Israël a échoué de criminaliser le travail de BDS en Suisse et en Espagne  19/06/2017

Israël a échoué de criminaliser le travail de BDS en Suisse et en Espagne











Le mouvement mondial pour le boycott d'Israël (BDS) a déclaré que les tentatives de Tel Aviv pour faire passer un projet de résolution au Parlement suisse criminalisant le travail du mouvement , ont totalement échoué.

Le BDS a déclaré dans un communiqué lundi que le gouvernement israélien a échoué dans la campagne menée par le soutien du lobby sioniste européen d'interdire le financement du gouvernement pour les organisations qui défendent et soutiennent la lutte et les droits du peuple palestinien par le biais de la stratégie de boycottage.

Le Sénat au parlement suisse est opposé la semaine dernière, aux efforts dirigés par des partis de droite suisse, avaient cherché à criminaliser les activités de BDS et l'interdiction du financement gouvernemental pour les organisations qui soutiennent les droits du peuple palestinien.

Le BDS a indiqué que le gouvernement central espagnol a confirmé que le droit d'appeler au boycott d' Israël et la solidarité avec la lutte palestinienne est protégée par des lois qui garantissent la liberté d'expression.

Il a décrit la décision du gouvernement espagnol comme historique et signifie que les gouvernements Suisse et Espagnol ont joint les positions officielles européennes, en refusant de restreindre le droit de l'outil d'appel de boycott pour défendre les droits du peuple palestinien qui souffre sous l'occupation.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Alfonso Dastis a déclaré que le gouvernement respecte pleinement les activités et les campagnes de promotion de la société civile dans le contexte de la liberté d'expression garantie dans notre système politique.

Ana Sanchez, responsable des campagnes internationales du Comité national palestinien pour le boycott d'Israël a confirmé dans ses remarques que les efforts du boycott au système d'apartheid et le colonialisme militaire israélien sont protégés juridiquement et justifiés moralement.

De son côté, le Coordonnateur général du Comité national palestinien de boycott, Mahmoud Al-Noadjah a décrit la décision suisse comme « le succès du mouvement du BDS », soulignant de poursuivre les campagnes de boycott et son intensification.

En Décembre 2016, une pétition juridique européenne a inclus le BDS dans la case de « liberté d'expression » garantie par le droit international. Laquelle a été signée par plus de 200 experts d'avocats et juridiques de 15 pays européens , y compris un ancien expert juridique au ministère suisse des Affaires étrangères et un ancien juge de la Cour suprême en Espagne.


https://french.palinfo.com/31862
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information


Une jeune musulmane tuée prés de Washington, suspect en détention  19/06/2017

Une jeune musulmane tuée prés de Washington, suspect en détention











Une jeune musulmane de 17 ans a été tuée dimanche après avoir été enlevée devant une mosquée près de Washington, mais la police n'a pas retenu à ce stade la qualification de crime raciste.

Le crime, survenu peu avant l'attaque près d'une mosquée de Londres, suscite une forte émotion dans la communauté musulmane locale, à quelques jours de la fin du mois du ramadan.

«Nous sommes anéantis et nous avons le coeur brisé», ont déclaré les représentants de la mosquée All Dulles Area Muslim Society de Sterling, en Virginie, dans un communiqué.

«Il est temps pour nous de nous rassembler, de prier et de prendre soin de nos jeunes», ont-ils ajouté.

Nabra Hassanen, 17 ans, marchait avec des amis après les prières nocturnes du Ramadan, dans la nuit de samedi à dimanche, lorsque le groupe a été pris à partie par un automobiliste devant la mosquée, dans la banlieue de Washington.

Une altercation a suivi et l'homme est sorti de son véhicule en brandissant une batte de baseball, ont indiqué des fidèles de la mosquée.

Les jeunes gens ont couru se réfugier dans la mosquée, avant de s'apercevoir de l'absence de Nabra.

Après plusieurs heures de recherche, le corps d'une jeune femme - vraisemblablement celui de Nabra - a été retrouvé à 15h00 dimanche dans un étang de la ville, a indiqué la police du comté de Fairfax, en Virginie.

Darwin Martinez Torres, un habitant de Sterling âgé de 22 ans qui «conduisait de manière suspecte» près du lieu de la découverte du corps, a été interpellé et inculpé du meurtre de Nabra Hassanen.

«Nous ne traitons PAS l'enquête sur ce meurtre comme un crime raciste» a indiqué lundi la police de Fairfax, sur son compte Twitter.

La qualification de «crime raciste» ou «crime haineux» est considérée comme une circonstance aggravante aux États-Unis.

Ce crime survient après une série d'incidents mortels qui ont ciblé des musulmans en Amérique du Nord.

Le mois dernier, deux hommes ont été poignardés à mort à Portland, dans l'Oregon en tentant de s'interposer face à un homme qui lançait des injures islamophobes à deux adolescentes, dont l'une portait un voile, dans un tramway de la ville.

Au Québec, six fidèles musulmans avaient été abattus dans une attaque contre une mosquée au mois de janvier.

Photo: Darwin Martinez Torres, accusé


Champs-Elysées : le moment où la police tente d'extirper le suspect de la voiture  19/06/2017

Champs-Elysées : le moment où la police tente d'extirper le suspect de la voiture










Une vidéo où l'on voit les forces de l'ordre tenter d'extraire le conducteur de la voiture a été relayée sur les réseau sociaux. Celle-ci a été tournée quelques instants après la collision de la voiture avec un fourgon de gendarmerie.

Un véhicule a pris feu après que son conducteur l'a précipité sur un fourgon de gendarmerie ce 19 juin 2017 sur les Champs-Elysées vers 15h40. Un témoin de la scène a publié sur Twitter une vidéo montrant les forces de l'ordre tentant de sortir l'individu de l'habitacle du véhicule.

Dans les premières secondes de la vidéo, on note qu'une épaisse fumée orange se dégage de la voiture, une Renault Mégane blanche. «Ce n'est pas une fumée normale», s'étonne Jacques Poinas, ancien chef d'unité de coordination de lutte antiterroriste, cité par BFMTV. «S'agit-il d'un mélange explosif qui n'aurait pas détonné mais aurait brûlé en provoquant une fumée d'une couleur particulière ? C'est possible», ajoute-t-il.

Le conducteur, mort dans l'attaque, était en possession d'une arme. Dans la voiture ont été en effet retrouvés, notamment, une kalachnikov, des cartouches ainsi qu'une bonbonne de gaz. La section antiterroriste de Paris a fait savoir qu'une enquête de flagrance avait été ouverte. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a évoqué une «tentative d'attentat».

Attentat Champs-Elysées: l'auteur était fiché pour appartenance à la "mouvance islamiste radicale"

https://francais.rt.com/france/39990-champs-elysees-moment-ou-forces-ordre-conducteur-video


France/Champs Elysées: la voiture a explosé lors de l'impact, le conducteur armé  19/06/2017

France/Champs Elysées: la voiture a explosé lors de l'impact, le conducteur armé










Un homme a percuté en voiture un fourgon de la gendarmerie sur la très touristique avenue des Champs-Elysées à Paris lundi après-midi, sans faire de blessés, a-t-on appris de sources policières.

La voiture qui a percuté lundi un fourgon de gendarmerie, sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris, a explosé lors de l'impact et une arme a été retrouvée sur le conducteur, a-t-on appris de sources concordantes.
La piste de l'acte volontaire est privilégiée par les enquêteurs. Le conducteur, à terre et inconscient, est "grièvement blessé", selon une source proche du dossier.

https://www.lorientlejour.com/article/1058038/france-champs-elysees-la-voiture-a-explose-lors-de-limpact-le-conducteur-arme-sources-concordantes.html


Syrie: l'armée russe surveillera tout avion à l'ouest de l'Euphrate  19/06/2017

Syrie: l'armée russe surveillera tout avion à l'ouest de l'Euphrate












Tous les avions de la coalition internationale menée par les Etats-Unis volant à l'ouest de l'Euphrate "seront suivis" et "considérés comme des cibles" par la défense anti-aérienne et l'aviation russes en Syrie, a annoncé lundi l'armée russe.

Le ministère russe de la Défense annonce par ailleurs la suspension du canal de communication établi avec le Pentagone pour empêcher les collisions aériennes après la destruction dimanche d'un appareil de l'armée syrienne par un avion de chasse américain.

"Les avions et les drones de la coalition internationale repérés à l'ouest de l'Euphrate seront suivis et considérés comme des cibles par les moyens terrestres de défense antiaérienne et par les moyens aériens", a annoncé le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

La Russie dispose de systèmes de défense anti-aérienne S-300 et S-400, déployés notamment sur sa base de Hmeimim en Syrie, ainsi que de dizaines de chasseurs et de bombardiers opérant depuis fin septembre 2016 en soutien à l'armée de Bachar el-Assad.

Concrètement, les moyens russes de défense antiaérienne au sol viseront, sans nécessairement tirer, les aéronefs volant à l'ouest de la ligne Raqqa-Deir ez-Zor. Et des chasseurs russes pourront être mis en branle pour intercepter avions et drones de la coalition menée par les Etats-Unis.

Cette annonce arrive au lendemain de la destruction pour la première fois d'un appareil de l'armée syrienne par un avion de chasse américain, Washington accusant le régime de Damas d'avoir bombardé ses alliés en Syrie.

Moscou accuse Washington de n'avoir pas "prévenu" l'armée russe qu'elle allait abattre cet avion, et exige que le commandement américain mène "une enquête approfondie" sur les agissements de ses militaires au cours de cet incident.

"Au moment (de cet évènement), des avions de l'armée russe effectuaient des missions dans l'espace aérien syrien. Pourtant, le commandement des forces de la coalition n'a pas utilisé les canaux de communication existants", poursuit le communiqué de l'armée russe.

En conséquence, la Russie suspend les canaux de communication existants avec les Etats-Unis dans le cadre du mémorandum sur la prévention des incidents aériens en Syrie. Moscou considère les actions de Washington comme un "non-respect délibéré" de cet accord signé en octobre 2015.

Moscou avait déjà annoncé en avril, après des frappes américaines contre une base des forces syriennes, son intention de suspendre ce protocole, qui contient des règles et restrictions visant à empêcher les incidents entre les avions des deux pays dans le ciel syrien.

Le document insistait sur le professionnalisme dont doivent faire preuve les pilotes, conseillait l'utilisation de certaines fréquences radio communes et préconisait la création d'une ligne de communication secondaire au sol.

https://www.lorientlejour.com/article/1057997/syrie-larmee-russe-surveillera-tout-avion-a-louest-de-leuphrate-officiel.html


Israël commence à réduire les livraisons d'électricité à Gaza  19/06/2017

Israël commence à réduire les livraisons d'électricité à Gaza











Israël a commencé lundi à réduire les livraisons d'électricité aux deux millions de Gazaouis qui ne bénéficiaient déjà que de quelques heures d'électricité par jour, ont indiqué la compagnie d'électricité israélienne et l'Autorité de l'énergie de l'enclave palestinienne sous blocus.

Cette diminution, qui fait passer à deux heures par jour l'approvisionnement en électricité des Gazaouis, suscite des inquiétudes sur une montée des tensions et un possible effondrement des services vitaux dans un territoire qui a connu depuis 2007 trois guerres avec Israël et une quasi guerre civile entre mouvements palestiniens.

"L'approvisionnement sera réduit sur deux lignes sur dix chaque jour, jusqu'à ce que cette baisse s'applique à l'ensemble des dix lignes", a détaillé la compagnie d'électricité israélienne dans un communiqué.

Israël "a réduit lundi matin de huit mégawatts l'approvisionnement des lignes électriques" vers le territoire côtier surpeuplé et ravagé par les guerres et la pauvreté, a de son côté indiqué l'Autorité de l'énergie, tenue par le Hamas islamiste au pouvoir à Gaza, dans un communiqué.

En temps normal, Israël fournit 120 mégawatts à Gaza --soit un quart des besoins de l'enclave estimés entre 450 et 500 MW. La facture, payée par l'Autorité palestinienne pourtant chassée du pouvoir à Gaza par le Hamas, s'élève chaque mois à 11,3 millions d'euros.

Depuis que l'unique centrale électrique de la bande de Gaza est à l'arrêt faute de carburant, ces 120 MW représentent 80% de l'électricité disponible dans la bande de Gaza.

La réduction entamée lundi est "dangereuse" dans un territoire "en pénurie chronique d'énergie", a estimé l'Autorité de l'énergie. Elle en a fait porter la responsabilité à Israël et "aux parties impliquées dans la prise de cette décision".

Mi-juin, le gouvernement israélien avait annoncé avoir décidé de réduire les livraisons, arguant que l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas refusait désormais de régler la facture d'électricité de la bande de Gaza. L'Autorité palestinienne, elle, accuse le Hamas de ne pas assumer l'approvisionnement en énergie du territoire qu'il contrôle sans partage.

L'ONU et de nombreuses organisations humanitaires ont mis en garde contre "un effondrement total" des services vitaux pour la population, notamment dans le secteur de la santé.

Dans un contexte de crise humanitaire et de marasme économique permanents, l'alimentation en électricité est une préoccupation primordiale dans l'enclave en bordure du désert, a fortiori en plein ramadan et durant l'été.

La question de l'électricité a déjà provoqué en janvier des manifestations de protestation, rares dans la bande de Gaza et aussitôt réprimées par les forces de sécurité du Hamas.

https://www.lorientlejour.com/article/1057988/israel-commence-a-reduire-les-livraisons-delectricite-a-gaza.html


Le Conseil musulman britannique commente la tragédie de Londres  19/06/2017

Le Conseil musulman britannique commente la tragédie de Londres











Le conducteur du camion ayant renversé des personnes à Londres cette nuit a agi «intentionnellement» et était guidé par des idées islamophobes, a déclaré Harun Khan, chef du Conseil musulman britannique.

La communauté musulmane du Royaume-Uni est persuadée que le conducteur avait l'intention de faucher des piétons à proximité d'une mosquée à Londres et qu'il était en outre inspiré par des idées islamophobes, selon le chef du Conseil musulman britannique (MCB) Harun Khan.

Au cours des dernières semaines et des derniers mois, la communauté musulmane britannique a fait face à plusieurs incidents à caractère islamophobe, dont l'attaque de cette nuit, selon M. Khan.

«Choqué et outré d'apprendre qu'une camionnette a intentionnellement foncé sur les fidèles quittant les prières de nuit du Ramadan sur Seven Sisters Road», a-t-il écrit sur sa page Twitter.

«Nous espérons que les autorités augmenteront les mesures de sécurité près de la mosquée», a dit M. Khan, en soulignant que la communauté musulmane avait auparavant demandé de le faire.

Un camion blanc a foncé cette nuit sur des piétons dans le nord de Londres. La police de la capitale britannique fait état de huit blessés et d'un mort. D'après les témoins, deux des trois hommes se trouvant à l'intérieur du véhicule ont réussi à s'échapper.

https://fr.sputniknews.com/international/201706191031894221-conseil-musulman-britannique-intentionnellement/


Fidèles blessés et assaillant arrêté, les images après l'attaque de Londres  19/06/2017

Fidèles blessés et assaillant arrêté, les images après l'attaque de Londres





L'attaque au camion bélier de la mosquée de Finsbury, qui a fait au moins 10 blessés, est l'objet d'une enquête de la section anti-terroriste de la police britannique. Des passants ont filmé la scène du crime et l'arrestation du conducteur présumé.

Des vidéos de témoins se trouvant près de la mosquée de Finsbury Park à Londres ont été diffusées sur les réseaux sociaux, montrant des fidèles blessés recevant les premiers soins, ainsi que l'arrestation de l'homme suspecté d'avoir été au volant du camion bélier.

Une vidéo de l'arrestation du conducteur présumé a aussi été diffusée. Elle montre notamment un imam s'interposer entre la foule et le suspect en tentant d'apaiser la colère de la foule.

Une fois dans la voiture de police, le suspect a été vu mimant des baisers à ceux qui le filmaient.

D'après un témoin, le conducteur présumé aurait crié «Tuez tous les musulmans» en fonçant sur les fidèles sortant de la mosquée.

«Toutes les victimes de l'attaque sont musulmanes», a déclaré un responsable de la section anti-terroriste, Neil Basu lors d'un point presse le 19 juin, précisant que la police devait encore établir si le décès d'un homme sur place était lié à l'attaque qui a fait dix blessés.

«L'attaque a eu lieu alors qu'un homme recevait les premiers soins sur place, malheureusement il est mort. Tout lien de causalité entre sa mort et l'attaque va faire partie de l'enquête», a ajouté Neil Basu ajoutant qu'il était «trop tôt pour conclure que sa mort résultait de l'attaque».

Il a répété que l'événement était traité «comme une attaque terroriste» et que le conducteur présumé de la camionnette avait été arrêté pour «tentative de meurtre».

Londres: le conducteur de la camionnette-bélier voulait «tuer tous les musulmans»

Le conducteur de la camionnette qui a percuté des passants devant une mosquée de Londres criait qu’il voulait «tuer tous les musulmans», selon des témoins. L’homme a été interpellé.

Une camionnette a foncé dans une foule près d'une mosquée du quartier de Finsbury Park, à Londres alors que des gens se rassemblaient autour d'un homme ayant perdu connaissance, relate l'agence Press Association, citant un témoin oculaire.

«Je marchais dans la rue et j'ai vu un homme (à terre) qui se trouvait dans la rue, je me suis approché et j'ai regardé. On m'a dit qu'il semblait malade, il avait perdu connaissance», a déclaré à l'agence Abdikadar Warfa. L'homme s'est éloigné du malade, et quelques minutes après, la camionnette, a percutait la foule à grande vitesse.
Le conducteur a crié qu'il voulait «tuer tous les musulmans», a indiqué au Times un autre témoin oculaire, Abdulrahman Saleh Alamoudi.

La police a confirmé la mort d'une personne dans ce qui se confirme être une attaque délibérée, survenue lundi dans le quartier de Finsbury Park, dans le nord de Londres, lorsqu'une camionnette a fauché des fidèles quittant une mosquée, envoyant huit personnes à l'hospital suite à l'incident.

Le conducteur de la camionnette, âgé de 48 ans, avait été immobilisé par des habitants du quartier avant l'arrivée des forces de l'ordre.

Selon des témoins, trois hommes se trouvaient à bord du véhicule, deux d'entre eux ont réussi à se sauver. Le conducteur ne se comportait pas comme une personne ivre ou un malade.
La Première ministre Theresa May a annoncé de son côté que la police traitait l'événement comme «une potentielle attaque terroriste» et a convoqué une réunion d'urgence dans la matinée.

https://francais.rt.com/international/39955-fideles-blesses-assaillant-arrete-moments-londres
https://fr.sputniknews.com/international/201706191031895239-londres-attaque-details/


Attaque près d'une mosquée à Londres: "toutes les victimes sont musulmanes"  19/06/2017

Attaque près d'une mosquée à Londres: "toutes les victimes sont musulmanes"











Toutes les victimes de l'attaque perpétrée dans la nuit de dimanche à lundi à l'aide d'une camionnette contre des piétons près d'une mosquée de Londres sont "musulmanes", a indiqué un responsable de l'anti-terrorisme, Neil Basu.

"Toutes les victimes faisaient partie de la communauté musulmane", a-t-il indiqué lors d'un point presse, en précisant que la police devait encore établir si le décès d'un homme sur place était ou non lié à l'attaque, qui a fait 10 blessés.
"L'attaque a eu lieu alors qu'un homme recevait des premiers soins par les gens sur place et malheureusement il est mort. Tout lien de causalité entre sa mort et l'attaque va faire partie de l'enquête", a ajouté M. Basu ajoutant qu'il était "trop tôt pour conclure que sa mort résultait de l'attaque".
Il a répété que l'événement était traité "comme une attaque terroriste" et que le conducteur de la camionnette avait été arrêté pour "tentative de meurtre".

L'attaque a eu lieu à proximité de la mosquée de Finsbury Park, dans le nord-est de Londres alors que des fidèles en sortaient après avoir prié dans le cadre du ramadan et de la rupture du jeûne nocturne.

https://www.lorientlejour.com/article/1057946/attaque-pres-dune-mosquee-a-londres-toutes-les-victimes-sont-musulmanes.html


Explosion du vote blanc et d'abstention record : la représentativité de l'Assemblée remise en cause  19/06/2017

Explosion du vote blanc et d'abstention record : la représentativité de l'Assemblée remise en cause











18% des inscrits ont voté pour la majorité présidentielle, qui obtient 60% des sièges de l'Assemblée. Alors que l'abstention culmine et que le vote blanc frôle les 10%, certains y voient le signe d'une absence de légitimité de la nouvelle majorité.

Contrastant avec l'ampleur de la majorité dont disposera La République en marche (LREM) à l'Assemblée nationale à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle, le nombre d'électeurs inscrits ayant effectivement voté pour les candidats du parti présidentiel ou pour le MoDem s'établit autour de 18,8%. En raison du scrutin majoritaire, ces résultats permettent toutefois à la majorité présidentielle d'obtenir 60% des sièges au palais Bourbon.

Certes, la très forte prime majoritaire du mode de scrutin n'est pas nouvelle. Mais, à titre de comparaison, les Français ayant voté pour la majorité présidentielle socialiste en 2012 représentaient environ 22,4% des inscrits – un chiffre traduit à l'Assemblée par une majorité de 57% des sièges. Autrement dit, la très forte démobilisation des électeurs, qui a permis à l'abstention de battre un record en atteignant 57%, se solde par un déficit accru de représentativité.

Ce phénomène ne risque pas d'enrayer la défiance croissante des Français envers leurs institutions. D'autant que la promesse électorale d'Emmanuel Macron d'introduire une «dose» de proportionnelle pour les élections législatives semble avoir été remise à plus tard. Dès l'annonce des résultats, nombreux étaient ceux qui réclamaient, à l'instar de Marine Le Pen ou du Parti communiste français une réforme du code électoral. Cette promesse présidentielle éternellement déçue depuis François Mitterrand, à l'exception des législatives de 1986 organisées pour la première et dernière fois au scrutin proportionnel, permettrait sans doute d'accroître la représentativité du Parlement, mais ses opposants arguent qu'elle menacerait la constitution d'une majorité stable et donc la gouvernabilité du pays.
L'explosion du vote blanc : une réaction face à l'absence de choix ?

C'est un phénomène relativement nouveau qui semble avoir émergé à l'occasion du second tour de la présidentielle. Un nombre croissant d'électeurs, face à l'absence d'un candidat qui leur corresponde, avaient refusé de choisir entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, sans toutefois renoncer à aller voter : plus de quatre millions d'électeurs avaient glissé un bulletin blanc ou nul dans l'urne.

Symbole d'un refus activement exprimé d'arbitrer un duel entre deux offres politiques jugées insatisfaisantes, le vote blanc et nul a connu un nouveau pic le 18 juin. Celui-ci représente plus de 9% des suffrages exprimés, soit près de deux millions de voix. A titre de comparaison, le Parti socialiste n'a attiré que 1,68 millions d'électeurs.

La carte électorale des bulletins blancs et nuls livre quelques renseignements sur le lien étroit existant entre cette tendance et la configuration politique dans chaque circonscription. Ainsi, dans la première circonscription de l'Aube, où se jouait la seule triangulaire du pays (opposant le Front national, les Républicains et LREM), le nombre de bulletins blancs est l'un des plus faibles (4,32%). A l'opposé, dans la deuxième circonscription de l'Aveyron, le nombre de bulletin blancs explose pour atteindre les 33%, seule la candidate LREM étant en lice après l'abandon de son adversaire LR. Dans les circonscriptions traditionnellement très socialistes de la Creuse, de la Corrèze et de la Haute-Vienne, l'absence du candidat PS au second tour au profit de duels entre LR et LREM a conduit 15% des électeurs à voter blanc ou nul.
Des critiques contre la légitimité de la nouvelle Assemblée

Des critiques vis-à-vis de la représentativité de la nouvelle Assemblée se sont rapidement faites entendre dans les heures ayant suivi l'annonce des résultats. «Les Français ne sont pas correctement représentés», a par exemple estimé Florian Philippot, battu dans sa circonscription de Moselle, sur le plateau de BFM-TV. Selon lui, le mode de scrutin autant que le fort taux d'abstention «posent un gros problème démocratique». Profitant de l'occasion pour minimiser la victoire de LREM, David Rachline, sénateur FN du Var a, de son côté, qualifié la «vague Macron» de «vaguelette» sur CNews.

Allant plus loin encore dans l'analyse des significations de la démobilisation électorale, Jean-Luc Mélenchon, élu dans la quatrième circonscription de Marseille, a estimé que les abstentionnistes avaient sciemment choisi de manifester leur mécontentement. «Il faut que, dorénavant, la force de l'abstention devienne la force de la Révolution citoyenne», a-t-il martelé après l'annonce des résultats, prenant à rebours le discours consistant habituellement à ne voir dans l'abstention qu'un désintérêt inversement proportionnel à la vitalité démocratique des institutions. «C'est une grève générale civique», a ajouté le leader de la France insoumise, estimant que la nouvelle majorité n'était «pas légitime» pour remettre en cause l'«ordre social».

Toutefois, dans les rangs de LREM, on veut croire à l'existence d'un réel soutien à la majorité. «On se réjouit d'avoir une majorité forte pour accompagner l'action du gouvernement», a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe au micro de RTL au lendemain du vote. Toutefois, l'optimisme n'était pas de mise pour tous les membres de la majorité présidentielle, certains préférant se montrer plus modestes. «La vraie victoire sera dans cinq ans quand le vote extrême n'existera plus», a estimé le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, précisant que l'action de son gouvernement au cours du quinquennat poursuivrait l'objectif de faire renouer les Français avec la confiance politique. Faire de la réconciliation des citoyens avec leurs représentants un des enjeux de la réussite de son gouvernement – un chantier colossal dont tout reste à faire.

https://francais.rt.com/france/39960-explosion-vote-blanc-dabstention-record-representativite-assemblee-remise-cause


France : résultats des législatives, abstention 57,36%  19/06/2017

France : résultats des législatives, abstention 57,36%












La République en marche (LREM), le parti du président Emmanuel Macron, a obtenu 308 sièges à l'Assemblée nationale et 43,06% des suffrages exprimés à l'issue du second tour des élections législatives dimanche, selon les résultats définitifs publiés par le ministère de l'Intérieur.

Son allié Le Modem obtient 42 sièges (6,06% des exprimés).

A droite, Les Républicains (LR) obtiennent 113 sièges (22,23% des suffrages exprimés au second tour), l'UDI 18 (3,04%) et les divers droite 6.

Le Parti socialiste a 29 députés (5,68%) et le Parti radical de gauche 3 (0,36%).

La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon aura 17 députés (4,86% des suffrages au second tour) et le Parti communiste français (PCF) 10 (1,20%).

Le Front national obtient huit députés (8,75%), l'extrême-droite 1 et Débout la France 1.

Le taux d'abstention s'est établi à 57,36% et la participation à 42,64%.

France: démission du gouvernement "dans la journée" avant un "remaniement technique"



Le Premier ministre français Édouard Philippe devrait remettre lundi la démission de son gouvernement avant un "remaniement technique", a indiqué le porte-parole du gouvernement au lendemain de législatives ayant donné une majorité écrasante au nouveau président.

"Le Premier ministre sera amené dans les heures qui viennent" à présenter sa démission, "comme d'usage", "dans la journée je pense", a déclaré Christophe Castaner à la radio RTL.

"Dans les jours qui viennent, un nouveau gouvernement sera constitué sous l'autorité, je pense, d'Édouard Philippe", a ajouté M. Castaner, qui a évoqué un remaniement "technique" qui "ne sera pas d'ampleur".

Le parti du président centriste Emmanuel Macron, La République en Marche, avec son allié du MoDem, a obtenu dimanche une confortable majorité absolue à l'Assemblée (351 sièges), lors d'un second tour marqué par une abstention record (près de 57%).

Interrogé sur le niveau de l'abstention, M. Castaner a répondu: "nous savions que le risque était grand, nous l'avions constaté au soir du premier tour". "Peut-être que ce sentiment de victoire acquise a démobilisé une partie de notre électorat", a-t-il ajouté.

https://www.lorientlejour.com/article/1057943/france-resultats-definitifs-des-legislatives-abstention-5637.html
https://www.lorientlejour.com/article/1057944/france-demission-du-gouvernement-dans-la-journee-avant-un-remaniement-technique.html


Avion syrien abattu par Washington: "acte d'agression" selon Moscou  19/06/2017

Avion syrien abattu par Washington: "acte d'agression" selon Moscou












La Russie a dénoncé lundi comme un "acte d'agression" des Etats-Unis la destruction la veille d'un appareil de l'armée syrienne par un avion de chasse américain dans la province de Raqqa, dans le nord de la Syrie.

"Si ce n'est pas un acte d'agression, qu'est-ce que c'est alors?", a déclaré un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, cité par l'agence officielle TASS, en accusant Washington d'"aider les terroristes" en Syrie.

https://www.lorientlejour.com/article/1057968/avion-syrien-abattu-par-washington-acte-dagression-selon-moscou.html


FRANCE: LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE CONFIRME SA MAINMISE SUR L'ASSEMBLÉE La fin d'un système  19/06/2017

FRANCE: LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE CONFIRME SA MAINMISE SUR L'ASSEMBLÉE La fin d'un système











Une transformation en profondeur du paysage parlementaire va naître de l'irruption d'un nombre conséquent de novices en politique, REM ayant retenu pour moitié de ses candidats des hommes et des femmes de la société civile qui n'ont jamais exercé la moindre fonction d'élu.

C'est au rythme des vieux manèges que le second tour des législatives s'est déroulé hier en France où les pronostics étaient unanimes à anticiper une victoire écrasante du mouvement la République en marche du président Emmanuel Macron, crédité par les sondages de 400 à 470 députés sur les 577 que comprend l'Assemblée. Autant dire que le vote a eu lieu sans le moindre suspense, si ce n'est le sort de quelques caciques porteurs des couleurs des partis traditionnels, pourtant laminés dès le premier tour. Ainsi, les Républicains et leurs alliés centristes de droite n'escomptaient qu'entre 60 et 120 sièges contre 200 dans la précédente assemblée, tandis que le Parti socialiste, très largement majoritaire durant le septennat Hollande, doit vivre un terrible effondrement qui ébranle jusqu'à son devenir.
La seule interrogation qui a présidé à ce deuxième tour concernait l'ampleur de la victoire du parti présidentiel la République en Marche (REM) qui, balayant tout sur son passage telle une vague Macron, était assuré d'avoir la plus importante majorité de la Ve République, née en 1958. Mais ce triomphe annoncé a quelque peu refroidi l'enthousiasme de la moitié des électeurs qui ont boudé les urnes, surtout que les «convocations» ont été nombreuses depuis les primaires de la droite et du Parti socialiste.
En se référant aux pourcentages de la mi-journée d'hier où 17,75% des inscrits avaient voté contre 21,4% en 2012, on peut penser que l'abstention va encore atteindre un niveau «historique», franchissant la barre des 51,29%. Lors du premier tour, REM avait déjà raflé 32,3% des suffrages exprimés, balayant du même coup les partis traditionnels de gauche comme de droite qui «régnaient» sur la vie politique du pays depuis cinq décennies. Ce qui étaye la confirmation d'une certaine lassitude, d'une part, et la conviction que la victoire sans partage du mouvement REM ne fait pas l'ombre d'un doute, d'autre part. Comme pour le 11 juin dernier et lors des scrutins de l'élection présidentielle, les bureaux ont été ouverts dès 6 heures du matin pour ne fermer qu'à 19 heures dans et 20 heures dans les grandes villes. S'il y a un Français heureux en ces circonstances, ce ne peut être qu'Emmanuel Macron, inconnu voici deux ans à peine, élu chef de l'Etat à 39 ans face à des dinosaures de la politique et promu le plus jeune président que la France a jamais connu. Un exploit peu banal qui lui assure, en outre, les coudées franches pour entamer ses réformes socio-libérales dont l'ambition est tout à la fois de moraliser la vie politique, réformer le droit du travail et muscler davantage l'arsenal de lutte contre le terrorisme.
La rançon du scénario est que la France va baigner pendant cinq ans dans une atmosphère monochrome, plombée par les votes sans surprise aucune d'une assemblée acquise au gouvernement en place. De là à justifier les craintes exprimées, ici et là, par bon nombre de responsables et d'élus, il n'y a qu'un pas égal à leur désappointement.
La meilleure illustration de cet état d'âme a été formulée dans le Parisien-Aujourd'hui par un député sortant du PS, Alexis Bachelay, battu au premier tour. «Il suffit de mettre la tête de Macron (en devanture) et n'importe quel mulot fait 40%!» a-t-il tonné dans sa circonscription, où le candidat REM faisait cavalier seul.
Quant à l'extrême droite et à la gauche radicale, les résultats risquent forts de se traduire par une surprenante revue à la baisse des prétentions initiales. Des sondages donnent Marine Le Pen victorieuse à Hénin-Beaumont, son fief depuis plusieurs années, mais soulignent qu'elle pourrait être l'unique député de son courant en perte de flux. Restent la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et le Parti communiste qui gardent l'espoir ténu d'obtenir un nombre de députés suffisant (15) pour constituer un groupe parlementaire.
La question de savoir combien des 222 députés sortants ont été reconduits dans ce second tour a son importance car elle permettra de situer la dimension exacte du renouvellement d'une Assemblée dont on sait déjà qu'elle sera fortement féminisée puisque 40% de candidates ont le vent en poupe pour émerger dans les urnes. Une transformation en profondeur du paysage parlementaire va naître de l'irruption d'un nombre conséquent de novices en politique, REM ayant retenu pour moitié de ses candidats des hommes et des femmes de la société civile qui n'ont jamais exercé la moindre fonction d'élu. C'est donc bel et bien la fin d'un système qui aura prévalu plus de soixante ans et l'avènement d'un paysage politique nouveau, jamais vu depuis 1958.

http://www.lexpressiondz.com/internationale/269492-la-fin-d-un-systeme.html


ALGERIE: APPLICATION EN JUIN DU MODE DE FINANCEMENT ISLAMIQUE Des crédits bancaires sans taux d'intérêt  19/06/2017

ALGERIE: APPLICATION EN JUIN DU MODE DE FINANCEMENT ISLAMIQUE Des crédits bancaires sans taux d'intérêt











Le lancement d'octroi des crédits à la consommation se basant sur la finance islamique, à savoir avec 0% de taux d'intérêt, se fera par l'ensemble des banques publiques et privées à compter de la fin du mois de juin ou au plus tard au début juillet de l'année en cours.

Bénéficier de prêts bancaires sans intérêts... Ce sera prochainement possible! En effet, le président de l'Association des banques et des établissements financiers, Boualem Djebbar a souligné que le lancement d'octroi des crédits à la consommation se basant sur la finance islamique, à savoir avec 0% de taux d'intérêt, se fera par l'ensemble des banques publiques et privées à compter de la fin du mois de juin ou au plus tard au début juillet de l'année en cours.
Il a en outre affirmé dans des déclarations au journal Ennahar, que ce projet est actuellement en phase d'achèvement au niveau de toutes les banques et qu'il ne reste plus que les dernières retouches, ajoutant que cette méthode vise essentiellement le financement des projets d'investissements et d'exploitation. Ceci dit, de nombreuses banques ont fait part de leur volonté de donner la priorité au financement de logements au profit des citoyens ainsi qu'aux crédits à la consommation. Ainsi, les banques achèteront le produit pour enfin le revendre au client, explique la même source. Pour ce qui est du remboursement, le paiement se fera par versements échelonnés.
Il est d'ailleurs prévu que les différentes banques publiques achètent des usines pour faire profiter les investisseurs désireux de créer des moyennes et petites entreprises. Ces derniers pourront par la suite rembourser par le procédé déjà cité. Ce type de remboursement qui sera appliqué pour la première fois en Algérie, fait partie de la liste des prêts dits islamiques, sur lesquels comptent les autorités publiques pour la diversification et la relance de l'économie du pays.
Intervenant de la même manière, des particuliers procéderont à l'achat de logements au profit des citoyens. Leurs fonds seront restitués à travers la location en échange et fixer des délais de longue durée, en plus d'équiper ces habitations des différents appareils électroménagers nécessaires. Par ailleurs, Boualem Djebbar a évoqué l'état d'avancement du projet du paiement électronique qui concerne les clients de l'Algérienne des eaux, de la Société nationale de l'électricité et du gaz (Sonelgaz) et ceux d'Algérie poste, révélant que seulement un million cinq mille Algériens s'acquittent de leurs factures d'eau et d'électricité par le biais d'Internet. Selon lui, ce chiffre reste minime à l'heure où les banques aspirent justement à avoir des milliers de clients. Pour ce qui est du paiement par carte bancaire dans les grands espaces commerciaux, le même responsable a affirmé que l'association des banques et des établissements financiers a pu distribuer plus de 12.000 appareils électroniques. Un nombre qui est appelé à augmenter après des sorties et des appels que la société compte effectuer auprès des différents commerçants.
Ce type de financement relève de la finance islamique, elle est fondée sur les principes de la religion islamique. Se basant sur deux piliers qui sont; l'interdiction de l'intérêt ou la (ribah) et la responsabilité sociale de l'investissement (interdiction de la spéculation «maysir»). Cette finance est destinée à tous ceux et celles qui veulent investir dans un logement, une entreprise ou autres activités tout en respectant les valeurs humaines.
Le lancement de crédits bancaires en Algérie, basés sur cette méthode, a été annoncé par le ministère des Finances en novembre. Le département avait souligné qu'elle était destinée aux investisseurs et aux particuliers, pour l'acquisition des biens de consommation et les biens immobiliers.

http://www.lexpressiondz.com/actualite/269481-des-credits-bancaires-sans-taux-d-interet.html


La valise diplomatique nord-coréenne saisie à New York  19/06/2017

La valise diplomatique nord-coréenne saisie à New York












La Corée du Nord a accusé dimanche les autorités américaines d'avoir agressé des diplomates nord-coréens à l'aéroport John F. Kennedy à New York et d'avoir confisqué leur valise diplomatique. "Des fonctionnaires américains ont confisqué la valise diplomatique des diplomates qui s'apprêtaient à rentrer chez eux après avoir assisté à une conférence à New York", a accusé le ministère nord-coréen des Affaires étrangères cité par l'agence officielle KCNA. Pyongyang a demandé à Washington de fournir des explications sur cet incident, qualifié de "provocation", selon l'agence.

http://www.lexpressiondz.com/linformation_en_continue/269425-la-valise-diplomatique-nord-coreenne-saisie-a-new-york.html


Afghanistan: 12 morts dans une attaque des talibans  19/06/2017

Afghanistan: 12 morts dans une attaque des talibans










Six policiers afghans et six militants ont été tués dans une attaque lancée dimanche matin par les talibans contre un quartier général de la police dans la ville de Gardez, capitale de la province orientale de Paktia, a déclaré le chef de la police provinciale dans un nouveau bilan. Un précédent bilan a fait état de 3 morts. L'attaque a commencé après qu'un terroriste ait fait exploser un camion piégé à l'entrée du quartier général de la police nationale afghane (ANP) dans la zone, dimanche matin à 6h15 heure locale, a indiqué le général Tooryalai Abadyani aux journalistes.

http://www.lexpressiondz.com/linformation_en_continue/269427-afghanistan-12-morts-dans-une-attaque-des-talibans.html


Mali : l'Elysée annonce la mort d'un soldat français lors d'une opération  19/06/2017

Mali : l'Elysée annonce la mort d'un soldat français lors d'une opération











L'Elysée a annoncé, dimanche 18 juin, "la mort accidentelle" d'un soldat français au Mali, lors d'une opération aéroportée effectuée dans la nuit de samedi à dimanche dans la région d’Almoustarat. Le soldat était membre du 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers (Ariège).

Dans un communiqué, le président de la République "salue la mémoire de ce militaire français tué dans l’accomplissement de sa mission pour la défense de notre pays et la protection de nos concitoyens. Il adresse ses sincères condoléances à sa famille, ses amis et ses frères d’armes."

Emmanuel Macron tient aussi à exprimer "sa confiance et sa fierté aux militaires français qui combattent avec courage les groupes armés terroristes au Sahel". Cela fait près de cinq ans que les troupes françaises sont présentes au Mali.

http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/armee-et-securite/mali-l-elysee-annonce-la-mort-d-un-soldat-francais-lors-d-une-operation_2242917.html#xtor=AL-67-[article]


L'armée américaine confirme avoir abattu un avion syrien  19/06/2017

L'armée américaine confirme avoir abattu un avion syrien











Un avion de chasse américain a abattu dimanche un appareil de l'armée syrienne qui avait, selon Washington, bombardé les forces soutenues par les Etats-Unis luttant contre le groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie.

"A 18H43 (17H43 GMT), un avion syrien de type SU-22 a largué des bombes près de combattants des FDS (Forces démocratiques syriennes) au sud de Tabqa, et en vertu de nos règles d'engagement et de la légitime défense au sein de la coalition (anti-Etat islamique), il a été immédiatement abattu par un avion américain F/A-18E Super Hornet", a affirmé le commandement de la coalition dans un communiqué.

Toujours d'après la coalition, deux heures auparavant les forces du régime de Bachar al-Assad avaient attaqué des combattants des FDS dans la ville de Jaaydine, au sud de Tabqa, et "blessé un certain nombre de combattants des FDS et provoqué la fuite des FDS hors de la ville".

Damas avait auparavant accusé la coalition d'avoir abattu un de ses avions alors que l'appareil menait "une mission contre le groupe Etat islamique".

Pour autant, la coalition a assuré ne pas "chercher à attaquer le régime syrien, les forces russes ou les forces pro-régime qui collaborent avec eux, mais elle n'hésitera pas à défendre la coalition ou ses partenaires face à une quelconque menace".

"Les projets et les actes hostiles des forces pro-régime envers la coalition et ses partenaires en Syrie, qui mènent des opérations anti-EI légitimes, ne seront pas tolérés", a-t-elle mis en garde.

Peu après que l'avion du régime a été abattu, des combats ont éclaté pour la première fois entre les troupes loyales à Bachar al-Assad et les FDS, une alliance arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis, dans la province de Raqa, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).


(©AFP / 18 juin 2017 23h41)
https://www.romandie.com/news/L-armee-americaine-confirme-avoir-abattu-un-avion-syrien/806545.rom


Mali: attaque contre un lieu de villégiature près de Bamako  19/06/2017

Mali: attaque contre un lieu de villégiature près de Bamako










Une attaque jihadiste était en cours dimanche après-midi contre un lieu de villégiature situé en périphérie de Bamako fréquenté par des étrangers, premier attentat anti-occidental depuis plus d'un an dans la capitale malienne.

Aucune précision n'a été donnée dans l'immédiat sur d'éventuelles victimes dans l'attaque de cet établissement, connu sous le nom de campement Kangaba.

Cette attaque a été lancée par "de présumés jihadistes", a affirmé à l'AFP un responsable du ministère malien de la Sécurité.

"Les forces spéciales maliennes, appuyées par les forces de (l'opération française antijihadiste) Barkhane et la Minusma (force de l'ONU), ont bouclé le secteur et sont en train de mener des opérations" contre les assaillants, a indiqué ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

Trois Maliens et quatre Occidentaux ont été libérés par les forces de sécurité maliennes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les assaillants ont crié "Allah akbar" (Dieu est le plus grand)!", ont témoigné plusieurs des personnes secourues.

La Forsat (Force spéciale antiterroriste), créée en 2016, "est dépêchée sur les lieux", a rapporté de son côté la télévision publique ORTM sur un bandeau déroulant marqué "urgent", faisant état d'échanges de tirs avec les assaillants et ajoutant qu'il "pourrait s'agir d'une attaque terroriste".

Des voisins de ce site situé à la périphérie de Bamako ont dit à l'AFP avoir entendu des coups de feu en provenance du lieu attaqué. Une fumée s'élevait au-dessus du site, vers lequel ont convergé des soldats maliens et de la force française Barkhane, a constaté un journaliste de l'AFP.

- Etat d'urgence depuis 18 mois -

Les forces de l'ordre ont bouclé le secteur. Un bâtiment était en feu dans l'établissement où sont entrés des éléments de l'opération Barkhane, selon un journaliste de l'AFP.

La dernière attaque jihadiste visant des Occidentaux dans la capitale malienne remonte à mars 2016, contre l'hôtel Nord-Sud de Bamako, abritant la mission de l'Union européenne qui entraîne l'armée malienne (EUTMMali). Un assaillant avait été tué.

Le 20 novembre 2015, un attentat contre l'hôtel Radisson Blu avait fait 20 morts, outre ses deux auteurs.

Il avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), en coordination avec le groupe jihadiste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoune, qui avait scellé à cette occasion son ralliement à Aqmi.

L'état d'urgence est en vigueur au Mali quasiment sans interruption depuis cet attentat.

En mars 2015, une l'attaque contre le restaurant-bar La Terrasse avait fait cinq morts, dont deux Occidentaux.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Les jihadistes ont été en grande partie chassés de cette région par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, et qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards.

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues dans le centre et dans le sud du pays, et le phénomène gagne les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.



(©AFP / 18 juin 2017 20h49)
https://www.romandie.com/news/ZOOM-Mali-attaque-contre-un-lieu-de-villegiature-pres-de-Bamako/806526.rom


Manuel Valls annonce l'emporter d'un cheveu, des échauffourées éclatent à la mairie d'Evry  19/06/2017

Manuel Valls annonce l'emporter d'un cheveu, des échauffourées éclatent à la mairie d'Evry











L'ex-Premier ministre a affirmé avoir été réélu de justesse dans la première circonscription de l'Essonne, face à Farida Amrani (France insoumise). Des échauffourées ont éclaté à la mairie d'Evry, à l'annonce de ce résultat.

Le suspense était extrême, faisant bouillir d'impatiente les internautes. Manuel Valls a finalement annoncé avoir emporté de peu le siège de député de la première circonscription de l'Essonne, pour le second tour des élections législatives du 18 juin, face à son adversaire de la France insoumise (FI) Farida Amrani.

L'ex-Premier ministre se présentait sans étiquette dans cette circonscription d'Ile-de-France, n'ayant pas obtenu l'investiture La République en marche (LREM), ni celle du Parti socialiste (PS).

L'ancien chef du gouvernement a annoncé sa réélection dans une ambiance extrêmement tendue. «Chaque soirée électorale a sa part de tensions, d'énervement, ce qu'il faut attendre c'est simplement que la démocratie s'exprime», a-t-il déclaré à la mairie d'Evry, alors que retentissaient des sifflets et des insultes lui étant adressés.

Il a également fait savoir qu'il comptait être «utile» à la «réussite» du quinquennat Macron.

Des échauffourées ont en outre éclaté dans le bâtiment municipal, des membres de force l'ordre évacuant de force des personnes venues exprimer leur opposition au supposé vainqueur du scrutin.

En outre, le conseiller général communiste de l'Essonne Bruno Piriou a déclaré soupçonner des tricheries dans la première circonscription de l'Essonne.

De plus, le résultat annoncé par Manuel Valls a été contesté par Farida Amrani, qui a elle aussi revendiqué la victoire et a annoncé un recours.

Victoire supposée de Manuel Valls dans l'Essonne : soupçons de tricheries

Le conseiller général communiste de l'Essonne Bruno Piriou soupçonne des tricheries dans la première circonscription de l'Essonne, où Manuel Valls vient d'être a priori réélu. La candidate défaite (France insoumise) annonce un recours.

Alors que l'ex-chef du gouvernement a annoncé sa victoire aux second tour des élections législatives dans la soirée du 18 juin, Bruno Piriou, conseiller général communiste de l'Essonne, a déclaré soupçonner des tricheries dans la circonscription en question – la première de l'Essonne. «Nous n'avons aucune confiance dans Manuel Valls», a-t-il tenu à préciser.

L'adversaire de Manuel Valls, la candidate pour la France insoumise (FI) Farida Amrani, a elle aussi revendiqué la victoire et a annoncé un recours.

«On a demandé à recompter les bulletins. On nous a dit qu'ils ont été déchirés», aurait également déclaré l'équipe de campagne de Farida Amrani.

L'ex-chef du gouvernement, le premier, a déclaré avoir emporté l'élection avec seulement 139 voix d'avance sur son adversaire (soit 50,3% des voix).

Si son élection était confirmée, il serait l'un des rares anciens ministres du quinquennat Hollande à rester à l'Assemblée nationale. En cas de défaite, l'ex-locataire de Matignon n'aurait plus qu'un seul mandat : conseiller municipal à Evry.

Manuel Valls avait reçu le soutien de plusieurs poids lourds des anciens et de l'actuel gouvernement – Bernard Cazeneuve, Jean-Yves Le Drian, François Bayrou –, de tous les maires de droite de la circonscription ainsi que celui du comité local de La République en marche (LREM), bien qu'il n'ait pas obtenu l'investiture du parti de la majorité présidentielle. Il avait également bénéficié du soutien du sénateur Les Républicains (LR) de l'Essonne Serge Dassault, mis en examen pour des soupçons de fraude électorale à Corbeil-Essonnes.

https://francais.rt.com/france/39937-manuel-valls-emporterait-arrache-legislatives
https://francais.rt.com/france/39941-victoire-manuel-valls-dans-essonne-soupcons-tricheries


1 2 3 4 5 » ... 3126

Publicité

Brèves



Commentaires