FRANCE

Zemmour est le nouveau Caton : il faut détruire la Mecque !


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 8 Août 2017 - 13:02 Ce que prépare le président Macron


Quelque soit le sujet débattu, Caton l'ancien finissait toujours ses discours par : Delenda est Carthago! Eric Zemmour, en nouveau Caton, finit lui toutes ses apparitions médiatiques par : Delenda est La Mecca. Autrement dit : il faut détruire la Mecque!


Cide
Jeudi 2 Octobre 2014

Zemmour est le nouveau Caton : il faut détruire la Mecque !

Les forces obscures de la réaction destructrice ne sont pas tombées de la dernière pluie. Bien au contraire, elles sont vieilles comme l'histoire qui, telle l'ombre à la lumière, l'accompagnent inexorablement.
Et personne n'est dupe que derrière l’aversion affichée et assumée d'un mode de vie, d'une pensée ou d'une société il y a bien souvent d'autres intentions morbides moins avouables.
Que serait l'histoire de la Méditerranée sans l’obsession haineuse et criminelle de Caton l'ancien à l'encontre de Carthage ? Qui, à raison, put exclure que l'on unira les deux rives en paix et harmonie ? Qui, ne rêvant pas, peut l’espérer aujourd’hui ?

Car la ligne de démarcation civilisationnelle ne s'est pas fixée religieusement, ni géographiquement beaucoup moins culturellement. Elle s'est circonscrite parce que, cédant aux pulsions haineuses de Caton, Rome déclara Carthage Tabou (sacer), c’est-à-dire, vouée aux dieux infernaux. De ce fait, la rupture est consommée et désormais la réconciliation impossible. Depuis, les deux rives n'ont cessé de s’éloigner et s'exclure.

Que distingue alors cette dernière et néfaste guerre punique des deux autres qui l'ont précédée? La haine je suis tenté de dire car, en effet, la troisième guerre punique ne s’inscrivît pas dans une logique historique qui peut-être expliquée rationnellement.

Fruit d'un incessant matraquage idéologique belliqueux et passionnel, c'est un crime historique qui prend racine dans l’injonction génocidaire de Caton l'ancien qui, quelque soit le sujet débattu, finissait toujours ses discours par  : Delenda est Carthago  ; qui, en latin, signifie exactement : Il faut détruire Carthage !

C'est donc de la pure haine, mûrie, réfléchie et mise en pratique par une Rome sous influence avec toute la barbarie que l'on connaît. Et c'est la même haine que matraquent aujourd’hui en France les nouveaux Caton de nos tristes temps modernes.

Ces derniers, experts en rabattage haineux de tous genres, sifflent tels de serpents à sonnette sur la tête d'une France en souffrance que l'ennemi est Musulman. Qu'il est son problème premier et qu'une Solution finale s'impose maintenant plus que jamais. Delenda est Carthago-Sur-Seine, en somme.
Autrement dit, il faut détruire l'islam particulièrement celui de France, voilà ce que, sans retenu ni mesure, scandent aujourd’hui ces opportunistes aux dessins obscurs à chacune de leurs apparitions médiatiques devenues malheureusement fréquentes et répétitives.
Cet islam de France jugé incompatible avec les intérêts supérieurs d’Israël et la communauté juive française qui, alignée totalement sur l’intégrisme raciste de l’État hébreu, est actuellement le fer de lance de l’islamophobie et du racisme dans la patrie des Droits de l'Homme.

Et qu'il soit pour le malheureux identitaire Alain Finkielkraut, la polémiste névrosée Élisabeth Lévy ou pour ce faux nostalgique d'Eric Zemmour, c'est bien dans ce conflit-ci que les germes de cette haine ethnique prennent racines.
En fait ce trio propagandiste qui, à lui seul, s'est usurpé et d'une manière exclusive les valeurs françaises, s'en soucie en réalité comme d'une guigne.
En vérité son souci majeur est de jeter les bases solides d'une fracture identitaire et communautaire en France, afin de jeter sur la route de l'Alya vers Israël le maximum de juifs hexagonaux en dernier renfort de repeuplement des colonies palestiniennes dans lesquelles mêmes les Israéliens rechignent désormais d'y installer et investir.
Seulement tout ce remue ménage à la sauce sioniste s’avère dangereux pour la France, tellement les circonstances sont particulièrement graves. Une crise multidimensionnelle, mettant tout le monde aux aguets par la peur démesurée des lendemains qui déchantent. C'est d'ailleurs grâce à cette peur, mère de toute les imprudences, que Zemmour distille son poison défiant la résistance immunitaire de la société française qui, jadis bien vacciné, tient encore. Jusqu’à quand ?
Quoi qu'il en soit, ce Caton nouveau a bien, lui aussi, ses pulsions meurtrières.
Qui, en toutes circonstances, martèlent matin, midi et soir. Et comme Caton l'ancien,il finit tous ses discours par Delenda est La Mecca.

Cide


Jeudi 2 Octobre 2014


Commentaires

1.Posté par Ahmed Hamed le 02/10/2014 10:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme me disait jadis ,ma grande Mère dans son patelin des montagnes de l'anti-Atlas , Oudayne (les Juifs),mon petit,sont des Gens gentils ,travailleurs et sages, mais ne fait jamais la gaffe de ce Fkih débile qui se pointa au milieu du Mellah (Ghetto juif) en demandant en haute voix au Juifs de vénérer et proclamer le Salut sur notre Prophète Saydouna Mohamed !.
le proverbe en arabe :
جاء لوسط الملاح، وقال يا عاشقين النبي صلوا عليه*
!!!...*


.

2.Posté par Hannibal GENSERIC le 03/10/2014 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ l'Auteur

Merci pour cet article, qui complète mon article intitulé :

Les premiers promoteurs historiques du Génocide

En effet, le génocide contre Carthage a été le premier génocide historiquement planifié, exécuté et dont les preuves existent. Il a été commis par les Romains, c'est à dire des Européens.

La promotion du génocide a été par ailleurs largement diffusée par le judaïsme, grâce aux écrits bibliques et talmudiques. C'est la première promotion écrite du génocide connue de nos jours.

En effet, Yahvé, dieu des juifs , commande-t-il de tuer tous ceux qui ne sont pas juifs. Dans Exode, 32. 26-28, nous lisons que trois mille personnes périssent sur son ordre. L’ancien testament justifie l’extermination des habitants de la Palestine, qui s’appelait alors « pays de Canaan », par la crainte d’une révolte future des indigènes assortie d’une menace de punition divine pour les colons hébreux que ce crime aurait pu gêner, les justes hébreux en quelque sorte. Il s’agit donc d’un génocide qui aurait été planifié par « L'Éternel ». "L'Éternel parla ainsi à Moïse dans les plaines de Moab, près du Jourdain vers Jéricho : (51) "Parle aux enfants d'Israël en ces termes : Comme vous allez passer le Jourdain pour atteindre le pays de Canaan, (52) quand vous aurez chassé devant vous tous les habitants de ce pays, vous anéantirez tous leurs symboles, toutes leurs idoles de métal, et ruinerez tous leurs hauts-lieux. (53) Vous conquerrez ainsi le pays et vous vous y établirez ; car c'est à vous que je le donne à titre de possession. […] (55) Or, si vous ne dépossédez pas à votre profit tous les habitants de ce pays, ceux que vous aurez épargnés seront comme des épines dans vos yeux et comme des aiguillons à vos flancs : ils vous harcèleront sur le territoire que vous occuperez ; (56) et alors, ce que j'ai résolu de leur faire, je le ferai à vous-mêmes." (Nombres 33).

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires