La France déclare son «respect pour la souveraineté de l’Algérie» et souhaite renforcer sa coopération  22/01/2020

La France déclare son «respect pour la souveraineté de l’Algérie» et souhaite renforcer sa coopération























En visite officielle à Alger, Jean-Yves Le Drian a exprimé la volonté de Paris d’écrire une nouvelle page dans les relations bilatérales entre les deux pays, selon l’APS. Il a mis l’accent sur les possibilités de coopération «dans tous les domaines», y compris sur les questions «régionales et internationales».

L’Algérie «a désormais un nouveau gouvernement avec lequel la France veut travailler», a déclaré mardi 21 janvier à Alger le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à l’issue de son entretien avec son homologue algérien Sabri Boukadoum, rapporte l’agence officielle Algérie Presse Service (APS). Cette visite intervient après une période de flou dans les relations entre les deux pays marquée par les déclarations sévères à l’égard de la France tenues par le chef de l’État algérien Abdelmadjid Tebboune lors de sa campagne présidentielle. Il avait accusé Paris, notamment son chef de la diplomatie, d’ingérence dans les affaires internes de l’Algérie.

«L’Algérie a connu, au cours de l’année écoulée, une phase décisive dans son histoire», a déclaré le chef de la diplomatie française. «Nous avons en permanence, tout au long de cette période, répété toujours la même chose: c’était aux Algériens et à eux seuls de décider de leur avenir et trouver ensemble le chemin d’un dialogue démocratique, parce que cela faisait partie du respect que nous avons pour la souveraineté de l’Algérie», a-t-il ajouté.
Les relations algéro-françaises post-présidentielle

Saluant la tenue de la présidentielle du 12 décembre en Algérie qui a abouti à l’élection d’Abdelmadjid Tebboune, M.Le Drian a relevé qu’«il y a désormais un nouveau gouvernement avec lequel la France veut travailler».

Dans le même sens, le ministre a salué «l’ambition exprimée par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour réformer l’Algérie en profondeur, refonder l’État de droit et des libertés, relancer et diversifier l’économie conformément aux aspirations exprimées par les Algériens, ainsi que son engagement à conduire le pays dans un esprit de dialogue afin que tous les Algériens puissent s’exprimer sur ces réformes».

Tout en souhaitant au Président Tebboune de «réussir dans cette mission», Jean-Yves Le Drian a exprimé la volonté de son pays d’ouvrir une «nouvelle phase» dans ses relations bilatérales avec l’Algérie. Les deux pays «partagent la volonté de réengager leurs échanges au plus haut niveau […] afin de lancer une nouvelle dynamique dans tous les secteurs de coopération».
La coopération bilatérale sur le dossier Libyen

Pour le chef de la diplomatie française, «l’Algérie et la France vont coordonner leurs efforts, notamment sur le conflit libyen, afin de permettre la mise en place d’un cessez-le-feu durable et la reprise du dialogue politique». Les deux pays «vont agir ensemble pour que les efforts initiés lors de la Conférence de Berlin puissent se poursuivre», a-t-il annoncé.

Sur la question de l’instabilité dans la région du Sahel, M.Le Drian a fait savoir que les deux pays «vont également faire le point […] sur la base de l’objectif commun de sécurité et de lutte contre le terrorisme».

Pour ce qui est des questions internationales, le ministre a déclaré que «la France et l’Algérie ont une convergence de vues et notre concertation est primordiale», soutenant que «l’Algérie est une puissance d’équilibre et de paix, fermement attachée au respect de la souveraineté des États et au dialogue politique». «Elle est écoutée et respectée et sur ces bases-là, nous pouvons avoir ensemble une relation extrêmement forte», a-t-il conclu.

Emmanuel Macron a eu mardi 17 décembre un entretien téléphonique avec le nouveau dirigeant algérien Abdelmadjid Tebboune lors de laquelle il l’a félicité pour sa victoire à l'élection présidentielle du 12 décembre. Précédemment, le Président de la République française avait indiqué avoir «pris note de l’annonce officielle que Monsieur Tebboune a remporté l’élection présidentielle algérienne dès le premier tour». Ces propos ont suscité une réaction âpre d'Abdelmadjid Tebboune qui a promis de «ne pas répondre» au chef d'État français.

https://fr.sputniknews.com/maghreb/202001221042944432-la-france-declare-son-respect-pour-la-souverainete-de-lalgerie-et-souhaite-renforcer-sa-cooperation/


Au Liban, une femme élue à la tête du ministère de la Défense, une première  22/01/2020

Au Liban, une femme élue à la tête du ministère de la Défense, une première






























Six femmes font partie du nouveau gouvernement libanais formé mardi 21 janvier. Parmi elles, Zeina Akar, qui remplira les fonctions de vice-président du Conseil et de ministre de la Défense. Jusqu’à présent, aucune femme n’avait pu atteindre ces fonctions.

Pour la première fois dans l’histoire du Liban, une femme a été nommée au poste de ministre de la Défense. Zeina Akar, qui assumera également les fonctions de vice-président du Conseil, est ainsi devenue l’une des six femmes au sein d’une nouvelle équipe composée de 20 ministres. Celle-ci a été dévoilée mardi 21 janvier, près de trois mois après la démission du Premier ministre Saad Hariri.

Plusieurs semaines d’impasse

Le nouveau gouvernement a pu voir le jour grâce à un accord conclu entre le Hezbollah et ses alliés politiques après plusieurs semaines d'impasse.

En octobre, Saad Hariri a été contraint de démissionner sous la pression de manifestations contre la corruption des élites et leur incapacité à sortir le Liban d'une crise financière et économique. Le nouveau Premier ministre, Hassan Diab a été désigné avant Noël. Mais le Hezbollah et ses alliés politiques n'avaient jusqu'à présent pas réussi à s'entendre sur l'attribution des ministères.

La tension est montée d'un cran ces derniers jours, avec des affrontements durant le week-end entre contestataires et forces de l'ordre qui ont fait plus de 500 blessés à Beyrouth.

https://fr.sputniknews.com/international/202001221042945625-au-liban-une-femme-elue-a-la-tete-du-ministere-de-la-defense-une-premiere---photo/

États-Unis: premier cas avéré du dangereux coronavirus qui a frappé la Chine  21/01/2020

États-Unis: premier cas avéré du dangereux coronavirus qui a frappé la Chine























Un premier cas du dangereux coronavirus qui a déjà frappé la Chine puis a été détecté au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande et à Taïwan, a été signalé aux États-Unis, près de Seattle. La personne a récemment voyagé à Wuhan, comme de nombreux autres cas, ont annoncé les autorités sanitaires américaines ce mardi 21 janvier.

Une personne qui a récemment voyagé en Chine s'est vue diagnostiquer le nouveau et dangereux coronavirus qui a frappé le pays. Il s'agit du premier cas recensé de contamination aux États-Unis, selon les autorités sanitaires américaines.

Le porte-parole des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) a déclaré ce mardi 21 janvier que le cas avait été diagnostiqué chez une personne de Seattle, dans l'État de Washington.

Selon les informations transférées par la directrice du centre des maladies respiratoires des CDC au cours d'une conférence de presse téléphonique, l’individu contaminé -dont l’identité n’a pas été révélée- n’avait visité aucun des marchés de Wuhan, en Chine, d’où ont émané de nombreux cas. Il a seulement voyagé dans la région.

L'homme était arrivé à l'aéroport de Seattle le 15 janvier par un vol avec escale depuis Wuhan. Il se portait bien en rentrant, mais a contacté de lui-même les services de santé dimanche 19 janvier après l'apparition de symptômes, précise l’AFP. Un échantillon, transmis aux CDC, a permis de confirmer ce mardi 21 janvier qu'il avait bien été contaminé par le nouveau virus, a indiqué Scott Lindquist, épidémiologiste de l'État de Washington.
Un dangereux virus

Le mystérieux virus apparu en Chine suscite des inquiétudes croissantes. En effet, la souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus pouvant provoquer chez l'homme aussi bien des maladies bénignes (comme un rhume), que d'autres plus graves comme le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère).

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) américains ont annoncé la mise en place immédiate d'un dépistage dans trois grands aéroports du pays vendredi 17 janvier.

https://fr.sputniknews.com/international/202001211042942241-etats-unis-premier-cas-avere-du-coronavirus-qui-a-frappe-la-chine/

Libye: les opérations pétrolières “doivent reprendre immédiatement” (ambassade américaine)  21/01/2020

Libye: les opérations pétrolières “doivent reprendre immédiatement” (ambassade américaine)













L’ambassade des Etats-Unis en Libye a appelé mardi à la reprise “immédiate” des opérations pétrolières dans ce pays, bloquées depuis samedi par des forces et tribus loyales au maréchal Khalifa Haftar.

“Les opérations de la NOC (compagnie nationale libyenne de pétrole) doivent reprendre immédiatement”, a indiqué l’ambassade sur son compte Twitter.

Elle a souligné sa “profonde préoccupation” après la suspension des exportations et de la production sur la plupart des sites pétroliers.

Cette suspension des opérations, “risque d’aggraver l’urgence humanitaire en Libye et d’infliger de nouvelles souffrances inutiles au peuple libyen”, a-t-on ajouté de même source.

Des forces pro-Haftar ont bloqué samedi les principaux terminaux pétroliers de l’est de la Libye, à la veille d’un sommet international à Berlin qui a appelé à la fin des ingérences extérieures et à la relance du processus du paix dans ce pays déchiré par les conflits.

Les exportations ont été suspendues dans les ports du croissant pétrolier, poumon de l’économie libyenne: Brega, Ras Lanouf, al-Sedra, al-Hariga et Zouitina.

“La capacité de stockage de ces ports est limitée et la NOC se verra contrainte de cesser complètement la production de pétrole brut dès que la capacité de stockage maximale sera atteinte”, a indiqué lundi la compagnie dans un communiqué.

La NOC a également déploré la fermeture des vannes d’une station de pompage dans le sud-ouest du pays, entraînant l’arrêt de la production sur deux importants champs pétroliers, al-Charara et al-Feel.
Avec ces nouveaux blocages, les opérations pétrolières sont quasiment totalement paralysées désormais dans le pays.

La NOC a déploré une chute de la production de 1,2 million de barils par jour, alors que le pays produisait 1,3 million en moyenne.

Selon des experts, Washington est très opposée aux blocages des exportations du pétrole libyen, qui conduisent à une hausse du prix du brut.

Le maréchal Haftar, homme fort de l’Est libyen, mène depuis le 4 avril une offensive contre la capitale libyenne siège du Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU.

L’arrêt des exportations d’or noir, qui représentent quasiment l’unique source de revenu pour les Libyens, est un signe de protestation visant l’intervention turque dans le pays en soutien au GNA, selon les pro-Haftar.

https://www.lemondedelenergie.com/libye-petrole-ambassade-americaine/2020/01/21/

Le forum de Davos démarre sur fond de fluctuations économiques  21/01/2020

Le forum de Davos démarre sur fond de fluctuations économiques
























La 50ème édition du Forum économique mondial sera lancé dans la ville suisse de Davos, avec la participation de plus de 3 mille personnalités parmi lesquelles, des dirigeants de pays, de gouvernements, des organisations internationales et des hommes d'affaires.

Le Forum intervient cette année sur fond de fluctuations économiques liées à la signature de la première phase de l'accord commercial américano-chinois, et de l'accord européen sur une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

En effet, l'édition de cette année aura lieu alors que les tensions géopolitiques montent au Moyen-Orient, en particulier entre les États-Unis et l'Iran, et que les risques croissants pour le changement climatique augmentent également.

Lundi, à la veille des travaux du Forum, le Fonds monétaire international a réduit ses prévisions de croissance économique mondiale en 2020 de 0,1%, soit 3,3% attendue, ainsi que ses prévisions de croissance pour 2021 de 0,2%, qui recule ainsi à 3,4%.

Après avoir manqué l'édition précédente, le président américain, Donald Trump, a fait le déplacement cette année et s'exprimera, mardi, dans le cadre du Forum de Davos, au moment même où le Sénat américain examinera les accusations portées à son encontre et validera ou pas la demande de destitution.

De son côté, la militante suédoise, Greta Thunberg, est arrivée au siège du Forum en Suisse, sans utiliser de véhicules polluants, dans le but de transmettre un message sur la manière de faire face au changement climatique.

Davos a connu, lundi, des manifestations contre les entreprises internationales membres du Forum économique mondial, tenues pour responsables du changement climatique.

Le sommet aura lieu entre les 21 et 24 janvier, avec la participation de 3 mille hommes d'affaires, politiciens, universitaires et représentants d'organisations de la société civile de 117 pays.

Le Forum de Davos est une organisation internationale, non gouvernementale et sans but lucratif, connue pour sa réunion annuelle en janvier à Davos, en Suisse, pour discuter des défis économiques et politiques auxquels le monde est confronté et des moyens de les résoudre.

https://www.aa.com.tr/fr/monde/le-forum-de-davos-d%C3%A9marre-sur-fond-de-fluctuations-%C3%A9conomiques-/1709164

La composition du nouveau gouvernement russe annoncée  21/01/2020

La composition du nouveau gouvernement russe annoncée























Le Président russe rencontre ce 21 janvier les membres du nouveau gouvernement russe, formé par Mikhaïl Michoustine. L'amélioration du bien-être des citoyens a été définie par Vladimir Poutine comme la principale tâche du nouveau cabinet des ministres. Sa première réunion est prévue ce soir même.

Le Président russe a signé le décret portant sur la composition du nouveau gouvernement formé par son nouveau Premier ministre Mikhaïl Michoustine qui aura neuf adjoints.

Plusieurs ministres du gouvernement Medvedev, 12 au total, conservent leur place dans le nouveau. Ainsi, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov conserve son poste qu'il détient depuis 2004, tout comme Sergueï Choïgou, ministre de la Défense depuis 2012.
La liste des membres du nouveau gouvernement est la suivante:

Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères

Sergueï Choïgou, ministre de la Défense

Vladimir Kolokoltsev, ministre de l’Intérieur

Konstantine Tchouïtchenko, ministre de la Justice

Maksim Rechetnikov, ministre du Développement économique

Dmitri Patrouchev, ministre de l'Agriculture

Anton Silouanov, ministre des Finances

Aleksandr Novak, ministre de l’Énergie

Evgueni Ditrikh, ministre du Transport

Denis Mantourov, ministre de l'Industrie et du Commerce

Dmitri Kobylkine, ministre russe de l'Environnement

Vladimir Yakoushev, ministre de l'Industrie de la construction, du Logement et des Services publics

Mikhaïl Mourashko, ministre de la Santé

Anton Kotiakov, ministre du Travail et de la Protection sociale

Oleg Matytsyne, ministre des Sports

Olga Loubimova, ministre de la Culture

Maksout Chadaev, ministre du Développement numérique, des Communications et des Médias

Sergueï Kravtsov, ministre de l’Instruction publique

Valeri Falkov, ministre de la Science et de l’Enseignement supérieur

Aleksandr Kozlov, ministre du Développement de l’Extrême-Orient et de l’Arctique

Evgueni Zinitchev, ministre de la Défense civile, des Situation d’urgence et de la Liquidation des conséquences des catastrophes naturelles
L’objectif principal du nouveau gouvernement

Intervenant devant le nouveau cabinet des ministres, Vladimir Poutine l'a appelé à s'appuyer sur les réussites du gouvernement précédent pour atteindre des «objectifs nationaux».

«Bien sûr, la tâche primordiale est d'accroître le bien-être de nos citoyens et de renforcer notre statut d'État et la position de notre État dans le monde. Ce sont des objectifs accessibles»», a-t-il déclaré.

La première réunion

Par la suite, Mikhaïl Michoustine, au cours de la première réunion de son cabinet, a estimé que le gouvernement devait viser une plus forte croissance économique sans quoi il serait impossible d’avoir des résultats dans le domaine social.

Il a également rappelé aux membres du gouvernement qu’ils étaient «personnellement responsables de la réalisation des objectifs et projets nationaux».
Démission du gouvernement Medvedev

Auparavant, le Premier ministre Dmitri Medvedev avait annoncé la démission du gouvernement russe, après le message de Vladimir Poutine adressé à l'Assemblée fédérale le 15 janvier.

Le Président avait remercié son Premier ministre sortant et ses ministres, leur demandant d'assurer les affaires courantes jusqu'à la nomination d'une nouvelle équipe.

https://fr.sputniknews.com/russie/202001211042941742-la-composition-du-nouveau-gouvernement-russe-est-annoncee-/

Les Palestiniens appelés à assister à la prière de l'aube à al-Aqsa ce vendredi  21/01/2020

Les Palestiniens appelés à assister à la prière de l'aube à al-Aqsa ce vendredi























Les appels sur les réseaux sociaux se sont diversifiés incitant les jérusalémites à participer à la prière de l’aube (al-Sobh) dans la mosquée al-Aqsa et la mosquée Ibrahimi à al-Quds occupée et à Hébron, le vendredi 24 janvier prochain.

Les jeunes activistes sur Tweeter ont lancé un hashtag qui a été repris par des dizaines de milliers de Palestiniens pas seulement à al-Quds et à Hébron mais aussi dans toutes les terres palestiniennes occupées et la bande de Gaza.

Les activistes ont incité les palestiniens à tenir les prières de l’aube dans les deux saintes mosquées et de contrer les agressions de l’occupant israélien et ses colons extrémistes. Les Palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie ont été aussi exhortés de tenir les prières de l’aube dans les grandes mosquées de leurs villes.

Les factions palestiniennes ainsi que plusieurs personnalités populaires et nationales ont de leur côté soutenu ces appels, y voyant un message pour l’occupant israélien et une riposte populaire à ses crimes.

Les médias israéliens avaient rapporté la semaine dernière que la campagne de la prière de l’aube à al-Aqsa avait attiré plus de huit mille fidèles. Les autorités d’occupation avaient exprimé leur inquiétude et avaient mené une campagne sécuritaire arrêtant dix palestiniens et blessant plus de quinze autres avec des balles en caoutchouc.


https://french.palinfo.com/55557
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Israël réclame l'indemnisation des juifs «expulsés» des pays arabes, dont le Maroc  21/01/2020

Israël réclame l'indemnisation des juifs «expulsés» des pays arabes, dont le Maroc






















Des documents rapportés par des médias israéliens révèlent que Tel Aviv continue de recenser et d'estimer les biens laissés par des juifs dans leurs pays d'origine, dont le Maroc, accusant ces nations d'avoir «expulsés» leur ressortissants de confession juive. Des demandes d'indemnisation qui restent injustifiées selon des Marocains de confession juive.

Dans le cadre de ses projets visant les juifs séfarades, Israël compte aller jusqu’au bout dans ses demandes d’indemniser ceux qui ont été, selon Tel Aviv, «expulsés» des pays arabes dans les années 1940 et 1950.

En ce mois de janvier, la Bibliothèque nationale d'Israël a commencé à publier des histoires orales de l'initiative «Sephardi Voices», destinée à documenter et à préserver les histoires de vie des Juifs qui vivaient dans les pays arabes et islamiques. Des témoignages dans lesquels certains reviennent sur les conditions de leurs départs et ce qu'ils ont laissé derrière eux.

Le mois dernier, un rapport exclusif révélé par le média israélien Israel Hayom a révélé la première estimation de la valeur des biens que les Juifs auraient été «contraints de laisser derrière eux lorsqu'ils ont été expulsés». Un montant qui se chiffre actuellement à 150 milliards de dollars. De plus, Israël continue, selon la même source, à recenser ces biens.

Des revendications qui étonnent au Maroc

Au Maroc, les accusations d’Israël ne laissent pas les juifs du royaume indifférents. Jacky Kadouch, président de la communauté israélite de Marrakech, considère que les demandes israéliennes sont «complètement absurdes». «Demander une quelconque indemnisation n’a pas de sens», souligne-t-il auprès de Yabiladi, rappelant que «les juifs du Maroc n’ont jamais été spoliés de leurs biens».

«La preuve : ceux dont les parents ou les grands-parents sont partis en Israël avec des titres de propriétés, ont pu revenir au Maroc et récupérer ces biens. Ceux qui ont décidé de ne pas revenir et qui ont abandonné, nous n’allons pas les chercher pour leurs affaires», ajoute-t-il.

Le président de la communauté israélite de Marrakech rappelle, à cet égard, avoir personnellement «aidé des juifs» venus récupérer les biens de leurs parents au Maroc. «Ils avaient réussi à mettre les titres de propriétés à jour mais ils avaient justement des papiers en règles, comme des certificats signés par des adouls ou des rabbins et ils n’avaient qu’à suivre les démarches», nous informe-t-il.

«Le Maroc n’a rien spolié à personne. Il n’a jamais, non plus, renvoyé ou expulsé ces gens. Ces derniers sont partis volontairement, tout le monde connait l’histoire.»
Jacky Kadouch

«Le Maroc est certainement le pays où il n’y a pas eu d’expulsion ou de pression. Au contraire, les Marocains étaient tristes de voir leurs compatriotes de confession juive partir», conclut-il.

La position de Jacky Kadouch, partagée par d’autres membres de la communauté juive au Maroc, rejoint celle exprimée déjà en mars dernier par la Fédération canadienne des séfarades qui avait défendu le Maroc. Son président, Avraham Elarar, avait affirmé qu’Israël «accuse injustement le Maroc pour un crime qu’il n’a pas commis». Il avait également déclaré, dans une tribune, que les demandes de Tel Aviv «intentionnelles ou par inadvertance, placent le Maroc sur le même banc des accusés que l’Iraq et l’Égypte», ce qui affaiblit surtout ces revendications».

C’est en janvier 2019 qu’Israël a exprimé, pour la première fois, son intention d’exiger des remboursements atteignant les 250 milliards de dollars de sept pays arabes, dont le Maroc, en plus de l’Iran pour compenser la valeur des biens de juifs ayant quitté ces pays-là depuis 1948.

Dans une pétition parue le même mois, des chercheurs, des intellectuels, des artistes et des acteurs de la société civile au Maroc avaient dénoncé un «révisionnisme et une falsification de l’histoire par Israël».

Photo: Arrivée de familles juives marocains au port de Haïfa dans les années 1950. / DR

https://www.yabiladi.com/articles/details/88009/israel-reclame-l-indemnisation-juifs-expulses.html%C2%A0%C2%A0

Décisions de la Conférence de Berlin sur la Libye  21/01/2020

Décisions de la Conférence de Berlin sur la Libye
























Les points importants de la Déclaration finale:

- Appel aux parties libyennes et leurs partisans à mettre fin aux activités militaires

- L’engagement à respecter la résolution de l’ONU relative à l’embargo sur les armes en Libye (numéro 1970 de l’année 2011) et à déployer des efforts internationaux pour renforcer la surveillance de l’embargo sur les armes.

- La nécessité de respecter le cessez-le-feu

- La formation d’une «Commission militaire» composée de dix officiers, cinq de chaque côté, avec pour mission de définir sur le terrain les mécanismes de mise en œuvre du cessez-le-feu.

- Appel à l’ONU pour la formation de commissions techniques afin de mettre en oeuvre et de surveiller l’application du cessez-le-feu

- Inviter l’ONU à jouer un rôle dans les négociations pour stabiliser le cessez-le-feu.

- Mettre en place un comité international de suivi, sous les auspices des Nations unies, pour poursuivre la coordination entre toutes les parties participant à la conférence, qui se réunira tous les mois.

- La formation de commissions pour suivre les processus politique, économique, militaire et humanitaire

- Respecter le droit international humanitaire et les droits de l’homme et tenir les responsables des attaques contre des civils ou des zones peuplées ou des enlèvements et des assassinats hors du cadre de la loi ou des violences sexuelles, de la torture et du trafic d’êtres humains, pour responsables.

- Il n’y a pas de solution militaire au conflit en Libye, et de telles tentatives ne feront qu’augmenter les souffrances des Libyens.

- Revenir au processus politique pour résoudre la crise.

- La nécessité de résoudre la crise libyenne par les Libyens eux-mêmes sans ingérence extérieure.

- Appeler toutes les parties libyennes à mettre fin à la période de transition par le biais d’élections libres, inclusives et équitables.

- Soutenir la mise en place d’un gouvernement unifié, inclusif et efficace, approuvé par la Chambre des représentants.

- Soutenir la mise en place d’un système de sécurité nationale unifié en Libyen, sous le contrôle de l’autorité centrale et civile, et restreindre le recours à la force à l’État uniquement.

- Répartition équitable et transparente des revenus pétroliers, en plus de s’abstenir d’hostilités contre les installations pétrolières.

Les États-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni, la Chine, l’Allemagne, la Turquie, l’Italie, l’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Algérie et le Congo, ainsi que les Nations unies, l’Union européenne, l’Union africaine et la Ligue des Etats arabes ont participé à la conférence.
Le président du Conseil présidentiel du gouvernement libyen d’entente nationale, reconnu par l’ONU, Fayez
al Serraj, et le général à la retraite Khalifa Haftar, ont également participé à la conférence de Berlin.

https://www.lexpressiondz.com/internationale/les-points-importants-de-la-declaration-finale-326386

Intrusion au siège de la CFDT, revendiquée par une antenne de la CGT  21/01/2020

Intrusion au siège de la CFDT, revendiquée par une antenne de la CGT
























La CGT Energie Ile-de-France a revendiqué, ce 20 janvier, une intrusion au siège de la CFDT, avec coupure d'électricité. Le syndicat réformiste est conspué par les opposants à la réforme des retraites pour sa position sur le sujet.

Ce 20 janvier, une intrusion au siège de la CFDT à Paris (XIXe) avec coupure d'électricité a été revendiquée par la CGT Energie IDF.

L'action est le fait d'une dizaine de syndicats CGT Energie d'Ile-de-France (Paris, 91, 93, 94, 95, 77, 78, Ouest IDF et Bagneux), a déclaré à l'AFP Cathy Fléchard de la CGT Energie Paris.

La semaine précédente, des membres de la Coordination RATP-SNCF s'étaient introduits «violemment»

Plus tôt ce même jour, la CFDT avait porté plainte après l'intrusion dans son siège le 17 janvier d'opposants à la réforme des retraites, au cours de laquelle il y avait eu «des insultes», «des crachats» avec un salarié en incapacité temporaire de travail. La CFDT a déclaré avoir été victime d'un «groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destructions ou de dégradation de biens», selon un récépissé délivré par le commissariat du XIXe arrondissement dont l'AFP a obtenu copie. Le 17 janvier, le chef de la CFDT Laurent Berger, avait tweeté que des «individus» s'étaient introduits «violemment» dans les locaux du syndicat à Paris.


Selon l'AFP, il s'agissait d'une action de la Coordination RATP-SNCF, née aux premières évocations d'une grève illimitée, en octobre, contre la réforme des retraites.

La CFDT, favorable au principe d'un système de retraite par points, fait l'objet de critiques de la part des organisations et formations politiques exigeant un abandon pur et simple du projet de réforme des retraites. Après un courrier d'Edouard Philippe aux partenaires sociaux le 11 janvier dans lequel il se disait «disposé» à retirer du projet, sous conditions, le fameux âge pivot, Laurent Berger considérait cela comme une «victoire». «Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! Nous allons maintenant poursuivre notre action pour un système de retraite plus juste et solidaire !», avait-il déclaré, a contrario notamment de la CGT.

https://francais.rt.com/france/70515-nouvelle-intrusion-siege-cfdt-revendiquee-antenne-cgt

Financement de la campagne de Macron à Lyon: l'enquête classée sans suite  21/01/2020

Financement de la campagne de Macron à Lyon: l'enquête classée sans suite























L’enquête ouverte après une plainte d’élus LR dénonçant le rôle joué par la ville et la métropole de Lyon en faveur de la campagne électorale d’Emmanuel Macron, a été classée sans suite. «Aucun détournement de fonds publics n'a été caractérisé», selon une source proche du dossier.

L'enquête ouverte en juin 2018 sur le possible financement par la ville et la métropole de Lyon de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron a été classée sans suite, a annoncé le 20 janvier à l’AFP.

«Aucun détournement de fonds publics n'a été caractérisé» et «les infractions au code électoral évoquées dans la plainte initiale ne sont pas constituées», a ajouté la même source, en confirmant une information du quotidien régional Le Progrès.

L'enquête avait été ouverte après une plainte de Stéphane Guilland, élu des Républicains à la ville et à la métropole de Lyon que dirigeait alors Gérard Collomb, soutien de la première heure de M. Macron.

Elle visait les faits présumés de «détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, recel de ce délit et financement irrégulier de campagne électorale».

Les enquêteurs avait été alertés sur quatre infractions potentielles: l'organisation d'une réception à visée électorale alors que M. Macron était encore ministre; l'implication d'un cadre payé par la ville dans la campagne de La République en marche; la prise en charge par la métropole des frais de location d'une péniche pour un rassemblement de sympathisants; l'utilisation par M. Macron de locaux parisiens loués par la métropole.

Le parquet a estimé que la visite du ministre en juin 2016 sur le thème de la chimie «était bien en lien avec ses fonctions et ne constituait pas une visite de pré-campagne» même si l'affluence à la réception qui la concluait s'est révélée bien supérieure à celles d'autres visites ministérielles «en raison semble-t-il de l'intérêt que pouvait alors susciter monsieur Emmanuel Macron».

Si le chef de cabinet de Gérard Collomb Jean-Marie Girier a joué dès 2016 un rôle «certain» dans En Marche, cela n'a pas été au détriment de son travail pour la métropole, tant qualitativement que quantitativement, note l'enquête, en relevant la «très grande puissance de travail» de l'intéressé.

Même si une péniche destinée à recevoir des sympathisants a bien été réservée via un compte mail de M. Girier à la métropole, la facture de 996 euros a été réglée par En Marche et figure dans ses comptes de campagne. L'importante remise accordée par son gérant serait «habituelle» pour une location de dernière minute.

Enfin, si une note sur la faisabilité d'une sous-location au profit d'En Marche d'un local loué à Paris par la métropole avait bien été rédigée, le projet n'a pas abouti.

Une discrète rencontre entre Emmanuel Macron et Alain Juppé s'y est déroulée entre les deux tours de l'élection présidentielle «dans un souci de confidentialité» mais la commission des comptes de campagne l'a jugée sans conséquences.

Selon Le Progrès, la métropole a résilié il y a trois mois le bail de cet appartement situé dans le 7e arrondissement de Paris, le jugeant trop grand et trop cher.

https://fr.sputniknews.com/france/202001211042939698-financement-de-la-campagne-de-macron-a-lyon-lenquete-classee-sans-suite/

Le virus qui inquiète l'OMS fait un quatrième mort en Chine  21/01/2020

Le virus qui inquiète l'OMS fait un quatrième mort en Chine























La Chine a annoncé ce 21 janvier un quatrième décès lié au mystérieux virus semblable au Sras et transmissible entre humains, alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'apprête à tenir une réunion d'urgence.

Les autorités sanitaires ont le 21 janvier indiqué qu'un homme de 89 ans avait succombé à des difficultés respiratoires à Wuhan (centre), ville de 11 millions d'habitants où la grande majorité des contaminations ont jusqu'à présent été recensées. Dans toute la Chine, il y en a eu plus de 200.

Le virus, de la famille du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère), touche désormais plusieurs grandes villes du pays - dont Pékin et Shanghai - et trois autres pays d'Asie: Japon, Corée du Sud et Thaïlande.

En Australie, un homme présentant les symptômes du mystérieux virus a été placé à l'isolement à son domicile, a annoncé mardi un média local. L'homme, qui pourrait être le premier cas suspect du pays, est semble-t-il récemment rentré d'un séjour à Wuhan.

Zhong Nanshan, un scientifique chinois renommé de la Commission nationale de la santé, a déclaré le 20 janvier au soir à la télévision publique CCTV que la transmission par contagion entre personnes était «avérée». C'est la première fois qu'une telle affirmation est faite publiquement.

L'OMS estime pour sa part qu'un animal semble être «la source primaire la plus vraisemblable», avec «une transmission limitée d'humain à humain par contact étroit».

La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l'homme (comme un rhume) mais aussi d'autres plus graves comme le Sras.

M. Zhong avait aidé à évaluer l'ampleur de l'épidémie de Sras en 2002-2003 qui avait très durement touchée la Chine.

Sur 8.096 cas, ce virus avait fait 774 morts dans le monde, dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong, selon l'OMS. L'organisation internationale avait à l'époque vivement critiqué la Chine pour avoir tardé à donner l'alerte et tenté de dissimuler l'ampleur de l'épidémie.

En plein chassé-croisé dans les transports avant le Nouvel an chinois samedi, qui fait craindre une accélération des contaminations, le Président Xi Jinping a donné lundi le signal d'une mobilisation du pays, indique l'AFP.

https://fr.sputniknews.com/international/202001211042939185-le-virus-qui-inquiete-loms-fait-un-quatrieme-mort-en-chine/

Trois roquettes s’abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad  21/01/2020

Trois roquettes s’abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad























Trois roquettes sont tombées le 20 janvier au soir sur la Zone verte de Bagdad, près de l'ambassade américaine, selon des sources au sein des services de sécurité. La capitale irakienne a également été touchée par de nombreux heurts lors d’une manifestation, lesquels ont fait trois morts.

Trois roquettes se sont abattues sans faire de victime dans la nuit du 20 au 21 janvier dans la Zone verte de Bagdad, dont deux sont tombées à proximité de l'ambassade américaine, annonce l’AFP se référant à de sources policières.

Les projectiles ont été tirés depuis Zafaraniyeh, un faubourg de Bagdad situé au sud-est de la capitale irakienne, sans faire de victimes.
Des morts et des blessés dans de nouveaux heurts à Bagdad

Trois manifestants ont été tués et des dizaines ont été blessés le 20 janvier à Bagdad lors de nouveaux affrontements avec les forces de sécurité, à l'expiration du délai donné au gouvernement par le mouvement de contestation pour répondre à ses revendications.

Les manifestants, pour éviter que le mouvement né en octobre ne perde de son élan face à la montée des tensions entre Washington et Téhéran, ont adressé le 13 janvier un ultimatum d'une semaine aux dirigeants pour répondre à leurs demandes, principalement une refonte du pouvoir passant par des élections anticipées.

Dès dimanche, à la veille de la date-butoir, des jeunes manifestants ont commencé à bloquer routes et ponts à l'aide de pneus brûlés à Bagdad et dans le Sud.

Lundi, ils ont relancé leur action dans la capitale: des jeunes portant des casques et des masques à gaz ont érigé des barricades métalliques pour tenter de repousser la police anti-émeute.

Des centaines de manifestants, certains agitant le drapeau irakien, se sont rassemblés sur la place Tayaran, proche de la place Tahrir, cœur de la contestation à Bagdad. Des affrontements ont éclaté avec les forces de sécurité qui ont fait usage de grenades lacrymogènes et de balles réelles pour les disperser, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Trois manifestants ont été tués, ont déclaré des médecins à l'AFP: deux par balles et un troisième a été atteint par une grenade lacrymogène qui lui a transpercé le cou.

Cinquante personnes ont été blessées, 44 manifestants et six policiers, selon les médecins.

https://fr.sputniknews.com/international/202001211042939221-trois-roquettes-sabattent-pres-de-lambassade-americaine-a-bagdad/

L’Iran reconnaît avoir tiré deux missiles en direction du Boeing 737 ukrainien  21/01/2020

L’Iran reconnaît avoir tiré deux missiles en direction du Boeing 737 ukrainien























Selon un rapport d'enquête préliminaire de l'Organisation de l'aviation civile iranienne (CAO), deux missiles ont été tirés en direction du Boeing 737 d'Ukraine International Airlines abattu le 8 janvier par les forces armées iraniennes.

Deux missiles ont été tirés en direction du Boeing 737 d'Ukraine International Airlines abattu le 8 janvier par les forces armées iraniennes, selon un rapport d'enquête préliminaire de l'Organisation de l'aviation civile iranienne (CAO).

«Les enquêteurs [...] ont accédé aux informations de [l'état-major, ndlr] et ont découvert que deux missiles [...] M1-TOR avaient été tirés en direction de l'avion depuis le nord», indique ce rapport publié dans la nuit du 20 au 21 janvier.

«L'effet de ces [tirs de, ndlr] missiles sur l'accident et l'analyse de cette action sont en cours d'investigation», ajoute le document, confirmant ainsi une information du New York Times qui avait dit avoir authentifié une vidéo montrant que deux missiles avaient été tirés en direction de l'appareil.

L'état-major iranien avait reconnu le 11 janvier, trois jours après le drame la responsabilité des forces armées dans cette catastrophe aérienne ayant fait 176 morts.

Endossant la «responsabilité totale» de l'accident, le général de brigade Amirali Hajizadeh, chef de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution n'avait parlé ce jour-là que d'un seul «missile de courte portée» tiré en direction de l'appareil.
Crash d’un Boeing ukrainien en Iran

Un Boeing 737-800 d’Ukraine International Airlines (UIA) s’est écrasé non loin de Téhéran le 8 janvier, peu après son décollage à destination de Kiev. Les 176 personnes qui se trouvaient à bord, dont 167 passagers et neuf membres d’équipage, ont été tuées dans le crash.

Le 11 janvier, les Gardiens de la révolution islamique (GRI) ont déclaré que le Boeing avait été abattu par erreur. Selon l’armée, l’avion a été pris pour un missile de croisière s’approchant d’un site militaire iranien alors que Téhéran s’attendait à une attaque de missiles des États-Unis. Le commandant du corps des Gardiens de la révolution, Hossein Salami, a présenté ses excuses et le commandant de la branche aérospatiale de l’armée iranienne, Amir Ali Hajizadeh, a dit qu’il voudrait «être mort plutôt que d'assister à un tel incident».

https://fr.sputniknews.com/international/202001211042939404-liran-reconnait-avoir-tire-deux-missiles-en-direction-du-boeing-737-ukrainien/

Un élu iranien promet 3 millions de dollars à «quiconque tue Trump»  21/01/2020

Un élu iranien promet 3 millions de dollars à «quiconque tue Trump»























Un membre d'un parlement régional dans la province de Kerman, où est né le général Soleimani, a proposé mardi 21 janvier de verser une récompense à «quiconque tuera Trump», rapporte l'agence ISNA.

Un membre du parlement iranien a proposé une récompense de trois millions de dollars à «quiconque tue Trump», rapporte l'agence de presse officielle ISNA.

«Au nom des habitants de la province de Kerman, nous verserons trois millions de dollars en espèces à quiconque tue Trump», indique le média, citant des propos tenus par Ahmad Hamzeh devant le parlement.

Kerman, capitale de la province homonyme, est la ville natale du général Soleimani, tué le 3 janvier à Bagdad dans une frappe américaine.

La procession funéraire organisée quelques jours plus tard a tourné à la tragédie dans cette ville après une bousculade ayant fait plus de 50 morts.

Après l'assassinat de Soleimani, le Parlement iranien a adopté en urgence une loi classant toutes les forces armées américaines comme «terroristes».

https://fr.sputniknews.com/international/202001211042940020-un-parlementaire-iranien-promet-3-millions-de-dollars-a-quiconque-tue-trump/

Libération d’Auschwitz: le FSB russe déclassifie des documents uniques  20/01/2020

Libération d’Auschwitz: le FSB russe déclassifie des documents uniques























Les services secrets russes ont déclassifié des documents uniques concernant la libération du camp de concentration nazi d’Auschwitz, la veille de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, relate la chaîne de télévision russe NTV.

Des documents, gardés secrets pendant plusieurs décennies et concernant la libération du camp de concentration nazi d’Auschwitz (Oswiecim), ont été déclassifiés par le Service fédéral de sécurité russe (FSB) en prévision de la Journée de mémoire des victimes de l’Holocauste, a annoncé la chaîne de télévision russe NTV.

Il s’agit principalement de procès-verbaux des interrogatoires d’anciens gardiens d’Auschwitz. Les documents contiennent des schémas des chambres à gaz, des descriptions détaillées des traitements réservés aux détenus, ainsi que des informations sur des soldats et officiers SS arrêtés par l’armée soviétique, dont plusieurs Polonais, selon la chaîne.
Des Polonais parmi les gardiens

Un dossier est consacré à un certain Alfred Skrzypek, originaire de la ville silésienne de Krolewsko Huta (aujourd’hui, Chorzow), qui a été arrêté sur le territoire du camp, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Cracovie. Alfred Skrzypek a avoué avoir lui-même torturé des détenus, y compris des compatriotes.

Un autre dossier pénal présenté dans le reportage de NTV est aussi dédié à un Polonais, Willi (Willy) Steinborn. Arrêté par les Allemands pour des activités antinazies, il a plus tard été libéré à condition de devenir gardien à Auschwitz. Selon ses dires, il a été promu au grade de SS-Rottenführer pour son travail. D’après un procès-verbal, «il a traité les prisonniers de façon inhumaine, les a personnellement abattus».

Les discussions sur le nombre de personnes mortes à Auschwitz avant sa libération par l’Armée rouge le 27 janvier 1945, durent depuis plusieurs décennies. Selon un document déclassifié par le FSB, «les hitlériens ont exterminé plus de 4 millions de citoyens d’URSS, de Tchécoslovaquie, de Pologne et d’autres pays durant la période d’existence» de ce camp.

https://fr.sputniknews.com/international/202001201042938971-liberation-dauschwitz-le-fsb-russe-declassifie-des-documents-uniques/

Hamas: L'évacuation de maisons près de la mosquée Aqsa est une menace sérieuse pour judaïser jérusalem  20/01/2020

Hamas: L'évacuation de maisons près de la mosquée Aqsa est une menace sérieuse pour judaïser jérusalem
































Le mouvement de résistance islamique Hamas a considéré la décision d'occupation israélienne d'évacuer de nombreuses maisons, dans les quartiers de la mosquée bénie Al-Aqsa, comme une menace sérieuse pour judaïser la ville de Jérusalem occupée.

"Les fissures et les glissements de terrain qui se sont produits dans ces maisons sont le résultat de fouilles continuelles, par lesquelles l'occupation israéliennne cherche à changer les caractéristiques de jérusalem par le déplacement forcé de sa population", a déclaré le porte-parole du Hamas, Abd al-Latif al-Qanua

Dans une brève déclaration, Al-Qanoua a déclaré que les décisions de l’occupation de retirer les érudits de la mosquée Al-Aqsa étaient une «faillite et confusion sionistes».

Dimanche, les autorités d'occupation ont remis à Cheikh Ikrima Sabri la décision de l'expulser de la mosquée Al-Aqsa.

Il a exhorté tout le peuple palestinien et le peuple de la nation arabe et islamique à soutenir la ville de jérusalem et son peuple, à renforcer leur constance et leur présence face aux plans d'occupation qui visent à vider la ville de son peuple autochtone.

Le Hamas : Le bannissement de Cheikh Sabri ne réussira pas à briser la volonté de notre peuple

Le mouvement de la résistance islamique, Hamas, a considéré que la décision des autorités d’occupation d’éloigner le prédicateur de la mosquée al-Aqsa, cheikh Ekrima Sabri, de la sainte mosquée est une nouvelle tentative pour briser la volonté du peuple palestinien à défendre sa mosquée et tous ses lieux sacrés.

Le Hamas qui a dénoncé cette mesure israélienne, a assuré que les stratagèmes de l’occupant seront voués à l’échec, car le peuple palestinien poursuivra sa lutte contre les agressions des forces occupantes.

Tout en saluant la résistance des jérusalémites, le Hamas a ajouté que malgré tout, la ville d’al-Quds conservera pour toujours son identité arabe et islamique et restera la capitale de la Palestine.

https://french.palinfo.com/55551
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information
https://french.palinfo.com/55553
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information

Taxe GAFA: Macron et Trump d'accord pour prolonger les négociations, menace de sanctions suspendue  20/01/2020

Taxe GAFA: Macron et Trump d'accord pour prolonger les négociations, menace de sanctions suspendue























Emmanuel Macron a annoncé s'être mis d'accord avec Donald Trump afin de poursuivre les discussions sur la taxe numérique, ce qui permettrait d'éviter toute envolée des tarifs.

Emmanuel Macron et Donald Trump sont tombés d'accord pour prolonger les discussions au sein de l'OCDE sur la taxation des géants du numérique (taxe GAFA) jusqu'à la fin de l'année, a annoncé lundi 20 janvier le Président sur Twitter.

Le chef d'État français a qualifié d'«excellente» la discussion qu'il avait eue la veille avec l'actuel résident de la Maison-Blanche.


Selon les médias, Donald Trump s'est engagé à ne pas imposer de sanctions en riposte à la taxe française d’ici la fin des négociations.
Taxe GAFA française et réaction des États-Unis

En juillet 2019, le parlement français a adopté une loi sur la taxation des géants du numérique comme Google, Apple, Facebook ou Amazon (GAFA) qui a provoqué des critiques aux États-Unis.

En décembre, l'administration Trump a menacé de surtaxer «jusqu'à 100%» l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français ce qui constituerait le deuxième train de sanctions douanières touchant la France après des taxes punitives de 10% sur les avions européens, et de 25% sur divers produits alimentaires de l'Union européenne dont une partie des vins français.

Le 7 janvier, les États-Unis et la France se sont donné quinze jours pour aboutir à un accord et permettre la poursuite du travail à l'OCDE sur l'instauration d'une taxation internationale des géants du numérique, dont les GAFA, rappelle l'agence France-Presse (AFP).

https://fr.sputniknews.com/international/202001201042938608-taxe-gafa-macron-et-trump-daccord-pour-prolonger-les-negociations-menace-de-sanctions-suspendue/

L’État «a raté quelque chose»? Selon Belloubet, les Français s’adaptent trop lentement aux réformes  20/01/2020

L’État «a raté quelque chose»? Selon Belloubet, les Français s’adaptent trop lentement aux réformes























Commentant la grogne des Français face aux «transformations» que le gouvernement souhaite promouvoir, la garde des Sceaux l’a expliquée par le fait que ses concitoyens n’avaient pas eu de temps d’«adaptation».

Pourquoi les innovations du gouvernement de Macron se heurtent à une telle opposition? Pourquoi est-il tellement difficile d’«apaiser la France» et de «réconcilier les Français»? Les manifestants battant le pavé tous les week-ends, Nicole Belloubet a supposé sur France Inter que la cause résidait dans le fait qu’ils avaient besoin d’un «temps d’adaptation» aux réformes.

«Je ne sais pas si on a raté quelque chose», a estimé la garde des Sceaux. «Ce que nous avons essayé de faire, c'est de promouvoir des transformations qui sont importantes, qui bouleversent les habitudes.»

Selon la ministre, «dans toute innovation, dans tout ordre nouveau, au sens où des choses nouvelles apparaissent, il y a un temps d'adaptation qui est peut-être plus long que celui qui a été suivi».


«Il y a des moyens d’exprimer son opposition, le droit de grève, en plus c’est un droit constitutionnel», a-t-elle reconnu, tout en insistant «qu'on ne peut pas laisser traîner les choses en longueur sinon rien ne se fait, in fine».
La France en grève

Le mouvement des Gilets jaunes est né le 17 novembre 2018 sur le terrain fertile de la grogne face à la hausse des prix du carburant, qui frappe surtout le diesel. Ses partisans ont pris l’habitude de manifester chaque samedi.

Un collectif des syndicats se mobilise parallèlement depuis le 5 décembre 2019 pour dire non au projet du gouvernement de réforme des retraites.

https://fr.sputniknews.com/france/202001201042938642-letat-a-rate-quelque-chose-selon-belloubet-les-francais-sadaptent-trop-lentement-aux-reformes/

Finistère : arrestation de sept islamistes soupçonnés de préparer un attentat  20/01/2020

Finistère : arrestation de sept islamistes soupçonnés de préparer un attentat
























Sept hommes soupçonnés de préparer une attaque terroriste ont été interpellés dans le Finistère, notamment à Brest. Ils sont issus de la mouvance islamiste, et certains d'entre eux fichés S (pour Sûreté de l'Etat), selon Europe 1.

Sept hommes ont été arrêtés lors d'un coup de filet de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), ce 20 janvier dans le Finistère et notamment à Brest dans le quartier de Pontanezen, dans le cadre d'une information judiciaire pour «association de malfaiteurs à visée terroriste et criminelle». Issus de la mouvance islamiste,

ils sont soupçonnés d'avoir préparé un attentat et d'avoir prévu se rendre dans la zone irako-syrienne, selon des informations d'Europe 1 et de l'AFP.

Selon la station de radio, aucune arme ni explosif n'a été découvert au domicile de ces hommes, lors des perquisitions. On ignore également la cible de ces individus.


Les interpellés, dont certains étaient fichés S (pour Sûreté de l'Etat), faisaient l'objet d'un suivi pour leur appartenance à la mouvance islamiste radicale, ont expliqué des sources proches de l'enquête citées par les deux médias. Les investigations devront permettre de faire toute la lumière sur ces projets d'action et de départ.

https://francais.rt.com/france/70530-interpellation-brest-sept-hommes-soupconnes-preparer-attentat

1 2 3 4 5 » ... 3725


Publicité

Brèves



Commentaires