Palestine occupée

l'hostilité d'Israël envers l'Iran est certes très sérieuse mais Tel-Aviv n'osera pas attaquer..


Dans la même rubrique:
< >

Le président du Conseil du Discernement a qualifié de "peu probable" une attaque des installations nucléaires iraniennes par Israël et a déclaré que "l'hostilité d'Israël envers l'Iran est certes très sérieuse mais Tel-Aviv n'osera pas attaquer l'Iran parce qu'il sait que s'il le fait un grand malheur s'en suivra."


Farid@evhr.net
Jeudi 20 Avril 2006

Akbar Hashemi Rafsandjani a fait ces déclarations au cours d' une conférence de presse qu'il a donné à Téhéran à son retour d'un voyage d'une semaine en Syrie et au Koweit où il a déclaré sur la possibilité d'une attaque américaine contre l'Iran et sur la position à ce sujet que défendent les pays arabes du pourtour du golfe Persique : "Nous considérons comme très peu probable que des attaques semblables se produisent et nous croyons que les pays arabes riverains du golfe Persique ne coopéreront pas avec les ennemis."

"Nous sommes amis des pays voisins, comme le Koweit, et ils ne seront pas satisfaits qu'une telle chose puisse se produire, mais si elle se produit, ils ne collaboreront d'aucune manière avec les Etats-Unis" a t'il assuré.



D'autre part, pendant son séjour au Koweit, Rafsanyani a donné aussi une conférence de presse dans laquelle il a réaffirmé la position de l'Iran pour des entretiens avec les Etats-Unis sur que "nous avons accédé à la demande des USA de négocier avec eux sur l'Iraq."

Rafsandjani a ajouté : "Depuis le début de l'occupation de l'Afghanistan nous négocions aussi avec l'Amérique du Nord au niveau de nos ambassadeurs, des négociations qui ont été utiles et qui ont évité de nombreuses calamités."

"Au début de l'occupation de l'Iraq nous nous sommes réunis avec les américains à deux occasions, mais les réunions ont cessé" a t'il ajouté.



Rafsandjani a assuré que si les réunions qui vont avoir lieu avec les Américains portent leur fruit, les deux parties seront encouragées à résoudre d'autres questions où des divergences apparaissent.

"Nous ne souhaitons pas qu'une confrontation se produise, mais si cela nous était imposé, nous sommes préparés à affronter une telle éventualité"a précisé Rafsandjani.



Jeudi 20 Avril 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires