Libye, migrants : l'Italie, traitée comme une «colonie» par Macron, exprime son mal-être  26/07/2017

Libye, migrants : l'Italie, traitée comme une «colonie» par Macron, exprime son mal-être










Le sentiment d'être maltraité par la France croît en Italie, jusqu'à s'inquiéter de devenir une colonie française et européenne ! La dégradation des relations entre les deux pays pourrait nuire à la résolution de plusieurs dossiers.

Il disprezzo, Le Mépris en français. Ce film de Jean-Luc Godard des années 1960 pourrait résumer le sentiment d'injustice de certains observateurs italiens, à ceci près qu'Emmanuel Macron serait plutôt un Napoléon en devenir qu'une Brigitte Bardot. Dans un contexte de relations déjà tendues entre les deux pays, c'est le sommet tripartite consacré à la Libye, sous l'égide d'Emmanuel Macron le 25 juillet 2017 qui a fait déborder le vase, malgré un résultat somme toute modeste de l'initiative diplomatique française. L'Italie, ancienne puissance coloniale, n'y a en effet pas été conviée, au grand dam, notamment, de la presse italienne.

Ainsi d'Eugenio Scalfaro, fondateur du quotidien de référence italien La Repubblica, socialiste et européen convaincu. «Chère gauche italienne, cher gouvernement [...] c'est sur Macron, que vous devez aujourd'hui vous concentrer, [afin de] de ne pas vous laisser réduire à une sorte de colonie telle que la Tunisie, l'Algérie ou, très précisément la Libye», a ainsi martelé l'intellectuel le 23 juillet 2017, dans les colonnes de son journal, comparant même Emmanuel Macron à Napoléon.

En invoquant l'histoire coloniale européenne, celle des anciennes possessions françaises et de la Libye italienne, Eugenio Scalfaro fait un double reproche à la politique étrangère du nouveau président français. Non seulement, Emmanuel Macron considérerait son voisin transalpin comme un pays de seconde zone, une colonie française en somme, mais il aurait de surcroît supplanté l'Italie dans leur ancien et modeste empire colonial, c'est-à-dire en Libye.
Retours de manivelle sur le dossier des chantiers navals de Saint-Nazaire

Malgré la décolonisation, l'Italie a toujours considéré la Libye comme sa chasse gardée, un des quelques atouts qui permettaient encore à Rome de prétendre au rang de puissance régionale. Mais, dans le cas où Rome perdrait la main sur le dossier libyen, ce sont aussi ses intérêts économiques qui pourraient se trouver menacés, notamment pétroliers via ENI, son champion national historique de l'énergie. A cette relégation sur la scène internationale, imputable à Emmanuel Macron, s'ajoutent le déclin économique de la péninsule italienne, l'effondrement de son secteur bancaire et la ruine des petits épargnants.

Aussi l'attitude cavalière d'Emmanuel Macron risque-t-elle de compliquer encore les relations entre la France et l'Italie, non seulement à propos de la crise migratoire mais aussi des grands dossiers économiques, à commencer par celui de la reprise des chantiers STX France de Saint-Nazaire (ex-DCNS) par l'italien Fincantieri. Alors que la France et l'Italie ferraillent sur la question, Paris semble, là aussi traiter l'Italie de façon assez cavalière. En visite à Saint-Nazaire le 31 mai dernier, Emmanuel Macron a tout simplement balayé un précédent contrat, accordant à Fincantieri 48% du capital de la filiale française du groupe coréen STX Offshore and Building, après une décision de la Justice sud-coréenne.

Ce 26 juillet, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a tapé du poing sur la table, menaçant l'Italie de nationaliser la filiale française de STX dans le cas où Rome n'accepterait pas les nouvelles conditions françaises. Juste après l'humiliation sur le dossier libyen, alors que l'aide de Fincantieri, seul repreneur, avait été sollicitée par la France, cette nouvelle rodomontade française pourrait bien finir d'exaspérer une Italie à bout de nerfs.

De fait, laissée seule par la France et l'Union européenne face aux vagues de migrants en provenance, notamment, de la Libye, laissée seule aussi face à l'effondrement continu de son secteur bancaire par la Banque centrale européenne (BCE), Rome semble découvrir le désintérêt de la France, plus proche des centres de décisions de Bruxelles et de Berlin que d'une Italie, traditionnellement tournée vers la France.

https://francais.rt.com/international/41394-libye-migrants-italie-traitee-comme-colonie-macron


«Grande éclipse américaine» du 21 août, une occasion unique à ne pas manquer  26/07/2017

«Grande éclipse américaine» du 21 août, une occasion unique à ne pas manquer











Des avions de recherche de la NASA suivront «en direct» l’éclipse solaire totale qui aura lieu le 21 août aux États-Unis, une première depuis 99 ans dans ce pays.

L'éclipse solaire totale du 21 août aux États-Unis sera une véritable aubaine pour les scientifiques qui comptent exploiter cet événement rare pour mieux comprendre le soleil, son champ magnétique et ses effets sur l'atmosphère terrestre.

Ils espèrent bien aussi tirer profit des observations par le public, dont des étudiants et des astronomes amateurs qui seront armés de téléphones cellulaires, de lunettes astronomiques, d'appareils photos et de caméras, pour immortaliser tous les moments de ce phénomène.

«Cette éclipse solaire totale à travers les États-Unis est une occasion unique dans les temps modernes qui permet à un pays tout entier de participer aux observations avec la technologie d'aujourd'hui et les réseaux sociaux», s'est réjouie vendredi devant la presse Carrie Black, une responsable de la National Science Foundation, qui supervise la recherche sur le soleil.

Quand la Lune passera entre le Soleil et la Terre, elle produira une ombre d'environ 110 km de largeur qui se déplacera de l'Oregon, dans l'extrême nord-ouest en milieu de matinée, jusque sur la Caroline du sud de l'autre côté du pays, dans l'après-midi, traversant au total 14 États en 93 minutes.

Les observateurs se retrouveront dans une obscurité totale en milieu de journée pendant plus de deux minutes et pourront voir étoiles et planètes dans le ciel. Environ 12 millions d'Américains vivent à l'intérieur de cette étroite bande et seront probablement rejoints par des millions d'autres.

Pour les astronomes, cette éclipse offre une rare occasion de tester de nouveaux instruments et d'observer la couronne solaire, la haute atmosphère du soleil autrement invisible. Les scientifiques sont intrigués par le fait qu'elle soit beaucoup plus chaude que la surface du soleil.

Ils cherchent aussi à comprendre les éjections de masse coronale qui projettent des particules ionisées à grande vitesse vers la Terre et peuvent perturber les communications satellitaires et les réseaux électriques.

Un équipe du National Center for Atmospheric Research va aussi utiliser des avions de recherche pour prendre des mesures en infrarouge pendant quatre minutes qui devraient permettre de mieux comprendre le magnétisme de la couronne solaire et sa structure thermale.

La télévision de la Nasa retransmettra en direct les images de l'éclipse, ainsi que les différentes activités prévues dans les parcs nationaux, bibliothèques, stades et musées.

Les États-Unis seront le seul pays à connaître une éclipse complète du soleil le 21 août. Des scientifiques parlent de ce fait de la «Grande éclipse américaine».

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201707261032379606-grande-eclipse-americain-21-aout/


Un an après l’assassinat du père Jacques Hamel, Emmanuel Macron se rend à Saint-Etienne-du-Rouvray  26/07/2017

Un an après l’assassinat du père Jacques Hamel, Emmanuel Macron se rend à Saint-Etienne-du-Rouvray










La France rend hommage au père Jacques Hamel, égorgé en pleine messe par deux djihadistes dans son église le 26 juillet 2016. Ce crime atroce avait bouleversé le pays, déjà secoué par l'attentat terroriste de Nice douze jours auparavant.

Le 26 juillet 2017, la France rend hommage à Jacques Hamel, assassiné lors d'une attaque terroriste survenue un an plus tôt dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen.

Une messe est célébrée à partir de 9h, heure à laquelle le père Hamel l'avait célébrée le 26 juillet 2016, avant d'être égorgé par deux djihadistes.

L'hommage, encadré par un important dispositif de sécurité, a lieu en présence du président Emmanuel Macron, du Premier ministre Edouard Philippe et du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

A l'issue de la cérémonie, une «stèle républicaine pour la paix et la fraternité» est inaugurée à l'extérieur de l'église, en mémoire du père Jacques Hamel.

Le chef de l’Etat doit ensuite s'exprimer, comme il l'a fait douze jours auparavant à Nice, pour la commémoration de l'attentat au camion-bélier qui avait fait 86 morts et 458 blessés le 14 juillet 2016.

Jacques Hamel devrait être béatifié par le Vatican, en tant que martyr, par une procédure accélérée. Le pape François a en effet demandé que le délai de cinq ans imposé entre la mort et le début du processus de béatification, ne soit pas appliqué dans son cas.

https://francais.rt.com/france/41368-un-an-apres-assassinat-pere-jacques-hamel-ceremonies-saint-etienne-rouvray


L'Assemblée décide d'interdire la rémunération de collaborateurs parlementaires par des lobbies  26/07/2017

L'Assemblée décide d'interdire la rémunération de collaborateurs parlementaires par des lobbies










L'Assemblée nationale a voté l'interdiction pour les lobbies de rémunérer des collaborateurs parlementaires. D'abord opposés à la mesures, les élus LREM ont soutenu l'initiative après des débats mouvementés.

Par 273 voix contre 14, les députés ont adopté le 25 juillet un amendement interdisant aux lobbies de rémunérer des collaborateurs parlementaires, malgré l'avis défavorable du gouvernement.

Cette initiative a été portée par des socialistes, et soutenue par la gauche de la gauche et la droite, puis par les élus La République en marche après une suspension de séance.

Bien qu'affirmant «parfaitement entendre et comprendre que l'on soit choqué» que de telles rémunérations puissent exister, le ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s'était dit défavorable à cet amendement, préférant renvoyer la question aux bureaux des assemblées.

Le rapporteur Yaël Braun-Pivet (LREM) avait aussi suggéré de prévoir plutôt un dispositif de déclaration, insistant sur la «transparence». Un député hors micro avait alors lancé : «Elle est où la moralisation ?»

«Je m'inquiète de ce que nous sommes en train de transmettre en dehors de ces murs», avait aussi plaidé le président du groupe Nouvelle Gauche Olivier Faure.

«Je pensais que [l'interdiction de telles rémunérations] était la règle, c'est tellement évident», s'était indigné Eric Coquerel (LFI). Olivier Marleix (LR) avait estimé pour sa part qu'il devait s'agir d'un «oubli».

«Il peut arriver qu’un collaborateur exerce, à côté de son contrat collaborateur, une fonction rémunérée par des représentants d’intérêts», soulignait un rapport en 2013 de l'ancien vice-président de l'Assemblée Christophe Sirugue (PS), appelant à un code de déontologie.

Par ailleurs, l'Assemblée a aussi voté une nouvelle prérogative des organes de déontologie des assemblées, qui pourront se faire communiquer par les parlementaires «tout document utile» à leur contrôle.

Par contre, les députés ont rejeté divers amendements communistes qui visaient à étendre la transparence sur les rencontres des lobbyistes au président de la République, aux membres du Conseil constitutionnel et du Conseil d'Etat. Ont aussi été repoussés des amendements de plusieurs bords qui avaient pour objectif d'améliorer le prochain registre des représentants d'intérêts commun à l'exécutif et au législatif.

Alors que des membres de la France insoumise ont laissé entendre que des ministres pouvaient parfois eux-mêmes représenter des lobbies, Nicole Belloubet a vivement récusé l'idée, dénonçant des «insinuations pernicieuses qui n'ont pas leur place dans nos débats».

https://francais.rt.com/france/41365-collaborateurs-parlementaires-ne-pourront-plus-etre-remuneres-par-lobbies


La justice européenne maintient le Hamas sur la liste noire de l'UE  26/07/2017

La justice européenne maintient le Hamas sur la liste noire de l'UE











La Cour de justice de l'UE (CJUE) a décidé mercredi de maintenir le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir à Gaza, sur la liste des organisations terroristes de l'UE.

Dans un arrêt, la Cour de justice a estimé que le Tribunal de première instance de l'UE "n'aurait pas dû annuler le maintien du Hamas sur la liste européenne des organisations terroristes et lui renvoie l'affaire", selon un communiqué.

Le 17 décembre 2014, à la surprise générale, le Tribunal de l'UE avait annulé - pour vice de procédure - l'inscription du Hamas sur la liste terroriste de l'Union européenne.

En revanche, la Cour a confirmé l'annulation du maintien sur la liste des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE), organisation séparatiste tamoule au Sri Lanka.

Dans un arrêt distinct rendu le 16 octobre 2014, les Tigres tamouls avaient été soustraits de la liste de l'UE également pour vice de forme.

En janvier 2015, le Conseil de l'UE, qui représente les Etats membres, avait saisi la CJUE, la juridiction suprême de l'UE basée à Luxembourg, d'un pourvoi suspensif pour obtenir l'annulation des deux arrêts.

"Par ses arrêts de ce jour, la Cour réaffirme sa jurisprudence selon laquelle le Conseil (européen) peut maintenir une personne ou une entité sur la liste s'il conclut à la persistance du risque de l'implication de celle-ci dans des activités terroristes ayant justifié son inscription initiale", souligne-t-elle dans son communiqué.

https://www.lorientlejour.com/article/1064239/terrorisme-la-justice-europeenne-maintient-le-hamas-sur-la-liste-noire-de-lue.html


Afghanistan: attaque de talibans contre une base militaire  26/07/2017

Afghanistan: attaque de talibans contre une base militaire











Les talibans ont attaqué mardi soir une base de l'armée afghane près de Kandahar (sud) faisant au moins 26 tués et 13 blessés parmi les soldats, a annoncé mercredi le ministère de la Défense joint par l'AFP.

https://www.lorientlejour.com/article/1064242/attaque-des-talibans-contre-une-base-militaire-afghane-26-soldats-tues.html


Deux nouveaux Casques bleus marocains tués en Centrafrique  26/07/2017

Deux nouveaux Casques bleus marocains tués en Centrafrique











Deux nouveaux Casques bleus marocains ont été tués mardi à Bangassou, dans le sud-est de la Centrafrique, a indiqué en soirée l’ONU, deux jours après la mort d’un autre soldat de la paix. Ce bilan porte à trois de nombre de casques bleus marocains tués en Centrafrique en trois jours.

“La Minusca regrette la mort de deux nouveaux Casques bleus mardi après-midi à Bangassou (700 km à l’est de Bangui). Ces soldats de la paix du contingent marocain ont été tués dans une embuscade tendue par des présumés anti-Balaka tandis qu’un autre soldat de la paix a été légèrement blessé”, a précisé la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) dans un communiqué.

https://www.tsa-algerie.com/deux-nouveaux-casques-bleus-marocains-tues-centrafrique/


Diplomate qatari: une guerre entre Doha et des pays arabes n'est pas à exclure  25/07/2017

Diplomate qatari: une guerre entre Doha et des pays arabes n'est pas à exclure











L'ambassadeur du Qatar à Moscou, Fahad ben Mohammed al-Attiyah, n'a pas exclu la possibilité d'une guerre avec les pays arabes qui ont imposé un blocus économique contre Doha.

En répondant à la question sur une guerre éventuelle entre le Qatar et les pays arabes responsables du blocus économique contre Doha, l'ambassadeur qatari à Moscou a admis la possibilité d'un conflit militaire à l'avenir.

«J'en doute, mais de manière générale tout est possible», a-t-il déclaré à la radio russe Écho de Moscou.

Toutefois, il s'est prononcé pour le règlement pacifique de la crise qatarienne.

«Ces pays ont pris des mesures contre nous qui sont tout à fait irraisonnables. Cela menace la paix mondiale et peut provoquer le chaos, si les puissances mondiales, garantes de la paix, n'interviennent pas pour résoudre ce problème», a-t-il souligné.

Début juin, l'Arabie saoudite, l'Égypte, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de financer les activités extrémistes à travers le monde. Par la suite, les pays du Golfe ont adressé à Doha une liste de conditions destinées à lui faire modifier sa politique étrangère.

Ils demandent notamment au Qatar de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran, de fermer la base militaire turque située sur son territoire et de mettre fin à la diffusion de la chaîne de télévision Al Jazeera. Doha a pour sa part qualifié ces exigences d'irréalistes et a appelé à les réviser.

https://fr.sputniknews.com/international/201707251032378655-qatar-blocus-guerre-pays-arabes/


Erdogan exhorte tous les musulmans à "visiter" et "protéger" Jérusalem  25/07/2017

Erdogan exhorte tous les musulmans à "visiter" et "protéger" Jérusalem











Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté mardi les musulmans du monde entier à "visiter" et "protéger" Jérusalem, après des violences meurtrières liées à l'installation par Israël des détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées.

"Je voudrais lancer un appel à tous mes concitoyens et aux musulmans du monde entier: que tous ceux qui en ont les moyens (...) effectuent une visite à Jérusalem, à la mosquée Al-Aqsa", a déclaré M. Erdogan. "Venez protégeons tous ensemble Jérusalem", a-t-il ajouté.

Les autorités israéliennes avaient installé les détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade à la suite de l'assassinat le 14 juillet de deux policiers israéliens par trois Arabes israéliens.

En réaction, des manifestations de protestation ont été lancées contre les détecteurs, au cours desquelles des affrontements ont éclaté à plusieurs reprises entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes. Cinq Palestiniens ont été tués.

Trois civils israéliens ont par ailleurs été tués pendant la même période par un Palestinien dans une colonie israélienne en Cisjordanie occupée.

Face à cette flambée de violences et sur demande de la Jordanie, gardien officiel des lieux saints musulmans de Jérusalem, Israël a décidé tôt mardi de supprimer les détecteurs de métaux et de les remplacer par d'autres mesures de sécurité.

"Sous prétexte de lutter contre le terrorisme, il s'agit d'une tentative pour prendre aux musulmans la Mosquée Al-Aqsa", a ajouté le président turc, qui s'adressait aux députés du parti au pouvoir (AKP, islamo-conservateur) pour sa réunion hebdomadaire au Parlement.

La "légitimité" de l'Etat d'Israël "n'a de sens qu'à l'aune de son respect non seulement de ses propres droits, mais aussi de ceux de la Palestine et des Palestiniens", a-t-il poursuivi.

Erdogan: Israël tente de prendre al-Aqsa aux musulmans

Dans un discours prononcé devant le bloc parlementaire du Parti de la justice et du développement, Erdogan a souligné qu'il est inacceptable de traiter les musulmans qui se dirigent à al-Aqsa pour accomplir leur prière comme des terroristes.

Erdogan a exprimé sa forte condamnation de la position d’Israël de paralyser l’entrée des musulmans à Al-Aqsa, ces derniers jours, et a confirmé que les musulmans ont besoin de solidarité et d'unité plutôt que de désaccords.

Erdogan a déclaré: « Si les soldats israéliens profanent aujourd'hui la mosquée Al-Aqsa avec leurs chaussures et versent le sang des musulmans, la raison est que nous ne soutenons pas assez notre mosquée ».

Erdogan a noté que « la protection des lieux bénis des musulmans est une question de foi et non pas un choix ».

https://www.lorientlejour.com/article/1064060/erdogan-exhorte-tous-les-musulmans-a-visiter-et-proteger-jerusalem.html
https://french.palinfo.com/32456
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information


400.000 Yéménites ont contracté le choléra, l'épidémie ralentit  25/07/2017

400.000 Yéménites ont contracté le choléra, l'épidémie ralentit










La barre des 400.000 cas de choléra était en passe d'être atteinte, mardi au Yémen, mais certains signes donnent à penser que l'épidémie, qui a commencé voici trois mois, marque le pas, selon les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la santé, analysés par Reuters.

Le net recul enregistré au cours du mois écoulé pour ce qui est du nombre de personnes mourant de la maladie chaque jour - d'une trentaine à moins de dix - laisse penser que la stratégie de l'OMS, qui a consisté à créer un réseau de points de réhydratation pour soigner rapidement les malades, était payante.

Selon le dernier rapport de situation de l'OMS, 396.086 personnes avaient contracté le choléra à la date du 24 juillet, soit 2% de la population. Au total, 1.869 décès ont été comptabilisés.

Cinq à six mille nouveaux cas sont signalés par jour, mais la courbe épidémique montre que la maladie a atteint son pic voici trois semaines, indique l'OMS.

https://www.lorientlejour.com/article/1064080/400000-yemenites-ont-contracte-le-cholera-lepidemie-ralentit.html


Ressources de la planète: l'humanité vivra à crédit à partir du 2 août (ONG)  25/07/2017

Ressources de la planète: l'humanité vivra à crédit à partir du 2 août (ONG)













L'humanité aura consommé le 2 août la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an et vivra donc "à crédit" jusqu'au 31 décembre, a calculé l'ONG Global Footprint Network, relevant que ce moment survient de plus en plus tôt chaque année.

Le mercredi 2 août marque pour la Terre le "jour du dépassement" ("overshoot day" en anglais): "A partir de cette date, l'humanité aura consommé l'ensemble des ressources que la planète peut renouveler en une année", écrivent Global Footprint et le WWF dans un communiqué commun.
Pour ses calculs, Global Footprint prend notamment en compte l'empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction et l'utilisation d'eau.

En 2016, le "jour du dépassement" était intervenu le 3 août. Même si le rythme de progression s'est un peu ralenti depuis six ans, cette date symbolique "continue inexorablement d'avancer: cette journée est passée de fin septembre en 1997 au 2 août cette année", relèvent les ONG.
"Pour subvenir à nos besoins, nous avons aujourd'hui besoin de l'équivalent de 1,7 planète", précisent-elles.
"Le coût de cette surconsommation est déjà visible: pénuries en eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces. Vivre à crédit ne peut être que provisoire parce que la nature n'est pas un gisement dans lequel nous pouvons puiser indéfiniment", soulignent le WWF et Global Footprint.

Les émissions de gaz à effet de serre "représentent à elles seules 60% de notre empreinte écologique mondiale", rappellent-elles.

Selon les deux organisations, "des signes encourageants" indiquent cependant qu'"il est possible d'inverser la tendance".

Malgré la croissance de l'économie mondiale, "les émissions de CO2 liées à l'énergie n'ont pas augmenté en 2016 pour la troisième année consécutive", relèvent-elles. Selon elles, "cela peut s'expliquer en partie par le développement important des énergies renouvelables dans l'électricité".

La communauté internationale s'est engagée à la Conférence de Paris sur le climat, en décembre 2015, à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de juguler le réchauffement climatique.

Prenant en compte les dernières données scientifiques, Global Footprint recalcule chaque année la date du "jour du dépassement" pour les années passées depuis que ce "déficit écologique" a commencé à se creuser au début des années 1970. Elle avait ainsi annoncé l'année dernière que ce jour surviendrait le 8 août 2016, mais a depuis corrigé cette date en 3 août 2016.

https://www.lorientlejour.com/article/1064110/ressources-de-la-planete-lhumanite-vivra-a-credit-a-partir-du-2-aout-ong.html


Des colons israéliens occupent un bâtiment à Hébron  25/07/2017

Des colons israéliens occupent un bâtiment à Hébron











Un groupe de colons israéliens a pris le contrôle mardi d'une maison qu'ils disputent aux Palestiniens dans la ville d'Hébron, en Cisjordanie occupée, ont indiqué des responsables et des habitants.

"Des dizaines d'Israéliens sont entrés dans un bâtiment dont l'accès est interdit à proximité du tombeau des Patriarches à Hébron et les forces de sécurité sont actuellement sur place", a déclaré une porte-parole militaire israélienne.

Hébron abrite une population de 200.000 Palestiniens et de quelque centaines de colons israéliens retranchés dans une enclave protégée par des soldats près du lieu saint que les juifs appellent tombeau des Patriarches et les musulmans mosquée d'Ibrahim et qui est souvent le théâtre de violences.

Des résidents palestiniens ont affirmé que les colons avaient levé un drapeau israélien sur le toit du bâtiment.

Les colons israéliens avaient été expulsés de ce bâtiment après l'avoir occupé en 2012, lorsqu'ils ont échoué à obtenir les permis nécessaires pour l'acheter.

L'ONG israélienne anti-colonisation La Paix maintenant a appelé les autorités à les évacuer, affirmant que 15 familles avaient pénétré dans le bâtiment.

Cet incident intervient alors que les tensions autour de l'installation de détecteurs de métaux à l'entrée de l'esplanade des Mosquées, dans la Vieille ville de Jérusalem, a dégénéré en affrontements meurtriers ces derniers jours.

Israël a enlevé les détecteurs controversés mardi mais les Palestiniens continuaient de boycotter le site.

https://www.lorientlejour.com/article/1064148/des-colons-israeliens-occupent-un-batiment-a-hebron.html


«Mort à Israël» : des Jordaniens en colère s’en prennent à l’Etat hébreu après la mort d'un jeune  25/07/2017

«Mort à Israël» : des Jordaniens en colère s’en prennent à l’Etat hébreu après la mort d'un jeune











Des milliers de Jordaniens ont crié «mort à Israël» le 25 juillet lors des funérailles d'un jeune tué par balles par un garde de l'ambassade israélienne à Amman. Cela dans un contexte extrêmement tendu entre Israël et la Palestine.

Mohammed Jawawdah, 17 ans, était venu installer le 23 juillet une chambre à coucher dans l'ambassade de l’Etat hébreu à Amman, la capitale jordanienne. C’est alors qu’une dispute a éclaté avec un garde israélien. S’en est suivi un échange de coup entre les deux belligérants. L’employé de l’ambassade a alors sorti son arme et a fait feu sur son adversaire.

Mohammed Jawawdah ainsi que le le propriétaire de l'immeuble qui se trouvait à côté de lui ont été mortellement touchés par les tirs.

Le corps du jeune homme a été transporté d'Al-Wihdat, un camp de réfugies palestiniens à l'est d'Amman, au cimetière toute proche d'Umm al-Hiran, où ses obsèques ont été organisées.

C’est à ce moment que des milliers de Jordaniens ont scandé des slogans très hostiles à Israël. «Mort à Israël !», «Avec notre âme et avec notre sang, nous nous sacrifions pour le martyr !» ou «Nous marcherons par millions pour libérer Jérusalem !», ont notamment été criés par les manifestants. Ces derniers brandissaient des drapeaux palestiniens et jordaniens ainsi que des portraits du «martyr de l'ambassade».

Cet événement prend place dans un contexte très tendu entre Palestiniens et Israéliens. Sami, l’oncle de Mohammed Jawawdah, a d’ailleurs assuré que la mort de son neveu avait ouvert la voie au retrait le 25 juillet par Israël des détecteurs de métaux à l'entrée de l'esplanade des Mosquées. C'est d'ailleurs l'installation de ces derniers qui a été en partie la cause de violences meurtrières entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée, ces derniers jours.
Enquête en cours

Cette décision de retirer les détecteurs de métaux a été prise après une intense mobilisation diplomatique, la communauté internationale s'inquiétant du risque d'un débordement des tensions au-delà des Territoires palestiniens.

A Amman, une source gouvernementale a confié le 25 juillet à l'AFP que la Jordanie s'était entendue avec Israël sur un règlement de la crise de l'esplanade des Mosquées avant d'autoriser le retour en Israël du garde accusé d'avoir tué deux Jordaniens. Pour rappel, la Jordanie est le pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem et les deux pays sont liés par un traité de paix signé en 1994.

Le garde de sécurité et d'autres diplomates israéliens ont quitté Amman le 24 juillet après que le garde a été entendu sur l'incident de l'ambassade, selon la source gouvernementale jordanienne.

Dans une conférence de presse, le chef de la diplomatie jordanienne Aymane Safadi a affirmé le 25 juillet qu'il n'y avait pas eu d'«arrangement» ni de «négociations» avec Israël sur la fusillade à l'ambassade. Selon lui, le gouvernement jordanien voulait interroger le garde de sécurité israélien avant de l'autoriser à quitter le pays.

La Jordanie continuera l'enquête jusqu'à ce que «la vérité soit établie et la justice rendue», a dit Aymane Safadi, qui s'exprimait en présence du porte-parole du gouvernement et du ministre d'Etat chargé des Affaires juridiques.

Dans le même temps, les forces de sécurité jordaniennes ont renforcé leur présence autour de l'ambassade israélienne, dans l'ouest de la capitale jordanienne, après de appels à manifester contre Israël lancés par des militants sur les réseaux sociaux.

Certains militants voulaient que la manifestation ait lieu le 25 juillet, d'autres proposant sa tenue le vendredi 28 juillet après la prière hebdomadaire.

https://francais.rt.com/international/41363-mort-israel-jordaniens-colere-s-en-prennent-etat-hebreu-apres-mort-d-un-jeune


Donald Trump ne laissera pas Bachar el-Assad «s'en sortir» après ses agissements «horribles»  25/07/2017

Donald Trump ne laissera pas Bachar el-Assad «s'en sortir» après ses agissements «horribles»











Le président des Etats-Unis Donald Trump a déclaré lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche qu'il n'était pas un «fan» de son homologue syrien Bachar el-Assad, et que celui-ci devrait rendre des comptes pour ses agissements «horribles».

Alors qu'il s'exprimait depuis la Maison Blanche à l'occasion d'une conférence de presse avec le Premier ministre libanais Saad Hariri, le président des Etats-Unis Donald Trump a déclaré ce 25 juillet qu'il n'était pas un «fan» de Bachar el-Assad et qu'il entendait bien le faire répondre de ses actes.

«Je pense évidemment que ce qu'il a fait à ce pays et à l'humanité est horrible», a déclaré Donald Trump. Le président des Etats-Unis a assuré qu'il n'était pas «quelqu'un qui [allait] regarder et le laisser s'en sortir après ce qu'il a essayé de faire et ce qu'il a fait à de nombreuses reprises».

Le président républicain a, en outre, une nouvelle fois critiqué son prédécesseur Barack Obama, pour ne pas avoir respecté son engagement de 2013 d'intervenir contre Damas en cas de recours aux armes chimiques, alors que Washington a accusé l'armée syrienne d'en avoir fait usage (ce qu'avait notamment contesté Theodore Postol, professeur au Massachusetts Institute of Technology). «Il aurait dû franchir cette ligne rouge parce qu'il y a eu des actes atroces contre l'humanité, notamment [l'utilisation] de gaz et une tuerie aux gaz», a condamné Donald Trump. «Si le président Obama avait franchi cette ligne et fait ce qui aurait dû être fait, je ne crois pas que nous aurions la Russie [en Syrie] et je ne pense pas que nous aurions l'Iran», a-t-il ajouté.
Une politique américaine sur la Syrie inconstante ?

Ces déclarations ont été formulées quatre jours après que Tom Bossert, conseiller en sécurité intérieure de Donald Trump, a expliqué la nouvelle stratégie des Etats-Unis en Syrie, lors d'une réunion annuelle d'acteurs de la sécurité nationale et du renseignement à Aspen, dans le Colorado. «Je ne crois pas qu'il soit important, pour nous, de dire qu'Assad doit d'abord partir», avait déclaré le dignitaire américain.

Au gré des déclarations émanant des autorités américaines au sujet du président syrien, les Etats-Unis laissent apparaître une politique américaine pour le moins changeante. Alors que Donald Trump avait qualifié Bachar el-Assad de «boucher» le 12 avril dernier, estimant qu'il devait quitter le pouvoir, l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, avait affirmé en mars que Washington ne considérait plus le départ du président syrien Bachar al-Assad comme une priorité.

Pendant sa campagne présidentielle, Donald Trump s'était distingué de sa concurrente démocrate, notamment, en présentant Bachar el-Assad comme un potentiel partenaire dans la lutte internationale contre le terrorisme. Une position audacieuse dans le monde politique américain que, semble-t-il, le Républicain a rapidement délaissé après avoir accédé à la Maison Blanche.

https://francais.rt.com/international/41361-donald-trump-ne-laissera-pas-bachar-el-assad-agissements-horribles


Haftar et Sarraj s'engagent à un cessez-le-feu et à la tenue d’élections en Libye  25/07/2017

Haftar et Sarraj s'engagent à un cessez-le-feu et à la tenue d’élections en Libye











Les deux chefs rivaux en Libye, réunis ce mardi près de Paris à l'initiative d'Emmanuel Macron, se sont accordés sur un cessez-le-feu et vont œuvrer en faveur de la tenue d’élections, selon un projet de communiqué conjoint transmis par l'Élysée.

Les deux principaux rivaux dans la crise libyenne, le chef du gouvernement de Tripoli Fayez al-Sarraj et l'homme fort de l'est Khalifa Haftar, s'accordent sur un cessez-le-feu dans le pays plongé en plein chaos depuis six ans, et à l'organisation d'élections «dès que possible», peut-on lire dans un projet de déclaration diffusé mardi par la présidence française.

«Nous nous engageons à un cessez-le-feu» et «nous prenons l'engagement solennel d'œuvrer pour la tenue des élections présidentielles et parlementaires dès que possible», ont convenu MM. Sarraj et Haftar, qui doivent se rencontrer dans l'après-midi sous l'égide du président français Emmanuel Macron, selon ce projet de déclaration.

Les rivaux libyens veulent également se coordonner dans la lutte contre le terrorisme et le contrôle des flux migratoires.

Il est à noter que la déclaration commune, qui comporte dix points, a été envoyée prématurément et qu'il ne s'agit pour l'heure que d'un «document de travail», selon la présidence française, citée par l'AFР.

Deux autorités se disputent le pouvoir. Le Gouvernement d'union nationale, dirigé par Fayez Sarraj, siège à Tripoli. Le parlement de Tobrouk, dans l'est du pays, dirigé par Aguila Salah Issa est soutenu par l'armée du maréchal Khalifa Haftar.

https://fr.sputniknews.com/international/201707251032369075-libye-riveaux-projet-accord/


Jérusalem: les autorités musulmanes maintiennent le boycott de l'esplanade des Mosquées  25/07/2017

Jérusalem: les autorités musulmanes maintiennent le boycott de l'esplanade des Mosquées











Les autorités musulmanes à Jérusalem ont demandé aux fidèles de continuer à boycotter l'esplanade des Mosquées malgré la décision d'Israël de retirer des détecteurs de métaux controversés installés à l'entrée du troisième lieu saint de l'islam.

"Pas d'entrée dans la mosquée Al-Aqsa sur l'Esplanade jusqu'à ce qu'un comité technique du Waqf (organisme gérant les biens musulmans à Jérusalem-Est) fasse une évaluation de la situation et que la situation revienne à ce qu'elle était avant le 14 juillet", date d'une attaque contre des policiers israéliens qui avait conduit l'Etat hébreu à installer de nouveaux dispositifs de sécurité dont les détecteurs de métaux.

https://www.lorientlejour.com/article/1064050/jerusalem-les-autorites-musulmanes-maintiennent-le-boycott-de-lesplanade-des-mosquees.html


Crise du Golfe: Ryad et ses alliés allongent une liste noire d'entités "terroristes"  25/07/2017

Crise du Golfe: Ryad et ses alliés allongent une liste noire d'entités "terroristes"











Ryad - L'Arabie saoudite et ses alliés, qui ont rompu avec le Qatar, ont ajouté mardi 18 groupes et individus qualifiés de "terroristes" à une liste noire répertoriant des entités accusés de liens avec l'émirat gazier.

Le 8 juin, le royaume saoudien, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte avaient publié une première version de la liste répertoriant 59 personnes et 12 entités "liées au Qatar", les accusant d'extrémisme et de terrorisme. Doha avait rejeté ces accusations.

La liste noire compte désormais près de 90 noms.

Ce nouveau développement intervient alors que les efforts de médiation et de bons offices entrepris par plusieurs pays n'ont pas réussi à contenir la crise qui secoue la région du Golfe.

Lundi, après une tournée régionale, le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé qu'il faudrait du temps pour sortir de l'impasse.

Depuis le 5 juin, l'Arabie et ses alliés ont rompu toute relation avec Doha qu'ils accusent de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de l'Iran chiite, grand rival de Ryad, chef de file de l'islam sunnite.

Dans un communiqué commun publié par l'agence de presse officielle saoudienne Spa, les quatre pays ont classé comme "terroristes" neuf organisations caritatives et médias ainsi que neuf individus qui, selon eux sont "directement ou indirectement liés aux autorités qataries".

Rappelant que l'amendement, annoncé la semaine dernière par le Qatar de sa loi antiterroriste était "insuffisant", ils exigent que Doha agisse désormais pour "poursuivre en justice les personnes et entités terroristes et extrémistes figurant" sur cette liste "afin de prouver son sérieux à combattre le terrorisme et l'extrémisme".

"Pour garantir cela, les quatre pays et leurs partenaires internationaux s'assureront de l'engagement du Qatar à ne plus accueillir de terroristes, soutenir et financer le terrorisme mais aussi à s'abstenir de propager un discours d'extrémisme et de haine, de donner refuge et de financer des extrémistes au Qatar et à l'étranger", ajoutent ces pays.

En rompant avec le Qatar, qui a rejeté leurs accusations de soutien au terrorisme, les quatre pays ont également interdit à Doha d'utiliser leurs espaces aériens respectifs et ordonné aux Qataris de quitter leurs territoires tout en rappelant leurs propres ressortissants se trouvant dans l'émirat.

Ils ont présenté à Doha une série d'exigences, notamment la fermeture de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera, qui a été interdite en Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis.

Trois organisations caritatives basées au Yémen et six autres en Libye sont accusées, selon le communiqué publié mardi, de liens avec le réseau Al-Qaïda et sa branche en Syrie.

L'Arabie et ses alliés affirment également que trois Qataris, trois Yéménites, deux Libyens et un Koweïtien sont impliqués dans "des campagnes de levée de fonds pour soutenir Jabhat al-Nosra et d'autres milices terroristes en Syrie".

Le Front al-Nosra (Jabhat al-Nosra), branche syrienne d'Al-Qaïda, a annoncé en juillet 2016 qu'il se distanciait de ce réseau jihadiste. Il a pris le nom de Fateh al-Cham et est devenu la principale composante d'une nouvelle coalition baptisée Tahrir al-Cham.

Le Koweït ne s'est pas joint aux quatre Etats qui boycottent le Qatar. Il effectue des efforts de médiation pour tenter de résoudre la crise sans précédent que connaît le Conseil de coopération du Golfe (CCG) depuis sa création en 1981.

L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis sont par ailleurs à la tête d'une coalition militaire soutenant le gouvernement yéménite dans une guerre contre les rebelles Houthis, alliés à des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président déchu Ali Abdallah Saleh et accusés de liens avec l'Iran.


(©AFP / 25 juillet 2017 10h03)
https://www.romandie.com/news/Crise-du-Golfe-Ryad-et-ses-allies-allongent-une-liste-noire-d-entites-terroristes/817789.rom


Une entreprise US implantera des puces électroniques à ses employés  25/07/2017

Une entreprise US implantera des puces électroniques à ses employés











Cela ne relève plus de la science-fiction: une société américaine compte introduire des puces électroniques sous la peau de ses employés et ceux-ci ne s’y opposent pas.

L'entreprise américaine Three Square Market, basée dans l'État du Wisconsin, envisage d'implanter des puces électroniques sous la peau d'une cinquantaine de ses employés, relate la chaîne BBC.

À en croire un représentant de la société, de telles mesures viseraient en premier lieu à faciliter aux employés l'accès aux équipements internes, tels qu'aux ordinateurs et à leurs accessoires.

Il est à noter que les puces électroniques en question, dont le prix s'élève à environ 300.000 dollars, seront implantées gratuitement, aux frais de la société.

Tous les participants du projet se sont porté volontaires à l'expérimentation de ces nouvelles modalités, souligne la chaîne.

https://fr.sputniknews.com/insolite/201707251032363549-entreprise-us-puces-employes/


Taïwan avertit la Chine qu'll ne cèdera pas aux menaces  25/07/2017

Taïwan avertit la Chine qu'll ne cèdera pas aux menaces











Taïwan a averti mardi qu'il entendait défendre sa souveraineté face à la Chine, un rappel qui paraît répondre à la présence d'avions de guerre chinois ces derniers jours au large de l'île.

Le ministère taïwanais de la Défense a fait savoir que plusieurs avions de l'armée de l'air chinoise avaient été repérés près des côtes du pays, lors de vols d'entraînement sur lesquels la Chine n'a pas fourni de précisions.

"Nous croyons à la paix. Nous ne prendrons aucune initiative qui pourrait déboucher sur une guerre. Mais nous ne reculerons pas face aux menaces", a déclaré à la presse le porte-parole du ministère, Chen Ching-chi.

Depuis la séparation de 1949, Pékin ne reconnaît pas l'indépendance de Taïwan et estime qu'il n'existe qu'"une seule Chine". Les autorités chinoises multiplient depuis des mois les signaux de force militaire dans la région.

https://www.lorientlejour.com/article/1064035/taiwan-avertit-la-chine-qull-ne-cedera-pas-aux-menaces.html


Esplanade des Mosquées: Israël n'utilisera plus de détecteurs de métaux  25/07/2017

Esplanade des Mosquées: Israël n'utilisera plus de détecteurs de métaux











Le gouvernement israélien a décidé de cesser d'utiliser des détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, a annoncé mardi dans un communiqué le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le cabinet de sécurité israélien a accepté "la recommandation de tous les organismes de sécurité de remplacer l'inspection au moyen de détecteurs de métaux par une inspection de sécurité basée sur des technologies avancées et sur d'autres moyens", déclare le communiqué.

Lorsque la nouvelle de cette décision a commencé à se répandre, quelques centaines de Palestiniens se sont rassemblés pour la célébrer près d'une des entrées de l'esplanade des Mosquées. Ce site, troisième lieu saint de l'islam, est aussi le lieu le plus sacré pour les juifs, qui l'appellent Mont du Temple.

Un des Palestiniens présents a tiré un feu d'artifice, ce qui a déclenché une intervention de la police israélienne qui a dispersé le rassemblement avec des grenades assourdissantes.

Les autorités israéliennes avaient installé des détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade à la suite de l'assassinat le 14 juillet de deux policiers israéliens par trois Arabes israéliens.

Les Palestiniens ont interprété cette mesure comme le signe d'une intention des Israéliens de renforcer leur emprise sur le site. Ils ont refusé par mesure de protestation d'entrer sur l'esplanade et ont décidé au lieu de s'y rendre de prier dans les rues environnantes.

Les autorités israéliennes ont déclaré que l'installation des détecteurs aux entrées de l'esplanade était justifiée par le fait que les auteurs de l'attentat du 14 juillet avaient dissimulé des armes sur ce site et en étaient sortis pour attaquer les policiers israéliens.

Au cours de manifestations de protestation contre les détecteurs, des affrontements ont éclaté à plusieurs reprises entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes au cours desquels cinq Palestiniens ont été tués.

Trois civils israéliens ont été tués pendant la même période lorsqu'un Palestinien est entré dans une maison d'une implantation israélienne de Cisjordanie et les a frappés à coups de couteau.

La décision d'enlever les détecteurs de métaux intervient après des discussions entre M. Netanyahu et le roi Abdallah II de Jordanie.

La Jordanie est le gardien officiel des lieux saints musulmans de Jérusalem.

https://www.lorientlejour.com/article/1064022/esplanade-des-mosquees-israel-nutilisera-plus-de-detecteurs-de-metaux.html


1 2 3 4 5 » ... 3145

Publicité

Brèves



Commentaires