Moscou et Pékin veulent remodeler l’ordre mondial selon le Pentagone  01/10/2014

Moscou et Pékin veulent remodeler l’ordre mondial selon le Pentagone





La Russie et la Chine souhaitent remodeler l’ordre mondial établi au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, a déclaré mardi soir le sous-secrétaire US à la Défense Robert Work cité par les médias occidentaux.

« Il est absolument clair que la Chine et la Russie renforcent leurs positions le long de leurs frontières. Il ne fait aucun doute que ces deux pays voudraient modifier certains aspects de l’ordre mondial établi depuis 70 ans », a indiqué M.Work.

Selon lui, les Etats-Unis doivent y prêter une attention particulière et veiller à ce que les plans nourris par la Chine et la Russie ne rendent pas nécessaire un recours à la force militaire.

D’ailleurs à ce titre, le président russe Vladimir Poutine a félicité son homologue chinois Xi Jinping à l’occasion des 65 ans de la République populaire de Chine, notant que le rapprochement russo-chinois contribuait à renforcer la stabilité et la sécurité dans le monde, rapporte mercredi le service de presse du Kremlin.

« Je tiens particulièrement à la confiance et à la compréhension mutuelle qui nous unissent. Je suis convaincu que par nos efforts conjoints, nous assurerons le développement ultérieur de l’ensemble des relations entre la Russie et la Chine. Ceci répond pleinement aux intérêts de nos peuples amis, et renforce la stabilité et la sécurité dans le monde », stipule le télégramme de félicitations.

Selon le leader russe, les relations entre les deux pays ont atteint un niveau sans précédent de partenariat et d’interaction stratégique.

En outre, les deux Etats intensifient leur dialogue politique et leur coopération dans les sphères commerciale, financière, industrielle, énergétique, culturelle et autre, estime M. Poutine.

http://www.algerie1.com/flash-dactu/moscou-et-pekin-veulent-remodeler-lordre-mondial-selon-le-pentagone/


Abbas déterminé à aller au Conseil de sécurité et à défier Washington  01/10/2014

Abbas déterminé à aller au Conseil de sécurité et à défier Washington





Le président palestinien Mahmoud Abbas est déterminé à passer outre aux objections américaines à ses projets diplomatiques, même si la relation avec Washington est déjà "tendue", a-t-il dit dans la nuit de mardi à mercredi à Ramallah.

M. Abbas, de retour de New York où il a dit dans un discours véhément devant les Nations unies son intention d'en finir avec le fonctionnement ancien des discussions de paix, a ainsi prévenu qu'il ne renoncerait pas, malgré la réprobation américaine, à adhérer à la Cour pénale internationale en cas de veto américain à une future résolution sur la fin de l'occupation israélienne.

"Les relations avec l'administration américaine sont tendues", a-t-il dit à des journalistes au siège de l'Autorité palestinienne à Ramallah (Cisjordanie). Il a qualifié de "partiale" la réaction américaine à son discours à l'ONU.
Les Etats-Unis ont jugé "offensant" son discours réclamant la fin de l'occupation israélienne et l'indépendance de l'Etat de Palestine et accusant Israël de génocide et d'apartheid.

"La direction palestinienne subit de fortes pressions pour ne pas aller au Conseil de sécurité et adhérer à des organisations internationales, la première de ces pressions portant sur l'aide", a dit M. Abbas. Les Palestiniens reçoivent chaque année 700 millions de dollars des Etats-Unis, a-t-il dit.
"L'atmosphère est tendue (...) et il n'est pas dans notre intérêt de la tendre davantage. Mais en même temps, je maintiens que nous ne pouvons pas revenir sur notre décision" de présenter une résolution au Conseil de sécurité, a-t-il martelé.

Des discussions sont en cours avec certains pays, arabes et autres, pour un vote d'ici trois semaines sur un projet de résolution prévoyant le retrait des Israéliens des territoires occupés depuis 1967 et un Etat palestinien indépendant dont la capitale serait Jérusalem-Est, a-t-il dit.

"Il faudra également préciser une date butoir pour l'occupation: un an, deux ans, trois...", a-t-il dit. "Nous voulons fixer cette limite et reprendre aussitôt les négociations", a-t-il promis. "Nous sommes déterminés à poursuivre la lutte politique et nous ne reprendrons aucune négociation ne prévoyant pas un calendrier pour la réalisation de nos objectifs".

http://www.lorientlejour.com/article/888987/abbas-determine-a-aller-au-conseil-de-securite-et-a-defier-washington.html


GB/Syrie: un ex-détenu de Guantanamo blanchi et libéré après 7 mois en prison  01/10/2014

GB/Syrie: un ex-détenu de Guantanamo blanchi et libéré après 7 mois en prison




Un ancien détenu de Guantanamo, qui avait été inculpé pour des "délits de terrorisme liés à la Syrie", a été libéré de prison mercredi après l'abandon des sept chefs d'accusation retenus contre lui par la justice britannique.

Le tribunal londonien de l'Old Bailey a formellement blanchi Moazzam Begg, un Britannique âgé de 46 ans, apparu à l'audience par vidéo-conférence depuis la prison de Belmarsh où il était détenu depuis sept mois. Il a été libéré quelques heures plus tard de la prison de haute sécurité située au sud-est de Londres.

Son procès devait commencer lundi mais la police a expliqué que de "nouvelles informations" rendaient "irréaliste" sa condamnation.

"J'aurais aimé pouvoir m'exprimer à la barre mais je suis très content" d'être libre, a déclaré Moazzam Begg aux journalistes qui l'attendaient à sa sortie de prison, avant de s'en prendre au gouvernement britannique qui "diabolise clairement la communauté musulmane".

L'homme était soupçonné d'avoir suivi un entraînement terroriste en Syrie entre octobre 2012 et avril 2013 et d'avoir financé le terrorisme à l'étranger.

Mi-février, Moazzam Begg, qui dit avoir brièvement combattu en Bosnie dans les années 90, avait écrit sur un blog qu'il s'était rendu à deux reprises en Syrie en 2012 pour enquêter sur des actes présumés de torture commis par le régime du président Bachar al-Assad.

Revenu en Grande-Bretagne, il dit avoir rencontré des agents du MI5 pour évoquer les risques de radicalisation des jihadistes partis combattre en Syrie.

Résidant en Afghanistan en 2001 avec sa femme et ses trois enfants, il avait été arrêté en 2002 au Pakistan.

Accusé d'appartenir à la nébuleuse Al-Qaïda, il avait passé trois ans en détention, dans la prison de Bagram en Afghanistan et à Guantanamo, avant d'être libéré en 2005, sans qu'aucune accusation n'ait été retenue contre lui.

De retour en Grande-Bretagne, où il est né, il s'est fait le porte-parole des victimes de la "guerre contre le terrorisme" au sein de l'association "Cage".

Tout en renvoyant à la durée d'incarcération "longue et pénible" de M. Begg, celle-ci a appelé mercredi à une "révision de tous les procès relatifs à des actes de terrorisme en Syrie" et à ce que "le gouvernement britannique arrête de harceler et d'intimider des musulmans impliqués dans la crise en Syrie".

D'autres associations musulmanes se sont également émues d'une "chasse aux sorcières" et fait le lien avec les nouvelles mesures de lutte contre les extrémistes promises mardi par la ministre de l'Intérieur, Theresa May.

La ministre a en outre annoncé avoir retiré cette année le passeport de 25 Britanniques qui avaient l'intention de se rendre en Syrie. La police a en outre procédé en 2014 à 103 arrestations en lien avec le terrorisme en Syrie", dont 24 ont été inculpés et 5 condamnés.

"Je comprends que cette décision va soulever beaucoup de questions", a reconnu l'officier de police Marcus Beale.

http://www.lorientlejour.com/article/889016/gb-syrie-un-ex-detenu-de-guantanamo-blanchi-et-libere-apres-7-mois-en-prison.html


La France décide de renforcer son dispositif militaire engagé en Irak (l'Elysée)  01/10/2014

La France décide de renforcer son dispositif militaire engagé en Irak (l'Elysée)





Le président français François Hollande a décidé mercredi du "renforcement du dispositif militaire engagé" en Irak, a annoncé l'Elysée dans un communiqué diffusé après "un conseil restreint de défense consacré à la lutte contre la menace que représentent le groupe Daech et les groupes terroristes qui s'en réclament".

La France poursuit son action en Irak, conformément à la demande des autorités irakiennes, "afin d'affaiblir les mouvements armés terroristes présents sur le territoire et de permettre aux forces irakiennes de restaurer la stabilité et la sécurité dans le pays", a annoncé la présidence française dans le communiqué.

La France continuera de se mobiliser en étroite coordination avec l'ensemble de ses partenaires impliqués dans une coalition qui "s'élargit". François Hollande a décidé du renforcement du dispositif militaire engagé en Irak, selon le même texte.

La France continue par ailleurs à soutenir "par tout moyen" l'opposition démocratique en Syrie, selon la même source.

"Les mesures de protection de notre territoire ont été renforcées dans le cadre prévu par le plan Vigipirate. Elles feront l'objet d'une évaluation constante et leur niveau sera adapté à l'évolution de la situation. Nos ressortissants à l'étranger peuvent également compter sur l'accompagnement des services de l'Etat", a conclu le communiqué de l'Elysée.

La France a décidé d'envoyer trois avions de chasse Rafale supplémentaires et de déployer une frégate anti-aérienne dans le golfe, dans le cadre du renforcement de son dispositif militaire pour l'Irak, a annoncé mercredi l'état-major des armées.

"Le dispositif français sera ainsi porté à neuf Rafale", déployés sur le base française d'Al Dhafra aux Emirats arabes unis, d'où partent les missions de reconnaissance ou de frappes des objectifs du groupe Etat islamique en territoire irakien, précise l'état-major dans un communiqué.

Le renforcement du dispositif français avait été annoncé à la mi-journée par la présidence de la République, à l'issue d'un Conseil de défense.

Ce renfort "vise à densifier le soutien aérien apporté aux forces irakiennes, en termes de renseignement et de reconnaissance armés", ajoute l'état-major. Il doit également permettre "de disposer d'un moyen naval capable de participer, en coordination avec nos alliés, au contrôle aérien de l'ensemble des moyens présents sur zone", poursuit-il.

http://french.cri.cn/621/2014/10/01/41s403933.htm
http://www.lorientlejour.com/article/889027/irak-la-france-envoie-trois-rafale-supplementaires-aux-emirats-et-une-fregate-dans-le-golfe.html


Israël entraîne les enfants au maniement des armes  01/10/2014

Ils ont entre 10 et 15 ans, et sont entraînés à tirer avec des fusils dans une base militaire israélienne dans le Neguev, selon un reportage de TV Channel 1.

Certains de ces enfants sont même venus des Etats-Unis, accompagnés par leurs parents, indique l’agence palestinienne Al Ray.
Israël teste les nouvelles armes qu’il fabrique sur les Palestiniens, et militarise parallèlement l’ensemble de la société, proposant ce modèle au reste du monde.
C’est bien pourquoi nous sommes tous concernés.
http://www.imemc.org/article/69258?...


Netanyahou ordonne la plus importante saisie de terres d’une génération  01/10/2014

« Le gouvernement israélien a procédé à une appropriation de terres en Cisjordanie, La plus grande depuis une génération. Il a volé 1000 acres de collines sauvages pour un projet d’une nouvelle ville, Givaot. La population des diverses colonies autour de Gush Etzion et proches de Bethléem s’en trouvera ainsi doublée », souligne l’association canadienne PAJU.

Les dirigeants israéliens ont déjà augmenté le budget de la « Division Colonie » de 600 % depuis le début de l’année 2014, rappelle-t-on.
Mais ce n’est apparemment pas suffisant.Les adeptes du Jewish Home exigent une stratégie plus agressive vis-à-vis de Gaza (le cessez-le-feu n’ayant laissé aucune partie gagnante), un enracinement plus profond des colonies en Cisjordanie, même si la population des colonies croit trois fois plus vite que celle des villes d’Israël.
Les résidents d’un petit village bucolique, Wadi Fukin, sont de leur côté encerclés. Ils ont perdu 2550 acres des 3 000 acres qu’ils possédaient et vont en perdre davantage. Les collines ou leurs 600 moutons et chèvres broutaient sont destinés à un projet immobilier. Les hommes sans terre de Wadi Fukin pourront sans doute trouver du travail dans les colonies juives et se retrouver terrassiers de construction sur la terre qui est leur bien ancestral.
Source : PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS) n0. 711 le 26 septembre 2014. WWW.PAJUMONTREAL.ORG
CAPJPO-EuroPalestine


Hollywood : Israël Etat « terroriste » pour Mortensen  01/10/2014

Le célèbre acteur du « Seigneur des Anneaux » condamne la tolérance des USA vis-à-vis d’Israel.
Gabriel Bouys, l’acteur américain Viggo Mortensen (g),le réalisateur français David Oelhoffen (c) et l’acteur français Reda Kateb pour la projection de « Loin des Hommes » en compétition à la 71e Mostra de Venise le 31 août 2014 au Lido"Gabriel Bouys (AFP)
L’acteur hollywoodien Viggo Mortensen, devenu célèbre pour le rôle d’Aragorn dans la trilogie du « Seigneur des Anneaux », a fustigé Israël dans une interview publiée samedi sur le site d’information américain The Daily Beast.
Montensen a accusé directement Israël de se livrer à la terreur et de jouer un double-jeu face aux médias.
« Aucun média ne semble avoir un problème avec ceux qui condamnent le terrorisme palestinien, mais si quelqu’un ose exprimer des critiques concernant les actions terroristes menées par le gouvernement israélien, il se voit immédiatement injurié et censuré », a affirmé l’acteur.
Viggo Mortensen fait partie des dix artistes qui ont signé la Déclaration de Toronto, accusant le Festival du film de Toronto d’avoir mis en avant la ville de Tel Aviv lors de l’inauguration de la soirée « City-to-City Spotlight » alors qu’Israël était en train « de mener son offensive à Gaza et poursuit sa politique d’occupation en Cisjordanie ».
Il a soutenu dans l’interview que peu de progrès avaient été réalisés au cours des cinq dernières années.
« Malheureusement, les Etats-Unis et les autres gouvernements influents continuent de laisser une très grande marge de manoeuvre à Israël vis-à-vis des Palestiniens, très peu de choses ont changé », a-t-il déclaré.
http://www.i24news.tv/fr/actu/israe...
CAPJPO-EuroPalestine


La sortie de la Grande-Bretagne de l’UE « ne brisera pas le cœur » de Cameron  01/10/2014

La sortie de la Grande-Bretagne de l’UE « ne brisera pas le cœur » de Cameron

 

Par La Voix de la Russie | Le premier ministre britannique David Cameron a déclaré que la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne « ne lui brisera pas le cœur », comme cela aurait pu arriver en cas de l’indépendance de l’Ecosse.

Selon le premier-ministre britannique, il s’inquiète davantage du sort du royaume, et non pas de l’avenir de l’Union européenne. Et le statut de la Grande-Bretagne en tant que membre de l’UE dépend des avantages de ce statut.

L'année dernière, le premier ministre a promis d’organiser un référendum jusqu’à la fin de 2017 sur le statut du Royaume-Uni en tant que membre de l’UE.

Cameron se dit lui-même opposé au retrait du Royaume-Uni de l’UE.


Les USA continueront de coopérer avec la Russie dans la lutte antiterroriste et dans l'espace  01/10/2014

Les USA continueront de coopérer avec la Russie dans la lutte antiterroriste et dans l'espace

 

Washington est disposé à poursuivre la coopération avec Moscou dans les domaines où les deux pays ont des intérêts réciproques, a déclaré mardi le vice-ministre américain de la Défense Bob Work.

« Même face à une forte tension et au désaccord sur d'importantes questions stratégiques, nous poursuivrons la coopération avec la Russie dans le programme spatial », a-t-il dit. Il a également souligné que dans le domaine de la lutte contre le terrorisme les Etats-Unis s'efforçaient de travailler avec la Russie « du mieux possible ».

En outre, le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest a communiqué hier que les Etats-Unis n'excluaient pas la coopération avec la Russie dans la lutte contre l'Etat islamique.

http://french.ruvr.ru/news/2014_10_01/Les-USA-continueront-de-cooperer-avec-la-Russie-dans-la-lutte-antiterroriste-et-dans-lespace-6468/


La Russie et la Chine créent leur bourse du diamant  01/10/2014

La Russie et la Chine créent leur bourse du diamant

 

Un nouveau centre mondial de vente de diamant pourrait apparaître à Moscou et à Pékin. Le groupe russe Karat, de concert avec la Bourse de l'or de Pékin et la Bourse des actifs financiers de Pékin, mettent en place une bourse des pierres précieuses et semi-précieuses. Le projet bénéficie du soutien du ministère des Ressources naturelles de Russie.

La Chine a un vif intérêt à pénétrer dans le marché mondial des diamants taillés, des pièces d'or et des pierres précieuses. Pourtant, elle ne possède pas de marque sérieuse. Grâce à la Russie, les pierres précieuses extraites et taillées en Chine pourraient se présenter aux acheteurs sous un jour nouveau.

Notamment pour les Chinois riches et prêts à débourser peu n’importe quel prix pour une marque renommée. En Chine il y a de plus en plus d'intérêt pour les pièces de luxe et de métaux précieux. La consommation augmente annuellement de 20 à 30 %, voire même de 50% pour certains articles, signale l'expert de l'Ecole des hautes études en sciences économiques Alekseï Maslov :

« A cet égard, la Chine est très intéressée par la Russie en qualité de fournisseur de pierres précieuses et de consommateur de produits finis. Pour nous aussi, il est très intéressant d'entrer en Chine avec nos pierres précieuses et semi-précieuses, avec nos objets faits de ces pierres, ainsi que de fournir nos diamants sur le marché chinois, rigoureusement réglementé. C'est pourquoi l'idée d'une bourse commune a été très bien choisie ».

Si cette bourse est créée, le système mondial de vente de ces actifs sera plus transparent, estime le vice-président de la société Maison des pièces d'or Alekseï Viazovski :

« A l'heure actuelle ce marché est monopolisé par des sociétés mondiales comme De Beers. Si cette bourse apparaît, les acheteurs seront plus à l'aise pour comprendre la formation et le changement des prix et pour comparer les cotes. Tous seraient les gagnants. Nous pourrions diversifier nos acheteurs et leur offrir un marché transparent. La Chine est un des principaux consommateurs de pierres et métaux précieux. La Russie occupe une des premières positions au monde en termes d'extraction et de production d'or et de diamant. »

Une fois leurs efforts conjugués, les sociétés russes et chinoises pourraient rentrer dans les marchés des pays tiers, estime Alekseï Maslov :

« Etant donné la forte présence de la Chine en Afrique et en Amérique latine, dans les pays s'occupant de l'extraction et possédant une élite intéressée aux métaux et pierres précieuses, la Russie et la Chine pourraient entrer ensemble dans ces marchés. Aujourd'hui ils sont soit fermés à la Russie, soit d'accès difficile. Il ne s'agit pas tellement d'une hausse des prix, mais plutôt d'une redistribution des parts du marché. Pendant les 5 ou 6 premières années, les ventes pourraient augmenter de 10 à 15 %. Ce serait une progression très considérable ».
A l'heure actuelle il existe en Chine un marché noir immense de jades de Sibérie et de jadéites. Il s'agit de millions de dollars de revenus qui échappent à l'imposition aussi bien en Russie qu'en Chine. Pis encore, il y a également un marché géant de faux de jade, qui arrivent en Russie via des « importations au noir ». La bourse légalisera et normalisera les canaux de vente des pierres précieuses et rétrécira le champ d'activité des trafiquants et des faussaires.

http://french.ruvr.ru/2014_09_30/La-Russie-et-la-Chine-creent-leur-bourse-du-diamant-2368/


Ukraine: 400 corps découverts dans des charniers près de Donetsk  01/10/2014

Ukraine: 400 corps découverts dans des charniers près de Donetsk
MOSCOU, 1er octobre - RIA Novosti
Plus de 400 corps retrouvés dans des fosses communes près de Donetsk (est de l'Ukraine) se trouvent actuellement dans les morgues de la ville, a annoncé le militant letton des droits de l'homme Ainars Graudins cité par le journal Rossiïiskaïa Gazeta.
Selon M.Graudins, un groupe d'observateurs européens dont il est membre a inspecté deux charniers en compagnie de représentants des "républiques populaires" de Donetsk et de Lougansk. Les corps y étaient enterrés sous une mince couche de terre, indique-t-il.
"A l'heure actuelle, dans la seule ville de Donetsk près de 400 corps non identifiés se trouvent dans les morgues, et il est évident que de nombre va augmenter au fur et à mesure de l'exhumation", a estimé l'observateur.
Fin septembre, une fosse commune contenant des corps habillés en tenue civile a été découverte à 60 kilomètres de Donetsk. Les autorités russes ont alors estimé qu'il s'agissait de victimes d'un massacre perpétré lors des hostilités entre forces armées ukrainiennes et brigades indépendantistes du Donbass, en imputant la responsabilité à la Garde nationale ukrainienne.


Irak: l'armée livre par erreur de l'aide humanitaire à l'EI  01/10/2014

Irak: l'armée livre par erreur de l'aide humanitaire à l'EI
MOSCOU, 1er octobre - RIA Novosti
Les forces aériennes irakiennes ont pas erreur parachuté de l'aide humanitaire dans les zones contrôlées par les combattants de l'Etat islamique, rapporte mercredi le Washington Times.
Selon le journal, la cargaison composée de produits alimentaires, d'eau potable et de munitions était destinée aux militaires irakiens participant à l'opération contre les djihadistes de l'EI. Cependant, l'aide a été parachutée sur la province d'Al-Anbar (ouest) contrôlée par les islamistes.
"Nos militaires avaient un grand besoin de cette aide, mais en raison d'une erreur commise par le commandement et du manque d'expérience des pilotes, nous avons de facto aidé l'EI à tuer nos soldats", a déclaré le député irakien Hakim al-Zamili dans une interview à la chaîne NBC News.
Ces informations ont été confirmées par une source au sein du ministère irakien de la Sécurité qui s'exprimait sous couvert d'anonymat.
L'EI, appelé autrefois l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), sévissait au départ principalement en Syrie où il combattait les troupes gouvernementales, s'imposant comme l'une des organisations terroristes les plus cruelles. Il y a quelques mois, l'EI s'est soudainement activé en Irak, s'emparant d'importants territoires.
Fin juillet l'EI a proclamé un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens sous son contrôle. Depuis le 8 août, l'armée américaine porte des frappes aériennes contre les positions des djihadistes de l'EI en Irak.


Le rapprochement russo-chinois, gage de stabilité mondiale (Poutine)  01/10/2014

A paramilitary policeman spreads a Chinese national flag during a flag-raising ceremony to mark the 65th anniversary of the founding of the People's Republic of China
MOSCOU, 1er octobre – RIA Novosti
Le président russe Vladimir Poutine a félicité son homologue chinois Xi Jinping à l'occasion des 65 ans de la République populaire de Chine, notant que le rapprochement russo-chinois contribuait à renforcer la stabilité et la sécurité dans le monde, rapporte mercredi le service de presse du Kremlin.
"Je tiens particulièrement à la confiance et à la compréhension mutuelle qui nous unissent. Je suis convaincu que par nos efforts conjoints, nous assurerons le développement ultérieur de l'ensemble des relations entre la Russie et la Chine. Ceci répond pleinement aux intérêts de nos peuples amis, et renforce la stabilité et la sécurité dans le monde", stipule le télégramme de félicitations.
Selon le leader russe, les relations entre les deux pays ont atteint un niveau sans précédent de partenariat et d'interaction stratégique.
En outre, les deux Etats intensifient leur dialogue politique et leur coopération dans les sphères commerciale, financière, industrielle, énergétique, culturelle et autre, estime M. Poutine.


Kaboul signe un accord de sécurité bilatéral avec Washington  01/10/2014

Kaboul signe un accord de sécurité bilatéral avec Washington




L'Afghanistan a signé mardi un accord de sécurité pour permettre à des troupes américaines de rester dans le pays en 2015, signe de la volonté du nouveau président Ashraf Ghani de revenir à des relations plus amicales avec Washington, rapporte l'AFP.

L'accord, longtemps attendu par Washington, a été signé mardi à Kaboul par l'ambassadeur des Etats-Unis James Cunningham et Hanif Atmar, le conseil afghan à la sécurité nationale, au lendemain de l'investiture de M. Ghani, selon un journaliste de l'AFP.

Le président Hamid Karzaï, qui a quitté ses fonctions lundi, avait refusé pour sa part de signer le document, envenimant les relations entre Kaboul et Washington.

Mardi, MM. Cunningham et Atmar ont signé le document lors d'une cérémonie au palais présidentiel, en même temps qu'un accord similaire avec l'OTAN: le Sofa (Status of forces agreement) qui jette les bases de la présence de cette organisation en Afghanistan l'année prochaine.

Des soldats allemands, italiens et d'autres pays de l'OTAN rejoindront une force de 9.800 soldats américains, pour un total d'environ 12.500 hommes.

Après la fin de la mission de combat de l'OTAN en décembre, la nouvelle mission appelée "Resolute support" (Soutien résolu), se concentrera sur l'entraînement et l'appui aux forces afghanes qui combattent les insurgés talibans.

Il reste actuellement environ 41.000 soldats de l'OTAN en Afghanistan, contre 130.000 en 2012.

http://french.ruvr.ru/news/2014_09_30/Kaboul-signe-un-accord-de-securite-bilateral-avec-Washington-3854/


Yaalon : Pas de retrait de la Cisjordanie occupée  30/09/2014

Yaalon : Pas de retrait de la Cisjordanie occupée




Le ministre israélien de la guerre, Moshé Yaalon, a déclaré qu'il ne pouvait pas parler du retrait israélien de la Cisjordanie occupée, alors que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a proposé un partenariat avec certains pays arabes pour parvenir à une paix avec les Palestiniens.

Dans son discours lors d'un colloque organisé mardi par l'Institut d'études de la sécurité nationale à Tel-Aviv, et diffusé par la rédio hébreu, Yaalon a déclaré qu'il ne pouvait pas parler de la sortie d'Israël de la Cisjordanie occupée, car il ne peut pas permettre l'émergence d'entités terroristes dans cette région comme cela est arrivé dans la Bande de Gaza.

Yaalon a ajouté : "Nous ne pouvons pas accepter une situation dans laquelle des obus de mortier sont tirés à partir de la Cisjordanie vers l'aéroport international de Ben-Gourion ou qui entrave la capacité des avions de l'armée de l'air de décoller de l'aéroport de Ramat David.

A cet égard, il a déclaré que l'horizon politique de parvenir à un accord de paix avec les Palestiniens réside dans les changements au Moyen-Orient, et pas dans les vieux concepts effondrés encore et encore durant plus de 20 ans.

Ofir Gendelman, porte-parole de Netanyahu, a déclaré à la radio mardi que le Premier ministre cherchera dans sa réunion prévue mercredi avec le président américain, Barack Obama, à la Maison Blanche, à proposer une nouvelle position sur la base de la nécessité de saisir l'occasion des grands changements dans le Moyen-Orient pour coopérer avec des pays arabes modérés face aux défis et menaces que confronte la région.

http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7MoKzexrfZ8plh8Ym9UjOHkJjnKCGeNsOz%2fWrZxvK9LuuVb4REZGvIQ7ns1l9Vd2K6V0s4B9cqn6DP0LmiQT4WmJtQrMRm1LVFBH85Say50s%3d


Vidéo. “Daech” et la décapitation de Hervé Gourdel. Ali Benhadj : “dans ces montagnes, la France assassinait aussi des Algériens”  30/09/2014

Vidéo. “Daech” et la décapitation de Hervé Gourdel. Ali Benhadj : “dans ces montagnes, la France assassinait aussi des Algériens”


Interdit de toute activité politique, Ali Benhadj continue de défier les autorités algériennes. Outre sa participation à des manifestations publiques, à chaque fois que l’occasion lui est offerte, l’ex-numéro 2 du Front islamique du salut (FIS), le parti islamiste dissout, prêche ses analyses politiques sur YouTube.

Pas plus tard que vendredi dernier, à savoir le 26 septembre 2014, il s’est adressé aux internautes algériens dans une vidéo d’une quinzaine de minute reproduisant une partie de son prêche donné dans une mosquée algéroise. Entouré d’une quinzaine de ses fidèles, Ali Benhadj condamnait les attaques contre des cibles de «Daech» en Irak et en Syrie, notamment celles menées par « les pays arabes et musulmans ». Il appelait même à demi-mot à soutenir les « frères combattants» de Daech. «… Ces jeunes [les djihadistes de Daech] qui se font tués et bombardés maintenant, ils ont abandonné leurs enfants, leurs foyers, leurs femmes, leurs parents, …vous [les savants musulmans] auriez dû nous appeler à les soutenir en tant que frères [des musulmans]… », prêchait-il. Est-ce un appel à peine voilé au djihad sous la bannière de Daech ? La question se pose sérieusement.

Vers la fin de la vidéo, il évoquait l’affaire de l’assassinat barbare du touriste français, Hervé Gourdel, sans pour autant le citer nommément. « …Ces montagnes de l’Algérie où l’on dit qu’un tel a été tué, la France aussi y assassinait des Algériens», poursuivait-il. De nombreux internautes ont interprété ces propos comme «un cautionnement» implicite de ce crime d’une sauvagerie inouï revendiqué par Djound El Khilafa (soldats du Califat), la filiale algérienne de Daech. Le prédicateur et ancien dirigeant du FIS se montre en tout cas bel et bien conscient de la teneur de son prêche. « En disant cela, enchaînait-il, on pourrait me dire que je suis en train de les [Djound El khilafa] bénir… ». Plus loin, il tente de justifier cette « bénédiction » en mettant en cause une soi-disant propagande médiatique dont serait victime «Daech» : «il y a une opacité totale, personne ne sait ce qui se passe, qui commande…toutes les infos sur l’Etat islamique nous proviennent des médias. Est-ce que ces médias sont crédibles ? Sont-ils fiables ? Il ne faut surtout pas croire à leurs histoires… ».

A la fin de la vidéo, le leader islamiste, promettait l’enfer, « le jour du dernier jugement », aux dirigeants arabes qui se sont alliés à « des mécréants (les Occidentaux)», contre des « musulmans ». Ali Benhadj ne manque pas enfin de qualifier les dirigeants arabes «de traîtres, d’agents et d’esclaves à la solde des USA et de l’Occident ». (www.algerie-focus.com)

Le sheykh Ali Benhadj allume les harkas et goumias qui ont crée l'excuse de l'EIIL/EI/DAESH veulent se partager les richesses des pays Musulmans. Il est interdit de soutenir des non-Musulmans venus voler et piller les Musulmans, sous prétexte qu'ils ont perdu le contrôle de leurs escadrons de la mort. Tous les groupes de la Résistance ont rejeté le "khilafa" de Netanyahu car ils ont tous compris ce qui se tramait dès le départ. (islamic-intelligence.blogspot.fr)

http://www.algerie-focus.com/blog/2014/09/video-daech-et-la-decapitation-de-herve-gourdel-ali-benhadj-dans-ces-montagnes-de-kabylie-la-france-assassinait-aussi-des-algeriens/
http://islamic-intelligence.blogspot.fr/


Coalition contre Daech : L’Algérie la soutient sans prendre part aux frappes  30/09/2014

Coalition contre Daech : L’Algérie la soutient sans prendre part aux frappes




Le ministre algérien des affaires étrangères, Ramtane Lamamra a exprimé, hier à Ottawa (Canada), le soutien de l’Algérie à la coalition internationale contre l’Etat islamique tout en excluant toute participation aux opérations en cours en Irak et en Syrie.

Il a expliqué que « notre doctrine de non-alignement ne nous autorise ni à recevoir des bases étrangères sur notre territoire ni à faire sortir nos troupes dans des missions en dehors de nos frontières ».

Le ministre algérien, qui a reconnu que l’intervention militaire internationale contre Daesh était devenue « inévitable », avertit qu’il ne faut pas que celle-ci « se transforme en catastrophe humanitaire pour les populations en Syrie, ce qui les pousserait à voir dans le terrorisme un moindre mal comparativement aux bombardements de la coalition internationale ».

http://www.algerie1.com/actualite/coalition-contre-daech-lalgerie-la-soutient-sans-prendre-part-aux-frappes/


Des colons israéliens s'emparent de 25 appartements à Jérusalem-Est  30/09/2014

Des colons israéliens s'emparent de 25 appartements à Jérusalem-Est






Des colons israéliens se sont emparés de force mardi de 25 appartements dans un quartier de Jérusalem-Est annexée, ont accusé habitants et dirigeants palestiniens tandis que les nouveaux occupants assuraient avoir acquis légalement ces logements.

Des heurts ont ensuite opposé Palestiniens et colons dans ce quartier de Silwan, qui est régulièrement le théâtre d'affrontements avec des colons de plus en plus nombreux dans ce secteur, sensible car limitrophe de la Vieille Ville, où se trouve l'Esplanade des mosquées.

Mohammed al-Khayat a affirmé à l'AFP que des colons s'étaient introduits à l'aube dans trois appartements vacants appartenant à sa famille. "Ils ont brisé les serrures et en ont installé de nouvelles", a-t-il expliqué.
La police israélienne a indiqué que des heurts avaient ensuite éclaté lorsqu'un Palestinien a tenté d'entrer dans l'un des immeubles, achetés selon elle par Elad, une organisation nationaliste israélienne dont le but déclaré est de renforcer la présence juive dans les quartiers arabes de Jérusalem-Est.

Elad a toutefois affirmé à l'AFP qu'elle ne possédait pas ces appartements, tout en reconnaissant que plusieurs de ses membres faisaient partie des "volontaires" qui se sont installés mardi. Selon Elad, c'est la société Kendall Finance qui a acheté ces appartements aux Palestiniens.

Kendall Finance est un prête-nom de l'organisation qui milite pour la judaïsation de Jérusalem, a accusé Mohammed Dahla, l'avocat des habitants palestiniens, qui selon lui, n'ont jamais vendu leurs appartements. Le porte-parole de la présidence palestinienne Nabil Abou Roudeina a condamné "avec force l'occupation par des colons des immeubles de Silwan près de la mosquée d'Al-Aqsa avec le soutien de l'armée israélienne", selon des propos rapportés par l'agence officielle Wafa.

M. Abou Roudeina a aussi dénoncé des "agressions répétées contre la mosquée Al-Aqsa", après que les forces de l'ordre israéliennes sont entrées à plusieurs reprises sur l'esplanade où se dresse ce site. Pour Saëb Erakat, un haut dirigeant palestinien, les colons ont été encouragés par le discours lundi à l'ONU du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. "Ils ont traduit en acte le discours de Netanyahu en s'appropriant ces sept immeubles à Jérusalem-Est occupée", a-t-il accusé.

M. Netanyahu avait affirmé lundi que les colons n'étaient "pas des occupants sur la terre d'Israël" : "l'Histoire, l'archéologie et le bon sens, tout cela montre que nous avons depuis plus de 3 000 ans un lien particulier avec cette terre".

http://www.lorientlejour.com/article/888841/des-colons-israeliens-semparent-de-25-appartements-a-jerusalem-est.html


Le Hamas souhaite créer un Etat islamique sur tous les territoires palestiniens (responsable)  30/09/2014

Le Hamas souhaite créer un Etat islamique sur tous les territoires palestiniens (responsable)




Un dirigeant du Hamas a affirmé mardi que son mouvement croyait toujours en l'établissement d'un Etat islamique sur toutes les terres de Palestine.

Mahmoud al-Zahar, figure de proue du Hamas, a déclaré lors d'une cérémonie organisée en hommage aux policiers tués lors de la récente campagne militaire israélienne contre Gaza : "Nous ne voulons pas créer un émirat islamique à Gaza, nous voulons un Etat islamique dans toute la Palestine."

Le Hamas est la principale organisation d'activistes palestiniens à avoir combattu l'armée israélienne au cours de la vaste offensive aérienne et terrestre lancée le 8 juillet et menée 50 jours durant par Israël contre la bande de Gaza.

M. Al-Zahar a affirmé que le Hamas avait vaincu Israël dans cette guerre, et il a ajouté que si le Hamas transférait en Cisjordanie une partie de ce dont il disposait, il serait capable de mener une bataille qu'il finirait par remporter.

M. Al-Zahar a promis que son mouvement poursuivrait son "programme de résistance". "Au cours de la dernière guerre contre Gaza, nous avons appris comment libérer les territoires occupés de Palestine", a-t-il ajouté.

Au sujet du transfert de responsabilité au gouvernement d'unité formé conformément à l'accord de réconciliation conclu avec le Fatah, M. Al-Zahar a déclaré : "Nous acceptons cela, mais nous poursuivrons notre résistance."

En juin dernier, le Hamas et le Fatah, parti du président Mahmoud Abbas, ont convenu de former un gouvernement d'unité nationale dont la mission durerait six mois. Mais ce gouvernement d'unité n'a pu mener son travail en raison de l'offensive israélienne contre Gaza.

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2014-10/01/content_33662363.htm


La guerre contre le terrorisme traduit le mal de l’Occident (De Villepin)  30/09/2014

La guerre contre le terrorisme traduit le mal de l’Occident (De Villepin)





"La guerre globale contre le terrorisme" imaginée par George Bush fait écho au califat global. Même penchant pour l'idéologie, même réflexe de la force, même passion des images, dit Dominique De Villepin dans une tribune publiée ce mardi 30 septembre au Monde, considérant la guerre contre Daech comme "un pas de plus vers la guerre des civilisations".

Par Dominique De Villepin (Ancien Premier ministre)

La France se renie quand elle croit que la guerre contre le terrorisme est la solution. Cette guerre est sans victoire possible comme l'ont montré l'Afghanistan et l'Irak. C'est la loi des guérillas. C'est une guerre perpétuelle face à un ennemi sans cesse renaissant qui grandit en légitimité, visibilité et crédibilité. Cette guerre est sans espoir. Même si nous écrasons l'« Etat islamique » (EI), ce sera au prix de l'émergence d'un nouveau péril, chiite ou sunnite, islamiste ou nationaliste. Dix ans d'interventions incohérentes au Moyen-Orient ont enfanté et nourri l'EI.

Cette guerre est sans effet. Le gouvernement s'engage en espérant qu'une guerre télévisée et téléguidée répondra à la légitime émotion des Français face à la barbarie. Fer de lance médiatique de la coalition et supplétif d'une guerre en trompe-l'œil sur le terrain, la France risque de perdre sur les deux tableaux, exposant son territoire et ses ressortissants à travers le monde aux attentats et aux enlèvements.

Bien sûr il faut agir. Tout le piège de cette logique de guerre consiste à nous enfermer dans le tout ou rien. L'efficacité en matière internationale est affaire de marges de manœuvre, de responsabilisation des partenaires et d'exploitation de toute la gamme des instruments, y compris l'outil militaire. L'EI est une menace d'un nouveau genre, inquiétante, hybride de parti totalitaire fanatisé, d'organisation criminelle lucrative et d'« entrepreneur de guerre » plaçant sa marque sur le marché mondial. Il tient son pouvoir sur son territoire de l'alliance avec des débris du régime de Saddam Hussein et avec des chefs de tribu et de quartiers sunnites, rejetant le pouvoir sectaire chiite.

Il faut donc une stratégie politique d'asphyxie de l'EI, en tarissant les revenus des puits de pétrole mais aussi les circuits de contrebande. En le privant aussi de ses soutiens sunnites modérés à travers un dialogue inclusif leur offrant des garanties politiques dans le nouvel Irak. En asséchant enfin son vivier de recrutement. Pour l'EI stagner, c'est déjà s'éteindre. Des interventions militaires ciblées sont nécessaires pour l'endiguer, mais elles doivent être en priorité le fait des pays de la région en appui des forces locales, irakiennes, kurdes, jordaniennes, syriennes libres.

Il faut une stratégie de protection pour nos ressortissants et nos territoires qui, sans brader notre attachement aux libertés individuelles et aux principes démocratiques, permettrait d'améliorer nos capacités de prévention de la radicalisation, en prison notamment ou sur Internet. Tirons les leçons des erreurs commises afin d'améliorer le fonctionnement de nos services judiciaires et de renseignement par une meilleure coordination européenne.

Depuis dix ans, je plaide pour des solutions aux crises évitant la guerre, comme en Irak en 2003 par des inspections renforcées. En 2011, en Libye, je défendais une zone d'exclusion aérienne et un soutien aux rebelles, sans franchir la ligne rouge du changement de régime. En Syrie, je proposais des sanctions internationales et la constitution de corridors humanitaires pour sauver les civils. A chaque fois on m'a objecté cet argument : c'est la guerre ou rien. Et même si la guerre ne sert à rien. Pourquoi cette logique aveugle ? Parce que la France ne croit plus en elle-même. Parce qu'elle est comme possédée par le vertige des idées simples. Depuis sept ans, elle a glissé dans un militarisme démocratique et occidentaliste qui traduit son doute sur son avenir et sa vocation. Elle s'enfonce chaque jour davantage dans un esprit de corps expéditionnaire mollettiste qui fleure la IVe République.

Mais le mal est plus large. Il s'est emparé de l'Occident. La guerre contre le terrorisme trahit une vision du monde. C'est la tentation du suicide d'une civilisation souffrant du sentiment de l'impuissance et du déclin, de la peur du monde et des autres et de la conviction de la supériorité morale. L'islamisme est un vertige nihiliste. Le Moyen-Orient traverse une crise de modernisation qui tourmente les identités confessionnelles et nationales. Les solidarités traditionnelles, fragilisées par la colonisation, sont balayées par la mondialisation, le développement, l'émergence des classes moyennes, l'essor des communications, réveillant vieux démons et nouvelles peurs.

La « guerre globale contre le terrorisme » imaginée par George Bush fait écho au califat global. Même penchant pour l'idéologie, même réflexe de la force, même passion des images. C'est le piège de la concurrence des victimes et du tango des abattoirs. Se nourrissant l'un l'autre, ils donnent mutuellement corps à leurs angoisses. Le terrorisme islamiste se délecte de mettre en scène ses victimes, les Occidentaux à cacher leurs « dommages collatéraux ». Culte du sacrifice du corps transformé en arme dans les attentats-suicide, contre obsession de la guerre « zéro risque » où les drones font s'abattre le châtiment du ciel. Deux étendards donnant un sens global à des combats locaux. Deux langages exprimant des peurs existentielles. Au risque de la destruction mutuelle.

Nous franchissons un pas de plus vers la guerre de civilisations. Mais tout n'est pas perdu. Il reste une chance pour une paix d'initiative et d'audace, à condition de rompre avec la logique de guerre. Face au terrorisme, il faut rechercher des paix locales. Renforçons tout d'abord les Etats-nations défaillants. Ils sont le vivier des dérives identitaires. L'Union européenne pourrait mettre à disposition des Nations unies une plate-forme de reconstruction des Etats pour consolider les administrations et les services publics dans les pays en conflit (Mali, Centrafrique, Ukraine).

Favorisons aussi une stratégie de dialogue. La reconnaissance des minorités, les formes de représentation politique, l'autonomie sont les clés de la pacification. C'est la tâche essentielle de susciter le dialogue chiites-sunnites, en mettant autour de la table l'Arabie saoudite et l'Iran.

Cela passe enfin par une force de réaction militaire multilatérale des Nations unies, qui nous sorte de la logique du tout ou rien, en inventant une vraie force de paix, au risque d'une présence au sol. En Irak ou en Syrie une interposition temporaire entre les communautés pourrait être nécessaire. L'ambition d'un tel programme n'a d'égal que le péril dans lequel nous jette la spirale de la guerre permanente. C'est la vocation de la France de porter la voix et la vision de la paix.

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/la-guerre-contre-le-terrorisme-traduit-le-mal-de-loccident-de-villepin/id-menu-957.html


1 2 3 4 5 » ... 2467

Publicité

Brèves

VIDEO
| 12/09/2014 | 3809 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Hicham Hamza | 12/09/2014 | 5150 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
1 sur 174


Commentaires