Vendredi 27 Mars 2015
11:16
   
 

Le gouvernement yéménite plaide pour une intervention militaire des pays du Golfe  23/03/2015







Le ministre yéménite des Affaires étrangères Riyad Yassine a plaidé lundi en faveur d'une intervention militaire des pays du Golfe pour enrayer la progression des miliciens chiites Houthis qui se sont emparés ce week-end de Taëz, troisième ville du pays.

"Ils gagnent du terrain, occupent des aéroports et des villes, mènent des raids aériens à Aden, arrêtent qui bon leur semble, menacent et rassemblent leurs forces", dit-il dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Al-Jazeera.

"Nous avons dit au Conseil de coopération du Golfe, aux Nations unies et à la communauté internationale qu'une zone d'exclusion aérienne devait être instaurée et l'usage militaire des aéroports contrôlés par les Houthis interdit", ajoute le ministre.

http://www.lorientlejour.com/article/917149/le-gouvernement-yemenite-plaide-pour-une-intervention-militaire-des-pays-du-golfe.html


Etat palestinien: McCain menace de réduire le financement US de l'Onu  23/03/2015

Etat palestinien: McCain menace de réduire le financement US de l'Onu





Si l'Onu reconnaissait un Etat palestinien, les Etats-Unis devraient réduire leur contribution au budget de l’organisation.

Le Congrès américain devrait réduire sa contribution au budget de l'Onu si les Nations unies reconnaissent un Etat palestinien, a déclaré le sénateur républicain John McCain, cité par l'agence Reuters.

Le sénateur a appelé le président américain Barack Obama à renoncer à la possibilité d’envisager la reconnaissance d'un Etat palestinien, ce qui selon lui reviendrait à contredire une position diplomatique de longue date du gouvernement américain.

Le sénateur, candidat sans succès à la présidentielle de 2008, appelle par ailleurs Obama à mettre fin au duel qui l’oppose au premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sur ce sujet.

La discussion sur la création d’un Etat palestinien a compliqué les relations entre les Etats-Unis et Israël. Barack Obama a mis en garde le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, fermement opposé à l'existence de l'Etat palestinien, en lui annonçant que Washington n’aurait pas d'autre choix que de réexaminer sa politique à l'égard d'Israël

http://fr.sputniknews.com/international/20150323/1015289371.html#ixzz3VDP3yPOI


Une chanteuse israélienne, engagée pour la paix, insultée et menacée à l'aéroport de Tel Aviv  23/03/2015

Une chanteuse israélienne, engagée pour la paix, insultée et menacée à l'aéroport de Tel Aviv





La chanteuse israélienne Noa, connue pour ses positions de gauche et son engagement pour la paix avec les Palestiniens, a été menacée et insultée récemment à l'aéroport de Tel-Aviv, incident révélateur du climat post-électoral dans le pays, dit-elle sur sa page Facebook.

Achinoam Nini, chanteuse israélienne d'origine yéménite plus connue sous le nom de Noa, est rentrée il y a quelques jours d'une tournée en Italie et dit avoir "eu droit à un beau comité d'accueil à l'aéroport".
"Ils ont crié: Voilà Achinoam Nini, l'Israélophobe!", rapporte-t-elle. Il s'agissait apparemment du mouvement spontané de quelques personnes qui l'ont reconnue dans le hall d'arrivée de l'aéroport, a-t-elle dit dans la presse. "Nous allons nous occuper de toi comme nous nous sommes occupés de Gefen", lui ont-ils lancé, selon son récit sur Facebook. Ils faisaient référence à l'agression, vendredi après-midi, de l'écrivain Yonatan Gefen, de gauche lui aussi. Un inconnu est venu chez Yonatan Gefen, a tenté de le frapper et l'a traité de "traître" et de "gauchiste".
Yonatan Gefen avait écrit sur sa page Facebook après le triomphe de Benjamin Netanyahu aux élections parlementaires du 17 mars que cette date devrait rester comme la "Nakba" du camp de la paix. La Nakba ("catastrophe" en arabe) est le terme employé par les Palestiniens pour parler de la création de l'Etat d'Israël.

"C'est sympa, hein?", dit Noa sur sa page Facebook. "Bienvenue dans le cauchemar dans lequel nous nous sommes réveillés", ajoute-t-elle.

La victoire de M. Netanyahu et de la droite aux législatives a laissé une bonne partie de la gauche sous le choc. Les sondages accordaient une solide avance à la liste de centre gauche conduite par le travailliste Isaac Herzog. Mais les derniers jours de campagne ont été marqués par la virulence de ton de M. Netanyahu contre M. Herzog, son alliée Tzipi Livni et la gauche.

Noa, âgée de 45 ans, collabore fréquemment avec des artistes palestiniens, et avec la chanteuse arabe israélienne Mira Awad. Elle a exprimé à plusieurs reprises ses convictions de gauche et son engagement pour la paix. Elle avait participé au grand concert pour la paix à Tel-Aviv à l'issue duquel le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin avait été assassiné en 1995.

http://www.lorientlejour.com/article/917117/une-chanteuse-israelienne-engagee-pour-la-paix-insultee-et-menacee-a-laeroport-de-tel-aviv.html


A Genève, le 1er signe de la "réévaluation" US des relations avec Israël?  23/03/2015

A Genève, le 1er signe de la "réévaluation" US des relations avec Israël?








La délégation américaine ne prendra pas la parole ce lundi devant le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, à Genève, lors du débat annuel sur les violations commises dans les territoires palestiniens, a déclaré un porte-parole américain à Reuters. Cette mesure, sans précédent au sein de ce forum où siègent 47 Etats et où Washington défend sans faille Israël, fait suite à des signaux montrant que l'administration Obama a entrepris une "réévaluation" de ses relations avec l'Etat hébreu.

"La délégation américaine ne prendra pas la parole sur la Palestine aujourd'hui", a dit à Reuters un porte-parole américain à Genève en réponse à une question, alors que le débat commençait. Il n'a fait aucune autre déclaration.

Les alliés du Premier ministre conservateur israélien Benjamin Netanyahu ont reconnu dimanche que les propos de Netanyahu en fin de campagne sur le rejet d'une solution à deux Etats avaient refroidi les relations avec la Maison Blanche, même si Netanyahu est revenu depuis lors sur ses déclarations.

http://www.lorientlejour.com/article/917116/a-geneve-le-1er-signe-de-la-reevaluation-us-des-relations-avec-israel.html


Israël boycotte une session à l'ONU sur l'offensive israélienne contre Gaza  23/03/2015

Israël boycotte une session à l'ONU sur l'offensive israélienne contre Gaza






Israël était absent lundi des débats au Conseil des droits de l'Homme de l'Onu consacrés à l'enquête sur l'offensive israélienne contre Gaza de l'été dernier et à la situation dans les territoires palestiniens.

Le représentant israélien n'était pas présent dans la salle, ce qui, selon une source proche du Conseil, est considéré comme un boycott.
"On ne fait pas de commentaire là-dessus", a déclaré à l'AFP une porte-parole de la mission israélienne auprès de l'Onu.
Le représentant américain était également absent. Un porte-parole de la mission américaine a expliqué que l'ambassadeur américain Keith Harper se trouvait à Washington.

Israël a toujours refusé de collaborer avec la commission d'enquête de l'Onu, lancée peu après l'offensive israélienne de l'été dernier à Gaza.
Le conflit de cinquante jours à Gaza à l'été 2014 avait provoqué la mort de 2 140 Palestiniens, en majorité des civils, et de 73 Israéliens, pour la plupart des militaires.

La commission devait présenter ses premières conclusions lundi. Mais les enquêteurs de l'Onu ont demandé à repousser la publication de leur rapport à juin 2015 en raison de la démission début février du président de la commission, le juriste canadien William Schabas, qui avait été mis en cause par Israël pour "conflit d'intérêts".
Le conflit d'intérêts porte sur un avis juridique que M. Schabas avait rédigé en 2012 pour l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Israël a des relations conflictuelles avec le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies et n'avait pas hésité à boycotter ses travaux, après que le Conseil, où 47 pays sont représentés, eut décidé en mars 2012 de lancer une enquête sur les conséquences des implantations israéliennes dans les territoires palestiniens occupés.

Ce boycott avait pris fin en octobre 2013 lorsque l'ambassadeur israélien Eviator Manor s'était présenté devant le Conseil pour défendre le bilan israélien en matière de droits de l'Homme.
Israël n'accepte pas pour autant tous les rapports et recommandations du Conseil le concernant.

http://www.lorientlejour.com/article/917130/israel-boycotte-une-session-a-lonu-sur-loffensive-israelienne-contre-gaza.html


Snowden: les Américains renoncent à l'idée d'une domination mondiale  23/03/2015

Selon Edward Snowden, les Américains commencent à se détourner de l'idée selon laquelle "les Etats-Unis doivent être assis au sommet du monde".
 
Un nombre important d'Américains rejettent la stratégie de domination mondiale des Etats-Unis, a déclaré l'ex-consultant des services secrets US Edward Snowden dans une interview à la chaîne suisse RTS.

"Je crois que nous commençons à nous détourner de l'idée selon laquelle les Etats-Unis doivent être assis au sommet du monde et dicter le résultat de toute décision dans toutes les sociétés", a indiqué M.Snowden.
"Ce sont des politiques de conflit. Et bien qu’elles puissent fonctionner, et être politiquement bénéfiques à certaines classes de personnes, à certains membres de l'élite, elles ne sont pas bonnes pour les sociétés", explique l'ancien employé de la NSA.
 

Selon M.Snowden, une telle politique est "mauvaise pour les Américains aussi".  
"A la fin, si le gouvernement mène des politiques qui ne réduisent pas le niveau de violence dans le monde, nous risquons davantage de conflits liés à des positions politiques musclées et agressives. Inévitablement, cela va générer un accroissement de la violence et des tensions qui ne bénéficient à personne", estime-t-il.
 
En juin 2013, l'informaticien Edward Snowden a révélé à deux quotidiens, le Guardian et le Washington Post, l'existence d'un programme informatique secret baptisé PRISM, permettant aux Etats-Unis de surveiller des échanges par mail, messageries instantanées, téléphone et réseaux sociaux des utilisateurs aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.  
Depuis ses révélations, M.Snowden est recherché par la justice américaine. En août 2013, il a obtenu l'asile temporaire en Russie.
http://fr.sputniknews.com/international/20150322/1015286326.html#ixzz3VC5hWnPN
 


L'Etat islamique dresse une liste de 100 militaires US à abattre  23/03/2015

Les combattants de l'organisation terroriste Etat islamique ont publié une liste de 100 militaires américains à abattre, rapporte lundi le New York Times.
 
 
D'après le Centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE), un groupe qui se présente comme la "Division des hackers de l'EI" a mis en ligne les noms et adresses supposés de 100 membres de différents corps de l'armée américaine, accompagnés de photographies.  
Le groupe affirme avoir piraté ces informations sur des serveurs et des bases de données du gouvernement US. Toujours selon les "hackers", les 100 militaires ciblés ont pris part aux opérations menées contre l'Etat islamique en Syrie, en Irak et au Yémen.
Le département américain de la Défense et le FBI ont déclaré au NYT être informés de ces menaces et enquêter sur l'incident. D'après une source militaire citée par le quotidien, les informations publiées par l'EI sont pour la plupart accessibles au public et les serveurs du gouvernement ne semblent pas avoir été piratés.
Ces derniers mois, plusieurs médias et institutions américaines ont été piratés par des hackers se réclamant de l'EI. En janvier, ils ont brièvement pris le contrôle des comptes Twitter et YouTube du commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom).


Lee Kuan Yew, le père fondateur de Singapour, est mort  23/03/2015

Le premier chef du gouvernement de Singapour, Lee Kuan Yew, considéré comme l'auteur du "miracle économique" singapourien, est décédé lundi à l'âge de 91 ans.
Lee Kuan Yew
Hospitalisé depuis le 5 février pour une pneumonie aigüe, Lee Kuan Yew est mort à l'hôpital général de Singapour à 03h18 locales, selon un communiqué diffusé par le premier ministre, Lee Hsien Loong, le fils du défunt.
Suite à l'annonce de sa mort, un deuil national de sept jours a été décrété dans le pays. Des messages de condoléances ont été envoyés à Singapour pour saluer la mémoire du dirigeant qui avait transformé la cité-Etat en une des économies asiatiques les plus florissantes.

"Il fut un vrai géant de l'histoire qui restera pour les générations à venir comme le père du Singapour moderne et comme l'un des grands stratèges des affaires asiatiques", a déclaré le président américain, Barack Obama.
La Chine a également rendu hommage à "un stratège ayant à la fois des valeurs orientales et une vision internationale".
Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-Moon, a loué "une figure légendaire en Asie, respecté pour son leadership fort et sa stature d'homme d'Etat".
Premier chef du gouvernement de Singapour, Lee Kuan Yew a occupé ce poste de 1959 à 1990. Au cours de ces trois décennies, l'ancienne colonie britannique a connu un développement économique spectaculaire pour devenir l'un des "tigres asiatiques". Ses opposants politiques ont cependant dénoncé ses méthodes de gestion autocratiques.
Le parti d'Action populaire (PAP), cofondé par Lee Kuan Yew, a été reconduit au pouvoir à chaque élection depuis 1959. Aujourd'hui, il détient 80 des 87 sièges au sein du parlement.


Une menace terroriste "sans précédent" plane sur la France  22/03/2015

Une menace terroriste "sans précédent" plane sur la France





La menace d'une attaque jihadiste en France - et en Europe - a atteint un niveau "sans précédent" et de nouveaux attentats sont inéluctables, estiment de hauts responsables français.
"Comme le disent souvent les services" de renseignement et d'espionnage, a relevé récemment le Premier ministre français Manuel Valls, "le problème n'est pas de savoir s'il y aura un attentat à nouveau, en France, en Europe, mais de savoir quand et où".

Depuis les attentats de janvier, l'alerte est à son niveau maximum en France où l'armée et la police ont été déployées devant 830 sites "sensibles" (médias, synagogues, ...).
Pour les services antiterroristes cependant, ce dispositif ne suffira pas à empêcher une prochaine attaque.
"La tâche de protection des Français est de plus en plus difficile", indique-t-on dans l'entourage du ministre français de la Défense. "La menace est permanente. Pas un jour ne passe sans une alerte, la découverte d'une filière de départ vers la Syrie ou l'Irak ou une intervention".
"Le nombre de cibles a explosé : il y en a deux à trois mille, peut-être quatre mille, des gens repérés ou soupçonnés d'avoir de mauvaises intentions", ajoute-t-on de même source. "Et il ne faut pas croire que ce sont tous des amateurs : il y a des gens ayant suivi de longues études universitaires, des ingénieurs. Ce sont des pros, pas des paumés".

Jeudi, en présentant un projet de loi renforçant considérablement les capacités des services de renseignement, Manuel Valls avait souligné que la menace terroriste était "protéiforme, émanant aussi bien de groupes évoluant à l'étranger que d'individus présents sur le territoire" français.

http://www.lorientlejour.com/article/916997/une-menace-terroriste-sans-precedent-plane-sur-la-france.html


La Russie menace à l’arme nucléaire le Danemark  22/03/2015

La Russie menace à l’arme nucléaire le Danemark







L’ambassadeur russe à Copenhague a prévenu le Danemark que sa flotte maritime militaire pourrait être la cible de missiles nucléaires dans le cas où il rejoindrait le système de défense antimissile de l’OTAN. Le Danemark est l’un des membres fondateurs de l’OTAN et n’a évidemment pas bien perçu les déclarations de l’ambassadeur russe. La présidente des Affaires étrangères du parlement danois a considéré ces déclarations « très menaçantes et pas nécessaires » étant donné que le bouclier anti-missile serait simplement « une alarme anti-intrusion » sans danger pour la Russie. Le ministre danois des Affaires étrangères a quant à lui déclaré que ces remarques étaient « inacceptables » et « personne ne devrait menacer de choses aussi sérieuses comme l’a fait l’ambassadeur. » Cet évènement a lieu dans un contexte de tensions accrues entre l’Europe occidentale et la Russie, culminant par l’annexion de la Crimée, originellement ukrainienne, par la Russie en mars 2014.

http://www.tsa-algerie.com/2015/03/22/le-point-sur-lactualite-internationale-6/


Le Golfe, nouvelle terre d’expatriation des musulmans francophones  22/03/2015

Le Golfe, nouvelle terre d’expatriation des musulmans francophones





Depuis quelques années, ils sont de plus en plus nombreux à quitter la France pour un pays musulman. Le phénomène s’est accéléré ces derniers mois. Les raisons qui poussent les Français musulmans à s’expatrier vers les pays arabes sont nombreuses. Face à la morosité économique que traversent la France et les discriminations à l’emploi que rencontrent ces personnes en majorité d’origine maghrébine, l’expatriation devient une véritable porte de sortie.

Pour aider à mener à bien ce type de projet, des organisations voient le jour. C’est le cas de l’association Hégire dont le but est de faciliter et accompagner l’expatriation des musulmans francophones vers les pays du Moyen-Orient.

À la recherche d’opportunités professionnelles

Ces professionnels qui se confrontent à un plafond de verre en France voient leur double culture devenir un atout dans les pays du Golfe. « Pour la majeure partie, l’expatriation s’effectue principalement pour des raisons professionnelles. Ce sont des gens qui veulent des responsabilités et un métier qui corresponde à leur niveau d’études », explique Khaled Boudemagh, installé à Dubaï depuis sept ans.

En décembre 2009, ce franco-algérien de 37 ans fonde l’association Hégire. Son objectif est « l’information et l’entraide des francophones musulmans déjà établis au Moyen-Orient ou qui souhaitent s’y installer », explique l’ingénieur en informatique, titulaire d’un MBA en business.

Le groupe compte quelques 1300 personnes qui utilisent largement les réseaux sociaux comme Facebook ou Linkedin pour partager des offres d’emploi et de stages ainsi que des informations sur la législation des différents pays. « On a des gens d’un peu partout, Algérie, Maroc, Tunisie, France, Belgique et même du Canada. Nous nous adressons à tous les francophones musulmans qui veulent partir au Moyen-Orient».

La conjoncture politique et l’islamophobie latente en Europe sont également des facteurs clefs favorisant ces départs. « En France par exemple, et en Europe, il est de plus en plus difficile d’être musulman. On a du mal à trouver du boulot, monter des entreprises, signer des partenariats ».

Des destinations attrayantes mais concurrentielles

Dans le monde musulman, les pays du Golfe figurent parmi ceux qui ont la plus grande croissance économique. « Aux Émirats, il y a un souci du travail bien fait. Ce sont des sociétés dynamiques et les opportunités d’affaires sont très importantes ». Mais, même si ces destinations restent attractives, la concurrence augmente et les salaires se tassent prévient Khaled Boudemagh.

Le départ doit être un choix très réfléchi et préparé car les désillusions peuvent être grandes. La maîtrise de la langue anglaise est nécessaire et le coût de la vie est, par ailleurs, très élevé. « Je connais certaines personnes en France qui ont tout quitté. Elles ont fait des économies et sont venues s’installer, parfois même avec femme et enfants….chose qu’il ne faut vraiment pas faire, ce n’est pas si facile que ça ».

Le point positif, c’est qu’un réel tissu associatif se crée autour de la communauté musulmane en France « Les musulmans s’activent pour proposer des initiatives », observe lucidement Khaled Boudemagh. Il cite notamment l’association Renovo qui prépare les jeunes de la communauté musulmane à intégrer de grandes écoles.

Du côté, des pouvoirs publics français, cette fuite des cerveaux vers les pays du Golfe, ou plus généralement vers les pays anglo-saxons, ne semble pas inquiéter outre mesure. L’heure est plutôt à la préparation des élections départementales, dont le premier tour se tiendra ce dimanche et où le FN (extrême-droite) est pressenti en tête avec 30% des intentions de vote.

http://www.tsa-algerie.com/2015/03/22/le-golfe-nouvelle-terre-dexpatriation-des-musulmans-francophones/


Jérusalem: manifestation contre l'expulsion d'une famille palestinienne de la Vieille Ville  22/03/2015

Jérusalem: manifestation contre l'expulsion d'une famille palestinienne de la Vieille Ville





Des dizaines de militants palestiniens et internationaux ont manifesté dimanche contre l'expulsion d'une famille palestinienne au profit de colons juifs dans la Vieille Ville de Jérusalem, a constaté un photographe de l'AFP.

"En septembre, un tribunal de Jérusalem a rendu un verdict d'expulsion contre lequel nous avons interjeté appel car le tribunal a considéré que la maison était vide en s'appuyant sur les témoignages de colons", affirme dans un communiqué Rafat Sub Laban, qui assure que sa famille loue la maison en question depuis "1953, à l'époque où Jérusalem-Est était sous juridiction jordanienne".
Aujourd'hui, il vit avec ses parents, sa soeur et la famille de son frère dans cette habitation proche de l'Esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme.

En 1967, Israël a occupé la partie orientale de la Ville sainte, dont les Palestiniens veulent faire la capitale de l'Etat auquel ils aspirent, avant de l'annexer. Des mesures que la communauté internationale jugent illégales.

"Ma mère est née dans cette maison en 1956 et a encore les documents certifiant son statut de locataire", ajoute M. Sub Laban dans un e-mail adressé à la presse. Malgré cela, "le 16 mars au matin, à la veille des élections israéliennes, une vingtaine de policiers accompagnés de colons ont voulu nous expulser", dit-il.
Depuis, des militants viennent régulièrement s'interposer et ils étaient plusieurs dizaines dimanche, brandissant des pancartes proclamant "Non aux politiques de logement discriminatoires" et "Non à l'expulsion de la famille Sub Laban".

En dehors de la construction de quartiers de colonisation à Jérusalem-Est, l'appropriation par les colons juifs de maisons dans des quartiers palestiniens est un sujet de crispation. Soutenus par de riches organisations, les colons utilisent des hommes de paille, des sociétés écrans ou même la loi, celle relative aux biens des absents qui place sous la tutelle de l'Etat israélien tous les biens dont les propriétaires ont fui lors des conflits, pour mettre la main sur des maisons et ensuite vivre retranchés au milieu des Palestiniens.

Ainsi, accusent les Palestiniens, Israël cherche à imposer un "fait accompli" en multipliant les quartiers de colonisation dans la partie orientale de Jérusalem, qui les empêcherait d'y établir une capitale viable au territoire continu.

http://www.lorientlejour.com/article/916985/jerusalem-manifestation-contre-lexpulsion-dune-famille-palestinienne-de-la-vieille-ville.html


Irak: un chef de milice refuse des frappes américaines à Tikrit  22/03/2015

Irak: un chef de milice refuse des frappes américaines à Tikrit






Un puissant chef de milices chiites en Irak s'est déclaré hostile dimanche à l'appel lancé par un commandant de l'armée à des frappes américaines pour reprendre Tikrit au groupe Etat islamique (EI).
"Certains poltrons dans l'armée (...) disent que nous avons besoin des Américains, mais nous, nous affirmons ne pas avoir besoin des Américains", a déclaré le commandant Hadi al-Ameri depuis Camp Ashraf, au nord de Bagdad.

Ces remarques révèlent de possibles dissensions sur la conduite de la bataille de Tikrit entre l'armée irakienne et ses alliés des Unités de mobilisation populaire, groupe composé essentiellement de miliciens chiites.

Le général Abdelwahab al-Saadi, l'un des principaux commandants pour cette opération, avait affirmé à l'AFP avoir réclamé un appui aérien de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, qui selon lui pourrait faire basculer la bataille.
Mais le Pentagone américain a précisé qu'aucune frappe n'avait été demandée par les Irakiens.

L'offensive, lancée le 2 mars par des milliers d'hommes, a été suspendue en raison de la multitude d'engins explosifs disséminés par l'EI, dont les combattants restent retranchés dans la ville.
Selon le commandant al-Ameri, les bombardements irakiens se poursuivent sur Tikrit, mais "nous ne pourrons y entrer avant d'avoir achever les préparations nécessaires".
Des renforts en hommes auraient été envoyés sur place, où se trouvent déjà des milliers de forces gouvernementales face à quelques centaines de jihadistes.

http://www.lorientlejour.com/article/916984/irak-un-chef-de-milice-refuse-des-frappes-americaines-a-tikrit.html


Londres appelle Moscou à restituer la Crimée à l'Ukraine  22/03/2015

Londres appelle Moscou à restituer la Crimée à l'Ukraine





Selon le chef de la diplomatie britannique, le rattachement de la Crimée à la Russie a été réalisé en violation de toutes les normes internationales.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a appelé la Russie à restituer la péninsule de Crimée à l'Ukraine.

"Notre appel à la Russie est clair: l'annexion de la Crimée réalisée en 2014 était illégale et illégitime, et elle le reste toujours en mars 2015. La Russie doit restituer la Crimée à l'Ukraine", lit-on dans une déclaration du chef de la diplomatie britannique diffusée à l'occasion du premier anniversaire du référendum sur le statut de la République de Crimée.

Selon M.Hammond, le rattachement de la Crimée à la Russie a été réalisé en violation de toutes les normes internationales et témoignait d'un mépris total pour la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine.

"Il est inacceptable pour la Russie de recourir à la force pour changer les frontières. Nous ne reconnaissons pas le référendum frauduleux de 2014, qui, comme le président Poutine l'a reconnu, avait été conçu comme une feuille de vigne pour s'emparer de territoires d'un pays voisin", a indiqué M.Hammond.

Après le renversement du président Viktor Ianoukovitch en février 2014 et l'arrivée au pouvoir en Ukraine d'une coalition pro-européenne, les autorités de la république autonome ukrainienne de Crimée et de la ville de Sébastopol ont organisé un référendum à l'issue duquel plus de 90% des votants se sont prononcés en faveur de l'adhésion à la Fédération de Russie. Le 18 mars 2014, la Crimée et Sébastopol sont officiellement entrées au sein de la Russie.

Les autorités de Kiev, soutenues par l'Occident, ont dénoncé une annexion et proclamé la Crimée et Sébastopol territoires occupés.

http://fr.sputniknews.com/international/20150322/1015284363.html#ixzz3V8P53FOP


L'humanité à l'aube d'une inversion polaire?  22/03/2015

L'humanité à l'aube d'une inversion polaire?





L'humanité n'a pas connu d'inversion polaire depuis... 780 000 ans! Aujourd'hui, les prémisses de ce cataclysme se font déjà sentir.

Pour mieux comprendre en quoi le champ magnétique terrestre et ses pôles sont si importants, il faut regarder vers Mars, ses déserts de sable, ses paysages éteints et ses fortes radiations: si la Planète rouge est aujourd'hui dans un tel état, c'est justement parce qu'elle a perdu son champ magnétique. Celui de la Terre est encore solide, mais pour combien de temps? A ce rythme-là, les scientifiques prévoient qu'il pourrait disparaître dans quelques milliers d'années.

Aujourd'hui, on est encore loin de la catastrophe. Et le champ magnétique de la Terre est encore là pour longtemps. Mais un autre phénomène pourrait toutefois bouleverser les équilibres naturels sur notre planète: une inversion polaire — ce moment où les pôles Nord et Sud échangent leur place…

Vladimir Pavlov, de l'Institut de physique de la Terre affilié à l'Académie des sciences de Russie explique:

"La science a pu déterminer que la Terre avait déjà connu des centaines d'inversions polaires, et que le phénomène n'avait aucune périodicité claire. Notre planète a connu des périodes de stabilité de 20, 40 et même 70 millions d'années, mais parfois les pôles s'inversaient en l'espace de 30-40 ans. Toutefois, depuis plusieurs millions d'années, on constate ce genre de phénomène en moyenne tous les 200 à 250 000 ans. La dernière inversion, par contre, s'est produite il y a près de 780 000 ans."

Au regard de la fréquence observée auparavant, ce retard pourrait être alarmant. Et si le changement de pôles devait se produire sous peu? Pourquoi les scientifiques ne tirent-ils pas la sonnette d'alarme?

Selon Vladimir Pavlov, personne ne peut formuler aujourd'hui de pronostic exact car le comportement des pôles est difficile à prévoir. Et même si l'on constate certaines tendances ces derniers temps, l'immense expérience du passé ne permet pas de tirer de conclusions à long terme. En clair: il est impossible de dire si l'inversion va se produire prochainement.

Mais quelles sont ces tendances inquiétantes? On sait notamment que durant les périodes d'inversion, l'intensité du champ magnétique terrestre diminuait fortement, chutant 8 à 10 fois en-dessous de la norme. Notre bouclier magnétique perd justement de sa force depuis plusieurs centaines d'années.

"La vitesse de déplacement des pôles magnétiques a augmenté. Bien que la durée des observations soit courte, il est difficile de déterminer s'il s'agit d'une tendance ou de changements séculaires. Mais une chose est sûre: au cours des dernières décennies la vitesse de déplacement des pôles a considérablement augmenté par rapport aux cent dernières années. Par conséquent, on peut affirmer que des restructurations se produisent actuellement dans les profondeurs de la planète."

Une autre donnée inquiétante est transmise par les satellites, qui permettent d'évaluer les modifications géométriques du champ magnétique. De nouveau, on constate aujourd'hui les mêmes tendances que celles obtenues par les chercheurs grâce à leurs simulations informatiques des situations d'inversions polaires.

D'autres scientifiques, au contraire, ne pensent pas que nos pôles vont s'inverser prochainement. Ils précisent qu'au cours des dernières décennies, les changements d'intensité du champ magnétique ont connu des variations positives et négatives de plusieurs dizaines de pour cent.

Aujourd'hui, la science ne dispose pas d'informations suffisantes pour prédire comment se déroulera la prochaine inversion. Le passage d'un état à un autre (inversion) peut être aléatoire, c'est-à-dire ne pas avoir pour origine de cause concrète comme la chute d'une grande météorite.

Les détails de ces processus ne sont pas encore suffisamment étudiés, c'est pourquoi il est difficile de pronostiquer la date des inversions. Une chose est certaine: rien de grave ne se produira à court terme car l'inversion des pôles dure plusieurs milliers d'années.

A quoi doivent s'attendre nos descendants? Vont-ils subir une inversion des pôles et les catastrophes planétaires qui s'ensuivraient? Les scientifiques soulignent que la Terre a traversé de nombreuses inversions, mais que cela n'avait entraîné aucune conséquence catastrophique notable pour la planète. Et aucune extinction massive laissant une trace dans l'histoire ne s'est produite dans la biosphère.

Bien évidemment, la situation est différente aujourd'hui. Après tout, l'homme a créé une puissante technosphère très sensible aux divers cataclysmes naturels. C'est pourquoi en cas d'inversion polaire les systèmes électriques pourraient s'effondrer — avec toutes les conséquences que cela implique pour de nombreux systèmes techniques. De plus, l'affaiblissement du bouclier magnétique qui protège la planète des radiations solaires pourrait sérieusement affecter l'humanité. Sans pour autant provoquer une extinction massive. D'ici là, la science élaborera des méthodes de défense efficaces.

http://fr.sputniknews.com/sci_tech/20150322/1015284141.html#ixzz3V8QU5YT7


Accords de Minsk: Moscou exhorte Berlin et Paris à faire pression sur Kiev  22/03/2015

Préoccupé par les déclarations publiques du président ukrainien Piotr Porochenko, Moscou demande à Berlin et à Paris de faire jouer leur influence sur Kiev afin que les accords de Minsk soient intégralement appliqués.
 
La Russie appelle l'Allemagne et la France à faire pression sur les autorités ukrainiennes afin qu'elles appliquent les accords de Minsk, a déclaré samedi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov dans une interview à la télévision nationale.

"Nous appelons à des choses parfaitement évidentes, à faire pression sur les autorités ukrainiennes pour que les engagements pris auparavant par Piotr Porochenko, à titre de président ukrainien, soient mis en application dans leur intégralité", a dit le ministre. 
Et d'ajouter qu'il en avait parlé par téléphone avec son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier.
 

"M.Steinmeier a admis la nécessité de l'application intégrale des accords de Minsk. Lundi, Piotr Porochenko s'est trouvé en visite à Berlin, et j'ai voulu connaître l'impression de mon collègue concernant les plans du président ukrainien, les déclarations publiques de ce dernier ne prêtant pas à l'optimisme", a indiqué M.Lavrov.  
Les autorités ukrainiennes ont lancé en avril dernier une opération militaire d'envergure dans le Donbass contre les mécontents du coup d'Etat. Selon les dernières données des Nations unies, le conflit a déjà fait plus de 6.000 morts.


Victoire, la Russie commence à exporter de la viande vers l’UE  22/03/2015

Victoire, la Russie commence à exporter de la viande vers l’UE
Fort Russ
 
ZAO Krasnobor, une entreprise agro-alimentaire russe, spécialisée dans la dinde et située dans la région de Tula, figure désormais sur la liste des exportateurs vers l'Union Européenne, selon l'agence étatique Rosselknoznadzor .
 
 
Krasnobor est la première entreprise russe à obtenir le permis d’exportation de la viande de dinde vers l'UE, selon RIA Novosti. Rosselkhoznadzor a déjà annoncé que deux de ses usines agricoles de la région de Belgorod avaient obtenu un permis pour exporter de la viande de volaille (poulet, canard) dans l'UE. Toutefois, c’est la viande de dinde qui arrivera en premier dans l'UE.
 
L'année dernière, en réponse aux sanctions des Etats-Unis et de l'Union Européenne, la Russie a pris des mesures pour développer des alternatives aux importations. L'été dernier, la Fédération de Russie a lancé une campagne pour promouvoir ces alternatives.
 
Au printemps 2015, la Hongrie, la Bulgarie, et plusieurs autres pays ont insisté une fois de plus pour que les sanctions anti-russes soient levées afin de mettre fin à l'embargo alimentaire de la Russie.
 
Note de J.Hawk (traducteur du russe à l’anglais): Le bœuf et le porc prendront un peu plus de temps, mais si la tendance se poursuit, la production intérieure de viande russe va continuer à augmenter. C’est juste qu’on peut augmenter la production de volailles du jour au lendemain en raison de la croissance rapide et de la courte durée de vie de ces volatiles.
 
La dévaluation du rouble, à la fin de l'année dernière, doit être analysée en gardant à l'esprit ce qui précède. C’est le fait que le rouble soit très faible par rapport à l'euro, qui rend les exportations russes, et pas seulement les exportations alimentaires, très concurrentielles. Les critiques qui ont été faites au directeur de la Banque centrale russe, Elvira Nabiullina, après la chute du rouble, était entièrement hors de propos, car elles ne tenaient pas compte du fait qu’aucune  production alternative aux importations n’aurait pu se développer au taux de change du rouble de l’année dernière. Oui, la dévaluation a causé du tort aux gens qui étaient habitués à acheter des marchandises importées. C’est la raison pour laquelle l'«opposition libérale» russe déteste Poutine et son équipe – c’est tout simplement à la mode de consommer toutes sortes de marchandises importées d’Occident.
 
Le processus est si avancé que même si les sanctions étaient levées demain, les produits de l'UE ne reviendraient pas sur le marché russe, tout simplement parce que ce ne sont pas les sanctions, mais la valeur du rouble qui les garde dehors. Notez que la propre réponse de l'UE à la crise économique a été un "assouplissement quantitatif", qui n’est rien d’autre qu’une dévaluation sous un autre nom. Trop peu, trop tard ...
Traduction de l’anglais au français : Dominique Muselet
http://fortruss.blogspot.fr/2015/03/victory-for-import-substitution-russia.html


Les Etats-Unis explorent d'autres options pour la paix au Moyen-Orient  22/03/2015

Les Etats-Unis explorent d'autres options pour la paix au Moyen-Orient





Le président américain Barack Obama a déclaré que son pays est à la recherche d'autres options dans ses efforts de promotion de la paix israélo-palestinienne, face aux dernières déclarations envenimées du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à l'endroit des Palestiniens.

Dans une interview parue samedi dans le journal "The Huffington Post", le président a affirmé avoir téléphoné au Premier ministre israélien il y a deux jours pour lui faire part de son mécontentement suite à ses propos contre l'établissement d'un Etat palestinien et pour le maintien de l'expansion de la construction de colonies juives à Jérusalem-Est.

"Je lui ai dit que suite aux propos qu'il a tenus avant l'élection, il sera difficile de trouver une façon de faire croire sérieusement aux gens que des négociations sont possibles", a fait savoir M. Obama, qui a réaffirmé l'engagement américain pour la solution à deux Etats.

Les déclarations controversées de M. Netanyahu ont irrité l'administration Obama et crispé davantage les relations entre les deux alliés, déjà tendues suite aux différends sur le dossier du nucléaire iranien.

La construction des colonies juives avait fait échouer deux cycles de pourparlers de paix israélo-palestiniens, menés sous le parrainage de l'administration Obama, en septembre 2010 puis en avril 2014.

"Nous le prenons au mot quand il dit que cela ne se produira pas pendant qu'il est Premier ministre. C'est pourquoi nous devons évaluer d'autres options disponibles pour nous assurer qu'il n'y aura pas de situation chaotique dans la région", a souligné M. Obama.

"De notre point de vue, le statu quo n'est pas viable (...) En tenant compte pleinement de la sécurité d'Israël, nous ne pouvons simplement maintenir le statu quo à perpétuité, en développant les colonies. Ce n'est pas une recette pour la stabilité dans la région", a-t-il poursuivi.

Malgré le désaccord, le président Obama a promis de poursuivre la coopération avec l'Etat hébreu dans les domaines militaire et du renseignement.

http://french.cri.cn/621/2015/03/22/542s426459.htm


France et Italie veulent un soutien accru à la Tunisie  21/03/2015

France et Italie veulent un soutien accru à la Tunisie





La France et l’Italie ont indiqué qu’elles souhaitaient « un soutien accru » à la Tunisie après l’attentat du Bardo, lors d’un conseil bilatéral de défense et de sécurité réunissant leurs ministres des Affaires étrangères et de la Défense, qui s’est tenu samedi à Caen (ouest de la France).

« Au cours de notre réunion, nous avons redit notre soutien à la Tunisie et nous considérons que ce soutien des partenaires européens devra être encore accru dans le domaine économique et dans celui de la sécurité », a déclaré le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius.

« Nous voulons donner un signal fort de soutien, de proximité vis à vis de la Tunisie », a déclaré de son côté le chef de la diplomatie italienne Paolo Gentiloni.

La ministre de la Défense italienne Roberta Pinotti a indiqué que la France et l’Italie souhaitaient profiter de la présidence tunisienne actuelle de la structure méditerranéenne de dialogue 5+5 qui regroupe les cinq pays arabes du Maghreb et cinq pays européens (France, Italie, Espagne, Portugal, et Malte), pour relancer les questions de sécurité face au terrorisme.

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a précisé à l’AFP que ce forum méditerranéen devrait se réunir dans les prochaines semaines.

http://www.algerie1.com/flash-dactu/france-et-italie-veulent-un-soutien-accru-a-la-tunisie/


Premiers effets de la chute des prix du pétrole : la balance commerciale de l’Algérie dans le rouge  21/03/2015

Premiers effets de la chute des prix du pétrole : la balance commerciale de l’Algérie dans le rouge





La balance commerciale de l’Algérie a enregistré un déficit de 341 millions de dollars sur les deux premiers mois de l’année en cours, selon les chiffres des Douanes algériennes rapportés, samedi 21 mars, par l’agence APS. Sur la même période en 2014, la balance commerciale était excédentaire de 1,71 milliards de dollars.

Impact de la baisse des prix du pétrole

L’effondrement des cours du pétrole brut pèse clairement sur la balance commerciale de l’Algérie. Les hydrocarbures sont les principales exportations du pays, soit 94% du total exporté selon la Douane. Or, les ventes de pétrole ont chuté 30,31%, passant de 10,39 milliards de dollars sur les 2 premiers mois de 2014 à 7,24 milliards sur la même période de cette année (-3,15 milliards de dollars), selon les chiffres officiels.

Globalement, l’Algérie a exporté pour 7,72 milliards de dollars entre janvier et février 2015, contre 10,82 milliards à la même époque en 2014, détaille la Douane. Cela représente une baisse de 28,6% sur un an, toujours selon la même source. Le pays commence donc à ressentir l’effet de la baisse des prix du pétrole dont il est fortement dépendant.

Baisse conséquente des importations

Le déficit enregistré est d’autant plus inquiétant qu’il s’inscrit dans un contexte de baisse des importations. Ces dernières se sont élevées à 8,06 milliards dollars en janvier-février 2015 contre 9,11 milliards sur la même période en 2014, rapporte l’APS. Les achats de l’Algérie ont baissé de plus d’un milliard de dollar, soit 11,44%, selon la même source.

Le ralentissement des importations constitue tout de même une bonne nouvelle. Le Gouverneur de la Banque d’Algérie signalait récemment que le rythme des importations n’était pas soutenable.

http://www.tsa-algerie.com/2015/03/21/premiers-effets-de-la-hute-du-prix-du-petrole-la-balance-commerciale-de-lalgerie-dans-le-rouge/


1 2 3 4 5 » ... 2600

Publicité

Brèves

VIDEO


Commentaires