RELIGIONS ET CROYANCES

le Forum islamo-chrétien


Dans la même rubrique:
< >

A l'occasion du premier forum islamo-chrétien (4-6/11/2008), le Cardinal Jean-Louis Tauran a répété plus d'une fois que la Déclaration "Nostra Aetate" est la ligne directrice du dialogue avec les musulmans. Là une reprise d'article s'impose pour voir combien cette institution vaticane ne cesse de mener un double jeu en manipulant les textes


dr.z.abdelaziz@gmail.com
Samedi 8 Novembre 2008

le Forum islamo-chrétien
La déclaration Nostra aetate

et les relations de l'Eglise avec l'Islam


Zeinab ABDELAZIZ
Professeur émérite de civilisation française



A la suite du fameux discours de Benoît XVI, à Ratisbonne, dans lequel il blasphéma carrément et intentionnellement l'Islam, la déclaration du Concile Vatican II, intitulée Nostra aetate (1965), a été brandit à la une, un peu partout, à commencer par le Vatican lui-même, pour calmer les tentions, de part et d'autre, et pour prouver le " respect " que voue le Vatican à l'égard des musulmans!

En fait, peu nombreux sont ceux qui connaissent le texte de cette déclaration, surtout la partie concernant l'Islam. C'est pourquoi il nous a semblé opportun de placer ce texte à la lumière, de le voir de près, afin de mettre en plein jour l'attitude double face des tenants de l'église catholique apostolique et romane… La Déclaration en soi s'étend sur quatre pages, le troisième décret, concernant les musulmans, comprend deux paragraphes, répartis en dix-neuf lignes, comme suit :

La religion musulmane :

3 – L'Eglise regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu Un, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes. Ils cherchent à se soumettre de toute leur âme aux décrets de Dieu, même s'ils sont cachés, comme s'est soumis à Dieu Abraham, auquel la foi musulmane se réfère volontiers. Bien qu'ils ne reconnaissent pas Jésus comme Dieu, ils le vénèrent comme prophète ; ils honorent sa mère virginale, Marie, et parfois même l'invoquent avec piété. De plus, ils attendent le jour du jugement, où Dieu rétribuera tous les hommes ressuscités. Aussi ont-ils en estime la vie morale et rendent-ils un culte à Dieu, surtout par la prière, l'aumône et le jeûne.
Si, au cours des siècles, de nombreuses dissensions et inimitiés se sont manifestées entre les chrétiens et le musulmans, le Concile les exhorte tous à oublier le passé et à s'efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle, ainsi qu'à protéger et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté (p. 29).

Nul n'ignore que le Concile Vatican II constitue l'événement le plus important de la vie de l'église au XXe siècle. Contrairement à tous les conciles précédents, convoqués pour faire face à de sérieux problèmes, représentant de vrais dangers pour le statut même de l'Eglise, puisqu'ils étaient des menaces théologiques venant de l'intérieur ou de l'extérieur, ce Concile Vatican II est considéré comme le premier concile offensif dans l'histoire de l'Eglise, puisqu'il décida la christianisation du monde d'une façon irrévocable. Parmi les quinze documents décrétés de 1964 à 1965, l'avant dernier en date est celui qui nous intéresse ici, le : "Nostra aetate", signé le 28/10/1965. Le texte final et les procès verbaux se trouvent dans le livre édité sous le titre de : Vatican II, les relations de l'église avec les religions non chrétiennes, aux éditions du Cerf, en 1966, et fait parti des textes vaticanais Unam Sanctam, N° 61. Le livre de 335 pages, est divisé en trois parties, plus les annexes. La partie concernant les musulmans occupe les pages de 200 à 236. Elle est rédigée par le père Robert Caspar, professeur de théologie musulmane à l'Institut pontifical d'études arabes, à Rome, consulteur du Secrétariat pour les non chrétiens. Pendant le Concile, il était membre de la sous-commission pour l'Islam.

En lisant ces 36 pages concernant l'élaboration du texte, on ne peut éliminer un certain dégoût par rapport à ce parti pris obstiné, pour ne pas dire malhonnête, des révérends pères, qui s'ingénièrent à éliminer l'Islam en tant que Religion monothéiste, venant rectifier les déviations commises dans les deux Révélations précédentes. Le père Caspar commence par souligner l'atmosphère générale dans laquelle se déroulaient les sessions : "il faut d'abord reconnaître, dit-il, que les religions non chrétiennes tiennent une place infime dans les préoccupations des évêques et des organismes consultés (…) les évêques des pays de mission parlent longuement des problèmes missionnaires, peu des religions non chrétiennes en tant que religions, et presque pas de l'Islam. On est un peu surpris de constater le silence total des Eglises orientales sur ce sujet, auquel elles sont affrontées quotidiennement ", (p. 201, 202). Il est triste de voir que la seule obstination de ces respectables pères est s'occuper de s'occuper de l'évangélisation du monde, malgré l'écriteau ébranlé si haut annonçant la liberté de conscience ou de confession !

D'un autre coté, inutile d'ouvrir des parenthèses pour souligner le parti pris nauséabond de ces révérends pères, et surtout l'attitude de ceux qui représentent les Eglises orientales, i-e. : les minorités chrétiennes vivant parmi les musulmans et leur manque de probité à l'égard du pays qui les héberge, le texte est assez clair…

Le père Caspar commence par résumer les différents points de vue dégagés des premières discussions, qu'il ramène à deux principales idées à prendre en considération : " L'Islam est une erreur absolue qu'il faut réfuter, un danger pour l'Eglise qu'il faut combattre. La seconde, reconnaît dans l'Islam des lumières de vérités et des analogies avec le Christianisme qu'il faut développer", (p. 202) (c'est nous qui soulignons le long de texte). C'est le patriarche Maximos IV qui fit remarquer : "qu'on ne pouvait parler des juifs sans parler des autres religions, et surtout l'Islam" (p. 203). Il serait peut-être utile de rappeler, ici, qu'une des principales raisons pour la convocation de ce Concile était les déroutantes concessions présentées aux juifs ou imposées par eux, même au détriment des textes sacrés, et comment les faire avaler par les adeptes ! Bref, c'est au cours de l'intersession de 1964 que les premières initiatives concernant l'Islam furent prises, pour introduire dans les textes un paragraphe sur les musulmans.

Un texte préliminaire comprenait la phrase suivante : "Ne sont pas non plus étrangers à la Révélations faite aux Pères les fils d'Ismaël qui, reconnaissant Abraham pour père, croient au Dieu d'Abraham". Une note devait préciser que ces "fils d'Ismaël" étaient les musulmans… Mais le vote sur le texte contenant le passage sur les "fils d'Ismaël" rencontra une forte opposition. Et le père Caspar d'expliquer : "Que s'était-il passé ? De l'examen des modi, il ressort que le texte proposé, malgré sa modération ( "ne sont pas étrangers à la Révélation faite aux Pères" ), pouvait faire préjuger de la solution de questions difficiles et fort débattues, comme la filiation historique des Arabes à partir d'Ismaël, et surtout le rattachement de l'Islam à la Révélation biblique" (p. 205).

Après de longs débats, votes, et rejets, le père Caspar démontre que le texte original de quelque lignes, consacré aux musulmans, fut considérablement augmenté : "il dégage les traits majeurs du culte musulman et invite à l'oubli des dissensions du passé, au dialogue et à la collaboration entre chrétiens et musulmans pour le bien commun de l'humanité" (p. 206). Il fut voté par 1910 placet et 189 non placet.

Dans la deuxième partie de son texte, le père parle de la place de l'Islam dans l'histoire du salut, et, chemin faisant, dit comment la Déclaration insère l'Islam entre les grandes religions asiatiques, qui sont nées sans contact avec le Christianisme (…) La Déclaration ne dit rien du statut religieux de l'Islam par rapport à la révélation judéo-chrétienne (…) Nous avons dit que le Concile avait rejeté une première formulation qui suggérait, quoique discrètement, un lien entre la "Révélation faite aux père" et l'Islam (p. 213 ). Evitant de prendre position sur cette question, le texte situe l'Islam au premier rang des religions monothéistes non judéo-chrétiennes. Et le gentil père d'ajouter : "Il importe de bien voir ce que le Concile veut dire, ce qu'il ne veut pas dire et pour quelles raisons il le fait" !... ( id. ).

Dans la seconde division de son texte (la partie B), le père Caspar parle du monothéisme musulman et se lance dans une sorte d'explication de texte, du choix des termes, pour le texte final de la Déclaration. Il est décevant et révoltant à la fois de voir comment chaque mot est choisi avec suspicion et parcimonie, comment le choix des attributs de Dieu a été fait avec malice et hypocrisie : " Ainsi, le Concile a décrit le Dieu de l'Islam en choisissant des traits essentiels à la foi musulmane et analogues à ceux du Dieu du Christianisme. D'autres traits auraient pu accuser les différences au lieu des analogies " (p. 219).

Poursuivant son explication de texte, le père Caspar attire l'attention sur le fait que la Déclaration "situe Abraham, non pas comme ancêtre généalogique des arabes musulmans, mais comme type et modèle de la foi musulmane pour sa soumission à la volonté de Dieu " (p. 221).

Si le lecteur récapitule le texte de cette Déclaration, qu'il peut relire à la première page de cet article, il notera bien les points suivants :
• Le mot " Islam " ne figure point dans ce texte !
• L'Eglise regarde aussi les musulmans "avec estime" … : elle ne les reconnaît pas en tant qu'adeptes de la troisième et dernière Révélation monothéiste, elle les regarde, entre tant d'autres objets existants sur terre, il est vrai, avec estime !
• Le Dieu que les musulmans adorent "a parlé aux hommes", c'est-à-dire qu'il n'a pas parlé, tout particulièrement, au prophète Mohammad !
• L'obstination préméditée à éloigner la filiation historique des Arabes à partir d'Ismaël ! On ne peut s'empêcher de demander ici : est-ce que le texte de l'Ancien Testament a disparu de sur terre, c'est pourquoi les pauvres pères, réunis pour la formulation de cette déclaration, ne connaissent pas l'histoire du Christianisme, son rapport et ses liens de parenté avec l'Islam et les musulmans ?! Et pourtant, c'est de l'Histoire vécue, prouvée en toutes lettres dans les documents et les références !
• La foi musulmane "se réfère volontiers à Abraham"… se réfère et n'en découle pas directement ! C'est vraiment honteux de voir se maintenir cette obstination sans vergogne !
• Le ridicule acharnement pour éloigner le rattachement de l'Islam à la Révélation biblique, malgré toutes les allusions qui se trouvent encore dans la Bible, Ancien et Nouveau Testaments même après les innombrables changements et rectifications, pour ne pas dire contrefaçons, que prouve magistralement Joseph Wheless dans l'ouvrage qui a pour titre : " Forgery in Christianity, et c'est un juriste qui parle !
• La grande fraude historique d'insérer l'Islam parmi les grandes religions asiatiques qui sont nées sans contact avec le Christianisme ! La fraude est tellement flagrante aux yeux de quiconque connaît un tout petit peu d'histoire qu'il est inutile de commenter… Si ces pauvres pères ne savent pas la différence géographique qu'il y a entre l'Asie, l'Arabie ou la Palestine, à quoi peut-on s'attendre de leur part ?!

Il est choquant et décevant à la fois de voir la ténacité avec laquelle ces révérends pères s'obstinent à frauder, à dénaturer les faits historiques, et surtout à se baser sur ces fraudes pour porter des jugements, prescrire des comportements, ou imposer des résolutions ! De même, il est étonnant de les voir s'accorder pour dire que les musulmans " ont en estime la vie morale " ! S'ils s'étaient enquéris sur le vrai contenu du Qur'ân, ils auraient eu comme réponse cette fameuse thèse de Doctorat, de 770 pages, soutenue à la Sorbonne en 1951, présentée par M. A. Draz, ayant pour titre: La Morale du Coran. (Nous maintenant l'orthographe distordue du mot Coran tel qu'il figure sur le titre). C'est pour dire à quel point la Morale fait non seulement partie intégrante du Qur'ân, mais qu'elle est un de ses principaux pivots qui englobe et règlemente la vie de chaque musulman dans tous les domaines, même dans celui de la guerre : à savoir, le musulman n'a pas le droit de commencer une attaque ; répondre, oui, et au même degré de l'attaque, pas plus. Les textes sont là pour celui qui veut voir clair, sans distorsion. Il est donc ridicule de lire que les musulmans prennent la morale en estime !

Quant aux " dissensions et inimitiés " qui se sont élevées entre chrétiens et musulmans, il est prouvé dans les sources des auteurs chrétiens, que l'Islam a été combattu, dès ses primes débuts, comme étant une des " hérésies " qui refusaient la déification de Jésus. Dés les premiers jours, l'Islam a été dépeint par les auteurs chrétiens sous des traits grossiers, critiques, qui le noircissent outrancièrement. Jean Damascène, dans la première moitié du VIIIe. siècle, assimilait déjà l'Islam à un mouvement hérétique très proche de l'arianisme. Au milieu du siècle suivant, la Chronologie de Théophane dit " qu'en l'année 622 était mort un faux prophète issu de la famille d'Ismaël " (Philippe Sénac, l'Image de l'autre, p. 30). Et à la page 97 d'ajouter : " Le prophète de l'Islam ne sera désormais évoqué qu'en référence avec l'Antéchrist. Au milieu du XIIe. siècle déjà, saint Bernard prêchant la deuxième croisade avait souligné que l'heure de l'avènement de l'Antéchrist était proche et que les Sarrasins (i-e. les Musulmans) qui menaçaient Jérusalem n'étaient autres que les armées du prince des ténèbres assemblées pour le combat final ". C'est bien triste, hélas, de voir les "saints" tomber dans la fraude et la falsification de l'histoire, il n'est pas le seul, ce père Bernard, mais le plus triste est que ces fraudes continuent encore et avec plus de persistance et de rage!

Est-il lieu d'ajouter, comme le dit justement le père Caspar (p. 209), après avoir passé en revu les hostilités et les controverses apologétiques, que "durant les deux derniers siècles, l'Occident chrétien passe à l'offensive (de laquelle il ne s'était jamais démentie, ajoutons-nous) et occupe la plupart des pays musulmans, sous forme de colonisation directe ou de protectorat (…) Les chrétiens d'Orient, vivant en symbiose au moins partielle avec les musulmans, se révèlent incapables de saisir ce qui fait l'essence et la grandeur de l'Islam : la transcendance du Dieu unique. Dans l'Occident chrétien, ce fut bien pire. Pendant des siècles, on se contenta de colporter sur l'Islam et son fondateur les légendes les plus absurdes, sans même se donner la peine de se renseigner sur leur doctrine ". Inutile d'ajouter que même le cher pape Benoît XVI, malgré toute sa carrière d'érudit, n'est pas arrivé à saisir la grandeur de la transcendance du Dieu unique de l'Islam et trouve qu'elle ne s'accorde pas avec la raison et la logique !!!

Là on ne peut que se demander pourquoi fomenter et maintenir tant de haine à l'égard de l'Islam et des musulmans? Pourquoi cette attitude double face, surtout lorsqu'on la compare avec les concessions vaticanes à l'égard des Juifs ? Et que dire du fait d'insister avec un tel acharnement à éliminer l'Islam en tant que Religion monothéiste? Et pourtant l'Histoire est si simple, si claire, malgré les contrefaçons.

Si nous faisons table rase de tous les détails, en survolant les siècles, pour présenter l'histoire du monothéisme, en quelques mots, nous trouverons que : Le monothéisme a été Révélé au prophète Moïse, puis les juifs reprirent le veau et tuèrent les prophètes. Jésus, le prophète, reçut la deuxième Révélation tout en précisant qu'il na été envoyé que pour les brebis perdues de la maison d'Israël (Mt. 15 : 24). Au début du quatrième siècle, en 325, les tenants de l'Eglise catholique déifièrent Jésus, puis formèrent le dogme de la Trinité et l'imposèrent, nonobstant textes et vérités historiques, tombant ainsi dans le polythéisme. C'est pourquoi eut lieu la troisième et dernière Révélation au prophète Muhammad. Sa mission étant de ramener les brebis perdues des deux révélations précédentes, et toute l'humanité, vers le droit chemin du vrai Monothéisme, du Dieu Un. C'est ce qui est clairement dit dans l'attestation de foi islamique : " Il n'y a de dieu que Dieu ", point de personne déifié, point de Trinité. C'est là qu'est mise en évidence toute la transcendance du Dieu Un, du Dieu Unique, du Dieu auquel rien ne Lui ressemble.

Contrairement à ce que dit la fameuse déclaration vaticane sur les décrets cachés de l'Islam, la clarté des prescriptions divines islamiques, scrupuleusement gardées intactes, revient au fait qu'il n'y a point d' "alchimie" imposée par un obscurantisme quelconque, point de messianisme, point d'histoire "organisée", remaniée, réajustée ou manipulée, point de messie, de médiateur ou de médiation ourdie, point de rédempteur ou de rédemption inventée de toute pièce ! Rien de toutes ces machinations ecclésiastiques. Rien qu'un simple choix à faire entre le bien et le mal, entre le licite et l'illicite, entre un chemin de rectitude, nettement prescrit, et une tortuosité louvoyante. Un choix perpétuel que doit faire chacun des êtres humains, et qui le place tout seul, face à son Créateur, n'ayant que ses propres actions, délibérément choisies, pour passer son examen du Jugement Dernier. Tel est l'Islam.

Cette simple clarté des prescriptions divines islamiques, cet humanisme profond et équitable, fit qu'en douze ans, de 633 à 645, la Mésopotamie, la Palestine, la Syrie et l'Egypte ont connu la délivrance des persécutions fanatiques, grâce à l'Islam et grâce aux musulmans. C'est ce qui confirme et donne crédit au phénomène de l'expansion de l'Islam, qui demeure un des faits les plus marquants et les plus constants de l'histoire du monde, depuis le premier tiers du VIIe siècle jusqu'à nos jours.

De même, si nous passons aussi brièvement à l'histoire des textes sacrés, que verrons-nous ? Les textes Hébraïques ont été brûlés avec le Temple, cinq siècles av. J.-C., puis c'est le prophète Ezra qui les a écrits de mémoire, deux ou trois siècles plus tard. Leur rédaction finale n'eut lieu qu'au dixième siècle ap. J.-C. ! Les textes du Nouveau Testament ont été rédigés dans la deuxième moitié du deuxième siècle, par des auteurs inconnus et non par les noms sous lesquels ils sont connus. C'est le fameux saint Jérôme qui fit le choix parmi plus d'une cinquantaine d'évangiles. La lettre/préface qu'il adresse au pape Damase, qui lui a demandé de faire ce travail, est fort révélatrice sur toutes les manipulations qui eurent lieu dans ce Nouveau Testament (cf. éd. Bénédictine, 1693). D'ailleurs ce n'est pas sans raison que dans les années 1970, l'Encyclopédie Britannique parlait de 150.000 contradictions, non-concordances et fautes de traduction. Chiffre qui a été doublé par les nouvelles recherches effectuées sur ces textes. En fait, il n'existe aucun document original ni dans la langue de Jésus, ni de son époque : ce sont toutes des traductions copiées sur des copies copiées et recopiées. A quoi il faut ajouter le remaniement des textes et des dogmes, d'un Concile à l'autre, ou d'une édition à l'autre. Par contre, il est partout reconnu et prouvé que le texte du Qur'ân est le seul texte sacré qui soit gardé intact depuis sa Révélation jusqu'à nos jours, et le restera jusqu'à la fin des temps...

Bien avant le siècle des Lumières, en un temps où presque personne ne savait encore ce qui se passait dans les coulisses de cette institution ecclésiastique, le Qur'ân dénie la crucifixion de Jésus, dénie la déification de Jésus, réfute la Trinité, et signale toutes sortes de manipulations des textes. Ce qui a été clairement prouvé, surtout le long du vingtième siècle, et bien avant… De sorte que ces connaissances devinrent matières de dictionnaires, même scolaires, comme le petit Larousse. Et c'est justement ces vérités là qui suscitent cette sourde haine des tenants de l'Eglise. Nous citons donc à titre d'exemples :
• Et en raison de leurs dires : "C'est nous qui avons tué le Messie, Jésus fils de Marie, le Messager d'Allah". Ils ne l'ont point tué, et ils ne l'ont point crucifié, mais il leur sembla. Certes, ceux qui divergèrent à son sujet doutent de cela : ils n'en ont aucune connaissance, sauf que de suivre la conjecture. En toute certitude, ils ne l'ont point tué (Al-Nissâ, 157).
• O gens du Livre, n'exagérez pas dans votre religion et ne dites sur Allah que la Vérité. Le Messie, Jésus fils de Marie, n'est que le Messager d'Allah et Sa Parole, qu'Il Projeta à Marie, et un esprit de Sa Création. Croyez donc en Allah et en Ses Messagers. Ne dites point : "Trois". Finissez-en, c'est meilleur pour vous. Certes, Allah est un Dieu Unique. Gloire à Lui qu'Il Ait un fils ! (…) (Al-Nissâ, 171).
• Ne confondez pas le Vrai avec le faux, et ne taisez pas la Vérité alors que vous savez (Al-Baqara, 42).
• Alors ceux qui ont été injustes falsifièrent des paroles, autres que ce qui leur a été dit. Alors Nous Fîmes Descendre sur ceux qui ont été injustes, un supplice du ciel, en raison de ce qu'ils pervertissaient (Al-Baqara, 59).
• Vous attendez-vous donc à ce qu'ils vous croient, alors qu'un groupe d'entre eux : ils entendaient les paroles d'Allah puis les falsifiaient après les avoir raisonnées, en le sachant ? (Al-Baqara, 75)
A noter que partout, dans le Qur'ân, Jésus est appelé : " Jésus fils de Marie " pour réfuter cette hérésie qui fait de lui " un fils de Dieu " ou un Dieu !

Là on ne peut que se demander avec amertume : deux milles ans d'histoire sanglante et de guerres acharnées, pour s'imposer avec une telle tyrannie, n'ont-ils pas suffit à l'Eglise Vaticane pour comprendre qu'elle n'est pas sur le droit chemin ?! Au lieu de s'ingénier à calfater fraudes, contrefaçons et falsifications, pour évangéliser le monde, pour christianiser le monde, surtout après tout ce que les nouveaux travaux de recherches ont mis en plein jours, d'où les quelques bribes de données citées dans cet article, n'est-il pas plus humain et plus logique de laisser les gens en paix, et de se consacrer à éliminer tous les maux de la terre, toutes ces épidémies, toutes ces famines, toutes ces ruines, et tous ces drames naturels ou provoqués, qui menacent la Vie sur Terre, sans forcément la christianiser ?! Les milliards de dollars inutilement ou bêtement dépensés pour l'évangélisation du monde, aideraient énormément à alléger ou à améliorer le triste sort qui nous attend à tous ...

En terminant, nous reprenons cette méchante et injuste phrase, mais combien révélatrice, qualifiant l'Islam de " terreur absolue qu'il faut réfuter, un danger pour l'Eglise qu'il faut combattre ", pour demander à cette fameuse institution vaticane, vraiment et honnêtement, laquelle des deux Religions est une terreur absolue pour la terre, un danger qu'il faut combattre : Ce Christianisme vaticanais, obstiné, inventé de toutes pièces à travers les Conciles le long des âges, ou l'Islam, que vous n'avez même pas daigné prononcer ou écrire le nom, et que vous ne cessez de combattre avec une fureur et un manque de probité sans pareils ?!




(Remarque : les Versets du Qur'ân sont de tirés de notre traduction, publiée en 2002)











Samedi 8 Novembre 2008


Commentaires

1.Posté par un muslim le 08/11/2008 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A l'Auteur,

Mon très chère frère, barakallahoufikoum pour vos efforts dans l'éclaircissement et l'appel à la Vérité, mais je souhaiterais juste vous rappeler ce noble verset :

« Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d’entre eux qui sont injustes. » [Al-‘Ankabût : 46]

Certes, dans votre texte vous citez les "têtes" de l'égarement, envers lesquels je comprend votre dureté, mais rappelez vous que ceux qui vous lisent (parmi les gens du Livre) sont les gens de la masse, pour la plupart ignorant de la Vérité.

On pouvait se passer de "nauséabond" et autre qualificatif inutile.

Allah dit : « C’est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu (Muhammad) as été si doux envers eux ! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. » [Âl-‘Imrân : 159]

Allah a dit à Mûsâ et Hârûn lorsqu’Il les a envoyés à Pharaon : « Puis, parlez-lui avec douceur. Peut-être se rappellera-t-il ou (Me) craindra-t-il ? » [Tâ-Hâ : 44]

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. » [An-Nahl : 125]

Le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit dans un récit authentique : « La douceur n’est pas ajoutée à une chose sans l’embellir, et elle n’est retirée d’une chose sans l’enlaidir.» (Muslim : 2594) Et Il a dit : « Celui qui est privé de douceur est privé de tout bien. » (Muslim : 2592)


"Et rappelle; car le rappel profite aux croyants."[51:55]

Wa salam aleykoum.


2.Posté par Aigle le 08/11/2008 16:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Muslim si dans le fond je t'approuve et partage ton approche , il n'en demeure pas moins que l'AUTEUR Zeinab , pour s'etre debridée de la sorte , doit connaitre de pres les actes et reflexions qui animent ces gens ....La souffrance physique et morale imposée de maniere CYNIQUE A L'AUTRE parce que justement il est different , fait qu'apres tout nous sommes faits de chair , de sang et de sens avec les limites propres au genre humain ...je parle bien du genre humain ...pas des sionistonazis

3.Posté par A le 08/11/2008 23:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce dialogue a débuté sous la demande de dignitaires musulmans chiites ou sunnites, 128 exactement.
N'étant pas catholique, mais orthodoxe je ne peux me prononcer la dessus. Je pense que d'une manière générale le dialogue est un processus qu'on ne doit pas mettre de côté, mais je pense aussi que les autorités ne représentent pas la masse. Certaines autorités ne cherchent qu'à garder un pouvoir, mais pourquoi ? Jésus n'a-t-il pas dit qu'on juge un arbre à ses fruits et qu'on ne se fait pas des idées avec l'extérieur des choses ? En parlant de choses externes à ce sujet, les autorités catholiques romaine (car n'oublions pas que le catholicisme ne s'arrête pas à celui ci et qu'il y a aussi un catholicisme de rite byzantin [les melkites] ou libanais [les maronites] et d'autres qui sont certes rattaché à Rome officiellement mais en sont en même temps éloigné d'une certaine manière) s'éloigne du message de Jésus, ils ont de grandes richesses et sont dans une logique d'apparat, d'ostentation. Ce qui fût condamner à l'époque de Jésus auprès de Pharisiens.
Jésus a dit "Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu" (Évangile de Matthieu) ainsi j'espère que les chefs religieux de toutes religions cesseront de vouloir assouvir un besoin de pouvoir terrestre, le pouvoir sur terre c'est la corruption. Saül annonçait que notre combat se fait contre les rois du monde, c'est ceux-ci qui tentent ici bas de faire face aux Roi des rois. Afin aussi de créer une entente entre croyants (et aussi non croyants) fondés dans le respect et la connaissance, car de la méconnaissance né l'intolérance.

4.Posté par axyz le 09/11/2008 20:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pugilat entre religieux grecs orthodoxes et arméniens au Saint-Sépulcre

Des popes grecs orthodoxes et des prêtres arméniens en sont venus aux mains dimanche dans la basilique du Saint-Sépulcre de la vieille ville de Jérusalem, un des hauts lieux de la chrétienté, a constaté une photographe de l'AFP.

La police israélienne est intervenue pour séparer les deux camps. Certains des prêtres ont utilisé des cierges comme gourdins tandis que d'autres tentaient d'arracher les soutanes de leurs rivaux.

Les raisons de ce pugilat ecclésiastique n'ont pas été précisées.

De très anciennes rivalités opposent les représentants des différentes églises qui se partagent le contrôle du Saint-Sépulcre, où selon la tradition chrétienne Jésus-Christ a été crucifié et enterré.

Les célébrations au Saint-Sépulcre sont réglées comme du papier à musique, pour tenter d'éviter des frictions entre les différentes églises qui se partagent chaque pouce de ce site sacré.

Les règles de la cohabitation ont été établies en 1852 par les Ottomans et régissent depuis très strictement le Saint-Sépulcre. Toute modification du statu quo est impossible, telles les heures des messes et des processions.


Pour éviter tout conflit, les clés de l'église sont depuis sept siècles entre les mains de deux familles musulmanes.

Un exemple de cohabitation entre les différentes religions.

5.Posté par A le 09/11/2008 21:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Un exemple de cohabitation entre les différentes religions."

Non, Jérusalem c'est une ville à part. Les tensions sont exacerbées et ne sont pas nouvelles. Déjà auparavant ils en étaient venus aux mains lors de la cérémonie de Pâques, le problème est que le St Sépulcre est régit par une flopée de règles et de répartitions entre les communautés et que si l'une prend le dessus (même pour un rien) sur l'autre alors on fait d'un rien une affaire énorme. Les Israéliens (militaires) ne savent jamais comment réagir lors de cérémonies où plusieurs communautés sont là.

Ici, dans ce cas, cela semble être à cause du fait qu'un Arménien ait mis dehors un Orthodoxe.

Je trouve ça pitoyable, mais on ne peut réduire à cela les choses. Car c'est pas la 1ère fois - malheureusement - qu'il y a eu des affrontements dans une église, une mosquée ou une synagogue.

6.Posté par La Bredine le 10/11/2008 07:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IMPORTANT a écouter sur You Tube:
"Discours du roi des Belges" conspiration au Congo.
Ce que l'église a toujours fait et continue partout dans le monde.

Un Pape n'a t'il pas écrit...
Qu'ils avaient été inspirés (on peut se demander légitimement par qui?) d'inventer Jésus.

7.Posté par MOHAMED le 10/11/2008 22:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous disons aux chretiens et aux juifs qu il est temps de se reveiller.Associer a dieu un fils ou un enfant est un grave blaspheme et une insulte à la raison humaine.Le souverain du monde ne pourra jamais enfanter d un esclave a deux pieds.Il suffit juste de lever la tete au ciel et regarder la pluie tomber.
ALLELUYA OU YA ALLAH.Tu as a fais courir toute une mer au dessus de nos tetes pour nous abreuver d une eau vraiment miraculeuse.
Il n y a point de jesus ,ni de moise ou de mohammed la dessus que la paix et le salut soient sur eux.Ce ne sont que des etres humains que dieu a choisi pour nous eclairer sa voie.Ne dites plus 3 mais seulement 1.
Que ton nom soit exalte allah seigneur des mondes et seul souverain

8.Posté par z.abdelaziz le 11/11/2008 13:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour La Bredine,
Merci pour votre intervention du 10/11/2008 07:20
La citation du pape est fort intéressante. Je vous saurais gré de bien vouloir m'indiquer la référence.

Cordialement,
z.abdelaziz

dr.z.abdelaziz@gmail.com

9.Posté par La Bredine le 11/11/2008 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour Z abdelaziz

Malheureusement l'ordinateur sur lequel j'avais les références du site sur lequel j'ai trouvé cela , est mort impossible de récupérer mes favoris.
Alors, je passe ma rage à le rechercher.
Si je le retrouve, il sera mis ici.
SI vous le trouviez avant moi ce serait sympa de le partager. Merci.
Cordialement ,
La Bredine

10.Posté par Docteur Mouhamadou Bamba NDIAYE le 14/11/2008 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

FORUM ISLAMO CHRETIEN :
ET SI ON REPARLAIT DU PORC !
(L’ARME FATALE DU PROPHETE MOUHAMMAD – PSL)
Après la conférence islamique sur le dialogue interreligieux de la Mecque (Riyad) , prolongée par celle d’Espagne (Madrid), le Vatican vient d’organiser, à son tour, un forum islamo catholique (du 4 au 8 novembre 2008). Pour beaucoup de gens, les questions qui fâchent ne seront pas certainement abordées par les oulémas musulmans dont le choix et la représentativité posent même problème. Et il ne s’agirait alors que d’une rencontre de plus. Dommage !
Oui, nous sommes toujours pour un dialogue intra et inter religieux, mais où rien ne doit être éludé, conformément au souhait du Vatican qui prône un dialogue « authentique » et donc sans détours. Et doivent donc être abordés tant les sujets qui rapprochent que ceux qui fâchent.
Dans cette perspective, il est fondamental de préciser d’emblée que l’Islam a vocation d’appeler les gens du Livre (Chrétiens et Juifs) à la conversion, par la persuasion, et donc sans contrainte. Et ce n’est qu’en cas de fin de non recevoir que la formule coranique « A chacun sa religion » peut trouver sa place dans le dialogue inter religieux - et alors on parle d’autres choses !!!
A l’évidence, le sujet est donc très sensible, du fait de l’antinomie au plan doctrinal entre Islam et Christianisme - surtout en cette fin des temps !
En effet, il y’ a une convergence de tous les Textes Sacrés (Coran, Hadith, Tora, Evangile) sur le retour du Messie à la fin des temps. Le verdict sera donc forcément fatal. Je précise qu’il s’agit d’une antinomie au plan doctrinal, essentiellement sur l’appartenance confessionnelle de Jésus – en clair, Jésus ne peut pas appartenir à la fois aux musulmans et aux chrétiens, lors de son retour à la fin des temps.
En vérité, il n’ y’ a qu’un seul Dieu - un Dieu unique. Tous les Textes Sacrés (Tora, Evangile, Coran) convergent là-dessus. Il n’ y a donc qu’une seule véritable religion. Ainsi, Islam et Christianisme sont forcément antinomiques au plan doctrinal, ce qui n’exclut pas une cohabitation harmonieuse entre musulmans et chrétiens. Et cette cohabitation est codifiée de façon très explicite par le Coran.
Des chrétiens sont venus rendre visite au Prophète Mouhammad (PSL) dans sa mosquée. Il les reçut avec la plus grande bienveillance. Puis il (PSL) leur demanda d’intégrer la religion musulmane, de se convertir donc dans l’Islam.
Ils lui répondirent qu’ils sont déjà dans une religion.
Le Prophète (PSL) insista et après plusieurs tentatives sans succès, il leur rétorqua : « Si vous êtes croyants, pourquoi mangez-vous du porc ? »
Alors, ses interlocuteurs se turent. (Rapporté dans Tabari)
Et jusqu’à ce jour, aucun chrétien ne peut donner une réponse satisfaisante à cette redoutable question. Un véritable casse-tête !!!
Oui, la nourriture des gens du Livre (Chrétiens et Juifs) nous est permise, parce que le porc leur est aussi interdit, essentiellement :
(7) Et le porc, parce qu'il à le sabot divisé et qu'il ne rumine pas, il est impur pour vous (8) vous ne devez pas manger de leur chair et vous ne devez pas toucher leurs corps morts. Ils sont impurs pour vous.
(Lévitique 11 : 7 –8)
Et ces propos de Jésus, pour confirmer :
(17) « Ne croyez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes : je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir »
(Mathieu 5 : 17)
Oui, le porc est une souillure ! Un poison ! (6. Les Bestiaux ou Les Troupeaux : 145).
C’est pourquoi le « porc » sera l’arme fatale que brandira Jésus fils de Marie à son retour, à la fin des temps (le Christ de la Parousie) pour démanteler le Christianisme ; en témoigne le hadith suivant :
- Abû Hurayra rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu - sur lui la grâce et la paix – "Les prophètes sont d'un père unique, mais de mères différentes et leur religion est unique.
Nul n'est plus en droit de se réclamer de Jésus, fils de Marie que moi-même, car entre lui et moi il n'y a aucun prophète. Si vous le voyez (à son retour, à la fin des temps) sachez le reconnaître : … il tuera le porc [Lévitique 11 : 7 – 8 ; Luc 16 : 16 ; Matt : 5 : 17], brisera la croix [démantèlement de l'Eglise], répandra l'argent et Dieu fera périr en son temps toutes les religions à l'exclusion de l'Islam. Il tuera le Messie de l'égarement, le borgne menteur [l'Antéchrist], et la paix se répandra sur terre ….
Puis il [Jésus] mourra et les musulmans feront pour lui la prière mortuaire et l'enterreront."
- Anas b. Mâlik rapporte ces propos de l’Envoyé de Dieu - sur lui la grâce et la paix - : « … L’Heure (fin du monde) se lèvera sur les pires des hommes, et il n’est d’autre Mahdi que Jésus fils de Marie. »
(Al - Hâkim)
Le Mahdi est le disciple, le « secret » et donc la preuve décisive de Jésus Christ lors de sa seconde venue – le Sceau des Saints (al khatimal.wilâyah). Ils sont donc un.
Et en fait, le Sceau des Saints (al khatima’l.wilâyah) dont se réclame Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif (*) n’est rien d’autre que le titre porté par Jésus Christ lors de sa seconde venue (Cf. Glossaire de « La Sagesse des Prophètes » de Muhyi Din Ibn Arabi) ; ce qui est conforme au Coran :
(253) Parmi ces messagers, nous avons favorisé certains par rapport à d’autres. Il en est à qui Allah a parlé. Il en a élevé d’autres en grade.
A Jésus, fils de Marie, nous avons apporté les preuves décisives et l’avons fortifié par le Saint-Esprit [(ou Esprit de Sainteté). C’est ce qui fait de Jésus, le « Sceau des Saints » ou le Sceau de la Sainteté universelle »]. …
(2. La Vache : 253 - Al Baqarah)
Ainsi Jésus Christ - le Sceau des Saints - revient au nom du Prophète (PSL), en la personne du Mahdi (ou de son confirmateur), pour confondre les gens du Livre (chrétiens et juifs) et les appeler à la conversion.
(99) Dis : « Ô gens du Livre, pourquoi obstruez-vous la voie d’Allah à celui qui a la foi, et pourquoi voulez-vous rendre cette voie tortueuse, alors que vous êtes témoins de la vérité ! »
Allah n’est pas inattentif à ce que vous faites.
(3. La Famille d’Imran : 99 ; Al-Imrân.)
(15) Ô gens du Livre ! Notre Prophète est venu à vous. Il vous explique une grande partie du Livre que vous cachiez. Il en abroge une grande partie. Une Lumière et un Livre clair (le Coran) vous sont venus de Dieu.
(5. La Table Servie : 15 ; Al-Mâ.idah.)
(170) Ô gens ! Le Messager vous a apporté la vérité de la part de votre Seigneur. Ayez la foi, donc, cela vous sera meilleur. Et si vous ne croyez pas (qu’importe !), c’est à Allah qu’appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah est Omniscient et Sage.
(171) Ô gens du Livre (Chrétiens), n'exagérez pas dans votre religion, et ne dites d'Allah que la vérité. Le Messie, Jésus fils de Marie, n'est qu'un Messager d'Allah, sa Parole qu'il envoya à Marie, et un Esprit venant de Lui. (" Rûhu minhu ") Croyez en Allah et en ses messagers. Et ne dites pas "Trois". Cessez ! Ce sera meilleur pour vous. Allah n'est qu'un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C'est à Lui qu'appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre et Allah suffit comme protecteur.
(4. Les Femmes, 170-171 ; - An- Nisâ’)
(85) Le culte de celui qui recherche une religion en dehors de l’Islam n’est pas accepté. Cet homme sera dans la vie future, au nombre de ceux qui ont tout perdu.
(3. La Famille d’Imran : 84)
Dans la Bible, Jésus ne s’est jamais proclamé autre chose qu’un prophète, le « Fils de l’Homme » :
(43) Jésus leur dit : « Je doit annoncer la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu aux autres villes aussi, car c’est pour cela que Dieu m’a envoyé.
(Luc 4 : 43)
En vérité, le terme « fils de Dieu » est d’essence satanique (antéchristique). Ce sont les mauvais esprits qui appelaient Jésus ainsi :
(41) Des esprits mauvais sortirent aussi de beaucoup de malades en criant : « Tu es le Fils de Dieu ! ». Mais Jésus leur adressait des paroles sévères et leur empêchait de parler, parce qu’ils savaient, eux, qu’il était le Messie.
(Luc 4 : 41)
Comment Jésus Christ peut il être à la fois le « Fils de l’Homme » et le « Fils de Dieu » ?
Il est fondamental de préciser que le terme « Fils de l’Homme » est parabolique. Ainsi, il peut désigner soit Jésus Christ lors de sa première venue, soit le Prophète Mouhammad (PSL) – l’ « Esprit de Vérité », soit Jésus Christ lors de sa seconde venue ou même ses vicaires et preuves décisives (le Mahdi et son Confirmateur). Il en est de même pour le terme « Paraclet ».
Jésus a annoncé de façon très explicite la venue du Prophète Mouhammad (PSL), l’ « Esprit de Vérité » :
(12) [Jésus leur dit :] « J’ai beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant (13) Mais quand arrivera celui-là, l’« Esprit de Vérité », il vous guidera dans toute la vérité, car il ne parlera pas de son propre (chef) mouvement, mais il dira tout ce qu’il entend, et il vous annoncera les choses a venir.
(Jean 16 : 12 – 13)
Ainsi, la mission du Prophète Mouhammad (PSL), c’est essentiellement d’appeler les gens du Livre à témoigner de la véracité du Coran et donc à se convertir :
(192) Oui, le Coran est une Révélation du Seigneur des mondes,
(193)  L’Esprit fidèle [l’Esprit de Vérité (Rûhu’l.amîn)] est descendu avec lui (le Coran) sur ton cœur, (Mouhammad)
(194) pour que tu sois au nombre des avertisseurs (« Munzirîna »)
195) C’est une Révélation en langue arabe claire.
(196) Ceci se trouvait déjà dans les Livres des Anciens.
(197) N’est-ce pas pour eux un signe que les docteurs (« Oulama ») des fils d’Israël le reconnaissent ? [Voir Jean 16 : 5 – 32 ; Jean 14 : 18 – 31]
(26. Les Poètes : 198-201 - Ach – Chuarâ’ -)
L’Evangile est très explicite sur le retour de Jésus :
… (28) Ce sera comme du temps de Lot: les gens mangeaient et buvaient, achetaient et vendaient, plantaient et bâtissaient; (29) mais le jour où Lot quitta Sodome, du feu et du soufre se mirent à pleuvoir du ciel et les firent tous périr (30) Il se passera la même chose le jour où le Fils de l'Homme doit apparaître (malédiction des homosexuels. Un clin d'oeil au SIDA - la peste des temps modernes.)
(Luc 17: 29-30.)
(27) Alors on verra le Fils de l'Homme arriver sur un nuage avec beaucoup de puissance et de gloire.
(28) Quand ces événements commenceront à se produire, redressez-vous et relevez la tête, car votre délivrance est proche.
(Luc 21: 9-1O ... 27-28)
Oui, « Quand ces événements commenceront à se produire, redressez-vous et relevez la tête, car votre délivrance est proche » (Luc 21 : 28).
A l’évidence, ces propos de Jésus Christ, constituent un rappel et un appel des chrétiens à la clairvoyance et donc à la conversion – Une véritable miséricorde !!!
Docteur Mouhamadou Bamba NDIAYE
Ancien Interne des Hôpitaux de Dakar
Pédiatre à Thiès
Recteur de l’Université Virtuelle « la Sagesse » de la Fondation Serigne Babacar SY Ihsaan-Bienfaisance (Thiès).
Le Paraclet (Consolateur), Rétro confirmateur du Mahdi, Son Eminence Serigne El Hadj Madior CISSE Khalife de Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif, le Sceau des Saints – le « Christ de la Parousie » (*)


11.Posté par mohamed le 29/03/2009 15:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonsoir,
je suis un nouveau membre dans ce Grand Forum et je souhaite apporter du pôsitif et de lumière
Cordialement
Mohamed

12.Posté par dr.z.abdelaziz le 01/04/2009 14:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Mohamed,

Vous êtes le bienvenu, bien que ce blog ne dépende pas de moi mais du site Alterinfo, ouvert à tout le monde..

Cordialement,
z.abdelaziz

13.Posté par mohamed le 07/04/2009 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salut tout le Monde,
Cherchions nous la Vérité en ces temps dures, complexes et flous?!
Avions fait des efforts pour ca!? Quelle est la chose ou l'entité qui nous tracasse toujours: Le Paraclet!
Mohamed

14.Posté par Docteur Mouhamadou Bamba NDIAYE le 05/05/2009 21:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

GRIPPE PORCINE : ENCORE UNE PREUVE DE LA NOCIVITE DU PORC !!! (Prélude au dialogue islamo chrétien).
La grippe ou influenza est une maladie respiratoire aigue, humaine, infectieuse. D’apparition imprévisible, difficile à combattre, elle constitue, malgré le grand nombre de cas bénins, un fléau dont l’incidence sur la morbidité et la mortalité peut être extrême. En 1918, la ‘’grippe espagnole’’ a fait 20 millions de morts en 9 mois. Pour ce qui est de la grippe porcine, d’une manière générale, la morbidité peut être élevée ; par contre la mortalité est relativement faible. En 1976, elle a terrorisé les Etats-Unis en causant 25 morts.
Les virus A/H1N1 sont responsables de la grippe porcine ; ceux isolés de l’homme et du porc ont une origine commune et des échanges de virus se produisent couramment entre ces deux espèces ; ils peuvent donc migrer des cochons aux hommes et subir des recombinaisons ; c’est cette plasticité légendaire du virus qui limite régulièrement l’efficacité des vaccins.
La grippe porcine est endémique chez le porc qui constitue ainsi un important réservoir de virus (25% des porcs sont infectés, à l’échelon mondial). Le virus est transmis par contact direct et indirect et par aérosol par des animaux malades ou asymptomatiques ; et aussi indirectement par les véhicules et par le lisier ; seuls quelques cas de transmission interhumaine sont notés, aux Etats-Unis en 1976 et actuellement à partir du Mexique. Elle ne se transmet pas en mangeant de la viande de porc, mais à l’évidence, la responsabilité du porc est toujours engagée (directement ou indirectement), mais il faut craindre que les enjeux économiques considérables liés au marché du porc n’entraînent un manque de transparence dans la gestion de l’épidémie.
Le porc qui est le réservoir de virus le plus important a été introduit en Amérique par les Espagnols ; il fut à l’origine du processus par lequel, en toute probabilité, la cysticercose fut introduite dans le Nouveau Continent (5) ; il devrait en est de même pour la grippe porcine et toutes les pathologies liées au porc (consommation ou proximité).
Thierry Gédéreau, éditorialiste du Magazine « L’Objectif Médical », s’interrogeait, il y a un peu plus de dix ans sur les aspects éthiques des xénogreffes, évoquait la possibilité de transmission de maladies infectieuses inédites qui défraieraient la chronique médicale des années à venir et interpellait vivement les églises sur la question (6). Et pourtant, les Textes Sacrés sont plus qu’explicite :
(1) Et l’Éternel parla à Moïse et à Aaron, leur disant : … (7) Et le porc, parce qu'il à le sabot divisé et qu'il ne rumine pas, il est impur pour vous (8) vous ne devez pas manger de leur chair et vous ne devez pas toucher leurs corps morts. Ils sont impurs pour vous.
(Lévitique 11 : 1 … 7 –8)
Oui, le porc est une souillure. Un poison ! Le Coran confirme (6. Les Bestiaux ou Les Troupeaux : 145). Il ne peut pas en être autrement, car l’Islam est une religion de la tradition biblique – le parachèvement du judéo-christianisme (42. La Délibération : 13-15).
Lors de son premier avènement, Jésus avait déjà ‘’tué’’ le porc, mais le message n’avait pas été bien compris par les chrétiens. Et pourtant l’Evangile est explicite :
(27) Et quand il (Jésus) fut descendu à terre, un homme de la ville vint à sa rencontre, qui depuis longtemps avait des démons, et ne portait pas de vêtements, et ne demeurait pas dans une maison, mais dans les sépulcres (cimetières). … (30) Et Jésus lui demanda, disant : Quel est ton nom ? Et il dit : Légion (Multitude) ; car beaucoup de démons étaient entrés en lui. (31) Et ils le priaient pour qu’il ne leur commandât pas de s’en aller dans l’abîme. (32) Et il y avait là un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture sur la colline. Les mauvais esprits prièrent Jésus de leur permettre d’entrer en eux (ces porcs) ; et il le leur permit. (33) Et les démons, sortant de l’homme, entrèrent dans les porcs, et le troupeau se précipita du haut de la pente dans le lac et fut noyé. … (Luc 8 : 27-39)
Il y a aussi une corrélation entre débauche, consommation de porc, famine et autres ‘’plaies’’ (catastrophes naturelles). (Luc 15 : 11-24)
A l’évidence, la nocivité du porc ne se discute plus. Il s’agit là d’un appel au changement de comportement, au repentir et au renoncement à la consommation du porc. Retour au veau gras !!!

Docteur Mouhamadou Bamba NDIAYE
Recteur de l’Université Virtuelle « la Sagesse » de la Fondation Serigne Babacar SY Ihsaan-Bienfaisance (Thiès).
http://blog.ifrance.com/univirt.lasagesse

15.Posté par 007 le 05/05/2009 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bla bla bla le monde chretien toujour en guerre avec les muselmansla preuve en afganistan en iraq en chechenie en palestine ou soudan en niger et encore si en regarde tou ces conflits en trouve les chretiens responsable dans tout sa alors pas d hipocrite

16.Posté par francois le 26/04/2010 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

arretons de nous renvoyer, la balle,entre musulmants,chretiens,juifs,l'apocalyspe,ca sera pour tout le monde,dieu jugera selon les actes de chacun,nul ne partira de cette terre sans payer l'addition,il faudrait interdire toute les religiont;elles ont faites plus de morts qq'un siecle de cholera,ni mahomet; ni jesus,ni jehova est responsable,c'est les humains,qui creuse leur propre tombe,il ont pervertit les livres saints en ajoutant leur propres desir,alors mediter sur ca est paix pour tout le monde

17.Posté par mohamed le 26/04/2010 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


C'est l'Amour Pur, les bonnes intentions saines,sinceres sans détours et fructueuses pour soi et pour l'autrui qui Génere une bonne Communication entre etres!?
Cordialemet
mohamed

18.Posté par mohamed le 26/04/2010 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Luc12:55

19.Posté par mohamed le 26/04/2010 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Psaume13:06

20.Posté par mohamed le 26/04/2010 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et efin, Jean13:33i[

21.Posté par chercheur vérité le 26/04/2010 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salut à vous mohamed
Si la démarche du forum s'inscrit dans le même état d'esprit que le votre je serai ravi de participer aussi.Seulement à la lecture de l'article et de quelques commentaire je crains que cela soit malheureusement déjà perdu. Ils serait judicieux de ne plus distinguer les Croyants en catégorie car tous les vrais Chrétiens sont Musulmans et de mêmes que les Juifs et ainsi de suite. Concernant la venue du Paraclet, il n'y a aucun tracas mais l'espoir d'acquérir la Connaissance de la Vérité car le Paraclet est l'Esprit de Vérité qui conduit l'humanité dans la Vérité sur toute Chose en d'autres termes le Savoir Éternel.

22.Posté par mohamed le 26/04/2010 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci
Je suis tout à fait d'accords avec vous, de ne pas distinguer les categories! je suis pour ce genre de communication? merci
c'est ok
Cordialement
mohamed

23.Posté par mohamed le 26/04/2010 15:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher Chercheur verité!
voulez vous m'envoyer votre adresse email pour discuter avec vous en privée!?
merci

24.Posté par chercheur vérité le 26/04/2010 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voici un courriel sur lequel nous pourrons échanger amazightirmitine@gmail.com
cordialement

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires