Le boycott de l’occupant israélien jusqu’à l’autre bout de la planète (Vidéo)  29/07/2015

Cela se passe à Adelaïde, en Australie, à l’autre bout du monde. Et nos amis militants pour une Palestine libre (dont plusieurs sont venus en France en novembre dernier pour participer à Free Palestine aux Docks de Paris) nous montrent qu’eux aussi popularisent la campagne Boycott, Désinvestissement Sanctions, et viennent en prime d’obtenir une victoire importante :
L’Eglise Unie d’Australie vient de voter à l’unanimité, le 17 juillet dernier, de s’engager à "promouvoir le boycott des produits illégaux de la colonisation israélienne" !
CAPJPO-EuroPalestine


Boycott : Camouflet américain pour Israël et son lobby  29/07/2015

  Coup dur pour les opposants au boycott d’Israël et des territoires qu’il contrôle : le département d’État américain a annoncé mardi qu’il ne s’opposera pas aux campagnes de boycott des colonies israéliennes, rapporte le quotidien israélien Haaretz.


Une banderole "Boycott Israël" brandie par des manifestants pro-palestiniens à Paris, le 2 août 2014. Photo d’archives. DOMINIQUE FAGET / AFP
Ci-dessous l’article de lorientlejour.com :
"Après avoir rappelé que l’administration américaine "s’oppose énergiquement au boycott, au désinvestissement et aux sanctions à l’encontre de l’Etat d’Israël", le département d’État a souligné que cette opposition "ne concerne pas des territoires contrôlés" par Israël, en référence aux colonies.
Pour le Haaretz, cette décision accorde une "légitimité sans précédent" aux efforts de boycott des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés, contrairement aux attentes des partisans d’Israël. Elle "inculque une leçon douloureuse au gouvernement israélien et au lobby pro-israélien qui tentaient de ruser au-delà de leurs moyens".
Le mouvement international de boycott de la colonisation rencontre un écho croissant et le chef de la diplomatie américaine John Kerry a déjà dû affronter la colère des ministres les plus à droite de la coalition gouvernementale israélienne. À la mi-janvier, le ministre de la Défense Moshé Yaalon avait accusé le secrétaire d’État américain d’être "animé par une obsession incompréhensible et une sorte de messianisme" et affirmé qu’il ne pouvait "rien (lui) apprendre sur le conflit avec les Palestiniens". Ces propos avaient choqué et provoqué une telle tension avec les États-Unis que Moshé Yaalon avait dû présenter des excuses, sans toutefois revenir sur le fond de ses propos.
(Pour mémoire : Netanyahu exige de Kerry une opposition « active » au boycott d’Israël)
Le département d’État a dans ce contexte rappelé mardi dans son communiqué que "l’administration américaine n’a jamais soutenu ou défendu les colonies israéliennes ou toute autre activité liée à la colonisation, et n’entreprend donc aucune action qui pourrait leur accorder toute sorte de légitimité". Il est également rappelé dans le texte que "les deux parties (États-Unis et Israël) ont reconnu depuis longtemps que la colonisation et autres efforts de changer la donne sur le terrain minent les efforts en vue d’une solution à deux États (israélien et palestinien)".
La Knesset (parlement israélien) avait voté en 2011 une loi qui sanctionne le boycott des colonies, provoquant notamment l’ire des organisations israéliennes anti-colonisation."
http://www.lorientlejour.com/article/932623/le-departement-detat-us-ne-protegera-pas-les-colonies-israeliennes-du-boycott.html
CAPJPO-EuroPalestine


Kurdistan: Massoud Barzani critique le PKK  29/07/2015

 
Kurdistan: Massoud Barzani critique le PKK
Revue de presse : Aujourd'hui la Turquie (28/7/15)*
Le président du Gouvernement régional kurde (GRK) dans le nord de l’Irak, Massoud Barzani a sévèrement critiqué le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), lui reprochant de ne pas avoir saisi les possibilités offertes par la Turquie.
« Le gouvernement turc a fait des pas positifs […] en vue d’une résolution pacifique (du conflit kurde, ndlr), cependant, nous avons vu que certains (du PKK) n’ont pas saisi ces opportunités par fierté », a déclaré Massoud Barzani, selon le quotidien Daily Sabah.
Cette déclaration du président du Gouvernement régional kurde d’Irak (GRK) intervient alors que le conflit qui oppose les éléments du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) à l’Etat turc - depuis 1984 - s’est ravivé ces derniers jours. La Turquie a en effet décidé de bombarder des cibles rebelles du PKK dans le nord de l’Irak, une région utilisée par le mouvement kurde pour ses opérations. Une décision qui fait suite à une série d’attaques mortelles contre des policiers et des soldats turcs, revendiqués par le PKK. Ce dernier met en cause le gouvernement dans l’attentat de Suruç, attribué à l’organisation Etat islamique, et qui a fait 32 morts parmi des militants de la cause kurde.
Quelques heures après les premiers raids de l’armée, les rebelles ont proclamé la fin de la trêve qu’il observait depuis 2013. « Les conditions de maintien du cessez-le-feu ont été rompues (…) face à ces agressions, nous avons droit de nous défendre », ont déclaré les Forces de défense du peuple (HPG), la branche militaire du PKK, dans une déclaration sur leur site internet
Et c’est justement cette position que reproche M. Barzani aux leaders du PKK, soulignant que les contentieux ne peuvent être résolus par la provocation, les slogans et la violence, toujours d’après Daily Sabah. « La paix est un processus long, et un temps long est nécessaire », a insisté le dirigeant de l’administration autonome de la province kurde d’Irak, ajoutant que la région était déjà marquée par plusieurs conflits, et qu’il n’y avait pas besoin de nouvelles guerres.
Ce n’est pas la première fois qu’il fait savoir sa préoccupation face à ce nouvel épisode de violences. Samedi, il a appelé également le Premier ministre Ahmet Davutoğlu pour lui exprimer son « mécontentement quant à la dangerosité de la situation », a rapporté l’AFP. Pour lui, l’escalade doit cesser : « la paix est la seule façon de résoudre les problèmes, et que des années de négociations valent mieux qu’une heure de guerre », a-t-il ajouté. Une contradiction avec les propos de M. Davutoglu qui avait affirmé plus tôt dans la journée que M. Barzani lui avait exprimé sa « solidarité » lors de cette conversation téléphonique.
Les déclarations de Barzani peuvent apparaitre comme un manque de solidarités avec ses « frères kurdes » de Turquie. Mais il faut savoir que leurs relations ne sont pas au beau fixe. Ils ont plusieurs divergences notamment sur la question de l’autonomisation. Ils sont toutefois tous deux engagés contre le groupe Etat islamique qui sévit en Irak et en Syrie. Un ennemi visiblement commun avec Ankara qui a décidé de mener ses premières frappes vendredi contre les positions des hommes d’Al-Baghdadi. Un engagement qui lui fait désormais courir de nouveaux risques sur son propre territoire. En plus d’un risque d’attaques terroristes de l’EI, la Turquie fait face à des menaces insurrectionnelles du côté des activistes kurdes.
*Source : Le leader des Kurdes d’Irak Massoud Barzani critique le PKK
Photo : Massoud Barzani, président de la Région autonome du Kurdistan d’Irak

http://www.france-irak-actualite.com/2015/07/kurdistan-massoud-barzani-critique-le-pkk.html


Procès Ianoukovitch: l'ex-président prêt à témoigner par vidéo  29/07/2015

Viktor Ianoukovitch a accepté de témoigner par vidéoconférence lors du procès à son encontre, ses avocats craignant toutefois que le gouvernement ukrainien n'utilise pas cette possibilité.
 
Les avocats de l'ex-président ukrainien disposent d'un document qui atteste la volonté de Viktor Ianoukovitch de témoigner lors de son procès par vidéoconférence, rapporte la chaîne ukrainienne TSN. Le papier est signé par l'ex-chef de l'Etat ukrainien et notarié, souligne TSN.
 
Le porte-parole de M.Ianoukovitch a confirmé dans une interview accordée au quotidien russe RBC que l'ex-président avait exprimé à plusieurs reprises son accord pour réaliser des dépositions.  
Cette façon de témoigner a été juridiquement fixée dans le traité d'amitié et de coopération entre la Russie et l'Ukraine. Ce document clé pour le développement des relations russo-ukrainiennes a été signé en 1997 et prolongé pour une durée de dix ans en 2008.
Néanmoins, selon les avocats de Viktor Ianoukovitch, l'Ukraine n'utilisera pas cette possibilité.
 
En avril 2015, le Service de sécurité d'Ukraine a ouvert une procédure pénale contre l'ex-président ukrainien. Viktor Ianoukovitch ainsi que d'autres hauts responsables ukrainiens ont été accusés de complot visant à modifier l'ordre constitutionnel et à usurper le pouvoir. Le 26 juillet le chef de l'Etat ukrainien Piotr Porochenko a annoncé que l'affaire serait déférée devant la justice. Les avocats de l'ex-président ont pour leur part qualifié la procédure d'illégale.  
Viktor Ianoukovitch figure dans plusieurs affaires pénales en Ukraine. En janvier 2015, Interpol a émis un avis de recherche contre lui. Pourtant, en juillet, le fichier de l'ex-président ukrainien a été retiré de la base de données d'Interpol suite à un recours déposé par ses avocats.


FIFA: Platini avancera sa candidature à la présidence d'ici deux jours  29/07/2015

Joseph Sepp Blatter, qui dirige la FIFA depuis 1998, a décidé de démissionner, sur fond de scandale de corruption qui ébranle la FIFA.
 
 
Le président de l'UEFA Michel Platini avancera sa candidature à la présidence de la Fédération internationale de football association (FIFA) d'ici deux jours, ont annoncé les médias.  
Cinq personnes ont antérieurement annoncé leur intention de participer aux élections programmées pour le 26 février 2014: l'ex-ailier de l'équipe de France David Ginola, le prince Ali ben Hussein, demi-frère du roi Abdallah de Jordanie, le Sud-Coréen Chung Mong-joon, ancien vice-président de la FIFA, l'ancien international brésilien Zico, et le président de la Fédération de football du Libéria, Musa Bility.
 
Le président en partance Joseph Blatter, réélu pour un cinquième mandat en mai dernier, a annoncé sa démission quatre jours plus tard, à la suite de l'arrestation de sept hauts responsables de la FIFA en Suisse.


Des députés italiens attendus en Crimée  29/07/2015

Dans le sillage de leurs collègues français, des parlementaires italiens envisagent de se rendre en Crimée, rapporte mercredi le journal russe Kommersant.

 
L'un des organisateurs de la visite, Manlio di Stefano du Mouvement 5 étoiles, a fait savoir au quotidien qu'il s'adresserait prochainement à l'ambassade russe à Rome en vue de préparer le séjour des députés italiens, invités en Crimée par le vice-président de la commission des Affaires étrangères du Sénat russe Andreï Klimov.
  Selon lui, la délégation compterait jusqu'à neuf membres et sera dirigée par Alessandro di Battista (Mouvement 5 étoiles). Le sénateur du parti conservateur Ligue du Nord Sergio Divina s'est également déclaré prêt à se joindre à la délégation.  
La visite des parlementaires italiens en Crimée est programmée pour début octobre, indique le journal.
Dans le même temps, le chef de file du parti nationaliste hongrois Jobbik, Marton Gyongyosi, a lui aussi fait part à Kommersant de son intention de se rendre dans la péninsule de Crimée.
Auparavant, le quotidien russe a rapporté que l'eurodéputée Nadine Morano, fondatrice du groupe Pour un nouveau dialogue avec la Russie au sein du Parlement européen, était également prête à réaliser une visite dans l'ex-péninsule ukrainienne.
  La Crimée et la ville de Sébastopol sont redevenues russes suite à un référendum tenu en mars dernier. L'Ukraine considère la Crimée comme son territoire provisoirement occupé. Les Etats-Unis, l'UE et leurs partenaires ne reconnaissent pas la réunification de la Crimée avec la Russie et ont adopté des sanctions contre Moscou et plusieurs sociétés privées russes.  
La semaine dernière, un groupe de dix députés français s'est rendu en Crimée pour s'entretenir avec les responsables régionaux et les habitants de la péninsule. Leur visite a suscité l'indignation des autorités de Kiev, tandis que le ministère français des Affaires étrangères l'a qualifiée de violation du droit international.


LE LOBBY PRO-ISRAELIEN AUX USA SE DECHAINE CONTRE LES ACCORDS DE GENEVE SUR LE NUCLEAIRE IRANIEN !  29/07/2015

# LUCMICHEL. NET/
LE LOBBY PRO-ISRAELIEN AUX USA SE DECHAINE CONTRE LES ACCORDS DE GENEVE SUR LE NUCLEAIRE IRANIEN !
 
Mike Huckabee, un des prétendants républicains à la Maison Blanche, a accusé le président Obama "d'amener les Israéliens aux portes des fours (crématoires, ndlr)" avec l'accord sur le nucléaire iranien.
"La politique étrangère de ce président est la plus irresponsable de l'histoire de l'Amérique. Elle est tellement naïve qu'elle va jusqu'à faire confiance aux Iraniens", a accusé M. Huckabee.
L'accord, qui prévoit un stricte contrôle des activités nucléaires iraniennes en échange d'une levée des sanctions a été dénoncé par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu et l'ensemble de la droite américaine ainsi qu'une partie du camp démocrate du président. Derrière eux le surpuissant lobby pro israélien AIPAC ...
 
* VOIR SUR EODE-TV
l'émission de Luc MICHEL
LE GRAND JEU GEOPOLITIQUE (#8). Les USA, le nucléaire iranien et le Lobby israélien
sur https://vimeo.com/123575078
 
* LIRE :
http://www.lalibre.be/actu/international/obama-les-juifs-et-les-fours-les-declarations-chocs-d-un-candidat-republicain-a-la-maison-blanche-font-polemique-55b53dfe3570b54652f22b92
 


Libye : attentat suicide et fusillades à Benghazi  28/07/2015

Libye : attentat suicide et fusillades à Benghazi







Neuf soldats libyens ont été tués mardi dans des fusillades et dans un attentat suicide à la voiture piégée à Benghazi, dans l'est de la Libye, où les forces gouvernementales appuyées par des milices locales affrontent depuis des mois les islamistes.

Un kamikaze a lancé une voiture remplie d'explosifs sur un groupe de soldats dans le centre-ville, tuant trois militaires et en blessant onze autres, a-t-on appris de sources médicales.

Juste après l'explosion, dans le même secteur proche du port, six militaires ont été tués et dix blessés lors d'une attaque menée par les djihadistes.

Les affrontements se poursuivaient dans la soirée.

Les forces fidèles au gouvernement du Premier ministre Abdallah al-Thinni, reconnu par la communauté internationale, ont repris depuis un an du terrain aux islamistes dans la capitale de la Cyrénaïque mais les djihadistes sont toujours présents dans plusieurs quartiers et dans la zone portuaire.

http://www.lorientlejour.com/article/936575/libye-attentat-suicide-et-fusillades-a-benghazi.html


Vers l'ouverture des frontières algériennes aux Libyens  28/07/2015

Vers l'ouverture des frontières algériennes aux Libyens








Il est attendu que les autorités algériennes ouvriront bientôt les frontières terrestres algériennes avec la Libye, au centre frontalier « Tin El Koum », sis à la ville de Djanet à Illizi.

La décision avait été prise suite à une réunion des différents services sécuritaires activant au centre frontalier d’Oum El Koum supervisés par des hauts dirigeants de l’Armée Nationale Populaire ayant donné instruction d’ouvrir les frontières aux blessés malades et aux familles libyennes sans avoir besoin d’entrer clandestinement en Algérie. Après la vague de violences en Libye, en particulier les affrontements qui ont éclaté entre un certain nombre de tribus libyennes à la frontière avec l'Algérie et ceux qui sont adjacents à Tamanrasset frontaliers avec la Libye, le président Bouteflika est intervenu avec cet ordre d'ouvrir les frontières. Cette procédure permet notamment aux véhicules libyens d’y accéder.

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/250293.html


Benyamin Netanyahou s'oppose à une décision de justice exigeant la démolition d'immeubles construits illégalement en Cisjordanie  28/07/2015

Benyamin Netanyahou s'oppose à une décision de justice exigeant la démolition d'immeubles construits illégalement en Cisjordanie







Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a déclaré mardi que son gouvernement s'opposait à une ordonnance de la Haute cour de justice exigeant la démolition de deux immeubles construits illégalement dans la colonie de Beit El en Cisjordanie.

La police paramilitaire des frontières a pris le contrôle des immeubles "Dreinoff" dans la nuit de lundi à mardi à la suite de la publication d'une ordonnance par la Haute cour de justice exigeant la démolition de ces immeubles de 24 appartements d'ici au 30 juillet au motif que ceux-ci ont été construits sur un terrain privé palestinien.

Une cinquantaine de colons ont été arrêtés après s'être barricadés et avoir affronté la police pendant des heures, a indiqué le porte-parole de la police.

Des ministres radicaux et des militants des droits des colons ont réagi avec colère à l'évacuation, accusant Benyamin Netanyahou et le ministre de la Défense Moshe Ya'alon d'avoir trahi leurs alliés colons.

"Il est grand temps que ce gouvernement applique l'idéologie [de droite] pour laquelle il a été élu, plutôt que de promouvoir des actions de gauche", a déclaré dans un communiqué le chef de la faction pro-colonisation Foyer juif, Naftali Bennett.

Quelques heures après l'évacuation, Benyamin Netanyahou a adressé un message d'apaisement aux colons, déclarant : "Notre position concernant les immeubles de Beit El est très claire : nous sommes opposés à leur démolition et entreprenons une action en justice pour l'empêcher".

Notant qu'il avait discuté de cette affaire avec le procureur général israélien Yehuda Weinstein mardi matin, Benyamin Netanyahou a indiqué que la position du gouvernement serait portée à la connaissance de la Haute cour.

"Nous essayons activement de renforcer les colonies, conformément à la loi", a-t-il ajouté.

Ces derniers mois, le ministre de la Défense Moshe Ya'alon s'est attaché à faire approuver rétroactivement la construction des immeubles Dreinoff, qui ont été bâtis sans permis officiel des autorités d'aménagement israéliennes.

La semaine dernière, le Comité supérieur d'aménagement de l'Administration civile de l'armée a tenu une réunion extraordinaire qui a légalisé rétroactivement la construction des immeubles.

Le quotidien israélien Ha'aretz a rapporté que le constructeur des immeubles avait déposé une requête auprès de la cour mardi demandant aux juges d'annuler l'ordre de démolition compte tenu de l'autorisation récemment accordée. L'Etat devrait soutenir l'appel du constructeur, selon Ha'aretz.

Mardi matin également, quelque 250 militants d'extrême droite se sont rendus à l'ancienne colonie juive illégale de Sa-Nur, dans le nord de la Cisjordanie, qui avait été évacuée par l'armée israélienne en 2005. Un communiqué de l'armée a indiqué que l'armée avait informé les membres du groupe, qui compte des membres du parlement et d'anciens résidents, qu'ils devraient quitter les lieux d'ici 14h00 (11h00 GMT) sous peine d'être expulsés de force.

Depuis que Sa-Nur a été évacuée dans le cadre du plan de désengagement de Gaza de 2005, les anciens habitants de la colonie ont tenté à plusieurs reprises de la reconstruire.

Israël occupe la Cisjordanie depuis la Guerre des Six jours de 1967.

Les colonies sont bâties sur des terres que les Palestiniens considèrent comme appartenant à leur futur Etat et sur lesquelles la construction est illégale au regard du droit international. 

http://french.cri.cn/621/2015/07/28/301s442955.htm


Une première organisation américaine déclarée "indésirable" en Russie  28/07/2015

Une première organisation américaine déclarée "indésirable" en Russie






La National Endowment for Democracy (Ned), organisation américaine dont le but déclaré est la promotion de la démocratie dans le monde, est devenue mardi la première ONG étrangère à être considérée par les autorités comme "indésirable" en Russie en vertu d'une nouvelle loi controversée.
"Prenant en compte l'objectif global des activités de l'organisation, le Parquet est arrivé à la conclusion qu'elle constituait une menace pour les fondements du système constitutionnel de la Russie, pour sa défense et pour sa sécurité", a annoncé le Parquet général russe dans un communiqué.

http://www.lorientlejour.com/article/936523/une-premiere-organisation-americaine-declaree-indesirable-en-russie.html


La Turquie est militairement puissante, selon le SG de l’OTAN  28/07/2015

La Turquie est militairement puissante, selon le SG de l’OTAN






La Turquie est suffisamment puissante pour pouvoir se passer d'une aide militaire de l'Otan, a indiqué le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, dans un entretien réalisé avant une réunion du bloc convoquée à la demande d'Ankara.

La Turquie a une armée très puissante et des forces de sécurité très puissantes, a noté M. Stoltenberg lors d'un entretien accordé dimanche à la BBC. Il n'y a donc pas eu de demande en vue d'un appui militaire substantiel de l'Otan.

À la demande de la Turquie, les ambassadeurs des 28 pays membres de l'Otan se réuniront mardi à Bruxelles pour des consultations sur la montée de tension entre Ankara d'une part et les rebelles kurdes et le groupe jihadiste État islamique (EI) de l'autre.

M. Stoltenberg a rappelé que l'Otan avait déjà déployé -- depuis début 2013 dans le sud-est de la Turquie -- des missiles Patriot pour contribuer à la défense antiaérienne du pays.
Le dirigeant de l'Otan s'est félicité qu'Ankara se soit résolument engagé vendredi dans la lutte contre l'EI vendredi, en frappant à plusieurs reprises ses positions en territoire syrien en riposte à l'attentat suicide meurtrier, attribué au groupe, le 20 juillet à Suruç (sud).

Lors d'un entretien avec le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu vendredi, M. Stoltenberg dit avoir loué les Turcs pour l'intensification de leurs efforts dans la lutte contre l'EI et contre le terrorisme, et pour avoir renforcé le contrôle de la frontière afin d'endiguer le flux de combattants étrangers.

S'agissant des bombardements turcs lancés en parallèle dans le nord de l'Irak contre des positions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) alors que les kurdes font figure de carte maîtresse dans la lutte contre l'EI, le Norvégien a affirmé à la BBC que l'autodéfense doit être proportionnée.

Depuis des années, il y a des progrès dans le travail visant à une solution politique pacifique entre la Turquie et la rébellion kurde, a-t-il expliqué dimanche soir à la télévision norvégienne NRK. Il est important de ne pas renoncer à ce travail.

Les frappes contre les rebelles kurdes, les plus importantes déclenchées contre eux depuis quatre ans, risquent de faire voler en éclats les négociations engagées en 2012 par Recep Tayyip Erdogan, l'actuel président turc, pour mettre un terme à une rébellion ayant fait 40.000 morts depuis 1984.

En représailles, le PKK a revendiqué dimanche un attentat qui a tué deux soldats turcs.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/la-turquie-est-militairement-puissante-selon-le-sg-de-lotan/id-menu-957.html


Libye : Seif al-Islam et Baghdadi Mahmoudi condamnés à mort  28/07/2015

Libye : Seif al-Islam et Baghdadi Mahmoudi condamnés à mort





Saïf al Islam, l'un des fils de Mouammar Kadhafi, a été condamné mardi à la peine capitale par contumace par un tribunal de Tripoli pour la répression sanglante des manifestations pacifiques de 2011.

La même peine a été infligée à l'ancien chef des services de renseignement libyens Abdallah al Senoussi et à l'ancien Premier ministre Baghdadi al Mahmoudi. Le verdict était retransmis à la télévision.

Longtemps considéré comme l'héritier politique de son père, Saïf al Islam est détenu à Zentane, dans l'ouest de la Libye, par des miliciens qui ont toujours refusé de le remettre au gouvernement de Tripoli depuis sa capture en novembre 2011, d'où sa condamnation par contumace.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/libye-seif-al-islam-et-baghdadi-mahmoudi-condamnes-a-mort/id-menu-957.html


Une météorite responsable du dernier âge glaciaire?  28/07/2015

Les traces d'une météorite observables dans 12 pays ont permis à des scientifiques américains de faire des conclusions sur la dernière période glaciaire.
 
Des géologues ont découvert les traces d'une météorite qui pourrait être la cause de la dernière période glaciaire dans l'histoire de la planète, sur quatre continents. Ces traces ont permis aux scientifiques de prouver que ce cataclysme a eu lieu il y a 12.835 années, selon un article de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

"Une évaluation précise de cet événement est extrêmement importante car nous avons essayé pendant longtemps de comprendre ce qui a provoqué ce refroidissement mystérieux et anomal. Nous estimons que notre travail donne une réponse complète à cette question, et espérons qu'il pousse nos collègues à utiliser une approche statistique dans leurs recherches", a déclaré James Kennett de l'Université de Californie à Santa-Barbara (Etats-Unis).
Le dernier refroidissement et la fin de la dernière période glaciaire qui se sont produit il y a environ 12.900 ans et qui ont marqué une avancée de certains glaciers sur Terre, ont été dénommés Le Dryas Récent. 
Ce changement climatique global a mené, par exemple, à l'extinction massive de la faune d'Amérique du Nord, — des mastodontes, des megatherium (paresseux géants), des machairodontinés et d'autres animaux.
Les scientifiques ont prouvé l'existence de la "couche limite" — une zone intermédiaire, présente sur quatre continents. En faisant des fouilles archéologiques sur les territoires de 12 pays d'Europe, d'Amérique du Sud, d'Amérique du Nord, d'Asie et d'Afrique, et en comparant l'âge de ces "couches", les auteurs ont annoncé que ce cataclysme a eu lieu il y a 12.835 ans.
D'après M.Kennett, lui et son collègue Richard Firestone, ont trouvé dès 2007 les premières preuves d'un refroidissement provoqué par un astéroïde, déjà. Cependant, de nombreux géologues n'avait alors pas cru à cette thèse.


La Bosnie-Herzégovine 29ième membre de l’UE?  28/07/2015

Le gouvernement de Bosnie-Herzégovine est en train de mettre en place les réformes nécessaires pour l'entrée du pays dans l'Union européenne.
 
L’acceptation du plan de réformes par le gouvernement de la Bosnie-Herzégovine est un pas important pour l'entrée du pays dans l'Union européenne, rapporte la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini et le commissaire européen à la politique régionale, Johannes Hahn dans un communiqué.

"Une prise de plusieurs réformes par des autorités de la Bosnie-Herzégovine est un pas important pour son intégration dans l'UE (…) Nous attendons que les dirigeants du pays réalisent entièrement et immédiatement le plan de réformes", indique le communiqué.
Les réformes avancées par l'UE et les Institutions financières internationales doivent résoudre les problèmes socio-économiques ainsi que les questions financières dans le pays.
L'Accord de stabilisation et d’association (ASA) entre l'Union européen et la Bosnie-Herzégovine stipule la création progressive d'une zone de libre-échange. Il a été signé en 2008 et a pris effet le 1 juin 2015. Cette entrée en vigueur donne la possibilité à la Bosnie-Herzégovine de déposer une demande d’adhésion à l'UE.


Libye: un fils de Kadhafi condamné à mort via Skype  28/07/2015

Saїf al-Islam Kadhafi, fils du dirigeant libyen déchu, a été condamné mardi à la peine capitale par contumace, rapportent les médias arabes.
 
 
Un tribunal l'a reconnu coupable d'avoir commis des crimes de guerre lors des tentatives de réprimer la révolte populaire en 2011. Huit autres proches de l'ex-dictateur libyen, dont l'ancien chef des services de renseignement Abdallah al Senoussi et l'ex-premier ministre du pays Baghdadi al Mahmoudi ont écopé également de la peine capitale.  
Bien que l'intéressé n'ait pas été présent dans la salle d'audience, il a comparu par visioconférence.
Saїf al-Islam Kadhafi a été arrêté sur le territoire libyen en novembre 2011. Depuis lors, il est détenu dans la ville de Zentan (nord-ouest) par un groupe d'anciens insurgés opposés au gouvernement de Tripoli qui refusent de le transférer vers la capitale ou à la Cour pénale internationale (CPI), qui a également émis un mandat d'arrêt à son encontre pour crimes contre l'humanité.
Le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a exprimé ses "profondes préoccupations" suite à la condamnation à mort des ex-responsables du régime Kadhafi. Selon la porte-parole du HCDH Ravina Shamdasani, le procès violait les normes et les standards internationaux de justice.
 
Le procès libyen de Kadhafi-fils, présenté à l'époque comme le successeur potentiel de Mouammar Kadhafi, a été critiqué par les militants des droits de l'homme en raison des restrictions d'accès de la défense et marqué par un différend avec la CPI au sujet de sa compétence à juger Saïf Al-Islam.  
Depuis la chute du régime de Kadhafi en 2011, la Libye reste plongée dans le chaos sécuritaire, et les milices y font la loi. En 2014, l'alliance islamiste Fajr Libya s'est emparée de Tripoli, poussant le gouvernement reconnu par la communauté internationale à s'exiler dans l’est du pays. Un gouvernement rival sous l'influence de Fajr Libya s'est autoproclamé à Tripoli.


FABIUS EN IRAN … RATTRAPE PAR LE SCANDALE DU SANG CONTAMINE  28/07/2015

# LUCMICHEL. NET/
FABIUS EN IRAN … RATTRAPE PAR LE SCANDALE DU SANG CONTAMINE
 
Luc MICHEL/ En Bref/
Avec Farsi – PCN-SPO/ 2015 07 28/
 
Iran. Alors qu'il est attendu ce mercredi à Téhéran, des médias et personnalités du camp conservateur iranien ont vivement critiqué le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.
 
En ligne de mire, l'affaire du sang contaminé, qui a éclaté lorsque Laurent Fabius était Premier ministre, dans les années 1980. Ainsi Mojtaba Zolnour, ancien représentant du guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei au sein des Gardiens de la révolution, a souligné que le ministre français «venait en Iran pendant la semaine du soutien aux hémophiles, ce qui nous rappelle nos chers compatriotes qui sont morts à cause de l'importation de sang contaminé dont le principal responsable est Fabius» …
 
En arrière-plan, les positions ultra-sionistes de Fabius lors des négociations 5 + 1 sur le Nucléaire iranien à Genève. On disait de Fabius qu’il jouait le rôle des faucons du Likoud à la table des négociations. Le radicalisme pro-israélien du Quai d’Orsay a failli faire échouer tout accord. Aujourd’hui, la France sans vergogne arrive en Iran pour tenter de rentrer sur le marché iranien, et d’y trouver des contrats en remplacement de ceux perdus en Russie suite à la guerre des sanctions. Certains milieux dirigeants iraniens entendent bien faire payer à Paris son attitude passée à Genève …
 
Document :
L’EVENEMENT DU JEUDI No 742 du 21/01/1999 –
SANG CONTAMINE - G. DUFOIX - LAURENT FABIUS ET ED. HERVE - LE DOSSIER DU PROCES CHOC …
 
Luc MICHEL
_________________________
Luc MICHEL /
Facebook PROFIL https://www.facebook.com/Pcn.Luc.Michel.6
Twitter https://twitter.com/LucMichelPCN
Facebook OFFICIAL PAGE https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
Website http://www.lucmichel.net/
Blog http://www.scoop.it/t/luc-michel-le-blog
 


COMMENT MOSCOU ET PEKIN BATISSENT L’ALTERNATIVE A LA DOMINATION MONDIALE AMERICAINE  28/07/2015

# EODE-TV/ GEOPOLITIQUE/ COMMENT MOSCOU ET PEKIN BATISSENT L’ALTERNATIVE A LA DOMINATION MONDIALE AMERICAINE / LUC MICHEL SUR AFRIQUE MEDIA TV
 
EODE-TV & AFRIQUE MEDIA TV/
Avec EODE Press Office/ 2015 07 26/
 
Intervention de Luc MICHEL, Administrateur-général d’EODE,
dans l’émission LE DEBAT PANAFRICAIN :
 
SOMMET OCS-BRICS A OUFA (RUSSIE).
Les BRICS, puissance économique, alliés à l’Organisation de Coopération de Shanghai, puissance géopolitique (la « contre-OTAN »).
Moscou et Pékin contre l’hégémonie des USA. Vers un monde nouveau ?
Quelle leçon pour l’Afrique ?
 
Video sur le Website d’EODE-TV
(version complète, suite à des problèmes techniques 6 minutes n’ont pu être diffusées sur AMTV le 26)
https://vimeo.com/134567907
 
Filmé en Duplex à Bruxelles par EODE-TV (images brutes),
Diffusé en direct sur AFRIQUE MEDIA TV,
Le 26 juillet 2015 dans l’émission ‘LE DEBAT PANAFRICAIN’,
présentée par Alain Michel Yetna.
 
# ALLER PLUS LOIN …
 
* LIRE l’analyse géopolitique fondamentale de Luc MICHEL :
EODE THINK TANK/ GEOPOLITIQUE / THESES SUR LA « SECONDE EUROPE » UNIFIEE PAR MOSCOU
Sur http://www.eode.org/eode-think-tank-geopolitique-theses-sur-la-seconde-europe-unifiee-par-moscou/
 
EODE-TV / EODE Press Office /
________________________
http://www.eode.org/
https://www.facebook.com/EODE.org
https://vimeo.com/eodetv
 


14 Palestiniens blessés lors d'affrontements avec des soldats israéliens près de Ramallah, selon des témoins  28/07/2015

14 Palestiniens blessés lors d'affrontements avec des soldats israéliens près de Ramallah, selon des témoins






Au moins 14 Palestiniens ont été blessés lors d'affrontements avec des soldats israéliens près du camp de réfugiés de Qalandiya, entre Jérusalem et la ville cisjordanienne de Ramallah, ont indiqué des témoins et des membres du personnel médical lundi.

Les témoins ont précisé que les affrontements ont éclaté lors des obsèques de Mohamed Abou Latifa, un Palestinien de 20 ans qui a été tué dans un camp de réfugiés lorsqu'un soldat israélien s'est introduit dans sa maison pour tenter de l'arrêter.

Les témoins ont déclaré que des centaines de personnes ont assisté aux obsèques, et que des dizaines de jeunes se sont rassemblés près du poste de contrôle israélien de Qalandiya et ont lancé des pierres et des bouteilles vides sur les soldats.

Les soldats israéliens ont riposté en tirant sur les manifestants indignés. Six jeunes hommes ont été blessés par des balles réelles et huit autres par des balles en acier enrobées de caoutchouc.

Les ambulances ont acheminé les blessés vers des hôpitaux et cliniques de Ramallah. Les lanceurs de pierres ont inhalé des gaz concentrés après que les soldats ont lancé des dizaines de grenades lacrymogènes dans leur direction, selon les membres du personnel médical.

M. Abou Latifa est le troisième Palestinien à avoir été tué par des soldats israéliens, en Cisjordanie, au cours de ces derniers jours. Deux ont été tués plus tôt cette semaine, dans les villes cisjordaniennes de Djenine et d'Hébron.

http://french.cri.cn/621/2015/07/28/502s442841.htm


La Turquie continuera ses frappes contre le PKK jusqu'à ce qu'il dépose les armes (Davutoglu)  27/07/2015

La Turquie continuera ses frappes contre le PKK jusqu'à ce qu'il dépose les armes (Davutoglu)






La Turquie va poursuivre son offensive militaire contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) jusqu'à ce que les rebelles kurdes déposent les armes, a promis lundi le Premier ministre islamo-conservateur Ahmet Davutoglu.

"Nous allons continuer notre combat (...) jusqu'à ce que nous parvenions à un certain résultat", a déclaré M. Davutolgu lors d'un entretien sur la chaîne de télévision ATV. "C'est soit les armes, soit la démocratie, les deux ne sont pas compatibles", a-t-il dit.

La Turquie a lancé vendredi soir une série de raids aériens contre les bases arrière du PKK dans le nord de l'Irak, en riposte aux attaques meurtrières attribuées au mouvement kurde qui ont visé des membres des forces de sécurité ces derniers jours.
Le PKK a en retour rompu la trêve qu'il respectait depuis 2013 et assassiné deux soldats.

Cette escalade menace de faire définitivement capoter le fragile processus de paix engagé à l'automne 2012 par le régime du président Recep Tayyip Erdogan afin de mettre un terme à une rébellion qui a fait 40.000 morts depuis 1984.

Le bureau du chef du gouvernement a confirmé lundi soir la dernière vague de frappes lancée il y a vingt-quatre heures contre le PKK. Elle a visé "des abris, centres logistiques et des caches", a-t-il annoncé dans un communiqué.

http://www.lorientlejour.com/article/936384/la-turquie-continuera-ses-frappes-contre-le-pkk-jusqua-ce-quil-depose-les-armes-davutoglu.html


1 2 3 4 5 » ... 2697

Publicité

Brèves



Commentaires