Les chances de succès de l'initiative de paix française s'amenuisent face au refus israélien  26/05/2016

Les chances de succès de l'initiative de paix française s'amenuisent face au refus israélien








Les analystes palestiniens estiment que les chances de réussite de l'initiative française pour résoudre le conflit israélo-palestinien sont "très minces", au vu de l'insistance d'Israël à rejeter à répétition ce projet.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a en effet rejeté lundi l'initiative française visant à organiser une conférence internationale pour faciliter les efforts de paix entre Israël et la Palestine. Il a déclaré au Premier ministre français Manuel Valls, en visite en Israël, qu'il préférait rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas en tête-à-tête pour discuter de la paix.

En réponse à cette déclaration, le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a accusé M. Netanyahou de chercher à temporiser, dans la mesure où "les 22 dernières années de négociations bilatérales directes n'ont jamais permis d'obtenir aucun résultat entre Israël et la Palestine". Le chef du gouvernement palestinien a par ailleurs salué l'initiative française, affirmant qu'elle "tombait à point nommé" pour les Palestiniens.

Au cours de sa visite à Ramallah mardi, le Premier ministre français a déclaré que la France était disposée à accueillir des négociations directes entre Palestiniens et Israéliens dans le cadre d'une conférence de paix internationale.

"Nous sommes prêts à soutenir tout dialogue direct, sincère et constructif qui irait dans la bonne direction", a déclaré M. Valls.

L'initiative française sera d'ailleurs à l'ordre du jour au cours de la réunion d'urgence des ministères des Affaires étrangères de la Ligue arabe, qui doit se tenir samedi au Caire.

Selon l'initiative de paix française, une rencontre préliminaire au niveau des ministres des Affaires étrangères devrait se tenir le 3 juin à Paris, sans la présence des représentants israéliens et palestiniens. La conférence de paix elle-même aura lieu ensuite en automne, avec pour but de relancer les négociations de paix entre Israël et la Palestine.

Mohamed Ishtaya, ancien négociateur palestinien et membre du Comité central du parti Fatah, a accusé Israël de s'opposer à toute initiative française ou internationale visant à relancer le processus de paix et à résoudre la question palestinienne.

"Tout ce que veut Netanyahou, c'est vider l'initiative française de son contenu et la faire dérailler, afin d'éviter à Israël toute pression internationale - une pression qui prendrait par exemple la forme d'une coalition internationale contre la poursuite de l'occupation israélienne des territoires palestiniens", a déclaré M. Ishtaya à Xinhua.

La presse israélienne a par ailleurs rapporté mardi que des contacts diplomatiques avaient été initiés par l'Egypte pour organiser sous peu un sommet tripartite au Caire entre MM. Abbas et Netanyahou et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

Les Palestiniens espèrent que les efforts de la France parviendront à rassembler une coalition internationale, susceptible de parrainer un processus de paix basé sur l'application des résolutions internationales concernées.

Samir Awad, professeur de sciences politiques à l'Université de Beir Zeit en Cisjordanie, a affirmé que l'initiative française était porteuse de progrès, et qu'il n'était pas impossible de former une coalition internationale pour essayer de trouver une solution juste à la question palestinienne.

"Mais au bout du compte, je dois avouer que les chances de réussite d'une solution pacifique au conflit israélo-palestinien sont assez minces", a déclaré M. Awad à Xinhua. "Il est néanmoins extrêmement important pour les Palestiniens de soutenir l'initiative française et d'approfondir leurs liens avec l'Europe s'ils espèrent un jour parvenir à des résultats positifs", a-t-il ajouté.

http://french.cri.cn/621/2016/05/26/702s480544.htm


Festival sioniste soulève la colère dans la ville de Jérusalem  26/05/2016

Festival sioniste soulève la colère dans la ville de Jérusalem








Le festival profanateur sioniste a été lancé, le mercredi soir (25/5), le soi-disant "Festival d'Israël à Jérusalem", où un groupe de nudistes ont danse en célébrant des scènes et des mouvements pornographiques, en provoquant les sentiments des musulmans jérusalémites, parce qu'il touche le caractère sacré de la ville.

Plusieurs organisations et institutions juives et étrangères pro-israéliennes ont participé à ce festival qui se prolongera jusqu'au vendredi soir, en célébrant des présentations avec des lumières et un reflet des images sur les murs et les portes de la vieille ville sainte, surtout la porte de Damas et de Hébron, ponctuées par des performances acrobatiques et animées, de danse et musique, en simulant leur histoire fausse de la construction du prétendu temple sur les ruines d'al-Aqsa.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=47394


France : adoption d'un nouvelle loi contre le terrorisme, qui relayera fin juillet l'état d'urgence  25/05/2016

France : adoption d'un nouvelle loi contre le terrorisme, qui relayera fin juillet l'état d'urgence







Le Parlement français a adopté mercredi un projet de loi sur la lutte contre le crime organisé et le terrorisme, qui devrait prendre le relais fin juillet de l'état d'urgence en vigueur dans le pays depuis les attentats de novembre.

Après les députés la semaine dernière, les sénateurs de la majorité socialiste, centristes et de l'opposition de droite ont voté à main levée l'adoption de ce projet de loi de "lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement", qui traite aussi de "l'efficacité et des garanties de la procédure pénale".

Ce texte prévoit de nombreuses mesures: accroissement des outils d'investigation accordés au parquet, possibilité de recourir aux perquisitions de nuit, saisie des correspondances électroniques, utilisation des techniques de l'IMSI catcher permettant d'intercepter des conversations téléphoniques, ou encore la création de nouveaux délits sanctionnant la consultation habituelle de sites internet incitant aux actes terroristes, etc...

Autre mesure phare, la possibilité d'assigner à résidence pendant un mois des individus de retour de "théâtre d'opérations de groupements terroristes", comme la Syrie, mais contre lesquels il n'y a pas d'éléments suffisants pour justifier une mise en examen.
Il prévoit aussi la possibilité de recourir aux fouilles intégrales des détenus, l'instauration d'un régime plus strict d'aménagement et d'exécution des peines pour les détenus terroristes, avec en particulier des règles nouvelles destinées à assurer la "perpétuité réelle".

Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas s'est félicité que "ce texte vien(ne) consolider un modèle français de lutte contre le terrorisme".
"Avec ce texte (..), nous armons la République pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé sans avoir à recourir à l'état d'urgence", a également déclaré le rapporteur Michel Mercier: "la menace étant latente et permanente, il nous fallait des outils de lutte eux aussi permanents dans notre droit commun".
Ecologistes et communistes ont voté contre le projet, jugeant qu'il s'agit d'"un important recul des droits fondamentaux", qui "aura pour conséquence certaine la condamnation de la France" par la Cour européenne des Droits de l'Homme, selon la député Esther Benbassa.

L'état d'urgence mis en place après les attentats jihadistes du 13 novembre, qui avaient fait 130 morts, avait été prolongé pour une troisième fois la semaine dernière par le parlement, en prévision notamment de l'Euro-2016 de football qui débutera le 10 juin en France et de l'épreuve cycliste du Tour de France.
Ce projet était en préparation avant les attentats de novembre, mais a été considérablement renforcé dans son volet antiterroriste après les attaques jihadistes.

http://www.lorientlejour.com/article/987883/france-adoption-dun-nouvelle-loi-contre-le-terrorisme-qui-relayera-fin-juillet-letat-durgence.html


Manuel Valls hausse le ton : «La CGT ne fait pas la loi dans de ce pays»  25/05/2016

Manuel Valls hausse le ton : «La CGT ne fait pas la loi dans de ce pays»

Devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre a écarté la «remise en cause» comme «le retrait» de l’article 2 du projet de loi Travail, ce qui a déchaîné les critiques des Français dont une majorité demandent le retrait du texte.

Lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Manuel Valls s’est exprimé sur les grèves et les blocages organisés par la Confédération générale du travail : «La CGT ne fait pas la loi dans ce pays». Le Premier ministre a parlé un langage de fermeté à l’adresse du syndicat et l’a qualifié d’«organisation minoritaire qui veut faire plier le gouvernement et qui veut tordre l'intérêt général».

Le discours du Premier ministre a été applaudi par plusieurs députés.

Ces propos ont fait l’objet des critiques des internautes qui ont décoché des flèches bien aiguisées contre Manuel Valls.

Valls : " La CGT ne fait pas la loi dans ce pays. "
Non c'est l'UE guignol.— Pierrick (@Viking__Normand) 25 mai 2016

Valls : "La CGT ne fait pas la loi dans ce pays"
Ah oui, et alors qui la fait ? toi ? Hé bien, fait la respecter dans ce cas ! #Blocages— JeanGab1 (@JeanGab1) 25 mai 2016

"#Valls utilise le même vocabulaire pour parler de la CGT et des terroristes ! C'est honteux !" @ericcoquerel#CarrementBrunet#LoiTravail— Parti de Gauche (PG) (@LePG) 25 mai 2016

Blocage des raffineries : pour Valls, la CGT est dans une impasse : Et le Gouvernement au fond du trou !— Alain Houpert (@alainhoupert) 25 mai 2016

Le petit #Valls c'est un type qui se fait applaudir au #Medef, qui fait la guerre à la #CGT, et qui se hurle qu'il est "de #gauche".— Bassounov (@Bassounov) 25 mai 2016

Valls "La CGT ne fait pas la loi dans ce pays." Non, c'est un type qui pèse 5% aux primaires en ligne directe avec Gattaz. #penuriecarburant— GreveReconductible (@GreveReconduct) 25 mai 2016

Le Premier ministre a quand même souligné qu’il n’était pas «dans une confrontation personnelle avec la CGT», tout en accusant le syndicat de «radicalisation» et en lui reprochant de conduire un «processus qui peut mener à la violence».
«Ni retrait du texte ni remise en cause de l'article 2»

Manuel Valls a clairement déclaré que le gouvernement ne reculerait pas sur la loi Travail. «Il n'y aura ni retrait du texte, ni remise en cause de l'article 2, car c'est le cœur de la philosophie du texte», a-t-il martelé, signifiant par là-même ce qu’il comptait faire face aux blocages provoqués par les opposants à la loi Travail. Il a aussi justifié le recours aux forces de l'ordre pour lever les barrages qui touchent certains dépôts de carburants «pour que l'économie ne soit pas asphyxiée par les agissements de quelques-uns».

En même temps, un sondage Elabe montre que sept Français sur dix (69%) se prononcent pour le retrait du projet de loi de Travail «pour éviter le blocage du pays», estimant que François Hollande et Manuel Valls sont les responsables de l’augmentation de tensions en France.

La présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, a elle aussi demandé sur son blog au gouvernement «de retirer immédiatement la loi Travail» et «de permettre le déblocage de la France».

« La France exaspérée » | Nouvel article dans mes Carnets d'espérances : https://t.co/dOuGGDp9Ns#LoiTravail#GrèveGénérale— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 25 mai 2016

Les tensions croissantes dans l’Hexagone

Manuel Valls a fait ces déclarations, alors que la France est secouée par un important mouvement de protestation né de l’opposition à la loi Travail. En bloquant les raffineries situées sur le territoire national, ce qui provoque, par endroits des ruptures d’approvisionnement en carburant, les syndicats compliquent la situation. Cette crise pourrait encore durer étant donné que la CGT a appelé ses personnels qui travaillent dans les centrales nucléaires à suivre le mouvement.

La Confédération générale du travail appelle, par ailleurs, un nombre croissant d’entreprises de service public, comme la SNCF et la RATP, à rejoindre le mouvement de grève pour protester contre la loi Travail. De plus, l'USAC-CGT, premier syndicat de l'aviation civile, a lui aussi déposé un préavis de grève. La multiplication de ces appels à la grève risquent en fin de compte de paralyser l’ensemble du pays.

https://francais.rt.com/france/21135-manuel-valls-cgt-ne-fait-pas-loi


WikiLeaks révèle de nouveaux secrets du traité TiSA  25/05/2016

WikiLeaks révèle de nouveaux secrets du traité TiSA








Le site WikiLeaks a publié mercredi un nouveau lot de documents confidentiels concernant les négociations sur l'Accord sur le Commerce des Services (TiSA).

Le traité TiSA vise à libéraliser le commerce des services entre les Etats-Unis, l'Union européenne et d'autres pays. Ces parties représentent environ trois quarts des services mondiaux.

La nouvelle version du traité est complétée par une annexe, "précédemment inconnue" au chapitre de base du traité et qui concerne les entreprises d'Etat (SOE). Cette annexe vise à obliger les entreprises publiques à agir comme des entreprises privées, ce qui peut être considéré comme une étape de leur privatisation, selon WikiLeaks.

D'autres documents divulgués concernent les amendements à d'autres chapitres du traité, y compris ceux sur la réglementation intérieure, la transparence, les finances, les télécommunications et les services professionnels, le commerce électronique et le mouvement des personnes physiques.

Selon le site, les chapitres sur la réglementation et la transparence nationales mettent en lumière de nouvelles tentatives des sociétés internationales de déréglementer les marchés intérieurs.

23 Etats participent aux négociations sur ce traité qui se sont ouvertes en 2013. Au total rien moins que 16 séries de négociations se sont tenues sur les trois dernières années. Le projet de traité est protégé par copyright suite au dépôt des droits par les Etats-Unis, ce qui interdit sa diffusion ou sa publication partielle comme intégrale. En ce qui concerne la date butoir, elle n'est pas précisée, selon la Commission européenne.

WikiLeaks est une organisation non-gouvernementale fondée par Julian Assange en 2006 et dont l'objectif est de publier des documents ainsi que des analyses politiques et sociales à l'échelle internationale.

https://fr.sputniknews.com/international/201605251025290865-wikileaks-secrets-traite-tisa/


Futur gouvernement israélien: "une vraie menace" d'instabilité régionale (OLP)  25/05/2016

Futur gouvernement israélien: "une vraie menace" d'instabilité régionale (OLP)









La direction palestinienne en Cisjordanie occupée a estimé mercredi que l'entrée confirmée de l'ultranationaliste Avigdor Lieberman dans le gouvernement israélien représentait une "vraie menace" pour la stabilité régionale.

"Ce gouvernement représente une vraie menace d'instabilité et d'extrémisme dans la région", a déclaré à l'AFP Saëb Erakat, numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Ce gouvernement "aura naturellement pour conséquences l'apartheid, le racisme et l'extrémisme religieux et politique", a-t-il ajouté.

Sami Abou Zouhri, un porte-parole du mouvement islamiste Hamas qui dirige la bande de Gaza, a affirmé que "le choix de Lieberman représente une escalade dans le racisme et l'extrémisme" israéliens.

"Le Hamas appelle la communauté internationale à assumer ses responsabilités et ceux qui recherchent la normalisation et la coexistence avec l'occupant (israélien) à renoncer à ces fantasmes", a-t-il dit dans un communiqué.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a conclu mercredi un accord sur l'entrée au gouvernement de M. Lieberman, appelé au poste crucial de ministre de la Défense supervisant les Territoires palestiniens.

http://www.lorientlejour.com/article/987837/futur-gouvernement-israelien-une-vraie-menace-dinstabilite-regionale.html


Peine de mort: la Suisse ne fournira plus de médicaments aux Etats-Unis  25/05/2016

Le parlement helvétique a adopté une loi interdisant d'exporter des médicaments pouvant servir à exécuter des prisonniers.
Dans les cinq dernières années, une vingtaine de firmes pharmaceutiques américaines comme européennes, dont les suisses Novartis et Roche, se sont engagées de ne plus fournir les substances utilisées pour tuer les condamnés à mort aux Etats-Unis.
  Tout récemment, le géant pharmaceutique US Pfizer s'est également joint au mouvement contre la peine de mort, mettant fin à ses livraisons de produits utilisés pour les injections létales aux Etats-Unis.  
Le droit suisse interdit l'exportation de médicaments susceptibles d'être destinés à des fins illicites. Cependant, la peine de mort étant légale dans certains Etats, il n'y a pour l'instant aucune base légale pour bannir l'exportation de tels produits.
La nouvelle disposition législative, mise au point par la députée démocrate-chrétienne Barbara Schmid-Federer, prévoit l'interdiction de "l'exportation ou le commerce à l'étranger de médicaments dont il y a lieu de croire qu'ils servent à exécuter des êtres humains".
  Selon l'Office fédéral de la santé publique, la loi devrait entrer en vigueur au printemps 2017. La députée indique toutefois que la réglementation "ne résout pas tous les problèmes". D'après elle, on ne peut pas exclure que ces médicaments arrivent aux Etats-Unis, ou dans d'autres pays, via des intermédiaires.  
Actuellement, 32 Etats américains appliquent encore la peine de mort. En 2015, toutes les exécutions aux Etats-Unis (28 au total) ont été réalisées par injection létale, selon l'ONG Amnesty International.

https://fr.sputniknews.com/


Grèce: la zone euro s'accorde sur un nouveau prêt de 10,3 milliards d'euros  25/05/2016

Les ministres des Finances de la zone euro ont trouvé un accord pour débourser une nouvelle tranche de prêt de 10,3 milliards d'euros pour la Grèce.
"Un accord a été conclu", a confirmé le ministre français des Finances Michel Sapin à l'issue d'une réunion des 19 grands argentiers des pays de la monnaie unique qui a duré près de onze heures à Bruxelles, rapporte l`AFP.
 
L'accord est un "acte de confiance" envers la Grèce d'aujourd'hui, a déclaré Michel Sapin en sortant d'une réunion de l'Eurogroupe qui s'est achevée mercredi aux premières heures. Il a précisé que l'accord était exhaustif et comprenait des mesures à court, moyen et long terme sur la dette.  
Certains pays de la zone euro, Allemagne en tête, résistaient aux appels du FMI en faveur d'un allègement de la dette grecque.
Le chef de la mission du FMI en Grèce, Poul Thomsen, a confirmé tôt mercredi matin la participation cruciale du Fonds monétaire International au troisième plan d'aide à Athènes, après un accord sur la dette grecque.
"Le FMI va participer à ce programme, à condition que les mesures consacrées à l'allègement de la dette la rendra soutenable", a expliqué M. Thomsen à l'issue d'une réunion marathon des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles.


Vol EgyptAir: montée de température avant le crash  25/05/2016

Trois minutes avant le crash, les systèmes du MS804 signalaient une surchauffe du cockpit.
Avant que l'avion accidenté d'EgyptAir ne disparaisse des radars, les capteurs ont enregistré une montée de température dans l'habitacle, rapporte le site Al-Ahram citant les données du livre de vol de l'aéronef.

"A 12h26, une montée de température de la fenêtre droite du poste de pilotage, à côté du commandant en second, a été signalée. Les messages continuaient d'affluer trois minutes avant que l'avion ne disparaisse des radars", lit-on dans le document.
Un Airbus A320 de la compagnie égyptienne EgyptAir assurant le vol MS804 entre Paris et Le Caire a disparu au-dessus de la Méditerranée dans l'espace aérien de l'Egypte, dans la nuit du 18 au 19 mai. Au total, 66 personnes, dont 10 membres d'équipage se trouvaient à bord de l'appareil.
 

Les opérations de recherche ont été menées par les forces aériennes et navales de l'Egypte, de la Grèce, de la France et des Etats-Unis. Vendredi 20 mai, les militaires égyptiens ont annoncé avoir découvert des débris d'avion et des effets personnels des passagers à 290 km au nord d'Alexandrie. Selon le ministère égyptien de l'Aviation civile, il n'y a pas de survivants.  
L'attentat reste l'une des principales hypothèses permettant d'expliquer la catastrophe. Cependant, aucun groupe terroriste n'a encore revendiqué l'acte. La veille, les experts égyptiens ont démenti les informations selon lesquelles une explosion avait retenti à bord.

https://fr.sputniknews.com/


Sapin 2: un projet de loi qui protège les biens des Etats étrangers  25/05/2016

Le ministre des Finances Michel Sapin affirme que cette disposition ne concerne que les biens diplomatiques. Toutefois, selon le journal, elle couvre d'autres types d'actifs.
Le ministère français des Affaires étrangères a introduit une disposition visant à mieux protéger les biens des Etats étrangers poursuivis en justice, annonce le quotidien Les Echos.
Selon le journal, l'article 24 du projet de loi Sapin 2, qui vise à mieux protéger les biens des Etats étrangers poursuivis en justice, a été inséré par le Quai d'Orsay sur fond de l'affaire Ioukos (l'Etat russe faisant l'objet de nombreuses tentatives de saisies de ses biens sur le territoire français).
Cette disposition a provoqué une levée de boucliers parmi les représentants de l'opinion publique.

"L'article 24 n'a rien à faire dans ce projet de loi. S'il n'a pas d'impact direct sur les procédures liées aux biens mal acquis, qui visent des personnes et non des Etats, il établit une forme d'irresponsabilité des Etats", fustige William Bourdon, l'avocat de Sherpa, une ONG française.
A son tour, le ministre des Finances Michel Sapin affirme que cette disposition ne concerne que les biens diplomatiques. Toutefois, selon le journal, elle couvre d'autres types d'actifs.

 
En juillet 2014, la Cour d'arbitrage de la Haye a pris la décision de partiellement satisfaire la plainte, ordonnant à Moscou de payer une compensation de 50 milliards de dollars ainsi que 65 millions de dollars de frais de justice. En application de cet arrêt — d'ailleurs fort contesté par Moscou — des biens publics russes ont été saisis en vue d'une liquidation en Europe et aux Etats-Unis.
En avril 2016, Un tribunal de la Haye a reconnu que la Cour d'arbitrage de La Haye, qui a condamné en 2014 la Russie à verser 50 milliards de dollars aux anciens actionnaires de la compagnie Ioukos, n'avait pas les compétences nécessaires à ces fins.


Washington: Assad devra partir, même au prix du sang versé en Syrie  25/05/2016

La destitution du président syrien Bachar el-Assad reste le principal objectif des Etats-Unis en Syrie, a confirmé département d'Etat américain.
Washington n'est pas prêt à renoncer à cet objectif en échange du rétablissement de la paix en Syrie, a affirmé le porte-parole du département d'Etat Mark Toner, interrogé par les journalistes.
 
Parmi les priorités des Etats-Unis en Syrie, M.Toner a cité la victoire sur Daech et la cessation de la guerre dans ce pays, qui vient seulement en deuxième position. Cependant, Washington n'acceptera pas une victoire sur l'Etat islamique qui soit réalisée par l'armée officielle du gouvernement syrien.  
Les succès des troupes gouvernementales dans la lutte contre Daech ne réjouissent pas Washington, a avoué le responsable.
Les Etats-Unis n'envisageaient pas et n'envisageront pas la possibilité de maintenir au pouvoir Bachar el-Assad.

"Notre position et celle du Groupe de soutien international à la Syrie (GISS) a toujours été de vouloir maintenir l'intégrité territoriale de la Syrie au sein de ses frontières actuelles. Nous ne croyons pas que M. Assad puisse faire partie de l'avenir de la Syrie, compte tenu de ce qu'il a fait", a déclaré le porte-parole du département d'Etat.


La Défense russe dément la destruction de ses hélicoptères par Daesh en Syrie  25/05/2016

La Défense russe dément la destruction de ses hélicoptères par Daesh en Syrie







Le ministère de la Défense russe a déclaré que les informations sur la destruction de quatre de ses hélicoptères par les terroristes de Daesh au-dessus d’une base en Syrie étaient fausses.

«Tous les hélicoptères de combat russes qui se trouvent pour le moment en Syrie accomplissent des tâches ordinaires visant la destruction des terroristes. Il n’y a pas eu de pertes parmi le personnel de la base aérienne russe», a fait savoir le porte-parole de la Défense russe, le major général Igor Konachenkov.

Le 14 mai, une compagnie américaine privée spécialisée dans le renseignement, Starfor, avait annoncé que quatre hélicoptères et vingt camions russes avaient été incendiés sur la base T-4, aussi connue sous le nom de Tiyas, lors d’une attaque des terroristes de Daesh. D’après les affirmations américaines, les militaires russes faisaient usage de cette base lors de la libération de Palmyre. Les responsables de Starfor auraient tiré de telles conclusions en basant sur des images satellitaires. De son côté, la Défense syrienne avait aussi annoncé des explosions sur les territoires de la base de T4.

Néanmoins, Igor Konachenkov a démenti, précisant que les auteurs de ces rumeurs quant à la destruction d’hélicoptères de combat et de camions russes étaient «des provocateurs de Daesh qui essayaient vainement de vendre leurs spéculations datant de plus de 10 jours».

Concernant les images présentées par Starfor, le porte-parole de la Défense russe a précisé que «des aéronefs et des véhicules brûlés, ainsi que des cratères d'explosions s’y trouvaient depuis plus d’un mois», résultats des combats acharnés entre les troupes gouvernementales et les terroristes.

En outre, l’agence RIA Novosti, citant une source de la base T4, rapporte que ces hélicoptères ont été endommagés lors d’un incendie.

«Les causes de l’incendie sont inconnues. Il a débuté près de la zone où quatre hélicoptères de combat stationnaient. Les camions de pompiers ne pouvaient pas s’approcher de l’épicentre du feu à cause d’une attaque au mortier inattendue de la part des terroristes. Le sinistre s’est vite propagé aux hélicoptères», a déclaré un responsable sous couvert d'anonymat, précisant qu’aucune victime n’était à signaler.

Les militaires russes ont participé à des opérations antiterroristes en Syrie à partir de septembre 2015. Le 14 mars 2016, le président russe Vladimir Poutine a ordonné le retrait des troupes de Syrie car «les objectifs fixés au ministère de la Défense avaient été atteints de manière générale». Moscou a pour autant maintenu opérationnelles ses bases, aérienne à Khmeimim près de Lattaquié et navale à Tartous, pour contrôler le respect du cessez-le-feu entré en vigueur en Syrie le 27 février 2016.

https://francais.rt.com/international/21108-defense-russe-dement-destruction-helicopteres


Loi travail : grève à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, à l'arrêt à partir de jeudi  25/05/2016

Loi travail : grève à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, à l'arrêt à partir de jeudi







Les salariés de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine ont décidé mardi 24 mai de rejoindre le mouvement contre la loi travail et de se mettre en grève. Dès jeudi 26 mai, les deux réacteurs de la centrale seront à l'arrêt.

Le mouvement de grève contre la loi travail s'intensifie dans le secteur du nucléaire. Les salariés de la centrale de Nogent-sur-Seine, dans le département de l'Aube, ont voté la grève et l'arrêt de la production d'électricité.

«Notre but n'est pas de faire tomber le réseau, mais on passe au cran supérieur», indique Arnaud Pacot, secrétaire général CGT-Energie Aube. La décision a été prise lors d'une assemblée générale du personnel où une centaine de salariés du site étaient présents.

Lors des précédentes journées de mobilisation, des baisses cumulées de 10 000 à 13 000 mégawatts dans les centrales nucléaires françaises avaient eu lieu. Mardi 24 mai, des coupures d'électricité se sont produites dans certains quartiers de Nantes et de Marseille.

A Nogent-sur-Seine, les syndicalistes espèrent un arrêt complet de la centrale. Le réacteur numéro 1 de la station étant déjà à l'arrêt pour des raisons techniques, c'est le réacteur numéro 2 qui sera arrêté jeudi 26 mai. Un arrêt de la production d'électricité qui risque de durer, puisque il faut trois à cinq jours au total pour effectuer la procédure de relance des réacteurs.

Quelles conséquences ?

Il est «difficile» de prévoir les conséquences d'un tel mouvement sur la production électrique, reconnaît un porte-parole d'EDF, interrogé par l'AFP: «Cela pourrait entraîner des baisses de charge en cas de forte mobilisation sur les sites, tout dépendra de l'ampleur de la grève.»

La CGT-Energie a appelé à un mouvement d'action, notamment dans les centrales nucléaires, «le plus fort possible» jeudi 26 mai, contre la loi travail bien sûr mais aussi pour faire entendre ses inquiétudes quant à l'avenir de la branche énergétique. «C'est le moment d'accentuer la mobilisation. Nous appelons à un mouvement le plus fort possible», a déclaré Marie-Claire Cailletaud, la porte-parole de la fédération nationale mines-énergie (FNME-CGT).

Le secteur de l'énergie est particulièrement touché par le mouvement de contestation contre la loi travail. Pour rappel, c'est près de 1 200 stations-service seraient en pénurie totale ou partielle sur le territoire national à cause du blocage de plusieurs dépôts de carburant et raffineries.

https://francais.rt.com/france/21111-loi-travail--salaries-centrale


Carburant : la France a commencé depuis deux jours à puiser dans ses réserves stratégiques  25/05/2016

Carburant : la France a commencé depuis deux jours à puiser dans ses réserves stratégiques









Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), a déclaré mercredi que l'Hexagone est d'ores et déjà en train de puiser dans ses réserves stratégiques d'essence.

La situation s'enlise et la France compte ses gouttes... de carburant. «Depuis deux jours, comme il y avait des problèmes de fonctionnement dans le raffinage, des blocages de dépôts, on a en collaboration avec les pouvoirs publics commencé à utiliser les stocks de réserve», a indiqué Francis Duseux. Six des huits raffineries françaises sont à l'arrêt ou tourne au ralenti.

Dans le même temps, le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, a publié au Journal officiel un arrêté permettant aux transporteurs d'hydrocarbures de déroger aux règles en matière de temps de conduite et de repos. Le but de la manœuvre est de faciliter l'approvisionnement de plusieurs régions françaises en manque de carburants.

https://francais.rt.com/france/21110-carburant-france-a-commence-depuis-2-jours-puiser-reserves-strategiques


Philippe Martinez (CGT) dénonce le chantage de Total  25/05/2016

Philippe Martinez (CGT) dénonce le chantage de Total







Le leader de la CGT, Philippe Martinez, a dénoncé mercredi le chantage de Total au lendemain de l'annonce par son PDG de son intention de réviser sérieusement les investissements prévus en France en raison du blocage de raffineries par des opposants à la loi travail.

A chaque fois c'est le même chantage. Total est une entreprise qui est au bord de la faillite (...), des actionnaires qui vont bientôt être SDF, a ironisé le secrétaire général de la CGT sur France Inter.

Mardi, Patrick Pouyanné, le PDG du groupe Total, a déclaré que le blocage total ou partiel de cinq raffineries allait conduire le groupe français à réviser sérieusement les plans d'investissement dans l'ensemble de ses sites en France.

C'est scandaleux de prendre à chaque fois ce prétexte. Les salariés veulent des investissements, ils veulent des conditions de travail dignes de notre époque, a ajouté M. Martinez.

Interrogé sur les conséquences des mouvements de grève annoncés dans les centrales jeudi et de possibles baisses de charges électriques, le numéro un de la CGT est resté prudent.

Il y a eu un appel à la grève, il va y avoir des assemblées générales comme ça se fait dans toutes les entreprises et nous verrons comment se développe le mouvement, a-t-il dit.

Tant que le gouvernement refuse de discuter, il y a des risques que le mobilisation s'amplifie, a-t-il poursuivi.

Les syndicats opposés à la loi El Khomri, la CGT et FO en tête, appellent à une huitième journée de grèves et de manifestations partout en France jeudi pour réclamer le retrait du texte.

(©AFP / 25 mai 2016 08h47)
http://www.romandie.com/news/Philippe-Martinez-CGT-denonce-le-chantage-de-Total/706236.rom


Hollande appelle l'Algérie à reconnaître les «massacres» des harkis !  25/05/2016

Hollande appelle l'Algérie à reconnaître les «massacres» des harkis !







Le président français, François Hollande, est revenu sur ses engagements envers l’Algérie sur son passé colonial.

Pour rappel, il avait déclaré, lors de se venue à Alger pour une visite d’Etat, reconnaître les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien, en citant «les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata» qui «demeurent ancrés dans la mémoire et dans la conscience des Algériens», tout en dénonçant un système colonial «profondément injuste et brutal». Et maintenant, il évoque «les massacres» de harkis au lendemain de la signature des accords d’Évian le 19 mars 1962, mais aussi une ébauche de repentance sur les crimes coloniaux de la France.

Les propos de François Hollande constituent «un geste envers les pieds noirs et les harkis» ainsi qu’une «ébauche de mea culpa», après que le Président français ait choisi la date du 19 mars pour commémorer la guerre d’Algérie, selon Le Figaro. C’est tout Hollande, car dans un entretien à France Culture, il a déclaré : «Quand je dis les drames, c’est aussi bien ce qu’il s’est passé à travers la répression, la torture, et ce qu’a été une somme de violences à l’égard du peuple algérien qui était colonisé (…). Mais il y a aussi des massacres qui ont eu lieu. Quand on parle du 19 mars, on sait que c’est la fin de la guerre d’Algérie, mais c’est aussi le début d’un certain nombre de massacres, dont les pieds noirs ou les harkis ont été victimes».

C’est la première fois qu'un officiel français de haut rang parle des exactions commises par des Algériens alors que c’était l’apanage de la droite et de l’extrême et certains historiens affidés. Cette sortie, plutôt frénésie, médiatique, une de plus des politiques français de tout bord, est à mettre au compte de la campagne présidentielle française qui a débuté bien avant l’heure.

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/285453.html


Egypte: Amnesty demande à l'UE de cesser d'être "complice" de la "répression"  25/05/2016

Egypte: Amnesty demande à l'UE de cesser d'être "complice" de la "répression"







Près de la moitié des pays de l'Union européenne fournissent des armes à l'Egypte, a accusé mercredi Amnesty international, réclamant un embargo et estimant que ces pays "risquaient d'être complices des "exécutions extrajudiciaires", "disparitions forcées" et "tortures" dans ce pays.

Le président Abdel Fattah al-Sissi est accusé par les organisations internationales des droits de l'Homme d'avoir instauré un régime autoritaire ultra-répressif depuis qu'il a destitué en 2013 son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi.

"Douze des 28 pays-membres de l'UE figurent toujours parmi les principaux fournisseurs de l'Egypte en armes et en équipements pour le maintien de l'ordre", assène Amnesty, qui cite notamment la France, l'Italie, le Royaume-Uni et l'Allemagne, ainsi que la Bulgarie et la République Tchèque.

Selon l'ONG internationale basée à Londres, ces pays fournissent notamment "de l'armement léger et des munitions", tels que des "fusils d'assaut", "des mitrailleuses légères", "des pistolets et des revolvers".
"L'Union européenne devrait immédiatement imposer un embargo sur le transfert d'armes et d'équipements, utilisés par l'Egypte pour perpétrer de graves violations des droits de l'Homme", réclame Amnesty International.

"Les pays de l'UE qui fournissent des armes et des équipements de maintien de l'ordre aux forces égyptiennes --responsables de disparitions forcées, de tortures et d'arrestations arbitraires à grande échelle-- agissent de manière imprudente, et risquent d'être complices de ces violations graves", ajoute l'organisation.
"Rien qu'en 2014, les pays de l'UE ont autorisé 290 licences d'exportation d'équipements militaires vers l'Egypte, pour un total de plus de 6 milliards d'euros", souligne l'ONG.

Des entreprises de plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, l'Italie et le Royaume-Uni "ont fourni aux autorités égyptiennes des équipements et des technologies sophistiquées pour la surveillance", a précisé Amnesty, citant l'ONG Privacy International et craignant que ces équipements ne soient utilisés "pour réprimer l'opposition pacifique".

L'ONG accuse par ailleurs les 12 pays de "bafouer" une décision prise en 2013 par l'UE de suspendre la fourniture d'armes et d'équipements sécuritaires aux autorités du Caire.
Cette décision avait été prise en août 2013 quelques jours après que policiers et soldats ont tué par balles quelque 800 manifestants pro-Morsi au Caire en quelques heures: un évènement décrit par Human Rights Watch comme "l'une des plus grandes tueries de manifestants en une seule journée dans l'histoire récente".

Les services de sécurité sont accusés par les ONG égyptiennes et internationales de disparitions forcées, de détentions illégales d'opposants, voire d'actes de torture. Le président Sissi a récemment mis en garde les policiers qui recourraient à ce type d'exactions et certains font l'objet de procès.

http://www.lorientlejour.com/article/987815/egypte-amnesty-demande-a-lue-de-cesser-detre-complice-de-la-repression.html


Les talibans afghans nomment le mollah Haibatullah Akhundzada comme chef  25/05/2016

Les talibans afghans nomment le mollah Haibatullah Akhundzada comme chef









Les talibans afghans ont annoncé mercredi la nomination à leur tête du mollah Haibatullah Akhundzada en remplacement du mollah Mansour, dont ils ont confirmé dans le même temps la mort.

Réunis en urgence en choura (conseil central) depuis dimanche, les insurgés ont nommé le mollah Haibatullah Akhundzada, jusque-là adjoint de Mansour, "nouveau chef de l'Emirat islamique (des talibans, ndlr), à la suite de la décision unanime de la choura dont tous les membres lui ont fait allégeance".
Ce choix est relativement inattendu, car le mollah Haibatullah Akhundzada n'était pas considéré comme figurant parmi les favoris. Les talibans ont par ailleurs confirmé pour la première fois que Mansour était "tombé en martyr dans un tir de drone américain" au Pakistan.

La direction a adjoint au mollah Haibatullah deux lieutenants, le mollah Yacoub, fils du mollah Omar, fondateur du mouvement, et Sirajuddin Haqqani, chef du réseau insurgé du même nom et proche allié des talibans.
Le nouveau chef des talibans est âgé d'environ 50 ans et était adjoint du mollah Mansour. Selon un analyste afghan, ce natif du sud de l'Afghanistan a un profil d'érudit religieux.

http://www.lorientlejour.com/article/987804/les-talibans-afghans-nomment-le-mollah-haibatullah-akhundzada-comme-chef.html


Création du comité suprême au soutien de Jérusalem et al-Aqsa  25/05/2016

Création du comité suprême au soutien de Jérusalem et al-Aqsa







Les Palestiniens dans les territoires occupés en 1948, ont annoncé, aujourd'hui, mardi, le 24/05, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, la création du comité suprême au soutien de Jérusalem et la mosquée bénie al-Aqsa.

L'annonce du comité suprême a eu lieu en présence du chef du comité islamique à Jérusalem, cheikh, Ekrima Sabri et le prédicateur de la mosquée Al-Aqsa, Mohammed Wated président du comité et son porte-parole officiel, Cheikh Mahdi Messalheh.

Cheikj Sabri a félicité la lancement de comité suprême et l'importance d'adopter de telle mesure à l'appui de la ville sainte de Jérusalem et la mosquée bénie d'al-Aqsa, le qualifiant un effort courageux et historique, surtout durant cette étape critique, et devant les violations et pratiques profanatrices des colons extrémistes sionistes et les tentatives de l'occupation à falsifier la réalité historique et l'aspect islamique de la ville sainte et ses environs archéologiques avant l'occupation en 1967.

Les participants ont dénoncé et condamné les projets de judaïsation de l'occupation israélienne, visant à contrôler entièrement la ville de Jérusalem et les tentatives de créer un statu quo au profit des colons extrémistes, ce qui est rejeté définitivement par les musulmans à travers le monde entier.

Ils ont appelé à activer le rôle et préserver la cause de la question arabo-islamique de Jérusalem, tout insistant que le mur d'al-Buraq persiste un droit sacré islamique et historique pour les Palestiniens..

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=47363


Israël: un ministre interdit la restitution de corps d'attaquants palestiniens  24/05/2016

Israël: un ministre interdit la restitution de corps d'attaquants palestiniens









Le ministre israélien de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a annoncé mardi avoir interdit à la police de "restituer les corps de terroristes palestiniens" tués résidents de Jérusalem-est annexée, selon une porte-parole de la police.

M. Erdan a annoncé cette interdiction après la diffusion par le site d'information Ynet d'une vidéo des funérailles d'un assaillant palestinien, Alaa Abou Jamal, lundi soir dans le quartier de Jabel Moukaber, qui a donné lieu, selon lui, à "des incitations à la violence et au soutien du terrorisme" de la part de centaines de Palestiniens.

La Cour Suprême israélienne avait appelé le 5 mai le gouvernement à permettre la restitution à leur famille des corps de Palestiniens tués en menant des attaques anti-israéliennes avant le début de Ramadan célébré à partir du début juin. Ce sujet divise les dirigeants israéliens. Selon M. Erdan, le refus de restituer les corps permet d'éviter que les funérailles ne se transforment en manifestations hostiles et aurait un effet dissuasif. Les responsables militaires qui ont la responsabilité de ces corps estiment au contraire que leur non-restitution est contre-productive et alimente les violences.

Dans le cas de l'enterrement d'Alaa Abou Jamal, qui avait tué un rabbin israélien en octobre à Jérusalem-ouest, la police avait accepté conformément aux recommandations de la Cour suprême de restituer sa dépouille à condition que l'enterrement se déroule de nuit, en présence de 40 personnes au maximum et sans aucune manifestation.
"Les familles des terroristes ont menti à la Cour suprême après s'être engagées à respecter les instructions de la police", a affirmé M. Erdan.

Selon la radio publique, cet enterrement a provoqué une polémique entre les responsables de la police et le ministre Erdan. La police estime qu'il n'y avait que 40 personnes dans le cimetière et que les engagements pris par la famille ont été respectés. Le ministre considère que les centaines de Palestiniens qui se trouvaient à l'extérieur du cimetière et qui ont crié des slogans anti-israéliens ont participé aux funérailles et violé la parole donnée par la famille.

L'armée israélienne avait annoncé lundi que les corps de deux jeunes Palestiniens, un frère et une soeur accusés d'avoir tenté de poignarder des gardes-frontières en Cisjordanie occupée, avaient été rendus à leur famille près d'un mois plus tard.
Selon des sources palestiniennes, les autorités israéliennes détiennent les corps de neuf Palestiniens, dont six originaires de Jérusalem-est et trois de Cisjordanie.

http://www.lorientlejour.com/article/987674/israel-un-ministre-veut-interdire-la-restitution-de-corps-dattaquants-palestiniens.html


1 2 3 4 5 » ... 2886

Publicité

Brèves



Commentaires