Géopolitique et stratégie

Washington serait prêt à assouplir les sanctions contre Pyongyang


La Corée du Nord demande aux Etats-Unis de lever les sanctions économiques à son encontre, une condition préalable à son retour à la table des négociations à Six, et, de son côté Washington qui s'emploie à relancer les pourparlers sur la crise nucléaire nord-coréenne, est en passe d'examiner les exigences de ce pays.


Lundi 29 Janvier 2007

"Le Trésor américain accepterait que soit levé le gel sur une partie des avoirs nord-coréens, quelque 13 millions de dollars qui sont bloqués depuis 16 mois." a rapporté dimanche le quotidien japonais ""Yomiuri Shimbun"".

La souplesse de la Maison Blanche envers les demandes de la Corée du Nord, parmi lesquelles la levée des sanctions économiques, provient de l'inefficacité de ces mesures coercitives contre Pyongyang et l'opposition de certains pays de l'Asie de l'Est, notamment les alliés des Etats-Unis, dont la Corée du Sud et le Japon, à sanctionner la Corée du Nord.

En premier lieu, les Etats-Unis ont tenté de pousser le Japon et la Corée du Sud à agir hors des règlements du Conseil de Sécurité des Nations Unies, et à imposer un blocus maritime contre Pyongyang; or Séoul et Tokyo ont refusé ce plan américain, en raison de ses dangers sécuritaires.

En même temps, la Chine et la Russie, qui jouent un rôle de premier plan dans les négociations à Six à Pékin, ont exhorté les Etats-Unis à relancer les pourparlers sur le nucléaire nord-coréen. Sur cette base, la partie chinoise a envoyé une délégation à Pyongyang pour persuader les responsables nord-coréens de retourner à la table de négociations. Il s'avère que les efforts de la Chine ont été efficients et les responsables nord-coréens ont donné leur aval à la relance des négociations, tandis que les délégations nord-coréenne et américaine ont convenu sur la date de la relance des pourparlers, à savoir le 5 ou le 8 février.

Par conséquent, si les Etats-Unis tiennent à leur promesse de lever les sanctions économiques à l'encontre de Pyongyang, on peut être optimiste quant au règlement politique de la crise nucléaire nord-coréenne.

En octobre dernier, la Corée du Nord avait testé ses missiles nucléaires, défiant les Etats-Unis qui n'ont eu cesse de faire pressions sur Pyongyang, d'autant plus que des rumeurs circulaient sur une éventuelle attaque militaire américaine contre la Corée du Nord. Dans un tel contexte, Pyongyang s'est vue poussée à recourir à ses capacités nucléaires en tant que levier dissuasif. Les responsables nord-coréens ont annoncé à maintes reprises que si les Etats-Unis garantiraient la sécurité de leur pays, ils seraient prêts à collaborer avec les Autorités américaines pour mener à bien la crise nucléaire.

Si les Etats-Unis mettaient un bémol à leurs exigences envers le dossier nucléaire nord-coréen, le futur round des pourparlers à Six se tiendrait dans un climat plus agréable et la Corée du Nord se préparerait à accepter, en contrepartie de certaines garanties de sécurité, l'accord nucléaire de 1995. Il reste pourtant à savoir si les intérêts des Etats-Unis sont-ils liés au rétablissement de la paix et la stabilité dans la péninsule de Corée.

IRIB


Lundi 29 Janvier 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires