ALTER INFO

contre la conspiration international du Congo


Dans la même rubrique:
< >


richard.debourg@gmail.com
Mardi 22 Septembre 2009

contre la conspiration international du Congo
DC/UK
 
 Débout Congolais,  Peuple libre à jamais… …serment à léguer à notre postérité : Liberté, Fraternité, égalité
 
 La Diaspora combattante du Royaume-Uni
 
 Relations publiques : 007506004334
 Websites : www.dcuk-combattants.com , www.congo-libre.com , www.lagdc.com
 
 I. Ces tueurs tutsis, un peuple étrange!
 Un si grand pays à la dimension de toute l’Europe Occidentale réunie, la RDCongo, subjugué et mis à genou par un tout petit lopin de terrain de la taille d’une aiguille.
 Pire, avec ses trois millions d’habitants Tutsis, le Rwanda a pris le control du colosse africain qu’est le pays de Patrice Lumumba jusqu’à placer un de ses fils, Hyppolite Kanambe, comme chef de l’Etat congolais.  
 
 A la perception de cette réalité digne d’un roman de science fiction, une sueur glaciale avait traversé l’échine du Président français, Nicolas Sarkozy, qu’il ne pouvait s’empêcher de lâcher, au mépris de toute délicatesse diplomatique : ‘’les rwandais (tutsis) sont un peuple dynamique’’.
 
 Le cas des Tutsis n’est pas isolé en soi. Les juifs et l’Etat d’Israël n’avaient-il pas émerveillé et attiré des sympathies à leur endroit avec les prodiges de soumettre  l’ensemble du monde arabe ?  
 
 Le cas du Congo présente des spécificités singulières, car à la prise de pouvoir par les tutsis, ce pays avait déjà connu deux administrations depuis son indépendance le 30 juin 1960. C’est à peine imaginable qu’un régime aussi arrogant que celui de Mobutu soit balayé dans un laps de temps, après un long règne de 32 ans ! A quoi donc, mon Dieu, le régime Mobutu s’affairait-il tout au long de son terrible règne ?
 
 L’homme, de par sa nature, est émerveillé par l’impensable, par l’inédit.  
 Le cas du Congo suscite un curieux mélange de sympathie, de révolte, de colère et de mépris. Comment ne pas mépriser un être, quand il s’efforce et se plait à s’enfoncer sciemment dans un gouffre tout en gardant naturellement bonne mine !!!  
 C’est là le vrai problème, car la déconfiture du Congo relève, comme qui
dirait, de la pure magie.     
 
 Alors, comment ces Tutsis opèrent-ils ?
 Une observation objective du mode fonctionnel de ce peuple fait ressortir une constance indéniable. Depuis les temps antiques, ce peuple a cultivé un sens profond de camouflage et d’organisation.  
 
 Les tutsis s’infiltrent malignement dans une société usant des astuces et le mensonge; ils ne s’y intègrent pas, et de prime abord se mettent à concocter des plans pour subjuguer leurs hôtes. Ils répugnent se mettre sous la direction des autres peuples, surtout ceux-là à la peau noire. En ce sens, les bantus sont leurs plus farouches ennemis et cibles. Les tutsis sont prêts à tout pour assoire leur suprématie sur les autres peuples ; pour ce faire
ils sont très patients, méticuleux et fins organisateurs.   
 
 I) La judaïsation des Tutsis : Stratégie de conquête.  
  
 Bruxelles, le 18 avril  2000.  
 Depuis un certain temps, une nouvelle identification sociale est née chez les tutsi du Rwanda, du Burundi et de l'Ouganda.  
 La réclamation d'une l'identité juive, les tutsi hébreux' (Israéliens, peuple de Dieu, peuple saint etc.) fait certainement son bonhomme de chemin et de façon non hasardeuse. Elle coïnciderait avec les causes et les engins des guerres qui bouleversent la région de Grands-Lacs africains. Au regard simpliste, cette idée renvoie à la méfiance.
 Figure 1 : Deux stratèges Tutsis rwandais
 
 Kagame instruit son poulain Ruberwa  
 
 A l'observation minutieuse, elle suscite une série de questions fondamentales aux malheurs de l'Afrique centrale. A la lumière des révélations récentes du journal canadien 'National Post', sur les vrais déclencheurs du génocide rwandais, qui pourtant ont été couverts pendant plus de deux ans par l'ONU, la conspiration internationale de Kagame dans la guerre en Afrique centrale ne fait plus de doute. Pour les présidents Rwandais, Burundais et Ougandais, tous les moyens sont bons pour conquérir le cœur de l'Afrique. Le processus de la judaïsation des tutsis par rapport aux guerres qui secouent la région des Grands-Lacs africains en est une.  
 
 Presque deux ans après le renversement de la dictature de Mobutu au Congo, quatre ans après l'assassinat de Melchior Ndadaye au Burundi, quatre ans après l'assassinat du président Juvénal HABYARIMANA, comme au hasard, "Jérusalem Post" dans son édition du 23 novembre 1998 déclarait officiellement pour la première fois ce qui circulait en rumeur depuis un certain temps: " Nous lançons un appel à Israël et à la Communauté Internationale pour condamner et prendre des actions contre toute violence anti-israélite perpétrée par les non - israéliens à travers l'Afrique, y compris plus de 500 000 Tutsi- Hébreux Israéliens au Rwanda".  
 
 Cette révélation allait donner un autre aspect certainement moins apparent mais très important à la crise qui secoue l'Afrique centrale et en particulier le Congo.
 Mardi 11 mai 1999, le journal canadien National Post publiait à la page 17, un grand article sur les Lemba, un autre peuple noir, qui allègue certifier après analyses que selon les gênes sanguins qui déterminent l'hérédité, les Lemba seraient des juifs noirs descendants de Aaron.  
 
 L'article cite David B. Goldstein, un juif, généticien à Oxford
(Angleterre) :  
 'Le problème est qu'il y a eu des mixages avec les populations hôtes, ce qui a obscurci leur ascendance'. Cette façon de définir les termes 'mixage'
et population hôte' a une connotation raciste. Car pour lui, certains ancêtres sont des vrais ancêtres et d'autres ne le sont pas. 
   
 II) Une conférence dans la confidentialité  
    
 Dimanche 10 octobre 1999, une réunion est annoncée à Bruxelles dans la plus grande discrétion: c'est la conférence de Havila. Le lieu aménagé pour la conférence est le prestigieux Centre de Séminaires de l'Hôtel «Mercure» situé en 'bordure du cadre exquis du Parc de Lauzelle, dans le Brabant Wallon belge'.  
 
 Pour bien et rapidement situer le lecteur, mentionnons que 'Havila' est le mot attribué à la région des Grands lacs par ce mouvement de la judaïsation des tutsis.  
 La conférence 'inaugurale des activités académiques de l'Institut de Havila' s'annonce par la judaïsation de tous les tutsi: 'Sous le signe des armoiries hébraïques de Havila: l'Etoile de David, caractéristique des États modernes d'Israël et du Burundi; les Tambours de Salomon dont les Souverains shebatiques de Havila sont les gardiens, autour des Sources les plus méridionales du Fleuve sacré des Pharaons (le Pishon biblique ou Nil); un fragment des Hassarad Hadivarim (les Dix commandements de Moise) qui sont la marque de l'Alliance mosaïque et la figuration de la «mémoire perdue» des peuples hébraïques de Havila'
   
 III) L'institut d’Havila  
  
 Un 'Institut des GRANDS-LACS' existe depuis un certain temps et regroupe dans la plus grande discrétion les grands intellectuels tutsis à travers le monde. Dans les milieux tutsis, il s'appelle 'Institut de Havila' et 'rassemble pas moins de sept centres de Recherche, d'Intervention et de Rayonnement, implantés sur presque tous les continents'.  
 
 Ces centres ont l'objectif commun de restituer et de faire revivre la «mémoire perdue» des douze codes hébraïques qui ont caractérisé, depuis des millénaires, la civilisation des peuples kushitiques de l'Abyssinie Méridionale (Rwanda, Burundi, Buha, Ankole, Buhavu, etc.) et gardiens des Mines du Roi Salomon'.  Chacun de sept centres de l'institut de Havila a sa mission. Selon l'importance de sept centres de l'institut de Havila, mentionnons:
 
 1) Le Centre «GEDEON»: 'observatoire de la situation sécuritaire et stratégique des peuples shébatiques de Havila. Il fait régulièrement rapport à l'Institut afin que les membres de Havila s'habituent à avoir les pieds sur terre et d'avoir l'œil rivé sur les contradictions de l'histoire présente, faites de crises transitionnelles, d'affrontements armés.
 
 2) «Le Centre «ROI SALOMON», s'occupe de l'Analyse économique et financière dans Havila. 'Comme par hasard, devons-nous rappeler des expressions véhiculées par les promoteurs de cette conquête en Afrique
centrale: "Mines du roi Salomon" (le Kivu), les 'Pipelines du Roi Salomon'
(projet en cours avec le gouvernement Kabila pour offrir l'eau du Fleuve Congo à Israël). En essence, comme pour le cas du nom "Mulenge" dans la guerre actuelle qui a commencé au Kivu, la mission que se donne 'le Centre Roi Salomon' de l'Institut Havila, soulève la curiosité de savoir ce qui restera aux Congolais en tant que peuple.
 
 3) Centre «HAKIM» rassemble des spécialistes en Médecine, en sciences naturelles, en Écologie, chargés d'étudier les conditions Eco systémiques dans lesquelles ont émergé les civilisations anciennes de Havila, le mode de vie et d'alimentation des peuples de Havila, qui en ont fait dans le temps des peuples de centenaires, comme les caucasiens.
 
 4) Le Centre «MULENGE» a la mission de maîtriser ce qu'on appelle les Nouvelles Technologies de Communication; il doit rassembler la documentation, les pièces d'archives, relatives à Havila, mais aussi publier, dans les Annales de Havila des dossiers documentaires sur toute question jugée cruciale par la direction de l'Institut.  
 
 Le Centre d'«ISHMGO», qui appuie , s'occupe notamment des questions logistiques ; il est chargé entre autres de collecter des pièces de Musée caractéristiques des peuples anciens de Havila, d'organiser des manifestations culturelles et folkloriques spécifiques aux civilisations de Havila, de faire fonctionner la «Fabrique d'Ishango» au sein de laquelle des artisans spécialisés reconstituent l'art et l'artisanat salomonique de Havila 
 
 5) Le Centre «TECHOUVHAH» s'occupe de la connexion mémorielle des peuples shébatiques du Nil Blanc : Havila (GRANDS-LACS) et du Nil Bleu : Guihon (Éthiopie, Somalie, Érythrée, Ogaden, Ghana, Nigeria), etc.
 
 6) Le Centre «SACEGA»: Souvenir de l'institution du bâton de justice et de gouvernement dans Havila. En Kirundi ce bâton "Intahe" rappelle "la déconnection physique et mémorielle des peuples de Havila par rapport à la mémoire de l'antique Israël, dont ils gardent néanmoins les codes salomoniques et mosaïques, coulés dans des traditions multimillénaires, jusqu'ici épargnées de toute tentative de décodage systématique".
 
 7) Le Centre «BILKIS-REINE DE SABA» qui avait organisé cette conférence, est chargé de l'Analyse et de l'Intervention politique et diplomatique pour les questions relatives au destin des peuples de Havila;  Pour les tutsis, la prophétie a ses caractéristiques: pas le retour historique vers Israël 'mais le retour vers l' Israël prophétique que figure la «Techouvha», l'espérance de la réunification des "Tribus perdues d'Israël " qui est l'espérance mystique centrale du peuple d'Israël, dispersé aux quatre coins de la terre, depuis la destruction du premier Temple et la déportation a Babylone (-586) qui marque la dispersion dans les Nations'.
 
 Les sources de GRANDS-LACS Confidentiel indiquent que les grands intellectuels tutsis ont célébré le 'troisième millénaire', par 'la réunification physique des tribus perdues de Havila, de Guihon et du Fouta Djalon' . Un 'gigantesque festival' était tenu pendant 10 jours (du dimanche 24 octobre au mardi 2 novembre 1999) à AGULERI dans l'Igboland (au Nigeria). Période conforme à la fête juive de la sortie de l'esclavage d'Égypte.
 
 IV)  Les organisateurs  
    
 Retenons quelques noms: l'-African Hebrew Organisation’, la 'King Solomon Sephardic Federation (KSSF) ' et la diaspora juive rassemblée dans le 'Groupe industriel RIVKIN TECHNOLOGY' 
   
 V) La Bible, les Mythes et les fausses prophéties.  
    
 Vendredi le 18 septembre 1998 dans un article 'L'or du Kivu, engin caché du conflit en RDC', Agence France Presse écrivait: 'Une légende vivace dans l'Est congolais situe les mines d'or du roi Salomon dans cette zone' (Kivu), territoire qui alors était et qui reste encore sous le contrôle jaloux de Paul Kagame, le président rwandais de facto. Aujourd'hui comme alors, le pillage de l'or du Kivu battait son plein.   
  
 Une autre version veut que ceux qui appuient les tutsis dans la guerre de conquête au Congo expliquent l'invasion actuelle au Congo par la bible. A la conférence de Havila, quelques versets bibliques sont lus: le livre d'Exode 4, 17; 17, 5; 3,10; 3, 16-20 et 17, 5-7.  
 
 Selon eux, 'la guerre actuelle de conquête tutsie dans la région de Grands-lacs, 'HAVILA', et surtout au Congo est 'un fait prophétique, une volonté de Dieu d'Israël '. Et pour preuve disent-ils le livre biblique d'Esaie, chapitre 18, verset 1-2 est leur appui.  
 
 Ici on parle des 'peuples de grande tailles' (les tutsis) qui hériteraient le pays situé entre deux fleuves au sud de l'Éthiopie (le Congo). Cette région serait donc l'actuelle région des Grands-lacs africains ou simplement en termes tutsis- hébreux: 'la terre sacrée de Havila', 'la mémoire perdue de douze codes hébraïques des peuples kushites de l'Abyssinie Méridionale (Rwanda, Burundi, Buha, Ankole, Buhavu, etc.)'
  
 VI) Un nom nouveau : l’Empire Hima-Tutsi
 
  Selon un document confidentiel parvenue à GRANDS-LACS Confidentiel (Glac), les ambitions d'un empire Hima sont plus réelles que nos lecteurs ne peuvent s'imaginer. La région de Grands-lacs a une nouvelle appellation: 
 
 'HAVILA', 'la terre sacrée de Havila' ou 'la mémoire perdue de douze codes hébraïques des peuples kushites de l'Abyssinie Méridionale (Rwanda, Burundi, Buha, Ankole, Buhavu, etc.). Géographiquement, partant de cette dernière citation, la terre sacrée de Havila se dessine comme suit; - Rwanda:
l'actuel Rwanda, pays de mille collines avec capitale Kigali, - Burundi:
capitale Bujumbura, - Buha: du nom Baha ou Muha (au singulier); peuple de la Tanzanie occidentale.  
 
 Par extension, Buha désigne la Tanzanie. - Ankole: région de l'Ouganda occidental habité majoritairement par les Banyankole, tribu à laquelle le Président Museveni s'identifie par richement. - Buhavu: Région habitée par les Bahavu c'est-à-dire l'actuelle région du Kivu de la République démocratique du Congo.  
 Le nom du chef-lieu du Sud-Kivu, 'Bukavu' serait une déformation du mot Buhavu.
 
 L'Empire des 'tutsis-hebreux' , 'la terre sacrée de Havila' (la région des Grands-Lacs africains) englobera donc les pays suivants: Rwanda, Burundi, Buha (Tanzanie), Ankole (Uganda), Buhavu (Kivu, province orientale du Congo), etc.
   
 VII) Les ténors de la conférence  
 
 Que le lecteur se démystifie de la légèreté de cet empire hima-tutsi. Pour fait, les maîtres à penser de cet empire sont des personnes hautement instruites qui ont tissé des relations avec certains groupes juifs et plusieurs partenaires occidentaux qui leur permettront de réaliser leur projet au prix des richesses abondantes dont regorgent ces États.
 
 A titre d'exemple, nos sources indiquent que depuis la prise de Kindu en RD Congo, en octobre 1999, Paul Kagame a exporté au Rwanda "950 tonnes de cassitérite traitée en laboratoires, 280 tonnes de colombo-tantalite (pillées à la SOMINKI), 11000 tonnes de mais, 4500 fûts d'huile de palme; de quoi se nourrir suffisamment, consolider les alliances et acheter des nouvelles armes pour massacrer les Congolais".
 Parmi les grands ténors de l'Institut de Havila citons entre autre:  
          
 1. Jean BWEJERI: " Professeur, universitaire de haut vol, connu dans le monde de l'enseignement et de la recherche depuis une • quinzaine d'années.
Formé à l'École de la Nouvelle Linguistique qui a revêtu les formes de la Pragmatique linguistique, de l'Analyse du Discours et de la Nouvelle Communication, il consacre actuellement le maximum de son temps et de ses compétences à la recherche post-universitaire orientée vers la trans-disciplinarité en sciences humaines, ratissant d'une traite les champs de la critique littéraire et textuelle, de la Nouvelle Linguistique, de l'Analyse du Discours, de l'Histoire ancienne et moderne, de l'Anthropologie africaine, de l'Analyse sociologique et politique, de l'épistémologie contemporaine des sciences sociales, des études bibliques, de la philosophie générale et africaine.   
 
 2. Maître Matthias NIYONZIMA: " Avocat au Barreau de Bruxelles. Docteur en Droit de la KUL et Lauréat de la prestigieuse Académie de Droit International de La Haye, ce brillant avocat enseigne actuellement à l'Université de Nantes. Il est spécialiste des questions relatives au Droit Africain Compare, au Droit des Affaires et au Droit du Commerce International.  
 
 3. Capitaine CIRAMUNDA Richard-Delvaux : Coordonnateur du Centre GÉDÉON pour la Stratégie et la Défense dans Havila. " Ce jeune officier est spécialiste en Criminologie et en Études de stratégie militaire. Il a obtenu ses diplômes universitaires et militaires à l'École Royale Militaire de Bruxelles et a choisi de mettre ses capacités d'analyse et d'engagement à la disposition de l'Institut de Havila, qui a urgemment besoin de comprendre et de faire comprendre au monde International ce qui se passe sur le terrain, en termes de stratégies géopolitiques et d'opérations militaires.
 
 4. Monsieur Gaspard KIROMBO : Coordonnateur du - " Lauréat de la Faculté des Sciences Politiques et Sociales de l'UCL, et diplômé des Sciences Religieuses de la même Université, Monsieur KIROMBO avait accepté d'être Modérateur de cette Conférence inaugurale
 
 5. Le même document confidentiel, mentionne aussi 'la diaspora juive rassemblée dans le Groupe industriel RIVKIN TECHNOLOGY '
 
 D'autres sources nous indiquent que parmi les conseillers stratégiques pour l'implémentation de l'empire Havila, on retrouve des personnalises comme Kimenyi Alexandre (Professeur, américain d'origine tutsi-rwandaise), Deogratias Bugera (ancien réfugié rwandais au Congo passé pour un munyamulenge), Bizimana Karahamuheto (cousin de Kagame, originaire du Rwanda, un autre ‘’munyamulenge’’, Jérôme Gapangwa Nteziryayo (Evêque d'Uvira, Docteur en Histoire Ecclésiastique) et quelques hommes d'affaires tutsis
 
 Figure 4 : Ayant fui sous LDKabila, ces deux tueurs tutsi se terrent confortablement l’un à Kinshasa et l’autre à Goma, alors que les bantus congolais, propriétaires du Congo, croupissent dans la plus noire misère.
        
 Bizima Kaharamuheto  et      Deogratias Bugera
 Deux implacables tueurs tutsis : Plus de 10 millions des bantus congolais sur la conscience !
 
 VIII) Les faits de la guerre
 Le prestigieux journal tanzanien 'Daily Mail', dans son édition du 14 janvier 1999 sous le titre de 'George Bush, Museveni own shares in Congo mines' publiait un article dans lequel il pointait du doigt un ancien général de l'armée israélienne David Agmon comme l'un des hommes qui pillent les minerais congolais dans le territoire congolais occupé par le Rwanda.  
 
 Les sources fiables ont indiqué à GRANDS-LACS Confidentiel que les armes qui ruinent le Congo viennent de la Roumanie, des États-Unis et d' Israël. Elles sont envoyées au Rwanda et à l'Ouganda sous prétexte de coopération bilatérale militaire' avant d'être acheminées au Congo par le Rwanda ou l'Ouganda. Les mêmes sources indiquent que certains dignitaires du gouvernement israélien fournissent à Museveni et Kagame.  
 
 Panafrican News Agency (PANA) dans un article daté du 27 janvier 2000 venait encore renforcer ce qui était alors repris comme légende par AFP. Annonçant un projet consistant à drainer l'eau du fleuve Congo pour l'offrir gratuitement aux Israéliens, PANA révèle que le projet prendrait le même nom juif qui véhiculait les mythes des minerais au Kivu. Le projet de l'eau du fleuve Congo s'appellerai : 'les pipelines de Salomon'.
 
 Ce projet ambitieux mettant ensemble certains congolais de la diaspora et des hommes d'affaires américains est une affaire qui ne convainc que les initiateurs.  
 A la lumière des origines de la guerre actuelle au Congo et les conséquences sur sa population, est-il inapproprié que quelques ministres du gouvernement en guerre, décident sans consulter la population, d'une question aussi capitale et importante que l'eau du fleuve Congo, question qui implique toute la vie d'une nation pendant plusieurs générations à venir
 
 En toute bonne foi, le Congo n'a pas vraiment de spécialistes environnementaux. et hydrologues qui peuvent démontrer hors de tout doute que le projet 'Solomon Pipeline' n'aura pas d'impact sur le Congo dans les générations futures. Par contre, ceux qui en profiteront n'auront pas de peine à faire avaler aux Congolais qu'il n'y aura aucun danger ou impact environnemental. Dans les pays organisés, une question comme celle de 'Salomon Pipeline' aurait nécessite un referendum pour recueillir l'opinion populaire.

 
 Au bureau de Westrac (la compagnie du projet 'Salomon Pipeline'), on se contente d'expliquer cela avec une extrême légèreté simplifiante: 'C'est !'eau qui va ramener la paix' au Congo (car Salomon signifierait paix). 
 
 C'est un projet qui va transformer le Congo, moins que ne l'ont fait ses fils et filles pendant 40 ans passés; avec la construction des 'églises, mosquées, hôpitaux, stationnements, parcs, logement, centres commerciaux et des écoles'.
  
 IX) Connexions aux médias belges
 Au lendemain de la conférence de Havila, les connections tutsies belges font diffuser par 'coïncidence historique' à la chaîne culturelle francophone «Club RTL» le célèbre long métrage d'Andrew COMPTON et Bennett MARTON consacré aux Batutsi de Havila, sous le titre évocateur : « Les Mines du Roi Salomon ».  
 
 Avec Havila 'tout n'est pas fini', ' quelque chose de nouveau commence', un réseau qui tisse des connivences avec les Américains, les Juifs, les Belges etc. pour disloquer le Congo et mieux dominer la région de Grands-lacs africains.  
 
 Le président Laurent Kabila avait tout compris quand il avertissait d'avance les Congolais que ‘la guerre va être longue et populaire'.
  
 
 II. Où en sommes-nous depuis lors?
 
 Non seulement les Tutsis ont conquis le Kivu mais tout le Congo, l’appétit vient en mangeant, dit-on. Face à la nullité des forces de résistance congolaise, plus en enclines à danser et à se trahir les unes et les autres, les conquérants tutsis, surpris eux-mêmes par cet état de fait, n’ont fait que cueillir le Congo comme un fruit mûr.
 ( http://www.dcuk-combattants.com/article.php?id_art=9 )
 
 La conquête totale du Congo, était-ce un jeu du hasard ?
 
 Les plans pour la conquête du Congo datent du temps de feu Maréchal Mobutu.
Hormis le fait ‘’Binsengimana’’, le pouvoir mobutiste avait eu vent de la planification de ses protégés tutsis, mieux, il était pleinement informé, documents probants à l’appui.
 En effet les services de Sécurité et de la Sûreté de l’Etat Zairois étaient bien en possession du dossier complet de cette planification tutsie, reprenant en détails toutes les étapes pour un total control du Congo-Zaire :

 -Infiltration discrète, installation effective sur le territoire et dans les institutions étatiques et enfin l’assaut final pour une victoire rapide sur les bantus congolais.  
 Tous les moyens et pas de moindres, devaient être utilisés.
 
 Un constat
 Tueurs sans état d’âme, les tutsis ont sur leur conscience plus de dix millions d’âmes congolaises. Tout comme les congolais sont friands de la danse et des futilités, les tutsis se délectent à volonté du sang des congolais. Ils feront ainsi planer l’esprit de la mort partout où ils se retrouvent. Méticuleux, ils planifient leurs actions.  
 Aidés dans leur sale besogne par la soi-disante classe intellectuelle congolaise, ils semblent mener la danse selon leurs désirs ( www.congo-libre.com )
 
 Extermination de la classe susceptible d’organiser quelque résistance  1. A la chute de Mobutu, James Kabarebe oblige Laurent Kabila à lancer ce qu’ils appelleront ‘rééducation et reformation des militaires mobutistes’’.  
 Ainsi donc, dans ce ‘but’ déclaré plus de six mille officiers et sous-officiers des Faz sont transférés à Kitona, ayant comme instructeurs des officiers rwandais.
 En guise de réformation, ces malheureux fils du Congo sont éliminés, qui par poison, qui par maltraitance, qui par fusillade, sous les regards
indifférents, si pas complice de l’opinion congolaise.   
 Figure 5. Les Bantu congolais: Peuple hagard et, sans souci du lendemain !
 Quelle honte !
 
 2. Au niveau des sommités intellectuelles Congolaises une vague de mort par empoisonnement déferle tous les milieux. C’est la période connue comme ‘’ère d’empoisonnement à la rwandaise’’. Ce phénomène que l’Adjudant Mbano qualifie de Nkefe est toujours en cours.  
 
 Etapes de la progression des tueurs tutsis
 
 1. Massacres des hutus
 Organisateurs méticuleux, ils montent une machine, l’Afdl, que Laurent Kabila qualifiera plus tard de conglomérat d’aventuriers  Les troupes de l’Afdl, dotées d’équipement supérieures et sophistiqués, fortes du soutien des puissances extérieures poursuivent les hutus ayant survécu les massacres des camps des réfugiés à l’Est du Congo dans la retraite du pays Kongo, notamment dans la province de l’Equateur.
 
 2. Les prouesses de l’homme connu comme le taximan de Tanzanie  C’est dans cette sale besogne que vont s’illustrer le commandant Hyppo, fils adoptif de Laurent Désiré Kabila et son parent James Kabarabe (Chef d’Etat major des Fardc de M. Laurent Kabila) qui bénéficient de la direction stratégique du maître penseur Paul Kagame.
 
 Ces deux compères vont s’ingénier habilement à éliminer les fuyards hutus et faire disparaître toute trace de ce génocide sans précédent car bon nombre de congolais y passeront aussi. L’Onu parlait de plus de 200.000 Hutus disparus, sans même mentionner les congolais!
 
 D’après les témoignages du Lt.Col. Dieudonné Tshibangu*, Hyppolite Kanambe Kabange, connu comme commandant Hyppo, était personnellement aux commandes de cette opération d’élimination des hutus. Chaque jour, dira-t-il, Kanambe dirigeait personnellement les opérations de nettoyage des Hutus. Lui et son oncle James Kabarabe en ont tellement tués et engloutis dans le fleuve Congo que les enquêteurs de l’Onu n’y ont vu que du feu et on s’en doute, l’enquête sur ces massacres ne pouvait que se solder par un échec.
 
 Tous les coins et recoins de la province de l’Equateur ont été passés au peigne fin.  
 Les deux tueurs, profitant des privilèges de leurs positions, Hyppolite ‘’fils du Président’’ et Kabarebe ‘’Chef d’Etat Major par intérim’’, n’avaient pas de mal à se faire obéir sans broncher par les officiers et sous-officiers congolais. Sillonnant nuitamment les endroits
supposés abriter les fuyards hutus, ils n’ont pas fait de quartier.     
 
 Au tour de Laurent Désiré Kabila
 L’opération ‘’Hutus’’ étant achevé, il fallait passer à
l’étape suivante :   
 Laurent Désiré Kabila devait, à son tour disparaître. Il faut noter que l’extermination sur le sol congolais des réfugiés Hutus, avait renforcé la position de Kanambe qui s’était fait beaucoup d’amis et fidèles dans les
rangs des corruptibles congolais.   
 
 *Le Lt.. Col. Tshibangu, ancien officier des Faz affecté à l’Etat Major, Direction G1. Il se mettra au service de l’Afdl de 1996 à 2001 et travaillera à la Demiap pour traquer les patriotes Anti Tutsis.  
 Il sera enfin affecté à Mbandaka en tant que chargé des renseignements militaires,  22me Brigade.  Ayant naïvement servi le régime d’occupation, il se verra jeté à la poubelle par Kanambe qui attentera même à sa vie, ce qui
forcera. M. Tshibangu à l’exil en Allemagne en 2001.     
 
 Comme son prédécesseur, le sinistre Mobutu, Kabila se montrait très méfiant vis-à-vis de ses frères de race et compatriotes. Ils les muselle un à un, et  Tshisekedi est déporté dans son village pour y ‘’cultiver le maïs’’. Bêtement et inconsciemment il sciait la branche sur laquelle il pouvait assoire son pouvoir, autrement dit, LDK se privait des conseils et de la protection, combien vitale du peuple congolais, son propre peuple ! Le chemin vers sa tombe est désormais pavé ; il sera tué le 15 janvier 2001 vers 15h30’ de Kinshasa.
 Kampala et Bruxelles annoncent la nouvelle au monde, pointant ainsi leur implication dans le forfait, alors que la jubilation était à son comble à Kigali,  
 
 Piteusement assassiné à cause de son inconscience et légèreté.
 
 a*)Note : L’homme qui trône aujourd’hui au sommet de l’Etat congolais est généralement connu comme Joseph Kabila. La toute première fois que le peuple congolais a connu ce monsieur, fut quand il fit son apparition en 1997 dans la ville de Kinsangani qui venait de tomber sous la coupe des conquérants AFdl. Connu en ce moment-là comme le Commandant Hyppo (lisez Hyppolite), c’est dans cette ville que son oncle Kabarebe le débaptisera de son vrai nom Hyppolite Kanambe Ntware et lui collera le nom d’emprunt ‘’Joseph Kabila’’. Stratagème qui fait perdurer la malédiction du Congo, vu que certains congolais mal avertis croient dur comme le fer que ce monsieur est fils biologique de feu Laurent Désiré Kabila. Ces congolais devraient se poser la question suivante : Laurent Kabila tué, quelle attitude et comportement son soi-disant fils affiche-t-il en relation avec cette tragédie ? Tous les enfants biologiques de Laurent Kabila sont inquiétés dont certains en exil même en Angleterre. Aimée Kabila n’a pas eu cette chance!  
 
 Hyppolite Kanambe est un sujet rwandais pur sang, fils des tutsis rwandais Adrien Christopher Kanambe et de Marceline Mukakukuze ayant habité dans la cité de l’OUA dans la villa » Tanzanie», ensuite dans l’immeuble Geolem aux abords de la clinique de Ngaliema et, vivant actuellement aux Etats-Unis.
 (Adrien Kanambe fut exécuté par Laurent Kabila dans le maquis de Lunzi au Katanga dans les années 80)
 
 Kinshasa, l’an  2006.
 Les élections truquées par la Communauté Internationale portent sans surprise, le tueur tutsi Hyppolite Kanambe à la tête du Congo.  
 Un traître de grande envergure émerge du lot de la pourrie classe politique congolaise, il s’agit d’Antoine Gizenga. Ce monsieur qui, tout au long de la lutte du peuple congolais a habilement joué au caméléon, décide de faire alliance avec les autres Kanambwacos. Il opte de jouer au pantin, jetant par ce geste de la poudre aux yeux d’une partie du peuple congolais qui croit dur comme le fer que le pouvoir aurait visité la province du Bandundu.  
 
 Il forme un gouvernement qui se voue au service de Kanambe et Kagame. Une autre taupe, pas de moindre car il s’agit Nzanga Mobutu rejoint la horde des traîtres-collabos dans le but de continuer l’œuvre amorcée par son père,
le folklorique Joseph Désiré Mobutu.   
 
 Le control total du Congo par les tutsis rwandais  D’aucun se posent la question suivante : comment un petit pays de la taille du Rwanda avec ses 7 millions d’habitants peut-il aussi aisément subjuguer le grand Congo et mettre sous son control plus de 60.000.000 d’humains ? (Ref :
Déclaration de M. Sarkozy, Président de la France)
 
 Les Kanambwacos à l’oeuvre
 Les institutions mises sur pied en cette année 2006 dont le gouvernement Gizenga, se définissent comme une version moderne de la fameuse ‘’Force Publique’’ des colonialistes belges, mais cette fois-ci, entièrement au service du Rwanda.  
 La classe des corrompus congolais se bouscule pour animer les nouvelles structures de la république du ‘’RwanCongo’’.  
 
 Traîtres à la nation, traîtres à leurs ancêtres, traîtres aux générations futures, ces Kanambwacos rivalisent à qui servirait mieux les intérêts de la nouvelle Métropole, Kigali, et du maître Hyppolite Kanambe qu’ils surnomment respectueusement ‘’le Rais’’.  Ils savent tous que leur Rais est non seulement illettré, mais un tutsi rwandais au service de son pays. Tous savent que Hyppo reçoit ordres et instructions de Kagame. Ils savent que toutes les richesses du pays sont sous le control de Kigali.  
 Ils savent que Hyppo est en train de moderniser la terre de ses parents, le Rwanda, aux dépens de la RDCongo. Ils savent et sont convaincus que Hyppo ferait tout en son pouvoir pour servir son peuple Tutsi. Ils savent qu’après s’être servi d’eux, les rwandais les jetteront à la poubelle sans autre forme de procès. C’est la procédure !  
 
 Figure 6 : Antoine Gizenga et son neveu Adolphe Muzito. Nzanga Mobutu, Tchomba Colette  Figures de proue de la ‘’Force Publique Kanambique’’ qui détruit le peuple congolais au bénéfice des tutsis rwandais
 
 Politique du Gouvernement familial Gizenga alias Palu  Le Congo et son peuple n’ont jamais été aussi malmenés que par le gouvernement actuel, qui se veut la branche la plus active de la Force Publique Kanambique.
 Les troupes rwandaises sont en pleine ville de Mbandaka et continuent leur avancée sur le reste du pays (Toute la partie Est du Congo est sous leur occupation).  
 Et ils sont désormais visibles en pleine ville de Kinshasa.
 L’étau meurtrier est renforcé au jour le jour sur notre peuple.  
 
 Asphyxiées et sans assistance, nos populations sont programmées par le gouvernement en place à une mort à diverses facettes.  
 On assiste désormais à des morts subites en pleines rues de Kinshasa.
 
 La ville de Kinshasa, jadis fierté nationale, est transformée en pourriture puante, polluant l’air et générant des maladies infectieuses décimant nos frères et sœurs. Toutes les infrastructures (sanitaires, urbaines, hygiéniques, éducationnelles) sont détruites par la volonté des Kanambwacos du Palu &Co,  bref tout ce qui devait constituer la préoccupation d’un quelconque gouvernement vis-à-vis du peuple.  
 
 Le programme d’extermination va son train  Comme Léopold II en son temps, la jeunesse congolaise est la cible privilégiée des exterminateurs Tutsis et leurs valets les Kanambwaco.  
 Ces derniers, en bons garçons de course, sans autre forme d’injonction de la  Métropole Kigali, ont programmé la destruction systématique de cette jeunesse.  
 
 Les jeunes se droguent à Kinshasa sans aucune restriction et les autorités les y encouragent en facilitant la production de nouvelles formes des produits dopants tels les pastiches (Supu na tolo). La délinquance juvénile est institutionnalisée, la pédophilie et la prostitution juvénile vulgarisées.
 
 Dans dix ans, le Congo perdra toute sa force active et le pays deviendra un vaste champ démuni que les tutsis viendront peupler sans se faire prier. Ainsi l’empire Hima-Tutsi, avec Kigali comme Capitale sera une réalité.
 
 III. Avenir à court terme
 La dynamique tutsie au Congo semble instoppable.  
 Fideles à leur profile, ces vampires qui dévastent le paysage humain du Congo, ont tout planifié.  
 Objectif : comme ils l’ont fait au Rwanda avec les hutus, l’objectif au Congo est d’éliminer la majorité des bantus congolais, pour un équilibre ethnique en leur faveur sur l’ensemble du territoire congolais. Ils n’ont rien négligé.  
 
 D’ici 2020, selon leurs prévisions, le programme d’extermination des bantus congolais aura porté ses fruits. Alors, grâce à l’actuelle immigration sauvage mise en place, d’autres peuples compléteront la mosaïque : les chinois, indiens, turcs, arabes immigrent au Congo à flots réguliers. Dans 50 ans, espèrent-ils, la composition de la population congolaise se présentera comme suit:  
 Tutsis, groupe majoritaire aux commandes, soutenus par les autres minorités ci-haut cités, tandis que le bantu congolais sera réduit au rang de sous-homme. Tokozala ba garçons de courses de nos Seigneurs tutsis ! (Très
audacieux !)    
 Les trois pôles de l’action des démoniaques tueurs tutsis.
 1. A Kigali, la Métropole, Kagame règne en maître absolu, ayant muselé et réduit les Hutus de son pays au rang de sous-hommes. Kagame crée des infrastructures de développement qui n’ont rien à envier aux pays occidentaux (Voir Photos du Rwanda).  
 2. A Kinshasa, second pôle de l’action tutsie, la bande Ruberwa-Kanambe-Bizima-Moise Nyarugabo maîtrise la situation et veille au bon fonctionnement de la machine à extermination du congolais, aux commandes de laquelle trônent les Kanambwacos du Palu qui, nous le craignons, s’en rendront peut-être compte, hélas trop tard, quand ces tueurs tutsis les éjecteront, les ayant pressés à plat comme qui ferait avec une orange ou un citron !
 
 Une pilule amère dont le congolais est friand  Si le sinistre Mobutu a pu tenir 32 ans durant c’est parce qu’il a su manier mensonge, persécution et fausses promesses de bonheur.
 Les Kanambwacos qui comptent dans leur rang des proéminents mobutistes, appliquent avec brio cette recette, domaine de leur haute maîtrise.  
 
 Depuis 2006 le pouvoir Kanambiste a parlé de 5 chantiers, maintenant il est question des échéances électorales de 2011. Le peuple congolais semble croire à tous ces mensonges leucorrhées. Qu’auront-ils changé en 2011 pour prétendre remettre le pouvoir au souverain primaire qu’ils ont dupé en
2006 ???  
 
 Les conditions de 2011 seront pires, comparées à celles de 2006 !!!!  
 Le plan des tutsis marche à merveille !
 
 Moseka Mushika, notre bien aimée sœur, victime des vampires tutsis.  
 Et dire que c’est avec des vampires capables de tels actes que, certains bantus congolais s’apprêtent à affronter dans une autre mascarade dite
‘’Elections 2011’’    
 
 Figure 6 : Les bantus congolais : lèche pieds de quiconque pourvoie !
 Bateka dignité na mbua ! Tout comme L.D.Kabila pour d’invasion de 1996, ces tètes se prêtent au jeu de paravent et couverture efficaces à la colonisation du Congo par les tutsis. Tous les secteurs de la vie au Congo sont désormais contrôlés par les tutsis qui tirent les ficelles dans l’ombre !

 Quel désastre, ces Kanambwacos !   
 
 Muzito Adolphe   Antoine Gizenga   Mme Tchombe  Evariste Boshab               
            
   
 Ainsi le temps passe, et ces tutsis renforcent leur présence militaire sur le territoire congolais et complètent la prise de control totale du Congo. Leur jeunesse atteint le majorité, leurs femmes sont de plus en plus fécondes et le tour est joué, car comme précisé plus haut l’extermination des bantus congolais va son train
 
 3. Le troisième pôle, qui reste à parachever, se situe dans l’Est du Congo.  
 Après le travail (d’extermination et d’épuration ethnique) de Nkunda Batware, jugé excellent par le maître Kagame, il faudra désormais passer à la phase finale : celle du repeuplement du territoire dégarni.
 La fibre ethnique est très forte chez les tutsis. Des contacts se font actuellement auprès de tous les tutsis vivant en diaspora, principalement dans les pays voisins du Rwanda : Tannzanie, Kenya et autres contrées lointaines telles le Zimbabwe.  
 
 L’effort est de ramener tous ces tutsis et les planter dans l’Est du Congo pour prétendre que les réfugiés congolais ayant fui la guerre de Nkunda, reviennent au bercail.  
 
 C’était cela le mobile derrière de la visite ‘’surprise’’ de James Kabare à Kinshasa où il confère avec son neveu Hyppolite Kanambe avant de déployer 18.000 hommes de troupes tutsis sur tout le territoire congolais et principalement dans les Masisi, Rutshuru et autres. Ces troupes y sont et sont destinées à y demeurer.
 L’Empire Hima-Tutsi est bel et bien une réalité en gestation!
 
   
 Militaires rwandais : Plus de 18.000 sont déployés sur le sol congolais sur ordre  de Kanambe et James Kabarebe.
 
 La contre partie congolaise
 
 Depuis les temps de Mobutu, le congolais se définit dans le fond comme un peuple bantu, sédentaire, paresseux et peu soucieux de son avenir.  
 
 Les tutsis ou quelque autre aventurier qui se risquent au Congo se réfèrent à ce tableau quant aux valeurs morales du congolais et, souvent, ils ne sont pas contredits par les faits:
 
 Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Zabanga : ‘’Le Président fondateur n’est pas un magicien !’’ Alors qu’il est le seul, lui, sa famille et ses amis, à gérer la destinée du Congo. ‘’Heureux le peuple qui chante et qui danse’’. ‘’Ba ndeko ebongi toyibaka moke moke’’. ‘’Chez nous, on marie toute la famille : belle-mère, belle-fille, leurs filles, cousines et petites-filles incluses.
 
 Le régime Mobutu, les services politiques de sécurité en particulier, était passé maitre dans la manipulation des consciences. Il a sciemment détruit la conscience nationale du congolais et la cohésion entre les tribus, dénigrant malignement celles dont certains opposants provenaient. Injectant le venin de la haine tribale au sein de la population, les balubas étant la cible privilégiée (tâche allouée aux agents des services politiques de sécurité qui disposaient d’une caisse noire où ils puisaient à volonté chaque vendredi pour sillonner les ngandas de la Capitale et autres lieux de
réjouissances)
 Pourquoi le régime de Mobutu s’était-il débarrassé des officiers hautement qualifiés et consciencieux, pour seule raison de provenir de certaines provinces du Zaire ?
 
 D’autre part, la danse, la débauche et la dépravation des mœurs faisaient partie d’un programme bien appliqué de la IIme république.
 Ces inciviques dont la cervelle est à l’envers
   
 Ces congolais sont-ils aveugles ? Ils vivent au pays et ils sont témoins de toutes les atrocités commises par les tutsis à l’endroit des bantus congolais. Ils continuent à chanter et à danser !
 
 C’est cela la culture mobutiste qui a abreuvé le congolais pendant 32 ans.
Elle a totalement dénaturé l’homme congolais. Parler ou se soucier de l’avenir du Congo était un péché mortel aux yeux du MPR. Il était même interdit de citer le nom du Président-fondateur au sein de la cellule familiale congolaise.
 Toute entreprise sérieuse (selon les normes classiques) que le régime de Mobutu a essayé d’initier s’est toujours soldé par un échec. ‘’Eloko ya congolais ekendeke mosika te’’  
 
 La tête du pays étant pourrie, la nation toute entière en a subi les conséquences.  
 Ainsi donc le congolais est sorti handicapé de l’ère Mobutu, les anti-valeurs étant le phare conducteur de la pensée.
 
 L’animation politique, mélange de danses, beuveries et culte insensé de personnalité à l’endroit quelque sot en possession de quelque parcelle de pouvoir, a été élevée en institution et a couvert tous les secteurs de la vie du peuple congolais tout au long du règne du mobutisme.  
 Figure 6 : que comprendre des 32 ans de pouvoir balayées en 7 mois !
   
 Le folklorique Kuku de Banziville                            Tel père, tel
fils : Nzanga Mobutu
 
 IV. La flamme du combat pour la liberté ne s’est pas encore éteinte !
 
 ‘’Je me suis réservé un petit reste, celui-là qui n’a pas fléchi devant les dieux de baal’’, dit Yawhé des armées.
 Simon Kimbangu s’est révolté, Patrice Lumumba et Etienne Tshisekedi se sont battus.
 Résultat ? L’empire Hima-tutsi est bel et bien une réalité imminente.
 
 2006, Kinshasa : La flamme patriotique est attisée suite au dévoilement de la nature des ennemis du Congolais, désormais évidente à tout œil.  
 La coalition des bourreaux séculaires du peuple congolais ont été obligés de se mettre à découvert : les tutsis, les médiamensonges, les multinationales, l’Onu, etc
 
 Alors, les patriotes congolais, femmes et hommes, dans un geste symbolique et profond de sens, se débarrassent des lourdeurs des générations passées et, en plein centre-ville, se dénudent et manifestent en tenue d’Adam.  Message reçu 5/5.
 
 Quelques temps plus tard, à Londres l’esprit démoniaque qui a plané sur le pays depuis le temps de Léopold II et vulgarisé sous Mobutu, est cloué au pilori un certain 11 octobre 2006 avec la correction de She Okitundu.  
 Enfin et alors, le peuple pouvait se revêtir d’une nouvelle tenue, celle de combat.  
 Le 14 octobre de la même année (2006) sur Downing Street à Londres la communauté Internationale découvre un peuple totalement métamorphosé et prêt au combat.
 
 Peut-on perdre la RDCongo ?   
 Le Congo est actuellement à la croisée des chemins. A ce jour le peuple congolais a connu toute sorte de souffrances même au-delà de l’imaginable.
 Il est temps de se ressaisir et repenser l’itinéraire.  
 Les combattants de Londres ont brisé les barrières des chaînes qui entravaient la marche du peuple vers sa liberté.  
 Réunis dans la Diaspora Combattante-UK, ces patriotes ont brisé les mythes et changé les us avilissants acquis des générations du passé dont principalement ceux de l’ère Mobutu. ‘’Eloko ya Congolais ekendeke mosika te’’ est vidé de tout sens dans cet univers des combattants.
 
 Ils ont donné la preuve de leur sérieux et de leur détermination. Ils ont de l’imagination, de la probité morale et surtout, sont imbus d’un patriotisme à déplacer les montagnes.  
 
 Leurs réalisations nous renseignent sur leur parcours:  
 -Unité, détermination et constance : à l’opposé de la toute dernière invention politique de certains Leaders congolais, la fameuse Union pour le Nation (UN), qui du reste n’a duré que l’espace d’un matin, la DC/UK tient allumé le flambeau de la lutte depuis 2006. Les patriotes qui l’animent sont plus unis que jamais.  
 Tl serait honnête de conclure que ‘’Eloko ya congolais ekomi kowumela’’ et c’est inédit, hormis le cas Udps.  Et ce kowumela, nous osons aussi croire doit impérativement déboucher sur la victoire contre les
tueurs tutsis.   
 
 -Ce sont eux qui ont instauré le système connu comme ‘’Mbano’’.  
 -Ce sont eux qui ont installé l’embargo sur les visites des officiels du gouvernement d’occupation qui opprime le peuple congolais.  
 -Ce sont eux qui ont frappé d’interdit les aventures des prédicateurs religieux venant du Congo. Ce sont eux qui rappellent à l’ordre les musiciens
congolais, détructeurs l’âme du peuple congolais.   
 
 Il est recommandable que, nous patriotes congolais, nous greffions à ce
phénomène afin de marcher résolument sur nos ennemis et les bouter dehors.   

 A défaut de greffe, il importe de s’inspirer de l’action combien courageuse et originale de ces dignes fils et filles du Congo qui, à n’en pas douter, inaugure une ère nouvelle dans le chapitre de notre lutte pour la liberté.  
 
 C’est, à notre sens, un devoir patriotique de tout congolais de se lancer dans le combat pour la survie de notre race.  
 
 Comprenons ceci : Extermination signifie Extinction.  
 
 Réveillons-nous !
 
 Figure 7 Les patriotes congolais réunis dans la DC/UK.  
 Les fameux Combattants, irréductibles patriotes voués à la cause du Congo.
 ‘’Notre lutte, martèlent-ils, est juste et noble’’                   
                                       
 
 Très fair play, ils reconnaissent leurs limites et en appellent à l’union de tous les patriotes désireux de s’occuper du Congo dans une optique de confrontation directe avec les tutsis. Insistance faite sur la constitution d’une force financière, la DC/UK continuent à demander aux congolais de contribuer financièrement à la lutte qu’elle mène ( Cliquez ici :
http://www.congo-libre.com/nouvelles.php?article=25 )
 
         
                                                                               
        La vaillante combattante Antoinette Bitota :
    Symbole du combat de tout le peuple congolais.                             
           
 
 Mama Bitota, ensemble avec les patriotes combattants qui avaient, en 2006 manifesté nus à Kinshasa interpellent ceux des congolais encore dans la
torpeur et vautrés dans la naïveté.   
 
 V. Mot d’ordre
 
 Comme en 2006, M. Etienne Tshisekedi avait donné ce mot d’ordre au peuple
congolais: ne vous enrôlez pas. Nous avions fait la sourde oreille, mais ‘’motu ya mayele bokosaka ye mbala moko. Sikoyo ezali tour na biso ba nkolo mboka.  
 Tolobi boye :
 
 Un idiot peut être trompé mille fois, mais un homme avisé ne le peut qu’une seule fois. Nous avions été trompés une fois en 2006, mais nous ne sommes pas des idiots.  
 Cette fois-ci, ne nous laissons pas berner par des promesses des » élections libres, démocratiques et transparentes».  
 
 Sous la colonisation rwandaise, jamais les élections ne seront libres, démocratiques et transparentes. Ne soyons plus naïfs !  
 
 Alors, ne nous enrôlons pas pour 2011 ou quelconque subterfuge électoral.  
 C’est cela le mot d’ordre de la DC/UK et de tous les patriotes-combattants de par le monde.
 
 Par contre préparons-nous au combat final et affûtons nos armes : tout ce que le Congo profond a en réserve comme les jeûnes et prières, les Kansonda, les Mbasu, les pierres et surtout notre âme nationaliste, car c’est un devoir patriotique de bouter hors de nos frontières les tueurs tutsis Kanambe, Ruberwa, Bizima, Nyarugabo et leur horde des vampires.  
 
 La DC/UK et tous les patriotes congolais de par le monde demandent au peuple congolais de remplir ce devoir patriotique : Se préparer, s‘organiser et combattre !
 Tout compatriote devrait suivre l’exemple de la combattante Antoinette Bitota. Préparez-vous à la guerre contre les colonisateurs barbares Tutsis que
nous devons bouter dehors.   
 
 
 Visitez l’univers des combattants en cliquant ici : www.congo-libre.com et www.dcuk-combattants.com; ; www.lagdc.com


Mardi 22 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par joszik le 29/09/2009 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne sait pas comment le journal canadien National Post peut certifier que certaines personnes, par test génétiques, seraient juives? Juifs est une race reconnaissable à travers les siècles ou bien est-ce simplement une religion qui est née bien après l'Afrique. Ne serait-ce tout simplement pas plus logique de dire que le juif serait un descendant de Tutsi?

2.Posté par agaculama_mu_ikibunda@yahoo.com le 26/02/2012 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellent.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires