L’industrie pharmaceutique est la «première source de corruption dans le monde», dénonce un médecin  29/06/2020

L’industrie pharmaceutique est la «première source de corruption dans le monde», dénonce un médecin













Auteur d’un livre sur la gestion de la crise sanitaire, l’infectiologue Christian Perronne a pointé du doigt la corruption de l’industrie pharmaceutique, dans un entretien donné au Nouvel Obs. Le médecin remet également en cause les études publiées dans certaines revues spécialisées.

Christian Perronne, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches s’en est pris à certaines pratiques de l’industrie pharmaceutique, lors d’un entretien avec le Nouvel Obs, le 26 juin.

L’infectiologue était interrogé après la parution de son ouvrage sur la crise du Covid-19, intitulé Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise?.

Le Dr Perronne a en particulier critiqué les «marges faramineuses», faites sur des médicaments «ne coûtant pas grand-chose à fabriquer». Il a également évoqué le monopole de quelques grands groupes sur le secteur.

«L’industrie pharmaceutique s’est beaucoup concentrée ces dernières années. Il n’y a plus que quatre ou cinq très gros groupes qui dominent le monde. Le niveau de corruption a monté de façon fantastique. […] Un rapporteur de l’ONU m’avait confié, voilà quelques années, que l’industrie pharmaceutique est la première source de corruption dans le monde, devant l’industrie du bâtiment», a-t-il déclaré au Nouvel Obs.

Des études «payées par les labos»

Questionné sur le rôle du Conseil scientifique Covid-19 et du Haut Conseil de la Santé publique pendant la crise, Christian Perronne a mis en cause des personnalités qui «touchent des dizaines de milliers d’euros» depuis des années.

Revenant sur la question du lobbying dans la santé, il a affirmé que les déclarations d’intérêt des membres de ces différents conseils n’ont pas été vérifiées. L’infectiologue s’est aussi interrogé sur le rôle des revues scientifiques, dont certaines relaient selon lui des études payées par des laboratoires.

«Certains scientifiques ont fait carrière en publiant dans les plus prestigieuses revues scientifiques, comme "The Lancet", avec des études qui sont en fait payées par les labos. Le rédacteur en chef du "Lancet" l’avait lui-même dénoncé en 2016 mais il est toujours là!», a confié Christian Perronne au Nouvel Obs.

Le médecin a par ailleurs mis en doute les avis négatifs rendus par le Haut Conseil de la Santé publique sur la chloroquine. Avis rendus par le président de l’instance, au lieu d’une commission dédiée, contrairement à la procédure habituelle, explique Christian Perronne à la même publication.

https://fr.sputniknews.com/france/202006291044024825-lindustrie-pharmaceutique-est-la-premiere-source-de-corruption-dans-le-monde-denonce-un-medecin/
Farid Merrad

Un Gilet jaune mutilé par une grenade GLI-F4 à Bordeaux élu au conseil municipal de la ville  29/06/2020

Un Gilet jaune mutilé par une grenade GLI-F4 à Bordeaux élu au conseil municipal de la ville













Antoine Boudinet, Gilet jaune qui a eu une main arrachée par une grenade GLI-F4 lancée par les forces de l’ordre à Bordeaux le 8 décembre 2018, intègre la mairie de la ville. Présent sur la liste de Philippe Poutou, il sera l’un des trois conseillers municipaux de la liste «Bordeaux en Luttes».

Un an et demi après avoir perdu une main à la suite du jet d’une grenade GLI-F4 à Bordeaux, le Gilet jaune Antoine Boudinet a été élu conseiller municipal de la ville.

Une élection qui intervient à l’issue du second tour des municipales remporté à Bordeaux par l’écologiste Pierre Hurmic.


Figure emblématique des Gilets jaunes, Antoine Boudinet faisait partie de la liste «Bordeaux en Luttes» mené par Philippe Poutou. Celle-ci rassemblait le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), La France insoumise (LFI) et un collectif citoyen. «Bordeaux en Luttes» a récolté 9,39% des suffrages et trois sièges au conseil municipal, dont l’un sera occupé par Antoine Boudinet.
Mutilation lors de l’acte 13

Antoine Boudinet, alors âgé de 27 ans, a eu une main arrachée par une grenade GLI-F4 lancée par les forces de l’ordre lors de l’acte 13 du mouvement des Gilets jaunes le 8 décembre à Bordeaux. Il a alors porté plainte pour «mutilation volontaire», mais l’affaire a été classée sans suite.

À la suite de cet accident, Antoine Boudinet est devenu l’une des figures du mouvement. Membre du collectif «Mutilé pour l’exemple», il se bat pour l’interdiction des grenades GLI F4 et du LBD40.

https://fr.sputniknews.com/france/202006291044024718-un-gilet-jaune-mutile-par-une-grenade-gli-f4-a-bordeaux-elu-au-conseil-municipal-de-la-ville/

Le nouveau maire de Bordeaux veut alerter les citoyens sur les «dangers» de la 5G  29/06/2020

Le nouveau maire de Bordeaux veut alerter les citoyens sur les «dangers» de la 5G





























Les habitants de Bordeaux doivent être informés des dangers de la 5G pour qu’ils ne découvrent pas un jour que leur territoire est couvert par des antennes, a indiqué le nouveau maire écologiste Pierre Humric, invité sur RTL.

Alors que de nombreuses dégradations d’antennes 5G ont été recensées en France depuis 2019, le nouveau maire écologiste de Bordeaux Pierre Hurmic s’est dit favorable à une discussion avec les habitants sur l’installation de cette technologie.

Interrogé par une journaliste de RTL à propos de son éventuelle appartenance aux écologistes qui s’opposent à la 5G, l’édile a exprimé son souhait de «poser ce débat», parce qu’il «trouve inadmissible qu’on puisse l’imposer sans expliquer et discuter, sans voir ce que sont les aspirations des habitants».

Mettre en garde contre les «dangers»

Répondant à une question sur le danger de la 5G, M.Hurmic a déclaré qu’il était nécessaire de les informer sur les dangers de cette innovation pour qu’ils «n’apprennent pas du jour au lendemain que leur territoire est couvert par la 5G».

Et d’ajouter: «ce ne sera pas le fait du prince comme certains veulent l’imposer».

À l’issue du second tour des municipales à Bordeaux, le candidat d’Europe écologie-Les Verts est arrivé en tête devant le maire sortant LR Nicolas Florian, après 75 ans de gouvernance de droite.

https://fr.sputniknews.com/france/202006291044024947-le-nouveau-maire-de-bordeaux-veut-alerter-les-citoyens-sur-les-dangers-de-la-5g/

Six policiers du 93 interpellés dans le cadre d’une enquête pour séquestration  29/06/2020

Six policiers du 93 interpellés dans le cadre d’une enquête pour séquestration













Des membres de la Compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) de Seine-Saint-Denis et six policiers, qui étaient visés par une enquête pour transport de faux en écriture publique et usage de stupéfiants, ainsi que pour vol et séquestration, ont été arrêtés ce lundi 29 juin à leur domicile, informe BFM TV.

Interpellés chez eux ce lundi 29 juin, six policiers faisaient l'objet d'une enquête pour vol, séquestration, transport et usage de stupéfiants ainsi que de faux en écriture publique, fait savoir BFM TV.

Ces membres de la Compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) de Seine-Saint-Denis ont été placés en garde à vue dans les locaux de l'IGPN.

L’enquête pour transport de stupéfiants et faux en écriture dont ils ont fait l’objet remonte à 2019, selon BFM TV qui se réfère à ses propres sources. C’est la crise sanitaire qui a repoussé les interpellations qui étaient prévues à l’origine au printemps.
Des sanctions considérées

Tandis que des poursuites pénales visent ces fonctionnaires, la préfecture n’exclut pas d’autres sanctions.

«Si des comportements fautifs étaient susceptibles de se confirmer, ils appelleraient des sanctions», a déclaré la Préfecture, citée par BFM TV.

En outre, selon la réflexion du préfet partagée par la chaîne d’informations, la réorganisation des unités de police de la CSI en question est considérée.

https://fr.sputniknews.com/france/202006291044025671-six-policiers-du-93-interpelles-dans-le-cadre-dune-enquete-pour-sequestration/

Le nouveau maire de Goussainville est-il fiché S?  29/06/2020

Le nouveau maire de Goussainville est-il fiché S?














S’étant présenté sans étiquette, Abdelaziz Hamida a été élu nouvel édile de Goussainville lors du second tour des municipales, dimanche 28 juin. Après sa victoire, il a de nouveau dénoncé comme étant sans fondement les informations de L’Express selon lesquelles il faisait objet d’une fiche S pour islamisme radical.

Abdelaziz Hamida, que L’Express a soupçonné en septembre 2019 d'être fiché S pour islamisme radical, a remporté dimanche 28 juin le second tour des municipales à Goussainville.

L’hebdomadaire avait alors écrit que M.Hamida avait éveillé l'attention des services de renseignement en étant proche du mouvement fondamentaliste Tabligh, organisation responsable du départ de plusieurs jeunes Français pour la Syrie et l'Irak en 2014-2015.

Face à ses accusations qu’il a qualifiées, suite à la parution de l’article, de «mensongères», Hamida a saisi la justice et le ministre de l'Intérieur afin que «toute la lumière soit faite sur cette sombre affaire».
Le nouveau maire commente l’affaire

S’exprimant à l’issue de sa victoire pour la chaîne ViàGrandParis, M.Hamida a rappelé que l’affaire était devant la justice, à laquelle il faisait «entièrement confiance» et qu’elle serait jugée en septembre 2020.

«Je pense qu’il n’y a aucun fondement, c’est clair», a-t-il ajouté commentant les affirmations de L’Express.

Abdelaziz Hamida a obtenu 38,58% des votes et ainsi a battu le maire sortant Alain Louis (32,85%) et l’ex-maire Élisabeth Hermanville (28,56%).

https://fr.sputniknews.com/france/202006291044024586-le-nouveau-maire-de-goussainville-est-il-fiche-s/

Vague verte : alors qu'EELV s'impose dans les villes, Macron veut apporter des «réponses fortes»  29/06/2020

Vague verte : alors qu'EELV s'impose dans les villes, Macron veut apporter des «réponses fortes»
























Après la belle performance des listes EELV lors des élections municipales, la tendance politique verte s'impose. Emmanuel Macron entend apporter des «réponses fortes» et «à la hauteur des enjeux et des attentes» écologiques des Français.

Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Poitiers, Besançon... les Verts ont remporté de nombreuses grandes villes aux élections municipales le 28 juin, franchissant une étape décisive en vue de la prochaine élection présidentielle.

Les candidats EELV ont su faire déferler jusqu'en haut des perrons des mairies la «vague verte» esquissée le 15 mars lors du premier tour et ce malgré la longue parenthèse de l'épidémie de coronavirus.

Les écologistes se présentaient certes avec ambition aux élections municipales après des européennes de 2019 réussies mais, selon les informations de l'AFP, peu de cadres évoquaient en privé une déferlante de pareille ampleur. Finalement, ils remportent plusieurs des plus grandes villes du pays.

A Lyon en premier lieu, EELV gagne avec des candidats peu connus : Grégory Doucet remporte une nette victoire avec plus de 50% des voix selon plusieurs instituts. A la métropole, Bruno Bernard a revendiqué sa victoire sur l'alliance entre Gérard Collomb et Les Républicains.

A Marseille, Michèle Rubirola relègue l'héritière du sortant Jean-Claude Gaudin environ 10 points derrière elle, même si Martine Vassal (LR) renvoie au «troisième tour» du 3 juin lors du Conseil municipal.

Bordeaux, qui avait élu des maires marqués à droite dès le premier tour pendant 73 ans, a aussi connu un grand changement : Pierre Hurmic (45-47%) battant le successeur d'Alain Juppé, Nicolas Florian.

A Strasbourg, l'écologiste Jeanne Barseghian a gagné la course avec huit points d'avance sur son concurrent.

A Grenoble, Eric Piolle a annoncé sa réélection avec plus de 50% des voix. Et les écologistes peuvent également se targuer de victoires à Besançon, Poitiers, Tours, Annecy, et même en Ile-de-France à Colombes, où s'est rendu Yannick Jadot, député européen et ex-tête de liste EELV aux européennes.

Le parti vert n'a pas su maintenir la bonne dynamique du premier tour à Toulouse et a perdu la ville au maire sortant, Jean-Luc Moudenc. De même à Lille, la liste de Martine Aubry s'est maintenue malgré la percée du candidat Stéphane Baly.

Les alliances avec les partenaires de gauche ont grandement contribué à ces succès dans les urnes, selon l'AFP qui note des partenariats de poids avec le PS, le PCF, LFI et Génération·s dans certaines villes.

Si la performance d'EELV est beaucoup moins bonne en dehors des grandes villes, comme le souligne Emeric Bréhier, directeur de l'Observatoire de la vie politique à la Fondation Jean-Jaurès, auprès de l'AFP, les élections municipales auront en tout cas fait d'EELV une force incontournable à gauche en vue des prochaines élections, notamment de la prochaine présidentielle.

Emmanuel Macron a-t-il saisi ce vent du changement ? Avant de se rendre à Berlin à l'aube de la présidence allemande de l'Union européenne, le président français de la République reçoit ce 29 juin à l'Elysée les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC), au lendemain de cette déferlante verte. Selon l'AFP, il entend apporter des «réponses fortes» et «à la hauteur des enjeux et des attentes» écologiques des Français... Faudra-t-il s'attendre à voir des personnalités écolo-compatible entrer au gouvernement lors d'un prochain remaniement ?

https://francais.rt.com/france/76416-vague-verte-alors-queelv-simpose-dans-les-villes




Le projet israélien d'annexion est "illégal", selon Bachelet  29/06/2020

Le projet israélien d'annexion est "illégal", selon Bachelet




























La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a dénoncé l'illégalité du projet israélien d'annexion de la Cisjordanie, en soulignant que ses "ondes de choc dureront des décennies". "L'annexion est illégale. Point final", a affirmé Michelle Bachelet dans une déclaration écrite. "Toute annexion. Qu'il s'agisse de 30% de la Cisjordanie ou de 5%".

https://www.lorientlejour.com/article/1223882/le-projet-israelien-dannexion-est-illegal-selon-bachelet.html

La Palestine dément les informations relayées par des médias israéliens sur un dialogue avec les Etats-Unis  29/06/2020

La Palestine dément les informations relayées par des médias israéliens sur un dialogue avec les Etats-Unis













La Palestine a nié dimanche tout contact avec les Etats-Unis, à la suite des informations relayées par des médias israéliens faisant état d'un dialogue palestino-américain sur le plan de paix du président américain Donald Trump pour le Moyen-Orient.

Nabil Abu Rudeineh, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, a déclaré que la position de la Palestine n'avait pas changé concernant la rupture des liens avec l'administration américaine actuelle et le gouvernement israélien.

Selon un communiqué publié par l'agence de presse officielle palestinienne WAFA, M. Abu Rudeineh a réitéré la décision des dirigeants palestiniens contre l'annexion israélienne, affirmant que tous les plans pour imposer cette annexion en une fois ou en plusieurs phases était "une question de principe".

"Tout dialogue doit être basé sur les résolutions de l'ONU, l'Initiative de paix arabe et le plan de paix proposé par le président Mahmoud Abbas devant le Conseil de sécurité des Nations Unies et sur la base du principe de la solution à deux Etats mettant fin à l'occupation israélienne et permettant l'établissement d'un Etat indépendant de Palestine dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale", a affirmé le porte-paroel.

"Israël devra assumer son entière responsabilité en tant que puissance occupante s'il poursuit son annexion", a-t-il dit, cité par le communiqué.

Samedi soir, la radio publique israélienne a rapporté que Mahmoud Abbas avait refusé un appel téléphonique du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo au sujet du plan d'annexion prévu et que des responsables américains avaient rencontré secrètement des responsables palestiniens dans le but d'organiser un canal de dialogue entre les dirigeants palestiniens et la Maison Blanche.

Cependant, aucune percée n'a été signalée.

Le gouvernement israélien prévoit d'annexer plus de 30% de la Cisjordanie, notamment la vallée du Jourdain. Le plan prévoit également d'imposer la souveraineté sur plusieurs colonies israéliennes sur le territoire.

La tension entre les deux parties est montée après que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou eut annoncé que son plan d'annexion serait mis en œuvre le 1er juillet.

http://french.xinhuanet.com/2020-06/29/c_139173659.htm

9 morts suite à un raid israélien sur la Syrie  29/06/2020

9 morts suite à un raid israélien sur la Syrie























L’Observatoire syrien des droits de l’homme a rapporté que 9 syriens sont morts ce dimanche suite à un raid aérien sur un site militaire au nord de la Syrie.

L’Observatoire a précisé que des avions, fort probablement israéliens, ont visé un site à Rif Madinat al-Boukamal sur les frontières irakiennes, faisant neuf morts. Il s’agit du deuxième raid, ce qui élève le nombre de morts à 15 personnes dans ces dernières 24 heures.

La même source a ajuté que les morts sont de plusieurs nationalités et que le nombre de victimes pourrait grimper surtout que la situation de certains blessés est grave.

Ces raids interviennent après des raids israéliens sur le sud et le nord de la Syrie tuant deux soldats syriens et cinq autres personnes mardi dernier.


https://french.palinfo.com/57586
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Tags racistes sur des photos d’athlètes sur les grilles de l’Insep – images  29/06/2020

Tags racistes sur des photos d’athlètes sur les grilles de l’Insep – images













La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a qualifié d’«ignobles et lâches» les dégradations de trois photos de sportifs français devant l’Insep. Le directeur général de l'institution, Ghani Yalouz, a déclaré qu’il allait porter plainte.

Des insultes à caractère raciste ont été découverts dimanche 28 juin sur trois photos d'athlètes français qui ornent la clôture entourant l'Insep à Paris, a annoncé dans un communiqué l'institut formant les sportifs de haut niveau.

«Ce matin, ont été découvertes des insultes racistes sur les photos d'athlètes des Jeux de Rio, disposées sur les grilles extérieures de l'Insep au cœur du bois de Vincennes. L'établissement public, qui a fait immédiatement constater cet outrage, condamne fermement ces actes et déposera plainte auprès des services de police», a fustigé dans un communiqué Ghani Yalouz, le directeur général de l'Insep.



Parmi les photos vandalisées, il y a notamment celle du judoka Teddy Riner et celle de l'athlète Dimitri Bascou.


La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a qualifié ces actes d’«ignobles et lâches».



https://fr.sputniknews.com/france/202006281044019333-tags-racistes-sur-des-photos-dathletes-sur-les-grilles-de-linsep--images/

Municipales : un scrutin marqué par un taux d'abstention record, aux alentours de 60%  28/06/2020

Municipales : un scrutin marqué par un taux d'abstention record, aux alentours de 60%
























Sans conteste, l'un des principaux enseignements à retirer de ce second tour des élections municipales concerne le taux de participation, historiquement bas : il émarge à peine à 40%, selon les dernières estimations.

La participation au second tour des élections municipales, qui s'est déroulé ce 28 juin, est historiquement basse, trois mois après le premier tour, dans un contexte marqué par la crise sanitaire. Selon les estimations, la participation finale à 20h devrait s'inscrire entre 40% et 41%.

Le président français Emmanuel Macron a, en conséquence, déclaré être «préoccupé par le faible taux de participation» aux municipales, a fait savoir l'Elysée, cité par l'AFP.

De son côté, le ministère de l'Intérieur avait fait état d'un taux de participation à 17h de 34,67%, soit 4 points en dessous de ce qu'elle était à la même heure le 15 mars (38,77%), mais aussi près de 18 points en dessous de celle du second tour des municipales de 2014 (52,36%), et près de 20 points de moins par rapport à 2008 (54,45%).


Pas moins de 16,5 millions d'électeurs étaient appelés à voter ce 28 juin dans les 4 820 communes françaises (15% des communes) nécessitant un second tour des élections municipales.

Même si de nombreux candidats demeurent en ballottage dans quelques-unes des plus grandes villes telles que Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Montpellier, Strasbourg ou encore Lille, les électeurs ne se sont pas pressés dans les bureaux de vote, après une campagne globalement limitées aux réseaux sociaux et aux médias.

Philippe Pascot, essayiste, ancien maire-adjoint de Manuel Valls à Evry (Essonne), et Alexis Poulin, cofondateur du Monde Moderne, ont réagit pour RT France aux premiers résultats du second tour des élections municipales. «C'est un simulacre de fou. On n'est même plus dans une démocratie. Comment ces gens-là peuvent dire qu'ils ont été élus démocratiquement avec quasiment un électeur sur 10 ?», s'est indigné l'essayiste. Et de lancer : «C'est juste un simulacre de vote pour asseoir des barons locaux dans des endroits où ils font du clientélisme.»



Alexis Poulin a quant à lui estimé que «la 5e République touch[ait] à sa fin». «C'est un simulacre de démocratie. Le premier tour l'a été, le deuxième l'est encore plus», a-t-il ajouté avant d'annoncer que les conditions dans lesquelles les municipales se sont tenues faussent les résultats



«On ne peut pas se contenter de ce théâtre», selon Alexis Poulin :



https://francais.rt.com/france/76379-municipales-scrutin-marque-par-abstention-record-alentours-60


Des milliers de participants à des rassemblements LGBT en Israël  28/06/2020

Des milliers de participants à des rassemblements LGBT en Israël





























Des milliers de personnes portant des masques ont participé dimanche soir à plusieurs rassemblements LGBT en Israël, où le nombre de malades de l'épidémie de Covid-19 est reparti à la hausse après le déconfinement.

En raison des règles sanitaires, la police israélienne a limité le nombre de participants dans chacun des rassemblements, et les traditionnelles marches ont été interdites.

A Tel-Aviv, les participants se sont réunis sur la place Rabin pour un concert de vedettes de la musique locale dont une ancienne gagnante de l'Eurovision, la chanteuse transgenre Dana International.

La police avait mobilisé des forces importantes notamment à Jérusalem, où un juif ultra-orthodoxe s'en était pris en 2015 à des participants de la Gay Pride.

Le 30 juillet 2015, Shira Banki, une adolescente avait été tuée, poignardée par Yishaï Shlissel. Six autres personnes avaient été blessées.

Dimanche, la police a interpellé 27 personnes avant le début du rassemblement à Jérusalem "afin d'éviter tout incident", selon un porte-parole de la police.

Plusieurs centaines de personnes ont observé une minute de silence à la mémoire de Shira Banki et "de toutes les victimes de l'homophobie".

Des rassemblements se sont tenus également dans les villes de Haïfa (nord) et Beersheva (sud), ces évènements se tenant sous le titre commun "La révolution n'est pas achevée".

La date du 28 juin avait été choisie pour marquer le 50e anniversaire de la première Gay Pride qui s'est tenue en juin 1970 à New-York.

Les participants aux différents rassemblements de dimanche portaient des masques, dont le port est obligatoire dans les lieux publics. Plus de 2.000 amendes ont été distribuées ces derniers jours dans le pays à ceux qui ne respectaient pas la consigne.

Jusqu'à récemment, Israël se vantait de sa gestion de la pandémie avec moins de 20.000 malades et 300 morts pour neuf millions d'habitants, soit un faible ratio de décès comparé à des pays d'Europe et d'Amérique.

Mais, au fur et à mesure du déconfinement, le nombre de contaminés est reparti à la hausse.

Six députés ouvertement homosexuels siègent au Parlement, un record pour un pays considéré comme l'un des pionniers en matière de droits LGBT mais où l'homosexualité reste un tabou dans les milieux religieux.

A Jérusalem, sainte pour les juifs, les musulmans et les chrétiens, la communauté homosexuelle a toutefois plus de mal à être acceptée qu'à Tel-Aviv.


Arrestations israéliennes en Cisjordanie et Jérusalem  28/06/2020

Arrestations israéliennes en Cisjordanie et Jérusalem























Les forces d’occupation israéliennes poursuivent quotidiennement leurs raids et arrestations dans diverses régions de Cisjordanie et de Jérusalem occupée.

Dans Jérusalem occupée, les forces d’occupation israéliennes ont arrêté dimanche à l’aube les deux jeunes hommes Bilal Abu al-Zaki et Al-Qassam Halabia de la ville d’Abou Dis, à l’est de Jérusalem, après avoir perquisitionné leurs maisons et falsifié leur contenu.

Dans un contexte connexe, la ville d’Issawiya, à Jérusalem occupée, a été le théâtre hier soir de violents affrontements entre jeunes et forces d’occupation, au cours desquels des jeunes ont tiré des cocktails Molotov, les affrontements ont eu lieu dans le quartier d’Obeid, qui marque le premier anniversaire du martyre Mohammed Obeid.

À Bethléem, les forces d'occupation israéliennes ont arrêté un jeune homme du camp d'Aida, au nord de Bethléem, et ont convoqué deux autres, au milieu d'affrontements entre les jeunes et les soldats de l'occupation.

Les forces d’occupation ont arrêté le jeune Ahmad Muhammad Hammad, après une descente et une perquisition dans la maison de sa famille dans le camp d’Aida, au nord de Bethléem.

Dans la ville de Tuqu 'al-Sharqi, les forces d'occupation ont convoqué les deux jeunes, Ali Yusef Jabreen, 25 ans, et Ahmed Sabah.


L'occupation expulse un jérusalemite de la mosquée Al aqsa pendant une semaine

Samedi soir, la police d'occupation israélienne a pris la décision de retirer un citoyen de Jérusalem de la mosquée Al-Aqsa, pour une semaine.

Selon des sources locales, les forces d’occupation israéliennes ont arrêté Youssef Mekmar hier soir, après avoir quitté la mosquée al-Aqsa, et l’ont emmené au centre d’interrogatoire de « Bab al-Asbat », puis au centre d’Al-Qishleh à l’ouest de Jérusalem où il a été interrogé pendant sept heures.

Les forces d’occupation ont libéré Mekmar à condition qu’il soit éloigné de la mosquée al-Aqsa pendant une semaine, et se rende à l'enquête dimanche prochain pour recevoir une autre mesure d’expulsion pendant plusieurs mois.

Les forces d’occupation poursuivent leur politique d'harcèlement contre les habitants de la ville occupée de Jérusalem en expulsant les fidèles loin de la mosquée Al-Aqsa et de la ville.

Des dizaines de colons prennent d'assaut Al-Aqsa

Des dizaines de colons ont pris d’assaut dimanche les cours de la mosquée Al-Aqsa, sous la protection de la police d’occupation israélienne.

Selon des sources locales, 87 colons, dont 30 étudiants d’instituts religieux, ont pris d’assaut la mosquée Al-Aqsa ce matin.

Les sources ont indiqué que les incursions ont eu lieu sous la protection de la police d’occupation, dans la zone orientale de la mosquée Al-Aqsa, et ont commencé à la porte des Maghrébins.

Les sources ont souligné que les colons ont pris d’assaut les cours de la mosquée, tandis que la police d’occupation a évacué la zone orientale des fidèles stationnés dans la mosquée.

Dans un contexte connexe, des groupes de Palestiniens à l’intérieur des territoires occupés en 1948 ont continué à conduire des « convois », qui partent de différentes villes, vers la mosquée Al-Aqsa pour la prière , dans le cadre de mesures visant à faire face aux incursions répétées des colons.

https://french.palinfo.com/57582
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information
https://french.palinfo.com/57581
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information
https://french.palinfo.com/57579
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Des professeurs dénoncent des falsifications pour augmenter les résultats du bac 2020  28/06/2020

Des professeurs dénoncent des falsifications pour augmenter les résultats du bac 2020

























Des enseignants ont dénoncé des consignes données pour augmenter artificiellement les moyennes de candidats au bac 2020. Celui-ci reposant, coronavirus oblige, sur un contrôle continu aux règles déjà exceptionnellement favorables.

France inter révèle dans une enquête publiée le 26 juin que des professeurs ont été contraints, en plus des règles exceptionnelles de notation du contrôle continu des candidats au bac 2020, de se livrer à des manipulations douteuses pour augmenter le nombre de lauréats à l'examen.

Interrogée, une enseignante a ainsi révélé que le proviseur du lycée où elle officie «a demandé de créer de faux devoirs [d'élèves, Ndlr.], ou pour ceux qui avaient des notes pour le 3e trimestre, de les inclure dans le 2e trimestre, pour voir si ça arrangeait les élèves ou non». L'objectif avoué, selon elle, était de permettre qu'«un maximum d’élèves qui puissent avoir leur bac». Cette dernière a par ailleurs dénoncé l'«illégalité» du procédé. Selon cette même source, le but serait d'éviter qu'un trop grand nombre de redoublants vienne gonfler les rangs des élèves de terminale lors de la prochaine année scolaire.

Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du syndicat d'enseignants Snes, a déclaré auprès de la radio de service public que son organisation avait eu vent «de ce type de bricolage», destiné à «augmenter la note du contrôle continu», notamment du deuxième trimestre.

Cette année, rappelle par ailleurs France inter, le baccalauréat repose uniquement sur la moyenne des élèves en contrôle continu des deux premiers trimestres de l'année scolaire. Les épreuves finales de cet examen ont en effet été annulées au profit du seul contrôle continu en avril en raison de la crise du coronavirus.

En plus de cette particularité, le ministère de l’Education nationale a donné des consignes pour que les moyennes soient arrondies à l'unité supérieure, rappelle la radio, ce qui ne manquera pas d'éviter à nombre d'élèves d'aller au rattrapage.

https://francais.rt.com/france/76376-professeurs-denoncent-falsifications-pour-augmenter-resultats-bac-2020

Barrage sur le Nil L’Ethiopie maintient son calendrier et l’UA s’implique  28/06/2020

Barrage sur le Nil L’Ethiopie maintient son calendrier et l’UA s’implique

































L’Egypte, qui considère ce projet comme une menace «existentielle», a appelé le Conseil de sécurité à intervenir. Une nouvelle réunion doit avoir lieu demain. Vendredi, les dirigeants des trois pays se sont entretenus, lors d’une visioconférence, présidée par le chef de l’Etat sud-africain Cyril Ramaphosa, président en exercice de l’UA.

L'Ethiopie a indiqué, hier, qu'elle entendait commencer à remplir le réservoir de son gigantesque barrage sur le Nil «dans les deux prochaines semaines», tout en s'engageant à essayer de conclure un accord définitif avec l'Egypte et le Soudan pendant cette période, sous l'égide de l'Union africaine. Le communiqué publié hier matin par le bureau du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed vient contredire en partie les déclarations vendredi soir des dirigeants égyptien et soudanais assurant que l'Ethiopie avait accepté de surseoir à la mise en eau de son barrage jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé.

Le Grand barrage de la Renaissance (Gerd), qui doit devenir le plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique, avec une capacité de production de plus de 6.000 mégawatts, est source de vives tensions régionales. Si l'Ethiopie voit le barrage de 145 mètres de haut comme essentiel à son développement et à son électrification, le Soudan et l'Egypte craignent qu'il ne restreigne leur accès à l'eau. L'Egypte, qui considère ce projet comme une menace «existentielle», a appelé la semaine dernière le Conseil de sécurité à intervenir. Une nouvelle réunion du Conseil doit avoir lieu demain.

Vendredi, les dirigeants des trois pays se sont entretenus lors d'une visio conférence organisée et présidée par le chef de l'Etat sud-africain Cyril Ramaphosa, président en exercice de l'Union africaine. Dans la soirée, les services du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi faisaient état d'un «accord final légalement contraignant et visant à prévenir toute action unilatérale, y compris la mise en eau du barrage». Même tonalité du côté de Khartoum, où selon le Premier ministre Abdallah Hamdok, il a été «convenu que la mise en eau du barrage serait reportée jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé».
Mais dans un communiqué hier matin, Addis Abeba ne mentionne pas de report en tant que tel et semble s'en tenir à son calendrier tout en se disant prêt à poursuivre les discussions en vue d'un accord définitif.

«L'Ethiopie a prévu de commencer à remplir le Gerd d'ici deux semaines, pendant lesquelles les travaux de construction se poursuivront. C'est au cours de cette période que les trois pays se sont accordés à trouver un accord final sur les quelques questions encore en suspens», indique le communiqué éthiopien. Des discussions tripartites sur la mise en service et la gestion du barrage avaient repris plus tôt en juin, les principaux points achoppement demeurant le fonctionnement de l'installation en période de sécheresse et les mécanismes de résolution des éventuels différends.

L'Ethiopie s'est montrée réticente à l'implication de parties tierces dans le processus, notamment après la tentative de médiation de l'administration américaine, à la demande de l'Egypte, qui s'est soldée en février par un échec, Addis Abeba accusant notamment les Etats-Unis de favoriser l'Egypte. Le gouvernement d'Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, a également critiqué l'Egypte pour avoir détaillé ses griefs dans une lettre transmise en mai au Conseil de sécurité des Nations unies, une démarche qualifiée de tentative «d'exercer des pressions diplomatiques externes». Dans son communiqué, hier, Addis Abeba s'est félicité de l'implication de l'Union africaine dans le dossier, réaffirmant que «les questions africaines doivent trouver des solutions africaines».

Vendredi, les autorités soudanaises ont précisé que les comités techniques des trois pays tenteraient de trouver un accord définitif dans les deux semaines. «La reprise des discussions techniques tripartites sur le remplissage et les règles de gestion du Gerd, ainsi que l'implication de l'Union africaine, sont des développements plus que bienvenus», a estimé William Davison, de l'organisation de prévention des conflits International Crisis Group. Le chercheur a estimé «opportun que l'UA facilite désormais les discussions» et ajouté que les Nations unies ne devraient prendre le relais qu'en dernier recours.

Le Nil, qui coule sur quelque 6.000 km, est une source d'approvisionnement en eau et en électricité essentielle pour une dizaine de pays d'Afrique de l'Est. L'Egypte tire 97% de ses besoins en eau de ce fleuve.

https://www.lexpressiondz.com/internationale/l-ethiopie-maintient-son-calendrier-et-l-ua-s-implique-331920

La tension monte à Paris: entre gaz lacrymogènes et projectiles lors d'une soiréé Projet X  28/06/2020

La tension monte à Paris: entre gaz lacrymogènes et projectiles lors d'une soiréé Projet X














Des affrontements ont éclaté entre des jeunes participant à une fête Projet X, venus en nombre sur l'esplanade des Invalides, et les forces de l'ordre.

Des centaines de jeunes se sont rassemblés sur l'esplanade des Invalides à Paris dans la nuit du 27 au 28 juin à la suite d'un appel sur les réseaux sociaux à une soirée Projet X. Des feux d'artifice ont été tirés au milieu de ce mouvement de foule aux environs de minuit alors que de nouveaux participants continuaient à affluer.



La fête a pourtant vite dégénéré, des jets de projectiles ont été suivis par des tirs de gaz lacrymogènes. Des véhicules des forces de l'ordre ont été déployés dans les alentours et ont été touchés eux aussi par des projectiles, constatent des témoins.



Des images captées lors de cette «fête géante» ont été largement diffusées par la suite sur les réseaux sociaux.

https://fr.sputniknews.com/france/202006281044017098-la-tension-monte-a-paris-entre-gaz-lacrymogene-et-projectiles-lors-soiree-projet-x/

Al-Jihad et le Hamas incitent au combat de terrain pour lutter contre les projets d'annexion  28/06/2020

Al-Jihad et le Hamas incitent au combat de terrain pour lutter contre les projets d'annexion






















Les mouvements du Hamas et d’al-Jihad ont assuré dans un communiqué collégial que la résistance est prête à contrer les agressions sionistes et qu’ils ont haussé le niveau de coordination entre les forces de la résistance pour contrer les projets israéliens qui visent le peuple palestinien, sa terre et ses lieux sacrés.

Lors d’une réunion ce samedi matin dans la bande de Gaza, les deux mouvements de la résistance ont discuté un nombre de sujets dont les dernières évolutions dans la ville d’al-Quds et en Cisjordanie, les conditions des détenus dans les prisons d’occupation, le siège imposé à la bande de Gaza et les exécutions des palestiniens civils sur les barrages de l’armée israélienne.

Les deux mouvements ont assuré qu’ils accordent tout leur soutien aux manifestations populaires en Cisjordanie, à al-Quds et dans les territoires palestiniens occupés en 1948, appelant le peuple palestinien à participer massivement à ces manifestations et à aller au combat de terrain pour arrêter les projets de colonisation et le terrorisme israélien.

Les deux mouvements qui ont exprimé leur solidarité avec cheikh Ikrima Sabri et ses frères les oulémas de la mosquée d’al-Aqsa, ont salué les braves jérusalémites qui veillent sur la mosquée d’al-Aqsa et résistent à défendre la sainte ville d’al-Quds contre les projets de judaïsation et de falsification de l’histoire de la Palestine.

S’arrêtant sur le front interne dans la bande de Gaza, le Hamas et al-Jihad ont souligné la nécessité de serrer les rangs et de mettre en échec toutes les tentatives qui visent la base populaire de la résistance à travers l’isolement de la bande de Gaza pour s’attaquer ensuite à la Cisjordanie par les projets d’annexion, de judaïsation et de colonisation tout en exécutant les citoyens sur les barrages.

Les deux partis ont assuré la profondeur et la spécificité des relations qui les relient, et se sont convenus à développer la coopération entre eux sur les différents niveaux.


https://french.palinfo.com/57577
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

La manif de Zohra Bitan fait un énorme flop  28/06/2020

La manif de Zohra Bitan fait un énorme flop

























Zohra Bitan avait annoncé avec fracas l'organisation d'une manifestation de soutien aux policiers. Le jour venu, c'est un énorme flop, seulement une cinquantaine de personnes (dont peut-être des journalistes et des passants), malgré le prétendu soutien de l'association "femmes des forces de l'ordre en colère".
En bonus, la réaction amusée d'Anasse Kazib.




Algérie : Un ministre renvoyé à cause de sa double nationalité  27/06/2020

Algérie : Un ministre renvoyé à cause de sa double nationalité













Samir Chaâbna, désigné ministre délégué chargé de la communauté nationale à l’étranger lors du dernier remaniement ministériel, mardi 23 juin, ne fait plus partie du gouvernement, annoncent les services du Premier ministre dans un communiqué ce samedi.

M. Chaâbna a refusé de renoncer à la nationalité étrangère qu’il détient, selon la même source.

« Lors des consultations pour la constitution du nouveau gouvernement, Samir Chaâbna a donné son accord pour détenir le portefeuille de ministre délégué chargé de la communauté nationale à l’étranger, sans déclarer qu’il est porteur d’une double nationalité », indique le communiqué du gouvernement.

« Il a été demandé à M. Chaâbna de se conformer aux dispositions de l’article 17-01 définissant les hautes fonctions de l’État pour lesquelles la nationalité algérienne exclusive est exigible, et de renoncer à sa nationalité étrangère. Après son refus de se conformer à ces conditions, et sur décision du président de la République, il a été procédé à l’annulation de la désignation de Samir Chaâbna au poste de ministre délégué chargé de la communauté nationale à l’étranger. De ce fait, Samir Chaâbna ne fait plus partie de la composante du gouvernement actuel », expliquent les services du Premier ministre.

Ancien journaliste de l’ENTV, Samir Chaâbna était également député de l’immigration.

https://www.tsa-algerie.com/samir-chaabna-refuse-de-renoncer-a-sa-nationalite-francaise-il-quitte-le-gouvernement/

Palestine occupée : Des palestiniens blessés lors des affrontements contre les forces d'occupation  27/06/2020

Palestine occupée : Des palestiniens blessés lors des affrontements contre les forces d'occupation
























Deux palestiniens sont blessés ce samedi soir par des balles en caoutchouc alors que six autres ont été asphyxiés par les gaz lacrymogènes lors des affrontements qu’avait connus la région d’Atouf, à al-Aghwar nordique.

Selon Abdallah B’sharat, président du conseil rural du village d’Atouf, les forces israéliennes ont détenus en otage un groupe de citoyens qui voulaient participer à un congrès national dans le village de Bardala. Les palestiniens n’ont pas pu passer par les barrages d’al-Hamra et Tayasir, ce qui a déclenché de violents affrontements à Atouf.

Le Croissant Rouge palestinien a rapporté de son côté que ses équipes ont secouru six citoyens blessés par les gaz lacrymogènes.

Abou Dis : Tirs de gaz lacrymogènes contre des citoyens civils

Les forces d’occupation israéliennes ont tiré d’une manière intense des bombes sonores et lacrymogènes en direction des citoyens de la région de Ras Kabsa dans le village d’Abou Dis au nord d’al-Quds occupée.

Des sources locales ont précisé qu’un grand nombre de citoyens ont été asphyxiés à l’intérieur de leurs maisons au moment où les forces israéliennes mènent des opérations de fouilles dans le village. Des jeunes palestiniens ont contré les envahisseurs par des jets de pierres.

Plusieurs blessés lors de la marche hebdomadaire de Kafr Qaddum

Dix jeunes palestiniens ont été blessés par balles alors que des dizaines d’autres ont été asphyxiés ce vendredi soir, par les bombes lacrymogènes des forces d’occupation israéliennes lors de la marche protestataire hebdomadaire de Kafr Qaddum.

Selon le coordinateur de la résistance populaire à Kafr Qaddum, Mourad Ishtioui, les forces israéliennes ont attaqué la marche pacifique par des tirs de balles réelles et en caoutchouc et des bombes sonores et lacrymogènes. Deux jeunes palestiniens ont été blessés par des éclats de balles alors que huit autres ont été directement touchés par des balles réelles ce qui a nécessité leur transport à l’hôpital.

Ishtioui a ajouté que les soldats israéliens ont pris d’assaut les maisons des citoyens et ont visé avec leurs armes les citoyennes qui se trouvaient sur les toits de leurs maisons.

Les citoyens de Kafr Qaddum protestent contre la politique d’annexion des terres palestiniennes et de colonisation, ils réclament depuis des années l’ouverture d’une rue principale dans la ville qui a été fermée au profit des colons israéliens.

D’autres manifestations ont éclaté cet après-midi à l’entrée nordique et sud de la ville de Qalqilya au moment où les affrontements se renouvelaient du côté du passage nordique où les jeunes palestiniens avaient allumé le feu dans les pneus des voitures et avaient répliqué aux bombes lacrymogènes des soldats d'occupation par le jet de pierres.


https://french.palinfo.com/57575
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information
https://french.palinfo.com/57565
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information
https://french.palinfo.com/57567
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information
https://french.palinfo.com/57486
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

1 2 3 4 5 » ... 3815


Publicité

Brèves



Commentaires