L'UE appelle la Turquie à ouvrir ses frontières pour aider les Kurdes de Kobané  20/10/2014

L'UE appelle la Turquie à ouvrir ses frontières pour aider les Kurdes de Kobané




L'Union européenne a appelé lundi la Turquie à "ouvrir sa frontière" afin d'aider les habitants de Kobané, ville kurde syrienne assiégée depuis plus d'un mois par les jihadistes de l'organisation Etat islamique.

"La situation à Kobané (...) est un motif de vive préoccupation", ont indiqué les ministres européens des Affaires étrangères réunis à Luxembourg. "L'UE apprécie les efforts de la Turquie pour accueillir les réfugiés de Kobané et appelle la Turquie à ouvrir sa frontière pour toute fourniture aux habitants de Kobané", ont-ils ajouté.

Cette formulation concerne l'aide sous forme de vivres et autres produits de première nécessité, mais aussi des armes ou combattants, a indiqué une source diplomatique à l'AFP.

La Turquie a opéré lundi un changement de stratégie en Syrie en annonçant qu'elle autorisait désormais des renforts de "peshmergas" irakiens à rejoindre, via son territoire, la ville de Kobané.

Par ailleurs, pour la première fois depuis le début de l'offensive de l'EI, trois avions cargos C-130 américains ont largué des armes, des munitions et du matériel médical pour aider les Unités de protection du peuple (YPG), les combattants kurdes qui contrôlent encore environ 50% de la ville.

Les ministres européens ont également répété lundi que Bachar el-Assad "ne peut être un partenaire dans la lutte contre l'Etat islamique".

http://www.lorientlejour.com/article/892053/lue-appelle-la-turquie-a-ouvrir-ses-frontieres-pour-aider-les-kurdes-de-kobane.html


Accord en vue pour la livraison de gaz israélien à l'Egypte  20/10/2014

Accord en vue pour la livraison de gaz israélien à l'Egypte





Les exploitants du gisement de gaz sous-marin israélien Tamar ont signé une lettre d'intention avec un consortium privé égyptien pour lui livrer jusqu'à 2,5 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an, ont-ils indiqué lundi.

Le gaz transiterait sous forme liquide par le gazoduc de la compagnie égyptienne East Mediterranean Gas (EMG) via lequel l'Egypte fournissait à Israël jusqu'en 2012 plus de 40% de sa consommation de gaz.
Cette inversion de flux illustre l'accession d'Israël au statut de potentielle puissance exportatrice d'énergie.

La livraison de gaz par l'Egypte à Israël grâce au gazoduc d'EMG s'était arrêtée en avril 2012 après de nombreuses attaques contre les installations qui traversaient le Sinaï -péninsule frontalière de l'Etat hébreu et de la bande de Gaza- où des groupes jihadistes sont très actifs.

Les négociations exclusives entre Tamar Partners et la compagnie égyptienne Dolphinus Holdings - "un consortium de clients industriels et commerciaux égyptiens privés" selon les exploitants - portent sur un accord de sept années qui représenterait, selon les experts, plus de trois milliards d'euros.

Les réserves de Tamar, à 80 kilomètres au large de Haïfa, dans le nord d'Israël, sont estimées à 250 milliards de mètres cubes (BCM). L'exploitation a commencé en mars 2013. La société américaine Noble Energy en détient 36%. Quatre partenaires israéliens se partagent le reste du gisement.

Outre Tamar, un autre champ offshore particulièrement prometteur a été découvert au large des côtes israéliennes en Méditerranée: Leviatan, avec 540 milliards de mètres cubes, dont la production débutera en 2016. Ses exploitants ont signé début septembre un protocole d'accord avec la Jordanie qui ferait d'Israël le principal fournisseur du royaume hachémite pour les 15 prochaines années, selon Noble Energy.

http://www.lorientlejour.com/article/892043/accord-en-vue-pour-la-livraison-de-gaz-israelien-a-legypte.html


Irak : Plus de 60 personnes exécutées, 1724 dans le couloir de la mort…  20/10/2014

 Gilles Munier

Catégories : #Irak

Irak : Plus de 60 personnes exécutées, 1724 dans le couloir de la mort…
Revue de presse (arcinfo.ch -19/10/14)*
En Irak, depuis le rétablissement de la peine capitale il y a une décennie, le nombre de condamnés à mort est en hausse. L'ONU dénonce l'état irakien.
Les Nations unies craignent que ces sentences n'attisent davantage les violences confessionnelles présentes dans le pays.
L'ONU en Irak a dénombré un nombre record de 177 exécutions conduites au cours de l'année 2013, dont 34 lors d'une seule journée. En 2014, au moins soixante personnes ont déjà été exécutées tandis que, selon un décompte arrêté au mois d'août, 1724 prisonniers attendent dans les couloirs de la mort irakiens.
"Le nombre important de personnes condamnées à la peine de mort en Irak est alarmant, d'autant que beaucoup de condamnations s'appuient sur des preuves discutables", a souligné l'envoyé spécial de l'ONU en Irak, Nickolay Mladenov, dans un rapport.
Dans la moitié des procès auxquels des représentants onusiens ont pu assister en Irak, les plaintes de la défense arguant que les aveux de suspects avaient été obtenus sous la torture avaient été systématiquement ignorées, a rapporté le bureau de l'ONU à Bagdad.
Sans défense
La plupart des accusés étaient jugés sans avocat, et dans les cas où un avocat était désigné, la défense ne disposait pas d'assez de temps pour préparer le dossier. "Loin de rendre justice aux victimes d'actes de violence ou de terrorisme et à leurs familles, les erreurs judiciaires aggravent les effets du crime en prenant la vie d'une autre personne innocente", a déploré l'ONU.
Le Haut commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme, Zeid Ra'ad al-Hussein, a averti que de telles décisions ne pouvaient qu'attiser le conflit confessionnel en Irak. "Exécuter des individus dont la culpabilité peut être remise en cause accentue le sentiment d'injustice et d'aliénation parmi une frange de la population", a-t-il dit.
Seuls la Chine, l'Arabie saoudite et l'Iran ont exécuté plus de condamnés à mort que l'Irak depuis 2007, selon Amnesty International.
(Source: ATS)
*Irak: l'ONU alertée par le nombre de condamnations à mort


L'organisation juive "Etudiants pour le Temple" envahit el-Aqsa  20/10/2014


Jérusalem occupée – CPI

Des éléments de l'organisation d'extrême sioniste "Etudiants pour le Temple" ont commencé le dimanche matin 19/10, à envahir la mosquée bénie d'el-Aqsa de la porte de Maghrébins, sous la protection renforcées des forces spéciales de la police israélienne.

Des sources locales ont déclaré que ces groupes ont effectué des tournées ponctuées des mouvements et des paroles racistes provocantes dans les esplanades de la mosquée bénie d'el-Aqsa, tandis que la police israélienne impose des mesures strictes à l'entrée des fidèles à la mosquée, en tentant leurs cartes d'identité à l'entrée principale de la mosquée jusqu'à leur sortie.

Le groupe "Etudiants pour le Temple" a déjà annoncé dans les deux derniers jours son intention d'organiser des raids dans la mosquée sainte aujourd'hui dimanche 19/10, en solidarité avec le rabbin extrémiste, Yahuda Glick, qui est interdit d'envahir el-Aqsa jusqu'à la fin de la semaine dernière.

Ce groupe extrémiste se compose d'étudiants radicaux aux Universités hébraïques, sous la direction de l'extrémiste, Tommy Nisani, achel Totti, Sara Aashedev, Ofer Livni, et un certain nombre d'étudiants de l'Université hébraïque à Jérusalem.

Les sources ont attiré l'attention que le déploiement des gardiens de la mosquée bénie d'el-Aqsa et un nombre significatif des fidèles dans les esplanades de la mosquée et ses installations pour faire face à toute tentative de colons extrémistes d'accomplir des rituels talmudiques dans ses esplanades.

Il est à noter que le quartier de Bab Silsilah menant à la mosquée bénie d'el-Aqsa a vu la nuit dernière de violents affrontements entre les habitants du quartier et les forces armées occupantes qui ont envahi les maisons des citoyens palestiniens, tout en arrêtant au moins un jeune homme sous prétexte de la participation dans ces affrontements.


Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi  20/10/2014

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi
Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi, portant à 75 le bilan des morts depuis le début mercredi d'une offensive contre les groupes islamistes qui contrôlent cette ville de l'est de la Libye, selon des sources médicales, rapporte l'AFP.

L'offensive, lancée par l'ex-général controversé Khalifa Haftar, est soutenue par les autorités reconnues par la communauté internationale qui tentent de reprendre la deuxième ville de Libye, tombée en juillet aux mains de milices islamistes.

Des civils ont pris aussi les armes pour soutenir les forces du général Haftar qui luttent contre une coalition de groupes islamistes, dont les radicaux d'Ansar Asharia classés terroristes par les Etats-Unis.

Dimanche, de nouveaux affrontements ont eu lieu dans plusieurs quartiers de Benghazi, tandis que les forces aériennes loyales au général Haftar, ont mené des raids sur des positions islamistes.

Et une résidence désertée de Khalifa Haftar a été visée par une attaque aux explosifs, selon une source militaire.

L'attaque a tué une femme et blessé sa fille alors qu'elles circulaient à proximité, selon le Centre médical de Benghazi.

Ce centre médical a d'autre part dit avoir reçu six corps qui lui ont été remis par le Croissant-Rouge libyen.

En outre, deux soldats ont succombé à l'hôpital Al-Baida, selon une source de l'établissement.

http://french.ruvr.ru/news/2014_10_20/Libye-75-morts-en-moins-dune-semaine-dans-les-combats-de-Benghazi-1737/


Irak: 15 morts dans un attentat suicide contre une mosquée chiite de Bagdad  20/10/2014

Irak: 15 morts dans un attentat suicide contre une mosquée chiite de Bagdad

Un attentat a été perpétré dimanche par un kamikaze dans une mosquée chiite de l'ouest de Bagdad, faisant au moins 15 morts, selon des responsables des services médicaux et de la sécurité.

L'attentat, qui s'est produit dans le secteur de Harthiya, a également fait au moins 30 blessés, a-t-on ajouté de mêmes sources

http://french.ruvr.ru/news/2014_10_20/Irak-15-morts-dans-un-attentat-suicide-contre-une-mosquee-chiite-de-Bagdad-2932/
 


Ebola : l'aide-soignante espagnole serait guérie  20/10/2014

Ebola : l'aide-soignante espagnole serait guérie

L'aide-soignante espagnole Teresa Romero ne présente plus de charge virale, communiquent des sources dans les milieux médicaux.

Cependant elle doit être soumise prochainement à un nouveau test. Les médecins ne dévoilent pas les méthodes de traitement utilisées. Il est cependant notoire qu'entre autres médicaments Teresa Romero a reçu du sérum sanguin contenant des anticorps prélevés sur les personnes déjà guéries.
Teresa Romero est la première personne contaminée par Ebola en Europe. Elle a soigné les religieux espagnols atteints de la fièvre rapatriés en Espagne et décédés plus tard. Son beau-frère est en observation à l'hôpital et son chien a été euthanasié

http://french.ruvr.ru/news/2014_10_20/Ebola-Espagne-la-premiere-malade-hors-dAfrique-na-plus-le-virus-2871/
 


Mexique : six morts dans la tempête tropicale Trudy  20/10/2014

Mexique : six morts dans la tempête tropicale Trudy

Les pluies accompagnant Trudy, qui avait touché terre samedi, ont provoqué un glissement de terrain sur une ferme dans la municipalité de Tlacoachistlahuaca, causant la mort d'un travailleur de 23 ans, a indiqué dimanche Raul Miliani, un responsable de la protection civile régionale.

Deux enfants et une femme ont été ensevelis par un autre glissement de terrain à Ometepec et une personne est morte pour la même cause à Cochoapa, tantis qu'un homme de 70 ans a été emporté par la crue d'une rivière.

La tempête a provoqué l'évacuation de quelque 2.000 personnes des régions montagneuses du Guerrero, dans les municipalités Huamuxtitlan, Tlalixtaquilla et Malinaltepec.

Par ailleurs les conditions météorologiques ont isolé 16 localités et causé des dégâts sur la route fédérale menant de la station balnéraire d'Acapulco, à la ville de Pinotepa Nacional, et sur cinq autres axes routiers secondaires.

http://french.ruvr.ru/news/2014_10_20/Mexique-six-morts-dans-la-tempete-tropicale-Trudy-5981/


Syrie: les Etats-Unis larguent une aide militaire aux Kurdes de Kobané  20/10/2014

 
Kobané
WASHINGTON, 20 octobre - RIA Novosti
Un avion cargo militaire US a largué des armes, des munitions et des médicaments aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané assiégée par le groupe terroriste Etat islamique (EI), a annoncé dimanche le centre de commandement américain pour le Moyen-Orient et l'Asie centrale (Centcom) dans un communiqué. Le communiqué précise que les 135 frappes aériennes réalisées ces derniers jours par les Etats-Unis sur les positions des djihadistes de l'EI ont freiné leur progression et tué des centaines de djihadistes.
"Toutefois, la situation reste fragile, l'EI continuant de menacer la ville et les forces kurdes continuant de lui résister", indique le communiqué.
Depuis plus de deux semaines, les djihadistes de l'EI assiègent la ville syrienne de Kobané, grand centre de l'autonomie kurde. Le groupe sunnite terroriste Etat islamique, lié à Al-Qaïda, a gagné en puissance lors de ses opérations en Syrie, où il a combattu contre les troupes gouvernementales. L'EI a la réputation d'une des formations djihadistes les plus cruelles.
Il y a quelques mois, cette organisation a intensifié ses activités en Irak. Fin juillet, l'EI a proclamé un "califat islamique" sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle.
Depuis le 8 août, l'aviation américaine effectue des frappes contre les positions des djihadistes en Irak. Le 23 septembre, les Etats-Unis ont commencé à bombarder les positions de l'EI en Syrie sans avoir obtenu l'autorisation de Damas.


Turquie: début d'exercices de l'Otan avec 12 pays partenaires  20/10/2014

Turquie: début d'exercices de l'Otan avec 12 pays partenaires

ANKARA, 20 octobre - RIA Novosti
Des exercices régionaux de l'Otan impliquant 12 pays partenaires de l'Alliance se dérouleront du 20 au 24 octobre à Istanbul, lit-on dans une déclaration de l'Etat-major turc diffusée lundi. "Les exercices visent à renforcer le potentiel des pays participants pour le travail commun et la coopération", indique l'Etat-major.
Selon le document, parmi les partenaires de l'Alliance atlantique impliqués dans les manœuvres figurent l'Algérie, l'Azerbaïdjan, la Bosnie-Herzégovine, la Jordanie, le Kazakhstan, la Macédoine, le Monténégro, la Moldavie, la Mauritanie, le Pakistan, la Serbie et l'Ukraine.
Au total, 143 personnes, dont 84 représentants de la Turquie, 11 militaires d'autres pays de l'Otan, et 48 soldats des pays partenaires prendront part aux exercices.


Pétrole: Riyad et Washington suspectés de complot contre la Russie  20/10/2014

Nezavissimaïa gazeta
MOSCOU, 20 octobre - RIA Novosti

Selon la presse chinoise, l'administration américaine et les Saoudiens comptent réduire les cours pétroliers jusqu'à 50-60 dollars le baril pour faire pression sur la Russie et l'Iran, écrit lundi 20 octobre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.
Le président russe Vladimir Poutine pense que le baril ne sera pas inférieur à 80 dollars. Alors que les experts indépendants s'abstiennent de prédire la profondeur de la chute des tarifs pétroliers.
Vladimir Poutine est convaincu que le cours pétrolier se redressera prochainement, car aucun acteur du marché ne souhaite qu'il descende en-dessous de 80 dollars. Tandis que la presse chinoise estime que le baril à 80 dollars est tout à fait acceptable pour l'Arabie saoudite et les USA. Un ancien haut fonctionnaire de la Maison blanche a noté que même une baisse de cours jusqu'à 80 dollars le baril ne provoquerait que des pertes mineures pour l'Arabie saoudite. Et si le tarif du pétrole brut aux USA tombait jusqu'à 85 dollars, les compagnies américaines qui produisent également de l'huile de schiste pourront quand même faire du bénéfice.
L'analyste sud-coréen publié par la presse chinoise partage la théorie d'un complot tarifaire antirusse des USA et de certains pays de l'Opep. "L'Iran et la Russie sont considérés comme des ennemis, c'est pourquoi les pays occidentaux et l'Opep ont pris le contrôle du marché du pétrole brut et ont commencé à agir ensemble. La chute du cours pétrolier a un triple effet: la stimulation de la croissance économique, une attaque contre la Russie et l'assouplissement de la pression excessive entre l'offre et la demande", écrit l'auteur. De plus, d'après des études plus antérieures, les USA et l'Arabie saoudite comptent vendre du pétrole en Asie et en Amérique du Nord pour 50-60 dollars le baril.
Le quotidien chinois Renmin Ribao rappelle que la moitié des revenus de la Russie proviennent des ventes d'hydrocarbures, et si le prix du baril chutait réellement jusqu'à 60 dollars le baril, l'économie russe se retrouverait dans une position difficile.
Mais les experts interrogés ne croient pas que les cours puissent descendre jusqu'à 60 dollars le baril. Selon eux, le fond a été atteint ou n'est pas loin. "Nous pourrions même voir le baril à 75 dollars. Mais personne ne songe sérieusement au tarif de 60 dollars", déclare l'analyste de la Sberbank Investment Research Valeri Nesterov.
Roustam Tankaev de l'Union des producteurs pétroliers et gaziers de Russie pense que la ferme intention de l'Arabie saoudite de ne pas réduire la production pourrait changer prochainement. "L'Arabie saoudite s'oppose à l'augmentation des tarifs, mais dans le pays l'opposition croît, car il existe déjà des problèmes pour remplir les programmes sociaux à cause du cours actuel. Du coup, bien que l'Arabie saoudite annonce officiellement qu'elle ne participerait pas à la basse des quotas pour la production et ait même réussi à persuader l'Iran et le Venezuela à en faire de même, le royaume s'est tout de même divisé en deux camps. On ignore donc pour l'instant ce qui se passera à la session de l'Opep", explique l'expert. Il a également indiqué que le succès de l'opération américaine contre l'Etat islamique pourrait faire monter les tarifs dans le monde si les Américains parvenaient à stopper les exportations pétrolières de la région contrôlée par les islamistes.


Ukraine: huit civils tués à Donetsk en 24 heures (insurgés)  20/10/2014

Ukraine: huit civils tués à Donetsk en 24 heures (insurgés)
DONETSK/KIEV, 20 octobre – RIA Novosti
Quatre insurgés et huit civils ont été tués lors de combats dans le sud-est de l'Ukraine ces dernières 24 heures, a annoncé lundi aux journalistes l'état-major de la République autoproclamée de Donetsk. "Les pertes dans les rangs des soldats de Novorossia (nom donné aux régions insurgées du sud-est ukrainien, ndlr) ont atteint quatre morts et 11 blessés. Huit civils ont été tués et quatre blessés", a fait savoir la source.
Selon les insurgés, les forces pro-Kiev ont violé à au moins 25 reprises le cessez-le-feu conclu début septembre.
L'armée ukrainienne a notamment pilonné le district Kievski, les zones résidentielles de Kouïbychev et Savelovka ainsi que la gare ferroviaire de Baïratchki. Des chars et des blindés ont été utilisés lors de l'attaque contre le village de Smeloïe.

 

 
De son côté, l'armée ukrainienne affirme avoir déolgé les insurgés de leurs positions dans la zone de Smeloïe, et avoir abattu 14 d'entre eux.
"Suite aux actions des unités de l'opération antiterroriste (…), les bandes de combattants opérant dans la zone de Smeloïe ont battu en retraite. En 24 heures, les combattants ont perdu jusqu'à 14 hommes, un tank, un canon automoteur et une pièce de mortier", lit-on dans un communiqué du centre de presse de l'opération spéciale publié lundi.
Selon cette source, les insurgés ont pilonné les positions des forces pro-Kiev dans les environs des villes d'Avdeïevka et de Debaltsevo, ainsi qu'aux alentours du village de Nikichino.
Kiev a lancé le 15 avril une opération dite antiterroriste en vue de réprimer la révolte qui a éclaté dans le Donbass suite au renversement du président Viktor Ianoukovitch en février dernier.
Selon l'Onu, les hostilités ont déjà fait plus de 3.700 morts, dont les 298 passagers et membres d'équipage du Boeing malaisien abattu le 17 juillet, et plus de 8.800 blessés parmi les civils.
Le 5 septembre, après plusieurs mois d'affrontements meurtriers, les autorités de Kiev ont signé avec les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk un accord de cessez-le-feu à Minsk, sous la médiation de la Russie et de l'OSCE. Un mémorandum en neuf points pour sa mise en application a été signé le 19 septembre.


Seules 4 % des personnes assassinées par les États-Unis au Pakistan étaient membres d’Al-Qaïda  20/10/2014

Seules 4 % des personnes assassinées par les États-Unis au Pakistan étaient membres d’Al-Qaïda




Le président Barack Obama a largement développé la technique des assassinats ciblés. Chaque jour, il participe à une réunion de son état-major dans un sous-sol de la Maison-Blanche pour décider quelles seraient ses prochaines victimes, a révélé le New York Times [1].

Le prix Nobel de la Paix justifie son action en déclarant qu’il ne fait qu’éliminer les responsables de la nébuleuse terroriste Al-Qaïda [2].

Selon une étude du Bureau of Investigative Journalism, menée conjointement avec Amnesty International, Reprieve et le Centre for Civilians in Conflict, durant l’année écoulée, les États-Unis ont assassiné illégalement au Pakistan 2 379 personnes. Seules 704 victimes ont pu être identifiées. Parmi elles, seules 84 étaient connues comme membres d’Al-Qaïda, soit 4 % du nombre des victimes [3].

Avec un budget annuel de plus de 10 milliards de dollars, l’UsSoCom (United States Specials Operations Command) intervient illégalement dans 78 États, principalement le Pakistan, l’Afghanistan et le Yémen, pour « éliminer la menace terroriste » [4].

On peut évidemment faire semblant de croire que l’armée états-unienne est composée d’incapables qui violent le droit international en tirant au petit bonheur la chance, ou s’interroger sur les véritables objectifs de cette « guerre au terrorisme ».


[1] « Secret ‘Kill List’ Proves a Test of Obama’s Principles and Will », par Jo Becker et Scott Shane, The New York Times, 29 mai 2012.

[2] “The future of our fight against terrorism”, by Barack Obama, Voltaire Network, 23 Mai 2013.

[3] “Only 4% of drone victims in Pakistan identified as al Qaeda members”, Jack Serle, Bureau of Investigative Journalism, 16 octobre 2014.

[4] « La globalisation des Forces spéciales », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie), Réseau Voltaire, 13 mai 2014.

http://www.voltairenet.org/article185624.html


Kiev a falsifié les données sur l’accident de Boeing (renseignement allemand)  20/10/2014

Kiev a falsifié les données sur l’accident de Boeing (renseignement allemand)





Le chef du Service fédéral de renseignement allemand (BND) Gerhard Schindler a déclaré que Kiev avait forgé une partie des données concernant les résultats de l'enquête sur l'accident de Boeing malaisien survenu près de Donetsk en été de cette année, selon le rapport de Schindler, publié dans le magazine allemand Spiegel.

« Le BND est venu à une conclusion claire : les images ukrainiennes ont été falsifiées », a déclaré Schindler. « On peut déterminer cela en fonctions des détails ».

Le magazine Spiegel ne précise pas de quelles images ou de quelles données il s’agissait.


Texte |
inShare
MH17: Berlin accuse les séparatistes d'avoir utilisé un missile ukrainien

Berlin - Le renseignement allemand accuse les séparatistes prorusses en Ukraine d'avoir abattu en juillet le vol MH17, avec 298 personnes à son bord, à l'aide d'un missile sol-air volé à l'armée ukrainienne, rapporte dimanche l'hebdomadaire Der Spiegel.

Gerhard Schindler, patron du renseignement extérieur allemand (BND), a livré ses conclusions sur le crash du MH17 le 8 octobre, devant la commission du Bundestag qui contrôle les services secrets, sur la foi de photos et enregistrements satellites, précise le magazine.

Selon lui, les séparatistes prorusses basés dans l'est de l'Ukraine ont dérobé un système de missiles sol-air de moyenne portée Bouk dans une base militaire ukrainienne, et l'ont utilisé pour abattre l'avion de la Malaysia Airlines d'un tir de missile, le 17 juillet dernier.

Cette thèse diffère de celle du gouvernement américain, qui accuse certes les séparatistes d'avoir utilisé un missile Bouk, de type SA-11, mais affirme que leur système de lancement a été acheminé depuis la Russie, mettant directement en cause la responsabilité de Moscou.

Commentant l'enquête menée par des experts néerlandais, qui a abouti le 9 septembre à un premier rapport mais n'établit pas encore les responsabilités, le patron du BND a accusé l'Ukraine comme la Russie d'avoir falsifié les pièces présentées aux enquêteurs.

Kiev et Moscou s'accusent mutuellement d'être à l'origine du crash. Selon l'Ukraine, l'avion a été abattu par un missile Bouk gracieusement offert aux rebelles par le président russe Vladimir Poutine.

A l'inverse, la Russie affirme qu'un avion de chasse ukrainien se trouvait à proximité et que des missiles sol-air étaient positionnés dans la zone. La télévision officielle, qui accuse Kiev, a été jusqu'à relayer la théorie d'un complot contre Vladimir Poutine qui rentrait d'Amérique latine.

D'après le Spiegel, le parquet fédéral allemand situé à Karlsruhe a ouvert une enquête sur le crash, au motif qu'il pourrait relever d'un crime de guerre justifiant la compétence universelle de la justice allemande, quels que soient la nationalité des suspects et l'endroit où se sont produits les faits.

Interrogé par le site internet du quotidien économique Handelsblatt, un responsable du Linkspartei (gauche radicale) a estimé que le BND devait rendre publiques ses informations et ses conclusions afin qu'elles fassent l'objet de vérifications.

Les investigations sur un tel crime ne doivent pas être menées par les services secrets, qui poursuivent leurs propres buts, mais par une enquête internationale indépendante, a poursuivi Tobias Pflüger, vice-président du parti.

Au total, 272 victimes, dont les restes ont été emmenés aux Pays-Bas, ont déjà été identifiées par les experts en médecine légale. Les deux tiers des passagers étaient néerlandais.
(©AFP / 19 octobre 2014 17h07)

http://french.ruvr.ru/news/2014_10_19/Kiev-a-falsifie-les-donnees-sur-l-accident-de-Boeing-renseignement-allemand-6586/


Les Emirats décidés à combattre l'extrémisme  20/10/2014

Les Emirats décidés à combattre l'extrémisme




Le ministre d'Etat aux Affaires étrangères des Emirats arabes unis, Anwar Gargash, a affirmé dimanche que son gouvernement était déterminé à combattre l'extrémisme religieux au Moyen-Orient.
"La politique (des Emirats) s'opposera aux tentatives de restructurer notre région selon des approches extrémiste et confessionnelle", a affirmé le ministre, dont le pays est l'un des partenaires des Etats-Unis dans la coalition internationale engagée dans des frappes aériennes contre les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI), actifs en Syrie et en Irak.
"Notre diplomatie continuera, en ces circonstances difficiles, de soutenir les forces de modération, de stabilité et d'ouverture", a ajouté M. Gargash à l'ouverture à Abou Dhabi d'un débat sur la situation dans la région.
Le ministre, cité par l'agence officielle Wam, a ajouté que les Emirats, riche pays pétrolier du Golfe, étaient "déterminés et prêts à assumer leurs responsabilités, aux côtés de leurs partenaires, pour soutenir la stabilité, la modération et la dynamique économique" au Moyen-Orient.
Il a toutefois estimé que la lutte contre l'extrémisme passait aussi par le développement économique dans le monde arabe, "meilleur rempart contre les idéologies radicales et la haine confessionnelle".
Les Emirats, farouchement hostiles à la confrérie des Frères musulmans, ont injecté des milliards de dollars en Egypte depuis le renversement de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013.

http://www.lorientlejour.com/article/891885/les-emirats-decides-a-combattre-lextremisme.html


La Turquie refuse le transfert d'armes au principal parti kurde en Syrie  20/10/2014

La Turquie refuse le transfert d'armes au principal parti kurde en Syrie




Le président turc Recep Tayyip Erdogan a rejeté dimanche l'idée d'autoriser le transfert d'armes au Parti de l'union démocratique (PYD), le principal parti kurde en Syrie, qualifiant ce dernier de "groupe terroriste". "Le PYD est pour nous l'équivalent du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit. Il s'agit d'une organisation terroriste. Il serait très injuste que les Etats-Unis, un allié de l'OTAN, parlent ouvertement d'un tel soutien au PYD et s'attendent à ce que nous l'approuvions", a déclaré M. Ergodan, dont les propos ont été relayés par l'agence de presse turque Anatolie. Le président turc a par ailleurs reproché aux pays occidentaux de ne pas apporter leur soutien aux autres groupes en Syrie qui combattent également les militants de l'Etat islamique (EI).

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2014-10/20/content_33807888.htm


Les Forces armées suédoises sont à la recherche d'un sous-marin étranger accidenté  19/10/2014

Les Forces armées suédoises sont à la recherche d'un sous-marin étranger accidenté

 

Par La Voix de la Russie | Les autorités suédoises n'ont pas révélé les détails des recherches d'un sous-marin étranger accidenté dans leurs eaux territoriales.

L’organisation d’une opération dans l'archipel de Stockholm a été confirmée par le service de presse des Forces armées du royaume.

Les unités des forces terrestres, navales et aériennes y participent également. Dans ce cas, l'armée suédoise ne commente pas les rapports des médias sur le sous-marin étranger prétendument disparu.

Précédemment, les journalistes locaux ont déclaré que le prétendu sous-marin russe accidenté était devenu l'objet de la recherche. Les militaires auraient intercepté des fréquences radio de la marine russe, utilisées dans des situations d'urgence, qui étaient envoyées vers Kaliningrad (ouest de la Russie).

http://french.ruvr.ru/news/2014_10_19/Les-Forces-armees-suedoises-sont-a-la-recherche-dun-sous-marin-etranger-accidente-3306/


Organisations de protection de la nature : outil de bonne conscience et arme politique ?  19/10/2014

Organisations de protection de la nature : outil de bonne conscience et arme politique ?

 

Par La Voix de la Russie | Depuis plusieurs décennies, la protection de la nature attire l'attention de l'opinion publique. Aujourd'hui, les principales organisations dans ce domaine sont le Fonds mondial pour la nature et Greenpeace. Si la première s'en tient à sa tâche initiale, l'intégrité de la nature sur toute la planète, la seconde, au cours de son existence, est devenue l'outil du lobbying des intérêts des États-Unis.

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) soutient plus de 1000 projets de protection de la nature dans le monde. Cette organisation internationale indépendante s'occupe de la préservation, de l'étude et de la restitution de l'environnement. La position du fonds est qu'il confirme la nécessité d’un inventaire du capital naturel et qu’il considère la protection des ressources naturelles comme des ressources inépuisables dans le cadre du développement durable.

Il existe une autre organisation écologique très connue qui lutte aussi activement pour l'intégrité de la nature. C'est Greenpeace. Malgré les slogans, Greenpeace devient de plus en plus politique, a noté Alexandre Bagin, chef de l'Institut de l'économie de l'exploitation des ressources naturelles et de la politique écologique de l'École supérieure d'Économie.

« Graduellement, dès les années 70 et jusqu'à présent, s'est formé une vision de l’écologie qui inquiète tout le monde et qui est devenue simultanément l'élément de la politique d'État. Finalement, il y a différentes approches sur les problèmes écologiques, qui peuvent consister en un extrémisme écologique. C'est la position de Greenpeace : il faut tout arrêter, malgré les besoins socio-économiques. Le Fonds mondial pour la nature a une position plus réfléchie, il désigne la nature comme un patrimoine humain, mais cherche un compromis entre les besoins de la société en ressources naturelles et les besoins du développement socio-économique ».

Extérieurement, Greenpeace a l'air décente. C'est une grande organisation internationale qui a plus de 2,5 millions de partisans, et qui existe dans plus de 40 pays. Par exemple, ils luttent contre l'atome civil, en font ainsi le jeu naturel de leurs « amis » des corporations pétrolières. D'ailleurs, s’ils font la guerre contre les programmes pétroliers, seuls sont visés les programmes des compagnies qui ne font pas partie de leur cercle d’amis. Il est évident qu'aujourd'hui, Greenpeace est le lobbyiste des plus grandes corporations qui financent cette organisation, considère Andreï Manojlo, professeur de l’Université d'État de Moscou et docteur en sciences politiques.

« Ces derniers temps, Greenpeace est utilisé par le gouvernement des États-Unis et fait le lobbying des intérêts de l'occident. Dans ce cadre là, Greenpeace est une organisation qui a des liaisons avec le département d'État américain et avec le service de renseignements. Parce que leurs provocations et leurs actions s’inscrivent dans le contexte de la situation politique et de la politique extérieure menée par les États-Unis. Quant au Fonds mondial pour la nature, l'organisation travaille bien, elle a une politique d'information et une conception idéologique qui sont vraiment bien élaborées ».
Évidemment, la préservation de la planète constitue un enjeu principal pour l'humanité. Cependant, l'absence de politique écologique d'État, qui a amené bien des fois à des décisions économiquement désavantageuses et écologiquement dangereuses, pourrait avoir des conséquences négatives.

http://french.ruvr.ru/2014_10_18/Organisations-de-protection-de-la-nature-outil-de-bonne-conscience-et-arme-politique-2572/
 


L'Onu accuse les services secrets de détruire internet  19/10/2014

Nezavissimaïa gazeta
12:32 16/10/2014
 
MOSCOU, 16 octobre - RIA Novosti
Un rapport de l'Onu critique les services de renseignements: il affirme que leurs activités sur internet bafouent les droits des citoyens au secret de la correspondance, écrit jeudi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.
La communauté web estime par ailleurs que l'espionnage de la Toile pourrait pousser les Etats à la "nationaliser" et couper l'accès aux autres pays, faisant perdre à internet son caractère international.
Ben Emmerson, rapporteur de l'Onu sur les droits de l'homme et la lutte contre le terrorisme, a publié hier ce rapport fustigeant l'espionnage des utilisateurs. Le document souligne l'envergure de ce phénomène: les renseignements procèdent à la surveillance par le biais des programmes comme Prism et Tempora, interceptant tacitement les informations transmises par les réseaux numériques.
Le rapport indique que ces agissements bafouent le droit des citoyens au secret de la correspondance. Ben Emmerson est convaincu que cela fait également de l'ombre au fondement de ce droit, garanti par le pacte international de l'Onu sur les droits civils et politiques.
Les actions des services de renseignements sont perçues comme un défi direct aux normes du droit international, car nul n'est autorisé de s'ingérer sans raison dans la vie privée et familiale d'un homme et de porter illégalement atteinte à son honneur et sa réputation.

 

 
Les technologies numériques actuelles, accessibles aujourd'hui à la plupart des pays, permettent d'utiliser des programmes malveillants pénétrant dans le système des ordinateurs et des smartphones de tous les utilisateurs. Ils changent les paramètres de manière à contrôler l'ensemble du système. La National Security Agency (NSA), souligne Emmerson, emploie périodiquement de telles méthodes sous prétexte d'agir dans l'intérêt de la sécurité nationale. "Mais ce n'est pas un argument suffisant pour procéder à une surveillance massive. C'est incompatible avec les notions de confidentialité pour l'Etat. Chaque pays devrait revoir les lois nationales réglementant les formes modernes de surveillance, pour s'assurer que ces approches répondent aux normes internationales en matière de droits de l'homme", indique-t-il dans le rapport.
Un réseau de concepteurs, propagateurs et utilisateurs de programmes malveillants, utilisés entre autres pour espionner par webcam, a été découvert en Europe au printemps dernier. Pour éviter d'être victime de l'espionnage cybernétique, les utilisateurs font appel à leur imagination.
Par exemple, 26% des utilisateurs ont reconnu avoir placé un ruban adhésif sur la webcam de leur ordinateur portable. 6% font de même avec les caméras de leurs téléphones mobiles.
Le porte-parole de la société Ru-Center, Andreï Vorobiev, affirme qu'il est tout à fait possible d'espionner un utilisateur en se connectant à sa webcam.
L'expert explique que les plus grands acteurs de l'industrie internet sont également préoccupés par l'espionnage mondial. Ils pensent que les intrusions périodiques des renseignements d'un pays dans les systèmes et les ordinateurs d'autres pays sont susceptibles de conduire, à terme, à la division d'internet en segments isolés. Selon lui, le web mondial a été créé en s'appuyant sur des accords internationaux, mais à l'époque ils ne prévoyaient pas les aspects tels que le transfert de données systémiques, la règlementation du droit de diagnostiquer la correspondance des utilisateurs, etc.


LIBYE & KADHAFI/ sur Afrique Media ce dimanche  19/10/2014

# ELAC & ALAC/
SEQUENCES SPECIALES ‘LIBYE’ ET ‘KADHAFI’
dans le DEBAT PANAFRICAIN de ce dimanche 19 octobre 2014
en direct sur AFRIQUE MEDIA
avec Luc MICHEL – Fabrice BEAUR – Bachir Mohamed LADAN …

 
En direct sur www.afriquemedia.tv
 ou sur streaming sur http://lb.streamakaci.com/afm
 
# ONU/LIBYE : La résolution 1973 a conduit à la mort de KADHAFI le 20 Octobre 2011. Quelles sont les vraies raisons de ce crime ? Quelles leçons pour l’Afrique au moment où l’on célèbre ce triste anniversaire ?
 
Luc MICHEL (en duplex TV depuis Bruxelles) parlera de la Résolution 1973, de la destruction de la Jamahiriya, du complot occidental contre la Libye. Et répondra à la question « quel défi représentait Kadhafi pour les Occidentaux et pourquoi l’ont ils assassiné ? ».
Fabrice BEAUR (depuis Sotchi, Russie) répondra à la question « comment la Russie a-t-elle pu laisser passer la résolution 1973 et se faire rouler dans la farine en Libye par les Occidentaux ? ».
 
# ICONE DE LA SEMAINE: MOAMMAR KADHAFI (LIBYE)
 
Luc MICHEL (dirigeant du Réseau paneuropéen du MCR libyen) et Fabrice BEAUR (fondateur du MCR, Mouvement des Comités Révolutionnaires libyens, en France et en Belgique) sont les deux seuls parmi les panelistes du DEBAT à avoir non seulement rencontré le guide Kadhafi mais aussi à avoir longtemps combattu avec la Jamahiriya et ses Comités Révolutionnaires.
Ils répondent à la question « Quels souvenirs gardez-vous de l’homme et du leader ? »
 
ELAC & ALAC
___________________________
https://www.facebook.com/elac.committees
https://www.facebook.com/ALAC.org
 


1 2 3 4 5 » ... 2484

Publicité

Brèves

VIDEO
algerie-focus.com | 01/10/2014 | 4166 vues
00000  (0 vote) | 8 Commentaires
1 sur 175


Commentaires