Le Qatar condamne la fermeture des portes de la mosquée Al-Aqsa par Israël  29/08/2015

Le Qatar condamne la fermeture des portes de la mosquée Al-Aqsa par Israël





Le Qatar a exprimé sa forte désapprobation au sujet de la fermeture de l'occupation d’un certain nombre de portes dans la mosquée Al-Aqsa face aux fidèles musulmans et permettre, en revanche, aux colons extrémistes de faire irruption dans la sainte mosquée sous la protection des soldats et de la police d'occupation.

Dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle jeudi (27-8), le ministère des affaires étrangères a affirmé que "Le Qatar dénonce les violations d'Israël contre les lieux saints et contre le peuple palestinien ainsi que sa violation de la liberté de culte".

La déclaration a réitéré le rejet catégorique du Qatar de ces actions qui ne font qu’accroître la tension et l'instabilité dans la région, soulignant que la Mosquée Al-Aqsa appartient aux musulmans.

Depuis lundi dernier, les autorités israéliennes imposent des restrictions sévères sur Al-Aqsa par la fermeture de la plupart de ses portes empêchant les musulmans d'y entrer, dans une tentative d'imposer un régime de «partition temporelle» sur la mosquée.

Le ministère du Legs pieux islamique a indiqué, mardi dernier, que les forces d'occupation israéliennes ont fermé pour la deuxième journée consécutive les portes de la sainte mosquée à l’exception de la porte de l'humilité, du Conseil et Silsila, tandis que les troupes israéliennes ont été déployées aux portes ouvertes empêchant les femmes d’accéder à la mosquée et entravant l’entrée des étudiants à leurs classes.

Des dizaines de colons ont pris d'assaut la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, mercredi, tandis que des dizaines de Jérusalémites ont été interdit d'y entrer.

La sainte mosquée d’Al-Aqsa subit des intrusions quasi-quotidiennes des colons, sous la protection de la police israélienne.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=42352


L’Imam d'Al-Aqsa appelle à la protection de la sainte mosquée  29/08/2015

L’Imam d'Al-Aqsa appelle à la protection de la sainte mosquée





L’Imam de la mosquée bénie d'Al-Aqsa Cheikh Mohamed Salim a appelé les fidèles à être présents de façon permanente à la mosquée Al-Aqsa en réponse aux plans sionistes visant à la division temporelle et spatiale de la mosquée.

L’Imam a déclaré dans sa prêche de vendredi que, durant ces dernières semaines, l’entité sioniste a essayé de réoccuper de nouveau la mosquée Al-Aqsa de façon plus agressive que sa première occupation, en voulant supprimer le droit des musulmans à la mosquée et en pratiquant clairement la judaïsation du lieu saint.

L’Imam a souligné que tout au long de ces derniers jours l’occupation a commencé l’exécution de la division de la mosquée en temps et en espace étape par étape, en plus de la lutte médiatique contre les fidèles, l’interdiction de rester à l’intérieur de la mosquée plus qu’une demi-heure, pour ceux autorisés à y entrer, l’empêchement des femmes et certains hommes d'y entrer et la fermeture de la majorité des portes de la mosquée Al-Aqsa. Toutes ces pratiques se produisent pour la première fois pour annoncer officiellement l'attribution d’un temps réservé aux colons extrémistes pour prendre d’assaut les esplanades de la mosquée Al-Aqsa, qui sont des parties intégrantes de celle-ci.

Le prédicateur a exigé que cette seconde occupation de la mosquée Al-Aqsa doit prendre fin, car « elle est extrêmement dangereuse et protégée sous le couvert du silence arabe et musulman et par les guerres fratricides qui déchirent le monde arabo-musulman. Dans ce chaos de valeurs et d'éthique et loin des enseignements de la religion, vous vous réveillez un matin sur une décision qui vous empêchera totalement d'entrer à la Mosquée Al-Aqsa et y prier», a-t-il dit. Puis il a déclaré : « la responsabilité de la protection de notre mosquée bénie est sur vos épaules ! Vous êtes responsables devant Allah si vous vous occupez de vos biens et de vos désirs au dépend de la protection de la mosquée des sionistes et de leurs plans sataniques ! Ne posez pas la responsabilité sur les arabes et les musulmans dans le monde entier alors que vous même dans cette mosquée bénie, lieu de l’ascension du prophète Mohamed vers les cieux, êtes responsables ! Chacun de vous a une part de responsabilité ! Vous serez récompensés selon vos actions ! »

A la fin du sermon, l’imam a affirmé que la prière dans la mosquée Al-Aqsa est une obligation pour chaque musulman capable de la faire et a souligné que notre relation avec la mosquée est une relation de croyance et de religion et aussi une relation d’histoire et de civilisation .La mosquée Al-Aqsa est la première mosquée bâtie sur terre après la mosquée de la Mecque où les musulmans peuvent prier Allah.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=42358


Algerie: Sellal évoque un éventuel retour à l’endettement extérieur​  29/08/2015

Algerie: Sellal évoque un éventuel retour à l’endettement extérieur​






Le premier ministre, Abdelmalek Sellal, a évoqué, ce samedi 29 août, un éventuel retour à l’endettement extérieur, lors de la réunion gouvernement-walis à Alger.

Il a expliqué à ce propos que « dans le cas où nous serions obligés – et je ne pense pas qu’on le sera – de recourir au marché financier international pour faire un prêt, nous aurons toutes les chances d’obtenir le prêt ». Son argument : « On est à l’aise de ce côté parce qu’on a même prêté au FMI ».

En 2006, l’Algérie avait décidé d’utiliser la manne pétrolière pour rembourser la totalité de sa dette extérieure et de ne plus recourir à l’endettement extérieur.

Évoquant la situation économique du pays, Sellal a dit : « L’équation est très difficile : une baisse dans les moyens financiers, une orientation vers la croissance avec la préservation des acquis sociaux ». Avant de poursuivre : « On a étudié la situation et nous sommes convaincus qu’on va relever le défi parce que nous avons suffisamment de moyens et nous disposons aussi d’une ressource humaine ». Et de réitérer l’engagement de Bouteflika de ne pas affaiblir le pouvoir d’achat des citoyens. « Le président de la République a donné une instruction claire qui consiste à ne pas toucher au pouvoir d’achat des citoyens ».

Plus précis, il indiquera que « l’étalement de la baisse des cours pétroliers aura pour conséquences la contraction des ressources du Fonds de régulation des recettes et l’accroissement de la dette publique interne. La situation est plus tendue pour les finances publiques que pour la balance des paiements ».

Cela plaide « pour des actions en matière de rationalisation des dépenses publiques et le développement du marché des capitaux. Nos marges de manœuvres budgétaires et financières nous permettent d’aborder avec sérénité la situation, mais elles ne doivent pas être avancées pour justifier le statu quo. Il ne faut ni s’alarmer, ni s’endormir, mais bouger dans la bonne direction avec ambition et courage ».
Une croissance de 4,6 % en 2016

Le gouvernement présentera un budget en 2016 qui table sur une croissance « de 4,6 % et dont les dépenses globales seront en baisse de près de 9 % », a expliqué Sellal, en précisant que « le chiffre de 4,6 % n’est pas virtuel mais réel ». Cette situation, a-t-il ajouté, « n’entravera pas la réalisation du programme de logement ou les recrutements dans les secteurs de la formation et de la santé ». « Il vaut mieux compter nos sous mais sans faire caler le moteur économique qui soutient l’emploi et le pouvoir d’achat », a-t-il lancé.

http://www.tsa-algerie.com/20150829/sellal-evoqe-devnt-ls-walis-le-retour-a-lendettement-exterieur/


Drapeaux à l'Onu : le Vatican se démarque de la Palestine  29/08/2015

Drapeaux à l'Onu : le Vatican se démarque de la Palestine






Le Saint-Siège s'est démarqué de l'Etat de Palestine qui demande que soient hissés leurs deux drapeaux d'Etats observateurs au siège des Nations unies, en faisant savoir que cela est contraire à "la longue pratique" de l'Onu.
Dans un communiqué publié vendredi soir, le Vatican a cherché habilement à couper court à une tentative palestinienne de l'associer à cette initiative qui risque d'irriter encore plus Israël.

L'Etat hébreu est déjà mécontent que la Vatican ait reconnu en juin "l'Etat de Palestine" en signant un premier accord bilatéral avec l'Autorité palestinienne.
Le projet de résolution de la Palestine vise à faire flotter les drapeaux des Etats observateurs - Palestine et Saint-Siège - au siège de l'organisation, aux côtés des drapeaux des Etats membres.

Certes, a observé un communiqué publié par le Vatican, "le Saint-Siège n'émet pas d'objection à la présentation" d'un tel projet de résolution", car "aucun Etat membre ou observateur" n'a le droit de s'opposer au dépot d'un tel texte.
Mais, a-t-il insisté, "la longue pratique bien établie et la tradition de l'Onu, depuis 1945, sont que seuls les drapeaux des Etats membres flottent sur les sièges et bureaux de Nations Unies".
Le Saint-Siège assure en conclusionqu'il se pliera à la décision de l'organisation internationale, "quelle qu'elle soit".

Selon des sources informées, une note diplomatique du Saint-Siège circulait depuis quelques jours à New York affirmant que celui-ci n'entendait aucunement parrainer ce texte palestinien.
Selon l'agence I.Media spécialisée sur le Vatican, "avec ce communiqué, le Saint-Siège a donc tenu à clarifier sa position pour ne pas froisser la Palestine".
Mais ce communiqué entend aussi apaiser Israël, alors que le pape François va d'ici à un mois s'adresser à l'assemblée générale de l'Onu, lors de son voyage à Cuba et aux Etats-Unis.

Pour l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), l'accord bilatéral de juin a fait du Vatican le 136e pays à avoir reconnu l'Etat de Palestine.
Quand l'accord avait été annoncé mi-mai, Israël avait estimé qu' une telle reconnaissance "ne faisait pas avancer le processus de paix".
Le Saint-Siège mène une délicate diplomate visant à maintenir l'équilibre et à conserver des relations cordiales avec Israël et l'Autorité palestinienne, dans cette Terre Sainte berceau du christianisme.

http://www.lorientlejour.com/article/941570/drapeaux-a-lonu-le-vatican-se-demarque-de-la-palestine.html


Une ministre voilée, une première en Turquie  29/08/2015

Une ministre voilée, une première en Turquie






Pour la première fois dans l'Histoire de la Turquie, pays musulman mais laïque, une femme voilée a été nommée ministre vendredi dans un gouvernement intérimaire qui conduira le pays à des élections législatives anticipées le 1er novembre.

Mme Aysen Gürcan est ministre de la Famille et des Politiques sociales dans le gouvernement annoncé par le Premier ministre Ahmet Davutoglu qui comprend également pour la première fois deux ministres membres d'une formation prokurde.
Cette universitaire de 52 ans et mère de trois enfants enseignait à l'Université du commerce d'Istanbul, un établissement privé.

Elle est aussi membre du conseil d'administration d'une fondation d'inspiration islamique, Le service des jeunes et de l'éducation (Turgev), dont Bilal Erdogan, le fils aîné du président turc, Recep Tayyip Erdogan, est l'un des principaux dirigeants.
Cette ONG figurait au centre d'un scandale de corruption et de malversation qui avait visé à l'hiver 2013-14 M. Erdogan, alors Premier ministre, sa famille, et son entourage politique.

Le régime islamo-conservateur de M. Erdogan qui dirige la Turquie depuis 2002, a levé graduellement les interdictions strictement observées jusqu'alors sur le port du voile dans l'enseignement et la fonction publique, au grand dam des laïcs qui dénoncent une "dérive islamiste".

http://www.lorientlejour.com/article/941555/une-ministre-voilee-une-premiere-en-turquie.html


Les Etats-Unis n'ont jamais formellement déclaré la guerre à l'Irak  29/08/2015

Les Etats-Unis n'ont jamais formellement déclaré la guerre à l'Irak





L'administration de George W.Bush n'a jamais fait de déclaration officielle de guerre à l'Irak, selon un ex-responsable américain.

Il n'existe aucun document prouvant que le président américain George W.Bush ait déclaré la guerre à l'Irak conformément à la législation américaine, a déclaré Lawrence Wilkerson, ancien chef de cabinet du secrétaire d'Etat américain, Colin Powel dans une interview accordée à la radio lituanienne Baltkom.

"Il n'y a eu aucune décision formelle (de déclarer la guerre à l'Irak, ndlr). C'est ça, l'énigme", a indiqué l'ancien responsable.

Selon lui, "les historiens passeront des années à fouiller dans les documents, les manuscrits et les documents classés, mais ils ne parviendront jamais à trouver une seule preuve que Bush ait déclaré la guerre à l'Irak conformément à la législation".

"Il n'y a aucun document officiel, aucun protocole du Conseil de la sécurité nationale des Etats-Unis, il n'y a rien. Cela s'est produit tout simplement", a affirmé l'ancien responsable.

En décembre, le sénateur américain Carl Levin a accusé l'administration de George W.Bush d'avoir lancé une campagne de désinformation de grand public visant à lui permettre de faire la guerre à l'Irak.

http://fr.sputniknews.com/international/20150829/1017855968.html


Le CGN libyen confirme sa non-participation aux pourparlers de Skhirat au Maroc  29/08/2015

Le CGN libyen confirme sa non-participation aux pourparlers de Skhirat au Maroc





Le Congrès national général (CGN) de la Libye (Parlement de Tripoli) a décidé de ne pas participer aux pourparlers politiques de paix qui se déroulent actuellement à Skhirat, banlieue de Rabat, capitale du Maroc.

La ville de Skhirat avait abrité en juillet dernier le paraphe d'un accord par les différentes parties présentes, y compris les chefs des partis politiques, qui ont pris part au 6è round des pourparlers politiques inter-libyens sous les auspices du chef de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye, en l'absence des représentants du CGN.

Selon le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Libye et chef de la Mission d'appui de l'ONU en Libye (MANUL), Bernardino Leon, le CGN ne participerait pas aux pourparlers de Skhirat, une décision motivée par le besoin de réorganiser son équipe de négociation après la démission de deux de ses membres.

Le CGN a cependant assuré la MANUL "qu'il restait engagé dans le processus de dialogue et participera à la prochaine session de pourparlers".

Le nouveau round de pourparlers inter-libyens doit examiner "des questions consultatives et les annexes inachevées de l'accord paraphé en juillet dernier par les différentes parties", a souligné Abu Bakr Baira, membre du comité de dialogue de la chambre des représentants libyenne (parlement de Tobrouk). 

M. Baira a indiqué que, contrairement au précédant round de pourparlers à Genève où l'optimisme était de mise, ce nouveau round est empreint de "pessimisme en raison de l'implosion du CNG, la démission de certains de ses membres et son absence des négociations, ainsi que du désaccord au sein de la chambre des représentants (parlement de Tobrouk) sur la composition du prochain gouvernement d'unité nationale".

M. Baira a relevé que la chambre des représentants réglerait probablement ce différend lors d'une session qu'il tiendra dimanche prochain.

Il a, par ailleurs, estimé que le conflit lié au CNG devrait se prolonger, affirmant que le processus de négociations se poursuivra sans lui.

Le Maroc abrite depuis le 5 mars 2015 le dialogue Inter-libyen qui réunit des représentants du Parlement de Tobrouk, du CGN basé à Tripoli, des indépendants composés de personnalités civiles, d'intellectuels, de juristes et d'hommes d'affaires en plus de représentants d'associations féminines.

Dans un communiqué, le représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye a souligné la nécessité de conclure les négociations dans les délais convenus lors du cycle de dialogue qui a eu lieu à Genève les 11 et 12 août derniers, l'objectif étant d'ouvrir la voie à l'adoption finale par les parties de l'accord politique, qui sera suivie par son approbation officielle.

Le représentant spécial a rappelé que le temps est compté au moment où le pays est confronté à des défis de plus en plus nombreux, y compris la persistance de la souffrance des populations touchées par le conflit, la montée en puissance du danger terroriste représenté par Daech et la menace de l'effondrement économique.

Il a ajouté qu'il revient désormais aux dirigeants de la Libye de mettre de côté leurs différends et de faire prévaloir l'intérêt suprême du pays, soulignant que la MANUL intensifiera ses contacts avec les parties libyennes dans les prochains jours afin de parvenir à un accord.

Dans ce sens, un porte-parole de l'ONU a annoncé vendredi, que les Nations unies prévoyaient d'organiser de nouvelles discussions pour tenter de résoudre le conflit libyen la semaine prochaine à Genève.

http://french.cri.cn/621/2015/08/29/781s446892.htm


Egypte : Al-Jazeera juge scandaleux le verdict contre ses journalistes  29/08/2015

Egypte : Al-Jazeera juge scandaleux le verdict contre ses journalistes






La condamnation samedi par un tribunal du Caire de trois journalistes d'Al-Jazeera à trois ans de prison ferme est "scandaleuse et répugnante", a fustigé le directeur exécutif de la chaîne qatarie.

Ce verdict à l'encontre de l'Australien Peter Greste, du Canadien Mohamed Fahmy et de l'Egyptien Baher Mohamed, accusés d'avoir "diffusé de fausses informations" pour soutenir les Frères musulmans, est "une attaque délibérée contre la liberté de la presse", a aussi réagi Al-Jazeera dans un communiqué.

La justice égyptienne a rendu samedi son verdict dans le nouveau procès des trois journalistes de la chaîne qatarie Al-Jazeera : trois ans de prison ferme pour chacun. Une première condamnation à des peines allant jusqu'à 10 ans de prison avait provoqué un tollé international.

L'Australien Peter Greste, le Canadien Mohamed Fahmy et l'Egyptien Baher Mohamed ont été reconnus coupable d'avoir "diffusé de fausses informations" et d'avoir travaillé au Caire sans les autorisations nécessaires. Le juge Hassan Farid a même affirmé "qu'ils n'étaient pas des journalistes" car ils n'étaient pas enregistrés comme tel auprès des autorités compétentes.

Les reporters étaient accusés d'avoir soutenu dans leur couverture médiatique les Frères musulmans, la confrérie de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi, destitué par l'armée en 2013.

MM. Fahmy et Mohamed étaient présents au tribunal, tandis que M. Greste est jugé par contumace, après avoir été expulsé vers l'Australie en février en vertu d'un décret présidentiel.
"La seule issue juste de ce procès c'était un acquittement", a indiqué Amal Clooney, l'avocate de

M. Fahmy, après le verdict, soulignant "le manque de preuves".
Avant l’audience, Mme Clooney avait prévenu qu'elle rencontrerait des responsables du gouvernement pour demander - en cas de condamnation - un pardon présidentiel ou une expulsion.

"Je suis choqué, terriblement choqué", a déclaré à l'AFP le frère de M. Fahmy, Adel, après le verdict. "Nous attendions un acquittement et nous nous retrouvons bloqués encore une fois dans cette affaire. C'est illogique".

Lors d'un premier procès en juin 2014, M. Fahmy et M. Greste avaient écopé de sept ans de prison et M. Mohamed de dix ans. Mais la Cour de cassation avait annulé les condamnations des journalistes employés par l'antenne anglophone d'Al-Jazeera, ordonnant un nouveau procès.
"Depuis le début, c'est un procès politique. Si justice il y a, nous devons être acquittés, nous sommes des journalistes impartiaux", s'est insurgé vendredi M. Fahmy, précisant qu'un comité technique chargé par la cour d'analyser leurs vidéos avait exclu toute "falsification".

A l'ouverture du nouveau procès en février, lui et M. Mohamed avaient été remis en liberté conditionnelle après plus de 400 jours de détention. Ils ont été de nouveau arrêtés samedi après le verdict.

"Les yeux du monde sont sur l'Egypte aujourd'hui- une opportunité pour la justice égyptienne de se montrer juste", a indiqué M. Greste sur son compte Twitter.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/egypte-al-jazeera-juge-scandaleux-le-verdict-contre-ses-journalistes/id-menu-957.html


Un soldat français tué dans un tir accidentel au Mali  29/08/2015

Un soldat français tué dans un tir accidentel au Mali






Un soldat français âgé de 23 ans est décédé jeudi au Mali à la suite d'un "tir accidentel" effectué par l'un de ses camarades dans l'enceinte du camp de la force Barkhane, à Gao, a annoncé l'Armée de Terre.

"Après avoir reçu les premiers soins sur le lieu de l'accident", Baptiste Truffaux a été transporté vers une unité chirurgicale où il est décédé, selon un communiqué.
Engagé volontaire depuis juin 2013, déployé au Mali en mai, le soldat appartenait au 21e régiment d'infanterie de marine (21e Rima), basé à Fréjus (sud).

L'opération Barkhane (3.000 militaires français, dont environ 1.300 au Mali) se concentre sur la lutte, notamment transfrontalière, contre les groupes jihadistes.
Elle a succédé à l'opération Serval, lancée en janvier 2013 pour traquer les groupes islamistes armés liés à el-Qaëda qui occupaient depuis plus de neuf mois le nord du Mali.
Neuf soldats français sont morts au combat au Mali dans ces opérations, le dernier en juillet 2014 dans un attentat suicide.

http://www.lorientlejour.com/article/941574/un-soldat-francais-tue-dans-un-tir-accidentel-au-mali.html


THALYS : L'AVOCAT "CHARLIE" DU SUSPECT JETTE L'ÉPONGE.  29/08/2015

THALYS : L'AVOCAT "CHARLIE" DU SUSPECT JETTE L'ÉPONGE.

Selon la chaîne I Télé, l'avocat d'Ayoub El Khazzani, terroriste présumé du Thalys, n'assure plus -depuis ce vendredi 28 août- la défense de son client. Aucune explication n'a été avancée.

Détail informatif : jeune avocat spécialisé en droit fiscal, Mani Ayadi avait posté sur son compte Facebook le slogan "Je suis Charlie" le jour de l'attentat contre l'hebdomadaire.

Pour en savoir plus sur l'affaire du Thalys, consultez le dossier de Panamza {http://www.panamza.com/?s=thalys}

***SOUTENEZ L'INFO-PANAMZA ! http://www.panamza.com/soutien ***


Les deux journalistes français soupçonnés de chantage sur le roi du Maroc mis en examen  29/08/2015

Catherine Graciet et Eric Laurent © Capture d'écran
Catherine Graciet et Eric Laurent

Les deux journalistes français soupçonnés d'avoir fait du chantage au roi du Maroc Mohamed VI ont été mis en examen dans la nuit de vendredi à samedi, a-t-on appris samedi de source judiciaire.
Arrêtés jeudi à Paris, Eric Laurent et Catherine Graciet sont poursuivis pour «chantage» et «extorsion de fonds» et ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire, selon la même source.
Il leur est notamment imposé de ne pas entrer en contact entre eux ni avec d'autres protagonistes du dossier.
Les deux journalistes, qui préparaient un livre sur le Maroc, ont été arrêtés jeudi à Paris à la sortie d'un rendez-vous avec un représentant du Maroc au cours duquel «il y a eu remise et acceptation d'une somme d'argent», a indiqué à l'AFP une source proche du dossier. 
L'avocat de Catherine Graciet, Me Éric Moutet, a confirmé vendredi soir qu'il y avait bien eu un «deal financier», dans un «contexte très troublant». Selon lui, sa cliente serait tombée dans «un piège».
«Le royaume marocain a des comptes évidents à solder avec Catherine Graciet et un nouveau livre sur l'entourage du roi est en préparation au moment où le deal financier se met en place», a-t-il déclaré à l'AFP.
Selon l'avocat du Maroc, Me Éric Dupond-Moretti, l'affaire a commencée le 23 juillet dernier lorsque Éric Laurent a contacté le cabinet royal marocain et a sollicité une rencontre en disant qu'il préparait un livre. Au cours d'un rendez-vous qui a suivi, il aurait proposé de renoncer à son projet contre le versement de trois millions d'euros.

http://francais.rt.com/


Sortez les mouchoirs: pleurer serait bon pour le moral  29/08/2015

Les larmes versées en regardant des films tristes contribueraient à remonter le moral, selon une étude citée par la revue Motivation and Emotion.
 
 
L'expérience a réuni 60 volontaires qui regardaient deux films: La vie est belle et Hatchi. 28 personnes ont pleuré lors du visionnage, à la différence des 32 autres. 20 et 90 minutes après la projection, les chercheurs ont demandé aux participants de décrire leur état psychologique.  
Comme prévu, 20 minutes après la séance, ceux qui avaient pleuré se sentaient tristes et accablés, et les moins émotionnels étaient dans un état normal. Mais au bout de 90 minutes, les tests ont donné des résultats inattendus: il s'est avéré qu'à moyen terme, les larmes remontent le moral, alors que les émotions refoulées ont l'effet contraire.
Les auteurs de l'étude l'affirment: les larmes représentent une sorte de défoulement psychologique qui permet de normaliser l'humeur.


Dealer à Lyon: voulez-vous fumer avec moi ce soir?  29/08/2015

Un vendeur de drogue vantait ses services en distribuant des flyers dans les rues de Lyon.
 
La police française a interpellé un vendeur de cannabis alors que celui-ci distribuait des flyers faisant la publicité de ses services dans les rues de Lyon.
Les flyers contenaient le nom et le numéro de téléphone du dealer maladroit. En outre, l'homme de 32 ans proposait gracieusement la dégustation de la marchandise tout en proposant la livraison gratuite à tous ceux qui achèteraient pour plus de 100 euros de cannabis.
  Cette campagne de publicité si bien organisée s'est terminée lorsqu'un passant, qui avait pris le flyer ainsi que la portion gratuite du cannabis, est allé porter plainte au poste de police le plus proche.  
Après avoir arrêté ce businessman peu doué, la police a trouvé 102 grammes de cannabis de plus et plusieurs dizaines de flyers lors d'une perquisition à son appartement.
Il est à noter qu'au cours de l'interrogatoire, le suspect a déclaré qu'il n'était pas un dealer, et ne faisait que chercher "des amis potentiels pour fumer un joint tous ensemble".


Nigeria: une attaque de Boko Haram fait 24 morts  29/08/2015

Les attaques terroristes deviennent de plus en plus meurtrières dans le nord-est du Nigéria.
 
Les djihadistes de Boko Haram ont tué 24 personnes lors d’une attaque perpétrée dans le nord-est du Nigeria, annoncent les autorités locales citées par l'agence Associated Press.
Selon les autorités, l’attaque a eu lieu à Marfunudi, à environ 80 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l’État de Borno. Plusieurs victimes ont eu la gorge tranchée.
 
Une nouvelle vague de violences frappe le nord-est du Nigeria depuis l'investiture, le 29 mai dernier, du président Muhammadu Buhari, qui a érigé en priorité la lutte contre les islamistes. En deux mois, plus de 800 personnes y ont été tuées.  
Les islamistes ont multiplié ces derniers temps les attentats-suicide meurtriers au Nigeria, au Cameroun et au Tchad.
L'insurrection du groupe islamiste Boko Haram et sa répression par les forces de l'ordre nigérianes ont fait plus de 15.000 morts depuis 2009.
En mars dernier, Boko Haram a prêté allégeance au groupe djihadiste Etat islamique (EI).


Turquie: un bus saute sur une mine  29/08/2015

Les soupçons se portent sur le Parti des travailleurs du Kurdistan.
 
Un bus a sauté sur une mine dans la province turque de Mardin, située à la frontière avec la Syrie. 24 personnes, dont 10 policiers, ont été blessées.
 
Selon le quotidien Habertürk, il s'agit d'un acte terroriste commis par des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation qui lutte pour l'indépendance des territoires à population majoritairement kurde situés dans le sud-est de la Turquie.  
Les forces de l'ordre locales ont lancé une opération d'une grande envergure dans l'objectif d'arrêter les organisateurs de l'explosion.
Depuis la mi-juillet, l'armée turque mène des opérations militaires contre le Parti des travailleurs du Kurdistan sur le territoire turc ainsi que dans le nord de l'Irak. Les combattants du Parti ont pour leur part intensifié des activités militaires en commettant des attaques quasi quotidiennes contre les soldats turcs.


Attentat de Bangkok: arrestation d'un suspect en Thaïlande  29/08/2015

La police thaïlandaise a annoncé samedi l'arrestation d'un suspect dans l'enquête sur l'attentat de Bangkok, qui était en possession de matériaux de fabrication d'une bombe, a fait savoir l'AFP.
 
"Nous avons trouvé des matériaux de fabrication d'une bombe" à son domicile à Bangkok et "je suis confiant dans le fait qu'il est probablement impliqué dans l'attentat" meurtrier perpétré il y a douze jours dans la capitale, a déclaré le général Chaktip Chaijinda, chef adjoint de la police nationale.
 
"Nous avons trouvé des dizaines de passeports dans sa chambre", a ajouté le responsable de la police
La police a diffusé une photo de l'homme lors de son arrestation dans son appartement, avec les objets saisis placés sous scellés et disposés sur le tapis à ses pieds.  
"Nous ne pouvons pas encore dire s'il s'agit de l'homme du portrait robot", établi à partir d'images de vidéo surveillance, d'un homme soupçonné d'avoir posé la bombe, a précisé le général Chaktip.
C'est la première arrestation, douze jours après l'explosion dans ce sanctuaire hindouiste situé en plein centre de Bangkok, qui a coûté la vie à 20 personnes.
 
Jusqu'ici, plusieurs personnes avaient été interrogées, dont trois Ouïghours, minorité musulmane réprimée en Chine.  
A cause de l'expulsion vers la Chine d'une centaine de membres de cette minorité par Bangkok en juillet, la piste d'une vengeance ouïghoure avait été avancée, en raison du lieu de l'attentat, un sanctuaire très fréquenté par les touristes chinois.
Mais aucun élément n'est venu étayer cette piste pour l'heure, pas plus que les autres multiples théories.à la télévision.


Parlementaires italiens: retirer à l'UE son prix Nobel de la Paix  28/08/2015

Parlementaires italiens: retirer à l'UE son prix Nobel de la Paix






Le comité norvégien du Nobel a honoré le rôle stabilisateur de l'UE, qui a su, selon lui, "transformer la plus grande partie du continent européen, marqué par la guerre, en un continent de paix", mais cette attribution est souvent controversée dans le monde.

Les députés du Mouvement 5 étoiles (M5S), principale force d'opposition italienne, appellent la Fondation Nobel à penser à retirer le prix Nobel de la Paix à l'UE qui avait été récompensée en 2012 "pour avoir fait avancer la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l'homme en Europe", rapporte RIA Novosti.

"Cette récompense a été attribuée à l'Union européenne pour sa contribution à l'œuvre de la paix, de la réconciliation, de la démocratie et des droits de l'homme en Europe. Mais la guerre en Ukraine et l'afflux de milliers de migrants en Europe qui y arrivent par terre et via la Méditerranée, alors que les quotas (de répartition des migrants par pays de l'UE, ndlr) ne sont toujours pas fixés et que l'accord de Dublin n'est pas revue, ne font pas de l'Europe un continent de paix, loin s'en faut", a déclaré à l'agence un représentant du M5S à la Chambre des députés.

Et d'ajouter que les députés d'opposition jugeait injuste et pas du tout méritée l'attribution du prix Nobel de la paix à l'UE, vu l'indifférence des institutions européennes face au problème, voire à la tragédie des migrants.

Depuis le début de l'année en cours, plus de 2.500 migrants d'Afrique du Nord et du Proche-Orient ont péri, en essayant de gagner l'Europe qui est confrontée aujourd'hui à la pire crise de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale. Fuyant l'instabilité dans leurs pays d'origine, la plupart des migrants arrivent en Europe par la Grèce via la Turquie.

Selon Frontex, agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures de l'UE, au total, 340.000 migrants sont arrivés en Europe depuis le début de l'année, ce qui représente une augmentation de 175% par rapport à la même période de l'an dernier.

Par ailleurs, l’Union européenne, prix Nobel de la paix 2012, est une distinction plutôt paradoxale, qui suscite bien des réactions dans le monde. Beaucoup estiment que les politiques économiques imposées en Europe, notamment par le gouvernement d’Angela Merkel, favorisant le développement de la pauvreté, du chômage et des inégalités et réveillant les antagonismes nationaux, sont de nature à remettre en cause cette récompense.

http://fr.sputniknews.com/international/20150828/1017843290.html


En Israël, la rentrée dans les écoles chrétiennes en péril  28/08/2015

En Israël, la rentrée dans les écoles chrétiennes en péril






Un échec des négociations entre l'Etat israélien et des responsables de l'enseignement chrétien autour du budget de ces écoles, qui accueillent majoritairement des Arabes, mettrait en danger la rentrée prévue mardi, a prévenu vendredi un responsable chrétien.

Quelque 33.000 élèves sont scolarisés dans 47 écoles chrétiennes en Israël, qui emploient 3.000 professeurs. Considérant ces établissements comme "non-reconnus", l'Etat israélien les finançait auparavant à hauteur de 65% de leur budget, laissant le reste du financement à la charge des parents. Mais "ce chiffre est tombé à 34%" il y a deux ans, a expliqué vendredi à l'AFP le père Abdel Massih Fahim, directeur des écoles de la Custodie de Terre sainte, citant des chiffres rendus publics par le Parlement israélien. "C'est une question d'égalité, un enfant israélien juif a droit à (une scolarité financée à) 100% (par l'Etat) et pas ceux de nos écoles, alors que notre enseignement est l'un des meilleurs en Israël", a indiqué ce Franciscain.

A la fin de la dernière année scolaire, parents et professeurs des écoles chrétiennes -qui accueillent une majorité d'élèves musulmans- avaient manifesté et alerté les médias sur la rentrée à venir, obtenant des autorités israéliennes la formation d'une commission. "La solution qu'on nous propose, c'est de demander aux parents d'élèves de payer deux fois plus", a déploré le père Abdel Massih Fahim.


L'alternative proposée par les autorités israéliennes est d'appliquer aux écoles chrétiennes le statut d'écoles "officiellement reconnues". "Mais dans ce cas, le personnel doit dépendre de l'Etat et les bâtiments doivent être mis à la disposition de la municipalité", a expliqué le père Abdel Massih Fahim. "Nous le refusons catégoriquement".

La présidence israélienne a indiqué dans un communiqué que le président Reuven Rivlin et le ministre de l'Education Naftali Bennett avaient rencontré dans la semaine des responsables ecclésiastiques au cours d'une "rencontre chaleureuse et positive". "Le président a salué l'important travail de ces écoles", selon ce texte. "Ces déclarations sont positives, mais nous attendons maintenant la proposition du ministre", a réagi le père Abdel Massih Fahim. "Si nous n'obtenons pas satisfaction, nous serons obligés d'annoncer que la rentrée n'aura pas lieu mardi".

Les porte-parole de la présidence et du ministère de l'Education n'ont pas pu être joints pour plus de détails vendredi en raison de la fermeture de leurs services pour le shabbat. Ces négociations interviennent dans un contexte de plus en plus tendu pour les chrétiens en Israël, leurs représentants ayant affirmé vivre dans la "peur" après que des extrémistes juifs ont récemment brûlé plusieurs lieux de culte.

http://www.lorientlejour.com/article/941446/en-israel-la-rentree-dans-les-ecoles-chretiennes-en-peril.html


Turquie : le parti prokurde entre au gouvernement intérimaire, une première  28/08/2015

Turquie : le parti prokurde entre au gouvernement intérimaire, une première





Un parti prokurde entre pour la première fois de l'histoire de la Turquie dans un gouvernement transitoire, représenté dans deux ministères, a annoncé le Premier ministre Ahmet Davutoglu vendredi soir.

Ali Haydar Konca et Muslum Dogan, tous deux membres du Parti démocratique du peuple (HDP), seront respectivement en charge des Affaires européennes et du Développement, a annoncé le Premier ministre Ahmet Davutoglu, à l'issue de sa rencontre avec le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan.

http://www.lorientlejour.com/article/941448/turquie-le-parti-prokurde-entre-au-gouvernement-interimaire-une-premiere-premier-ministre.html


Algérie: Le général Hassan (DRS) arrêté et transféré à la prison militaire de Blida  28/08/2015

Algérie: Le général Hassan (DRS) arrêté et transféré à la prison militaire de Blida





Le général-major Abdelkader Aït Ouarabi, dit Hassan, ex-chef de la direction de la lutte contre le terrorisme, au sein du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), a été arrêté, hier soir, en son domicile à Chevalley (Alger), a appris Algérie1 de bonnes sources.

Le tribunal militaire de Blida avait déjà le 8 février 2014, placé sous contrôle judiciaire le général Hassan avant de poursuivre l’enquête d’usage qui a abouti hier à son arrestation suite à un mandat d’arrêt délivré par le même tribunal.

Le général Hassan est poursuivi pour constitution de bande armée, fausses déclarations concernant le stock d’armes en sa possession, détention et rétention d’armes de guerre, rétention d’informations et mensonge, à la suite d’interrogatoires de trois terroristes capturés à Tiguentourine, selon les mêmes sources.

De graves accusations qui peuvent lui valoir la peine de mort, s’il est reconnu coupable par les juges du tribunal militaire en vertu de l’article 86 du code pénal algérien, précisent nos sources.

C’est au cours d’un contrôle effectué par un barrage militaire dans le sud du pays, du coté de Ouargla, que des individus armés ont été arrêtés. Au cours de leur interrogatoire, les enquêteurs ont été surpris par les aveux des personnes qui ont affirmé que c’est le général Hassan qui les a armés.

Son procès, qui se déroulera certainement à huis clos, pour des raisons évidentes, promet néanmoins d’être riche en rebondissements.

Le général Hassan est un proche parmi les proches du général de corps d’armée, Mohamed Lamine Médiene, alias Toufik, patron du DRS.

Pour rappel, le DRS a subi un large lifting en septembre 2013, décidé par le président de la république Abdelaziz Bouteflika, qui a fait couler beaucoup d’encre. En effet, le général-major Rachid Lallali, dit Attafi, en charge de la Direction de la documentation et de la sécurité extérieure (DDSE) et le général-major Athmane Tartag, dit Bachir, responsable de la Direction de la sécurité intérieure (DSI) ont été admis à la retraite, alors que ce dernier est de nouveau opérationnel au sein de la présidence de la république.

Outre les généraux Attafi et Tartag, le mouvement a concerné aussi le général-major M’henna Djebbar qui était à la tête de la Direction Centrale de la Sécurité de l’Armée (DCSA), le général-major Abdelkader Aït Ouarabi, dit Hassan, ex-chef de la direction de lutte contre le terrorisme et le colonel Fawzi qui dirigeait le Centre de Communication et Diffusion (CCD) qui a été dissous au même titre que le Service de la Police Judiciaire (SCPJ).

La DCSA, quant à elle, est passée depuis sous le contrôle du chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah. Elle est désormais dirigée par le général-major Lakhdar Tirèche.

On se rappelle que fin juillet 2015, un autre proche du chef du DRS, le général-major Djamel Mejdoub, patron de la Direction générale de la sécurité et de la protection présidentielle (DGSPP), a été limogé de son poste et sa direction rattachée à la garde républicaine (qui avait également changé de titulaire); toutes ces informations ont été annoncées en exclusivité par Algérie1.

La DSI a encore une fois changé de titulaire, puisque le général Boura Rezigue alias Abdelkader, a été nommé début août 2015 comme nouveau directeur de la Direction de la sécurité intérieure, en remplacement du général-major Abdelhamid Bendaoud alias Ali.

http://www.algerie1.com/actualite/le-general-hassan-drs-arrete-et-transfere-a-la-prison-militaire-de-blida/


1 2 3 4 5 » ... 2718

Publicité

Brèves

VIDEO
Islam Réinformation | 21/08/2015 | 7582 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires
1 sur 201


Commentaires