L'Europe au seuil d'une nouvelle crise de la dette  19/02/2019

L'Europe au seuil d'une nouvelle crise de la dette
























Un nouvel incendie pourrait se déclarer sur le marché de la dette de l'Europe, prévient le site d'information Vestifinance. Selon le média, les problèmes politiques et liés à la dette créent toutes les conditions pour qu'une nouvelle crise éclate sur le Vieux continent.

Le nombre d'obligations d'entreprises européennes dans la zone de stress est monté en flèche cette année, en dépit des pronostics relativement positifs par rapport au niveau des défauts de paiement parmi les emprunteurs avec des notations spéculatives, écrit Vestifinance.

Les obligations à haut rendement, dont le prix sur le marché secondaire est inférieur à 90% du prix nominal, et les actifs problématiques avec un prix inférieur à 60 représentent près de 11% de l'indice Bloomberg Barclays High Yield, contre seulement 2% il y a deux ans, écrit Bloomberg.

Sur le marché de la dette, où sont vendues les obligations souveraines, la situation reste relativement calme, mais le sentiment d'instabilité du marché devient de plus en plus fragile au fur et à mesure que l'indétermination économique grandit.

Cela concerne notamment l'Italie. Le pays traverse déjà une récession, le déficit budgétaire augmente, et il existe également un grand risque d'abaissement de sa notation financière. Tout cela engendre un cocktail explosif susceptible de provoquer un véritable chaos.

Fin octobre, l'agence de notation internationale Moody's avait baissé d'un cran la note de l'Italie, de Baa2 à Baa3 — la dernière marche du niveau d'investissement.

Un nouvel abaissement de la notation de Moody's rendrait les obligations italiennes «pourries». La dette publique de l'Italie atteint 1.700 milliards de dollars, ce qui en fait la troisième plus grande dette souveraine en Europe. Surtout, elle pourrait provoquer une réaction en chaîne.

La majeure partie du poids de la dette de l'Italie repose sur ses banques et les particuliers. Les créanciers en dehors de l'Italie détiennent une dette publique et privée à hauteur de 425 milliards d'euros.

Rappelons également qu'un membre du parti Ligue a déclaré vendredi que l'Italie serait forcée de quitter l'UE si les législatives européennes n'affichaient pas un changement significatif au profit des partis populistes.

«Soit nous avancerons dans le cadre du changement de l'Europe aujourd'hui, soit nous devrons partir», a déclaré Claudio Borghi, président de la commission budgétaire à la chambre basse et représentant de la Ligue pour l'économie.

Tout cela rend le marché de la dette nerveux. Et la situation pourrait exploser à tout moment. Il convient également de rappeler que par le passé, les événements européens commençaient presque chaque année à se retourner précisément avec l'arrivée du printemps.

La phase aiguë de la crise de la dette était également retombée pendant la période printanière.

https://fr.sputniknews.com/presse/201902191040088180-europe-crise-dette-marche/

«Le rôle de leader des États-Unis à l’Otan» n’est dû qu’«à la contrainte et au chantage»  19/02/2019

«Le rôle de leader des États-Unis à l’Otan» n’est dû qu’«à la contrainte et au chantage»
























Lors de la 55e édition de la Conférence sur la sécurité de Munich, Angela Merkel s’est prononcée contre la politique appliquée par Donald Trump en des termes qui ne resteront sans doute pas sans conséquences, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Willy Wimmer, ancien secrétaire d'État au ministère fédéral allemand de la Défense.

Cette dernière Conférence sur la sécurité de Munich aura été une sorte de rencontre de la «coalition anti-Trump» et le discours de la chancelière allemande y aura été applaudi même par les partisans dirait-on inébranlables de cette coalition militaire conduite par les États-Unis, a déclaré à Sputnik Willy Wimmer, ex-secrétaire d'État allemand à la Défense, commentant la critique de la politique de Donald Trump par Angela Merkel.

«Cela est aussi devenu évident d'après le discours prononcé par le vice-Président des États-Unis Pence […] qui n'était pas du tout convaincant […] et qui permettait de constater que le rôle de leader des États-Unis à l'Otan n'était pas dû à la coïncidence des intérêts de tous ses membres, mais à des contraintes et à un chantage permanents», a estimé l'interlocuteur de l'agence.

Et de rappeler que quand la Russie avait invité les attachés militaires occidentaux à assister à la démonstration du missile qui avait servi de prétexte aux États-Unis pour rompre le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Washington avait fait pression sur les attachés militaires occidentaux. Finalement, à part les diplomates de Chypre et de la Grèce, personne d'autre n'a osé venir le voir.

«Nous avons entendu les mêmes menaces de la bouche du vice-Président Pence au sujet du gazoduc Nord Stream 2 à Munich et, le jour précédent, à Varsovie. Mais si quelqu'un ne tient le rôle de leader dans une alliance quelconque que grâce à la contrainte et au chantage, cette alliance ne manquera pas d'éclater tôt ou tard», a souligné M.Wimmer.

Selon ce dernier, tout cela rappelle bien les temps de la Guerre froide, et même si un jour ou l'autre, à Washington, on dénonce, on ne sait pas pourquoi, moins fréquemment la Russie, cela ne signifie rien.

«Aussi, est-il nécessaire que le Président américain Donald Trump jouisse enfin d'une marge de manœuvre pour pouvoir mettre en œuvre sa propre politique. Et tant que cela est impossible, je suppose que la coalition militaire transatlantique à Washington, à Berlin, à Paris, à Bruxelles et à Londres fera tout pour que le monde ne devienne pas plus sûr», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

Intervenant à la Conférence sur la sécurité de Munich, Angela Merkel a dénoncé avec fermeté l'unilatéralisme des États-Unis, notamment leur retrait du Traité FNI et de l'accord nucléaire avec l'Iran, et constaté que le monde devenait de plus en plus fragmenté.

https://fr.sputniknews.com/international/201902191040089482-usa-otan-contrainte-chantage-conference-munich/

Algérie: Nekkaz rassemble des milliers de personnes à Khenchla venues défier le maire et le pouvoir  19/02/2019

Algérie: Nekkaz rassemble des milliers de personnes à Khenchla venues défier le maire et le pouvoir




















Le prétendant à la candidature à l’élection présidentielle Rachid Nekkaz a rassemblé, ce mardi, des milliers de sympathisants dans la ville de Khenchla , dans les Aurès.

Le candidat à la candidature rassemble de plus en plus de monde à chacun de ses déplacements qu’il effectue pour collecter les signatures nécessaires à la validation de son dossier de candidature.

De nombreuses difficultés se sont dressées sur son chemin. Agressé à Tlemcen le 10 février, il a poursuivi son périple vers Oran où il a reçu un accueil des plus chaleureux. Aujourd’hui, à Khenchla , il s’est heurté à la porte fermée de la mairie qu’il finira, malgré tout, par faire ouvrir.

A la veille de son déplacement à Khenchla , des informations faisant état de menaces proférées par le maire de la commune à l’encontre de ceux qui voudraient se rassembler devant la mairie ont été relayées sur les réseaux sociaux. Il a été impossible de confirmer ou infirmer la rumeur, mais son impact sur les esprits a été certain.

Cette défiance supposée du maire de la ville l’encontre de Nekkaz et ses sympathisants a fait que le rassemblement devant le siège de l’APC soit plus imposant que d’habitude. La place qui fait face à la mairie était envahie par des milliers de personnes qui ont scandé des slogans en faveur de Nekkaz et d’autres contre le pouvoir et le cinquième mandat.

Le poster géant du Président Abdelaziz Bouteflika accroché sur la façade de la mairie à côté d’un grand drapeau algérien a fini par être décroché sous la pression de l’imposante foule rassemblée en soutien à Nekkaz. Quant au portail de la mairie, fermé au début avec des chaînes, il a fini par être ouvert pour permettre l’accès des citoyens désirant légaliser leurs signatures sur les formulaires de candidatures.

Depuis la convocation du corps électoral par le Président et la distribution des formulaires de candidature aux candidats, à la fin janvier, Rachid Nekkaz s’est déjà rendu dans de nombreuses wilayas du pays en quête des précieuses signatures. A chaque escale, il rassemble des foules de plus en plus nombreuses, principalement composées de jeunes citoyens, d’abord conquis par sa communication via les réseaux sociaux puis par le contact direct.

Le prétendant à la candidature à la présidentielle semble tenir la bonne formule pour mobiliser et convaincre, à un moment où toute la classe politique a perdu le contact de la rue et la proximité avec le citoyen.

https://www.tsa-algerie.com/nekkaz-rassemble-des-milliers-de-personnes-a-khenechla-venues-defier-le-maire-et-le-pouvoir/


Gaza: 20 manifestants palestiniens blessés par l'armée israélienne  19/02/2019

Gaza: 20 manifestants palestiniens blessés par l'armée israélienne
























Vingt manifestants palestiniens ont été blessés par les balles de l'armée israélienne dans le nord de la Bande de Gaza, lors d'une manifestation appelant à la levée du siège sur la zone.

Le porte-parole du ministère palestinien de la Santé, Ashraf al-Qudra, a indiqué, mardi, que "vingt Palestiniens ont été blessés par les balles de l'armée israélienne dans le nord de la Bande de Gaza", sans ajouter plus de détails.

Mardi soir, la Commission nationale suprême pour briser le siège (populaire indépendante) à Gaza a organisé une marche en direction de la frontière maritime de la Bande de Gaza avec Israël pour appeler à la levée du blocus.

Des dizaines de Palestiniens se sont dirigés vers les frontières maritimes de la Bande de Gaza avec Israël en scandant les drapeaux palestiniens, selon le correspondant d'Anadolu.

Des petits navires avec des dizaines de Palestiniens à bord ont soutenu les manifestations dans les eaux palestiniennes.

Depuis vendredi 30 mars 2018, des milliers de Palestiniens se rassemblent à proximité de la barrière de sécurité séparant la Bande de Gaza d’Israël dans le cadre de la "Marche du Grand retour".

https://www.aa.com.tr/fr/monde/gaza-20-manifestants-palestiniens-bless%C3%A9s-par-larm%C3%A9e-isra%C3%A9lienne/1397395

France: dix ministres débattent sur une plateforme de jeux vidéos  19/02/2019

France: dix ministres débattent sur une plateforme de jeux vidéos
























Le grand « debathon » organisé par le gouvernement pour permettre aux ministres de s’adresser aux jeunes générations, a démarré mardi à 9 heures et se poursuivra jusqu'à 20 heures sur la plateforme de jeux vidéos Twitch, ont rapporté les médias français.

Le premier ministre Édouard Philippe participe lui aussi à ces échanges, format assez inédit du grand débat national lancé le 15 janvier dernier en France.

Intitulé « Grand Débathon - Un marathon de débats de 9h à 20h avec des citoyens et des ministres », l’exercice vise à toucher les jeunes générations qui ne sont pas forcément impliquées dans le débat politique.

En effet, la plateforme Twitch reçoit une dizaine de membres du gouvernement pour évoquer quatre sujets inscrits dans le grand débat.

Ils aborderont durant cette journée, les sujets de « démocratie et citoyenneté, fiscalité et dépenses publiques, l’organisation de l’Etat et des services publics, la transition écologique » selon les informations de France Télévision.

Un cinquième thème intitulé « jeunes et politique » est également au programme, affirme la même source.

Les internautes pourront participer aux discussions « en commentant en direct sur la plateforme et en participant à des sondages » précise France Info.

Le grand débat national initié par le président français Emmanuel Macron en vue d'apaiser la vague de contestations sociales, se poursuivra dans tout le pays jusqu’au 15 mars.

L’initiative de l’Elysée vise à recueillir les doléances des citoyens pour tenter de mettre fin au mouvement des gilets jaunes, constitué en novembre 2017 pour obtenir des mesures en faveur du pouvoir d’achat.

https://www.aa.com.tr/fr/politique/france-dix-ministres-d%C3%A9battent-sur-une-plateforme-de-jeux-vid%C3%A9os-/1397286

Une ambassadrice d'Algérie explique la situation de son pays face à l'immigration illégale  19/02/2019

Une ambassadrice d'Algérie explique la situation de son pays face à l'immigration illégale























Lors d’une rencontre publique le lundi 18 février à Madrid, l’ambassadrice d’Algérie en Espagne a indiqué que son pays n'était pas un pays de transit mais de destination pour les migrants africains. Elle a aussi abordé le sujet de la stabilité de la Libye, indiquant que celle-ci impactait directement l'Algérie.

Lors de la rencontre publique organisée le lundi 18 février par l'Executive Forum à Madrid, Taous Feroukhi, l'ambassadrice d'Algérie en Espagne, a répondu aux allégations accusant les pays maghrébins, dont l'Algérie, d'être des pays de transit pour l'immigration clandestine subsaharienne, selon Europa Press.

«Nous sommes un pays de destination [de l'immigration subsaharienne, ndlr]», a déclaré la diplomate. Dans ce sens, l'ambassadrice a rappelé que plus de 80% des migrants subsahariens restent en Afrique. Dans ce cadre, elle a encore souligné que l'Algérie «enregistre 400 arrivées quotidiennes d'immigrés clandestins à travers sa frontière avec le Mali».

Défendant une démarche globale pour traiter ce fléau à la base en donnant aux pays subsahariens les moyens de leur développement, Mme Feroukhi a appelé à mettre en œuvre, sans tarder, le plan d'investissements approuvé par l'Union européenne en 2017. «L'exécution du plan devrait être accélérée pour aider à l'enracinement des populations en Afrique subsaharienne», a-t-elle soutenu.

La diplomate a aussi indiqué que «la stabilité de la Libye est aussi la stabilité de l'Algérie».

À l'image des pays ayant émis des réserves à l'égard du pacte de Marrakech sur les migrations, l'Algérie a également pointé du doigt certaines zones d'ombre dans ce texte qui ne vont pas dans le sens de ses intérêts vitaux. C'est ce qu'a déclaré le 16 décembre Hassan Kacimi, le directeur central au ministère algérien de l'Intérieur en charge du dossier de la migration, dans un entretien au quotidien Le Soir d'Algérie.

Évoquant la question du transfert de souveraineté aux institutions internationales sur des problèmes dont les enjeux relèvent de la sécurité nationale, le responsable a affirmé que son pays a demandé à ce que «le droit de définir les politiques publiques migratoires revienne à l'État concerné». «C'est également à l'État de définir les concepts juridiques de migration régulière et de travail», a-t-il encore ajouté.

https://fr.sputniknews.com/international/201902191040085846-algerie-pays-destination-migrants-transit/

Benyamin Netanyahou dénonce un vandalisme antisémite «choquant» en France  19/02/2019

Benyamin Netanyahou dénonce un vandalisme antisémite «choquant» en France
























Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien, a réagi à la profanation des sépultures juives du cimetière de Quatzenheim, près de Strasbourg. Il a dénoncé un vandalisme antisémite «choquant» en France.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a dénoncé un vandalisme antisémite «choquant» en France, selon les informations communiquées par l'AFP.

«Un événement choquant s'est produit aujourd'hui: 80 tombes juives ont été profanées à l'aide de symboles nazis par des antisémites sauvages. J'appelle tous les dirigeants français et européens à s'opposer fermement à l'antisémitisme», a déclaré le Premier ministre israélien.

La veille de la journée nationale de mobilisation contre l'antisémitisme, quelque 80 stèles du cimetière juif de Quatzenheim ont été profanées, selon la préfecture du Bas-Rhin. Les sépultures ont été marquées à la bombe de croix gammées. Une «enquête de flagrance» a été ensuite ouverte par le parquet de Strasbourg.

Après la profanation d'un cimetière juif dans le nord-est de la France, le ministre israélien de l'Immigration, Yoav Gallant, a invité sur son compte Twitter les juifs qui résident dans l'Hexagone à venir s'installer en Israël. Selon Yoav Gallant, la profanation de tombes dans ce cimetière «réveille les images de périodes sombres dans l'histoire du peuple juif».

Emmanuel Macron, qui s'est rendu ce mardi à ce cimetière, a écrit sur son compte Twitter que «l'antisémitisme est la négation de ce qu'est la France».

https://fr.sputniknews.com/international/201902191040086611-vandalisme-choquant-netanyahou-france/

Selon le patron de la DGSI, l'étranger voudrait amplifier les Gilets jaunes avec des fake news  19/02/2019

Selon le patron de la DGSI, l'étranger voudrait amplifier les Gilets jaunes avec des fake news























Interrogé à propos de l'enquête sur une prétendue ingérence russe dans le mouvement des Gilets jaunes, Nicolas Lerner, nouveau patron de la DGSI, a botté en touche, estimant que des agents étrangers auraient «intérêt» à propager des contre-vérités.

Nommé mi-octobre à la tête de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Nicolas Lerner a été interrogé par le quotidien Le Parisien le 18 février sur le déroulement de l'enquête du renseignement intérieur sur une supposée ingérence russe dans le mouvement des Gilets jaunes. Sans aborder frontalement le prétendu rôle joué par Moscou, malgré la question du journaliste sur ce point précis, il a estimé : «Certains, en France ou depuis l’étranger, ont indéniablement intérêt à tenter de mettre en difficulté le gouvernement et le chef de l’Etat à l’occasion du mouvement en amplifiant les "fake news" et en propageant des contre-vérités.»

Il n'a apporté ni élément de preuve, ni précision sur l'identité de ceux qui seraient soupçonnés de vouloir gonfler l'importance du mouvement. Nicolas Lerner, qui n'a pas non plus donné d'exemples de fausses informations qui auraient été propagées, a poursuivi : «De telles ingérences ne sont pas acceptables.»
Une enquête visant la médiatisation des Gilets jaunes

Début décembre, Le Parisien révélait que le Secrétariat général de la défense nationale, organisme dépendant du Premier ministre français, avait été chargé de coordonner une enquête sur la présumée amplification, depuis l'étranger, de la colère du mouvement citoyen, notamment au travers des réseaux sociaux. Elle partirait du postulat que de faux comptes, «liés à la Russie», chercheraient à faire croître le mouvement. Cette présumée information avait été diffusée par le journal britannique The Times, qui citait une analyse de la société de cyber-sécurité New Knowledge.

Une source proche de l'enquête citée en décembre par Le Parisien se montrait pourtant plus prudente, affirmant qu'«aucun élément objectif» ne permettait d'établir un lien entre Moscou et l'intérêt pour le mouvement citoyen, notamment sur la toile.

Lors d'une entrevue avec des journalistes rapportée début février par Le Point, le président de la République en personne s'était montré persuadé que les Gilets jaunes radicalisés auraient été «conseillés» par l'étranger. «La Russie de Poutine, à travers Russia Today ou Sputnik, affleure [dans le discours d'Emmanuel Macron]», écrivait le journaliste Emmanuel Berretta. «Le président de la République pointe la responsabilité des médias, leur "naïveté" face à ce qu'il considère comme une manipulation des extrêmes, avec le concours d'une puissance étrangère», poursuivait-il. Et Emmanuel Berretta de citer le président : «Dans l'affaire Benalla comme pour les Gilets jaunes, la fachosphère, la gauchosphère, la russosphère représentent 90% des mouvements sur internet.»

«Les structures autoritaires nous regardent en se marrant. Il ne faut pas se tromper. On est d'une naïveté extraordinaire», aurait encore déclaré Emmanuel Macron, toujours selon Le Point. «De plus en plus, des chaînes d'information disent : "Ceci est important, ceci est légitime parce qu'il y a du mouvement sur internet." Ce mouvement est fabriqué par des groupes qui manipulent, et deux jours après, ça devient un sujet dans la presse quotidienne nationale et dans les hebdos», avait-il critiqué.
Les Gilets jaunes sont-ils rattrapés par les extrêmes ?

Autre sujet abordé par Nicolas Lerner lors de son interview du 18 février au Parisien : l'éventuelle récupération du mouvement apolitique des Gilets jaunes par des courants politiques extrêmes, un élément sur lequel insistent régulièrement les membres de l'exécutif. Le chef du renseignement intérieur s'est pourtant montré moins catégorique : «A aucun moment les groupes ultras n’ont réussi à prendre le leadership sur ce mouvement, même s’ils voient en lui une opportunité de s’en prendre aux symboles de la République, qui sont leurs cibles habituelles.»

Il a affirmé que le renseignement suivait actuellement environ un millier de profils d'ultradroite et environ 2 000 d'ultragauche.

commentaires d'internautes:

1- C'est pas l'étranger qui les amplifie, c'est la France qui se refuse à voir son ampleur et la détresse des français.

2- Ils ne refusent rien, mais comme tous les irresponsables, ils passent leur temps à se chercher de nouvelles excuses ou des boucs émissaires à leurs seuls échecs. C'est compulsif chez ces gens là, d'accuser tout le monde par inversion accusatoire de ce qu'ils sont eux mêmes. Mentir et manipuler semble génétiquement programmé chez eux...

3- Très bien vu. J'ajoute à ce point de vue la farouche détermination à refuser d'endosser la moindre responsabilité. Ceci doit être le nouveau monde de Macron????

4- En fait, ça fait 40 ans que ces chers inspecteurs des finances, souvent énarques et Franc Maçons, tous autant les uns que les autres incapables de gérer convenablement nos services publics sans générer des montagnes de déficits et de dettes, s'exonèrent légalement de toutes les conséquences qu'ils imposent pourtant à tout les civils et le secteur privé. Et pire, "La Caste" est même maintenant à la tête des entreprises du CAC 40 et des banques qu'ils ont privatisé pour mieux se remplir encore plus les fouilles, et que bien entendu, ils exonèrent de toutes les contraintes et impôts qui encore une fois nous incombent à tous. Et les français n'ouvriront les yeux que lorsque leur monnaie ne vaudra plus rien, ou qu'ils nous auront embarqué dans une guerre totale pour ne jamais répondre de leurs actes, hélas...

5- nommé mi octobre par qui??? hoho

6- Comme les "news" sur l'antisionisme dans l'objectif de discréditer le mouvement des GJ?

7- Au vu de l importance de son poste il n allait pas dire le contraire, c est comme les politiques.

8- Encore un qui sort du placard pour intimider des gens qui n'ont pas de quoi subvenir aux besoins de leurs familles ! Pourquoi tant d'actes de vols et autres actes hors la loi en terme de trafics ... Faites nous une belle courbe qui illustre le lien direct avec les augmentations de vol de carburants et alimentaires avec celui de la chute du pouvoir d'achat ? Et une seconde serait intéressante qui est celle des effets sur la santé publique avec la baisse des revenus ... Il y a peut-plus d'intérêt à rectifier toutes ces courbes et ainsi aucune personne sensée ne se laissera prendre au jeu des supposées fake news ou plus exactement des fausses informations ! Car la vraie information car les personnes qui travaillent n'arrivent plus à faire face à leurs factures et frais ! Attaquez vous aux causes réelles des Gilets Jaunes et tout rentrera très vite dans l'ordre ! C'est essentiel pour notre pays et les concitoyens en difficulté ... Si je dénombre bien cela fait la huitième "salve" d'intimidation et de manipulation qui est mise en œuvre pour réduire au silence des personnes quine peuvent plus vivre dignement de leur revenu du travail légal ? Ceci est un constat et une sollicitation à la fois ...

9- A ce rythme Mr il y aura sous peu l'armée et ensuite la légion dans les rues ...
C'est une posture qui n'est pas de votre dimension, semble-t-il ...
Les fausses informations commencent dès les élections où un certain président disait quelque chose comme : "Les promesses n'engagent que ceux qui y croient!"
C'est donc une élection foncée sur une vraie fausse information pour une démocratie, semble-t-il ... Une fois élus, après quarante ans avec cette méthode nous en arrivons là où nous en sommes, une situation des plus déplorables et délétères ! C'est regrettable pour notre pays ...

10- la cause réelle est tout simplement l'appartenance de la France à l'UE, mais de cela interdit d'en parler dans le "grand débat" inventé par macron avec la complicité des maires qui depuis le 1/1/2019 ont obtenus que leurs indemnités soient défiscalisées !

11- C'est dingue ,on fait passer les Gilets Jaunes pour de pauvres types complotistes .Et là le responsable de la D.G.S.I. parle d'un complot qui serait mené par des puissances étrangères .LERNER aurait donc lui aussi un Q.I. de Gilet Jaune .Ce gouvernement est vraiment une catastrophe pour notre pays .

12- Il a raison !...Dans le sens où toutes les institutions françaises sont occupées par "l'étranger" !

....

https://francais.rt.com/france/59274-selon-patron-dgsi-etranger-voudrait-amplifier-gilets-jaunes-fake-news

Emmanuel Macron s'oppose à la pénalisation de l'antisionisme  19/02/2019

Emmanuel Macron s'oppose à la pénalisation de l'antisionisme
























Alors que des députés LREM souhaitent proposer un texte afin de considérer l'antisionisme comme un délit, le chef de l’Etat a exprimé son opposition à une telle initiative. Pour lui, cette loi ne constitue pas «une solution» contre l’antisémitisme.

Emmanuel Macron s’est dit ce 19 février opposé à la pénalisation de l'antisionisme à l'issue d'un entretien avec le président géorgien, Salomé Zourabichvili, à l'Elysée. «Je ne pense pas que pénaliser l'antisionisme soit une solution», a-t-il déclaré.

«Mais je confirme que ceux qui, aujourd'hui dans le discours, veulent la disparition d'Israël sont ceux qui veulent s'attaquer aux juifs. Je pense néanmoins que lorsqu'on rentre dans le détail, la condamnation pénale de l'antisionisme pose d'autres problèmes». Le député LREM Sylvain Maillard avait annoncé le 16 février sur witter travailler avec un groupe d’étude «pour que l'antisionisme soit reconnu et puni en France». Le président du groupe d'étude avait accompagné son message de la citation «sale sioniste de merde», une injure lancée à l'encontre du philosophe Alain Finkielkraut le 16 février à Paris, en marge de l'acte 14 des Gilets jaunes.

"Je veux redire qu'à chaque fois qu'un Français, parce qu'il est Juif, est insulté, menacé ou pire, blessé ou tué, c'est la République qui l'est"

«Ce que nous aurons à faire tous, pas simplement aujourd'hui, dans les jours, les semaines, les années qui viennent, c'est faire République, c'est-à-dire être ensemble», a prôné de son côté le locataire de l’Elysée. «Faire République c'est éduquer, former, mais c'est être, chacun dans sa conscience, la plus profonde, et dans son rapport à l'autre, respectueux des valeurs qui nous ont fait et nous tiennent ensemble», a-t-il ajouté.

Devant le Premier ministre israélien en 2017, Emmanuel Macron tenait un autre discours

Par ailleurs, le président de la République a annoncé à cette occasion qu’il se rendrait ce même 19 février au mémorial de la shoah en fin de journée «pour rappeler la morsure dans notre histoire et pour dire ce qu'est la République et rappeler ce qu'est l'antisémitisme : la négation de ce qui est la République et la France». «Je veux redire qu'à chaque fois qu'un Français, parce qu'il est Juif, est insulté, menacé ou pire, blessé ou tué, c'est la République qui l'est, et il n'appartient pas aux Juifs de se défendre mais à la République de se défendre», a-t-il poursuivi.

Alors que plusieurs personnalités de la classe politique l’avaient appelé à se joindre à la marche contre l'antisémitisme organisée place de la République, à Paris, il a confirmé qu'il ne s’y rendrait pas : «C'est une bonne chose que les partis politiques [...] se rejoignent», a-t-il néanmoins estimé. Le lendemain, Emmanuel Macron se rendra au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives (Crif) où il déclinera une série de mesures qu’il envisage de prendre pour lutter contre l’antisémitisme.

"Nous ne céderons rien à l’antisionisme car il est la forme réinventée de l’antisémitisme"

A l'occasion du 75e anniversaire de la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv, le 15 juillet 2017, Emmanuel Macron avait tenu des propos contradictoires au sujet du rapport, selon lui, entre antisémitisme et antisionisme. Devant le chef du gouvernement israélien, Benjamin Netanyahou, il avait ainsi prévenu : «Nous ne céderons rien à l’antisionisme car il est la forme réinventée de l’antisémitisme».




https://francais.rt.com/france/59266-emmanuel-macron-oppose-penalisation-antisionisme

«Rentrez à la maison !»: un ministre israélien appelle les juifs de France à rejoindre l'Etat hébreu  19/02/2019

«Rentrez à la maison !»: un ministre israélien appelle les juifs de France à rejoindre l'Etat hébreu
























Le ministre israélien de l'Immigration a appelé les juifs résidant en France à émigrer Israël après la profanation d'un cimetière juif dans le nord-est de la France. Dans la foulée, Emmanuel macron a promis «des actes» et «des lois» pour «punir».

«Je condamne vigoureusement l'antisémitisme en France et en appelle aux juifs : rentrez à la maison, immigrez en Israël !», a réagi sur Twitter ce 19 février Yoav Gallant, ministre israélien de l'Immigration. Il a fait cette déclaration après l'annonce de la profanation d'environ 80 sépultures d'un cimetière juif à Quatzenheim, en Alsace.

Alors que le président français, Emmanuel Macron, s'est rendu sur place dans la journée –accompagné du Grand rabbin de France, Haïm Korsia, et portant la kippa – pour se recueillir devant plusieurs tombes, il a promis «des actes» et «des lois» pour «punir».

https://francais.rt.com/international/59263-rentrez-maison-ministre-israelien-appelle-les-juifs-de-france-rejoindre-etat-hebreu

Accusations d’antisémitisme : Varsovie attend des excuses d’Israël  19/02/2019

Accusations d’antisémitisme : Varsovie attend des excuses d’Israël
























La Pologne attend des excuses du gouvernement israélien après les accusations d’antisémitisme qui ont conduit la Pologne à se retirer d’un sommet à Jérusalem.

Le chef de la diplomatie israélienne, Israël Katz, a suscité la colère de Varsovie en accusant les Polonais d’avoir « tété l’antisémitisme avec le lait de leur mère ». Varsovie attend désormais des excuses du gouvernement israélien, ont affirmé mardi 19 février plusieurs hauts responsables polonais.

Les autorités israéliennes doivent « demander pardon » pour cette déclaration et la « rejeter », a notamment assuré le vice-ministre polonais des Affaires étrangères Szymon Szynkowski vel Sek. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki avait pris lundi la décision de n’envoyer personne au sommet du groupe de Visegrad (V4, Hongrie, Pologne, République Tchèque et Slovaquie) qui devait se tenir à Jérusalem, en réaction aux propos tenus dimanche par Israël Katz.
« Tensions »

Si des excuses ne sont pas présentées, « il y aura vraiment un coup de froid dans les relations » bilatérales, a prévenu le chef du cabinet du Premier ministre, Marek Suski, sur la chaîne privée Polsat News.

Pour le chef de la chancellerie du Conseil des ministres, Michal Dworczyk, il convient de parler de « tensions et non d’effondrement » dans les relations polono-israéliennes. Varsovie demeure « un partenaire très important, sinon le plus important, d’Israël en Europe » et les deux pays « s’appuient mutuellement dans différents projets », a-t-il estimé sur RMF FM.

https://www.ouest-france.fr/europe/pologne/accusations-d-antisemitisme-varsovie-attend-des-excuses-d-israel-6229371

L’armée met en garde les Algériens sur fond de manifestations contre Bouteflika  19/02/2019

L’armée met en garde les Algériens sur fond de manifestations contre Bouteflika























L’armée algérienne a réagi aux manifestations populaires hostiles à la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à un 5e mandat en appelant les Algériens «à la plus grande vigilance». Le chef de l’État a à son tour mis l’accent, dans un message à la nation, sur la nécessité d’un consensus national pour préserver la stabilité du pays.

Commentant le nombre croissant de manifestations populaires dans plusieurs villes algériennes qui dénoncent la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à un 5e mandat, le général Boualem Madi, directeur de la communication au ministère algérien de la Défense nationale (MDN), a appelé les Algériens à «être plus vigilants que jamais». S'exprimant le lundi 18 février au Musée national de l'Armée à l'occasion de la journée du Martyr, le haut gradé a également attiré l'attention de ses concitoyens sur ce qui se passe dans certains pays à l'échelle régionale et internationale. Pour cette même occasion, le chef de l'État algérien a adressé un message à la nation rappelant la nécessité de dépasser les clivages politiques dans l'intérêt du pays, en vantant le rôle de l'armée dans la préservation de la sécurité et de l'unité nationale.

«Au vu du contexte actuel qui est marqué par des bouleversements géostratégiques sur les niveaux régional et international et ce qu'ils impliquent» comme dangers, a déclaré le général, les citoyens algériens doivent «avoir une profonde conscience des défis, notamment en ce qui concerne la mise en échec des tentatives de porter atteinte à la stabilité et à la sécurité du pays», a-t-il lancé.

Le même jour, dans un message adressé à la nation pour cette même occasion, le Président Abdelaziz Bouteflika a affirmé que «la sécurité de l'Algérie ne suppose pas uniquement la force armée, mais également la maturité, l'unité, l'action et le consensus national».

Dans ce message lu à la ville de Tiaret, dans l'ouest du pays, par Tayeb Zitouni, le ministre des Moudjahidine (Anciens combattants), le chef de l'État a appelé les Algériens à «faire prévaloir l'intérêt suprême du pays sur la diversité des idées chaque fois qu'il est question de la sauvegarde de notre indépendance politique, économique et sécuritaire».

Dans le même sillage, se félicitant de la sécurité et de la stabilité dont jouit encore son pays dans un environnement marqué par des conflits armés, M.Bouteflika a mis en avant le rôle de l'armée algérienne et de tous les autres corps de sécurité dans la préservation de l'unité, de la sécurité et de la stabilité nationales.

Dans un message à la nation, Abdelaziz Bouteflika a annoncé sa candidature à sa propre succession pour l'élection présidentielle du 18 avril 2019.

Depuis cette déclaration, plusieurs mouvements de protestation se sont déroulés en Algérie, les participants s'opposant à un éventuel 5e mandat de M.Bouteflika. Âgé de 81 ans, le Président Abdelaziz Bouteflika est à la tête de l'Algérie depuis 1999. Affaibli sur le plan de la santé après un AVC en 2013, il est candidat à sa propre succession pour un 5e mandat.

D'après une liste provisoire arrêtée par le ministère algérien de l'Intérieur au 29 janvier, 139 lettres d'intention de candidature ont été déposées en vue de la présidentielle. Parmi les postulants figurent 13 chefs de partis politiques et 126 prétendants indépendants. La date limite du dépôt des dossiers de candidature est fixée au 3 mars 2019 à minuit.

https://fr.sputniknews.com/international/201902191040079163-algerie-manifestations-bouteflika-armee-vigilance/

«Ne vous endormez pas»: le blocage des dépôts pétroliers à La Pallice en cours  19/02/2019

«Ne vous endormez pas»: le blocage des dépôts pétroliers à La Pallice en cours
























Tas de pneus, cavalcade de poids lourds, bouchon d’environ cinq kilomètres… Les dépôts d'essence de La Pallice sont de nouveau bloqués ce mardi par des Gilets jaunes qui appellent sur Twitter à «ne pas s’endormir» pour «changer le futur».

Des Gilets jaunes mènent ce mardi 19 février une nouvelle action devant les dépôts de carburant de La Pallice à La Rochelle. Selon les réseaux sociaux, ils sont plus de 100 à bloquer l'accès du site.

«Blocage national. Dépôt pétrolier de La Rochelle RDV 4h au dépôt de La Pallice. Mardi 19 février. Tous unis».



Des images, qui circulent sur les réseaux sociaux, montrent de nombreux poids lourds et des pneus mis en tas afin de barrer les routes.

Les posts sont accompagnés de slogans du type: «GJ s'en occupent pour demain changer notre futur. Rejoignez le peuple ne vous endormez pas! Reconstruisons une autre France».





Comme l'indiquent des utilisateurs de Twitter, le mouvement a débuté depuis cette nuit à la sortie 17 La Rochelle Lagord. Le matin, un bouchon d'environ 5 kilomètres aurait déjà été formé.





Depuis le lancement du mouvement des Gilets jaunes, le dépôt d'essence de La Pallice a toujours été un point des blocages avec des palettes en bois et des pneus incendiés, de nombreuses personnes ont été également interpellées lors des interventions des forces de l'ordre.

https://fr.sputniknews.com/france/201902191040080532-la-rochelle-blocage-gilets-jaunes/

Raffineries, autoroutes et ronds-points : mobilisations locales de Gilets jaunes  19/02/2019

Raffineries, autoroutes et ronds-points : mobilisations locales de Gilets jaunes

























Le cap des trois mois de la mobilisation des Gilets jaunes a fraîchement été franchi à l'occasion de l'acte 14, et, trois jours plus tard, des actions locales sont constatées dans plusieurs régions de France, en périphérie des villes.

Entamant un quatrième mois de mobilisation, des Gilets jaunes ont entrepris, ce 19 février au matin, des actions locales de part et d'autre de l'Hexagone, comme en témoignent plusieurs photographies et vidéos publiées sur les réseaux sociaux.

Un blocage aux abords de la raffinerie de Donges, en Loire-Atlantique, a par exemple été organisé avant la levée du soleil, comme en témoigne la diffusion d'une vidéo de 40 minutes sur Facebook, vers 6h. Des images ont également été postées sur Twitter, une commentatrice évoquant notamment la présence de quelques centaines de Gilets jaunes.



Plus tard, une autre internaute a diffusé les images d'une poignée de manifestants rassemblés devant «un feu de pneus et de palettes face aux CRS».



Dans les Bouches-du-Rhône, les policiers sont intervenus à plusieurs reprises dans la matinée alors que «des Gilets jaunes ont enchaîné plusieurs blocages à l'ouest de l'étang de Berre» comme le rapporte le quotidien régional La Provence. Les forces de l'ordre auraient ainsi procédé à cinq interpellations pour «entrave à la circulation».



En Charente-Maritime, la rocade d’accès à la raffinerie de la Rochelle a été bouchée par des poids-lourds, eux-mêmes bloqués par des Gilets jaunes. L'opération n'a pas tardé à provoquer l'intervention des forces de l'ordre.



En Ille-et-Vilaine, la route de Lorient a été bloquée par un feu allumé au niveau de Rennes par des Gilets jaunes, comme l'explique Ouest-France. Le quotidien précise : «D'autres blocages de Gilets jaunes, occasionnant d’importants ralentissements, ont été signalés du côté de la route de Redon, à Rennes.»



A Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine, plusieurs images témoignent d'un rassemblement à la raffinerie du Port de Gennevilliers, au sein duquel figurent, côtes-à-côtes, des Gilets rouges et Gilets jaunes. De nombreux drapeaux de la CGT étaient visibles sur place.

Ces différentes actions interviennent trois jours après l'acte 14 des Gilets jaunes, celui-ci ayant marqué la date anniversaire des trois mois de la mobilisation. Au cours du rassemblement parisien, RT France est allé à la rencontre des manifestants pour recueillir leurs revendications sur le terrain.

https://francais.rt.com/france/59257-raffineries-autoroutes-ronds-points-mobilisations-locales-gilets-jaunes

Avec 1 370 milliards de dollars, les dividendes mondiaux ont atteint un nouveau record en 2018  19/02/2019

Avec 1 370 milliards de dollars, les dividendes mondiaux ont atteint un nouveau record en 2018
























Plus de 1 200 milliards d'euros ont été versés en dividendes par les 1 200 plus grandes entreprises cotées en bourse. 2018 est la meilleur année de l'histoire pour les actionnaires devant 2017, qui était déjà un exercice record.

Selon les chiffres transmis par la société de gestion d'investissement Janus Henderson à partir des résultats des 1 200 plus grandes entreprises cotées en bourse, 2018 est une année record de versement de dividendes aux actionnaires au niveau mondial.

Ainsi, les entreprises ont au total versé en 2018 près de 1 370 milliards de dollars (1 200 milliards d'euros), soit une hausse de 9,3% par rapport au précédent record; en 2017, quand 1 252 milliards de dollars (1 105 milliards d'euros) avaient fini dans les poches des actionnaires.

Pour expliquer ces bonnes performances, l'institution financière avance plusieurs facteurs comme la baisse des impôts aux Etats-Unis, mais aussi l'évolution de la politique des entreprises du secteur minier, pétrolier et bancaire qui auraient «normalisé leurs paiements de dividendes, après une période où leurs dividendes furent faibles, voire inexistants». Autre raison évoquée, les grandes sociétés technologiques qui «adoptent de plus en plus une culture de paiement de dividendes».

Janus Henderson estime que cette tendance se confirmera en 2019, année au cours de laquelle le volume des dividendes devrait encore augmenter de 3,3% pour un montant estimé à 1 414 milliards de dollars (1 248 milliards d'euros). 2018 a par contre été une année particulièrement mauvaise sur le plan des marchés d'actions avec les pires chiffres de la décennie. Les raisons le plus souvent avancées pour expliquer cette hésitation des investisseurs sont l'évolution politique européenne, jugée incertaine, à l'instar de l'Italie avec son changement de gouvernement, le risque d'un hard brexit au Royaume-Uni ou encore les hausse des taux d'intérêts aux Etats-Unis.

https://francais.rt.com/economie/59256-avec-1370-milliards-dollars-dividendes-mondiaux-atteint-nouveau-record-2018

Alsace : environ 80 sépultures d'un cimetière juif profanées à Quatzenheim, selon la préfecture  19/02/2019

Alsace : environ 80 sépultures d'un cimetière juif profanées à Quatzenheim, selon la préfecture











Environ 80 tombes du cimetière juif de Quatzenheim (Bas-Rhin), au nord-ouest de Strasbourg, ont été découvertes profanées, selon la préfecture du Bas-Rhin qui a condamné un «acte antisémite odieux».

«Ce mardi 19 février, environ 80 sépultures du cimetière israélite de Quatzenheim [au nord-ouest de Strasbourg] ont été découvertes profanées», a fait savoir dans un communiqué la préfecture du Bas-Rhin. Elle a condamné «avec la plus grande fermeté [un] acte antisémite odieux».

L'exécutif, et de manière plus large, la classe politique, a dénoncé ces derniers jours des actes antisémites comme l'apparition de croix gammées barrant le visage de Simone Veil sur une boite aux lettres ou encore l'arbre à la mémoire du jeune Ilan Halimi scié. Nombre de personnalités ont également condamné les insultes dont a fait l'objet le philosophe français Alain Finkielkraut lors d'une manifestation des Gilets jaunes.

Le 19 février, plusieurs rassemblements sont prévus en France contre l'antisémitisme, dont un grand à Paris où se rendront Edouard Philippe et une grande partie du gouvernement ainsi que les représentants d'une vingtaine de partis. Le chef de l'Etat Emmanuel Macron se rendra pour sa part au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) le lendemain. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, les actes anti-juifs (principalement des menaces) ont augmenté de 74% en 2018 (541 cas) par rapport à l'année précédente (311 cas). Si l'augmentation est spectaculaire, le chiffre des actes antisémites pour 2018 reste inférieur aux années 2015 (808 cas) et 2014 (851 cas).

https://francais.rt.com/france/59260-alsace-environ-80-sepultures-cimetiere-juif-profanees-quatzenheim-selon-la-prefecture





















Une détonation d’origine inconnue sème la panique à Mayotte  19/02/2019

Une détonation d’origine inconnue sème la panique à Mayotte
























Une grosse explosion, accompagnée d’une boule de feu massive dans le ciel, a retenti ce lundi soir sur l’île de Mayotte et n’a pas tardé à déclencher une panique parmi les insulaires. Les autorités municipales cherchent à trouver une explication rationnelle à ce phénomène.

Tous les services de l'État ont été mobilisés le 18 février sur l'île de Mayotte en vue d'éclaircir l'origine d'une détonation survenue et entendue par plusieurs habitants vers 21h30 (heure locale), d'après la préfecture de Mayotte.



Dans la foulée de l'explosion, de nombreux internautes ont publié des photos sur les réseaux sociaux, sur lesquelles on peut voir entre autres une boule de feu dans le ciel.



Selon la préfecture, «aucune explication n'a pu être fournie à ce stade». Les causes de l'explosion restent à déterminer.

https://fr.sputniknews.com/france/201902191040077518-mayotte-boule-feu-ciel-detonation/
Farid Merrad

Deux adolescents tirent à la carabine devant une synagogue de Sarcelles  19/02/2019

Deux adolescents tirent à la carabine devant une synagogue de Sarcelles
























Un homme a été légèrement blessé au mollet par un tir à la carabine à plomb survenu près d’une synagogue de Sarcelles, dans le Val-d'Oise, où vit une importante communauté juive. Cette agression intervient alors que plusieurs actes anti-juifs ont été recensés la semaine dernière.

Deux adolescents ont été interpellés après avoir tiré vendredi soir à la carabine à plomb devant une synagogue de Sarcelles (Val-d'Oise), blessant légèrement un homme au mollet, relate l'AFP citant le parquet de Pontoise qui a précisé avoir retenu en l'état la circonstance aggravante d'antisémitisme.

Les deux jeunes, âgés de 15 et 16 ans, ont reconnu avoir tiré depuis le balcon d'un immeuble situé en face de la synagogue, située rue Charles Péguy, a ajouté le parquet. Un homme qui se trouvait devant le lieu de culte a été légèrement blessé par un tir. Il souffrait d'une «blessure superficielle», a déclaré au Parisien le maire (PS) Patrick Haddad, en condamnant l'agression.

Moïse Kahloun, le président de la communauté juive de Sarcelles, a dénoncé une agression d'abord motivée par la bêtise, d'après le quotidien. «Ce n'est pas une agression antisémite. Ce sont des enfants qui auraient tiré sur n'importe qui». Il s'est dit d'abord préoccupé par la montée des insultes antisémites: «les personnes antisémites ne se cachent plus et le disent ouvertement», a-t-il regretté.

Cette agression a eu lieu alors que plusieurs actes anti-juifs ont été recensés la semaine dernière: croix gammées barrant le visage de Simone Vei et, arbre à la mémoire du jeune Ilan Halimi scié. Le philosophe Alain Finkielkraut a été hué et injurié lors de la 14e mobilisation des Gilets jaunes à Paris samedi 16 février.

Christophe Castaner a annoncé le 12 février que les actes antisémites ont bondi de 74% en France en 2018.

Quatorze partis, dont le Parti socialiste, La République en marche, Les Républicains, rejoints par La France insoumise, ont invité les Français à se réunir mardi partout en France, notamment place de la République à Paris, pour une Marche contre l'antisémitisme. Le Rassemblement national (RN) ne sera pas présent parmi les formations politiques, mais rendra un hommage séparé aux victimes des actes antisémites.

https://fr.sputniknews.com/france/201902191040077531-tirs-carabine-plomb-synagogue-sarcelles/

Interdit d'interdire : Réforme de l’Ecole de Jean-Michel Blanquer : le débat  19/02/2019

Interdit d'interdire : Réforme de l’Ecole de Jean-Michel Blanquer : le débat



















Frédéric Taddeï reçoit Marion Messina, romancière, auteur de «Faux départ», Nicolas Laurent, enseignant en ZEP, Pierre de Panafieu, directeur de l'Ecole alsacienne ainsi que Samuel Piquet, journaliste et professeur de français.



https://francais.rt.com/magazines/interdit-d-interdire/59246-interdit-interdire-reforme-ecole-jean-michel-blanquer-le-debat
rt.com

Dîner du Crif: les représentants des institutions juives veulent des "mesures concrètes"  19/02/2019

Dîner du Crif: les représentants des institutions juives veulent des "mesures concrètes"




















Inquiets de la poussée des actes antisémites, les représentants des institutions juives vont demander des "mesures concrètes" à Emmanuel Macron mercredi lors du "dîner" du Crif, qui se tiendra au lendemain de rassemblements en France à l'appel de partis politiques.

Le parti d'extrême droite Rassemblement national (RN) ne défilera pas contre l'antisémitisme aux côtés des autres partis mais rendra un hommage séparé aux victimes des actes antisémites.

Le dîner traditionnel du Conseil représentatif des institutions juives (Crif) a lieu après la divulgation par le gouvernement d'une hausse de 74 % des actes antisémites en 2018, un chiffre rendu public dans la foulée de plusieurs actes antijuifs: croix gammées barrant le visage de Simone Veil, arbre à la mémoire du jeune Ilan Halimi scié...

Lors de l'acte 14 des "gilets jaunes" ce week-end, le philosophe Alain Finkielkraut a essuyé de violentes injures antisémites à Paris. Une des figures du mouvement social, Ingrid Levavasseur, a quant à elle dû être exfiltrée de la manifestation aux Champs-Elysées face à l'hostilité d'autres "gilets jaunes". Parmi les insultes proférées à son encontre, figurent les mots "sale juive".

"Nous serons intraitables vis-à-vis de ceux qui commettent de tels actes", avait déclaré Emmanuel Macron mercredi en Conseil des ministres, ajoutant que l'antisémitisme était "la négation de la République".

Le chef de l'Etat ne devrait cependant pas faire de nouvelle annonce devant le Crif, selon son entourage. Lors du dîner du Crif l'an dernier, il avait annoncé une lutte renforcée contre la haine raciste et antisémite sur internet, avec une loi pour "contraindre les opérateurs à retirer dans les meilleurs délais" les contenus haineux.

Un projet de loi, couplé à une mobilisation générale au sein du G7 et au niveau européen, devrait être présenté avant l'été 2019, a assuré jeudi le secrétaire d'État au Numérique Mounir Mahjoubi.

"Grande fermeté"

Pour autant, Francis Kalifat, président du Crif, demande "de véritables mesures". Estimant que "toutes les haines ne peuvent pas se traiter de la même façon, il réclame un plan spécifique de lutte contre l'antisémitisme". Celui-ci pourrait comprendre "des sanctions plus fortes", sur le plan pénal, pour les actes ou les discours de haine.

"La société s'est habituée à une forme de bruit de fond". "Il faut maintenant annoncer des actes", affirme le grand rabbin Haïm Korsia, qui réclame "une grande fermeté sur l'application des lois existantes". Selon lui, "le président en a parfaitement conscience" et le plan annoncé en 2018 "montre une volonté claire du gouvernement" de se mobiliser sur le sujet.

Ariel Goldmann (Fonds social juif unifié) attend lui aussi la "déclinaison concrète" de ce plan qui propose notamment de pousser les plateformes à mettre "en quarantaine" ou retirer "en quelques heures" les contenus haineux, et à accélérer les procédures pour identifier leurs auteurs, selon M. Mahjoubi.

En attendant, beaucoup se disent satisfaits de l'appel à des rassemblements mardi à Paris et ailleurs en France.

"C'est la réponse à l'appel au sursaut national que nous avons lancé la semaine dernière", a estimé M. Kalifat, appelant "à ce qu'il ne se limite pas qu'à un rassemblement politique". "C'est un sursaut républicain", a renchéri Haim Korsia, pour qui "la question de l'antisémitisme concerne l'ensemble de la société".

"Ca fait des années qu'on demande que la société civile se saisisse de l'antisémitisme, donc je ne peux qu'être content", a déclaré le président du Consistoire Joël Mergui. "Mais j'aurais aimé qu'on dise aussi "non à l'antisionisme". Car parmi les participants, il y aura "des personnes antisionistes qui se donneront bonne conscience en défilant contre l'antisémitisme".

Quatorze partis, dont le Parti socialiste, La République en marche, Les Républicains, rejoints depuis par LFI, ont invité les Français à se réunir mardi partout en France, notamment place de la République à Paris, pour dire "Non à l'antisémitisme".

Plusieurs autres organisations, comme la Licra, les syndicats étudiants Unef et Fage, les principales obédiences maçonniques, se sont joints à cet appel. Mgr Olivier Ribadeau Dumas, porte-parole des évêques de France a annoncé sa participation à Paris.

Des rassemblements sont prévus ailleurs, comme à Marseille, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Montpellier, Rennes, Nantes, Lille...

Emmanuel Macron n'y participera pas, mais l'ancien président François Hollande et le patron des Républicains Laurent Wauquiez, ont annoncé leur venue.

https://www.lepoint.fr/societe/diner-du-crif-les-representants-des-institutions-juives-veulent-des-mesures-concretes-18-02-2019-2294265_23.php

1 2 3 4 5 » ... 3516


Publicité

Brèves



Commentaires