Actualité nationale

contre l'instrumentalisation de la médecine


Je suis à la recherche de médias libres pour relayer l' histoire ubuesque de mon combat contre le SGAP de Lyon (Administration de la Police) depuis le 05.05.2008 et que j'ai peu de chance de voir aboutir avec les tribunaux au vu des verrouillages effectués par les appuis politico-judiciaires des personnes que j'incrimine).
Je vous joins les pièces que j'ai fournies aux députés, sénateurs et députés européens de bonne volonté pour que je retrouve mon droit à la dignité et au travail dont m'a privé mon employeur en travestissant un endormissement à un poste vide de tout travail en tentative de suicide et en instrumentalisant des médecins pour me déclarer inapte à tout emploi dans la Police et mise à la retraite pour invalidité "psychiatrique".


BONELLO Brigitte
Lundi 17 Mai 2010

contre l'instrumentalisation de la médecine
Depuis le 05.05.2008, j'ai été repositionnée en Congé Longue Durée (CLD) contre mon gré par le Service Médical Régional du SGAP de Lyon qui m'a obligé de ce fait à épuiser mes droits statutaires. Dans le même temps, j'ai été déclarée inapte à tout emploi dans la Police Nationale et mise à la retraite pour Invalidité à l'issue du CLD. J'ai saisi la CADA, pour obtenir la lettre de ma chef de service Madame Jeanpierre qui a servi de seul point d'orgue à l'expertise du Dr Nédélec (lequel mais je ne l'ai appris que le 18.06.2008 date à laquelle j'ai obtenu communication des expertises de l'Administration avait déjà commis des erreurs d'interprétation quant à mon état mental);
J'ai dans un premier temps, saisi le Comité Médical Supérieur pour sursoir à cette décision pour lequel, j'ai fourni, des contre expertises et certificats médicaux et tous les examens que j'avais effectué jusqu'à ce que l'on détecte la cause de mes douleurs et malaises ; Le Dr Soutérène n'a pas fourni ces documents au CMS et a menti au Préfet concernant ce dossier fourni le 31.10.2008. Le CMS a entériné la décision du CMI de Lyon.
En juillet 2008, j'ai porté ma contestation auprès du Tribunal Administratif concernant les mises en CLD, en Retraite pour invalidité et les actes délictueux des Dr Nédélec et Soutérène. L'aide juridictionnelle m'a été refusée récemment, concernant les actes des médecins de l'Administration et j'ai contesté ce rejet.
Mon avocate (aide juridictionnelle) ne me laisse pas augurer d'un gain de cause par le juge administratif concernant mes demandes de reconnaissance d'aptitude et de réintégration. Il paraîtrait que mon attitude contestataire (grève de la faim et bureau devant leur porte) a été utilisée par L'administration pour faire valoir que je suis inapte à servir dans la Police Nationale! J'ai saisi La Halde de mon dossier administratif tenu de façon discriminatoire mais je n'ai eu aucune réponse à ce sujet, aussi mon avocate peu courageuse, ne s'est pas saisi de l'aspect discriminatoire pour défendre mon dossier.
L'instruction de ce dernier a commencé le 12.03.2010 et s'est clos le 14.05.2010;
J'ai porté plainte auprès du Tribunal de Grande Instance concernant les actes délictueux de Madame Jeanpierre (lettre fantaisiste et retouchée me décrivant comme folle et manifestement retouchée), contre Monsieur Bertheux,DRH, qui a certifié conforme la lettre et des médecins de l'Administration.
Je me heurte au fait que ces personnes sont intouchables du fait de leur statut de fonctionnaire et que seul Le Procureur, pour les uns et Le Ministre de La Santé pour les autres, sont les seuls habilités à se saisir de mes plaintes et à les rendre responsables de leurs actes.
A ce jour, le Procureur classe sans suite sans même que les parties soient entendues, le Conseil de l'Ordre des Médecins classe irrecevable et Le Ministre de La Santé observe le plus grand silence (saisi 2 fois par mes soins pourtant). Le première de mes plaintes ayant atterri sur le bureau du Docteur Merle du Comité Médical Supérieur!!
J'ai fait donc des lettres ouvertes afin de pouvoir les produire afin de défendre ma cause et de la faire connaître.
J'ai aussi, saisi un maximum de députés et sénateurs de mon histoire et de ces pièces, pour faire pression sur le Ministre de la Santé afin que les auteurs responsables de ma situation soient sanctionnés du préjudice moral et financier qu'ils m'occasionnent
Je suis actuellement au Pôle Emploi sans autre revenu que le Rsa puisque je refuse la pension de retraite de 505 euros pour une invalidité psychiatrique que je n'ai pas. La Sénatrice Marie-Thérèse Hermange a saisi de mon cas le Médiateur de La République Monsieur Delevoye mais j'avais saisi celui de Lyon qui durant ma grève de la faim avait déclaré ne rien pouvoir faire concernant un dossier médical.
Je ne sais donc ce qu'il en ressortira.
Pour ma part, je n'ai pas d'attitude vindicative envers l'Administration, je souhaite seulement retrouver mon travail et une vie normale car être en perpétuel combat ne réussit ni aux uns ni aux autres. J'ai travaillé jusqu'à 4 heures du matin pour réussir mon concours et je n'ai aucune raison d'admettre qu'une fois remise psychologiquement des abus d'autorités subis par le passé je ne les revive de nouveau par l'Administration de La Police. Je milite au sein de l'AIVI et suis bénévole chez les Petits Frères des Pauvres. Seules activités qui me permettent de garder un équilibre et des liens sociaux dont m'a privé les décisions prisent à mon encontre
Je souhaite seulement que les auteurs des erreurs qui ont conduit à ma situation dramatique soient sanctionnés par la hiérarchie et cessent d'instrumentaliser un service médical à des fins peu reluisantes.
C'est tellement aberrant que de savoir que tous savent très bien aujourd'hui s'être trompé concernant mon aptitude à mon poste et que perdure une telle situation dont je sais que la seule chose qu'ils craignent c'est qu'elle ne s'ébruite. Ce qui ne risque pas d'arriver avec France 3 qui a prudemment refusé de m'interviewer

Madame BONELLO Brigitte
5 rue Émile Decorps
69100 Villeurbanne
Tél.: 06.78.41.80.89
Mail : brigitte.bonello@gmail.com


Lundi 17 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par redk le 17/05/2010 23:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Premièrement, Madame Bonnel ,recevez tout mon soutien a cette désagréable situation qui vous touche, bien que je sais que face a la machine patronale ou administrative, le sous-employé est vite broyé, le S.G.A.P (Anciennement appelés C.A.T.I.), un service de l'Etat, qui est chargé d'assurer : la logistique des services de police (moyens mobiles, armement, tenues et autres effets d'habillements, matériels divers et immobilier), les actes déconcentrés de gestion administrative et financière des personnels actifs, administratifs et techniques des services de police, des services du matériel, des transmissions et de la protection civile, une partie des opérations financières concernant les budgets de fonctionnement des services de police, si j'en crois le site du Gouvernement, ma question est, qu'avez vous fait ou déplu a votre hiérarchie pour en recevoir leurs foudres?, je sais qu'il existe (on se demande souvent pourquoi) une CGT Police, dont une CGT SGAP à Paris, ont ils quelque chose a declarer vis avis de votre détresse?, en vous souhaitant bon courage pour la suite.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires