Palestine occupée: Naim condamne les excuses de Hollande envers Israël  19/05/2016

Palestine occupée: Naim condamne les excuses de Hollande envers Israël







Le chef du conseil des relations internationales en Palestine (ONG), Bassem Naim, a fermement condamné les excuses présentées par le président français, François Holland, à Israël pour la résolution prise par l'UNESCO le mois dernier qui ne reconnait aucun lien juif avec la mosquée sainte Al-Aqsa.

Dans un communiqué publié mercredi par le Conseil, Naim a déclaré que la Mosquée bénie al-Aqsa n'a aucune relation historique avec les Juifs, et que rien ne prouve que les juifs ont un droit sur cet endroit, ce qui a été confirmé par la décision de l'UNESCO le mois dernier.

Naim a exprimé sa crainte que les politiques des grandes puissances affectent les décisions des organisations des Nations Unies, ce qui conduira à infliger l'injustice pour les pays qui recourent à ces organisations.

Il a révélé que Netanyahu conduit personnellement une campagne israélienne pour forcer l'UNESCO de changer sa résolution en faveur de la narration israélienne falsifiée.

Naim a appelé les pays arabes et islamiques à travailler rapidement et sérieusement pour faire face à ces pressions sionistes et empêcher tout retrait de la résolution, et de prendre des mesures concrètes pour soutenir le droit palestinien sur Jérusalem.

Liebermann nommé ministre de la guerre

Les médias hébreux ont déclaré que le chef du Parti "Israël est notre maison", Avigdor Liebermann, a accepté l'offre du Premier ministre, Brnjamin Netanyahu d'être le ministre de la guerre à la place de Moshé Yaalon.

Le Parti du "Likoud" présidé par Netanyahu a salué l'approbation de Liebermann de reprendre le ministère de la guerre, et a appelé Liebermann à quitter les négociations le plus tôt possible, en disant "L'endroit naturel du Parti Israel Beituna est au gouvernement de Netanyahu, et non avec l'opposition".

Plus tôt, Benjamin Netanyahu et son ministre de la guerre ont fixé une réunion, au cours de laquelle Netanyahu a informé Yaalon que Liebermann veut être le ministre de la guerre.

Durant cette soirée aura lieu une autre réunion entre Netanyahu et Liebermann pour achever sa participation au gouvernement.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=47281
http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=47282


Brésil: L’israélien Ilan Goldfein nommé Gouverneur de la Banque Centrale  19/05/2016

Brésil: L’israélien Ilan Goldfein nommé Gouverneur de la Banque Centrale







L’économiste brésilien Ilan Goldfjan à été nommé, mardi, à la tête de la Banque centrale brésilienne, succédant à Alexandre Tombini, qui restera dans ses fonctions jusqu'à l'approbation de la nomination du nouveau directeur par la commission des affaires économiques du Sénat.

M.Goldfjan dont le nom a été annoncé par Henrique Meirelles, le ministre des finances du gouvernement d'intérim de Michel Temer, aura pour tâche de coordonner la politique monétaire et de change du pays.

L’économiste brésilien est un habitué de la Banque centrale, où il avait travaillé entre 2000 et 2003 en tant que directeur chargé de la politique économique, avant d’occuper les fonctions de chef économiste de la banque "Itau", la plus grande banque privée du Brésil.

Titulaire d’un master de l’université catholique de Rio de Janeiro et d’un doctorat délivré par le prestigieux Institut de technologie de Massachusetts (MIT), M. Goldfjan a également occupé les fonctions de consultant au sein de plusieurs organisations internationales comme la Banque Mondiale (BM), le Fonds monétaire international (FMI) et les Nations Unies.

La nomination de M. Goldfjan vient compléter l’équipe économique du gouvernement par intérim de M.Temer, au lendemain de la nomination de l’économiste Maria Silvia Bastos Marques à la tête de la Banque nationale du développement social (BNDES).

Maria Silvia Bastos, qui a présidé la compagnie nationale de sidérurgie entre 1999 et 2002, est la seule femme a avoir été nommée à un poste important au sein du gouvernement actuel.

http://www.atlasinfo.fr/L-economiste-bresilien-Ilan-Goldfjan-nomme-a-la-tete-de-la-Banque-Centrale_a71913.html


L’Otan ne rejoindra pas la coalition anti-EI  19/05/2016

L’Otan ne rejoindra pas la coalition anti-EI








L’Otan n’envisage pas de rejoindre formellement la coalition contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie conduite par les Etats-Unis, même si une coopération « pratique », de « niche », est envisagée, a indiqué mercredi l’ambassadeur américain auprès de l’Alliance.

« Nous sommes d’accord pour ne pas entrer dans l’exercice visant à définir si nous sommes formellement un membre de la coalition ou non, et pour simplement dépasser cette question afin de poser une question plus pratique », a déclaré l’ambassadeur Douglas Lute lors d’une conférence de presse au siège de l’Otan à Bruxelles.

Réunis jeudi et vendredi à Bruxelles, les 28 ministres des Affaires étrangères de l’Otan vont étudier « s’il y a des moyens (…) pour un soutien capacitaire et d’autres capacités (militaires) de niche pour contribuer » à la coalition, a expliqué Douglas Lute.

L’une des options sur la table serait d’intensifier la formation d’officiers irakiens, actuellement proposée par l’Otan en Jordanie. « Nous avons reçu une requête du Premier ministre (irakien) al-Abadi pour étendre notre mission d’entraînement à l’Irak lui-même », a expliqué le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg à la presse.

Fin avril en Allemagne, le président Barack Obama avait dit avoir « besoin d’une Europe forte qui porte sa part du fardeau » de la coalition anti-EI, appelant les Européens et l’Otan à « en faire plus », notamment en ce qui concerne la campagne aérienne en Syrie et en Irak.

Lors d’une réunion à Bruxelles en février dernier, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter avait déclaré que les 28 pays membres, qui participent tous individuellement à la coalition, « exploraient la possibilité » que l’Alliance en devienne à son tour « un membre à part entière ».

M. Lute a par ailleurs évoqué mercredi des missions de formation ou de soutien au secteur de la défense et à la réforme de l’armée en Libye ou en Tunisie.

Les avions de surveillance Awacs dont dispose l’Otan pourraient également contribuer à récolter des informations sur ce qui se passe dans le ciel syrien et irakien, même s’ils ne volent qu’en territoire turc, a expliqué une source diplomatique.

M. Lute a précisé qu’à ce stade, la coalition anti-EI n’avait pas besoin que ces Awacs de l’Otan soient déployés dans les espaces aériens de la Syrie et de l’Irak, une perspective qui suscitait de fortes réserves dans certaines capitales européennes.

http://www.algerie1.com/flash-dactu/lotan-ne-rejoindra-pas-la-coalition-anti-ei/


Congrès mondial du soufisme à Mostaganem : les Zaouïas comme parade à l’extrémisme religieux  18/05/2016

Congrès mondial du soufisme à Mostaganem : les Zaouïas comme parade à l’extrémisme religieux







mostaganem-mairie-nuit1-e1403300918462Le congrès mondial du soufisme s’est ouvert mercredi à l’université de Mostaganem, à l’initiative de l’Union nationale des zaouïas algériennes. « Les zaouïas ont besoin d’une relance et des efforts d’Ijtihad (jurisprudence) adaptés aux exigences de l’heure, a estimé le président de l’Union nationale des zaouïas, Dr Chaalal Mahmoud Omar.

Dans une déclaration juste avant l’ouverture de travaux, le Dr Chaâlal a estimé que le rôle des zaouïas est « amoindri » et « il est nécessaire de procéder à une relance pour renouveler son rôle avec des efforts adaptés à notre ère en illuminant la société, laminée par certains courants en déperdition ». Il a mis l’accent sur le rôle des zaouïas dans cette étape de préservation de la référence mohammadienne, à travers l’éducation saine des générations et l’enseignement religieux pour renforcer l’identité algérienne par ses valeurs, sa religion et son histoire.

« Mostaganem, haut lieu des savants soufis » est le générique sous lequel est placé ce rendez-vous qui pendant trois jours verra les invités se succédés pour traiter de la thématique « La référence Mohamédienne dans le traitement des questions et des défis de l’heure » fondée sur la fraternité, l’unité et un Islam de tolérance où se retrouve la Nation musulmane, loin de tout conflit intellectuel et idéologique.

« Le soufisme comme une philosophie spirituelle peut aider à mieux comprendre le monde d’aujourd’hui et l’Islam en particulier afin d’y faire face aux défis du futurs » a déclaré un congressiste présent’ a encore indiqué le Dr Chaâlal.

Vers une instance mondiale

A l’ouverture de ce congrès, l’inspecteur général du ministère des Affaires religieuses et Wakfs, Lakhmissi Bezzaz, a souligné au nom du ministre Mohamed Aissa, que le thème du congrès « Référence Mohamadienne dans le traitement des questions et défis de l’heure » est important dans la mesure où il intéresse toute l’humanité et non pas seulement le monde musulman. « Les tariqas soufies en Algérie qui puisent depuis des siècles de la référence Mohamadienne et qui résistent en portant la bannière du Savoir et du djihad, ont marqué l’histoire de l’Algérie avec de célèbres héros dont l’Emir Abdelkader, cheikh Bouâmama, cheikh El Haddad, El Mokrani et Fathma N’soumer. »

M. Bezzaz a mis en exergue le rôle des zaouias dans l’enseignement du Coran et de la langue arabe défiant toutes tentatives hostiles. Le représentant du ministre des Affaires religieuses et Wakfs a également relevé que le soufisme « représente une image rayonnante de la religion musulmane saine basée sur la tolérance, l’ouverture d’esprit, l illumination et l’acceptation de l’Autre ».

Plus de 102 oulémas représentant 50 pays musulmans participeront à ce congrès qui doivent aussi aboutir à créer une instance mondiale servant le monde musulman sous la bannière du soufisme en tant que force spirituelle, sociale et économique. Il s’agit aussi pour les organisateurs de consolider les bases de l’Islam authentique en Algérie et dans le monde musulman comme objectif suprême la lutte contre l’extrémisme dans un monde en proie à des conflits inter-religieux et ethniques. .

http://www.algerie1.com/actualite/congres-mondial-du-soufisme-a-mostaganem-les-zaouias-comme-parade-a-lextremisme-religieux/


Les policiers dans la rue contre la "haine anti-flics", contre-manifestation à Paris  18/05/2016

Les policiers dans la rue contre la "haine anti-flics", contre-manifestation à Paris








Plusieurs centaines de policiers ont manifesté mercredi en France pour dénoncer la "haine anti-flics", une démonstration de colère rare en marge de laquelle un contre-rassemblement a dégénéré à Paris avec une voiture de police incendiée.

Les policiers, qui ont bénéficié de la gratitude des Français pour leur présence rassurante après les attentats de 2015, se disent "usés" par les tâches imposées par l'état d'urgence et les violences qui ont émaillé la mobilisation contre la loi travail.

Objets de la vindicte de petits groupes radicaux qui s'affrontent avec eux depuis deux mois de manifestations contre une réforme du droit du travail, ils étaient appelés à exprimer leur ras-le-bol dans une soixantaine de villes.

Le rassemblement le plus important -près d'un millier de personnes- s'est tenu à Paris, sur la très symbolique place de la République, lieu de mémoire des attentats de 2015.
C'est là qu'une contre-manifestation interdite a dégénéré à la mi-journée. Quelque 300 participants criant: "Flics, porcs, assassins" ou "Tout le monde déteste la police", ont été repoussés vers l'extérieur de la place à coup de gaz lacrymogènes.
Un petit groupe a ensuite incendié avec un cocktail Molotov une voiture de police dont les deux occupants se sont extraits à la hâte dans des circonstances encore à élucider. Devant l'épave carbonisée, des inconnus ont déposé une pancarte: "Poulets rôtis, prix libre", a constaté un journaliste de l'AFP. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour tentative d'homicide volontaire.

Sur la place de la République, les policiers se sont rassemblés sous la protection d'un cordon de gendarmes et de barrières. "C'est un ras-le-bol général, on en a assez d'être mis en cause systématiquement et de se faire taper dessus", a dénoncé un policier manifestant à l'AFP. "Il faut interpeller les meneurs, on les connaît", "on laisse faire les casseurs".

Plus de 350 membres des forces de l'ordre ont été blessés lors des manifestations sociales de ces dernières semaines, selon les autorités. "Je n'ai jamais vu ça", a raconté à l'AFP Arnaud, policier depuis vingt ans. "Les +casseurs+ (...) sont parfaitement organisés, ramassent tout ce qu'ils trouvent et nous canardent. Sans piller, pour casser et casser du flic."

Le gouvernement critiqué
Du côté des manifestants, on accuse en retour les forces de l'ordre de brutalités, vidéos diffusées sur les réseaux sociaux à l'appui. Un jeune homme a perdu l'usage d'un œil après avoir été blessé fin avril à Rennes (ouest). Une trentaine d'enquêtes de la "police des polices" portant sur de présumées violences policières ont été ouvertes.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a apporté mercredi son "soutien total" aux policiers. Mais des responsables de gauche et syndicaux ainsi que la Ligue des droits de l'Homme critiquent la gestion du maintien de l'ordre par le gouvernement.

Applaudie au lendemain des attentats de janvier 2015 à Paris (17 morts, dont trois policiers) par tout un pays traumatisé, la police jouit pourtant toujours d'une "image exceptionnelle" avec 82% des Français qui en ont une bonne opinion, selon un sondage publié mercredi.

Mais les Français restent aussi majoritairement opposés (58%) à la réforme du droit du travail, une contestation ponctuée cette semaine d'appels syndicaux à trois journées successives d'action et de manifestations. La deuxième d'entre elles mercredi a été marquée par une grève nationale des cheminots, qui a fortement perturbé le trafic ferroviaire.

Le président socialiste François Hollande a déclaré mardi qu'il ne renoncerait pas à cette réforme, passée sans vote parlementaire faute de majorité. Les casseurs, "ça suffit et ça ne pourra pas rester sans réponse!", a aussi lancé le chef de l'Etat.

A moins d'un an de l'élection présidentielle et alors que la popularité de François Hollande est au plus bas, le maintien de l'ordre s'est invité parmi les thèmes de campagne.

L'opposition de droite et l'extrême droite ont multiplié ces derniers jours les accusations contre l'exécutif. Marine Le Pen, présidente du Front national (extrême droite), a dénoncé mardi "le laxisme total" du pouvoir face aux "milices d'extrême gauche".

http://www.lorientlejour.com/article/986617/les-policiers-dans-la-rue-contre-la-haine-anti-flics-contre-manifestation-a-paris.html


Son combat contre la "dictature du dollar" aurait coûté la vie à Chavez  18/05/2016

Son combat contre la "dictature du dollar" aurait coûté la vie à Chavez






En Amérique latine, être un dirigeant réfractaire peut coûter cher, voire jusqu'à la vie. Big Brother est toujours aux aguets.

Le vice-président vénézuélien Aristobulo Isturiz a eu une rencontre avec des représentants des établissements de santé au cours de laquelle il n'a pas mâché ses mots.

"(Hugo) Chavez est devenu la cible principale, l'ennemi numéro un des centres financiers mondiaux, c'est pourquoi il a été tué. C'est évident pour nous tous, mais nous ne pouvons pas le prouver", a-t-il dit.

Selon lui, Hugo Chavez avait l'intention d'affranchir les peuples d'un de leurs principaux carcans, à savoir le système monétaire international: la dictature du dollar.

Il a signalé, sans avoir des preuves réelles de sa théorie, qu'en un court laps de temps des cancers avaient été dépistés chez plusieurs dirigeants latino-américains.

Il a notamment cité en exemple le président du Paraguay Fernando Lugo (2008-2012), son homologue argentine Cristina Kirchner (2007-2015) ainsi que les dirigeants brésiliens Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010) et Dilma Rousseff (depuis 2011).

En juin 2011, des médecins cubains ont confirmé que le président vénézuélien était atteint d'un cancer. Le 5 mars 2013, Hugo Chavez est décédé à Caracas après avoir subi plusieurs opérations et des séances de traitement à la chimio- et radiothérapie à La Havane.

Le cercueil contenant le corps d'Hugo Chavez a été placé dans un sarcophage de marbre installé au Musée de la révolution.

https://fr.sputniknews.com/international/201605181025097034-lutte-contre-dollar-cause-mort-chavez/


Un animateur suspendu pour avoir grimé Manuel Valls en Hitler  18/05/2016

Un animateur suspendu pour avoir grimé Manuel Valls en Hitler







Un animateur de la ville d'Evry a été suspendu après avoir diffusé des photomontages du premier ministre le grimant en Hitler.

Les photomontages en question n'ont pas été du goût de Francis Chouat, le maire de la commune de l'Essonne. M. Chouat a immédiatement suspendu l'employé municipal qui s'était permis de comparer Manuel Valls à Adolf Hitler. L'animateur a notamment caricaturé le premier ministre en lui ajoutant une moustache à la "Führer", le photomontage étant accompagné d'une légende dans le même style: "Bossez et fermez vos gueules!"

L'idée a été vite relayée par Stéphane Le Personnic, conseiller municipal d'opposition (LR) à la mairie d'Evry. Francis Chouat n'a pas tardé à annoncer sa détermination à saisir la justice.

L'autre photomontage met en scène M. Valls confronté à une fausse question du Code de la route où M. Valls. L'image représente le chef du gouvernement devant une voiture, et cela accompagné d'une question à choix multiples:

"Manuel Valls traverse devant vous: a) je conserve mon allure, b) j'accélère, c) je marque l'arrêt sur sa tête et je fais patiner mes pneus, d) je stoppe et le castre avec un coupe-ongle, e) je le "quenellise" avec la bande blanche".

L'auteur de l'idée a tenté de se défendre en expliquant que ce n'était "que de l'humour", mais a tout de même fini par supprimer les photomontages de ses comptes sur les réseaux sociaux.

M. Chouat, pourtant, n'y voit rien de ridicule, et estime que le portrait du chef du gouvernement en Hitler dépasse l'entendement. Concernant le deuxième photomontage, il représente un appel au meurtre, a-t-il martelé au Parisien.

https://fr.sputniknews.com/france/201605181025099762-employe-municipal-photomontage-valls/


Libye: l'Union africaine soutient le gouvernement d'union nationale  18/05/2016

Libye: l'Union africaine soutient le gouvernement d'union nationale








L'Afrique soutient le gouvernement d'union nationale libyen, poussé par la communauté internationale et l'Onu, et est favorable à son réarmement, a déclaré mercredi la présidence en exercice de l'Union africaine (UA).

"La situation en Libye mérite toute notre attention. Ce pays est en passe de devenir un sanctuaire du terrorisme", a déclaré le ministre tchadien des Affaires étrangères, Moussa Faki Mahamat, dont le pays exerce la présidence tournante de l'UA, à l'ouverture de la première conférence Italie-Afrique, organisée mercredi à Rome avec la participation d'une quarantaine de pays du continent noir.

"Nous adressons une invitation à réaliser la paix et la concorde nationale dans ce pays et nous nous félicitons de la mise en place du gouvernement d'union nationale", a-t-il ajouté. "Nous saluons les décisions courageuses prises à Vienne", a poursuivi le chef de la diplomatie tchadienne, en référence à la décision, prise lundi dans la capitale autrichienne par les grandes puissances et les pays voisins de la Libye, de soutenir le réarmement du gouvernement d'union nationale à Tripoli.

Le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni a assuré quant à lui que l'Afrique représentait un "pari stratégique" pour son pays mais il a mis en garde contre "un optimisme facile". "Il y a tant de défis et de dangers, en commençant par le terrorisme", a-t-il souligné.

M. Gentiloni a assuré que le projet italien de "Migration Compact", un vaste programme d'aide de l'Union européenne au continent africain, avait "un large consensus" au sein de l'UE et "de nombreuses voix africaines y sont très favorables".

Le chef de la diplomatie italienne a précisé travailler pour parvenir, lors du sommet européen de juin, à "un paquet de décisions" concrètes avec des "projets spécifiques dans sept à huit pays africains, ceux les plus touchés par les phénomènes migratoires".

http://www.lorientlejour.com/article/986597/libye-lunion-africaine-soutient-le-gouvernement-dunion-nationale.html


Israël teste avec succès un "Dome de fer en mer"  18/05/2016

Israël teste avec succès un "Dome de fer en mer"








Israël a testé avec succès un système d'interception maritime de missiles qu'il appelle "Dôme de fer en mer", par référence au système terrestre destiné à abattre des projectiles de courte portée, a indiqué l'armée mercredi.

Ce système, capable d'abattre des roquettes semblables à celles tirées de la bande de Gaza, territoire palestinien aux mains du Hamas islamiste, a détruit plusieurs missiles lors de ce test il y a deux semaines, a dit à la presse Ariel Shir, chef des systèmes opérationnels de la marine israélienne.

Ce test "démontre la capacité de la marine israélienne à protéger les intérêts stratégiques en mer contre les attaques de missiles à courte portée", a-t-il dit.

Israël a mis en œuvre le système "Dôme de fer" contre les tirs de roquettes palestiniens lors de la guerre de Gaza de juillet-août 2014. Un système similaire en mer a été développé au cours des dernières années.
Une vidéo diffusée par l'armée israélienne montre un lanceur installé sur un bateau et tirant vers des cibles aériennes, puis interceptant un missile.

Le système est d'ores et déjà opérationnel, mais il faudra "encore un peu de temps" avant qu'il ne soit complètement intégré aux systèmes d'armes de la marine, a dit Ariel Shir.

Parmi les intérêts israéliens en mer Méditerranée figure une importante plate-forme gazière à une trentaine de kilomètres au large de Gaza. Le Hamas a essayé par le passé sans succès de l'atteindre.

http://www.lorientlejour.com/article/986614/israel-teste-avec-succes-un-dome-de-fer-en-mer.html


Venezuela: le Parlement rejette l'état d'exception du président Maduro  18/05/2016

Venezuela: le Parlement rejette l'état d'exception du président Maduro








Le Parlement vénézuélien, où l'opposition est majoritaire, a rejeté mardi l'état d'exception décrété par le président Nicolas Maduro, plongeant un peu plus ce pays pétrolier dans le chaos.
Les députés, qui ont voté à main levée, ont estimé que l'état d'exception "approfondit la grave altération de l'ordre constitutionnel et démocratique que subit le Venezuela".

Le président vénézuélien dénonce un harcèlement international

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a dénoncé mardi l'"agression systématique" dont il fait l'objet sur des affaires politiques, médiatiques et diplomatiques, qui vise à "créer les conditions" pour une intervention militaire dans ce pays d'Amérique du Sud.

Lors d'une conférence de presse avec des médias internationaux, le président a insisté sur le fait que certains facteurs extérieurs préparent "une attaque" contre le pays.

Une scène de violence est en train de naître contre le Venezuela pour justifier une intervention militaire étrangère, a affirmé M. Maduro.

Il a assuré que les secteurs importants de l'opposition locale, tels que le l'entrepreneuriat, les médias privés et les partis politiques qui forment la Table de l'unité démocratique (MUD, droite), "soutiennent ce plan".

M. Maduro a condamné les cas d'espionnage des Etats-Unis contre le Venezuela ainsi que la récente incursion de deux appareils américains dans l'espace aérien vénézuélien.

Le 11 mai à 6h09 heure locale (10h09 GMT), les autorités de l'aviation vénézuéliennes ont détecté l'entrée d'un Boeing 707 E-3 Sentry dans l'espace aérien vénézuélien pour mener des activités d'espionnage électronique qui, selon le président Maduro, auraient eu des "capacités dévastatrices" dans le domaine des communications.

Le président a ajouté qu'un autre appareil américain avait pénétré de manière illégale dans l'espace aérien du pays le 13 mai.

Selon lui, au moins 1.315 articles de presse de divers journaux nord-américains et espagnols ont "déformé" les informations sur la réalité du Venezuela, et sont actuellement en train de "préparer le terrain pour une intervention militaire".

Le président a ainsi demandé à la ministre vénézuélienne des Affaires étrangères, Delcy Rodriguez, de prendre des mesures dans les médias internationaux pour contredire ces informations.

"Nous demandons que la campagne internationale de harcèlement, de menace, de haine et de manipulation prenne fin", a déclaré le président vénézuélien.

http://www.lorientlejour.com/article/986549/venezuela-le-parlement-rejette-letat-dexception-du-president-maduro.html
http://french.cri.cn/621/2016/05/18/562s479589.htm


Fier de ses meurtres de la famille Dawabsha, il sera libéré fin mai par Israël  18/05/2016

Meir Ettinger, leader d’un gang de colons terroristes juifs, qui commet de nombreux crimes contre les Palestiniens et qui a tué 3 membres de la famille Dawabsha, l’été dernier, en mettant le feu à leur maison pendant qu’ils dormaient, sortira de prison à la fin du mois.

Meir Ettinger au tribunal de Nazareth en août 2015 (AFP/Jack Guez/File)
Celui qui a assassiné le bébé Ali Saad, 18 mois, ainsi que ses parents Riham and Saad, morts peu après de leurs brûlures, laissant le seul membre de la famille en vie, Ahmad Dawabsha, 4 ans, orphelin, a été arrêté en août dernier, et son dossier a été tenu "secret".

Il n’aura donc fait que quelques mois de prison — dans des conditions de détention sans comparaison avec celles des prisonniers politiques palestiniens, bien entendu— et aucune véritable enquête n’a finalement été effectuée par Israel sur ces assassinats.
L’impunité est généralement garantie pour tous les crimes commis par les colons israéliens contre la population palestinienne.

Agressions quotidiennes des colons contre les familles palestiniennes d’Hébron
Ce n’est pas nouveau. C’est à nous de réagir face à ces crimes et cette situation de non droit qui fait école dans nos pays.
  • BOYCOTT ISRAEL !!
Source : Maan News, agence de presse palestinienne
CAPJPO-EuroPalestine


UNICEF : « en l’espace de 3 mois, Israël a tué 25 enfants »  18/05/2016

Le nombre de jeunes âgés de moins de 18 ans et détenus par l’armée israélienne est le plus élevé de ces 7 dernières années.  
JPEG - 238.8 ko
Des Palestiniens tiennent des photos de Dima Wawi, âgée de 12 ans et qui a été arrêté et détenue par Israël - Photo : AFP
Vingt-cinq enfants palestiniens ont été assassinés au cours des trois derniers mois de 2015, au cours d’une vague d’attaques anti-israéliennes, et le nombre de détenus était le plus élevé en sept ans, a déclaré samedi l’agence des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).
« De graves préoccupations ont été soulevées concernant l’utilisation excessive de la force, en particulier en ce qui concerne les incidents où les enfants palestiniens ont été abattus par les forces de sécurité israéliennes après avoir effectué ou être soupçonné d’avoir voulu mener des attaques à l’arme blanche, » a déclaré l’UNICEF dans un rapport.
Le rapport rappelle que plus de 1300 enfants palestiniens ont été blessés au cours de la flambée des attaques, la quasi-totalité en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, tandis que trois enfants israéliens ont été blessés en Cisjordanie et à Jérusalem-Ouest.
L’UNICEF a cité l’exemple, le 25 octobre à Hébron en Cisjordanie, d’une jeune fille de 17 ans qui a été « prise par les soldats des FDI [Forces de défense israéliennes] pour une fouille, puis abattue et tuée sur place avec au moins cinq balles ».
« Les autorités israéliennes ont dit qu’elle avait tenté de poignarder un policier, cependant, un témoin a déclaré qu’elle ne présentait absolument aucune menace au moment où elle a été abattue, et elle criait qu’elle n’avait aucun couteau, » a-t-il dit.
En comparaison avec le coût élevé en vies humaines pour la période d’octobre à décembre, l’UNICEF a enregistré que quatre enfants palestiniens avaient été tués et 165 blessés entre juillet et septembre l’année dernière.
L’UNICEF a également tiré la sonnette d’alarme sur le nombre d’enfants palestiniens âgés de 12 à 17 ans, détenus par l’armée israélienne, en notant que le décompte se situait à 422 à la fin de décembre, selon le service pénitentiaire israélien. C’est le nombre le plus élevé enregistré depuis mars 2009.
La loi israélienne permet que les enfants palestiniens de moins de 12 ans soient soumis à un procès.
Depuis le début des actes de révolte en octobre, 204 Palestiniens et 28 Israéliens ont été tués. Les autorités israéliennes d’occupation prétendent que la plupart des Palestiniens tués portaient un couteau ou un pistolet, ou voulaient utiliser leur voiture comme bélier.

http://www.info-palestine.eu/


Manif contre le coup d'Etat au Brésil sur le tapis rouge de Cannes  18/05/2016

 
© capture d'écran : Twitter
 

L'équipe du film brésilien «Aquarius» en compétition à Cannes et un groupe auto-proclamé «L’Humanité contre le coup d’Etat au Brésil», condamnent la destitution de la présidente brésilienne Dilma Roussef par des éléments de l’extrême-droite.
Sur les marches du Palais du festival de Cannes, le 16 mai, l’équipe du film brésilien Aquarius a voulu montrer au monde que la destitution de Dilma Rousseff était pour eux un acte politique très grave. Lors de la projection officielle du film en compétition, le réalisateur Kleber Mendonça Filho et ses acteurs ont brandi des panneaux pour dénoncer le «coup d'Etat» qui a eu lieu au Brésil. Dans la salle, le reste de l'équipe avait aussi déployé une banderole «Stop coup in Brasil» et des petites pancartes disant : «Le Brésil n'est plus une démocratie» et «On va résister». Le public a réagi en les applaudissant à tout rompre.

Rappelons que la présidente brésilienne Dilma Rousseff a été destituée par un vote des sénateurs dans la nuit du 11 au 12 mai 2016, mettant fin à 13 années de pouvoir du Parti des travailleurs. En attente d'un procès pour «crime de responsabilité», elle a été remplacée ad interim par son vice-président et grand rival, Michel Temer. Dans un tweet, Dilma Rousseff a remercié l'équipe du film Aquarius de ce soutien :
 

Échos internationaux de l'indignation

Par ailleurs, un groupe de plus de 800 intellectuels internationaux nommé «L’Humanité contre le coup d’Etat au Brésil a demandé à l’UNASUR [l’Union des nations sud-américaines composé de 12 pays membres] pour suspendre les effets de ce coup d’Etat mené par «un congrès discutable et corrompu. Pour tout ce que les membres de ce coup ont révélé, et pour leurs liens avec la haute finance, le coup ayant mis Michel Temer au pouvoir est illégitime et illégal», clame son communiqué. Ils sont très nombreux sur Twitter à offrir leur soutien à la pésidente déchue.
Plusieurs membres du Parti du Mouvement démocratique du Brésil, dont le nouveau président Michel Temer est le leader, sont impliqués dans le pire scandale de corruption de toute l’histoire du Brésil, surnommé l’Opération «Car Wash» [Lavage de voiture]. Un scandale de blanchiment et de pots de vin portant sur plusieurs millions de dollars, touchant la compagnie pétrolière nationale Petrobras.
Le nouveau président n’est pas directement impliqué lui-même dans ce gigantesque scandale, mais il souhaite limoger au moins 4 000 fonctionnaires et vient d’annoncer que son nouveau cabinet était entièrement constitué de «blancs». En outre, sept de ses ministres font actuellement l'objet d'une enquête pour leur rôle dans le scandale de corruption «Car Wash».
«Nous faisons appel à l’UNASUR pour appliquer le protocole de respect de la démocratie adopté par tous les pays de l’organisation, qui pourrait arrêter la destruction de la démocratie au Brésil», réclame le communiqué diffusé par le groupe de 800 intellectuels.

https://francais.rt.com/


La grève des cheminots provoque des perturbations dans toute la France  18/05/2016

 
© Jacky NaegelenSource: Reuters
 

Tôt le matin de ce mercredi 18 mai, les perturbations générées par la grève des cheminots,étaient conformes aux prévisions de la SNCF, a indiqué un porte-parole de l'entreprise ferroviaire à l'AFP.
«A la prise de service des agents (début du trafic), nous n'avons pas eu de surprises particulières, pas d'alertes particulières. La circulation est conforme aux prévisions», selon le porte-parole qui avoue «ne pas avoir d'inquiétude particulière».

La SNCF avait annoncé mardi 17 mai que circuleraient en moyenne la moitié des TER et deux TGV sur trois. En Ile-de-France, trois RER sur quatre et six Transilien sur dix circuleront .
Pour ce qui est des grandes lignes, les TGV circulant sur les axes Pays de la Loire et Sud-Ouest seront les plus perturbés, avec seulement un train sur deux, alors que le trafic est annoncé «normal» sur l'axe oriental du réseau. En outre, 80% des Ouigo (TGV à bas coûts) devraient rouler.
Prendre un Intercité devrait être plus compliqué, avec 40% de liaisons assurées en journée et aucune la nuit.
En Ile-de-France, les perturbations les plus importantes sont annoncées sur les lignes Transilien P (un train sur trois), L, R, U et J (un train sur deux). Côté RER, la ligne E tournera au ralenti avec un train sur deux. La prévision est de deux trains sur trois pour les lignes A, C et D, et de quatre sur cinq sur la ligne B.
En province, 50% des TER sont annoncés en moyenne. Les clients sont invités à se renseigner localement.
Le trafic international devrait, lui, être habituel pour les Eurostar, Thalys et Alleo, quasi normal pour Lyria. En revanche, seuls 40% des Elipsos (trains vers l'Espagne) devraient circuler.
Ce mouvement de grève, lancé à l'appel de la CGT-Cheminots et SUD-rail, est motivé par la défense des conditions de travail des cheminots à un moment où les règles du secteur sont remises à question, et s'inscrit plus largement dans le cadre de la contestation du projet de loi travail.

https://francais.rt.com/


Les feux de forêt atteignent les exploitations de sables bitumeux au Canada  18/05/2016

Les feux de forêt atteignent les exploitations de sables bitumeux au Canada








L'immense feu de forêt qui fait rage hors de tout contrôle autour de la ville canadienne de Fort McMurray, au milieu d'une zone de sables bitumeux, s'est rapproché de plusieurs grandes exploitations de sables bitumeux du nord de la ville. La situation a obligé de nouveaux travailleurs à prendre la fuite deux semaines après une première évacuation de masse, ont déclaré mardi des responsables canadiens.

L'incendie continue à dévaster le nord de la province de l'Alberta, et a déclenché l'évacuation forcée de tous les camps de travailleurs dans une zone de 60 km entre Fort McMurray et Fort McKay, conduisant à l'exode d'environ 8 000 employés non essentiels, a déclaré la Première ministre de l'Alberta, Rachel Notley.

"Le personnel demeuré sur place garantira la sécurité des sites concernés aussi longtemps que cela ne le mettra pas en danger. Des procédures d'évacuation sont en place au cas où il deviendrait nécessaire de leur faire quitter les lieux. Nous estimons que l'incendie va continuer à s'étendre dans le voisinage de plusieurs de ces camps aujourd'hui", a déclaré Mme Notley.

Quelques heures après que les travailleurs ont reçu l'ordre de quitter les lieux, le camp de travailleurs de Blacksand Lodge, situé à 35 km de Fort McMurray, a été détruit par les flammes. Il servait de logement temporaire pour les travailleurs employés par les exploitations pétrolières des environs.

L'incendie, surnommé "la Bête", s'est encore étendu mardi pour atteindre une superficie de 3 540 km2. Il devrait continuer à progresser vers l'est, attisé par des vents violents, et atteindre sous peu les exploitations de sables bitumeux des sociétés Suncor et Syncrude, selon Chad Morrison, responsable des équipes de pompiers.

Ces immenses exploitations, destinées à extraire le bitume des sables bitumeux, sont néanmoins entourées de larges barrières de gravier et de dispositifs pare-feu. Elles possèdent en outre leurs propres équipes de pompiers, et ne devraient donc pas être menacées par les flammes, a expliqué M. Morrison. Des incendies s'étaient déjà déclarés dans le nord de Fort McMurray en 2011, et les sites pétroliers n'avaient jamais été directement menacés.

Cela fait maintenant trois semaines que la population de Fort McMurray, soit 88 000 habitants, a été évacuée de ses foyers, sans savoir quand elle pourrait y retourner.

Lundi, l'index de qualité de l'air, habituellement mesuré sur une échelle de 1 à 10, a atteint 38. Mardi, il est redescendu à 13, soit un risque toujours extrêmement élevé, et l'on s'attend à ce qu'il remonte plus tard dans la journée.

"Cela pose de sérieux risques pour les secouristes et les équipes de récupération qui travaillent dans la zone, et cela risque de retarder nos efforts", a déclaré la Première ministre Notley au cours d'une conférence de presse.

Près de 90 % des bâtiments de Fort McMurray ont pu être sauvés de cet incendie sans précédent, qui a tout de même réussi à détruire 2 400 maisons et bâtiments. La majorité des constructions du centre-ville et des infrastructures reste néanmoins intacte. 

http://french.cri.cn/621/2016/05/18/661s479552.htm


Le Crif dénonce la libération "scandaleuse" de Hassan Diab  17/05/2016

Le Crif dénonce la libération "scandaleuse" de Hassan Diab







Le principal suspect de l’attentat de la rue Copernic, en 1980 à Paris, Hassan Diab, est sorti de prison samedi après un témoignage de son ex-épouse qui conforte son alibi et nécessite de nouvelles investigations.

Trente-six ans après les faits, l’enquête est à nouveau relancée dans un dossier où les victimes avaient repris espoir après l’extradition fin 2014 d’Hassan Diab depuis le Canada, où il était un respectable professeur d’université en sociologie.

Roger Cukierman, président du Crif, a dénoncé une libération «scandaleuse et irresponsable» et «une insulte aux victimes et à leurs familles». Selon lui, «elle sera interprétée comme un laxisme à l’égard du terrorisme».


http://www.liberation.fr/societe/2016/05/17/attentat-copernic-le-suspect-sort-de-prison-l-enquete-relancee_1453131


Le Pentagone confirme la présence de forces spéciales américaines en Libye  17/05/2016

Le Pentagone confirme la présence de forces spéciales américaines en Libye







Le 13 mai, le Washington Post a indiqué que deux équipes des forces spéciales américaines, totalisant 25 opérateurs, sont déployés en Libye depuis la fin 2015 afin de « recruter des partenaires locaux en vue d’une évenuelle offensive contre l’État islamique », dont la branche libyenne gagne du terrain.

Se basant sur des confidences faites par des responsables militaires sous le sceau de l’anonymat, le quotidien a précisé que ces deux équipes des forces spéciales américaines « opèrent autour des villes de Misrata et de Benghazi » non seulement pour identifier des alliés potentiels mais aussi pour recueillir du renseignement.

Cela étant, la présence en Libye de personnels des forces spéciales américaines fut révélée en décembre dernier… avec la diffusion, via la page Facebook des forces aériennes libyennes, de photographies prises à leur arrivée sur la base de Watiya.

Quoi qu’il en soit, le 16 mai, Peter Cook, un porte-parole du Pentagone, a confirmé l’information du Washington Post. « Les quelques forces spéciales américaines présentes en Libye ont un rôle qui reste cantonné au renseignement », a-t-il admis.

Selon les explications données par M. Cook, ces « petites équipes » de l’US Special Operations Command (USSOCOM) ont pour mission « d’identifier les forces en présence » et « d’essayer de comprendre ce que sont exactement leurs intentions ». Enfin, leur présence en Libye n’est « pas permanente », a-t-il assuré.

En outre, les forces américaines sont prêtes à « jouer leur rôle » pour fournir un éventuel appui militaire aux autorités libyennes, désormais incarnées par Fayez al-Sarraj, le « Président du Conseil présidentiel du gouvernement d’union nationale ». Mais, a précisé M. Cook, le Pentagone « n’a reçu aucun ordre de marche » allant dans ce sens pour le moment.

Cela étant, au cours de ces derniers mois, l’aviation américaine a effectué au moins trois raids pour neutraliser des responsables jihadistes, dont Mokhtar Belmokhtar, « l’émir » du groupe al-Mourabitoune, qui, apparemment, y a survécu, Abou Nabil, chef présumé de la branche libyenne de Daesh, le 13 novembre 2015 et, plus récemment, à Sabratha, le tunisien Noureddine Chouchane, le « cerveau » des attentats de Tunis et de Sousse.

Ces frappes aériennes posent la question d’une présence plus ancienne d’opérateurs de l’USSOCOM en Libye. À moins que des commandos appartenant à d’autres forces spéciales aient été impliqués.

http://www.opex360.com/2016/05/17/le-pentagone-confirme-la-presence-de-forces-speciales-americaines-en-libye/


Venezuela : le président Maduro dénonce l'intrusion d'un avion militaire américain  17/05/2016

Venezuela : le président Maduro dénonce l'intrusion d'un avion militaire américain







Le président du Venezuela Nicolas Maduro a dénoncé mardi l'intrusion d'un avion militaire américain sur le territoire vénézuélien la semaine dernière et va protester officiellement à ce sujet au niveau diplomatique.

"Notre force aérienne, notre aviation militaire bolivarienne, a détecté l'intrusion illégale à des fins d'espionnage, du Boeing 700 E-3 Sentry, doté de tous les mécanismes pour exercer une surveillance électronique", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Washington, qui nie tenter d'influer sur le cours des événements au Venezuela, a fait part de sa préoccupation sur la situation du pays lundi.

http://www.lorientlejour.com/article/986449/venezuela-le-president-maduro-denonce-lintrusion-dun-avion-militaire-americain.html


Israël : un extrémiste juif sera libéré en juin après 10 mois de détention, affirme une ONG  17/05/2016

Israël : un extrémiste juif sera libéré en juin après 10 mois de détention, affirme une ONG







Les autorités israéliennes vont libérer début juin une figure de la mouvance radicale juive détenue sans procès depuis août 2015 comme un inspirateur présumé de violences contre des Palestiniens ou des chrétiens, a indiqué mardi l'association Honenu qui le défend.

"Le parquet a annoncé mardi au tribunal que la détention administrative de Meir Ettinger ne serait pas prolongée et qu'il serait libéré le 1er juin", affirme Honenu dans un communiqué.

L'avocat de Honenu, Yuval Zemer, a salué cette prochaine libération mais a déploré "qu'en Israël en 2016, un homme puisse être emprisonné pendant dix mois uniquement en raison de ses opinions politiques".
Meïr Ettinger avait été arrêté en août 2015 après un évènement qui avait fait grand bruit: l'incendie attribué à des extrémistes juifs qui avait coûté la vie à un bébé de 18 mois brûlé vif dans la maison familiale le 31 juillet 2015 à Douma, en Cisjordanie occupée. Les parents du nourrisson avaient succombé à leurs blessures les semaines suivantes.

Meïr Ettinger avait été arrêté à l'époque en raison de ses activités au sein d'une organisation juive extrémiste et n'a pas été formellement associé à l'incendie de Douma lui-même.

Le gouvernement israélien a affirmé sa détermination à traiter l'affaire de Douma avec la même vigueur que les attentats anti-israéliens et a sévi contre les milieux radicaux juifs. Meïr Ettinger fait partie d'un petit nombre qui ont été placés en détention administrative.

La détention administrative est un régime extrajudiciaire controversé permettant de détenir quelqu'un pendant une durée illimitée sans inculpation ni procès. Les autorités israéliennes n'ont appliqué la mesure de détention administrative à des extrémistes juifs qu'en de très rares occasions au cours des dix dernières années alors qu'elles l'emploient fréquemment contre les Palestiniens.

La mouvance à laquelle est soupçonné d'appartenir Meïr Ettinger est composée de jeunes gens animés d'une vision messianique aspirant à la restauration - y compris sur le territoire de la Cisjordanie - des royaumes anciens de Judée et d'Israël placés sous la règle de la Torah.
Pour eux, la terre sainte juive est profanée par les "idolâtres" comme les chrétiens, avec la complicité du gouvernement qui autorise leur présence et dont ces extrémistes ne reconnaissent pas l'autorité.

En janvier, la justice israélienne avait inculpé deux Israéliens, dont un mineur, de meurtres et de complicité de meurtres pour l'incendie de Douma.

http://www.lorientlejour.com/article/986445/israel-un-extremiste-juif-sera-libere-en-juin-apres-10-mois-de-detention-affirme-une-ong.html


Placement des réserves de change : pourquoi le choix de l’Algérie est risqué  17/05/2016

Placement des réserves de change : pourquoi le choix de l’Algérie est risqué







Les réserves de change de l’Algérie sont-elles en danger ? Après la publication, lundi 15 mai, par le ministère américain des Finances de données montrant que l’Algérie n’a placé directement que 700 millions de dollars en bons du Trésor américain, une autre question se pose. Les avoirs de l’Algérie ne sont pas directement placés en bons du Trésor, mais via des pays tiers ou, plus certainement, à travers des banques étrangères. Un choix jugé risqué. Explications.
L’Algérie passe par des banques

Les réserves de la Banque d’Algérie libellées en dollars sont donc essentiellement placées via des banques privées. Selon un expert bien au fait du dossier, l’Algérie acquiert donc des bons de caisses de banques et non directement des bons du Trésor américains.

Une nouveauté dans la gestion des réserves de change : l’ancienne formule de placement privilégiait en effet les placements directs, au niveau des États et non via des institutions financières à caractère commercial, confirme notre source. « C’est un choix très hasardeux », commente-t-elle.
« Une gestion prudente », vraiment ?

En fait, la Banque d’Algérie fait des placements dits « triple A » (AAA), gage de sécurité et de solvabilité. Seulement, ces notations sont trompeuses. La crise financière de 2008 l’a bien montré : des produits de placement classés AAA se sont révélés toxiques. Grâce à l’engineering financier, qui ne connaît pas de limites, les banques peuvent faire des montages et faire passer des placements spéculatifs (ou pire), pour des produits « sûrs ».

De l’autre côté, un État, par définition, ne fait jamais faillite, explique notre expert. Contrairement aux banques. En privilégiant la seconde option, l’on passe donc à d’un risque souverain à un risque privé, poursuit la même source. Or, il y a un réel risque de défaut : « l’on a bien vu des banques faire faillite en 2008 », rappelle-t-elle.

Depuis la crise financière, certains pays développés ont revu leur législation : en cas de faillite des banques, les États ne voleront plus à leur rescousse, mais les déposants seront directement sollicités pour renflouer et sauver ces institutions. Le cas de Chypre, lorsque les remboursements ont été plafonnés et que les dépôts ont servi à préserver la santé des banques, est à ce titre éloquent.

Surtout, le système financier mondial est toujours instable. Certains économistes estiment que l’on n’est pas à l’abri d’une nouvelle crise systémique. Par ailleurs, l’Arabie Saoudite a officiellement annoncé son intention d’utiliser l’arme financière pour faire pression sur les États-Unis : le royaume wahhabite veut récupérer ses bons du Trésor et autres avoirs placés aux États-Unis. Ceci aurait pour conséquence une déstabilisation majeure du système financier mondial, préviennent des experts financiers.

Dans ces conditions, le passage par des banques est risqué à plus d’un titre. Les réserves de change sont donc vulnérables à une éventuelle crise financière qui pourrait engendrer une faillite des banques où sont placées les réserves algériennes. Avec un tel scénario, moins farfelu qu’il n’y paraît, la garantie du « triple A » ne pèserait pas bien lourd.

http://www.tsa-algerie.com/20160517/placement-reseres-de-change-choix-de-lalgerie-risque/


1 2 3 4 5 » ... 2883

Publicité

Brèves



Commentaires