Le Hamas à l'ambassadeur américain en Israël: Le siège de Gaza a révélé vos mensonges  28/06/2017

Le Hamas à l'ambassadeur américain en Israël: Le siège de Gaza a révélé vos mensonges











Le Mouvement du Hamas a déclaré que les déclarations de l'ambassadeur des États-Unis auprès de l'occupation sioniste sur leur engagement à soumettre le Hamas et mettre fin à la détention des corps des soldats capturés, ont démontré l'ignorance des facteurs de la fermeté du mouvement et du peuple palestinien.

Daniel Friedman, un nouvel ambassadeur américain à l'entité sioniste, a déclaré dimanche que les Etats-Unis sont concernés en soumettant le Hamas, décrivant le mouvement comme une organisation terroriste violente.

Friedman a déclaré lors d'un discours dimanche, en ajoutant le nom de l'officier détenu dans la bande de Gaza, Hadar Goldin au « Tableau d'honneur », à Jérusalem, que les États-Unis se sont engagés à soumettre le Hamas, à la lumière de leur refus de restituer le corps de l'officier Goldin.

Un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum a décrit les allocutions américaines d'impudentes, et qu'elles sont la preuve de l'ignorance de l'ambassadeur américain et son administration des fondamentaux et des facteurs, de la fermeté du Hamas et des sacrifices du peuple palestinien.

Barhoum a adressé dans un communiqué, un fort message à l'ambassadeur des États-Unis, en disant :" Le siège de Gaza a révélé vos mensonges, le Hamas et la résistance de notre peuple détruiront vos concepts".

https://french.palinfo.com/31928
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information


Selon Manuel Valls, La France insoumise "se compromet avec l'islam politique"  28/06/2017

Selon Manuel Valls, La France insoumise "se compromet avec l'islam politique"












L'ancien Premier ministre estime notamment que Jean-Luc Mélenchon est "dangereux".

Dans un entretien accordé au quotidien Libération, publié ce mardi, Manuel Valls juge que la gauche "est en difficulté sur les questions d'identité" et que La France insoumise en particulier "se compromet avec l'islam politique voire avec les islamistes".

Observant que son adversaire aux législatives, Farida Amrani, "n'a rien dit" après avoir reçu le soutien pour le second tour de l'humoriste Dieudonné, l'ancien Premier ministre estime qu'"à gauche, on n'est pas à l'aise sur ce sujet-là".

"C'est presque un angle mort. Comme on est du côté des plus faibles, on dit 'ce sont des victimes', on croit qu'il faut se mettre de leur côté, et on prend les voix. On est mal à l'aise, et on se retrouve à légitimer Dieudonné", poursuit-il.

Le vainqueur des élections législatives dans sa circonscription de l'Essonne se risque même un parallèle avec l'affaire Dreyfus: "Au moment de l'affaire Dreyfus, la gauche se demande: 'Est-ce qu'il faut défendre ce juif, militaire, bourgeois, alors que la préoccupation essentielle c'est la classe ouvrière ?'.

À gauche c'est comme ça, ce sont les termes du débat".

"Il y a une complaisance, parce qu'il y a une gêne et une culpabilité. Les musulmans sont le prolétariat du XXIe siècle, et en plus il y a une question religieuse... Mais on ne peut pas être naïf", lance également le député de l'Essonne, qui qualifie par ailleurs Jean-Luc Mélenchon de personnage "dangereux".

http://www.atlantico.fr/pepites/selon-manuel-valls-france-insoumise-se-compromet-avec-islam-politique-3093872.html


Attentat de Nice : un an après, l'enquête présentée aux victimes  27/06/2017

Attentat de Nice : un an après, l'enquête présentée aux victimes











Les trois magistrats parisiens supervisant l'enquête sur l'attentat de Nice, en juillet 2016, ont fait le point mardi avec les victimes dans une ambiance alourdie par des questions concernant les mesures de sécurité déployées le soir de l'attaque dans cette ville de la Riviera française.

Couverte par le secret de l'instruction et organisée à l'abri des médias, la réunion a duré quatre bonnes heures avec environ 300 participants - victimes, proches et avocats - massés dans un amphithéâtre universitaire.

L'un des objectifs était de présenter tout ce qui se trouve dans le dossier concernant l'auteur de l'attentat, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, 31 ans. Ce dernier, en moins de trois minutes, avait fait 86 morts de 19 nationalités et plus de 450 blessés en fonçant avec un camion sur les spectateurs du feu d'artifice tiré près de la Promenade des Anglais le 14 juillet, au soir de la fête nationale.

Une des énigmes du dossier concerne ses éventuels contacts avec l'organisation État islamique qui a revendiqué l'attentat 36 heures après. "A ce jour, aucun lien n'a été établi et en particulier, il n'y a pas eu d'allégeance. Mais prudence, les investigations vont se continuer", a commenté Philippe Soussi, avocat d'Ali Charrihi qui a perdu sa mère dans l'attentat.

Ali Charrihi a salué le travail "énorme" des juges. Un exposé "intéressant, complet et assez long, qui permet aux victimes d'avoir un peu d'espoir que le dossier aura une suite", a commenté de son côté Gérard Chemla, avocat d'une soixantaine de parties civiles.

Mais certains, comme Stéphanie, 46 ans, ont estimé être venus "pour rien". "Les seules questions que les gens posent et qui reviennent c'est sur la sécurité, et sur ça, ils ne peuvent pas le dire, ça n'a rien à voir avec leur instruction", a regretté cette femme, blessée dans l'attentat.

"Il y a une grosse rancoeur sur le sujet (de la sécurité) et beaucoup de questions ont été posées sur la responsabilité de la ville de Nice", a également observé Me Antoine Casubolo, avocat de l'association française des victimes du terrorisme (AFVT).

Après l'attentat, le gouvernement socialiste de l'époque avait été sous le feu d'attaques d'élus locaux de droite notamment qui avaient dénoncé des mesures de sécurité insuffisantes. Une enquête de la "police des polices" française a conclu que le dispositif de sécurité sur la Promenade des Anglais "n'était pas sous-dimensionné".

https://www.lorientlejour.com/article/1059398/attentat-de-nice-un-an-apres-lenquete-presentee-aux-victimes.html


Manifestations et arrestations dans le nord du Maroc  27/06/2017

Manifestations et arrestations dans le nord du Maroc











Une cinquantaine de manifestants ont été arrêtés après des affrontements violents les ayant opposés lundi à la police dans la ville d'Al Hoceïma, dans le nord du Maroc, lors de la célébration de la fête de l'Aïd el Fitr qui marque la fin du ramadan, a-t-on appris mardi auprès d'un militant des droits de l'homme.

Depuis l'arrestation le 29 mai de Nasser Zefzafi, chef de file de la contestation dans la région du Rif, les manifestations et les arrestations se sont multipliées et plus d'une centaine de militants ont été interpellés par la police. Des dizaines ont été condamnés à des peines de prison.

Selon l'agence de presse publique MAP, 39 policiers ont été hospitalisés après avoir été blessés par des jets de pierre.

Lundi, les heurts se sont produits après un nouvel appel à la libération des personnes arrêtées et incarcérées.

Selon Faisal Aussar, membre de la section locale de l'Association marocaine des droits de l'homme, la police et la gendarmerie ont bloqué plusieurs accès à la ville d'Al Hoceïma et environ 50 personnes ont été arrêtées. La manifestation a été réprimée à coups de matraques et de tirs de gaz lacrymogènes.

"La présence de femmes n'a pas dissuadé la police d'utiliser des matraques et de donner des coups pour disperser les manifestations", a-t-il dit à Reuters.

Les manifestations qui ont lieu à Al Hoceïma depuis octobre sont les plus importantes depuis celles du "Printemps arabe" de 2011 qui avaient incité le roi Mohammed VI à mener certaines réformes constitutionnelles.

Justice et spiritualité, qui avait été un acteur important des manifestations de 2011, n'est pas légal mais il est toléré. C'est le seul groupe d'opposition capable de mobiliser massivement.

Le mouvement s'est développé en octobre après la mort d'un vendeur de poissons, Mouhcine Fikri, broyé dans une benne à ordures où il cherchait à récupérer sa marchandise saisie par la police.

https://www.lorientlejour.com/article/1059391/manifestations-et-arrestations-dans-le-nord-du-maroc.html


L'Etat néerlandais reconnu partiellement responsable du massacre de Srebrenica  27/06/2017

L'Etat néerlandais reconnu partiellement responsable du massacre de Srebrenica











L'Etat néerlandais a été reconnu partiellement responsable mardi du décès de 350 musulmans lors du massacre de Srebrenica en 1995 en Bosnie et va devoir verser des compensations financières pour les dommages subis par les familles des victimes, toujours meurtries.

"L'Etat néerlandais a agi illégalement" et doit "verser une compensation partielle" aux familles des victimes, a déclaré la juge Gepke Dulek en rendant mardi le jugement de la Cour d'appel de La Haye.

Ce moment était très attendu par les familles de victimes présentes au moment de l'annonce de la décision de justice, nouvel épisode dans ce qui reste une des pages les plus noires de l'histoire des Pays-Bas, mais aussi de la guerre de Bosnie (1992-1995).

L'enclave de Srebrenica, limitrophe de la Serbie, était placée sous la protection de l'ONU lorsqu'elle a été prise le 11 juillet 1995 par les forces serbes de Bosnie.

Au cours de l'évacuation de Srebrenica, les Casques bleus néerlandais ont "facilité la séparation des hommes et des garçons musulmans tout en sachant qu'il y avait un risque réel qu'ils subissent un traitement inhumain, ou qu'ils soient exécutés par les Serbes de Bosnie", a déclaré la juge Dulek.

Selon l'avocat des familles des victimes, Marco Gerritsen, cette décision de justice est une "claque juridique" pour l'Etat néerlandais. L'avocat a cependant regretté que la compensation financière ne soit que partielle : "Il aurait pu y avoir plus".

- Colère des Mères de Srebrenica -

Bien que la Cour d'appel ait reconnu la responsabilité de l'Etat néerlandais dans le massacre de 350 Musulmans, au vu de faits spécifiques qui ont eu lieu lors de l'évacuation de l'enclave, elle a débouté l'association des Mères de Srebrenica.

Ces femmes réclamaient des dommages et intérêts pour le massacre d'environ 8.000 hommes et garçons musulmans lors du génocide de Srebrenica, dans le nord-est de la Bosnie, théâtre des pires atrocités commises en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

La présidente de l'association des Mères de Srebrenica, Munira Subasic, a qualifié le verdict de "discriminatoire" envers les victimes musulmanes au micro de Radio Free Europe. Mais les mères ont "traîné en justice" les Casques bleus néerlandais et "une forme de responsabilité a été établie".

Connues sous le nom de "Dutchbat" et retranchées dans leur base, les forces néerlandaises avaient recueilli des milliers de réfugiés dans l'enclave des Nations unies.

Mais, submergées, elles avaient d'abord fermé les portes aux nouveaux arrivants, puis permis aux Serbes de Bosnie d'évacuer les réfugiés. Les hommes et les garçons avaient alors été séparés et mis dans des bus.

"Le Dutchbat aurait dû prévenir ces hommes des risques qu'ils couraient et aurait dû leur laisser le choix de rester dans l'enclave pendant que leur famille était évacuée", a poursuivi la juge.

- "Mission irréaliste" -

Mais la Cour d'appel a condamné l'Etat néerlandais à verser seulement 30% des dommages et intérêts réclamés par les familles des victimes car elle "n'est pas certaine que ces personnes n'auraient pas été tuées plus tard même si elles étaient restées dans l'enclave."

Une juridiction inférieure avait déjà statué en 2014 en décidant que l'Etat néerlandais était responsable du décès de 350 hommes et garçons bosniaques. L'Etat néerlandais avait fait appel, arguant que personne n'aurait pu prévoir un génocide.

Les familles des victimes et l'Etat néerlandais ont tous encore la possibilité de saisir la Cour suprême.

"Ce qui est clair c'est que les vrais auteurs de ce qui s'est passé à Srebrenica sont les Serbes de Bosnie, et pas le Dutchbat", a réagi Klaas Meijer, porte-parole du ministère de la Défense.

Il a déclaré à l'AFP que le gouvernement étudierait le jugement "très soigneusement" avant de se prononcer sur la possibilité de faire appel, car "il pourrait y avoir des conséquences sur d'autres opérations". Les forces néerlandaises sont actuellement déployées au Mali, en Afghanistan et en Irak.

Aux Pays-Bas, le rôle des anciens Casques bleus néerlandais continue de susciter la controverse.

A leur tour, plus de 200 d'entre eux demandent également des dommages et intérêts au gouvernement pour les avoir envoyés à Srebrenica remplir "une mission irréaliste, dans des circonstances impossibles", selon les propos prononcés l'an dernier par Jeanine Hennis-Plasschaert, ministre de la Défense.

"Mes clients réclament une compensation de 22.000 euros chacun", a déclaré leur avocat lundi soir. Au total, les dommages s'élèveraient à environ 4,5 millions d'euros.



(©AFP / 27 juin 2017 18h24)
https://www.romandie.com/news/ZOOM-L-Etat-neerlandais-reconnu-partiellement-responsable-du-massacre-de-Srebrenica/809651.rom


Tchernobyl : les mesures de radioactivité affectées par la cyberattaque  27/06/2017

Tchernobyl : les mesures de radioactivité affectées par la cyberattaque











Les ordinateurs de Tchernobyl ont été touchés par la cyberattaque se propageant mardi dans le monde entier, forçant les techniciens de la centrale nucléaire ukrainienne à l'arrêt à mesurer la radioactivité avec des compteurs Geiger, a annoncé à l'AFP une porte-parole des autorités ukrainiennes.

"Nos techniciens mesurent la radioactivité avec des compteurs Geiger sur le site de la centrale, comme on le faisait il y a des dizaines d'années", a déclaré Olena Kovaltchouk, la porte-parole de l'Agence gouvernementale de gestion de la zone d'exclusion de Tchernobyl, expliquant que le système Windows qui gère automatiquement la surveillance de la radioactivité était inopérant.

"Cela a uniquement lieu sur le site de la centrale. Dans le reste de la zone d'exclusion, la situation n'a pas changé", a-t-elle poursuivi, avant de dire qu'elle n'était pas en mesure de "pronostiquer" quand la situation reviendrait à la normale.

L'Ukraine a commémoré en avril le 31e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, survenue le 26 avril 1986. Le réacteur numéro 4 avait alors explosé au cours d'un test de sûreté. Les autres réacteurs de la centrale avaient toutefois continué de fonctionner jusqu'en 2000.

En novembre 2016, un dôme de confinement financé par la communauté internationale a été mis en place au-dessus du réacteur accidenté, un projet hors normes qui doit assurer la sécurité du site pour les 100 ans à venir.

https://www.lorientlejour.com/article/1059369/le-fonctionnement-de-tchernobyl-affecte-par-les-cyberattaques-en-ukraine.html


Plusieurs grandes entreprises victimes d'une cyberattaque mondiale  27/06/2017

Plusieurs grandes entreprises victimes d'une cyberattaque mondiale












Une cyberattaque qui a commencé à sévir en Russie et en Ukraine se répandait mardi en Europe occidentale, touchant notamment plusieurs grands groupes internationaux, ont déclaré ces sociétés.
Le transporteur maritime danois Maersk, le géant publicitaire britannique WPP et l'industriel français Saint-Gobain ont confirmé avoir été touchés, précisant que leurs systèmes informatiques avaient été protégés pour éviter d'éventuelles pertes de données.

La cyberattaque qui se propageait mardi en Europe s'est étendue aux Etats-Unis, le laboratoire pharmaceutique Merck ayant indiqué être touché et devenant ainsi la première victime connue sur le sol américain.

"Notre système informatique global a été compromis par cette cyberattaque mondiale", a déclaré à l'AFP une porte-parole, ajoutant que le groupe avait découvert le piratage dans la matinée sur la côte est américaine. Interrogée sur un potentiel piratage de données, la porte-parole s'est refusée à en dire plus. "Nous sommes en train d'enquêter et fournirons des informations supplémentaires lorsque nous en aurons plus", a-t-elle indiqué.

Sur son compte Twitter, Merck ajoute que "d'autres organisations ont également été affectées" mais ne dit pas si parmi ces "organisations" figurent des entreprises américaines.

"Notre réseau connaît une panne informatique. Nous nous activons pour résoudre le problème dès que possible", écrit sur son compte Twitter le groupe agroalimentaire américain Mondelez, propriétaire des biscuits Lu. Il n'y est en revanche fait aucune mention de la cyberattaque mondiale.

Israël : le Mossad investit dans la haute-technologie

Le service de renseignements israélien Mossad a annoncé mardi la création d'un premier fonds d'investissement dans des entreprises de haute-technologie développant du matériel ou des services pouvant l'aider dans ses activités d'espionnage.

Ce "fonds d'innovation technologique" surnommé "Libertad" va investir dans des "programmes de recherches et de développement de start-ups de technologies de pointe", a indiqué dans un communiqué le bureau du Premier ministre, dont dépend directement le Mossad.

Parmi les secteurs privilégiés figurent les entreprises spécialisées dans la robotique, les systèmes miniaturisés, les technologies innovantes en matière d'informations cryptées "disposant d'une vitesse minimale de 100 gigabits tout en utilisant des méthodes non conventionnelles et d'avant-garde".

Le Mossad entend aussi investir "dans les technologies d'identification automatique permettant d'établir des profils de personnalité, à partir des activités et des comportements sur internet ainsi que dans des entreprises spécialisées dans diverses méthodes visant à résumer automatiquement des documents", a précisé le communiqué.

Pour réaliser ses opérations, le fonds Libertad n'agira pas comme un investisseur habituel. Le fonds ne prendra pas de participation directe sous forme d'actions. Il disposera d'une licence lui permettant d'utiliser à son profit les biens et services mis au point. Les sociétés conserveront toutefois la propriété intellectuelle de leur innovation et pourront faire appel à d'autres investisseurs privés pour leur levée de capitaux.

Selon les responsables de Libertad, les investissements concernent "tout entrepreneur et entreprise ayant des idées innovantes et révolutionnaires répondant à nos besoins technologique". Pour ne pas risquer de pénaliser les entreprises sélectionnées notamment à l'exportation Libertad s'engage "à faire preuve de discrétion" et à ne pas publier de liste des entreprises sur lesquelles le fonds va miser.

Libertad affirme être "ouvert à tous" et a donné son adresse mail pour recueillir des propositions (apply@libertad.gov.il) tout en précisant que les prises de participation pourront atteindre 2 millions de shekels, soit 500.000 euros par projet, voire davantage dans des "cas exceptionnels". Le budget annuel du fonds n'a pas été précisé.

Le Mossad n'est pas le premier service de renseignements à investir dans la haute technologie. La CIA, agence américaine, a créé en 1999 un fonds de capital-investissement à but non lucratif surnommé In-Q-Tel pour repérer et financer des entreprises commerciales concevant des technologies pouvant être utilisées par un service de renseignement.

Israël est considéré comme un centre mondial de la haute-technologie et dispose d'un terreau de centaines d'entreprises très actives dans les secteur de la cyberdéfense, de l'informatique et des systèmes de surveillance. Des dizaines de groupes étrangers ont ouvert ces dernières années des centres de recherches et de développement en Israël.

https://www.lorientlejour.com/article/1059352/plusieurs-grandes-entreprises-victimes-dune-cyberattaque-mondiale.html
https://www.lorientlejour.com/article/1059367/le-laboratoire-merck-premiere-victime-americaine-connue-de-la-cyberattaque-mondiale.html
https://www.lorientlejour.com/article/1059351/israel-le-mossad-investit-dans-la-haute-technologie.html


Une école primaire juive de Londres risque la fermeture pour ne pas enseigner la théorie du genre  27/06/2017

Une école primaire juive de Londres risque la fermeture pour ne pas enseigner la théorie du genre












Un organisme public de contrôle des écoles privées a donné un avertissement à une école juive orthodoxe de Londres, parce qu'elle ne donnait pas de cours sur l'homosexualité ou la réassignation de sexe. L'établissement pourrait être fermé.

L'école pour filles orthodoxes Vishnitz, située à Hackney à Londres, est dans le collimateur de l'Ofsted, organisme britannique de surveillance des établissements privés, pour son enseignement conservateur, selon le journal The Telegraph.

L'établissement, qui accueille des enfants âgés de trois à huit ans, se voit reprocher de ne pas inclure dans ses programmes la problématique de «l'orientation sexuelle», la théorie du genre, ou encore l'homosexualité. Selon l'Ofsted, l'école ne donne pas à ses élèves une «compréhension complète des valeurs britanniques fondamentales».

Pour l'organisme, cela «restreint le développement spirituel, social et culturel des élèves et ne promeut pas l'égalité ni ne prend en compte les différents modes de vie».

Or, les établissements scolaires britanniques sont contraints, par la Loi sur l'égalité de 2010, d'enseigner aux enfants ces sujets concernant l'identité sexuelle.

Dans le cas où l'école persisterait, elle risque la fermeture par le ministère de l'Education.

https://francais.rt.com/international/40288-ecole-primaire-juive-londres-genre












Les salariés de GM&S ont mis le feu à leur usine après l'échec des négociations  27/06/2017

Les salariés de GM&S ont mis le feu à leur usine après l'échec des négociations












Les salariés de GM&S Industry ont annoncé qu'ils venaient de mettre le feu à leur usine, constatant l'échec des négociations pour la reprise de leur entreprise. Alors que les 277 emplois du site sont menacés, ils veulent «hausser le ton».

Un communiqué de la CGT publié le 27 juin annonce que les salariés de l'équipementier automobile creusois GM&S Industry ont décidé de mettre le feu à leur usine. Des photos publiées sur les réseaux sociaux révèlent d'ailleurs que cette décision radicale a immédiatement pris effet.

«Suite aux négociations catastrophiques avec la cellule de crise mise en place par le gouvernement, les salariés ont décidé de hausser le ton et de mettre le feu dans l'usine», se contente d'annoncer le communiqué.

Un salarié de l'usine a répondu aux questions de RT France pour expliquer la situation sur place. «On a mis le feu dans l'usine», annonce-t-il, expliquant vouloir protester contre d'éventuelles suppressions d'emploi. «Les constructeurs nous ont une énième fois dit "fuck", ce qui fait que vendredi [30 juin] on va vivre une liquidation et dans 15 jours les premiers licenciements tomberont», ajoute-t-il.

Bruno Le Maire assure mobiliser «toutes les énergies» pour empêcher la liquidation judiciaire

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a estimé de son côté qu’il n’y avait «pas un instant à perdre» pour qu’une offre ferme soit déposée pour la reprise de l’équipementier, et assuré mobiliser «toutes les énergies» pour y parvenir.

«J’ai eu très longuement le patron de Peugeot, Carlos Tavares, hier, j’ai eu longuement au téléphone le président de Renault, Carlos Ghosn, aujourd’hui, pour leur demander d’investir à nouveau dans cette entreprise pour lui garantir un carnet de commandes sur le long terme», a-t-il précisé.

Interrogé sur la réponse que lui ont réservé les deux patrons, le ministre de l'Economie a répondu que les discussions se poursuivaient et que «rien [n'était] facile». Le ministre a par ailleurs dit avoir aussi discuté avec le repreneur, pour lui demander de faire un effort sur son offre, ainsi qu’avec le président de la région, Alain Rousset, pour voir si lui aussi pouvait contribuer. Reconnaissant qu’il s’agissait d’un «dossier difficile», il espère malgré tout qu'une offre ferme soit déposée avant que le tribunal de commerce ne rende sa décision, le 30 juin.

Il y a quelques jours, le tribunal de commerce de Poitiers avait repoussé d'une semaine le rendu de sa décision, notamment afin de permettre la tenue d'une réunion au ministère de l'Economie le 27 juin. Ce «processus de négociations» avec l'Etat et les constructeurs PSA et Renault, principaux clients de GM&S, ne semble pas avoir satisfait les quelques 277 salariés dont l'emploi est menacé.

La CGT dénonce la «promesse non tenue» du président Emmanuel Macron, qui s'est selon elle engagé, lors de sa rencontre avec les salariés le 9 juin au cours d'un déplacement en Haute-Vienne, à «contacter lui-même plusieurs partenaires et repreneurs potentiels, en plus de GMD». Deuxième employeur privé de la Creuse, l'entreprise est en redressement judiciaire depuis le mois de décembre 2016.

https://francais.rt.com/france/40278-salaries-gms-ont-decide-mettre-feu-usine-echec-negociations


Réforme du code du Travail : la CGT "propose" une journée de grève le 12 septembre  27/06/2017

Réforme du code du Travail : la CGT "propose" une journée de grève le 12 septembre












La CGT "propose" dans un communiqué publié mardi une journée de grève le 12 septembre pour protester contre le projet de réforme du Code du travail défendu par le gouvernement.

"La CGT considère que la mobilisation doit s'amplifier, s'ancrer sur tous les lieux de travail, dans un cadre unitaire le plus large possible. La rentrée de septembre doit être la traduction des résistances", écrit la centrale.

"C'est pourquoi elle propose de faire du 12 septembre, une journée d'action et de grève dans toutes les entreprises et services", ajoute-t-elle.

https://www.lorientlejour.com/article/1059380/reforme-du-code-du-travail-la-cgt-propose-une-journee-de-greve-le-12-septembre.html


Syndicats et élus de gauche se mobilisent à Paris contre «les reculs sociaux»  27/06/2017

Syndicats et élus de gauche se mobilisent à Paris contre «les reculs sociaux»





Une manifestation à l'appel de plusieurs organisations syndicales dont la CGT, FO, Solidaires ou l'UNEF s'est tenue aux Invalides à Paris contre la réforme du code du travail par ordonnances annoncée par le président Macron.

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés aux Invalides à Paris le 27 juin à l'appel d'une intersyndicale CGT-FO-Solidaires-Unef-FSU pour protester contre la réforme du code du travail voulue par Emmanuel Macron.

Le sénateur et premier secrétaire du Parti communiste français (PCF) Pierre Laurent est venu apporter son soutien aux manifestants et marquer son opposition à la libéralisation du droit du travail. Le président du groupe de la France insoumise (FI) à l'Assemblée, le député des Bouches-du-Rhône Jean-Luc Mélenchon, était également présent.

François Ruffin, fraîchement élu député de la Somme et qui fait partie du groupe FI à l'Assemblée, confie au micro de RT France que cette mobilisation est le «premier round sur la loi travail». «L'objectif c'est de faire mûrir les esprits», annonce-t-il, espérant qu'il puisse «se passer quelque chose à la rentrée». «Dans les luttes sociales il n'y a pas de garantie», prévient-il, se montrant satisfait que le organisations syndicales se soient mobilisées le jour de la rentrée parlementaire.

De son côté, la député de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain (FI) réaffirme l'opposition de la France insoumise au gouvernement d'Emmanuel Macron, et souhaite «tracer une autre voie, une voie de justice sociale et d'égalité».

«On est venu ici pour protester contre le massacre par ordonnances du droit du travail», assure une manifestante. «On va pouvoir licencier à tout va [...] c'est la fin du CDI», estime-t-elle, ajoutant que les salariés seraient désormais très mal représentés avec la fusion du comité d'entreprise, des délégués du personnel et du CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail).

Le porte-parole du NPA Philippe Poutou, présent lui aussi parmi les manifestants, a incité à «se battre contre les politiques ultra-libérales et contre les reculs sociaux».

Le projet de loi d'habilitation à gouverner par ordonnances sur la réforme du code du travail doit être présenté le 28 juin en conseil des ministres. Parmi les pistes de réformes évoquées faisant grincer des dents côté syndicats, on trouve la «place centrale» dévolue aux accords d'entreprise, l'extension des contrats de chantier, la fusion des instances représentatives du personnel et la «barémisation» des dommages et intérêts aux prud'hommes en cas de licenciement abusif.

https://francais.rt.com/france/40265-syndicats-gauche-mobilisent-paris-contre-reculs-sociaux


Syrie: "potentiels" préparatifs d'attaque chimique selon Washington, qui menace Damas  27/06/2017

Syrie: "potentiels" préparatifs d'attaque chimique selon Washington, qui menace Damas











Les Etats-Unis ont identifié de "potentiels" préparatifs d'attaque chimique par le régime de Bachar al-Assad en Syrie et menacent Damas de lui faire payer le "prix fort" si cette attaque avait lieu, selon la Maison Blanche.

"Les Etats-Unis ont identifié de potentiels préparatifs d'une autre attaque chimique par le régime syrien d'Assad qui pourrait provoquer le massacre de civils, y compris des enfants innocents", a écrit le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer dans un communiqué. Si le président syrien Bachar al-Assad lançait une autre attaque "lui et son armée paieraient le prix fort".

https://www.lorientlejour.com/article/1059264/syrie-potentiels-preparatifs-dattaque-chimique-selon-washington-qui-menace-damas.html


Trump appelle à s'occuper du dossier nord-coréen "rapidement"  27/06/2017

Trump appelle à s'occuper du dossier nord-coréen "rapidement"











Le président américain Donald Trump a appelé lundi depuis la Maison Blanche à s'occuper "rapidement" du dossier nord-coréen et de la menace que représente ses programmes nucléaire et balistique.
"Le régime nord-coréen est la source d'énormes problèmes et c'est quelque chose dont il faudra s'occuper, et il faudra probablement s'en occuper rapidement", a déclaré M. Trump depuis les jardins de la Maison Blanche, au côté du Premier ministre indien Narendra Modi.

https://www.lorientlejour.com/article/1059263/trump-appelle-a-soccuper-du-dossier-nord-coreen-rapidement.html


USA: un républicain influent menace de bloquer les ventes d'armes aux pays du Golfe  26/06/2017

USA: un républicain influent menace de bloquer les ventes d'armes aux pays du Golfe












Le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain a menacé lundi de bloquer les futures ventes d'armes aux six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), tant que le conflit avec le Qatar ne serait pas résolu.


"Les différends récents parmi les pays du CCG ne font que saper le combat contre ISIS (organisation Etat islamique) et l'Iran", a déclaré Bob Corker, un républicain. "Pour ces raisons, avant que nous ne donnions notre aval pendant la période d'évaluation informelle sur les ventes d'équipements militaires létaux aux Etats du CCG, nous aurons besoin de clarifications sur la voie de résolution de la dispute actuelle", a-t-il expliqué.


Selon la loi américaine, le département d'Etat doit notifier le Congrès 30 jours avant une vente d'armes importante, qui a ensuite le pouvoir de voter une résolution bloquant la vente. En aval de cette procédure, le président de la commission des Affaires étrangères doit donner son "accord préliminaire", selon le bureau du sénateur Corker, qui menace ainsi de mettre des bâtons dans les roues de l'administration Trump.


Donald Trump a rapproché les Etats-Unis de l'Arabie saoudite depuis son entrée en fonctions, au nom de la lutte contre l'EI. Mais le 5 juin dernier, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, accusé de liens trop proches avec l'Iran chiite, rival régional du royaume saoudien, et de soutenir le terrorisme. Le petit émirat se retrouve isolé économiquement.
Les Américains ont une grande base militaire au Qatar et la Maison Blanche a initialement envoyé des signaux contradictoires dans ce différend, Donald Trump ayant pris le parti de Ryad. Récemment, le secrétaire d'Etat, Rex Tillerson, s'est impliqué pour tenter de résoudre le conflit.

https://www.lorientlejour.com/article/1059234/usa-un-republicain-influent-menace-de-bloquer-les-ventes-darmes-aux-pays-du-golfe.html


Le chômage en hausse au mois de mai, le gouvernement s'abstient de tout commentaire  26/06/2017

Le chômage en hausse au mois de mai, le gouvernement s'abstient de tout commentaire










Le chômage a augmenté en mai : le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a atteint en métropole 3,49 millions de personnes. Le gouvernement ne commentera pas ces mauvais chiffres.

22 300 demandeurs d'emploi de plus qu'en avril soit une augmentation de 0,6%. Voici les mauvais chiffres du chômage publiés le 26 juin par le ministère du Travail.

En comptabilisant les chômeurs ayant exercé une activité réduite (soit l'ensemble des catégories A, B et C), le nombre de demandeurs d'emploi se porte à 5,56 millions en France métropolitaine (+0,5%).

En comptant l'outre-mer, on atteint respectivement 3,75 millions et 5,86 millions de chômeurs.

Sur un an, le nombre de chômeurs en catégorie A (sans aucune activité) a baissé de 0,8%. En revanche, les demandeurs d'emploi en activité réduite sont en augmentation de 2,3% par rapport à mai 2016.

La dégradation des chiffres entre avril et mai derniers concerne tous les âges.

https://francais.rt.com/economie/40240-chomage-hausse-mois-mai-gouvernement-ne-commentera-pas-les-chiffres


Maariv: Abbas continue à étrangler Gaza par la crise de l'électricité  26/06/2017

Maariv: Abbas continue à étrangler Gaza par la crise de l'électricité












L'auteur israélien dans le journal Maariv, Jackie Khoja, a affirmé dimanche que : "Le président de l'Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas resserre l'étau sur le Hamas dans la bande de Gaza, d'une manière sans précédent, en provoquant la crise de l'électricité".

Il a encore ajouté: "Abbas continue d'insulter le Hamas d'une manière cruelle, quand il a décidé de réduire 15 millions de shekels la valeur des cotisations de l'électricité, bien qu'il sache que cela amènera la population de Gaza en enfer".

Khoja, rédacteur en chef des affaires arabes à la radio de l'armée israélienne, a décrit le président Abbas comme un vieux chef entouré de mauvais conseillers, avertissant que les réactions d'Abbas provoqueront le déclenchement d'une nouvelle guerre entre Israël et le Hamas, selon ses propos.

Selon l'analyste israélien , le Hamas n'a pas de moyens de pression sur l'AP, mais pourrait profiter de la situation détériorée en raison de la crise de l’électricité à Gaza et exploiter pour bouleverser la situation et la stabilité en Cisjordanie occupée, ce qui provoquera le chaos en Israël et même une confrontation militaire avec l'armée israélienne, selon ses allégations.

Il a mis en garde contre la politique de l'AP et son président Abbas qui continue d'étouffer les habitants de Gaza par l'utilisation de la politique de la procrastination dans l'acceptation des propositions fournies par le Hamas pour résoudre la crise de électricité, tandis que l'occupation cherche à ne pas apparaître impliquée directement et pour ne pas être responsable de la détérioration humanitaire dans l'enclave assiégée.


https://french.palinfo.com/31920
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information


Élargir la liste des groupes terroristes, pratique pour justifier l’interventionnisme US  26/06/2017

Élargir la liste des groupes terroristes, pratique pour justifier l’interventionnisme US











Les États-Unis essayent d’élargir la liste des organisations terroristes de l’Onu à des filiales régionales d’Al-Qaïda et de Daech. Une démarche qui pourrait les aider à avoir les mains libres pour intervenir dans les pays tiers, selon certains analystes.

Washington envisage d'obtenir l'inclusion dans la liste des organisations terroristes de l'Onu de filiales régionales d'Al-Qaïda et de Daech, relate le quotidien Izvestia, citant des sources diplomatiques russes.

Si la proposition est adoptée, Washington pourra, conformément à la législation américaine, lancer des opérations spéciales dans les territoires des pays tiers, notent des experts.

La Russie et plusieurs autres pays, dont l'Égypte, s'opposent à cette proposition. Le Caire estime que de porter sur la liste des organisations terroristes de l'Onu la filiale régionale d'Al-Qaïda soulignera l'incapacité des autorités locales à venir à bout de cette menace.

De son côté, Moscou est sceptique, car les groupes terroristes affiliés à ces organisations sont habituellement peu nombreux et les autorités sont à même de venir à bout de cette menace toutes seules.

«En élargissant la liste des organisations terroristes, les Américains envisagent de légitimer (en premier lieu pour eux-mêmes) l'intervention dans les affaires d'autres pays», lit-on dans l'article.

L'Assemblée générale de l'Onu a monté le Bureau des Nations unies contre le terrorisme, dirigé par le diplomate russe Vladimir Voronkov. Le bureau doit unifier la notion de terrorisme et créer une liste unique des organisations terroristes et des criminels.

https://fr.sputniknews.com/international/201706261031984214-usa-terrorisme-onu/


La Libye, plaque tournante d’un énorme trafic d’êtres humains  26/06/2017

La Libye, plaque tournante d’un énorme trafic d’êtres humains











L'afflux de réfugiés souhaitant se rendre en Europe alimente le trafic d'êtres humains en Libye, confrontée au vide du pouvoir, se désole le chef de l'Observatoire libyen des droits de l'homme.

La Libye fait face à une recrudescence inédite du trafic d'êtres humains, constate le chef de l'Observatoire libyen des droits de l'homme, Nesr al-Hauari, dans un entretien accordé à l'agence Sputnik.

«Les groupes armés opérant dans l'Est du pays sont engagés dans la traite d'esclaves, qui affecte les réfugiés souhaitant se rendre en Europe. Ces derniers s'installent dans des camps illégaux avant d'être placés à bord de cargos à destination de l'Europe», raconte M. al-Hauari.

Selon lui, «90% de telles embarcations» finissent par sombrer en raison d'une surcharge. «En conséquence, on découvre tous les jours les corps de pauvres naufragés», relate le chef de l'Observatoire libyen des droits de l'homme.

Cette situation est notamment due à l'absence en Libye d'un pouvoir capable de mettre un terme aux activités des groupes impliqués dans le trafic d'êtres humains et de les traduire en justice, poursuit le responsable.

«Il n'y a ni gouvernement ni armée capable de garder la main sur les frontières libyennes […]. Seules la frontière avec l'Égypte et une partie de la frontière tunisienne peuvent être considérées comme assez protégées, alors que la Libye est bordée par six pays», indique M. al-Hauari.

https://fr.sputniknews.com/international/201706261031989416-libye-trafic-humain-refugies/


Macron: La France "ne reconnaîtra pas l'annexion de la Crimée"  26/06/2017

Macron: La France "ne reconnaîtra pas l'annexion de la Crimée"












"La France ne reconnaîtra pas l'annexion de la Crimée, il faut le répéter", a déclaré lundi Emmanuel Macron dans une conférence de presse avec son homologue ukrainien, Petro Porochenko.
"La France est attachée à la souveraineté de l'Ukraine dans ses frontières reconnues", a-t-il ajouté, au terme d'une rencontre d'une heure avec le président ukrainien.

https://www.lorientlejour.com/article/1059225/macron-la-france-ne-reconnaitra-pas-lannexion-de-la-crimee.html


La gauche «Macron-compatible» voudrait créer son groupe parlementaire autour de Manuel Valls  26/06/2017

La gauche «Macron-compatible» voudrait créer son groupe parlementaire autour de Manuel Valls











Le député Olivier Falorni espère parvenir à créer un groupe parlementaire qui nourrit l'ambition d'«être le troisième pilier de la majorité», autour de l'ancien Premier ministre Manuel Valls et de figures du parti radical.

Alors que l'Assemblée nationale est dominée par une imposante majorité La République en marche (LREM), les groupes parlementaires d'opposition n'en finissent plus d'essaimer. Après la création d'un groupe de dissidents Les Républicains (LR), baptisés «Les Constructifs» et fédérés autour de leur proximité avec la politique gouvernementale, serait-ce au tour de la gauche de voir une partie de ses députés se rassembler dans l'optique d'un soutien à la majorité présidentielle ?

Le Parisien révèle en effet que le député de Charente-Maritime Olivier Falorni, ex-PS qui s'était dressé contre Ségolène Royal aux législatives de 2012, serait en passe de former ce groupe de «progressistes» décidés à soutenir plusieurs mesures du gouvernement d'Edouard Philippe.

«Je suis confiant car nous avons déjà réuni plus d'une vingtaine de députés», annonce-t-il dans les colonnes du quotidien. Si le député de Charente-Maritime se démène pour activer son réseau, la figure fédératrice de cet éventuel groupe parlementaire ne serait autre que Manuel Valls, ancien Premier ministre dont la réélection dans l'Essonne fait l'objet d'une contestation de la part de son opposante de la France insoumise.

D'autres figures pourraient intégrer ce groupe parlementaire, comme Sylvia Pinel du Parti radical de gauche (PRG) ou encore François-Michel Lambert, pourtant député LREM. Olivier Falorni explique vouloir ratisser large, incluant «même des radicaux valoisiens», qui sont actuellement en mauvais termes avec l'Union des démocrates et indépendants (UDI), dont leur parti fait partie. «Nous voulons être le troisième pilier de cette majorité, avec La République en marche, le MoDem au centre droit et nous au centre gauche», assure-t-il.

«Tant que leur signature n'est pas officiellement enregistrée, je reste prudent», tempère néanmoins Olivier Falorni. La création éventuelle de ce groupe de députés de la gauche «Macron-compatible» pourrait avoir lieu le 27 juin, date de l'inscription des groupes parlementaires au bureau de l'Assemblée nationale. Si ce groupe voit le jour, jamais l'Assemblée nationale n'aura alors compté autant de groupes parlementaires en son sein.

https://francais.rt.com/france/40221-gauche-macron-compatible-voudrait-creer-groupe-parlementaire-manuel-valls


1 2 3 4 5 » ... 3129

Publicité

Brèves



Commentaires