Jeudi 2 Juillet 2015
23:26
   
 

Les factions rivales libyennes reprendront le dialogue jeudi prochain au Maroc (SYNTHESE)  29/06/2015

Les factions rivales libyennes reprendront le dialogue jeudi prochain au Maroc (SYNTHESE)







Les représentants des principales parties libyennes au conflit se retrouveront jeudi prochain à Skhirat, près de la capitale marocaine de Rabat, pour un nouveau round de pourparlers politiques pour le rétablissement de la paix en Libye, qui se déroulera, comme auparavant, sous les auspices du représentant spécial du secrétaire général pour l'ONU, Bernardino Leon.

Cette fois-ci, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye ( Manul) s'est dite convaincue que cette rencontre sera décisive.

Plongée dans le chaos depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi et déchirée par des combats entre milices lourdement armées, la Libye est divisée entre deux autorités et confrontée à la montée en puissance du groupe Etat islamique (EI).

Le pays compte actuellement deux gouvernements et Parlements rivaux: l'un à Tripoli sous la coupe de Fajr Libya, coalition de milices dont certaines islamistes, et l'autre à Tobrouk, dans l'est du pays.

Le gouvernement provisoire, qui siège à Tobrouk, a incité les différentes parties à présenter encore plus de concessions, puisque les pourparlers de Skhirat pourraient être la dernière chance pour réunifier les rangs des Libyens.

Pour rappel, les discussions ont repris vendredi dernier. Il y a près de trois semaines, l'émissaire de l'ONU a remis aux différentes parties un projet d'accord et les négociateurs travaillent à des amendements à ce texte.

Le projet de l'ONU prévoit la mise en place pendant un an d'un gouvernement d'union nationale avec un conseil des ministres dirigé à Tripoli par un Premier ministre et deux vice-Premiers ministres.

La Chambre des représentants, le parlement élu en juin 2014 et réfugié aujourd'hui à Tobrouk, dans l'est du pays, serait le seul corps législatif. Un Conseil d'Etat, corps consultatif de 120 membres, comprendrait 90 membres de l'actuel parlement de Tripoli.

Samedi, l'émissaire de l'ONU s'était voulu optimiste. Malgré les difficultés, "je suis convaincu que nous obtiendrons une solution juste", avait dit M. Leon. Aussi, l'optimisme était-il de mise dimanche suite à la tenue pour la première fois d'une rencontre directe entre les parties au conflit.

Intervenant au terme de ce round, Bernardino Leon a réaffirmé son espoir de voir les discussions aboutir sur la base du quatrième texte soumis début juin par les Nations unies.

"Après ces neuf mois de travail, il ne reste que deux ou trois points à régler et c'est ce dont les parties vont discuter d'ici mercredi auprès de leur Parlement respectif", a fait valoir M. Leon, évoquant la perspective d'une reprise du dialogue à Skhirat dès jeudi.

Les participants à cette réunion ont indiqué que cette rencontre avait mis l'accent sur la possibilité de signer un accord pour mettre fin à la crise libyenne.

A ce propos, le chef de la délégation du Congrès national général (Parlement de Tripoli), Saleh Al Makhzoum, a indiqué que la réunion avait porté sur l'examen des points communs avant la tenue d'une rencontre approfondie entre toutes les parties en vue de parvenir à un accord.

De son côté, Abu Bakr Baira, membre du comité de dialogue du parlement de Tobroub, a expliqué que cette rencontre ayant réuni toutes les parties a eu lieu sur fond d'optimisme en vue de parvenir à une entente avant la signature d'un accord.

Le nouveau round prévu pour jeudi prochain promet d'être décisif, alors que les négociateurs devront se plancher sur un nouveau projet d'accord politique.

Parmi les principaux points à l'ordre du jour de ces pourparlers figurent l'instauration d'un cessez-le-feu, le rétablissement de la sécurité, le désarmement des groupes armés et la formation d'un gouvernement d'union nationale, qui permettra de préserver la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Libye.

http://french.cri.cn/621/2015/06/30/702s439033.htm


Le gouvernement belge débloque des fonds pour protéger la communauté juive  29/06/2015

Le gouvernement belge débloque des fonds pour protéger la communauté juive






Le gouvernement fédéral belge va débloquer quatre millions d'euros pour augmenter la protection des institutions juives de Belgique, a annoncé dimanche à la télévision publique le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon.

Aujourd'hui, ces institutions font l'objet d'une protection militaire car leur niveau d'alerte de menace terroriste se situe à 3 sur une échelle de 4.

L'argent servira avant tout à améliorer la sécurité des bâtiments, au moyen de l'ajout d'alarmes, de caméras de surveillance ou encore de portes blindées.

L'enveloppe fait partie des 200 millions d'euros prévus par le contrôle budgétaire de 2015 concernant la sécurité.

La communauté juive avait demandé des mesures de sécurité supplémentaires et le gouvernement belge avait déployé plusieurs militaires dans les zones dites "à risque". Cette fois, il débloquera également de l'argent pour la protection technique.

"Si ces mesures de protection technique fonctionnent, alors nous pourrons réévaluer le nombre de militaires en rue", a déclaré Jan Jambon.

Les villes qui bénéficieront le plus de ce montant sont Bruxelles et Anvers, là où la communauté juive est plus importante.

http://french.cri.cn/621/2015/06/29/702s439029.htm


Un Lord anglais poursuivi pour des accusations de pédophilie  29/06/2015

 
Le Lord anglais Lord Janner
Le Lord anglais Lord Janner

Lord Janner, un politicien gallois très engagé avec le Labour, parti travailliste anglais, fait face à des poursuites judiciaires pour des accusations d'abus sexuels sur mineurs.
On n'avait pas connu tel manquement à la bienséance depuis Oscar Wilde. Les faits remontent à 1991. Lord Janner est alors accusé par le directeur d'un ophelinat du conmté de Leicester d'avoir abusé sexuellement d'un enfant. Au même moment, un seconde voix se fait entendre, alors qu'un autre enfant de l'orphelinat affirme avoir été lui aussi victime des crimes du Lord. Celui-ni ces accusations et reçoit le soutient de la Chambre des Communes (the House of Commons, l'équivalent britannique de l'Assemblée Nationale).

 
La police ouvre alors une enquête pour déterminer l'exactitude des accusations. Le dossier est entre les mains du CPS (Crow Prosecution Service - le service des poursuites judicaires de la courrones). De premières preuves sont fournis en 1997 et le Lord se voit suspendu de ses fonctions à la Chambre des Communes.
Alors que l'enquête se poursuit, il faudra attendre 2015 pour que les poursuites le système judiciaire ne se mette en branle. Le 16 avril 2015, une première décision du CPS consiste en l'abandon des charges, en raison du mauvais état de santé de l'accusé, diagnostiqué de la maladie d'Alzheimer en 2009. La décision du CPS sera remise en question par une enquête indépendante menée par le juge Sir Richard Henriques. La décision est annulée par la contre-enquête et Lord Janner se voit de nouveau convoqué devant la justice.
 
Âgé de 87 ans, l'homme risque de passer le reste de ses jours en prison, malgré les diagnostiques répétés attestant de sa mauvaise santé mentale et de l'avancée de sa maladie vers la démence.
Aller plus loin : Pédophilie, le Royaume-Uni tente de faire face à ses démons


La plupart de décès ont été enregistrés dans la plus grande ville du pays, Karachi.  29/06/2015

1.306 personnes sont décédées en raison de la chaleur anormale qui sévit dans le sud du Pakistan, selon un récent bilan publié par le journal local DAWN.
La plupart de décès ont été enregistrés à Karachi, la plus grande ville du pays. Les effets de la canicule ont été aggravés par des coupures de courant électrique qui ont affecté le système d'adduction d'eau.
 
"Les coupures de l'électricité sont à l'origine de cette situation, et tout ça est dû à la gestion maladroite du groupe K-Electric et du gouvernement fédéral", a déclaré le ministre de l'Information de la province du Sindh Sharjeel Memon.  
Cette vague de canicule survient pendant le Ramadan, mois sacré au cours duquel les musulmans pratiquants s'abstiennent de manger et de boire entre le lever et le coucher du soleil. Les enfants sont quant à aux plus résistants à la chaleur car ils ne jeûnent pas et boivent beaucoup d'eau.
Les autorités pakistanaises ont déployé une centaine de centres d'assistance pour les victimes de malaises dus à la chaleur dans la région.


Grèce: fermeture des banques jusqu'au 6 juillet  29/06/2015

Les retraits sont en outre limités à 60 euros par jour.
 
Le gouvernement grec a annoncé la fermeture des banques jusqu'au 6 juillet, date du référendum sur les propositions des créanciers internationaux, ainsi que la limitation à 60 euros par jour des retraits aux guichets automatiques, selon un arrêté publié au Journal officiel grec dans la nuit du dimanche 28 au lundi 29 juin.
Le texte, signé par le président de la République Prokopis Pavlopoulos et par le chef du gouvernement Alexis Tsipras, fait état "du caractère d'extrême urgence et de la nécessité imprévue de protéger le système financier grec et l'économie grecque en raison du manque de liquidité entraîné par la décision de l'Eurogroupe du 27 juin de refuser l'extension de l'accord de prêt à la Grèce".
Toutefois, les touristes séjournant en Grèce et toute personne possédant une carte de crédit émise dans un pays étranger ne seront pas concernés par les mesures de limitation des retraits, selon l'arrêté.
Ces mesures surviennent au terme d'un week-end intense marqué par l'annonce d'un référendum en Grèce sur les propositions des créanciers. Ceci a conduit à la rupture des négociations entre Athènes et ses partenaires. Dimanche, la Banque centrale européenne (BCE) a décidé de ne pas relever le plafond de ses liquidités d'urgence (ELA), vitales au fonctionnement des banques grecques.


La Grèce "à quelques centimètres" d'un accord, selon Moscovici  29/06/2015

La Grèce peut encore négocier avec ses créanciers, selon le commissaire européen Pierre Moscovici.
 
Il existe des marges pour la négociation avec la Grèce, Athènes étant à "quelques centimètres" d'un accord avec ses créanciers, a déclaré lundi le commissaire européen chargé des Affaires économiques, Pierre Moscovici, dans une interview accordée à RTL.
"Il faut qu'on continue à discuter", a-t-il indiqué,  soulignant que pour la Commission européenne, "la porte est toujours ouverte aux négociations".
M.Moscovici a ajouté que le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker devait soumettre aux autorités grecques de nouvelles propositions dans le courant de la journée.
"La Grèce doit rester dans la zone euro", a conclu le commissaire.
Les négociations pour éviter à la Grèce un défaut de paiement ont pris un nouveau tour samedi, après l'annonce fracassante d'un référendum dans ce pays le 5 juillet sur les exigences des créanciers.
Convoqués en urgence à Bruxelles, les ministres des Finances de la zone euro ont refusé samedi de prolonger une nouvelle fois le programme d'aide à la Grèce au-delà du 30 juin, ce que demandait notamment Athènes.


L'Otan a trouvé son maillon manquant  29/06/2015

Le Monténégro devrait être le prochain pays membre de l'Alliance
 
L'Otan a dévoilé ses projets de nouvelle extension — cette fois-ci, il s'agit d'un cas isolé. Les sources du Kommersant au sein de l'Alliance affirment que le seul candidat idéal aujourd'hui est le Monténégro. Quant à la république adriatique elle-même, la semaine dernière, le nombre des partisans de l'adhésion à l'Otan y a pour la première fois dépassé celui des opposants. Ses dirigeants ont assuré à Kommersant que l'intégration du Monténégro à l'Alliance serait même bénéfique pour la Russie.
 
Le fait que la majorité des Monténégrins soient prêts à soutenir l'adhésion à l'Otan est confirmé par les résultats des sondages rendus publics la semaine dernière. Ils ont été menés par deux agences balkaniques influentes IPSOS — Strategic Marketing et Damar. Les résultats obtenus sont similaires: 47%, selon une agence, et 43%, selon l'autre, voteraient pour l'adhésion à l'Otan, 44% et 40% respectivement y sont opposés. À la question de savoir si le Monténégro sera membre de l'Alliance, 64% et 66% respectivement ont donné une réponse positive. Ainsi, pour la première fois au Monténégro, le nombre des partisans de l'adhésion à l'Otan a dépassé celui des opposants.  
Les résultats des sondages ont été annoncés par le Premier ministre monténégrin Milo Dukanovic au Forum sur la sécurité mondiale (GLOBSEC) à Bratislava. Lors du forum, le Monténégro a reçu un message très clair: c'est lui qui sera le prochain membre de l'Otan. Le premier ministre britannique David Cameron a déclaré: "Il y a de bonnes raisons pour que le Monténégro devienne membre de l'Alliance". Le représentant de la Slovaquie à l'Otan Tomas Valasek s'est exprimé plus clairement: "L'invitation au Monténégro ne manquera pas d'arriver". Et il y a quelques jours, le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, a confirmé que la décision sur le Monténégro serait prise en décembre.
 
Les autorités monténégrines ont proclamé l'adhésion à l'Otan comme un objectif stratégique en 2010, ensuite, elles ont rapidement obtenu le Plan d'action pour l'adhésion à l'Alliance et, enfin, le statut de candidat. "Le Monténégro est le seul maillon dans la chaîne des pays de l'Otan qui ne fait pas partie de l'Alliance, tous nos voisins de l'Adriatique sont membres de l'Otan, et nous n'avons pas d'autre moyen d'assurer notre sécurité, a expliqué une source de Kommersant dans ses cercles gouvernementaux. — En outre, l'adhésion à l'Otan est la garantie la plus fiable pour les investisseurs, dont nous dépendons largement".  
Les Monténégrins attendaient l'invitation au sommet de l'Otan à Cardiff en septembre, mais l'Alliance a pris une décision de Salomon: les ministres des Affaires étrangères de l'Alliance se décideront sur l'invitation du Monténégro en décembre 2015, sans attendre le prochain sommet à Varsovie. Les principaux reproches exprimés aux Monténégrins en automne dernier étaient la réforme inachevée du secteur de la défense et de la sécurité, ainsi qu'un niveau insuffisant de soutien public. Aujourd'hui, l'Otan admet que le Monténégro a bien avancé sur les deux points. Le Commandant suprême des forces alliées en Europe, Philip Breedlove, a récemment affirmé que sur le plan militaire, le Monténégro était prêt à rejoindre l'Otan et que la décision concernant son adhésion serait purement politique.


Vol MH17: la Malaisie appelle à créer un tribunal international  29/06/2015

Le gouvernement malaisien soutient la proposition d'Amsterdam de créer un tribunal international chargé de mener l’enquête sur le crash du Boeing 777 de Malaysia Airlines en Ukraine.
 
Le gouvernement malaisien soutient la proposition d'Amsterdam de saisir la Cour internationale de justice de l'Onu afin de relancer l'enquête sur le crash du Boeing survenu le 17 juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine, a déclaré le ministre des Transports Liow Tiong Lai.
"Nous voudrions saisir une instance judiciaire capable d'accélérer l'enquête et de rendre justice aux victimes du crash", a fait savoir le ministre malaisien.
Précédemment, Liow Tiong Lai avait appelé l'Onu et l'Organisation de l'aviation civile internationale (ICAO) à assurer le travail rapide et efficace des spécialistes menant l'enquête sur les causes du crash et à publier au plus vite un rapport contenant les résultats d'enquête.
 
Amsterdam mène actuellement des négociations avec les Etats concernés sur la possibilité d'enquêter sur le crash du Boeing dans le cadre de la Cour internationale de justice.  
Un Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans la région de Donetsk, en proie à des conflits entre les insurgés et l'armée ukrainienne. 298 personnes, dont 85 enfants, ont péri dans le crash.
Les autorités de Kiev ont immédiatement accusé les insurgés d'avoir abattu le Boeing malaisien. Ceux-ci ont pourtant affirmé qu'ils ne disposaient pas de moyens techniques permettant d'abattre un avion volant à une telle altitude.
Le 10 septembre 2014, les Pays-Bas ont rendu public un rapport préliminaire sur la catastrophe. Les experts ont confirmé que l'avion s'était désintégré en plein vol en raison de "dommages structurels provoqués par l'impact extérieur de nombreux projectiles à haute énergie". Cependant, l'origine de ces projectiles n'a pas été précisée.


Les militants pro-palestiniens ont accusé Israël de "piratage d'Etat".  29/06/2015

Les militants pro-palestiniens ont accusé Israël de "piratage d'Etat".
La marine israélienne a intercepté le navire suédois Marianne faisant partie de la dénommée Flottille de la liberté III alors qu'il tentait de forcer le blocus naval de la bande de Gaza.
La troisième flottille de militants pro-palestiniens est composée de quatre navires transportant, entre autres, le député arabe israélien Bassel Ghattas et l'ancien président tunisien Moncef Marzouki.
"Après avoir épuisé toutes les voies diplomatiques, le gouvernement israélien a ordonné à la marine de rediriger le navire afin de prévenir la violation du blocus naval", a annoncé le service de presse de Tsahal.
Selon un communiqué des militaires, la marine israélienne a à plusieurs reprises demandé au navire de changer de cap.
"Suite à son refus, Tsahal a accosté et fouillé le navire dans les eaux internationales", a précisé l'armée, tout en indiquant que l'interception s'était déroulée "sans incident".
Les trois autres bateaux de la Flottille ont été forcés de rebrousser chemin, pour éviter toute effusion de sang. 
Le blocus terrestre, aérien et maritime de la bande de Gaza a été imposé par Israël en 2006 en réaction à l'enlèvement d'un soldat israélien par le Hamas. Le blocus a été par la suite renforcé lors de la prise du pouvoir du mouvement islamiste un an plus tard.
En 2010, un assaut de commandos israéliens à bord d'un des bateaux d'une flottille internationale s'était soldé par la mort de neuf militants turcs.


SPUTNIK FRANCE’ INTERVIEWE LUC MICHEL SUR LA SITUATION EN ‘PRIDNESTROVIE’ (PMR) MENACEE PAR L’AXE ROUMANIE-MOLDAVIE-UKRAINE  29/06/2015

# EODE-TV/ ‘SPUTNIK FRANCE’ INTERVIEWE LUC MICHEL SUR LA SITUATION EN ‘PRIDNESTROVIE’ (PMR) MENACEE PAR L’AXE ROUMANIE-MOLDAVIE-UKRAINE
 
EODE-TV & RADIO SPUTNIK/ 2015 06 10/
Avec EODE Press Office - Sputnik France/
http://www.eode.org/
https://vimeo.com/eodetv
 
« Reste à savoir si Bucarest trouve véritablement envisageable une confrontation avec Moscou qui équivaudrait à un conflit entre l'Alliance et l'Eurasie. On en restera pour l'heure sur des points de suspension »
- Radio Sputnik (Moscou, 10 juin).
 
# L’INTERVIEW DE LUC MICHEL :
«  CRISE AUX FRONTIERES DE LA ‘REPUBLIQUE MOLDAVE DU DNIESTER’ (PMR, LA SOI-DISANT « TRANSNISTRIE »). INSTRUMENTALISE PAR LES USA, L’AXE ROUMANIE-MOLDAVIE-UKRAINE MENACE LA PAIX EN MER NOIRE »
 
Luc MICHEL interviewé par la journaliste de SPUTNIK France (Moscou) Françoise Compoint ce 10 juin 2015,
En podcast audio sur : https://vimeo.com/131029368
 
* Réécouter aussi mon interview du 25 mars 2015 :
# EODE-TV/ RADIO SPUTNIK : LUC MICHEL. OTAN ET NOSTALGIES GEOPOLITIQUES. QUAND BUCAREST CIBLE KICHINEV ET AGRESSE TIRASPOL !
En podcast audio sur : https://vimeo.com/123306252
 
 
# L’ARTICLE DU WEBSITE ‘SPUTNIK FRANCE’ :
« L'EVENTUALITE D'UNE ALLIANCE DE L'UKRAINE AVEC LA ROUMANIE, UN PAYS DE L'OTAN DONT LA RUSSOPHOBIE RABIQUE DES ELITES N'EST PAS A DEMONTRER »
 
Rubrique « Points de vue », ce 11 juin 2015,
Interview et commentaires de Françoise Compoint (*)
 
Extrait : « La nomination de l'ex-président géorgien Mikhaïl Saakachvili au poste de gouverneur de la région ukrainienne d’Odessa ne peut que faire sourire.
Personnalité odieuse détestée en Géorgie où il a laissé des empreintes sanglantes, agent de la CIA qui de par son activité sulfureuse n'a fait que noircir l'image des States dans son pays natal, le voilà qui renonce au passeport géorgien pour servir les mêmes maîtres mais ailleurs, en Ukraine, cette fois dans la ville hautement stratégique d'Odessa d'où il agite le drapeau rouge de la menace russo-transnistrienne. Plusieurs enjeux s'entremêlent.
 
Nous l'avions déjà compris suite au crash du MH17 et à l'enchaînement ultérieur des évènements, une manipulation en dissimule toujours une autre. Mais encore faut-il pouvoir faire la part des choses en distinguant les acteurs des marionnettes et la réalité du danger de la simple provocation. Le cas de la Transnistrie, république autoproclamée sur le territoire moldave, qui pour une raison tout à fait mystérieuse préoccupe le parlement ukrainien et Saakachvili plus que le sort d'une économie ukrainienne rongée par la dette et la corruption sous-tend en fait l'éventualité d'une alliance de l'Ukraine avec la Roumanie, un pays de l'OTAN dont la russo-phobie rabique des élites n'est pas à démontrer.
 
Qui plus est, cette alliance, si elle se concrétise, aura pour dénominateur commun les revendications nationales des deux pays: d'une part, celles de l'Ukraine galicienne, longtemps partie intégrante de la Rzecz Pospolita, puis sous domination austro-hongroise ce qui semble avoir déterminé le choix pro-européiste massif de l'Ukraine de l'Ouest Kiev ayant plutôt suivi par désespoir, d'autre part, celles de Bucarest nostalgique de la "Grande Roumanie" de 1918-1944 et qui ne se console donc pas d'avoir perdu cet appendice précieux qu'est la Transnistrie. La synthèse de ces revendications qui recèlent bien des complexes historiques ne peut que déstabiliser au-delà de ce qui a déjà été fait le climat aux frontières. C'est précisément l'effet recherché.
 
Un certain nombre d'éléments permet de supposer qu'on pourrait s'attendre non pas tant à une ingérence qu'à une provocation ukrainienne aux frontières de la Transnistrie. Les voici: abolition de l'accord prévoyant le transit par le territoire ukrainien des forces russes de maintien de la paix, déploiement à Balta, c'est-à-dire à 20 km de la frontière transnistrienne, de bataillons de la Garde nationale (préalablement entraînée par des instructeurs de l'Otan), nomination, on y revient, de Saakachvili, responsable en 2008 de la guerre éclair d'Ossétie du Sud. Reconnaissons-le, une expérience de ce type vaut quand même son pesant d'or!
 
Serions-nous en passe de revenir au même cas de figure la Transnistrie étant à la Moldavie (lire Roumanie) ce que le Donbass est à l'Ukraine? Ceci étant établi, l'économie défaillante de l'Ukraine lui permet à peine de poursuivre ses opérations de plus en plus insensées dans le Sud-Est! Pourquoi devrait-elle se ruiner à expédier le peu de forces qu'elle a entassé aux frontières dans un pays voisin en narguant davantage encore la Russie de laquelle elle continue à exiger des rabais sur le gaz tout en criant à l'agresseur russe?
 
On comprend dès lors mieux que cette double manipulation — et donbassienne et, en puissance, transnistrienne — n'est qu'un prétexte 2 en 1 pour, d'une part, confronter la Russie cette fois à ce pays de l'OTAN qu'est la Roumanie, d'autre part, faire déborder un conflit en état de semi-gel sporadique de ses frontières ukrainiennes en en dégelant un autre à proximité. Reste à savoir si Bucarest trouve véritablement envisageable une confrontation avec Moscou qui équivaudrait à un conflit entre l'Alliance et l'Eurasie. On en restera pour l'heure sur des points de suspension. »
 
(*) Journaliste. Diplômée de l’Université Lomonossov de Moscou, master de philosophie, professeur agrégée. Journaliste depuis 2012, a fait ses premières armes au sein de la « Voix de la Russie ». Sujets de prédilection : relations internationales, géostratégie, sociologie.
 
EODE-TV / EODE PRESS OFFICE
___________________________
http://www.eode.org/
https://www.facebook.com/EODE.org
EODE-TV on Vimeo : https://vimeo.com/eodetv
 
 


La "Flottille de la Liberté" approche des côtes de Gaza  29/06/2015

La "Flottille de la Liberté" approche des côtes de Gaza






Des militants pro-palestiniens naviguant en Méditerranée s'approchaient dimanche de la bande de Gaza mais s'attendaient à être interceptés avant d'entrer dans les eaux du territoire placé sous strict blocus israélien, indiquait dimanche une chaîne de télévision israélienne.
"Nous sommes en mer depuis trois jours et sommes à moins de 200 kilomètres de la bande de Gaza", a indiqué un journaliste de la deuxième chaîne à bord du navire suédois "Marianne de Göteborg".
Selon lui, les 50 passagers reçoivent quotidiennement des explications sur la façon de résister sans violence aux commandos israéliens qu'ils s'attendent à voir arraisonner le bateau avant de pouvoir entrer dans les eaux de la bande de Gaza.
"Il y a sur le radar un navire non identifié qui nous suit à 20 milles (nautiques, 37 km) et l'hypothèse est qu'il s'agit de la marine (israélienne)", a expliqué le journaliste.
Le "Marianne" fait partie de la "Flottille de la liberté III", un convoi de quatre navires transportant des militants pro-palestiniens voulant briser le blocus, comme le député arabe israélien Bassel Ghattas et l'ancien président tunisien Moncef Marzouki.
En 2010, lors d'une expédition semblable, des commandos israéliens avaient donné l'assaut dans les eaux internationales à six navires civils, dont le bateau turc Mavi Marmara. Dix Turcs avaient été tués.
Depuis, d'autres tentatives similaires ont été arrêtées mais sans que du sang soit versé.
Le gouvernement israélien prévoit de remettre un message aux militants une fois qu'ils auront été appréhendés, a expliqué à l'AFP un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
"Bienvenue en Israël !, dit la version en hébreu de ce document, dont l'AFP a pris connaissance. "Il semble que vous vous soyez perdus", est-il aussi écrit. "Peut-être vouliez-vous vous rendre dans un endroit proche d'ici, la Syrie, où le régime (du président Bachar al-) Assad massacre quotidiennement son peuple avec le soutien du régime meurtrier de l'Iran".

http://www.lorientlejour.com/article/931926/la-flottille-de-la-liberte-approche-des-cotes-de-gaza.html


Le Béarn sort de la monnaie unique  28/06/2015

Le Béarn sort de la monnaie unique





Ce territoire des Pyrénées-Atlantique s'apprête à mettre en circulation sa propre monnaie : la «tinda» (prononcez «tinde»). S'ils conservent l'euro, les Béarnais disposent désormais d'une seconde devise.

C'est une petite révolution. A l'heure où de plus en plus de citoyens européens affichent leur méfiance face à l'euro, le Béarn créé une monnaie qui se veut l'opposé de la devise fédératrice européenne. La tinda, qui sera mise en circulation à dater des 27 et 28 juin 2015, a en effet été inventée pour répondre à des besoins en terme de solidarité et d'environnement, et pour faciliter les circuits courts en terme de dépenses.

L'idée de cette Monnaie Locale Complémentaire (MLC), c'est en effet de favoriser les échanges directs et éthiques. La tinda (du verbe «tindar», «tinter» en Français), répond en effet à des objectifs clairs. Il s'agit d'orienter l'économie vers des circuits courts, qualitatifs et adaptés aux besoins locaux. La dépense doit se tourner vers des projets ou des entreprises respectueux de l’environnement et porteurs de solidarité.

Pour mettre en application ces objectifs, la tinda s'est armée de la charte de la MLC Béarn. Un texte qui stipule clairement que le fonds de garantie (disposition nécessaire à l'existence d'une monnaie et qui assure la confiance dans le système financier) ne peut servir à des opérations de spéculation. Il doit servir à financer des projets respectueux de la charte. Les commerces acceptant la monnaie sont des prestataires locaux qui ont signé la charte et qui en respectent les termes. L'étendue réduite des possibilités de dépense doit augmenter le lien social.

C'est d'une association qu'est née l'idée de la création de la tinda. L'association De Main en Main est un collectif dont la moyenne d'âge ne dépasse pas les 35 ans mais dont les idées ont pris une forme concrète. A l'image de son projet de MLC, l'association répond à des principes éthiques qu'elle a insufflé dans la tinda. Le collectif a créé un emploi dans le cadre du projet et assure la formation d'une étudiante. Il a mis en place un système d'adhésion de soutien : cinq euros sont demandés pour fournir des tindas à un particulier. Pour les responsables du projet, utiliser la tinda est un acte militant : «chaque tinda est comme un bulletin de vote pour la transition énergétique», affirme-t-on dans les rangs du collectif.

Se voulant locale, à l'instar de la monnaie qui en résulte, l'initiative a mis en mouvement différents dynamismes dans le territoire du Béarn. Le nom a été désigné par un vote de Béarnais lors d'un événement local et environnemental (la Fête du Bois, organisée par la ville de Lucq-de-Béarn). Les illustrations ont également été imaginées par des Béarnais après un appel lancé par l'association aux esprits créatifs du territoire. Les habitants sont ainsi au courant et impliqués dans le projet depuis sa genèse. Si une quarantaine de commerces locaux a déjà déclaré accepter la devise, le collectif invite tous les prestataires intéressés à se faire connaître et souhaite rédiger un annuaire, édité de pair avec la mise en circulation de la MLC.

La tinda est adossée à l'euro. En pratique, cela signifie que 1 tinda = 1 euro. Six coupures de billets seront imprimées : de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 tindas. La monnaie n'est pas la première MLC créée localement avant d'être reconnue par l'état. L'eusko du Pays Basque, ou encore l'abeille de Villeneuve-sur-lot ont fait leur preuve dans leurs régions respectives, contribuant notamment à la dynamisation des échanges locaux.

http://francais.rt.com/france/3720-bearn-sort-monnaie-unique


Maroc: premiers pourparlers directs entre Parlements rivaux libyens  28/06/2015

Maroc: premiers pourparlers directs entre Parlements rivaux libyens







Les deux Parlements libyens rivaux ont eu dimanche pour la première fois des pourparlers directs à Skhirat, au Maroc, sous l'égide de l'ONU afin de parvenir à un accord sur un gouvernement d'union nationale.
Les deux parties, qui doivent se pencher sur une quatrième proposition d'accord présentée par l'émissaire des Nations unies en Libye Bernardino Leon, se sont félicitées des dernières avancées.
En proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye compte deux Parlements -- et deux gouvernements -- qui se disputent le pouvoir, l'un à Tripoli, et l'autre à Tobrouk (est) reconnu par la communauté internationale.
Des responsables des deux Parlements rivaux, ainsi que des acteurs de la société civile, étaient présents dimanche autour de la table des négociations.
Depuis le début des pourparlers au Maroc à la mi-mars, M. Leon faisait des navettes entre les deux groupes.
"La session d'aujourd'hui a été positive", a déclaré Mohamed Saleh al-Makhzoum, membre au Congrès général national (CGN), le Parlement installé dans la capitale Tripoli, sous le contrôle de Fajr Libya, une coalition de milices.
Selon lui, les deux parties se sont mises d'accord sur de nombreux points.
Il a par ailleurs salué les "grands efforts" déployés par l'ONU en vue de rapprocher les deux parties.
"Nous nous sommes accordés sur la majorité des dossiers", a également indiqué Abou Bakr Baïra, député au Parlement de Tobrouk.
"Après la signature du texte d'accord, chaque partie soumettra le projet à son Parlement afin d'obtenir un accord final", a précisé Tawfik Chahibi du CGN, sans préciser à quelle date le texte pourra être signé.
L'émissaire de l'ONU a salué samedi soir le rapprochement des différents acteurs du conflit.
Malgré les difficultés, "je suis convaincu que nous obtiendrons une solution juste", a-t-il dit lors d'un iftar, le repas de rupture du jeûne du ramadan.
Les pourparlers doivent se poursuivre lundi.

http://www.lorientlejour.com/article/931922/maroc-premiers-pourparlers-directs-entre-parlements-rivaux-libyens.html


Combat contre Daesh : une « guerre de civilisation »  28/06/2015

Combat contre Daesh : une « guerre de civilisation »






Manuel Valls, Premier ministre française, a qualifié, ce dimanche 28 juin, le combat contre Daesh de « guerre de civilisation ». « Nous ne pouvons pas perdre cette guerre parce que c’est au fond une guerre de civilisation. C’est notre société, notre civilisation, nos valeurs que nous défendons », a-t-il déclaré lors de l’émission Le Grand Rendez-vous d’Europe 1-Le Monde-iTélé. C’est la première fois qu’un responsable de la gauche française utilise publiquement cette expression chère aux néoconservateurs américains et à Nicolas Sarkozy.

Manuel Valls a révélé quelques chiffres sur le nombre de personnes concernées par le « djihad » en France. Ainsi, près de 1 800 personnes sont en lien avec les filières terroristes en Syrie et en Irak dont 473 sont sur place. De plus, 119 d’entre eux, « souvent des Français », seraient morts dans les combats, selon le ministre. (Lire)

De son côté, la Présidente du Front National (FN), Marine Le Pen a appelé à la « fermeture des mosquées salafistes » en France, en réaction à l’attentat qui a fait un mort en Isère, près de Lyon.

http://www.tsa-algerie.com/20150628/daesh-manuel-valls-parle-de-guerre-de-civilisation-119-francais-morts-au-djihad-securite-renforcee-dans-les-villes-tunisiennes-le-point-sur-lactu-internat/


Isère : Yassin Salhi plaide le "coup médiatique maquillé en acte terroriste"  28/06/2015

Isère : Yassin Salhi plaide le "coup médiatique maquillé en acte terroriste"






Selon les informations de Sophie Neumayer de iTélé, Yassin Salhi a indiqué, lors de ses aveux ce dimanche, aux forces de l'ordre avoir voulu se suicider, et "réaliser un coup médiatique maquillé en acte terroriste". Le père de famille a invoqué - source de son mal-être - des "tensions avec son épouse et son employeur". Ce dernier, Hervé Cornara, a été retrouvé décapité vendredi dans les locaux de l'usine Air Products de Saint-Quentin-Favilliers, qu'il a ensuite tenté de faire exploser.

Un employé de la société de la victime a rapporté à la chaîne d'information qu'une "dispute" avait en effet éclaté entre les deux hommes quelques jours avant le drame, après que Yassin Salhi avait "laissé tomber une palette lourdement chargée en matériel informatique".
Aveux

À Lyon, d'abord mutique, le suspect avait commencé à s'expliquer sur le déroulé des faits samedi soir, avant d'avouer l'assassinat de son patron. Le suspect de l'attentat en Isère a quitté Lyon ce dimanche en début d'après-midi. Il doit être transféré au siège de la police antiterroriste, près de Paris.

http://www.lepoint.fr/societe/isere-yassin-salhi-plaide-le-coup-mediatique-maquille-en-acte-terroriste-28-06-2015-1940593_23.php


Grèce: l'Eurogroupe refuse de prolonger le plan d'aide  28/06/2015

Grèce: l'Eurogroupe refuse de prolonger le plan d'aide







L'Eurogroupe a refusé de prolonger d'un mois le programme d'aide à la Grèce, selon M.Dijssebloem, président du groupe.

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem a annoncé que le programme d'aide à la Grèce ne serait pas prorogé, prenant fin le 30 juin., rapportent les médias internationaux.

Selon lui, les déclarations des autorités grecques annonçant le respect du programme d'assainissement de l'économie, proposé par les créanciers, en cas de résultat positif du référendum, n'inspirent point de confiance.

La Grèce "a demandé " une prolongation d'un mois du programme d'aide actuel afin de pouvoir tenir au-delà du référendum prévu pour le 5 juillet. Mais ses partenaires ont refusé car "n'importe quel programme doit être suivi d'effets en termes économiques budgétaires et de stabilité financière" et "si le gouvernement grec n'est pas prêt à accepter " les propositions qui lui sont faites, "alors il y a un problème de crédibilité", a expliqué M. Dijsselbloem.

Il a rappelé qu'il était "de la responsabilité du gouvernement grec, quelle que soit la situation, de respecter ses obligations envers ses créanciers".

De son côté, le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a déclaré que le refus des créanciers de prolonger le programme d'aide à la Grèce ne faisait que miner la confiance envers l'Eurogroupe.

http://fr.sputniknews.com/international/20150628/1016753723.html


Isère: le suspect admet avoir tué l'entrepreneur  28/06/2015

Isère: le suspect admet avoir tué l'entrepreneur






Yassin Salhi, soupçonné d'avoir assassiné et décapité un homme vendredi avant de commettre un attentat en Isère, dans l'est de France, a reconnu devant les enquêteurs avoir tué l'entrepreneur, ont rapporté dimanche les médias français citant une source proche du dossier.

Après avoir été hospitalisé à Lyon, il a été placé vendredi soir en garde à vue et a commencé à parler aux enquêteurs samedi soir après avoir gardé le silence depuis son arrestation. "Il a également donné des éléments sur les circonstances" de cet assassinat, a ajouté cette source, sans préciser lesquelles. 

http://french.cri.cn/621/2015/06/28/301s438854.htm


USA: la fusée transportant la capsule de SpaceX a explosé après son lancement  28/06/2015

USA: la fusée transportant la capsule de SpaceX a explosé après son lancement






Miami - La fusée Falcon de la société SpaceX, qui transportait une capsule Dragon non habitée pour une mission d'approvisionnement de la Station spatiale internationale (ISS), a explosé un peu plus de deux minutes après son décollage dimanche de Cap Canaveral en Floride.

Le lanceur a explosé, a indiqué le commentateur de la télévsion de la Nasa qui retransmettait en direct le lancement, alors que des morceaux de la fusée retombaient vers le sol.

Il apparaît que nous avons un échec de la fusée (...) mais à ce stade on ne sait pas exactement ce qui s'est passé, a-t-il ajouté.

Peu après un commentateur de SpaceX a précisé que la transmission vidéo avec Falcon 9 avait été interrompue.

Il y a eu une anomalie durant la première partie du vol, a-t-il précisé tout en notant que les neuf moteurs du premier étage de la fusée s'étaient bien allumés et que le véhicule avait atteint une vitesse supersonique.

Il semblerait qu'il y a eu un problème avec le premier étage de la fusée avant la séparation avec le reste du lanceur, a-t-il indiqué.

Une conférence de presse est prévue à 12H30 (16H30 GMT), a indiqué la Nasa.

Il s'agit du premier accident pour SpaceX après six lancements réussis pour approvisionner l'ISS dans le cadre d'un contrat avec la Nasa.

http://www.romandie.com/news/USA-la-fusee-transportant-la-capsule-de-SpaceX-a-explose-apres-son-lancement_RP/606935.rom
(©AFP / 28 juin 2015 17h12)


La police turque réprime violemment une gay pride à Istanbul  28/06/2015

La police turque réprime violemment une gay pride à Istanbul






La police anti-émeutes turque a violemment réprimé dimanche une Gay Pride organisée dans le centre d'Istanbul. Elle a lancé des gaz lacrymogènes et utilisé des canons à eau pour disperser des milliers de manifestants rassemblés pacifiquement, a constaté l'AFP.

Présente en nombre à l'entrée de la grande artère piétonne d'Istiklal, la police a chargé en force la foule lorsque des manifestants portant des drapeaux d'arc-en-ciel ont scandé des slogans dénonçant "le fascisme" du régime du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan.

Elle a utilisé par endroits des balles en caoutchouc. Au moins cinq manifestants ont été interpellés par la police.

Avant le lancement de la marche, de nombreux policiers en tenue ont fermé l'accès à la place Taksim, sur laquelle s'ouvre la rue d'Istiklal, centre de la contestation contre le régime islamo-conservateur de l'été 2013. Depuis, tout rassemblement est interdit sur la place et ses abords.

Journalistes brutalisés
Un groupe de civils, apparemment des nationalistes et islamistes qui s'étaient réunis près d'Istiklal, ont attaqué les journalistes couvrant l'événement, blessant légèrement plusieurs d'entre eux dont un photographe de l'AFP. La police n'a pas bronché à cette agression, selon les témoins et les médias. Une vidéaste de l'AFP a quant à elle été brutalisée par la police alors qu'elle filmait son intervention musclée.

Cette marche devait constituer la treizième édition de la marche des fiertés homosexuelles pour soutenir les droits des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) qui s'étaient dans le passé déroulées sans incidents graves en Turquie, où l'homophobie reste répandue, surtout dans les zones rurales. Cette année, la manifestation a coïncidé avec le mois musulman du ramadan.

Indignation
Des députés de l'opposition social-démocrate au Parlement qui assistaient au début de la marche ont voulu négocier avec la police et l'un d'eux, Mahmut Tanal, du parti républicain du peuple (CHP) est monté sur un véhicule blindé de la police, selon les images diffusés par les médias.

De nombreux internautes ont fait part de leur indignation après la dispersion de la marche. "Attaquer des gens qui défilent pour soutenir l'amour n'a pas de place dans la démocratie. C'est tout simplement une honte", a lancé sur son compte Twitter Erdem Yener, un comédien connu de Turquie.

http://www.romandie.com/news/La-police-turque-reprime-violemment-une-gay-pride-a-Istanbul/606938.rom
(ats / 28.06.2015 17h43)


La France prête à "accentuer" sa coopération de sécurité avec la Tunisie  28/06/2015

La France prête à "accentuer" sa coopération de sécurité avec la Tunisie








Le Premier ministre français Manuel Valls a affirmé dimanche que la France était prête à "accentuer" sa coopération de sécurité avec la Tunisie, où un attentat jihadiste a fait vendredi 38 morts à Sousse.

"Le terrorisme a voulu frapper la Tunisie parce que c'est un pays qui a réussi sa révolution démocratique, qui a écarté l'islamisme radical, qui a réussi son printemps arabe, qui épouse les valeurs de démocratie et de laïcité", a assuré le Premier ministre, lors d'une émission politique Europe 1-iTELE-Le Monde. "Nous devons aider la Tunisie. Les Tunisiens savent qu'ils peuvent toujours compter sur la France", a-t-il ajouté.
"Nous sommes prêts à accentuer notre coopération de sécurité, notamment pour que la frontière avec la Libye puisse être mieux protégée", a-t-il également affirmé.

Il a rappelé qu'"un plan d'action dans le domaine de la sécurité a(vait) été préparé avec les Tunisiens: formation, fourniture d'experts aux forces de police, coopération dans le domaine des forces spéciales que nous formons, fourniture d'équipement spécialisé. Nous avons des discussions en ce moment sur leurs besoins en hélicoptères". "Nous voulons également soutenir la Tunisie sur le plan économique", a également dit M. Valls.

Le premier ministre français a aussi estimé que l'Europe devait "aussi prendre ses responsabilités dans son aide à la Tunisie". "C'est vital pour la Tunisie mais c'est vital pour nous aussi parce que la lutte contre le terrorisme, la défense de nos valeurs et de la démocratie se joue bien sûr en Europe mais elle se joue également de l'autre côté de la Méditerranée".

http://www.lorientlejour.com/article/931893/la-france-prete-a-accentuer-sa-cooperation-de-securite-avec-la-tunisie.html


1 2 3 4 5 » ... 2679

Publicité

Brèves



Commentaires