Emirats Arabes Unis, Royaume-Uni, Etats-Unis, Ouzbékistan, Yémen. 20 pays sont encore pollués par les armes à sous munition : Croatie Bosnie, Serbie-Montenegro, Albanie, Tchétchénie, Tadjikistan, Afghanistan, Liban, Syrie, Irak, Koweit, Arabie Saoudite, Erythrée, Ethiopie, Soudan, Tchad, Sierra Leone, Cambodge, Laos, Vietnam. Plus de détails : Rapport d'Handicap International sur " Les Systèmes d'Armes à Sous-munitions " ; Plus de liens sur les mines antipersonnel


CANADA : Le premier ministre Stephen Harper, a indiqué, au cours d'un entretien téléphonique, jeudi 16 février 2006 avec le Président de l'Autorité Nationale Palestinienne, Mahmoud Abbas, que l'aide canadienne au nouveau gouvernement palestinien dirigé par le Hamas, Mouvement de la Résistance Islamique, grand vainqueur des élections législatives du 25 janvier 2006, sera conditionné au rejet par ce gouvernement de toute forme de violence et à sa reconnaissance de l'Etat d'Israël. En mai 2005, le Canada avait annoncé l'octroi d'une aide de 12 millions de dollars aux Palestiniens.
** Stephen Harper a nommé l'ancien ministre conservateur des Finances, Michael Wilson, pour représenter le Canada aux Etats-Unis.Il remplacera Frank MacKenna qui a remis sa démission au lendemain des élections du 23 janvier 2006. Michael Wilson a notamment contribué à l'élaboration de l'Accord de libre-échange entre le Canada et les Etats-Unis, à l'époque du premier ministre Brian Mulroney en poste du 17 septembre 1984 au 25 juin 1993.


ETATS-UNIS : L'administration Bush a l'intention de réclamer une rallonge budgétaire de 70 millions de dollars au titre de l'année fiscale 2006 pour ''soutenir la démocratie'' en Iran, a annoncé mercredi la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice.
** Le premier ministre de la province de Saskatchewan, Lorne Calvert, a rencontré, mardi 14 février 2006, le vice-président Dick Cheney lors d'une visite à la Maison Blanche. La production pétrolière de cette province, la deuxième province productrice de pétrole au Canada après l'Alberta, était à l'ordre du jour. La Saskatchewan dispose d'importantes réserves d'extraction difficile et qui requièrent des investissements importants. Lorne Calvert souhaite l'investissement du gouvernement américain afin de diminuer sa dépendance au pétrole du Moyen-Orient.


SOUDAN : L'UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l'Enfance) a fait part de son inquiétude à la suite de l'apparition "alarmante" en janvier 2006 d'une épidémie de choléra localisée principalement à Juba où 1 500 cas ont déjà été signalés en moins de 2 semaines. 27 personnes sont déjà mortes. Elle a déjà fait 27 morts. Un quart de million de personnes vivent dans cette région et utilise l'eau non traitée du Nil. La plupart de ces populations est réfugiée et les infrastructures nécessaires pour rendre l'eau potable n'existent pas.


ETHIOPIE : La FAO, Fonds des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, a tiré la sonnette d'alarme dans ce pays touché par la sécheresse qui a entraîné une grave pénurie alimentaire. Un million de personnes est touché. Les régions les plus touchées sont Oromiya et Somali. La FAO estime à 18,5 millions de dollars les besoins immédiats.


BURUNDI : 5 membres des Forces de libération nationale (FNL, dernier mouvement rebelle encore actif) et un soldat de l'armée régulière ont été tués mercredi 15 février 2006 dans des affrontements près de la capitale Bujumbura.


UNION EUROPEENNE : L'Union européenne a décidé mercredi 15 février 2006 d'imposer un embargo sur les importations de boeuf en provenance de certains départements de la province argentine de Corrientes, dans le nord-est du pays, touchée par une épidémie de fièvre aphteuse. L'embargo s'applique à toute la viande provenant de boeufs abattus dans ces zones après le 4 février 2006, date à laquelle la maladie a été détectée. ** Le Parlement européen a approuvé jeudi la directive "Bolkestein" de libéralisation des services par 394 voix contre 215 (et 33 abstentions), après avoir sérieusement amendé la proposition initiale, qui prévoit l'abandon du "principe du pays d'origine". Le texte doit maintenant être transmis à la Commission avant d'être envoyé au Conseil des ministres. La directive reviendra ensuite au Parlement européen pour une seconde lecture. Elle entrera en vigueur 2 ans après son adoption définitive, soit entre 2009 et 2011, selon les spécialistes.


COLOMBIE : Selon le directeur de l'hebdomadaire communiste "Voz", le capitaine Julian Ernesto Guevara, 39 ans, enlevé il y a 7 ans par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) est mort pendant sa détention des suites d'une grave maladie. C'est le onzième otage des FARC à décéder en captivité.


HAITI : La commission électorale a annoncé jeudi 16 février 2006, après un changement de dernière minute du mode de comptabilisation des votes blancs, que René Préval avait gagné l'élection présidentielle du 7 février 2006 avec 51,15 % des voix.


ISRAEL : Lors d'une conférence de presse mercredi 15 février 2006, le Dalaï Lama, qui effectue sa troisième visite en Israël, qui doit durer 5 jours, à l'occasion du centième anniversaire de David Ben Gourion, a déclaré aux journalistes : "Le temps est venu de trouver la voix du dialogue et du respect mutuel. Nous devons tous apprendre à respecter notre prochain. Nous devons discuter les uns avec les autres". La Chine a officiellement protester contre la visite du Dalaï Lama estimant qu'il s'agissait d'une "visite politique" et qu'Israël "lui accordait une audience qu'il ne méritait pas". Le ministère des Affaires étrangères a réagi, indiquant que le chef spirituel du Tibet ne rencontrait aucun représentant officiel au cours de sa visite. Rappelons que la Chine occupe le Tibet depuis 1949. Depuis 55 ans, personne n’a le droit de posséder un portrait du Dalaï Lama, en exil en Inde à Dharamsala, ni d’évoquer ses propos.
** Ahmed Haj Ali, âgé de 66 ans, élu aux élections palestiniennes, a été relâché par les forces de sécurité israéliennes mercredi 15 février 2006, après 5 mois de détention. Les forces de sécurité ont assuré que "cette libération restera un cas isolé". "Israël ne doit pas s'opposer à l'aide humanitaire accordée au peuple palestinien, même après que le Hamas aura investi le gouvernement", ont estimé des représentants du ministère des Affaires étrangères mercredi 15 février, selon une source proche de la réunion. Le porte-parole du bureau du Premier ministre, Raanan Guissin avait émis la possibilité d'isoler totalement Gaza et la Judée-Samarie et de limiter la liberté de passage des Palestiniens.


La citation du jour : "On est en droit de se poser la question de savoir si un parti au pouvoir adopte la même attitude que lorsqu'il n'y est pas." David Ben Gourion (1886- 1973) - Homme politique israélien, de son vrai nom David Gryn, emprunté à un héros de la résistance juive contre les Romains - Années de lutte




Fil-Info-France.com


IRAN/NUCLEAIRE: point de presse du porte-parole du Quay d'Orsay  16/02/2006

Q: La déclaration du ministre des Affaires étrangères qualifiant
pour la première fois le programme nucléaire iranien de "militaire
clandestin" marque-t-elle un durcissement de la position française
vis-à-vis de l'Iran ?


Le ministre des Affaires étrangères n'a fait que rappeler la
position bien connue de la France sur le sujet : nous n'avons jamais refusé à
l'Iran le droit à un programme nucléaire civil et d'avoir des activités
compatibles avec un tel programme. Il se trouve que les activités nucléaires
sensibles menées actuellement en Iran en matière de conversion et
d'enrichissement font douter de leur nature pacifique et civile. Ces doutes
sont d'ailleurs partagés par l'AIEA qui les a exprimés dans plusieurs rapports
et encore récemment dans sa résolution du 4 février. C'est pour cette
raison que nous demandons à l'Iran la suspension de ces activités sensibles.

Q: Ces déclarations reflètent-elles le point de vue de la Troïka ?


La France partage sur ce dossier les inquiétudes de ses
partenaires européens et de la communauté internationale.

Q: L'Iran vient de recommander à la France de ne pas alimenter la
tension. Comment Paris envisage de réduire la tension après les propos du
ministre de ce matin ?


Ainsi que nous l'avons toujours dit, le meilleur moyen de
rétablir la confiance, c'est de revenir à la suspension pleine et entière des
activités de retraitement et d'enrichissement, comme la communauté
internationale le demande à l'Iran unanimement et de façon répétée.

Q: Quelles sont les perspectives pour la rencontre russo-iranienne
à Moscou lundi ?


Comme l'indiquait la déclaration franco-russe sur les questions
nucléaires adoptée le 14 février, et qui portait notamment sur ce sujet,
"la France et la Fédération de Russie sont unies dans leur détermination à
ce qu'une solution soit trouvée aux implications en termes de prolifération du
programme nucléaire iranien".

Nous souhaitons donc que les Iraniens reconsidèrent leur
position sur la proposition russe d'un consortium pour l'enrichissement de
l'uranium localisé en Russie, proposition qui bénéficie d'un large soutien de
la communauté internationale.

Q: Vous évoquez à propos de la déclaration du ministre un rappel
de la position française "bien connue". Or c'est bien la première
fois que Paris qualifie le programme nucléaire iranien de "militaire
clandestin" ? En conséquence, s'agit-il d'un durcissement de l'analyse
française ?


Je vous renvoie à ma première réponse à laquelle je n'ai rien à
ajouter.


« L’Iran pourrait devenir la tombe de l’impérialisme », estime le politologue US James Petras  16/02/2006


Agence Cubaine d'Information

Le politologue états-unien James Petras a auguré à Washington une grave défaite en Iran si la Maison Blanche se hasarde à déclencher contre cette nation une invasion similaire à celle dont l’Irak avait fait l’objet en mars 2003.

« L’Iran peut être le fossoyeur de l’impérialisme », a déclaré James Petras dans un entretien accordé à l’agence Prensa Latina. Il a souligné notamment que Washington ne pourrait pas contrôler ce pays en cas d’invasion.

Le politologue états-unien observe que, dans son discours de la semaine dernière sur l’Etat de l’Union, le président états-unien George W. Bush a utilisé contre la République islamique la même rhétorique qu’en 2003, quand il avait présenté l’Irak comme un danger pour la sécurité nationale des Etats-Unis.

Pour James Petras, l’enlisement des troupes d’occupation en Irak est en train de démontrer que Washington serait incapable de contrôler l’Iran en cas d’invasion et que le prix à payer pour une décision de ce type serait extrêmement lourd.

Il a signalé les pressions que le lobby sioniste exerce sur la Maison Blanche et l’hostilité des militaristes de l’administration Bush, notamment le vice-président Richard Cheney et le chef du Pentagone Donald Rumsfeld, comme les raisons qui déterminent l’actuelle politique de Washington contre l’Iran.



Publicité

Brèves



Commentaires