L'OTAN s'en prend à la Russie après les avancées militaires des Taliban en Afghanistan  24/03/2017

L'OTAN s'en prend à la Russie après les avancées militaires des Taliban en Afghanistan












Alors que les Taliban ont repris un district clé dans le région du Helmand dans le sud du pays, l'OTAN accuse à demi-mot la Russie de les soutenir. Des «élucubrations» justifiant l'«effondrement politique et militaire» de l'Alliance répond Moscou.

Les Taliban gagnent du terrain en Afghanistan. Les insurgés viennent de faire une importante percée dans la région du Helmand et se rapprochent de sa capitale Lashkar Gah après avoir repris le district de Sangin aux troupes gouvernementales afghanes.

Le déroulé des événements est pour l'heure incertain. D'un côté, la télévision afghane cite des responsables gouvernementaux qui assurent que d'intenses combat ont éclaté dans la nuit du 22 au 23 mars, forçant l'armée afghane à se retrancher dans sa base militaire. Les militaires auraient alors récupéré les équipements avant de se replier dans une zone sécurisée, détruisant les installations pour éviter qu'elles ne tombent aux mains des Taliban.

Le journal britannique The Independent donne une version différente de événements, après avoir joint par téléphone un porte parole de l'armée afghane dans la région. Celui-ci explique que les dirigeants afghans ont décidé d'évacuer Sangin après avoir appris que les Taliban avaient pénétré dans les maison des habitants.

«Nous ne voulions pas répliquer pour éviter des pertes civiles», a déclaré Mohammed Rassool. «Le conseil militaire a ordonné la retraite», précise-t-il, ajoutant que les Taliban essayaient de prendre Sangin depuis des années. Ils sont parvenus à leurs fins le 22 mars.

Les «élucubrations» de l'OTAN

Cette défaite militaire des troupes afghanes a manifestement été mal digérée par Washington, qui avec l'aide de l'OTAN, avait déployé près de 13 000 hommes dans la région. Témoignant devant le Congrès américain, le général Curtis Scaparrotti, chef des forces de l'Alliance atlantique en Europe, a cherché à en comprendre les causes profondes. Il a fini par s'en prendre à la Russie.

Là-bas, «j'ai vu l'influence de la Russie dernièrement, une influence accrue en termes d'association et peut-être même de soutien aux Taliban», a signalé le général.

Le responsable de l'OTAN n'a pas jugé opportun de rentrer dans le détail de ces accusations et n'a donc pas précisé à son auditoire de quel type d'approvisionnement les Taliban pourraient «peut-être» bénéficier.

«Il s'agit de déclarations absolument mensongères», a confié à l'agence Ria Novosti Zamir Kaboulov, représentant spécial du Kremlin pour l'Afghanistan.

Ce dernier a balayé d'un revers de la main ce qu'il estime être des «élucubrations» qui n'ont pour seul but que de «justifier l'effondrement des militaires et politiques américains dans la campagne afghane». «Il ne peut y avoir d'autre explication», a-t-il conclu.

Le ministère russe des Affaires étrangères ne fait pas secret des «contacts limités» qu'il a récemment établi avec le groupe insurgé, avec pour objectif de les convaincre de rejoindre le processus de réconciliation nationale.

https://francais.rt.com/international/35776-otan-prend-russie-apres-progression-talibans-afghanistan


Libye : la cour d'appel suspend l'accord avec l'Italie sur l'immigration  24/03/2017

Libye : la cour d'appel suspend l'accord avec l'Italie sur l'immigration











La cour d'appel de Tripoli a suspendu l'accord entre la Libye et l'Italie sur l'immigration en attendant de statuer sur le sujet, a annoncé le ministère de la Justice du gouvernement d'union nationale (GNA).

"La cour d'appel (...) a décidé le 22 mars de suspendre la mise en oeuvre du mémorandum d'entente" signé le 2 février entre la Libye et l'Italie, a indiqué le ministère de la Justice dans un communiqué publié jeudi soir sur son site officiel. "L'affaire est toujours en cours d'examen (...) et il n'y a pas eu de décision finale", a-t-il précisé.

Le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a signé à Rome le 2 février avec son homologue italien Paolo Gentiloni un mémorandum d'accord visant à renforcer la lutte contre l'immigration clandestine depuis la Libye, pays d'Afrique du nord d'où partent chaque année des milliers de migrants vers l'Italie.

Mais l'autorité de M. Sarraj et du GNA, bien que soutenus par la communauté internationale, n'est pas reconnue par le Parlement issu des élections de 2014. Ce dernier appuie un gouvernement rival basé aussi dans l'est libyen. Le GNA, issu d'un accord interlibyen parrainé par l'ONU et signé en décembre 2015 au Maroc, gère les affaires courantes mais peine à asseoir son autorité à l'échelle de tout le pays, notamment dans l'est.

Le Parlement libyen élu, basé à Tobrouk (est), avait déclaré le 8 février "nul et non avenu" l'accord car, n'ayant pas reçu la confiance du Parlement, le GNA et son chef, le Premier ministre Fayez al-Sarraj, "n'ont aucun statut juridique dans l'Etat libyen".

Les Européens envisagent des mesures pour bloquer l'arrivée de milliers de migrants depuis la Libye mais leurs plans sont critiqués par des organisations internationales et ONG qui redoutent de mauvais traitements à l'encontre des migrants bloqués en Libye faute de pouvoir traverser la Méditerranée.

Les passeurs de migrants clandestins profitent du chaos qui règne en Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. La plupart des départs ont lieu depuis l'ouest du pays, à destination de l'Italie située à seulement 300 kilomètres.

Selon l'ONG espagnole Pro-Activa Open Arms, environ 250 migrants africains seraient morts dans le naufrage de deux canots gonflables repêchés jeudi au large de la Libye.

https://www.lorientlejour.com/article/1042736/libye-la-cour-dappel-suspend-laccord-avec-litalie-sur-limmigration.html


Violences en Birmanie : l'ONU veut dépêcher une mission d'enquête d'urgence  24/03/2017

Violences en Birmanie : l'ONU veut dépêcher une mission d'enquête d'urgence











L'ONU a mis sur pied vendredi "une mission internationale indépendante" qu'elle veut envoyer au plus vite en Birmanie pour enquêter sur les récentes exactions qui auraient été commises par des membres de l'armée contre la minorité musulmane des Rohingyas.

Une résolution en ce sens a été adoptée par consensus, sans vote, par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. Certains pays, comme l'Inde et la Chine, ont indiqué qu'ils se "dissociaient" de la résolution. Le Japon a pour sa part suggéré d'attendre les résultats de l'enquête nationale sur ces faits avant d'envoyer, et uniquement "si nécessaire", la mission de l'ONU.

Par cette résolution, proposée par l'Union européenne, le Conseil "décide de dépêcher d'urgence une mission internationale indépendante (...) afin d'établir les faits et les circonstances concernant les allégations de récentes violations des droits de l'Homme par des membres de l'armée et des forces de sécurité, et d'atteintes à ces droits, en Birmanie et, en particulier, dans l'Etat de Rakhine" (ouest), où vivent les Rohingyas.

Ces allégations concernent "notamment mais pas seulement la détention arbitraire, la torture et les traitements inhumains, le viol et d'autres formes de sévices sexuels, les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, les disparitions forcées, les déplacements forcés et la destruction illégale de biens". La mission d'établissement des faits devra présenter un compte rendu oral en septembre et un rapport complet lors de la 37e session du Conseil des droits de l'Homme, en février/mars 2018.

Traités comme des étrangers en Birmanie, un pays à plus de 90% bouddhiste, les Rohingyas sont apatrides même si certains vivent dans le pays depuis des générations.
L'armée birmane a lancé le 10 octobre une offensive d'envergure dans l'Etat Rakhine après des raids meurtriers de groupes armés contre des postes-frontières. Cette campagne de plusieurs mois a abouti, selon le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, à un "nettoyage ethnique" et "très probablement" à des crimes contre l'humanité. Rapportant des récits de meurtres, de viols en réunion et de tortures commis par les soldats birmans, des dizaines de milliers de Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh.

Vendredi, l'ambassadeur birman auprès du Conseil, Htin Lynn, a indiqué que le rapport de la commission nationale est attendu en août et a souligné que la situation dans l'Etat Rakhine "s'est stabilisée". Il a dénoncé la création de la mission de l'ONU, estimant que "ce type d'action n'est pas acceptable (...) car elle n'est pas en harmonie avec la situation sur le terrain".

https://www.lorientlejour.com/article/1042713/violences-en-birmanie-lonu-veut-depecher-une-mission-denquete-durgence.html


Belgique : l'homme arrêté à Anvers inculpé pour des faits «à caractère terroriste»  24/03/2017

Belgique : l'homme arrêté à Anvers inculpé pour des faits «à caractère terroriste»











Le Tunisien arrêté le 23 mars après avoir mis en danger avec sa voiture des piétons dans le centre d'Anvers au nord de la Belgique, a été inculpé notamment de «tentative d'assassinat à caractère terroriste», a indiqué le parquet fédéral belge.

En fin de matinée, le 23 mars, «Mohamed R.», 39 ans et de nationalité tunisienne avait foncé dans la foule sur une artère commerçante d'Anvers au volant d'un véhicule, sans faire de blessés.

Il a été inculpé le 24 mars par un juge d'instruction du «chef de tentative d'assassinat à caractère terroriste, tentative de coups et blessures à caractère terroriste et infraction à la législation sur les armes» et placé en détention provisoire, a précisé dans un communiqué le parquet fédéral.

La justice belge avait d'abord annoncé qu'il était de nationalité française, mais le parquet a rectifié ce point vendredi matin, confirmant des informations de la police française selon lesquelles il est en réalité de nationalité tunisienne.

«Il possède une adresse à Lens, et n'était pas connu à ce stade pour des affaires de type grand banditisme», a déclaré une source policière française à l'AFP. «Les seules infractions connues relevaient de la petite délinquance, du type conduite en état d'ivresse ou usage de stupéfiants. Il n'était pas fiché S (sûreté de l'Etat) et n'était pas signalé comme radicalisé selon les premiers éléments d'information», a-t-on ajouté de même source.

Lors de son arrestation, «Mohamed R.» portait une tenue de camouflage, et des armes blanches ainsi qu'un fusil à pompe à balles non létales avaient été découverts dans son véhicule.

Il était «sous l'influence» d'une substance, probablement de l'alcool, rendant impossible son audition immédiate par la police, a par ailleurs précisé une source proche du dossier. Une source française proche de l'enquête a par ailleurs fait savoir que le suspect n'était pas connu comme étant radicalisé et un certain nombre de ses condamnations laissent deviner des problèmes récurrents avec l'alcool.

https://francais.rt.com/international/35770-belgique-homme-arrete-anvers-inculpe-faits-caractere-terroriste


Germanwings: le père du copilote remet en cause la thèse du suicide  24/03/2017

Germanwings: le père du copilote remet en cause la thèse du suicide











Deux ans après le crash de l'A320 de Germanwings dans les Alpes françaises, le père du pilote qui a fait s'écraser l'appareil compte vendredi remettre en cause la thèse du suicide, suscitant déjà la polémique.

Pour la première fois depuis cette catastrophe qui a fait 149 victimes, Günter Lubitz, père du copilote Andreas Lubitz, doit s'exprimer à ce sujet au cours d'une conférence de presse dans la matinée à Berlin.

Le 24 mars 2015, à bord du vol 4U 9525 reliant Barcelone à Düsseldorf, son fils de 27 ans, sous anti-dépresseurs, a profité de l'absence momentanée du pilote du cockpit pour projeter l'appareil contre une montagne du sud des Alpes, selon les enquêteurs.

Cent quarante-quatre passagers, en majorité des Allemands (72) et des Espagnols (50), et six membres d'équipage dont le copilote ont été tués dans cette catastrophe qui a suscité l'effroi dans toute l'Europe.

Mais le père, Günter Lubitz, 62 ans, ne croit pas à la thèse du suicide de son fils et entend livrer une contre-expertise. Rédigée par un journaliste spécialiste de l'aviation civile, Tim van Beveren, elle liste notamment "les nombreuses questions sans réponses" et "des aspects négligés" dans l'enquête.

Selon le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, les deux hommes pourraient avancer la thèse d'une intoxication au monoxyde de carbone dans la cabine de pilotage, un problème récurrent mais ignoré des compagnies aériennes, avance M. van Bedeven.

Irresponsable

Elmar Giemulla, avocat de proches de victimes du crash, a d'ores et déjà jugé la démarche de M. Lubitz "irresponsable" et dénoncé une provocation, notamment parce que son offensive médiatique intervient le jour des commémorations de ce crash.

Le procureur de Düsseldorf, Christoph Kumpa, a souligné que l'attitude du père était "humainement compréhensible" mais qu'il n'y avait "pas de raison" autre que le suicide pour expliquer la catastrophe, selon l'agence dpa.

Dans le sud des Alpes françaises, au Vernet, le village le plus proche de l'endroit où s'est écrasé l'appareil, quelque 500 personnes sont attendues pour notamment dévoiler une oeuvre commémorative.

En Allemagne, une cérémonie est également prévue à partir de 10H20 heure locales --l'heure à laquelle s'est produit le crash-- dans la cour du lycée Joseph-König de Haltern-am-See, dans l'ouest du pays, qui a perdu dans la catastrophe 16 adolescents et deux enseignantes.

Pour la famille du copilote, il n'y a "pas la moindre preuve vraiment tangible et solide" que le jeune homme, qui avait consulté de multiples médecins les mois avant le drame et s'était vu prescrire des psychotropes, ait voulu mettre fin à ses jours.

"Notre fils était une personne très responsable", a affirmé le père dans l'hebdomadaire Die Zeit. "Il n'avait pas de raison de prévoir son suicide et de le mettre en oeuvre et encore moins d'emporter avec lui 149 personnes innocentes", a-t-il ajouté. "Un tel comportement ne lui correspond tout simplement pas".

"Il y a eu très clairement des éléments sur lesquels on n'a pas enquêté, peut-être parce qu'on ne voulait pas enquêter", a-t-il également martelé.

Le Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA), dans ses conclusions publiées en mars 2016, affirme pourtant que le crash a été volontaire en raison des multiples gestes actifs enregistrés jusqu'à la collision avec le sol.

Andreas Lubitz avait "répété" son geste le matin même sur le vol aller par des "actions sur le système de pilotage automatique" alors qu'il était seul dans la cabine.

Dans le volet allemand de l'enquête judiciaire, le parquet de Düsseldorf a clos en janvier son enquête en écartant notamment les soupçons de négligence visant les médecins qui ont examiné Lubitz et qui n'auraient pas fait part de ses troubles dépressifs à son employeur Germanwings, la filiale low cost de Lufthansa.

Günter Lubitz assure que son fils a en fait consulté des médecins quelques semaines avant le drame pour des problèmes oculaires et non pour des troubles psychiques. "Il m'a raconté qu'il voyait tout de manière un peu colorée comme à travers des lunettes de soleil", a-t-il dit dans Die Zeit.


(©AFP / 24 mars 2017 08h55)
http://www.romandie.com/news/ZOOM--Germanwings-le-pere-du-copilote-remet-en-cause-la-these-du-suicide_RP/782965.rom


Tchétchénie : six rebelles et six militaires tués dans une attaque  24/03/2017

Tchétchénie : six rebelles et six militaires tués dans une attaque












Six rebelles islamistes et six militaires russes ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi lors d'une attaque sur une base de la Garde nationale en Tchétchénie, instable république russe du Caucase, a-t-on appris auprès des autorités concernées.

Un groupe de six hommes armés ont attaqué vendredi vers 02H30 (jeudi 23H30 GMT) une base des militaires de la Garde nationale, déployés dans la zone de Naourski, dans le nord de la Tchétchénie, a précisé le Comité antiterroriste russe.

Les assaillants ont profité du fort brouillard pour tenter de pénétrer sur la base mais ont été repérés par les militaires qui ont ouvert le feu, précise de son côté la Garde nationale. "Six assaillants ont été éliminés et six militaires ont été tués. Il y a des blessés", a indiqué la Garde dans un communiqué.

Les incidents armés et les attaques visant les autorités et les forces de l'ordre sont devenues de plus en plus rares en Tchétchénie, mais restent assez fréquentes au Daghestan, petite république voisine du Caucase russe.

Trois rebelles et deux policiers avaient déjà été tués en Tchétchénie fin janvier lors d'une attaque à Chali, une ville de 50.000 habitants située à une trentaine de kilomètres au sud de la capitale, Grozny. En décembre 2014, de violents combats entre rebelles tchétchènes et forces de l'ordre dans le centre de Grozny avaient fait au moins 24 morts, dont 14 membres des forces de sécurité.

Après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996), la rébellion s'est progressivement islamisée et a débordé les frontières de cette république du Caucase pour se transformer au milieu des années 2000 en un mouvement islamiste armé actif dans tout le Caucase du Nord.

https://www.lorientlejour.com/article/1042687/tchetchenie-six-rebelles-et-six-militaires-tues-dans-une-attaque.html


Les Palestiniens exhortent le monde arabe à dire «niet» à la normalisation avec Israël  24/03/2017

Les Palestiniens exhortent le monde arabe à dire «niet» à la normalisation avec Israël











Les pays arabes ne doivent pas accepter la normalisation des relations avec Tel Aviv tant que la cause palestinienne reste ouverte, a déclaré dans un commentaire à Sputnik le secrétaire général du parti Initiative nationale palestinienne, ajoutant que la communauté internationale pouvait aider le peuple palestinien à obtenir ses revendications.

Le thème qui possède l'esprit du peuple palestinien est la récupération de tous les territoires occupés depuis 1967, y compris de l'ensemble de Jérusalem. La communauté internationale pourrait aider les Palestiniens à réaliser leurs objectifs, ce qui va à l'encontre des intérêts de l'État hébreu, a déclaré dans une interview Moustafa Barghouthi, secrétaire général du parti Initiative nationale palestinienne.

Parmi les États qui peuvent aider son pays, le politologue mentionne l'Égypte et la Jordanie. Ils peuvent, selon ses dires, « confirmer les droits du peuple palestiniens et ne jamais revenir sur cette position ceci, quelles que soient les circonstances. Ensuite, soutenir l'exigence de la Palestine de cesser immédiatement la colonisation menée par Israël », a-t-il expliqué.

Le deuxième point mentionné par M. Barghouthi est de « torpiller les tentatives du ministre israélien des Affaires étrangères de normaliser les relations avec les pays arabes sans que la cause palestinienne soit réglée. Ces pays (l'Égypte et la Jordanie, ndlr) pourraient tout à fait faire valoir le fait que les relations avec Israël ne peuvent être normalisées tant que l'occupation et l'oppression raciste du peuple palestinien se poursuit ».

En outre, les pays arabes pourraient se servir du rapport de la Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale dans lequel on incrimine l'État hébreu pour sa mise en place du régime d'apartheid et la discrimination du peuple palestinien pour aider à apporter une solution à la cause palestinienne, estime-t-il.

M. Barghouthi pointe en outre que les efforts déployés par M. Trump en faveur du règlement israélo-palestinien ont subi un revers devant l'intransigeance d'Israël et suite à son refus de cesser la colonisation.

Plus tôt, le chef de file du Front démocratique pour la libération de la Palestine, Nayef Hawatmeh, avait déclaré que son pays s'exprimait en faveur de la tenue d'une conférence internationale sous l'égide des Nations unies et des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu appelée à évoquer les perspectives de reprise du processus de paix israélo-palestinien.

https://fr.sputniknews.com/international/201703231030594675-palestiniens-reglement-israel/


L’armée la plus morale du monde fait un prisonnier … âgé de 8 ans (vidéo)  23/03/2017

L’armée la plus morale du monde fait un prisonnier … âgé de 8 ans (vidéo)


L’ONG israélienne B’Tselem a diffusé jeudi une vidéo montrant comment les soldats de l’armée d’occupation ont saisi un petit garçon de 8 ans pour l’obliger à dénoncer d’autres enfants susceptibles d’avoir lancé des pierres. Nous dédions cette vidéo au CRIF pour lui montrer comment des organisations israéliennes de défense des droits humains "incitent à la haine d’Israel". Qu’attend le CRIF pour demander leur interdiction !

La scène se passe à al-Khalil (Hébron), la ville de Cisjordanie la plus durement touchée par la colonisation, où des milliers de soldats imposent un enfer quotidien à la population palestinienne.

La vidéo est le fruit de plusieurs scènes filmées dimanche dernier, de plusieurs angles différents, par des citoyens palestiniens équipés par l’ONG.

On y voit d’abord les soldats, commandés par un lieutenant, se saisir de l’enfant, puis ordonner à un adulte palestinien de traduire leurs instructions au jeune Soufiane Abou Hita.

La scène suivante montre effectivement l’enfant, tenu par les soldats qui le conduisent sur les toits de plusieurs maisons.

Puis un groupe de femmes palestiniennes approchent, crient à l’illégalité de l’arrestation –y compris au sens du code pénal de l’occupant-, et parviennent à arracher l’enfant apeuré des griffes de la soldatesque.

Interrogé par le quotidien Haaretz, un porte-parole de l’armée n’a pu que bredouiller un gros mensonge : à savoir, que Soufiane, bien que lui-même « suspect » (sic) aurait tout simplement été reconduit chez lui par l’armée la plus bienveillante du monde.

Quatre adolescents palestiniens massacrés jeudi par l’occupant

Un jeune Palestinien a été tué et trois autres ont été très grièvement blessés jeudi par des tirs de l’armée israéliennes à l’entrée du camp de réfugiés d’al-Jalazoun, près de Ramallah, rapporte l’agence Ma’an.

Les soldats ont tiré sur la voiture dans laquelle se trouvent les 4 jeunes, âgés de 17 à 18 ans. Transférés à l’hôpital de Ramallah, deux d’entre eux, Mahmoud al-Hattab, 17 ans, a été déclaré mort. Les trois autres,Jassem Nakhla, Mohamed Hattab, et Moussa Nakhla, tous âgés de 18 ans, touchés par plusieurs balles, étaient jeudi soir dans un état critique.

Des témoins ont précisé que les quatre jeunes gens avaient été ciblés alors qu’ils se trouvaient à l’intérieur de leur voiture, et que les tirs provenaient de la tour militaire située à l’entrée du camp.

Un porte-parole de l’armée d’occupation, interrogé par la rédaction de Ma’an, a confirmé les tirs, affirmant que les jeunes étaient sortis de leur véhicule pour jeter des bouteilles incendiaires en direction de la colonie toute proche de Beit El, et que c’est à ce moment-là que l’armée leur avait tiré dessus avant qu’ils « ne prennent la fuite ».

Mais ce porte-parole s’est montré bien incapable d’expliquer comment les 4 adolescents, aussi sérieusement touchés, auraient pu ensuite remonter dans leur voiture et s’éloigner.

Une vidéo filmée par des témoins montre de ce point de vue que le véhicule porte de très nombreux impacts de balles, ce qui contredit formellement la propagande israélienne.

http://europalestine.com/spip.php?article12807
http://europalestine.com/spip.php?article12805


David Friedman ambassadeur US en Israël confirmé par le Sénat  23/03/2017

David Friedman ambassadeur US en Israël confirmé par le Sénat











Le Sénat américain a confirmé jeudi, à une étroite majorité, la nomination de David Friedman, un financier sans expérience diplomatique, au poste d'ambassadeur des Etats-Unis en Israël.

La chambre haute du Congrès a donné son feu vert par 52 voix contre 46. Seuls deux démocrates, Robert Menendez et Joe Manchin, ont joint leurs voix à ceux des sénateurs républicains.

Pendant des décennies, les candidats au poste, qu'ils soient démocrates ou républicains, avaient toujours été approuvés sans objection, la plupart du temps par consentement unanime.

David Friedman, qui est spécialisé dans le droit des faillites et des liquidations, est connu pour avoir des vues jugées à l'extrême droite s'agissant d'Israël.

Ami de longue du président Donald Trump, il est partisan de l'extension des colonies de peuplement juif dans les territoires occupés et est en faveur du transfert de l'ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, ville qu'il a qualifiée de "capitale éternelle d'Israël".

Depuis des décennies, l'ambassade américaine est située à Tel Aviv, mais Donald Trump a promis au cours de sa campagne présidentielle de la déplacer à Jérusalem, une mesure qui assurément provoquerait la colère de nombreux musulmans.

David Friedman est en outre connu pour ses écarts de langage envers ceux qui ne partagent pas ses vues, ce qui aux yeux de certains démocrates le disqualifie pour occuper un poste aussi délicat et exposé que celui d'ambassadeur en Israël. Il a un jour qualifié l'ancien président Barack Obama d'antisémite.

https://www.lorientlejour.com/article/1042586/lambassadeur-americain-en-israel-confirme-par-le-senat.html


«Scandale d'Etat» : Fillon accuse Hollande d'avoir organisé les fuites sur ses affaires  23/03/2017

«Scandale d'Etat» : Fillon accuse Hollande d'avoir organisé les fuites sur ses affaires











Lors de l'Emission Politique sur France 2, le candidat de droite a exigé une enquête concernant des révélations présumées qui mettraient en cause le chef de l'Etat. Il estime notamment que ce dernier a aidé à faire sortir des documents l'incriminant.

«J'accuse officiellement [François Hollande] et je demande à ce qu'une enquête soit ouverte, c'est un scandale d'Etat», a lancé François Fillon sur le plateau de l'Emission Politique le 23 mars.

Citant le livre Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat, co-écrit par deux journalistes du Canard Enchaîné, le candidat a accusé le président sortant de disposer d'un «cabinet noir» lui permettant de faire fuiter dans la presse ses affaires judiciaires.

Selon lui, le livre révélerait comment «François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau, ce qui est d'une illégalité totale, comment il est branché directement sur Bercy, sur Tracfin, sur les informations qui lui sont apportées en permanence, comment il est au courant des moindres faits, des moindres filatures».

«Si ce qui est écrit dans ce livre est vrai, je pense que dans l'histoire récente de la Ve République, un chef d'Etat n'est jamais allé aussi loin dans l'illégalité, la prise de pouvoir sur des services sur lesquels il ne devrait pas avoir autorité», a conclu François Fillon.

https://francais.rt.com/france/35754-fillon-met-cause-hollande-dans-fuites-affaires


Crime raciste à New York : un ancien militaire tue un homme noir  23/03/2017

Crime raciste à New York : un ancien militaire tue un homme noir












Un ancien militaire a été interpellé à New York pour le meurtre de plusieurs coups de couteau d'un sexagénaire noir, le jeune homme assurant aux policiers qu'il appartenait au mouvement suprématiste blanc et cherchait à s'en prendre à des hommes noirs.

James Jackson (28 ans) s'est présenté de lui-même au commissariat de Times Square mercredi pour livrer des aveux, un peu plus de 24 heures après son crime, ont rapporté plusieurs médias locaux.

Il a indiqué s'être rendu en bus à New York depuis Baltimore (est), où il réside, car New York est "la capitale médiatique du monde" et il souhaitait "faire parler de lui", a déclaré William Aubry, responsable du service enquête de la police de New York pour le quartier de Manhattan, cité par plusieurs médias. "Il était venu pour s'en prendre à des hommes noirs", a ajouté le policier.

Selon une source citée par le New York Daily News, James Jackson aurait assuré avoir voulu poignarder un homme noir puis s'emparer de l'arme de service d'un policier pour "tirer sur des gens".

Lundi soir, dans le quartier de la gare des bus de Manhattan, selon la police de New York, il a frappé de plusieurs coups de couteau au torse et au dos Timothy Caughman, un homme noir de 66 ans qui vivait dans un refuge pour sans-abris non loin de là.

Ancien militaire de 2009 à 2012, avec notamment à son actif un séjour en Afghanistan, James Jackson s'est servi d'un immense couteau d'assaut dont la lame mesurait à elle seule 45 cm.

La victime est parvenue à marcher jusqu'au commissariat de quartier qui se trouvait à quelques dizaines de mètres, où il s'est présenté avant d'être emmené par les services médicaux d'urgence, qui l'ont déclaré mort à son arrivée à l'hôpital.

Le maire de New York, Bill de Blasio, a qualifié cet acte "d'attaque visant ce qui fait de cette ville la meilleure du monde: sa tolérance et sa diversité". "Il est de notre responsabilité de parler haut et fort face à l'intolérance et à la violence", a-t-il exhorté.

Mercredi, les services du procureur de Manhattan, Cyrus Vance, ont annoncé le lancement d'une campagne de promotion intitulée "Trop New York pour haïr" (Too New York To Hate), pour inciter victimes et témoins d'actes visant une communauté, une religion ou une ethnie à témoigner.

Depuis l'élection de Donald Trump, les actes de cette nature sont en augmentation à New York.

Tentative de meurtre sur un migrant en Italie

Une tentative de meurtre a été commise dans une des plus grandes stations balnéaires d’Europe, Rimini. Un résident de cette ville italienne a attaqué un jeune migrant avec pour intention de donner la mort.

Une attaque contre un migrant a eu lieu dans la ville italienne de Rimini. L'incident est survenu la veille au soir près de l'un des supermarchés de Rimini, a rapporté jeudi RaiNews24. Selon des journalistes, un Italien a commencé à frapper l'étranger, puis l'a poignardé avec un couteau. Quand l'homme a essayé de s'échapper, il a utilisé sa voiture pour lui rouler dessus.

Le migrant blessé a été immédiatement transporté à l'hôpital de la ville de Rimini où il a été pris en charge. Quant à l'agresseur, la police locale l'a rapidement retrouvé et l'a placé en garde à vue. Il est accusé de tentative de meurtre.

Les enquêteurs tentent actuellement de faire la lumière sur cette affaire. La thèse de la tentative d'assassinat raciste est privilégiée.

Mercredi, lors de l'audience générale traditionnelle au Vatican, François a appelé la crise migratoire moderne la plus grande tragédie depuis la Seconde Guerre mondiale. Il vise à promouvoir l'intégration sociale des migrants, en prenant en compte « les droits et obligations de ceux qui accueillent comme de ceux qui sont accueillis ».

La crise migratoire a touché un grand nombre de pays européens. L'Allemagne est parmi les pays les plus frappés par cette crise. Lors des 18 derniers mois, elle a accueilli plus d'un million de migrants, en particulier ceux qui fuient les conflits en Afghanistan, en Irak et en Syrie. Selon les données publiées en mars par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), depuis le début de l'année 2017 environ 20 000 réfugiés sont arrivés en Europe par voie maritime, et plus de 500 personnes ont trouvé la mort ou ont disparu en tentant de traverser la mer Méditerranée.

https://www.lorientlejour.com/article/1042561/crime-raciste-a-new-york-un-ancien-militaire-tue-un-homme-noir.html
https://fr.sputniknews.com/international/201703231030591563-migrant-italie-tentative-meurtre-attaque/


Scoop : pour Channel 4, l'assaillant de Londres est... un homme qui se trouve toujours en prison  23/03/2017

Scoop : pour Channel 4, l'assaillant de Londres est... un homme qui se trouve toujours en prison












La chaîne de télévision britannique s'est empressée d'annoncer qu'Abu Izadeen était le terroriste de Westminster. Une information immédiatement reprise et diffusée par d'autres médias. Pas de chance : le «suspect» croupit en prison.

La chaîne de télévision britannique Channel 4, a fait un embarrassant faux pas dans la course infernale à l'information. Elle a donné ce qu'elle pensait être l'identité de l'assaillant de Londres, affirmant par la voix du journaliste Simon Israel qu'il s'agissait du «prêcheur de haine» Abu Izzadeen. Né à Hackney à l’Est de Londres, il était connu pour ses prêches et était membre d'un organisation islamiste, bannie par les autorités du Royaume-Uni. La nouvelle a rapidement été reprise par des journaux britanniques tels que le tabloïd Daily Mirror, mais aussi le respecté TheIndependent.

Le scoop de Simon Israel était donc parfait. Seulement voilà : Abu Izzadeen, aussi connu sous le nom de Trevor Brooks, est en prison, comme l'a confirmé son avocat. A moins qu'il ne dispose du don d'ubiquité, il pouvait donc difficilement être l'assaillant de Westminster.

Le journaliste a alors eu la difficile tâche de revenir sur son «scoop», en direct à la télévision. «De nouvelles informations ont émergé, selon lesquelles Abu Izzadeen est en prison», explique un Simon Israel mal à l'aise mais qui manie l'euphémisme à merveille : «Il est possible que nous ne soyons pas aussi sûrs que nous le pensions de l'identité de l'assaillant.»

Moins férue de conditionnel, Channel 4 s'est vue contrainte de publier un communiqué pour s'excuser platement auprès de ses téléspectateurs.

A l'heure actuelle, les seuls renseignements disponibles sur l'identité du terroriste sont ceux divulgués par le premier Ministre Theresa May. Elle n'a donné que peu de détails, indiquant seulement qu'il s'agissait d'un Britannique, né au Royaume-Uni et connu des services de renseignement.

https://francais.rt.com/international/35730-scoop-pour-channel-4-assaillant


Alcoolisé, le conducteur qui a foncé sur la foule à Anvers serait en «cellule de dégrisement»  23/03/2017

Alcoolisé, le conducteur qui a foncé sur la foule à Anvers serait en «cellule de dégrisement»











Tandis que l'enquête sur le conducteur fou interpellé en Belgique a été confiée au parquet fédéral, compétent en matière de terrorisme, on apprend que l'individu, sous influence de l'alcool, aurait été en possession de stupéfiants.

La chaîne télévisée publique belge RTBF rapporte que Mohamed K., l'homme de 39 ans interpellé à Anvers le 23 mars, «ne peut pas être interrogé par la police à ce stade» en raison de son «état».

Sous influence de l'alcool au moment de son arrestation, le conducteur aurait été lié à des trafics de drogue, poursuit le média belge.

«Il n’est pas en état d’être entendu, il a vraisemblablement consommé de l’alcool ou de la drogue», a par ailleurs confié une source du parquet fédéral belge au site d'actualité français 20 Minutes, qui assure que Mohamed K. a été placé en cellule de dégrisement.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme serait connu de la justice pour des «délits mineurs» mais pas pour des faits liés au terrorisme. Il est présenté comme étant de nationalité française par les médias belges, mais selon le journal Le Parisien, il s'agirait plutôt d'un Tunisien possédant une carte de séjour en France.

Selon BFMTV, la police n'exclurait pas que l'homme ait roulé vite pour échapper à un contrôle.

En fin de matinée, le 23 mars, l'individu au volant d'un véhicule avait foncé dans la foule sur une artère commerçante d'Anvers, sans blesser personne. Il a été interpellé par la police, qui a retrouvé des armes dans son coffre.

Le parquet fédéral belge, compétent en matière de terrorisme, a annoncé qu'«au vu des premiers éléments recueillis et compte tenu de ce qui s’est passé hier à Londres», il se saisissait de l'affaire.

Twitter partagé entre dénonciation de l'islamisme et ironie sur l'alcool

Après l'incident, le candidat de Debout La France à l'élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan, a dénoncé «la barbarie islamiste», sur Twitter.

Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine, a lui aussi mis en cause le «terrorisme», tout comme le maire de Béziers Robert Ménard.

A l'inverse, de nombreux internautes lambda ont ironisé sur la consommation d'alcool du chauffeur, selon eux incompatible avec le profil d'un terroriste.

https://francais.rt.com/international/35743-sous-influence-alcool-suspect-incident-anvers-cellule-degrisement


En Corse, des individus attaquent la sous-préfecture de Corte avec 25 cocktails Molotov  23/03/2017

En Corse, des individus attaquent la sous-préfecture de Corte avec 25 cocktails Molotov











Vingt-cinq cocktails Molotov ont été lancés contre la sous-préfecture de Corte dans la nuit du 22 au 23 mars, sans faire de blessés, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl. La place Beauvau a publié un communiqué condamnant cet acte.

Vers 23h30, le 22 mars, des cocktails Molotov ont été lancés sur la façade de la sous-préfecture, au centre de Corte, dans laquelle se trouve aussi la résidence du sous-préfet. L'action n'a pas été revendiquée et il n'y a pas eu d'interpellation, malgré le nombre important de projectiles. Vingt-cinq au total.

Le ministre français de l'Intérieur, Matthias Fekl, a condamné ces violences «avec la plus grande fermeté» dans un communiqué, «une offense à la Corse et aux Corses, à leur profond attachement à la République et au respect de ses lois».

Le ministre a remercié les forces de l’ordre et les pompiers pour leur intervention. Il a en outre ajouté que son ministère était mobilisé pour identifier les auteurs de cette opération «qui devront répondre de leurs actes devant la Justice».

«Aucune victime n’est à déplorer mais une évaluation de l’étendue des dégâts est en cours», avait auparavant déclaré le préfet de Haute-Corse, Gérard Gavory, dans un communiqué distinct. Le préfet a apporté son soutien au sous-préfet de Corte et aux personnels de la sous-préfecture. Il a, lui aussi, remercié les pompiers dont l’intervention rapide a «permis de maîtriser le début d’incendie».

La sous-préfecture de Corte avait déjà été la cible de jets de cocktails Molotov le 17 novembre 2016.

Le 17 février dernier, des cocktails Molotov et des pierres avaient également été lancés contre le commissariat de police d'Ajaccio par de jeunes nationalistes dénonçant de récentes interpellations dans leur milieu.

Le 10 mars 2016, le commissariat de police d'Ajaccio avait été visé par une action identique, menée par une dizaine de jeunes nationalistes aux visages masqués. La façade avait été endommagée, ainsi que plusieurs véhicules de service et voitures personnelles de policiers stationnées devant la commissariat. L'action n'avait pas été revendiquée mais un mineur avait été interpellé et mis en examen peu après les faits.

https://francais.rt.com/france/35736-corse-individus-attaquent-sous-prefecture-corte-cocktail-molotov


Un policier israélien filmé battant un Palestinien, démis de ses fonctions (vidéo)  23/03/2017

Un policier israélien filmé battant un Palestinien, démis de ses fonctions (vidéo)


https://www.facebook.com/palinfo/videos/1282095845159821/

(Cliquez sur le lien pour visionner la vidéo)

Un policier israélien filmé jeudi en train de s'en prendre violemment à un conducteur palestinien dans un quartier de Jérusalem-Est occupée et annexée a été démis de ses fonctions, a indiqué la police.

Dans la vidéo, publiée par la radio publique et largement reprise sur les réseaux sociaux, le policier armé commence par invectiver le conducteur puis lui donne un coup de tête, le frappe au visage et lui donne un violent coup de pied dans les jambes.

Le conducteur palestinien tente de se protéger des coups. D'autres Palestiniens arrivent et tentent de raisonner le policier qui les prend également à partie.

Selon le Palestinien qui a filmé l'incident et qui a ensuite remis la vidéo à un journaliste de la radio publique, la dispute a commencé tôt jeudi matin dans le parking proche du ministère israélien de l'Intérieur dans le quartier de Wadi Joz, à Jérusalem-Est, a indiqué la radio publique.

Selon le témoin, le policier a affirmé que le Palestinien avait endommagé son véhicule avec son camion.
La police a condamné le comportement du policier, indiquant dans un communiqué qu'il avait été "immédiatement relevé de ses fonctions" et qu'il serait "convoqué pour un entretien sur son avenir dans la police".

La vidéo de l'incident sera examinée par l'unité de la police chargée des enquêtes internes, précise le communiqué.

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan a également condamné l'incident sur son compte Twitter qualifiant "d'extrêmement grave et honteux" le comportement du policier.
"Ce genre de comportement nuit à l'ensemble des forces de police et la suspension immédiate du policier était appropriée", écrit-il.

https://www.lorientlejour.com/article/1042502/un-policier-israelien-filme-battant-un-palestinien-demis-de-ses-fonctions.html


Belgique: un homme arrêté dans le centre d'Anvers après avoir essayé de foncer dans la foule  23/03/2017

Belgique: un homme arrêté dans le centre d'Anvers après avoir essayé de foncer dans la foule











Un homme a été arrêté jeudi après avoir tenté de foncer dans la foule sur la principale artère commerçante d'Anvers avec un véhicule immatriculé en France, a annoncé la police, précisant que la capitale de la Flandre (nord de la Belgique) était placée en "vigilance renforcée".

"Le véhicule roulait à grande vitesse sur le Meir (l'artère), donc les gens devaient sauter sur le côté", a déclaré le chef de corps de la police d'Anvers, Serge Muyters, lors d'un point presse. Son conducteur, "un homme d'origine nord-africaine" qui portait une "tenue de camouflage", a été arrêté à l'issue d'une course-poursuite dans le centre de la ville, a-t-il précisé.

Le conducteur de la voiture arrêté jeudi après avoir tenté de foncer sur la foule à Anvers en Belgique est Français et plusieurs armes dont un fusil ont été découvertes dans son véhicule, a annoncé le parquet fédéral belge.

"Il s'agit de Mohamed R., né le 8 mai 1977, de nationalité française et domicilié en France", a précisé le parquet. "Différentes armes ont été découvertes dans le coffre, des armes blanches, un +riot gun+ (fusil) et un bidon contenant un produit encore indéterminé", a-t-il ajouté. "Le service de déminage de la Défense est sur place afin d'examiner le véhicule", a précisé le parquet.

"Au vu des premiers éléments recueillis et compte tenu de ce qui s'est passé hier à Londres, il a été décidé de confier le dossier au parquet fédéral", chargé en Belgique des affaires terroristes.

Revenant sur la chronologie de l'arrestation, le parquet a détaillé: "Ce matin, vers 10h45, une voiture immatriculée en France a été remarquée dans le centre d'Anvers", roulant "à une vitesse très élevée". "A différents moments, des piétons ont été mis en danger", a-t-il poursuivi. "Lorsque des militaires ont tenté d'intercepter le véhicule, ce dernier a pris la fuite" et "un peu plus tard, le team (l'équipe) d'intervention rapide de la police d'Anvers a pu intercepter le véhicule".

https://www.lorientlejour.com/article/1042525/belgique-un-homme-arrete-dans-le-centre-danvers-apres-avoir-essaye-de-foncer-dans-la-foule.html
https://www.lorientlejour.com/article/1042532/belgique-le-conducteur-qui-a-tente-de-foncer-sur-la-foule-a-anvers-est-francais.html


Arrestation en Israël d'un juif soupçonné de menaces antisémites à l'étranger  23/03/2017

Arrestation en Israël d'un juif soupçonné de menaces antisémites à l'étranger












Un adolescent juif a été arrêté jeudi en Israël, soupçonné d'être l'auteur de dizaines de menaces antisémites contre des institutions juives à l'étranger, a indiqué la police.
Le suspect est "un habitant du sud (d'Israël) appartenant à la population juive", a indiqué la porte-parole de la police Louba Samri dans un communiqué, ajoutant qu'il ne faisait pas partie de la population arabe d'Israël.

https://www.lorientlejour.com/article/1042519/un-suspect-juif-arrete-en-israel-pour-des-dizaines-de-menaces-antisemites-a-letranger-police.html


Daesh revendique l'attaque de Londres  23/03/2017

Daesh revendique l'attaque de Londres











Le groupe terroriste Etat islamique a revendiqué l'attentat de Londres dans un communiqué diffusé par l'agence de propagande Amaq.

Dans son communiqué de revendication de l'attaque terroriste qui a frappé la ville de Londres le 22 mars, Daesh parle de l'assaillant comme étant un «soldat» de l'organisation terroriste.

«L'auteur de l'attaque en face du Parlement britannique à Londres est un soldat de l'EI et l'opération a été menée en réponse à l'appel à frapper les pays de la coalition» internationale anti-djihadistes, a indiqué Amaq, citant «une source de sécurité».

https://francais.rt.com/international/35721-daesh-revendique-attaque-londres


Un ressortissant français a été enlevé au Tchad  23/03/2017

Un ressortissant français a été enlevé au Tchad











Une source issue de l'armée française a affirmé qu'un ressortissant français avait été enlevé dans l'est du Tchad près d'Abéché. Tous les moyens seraient actuellement déployés pour obtenir sa libération.

Un ressortissant français a été enlevé le 23 mars au matin près d'Abéché, dans l'est du Tchad, a annoncé une source militaire française à quelques journalistes. «Tous les moyens sont mobilisés pour obtenir sa libération», a ajouté cette source.

https://francais.rt.com/france/35720-ressortissant-francais-a-ete-enleve-tchad


GB: Raid de la police à Birmingham après l'attentat de Londres  23/03/2017

GB: Raid de la police à Birmingham après l'attentat de Londres











La police britannique a mené dans la nuit un raid à un domicile à Birmingham, dans le nord du pays, quelque heures après l'attentat à Londres d'inspiration islamiste qui a fait 4 morts, ont indiqué jeudi les médias.

D'après l'Agence Press Association et la télévision en continu Sky, l'opération était liée à l'auteur présumé de l'attaque. La police a refusé de confirmer que l'opération était liée à l'attentat.
Selon Sky, plusieurs personnes ont été arrêtées lors de cette opération.

Birmingham est un fief des islamistes britanniques et l'un des auteurs des attentats de Bruxelles et Paris, Mohamed Abrini, y avait séjourné avant les attaques.

La piste du "terrorisme islamiste" est privilégiée pour l'attaque à Londres, qui a fait quatre morts, outre l'assaillant, et une quarantaine de blessés devant le Parlement, un an jour pour jour après les meurtriers attentats de Bruxelles.

Un homme barbu vêtu de noir a lancé mercredi en début d'après-midi sa voiture contre la foule sur le pont de Westminster, face à Big Ben, avant de poignarder à mort un policier en essayant de pénétrer dans le Parlement puis d'être abattu.
L'acte n'avait apparemment toujours pas été revendiqué jeudi matin.

https://www.lorientlejour.com/article/1042437/gb-raid-de-la-police-a-birmingham-apres-lattentat-de-londres.html


1 2 3 4 5 » ... 3068

Publicité

Brèves



Commentaires