Fin du contrat entre Orange et Partner d’ici 2017 : une victoire pour le respect des droits humains  01/07/2015

Fin du contrat entre Orange et Partner d’ici 2017 : une victoire pour le respect des droits humains
 
http://www.france-palestine.org/Fin-du-contrat-entre-Orange-et-Partner-d-ici-2017-une-victoire-pour-le-respect
 
Communiqué AFPS - Al Haq - CCFD-Terre solidaire - FIDH - LDH - CGT - Union syndicale solidaires
 
Orange a annoncé ce matin une modification au contrat qui la liait avec Partner, une société israélienne de télécommunications active dans les colonies israéliennes. Cet amendement a pour objet la rupture de ce contrat d’ici deux ans, en échange d’une indemnité de plusieurs dizaines de millions d’euros.
 
Les organisations de la société civile*, auteures d’un rapport publié le 6 mai dernier et intitulé « Les liaisons dangereuses d’Orange dans le Territoire palestinien occupé » saluent cette annonce et demandent à Orange de conduire cette démarche à son terme. Elles déplorent néanmoins qu’Orange n’ait pas reconnu publiquement les risques en matière de droits humains liés à sa relation d’affaires avec Partner, à l’instar d’autres entreprises et investisseurs.
 
Les entreprises ont en effet la responsabilité de veiller à ne pas contribuer directement ou indirectement au maintien des colonies israéliennes dans le TPO, reconnues illégales en droit international et impliquant de nombreuses violations des droits humains. Faute de pouvoir demander à l’entreprise Partner de ne plus opérer dans les colonies israéliennes, l’opérateur Orange devait rompre ce contrat de licence de marque afin de respecter son devoir de vigilance en matière de droits humains.
 
Les auteurs du rapport constatent qu’il aura fallu la pression des associations et syndicats et l’interpellation publique de l’entreprise pour qu’elle prenne enfin des mesures concrètes pour faire cesser sa contribution indirecte à des atteintes avérées en matière de respect des droits humains. Cinq années se sont en effet écoulées depuis les premières alertes lancées par les syndicats à ce sujet.
 
Mais c’est surtout le déficit de réaction publique de l’État français qui inquiète au plus haut point nos organisations. Au regard de ses obligations internationales en matière de droits humains, l’État français doit guider le comportement des entreprises investissant ou ayant des activités commerciales avec les colonies de façon beaucoup plus claire. L’avis aux entreprises publié en juin 2014 sur le site du Ministère des Affaires étrangères français doit être renforcé et expliciter les risques de violations du droit international auxquels s’exposent toutes les entreprises françaises opérant dans les colonies. Cet avis doit être mis en œuvre de façon effective pour que l’ensemble des entreprises cessent immédiatement toute relation commerciale avec les colonies, en respect avec le droit international.
 
Le rapport est disponible en français et en anglais.
 
Contacts presse :
 
CCFD-Terre Solidaire : Karine Appy, k.appy@ccfd-terresolidaire.org , 06 66 12 33 02
FIDH : Arthur Manet (French, English, Spanish), press@fidh.org , +33 6 72 28 42 94 (Paris) - et Lucie Kroening (French, English, German, Arabic) +33 6 48 05 91 57 (Paris)
Association France Palestine Solidarité : presse@france-palestine.org
Al Haq : Shawan Jabarin, shawan@alhaq.org +972(2)2954646, et Mona Sabella, mona@alhaq.org +972(2)2954646
Confédération Générale du Travail (CGT) : Cathy Bruno-Capvert, presse@cgt.fr , 06 80 62 02 74
Ligue des droits de l’Homme (LDH) : Feriel Saadni, feriel.saadni@ldh-france.org , 01 56 55 51 08
Union Syndicale Solidaires : Christian Pigeon, pigeon@sudptt.fr , 06 82 80 36 65
 
*Note aux rédactions :
 
Les organisations auteures du rapport sont : CCFD-Terre Solidaire, FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme), Al Haq, Association France Palestine Solidarité, Confédération Générale du Travail (CGT), Ligue des droits de l’Homme (LDH), Union Syndicale Solidaires.
 
 
--
 
Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79
Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter
 
 


La Syrie d'Assad en passe d'être un "Etat croupion", juge Israël  30/06/2015

La Syrie d'Assad en passe d'être un "Etat croupion", juge Israël







Le président Bachar el-Assad ne contrôle plus qu'un cinquième du territoire syrien et pourrait bien finir à la tête d'un "Etat croupion" contrôlé par la minorité alaouite, estime un haut responsable israélien.

"La Syrie n'existe plus. La Syrie est en train de mourir. Les obsèques seront annoncées le moment venu. Bachar el-Assad restera dans l'histoire comme de celui qui a perdu la Syrie", a déclaré tard lundi soir Amos Gilad, conseiller stratégique du ministre de la Défense Moshe Yaalon.

"Jusqu'à présent, il a perdu le contrôle de 75% de la Syrie. Dans les faits, il n'en dirige que 20%. Son avenir, si je peux le prédire, ne cesse de s'assombrir. Il terminera peut-être comme président d'un 'Alaouistan'", a-t-il ajouté lors d'une conférence organisée par le journal Israel Defense.

Le régime de Bachar el-Assad, qui a subi de nombreux revers ces derniers mois face aux différents groupes rebelles et aux djihadistes de l'Etat islamique, dispose encore d'une présence militaire limitée dans plusieurs villes comme Alep (nord), Hassaké (nord-est), Deir el-Zor (est) et Deraa (sud).

Mais beaucoup d'experts s'attendent à ce qu'il concentre dans un futur proche ses efforts sur la "Syrie utile", à l'ouest du pays, à savoir la région de Damas et la côte méditerranéenne, fief de la communauté alaouite.

http://www.lorientlejour.com/article/932292/la-syrie-dassad-en-passe-detre-un-etat-croupion-juge-israel.html


Deux militaires français soupçonnés de pédophilie au Burkina Faso suspendus  30/06/2015

Deux militaires français soupçonnés de pédophilie au Burkina Faso suspendus





Deux soldats français soupçonnés de s'être livrés lundi à des "actes à connotation sexuelle" sur deux enfants au Burkina Faso ont été suspendus et la justice française a été saisie de cette affaire, a annoncé à l'AFP mardi le ministère français de la Défense.
"Informé de ces soupçons, le ministre de la Défense (Jean-Yves Le Drian) a immédiatement signalé les faits allégués aux autorités judiciaires françaises compétentes (...). Il a également suspendu les deux soldats", a indiqué le ministère. "Une enquête de commandement a été déclenchée par le chef d'état-major des armées", a-t-on ajouté de même source. "En parallèle, la justice burkinabè a été saisie par l'ambassadeur de France à Ouagadougou", a-t-on également précisé.

http://www.lorientlejour.com/article/932291/deux-militaires-francais-soupconnes-de-pedophilie-au-burkina-faso-suspendus.html


Un pilote italien crée le choc à l’aéroport de Tel Aviv en annonçant « Bienvenue en Palestine »  30/06/2015

Un pilote italien crée le choc à l’aéroport de Tel Aviv en annonçant « Bienvenue en Palestine »







Un pilote italien a créé la surprise vendredi parmi les employés de la compagnie aérienne italienne Alitalia, après avoir annoncé par haut-parleurs aux passagers : « Bienvenue en Palestine », alors que l’avion a atterri à l’aéroport Ben Gourion à Tel Aviv.

Le porte-parole de la compagnie italienne Orli Sigal a confirmé les faits, précisant que ledit pilote ne pourra plus dorénavant partir vers Israël.

Selon les médias israéliens, l’incident a eu lieu à bord d’un avion en provenance de Rome.

Il s’agit du deuxième incident de ce genre en quelques mois, puisqu’un pilote travaillant dans une compagnie aérienne française a fait la même annonce.

En 2003, un pilote d’Alitalia a dit par haut-parleur : « Bienvenue en Palestine… bonne fête de l’indépendance à la Palestine », alors qu’il s’apprêtait à atterrir dans l’aéroport Ben Gourion.

Les passagers avaient l’air confus devant ces propos inhabituels. Une fois interrogé, le pilote a répondu que « les Israéliens tuent les Palestiniens tous les jours ».

http://www.algerie1.com/flash-dactu/un-pilote-italien-cree-le-choc-a-laeroport-de-tel-aviv-en-annoncant-bienvenue-en-palestine/


Ukraine: Brzezinski milite en faveur d’une livraison d'armes  30/06/2015

Ukraine: Brzezinski milite en faveur d’une livraison d'armes






Il faut livrer des armes à Kiev et garantir à la Russie que l'Ukraine n'adhérera jamais à l'Otan, estime l'analyste politique et ancien responsable américain, Zbigniew Brzezinski, persuadé que cette formule permettrait de régler le conflit en Ukraine.

L'Occident doit livrer des armes à l'Ukraine pour qu'elle puisse défendre ses grandes villes, mais assurer à la Russie que l'Ukraine ne sera pas admise dans l'Otan.

Cette formule est proposée par Zbigniew Brzezinski, ex-conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis de 1977 à 1981, pour régler le conflit ukrainien. Selon la radio Deutsche Welle, l'ancien conseiller du président Jimmy Carter a fait cette proposition dans une interview au magazine Spiegel Online.

"Il serait judicieux de livrer des armes défensives à l'Ukraine afin qu'elle puisse protéger ses grandes villes. Je pense notamment aux mortiers et aux armes antichars. L'Ukraine doit pouvoir choisir librement son identité politique. Dans le même temps, il faut assurer à la Russie que l'Ukraine ne sera pas admise dans l'Otan. Telle est la formule pour régler le conflit", a déclaré M. Brzezinski.

D'après lui, la Russie et les Etats-Unis sont depuis longtemps en état de guerre froide, mais il est peu probable que cette dernière dégénère en conflit armé. L'auteur du Grand Echiquier estime cependant que la nouvelle guerre froide ne durera pas longtemps, car dans le monde actuel, les événements évoluent beaucoup plus vite qu'autrefois.

http://fr.sputniknews.com/international/20150630/1016787270.html


Combien la Grèce doit-elle à ses créanciers internationaux ?  30/06/2015

Combien la Grèce doit-elle à ses créanciers internationaux ?





La Grèce, qui pourrait faire défaut auprès du Fonds monétaire international sur la somme qu'elle doit rembourser mardi après la rupture des négociations avec ses créanciers, doit à ses prêteurs officiels 242,8 milliards d'euros (271 milliards de dollars), selon un calcul de Reuters sur la base des dernières données officielles. L'Allemagne est de loin le plus grand créancier.

Cette somme comprend des prêts consentis en vertu de deux plans de sauvetage par les gouvernements européens et le FMI depuis 2010, d'une valeur nominale de 220 milliards d'euros à ce jour. Une partie de ces prêts a été remboursée, ainsi que des obligations émises par l'Etat grec et détenues par la BCE et par les banques centrales de plusieurs pays de la zone euro.

Les investisseurs privés détiennent 38,7 milliards d'euros d'obligations grecques suite à une grande dépréciation et un rachat de dette en 2012 qui a réduit la dette grecque de 107 milliards d'euros et la valeur des placements privés d'environ 75 %.

Le gouvernement grec a également émis 15 milliards d'euros de bons du Trésor à court terme, pour la plupart détenus par les banques grecques.

Voici la formation de la dette étrangère de la Grèce en détail :

Le FMI

Le FMI s'était engagé à verser 48,1 milliards d'euros à la Grèce, dont 16,3 milliards en mars prochain si Athènes mène avec succès le deuxième programme d'ajustement économique. La Grèce avait jusqu'ici remboursé ses prêts à temps, avant d'invoquer une disposition méconnue des règles du FMI qui l'autorise à regrouper quatre paiements d'un total de 1,6 milliard d'euros jusqu'à la fin du mois de juin. Les plus anciens prêts du FMI sont assortis d'un taux d'intérêt de 3,5 %, un taux supérieur à celui du fonds de sauvetage de la zone euro.

La BCE

La BCE détient environ 18 milliards d'euros d'obligations grecques, dont la valeur nominale s'effondrerait probablement si le pays devait quitter la zone euro, dont 6,7 milliards d'euros arrivent à échéance en juillet et août.

Au-delà d'un défaut de la Grèce sur sa dette nationale, une sortie de la zone euro ferait peser sur la Banque centrale européenne un énorme fardeau financier de créances non recouvrables. Le président de la BCE Mario Draghi a déclaré récemment que les banques grecques avaient exploité 118 milliards d'euros de liquidités de la banque centrale. Cela comprend 89 milliards d'euros dans le cadre de la fourniture de liquidité d'urgence (emergency liquidity assistance, ou ELA). Cela reste de la responsabilité de la banque centrale du pays, mais seulement si la Grèce reste dans la zone euro. Si elle part, la facture serait reportée sur d'autres pays de la zone, comme l'Allemagne.

En outre, environ 45 milliards d'euros de billets de banque en Grèce représentent un autre risque, car ces billets représentent une créance que l'Eurosystème (la BCE et les banques centrales nationales) serait obligé d'honorer.

La zone euro

Les gouvernements de la zone euro ont versé à la Grèce 52,9 milliards d'euros de prêts bilatéraux dans le cadre du premier plan de sauvetage convenu en 2010. Dans le cadre du deuxième plan de sauvetage convenu en 2012, Athènes a reçu 141,8 milliards d'euros du Fonds européen de stabilité financière. Le pays devait recevoir 1,8 milliard d'euros supplémentaires le 30 juin s'il répondait aux conditions, mais à moins d'un dénouement-surprise, ceci n'est plus d'actualité.

Parmi les plus gros membres de la zone euro, l'Allemagne est exposée à hauteur de 57,23 milliards d'euros, la France de 42,98 milliards, l'Italie de 37,76 milliards et l'Espagne de 25,1 milliards. Il faut aussi prendre en compte leurs contributions aux prêts du FMI, proportionnelles à leurs quotes-parts respectives dans l'organisation.

Les pays de la zone euro ont déjà étendu les échéances de leurs prêts à la Grèce de 15 à 30 ans, et ont réduit les taux d'intérêt sur certains prêts à seulement 0,5 point de base au-dessus de leur coût d'emprunt. Ils ont également accordé à la Grèce un moratoire de 10 ans sur les paiements d'intérêt sur le second prêt du Fonds de stabilité financière de la zone euro.

La Grèce a demandé un nouvel allégement de la dette auprès des Européens, une demande qui est soutenue par le FMI. Mais les gouvernements de la zone euro ont déclaré qu'ils n'étaient prêts à en discuter que si Athènes resserrait encore son budget.

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2015-06/29/content_35935611.htm


La Flottille de la Liberté 3 continuera à naviguer vers Gaza  30/06/2015

La Flottille de la Liberté 3 continuera à naviguer vers Gaza






La Campagne européenne pour mettre fin au siège de Gaza, a déclaré, quela Flottille de la Liberté 3, continuera à naviguer vers les rivages de Gaza, en dépit de la piraterie sioniste du bateau Marianne.

Rami Abdo, Membre de la campagne, a déclaré dans une conférence de presse lundi, que les autres navires supplémentaires, partiront de la Grèce vers la bande de Gaza dans les 48 heures prochaines.

Abdo a appelé les pays arabes et la communauté internationale à prendre des positions fermes contre la piraterie israélienne de la flottille de liberté3 dans la Méditerranée.

Pour sa part, le responsable de la campagne européenne, Mazent Kaili a déclaré que la Flottille de la Liberté va continuer à naviguer jusqu'à briser le siège de Gaza, et que le message de la flottille a atteint son but « mais jamais je renoncerai à envoyer les navires vers la bande de Gaza jusqu’a ce que le siège se brise »a-t-il annoncé avant d’ajouter : « Ce détournement sioniste de Marianne révèle l’image laide d’Israël et de son crime contre l’humanité ».

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=41600


France: le gouvernement prêt à fermer des mosquées liées à l'islamisme radical  30/06/2015

France: le gouvernement prêt à fermer des mosquées liées à l'islamisme radical







Le Premier ministre français Manuel Valls s'est dit prêt si nécessaire mardi à fermer des mosquées et dissoudre des associations qui s'avèreraient suspectes de sympathies ou de complicités avec l'islamisme radical et le jihadisme.

"Toutes les solutions sont explorées et mises en oeuvre pour entraver l'action des terroristes. Et il faut empêcher d'agir les associations qui encouragent ou diffusent les appels à la violence", a-t-il déclaré devant les députés.
"S'il faut les dissoudre, nous le ferons", a lancé le chef du gouvernement socialiste au pouvoir.

Depuis l'attentat qui a visé vendredi une usine de la région de Lyon (centre-est), où un homme a été décapité, des voix se sont élevées dans l'opposition de droite et à l'extrême droite pour réclamer notamment la fermeture de mosquées salafistes, considérées comme suspectes de liens avec la mouvance jihadiste.
"J'ai eu l'occasion (...) de dire notre inquiétude sur la profusion des messages notamment des Frères musulmans, en France et dans le monde, et sur notre profonde inquiétude et la nécessité d'agir contre le salafisme le plus radical", a déclaré le Premier ministre.
"Le ministre de l'Intérieur agit et agira (...) pour fermer les mosquées quand il faut les fermer, s'attaquer aux commerces qui alimentent financièrement ce terrorisme", s'est-il engagé.

Manuel Valls a listé les mesures en vigueur pour lutter contre les groupes radicaux, outre les poursuites judiciaires: expulsion de territoire, déchéance de nationalité française, interdiction d'entrée et de sortie du territoire, blocages de sites internet, suppressions de prestations sociales...

Il a également rappelé le renforcement du plan antiterroriste Vigipirate et du nombre de militaires déployés dans les lieux publics depuis les attentats de Paris début janvier (17 morts), le renforcement des moyens des forces de l'ordre et du renseignement et la priorité à la traque des radicaux sur internet.
"Tout cela a été dit et rappelé depuis plusieurs mois. Nous n'allons pas inventer de nouvelles mesures car nous savons qu'il faut agir dans la durée", a fait valoir M. Valls.

http://www.lorientlejour.com/article/932255/islamisme-radical-valls-pret-a-fermer-des-mosquees-et-a-dissoudre-des-associations.html


Flottille vers Gaza : Israël expulse l'ex-président tunisien Marzouki  30/06/2015

Flottille vers Gaza : Israël expulse l'ex-président tunisien Marzouki






Les autorités israéliennes ont expulsé mardi l'ex-président tunisien Moncef Marzouki et la députée européenne Ana Miranda après avoir appréhendé le bateau à bord duquel ils entendaient briser le blocus israélien sur Gaza. "L'(ancien) président tunisien et la députée espagnole se sont envolés dans la matinée. Quatorze autres personnes sont en cours d'expulsion", a affirmé à l'AFP une porte-parole de l'Autorité israélienne de l'immigration.

La marine israélienne avait intercepté lundi le chalutier Marianne avant de l'escorter vers le port israélien d'Ashdod, au nord de l'enclave palestinienne, tandis que les trois autres navires de la "Flottille de la liberté III" étaient repartis vers des ports grecs. Au total, 16 étrangers se trouvaient à bord du Marianne, ainsi que deux Israéliens, le député arabe israélien Bassel Ghattas et un journaliste. Ces deux derniers ont été libérés mais M. Ghattas pourrait être entendu par une commission parlementaire et s'expose à des sanctions.

"Au final, la Flottille de la liberté III a atteint son but principal: attirer l'attention locale et mondiale sur la crise humanitaire à Gaza, qui est le résultat du siège qu'Israël lui impose", a affirmé M. Ghattas à la presse. En interceptant le bateau, Israël a incité "des militants du monde entier à envoyer flottille après flottille, jusqu'à ce que le blocus soit levé", a-t-il ajouté.

Il y a cinq ans, un assaut des forces israéliennes à bord d'un des bateaux d'une autre flottille internationale s'était soldé par la mort de 10 militants turcs. Le blocus terrestre, aérien et maritime de la bande de Gaza a été imposé par Israël après l'enlèvement d'un de ses soldats en juin 2006 par le Hamas puis renforcé lors de la prise de pouvoir du mouvement islamiste dans l'enclave un an plus tard. Concrètement, il est impossible de pénétrer dans les eaux gazaouies ou de s'éloigner de plus de six miles nautiques des côtes de Gaza sous peine d'essuyer des tirs de la marine israélienne.

Quant aux passages terrestres, tous contrôlés par Israël, à l'exception de Rafah que l'Egypte n'ouvre qu'au compte-gouttes, les contrôles y sont si drastiques que très peu des 1,8 million de Gazaouis parviennent à quitter leur enclave exiguë et surpeuplée. Les matériaux de construction se font par ailleurs toujours attendre dans ce territoire ravagé il y a un an par une offensive israélienne, la troisième en six ans, qui a fait près de 2.200 morts côté palestinien et laissé 100.000 Gazaouis sans abris.

http://www.lorientlejour.com/article/932227/flottille-vers-gaza-israel-expulse-lex-president-tunisien-marzouki.html


Crise grecque: Ankara propose son aide à Athènes  30/06/2015

Crise grecque: Ankara propose son aide à Athènes






Le député du Parti démocratique du peuple, Ertugrul Kurkcu, ainsi que le Premier ministre islamo-conservateur turc, Ahmet Davutoglu proposent que la Turquie aide la Grèce à payer sa dette au FMI.

Le député du Parti démocratique du peuple, Ertugrul Kurkcu, propose que la Turquie paie 1,6 milliards d'euros de la dette grecque au FMI.
Interrogé par Sputnik, M. Kurkcu a dit: "Cela serait la meilleure aide possible pour notre voisin qui se trouve actuellement dans une situation économique difficile. Cela développerait l'amitié et la reconnaissance du peuple grec, et nous permettrait d'établir la paix dans la région de la mer Égée".

Selon le député, la Turquie a suffisamment de ressources pour aider la Grèce, surtout qu'en 2013, Ankara a versé 1,9 milliards de dollars d'aide humanitaire aux organisations internationales. "On pourrait donner cette aide à la Grèce comme une dette sans intérêts", a-t-il indiqué.
D'après M. Kurkcu, le paiement de 1,6 milliards d'euros, qui représente la partie de la dette qu'Athènes doit payer maintenant, aurait pu être un pas diplomatique efficace permettant à la Grèce d'éviter le default de paiement et d'organiser le referendum.

"Nous avons fait cette proposition car nous sommes solidaires avec le gouvernement de Syrisa et nos objectifs politiques sont identiques", a souligné M. Kurkcu.

Le député de Syriza, Sia Anagnostopoulou, s'est félicité de cette proposition de la Turquie. "La solidarité des pays voisins est très importante. Ensemble, on peut devenir plus fort et plus riche. Dans ce contexte, la proposition de M. Kurkcu est très importante pour nous", a-t-il déclaré.
Selon le journal Libération, le premier ministre islamo-conservateur turc, Ahmet Davutoglu, a pour sa part proposé lui aussi l'aide de son pays à la Grèce, en s'affirmant prêt à étudier "toute proposition de coopération" avec son voisin.

"Nous voulons que la Grèce soit forte (…) nous sommes prêts à aider la Grèce à se sortir de la crise économique en coopérant dans le tourisme, l'énergie, le commerce", a déclaré M. Davutoglu lors d'un discours devant les députés de son parti.

"Nous allons prendre contact avec la Grèce pour organiser une réunion de coopération à haut niveau dès que possible, afin d'étudier des mesures conjointes sur la crise financière" qui frappe la Grèce, a-t-il ajouté.

http://fr.sputniknews.com/international/20150630/1016786692.html


Al-Sissi promet que les condamnations à mort seront exécutées  30/06/2015

Al-Sissi promet que les condamnations à mort seront exécutées





Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a promis mardi une législation plus dure pour «lutter contre le terrorisme», au lendemain de la mort du procureur général du pays dans un attentat à la bombe spectaculaire.

«La main de la justice est entravée par les lois. Nous n’allons pas attendre. Nous allons amender la législation pour nous permettre de rendre justice rapidement», a indiqué M. Sissi dans une allocution retransmise à la télévision, durant les funérailles de Hicham Barakat.

Lundi, le procureur général d’Egypte a succombé à ses blessures quelques heures après un attentat visant son convoi dans un quartier huppé de la capitale égyptienne.

Depuis que M. Sissi -alors chef de l’armée- a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, des groupes jihadistes ont multiplié les attentats visant les forces de l’ordre, disant agir en représailles à la sanglante répression qui s’est abattue sur les pro-Morsi.

Hicham Barakat, 64 ans, est le plus haut représentant de l’Etat tué en représailles à la violente répression.

Plus de 1.400 personnes, en grande majorité des islamistes, ont été tuées dans la répression des manifestations de l’opposition, tandis que des milliers ont été emprisonnés. Des centaines ont par ailleurs été condamnés à mort dans des procès de masse expéditifs, qualifiés par l’ONU de «sans précédent dans l’histoire récente». Mais la Cour de cassation a annulé des dizaines de ces peines et ordonné de nouveaux procès.

«Nous n’allons pas attendre 5 ans, 10 ans pour juger les gens qui nous tuent», s’est emporté M. Sissi, entouré par les proches de la victime.

«S’il y a une condamnation à mort, elle sera mise à exécution», a-t-il ajouté avant de marteler : «La loi! La loi!»

Depuis 2013, l’essentiel des attaques jihadistes contre les forces de l’ordre ont eu lieu dans le Nord-Sinaï. Les plus meurtrières ont été revendiquées par un groupe affilié à l’organisation Etat islamique.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/al-sissi-promet-que-les-condamnations-a-mort-seront-executees/id-menu-957.html


La dette publique française atteint le niveau record de 97,5% du PIB (Insee)  30/06/2015

La dette publique française atteint le niveau record de 97,5% du PIB (Insee)






La dette publique française au sens de Maastricht a augmenté de 51,6 milliards d'euros au premier trimestre 2015, atteignant 2 089,4 milliards d'euros fin mars, soit 97,5% du PIB, a rapporté mardi l'Institut national des statistiques et des études économiques (Insee).

"À la fin du premier trimestre 2015, la dette publique de Maastricht s'établit à 2 089,4 milliards d'euros, en augmentation de 51,6 milliards d'euros par rapport au trimestre précédent", indique l'institut dans un communiqué publié mardi sur son site internet.

"Exprimée en pourcentage du PIB, elle augmente de 1,9 point par rapport au quatrième trimestre 2014, à 97,5%", est-il expliqué.

La dette de l'État constitue le principal élément de cette forte augmentation. En effet, la contribution de l'État à la dette "augmente de 37,1 milliards d'euros au premier trimestre 2015", note l'Insee, précisant que "cette hausse provient pour l'essentiel de la dette négociable à long terme (+38,9 milliards d'euros) et à court terme (+2,6 milliards d'euros)".

Autre facteur de poids, la contribution des administrations de sécurité sociale "augmente fortement", la hausse atteignant 15,8 milliards d'euros, ajoute l'institut.

D'après le quotidien économique Les Echos, la dette publique de la France a ainsi atteint au premier trimestre 2015 "son plus haut niveau jamais constaté par les statisticiens publics".

http://french.cri.cn/621/2015/06/30/301s439206.htm


DECOUVREZ ‘PANAFRICOM-TV’ !  30/06/2015

# PANAFRICOM/ DECOUVREZ ‘PANAFRICOM-TV’ !
 
PANAFRICOM/ 2015 06 29/
 
Découvrez PANAFRICOM-TV
la chaîne TV des Réseaux transnationaux PANAFRICOM
(PANAFRIcan action and support COMmittees)
 
Sur https://vimeo.com/panafricomtv
Administrateur-général : Luc MICHEL
Secrétaire-général Afrique : Gilbert NKAMTO
 
"La bataille des médias et des réseaux sociaux appelle de nouveaux médias panafricains. Voici PANAFRICOM-TV (en collaboration avec AFRIQUE MEDIA, EODE-TV et PCN-TV) !"
 
PANAFRICOM
_____________________
Aller LIKER la Page officielle :
https://www.facebook.com/panafricom
 


France: l'ex-ministre de l'Intérieur Charles Pasqua est décédé (sources concordantes)  30/06/2015

France: l'ex-ministre de l'Intérieur Charles Pasqua est décédé (sources concordantes)






L'ancien ministre français de l'Intérieur Charles Pasqua, 88 ans, pilier de la famille gaulliste et parrain politique des anciens présidents Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, est décédé ce lundi, a-t-on appris de sources concordantes.
Ancien sénateur, M. Pasqua avait mis un terme en 2011 à sa carrière politique, marquée par une part d'ombre liée à ses activités au sein de services d'ordre parallèles, de ses réseaux africains et de ses démêlés judiciaires liés notamment à une affaire de ventes d'armes à l'Angola.

http://www.lorientlejour.com/article/932099/lancien-ministre-gaulliste-charles-pasqua-88-ans-est-decede-sources-concordantes.html


L'Egypte est devenu "un Etat tout-répressif", dénonce Amnesty  30/06/2015

L'Egypte est devenu "un Etat tout-répressif", dénonce Amnesty






L'Egypte est devenu "un Etat tout-répressif", avec plus de 41.000 personnes arrêtées depuis 2013, dont de nombreux jeunes militants, a accusé mardi Amnesty International, en dénonçant le "silence" de la communauté internationale.

Dans son rapport publié à quelques jours du 2e anniversaire de la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, l'ONG, basée à Londres, affirme que le pouvoir du président Abdel Fattah al-Sissi cherche à "tuer dans l'oeuf toute future menace à son autorité".
"Les manifestations de masse ont été remplacées par des arrestations de masse" et "des jeunes militants croupissent derrière des barreaux, témoignant que l'Etat a régressé, pour devenir un Etat tout-répressif", note l'organisation de défense des droits de l'Homme.

Amnesty, citant des militants de défense des droits de l'Homme, évoque de "plus de 41.000 personnes arrêtées, inculpées de crimes ou condamnées après des procès injustes".
Amnesty indique que les autorités ont mené une nouvelle vague d'arrestations mi-2015, avec au moins 160 personnes en état de "disparition forcée".

L'ONG rappelle que la répression, qui a débuté contre les islamistes en juillet 2013, en même temps que la destitution de M. Morsi, s'est étendue rapidement pour toucher tout l'échiquier politique égyptien.
"L'Egypte emprisonne des militants pacifiques tandis que la communauté internationale regarde de l'autre côté. Il y a un silence des Etats, un silence des dirigeants du monde et un silence du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU", dénonce Amnesty.

L'ONG fustige de la part des alliés, y compris occidentaux, de l'Egypte "une course à des activités commerciales lucratives" avec notamment des "ventes et transferts d'équipements policiers pouvant faciliter" ces violations.

M. Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte, a été destitué par l'armée le 3 juillet 2013, après des manifestations monstres réclamant son départ. Les nouvelles autorités ont ensuite lancé une vaste répression, avec plus de 1.400 islamistes tués dans les semaines ayant suivi.
Cette répression s'est ensuite élargie aux militants pro-démocratie ayant été à la tête de la révolte de 2011 ayant renversé Hosni Moubarak.

Même si selon les ONG le nouveau régime est encore plus autoritaire que celui de M. Moubarak, le président Sissi est très populaire parmi les Egyptiens, fatigués des années d'instabilité politique ayant suivi la révolte de 2011.

http://www.lorientlejour.com/article/932191/legypte-est-devenu-un-etat-tout-repressif-amnesty.html


S&P abaisse la note de la Grèce après l'annonce d'un référendum  30/06/2015

S&P abaisse la note de la Grèce après l'annonce d'un référendum






L'agence d'évaluation financière Standard and Poor's a abaissé lundi la note de la Grèce à "CCC-", estimant que la décision d'Athènes de recourir à un référendum était un mauvais signal pour la "stabilité économique" du pays.
"La décision de la Grèce d'organiser un référendum sur la proposition des créanciers est un signe supplémentaire que le gouvernement Tsipras privilégiera la politique intérieure au détriment de la stabilité économique et financière (et) du paiement de la dette", a estimé l'agence dans un communiqué.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a estimé lundi soir que le référendum qu'il organise dimanche est un moyen pour les Grecs d'être "mieux armés dans la poursuite des négociations" avec les créanciers.
"Le référendum doit conduire à la poursuite des négociations (...), notre objectif est qu'il permette d'être mieux armés dans la poursuite des négociations", a déclaré le Premier ministre lors d'une interview sur la chaîne de télévision ERT. Quelques heures auparavant, la chancelière Angela Merkel avait indiqué que si le gouvernement grec demandait à reprendre les négociations, "naturellement nous ne nous y opposerions pas".

http://www.lorientlejour.com/article/932095/sp-abaisse-la-note-de-la-grece-apres-lannonce-dun-referendum.html
http://www.lorientlejour.com/article/932102/grece-le-referendum-est-un-moyen-detre-mieux-armes-pour-la-negociation-selon-tsipras.html


Cisjordanie: 4 Israéliens blessés par des tirs  30/06/2015

Cisjordanie: 4 Israéliens blessés par des tirs






Quatre Israéliens ont été blessés par des tirs sur leur véhicule sur une route de Cisjordanie, selon des sources sécuritaires israéliennes.

Un des blessés est dans un état grave, selon ces mêmes sources.

Les tirs se sont déroulés à un carrefour proche de la colonie de Chvout Rahel, dans le nord de la Cisjordanie.

Les quatre blessés, des jeunes hommes d'une vingtaine d'années, ont été évacués vers des hôpitaux israéliens, selon les services de secours.

Le président du Conseil régional Shomron, qui regroupe les colonies juives de cette région, Yossi Dagan, a déclaré dans un communiqué "qu'il ne fallait pas laisser le terrorisme se propager".

"J'appelle le gouvernement à autoriser l'armée à agir sans pitié contre ces sauvages qui prennent des civils pour cibles", a ajouté le dirigeant colon.

http://www.lorientlejour.com/article/932147/cisjordanie-4-israeliens-blesses-par-des-tirs-sources-securitaires.html


France : « Manuel Valls a choqué les musulmans »  29/06/2015

France : « Manuel Valls a choqué les musulmans »





Abdellah Zekri est président de l’Observatoire de lutte contre l’islamophobie. Dans cette interview, il revient sur les déclarations du Premier ministre français, Manuel Valls et le traitement médiatique de l’affaire de l’Isère.
Manuel Valls parle d’une guerre de civilisation face au terrorisme. Comment ces déclarations ont été perçues par les musulmans en France ?

Ces propos sont inqualifiables et insoutenables. Il a parlé dernièrement d’islamo-fascisme et là, il récidive. Les Républicains, nouveau parti de Sarkozy, l’ont applaudi à deux mains. Il le considère comme l’un des leurs. Ce qui n’est pas normal pour quelqu’un qui dirige le gouvernement socialiste.

Manuel Valls parle de guerre de civilisation, il faut qu’il définisse et explique contre quelle civilisation il veut faire la guerre. Avec ses dires, il a choqué les musulmans de France et à travers le monde. S’il veut combattre Daech et le terrorisme, il a besoin des musulmans qui pensent que l’islam est une religion de paix et de tolérance. Mais s’il nous cible, on ne peut pas accepter de telles paroles d’un Premier ministre. Je pense que le président de la République devrait se prononcer à propos des déclarations de son Premier ministre pour essayer de ramener l’apaisement.
Que pensez-vous de l’ampleur prise par le salafisme en France ?

Il y a, certes, des lieux de culte salafiste et des salafistes qui sont présents en France. Le Premier ministre et son ministre de l’Intérieur passent leur temps à dire qu’il y a 150 lieux de prières tenus par les salafistes. Qu’est-ce qu’ils attendent pour fermer ces lieux et pour expulser ces gens chez eux ? Il faut arrêter de continuer à nous pointer du doigt à cause d’une faible minorité qui prône la violence.

Que pensez-vous du traitement médiatique de l’affaire de l’Isère ?

C’est un jeune qui a commis un meurtre. Rien ne prouve qu’il soit terroriste, c’est un crime abject et un fait divers. On en a marre que les musulmans soient traités de cette manière.

Le traitement médiatique de cette affaire est très grave. Les médias ont d’emblée parler d’acte terroriste. Je suis remonté contre les chaînes de télévision particulièrement I-télé et BFM. Maintenant que la piste du terroriste est en train d’être écartée, ils ont trouvé un autre moyen. Ils disent que Daech a appelé les musulmans à travers le monde à tuer leurs ennemies par des armes, des pierres, et des couteaux. Selon eux, du moment que le criminel a utilisé un couteau, il est un élément de Daech. Les journalistes continuent à dire que le monsieur a fait un selfie et qu’il l’a envoyé en Syrie. Quelle preuve ont-ils de l’existence de cette photo ? Ils veulent orienter l’opinion publique française vers l’islamisme-terrorisme. L’islam, ce n’est pas le terrorisme. Les terroristes sont des gens qui commettent des crimes au nom de l’islam. La France et les USA ont une part de responsabilité dans ce terrorisme latent qui est en train de déstabiliser certains pays et la première victime est le monde musulman et non le monde européen.
Quelles sont les derniers chiffres d’actes islamophobes enregistrés en France ?

Nous allons établir le bilan du premier semestre dans une semaine. Ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a eu une forte hausse des chiffres du premier semestre 2015 comparés au premier semestre 2014.

http://www.tsa-algerie.com/20150629/france-manuel-valls-a-choque-les-musulmans/









Israël boycotte un débat à l'ONU sur le conflit à Gaza  29/06/2015

Israël boycotte un débat à l'ONU sur le conflit à Gaza






Israël a boycotté lundi à Genève une session du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu sur un rapport accusant Israéliens et les groupes armés palestiniens d'avoir commis des "crimes de guerre" lors du conflit à Gaza à l'été 2014.

Le représentant israélien auprès de l'Onu à Genève, Eviatar Manor, a expliqué aux médias qu'il n'avait pas souhaité participer aux débats jugeant que le Conseil des droits de l'Homme était "entièrement politisé".
En même temps, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant l'Onu, à la demande du Congrès juif mondial, pour apporter leur soutien à Israël, alors qu'une résolution est en cours d'élaboration à l'Onu sur ce rapport.

Le représentant palestinien, Ibrahim Khraishi, a quant à lui salué le rapport mais il a déploré qu'il ne prenait pas en compte le fait que "le conflit était déséquilibré et que les pertes n'étaient pas équitables".
Durant les débats, la présidente de la commission d'enquête de l'Onu, Mary McGowan Davis, a présenté aux 47 Etats membres du Conseil son premier rapport (publié le 22 juin), qui appelle Israël et les groupes armés palestiniens à coopérer avec la Cour pénale internationale (CPI).

"Les informations recueillies mettent en évidence de graves violations du droit humanitaire international et des droits de l'homme par Israël et par les groupes armés palestiniens, qui dans certains cas constituent des crimes de guerre", a déclaré Mme McGowan Davis.
Mais, a-t-elle ajouté, "nous craignons que l'impunité prévale". Elle a souligné que "les parties devraient coopérer pleinement avec l'examen préliminaire de la Cour pénale internationale et avec toute enquête ultérieure qui pourrait être ouverte".

La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a ouvert en janvier un examen préliminaire afin de déterminer si elle disposait d'assez d'éléments pour ouvrir une enquête sur des crimes de guerre présumés dans la bande de Gaza à l'été 2014.

En outre, les Palestiniens ont soumis jeudi un premier dossier de documents à la CPI en vue de la convaincre d'ouvrir une enquête sur d'éventuels crimes de guerre israéliens.
La Commission d'enquête des Nations unies n'a pas été autorisée à se rendre en Israël, et a recueilli 280 témoignages par téléphone ou téléconférence, ainsi que 500 témoignages écrits sur ce conflit qui dura 51 jours en juillet et août 2014.

http://www.lorientlejour.com/article/932084/israel-boycotte-un-debat-a-lonu-sur-le-conflit-a-gaza.html


1 2 3 4 5 » ... 2680

Publicité

Brèves



Commentaires