Palestine occupée

Washington s'indigne de l'accord interlibanais


Dans la même rubrique:
< >


Samedi 17 Mai 2008

Washington s'indigne de l'accord interlibanais
Avec une position réservée envers l'accord du courant 14 mars et les groupes partisans de la formation d'un gouvernement d'Union nationale, l'Amérique a répété, cependant, ses accusations infondées contre le Hezbollah, montrant, ainsi, son mécontentement de ce dernier accord. Selon Mehrnews citant la chaîne de télévision Al-Manar, le Porte-parole de la diplomatie américaine, Sean McCormack a indiqué, avec réserve, que l'accord, conclu sous la médiation de la commission ministérielle de la Ligue arabe pour faire sortir le Liban de la crise, ne pourrait pas régler, en une semaine et par une série de dialogues et discussions, les innombrables problèmes de l'ordre politique libanais. Il a également accusé le Hezbollah de vouloir lance un défi à la démocratie de la nation libanaise. S'efforçant de nuire à l'accord précité et pour provoquer les groupes soutenus par les Etats-Unis, Sean McCormack est allé plus loin en prétendant que le Hezbollah était prêt à sacrifier les Libanais pour son programme politique. Le parti au pouvoir et les groupes de l'opposition libanaise ont parvenu, jeudi, à Beyrouth, et grâce aux médiations de la commission ministérielle de la Ligue arabe, de se mettre d'accord sur le début d'un dialogue national tandis que cette commission et des représentants des groupes libanais doivent partir, vendredi, pour Doha, capitale qatarie, pour commencer ce dialogue avec la collaboration de la Ligue arabe et afin d'aplanir le terrain à l'élection du Président du Liban. Washington se dit mécontent de l'accord interlibanais alors que la chaîne al-Horrah a révélé, jeudi, le plan sérieux des Etats-Unis avec ses alliés arabes, pour sauver le gouvernement de Fouad Siniora, qui consisterait à l'envoi de trois navires de guerre dont l'un serait équipé de missiles Cruz, ainsi que de l'envoi éventuel d'un porte-avion. Dans le droit fil, le parlementaire britannique, George Galloway vient soutenir, encore, lors de son interview avec le quotidien jordanien, al-Ghad, le Secrétaire général du Hezbollah et les récentes démarches des groupes partisans de la formation d'un gouvernement d'Union nationale qui ont déjoué le complot, visant à éliminer la résistance. Il a, de même, considéré le gouvernement de Fouad Siniora comme responsable de toutes les violences au Liban. Connu pour son opposition à la guerre contre l'Irak ainsi que pour défendre les Palestiniens, George Galloway a indiqué que Seyyed Hassan Nasrallah et le Hezbollah ont défendu le Liban et sa souveraineté. "Sans le Hezbollah et son Secrétaire général, Seyyed Hassan Nasrallah, le Liban se transformerait en un autre pays occupé. Certains essayent de faire croire que l'Iran et la Syrie soutiennent le Hezbollah mais tout cela est pour détourner l'attention de l'opinion publique du soutien des chefs d'Etat arabes aux Etats-Unis et à l'impérialisme.", a-t-il déclaré.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Samedi 17 Mai 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires