Iran : un prédicateur condamné à mort pour distribution de livres sunnites  04/08/2015

Iran : un prédicateur condamné à mort pour distribution de livres sunnites






Le site « Sunni Prisoners Iran » rapporte une nouvelle condamnation à mort contre un prêcheur sunnite en Iran. Farshid Nasseri est condamné à mort pour avoir distribué des livres religieux dans les marchés et places publiques du pays.

Né en 1987, Farshid Nasseri est un jeune prêcheur qui utilisait son argent pour imprimer des livres religieux de la Sunnah, ainsi que de CDs sur la croyance sunnite pour ensuite les distribuer aux gens dans les marchés, mosquées et places publiques.

Il a été arrêté le 21 Novembre 2010. Il a passé 13 mois au centre de détention à Sannandaj et à Zanjan où il a été soumis à des tortures, puis il a été transféré à la prison Evin à Téhéran, et ensuite à la prison de Raj Shehr à Karaj.

Après 3 ans d’incertitude, il a été condamné à mort. Son avocat ne pouvait pas avoir accès a son casier judiciaire, il n’était pas permis Farshid Nasseri de se défendre par lui-même et d’assister à son procès.

En novembre 2013 il a été condamné à mort par le juge Mohamed Mogheseh de la branche 28 du Tribunal Révolutionnaire de Téhéran pour le chef d’accusation suivant « animosité contre Dieu » à travers sa collaboration avec des groupes jugés « salafis ».

http://www.islametinfo.fr/2015/08/03/iran-un-predicateur-condamne-a-mort-pour-distribution-de-livres-sunnites/


Yémen : la Ligue arabe prête à superviser la paix selon les Nations unies  04/08/2015

Yémen : la Ligue arabe prête à superviser la paix selon les Nations unies








Les Nations unies ont indiqué mardi que la Ligue arabe serait prête à envoyer des observateurs au Yemen si un cessez-le-feu intervenait, alors que les forces gouvernementales soutenues par l'Arabie Saoudite regagnent du terrain.

"Le secrétaire général de la Ligue arabe a dit que la Ligue, le moment venu, envisagerait sérieusement la question d'observateurs, dans le cas d'un cessez-le-feu", a déclaré à la presse un porte-parole des Nations unies à Genève, Ahmed Fawzi. Le porte-parole s'exprimait après une rencontre au Caire entre l'envoyé des Nations unies au Yemen, le Mauritanien Ismail Ould Cheikh Ahmed, et le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi.

C'est la première fois que la Ligue arabe exprime sa volonté de déployer des observateurs pour superviser un processus de paix dans un pays en guerre, d'après le porte-parole des Nations unies.

Mardi, les forces loyalistes, soutenues par l'Arabie Saoudite, ont repris aux rebelles chiites Houthis la base aérienne stratégique d'Al-Anad, élargissant ainsi leurs gains territoriaux dans le sud du Yémen après avoir reconquis la grande ville d'Aden. Les rebelles contrôlent encore une large partie du pays, dont la capitale Sanaa, et leur leader Abdulmalik al-Huthi a estimé que les récents revers étaient "provisoires".

Le gouvernement en exil du président Abd Rabbo Mansour Hadi --aujourd'hui réfugié à Riyad-- a déclaré qu'il n'entendait négocier que le retrait des rebelles de tous les territoires dont ils se sont emparés. Le conflit, qui a fait 4.000 morts, est dur pour les civils. Reconquise à la mi-juillet par les forces loyalistes, Aden est toujours privée d'eau, d'électricité et de services de base. Et la population civile, très vulnérable, doit faire face au danger des mines et engins explosifs posés par les rebelles.

http://www.lorientlejour.com/article/937636/yemen-la-ligue-arabe-prete-a-superviser-la-paix-selon-les-nations-unies.html


Obama dévoile un plan pour le climat, contesté par les groupes industriels  04/08/2015

Obama dévoile un plan pour le climat, contesté par les groupes industriels






Le président Barack Obama a dévoilé lundi la version définitive de son plan de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre produites par les centrales électriques fonctionnant au charbon, estimant que le changement climatique constituait la plus importante menace à laquelle le monde était confronté.

S'exprimant à la Maison blanche, à quelques mois du sommet Cop21 prévu en décembre à Paris, le président des Etats-Unis a jugé qu'une inversion des changements écologiques risquait de ne jamais pouvoir s'accomplir si des mesures draconiennes n'étaient pas prises.

Barack Obama a réfuté l'idée que son plan allait se traduire par un alourdissement de la facture énergétique des foyers américains, qu'il allait pénaliser les plus pauvres et détruire des emplois. "C'est la chose juste à faire", a-t-il affirmé.

Cette version-là du plan "Clean Power" vise à réduire de 32%, à l'horizon 2030, les émissions de C02 provenant du secteur de la production d'électricité, par rapport à leur niveau de 2005, a indiqué la Maison blanche. Le projet initial, publié l'an dernier, demandait une réduction de 30%.
"Nous sommes la première génération qui ressent l'impact du changement climatique", a expliqué le président américain. "Nous sommes la dernière génération qui peut faire quelque chose à ce sujet", a-t-il poursuivi.

"Nous n'avons qu'une maison. Nous n'avons qu'une planète. Il n'y a pas de plan B", a-t-il poursuivi.

Ce plan augure d'une transformation notable du secteur de l'électricité, car il encourage le passage aux énergies renouvelables aux dépens de la production d'électricité à partir du charbon.

Certains groupes industriels et des élus d'Etats qui dépendent d'une énergie à base de charbon ont annoncé leur intention de contester ce plan en justice ainsi qu'au Congrès. Ils accusent l'administration Obama d'être responsable d'une future hausse du prix de l'électricité.

L'Association nationale minière a annoncé dimanche son intention de contester le projet devant la justice fédérale.

La National Rural Electric Cooperative Association, qui fournit de l'électricité aux zones rurales pauvres, estime pour sa part que le plan "Clean Power" va entraîner une hausse d'au moins 10% des prix de l'électricité. Cette augmentation sera ressentie de façon disproportionnée par les populations "les plus vulnérables du pays", dit-elle.

L'annonce officielle a été immédiatement critiquée par les républicains et par le chef de la majorité sénatoriale Mitch McConnell qui a promis de "faire tout ce qu'il pourrait pour s'y opposer".

Pour John Boehner, président républicain de la Chambre des représentants, ce plan est un "impôt énergétique" adopté au moment où le pays connaît une lente reprise après la récession.
"Je pense que ce plan est coûteux, une insulte arrogante aux Américains qui peinent à joindre les deux bouts", a-t-il dit.

Le gouvernement réfute ces accusations. Son plan, dit-il, vise à accélérer la transition vers une économie qui produira plus d'électricité à partir des énergies renouvelables.

La Maison blanche a estimé que ce plan marquait "le coup d'envoi d'une offensive tous azimuts en faveur du climat" de la part du président et de son administration.

Dans une vidéo mise en ligne par la Maison blanche ce week-end, Barack Obama a rappelé qu'il n'y avait pas eu jusqu'ici de limitation au niveau fédéral sur la pollution des centrales électriques par les émissions carbonées, principale source des émissions de gaz à effet de serre aux Etats-Unis.

Si le plan est mis en œuvre, la part du charbon dans la production d'électricité aux Etats-Unis tombera de 39% en 2014 à 27% en 2030 (30% dans la proposition initiale), a déclaré dimanche à la presse la responsable de l'Agence pour la protection de l'environnement (EPA), Gina McCarthy.

La part du gaz naturel dans la production d'électricité restera à 30% à l'horizon 2030, tandis que les énergies renouvelables représenteront 28%, contre 22% initialement envisagé.

Le nucléaire présente quant à lui 20% de l'énergie produite aux Etats-Unis.

L'ancienne secrétaire d'Etat Hillary Clinton, qui fait figure de favorite dans la course à l'investiture démocrate pour la présidentielle de 2016, a vanté les mérites du plan d'Obama; "C'est un bon plan, et en tant que présidente, je le défendrai", a-t-elle déclaré.

Ce plan sera au cœur de la contribution de Washington à la Cop21, la conférence internationale sur le climat qui se tiendra à la fin de l'année à Paris, et dont l'administration Obama s'est engagé à être l'un des fers de lance.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/obama-devoile-un-plan-pour-le-climat-conteste-par-les-groupes-industriels/id-menu-957.html


Des dizaines de Palestiniens blessés lors d'affrontements à l'est de Jérusalem  04/08/2015

 
Jérusalem - CPI


Des dizaines de jeunes Palestiniens ont été blessés  lundi soir (3-8), lors d'affrontements entre jeunes et forces israéliennes dans la ville d'Abu Dis, à l'est de Jérusalem.

 Le Croissant-Rouge Palestinien  a déclaré dans un communiqué, qu’ au cours des d'affrontements qui ont éclaté dans  l'avenue de l’université, dans la ville d'Abu Dis,  l'un des jeunes a été  blessé par balle  dans l’ abdomen et de plusieurs balles en caoutchouc . Il a été  transporté à la  clinique Al-Makased. Les médecins ont déclaré que son état n’est pas grave.
Les autres jeunes  ont été blessés par gaz lacrymogènes et par des balles en caoutchouc. Tous les blessés ont été soignés sur place.

Il est à signaler que ces  affrontements ont éclaté après qu’un certain nombre de jeunes a réussi à ouvrir une brèche dans le mur de séparation dans la ville d'Abu Dis .


http://french.palinfo.com/


Invasion israélienne limitée à l'est de Khan Younès  04/08/2015

 
Gaza – CPI
Les forces armées de l'occupant israélien se sont déplacées le mardi matin 4/8 dans une distance limitée dans l'est de Khan Younès dans le sud de la Bande de Gaza.

Cinq blindés militaires de l'armée de l'occupant israélien ont envahi environ 150 mètres à l'est du village d'al-Qarar au nord-est de Khan Younès, à partir du site militaire israélien de Kissoufim et ont entamé des creusements vers le sud, ont déclaré des sources locales à notre correspondant.

Les forces armées de l'occupation israélienne effectuent des invasions et des tirs de temps à autre dans les côtés orientaux de la Bande de Gaza, violant l'accord de cessez-le-feu signé le 25 août 2014 entre la résistance palestinienne et l'occupation sous l'égide de l'Egypte.

http://french.palinfo.com


Un colon essaie de lever le drapeau israélien sur le Dôme du rocher  04/08/2015

 
jerusalem-CPI

Les gardiens de la sainte mosquée Al-Aqsa et les fidèles ont arrêté un colon mardi matin qui s’est infiltré à l’intérieur des esplanades et a essayé de lever le drapeau israélien, sur le dôme du rocher ,muni d’une barre de fer qu’il a utilisée pour attaquer ceux qui voulaient l’arrêter.

Le colon a  fait irruption dans la mosquée Al-Aqsa dans la matinée et s’est infiltré vers le dôme de Rocher et a essayé de hisser le drapeau, israélien, mais les gardes et les adorateurs de la  Mosquée Al-Aqsa étaient à l'affût, et ils l'ont arrêté et l'ont battu, avant que les forces d'occupation interviennent pour le protéger et le faire sortir.
 
Selon un communiqué du centre des médias pour Jérusalem et Al-Aqsa "korês ", une atmosphère de tension régnait après l'incident où les forces d'occupation sionistes (FOS) ont agressé les fidèles et le personnel de l’administration  très violemment .Les FOS ont arrêté  le directeur du département des manuscrits d'Al-Aqsa Radwan Amr, et cinq gardes  de la sainte mosquée.

http://french.palinfo.com


Mechaal rencontre le ministre russe des Affaires étrangères à Doha  04/08/2015

 
Doha – CPI
Le mouvement du Hamas a déclaré qu'une délégation présidée par le chef de son bureau politique, Khaled Mechaal, a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères, Seiji Lavrov, le lundi 3/8, dans la capitale du Qatar, Doha.

Les deux côtés ont discuté des développements de la cause palestinienne et de la réconciliation palestinienne, en plus de la situation dans la région et les efforts politiques envers cette cause, selon le Hamas.

Le mouvement a déclaré que sa délégation a expliqué les conditions vécues dans la Bande de Gaza après la guerre criminelle l'année dernière et le terrorisme israélien en Cisjordanie, en plus des attaques de l'occupant sur les lieux saints islamiques et chrétiens à Jérusalem, tout en discutant des relations et ont échangé leurs points de vue sur les sujets proposés.


Obama: "pour un pays africain au Conseil de sécurité de l'Onu"!  04/08/2015

Barack Obama s'est prononcé pour une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies.

 
Washington soutient l'idée d'une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, a fait savoir le président des Etats-Unis Barack Obama, en proposant d'y inclure au moins un représentant du continent africain.
  Le président américain a également souligné que pour que cet organe exécutif des Nations unies soit efficace, il fallait prendre en compte "toutes les différentes tendances" des dernières décennies.  
"Les Etats-Unis soutiennent le principe de la modification de la structure du Conseil de sécurité de l'Onu. Je pense qu'en principe, le Conseil de sécurité doit comprendre au moins un représentant du continent africain, ainsi que des représentants d'autres régions du monde et de certaines nouvelles puissances", a précisé Barack Obama.
Le Conseil de sécurité est un des principaux organes de l'Onu. Selon la Charte des Nations unies, il a "la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationale".
Le Conseil est composé de cinq membres permanents (la Russie, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Chine), et de dix membres non permanents non pourvus du droit de veto.
  Les discussions concernant la réforme de la composition du Conseil de sécurité liée à la fin du monde bipolaire et à l'émergence de nouvelles puissances durent depuis des années. Pourtant d'accord sur la nécessité d'une réforme, plusieurs Etats n'arrivent cependant pas à se mettre d'accord sur ses modalités.  
Ainsi, certains pays, dont la France, soutiennent les candidatures de l'Allemagne, du Brésil, de l'Inde et du Japon à un poste de membre permanent du Conseil de sécurité.
Pourtant, dans la mesure où les pays siégeant dans cet organe incontournable acquièrent une capacité d'influence et un poids politique particulier, l'hypothèse d'un élargissement entraîne des rivalités régionales non-négligeables, ce qui complique la réalisation de la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies


Airbus conçoit un jet supersonique révolutionnaire  04/08/2015

Deux divisions du groupe aéronautique européen Airbus ont déposé, en juillet, des brevets pour un avion révolutionnaire qui irait à 4,5 fois la vitesse du son.
 
 
Avec une vitesse de 5.508 km/h, le nouvel avion supersonique d'Airbus pourrait bien exploser le record de vitesse pour un avion civil. Business Insider précise qu’une telle vitesse permettrait à l'avion de faire la liaison entre Londres et New York en une heure. D’habitude, un tel trajet dure jusqu’à huit heures en Airbus A330.  
C'est la motorisation d’un nouveau jet qui s’avère être la plus innovante: elle se compose de deux statoréacteurs sous l’aile delta, de deux turboréacteurs sous la carlingue et d’un moteur "rocket" situé au centre de l’empennage.
L’appareil serait doté d'une aile delta située au-dessus de la carlingue et qui ressemble plus à une navette spatiale qu’à un avion de ligne classique. L’intérieur du fuselage est étroit et n’accueille que deux rangées de deux sièges séparées par une allée centrale.
Le dernier avion supersonique Concorde avait une vitesse de croisière de près de 2.000 km/h. Le programme avait été abandonné après le crash de Gonesse, près de Paris, en juillet 2000, qui avait fait 113 victimes. L'exploitation avait totalement cessé en 2003.


La Corée du Nord se prépare à une guerre  04/08/2015

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a assisté aux exercices des forces aériennes nationales qu'il a qualifiés de "préparation à la guerre avec les Etats-Unis et la Corée du Sud".
 
 
Les exercices se sont déroulés sur une base militaire située à proximité de la ville portuaire de Wonsan (sud-est) à l'occasion du 62e anniversaire de la signature de l'armistice à l'issue de la guerre de Corée de 1950-1953, rapporte l'agence de presse nord-coréenne KCNA.  
Selon l'agence, les exercices étaient censés "aboutir à un changement radical dans les manœuvres préparatoires à la guerre" qui devrait "régler les comptes avec les impérialistes américains et le groupe de marionnettes sud-coréennes qui (…) incitent à la confrontation entre compatriotes".
 
Le chef d'état-major de l'Armée populaire de Corée Ri Yong-gil a pour sa part déclaré que la péninsule coréenne se trouvait "au bord d'une guerre" dont l'ampleur risquerait de s'avérer similaire à celle du conflit de 1950-1953. Il a également accusé les Etats-Unis et la Corée du Sud de "proférer des mensonges" et d''attiser l'hystérie militaire".  
Cette annonce intervient suite aux récentes déclarations de l'ambassadeur nord-coréen à Pékin Ji Jae-ryong qui a déclaré que Pyongyang n'avait pas l'intention de rouvrir les négociations avec les Etats-Unis sur son programme nucléaire.
Le diplomate a également appelé la Corée du Sud et les Etats-Unis à renoncer aux exercices militaires conjoints sur la péninsule coréenne prévus pour les prochaines semaines.


Spatial: les USA reçoivent les premiers propulseurs russes RD-181  04/08/2015

Deux premiers propulseurs russes RD-181 ont été livrés aux Etats-Unis en vertu d'un contrat pour 1 milliard de dollars conclu en janvier 2015.
 
  Les propulseurs construits par la compagnie spatiale russe RSC Energia ont été remis à la société américaine Orbital Sciences Corporation le 16 juillet, rapporte le service de presse du groupe Energia. Au total, la Russie doit livrer 60 propulseurs RD-181 aux Etats-Unis.  
Orbital Sciences a besoin de moteurs russes afin de poursuivre les lancements de ses fusées-porteuses Antares. L'utilisation des propulseurs RD-181, conçus spécialement pour les fusées Antares, permet d'acheminer plus de cargaisons à la Station spatiale internationale ainsi qu'à des orbites de basse altitude.
Suite à l'échec fin octobre 2014 du lancement d'une fusée Antares transportant la capsule non habitée Cygnus à destination de l'ISS, le groupe Orbital Sciences a déclaré qu'il pourrait renoncer aux moteurs AJ-26, construits sur la base des NK-33 soviétiques.
  Le premier lancement d'une fusée Antares équipée d'un moteur russe RD-181 est programmé pour le 1er mars 2016.  
Selon le chef du service de presse du holding russe de hautes technologies Rostec Vassili Brovko, les Etats-Unis ne seront pas en mesure de renoncer aux moteurs de fusée russes au cours des 10-15 prochaines années.
Le 20 décembre 2014, le président américain Barack Obama a annoncé avoir signé le budget militaire US pour 2015 qui contenait une clause interdisant les importations des propulseurs RD-180 russes utilisés pour le premier étage des fusées Atlas. Cet amendement avait été proposé par le sénateur républicain John McCain sur fond de crise ukrainienne et d'adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie.
Pourtant, fin avril 2015, le Pentagone a demandé au Congrès US d'autoriser l'utilisation des RD-180 jusqu'à 2022.


Egypte : le port du voile interdit dans les zones touristiques  04/08/2015

Les propriétaires de certains hôtels, restaurants et plages considèrent leurs territoires comme des zones sans "hijab".
 
Les propriétaires de certains restaurants, plages et hôtels situés dans des zones touristiques de l'Egypte ont décidé d'interdire le port du hijab, rapporte la chaîne de télévision saoudienne Al-Arabiya.
Les femmes égyptiennes se plaignent de plus en plus sur les réseaux sociaux des complexes touristiques imposant de telles interdictions. Les propriétaires considèrent pour leur part ces territoires comme des zones sans "hijab".

"C'est dégradant, nous sommes dans notre propre pays et nous ne sommes pas heureuses. J'étais sur le point de pleurer, personne n'a le droit de me priver d'entrer. Ça ne m'est jamais arrivé nulle part ailleurs, pas même aux États-Unis", a indiqué Sally Nashaat, une femme de 26 ans portant le hijab.
Ces interdictions ont principalement lieu sur les sites de Charm el-Cheikh et à Hurghada, afin de ne pas effrayer des touristes étrangers. Dans le même temps, les musulmanes représentent près de 90% de la population féminine du pays.


Etat islamique: Moscou expose son plan de lutte  04/08/2015

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a exposé le plan de lutte contre l'Etat islamique élaboré par Vladimir Poutine.
 
Lundi 3 août, le chef de la diplomatie russe s'est entretenu à Doha avec ses homologues américain et saoudien, John Kerry et Adel al-Jubeir. Selon un communiqué ministériel diffusé à l'issue de la réunion, M.Lavrov a exposé la proposition russe visant à créer "un vaste front antiterroriste dans le cadre de la législation internationale" en vue d'endiguer la propagation du terrorisme "en Syrie, en Irak et dans d'autres pays de la région".
 
Le journal Kommersant rapporte pour sa part que la Russie propose de mettre en place une coalition de forces armées qui combattent aujourd'hui l'EI. Moscou estime qu'une telle coalition devra réunir, entre autres, les armées irakienne et syrienne, ainsi que les milices kurdes.  
Conformément au projet russe, la coalition devrait agir avec un mandat de l'Onu. Selon des sources citées par Kommersant, le chef du Kremlin évoquera ce sujet lors de la 70ème session de l'Assemblée générale de l'Onu à New York programmée pour septembre prochain.
Lors de sa visite dans la capitale qatarie, Sergueï Lavrov a également critiqué les actions entreprises par les Etats-Unis en Syrie. D'après lui, Moscou est déçu par le fait que Washington n'a pas demandé l'aval de Damas lors de la mise en place de sa coalition anti-EI.
 
Créé en 2006 en Irak, l'Etat islamique a proclamé en juillet 2014 un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle. Le groupe lié à Al-Qaïda, qui compterait près de 30.000 combattants selon la CIA, poursuit son offensive.  
Depuis août 2014, la coalition internationale conduite par les Etats-Unis effectue des frappes contre les positions des djihadistes de l'EI en Irak et depuis septembre, en Syrie.
Le weekend dernier, le Comité national antiterroriste russe (NAK) a annoncé que huit membres de l'Etat islamique avaient été éliminés par les forces spéciales dans la République d'Ingouchie (Caucase du Nord).


Esplanade des Mosquées: un Français brutalisé après avoir brandi un drapeau israélien  04/08/2015

Esplanade des Mosquées: un Français brutalisé après avoir brandi un drapeau israélien









Un touriste français chrétien a été rudoyé et légèrement blessé par des Palestiniens mardi matin quand il a déployé un drapeau israélien sur l'esplanade des Mosquées, haut lieu de l'islam à Jérusalem-Est, a indiqué la police israélienne.

Cet homme a été légèrement blessé à la tête et devait recevoir des soins et ensuite être placé en détention, a indiqué une porte-parole de la police. La police n'a pas précisé les motivations de cet homme d'une trentaine d'années, qui encourt des poursuites selon la porte-parole. Les quatre hommes soupçonnés d'avoir pris part aux violences contre lui ont également été placés en détention, a dit la porte-parole. Ce sont des habitants de Jérusalem-Est, partie de Jérusalem annexée et occupée par Israël.

L'incident n'a pas donné lieu à d'autres violences sur l'esplanade des Mosquées, a dit la porte-parole.
L'esplanade est bien plus souvent le théâtre de heurts entre des musulmans et des juifs qui tentent d'y prier malgré l'interdiction qui leur en est faite. L'esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'islam. Elle est également vénérée par les juifs comme le site du second Temple juif détruit par les Romains en l'an 70 et dont l'unique vestige est le mur des Lamentations, en contrebas de l'esplanade.

La police autorise les juifs à se rendre sur l'esplanade mais leur interdit d'y prier ou d'y brandir des symboles nationaux pour éviter des heurts avec les musulmans. Des ultranationalistes juifs provoquent régulièrement des incidents en entreprenant de prier subrepticement sur l'esplanade après être montés en simples visiteurs.
L'esplanade s'étend sur 14 hectares en surplomb de la Vieille ville, dans le secteur arabe occupé et annexé par Israël et dont les Palestiniens veulent faire la capitale de leur futur Etat.

http://www.lorientlejour.com/article/937595/esplanade-des-mosquees-un-francais-brutalise-apres-avoir-brandi-un-drapeau-israelien.html


Soupçonné de pédophilie, un ancien Premier ministre britannique aurait été protégé  04/08/2015

Soupçonné de pédophilie, un ancien Premier ministre britannique aurait été protégé






Edward Heath, mort en 2005, aurait bénéficié d’un abandon des poursuites à son encontre, dans le courant des années 1990.

La police des polices britannique a annoncé lundi étudier les allégations d’un ancien policier prétendant qu’une enquête sur des abus sexuels sur enfants aurait été enterrée car elle aurait pu toucher l’ancien Premier ministre britannique Edward Heath. « La Commission indépendante sur les plaintes à l’encontre de la police (IPCC) va enquêter sur des allégations concernant la gestion par la police de Wiltshire d’une plainte sur des abus sexuels sur enfants déposée dans les années 1990 », indique la police des polices britannique dans un communiqué publié lundi. « Il est présumé que des poursuites pénales n’ont pas été menées à terme lorsqu’une personne a menacé de révéler que Sir Edward Heath pourrait avoir été impliqué dans des crimes concernant des enfants », poursuit l’IPCC.

En plus d’étudier l’abandon de ces poursuites, « l’IPCC va examiner si la police de Wiltshire a ensuite pris des mesures pour enquêter sur ces allégations » (faites à l’encontre de M. Heath), indique encore le communiqué, alors que l’affaire faisait les gros titres de la presse britannique mardi.

Appel à témoin

Premier ministre conservateur du Royaume-Uni entre 1970 et 1974, Edward Heath a vécu plusieurs années à Salisbury, dans le Wiltshire, et est décédé en 2005.

Suite à l’ouverture de l’enquête de l’IPCC, la police de Wiltshire a lancé lundi un appel à témoin, appelant « toute personne ayant des informations pertinentes pouvant nous aider dans nos enquêtes ou toute personne qui croit avoir été une victime » à se faire connaître.
« Le procès ne s’est jamais tenu »

Selon Sean Memory, haut responsable de la police, « il y a allégations selon laquelle un procès devait se tenir dans les années 1990 et il y a ensuite eu une information reçue par la justice mettant en cause Sir Ted Heath pour abus sexuels sur enfants ». « Le procès ne s’est jamais tenu », a poursuivi Memory.

« Nous nous félicitons de l’enquête lancée par la police du Wiltshire, nous croyons sincèrement qu’elle blanchira le nom de Sir Edward et nous coopérerons pleinement avec la police », a de son côté réagi lundi la fondation de Sir Edward Health, à laquelle l’ancien Premier ministre avait laissé sa propriété à Salisbury.

D’autres enquêtes sur des accusations anciennes de pédophilie sont en cours au Royaume-Uni sur la base de déclarations à la police mettant en cause quelque 260 personnalités publiques, dont 76 politiciens. L’ex-animateur vedette de la BBC Jimmy Savile a été notamment accusé d’avoir agressé sexuellement plusieurs dizaines de victimes.

Le mois dernier, une vaste enquête publique indépendante impliquant des responsables politiques et des institutions publiques dans les années 1980-90 a ainsi été ouverte.

http://www.lesoir.be/953340/article/actualite/monde/2015-08-04/soupconne-pedophilie-un-ancien-premier-ministre-britannique-aurait-ete-protege


Moscou expulse un diplomate suédois  04/08/2015

En réponse à l'expulsion récente d'un diplomate russe de Suède, Moscou a décidé d'en expulser un suédois, selon un porte-parole de la diplomatie suédoise.
 
Moscou a décidé d'expulser un diplomate suédois en réponse à l'expulsion récente d'un diplomate russe de ce pays scandinave, a annoncé le porte-parole du ministère suédois des Affaires étrangères Johan Tegel.

"Les autorités russes nous ont informé qu'un diplomate de l'ambassade de Suède devait quitter le pays (…) La Russie a clairement indiqué qu'elle considérait cela comme une réponse à la décision de la Suède d'expulser un diplomate russe", a indiqué le porte-parole, sans toutefois préciser ni le nom ni le rang des deux diplomates en question.
Le diplomate russe avait été expulsé en raison d'actions effectuées "en violation de la Convention de Vienne" qui régit les relations diplomatiques, a indiqué M. Tegel, sans donner de détails ni sur la nature de ces actions, ni sur la date de l'expulsion.
"Tout ce que je peux dire, c'est que ça s'est passé récemment", a-t-il ajouté.
M. Tegel a précisé qu'il était trop tôt pour dire l'impact que la décision de Moscou allait avoir sur les relations entre les deux pays.
"Mais cela ne va pas améliorer l'état de nos relations", a déploré le porte-parole.


La Libye refuse toute intervention militaire étrangère (PM)  04/08/2015

La Libye refuse toute intervention militaire étrangère (PM)






Le Premier ministre du gouvernement de Tobrouk (gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale) Abdallah al-Theni a indiqué que son gouvernement refuse toute intervention militaire étrangère sur le territoire libyen, a rapporté lundi l'agence de presse officielle LANA.

"La libye accueille la coopération avec tous les pays, mise en pratique avec le respect mutuel et la non-intervention dans les affaires domestiques libyennes", a déclaré M. al-Theni.

Ces remarques font suite à certains rapports selon lesquels les pays européens envisagent de relancer des opérations militaires en Libye dès qu'un gouvernement d'unité sera formé.

Ces rapports précisent que Libye étant devenue un point de convergence pour les immigrants illégaux voulant entrer en Europe, les pays européens prévoient d'organiser une opération militaire pour lutter contre l'immigration illégale en Méditerranée.

La Libye, un des plus grands producteurs pétroliers du monde, a été le témoin de changements politiques brutaux depuis la chute de son ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011.

Suite à la prise de Tripoli, capitale libyenne, par le groupe Aube de la Libye en août dernier, la milice islamiste a établi son propre gouvernement pour faire face au gouvernement reconnu par la communauté internationale, actuellement exilé dans la ville de Tobrouk, dans l'est du pays.

Le gouvernement auto-proclamé de Tripoli est un gouvernement "illégitime et non-reconnu par la communauté internationale. C'est un groupe de hors-la-loi", a déclaré M. al-Theni.

Les Nations Unis ont arrangé plusieurs sessions de négociations entre les parties opposées depuis septembre, mais les affrontements continuent, et ce malgré une trêve convenue entre les différentes factions.

http://french.cri.cn/621/2015/08/04/301s443755.htm


Une quarantaine de tombes chrétiennes profanées dans un cimetière dans l'est de la France  04/08/2015

Une quarantaine de tombes chrétiennes profanées dans un cimetière dans l'est de la France






Lundi après-midi, les policiers de Conflans-en-Jarnisy, dans le département de Meurthe-et-Moselle dans l'est de la France, ont constaté la profanation d'une quarantaine de tombes chrétiennes dans le cimetière de la commune de Labry, a annoncé lundi soir le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse.

M. Cazeneuve a "condamné avec la plus grande fermeté la profanation de tombes chrétiennes ce jour dans un cimetière de Meurthe-et-Moselle", selon le communiqué.

Des crucifix ont été "retournés ou brisés", et une plaque funéraire dégradée. Il s'agit de la cinquième profanation de cimetière dans le département depuis le début de l'année 2015, précise le communiqué.

"Ces actes inacceptables appellent une réponse pénale ferme. Les enquêtes devront permettre d'en poursuivre les coupables. Le ministre de l'Intérieur adresse tout son soutien aux autorités des communes concernées, ainsi qu'aux familles victimes de ces dégradations", a conclu M. Cazeneuve dans le communiqué de presse.

http://french.cri.cn/621/2015/08/04/301s443735.htm


L'Inde et Israël s'apprêtent à tester le missile Barak 8  04/08/2015

L'Inde et Israël s'apprêtent à tester le missile Barak 8






La coopération militaire indo-israélien s'accentue, comme en témoigne un missile sol-air développé par les deux pays et dont le premier essai doit avoir lieu dans les prochaines semaines.

Désireux de porter leur coopération militaire à un niveau plus élevé, l'Inde et Israël testeront fin août un missile à longue portée, Barak 8.

Le lieu du test est pour le moment inconnu. Au départ, il était prévu de tirer le missile depuis le destroyer indien Kolkata, mais aujourd'hui, on parle de plus en plus d'un navire israélien. L'ambassade d'Israël à New Delhi se refuse à tout commentaire.

Selon les experts militaires, cet essai doit constituer une réponse à la menace grandissante émanant pour l'Inde de la Chine et du Pakistan, ainsi qu'au renforcement des positions de Pékin en mer de Chine orientale.

Invité par l'agence Sputnik à commenter cette situation, le porte-parole de l'ambassade israélienne à New Delhi, Ohad Khorsandi, a souligné que ces dernières années, la coopération militaire entre l'Inde et Israël avait connu un nouvel essor.

"Nos pays font face à des menaces similaires qui s'accentuent de jour en jour. Aussi devons-nous conjuguer nos efforts pour riposter ensemble à ces menaces. Israël fait entièrement confiance à la compétence des spécialistes indiens et à leur expérience professionnelle dans différents domaines, surtout dans le domaine de l'industrie d'armements. Si les deux pays agissent de concert, nous serons en mesure de faire face aux défis actuels. Notre principe fondamental en matière d'armements est de nous considérer mutuellement comme des partenaires égaux. Nos pays ont beaucoup de choses que nous pouvons apprendre l'un auprès de l'autre", a déclaré M. Khorsandi.

Le missile surface-air Barak 8 a été développé pour les forces navales indiennes par Indian Defence Research et Israel Aerospace Industries conformément à l'accord signé entre les deux pays en 2009. Les premiers missiles seront transmis à l'Inde en 2017.

La coopération technico-militaire entre les deux Etats se renforce depuis la rencontre entre le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon et le premier ministre indien Narendra Modi en février dernier. C'est également à cette époque que l'Inde et Israël ont signé des accords pour un montant total de plus de 2 milliards de dollars.

A la fin de l'année, Narendra Modi doit se rendre en Israël. Ce sera la première visite effectuée dans ce pays par un chef de gouvernement indien.

http://fr.sputniknews.com/defense/20150803/1017354485.html


Syrie: de possibles "mesures supplémentaires" pour défendre ses alliés  04/08/2015

Syrie: de possibles "mesures supplémentaires" pour défendre ses alliés





La Maison Blanche a indiqué lundi qu'elle pourrait prendre des "mesures supplémentaires" pour défendre ses alliés qui combattent en Syrie.

La Syrie "ne doit pas interférer" avec les actions des forces formées par les Américains pour combattre le groupe Etat islamique, sinon "des mesures supplémentaires" pourraient être prises pour les protéger, a indiqué le porte-parole Josh Earnest, laissant planer la menace de frappes aériennes contre les forces du président Bachar el-Assad.
M. Earnest a précisé qu'à ce stade le président syrien n'avait pas cherché à perturber les actions des groupes soutenus par les Etats-Unis, dont notamment une unité de 54 rebelles intervenant dans la province d'Alep depuis mi-juillet au sein d'un groupe d'insurgés se faisant appeler Division 30. Mais ces troupes ont été prises pour cible par le Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda, ce qui a entraîné des frappes aériennes de la part des Etats-Unis. Le Pentagone a nié toute capture de membres de la Division 30 ayant été entraînés par les Etats-Unis.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait indiqué de son côté que huit de ces 54 rebelles avaient été enlevés mercredi soir par le Front al-Nosra. Ce dernier avait ensuite revendiqué le rapt.
Et dimanche, le groupe jihadiste a diffusé une vidéo dans laquelle il affirmait montrer la capture dans la semaine de rebelles syriens entraînés par les Etats-Unis et accusés de "collaboration avec l'Occident". Elle montre au moins cinq hommes marchant dans un champ l'un derrière l'autre, les mains derrière la tête, encadrés par un homme cagoulé et un autre armé.

Lavrov condamne le projet américain de nouveaux bombardements en Syrie

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov a dénoncé comme "contre-productives" les mesures supplémentaires annoncées par Washington pour défendre ses alliés combattant en Syrie.

"Il est contreproductif d'annoncer publiquement que des groupes armés entraînés aux Etats-Unis (...) seront sous la protection de l'aviation de la coalition" internationale qui intervient en Syrie sous la houlette de Washington, a déclaré M. Lavrov lors d'une conférence de presse au Qatar. Il a également critiqué le fait que "pour protéger ces groupes, cette aviation serait autorisée à frapper n'importe quelle force qui pourrait - je dis bien pourrait -- être considérée comme une entrave à l'action de ces groupes".
M. Lavrov a indiqué avoir évoqué la question lors d'une réunion inédite avec ses homologues américain et saoudien, John Kerry et Adel al-Jubeir, organisée lundi à Doha pour parler essentiellement du conflit syrien.

Un peu plus tôt, le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest avait indiqué que la Syrie "ne doit pas interférer" avec les actions des forces formées par les Américains pour combattre le groupe Etat islamique. A défaut de quoi, "des mesures supplémentaires" pourraient être prises pour les protéger, a-t-il ajouté laissant planer la menace de frappes aériennes contre les forces du président Bachar el-Assad.
M. Lavrov s'est également dit "très inquiet au sujet (...) du désastre humanitaire" en Syrie, ajoutant être "en faveur d'une cessation immédiate de toute intervention extérieure dans la crise syrienne", une critique qui semble également destinée à Washington.

http://www.lorientlejour.com/article/937474/syrie-de-possibles-mesures-supplementaires-pour-defendre-ses-allies.html
http://www.lorientlejour.com/article/937486/lavrov-condamne-le-projet-americain-de-nouveaux-bombardements-en-syrie.html


1 2 3 4 5 » ... 2700

Publicité

Brèves



Commentaires