Bourdin demande aux internautes si les médias mentent... et le regrette aussitôt  20/03/2017

Bourdin demande aux internautes si les médias mentent... et le regrette aussitôt











L'animateur de RMC a lancé un sondage en ligne sur Twitter pour savoir si les utilisateurs pensaient que les journalistes étaient des menteurs. Avec 91% de réponses positives et des commentaires salés, l'expérience a tourné au vinaigre.

«Est-ce que les médias nous mentent ? Votez !» Jean-Jacques Bourdin ne s'attendait certainement pas à ce que 91% des utilisateurs de Twitter répondent favorablement à la question qu'il posait, remettant par là massivement en cause la crédibilité de la caste médiatique.

Manipulation, conditionnement, occultation de faits, hiérarchisation arbitraire de l'information... Les griefs contre les médias de masse énumérés par les participants au sondage sont nombreux. Plusieurs personnes ont aussi fait le parallèle entre journalistes et prostituées...

Mais au-delà des critiques générales des médias, Jean-Jacques Bourdin a été personnellement pris à partis par les internautes, parfois de façon véhémente. Il a notamment été accusé de mentir «par omission», ou encore d'être un «manipulateur de masse», lorsqu'il n'a pas été qualifié «d'ordure».

Néanmoins, malgré tous ces griefs, certains internautes ont manifestement appris à démêler eux-mêmes le vrai du faux des informations distillées par les médias.

https://francais.rt.com/france/30604-bourdin-demande-internautes-si-medias-mentent


A 101 ans, le milliardaire David Rockefeller décède dans son sommeil  20/03/2017

A 101 ans, le milliardaire David Rockefeller décède dans son sommeil











L'ancien directeur de la banque d'affaire Chase Manhattan est mort dans son sommeil à l'âge de 101 ans, dans sa maison de Pocantico Hills dans l'Etat de New York, a fait savoir le porte-parole de sa famille.

David Rockefeller est décédé à 101 ans d'une insuffisance cardiaque congestive, a fait savoir Fraser Seitel, porte-parole de la famille.

L'homme d'affaire, qui était à la tête d'une fortune estimée à trois milliards de dollars, avait dirigé la banque Chase Manhattan durant 35 ans jusqu'en 1981.

Dans le communiqué publié par la Fondation Rockefeller confirmant son décès, David Rockefeller est décrit comme «l'un des hommes les plus influents de l'histoire de la philanthropie et de la finance américaine, considéré par beaucoup comme étant "le dernier grand homme d'affaire international des Etats-Unis"».

David Rockefeller était à l'origine de la création du Groupe Bilderberg en 1954, et de la Commission Trilatérale en 1973.

Derrière la figure quelque peu énigmatique du milliardaire, décédé le 19 mars dernier, se cachait un homme d'influence qui côtoya les grands de ce monde et joua même un rôle diplomatique méconnu lors de la révolution iranienne.

Le monde a appris le 20 mars au matin que le milliardaire David Rockefeller était décédé la veille dans son sommeil à l'âge de 101 ans. A la tête d'une fortune estimée à trois milliards de dollars, l'homme d'affaire était devenu une figure du magnat par excellence, dont le nom est passé dans le langage courant au même titre que celui de Rotschild ou Crésus. Sa mort est l'occasion de revenir sur plusieurs faits marquants de sa vie, établis ou supposés, qui ont contribué à forger un certain mythe autour de sa personne.
Une aide discrète au shah d'Iran en exil

Selon plusieurs câbles diplomatiques américains révélés par WikiLeaks, David Rockefeller avait été contacté en mars 1979 par Henry Kissinger, alors secrétaire d'Etat de l'administration Nixon. Le diplomate demandait au milliardaire de l'aider à trouver un lieu pour accueillir Mohammad Reza Pahlavi, le shah d'Iran qui venait d'être destitué par la révolution islamique et qui était alors en fuite avec sa famille.

«Rockefeller a donné son accord pour nous aider à trouver un recours afin de loger le shah et ses proches», indique la note, qui précise qu'il «agira dans la discrétion» pour le compte de la sœur du shah». Les pistes alors évoquées étaient l'Argentine, les Bahamas et le Mexique - ces deux dernières destinations étant finalement retenues. Ce rôle diplomatique discret demeure l'un des aspects méconnus de la vie de David Rockefeller.

Une vie aux côtés des grands de ce monde

Si les grands milliardaires du XXe siècle ont tous eu des contacts plus ou moins étroits avec la politique, David Rockefeller a approché les décideurs de ce monde de très près. Son propre frère, Nelson Rockefeller, fut le 31e vice-président des Etats-Unis entre 1974 et 1977, aux côtés du président Gerald Ford. Jusqu'à la fin de sa vie, Nelson est resté très proche de son frère David.

David Rockefeller était également un habitué des réunions du groupe Bilderberg. Ce rassemblement informel de dirigeants politiques, d'industriels et de personnalités de la haute finance internationale se réunissant depuis 1954 fait l'objet d'hypothèses et de suspicions depuis de nombreuses années quant aux décisions politiques qui y seraient prises.
Un grand voyageur aux multiples cœurs

On prête souvent à David Rockefeller le record du monde du nombre de transplantations cardiaques subies au cours de son existence. Le nombre de sept a souvent été avancés, même s'il est sans doute exagéré, compte tenu de la lourdeur d'une telle opération, qui ne peut donc être répétée trop fréquemment. La dernière en date qui semble confirmée date néanmoins de moins d'un an avant son décès.

Un cœur bien accroché ne lui était cependant pas de trop : au cours de ses 35 ans de carrière au sein de la Chase Manhattan Bank, un institut financier de premier plan, David Rockefeller a visité plus de 103 pays. La totalité de ses déplacements autour de la planète lui aurait ainsi fait parcourir plus de 8 millions de kilomètres - l'équivalent de 200 tours du monde.
Un magnat des arts amoureux du Maine

La fortune amassée dès la fin du XIXe siècle au cours de l'histoire de la dynastie Rockefeller, d'origine anglaise et allemande, a également permis la constitution d'une impressionnante collection d'art. Celle-ci comprend notamment une statue en bronze de Prométhée signée par Paul Manship, ainsi qu'une série de tapisseries dites «à la licorne», chef-d’œuvres de l'art flamand du XVe siècle et désormais en possession du Metropolitan Museum de New York.

La maison d'enfance de David Rockefeller, un somptueux manoir de huit étages situées sur la 54e rue de New York, abrite désormais le musée de sculpture contemporaine du MoMA.

Egalement amoureux passionné par l'Etat du Maine, David Rockefeller avait fait don, à l'occasion de son 100e anniversaire en 2015, de quatre kilomètres carrés de terre de sa possession situés à Seal Harbor à la réserve naturelle des îles des Mont Déserts. Il s'agissait, de ses propres mots, d'un «cadeau à tous les habitants du Maine».

https://francais.rt.com/international/35490-a-101-ans-milliardaire-david-rockefeller-mort
https://francais.rt.com/international/35513-bilderberg-shah-diran-transplantations-cardiaques-mythes-verites-rockefeller


Pour Hollande, le programme de Macron serait un «copier-coller» du sien en 2012  20/03/2017

Pour Hollande, le programme de Macron serait un «copier-coller» du sien en 2012











Pour le président de la République, cité par Le Monde, il s'agit bel et bien d'un compliment adressé au candidat d'En Marche !. François Hollande estime en effet que Benoît Hamon ne pourra pas «présider avec le programme qu'il a».

Voilà une déclaration qui apportera de l'eau au moulin de ceux qui estiment qu'Emmanuel Macron est l'héritier direct de François Hollande. Le président de la République, cité par des journalistes du magazine du Monde dans son édition du 19 mars, aurait en effet déclaré que le programme du leader d'En Marche ! était «un copier-coller» de son propre programme de 2012.

François Hollande estimerait que «l'élection [est] gagnable»... mais pas par le candidat de son propre parti, Benoît Hamon. En effet, le président ne croirait pas que Benoît Hamon «puisse présider avec le programme qu'il a». La pique est d'autant plus marquante que le candidat du PS, lors de son meeting du 19 mars à Paris, avait pourtant fait applaudir le président de la République.

En revanche, le rapprochement établi entre le programme d'Emmanuel Macron et celui qu'il avait lui-même porté en 2012 semble être un signal clair de la part de François Hollande : le projet de son ancien ministre de l'Economie aurait nettement sa préférence. Après s'être abstenu de voter lors de la primaire de la gauche, le président semble donc prendre encore davantage ses distances avec le candidat du PS.

Jusqu'ici, le chef de l'Etat n'est officiellement sorti de sa réserve que pour mener un «ultime combat» revendiqué contre le Front national. Néanmoins, les figures du Parti socialiste qui, dans son entourage, ne cachent plus leur sympathie pour Emmanuel Macron se multiplient ces dernières semaines. Dans un tel contexte, l'attitude de François Hollande ressemble de plus en plus à un soutien tacite de sa part au candidat d'En Marche !.

https://francais.rt.com/france/35500-pour-hollande-programme-macron-serait-copier-coller-sien-2012


Syrie : les Russes implantent une base avec l'aval de l'YPG  20/03/2017

Syrie : les Russes implantent une base avec l'aval de l'YPG












Les troupes russes implantent actuellement une nouvelle base militaire dans la localité de Kafr Jina située dans la province d'Afrin (nord-ouest de la Syrie), en accord avec la milice kurde syrienne YPG (Unités de protection du peuple), a annoncé lundi un porte-parole de celle-ci.

Cette base militaire "entre dans le cadre de la coopération contre le terrorisme", a dit à Reuters Redur Xelil, porte-parole de l'YPG, milice dont Ankara cherche à contrer la progression territoriale et dans laquelle il voit une extension du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), actif dans le sud-est de la Turquie.

L'accord sur la base a été conclu dimanche, et les forces russes vont dans ce cadre-là fournir aux miliciens kurdes une formation militaire, a-t-il continué.

Les troupes russes sont déjà arrivées à l'emplacement de la base, avec des véhicules de transport de troupes et des véhicules blindés, précise-t-il, sans vouloir dire combien d'hommes Moscou y a dépêchés.

"La présence russe(...)découle d'un accord entre l'YPG et les forces russes qui opèrent en Syrie, dans le cadre de la coopération contre le terrorisme et dans le but de former nos combattants aux armes modernes, tout en établissant un point de contact direct avec l'armée russe", a déclaré Redur Xelil, soulignant qu'il s'agit du "premier accord de ce genre".

La milice YPG contrôle une bonne partie du nord-est de la Syrie, mais aussi, dans le Nord-Ouest, la poche d'Afrin, proche de la Turquie.

L'YPG est alliée aux Etats-Unis dans la lutte contre l'Etat islamique et joue un rôle essentiel dans l'offensive contre le grand bastion urbain de l'EI qu'est la ville de Raqqa.

La Turquie a lancé fin août dernier une offensive dans le nord de la Syrie, baptisée "Bouclier de l'Euphrate", afin de repousser les djihadistes de l'EI mais aussi de freiner la progression territoriale de l'YPG.

Syrie: Moscou va entraîner les forces kurdes

Les forces kurdes en Syrie vont recevoir un entraînement militaire de la Russie en vertu d'un accord conclu entre les deux parties, a indiqué lundi à l'AFP le principal groupe kurde armé dans le pays en guerre.

"C'est le premier accord du genre" entre les forces kurdes syriennes et la Russie, alliée du régime de Bachar el-Assad face à aux rebelles et jihadistes, a précisé Redur Xelil, porte-parole des Unités de protection du peuple kurde (YPG).

"En vertu de l'accord conclu hier (dimanche) entre nos forces et les forces russes opérant en Syrie (...), nous allons recevoir un entraînement sur les tactiques modernes de combat", a-t-il ajouté.

L'entraînement débutera "bientôt dans un camp à Afrine", dans la province d'Alep (nord), a précisé M. Xelil.

D'après lui, des forces russes sont déjà présentes à Afrine, un des trois cantons kurdes semi-autonomes en Syrie.

Cette coopération "est un pas positif dans le cadre de la lutte contre le terrorisme", a précisé M. Xelil.

Dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), les Kurdes sont traditionnellement appuyés par les Etats-Unis.

L'annonce de cet accord intervient alors que la Russie s'est pourtant rapprochée de la Turquie, soutien des rebelles et historiquement hostiles aux kurdes.

Ankara considère les YPG comme l'un de ses pires ennemis et les classent comme "organisation terroriste" à l'instar du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, indépendantiste kurde turc).

Défense russe: pas question de créer de nouvelles bases militaires en Syrie

Moscou a démenti les informations selon lesquelles une nouvelle base militaire russe serait déployée près d'Afrin, en Syrie.

La Russie n'a pas l'intention de créer de nouvelles bases militaires en Syrie, a annoncé lundi le ministère russe de la Défense.

« Nous n'avons pas de projet de déploiement de nouvelles bases militaires russes en Syrie », a indiqué le ministère.

Le ministère a ainsi démenti les informations diffusées par certains médias, qui se réfèrent à des milices kurdes, selon lesquelles une autre base militaire russe serait déployée à Afrin, dans la province d'Alep.

Aux termes des ententes russo-turques intervenues le 30 décembre 2016, des unités du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, surveillent le respect du cessez-le-feu en Syrie 24 heures sur 24, d'après le ministère.

« Une antenne du Centre pour la réconciliation des parties en conflit sera implantée dans la province d'Alep, près d'Afrin, sur la ligne de contact des groupes de volontaires kurdes et des unités de l'Armée syrienne libre (ASL) dirigée par la Turquie », a précisé le ministère de la Défense.

Moscou et Damas ont signé fin janvier un nouvel accord de 49 ans sur l'élargissement du centre russe de maintenance des navires militaires à Tartous, la seule base russe en Syrie. Aux termes de l'accord, onze bâtiments de guerre russes, y compris dotés de réacteurs nucléaires, peuvent se trouver simultanément à Tartous.

Viktor Ozerov, président du comité pour la défense du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) a annoncé début mars que la Russie avait commencé les préparatifs nécessaires à la prochaine modernisation du centre de maintenance technique des navires à Tartous, programmée pour fin 2017. Selon lui, la modernisation de la base de Tartous prendrait fin d'ici 2018 ou 2019.

https://www.lorientlejour.com/article/1041773/syrie-les-russes-implantent-une-base-en-accord-avec-lypg-kurde.html
https://www.lorientlejour.com/article/1041785/syrie-moscou-va-entrainer-les-forces-kurdes-milice-kurde.html
https://fr.sputniknews.com/international/201703201030540130-syrie-bases-russie/


Armes chimiques: quatre haut gradés syriens sanctionnés par l'UE  20/03/2017

Armes chimiques: quatre haut gradés syriens sanctionnés par l'UE













L'Union européenne a placé lundi sur sa liste noire quatre nouveaux responsables militaires syriens, accusés d'avoir utilisé "des armes chimiques à l'encontre de la population civile" en 2014 et 2015, selon un communiqué.

Le Conseil, instance qui réunit les 28 pays membres de l'Union, "a ajouté quatre militaires haut gradés à la liste des personnes visées par des mesures restrictives instaurées par l'UE à l'encontre du régime syrien", a-t-il indiqué.
"L'UE a inscrit ces quatre personnes en raison de leur rôle dans l'utilisation d'armes chimiques à l'encontre de la population civile", précise-t-il.

Cette liste noire, en tête de laquelle figurent le président syrien Bachar al-Assad, son frère Maher ainsi que le général Ali Mamlouk, le plus haut responsable des services de sécurité syriens, compte désormais 239 personnes dont les fonds dans l'UE sont gelés et qui sont interdites d'entrée sur le territoire de l'Union.

L'identité des quatre responsables ajoutés lundi ne sera révélée qu'avec la publication de la décision des 28 pays membres, prévue mardi au Journal officiel de l'UE.
Ils sont soupçonnés d'avoir participé à des attaques "entre avril 2014 et septembre 2015", selon une source diplomatique, ce qui correspond à "la période examinée" par une mission d'enquête de l'ONU et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Cette mission a conclu que plusieurs unités de l'armée syrienne avaient largué des produits toxiques sur trois villages du nord de la Syrie en 2014 et 2015. En février, elle a réclamé en vain au gouvernement syrien les noms de commandants et d'unités militaires impliqués dans ces attaques.

L'UE a mis en place un large arsenal de sanctions en réponse au conflit syrien, qui a fait 320.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés en six ans: embargo pétrolier, restrictions aux investissements en Syrie et à la fourniture de services et équipements pouvant servir à la répression, à la surveillance des télécommunications ou encore un gel des avoirs européens de la Banque centrale syrienne. L'UE a identifié 67 entités, des groupes et organisations impliqués dans le conflit, dont les avoirs en Europe sont gelés.

https://www.lorientlejour.com/article/1041769/armes-chimiques-quatre-haut-grades-syriens-sanctionnes-par-lue.html


La centrale nucléaire de Flamanville à l'arrêt  20/03/2017

La centrale nucléaire de Flamanville à l'arrêt











La centrale nucléaire de Flamanville ne produit plus d'électricité depuis lundi après l'arrêt dans la matinée du seul des deux réacteurs encore en fonctionnement, a indiqué EDF dans un communiqué.

"Le lundi 20 mars vers 06H00, les équipes de la centrale de Flamanville ont procédé à la mise à l'arrêt de l'unité de production n°2 à la suite de la détection d'une fuite d'eau sur un circuit situé dans la partie non nucléaire", a précisé l'industriel.

"Le circuit de refroidissement est alimenté par de l'eau de mer. Les équipes sont actuellement mobilisées pour diagnostiquer le circuit et le réparer", a ajouté EDF.

Il est "trop tôt" pour dire si son redémarrage est une question d'heures, de jours ou de semaines, a indiqué à l'AFP le service communication de la centrale interrogé sur ce point.

Le site internet du gestionnaire du réseau électrique à haute tension RTE évoque pour l'heure une indisponibilité de 24 heures pour ce réacteur.

L'autre réacteur de la centrale, le réacteur n°1, est à l'arrêt depuis le 9 février à la suite d'une détonation et d'un départ de feu dans la salle des machines, une zone non nucléaire. Son redémarrage est prévu le 31 mars, selon EDF.

L'arrêt du réacteur n°2 n'a pas de lien avec celui du réacteur n°1, a précisé le service de communication de la centrale qui a représenté 4,5% de la production nucléaire française en 2016.

Un troisième réacteur est en construction à Flamanville, un chantier dont les déboires font régulièrement polémique.

clc/dom/ggy

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE


(©AFP / 20 mars 2017 12h01)
http://www.romandie.com/news/La-centrale-nucleaire-de-Flamanville-a-larret/781564.rom


La Palestine va décorer l'ex-responsable de l'ONU qui a accusé Israël d’apartheid  20/03/2017

La Palestine va décorer l'ex-responsable de l'ONU qui a accusé Israël d’apartheid












Mahmoud Abbas a déclaré que la plus haute distinction palestinienne serait décernée à l'ancienne responsable de l’ONU pour sa position courageuse en faveur des Palestiniens. Elle avait accusé Israël de soumettre les Palestiniens à un apartheid.

Le président de l'Etat de Palestine,Mahmoud Abbas, a téléphoné personnellement à l'ex-secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (CESAO), Rima Khalaf, pour lui adresser ses félicitations pour «sa défense de l'humanité», et «ses vraies valeurs concernant le droit international».

Mahmoud Abbas a déclaré que les Palestiniens appréciaient les positions humanistes de Rima Khalaf, celle-ci ayant «refusé de couvrir les crimes commis par les autorités israéliennes d'occupation contre le peuple palestinien».

Le 17 mars, Rima Khalaf a démissionné de son poste après que le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, l'a contrainte à retirer un rapport sur les relations entre Israël et la Palestine. Le document en question, publié le 14 mars, explique qu'Israël pratique une politique de «fragmentation stratégique» qui lui permet d’imposer aux Palestiniens «une domination raciale» avec des lois qui diffèrent d’une région à une autre. «Israël est coupable d’imposer un régime d’apartheid au peuple palestinien, ce qui correspond à la commission d’un crime contre l’humanité», peut-on y lire.

Ce rapport n'a pas été du goût d'Antonio Guterres, qui a insisté pour qu'il soit retiré. Le patron de l’ONU avait déclaré ne pas pouvoir accepter «qu’un secrétaire général adjoint ou tout autre responsable de l’ONU […] autorise une publication au nom de l’ONU sans [qu'il soit] consulté». Pourtant, selon les révélations de France 24 qui cite des sources internes à l’ONU, Antonio Guterres était au courant de l'existence de ce rapport depuis plusieurs mois.

https://francais.rt.com/international/35475-palestine-decerne-plus-haute-distinction-responsable-onu-accusant-israel-apartheid


Makri: «La France a réalisé après l’Indépendance d’Algérie ce dont elle n’avait pas rêvé»  20/03/2017

Makri: «La France a réalisé après l’Indépendance d’Algérie ce dont elle n’avait pas rêvé»












Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri a indiqué dimanche que la stratégie du colonialisme français visant à prendre le contrôle de l’Algérie économiquement et culturellement après l’Indépendance a réalisé plus que ce qui avait été planifié.

S’exprimant à l’occasion de la Fête de la Victoire, célébrée le 19 mars de chaque année, le patron du MSP a écrit sur sa page facebook que: « C’est l’occasion pendant laquelle le colonialisme a mis en place une nouvelle stratégie coloniale pour que l’Algérie lui soit rattachée culturellement et économiquement. Je pense qu’il en a réalisé plus qu’il ne souhaitait».

«C’est l’occasion à laquelle plusieurs agents, des lâches et harkis non dévoilés ont rejoint les rangs des moudjahidine vainqueurs et où le colonialisme a réalisé que sa présence en Algérie est désormais terminée», soutient Makri.

Par ailleurs, il a appelé à «ce que la lutte contre le colonialisme et ses agents continue dans les différents domaines. Une bataille de la compréhension et de la conscience».

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/517612.html


Algérie: Législatives 2017 : Nekkaz écarté de la course  20/03/2017

Algérie: Législatives 2017 : Nekkaz écarté de la course












Le tribunal administratif d’Alger, s’est prononcé, ce dimanche, favorablement à la décision des autorités de refuser la liste de candidature de Rachid Nekkaz aux élections législatives prévues pour le 4 mai 2017.

En effet, le ministère des affaires étrangères et par la voix du consul algérien à Paris, avait refusé auparavant sa liste de candidature en tant que candidat libre, dans la circonscription de la capitale française, Paris, et ce en raison de sa candidature portée au nom du mouvement pour la jeunesse et le changement, qui n’est toujours pas agrée.

En effet, la plainte de l’homme d’affaire et ancien candidat malheureux aux présidentielles d’avril 2014, s’est vu notamment refuser sa plainte déposée contre les services consulaires de l’Ambassade d’Algérie en France, et ce pour violation de la loi.

A cet effet, Rachid nekkaz sort de la course législative, de façon formelle.

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/517625.html


Qui sont les complotistes ?  20/03/2017

Nouvelle révélation : la branche israélienne d’Amnesty international a été créée de toutes pièces par le gouvernement israélien à la fin des années 1960 : on n’est jamais mieux servi que par soi-même !


Le quotidien Haaretz s’est procuré des documents prouvant que les dirigeants d’Amnesty International basés en israël rapportaient directement au ministère israélien des affaires étrangères et y prenaient leurs ordres, jusqu’à la fin des années 1970.
Et mieux encore, tous les fonds collectés durant cette période par la branche israélienne d’Amnesty International étaient reversés au ministère israélien des affaires étrangères !
Yoram Dinstein, avant de prendre la tête d’Amnesty Israel entre 1974 et 1976, avait été l’un des fonctionnaires du ministère israélien des affaires étrangères ,et le consul d’Israel à New York ! Mais cela ne semble pas avoir gêné beaucoup de monde.
Amnesty International a été fondé à Londres en 1961 par l’avocat britannique Peter Benenson, pour soutenir les prisonniers politiques, à commencer par les étudiants portugais qui étaient arrêtés à l’époque par leur gouvernement.
Trois ans plus tard la branche israélienne se mettait en place, au début infiltrée et subventionnée par le gouvernement israélien, puis petit à petit carrément transformée en dépendance du du ministère des affaires étrangères.
Sans surprise, ses rapports portaient davantage sur la situation des Juifs dans les pays arabes que sur les détenus palestiniens en israel et sur la torture pratiquée dans les prisons israéliennes.
Interrogé à une occasion sur ce sujet par une association de femmes arabes, Dinstein répondit, après avoir consulté le ministère israélien des affaires étrangères : "Il n’y a pas de prisonniers politiques dans nos prisons mais des terroristes et des détenus qui ont mis en danger la sécurité d’Israel".
Israël = 70 ans de mystifications. Alors, un peu plus, un peu moins...
http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.777770

http://www.europalestine.com/spip.php?article12787


Pour Duterte, les eurodéputés sont "fous"  20/03/2017

Pour Duterte, les eurodéputés sont "fous"












Les députés européens sont "fous", a estimé le président philippin Rodrigo Duterte en réponse à une résolution du Parlement européen qui a condamné la semaine passée le "nombre élevé d'exécutions extrajudiciaires" dans la guerre contre la drogue.

"Je ne comprends pas ces fous. Pourquoi essayez-vous de vous imposer? Pourquoi ne vous occupez-vous pas de vos propres affaires?", a déclaré Duterte en voyage officiel dans la capitale birmane Naypyidaw.
"Pourquoi venez-vous nous faire chier?", a ajouté Rodrigo Duterte, connu pour son franc-parler et qui se répand souvent en injures contre toute personne osant le critiquer.

Ce dernier a été élu président l'an dernier en promettant d'éradiquer le fléau de la drogue en faisant abattre des dizaines de milliers de personnes, trafiquants et toxicomanes.
Depuis son entrée en fonctions fin juin, la police a annoncé avoir tué 2.500 personnes lors d'opérations antidrogue mais les organisations de défense des droits de l'Homme évoquent plutôt 5.000 morts.

Amnesty International et Human Rights Watch estiment que des crimes contre l'humanité sont peut-être commis aux Philippines.
Dans leur résolution, les élus européens avaient demandé la semaine passée aux Nations unies d'ordonner une "enquête internationale indépendante" sur ces "meurtres illégaux".
Ils évoquaient des "informations crédibles" selon lesquelles la police philippine "maquille des preuves pour justifier des meurtres extrajudiciaires".

Le gouvernement du président Duterte devrait "donner la priorité à la lutte contre les trafiquants et les barons de la drogue, plutôt qu'à la poursuite des petits consommateurs", estiment encore les eurodéputés.
Dans son discours dimanche, Duterte a réaffirmé qu'il allait poursuivre sa politique. "Plus de gens vont mourir. Je l'ai dit, je ne vais pas m'arrêter. Je continuerai jusqu'à ce que le dernier seigneur de la drogues des Philippines soit tué et que les derniers revendeurs quittent les rues", a-t-il déclaré.

https://www.lorientlejour.com/article/1041732/pour-duterte-les-eurodeputes-sont-fous.html


Les Européens «pourraient remettre en place des chambres à gaz», assure Erdogan  20/03/2017

Les Européens «pourraient remettre en place des chambres à gaz», assure Erdogan











Le président turc s’en est sévèrement pris à l’Europe lors d’une marche à Istanbul. S’adressant à ses partisans, il a tenu un discours particulièrement antieuropéen, arguant que l'UE menait une guerre contre son pays et contre les musulmans.

«Les Européens affichent quotidiennement la haine qu’ils ont accumulée pendant des années contre notre pays, contre notre nation et même contre les musulmans, sur les écrans de télé et dans les journaux», a déclaré Recep Tayyip Erdogan le 19 mars, en prenant la parole devant ses partisans à Istanbul.

Evoquant son appel à toutes les familles turques d'Europe à faire non pas trois mais cinq enfants, le président turc s'est indigné que Berlin l'accuse d'aller «trop loin». «Ils sont gênés par mes mots», s'est-il exclamé. «Ce sont vos citoyens, ils ont le droit de donner naissance à deux enfants ou cinq», a-t-il poursuivi en s'adressant aux autorités des pays membres de l'UE.

«Si [les Européens] n’étaient pas marqués par la honte, ils remettraient en place des chambres à gaz», a-t-il déclaré, poursuivant la métaphore filée dans laquelle il s'était lancé en qualifiant «pratiques nazies» les décisions de certains pays européens, notamment de l'Allemagne, d'interdire à des responsables politiques turcs de se rendre à des meetings politiques sur leur sol.

«Je dis à ceux qui agissent avec une main de fer dans un gant de velours que ces jours sont finis. La Turquie qui cède face à vos menaces et à votre tyrannie n’existe plus. Nous ne laisserons aucun de nos citoyens être victime de préjudice. Tout pays qui se le permettrait devra faire face à des conséquences», a-t-il martelé.
Pour Erdogan, les Européens mettent de côté la diplomatie

Particulièrement agacé par la manifestation anti-Erdogan à laquelle plus de 30 000 Kurdes ont pris part à Francfort, le président turc a condamné la permission octroyée par les autorités allemandes à cette action.

«Ce qui se passe en Europe ces derniers jours met en évidence un combat contre mon pays. […] Mes frères et sœurs, la mascarade est finie», a-t-il lancé à ses partisans.

«Ils mettent de côté la diplomatie, ils ne cachent plus leurs intentions et ne peuvent pas cacher l'embarras qu’ils ressentent face à une Turquie qui devient de plus en plus forte. Ils mènent ouvertement une campagne pour le "non" à travers les titres de presse qu’ils publient en turc. Ils allouent de grandes salles, des places publiques à des terroristes qui disent "non", ils ne peuvent tolérer le mot "oui"», a-t-il poursuivi, fustigeant autorités européennes et médias en langue turque ayant relayé la crise diplomatique entre l’Allemagne et la Turquie.

https://francais.rt.com/international/35471-europeens-pourraient-remettre-place-chambres-gaz-erdogan


Le suspect-clé des attaques terroristes de Paris et Bruxelles a été trahi par un de ses amis  20/03/2017

Le suspect-clé des attaques terroristes de Paris et Bruxelles a été trahi par un de ses amis












Mohamed Abrini, l'un des terroristes recherchés par la police après les attentats commis par Daesh en France et en Belgique, a été arrêté en 2016 grâce à un informateur des forces de l'ordre.

Selon des informations publiées le 20 mars par le quotidien belge La Dernière Heure , Mohamed Abrini, «l’homme au chapeau» de l’aéroport de Zaventem a été interpellé par la police belge en avril 2016 grâce au concours d'un mystérieux ami.

Une source très proche de l'enquête a en effet confirmé le recours à un informateur par les forces de l'ordre. Cette source a précisé que cet individu avait été placé sous protection policière sans indiquer toutefois si une rémunération lui avait été versée.

Connu pour sa participation aux attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles mais aussi pour sa complicité dans les attaques terroristes du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, Mohamed Abrini avait été interpellé le 8 avril en Belgique, peu de temps après avoir reçu de l'argent en liquide de la part de ce mystérieux ami. Il avait été remis à la France le 30 janvier et mis en examen.

https://francais.rt.com/international/35473-suspect-cle-attaques-terroristes-paris-bruxelles-trahi-par-un-de-ses-amis


Attaque d'Orly: l'assaillant était sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants (source judiciaire)  20/03/2017

Attaque d'Orly: l'assaillant était sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants (source judiciaire)












L'homme qui a attaqué une patrouille militaire samedi à l'aéroport d'Orly avant d'être abattu était sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants au moment des faits, a-t-on appris dimanche soir de source judiciaire.
"Les analyses toxicologiques réalisées ce dimanche ont mis en évidence un taux d'alcoolémie de 0,93 gramme par litre de sang et la présence de cannabis et de cocaïne", a détaillé cette source. Ziyed Ben Belgacem, un Français de 39 ans, braqueur multirécidiviste, avait été condamné en 2009 pour trafic de stupéfiants.

https://www.lorientlejour.com/article/1041687/attaque-dorly-lassaillant-etait-sous-lemprise-de-lalcool-et-de-stupefiants-source-judiciaire.html


Trois militaires américains blessés par un soldat afghan dans une base en Afghanistan  20/03/2017

Trois militaires américains blessés par un soldat afghan dans une base en Afghanistan












Trois militaires américains ont été blessés par un soldat afghan, qui a ouvert le feu sur eux à l'intérieur d'une base afghane, a annoncé dimanche la mission "Soutien résolu" menée par l'OTAN.

Trois soldats américains ont été blessés par les tirs d'un soldat afghan dans une base située dans la province de Helmand. Les soldats américains sont en train de recevoir des soins médicaux, a précisé la mission sur Twitter sans fournir de plus amples informations.

Selon des médias locaux, le soldat afghan a été abattu après avoir attaqué les militaires américains.

Les attaques "green-on-blue" ou "menaces intérieures" (quand un soldat ou un agent de police d'Afghanistan tire sur les forces de coalition de l'OTAN) constituent l'un des principaux problèmes auxquels sont confrontées les forces de coaltion.

En mai dernier, deux soldats roumains ont été tués alors qu'ils entraînaient la police afghane.

Actuellement, environ 13 000 militaires étrangers sont toujours en Afghanistan pour entraîner et aider les forces de sécurité locales dans leur lutte contre les talibans.

http://french.cri.cn/621/2017/03/20/102s507615.htm


En réponse aux tweets de Trump, la ministre allemande de la Défense déclare ne rien devoir à l'OTAN  20/03/2017

En réponse aux tweets de Trump, la ministre allemande de la Défense déclare ne rien devoir à l'OTAN











L'Allemagne ne doit pas d'''énormes sommes'' d'argent à l'OTAN et aux États-Unis pour la défense, a déclaré dimanche la ministre allemande de la Défense, récusant ainsi les tweets du président américain Donald Trump.

"Nous n'avons aucune dette envers l'OTAN,'' a déclaré la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, dans un communiqué sur la répartition des dépenses militaires de Berlin, dont les montants sont également consacrés - en plus des missions de l'OTAN - aux opérations de maintien de la paix de l'ONU, aux opérations de l'Union européenne et aux efforts déployés en matière de lutte contre le terrorisme. 

La ministre a donc considéré qu'il était injuste de mesurer les efforts déployés par l'Allemagne en matière de défense et de sécurité en s'appuyant uniquement sur ses dépenses en faveur de l'OTAN.

Le communiqué est publié un jour après les tweets de M. Trump selon lesquels ''L'Allemagne doit d'énormes sommes d'argent à l'OTAN et aux États-Unis (qui) doivent être réglées pour la défense puissante, et très onéreuse, qu'elle fournit à l'Allemagne !''

M. Trump a écrit ces tweets le lendemain de sa réunion, à Washington, avec la chancelière allemande, Angela Merkel, où selon un média allemand, les deux dirigeants ont eu une conversation qui ''n'a été ni chaleureuse, ni distante.''

Il y a quelque temps, M. Trump avait qualifié l'OTAN d'''obsolète'' et menacé de ''diminuer'' sa contribution en faveur de l'organisation si les partenaires de l'OTAN ne respectaient pas leurs obligations en vertu desquelles ils doivent porter leurs dépenses de défense à 2 % de leur produit intérieur brut.

Le gouvernement allemand s'est engagé à atteindre cet objectif d'ici à 2024. En février, la ministre allemande de la Défense a annoncé le plan de renforcement de l'armée nationale, la Bundeswehr, à la lumière des ''responsabilités croissantes", en partie en réponse aux pressions récemment exercées par Washington.

http://french.cri.cn/621/2017/03/20/102s507622.htm


Sommet Arabe d’Amman : la Syrie ne sera pas invitée  19/03/2017

Sommet Arabe d’Amman : la Syrie ne sera pas invitée












La 28ème édition du Sommet Arabe se tiendra à Amman, le 29 mars 2017, sous la présidence de la Jordanie. S’exprimant ce dimanche 19 mars 2017, le ministre jordanien des Affaires Étrangères, Ayman Sadfi, a annoncé que la Syrie ne sera pas conviée, conformément à la décision de la Ligue Arabe. De fait, la Syrie a vu son adhésion gelée depuis l’éclatement de la guerre civile qui la secoue depuis 2011.
Soulignons, par ailleurs, que la délégation tunisienne devrait être conduite par le président de la République, Béji Caïd Essebsi. Des réunions préparatoires politiques, économiques et techniques seront organisées dès le 23 mars, avant le coup d’envoi officiel du Sommet. Elles constitueront l’occasion pour les ministres arabes et pour les ambassadeurs délégués auprès de la Ligue des États Arabes de se rencontrer et de discuter des questions qui seront abordées, notamment la crise palestinisienne.

L’Algérie veut limiter l’influence de l’Égypte
Autre thème qui sera sans doute abordé : la réforme de la Ligue des États Arabes, chèrement défendue par l’Algérie depuis longtemps, et remise au goût du jour le 14 mars dernier par le ministre algérien des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États Arabes, Abdelkader Messahel, intervenant sur une chaîne télévisée algérienne.
Ce projet de réforme vise, selon l’Algérie à faire face à la situation critique dans les pays arabes, au terrorisme et à la division dans certains États arabes. Mais pas seulement, elle souhaite surtout que la Ligue soit moins influencée par la domination égyptienne. « La Ligue est une annexe du ministère égyptien des Affaires Étrangères », avait déclaré Abdelaziz Belkhadem, ancien ministre algérien des Affaires Étrangères, précisant que l’Algérie a bénéficié du soutien de plusieurs pays dans ce projet de réforme.

http://www.realites.com.tn/2017/03/sommet-arabe-damman-la-syrie-ne-sera-pas-invitee/


Marche contre les violences policières sous tension à Paris  19/03/2017

Marche contre les violences policières sous tension à Paris


«Contre les guerres lâches faites en notre nom» : des soutiens du jeune Theo, des victimes de violences policières, des militants contre le racisme et quelques partis de gauche participent à la Marche pour la Justice et la Dignité à Paris.

Ce dimanche 19 février s'est tenue à Paris une Marche pour la justice et la dignité : à quelques semaines à peine de l'élection présidentielle, il s'agit de la deuxième édition d'une manifestation ayant déjà eu lieu en 2015.

Ce rassemblement avait lieu plusieurs semaines après l'arrestation musclée du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois, qui avait suscité un vif émoi et mis les violences policières au cœur de l'actualité. «L'objectif est de sensibiliser sur les violences policières, le racisme, la chasse aux migrants mais surtout de dire stop à l'impunité. Les violences policières ne sont pas des cas isolés», a expliqué à FranceInfo Amal Bentounsi, fondatrice du collectif Urgence notre police assassine.

Dans un climat parfois tendu, les manifestants ont notamment entonné la chanson «Nique la France» du rappeur Saïdou, régulièrement dénoncée pour son caractère discriminatoire envers les Français.

Etaient notamment présents au rassemblements le Nouveau parti anticapitaliste de Philippe Poutou (NPA) ou la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. D'autres personnalités se sont également déplacées, comme l'ancien sportif Lilian Thuram, le rappeur Youssoupha ou encore l'islamologue controversé Tariq Ramadan. Plusieurs syndicats ou associations étaient également mobilisés, comme la CGT, Attac, le Droit au Logement, ou encore l'Unef.

Quelques heurts ont éclaté pendant la manifestation lorsqu'en environ 200 personnes munies de capuches ont lancé des fumigènes et des projectiles sur les forces de l'ordre, rapporte France Info. Alors que l'état d'urgence est toujours en cours, un important dispositif de sécurité a été déployé pour sécuriser le cortège. La précédente édition de cette marche avait eu lieu en octobre 2015. Elle avait rassemblé entre 3 500 personnes (selon la police) et 10 000 (selon les organisateurs). Elle commémorait les 10 ans du décès de deux jeunes hommes fuyant un contrôle de police et ayant trouvé la mort dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois.

https://francais.rt.com/france/35450-grande-marche-contre-racisme-paris




Algérie: 19 mars marque la victoire contre le colonialisme  19/03/2017

Algérie: 19 mars marque la victoire contre le colonialisme












Aujourd’hui 19 mars 2017, l’Algérie célèbre le cinquante-cinquième anniversaire de la fête de la victoire. Celle-ci a été enregistrée en fait le 19 mars 1962 après une longue guerre de libération nationale contre les forces coloniales françaises.

Il y a 55 ans, le peuple algérien célébrait l’entrée en vigueur des accords d’Evian, mettant ainsi un terme à sept ans et demi d’une guerre sans merci, entre les forces de résistance algériennes et les forces coloniales, une guerre qui a causé la mort d’un million et demi de personnes, sans compter les blessés et les disparus.

La période coloniale en Algérie, qui a duré plus de 132 ans de domination politique et militaire de l’Algérie, d’exploitation de ses richesses, de confiscation des droits les plus élémentaires de ses habitants, venait en effet de prendre fin, au grand soulagement des Algériens, qui sont sortis en masse dans la rue pour donner libre cours à leur joie et leur bonheur de retrouver enfin la paix et la tranquillité et de jouir de la liberté et de l’indépendance nationale. Le 19 mars 1962, c’est le jour de la victoire du peuple algérien sur le colonialisme français.

http://presstv.com/DetailFr/2017/03/19/514941/Algrie-19-mars-marque-la-victoire-contre-le-colonialisme


Foi, Ramadan, Shabbat, sentiment de sécurité... un questionnaire pour élèves fait polémique en Corse  19/03/2017

Foi, Ramadan, Shabbat, sentiment de sécurité... un questionnaire pour élèves fait polémique en Corse











Un questionnaire destiné aux élèves corses, dans le cadre d'une étude sur la diversité commandée par l'Assemblée de Corse dirigée par les nationalistes, fait controverse sur l'île. Un élu de gauche a réclamé son interdiction.

«Est-ce que tu crois en Allah/Dieu/Yahvé ?», «Est-ce que ton père croit en Allah/Dieu/Yahvé ?», «Est-ce que ta mère croit en Allah/Dieu/Yahvé ?», peut-on lire dans un questionnaire destiné aux élèves de Corse, a rapporté l'AFP, le 19 mars.

Ce questionnaire, «élaboré par les enseignants-chercheurs» de l'Université de Corse, «fait suite à la demande émanant du Président de l’Assemblée de Corse [Jean-Guy Talamoni] concernant les questions [de] diversité culturelle», indique le document, destiné à des élèves du primaire et du secondaire d'au moins 8 ans.

S'y trouvent de nombreuses questions, sur les langues parlées par les élèves, mais aussi dans les familles et par les parents voire dans le quartier ou les médias qu'ils consultent, sur les voyages à l'étranger ou sur la religion et sa pratique. Le document traite également des habitudes alimentaires et culturelles lors du vendredi Saint, du Ramadan, ou du Shabbat, de la consommation de viande, du port de signes religieux distinctifs, du sentiment d'appartenance à la Corse et à la France ou du sentiment de sécurité.

«Je vais demander solennellement à la ministre de l’Education nationale d’interdire la diffusion de ce questionnaire dans les écoles de la République», a indiqué dans un communiqué François Tatti, le président (Divers gauche) de l'agglomération de Bastia et conseiller territorial. L'élu se dit «profondément heurté par la démarche et par le contenu» du questionnaire et se dit prêt à saisir le tribunal administratif si nécessaire pour obtenir son interdiction.

Simple «état des lieux» de la diversité culturelle en Corse, ou statistique ethnique ?

Dans une lettre au président de l'université dont l'AFP a obtenu une copie, le président indépendantiste de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni justifie cette démarche par la volonté de faire «un état des lieux» pour la commission permanente sur la «diversité culturelle et sa gestion». «La réalisation d'un état des lieux quantitatif est rendue indispensable pour évaluer l'importance de chacun des groupes culturels au sein de la population», écrit Jean-Guy Talamoni.

«Cet exercice n'est pas aisé et se heurte à des obstacles d'ordre juridique. La loi proscrit toute étude statistique à caractère ethnique», constate le nationaliste. «En s'appuyant sur les données démographiques et en sollicitant la contribution d'enseignants-chercheurs qui ont travaillé sur ces questions sensibles, une approche, quoi qu'empirique, est parfaitement envisageable», estime-t-il.

https://francais.rt.com/france/35448-foi-ramadan-shabbat-pratiques-alimentaires-questionnaire-corse


1 2 3 4 5 » ... 3067

Publicité

Brèves



Commentaires