Les colons attaquent un rassemblement chrétien à Jérusalem  24/09/2016

Les colons attaquent un rassemblement chrétien à Jérusalem









Des colons ont attaqué, la nuit dernière, une des communautés palestiniennes chrétiennes dans la ville occupée de Jérusalem.

Selon la radio hébreu, l’activiste du groupe d'extrême droite Bentzi Gobstein a appelé, hier soir, à attaquer une réunion du groupe chrétien à Jérusalem.

Elle a expliqué que les colons ont fait irruption dans la salle de réunion scandant des slogans hostiles aux chrétiens.

De son côté, le conseiller du Conseil des évêques de Jérusalem Wadih Abu Nassar a condamné l'attaque et appelé les autorités sionistes à assumer leurs responsabilités et à présenter Gobstein et ses partisans à la justice en raison de leurs crimes continus et leurs actes de violence et d'incitation.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=49325


Jeremy Corbyn élu chef du Parti travailliste britannique  24/09/2016









Le député du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn, connu par son soutien à la cause palestinienne a été réélu, samedi, chef du plus grand parti politique de l'Europe occidentale, après avoir remporté 61,8% des voix des membres du parti, à la suite d'une vive contestation.

Les partisans de la cause palestinienne et ses militants, considèrent la victoire de Corbyn , comme succès pour lui et au soutien de la cause palestinienne qui cherchait à se solidariser avec depuis des dernières années .
Par cette victoire, Il est prévu que le parti travailliste britannique devrait conduire les rênes du pouvoir dans le pays, dans les élections de 2020.

Le gouvernement de l'occupation israélienne a de nombreuses reprises exprimé ses préoccupation de la victoire de Corbyn, à la tête du Parti travailliste britannique.

Corbyn avait promis à d'autres occasions de travailler d' interdire la vente d'armes à l'occupation israélienne, comme il règne une grande préoccupation dans l'entité sioniste de envers Corbyn, qui est considéré son propre ennemi, car il l'a critiqué au cours des 32 années de son appartenance au Parlement.

Corbyn a exprimé son soutien continu pour les Palestiniens et au boycott de l'entité sioniste et a visité Gaza, en 2014.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=49336


Barroso en contact étroit avec Goldman Sachs durant son mandat à Bruxelles  24/09/2016

Barroso en contact étroit avec Goldman Sachs durant son mandat à Bruxelles








José Manuel Barroso, au centre d'une polémique sur son embauche par Goldman Sachs, a entretenu des contacts étroits pendant son mandat à la tête de la Commission européenne (2004 à 2014) avec la banque américaine, selon des documents révélés samedi par le journal portugais Publico.

Les dirigeants de Goldman Sachs "faisaient parvenir au cabinet de Barroso de manière confidentielle des propositions sur des changements à apporter aux politiques de l'Union européenne", rapporte le journal qui publie des extraits de lettres et mails obtenus auprès de la Commission européenne.
Une missive du 30 septembre 2013 signée par le patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, fait ainsi état d'une visite discrète de M. Barroso au siège de la banque à New York qui, selon le journal, ne figurait ni à son agenda officiel, ni dans les archives de la Commission.
"J'ai beaucoup apprécié notre discussion productive sur les perspectives économiques mondiales", écrit M. Blankfein qui a fini par embaucher M. Barroso comme président non-exécutif de Goldman Sachs International.

Sollicité par le journal, M. Barroso a "démenti catégoriquement" avoir eu une "relation spéciale avec une entité financière" durant l'exercice de ses deux mandats à Bruxelles.
"J'ai naturellement maintenu des contacts institutionnels - transparents et dûment enregistrés dans les archives de la Commission - avec de nombreuses entités politiques, patronales, syndicales et financières", a-t-il fait valoir. Parmi elles figuraient "les principales banques qui opèrent sur le marché européen", dans un contexte de "crise financière", a-t-il poursuivi.

Le journal cite entre autres une lettre d'une lobbyiste de Goldman Sachs faisant des propositions sur la législation des marchés financiers et une réponse d'un membre du cabinet de M. Barroso qui a promis de les lire "avec grand intérêt".

Lors d'éventuelles visites à Bruxelles, M. Barroso sera désormais reçu lui-même comme un lobbyiste lambda et "non pas comme ancien président", a d'ores et déjà averti son successeur Jean-Claude Juncker.
Le recrutement de M. Barroso par Goldman Sachs a soulevé une vague d'indignation en Europe et notamment en France, où le président François Hollande l'a qualifié de "moralement inacceptable".

Pour José Manuel Barroso, Goldman Sachs «n'est pas un cartel de drogue»

© Christian Hartmann Source: Reuters

Le feu des critiques ne se calme pas depuis l’embauche de l'ancien président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, à la banque américaine Goldman Sachs, mais il ne pense pas pour autant à quitter ce nouveau poste.

«Pourquoi je n'aurais pas le droit de travailler où je veux, du moment qu'il s'agit d'une entité légale ? Ce [Goldman Sachs] n'est pas un cartel de drogue», a ironisé José Manuel Barroso devant des journalistes en marge d'une conférence à Estoril, près de Lisbonne.

«Je n'accepte pas qu'on cherche à discriminer une entité financière qui opère sur les marchés [...] et je n'accepte pas qu'il y ait une discrimination à mon égard, c'est contraire aux règles européennes», a-t-il poursuivi, en répondant à la question sur son attitude envers la demande de son successeur Jean-Claude Juncker de «fournir des éclaircissements sur ses nouvelles responsabilités et les termes de références de son contrat».

Plus de 145 000 personnes ont déjà signé une pétition en ligne, exigeant d’entreprendre des «mesures exemplaires» contre l’ancien chef de la Commission européen, car «son comportement déshonore le service européen, ainsi que la structure de l’UE».

Depuis juillet dernier, José Manuel Barroso travaille en tant que conseilleur à la banque américaine Goldman Sachs. Celle-ci aurait contribué au déclenchement de la crise financière des années 2007-2008 et dissimulé des dettes publiques de la Grèce au début des années 2000.

La majorité des internautes qui ont signé cette pétition déclarent que Goldman Sachs ne l'a recruté que «pour son carnet d'adresses».

http://www.lorientlejour.com/article/1009141/barroso-en-contact-etroit-avec-goldman-sachs-durant-son-mandat-a-bruxelles-presse.html
https://francais.rt.com/economie/26798-pour-jose-manuel-barroso-goldman-gachs-pas-cartel-de-drogue


Netanyahu rencontrera Trump et Clinton dimanche à New York  24/09/2016

Netanyahu rencontrera Trump et Clinton dimanche à New York









Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rencontrera séparément dimanche le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump et sa rivale démocrate Hillary Clinton à New York, a-t-on appris samedi auprès de son bureau.

"Une rencontre avec Donald Trump a d'abord été convenue et nous avons immédiatement contacté le camp de Clinton afin de maintenir l'équilibre", a dit à l'AFP une source au sein du bureau de M. Netanyahu, sans préciser qui, des services du Premier ministre israélien ou de l'équipe de campagne de Donald Trump avait pris l'initiative de la rencontre.

M. Benjamin Netanyahu est à New York où il a prononcé jeudi un discours devant l'Assemblée générale de l'Onu.

Selon les commentateurs, Benjamin Netanyahu tente d'éviter toute impression d'interférence dans la campagne électorale américaine.
Lors de la dernière campagne électorale pour la Maison Blanche, en 2012, des responsables américains avaient déploré le soutien ouvert apporté selon eux par M. Netanyahu au candidat républicain Mitt Romney, qui avait effectué une visite à Jérusalem où il avait critiqué la politique de Barack Obama au Moyen-Orient.

Donald Trump, qui devait se rendre en décembre dernier en Israël, avait finalement reporté sa visite qui était prévue quelques jours après le scandale provoqué par la proposition du milliardaire de barrer l'entrée des musulmans aux Etats-Unis.

En mai dernier, il avait annoncé dans une interview à un quotidien gratuit considéré comme proche de Benjamin Netanyahu, qu'il se rendrait "bientôt" en visite en Israël.

http://www.lorientlejour.com/article/1009142/netanyahu-rencontrera-trump-et-clinton-dimanche-a-new-york.html


Brésil: la cour suprême autorise une enquête préliminaire contre le président Temer  24/09/2016

Brésil: la cour suprême autorise une enquête préliminaire contre le président Temer







Un juge de la cour suprême brésilienne a autorisé l'ouverture d'une enquête préliminaire concernant des allégations impliquant l'actuel président Michel Temer dans l'enquête sur le scandale de corruption Petrobras.

Teori Zavascki a donné son feu vert, vendredi soir, à l'ouverture de plusieurs enquêtes à l'encontre de dirigeants politiques, sur la base des déclarations de Sergio Machado, ex-président de Transpetro, une filiale du géant public pétrolier Petrobras. M. Machado a parlé dans le cadre d'un arrangement avec la justice en échange d'une réduction de peine, a précisé l'agence publique Agencia Brasil. L'enquête concernant M. Temer se concentre sur une demande présumée de fonds, effectuée en 2012 auprès de Transpetro.

M. Zavascki a classé les déclarations de Sergio Machado en plusieurs dossiers, qui impliquent des politiques influents au Brésil, du parti PMDB, le parti centriste de l'actuel président Michel Temer, du PSDB, le parti de la sociale démocratie, et du parti des Travailleurs de l'ex-présidente Dilma Rousseff ainsi que de son mentor, l'ancien chef d'Etat Luiz Inacio Lula da Silva. Le procureur général de la République, Rodrigo Janot, doit désormais décider de l'ouverture d'une enquête formelle ou non contre le président.

Le dossier "Lavage Express", enquête lancée en mars 2014 sur des stations-service, a dévoilé un vaste réseau de corruption au sein de Petrobras. Trente mois plus tard, l'enquête est devenue la bête noire des politiques au Brésil.

M. Temer a succédé à Dilma Rousseff le 31 août après que celle-ci eut été destituée par le Sénat brésilien pour maquillage des comptes publics, au terme d'une procédure juridico-politique. Ses soutiens dénoncent sa destitution comme un "coup d'Etat" ourdi par l'opposition de droite et Michel Temer, qui était auparavant vice-président.

http://www.lorientlejour.com/article/1009104/bresil-la-cour-supreme-autorise-une-enquete-preliminaire-contre-le-president-temer.html


Syrie: les habitants d'Alep privés d'eau (Unicef)  24/09/2016

Syrie: les habitants d'Alep privés d'eau (Unicef)










Près de deux millions d'habitants d'Alep sont privés d'eau courante, conséquence des récents bombardements sur les quartiers rebelles de la ville syrienne, s'est alarmée samedi l'Unicef, craignant l'apparition de maladies chez les enfants.

Depuis la fin d'une trêve lundi soir, les forces gouvernementales syriennes soutenues par l'armée russe bombardent quotidiennement les quartiers rebelles d'Alep situés dans l'est de la ville, alors que la partie ouest est aux mains du régime.

Les frappes des deux derniers jours ont été particulièrement intenses, faisant plus de 70 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une organisation qui dispose d'un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

"Près de deux millions de personnes sont de nouveau privées d'eau potable via le réseau public (d'adduction)", a déploré l'Unicef dans un communiqué.

"Des attaques intenses la nuit dernière ont endommagé la station de pompage de Bab al-Nayrab qui fournit de l'eau à quelque 250.000 habitants dans l'est d'Alep. Les violences empêchent les équipes de réparation d'atteindre la station", a indiqué Hanaa Singer, représentante de l'Unicef en Syrie.

"En riposte, la station de pompage Souleimane al-Halabi (située dans l'est) a été arrêtée, coupant l'eau à 1,5 million de personnes vivant dans les secteurs ouest de la ville", a-t-elle poursuivi.

"Priver les enfants d'eau fait courir le risque d'une apparition catastrophique de maladies à transmission hydrique et ajoute à leur souffrance et à l'horreur qu'ils vivent quotidiennement à Alep".

L'Unicef estime que le manque d'eau potable met particulièrement en danger les habitants de l'est de la ville car leur seule alternative est l'eau de puits très contaminée.

Les personnes habitant dans l'ouest de la cité peuvent avoir recours eux à des puits plus profonds dont l'eau est saine.

L'Unicef a indiqué qu'elle ferait parvenir en urgence des camions d'eau dans la ville, mais précisé qu'une telle mesure n'était pas réalisable sur le long terme.

"Il est crucial pour la survie des enfants que toutes les parties au conflit arrêtent les attaques contre des infrastructures hydrauliques, fournissent un accès pour réparer les dommages à la station de Bab al-Nayrab, et remettent en marche celle de Souleimane al-Halabi", a ajouté le Fonds de l'Onu pour l'enfance.

http://www.lorientlejour.com/article/1009107/syrie-les-habitants-dalep-prives-deau-unicef.html


Oliver Stone: Obama a créé la surveillance la plus massive de l’histoire  24/09/2016

Oliver Stone: Obama a créé la surveillance la plus massive de l’histoire









À l’occasion d’une présentation de son nouveau film consacré au lanceur d'alerte Edward Snowden, le réalisateur Oliver Stone fustige la «surveillance sans égale» mise sur pied sous Barack Obama.

Patriote, dissident ou traître? La nouvelle fiction biographique qu'Oliver Stone consacre au lanceur d'alerte Edward Snowden retrace l'histoire de cet ex-consultant de l'agence de sécurité américaine NSA à l'origine de la plus grande fuite de données de l'histoire des Etats-Unis.

Les milliers de documents révélés par Snowden ont mis en lumière l'ampleur de la surveillance américaine tentaculaire sur les communications dans le monde, déclenchant un vif débat sur le droit à la vie privée face aux agissements de l'Etat. « Il a créé la surveillance d'Etat mondiale la plus la plus massive qui ait jamais existé, bien au-delà de ce qu'avait fait la Stasi en Allemagne de l'Est », a estimé le réalisateur Oliver Stone en déplorant le rôle du président Barack Obama. « Enfreindre toutes les règles au nom du terrorisme global ne constitue pas une riposte marginale, mais une riposte extrême », relève-t-il. « Méfions-nous des fascistes et des tyrans qui promettent de nous protéger. Je ne veux pas de ça. »

« M. Obama devrait pardonner (Snowden) et nous l'espérons », a déclaré Oliver Stone en souhaitant que le président ait soudainement « un éclair pour lui montrer la voie » à suivre dans cette affaire.

Dans son nouveau film, Oliver Stone suit le parcours de Snowden de l'armée à la CIA jusque dans ses fonctions de prestataire de la NSA, chaque plan exposant un peu plus les secrets de la surveillance en place: le monde est truffé de matériel électronique capable d'épier les activités de tout un chacun. Fidèle à son image, Oliver Stone dénonce l'hypocrisie des responsables politiques en notant que les lanceurs d'alertes ont levé simplement une petite partie du voile sur ce qui constitue « un véritable monde souterrain ».

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201609241027900362-oliver-stone-obama-surveillance-massive/


«Il n’a pas d’arme !» : la famille de l’Afro-américain abattu par la police diffuse sa vidéo  24/09/2016

«Il n’a pas d’arme !» : la famille de l’Afro-américain abattu par la police diffuse sa vidéo


Alors que les forces de l’ordre refusent de diffuser leurs images de l’arrestation fatale de Keith Scott, abattu le 20 septembre par la police aux Etats-Unis, une vidéo prise par l’épouse de ce dernier a été rendue publique.

La chaîne télévisée américaine NBC News a diffusé une vidéo de l’interpellation de Keith Scott, Afro-américain de 43 ans, abattu dans la ville de Charlotte, en Caroline du Nord.

Alors que les officiers tentent d’arrêter son mari, on y voit Rakeya Scott filmer la scène et interpeller les policiers à distance : «Ne tirez pas ! Il n’a pas d’arme !»

«Lâche ton arme !», lancent plusieurs fois les officiers à Keith Scott, ignorant sa femme, qui poursuit : «Il n’a pas d’arme, il a une lésion cérébrale, il ne va rien faire ! Il vient de prendre son traitement !»

Tandis que les forces de l’ordre poursuivent leurs injonctions, l’épouse de l’homme cerné le supplie de sortir de la voiture, afin que les agents de police ne brisent pas la vitre de son pickup.

«Keith, ne fais pas ça !» s’exclame Rakeya Scott, quelques instants avant que quatre coups de feu ne retentissent, sous ses yeux incrédules.

«Vous l’avez tué ? Il a intérêt à ne pas être mort ! Il a intérêt à ne pas être mort car il ne leur a rien fait» hurle-t-elle aux policiers, tout en continuant de filmer, avant d’appeler les urgences.

Depuis la mort de Keith Scott le 20 septembre à Charlotte, en Caroline du Nord, les manifestations se succèdent, dénonçant une énième bavure policière contre un Afro-américain et réclamant que la police diffuse sa vidéo de l’interpellation.

https://francais.rt.com/international/26782-famille-keith-scott-diffuse-video


Erdogan accuse Washington d'avoir livré des armes aux Kurdes syriens  24/09/2016

Erdogan accuse Washington d'avoir livré des armes aux Kurdes syriens












Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé les Etats-Unis d'avoir livré des armes à un groupe armé kurde syrien considéré comme "terroriste" par Ankara.

"Il y a encore trois jours, deux avions remplis d'armes ont été envoyés à Kobané (en Syrie) au PYD et au YPG", a déclaré le président turc jeudi soir au cours d'un dîner de gala organisé à New York, dans des propos rapportés par l'agence progouvernementale Anadolu.

Le dirigeant turc a déclaré s'être entretenu de cette question avec le vice-président américain Joe Biden sans "réussir à (lui) faire entendre raison".

Pour la Turquie, le YPG (Unités de protection du peuple kurde), branche armée du parti kurde syrien PYD, est le prolongement du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré par Ankara comme une "organisation terroriste".

Il a estimé que Washington devait classer le PYD et le YPG comme des groupes terroristes même s'ils se battent contre les jihadistes de l'organisation Etat islamique. Il a cité comme exemple le Front al-Nosra (qui a récemment changé de nom pour devenir le Front Fateh el-Cham), considéré comme terroriste par Washington bien qu'il soit lui aussi hostile à l'EI.

Les Américains "estiment que le PYD et YPG se battent contre Daech (acronyme arabe de l'EI). Mais si le PYD et le YPG se battent contre Daech, le Front al-Nosra ne le fait pas, lui ?", a-t-il ironisé.

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/498737.html


11-septembre: veto d'Obama à une loi autorisant des poursuites contre Ryad  23/09/2016

11-septembre: veto d'Obama à une loi autorisant des poursuites contre Ryad









Le président américain Barack Obama a opposé son veto à une loi autorisant les proches des victimes du 11-Septembre à poursuivre l'Arabie saoudite, a indiqué la Maison Blanche.

Obama estime cette loi affaiblirait le principe d'immunité qui protège les Etats (et leurs diplomates) de poursuites judiciaires et risque, par un effet boomerang, d'exposer les Etats-Unis à des poursuites devant divers tribunaux à travers le monde.

«Je comprends le désir de justice des familles (des victimes) et je suis déterminé à les aider dans cet effort», explique le président américain dans un courrier adressé au Sénat.

Cependant, ajoute-t-il, signer cette loi «aurait un impact néfaste sur la sécurité nationale des Etats-Unis».

En signant ce veto, Barack Obama engage un bras de fer périlleux avec le Congrès qui pourrait lui infliger un cinglant camouflet à quelques mois de son départ du pouvoir.

Si les deux tiers des élus se rassemblent derrière le texte, ils pourront en effet surmonter le véto présidentiel et la loi entrera en vigueur.

L'exécutif américain est à la manoeuvre sur Capitol Hill, en particulier auprès des représentants démocrates, pour s'assurer que le cap fatidique ne soit pas atteint. Et dénonce les petits calculs politiques des élus qui expriment «en privé» des réserves mais votent pour le texte, les yeux rivées sur les élections du 8 novembre (scrutin présidentiel mais aussi renouvellement d'une partie du Congrès).

Chuck Schumer, sénateur démocrate de New York où la loi a évidemment un résonance particulière, a immédiatement regretté une décision «décevante», prédisant qu'elle serait rapidement rejetée par le Congrès.

«Si les Saoudiens n'ont rien fait de mal, ils ne devraient pas craindre cette loi. S'ils sont coupables dans les attentats du 11-septembre, ils devraient rendre des comptes», a-t-il estimé.

«Les familles des victimes méritent que la justice passe et la justice pour ces familles ne devrait pas être jetée aux orties pour des raisons diplomatiques», a-t-il poursuivi.

Le texte, baptisé «Justice Against Sponsors of Terrorism Act» («Justice contre les sponsors d'actes de terrorisme»), a suscité une levée des boucliers chez les monarchies du Golfe qui ont mis en garde contre «un grave précédent».

Ces dernières entretiennent des relations déjà tendues avec l'administration Obama à qui elles reprochent, entre autres, d'avoir réintégré l'Iran, grand rival chiite, dans le jeu diplomatique.

Quinze des 19 auteurs des attentats du 11-Septembre étaient des Saoudiens mais l'implication de l'Arabie saoudite, alliée des Etats-Unis, n'a jamais été démontrée.

https://francais.rt.com/international/26780-11-septembre-veto-dobama-loi


Le maire d'Evreux veut expulser les fichés S de sa ville  23/09/2016

Le maire d'Evreux veut expulser les fichés S de sa ville








Plusieurs maires de commune en France, dont des membres du parti Les Républicains (LR), souhaitent avoir accès à la liste des fichés S de leur territoire, mais l'État le leur refuse de crainte que la présomption d’innocence ne soit bafouée.

Le maire Les Républicains (LR) d'Evreux, ville de 50 000 habitants, Guy Lefranc, a demandé au préfet du département, Thierry Coudert, d'expulser les personnes fichées S de sa commune, annonce la presse française. « Puisque l'État ne se donne pas les moyens de protéger la population d'Evreux, je demande que l'État expulse de la ville les fichés S », a notamment écrit M. Lefranc dans un courrier adressé au préfet.

Et d'expliquer cette requête par le fait que, début septembre, M. Coudert avait refusé de lui communiquer la liste des personnes fichées S dans la ville d'Evreux.

Selon le maire, une connaissance des individus radicalisés de sa commune permettrait de mener une action de prévention plus efficace en matière de sécurité. Le préfet a refusé, se référant à un décret d'une loi datant de 2010, qui stipule notamment qu'« aucune disposition réglementaire n'autorise la communication aux maires de la liste des personnes faisant l'objet d'une fiche S ». Un refus qui a mis en colère le maire d'Evreux. « Je m'interroge sur un de mes agents (…) qui travaille avec un public fragile. Je ne sais pas si c'est un fiché S, je ne sais pas s'il est dangereux (…) Puisqu'on est en état d'urgence, il est du ressort du premier ministre de publier un décret donnant accès à la fiche S pour les maires », a estimé Guy Lefranc.

Aujourd'hui, seuls les services de police, de gendarmerie et les préfets ont accès à la fiche S. Un fiché S est considéré comme suspect, mais la présomption d'innocence prime, pilier de l'état de droit. Etre fiché S ne suffit pas à prouver une quelconque culpabilité.

Plusieurs en France réclament la publication de ces listes, mais l'État le leur refuse, craignant qu'une fois ces fichés S rendus publics, des maires ou des employeurs ne s'en servent pour discriminer ces personnes. Derrière cette requête au nom de la sécurité, c'est la présomption d'innocence qui serait bafouée. Selon l'État, donner les noms reviendrait à rendre possible la discrimination.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/france/201609231027889074-maire-evreux-expulsion-fiches-securite/


L'Iran engagé de plus en plus ouvertement en Syrie  23/09/2016

L'Iran engagé de plus en plus ouvertement en Syrie









Un commandant des gardiens de la Révolution à Téhéran a reconnu que les volontaires étaient si nombreux "qu'un petit nombre seulement" était effectivement envoyé sur le terrain.

Après des années de discrétion, l'Iran cache de moins en moins son implication dans le conflit syrien et les recruteurs exercent désormais ouvertement au nom de la défense de la République islamique et des chiites en péril face aux extrémistes sunnites.

Les volontaires, encouragés par une opinion acquise à leur cause, sont aujourd'hui trop nombreux pour être effectivement envoyés en Syrie, selon un ancien combattant interrogé par Reuters, ce que confirment des cadres militaires.

Téhéran s'est très tôt impliqué militairement aux côtés du président Bachar el-Assad mais ne parlait que de "conseillers", un discours difficile à tenir quand les pertes iraniennes s'élèvent à 400 morts. La République islamique compterait aujourd'hui plusieurs milliers d'hommes en Syrie, où ils participent à la lutte contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) et les insurgés sunnites soutenus par les monarchies du Golfe.

Longtemps hostiles à cette implication, les Iraniens, qui n'avaient guère de sympathie pour Assad, sont de plus en plus nombreux à considérer l'EI comme une menace pour l'existence de leur pays qu'il vaut mieux combattre hors des frontières.

"La première ligne de défense de l'Iran se trouve en Syrie et en Irak", confirme Mojtaba, un volontaire qui cherche en vain à passer la frontière depuis deux ans.

A la différence de la Turquie, également très impliquée en Syrie, l'Iran a jusqu'ici été épargné par les attentats mais la presse annonce régulièrement le démantèlement de cellules jihadistes, ce qui alimente le réservoir de volontaires.

Pour l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution, "l'ennemi serait déjà dans le pays", si l'Iran ne s'était pas impliqué dans les conflits syrien et irakien.

Les autorités iraniennes présentent les volontaires comme des "défenseurs du mausolée", terme qui désigne la mosquée de la banlieue de Damas où se trouve la sépulture de Saydé Zeinab, petite fille de Muhammad et fille du premier imam chiite.

http://www.lorientlejour.com/article/1008691/liran-engage-de-plus-en-plus-ouvertement-en-syrie.html


Les Indiens d’Amérique du Nord se mobilisent contre la construction d'un oléoduc géant  23/09/2016

Les Indiens d’Amérique du Nord se mobilisent contre la construction d'un oléoduc géant









Pour la première fois dans leur histoire, les représentants de 50 peuples indiens d'Amérique du Nord ont conclu un accord visant à lutter ensemble contre la construction de nouveaux oléoducs.

Selon le document rédigé, le développement du secteur pétrolier causera des dommages à l'environnement, rapporte Reuters. Le problème qui a uni toutes les tribus semble vraiment grave. Outre le projet d'oléoduc Dakota Access, qui menace l'approvisionnement en eau et les terres sacrées des ancêtres, les tribus indiennes luttent depuis plusieurs années contre les projets d'oléoducs Kinder Morgan et TransCanada Energy East.

L'ouvrage de plusieurs milliers de kilomètres, qui coûtera des milliards de dollars, doit acheminer du pétrole jusque dans l'Illinois en sillonnant quatre États américains, le Canada et la Colombie britannique.

Selon les manifestants, l'oléoduc fait courir un risque environnemental inacceptable. « Les canalisations cassent toujours. Le pipeline va lâcher. Et en dix minutes, ça arrivera jusqu'à l'approvisionnement en eau de la tribu », dit Ron Son Cheval, un représentant de la tribu, cité par l'AFР.

Des manifestations de soutien ont été organisées à travers les États-Unis et des célébrités ont rejoint leur cause, comme les acteurs Susan Sarandon et Leonardo DiCaprio qui s'est dit "inspiré" par leur lutte.

Animé de danses et de chants rituels, le campement s'est transformé en un lieu célébrant la culture amérindienne. Vêtus parfois de tenues traditionnelles, les chefs s'adressent aux participants d'assemblées improvisées comme à des membres d'une même famille.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201609231027894210-indiens-oleoduc-mobilisation/


Damas joue la carte d'une partition de la Syrie avec le soutien de ses alliés (Ayrault)  23/09/2016

Damas joue la carte d'une partition de la Syrie avec le soutien de ses alliés (Ayrault)








Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a accusé vendredi le régime de Damas, qui tente de reprendre Alep, de "jouer la carte d'une partition de la Syrie", en reconquérant toutes les régions "utiles" du pays.

"Avec le bombardement d'Alep, le régime joue la carte d'une partition de la Syrie, et ses soutiens la laissent faire", a accusé M. Ayrault lors d'une conférence de presse en marge de l'Assemblée générale de l'Onu. "Le régime syrien et ses alliés refusent de renoncer à leur fuite en avant militaire", a accusé le ministre français.

La "Syrie utile", l'ouest du pays, concerne essentiellement la ligne sud-nord qui s'étend de Damas à Alep, incluant les villes de Homs, Hama, Idleb et, l'accès à la mer Méditerranée via Lattaquié et Tartous.

L'armée syrienne et son allié russe ont lancé depuis jeudi des raids d'une violence inouïe sur les quartiers est d'Alep, contrôlées depuis 2012 par les rebelles, en prélude à une opération terrestre d'envergure pour reprendre l'ex capitale économique de la Syrie. "La situation peut être légitimement qualifiée de désespérée", a estimé M. Ayrault en exhortant la Russie, alliée de Damas, à "arrêter ce carnage".

Les chefs de la diplomatie russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, qui ne se sont pas entendus jeudi pour relancer une trêve des combats, pourraient se revoir vendredi en marge de l'Assemblée générale.

"Les discussions se prolongent mais semblent interminables entre les Russes et les Américains", a déploré M. Ayrault, insistant sur la "responsabilité particulière" des Etats-Unis, "qui prend une tournure historique". "Il est temps de passer à une approche plus collective" de gestion du conflit syrien, a-t-il estimé.

http://www.lorientlejour.com/article/1008966/damas-joue-la-carte-dune-partition-de-la-syrie-avec-le-soutien-de-ses-allies-ayrault.html


Le Maroc demande officiellement à réintégrer l'UA, 32 ans après l'avoir quittée  23/09/2016

Le Maroc demande officiellement à réintégrer l'UA, 32 ans après l'avoir quittée









Le Maroc a officiellement demandé vendredi à réintégrer l'Union africaine (UA), organisation que Rabat avait quittée en 1984 pour protester contre l'admission de la République arabe sahraouie démocratique, qu'elle considère comme une partie de son territoire.

"Le Royaume du Maroc a officiellement soumis une requête en vue d'accéder à l'Acte constitutif de l'Union africaine, et de la sorte en devenir un membre", a indiqué l'UA dans un communiqué, deux mois après que le Maroc a manifesté son désir de réintégrer l'organisation.

Dans un message adressé depuis Rabat au sommet de l'UA organisé mi-juillet à Kigali, le roi du Maroc Mohammed VI avait affirmé que le moment était venu "pour que le Maroc retrouve sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle".

Le Maroc avait décidé en 1984 de quitter l'Organisation de l'union africaine (OUA) - qui a précédé l'Union africaine - à la suite de l'admission en son sein de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), aussi connue sous le nom de Sahara occidental.

L'indépendance de cette ancienne colonie espagnole annexée par le Maroc, avait été proclamée par le Front Polisario (Front pour la libération du Sahara occidental et du Rio del Oro), créé en 1973. Après des années de lutte armée, un cessez-le-feu avait été proclamé en 1991.

Fin juillet, Mohammed VI avait déclaré que la récente décision de son pays de réintégrer l'UA ne signifiait pas le renoncement du royaume à ses droits sur le Sahara occidental.

Le retour du Maroc au sein de l'organisation panafricaine doit être validé par un vote au sein de la Commission de l'UA.

http://www.lorientlejour.com/article/1008959/le-maroc-demande-officiellement-a-reintegrer-lua-32-ans-apres-lavoir-quittee.html


France : l'ex-trader Kerviel condamné à payer à la banque Société générale un million d'euros  23/09/2016

France : l'ex-trader Kerviel condamné à payer à la banque Société générale un million d'euros








La justice française a condamné vendredi en appel l'ancien trader Jérôme Kerviel à verser un million d'euros de dommages et intérêts à la banque Société générale, et non plus 4,9 milliards comme jugé en première instance.

La cour d'appel de Versailles près de Paris a déclaré "Jérôme Kerviel partiellement responsable du préjudice" subi par son ancien employeur, tout en évoquant des "carences dans l'organisation et les dispositifs de contrôle et de sécurité de la banque", qui ont, pour elle, "concouru à la production du dommage, limitant le droit à indemnisation de la Société Générale".

L'ex-opérateur de marché, 39 ans, avait déjà été définitivement condamné au pénal à cinq ans de prison, dont deux avec sursis, pour des manœuvres boursières frauduleuses ayant abouti, en 2008, à 4,9 milliards de pertes pour la banque.

"La justice avance" et "le combat continue" car "j'estime encore ne rien devoir à la Société générale", a réagi Jérôme Kerviel, qui réclame un procès en révision dans l'espoir d'être totalement blanchi.

La Société générale s'est quant à elle félicitée vendredi d'une décision "tout à fait satisfaisante", par le biais de son avocat Me Jean Veil.

Escroc pour les uns, bouc-émissaire pour d'autres, l'ancien trader a toujours affirmé que la Société Générale connaissait ses paris risqués sur les marchés. La banque a toujours estimé qu'il était le seul responsable.

http://www.lorientlejour.com/article/1008931/france-proces-lex-trader-kerviel-devra-rembourser-un-million-deuros-a-la-societe-generale.html


Egypte : au moins 133 morts dans le naufrage du bateau de migrants  23/09/2016

Egypte : au moins 133 morts dans le naufrage du bateau de migrants









Le bilan du naufrage d'un bateau de pêche qui transportait des centaines de migrants au large de l’Égypte s'élève à au moins 133 morts après la découverte vendredi de nouveaux corps, selon un dernier bilan du ministère de la Santé.

"Le bilan des morts s'élève à 153", a indiqué le ministère dans un communiqué. Un responsable de ce ministère, Axel Khalifat avait annoncé auparavant que 53 corps avaient été repêchés vendredi à la mi-journée.

Les survivants affirment que près de 450 personnes se trouvaient à bord de l'embarcation quand elle a chaviré mercredi en Méditerranée, au large de la ville égyptienne de Rosette (nord).

Les autorités ont indiqué que les recherches seraient désormais concentrées sur la cale du bateau où selon des témoins au moins 100 personnes avaient pris place au moment du naufrage.

Selon l'armée, 163 personnes ont pu être secourues.

La majorité des survivants sont de nationalité égyptienne, d'après l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Quatre Égyptiens, passeurs présumés, ont été arrêtés sur des soupçons de "trafic d'être humains" et "homicide involontaire", selon les autorités.

En juin, l'agence européenne de contrôle des frontières Frontex s'était inquiétée du nombre grandissant de migrants tentant de rejoindre l'Europe, en général l'Italie ou la Grèce, en entamant une traversée "très dangereuse" à partir de l’Égypte.

Plus de 300.000 migrants ont traversé la Méditerranée cette année pour rejoindre l'Europe et environ 3.500 personnes sont mortes ou portées disparues, selon les Nations unies.

"Avec ce taux, 2016 sera l'année la plus meurtrière pour la mer Méditerranée", indiquait mardi à Genève un porte-parole du Haut-Commissariat de l'Onu pour les réfugiés, William Spindler.

Depuis 2014, plus de 10.000 personnes sont mortes ou portées disparues en tentant de traverser la Méditerranée selon les Nations unies.

http://www.lorientlejour.com/article/1008929/egypte-plus-de-100-morts-dans-le-naufrage-du-bateau-de-migrants.html


Attentat de Nice: la mairie emmène des victimes au Vatican  23/09/2016

Attentat de Nice: la mairie emmène des victimes au Vatican









La mairie de Nice, dans le sud-est de la France, emmène samedi au Vatican des dizaines de victimes de l'attentat jihadiste qui a fait 86 morts dans la ville en juillet, un voyage en partie financé par les deniers publics qui suscite des critiques.

La municipalité, avec l'aide de la compagnie aérienne Air France, a affrété deux avions et finance, à hauteur de 300 euros par personne, le voyage de 58 victimes et leurs proches, qui seront reçues en audience privée par le pape François. Trois autocars sont aussi affrétés pour les victimes indirectes auxquelles une contribution financière est demandée.

Une délégation d'élus, qui paient de leur poche, sera du voyage dont le président de l'agglomération de Nice, Christian Estrosi, qui insiste sur le caractère non religieux de l'audience papale, et la présence des représentants de tous les cultes du département.

Mais, pour la Ligue des droits de l'Homme (LDH), ce déplacement bafoue "sans vergogne le principe de laïcité", selon lequel les pouvoirs publics sont astreints à une stricte neutralité religieuse et ne peuvent financer aucun culte. "Les victimes étant de toutes confessions doit-on s'attendre bientôt à financer un pèlerinage à Jérusalem, à la Mecque ou à Bénarès ?", a ironisé l'association dans un communiqué.

"Il y a des musulmans, des juifs, des protestants, des bouddhistes et des athées parmi les victimes de ce terroriste, a renchéri la conseillère municipale écologiste Juliette Chesnel-Le Roux, en qualifiant ce voyage de "muflerie" voire de "provocation" à leur égard.

http://www.lorientlejour.com/article/1008918/attentat-de-nice-la-mairie-emmene-des-victimes-au-vatican-et-cree-la-polemique.html


POURQUOI LES MEDIAS DE L’OTAN DENONCENT-ILS UNE FRAPPE SOI-DISANT RUSSE SUR UN CONVOI HUMANITAIRE EN SYRIE ?  23/09/2016

# LUCMICHEL. NET/ POURQUOI LES MEDIAS DE L’OTAN DENONCENT-ILS UNE FRAPPE SOI-DISANT RUSSE SUR UN CONVOI HUMANITAIRE EN SYRIE ?
 
Luc MICHEL/ En Bref/
Avec Le Temps (Genève)/ 2016 09 22/
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/
http://www.lucmichel.net/
 
Pourquoi les médias de l’OTAN dénoncent-ils une frappe soi-disant « russe » sur un convoi humanitaire en syrie ?
 
Tout se déroule en deux temps.
 
Premier mouvement :
l’US Air Force, malgré la trêve en Syrie, commet une « bavure » (selon les médias de l’OTAN) et frappe l’Armée Arabe Syrienne. En fait de « bavure », trois frappes successives. Qui appuient au sol les djihadistes de Daesh et leur permettent de s’emparer d’un aérodrome stratégique. Pris la main dans le sac, Washington est face à une crise majeure, dénoncée par Moscou et Damas. Le Temps (Genève) titre « La «bavure» qui risque de coûter cher aux Américains » (notez les guillemets du quotidien suisse à bavure) et commente : « L’aviation américaine a bombardé samedi des positions de l’armée syrienne, qui a déclaré lundi la fin de la trêve. Entre excuses et versions contradictoires, Washington y perd en crédibilité ». Le roui est nu et Washington dévoile sa complicité avec les djihadistes …
 
Second mouvement :
Il faut faire immédiatement oublier les frappes américaines. C’est capital pour l’opinion publique occidentale. Intervient alors la soi-disant « frappe russe sur un convoi humanitaire, que rien ne vient démontrer. La presse occidentale retourne sa veste. Le Temps titre alors « Convoi humanitaire détruit: le choc et l’effroi » (élément de langage cynique fourni par les psyops de l’OTAN, « Choc et effroi » est en fait une doctrine militaire de l’US Army visant à terroriser les pays attaqués, voir l’Irak en 2003). Et le commentaire du quotidien suisse peut redevenir anti-russe : « Les humanitaires évoquent un «crime de guerre» et une attaque contre l’humanité. Mais les politiques temporisent ». Ils temporisent car tout le monde est conscient de la grossière manipulation de Washington …
 
Et là vous avez tout compris ?
 
Luc MICHEL
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/
http://www.lucmichel.net/
 


Une centaine de lycéens bloquent le lycée Voltaire à Paris pour dénoncer la loi travail  22/09/2016

Une centaine de lycéens bloquent le lycée Voltaire à Paris pour dénoncer la loi travail










Une centaine de lycéens ont bloqué jeudi matin le lycée Voltaire, dans l'est de Paris, dénonçant la loi travail, et la « répression policière ».

Les lycéens, dont plusieurs avaient le visage dissimulé par une cagoule ou un masque, criaient également « Justice pour Adama », en référence à Adama Traoré, mort en juillet dans le Val-d'Oise lors de son interpellation par les gendarmes, et « Tout le monde déteste la police ».

Ils ont empilé des poubelles devant les portes de l'établissement du XIe arrondissement, tagué des slogans "C'est fermé" et "Crame ton lycée". Ils arboraient une banderole du Mili (Mouvement Inter Luttes Indépendant) proclamant "La jeunesse est là. Ca va péter dans tout Paname".

Le Mili, mouvement de lycéens et d'étudiants, avait appelé à faire du 22 septembre une journée de "lutte contre la loi travail et son monde" et à dénoncer les violences policières. La loi travail, contestée depuis le printemps dans la rue a été promulguée le 9 août.

L'un des manifestants, qui a refusé de s'identifier, a précisé que le groupe avait auparavant mis le feu à des poubelles entassées devant le lycée Bergson, dans le XIXe arrondissement, en pointe lors des manifestations du printemps contre la loi El Khomri.

Devant les portes du lycée Voltaire, une jeune fille a déposé une pancarte blanche "Jeunesse, lève toi". Un autre lycéen tentait de casser une caméra de surveillance installée quelques mètres plus haut, à l'aide d'un bâton. Dévoilé dans la presse le 17 février 2016, l'avant-projet de loi sur la réforme du Travail porté par la ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Myriam El Khomri, a suscité une forte opposition parmi les syndicats et les organisations jeunesse en France. Le projet de loi, l'une des dernières réformes du mandat présidentiel de François Hollande, est censé améliorer la compétitivité des entreprises et favoriser l'emploi. Tout en confirmant les 35 heures de travail par semaine, le projet permet aux entreprises qui parviendront à s'entendre avec les syndicats, ou avec une majorité de salariés, de dépasser ce temps de travail. Par ailleurs, le texte simplifie la procédure de licenciement.

https://fr.sputniknews.com/france/201609221027870002-loi-travail-manifestation-paris/


1 2 3 4 5 » ... 2955

Publicité

Brèves



Commentaires