Les Etats-Unis ordonnent aux familles de leurs diplomates de quitter le Venezuela (département d'Etat)  28/07/2017

Les Etats-Unis ordonnent aux familles de leurs diplomates de quitter le Venezuela (département d'Etat)











Les Etats-Unis ont ordonné jeudi aux familles des diplomates en poste au Venezuela de quitter le pays, en raison de la crise politique et des violences qui le secouent, indique un communiqué du département d'Etat.

La diplomatie américaine a également précisé qu'elle "autorisait le départ volontaire des employés gouvernementaux" travaillant à l'ambassade des Etats-Unis à Caracas.

Les employés locaux de l'ambassade et leurs familles se sont également vu imposer des restrictions à leurs déplacements à Caracas et dans le reste du pays, selon le communiqué du ministère américain des Affaires étrangères.

A quelques jours de l'élection contestée dimanche d'une Assemblée constituante voulue par le président vénézuélien Nicolas Maduro, le département d'Etat redoute une "situation politique et sécuritaire imprévisible".

Il fait également état de l'arrestation, de la détention de ressortissants américains, certains ayant été victimes de vols, près des manifestations qui secouent Caracas.

Le président Maduro a proposé jeudi un dialogue à ses adversaires avant l'élection de l'Assemblée constituante, contre laquelle l'opposition a appelé à une grève générale et à manifester malgré l'interdiction du gouvernement, une situation explosive qui a fait deux nouveaux morts.

Les Etats-Unis ont pris depuis longtemps fait et cause pour l'opposition, le président Donald Trump traitant son homologue vénézuélien de "dictateur" et imposant des sanctions contre 13 anciens et actuels responsables gouvernementaux.


(©AFP / 28 juillet 2017 02h16)
https://www.romandie.com/news/Les-Etats-Unis-ordonnent-aux-familles-de-leurs-diplomates-de-quitter-le-Venezuela-departement-d-Etat/818926.rom


Amman demande à Israël de juger le garde de son ambassade ayant tué deux Jordaniens  28/07/2017

Amman demande à Israël de juger le garde de son ambassade ayant tué deux Jordaniens











Le roi Abdallah II de Jordanie a appelé jeudi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à faire juger un garde de l'ambassade d'Amman qui avait ouvert le feu et tué deux Jordaniens dimanche, selon une source gouvernementale.

Le souverain hachémite, qui s'exprimait au cours d'une réunion avec de hauts responsables jordaniens, a appelé M. Netanyahu à "assumer ses responsabilités et prendre les mesures légales nécessaires pour juger le meurtrier", selon la même source.

La Jordanie et Israël sont liés par un traité de paix signé en 1994.

Le roi a critiqué la manière dont le garde avait été chaleureusement accueilli comme un héros par le Premier ministre israélien qui l'avait embrassé à son retour d'Amman.

"Nous sommes heureux de te voir ici et de voir que tout est fini (...) Tu as bien agi et calmement (...) Tu représentes l'Etat d'Israël et l'Etat d'Israël ne l'oublie jamais", a dit M. Netanyahu au garde qu'il a rencontré mardi, selon les médias israéliens.

"Ce comportement provocateur, nous le refusons totalement (...) Il nourrit l'extrémisme", a dénoncé le roi Abdallah de Jordanie.

"Un membre de l'ambassade d'Israël à Amman a ouvert le feu sur deux de nos citoyens. L'Etat jordanien fera tout son possible pour leur rendre justice", a prévenu le souverain hachémite.

Il a mis en garde Israël, affirmant que son attitude dans cette affaire aurait un "impact direct" sur la nature des relations entre les deux pays.

Des milliers de Jordaniens avaient crié "mort à Israël" mardi lors des funérailles d'une des deux victimes jordaniennes.

Mohammed Jawawdah, 17 ans, était venu installer dimanche du mobilier dans l'ambassade mais une dispute a éclaté avec le garde israélien, selon la sûreté générale jordanienne. Le jeune homme a attaqué et blessé l'employé de l'ambassade, qui a riposté en tirant sur lui.

Les coups de feu ont également mortellement touché le propriétaire de l'immeuble qui se trouvait à côté.

Le chef de la diplomatie jordanienne Aymane Safadi a affirmé mardi qu'il n'y avait pas eu d'"arrangement" ni de "négociations" avec Israël sur la fusillade à l'ambassade.

Selon lui, le gouvernement voulait interroger le garde de sécurité avant de l'autoriser à quitter le pays, et "en dépit de l'immunité diplomatique, nous avons été en mesure de prendre sa déposition".

La Jordanie continuera l'enquête jusqu'à ce que "la vérité soit établie et la justice rendue", a assuré M. Safadi.

Les forces de sécurité jordaniennes ont renforcé leur présence autour de l'ambassade israélienne, dans l'ouest de la capitale jordanienne, après des appels à manifester contre Israël lancés par des militants sur les réseaux sociaux.

Certains militants voulaient que la manifestation ait lieu mardi, d'autres proposant sa tenue vendredi après la prière hebdomadaire.

https://www.lorientlejour.com/article/1064486/amman-demande-a-israel-de-juger-le-garde-de-son-ambassade-ayant-tue-deux-jordaniens.html


Rebranding de SFR en Altice : accusé d'abus de biens sociaux, Patrick Drahi contre-attaque  28/07/2017

Rebranding de SFR en Altice : accusé d'abus de biens sociaux, Patrick Drahi contre-attaque











Un groupe d'actionnaires minoritaires de la branche téléphonie de SFR Group conteste les décisions de son dirigeant Patrick Drahi. Celui-ci se trouve être le propriétaire de la marque Altice et pourrait toucher une redevance pour son utilisation.

Les grandes manœuvres continuent au sein de la nébuleuse de SFR Group et d'Altice, dont l'organigramme ressemble à celui d'une usine à gaz. Et parmi les soubresauts qui parviennent à la surface, c'est le changement de nom de la Société française du radiotéléphone – créée en 1987 par la Générale des eaux – qui fait des mécontents. Accusé d'abus de biens sociaux par la Charity & Investment Merger Arbitrage (CIMA), un fonds d'investissement actionnaire minoritaire de SFR, la maison-mère Altice a décidé de contre-attaquer et de poursuivre en justice la présidente de la CIMA, Catherine Berjal, rapporte Le Monde ce 27 juillet 2017.

Car derrière le changement de nom, qui peut paraître anodin pour les consommateurs de forfaits téléphoniques, se cachent en réalité des enjeux financiers considérables. La marque Altice est en effet la propriété personnelle de Patrick Drahi. En cas de changement de nom, les filiales de SFR devraient ainsi payer une redevance à ce dernier pour l'utilisation de la marque Altice. Depuis la fin 2016, le fonds CIMA donne beaucoup de fil à retordre à Altice, lui reprochant en outre de vouloir faire payer intégralement par sa filiale SFR une amende infligée par l'Autorité de concurrence en mars 2017. «Nous dénonçons la manière dont Altice gère sa filiale SFR», déclarait Catherine Berjal dans la publication spécialisée Option Finance fin juin 2017. Et de détailler : «Le groupe de médias et de télécoms a en effet récemment pris [des] décisions de gestion qui nous incitent à penser qu’il aurait agi contrairement aux intérêts de SFR et qu’il se serait ainsi rendu coupable d’un abus de biens sociaux.»

Depuis que SFR est tombé dans l'escarcelle de Numericable en 2014, alors qu'Emmanuel Macron venait de remplacer Arnaud Montebourg au ministère de l'Economie, Patrick Drahi, homme d'affaires, franco-israélien résidant en Suisse, a bâti un empire médiatique dont la taille fait craindre pour la liberté de la presse en France. SFR Group possède en effet des médias comme BFMTV, RMC, Libération, ou encore L'Express.

Bien que déficitaire malgré les aides publiques d'Etat, ces médias semblent donc avoir une utilité économique. En intégrant son offre numérique de presse, SFR Presse, à ses forfaits téléphoniques sans en changer le prix, le groupe de Patrick Drahi fait toutefois de substantielles économies sur la TVA, 400 millions d'euros selon les estimations, en appliquant le taux réduit de 2,1%, naguère réservé à la presse papier. Selon Le Monde, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire serait «conscient [de ces] abus».

https://francais.rt.com/economie/41432-rebranding-sfr-altice-abus-social-patrick-drahi


Grâce à des licenciements chez Danone, Muriel Pénicaud a empoché 1,13 million d'euros  27/07/2017

Grâce à des licenciements chez Danone, Muriel Pénicaud a empoché 1,13 million d'euros










Photo: La ministre du Travail Muriel Pénicaud

Ancienne DGRH de Danone, Muriel Pénicaud a vendu ses stock-options du groupe en avril 2013, juste après l'annonce de la suppression de 900 postes, qui a fait flamber le cours de l'action. Elle a réalisé une plus-value de 1,13 million d'euros.

Alors qu'elle est toujours embourbée dans l'affaire de l'organisation d'une soirée à Las Vegas pour Emmanuel Macron, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a désormais un nouveau caillou dans sa chaussure, et ce au moment où le gouvernement d'Emmanuel Macron s'apprête à réformer le code du travail par ordonnance.

L'Humanité révèle en effet le 27 juillet sur son site internet qu'elle a effectué une opération financière de premier ordre grâce à ses stock-options Danone le 30 avril 2013, réalisant une plus-value de 1,13 million d’euros.

Directrice générale des ressources humaines du géant de l'agroalimentaire entre 2008 et 2013, la ministre avait profité en avril 2009, en pleine crise financière, d'un prix d'achat d'actions historiquement bas (34,85 euros l’unité). Lorsqu'elle a décidé fin avril 2013 de vendre 52 220 de ses stock-options (à l’expiration du délai de garde de quatre ans imposé par Danone), l'action atteignait 58,41 euros.

Si l'opération n'a rien d'illégal, sa chronologie interpelle. En effet, environ deux mois avant qu'elle ne vende ses stock-options, le 19 février 2013, la direction du groupe avait annoncé la suppression de près de 900 postes managériaux et administratifs. Une annonce très bien accueillie sur les marchés boursiers et qui avait fait monter en flèche l'action du groupe.

https://francais.rt.com/france/41428-plan-social-qui-a-rapporte-gros-ministre-travail-muriel-penicaud


Le captagon, drogue des djihadistes ? Un rapport dénonce un «mythe»  27/07/2017

Le captagon, drogue des djihadistes ? Un rapport dénonce un «mythe»











Rentré dans l'imaginaire commun, l'association captagon-terrorisme ne serait en fait fondée sur aucun fait avéré, révèle un rapport de l'Observatoire des drogues et de la toxicomanie publié le 27 juillet.

«Depuis le 13 novembre 2015, il est devenu difficile de lire un article de presse ou de visionner un document télévisé traitant du captagon sans que ce produit ne soit automatiquement associé à la guerre en Syrie [...], en Europe et ailleurs, d’attaques terroristes revendiquées par l’organisation Etat islamique», peut-on lire dans le rapport de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (ODFT).

«Il est en particulier allégué que le captagon aurait été utilisé par les auteurs d’attentats terroristes revendiqués par l’Etat islamique et plus largement par les combattants des groupes djihadistes actifs en Syrie», poursuit l'observatoire.

Pourtant, à l'occasion des attaques du 13 novembre 2015, les analyses toxicologiques des terroristes se sont toutes révélées négatives. Des résultats similaires ont été constatés après divers autres attentats commis depuis lors en France, en Belgique, en Allemagne, au Royaume-Uni, au Danemark ou en Suède.

«A ce jour, aucun des terroristes ayant commis des attentats revendiqués par Daesh en Europe depuis 2015 n’a donc consommé de captagon avant de passer à l’acte. [...] On peut ainsi conclure que l’étiquette de "drogue des terroristes" colle mal, voire pas du tout, au captagon», estiment les experts.

Pour Laurent Laniel, chercheur à l'ODFT, «l’amalgame captagon-terrorisme djihadiste aurait ainsi été construit au moyen d’un procédé rhétorique reposant sur la plausibilité de certains éléments mais pas sur l’existence de preuves solides». La difficulté des sociétés occidentales à «penser l’ennemi», serait selon lui aussi en cause.

«Le mécanisme à l’œuvre laisse entendre que les attentats-suicides revendiqués par l’Etat islamique n’auraient pu être exécutés uniquement par une volonté assumée de sacrifier sa propre vie au service d’une cause et sans recours à la chimie», conclut le rapport.

https://francais.rt.com/france/41425-captagon-drogue-djihadistes-rapport-denonce-mythe


Incendie tour Grenfell: la police de Londres envisage des poursuites pour homicide  27/07/2017

Incendie tour Grenfell: la police de Londres envisage des poursuites pour homicide











La police londonienne envisage d'ouvrir des poursuites pour homicide contre les autorités locales du quartier de Kensington et Chelsea, où l'incendie d'une tour de logements sociaux avait fait au moins 80 morts en juin, selon un courrier rendu public jeudi.

Dans ce courrier adressé à la municipalité locale et au Kensington and Chelsea Tenant Management Organisation (KCTMO), l'organisme public en charge de l'administration du parc de logements sociaux du quartier, l'officier en charge de l'enquête explique qu'il a des "motifs raisonnables de suspecter que chacun des (deux) organismes a pu commettre le délit d'homicide".

Il cite "l'énorme quantité de matériel récupéré et les nombreux témoignages recueillis" pour justifier ses soupçons et précise vouloir entendre prochainement un responsable municipal et de KCTMO.

Le bilan de l'incendie, qui le 14 juin a ravagé la tour Grenfell, un bâtiment de 24 étages, est d'au moins 80 morts mais pourrait encore s'alourdir, des personnes étant encore portées disparues.

Les habitants ont mis en cause le revêtement récemment posé sur l'immeuble dans la propagation rapide de l'incendie, parti d'un feu de réfrigérateur. Il était composé de plaques de composite d'aluminium et de plastique.
Ils ont également accusé les autorités locales de ne pas avoir écouté leurs cris d'alerte concernant la sécurité du bâtiment parce qu'ils provenaient d'une population majoritairement modeste.

Jeudi, la famille et les amis de cinq des victimes de l'incendie, dont deux enfants de 12 et 5 ans, se sont rassemblés pour un service oecuménique en leur souvenir.

Le service s'est ouvert sur la chanson de Michael Jackson "Heal the world", avant que des proches ne prennent la parole.
"C'était un endroit heureux. Et maintenant c'est une zone de guerre, sanglante et noire, pleine de cendres et de squelettes. Et de voix silencieuses qui ne seront jamais entendues", a dit Adelaide Mendy, tante de l'une des victimes, selon des propos rapportés par l'agence PA.

https://www.lorientlejour.com/article/1064540/incendie-tour-grenfell-la-police-de-londres-envisage-des-poursuites-pour-homicide.html


Des chercheurs modifient des gènes d'un embryon humain, une première aux Etats-Unis  27/07/2017

Des chercheurs modifient des gènes d'un embryon humain, une première aux Etats-Unis











Des chercheurs américains sont parvenus à modifier des gènes défectueux dans des embryons humains, ce qui serait une première aux Etats-Unis, en utilisant la technique révolutionnaire d'édition génétique CRISPR, rapporte jeudi la revue MIT Technologie Review.

"Les résultats de cette étude devraient être publiés prochainement dans une revue scientifique", a indiqué jeudi à l'AFP Eric Robinson, un porte-parole de l'université des Sciences et de la Santé d'Oregon (OHSU) où ces travaux ont été menés. "Malheureusement, nous ne pouvons pas fournir davantage d'informations à ce stade", a-t-il ajouté.

Selon la revue américaine, qui cite l'un des scientifiques de cette équipe, ces expériences ont permis de démontrer qu'il était possible de corriger efficacement et sans risque des défauts génétiques responsables de maladies héréditaires. Ces scientifiques n'ont pas laissé ces embryons modifiés se développer au-delà de quelques jours.

Pour le docteur Simon Waddington, professeur de technologie de transfert génétique à l'University College London, "il est très difficile de faire des commentaires sur ces travaux étant donné qu'ils n'ont pas fait l'objet d'une publication scientifique".

Des chercheurs en Chine avaient été les premiers en 2015 à modifier des gènes d'un embryon humain avec des résultats mitigés, selon un compte-rendu publié par la revue britannique Nature.

La technique CRISPR/Cas9, mécanisme découvert chez les bactéries, représente un immense potentiel en médecine génétique en permettant de modifier rapidement et efficacement des gènes.
Il s'agit de ciseaux moléculaires qui peuvent, de façon très précise, enlever des parties indésirables du génome pour les remplacer par de nouveaux morceaux d'ADN.

Si cette technique peut permettre de corriger des gènes défectueux responsables de maladies, elle pourrait aussi théoriquement produire des bébés dotés de certains traits physiques (couleur des yeux, force musculaire, etc) et aussi plus intelligents, soulevant d'importants problèmes éthiques.

En décembre 2015, un groupe international de scientifiques et d'éthiciens réunis par l'Académie américaine des sciences (NAS) à Washington avait estimé qu'il serait "irresponsable" d'utiliser la technologie CRISPR pour modifier l'embryon à des fins thérapeutiques tant que des problèmes de sûreté et d'efficacité n'auraient pas été résolus.
Mais en mars 2017, la NAS et l'Académie américaine de médecine ont estimé que les avancées réalisées dans la technique d'édition génétique des cellules humaines de reproduction "ouvraient des possibilités réalistes qui méritaient de sérieuses considérations".

Le principe d'évaluer l'efficacité de cette technique sur des embryons humains est aussi soutenu en France par la Société de génétique humaine et la Société de thérapie cellulaire et génique (SFTCG). Le Royaume-Uni a déjà validé des projets de recherche l'utilisant.

https://www.lorientlejour.com/article/1064528/des-chercheurs-modifient-des-genes-dun-embryon-humain-une-premiere-aux-etats-unis-presse.html


Les Libanais descendent des Cananéens, montre une analyse génétique  27/07/2017

Les Libanais descendent des Cananéens, montre une analyse génétique











Des scientifiques ont comparé l'ADN récupéré sur des ossements de cinq personnes qui vivaient il y a 4.000 ans et mis au jour à Saïda à celui de 99 Libanais modernes.

Les Libanais descendent directement des Cananéens, un peuple ancien et énigmatique du Proche Orient, suggère le séquençage de l'ADN récupéré sur des ossements de cinq personnes qui vivaient il y a 4.000 ans et mis au jour à Saïda. Ces scientifiques dont les travaux sont publiés jeudi dans l'American Journal of Human Genetics, ont comparé ces génomes anciens à celui de 99 Libanais modernes.


Les généticiens de l'Institut britannique Wellcome Trust Sanger, ont déterminé que les Cananéens, qui occupaient cette région durant l'âge du bronze de 3.000 à 1.000 ans avant l'ère chrétienne, sont probablement les ancêtres directs de plus de 90% de la population libanaise actuelle, le restant descendant de différentes populations Eurasiennes.
Les Cananéens, qui étaient en fait des Phéniciens sémites, s'établirent dans le pays de Canaan sur la côte, entre le mont Carmel au Liban jusqu'à Ougarit au nord, aujourd'hui en Syrie. Ils ont fondé de nombreux ports tels Jbeil, Saida et Tyr.
Les Cananéens ont notamment inventé le premier alphabet et d'autres aspects de la société telles que nous les connaissons aujourd'hui. Ils ont aussi établi de nombreuses colonies dans le bassin méditerranéen.


Malgré cela, les références historiques sur ce peuple sont très limitées. Ils ont été mentionnés par les Grecs anciens et des textes égyptiens ainsi que dans la Bible qui fait état de destruction étendue des colonies cananéennes et de l'annihilation des communautés.


Historiens et anthropologues ont longtemps débattu de l'origine génétique des Cananéens et de ce qui est advenu de ce peuple. Le séquençage de l'ADN des cinq Cananéens a également révélé que ces derniers étaient eux-mêmes un mélange génétique des peuplades d'agriculteurs durant la période néolithique et des migrants venus d'Orient dans la région il y a environ 5.000 ans.


"Pour la première fois nous avons des indices génétiques montrant une continuité démographique dans la région depuis les populations cananéennes de l'âge du Bronze et celles d'aujourd'hui", se félicite Claude Doumet-Serhal, la directrice du site d'excavation de Saïda, et co-auteur de cette étude. "Ces résultats confirment la continuité observée par les archéologues", souligne-t-elle, ajoutant "qu'une collaboration entre la génétique et l'archéologie enrichit ces deux champs de recherche...". "Les études génétiques utilisant de l'ADN ancien peuvent étendre notre compréhension de l'histoire et répondre à des questions sur les origines et les descendants de populations énigmatiques qui ont laissé peu de traces", pointe Chris Tyler-Smith, un généticien du Wellcome Trust Sanger Institute qui a dirigé ces travaux.

https://www.lorientlejour.com/article/1064552/les-libanais-descendent-des-cananeens-montre-une-analyse-genetique.html


«On va aller chercher les réfugiés» : Macron annonce la création de hotspots pour migrants en Libye  27/07/2017

«On va aller chercher les réfugiés» : Macron annonce la création de hotspots pour migrants en Libye












Lors d'une visite d'un centre pour réfugiés à Orléans, Emmanuel Macron a annoncé la création de centres d'examen pour migrants en Libye, destinés à différencier les migrants économiques des réfugiés.

«L'idée est de créer en Libye des hotspots afin d'éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu'ils ne sont pas tous éligibles à l'asile. Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été», avec ou sans l'Europe, a annoncé Emmanuel Macron lors de la visite d'un centre pour demandeurs d'asile à Orléans.

https://francais.rt.com/france/41418-france-va-creer-hotspots-pour












Un député LREM considère que le contrat de travail est «quelque chose d'annexe»  27/07/2017

Un député LREM considère que le contrat de travail est «quelque chose d'annexe»











Sylvain Maillard, ancien porte-parole d'Emmanuel Macron pendant sa campagne et député LREM considère que le contrat de travail est «quelque chose d'annexe». L'élu juge que l'essentiel est de créer des emplois.

A l'heure où le gouvernement envisage de laisser les branches professionnelles définir les caractéristiques des CDD, le député LREM Sylvain Maillard estime dans une interview du 27 juillet que le contrat de travail est «quelque chose d'annexe», estimant que l'essentiel est de créer des emplois.

«On a des millions et des millions de chômeurs en France [...] L'essentiel c'est que chacun d'entre nous puisse avoir un travail, vivre de son travail, puisse se construire un avenir», a ainsi déclaré l'élu de la majorité présidentielle sur les ondes de RFI.

Le député a tout de même précisé qu'en tant que chef d'entreprise, il ne proposait lui-même que des CDI à ses employés. « L'essentiel pour nous, c'est que nous ayons moins de chômage parce qu'à la fin en 2022 nous ne serons jugés que sur une chose : est-ce que nous avons remis la France au travail», a expliqué le député qui assure par ailleurs entendre «le besoin de flexibilité» de beaucoup de secteurs.

https://francais.rt.com/france/41414-depute-lrem-considere-que-contrat-travail-annexe


Al-Aqsa : Israël cède, les Palestiniens retourneront prier dès ce jeudi  27/07/2017

Al-Aqsa : Israël cède, les Palestiniens retourneront prier dès ce jeudi











Les Palestiniens accompliront la prière d’Al-Asr à la mosquée Al-Aqsa ce jeudi 27 juillet. L’annonce a été faite par les autorités religieuses, après la décision israélienne de retirer les mesures de sécurité.

“La police est revenue aux mesures de sécurité en vigueur avant l’attaque (…) sur l’esplanade des Mosquées, le 14 juillet”, a précisé une porte-parole de la police israélienne, en référence à une attaque meurtrière contre deux policiers israéliens près de ce site religieux.

Après l’annonce de leur décision de reprendre la prière à Al-Aqsa, les autorités religieuses musulmanes ont affirmé qu’elles n’accepteraient aucune restriction concernant l’âge des fidèles. Au lendemain de l’attaque contre les policiers israéliens, Israël avait décidé d’interdire l’accès d’Al-Aqsa aux moins de 50 ans.

https://www.tsa-algerie.com/al-aqsa-israel-cede-les-palestiniens-retourneront-prier-des-ce-jeudi/


Plusieurs ministres démissionnent après un scandale informatique massif en Suède  27/07/2017

Plusieurs ministres démissionnent après un scandale informatique massif en Suède











Le Premier ministre suédois a annoncé le remaniement de son gouvernement après la démission de deux de ses ministres. Un cyberscandale a éclaté dans le pays, après l'annonce de la diffusion de données sensibles en 2015.

Le ministre de l'Intérieur Anders Ygeman a abandonné ses fonctions «à sa demande», a déclaré Stefan Löfven au cours d'une conférence de presse. Anna Johansson, ministre de tutelle de l'Agence publique des transports au cœur du scandale, est également débarquée. Le ministre de la Défense, également inquiété, reste en place.

En cause, une fuite massive de données concernant des détails sur de nombreux citoyens suédois, qui a fait la une des médias locaux ces derniers temps.

A l'origine de cette crise, la décision de l'Agence publique de transports de Suède de confier le registre des permis de conduire à des techniciens n'ayant pas d'habilitation de sécurité en République tchèque et en Roumanie, dans le cadre d'un contrat d'externalisation informatique.

L'identité d'agents des services de renseignement et d'autres personnes bénéficiant d'adresses et d'identités secrètes pourrait à cette occasion avoir été compromise, selon les médias suédois.

Le ministre n'aurait pas fait remonter ces informations à temps au Premier ministre, a relaté la presse locale.
Pas de législatives anticipées en vue malgré la crise

L'opposition n'a pas fait savoir après la conférence de presse du Premier ministre si elle comptait toujours faire voter la destitution de son ministre de la Défense par le Riskdag, le Parlement monocaméral du pays scandinave, comme le réclame l'opposition.

Stefan Löfven n'a par ailleurs pas annoncé la tenue d'élections législatives anticipées, contrairement à ce que de nombreux commentateurs politiques attendaient, et a confirmé son intention de rester à son poste jusqu'à la fin de son mandat, en 2018.

«Je suis responsable devant le pays. Cela ne rendrait pas service à la Suède de plonger le pays dans une crise politique», a-t-il déclaré.

https://francais.rt.com/international/41415-plusieurs-ministres-demissionnent-apres-diffusion-suede


Netanyahu dit vouloir expulser Al-Jazeera d'Israël  27/07/2017

Netanyahu dit vouloir expulser Al-Jazeera d'Israël











Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé mercredi qu'il voulait expulser la chaîne Al-Jazeera, basée au Qatar, qu'il a accusée d'attiser les tensions autour des lieux saints.

"La chaîne Al-Jazeera continue d'inciter à la violence à propos du Mont du Temple (l'esplanade des Mosquées pour les Palestiniens, ndlr)", a écrit le dirigeant israélien sur Facebook, et "j'ai demandé plusieurs fois aux agences chargées de l'application de la loi de fermer leur bureau à Jérusalem. Si cela n'est pas possible pour des raisons d'interprétation de la loi, je vais chercher à faire adopter la loi nécessaire pour expulser Al-Jazeera d'Israël", a-t-il ajouté.

Israël accuse depuis des années Al-Jazeera de partialité dans sa couverture du conflit qui l'oppose aux Palestiniens.

La chaîne basée à Doha n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de réaction.

L'initiative du Premier ministre israélien intervient alors que la situation restait tendue mercredi entre Israéliens et Palestiniens autour de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, malgré le retrait de détecteurs de métaux controversés, et elle suscite la crainte d'une éruption de violence lors de la grande prière du vendredi.

Les tensions étaient montées brusquement autour de ce site religieux situé à Jérusalem-Est, partie palestinienne --occupée et annexée par Israël-- de la ville, après l'installation le 16 juillet par l'Etat hébreu de détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade.

Les musulmans palestiniens y avaient vu une tentative d'Israël d'augmenter son contrôle sur ce site.

https://www.lorientlejour.com/article/1064412/netanyahu-dit-vouloir-expulser-al-jazeera-disrael.html


Israël démonte de nouvelles installations de sécurité sur l'esplanade des Mosquées  27/07/2017

Israël démonte de nouvelles installations de sécurité sur l'esplanade des Mosquées











Les autorités israéliennes ont retiré de nouvelles installations de sécurité à l'entrée de l'esplanade des mosquées à Jérusalem, dont la mise en place avait été suivie de violences meurtrières entre Palestiniens et forces israéliennes, a constaté tôt jeudi matin un journaliste de l'AFP.

Des rails et échafaudages récemment montés, où avaient été installés des caméras de surveillance, ont été retirés. Mardi, les autorités israéliennes avaient retiré les portiques détecteurs de métaux.

https://www.lorientlejour.com/article/1064402/israel-demonte-de-nouvelles-installations-de-securite-sur-lesplanade-des-mosquees.html


USA : les Musulmans s’inquiètent de la montée de la discrimination  26/07/2017

USA : les Musulmans s’inquiètent de la montée de la discrimination











Les Musulmans des Etats-Unis s’inquiètent de la montée de la discrimination envers leur communauté sous la présidence Trump mais continuent à croire au rêve américain, selon une enquête du Fact Tank américain "Pew Research Center", publiée mercredi à Washington. L’enquête révèle que plus de 70% des musulmans américains interviewés estiment que le président Donald Trump est "inamical envers les musulmans", mais "beaucoup d'entre eux expriment aussi leur optimisme à l'égard de l'Amérique". "Les premiers jours de la présidence Trump a été un moment anxieux pour de nombreux musulmans américains. Dans l'ensemble, les musulmans aux Etats-Unis perçoivent plus de discrimination à l’égard de leur groupe religieux", souligne cette organisation américaine non partisane qui s’intéresse aux problématiques et aux tendances qui façonnent l’opinion publique aux Etats-Unis.

http://www.lexpressiondz.com/linformation_en_continue/272132-usa-%3A-les-musulmans-s%E2%80%99inqui%C3%A8tent-de-la-mont%C3%A9e-de-la-discrimination.html


Une cellule de Daech projetant des attentats démantelée en Algérie  26/07/2017

Une cellule de Daech projetant des attentats démantelée en Algérie











La police algérienne a démantelé une cellule du groupe terroriste Daech qui planifiait de perpétrer des attentats dans la capitale du pays. Les forces de l’ordre ont identifié la cellule grâce à un ex-chef du Groupe islamique armé (GIA).

Les forces de l'ordre algériennes ont réussi à démanteler une cellule du groupe terroriste Daech dirigée par Mohamed Yacine Aknouche, un ex-chef du GIA qui était à l'époque relié à Al-Qaïda, signale l'agence Reuters. La cellule planifiait des attentats dans la capitale algérienne, Alger.

L'individu a été arrêté cette semaine dans la ville de Tipaza, à 50 kilomètres à l'ouest de la capitale algérienne. Selon les autorités du pays, son groupe planifiait des attaques contre des membres des services de sécurité.

Selon la source de l'agence qui s'est exprimée sous couvert de l'anonymat, Mohamed Yacine Aknouche avait été membre du Groupe islamique armé (GIA). Cette organisation a commis un certain nombre d'attentats en Algérie et en France dans les années 1990, notamment la prise d'otages du vol Air France 8969 en décembre 1994 et les attentats de 1995 à Paris.

En 2004, Mohamed Yacine Aknouche a été condamné par contumace par un tribunal français à huit ans de prison.

https://fr.sputniknews.com/international/201707261032388620-algerie-cellule-daech-demantelee/


Des provocations US au Venezuela ne sont pas exclues, selon l’ambassadeur  26/07/2017

Des provocations US au Venezuela ne sont pas exclues, selon l’ambassadeur











Les autorités vénézuéliennes n’excluent pas que les services secrets américains puissent organiser des provocations dans le pays le 30 juillet prochain, le jour de l’élection à l’Assemblée nationale constituante, a déclaré l’ambassadeur du pays à Moscou Carlos Rafael Faria Tortosa dans une interview accordée à Sputnik.

Interviewé par Sputnik, l'ambassadeur vénézuélien à Moscou, Carlos Rafael Faria Tortosa, a évoqué les menaces qui pourraient survenir le 30 juillet prochain, le jour de l'élection à l'Assemblée nationale constituante.

Le diplomate a signalé que les autorités de son pays considéraient comme un scénario probable des provocations organisées par les services secrets américains.

«Nous devrions avoir le plus peur des menaces qui concernent la sortie violente [de crise, ndlr], c'est-à-dire des mesures imposées pour provoquer le chaos dans le pays, des meurtres de personnes, afin d'accuser ensuite le gouvernement, comme ils l'ont fait dans beaucoup d'autres pays», a indiqué l'ambassadeur.

Le diplomate a déclaré que les services secrets américains pourraient vouloir un scénario qui tourne mal pour préparer des images pour les médias et assurer ainsi un prétexte pour une invasion armée.

L'Assemblée nationale constituante, qui devra être élue le 30 juillet prochain, sera en charge des réformes de la Constitution, dont un projet sera soumis à référendum.

https://fr.sputniknews.com/international/201707261032390978-ambassadeur-venezuela-provocations-usa/


Intérêts russes et iraniens en Syrie: unité ou divergences?  26/07/2017

Intérêts russes et iraniens en Syrie: unité ou divergences?











La situation en Syrie change avec une rapidité vertigineuse, le conflit entrant dans une nouvelle phase, celle de la lutte politico-diplomatique pour l’avenir de ce pays. Le politologue russe Vladimir Sajine donne à Sputnik son évaluation des événements en cours.

Si auparavant, Moscou et Téhéran agissaient de concert, protégeant et soutenant les institutions d'État en Syrie, désormais on constate qu'ils voient différemment l'avenir de ce pays, ainsi que la place de chaque acteur du conflit, a déclaré Vladimir Sajine à Sputnik.

«Sur le plan tactique, les positions de la Russie et de l'Iran coïncident toujours, mais ils manquent d'unité quand il s'agit de l'avenir de la Syrie», a constaté l'interlocuteur de l'agence.

Et d'expliquer qu'alors que la Russie voulait voir une Syrie laïque où toutes les confessions et ethnies seraient sur un pied d'égalité, l'Iran tenait avant tout à sauvegarder, voire consolider l'arc chiite au Proche-Orient regroupant notamment l'Iran, l'Irak, la Syrie et le Liban où le chiisme a une influence importante.

Moscou a plus d'une fois proposé d'intégrer les nombreuses formations chiites au sein des forces armées gouvernementales syriennes, mais l'Iran s'y opposait ne voulant pas perdre ce puissant instrument de pressions sur Damas et celui de contrôle sur les régions syriennes les plus importantes pour les intérêts iraniens, sinon sur toute la Syrie.

La Russie n'approuve pas toujours l'activité de Téhéran en Syrie, notamment sa volonté d'imposer à Damas sa «protection».

Un autre interlocuteur de Sputnik, l'orientaliste russe Nikolaï Kojanov, a indiqué que tout en reconnaissant les acquis positifs de la coopération entre la Russie et l'Iran en Syrie, on constatait que le «mariage de raison» russo-iranien contribuait à arrondir les angles, mais ne permettait pas de régler le problème.

Selon les observateurs internationaux, une nouvelle phase s'ouvre en Syrie, qui voit Bachar el-Assad consolider son emprise sur le pays. De quoi entretenir la colère de la majorité sunnite syrienne.

https://fr.sputniknews.com/international/201707261032391916-russie-iran-syrie-unite-divergences/


Israël: vote en première lecture d'une loi compliquant le partage de Jérusalem  26/07/2017

Israël: vote en première lecture d'une loi compliquant le partage de Jérusalem











Le Parlement israélien a voté mercredi en première lecture un projet de loi visant à compliquer le passage sous souveraineté palestinienne de certaines zones de Jérusalem dans le cadre d'un futur accord de paix.

Ce vote est intervenu alors qu'une vive tension règne à Jérusalem autour des mesures de sécurité imposées par Israël aux entrées, dans la Vieille ville, de l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam.

Le projet de loi présenté par le Foyer Juif, un parti nationaliste religieux, membre de la majorité, a été adopté par 51 voix contre 41.
Il prévoit que toute cession d'une partie de ce qu'Israël considère comme faisant partie de la municipalité de Jérusalem, nécessitera un vote à la majorité des deux-tiers, soit 80 députés sur 120 de la Knesset, le Parlement israélien.
Ce texte doit encore être adopté lors des deux autres lectures avant d'avoir force de loi.

"Ce projet de loi va permettre d'empêcher tout plan visant à diviser Jérusalem ou à transférer une partie de la ville à une souveraineté étrangère", a affirmé le ministre de l'Education et chef du Foyer juif Naftali Bennett lors du débat.

Israël a occupé Jérusalem-Est et la Cisjordanie à l'issue de la guerre de 1967. Il a ensuite annexé Jérusalem-Est, une annexion qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.
L'Etat hébreu considère l'ensemble de Jérusalem comme sa capitale unifiée tandis que les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

La question de Jérusalem est l'un des problèmes les plus épineux du conflit israélo-palestinien.
L'actuelle coalition gouvernementale du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est considérée comme la plus à droite de l'histoire d'Israël. Elle comprend des ministres de premier plan ouvertement opposés à une solution à deux Etats.

https://www.lorientlejour.com/article/1064335/israel-vote-en-premiere-lecture-dune-loi-compliquant-le-partage-de-jerusalem.html


Ankara dénonce la situation à Jérusalem, Israël répond: «Les jours de l’Empire ottoman sont révolus»  26/07/2017

Ankara dénonce la situation à Jérusalem, Israël répond: «Les jours de l’Empire ottoman sont révolus»











Israël a répliqué sèchement le 26 juillet à des déclarations du président turc Recep Tayyip Erdogan sur les mesures de sécurité prises à l'esplanade des Mosquées, affirmant ne pas avoir à recevoir de «leçon de morale» de la part de la Turquie.

Début de brouille diplomatique entre Israël et la Turquie ? Le 26 juillet, le président turc Recep Tayyip Erdogan a jugé «bonne» mais pas suffisante la décision de l’Etat hébreu de supprimer les détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem-Est occupé et annexé, dont l'installation avait provoqué une flambée de violences.

Le retrait de ce dispositif «est une bonne mesure», a estimé le chef de l’Etat turc. Avant de poursuivre : «Mais est-ce suffisant à notre goût ? Non.» Il a notamment fustigé les entraves israéliennes qui empêchent selon lui les musulmans d'accéder à l'esplanade, notamment pour la prière du vendredi.

«Chaque jour, le gouvernement israélien tente avec de nouvelles mesures de détruire le caractère islamique de Jérusalem», a ajouté le président turc.

La veille, il avait exhorté les musulmans du monde entier à «visiter» et «protéger» Jérusalem, après des violences meurtrières liées à l'installation de ces détecteurs.

Le ministère des Affaires étrangères israélien, dont le chef du gouvernement Benjamin Netanyahou détient le portefeuille, avait alors qualifié ces déclarations «d'hallucinantes, de fausses et déformées».

Le 26 juillet, le ton du ministère israélien est monté d'un cran, celui-ci s'en prenant directement au gouvernement du président turc.

«Les jours de l’Empire ottoman sont révolus. Il est ridicule d'entendre le gouvernement turc qui a envahi le nord de Chypre, réprime brutalement la minorité kurde et emprisonne des journalistes, donner des leçons de morale à Israël, la seule démocratie réelle dans la région», fait savoir le ministère dans un communiqué.
Manifestations meurtrières après l'installation de détecteurs de métaux sur l'esplanade des Mosquées

Des détecteurs de métaux avaient été installés aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem à la suite de la mort le 14 juillet de deux policiers israéliens dans une attaque menée par trois Arabes israéliens.

En réaction, des manifestations de protestation avaient été lancées contre cette mesure, au cours desquelles des affrontements avaient éclaté à plusieurs reprises entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes. Cinq Palestiniens avaient été tués.

Trois Israéliens avaient par ailleurs été tués pendant la même période par un Palestinien dans une colonie israélienne en Cisjordanie occupée.

Pour mettre fin à ces violences et sur demande de la Jordanie, gardien officiel des lieux saints musulmans de Jérusalem, les détecteurs de métaux ont été retirés le 26 juillet pour être remplacés par d'autres mesures de sécurité.

L'esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'islam et le lieu le plus sacré du judaïsme, connu sous le nom de Mont du Temple.

Le président turc a normalisé les relations de son pays avec Israël en 2016, après une crise déclenchée en 2010 par un raid israélien meurtrier contre un navire affrété par une ONG humanitaire turque pour tenter de briser le blocus israélien de la bande de Gaza.

Les deux pays ont entamé récemment des négociations sur un projet de construction d'un gazoduc, afin d'exporter le gaz naturel issu de l'exploitation de gisements de gaz naturel israéliens en Méditerranée.

La Turquie est par ailleurs l'une des destinations touristiques favorites des Israéliens.

https://francais.rt.com/international/41399-tensions-jerusalem-etat-hebreu-na-pas-de-lecons-a-recevoir-de-la-turquie


1 2 3 4 5 » ... 3145

Publicité

Brèves



Commentaires