Diplomatie et relation internationale

Washington s'efforce de calmer le jeu après les critiques de Poutine


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


L'administration Bush réfute l'évaluation de la politique américaine donnée par Vladimir Poutine dans son intervention samedi dernier à la Conférence de Munich sur la sécurité.


RIA Novosti
Mardi 13 Février 2007

Washington s'efforce de calmer le jeu après les critiques de Poutine


"Bien évidemment, nous nous opposons à cette détermination qui qualifie la politique américaine d'unilatérale", a déclaré devant les journalistes à Washington Tony Snow, porte-parole de la Maison Blanche. Selon ce dernier, "les Etats-Unis travaillent tous azimuts, notamment en direction de la Russie, pour que leur politique soit multilatérale". Il a souligné que les Etats-Unis étaient toujours résolus à coopérer avec la Russie.

Tony Snow a rappelé que les leaders des deux pays menaient un dialogue sincère. "Notre président s'entretient régulièrement et sincèrement avec le président Poutine. Ils se comprennent bien et continueront à travailler ensemble", a-t-il dit.

Samedi dernier, intervenant à la Conférence de Munich sur la sécurité, le chef de l'Etat russe avait déclaré que les Etats-Unis imposaient leur système du droit à d'autres Etats.

"Certaines normes et, en fait, presque tout le système du droit d'un seul Etat, avant tout, bien entendu, des Etats-Unis, a débordé de ses frontières nationales dans tous les domaines: dans l'économie, la politique et dans la sphère humanitaire, et est imposé à d'autres Etats", avait-il souligné.

Selon le président russe, la domination du facteur force dans la politique internationale provoque la course aux armements, et les tentatives d'implanter une conception unipolaire du monde provoquent de nouveaux conflits.

"Personne ne se sent plus en sécurité, je tiens à le souligner, parce que personne ne peut plus trouver refuge derrière le droit international. La domination du facteur force alimente inévitablement l'aspiration de certains pays à détenir des armes de destruction massive", avait affirmé le chef de l'Etat russe.


Mardi 13 Février 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires