Le plongeon des banques se poursuit à Wall Street après le Brexit  27/06/2016

Le plongeon des banques se poursuit à Wall Street après le Brexit









Les grandes banques américaines étaient de nouveau malmenées à Wall Street lundi, les investisseurs s'interrogeant sur leur nécessaire réorganisation après le vote pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Vers 15H00 GMT, l'indice regroupant l'ensemble des valeurs financières était en baisse de 2,97%, plombé principalement par le secteur bancaire.

Après un vendredi noir lors duquel elles avaient connu leur plus mauvaise séance depuis la perte du triple A des Etats-Unis en août 2011, les actions bancaires étaient de nouveau à la peine.

JPMorgan Chase, première banque américaine en termes d'actifs, perdait 3,83% à 57,32 dollars, Bank of America 5,27% à 12,31 dollars, Citigroup 3,61% à 38,84 dollars, Goldman Sachs 2,17% à 138,78 dollars et Morgan Stanley 5,12% à 23,26 dollars.
Ces cinq établissements emploient plus de 40.000 personnes au Royaume-Uni et y ont installé leur quartier général européen.

De la City à Londres, elles achètent et vendent pour le compte de leurs clients européens des produits financiers, y gèrent leurs actifs et conseillent les entreprises européennes dans leurs différentes transactions (fusions-acquisitions, levées de fonds, financements, émissions de titres de participations, entrées en Bourses...).

Jusqu'ici, les grandes banques américaines possèdent un "passeport européen" leur permettant d'accéder au marché continental et ses 28 pays sans restriction. Mais la sortie du Royaume-Uni de l'UE pourrait les priver de ce précieux sésame et les contraindre à chercher une solution de repli.

Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan Chase, a reconnu jeudi que le "Brexit" requiert des "changements à la structure de notre entité locale".

http://www.lorientlejour.com/article/993529/le-plongeon-des-banques-se-poursuit-a-wall-street-apres-le-brexit.html


Syrie: Vingt-cinq enfants tués dans des frappes aériennes  27/06/2016

Syrie: Vingt-cinq enfants tués dans des frappes aériennes








Vingt-cinq enfants ont été tués samedi dans des frappes aériennes qui ont visé des zones densément peuplées de l'est de la Syrie. L'information émane lundi de l'Unicef, le Fonds de l'ONU pour l'enfance.

Citant des informations émanant de ses partenaires locaux, l'Unicef indique que des sauveteurs ont découvert les corps des victimes sous des décombres dans la ville d'Al Kouria, dans la province de Daïr az Zour, région où l'Etat islamique (EI) est fortement implanté.

"Trois attaques ont visé des zones densément peuplées et une mosquée a été touchée durant l'heure de la prière", a précisé l'Unicef dans un communiqué. L'organisation "déplore ces attaques et appelle les parties au conflit à maintenir les enfants à l'écart des combats."

L'Observatoire syrien des droits de l'homme avait annoncé samedi déjà que des frappes aériennes menées par des avions russes et syriens avaient tué des dizaines de personnes dans cette localité.


(ats / 27.06.2016 09h09)
http://www.romandie.com/news/Vingtcinq-enfants-tues-dans-des-frappes-aeriennes/715386.rom


Au Royaume-Uni, la pétition sur l'euro-intégration au cœur d'un scandale  27/06/2016

Au Royaume-Uni, la pétition sur l'euro-intégration au cœur d'un scandale








Les créateurs de la pétition britannique ont pris en compte la "voix" de la députée française FN Marion Maréchal-Le Pen.

Un gros scandale a éclaté autour d'une pétition des partisans britanniques de l'euro-intégration préconisant l'idée d'un nouveau référendum sur le Brexit. Le scandale a été initié par la députée du Front Nationale du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen.

La politicienne d'extrême droite a décidé de voter elle-même en faveur du document censé être signé par les seuls citoyens britanniques. Elle s'est enregistrée dans le formulaire comme "Napoléon Bonaparte" répondant par l'affirmative à la question "Etes-vous un citoyen ou résident britannique?".

Par conséquent, sa voix a été prise en compte, ce qui selon la députée met en doute l'équité de toute la procédure de vote.

Selon Marion Maréchal-Le Pen, la pétition, qui en deux journées a réussi à recueillir environ trois millions de signatures, peut être signée par n'importe, qui ce qui fait qu'elle "ne présente aucune valeur".

"Nous avons supprimé environ 77.000 signatures obtenues frauduleusement ", a déclaré le Comité britannique pour les pétitions sur son compte officiel Twitter.

Fait curieux, le nombre de personnes qui ont signé la pétition se trouvant sur le territoire de certains autres pays dépasse la population de ces pays. Par exemple, le site compte 39.000 personnes en provenance du Vatican tandis que la population de cette ville-Etat selon les données officielle est de quelque 800 personnes.

Le 23 juin, les Britanniques se sont prononcés par référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l'UE. Les premiers résultats ont été annoncés quelques minutes après la fermeture des bureaux de vote et donnaient les partisans du "Remain" gagnants. Toutefois, le résultat définitif a changé la donne. A 51,9% le pays a choisi de quitter l'UE. Un cas sans précédent.

https://fr.sputniknews.com/international/201606271026181768-royaume-uni-petition-le-pen/


Netanyahu : Le blocus maritime de Gaza restera inchangé après l'accord avec la Turquie  27/06/2016

Netanyahu : Le blocus maritime de Gaza restera inchangé après l'accord avec la Turquie









Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé lundi que le blocus maritime que son pays impose depuis 10 ans à la bande de Gaza resterait en vigueur après l'accord avec la Turquie.

M. Netanyahu s'exprimait depuis Rome peu après qu'Israël et la Turquie ont officialisé la normalisation de leurs relations six ans après un assaut israélien sur un navire turc tentant de briser le blocus de Gaza qui avait tué 10 Turcs.

http://www.lorientlejour.com/article/993482/netanyahu-le-blocus-maritime-de-gaza-restera-inchange-apres-laccord-avec-la-turquie.html


Israël versera 20 millions de dollars d'indemnisation à la Turquie pour le raid de 2010  27/06/2016

Israël versera 20 millions de dollars d'indemnisation à la Turquie pour le raid de 2010








Israël versera 20 millions de dollars (18 millions d'euros) aux familles des dix Turcs tués lors de l'assaut contre le navire Mavi Marmara en 2010 dans le cadre d'un accord de réconciliation qui sera signé mardi, a annoncé le Premier ministre turc Binali Yildirim.

Les deux Etats échangeront aussi "dans les plus brefs délais" des ambassadeurs, a-t-il indiqué lundi devant la presse à Ankara, saluant un "pas important" en vue d'une normalisation après six ans de brouille.

Il a également annoncé que la Turquie allait acheminer vendredi "plus de 10.000 tonnes d'assistance humanitaire" depuis le port turc de Mersin (sud) vers le port israélien d'Ashdod pour les Palestiniens de la bande de Gaza, sous blocus israélien.

"Il nous a fallu tant d'années pour préparer cet accord (...) Nos relations se normalisent avec ce texte", a encore déclaré M. Yildirim.

Ankara était un allié régional capital pour Israël jusque dans les années 2000.

Mais leurs relations se sont ensuite détériorées, avant d'être réduites de manière drastique en 2010 en réaction à l'assaut lancé par des commandos israéliens contre le Mavi Marmara, un navire affrété par une ONG humanitaire turque pour tenter de briser le blocus imposé par Israël à Gaza. Cette opération s'était soldée par la mort de 10 Turcs.

Israël avait présenté ses excuses en 2013 mais les tensions s'étaient ravivées l'année suivante avec une nouvelle offensive israélienne dans la bande de Gaza.

Les deux Etats échangeront aussi "dans les plus brefs délais" des ambassadeurs, a-t-il indiqué lundi devant la presse à Ankara, saluant "pas important" en vue d'une normalisation après six ans de brouille.

http://www.lorientlejour.com/article/993481/israel-versera-20-millions-de-dollars-dindemnisation-a-la-turquie-pour-le-raid-de-2010-yildirim.html


Brexit: Londres pourrait ne "jamais" déclencher sa sortie de l'UE, selon un diplomate  27/06/2016

Brexit: Londres pourrait ne "jamais" déclencher sa sortie de l'UE, selon un diplomate









Le Royaume-Uni pourrait ne "jamais" déclencher sa sortie de l'Union européenne malgré la victoire du Brexit au référendum de jeudi, a estimé dimanche un diplomate européen.

"Mon sentiment personnel, c'est qu'ils ne notifieront jamais" à l'UE leur intention de quitter l'Union, a déclaré ce diplomate sous le couvert de l'anonymat.

Selon l'article 50 du traité de Lisbonne signé en 2007, qui n'a jamais été utilisé jusqu'ici, pour engager son retrait, le Royaume-Uni doit notifier au Conseil européen, composé des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres, son intention de quitter l'Union et négocier ensuite, pendant deux ans maximum, un "accord de retrait".

"Nous voulons que Londres déclenche l'article 50 maintenant, pour qu'il y ait de la clarté. Comme nous ne pouvons pas les y forcer, je m'attends à ce qu'ils prennent leur temps", a déclaré le diplomate. "Et je n'exclurais pas, c'est mon sentiment personnel, qu'ils puissent ne jamais le faire", a-t-il ajouté.

Malgré la pression croissante des responsables européens, le Premier ministre conservateur David Cameron, pro-UE, ne devrait pas entamer la procédure de sortie de l'UE dès mardi à Bruxelles, où débute un sommet européen de deux jours, selon un responsable européen. "Nous ne nous attendons pas, à ce stade, à ce que Cameron déclenche l'article 50", a déclaré ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

En annonçant vendredi sa démission après la victoire du Brexit, M. Cameron a précisé qu'il ne quitterait ses fonctions qu'en octobre et qu'il incomberait à son successeur de déclencher le processus de retrait et de négocier avec Bruxelles. Selon les partenaires européens, la procédure devrait être lancée d'ici Noël au plus tard. "Il ne peut y avoir aucune négociation avec le Royaume-Uni tant qu'il n'y a pas de notification", a souligné le diplomate européen.

Samedi, les ministres des Affaires étrangères des six pays fondateurs de la construction européenne ont pressé Londres de démarrer le processus de sortie "dès que possible".

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a exprimé l'impatience de Bruxelles. "Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement britannique a besoin d'attendre jusqu'au mois d'octobre pour décider si oui ou non il envoie la lettre de divorce à Bruxelles. J'aimerais l'avoir immédiatement", a-t-il dit.

http://www.lorientlejour.com/article/993448/brexit-londres-pourrait-ne-jamais-declencher-sa-sortie-de-lue-selon-un-diplomate.html


Hariri:« L’Iran finance des groupes chiites en Algérie»  27/06/2016

Hariri:« L’Iran finance des groupes chiites en Algérie»









L'ancien Premier ministre libanais, Saad Hariri a accusé l’Iran de semer la fitna dans les pays arabes, y compris l’Algérie.

Lors de son discours prononcé samedi à l’occasion d'un iftar offert au nord du Liban, Saad Hariri a dit que « l’Iran finance le Hezbollah au Liban, Al-Hashd Al-Chaabi en Irak, les Houthis au Yémen, l'opposition à Bahreïn et le meurtre de personnes innocentes en Syrie. Elle finance les attentats au Koweït, le chaos dans Katif et les groupes sectaires au Soudan, en Égypte et en Algérie », ajoutant qu’« En fait, l'Iran finance la discorde dans le monde arabe», selon le site électronique Al Arabi Al Jadid.

«Toutes les arènes arabes infiltrées par l'Iran, par l'argent, les partis, le clergé ou les Gardiens de la révolution, ont reçu leur part de division, de discorde et de conflits sectaires », estime l’ancien Premier ministre libanais.

La sortie de Hariri coïncide avec les déclarations du ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa indiquant qu’ « il y a une intention de diviser l’Algérie sur une base sectaire et rituelle », ajoutant que « nous sentons qu’il y a une intrusion étrangère pour fragiliser la frontière algérienne intellectuellement».

Mohamed Aïssa s’est exprimé au lendemain de la publication d’un communiqué par l’ambassade d’Irak en Algérie invitant les Algériens à effectuer un pèlerinage chiite et se rendre aux lieux saints chiites en Irak. Sur le sujet, le ministre a dit « avoir convenu d'une rencontre avec l'ambassadeur irakien en Algérie et de cette rencontre « jaillira la lumière et des positions à adopter».

Par ailleurs, il a annoncé la création d’un observatoire national de lutte contre l’extrémisme et le fanatisme religieux ajoutant que l’objectif étant de « protéger et préserver la référence religieuse nationale fondée sur le rite malékite».

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/489935.html


Victoire du "oui" à Notre-Dame-des-Landes  27/06/2016

Victoire du "oui" à Notre-Dame-des-Landes









Les habitants de Loire-Atlantique ont massivement dit "oui" dimanche à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ils ont soutenu le projet à 55,17% lors d'une consultation inédite en France, voulue par l'exécutif pour sortir de l'impasse ce dossier vieux de 50 ans.

La participation s'est établie à 51,08%. Sur la commune de Notre-Dame-des-Landes, le "non" est arrivé en tête avec 73,57% des 1150 suffrages exprimés. Mais dans une des deux communes qui accueillent l'actuel aéroport, Saint-Aignan-de-Grandlieu, la proportion est pratiquement inversée.

"C'est un résultat sans aucune ambiguïté (...) qui oblige le gouvernement à engager les travaux" de construction de l'aéroport, a déclaré Philippe Grosvalet, président PS du conseil départemental de Loire-Atlantique. Il a appelé Europe Ecologie-Les Verts (EEV) qui milite pour l'abandon du projet, à respecter le résultat de cette consultation inédite.

Le président de la région Pays de la Loire, Bruno Retailleau (LR), et président du Syndicat mixte aéroportuaire chargé de ce projet d'infrastructure, a lui aussi salué la "victoire du bon sens". "J'attends de savoir où seront les vrais démocrates", a-t-il aussi ajouté. "Il faut désormais agir vite", a-t-il encore réclamé devant la presse. Bruno Retailleau doit être reçu lundi par le Premier ministre Manuel Valls.

"Ce nouvel aéroport est une chance pour ce territoire et ses habitants", a indiqué ce dernier dans un communiqué publié à l'issue des résultats. Il a prévenu que les occupants illégaux du terrain devraient "partir" d'ici le début des travaux à l'automne.

Combatifs
Afin de bloquer les travaux, quelque 200 opposants se sont installés depuis 2009 dans des logements de fortune en pleine nature sur cette "zone d'aménagement différée" (ZAD) rebaptisée "zone à défendre". Ces "zadistes" contestent à la fois les conséquences environnementales du projet et un manque de démocratie locale dans son élaboration.

Ils avaient pour leur part annoncé qu'ils ne partiraient pas. Et ce quel que soit le résultat de la consultation. Position confirmée dimanche soir dans un communiqué du mouvement anti-aéroport, après les résultats du vote.

"Cette lutte se poursuit dès ce soir", ont lancé les représentants de la coordination des opposants, dans une déclaration lue à plusieurs voix dans une ambiance combative. Ils ont appelé "tous les soutiens partout en France à se mobiliser et redoubler de vigilance dans les semaines à venir".

"Biaisée"
Dénonçant une consultation "biaisée" et "illégitime", notamment en raison de son périmètre réduit au seul département de Loire-Atlantique, réputé plus favorable au "oui", des associations et des particuliers avaient tenté de faire annuler le scrutin en justice. Sans succès.

Ces associations, ainsi qu'EEV et le Parti de gauche, avaient donc annoncé qu'ils ne respecteraient qu'un seul résultat, la victoire du "non". "Si c'est oui, ce sera pour nous toujours non. Et si c'est non, il faudra qu'ils respectent les promesses", a résumé Jean-François Pellissier, porte-parole d'Ensemble!.

Sophie Bringuy, coprésidente du groupe écologiste au Conseil régional, a mis le gouvernement en garde contre la tentation de passer en force: "Dans le climat actuel, appeler et procéder à l'évacuation violente de la Zad, après une consultation illégitime, serait irresponsable", a-t-elle estimé dans un communiqué.

Seule voix discordante dans le camp des opposants au projet, le MoDem de Loire-Atlantique a appelé "l'ensemble des démocrates et des républicains à reconnaître dans cette consultation la volonté de la majorité". Il souhaite que "les travaux commencent dans le calme".

"Consultatif"
Les 967'500 électeurs du département étaient invités à répondre s'ils étaient "favorables au projet de transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes". Un avis "consultatif" selon la loi mais que le président François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls se sont engagés à suivre.

Le projet de transférer l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique, au sud de la ville, vers le site de Notre-Dame-des-Landes, à 20 km au nord, est soutenu par les milieux économiques et les collectivités locales. Il se heurte toutefois depuis de nombreuses années à une farouche résistance sur le terrain, et devant les tribunaux. Le projet, né dans les années 60, a été déclaré d'utilité publique en 2008.

Première du genre en France, cette consultation locale avait été annoncée le 11 février par François Hollande, dans l'optique de trancher ce dossier, qui empoisonne depuis le début de son quinquennat les relations entre socialistes et écologistes.


(ats / 27.06.2016 00h10)
http://www.romandie.com/news/Victoire-du-oui-a-NotreDamedesLandes/715320.romhttp://www.romandie.com/news/Victoire-du-oui-a-NotreDamedesLandes/715320.rom


L'Iran frappe des rebelles kurdes à la frontière avec le Kurdistan d'Irak  27/06/2016

L'Iran frappe des rebelles kurdes à la frontière avec le Kurdistan d'Irak








Cinq personnes ont été blessées dimanche lorsque l'artillerie iranienne a bombardé des postes des rebelles kurdes d'Iran le long de la frontière avec le Kurdistan, une région semi-autonome du nord de l'Irak, selon une source des forces de sécurité du Kurdistan.

"L'artillerie iranienne a frappé les zones frontalières de Sodkan et de Soran dans la province d'Arbil, blessant cinq personnes et endommageant plusieurs immeubles résidentiels", a déclaré la source sous couvert d'anonymat.

Les bombardements iraniens ont également touché les villages d'Alana, Kuna Re et Harman à Haj Omran, près de la frontière iranienne, dans la zone de Chormann, dans la province d'Arbil.

Les bombardements n'ont fait aucun mort, mais beaucoup de familles ont été contraintes de quiter leur foyer pour une zone plus sûre, selon la source.

L'armée iranienne visait apparemment cette zone en raison de la présence présumée de combattants du Parti démocratique kurde d'Iran (PDKI), également appelés "rebelles kurdes d'Iran".

Le PDKI est un parti politique kurde basé au Kurdistan iranien. Il lutte pour obtenir davantage de droits pour le peuple kurde, dans le cadre d'une république fédérale démocratique d'Iran.

http://french.cri.cn/621/2016/06/27/562s483923.htm


Le président de Goldman Sachs annonce qu’il va falloir annuler le Brexit « d’une façon ou d’une autre »  26/06/2016

Le président de Goldman Sachs annonce qu’il va falloir annuler le Brexit « d’une façon ou d’une autre »







L’ancien Commissaire européen à la concurrence, ancien directeur général de l’OMC, actuel président de l’European Policy Center et actuel président de Goldman Sachs International a diffusé le tweet suivant suite à la victoire du Brexit au référendum britannique :

The younger generation in UK has been sacrificed all because of distortion of facts & consequences. Somehow this result must be overturned.

— Peter Sutherland (@PDSutherlandUN) 25 juin 2016

« La jeune génération au Royaume-Uni a été sacrifiée, tout ça à cause d’une déformation des faits et des conséquences. D’une façon ou d’une autre, ce résultat doit être annulé. »

Source : UPR.fr
http://www.agenceinfolibre.fr/le-president-de-goldman-sachs-annonce-quil-va-falloir-annuler-le-brexit-dune-facon-ou-dune-autre/


Syrie: plus de 80 morts après les raids sur Deir Ezzor  26/06/2016

Syrie: plus de 80 morts après les raids sur Deir Ezzor








Au moins 82 personnes, dont 58 civils, ont été tuées samedi dans des raids de l'aviation russe et du régime syrien sur la province de Deir Ezzor (est), contrôlée par le groupe Etat islamique (EI), selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Trois raids de l'aviation russe et syrienne contre la localité d'al-Kouriyé, au sud-est de la ville de Deir Ezzor, ont tué 58 civils", a précisé dimanche l'OSDH.

Selon des partenaires locaux de l'UNICEF, 25 enfants auraient été tués lors de ces frappes, a indiqué l'agence onusienne dans un communiqué.

"Avec l'intensification des violences, les attaques contre les enfants en Syrie sont devenues ordinaires avec un mépris total pour leur vie", dénonce l'agence de l'ONU.

En outre, 24 autres personnes ont péri dans ces raids sans que l'on sache s'il s'agissait de civils ou de jihadistes de l'EI, a indiqué l'OSDH, une ONG qui s'appuie sur un vaste réseau de sources dans le pays en guerre.

Dans un premier bilan samedi, l'OSDH avait rapporté que 47 personnes, dont 31 civils, avaient péri dans ces raids.

L'EI contrôle plus de 60% de Deir Ezzor, chef-lieu de la province éponyme.

La Russie, alliée du régime de Damas, est intervenue massivement dans la guerre en Syrie en septembre avant d'annoncer en mars un retrait partiel.

Une révolte pacifique contre le régime syrien en 2011 s'est transformée en une rébellion armée, avant que le conflit ne devienne plus complexe avec la montée en puissance des jihadistes de l'EI et de la branche d'Al-Qaïda et la multiplication des acteurs locaux, régionaux et internationaux.

Le conflit a fait plus de 280.000 morts et poussé à la fuite des millions de personnes.

http://www.lorientlejour.com/article/993348/syrie-plus-de-80-morts-apres-les-raids-sur-deir-ezzor-nouveau-bilan-osdh.html


Palestine occupée: la profanation d'al-Aqsa durant le Ramadan est un crime sans précédent  26/06/2016

Palestine occupée:  la profanation d'al-Aqsa durant le Ramadan est un crime sans précédent









Le chef du Conseil suprême islamique, le cheikh Ikrima Sabri, a dénoncé d'une vive voix l'attaque de la police israélienne, dimanche matin, qui a agressé les fidèles durant le moi de Ramadan, à l'intérieur de la mosquée bénie al-Aqsa.

Cheikh Sabri a déclaré à notre CPI en disant:"Nous condamnons l'assaut des forces d'occupation et leur agression, aujourd'hui, dimanche matin, perpétrée contre les fidèles aux cours de la mosquée al-Aqsa".

Il a souligné que les incursions des colons juifs durant le mois sacré du Ramadan, est un précédent dangereux, parce que pendant le mois de Ramadan, il n'y avait pas de visites, dans les années passées, pour les non-musulmans".

Il a ajouté: «L'année dernière et cette année, les colons extrémistes ont violé le statu quo et ont organisé des incursions provocatrices dans la mosquée bénie".

Sabri a condamné l'agression des fidèles par la police israélienne qui a protégé les profanateurs colons extrémistes et facilite leur accès à travers la porte des Maghrébins, durant le premier jour sacré de la troisième dixième des jours de Ramadan.

Il a ainsi dénoncé l'utilisation du gaz lacrymogène et les balles recouvertes en caoutchouc contre les fidèles qui ont été battus et roués de coups de matraques à l'intérieur de la mosquée sainte al-Aqsa, rien pour permettre aux gangs des colons extrémistes de profaner la mosquée bénie.

Une source dans le Waqf islamique a déclaré à notre journaliste que l'occupation a commencé à empêcher les jeunes de moins de 30 ans d'entrer dans la Mosquée Al Aqsa.

La source a expliqué que la police israélienne a pris cette décision à la suite des affrontements qui ont eu lieu,ce matin,entre les fidèles et les forces israéliennes.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=47931


Palestine : 7 blessés dans des heurts avec la police israélienne sur l’esplanade des Mosquées  26/06/2016

Palestine : 7 blessés dans des heurts avec la police israélienne sur l’esplanade des Mosquées








Sept Palestiniens ont été blessés dans des heurts opposant dimanche policiers israéliens et des Palestiniens sur l’esplanade des Mosquées (al-Aqsa) à El-Qods occupée, ont indiqué des responsables palestiniens.

Le Croissant-Rouge palestinien a indiqué avoir évacué sept blessés vers l’hôpital pour des blessures par balles en caoutchouc, des coups reçus et certains pour intoxications au gaz lacrymogène.

Ces heurts ont débuté tôt le matin, lorsque la police israélienne, a ouvert la porte des Maghrébins, la seule par laquelle peuvent entrer les visiteurs non-musulmans.

Un porte-parole du Waqf, la fondation jordanienne qui a la garde du lieu saint, a indiqué que « cette porte reste habituellement fermée durant les dix derniers jours du ramadhan ». Le Waqf a indiqué avoir protesté contre ce changement qui a été, pour lui, une surprise.

La fondation jordanienne accuse la police israélienne qui s’est déployée en masse sur l’esplanade, d’avoir « attisé la situation en tirant des grenades assourdissantes, des balles en caoutchouc et en frappant les fidèles violemment ».

http://www.algerie1.com/flash-dactu/palestine-7-blesses-dans-des-heurts-avec-la-police-israelienne-sur-lesplanade-des-mosquees/


30 000 EUROS DE CAUTION POUR JOCHIMEK : TOUJOURS AUCUN MOT DANS LA PRESSE FRANÇAISE.  26/06/2016

30 000 EUROS DE CAUTION POUR JOCHIMEK : TOUJOURS AUCUN MOT DANS LA PRESSE FRANÇAISE.
30 000 EUROS DE CAUTION POUR JOCHIMEK : TOUJOURS AUCUN MOT DANS LA PRESSE FRANÇAISE.
Lundi 20 juin, Panamza rapportait qu'Alain Jochimek, directeur général de Lycamobile et représentant du Crif auprès de la haute fonction publique israélienne, avait été mis en examen -le vendredi 17 juin- pour "blanchiment d'argent" lié à la criminalité {http://panamza.com/16090}.
Vendredi 24 juin, le site américain BuzzFeed, à l'origine de cette information, a actualisé son papier publié le 19 juin en précisant notamment que Jochimek -qui nie les allégations portées contre lui- a dû déposer une caution pénale de 30 000 euros pour recouvrir la liberté. L'une des dix-neuf personnes interpellées -dont neuf, comme Jochimek, ont été mises en examen- demeure en détention {http://panamza.com/bqw}.
Samedi 25 juin, huit jours après la mise en examen de Jochimek et en dépit du buzz sur les réseaux sociaux, la presse audiovisuelle n'a toujours consacré AUCUN reportage au sujet de cette affaire.
***SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ! http://www.panamza.com/urgent***


LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE : UNE MAIRIE PARISIENNE ACCUEILLE UN RASSEMBLEMENT D'ÉTUDIANTS JUIFS ULTRA-SIONISTES.  26/06/2016

LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE : UNE MAIRIE PARISIENNE ACCUEILLE UN RASSEMBLEMENT D'ÉTUDIANTS JUIFS ULTRA-SIONISTES.
LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE : UNE MAIRIE PARISIENNE ACCUEILLE UN RASSEMBLEMENT D'ÉTUDIANTS JUIFS ULTRA-SIONISTES.

Jeudi 23 juin, l'Union des étudiants juifs de France, association qui s'était engagée en faveur des bombardements israéliens sur Gaza en 2014, a inauguré son 35ème congrès au sein de la mairie du 9ème arrondissement de Paris et en présence du premier adjoint au maire Alexis Govciyan {http://panamza.com/bqt ; http://panamza.com/bqu}.

Membre du parti Les Républicains, la maire Delphine Bürkli (initiée en politique par le député atlanto-sioniste Pierre Lellouche) avait, l'an dernier, co-formulé auprès du conseil de Paris le voeu relatif à la condamnation du mouvement propalestinien BDS {http://panamza.com/bqv }.

***SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ! http://www.panamza.com/urgent ***


QUAND "L'IMAM" CHALGHOUMI RÉCOMPENSE LE PRÉSIDENT ISLAMOPHOBE DU CRIF.  26/06/2016

QUAND "L'IMAM" CHALGHOUMI RÉCOMPENSE LE PRÉSIDENT ISLAMOPHOBE DU CRIF.
 
QUAND "L'IMAM" CHALGHOUMI RÉCOMPENSE LE PRÉSIDENT ISLAMOPHOBE DU CRIF.

Le 8 juin, Hassen Chaghoumi avait convié de nombreuses personnalités à la mosquée de Drancy pour la célébration de la rupture du jeûne du mois de ramadan {https://youtu.be/6rW86yOC2fE}.

Deux semaines plus tard, la chaîne tunisienne Tunisna TV a mis en ligne une reportage de 20 minutes consacré à ce rassemblement {https://youtu.be/fboVKt9QMKE?t=51m55s }.

Au cours du repas servi dans un cadre fastueux, Chalghoumi a remis le prix du "rameau de l'olivier" à Roger Cukierman, le président ultra-sioniste du Conseil représentatif des institutions juives (jusqu'au 29 juin) qui s'est distingué -depuis 2002- par de nombreux propos islamophobes {http://panamza.com/10562 }.

***SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ! http://www.panamza.com/urgent***


Heurts sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem  26/06/2016

Heurts sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem







Des heurts ont opposé dimanche policiers israéliens et fidèles musulmans sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, lieu saint du judaïsme et de l'islam où se pressent des milliers de musulmans à l'occasion du ramadan, ont indiqué des responsables palestiniens et israéliens.

Le Croissant-Rouge palestinien a indiqué avoir évacué sept blessés vers l'hôpital Makassed de Jérusalem où ils ont été soignés pour des blessures par balles en caoutchouc, des coups reçus et certains pour intoxications au gaz lacrymogène.

Ces heurts ont débuté tôt le matin, lorsqu'à 07H00 (04h00 GMT) la police israélienne, qui contrôle toutes les entrées du lieu saint, a ouvert la porte des Maghrébins, la seule par laquelle peuvent entrer les visiteurs non-musulmans. Cette porte est habituellement ouverte tous les matins aux touristes ainsi qu'à des groupes de juifs, qui, pour certains, tentent de prier sur l'esplanade, un droit réservé aux seuls musulmans, provoquant régulièrement échauffourées et esclandres.

Mais, a expliqué un porte-parole du Waqf, la fondation jordanienne qui a la garde du lieu saint pour les musulmans comme pour les juifs qui l'appellent le Mont du temple, "cette porte reste habituellement fermée durant les dix derniers jours du ramadan", les plus sacrés pour les musulmans et ceux durant lesquels le plus grand nombre de fidèles se pressent pour prier. Le Waqf a indiqué avoir protesté contre ce changement qui a été, pour lui, une surprise.

Alors qu'un groupe de juifs entraient sous haute protection policière dimanche matin tôt, des fidèles musulmans ont vivement protesté et un groupe de jeunes s'est retranché dans la mosquée Al-Aqsa, un scénario qui se renouvelle chaque fois que des violences éclatent sur l'esplanade, située dans la Vieille Ville à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville occupée et annexée par Israël.

Certains de ces jeunes "masqués" ont "crié pour perturber l'entrée des visiteurs non musulmans", affirme dans un communiqué la porte-parole de la police israélienne Luba Samri. Selon elle "quatre d'entre eux ont été arrêtés pour trouble à l'ordre public". Trois sont originaires d'Afrique du Sud et le quatrième est un Palestinien du nord de la Cisjordanie occupée, selon le Waqf.

La fondation jordanienne accuse la police israélienne qui s'est déployée en masse sur l'esplanade, d'avoir "attisé la situation en tirant des grenades assourdissantes, des balles en caoutchouc et en frappant les fidèles violemment".

Les heurts ont connu une accalmie mais la situation restait tendue en fin de matinée à l'intérieur du site ultra-sensible, selon un photographe de l'AFP.

http://www.lorientlejour.com/article/993283/heurts-sur-lesplanade-des-mosquees-a-jerusalem.html


Un ancien prisonnier américain d’Auschwitz, vraiment?  26/06/2016

Un ancien prisonnier américain d’Auschwitz, vraiment?








Joseph Hirt, un habitant de la ville d'Adamstown dans l’Etat de Pennsylvanie qui raconte depuis des décennies son internement à Auschwitz pendant la guerre, a confié qu'il n’y avait en réalité jamais séjourné.

Selon CBS, la déclaration l'Américain âgé de 91 ans est publiée dans le journal local. Hirt s'est excusé publiquement devant ceux à qui ses histoires aurait pû faire du mal. « Je ne voulais pas sous-évaluer la signification des évenements qui ont vraiment eu lieu là-bas, quand j'ai affirmé faussement que j'étais présent », a-t-il souligné, expliquant qu'il avait tout simplement voulu raconter aux gens des crimes commies par des nazis.

C'était le professeur d'histoire de Turin (état de NY) Andrew Reid qui a révélé l'affaire. Il a fait une recherche en commun avec ses étudiants, au cours de laquelle ils ont compris que plusieurs faits de la vie de Hirt ne correspondaient pas à ses déclarations. Par exemple, le numéro qui est tatoué sur sa peau appartient à un autre homme.

https://fr.sputniknews.com/international/201606251026160789-auschwitz-prisonnier-americain/








Les forces irakiennes contrôlent 20.000 déplacés à Fallouja  26/06/2016

Les forces irakiennes contrôlent 20.000 déplacés à Fallouja








Les forces irakiennes ont filtré 20.000 personnes ayant fui les combats à Fallouja, à l'ouest de Bagdad, afin de démasquer les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui tenteraient de se mêler aux flots de déplacés, a annoncé samedi un responsable militaire.

Des dizaines de milliers de civils ont fui Fallouja à mesure que les forces gouvernementales avançaient dans la ville pour y déloger l'EI. Certains ayant été contrôlés à leur sortie du bastion jihadiste accusent les forces de sécurité de les avoir torturés et battus.

Parmi les personnes interceptées, 2.185 l'ont été sur la base de témoignages ou d'autres informations les rendant suspects, mais pour l'heure, 11.605 déplacés ont été libérés et 7.000 sont toujours interrogés, a indiqué un porte-parole du Commandement des opérations conjointes supervisant la lutte antijihadiste.

Une fois sortis de Fallouja, des adolescents et des hommes sont arrêtés, certains étant libérés quelques heures plus tard quand d'autres poursuivent leurs interrogatoires.

Des responsables irakiens ont visité un camp de déplacés la semaine dernière et ont été assaillis par des familles inquiètes du sort de centaines d'hommes disparus.
Dans ce camp, un homme a raconté avoir été détenu quatre jours sans boire ni manger par les forces paramilitaires du Hachd al-Chaabi, dominées par des milices chiites, qui participent à l'offensive de Fallouja. Un autre a assuré que les détenus étaient battus et plusieurs récits de torture incriminent les miliciens.

Début juin, l'organisation Human Rights Watch (HRW) avait appelé le gouvernement irakien à enquêter sur des abus présumés contre les civils durant l'opération de Fallouja. HRW faisait état notamment de 17 personnes ayant été exécutées par la police et le Hachd alors qu'elles fuyaient les combats à Sijr, au nord-est de Fallouja.

Le Premier ministre Haider al-Abadi a promis d'enquêter sur les abus commis par les forces de sécurité.
Les forces irakiennes ont lancé le 23 mai l'offensive pour reprendre Fallouja aux mains de l'EI depuis janvier 2014, année où le groupe ultraradical s'est emparé de plusieurs pans du territoire irakien, surtout au nord et à l'ouest de Bagdad.

http://www.lorientlejour.com/article/993261/les-forces-irakiennes-controlent-20000-deplaces-a-fallouja-pour-eviter-une-fuite-des-jihadistes-de-lei.html


Présence de forces américaines au Sénégal  26/06/2016

Présence de forces américaines au Sénégal








L'Assemblée nationale sénégalaise a validé l'accord de défense signé en mai par Dakar et Washington permettant la présence au Sénégal de forces américaines dans le cadre de la lutte antiterroriste, ont indiqué samedi des responsables.

Le projet de loi autorisant le président Macky Sall à ratifier cet accord a été voté vendredi par les députés réunis en séance plénière, en présence du ministre sénégalais des Affaires étrangères Mankeur Ndiaye, a affirmé à l'AFP un responsable du ministère.

L'accord, signé le 2 mai à Dakar, concerne "la coopération en matière de Défense, le statut des forces des Etats-Unis et l'accès aux installations et zones convenues ainsi que leur utilisation en République du Sénégal", selon un communiqué de l'Assemblée nationale, qui ne fournit pas plus de détails.

"Ce n'est pas un accord secret", a déclaré le chef de la diplomatie sénégalaise, cité samedi par le quotidien pro-gouvernemental Le Soleil. "C'est plutôt un accord de partenariat stratégique qui va, certes, permettre aux forces américaines de faire des interventions sur d'éventuelles menaces mais il reste un accord gagnant-gagnant", a-t-il affirmé.

Début mai, des responsables avaient indiqué qu'un des points de l'accord était la possibilité accordée aux forces américaines d'accéder à des zones au Sénégal, aéroportuaires ou militaires par exemple, pour répondre notamment à des besoins de sécurité ou de santé. Ils avaient cependant refusé d'évoquer des bases américaines.

L'accord permet néanmoins "la présence permanente de militaires américains au Sénégal" et vise à "faire face à des difficultés communes en matière de sécurité dans la sous-région", avait dit le ministre M. Ndiaye, précisant qu'il était d'une "durée indéterminée".

Grâce à cet accord, les forces américaines et sénégalaises pourront "faire conjointement davantage d'entraînement et de formation et d'être mieux préparés à riposter ensemble aux risques qui menacent (les) intérêts communs" des deux pays, avait de son côté expliqué l'ambassadeur américain à Dakar.

Le Sénégal a jusqu'à présent échappé à des attentats de groupes islamistes armés qui ont fait des dizaines de morts dans d'autres pays d'Afrique de l'Ouest, le Burkina Faso, le Mali et la Côte d'Ivoire.
Le pays a toutefois accueilli en février pour la troisième fois l'exercice militaire Flintlock, organisé annuellement par les Etats-Unis en Afrique.

http://www.lorientlejour.com/article/993262/presence-de-forces-americaines-au-senegal-le-parlement-valide-laccord-signe-en-mai.html


1 2 3 4 5 » ... 2904

Publicité

Brèves



Commentaires