Géopolitique et stratégie

Washington refuse de lier bouclier antimissile et nouveau traité START



Samedi 11 Juillet 2009

Washington refuse de lier bouclier antimissile et nouveau traité START
Washington refuse de lier le déploiement de son bouclier antimissile (ABM) en Europe orientale avec la conclusion d'un nouveau traité sur la réduction des armements offensifs (START), a déclaré Philip Crowley, porte-parole du Département d'Etat. "Nous ne pensons pas que ces deux questions soient liées", a-t-il déclaré lors d'un briefing quotidien au département d'Etat.
"Nous poursuivons les négociations afin de convaincre la Russie que nos plans en Europe ne sont pas orientés contre elle, mais contre l'Iran", a-t-il poursuivi.
"Les pourparlers sur START se poursuivront, et j'espère que nous arriverons à un accord avant la fin de l'année", a-t-il indiqué
Le journal polonais Nasz Dziennik avait auparavant annoncé que suite au sommet russo-américain de Moscou, Washington aurait renoncé à déployer des éléments de l'ABM en Europe. "Les Etats-Unis examinent deux autres emplacements: à proximité immédiate de l'Iran et dans le sud de l'Europe", écrivait le quotidien.
Des négociations russo-américaines sur l'ABM auront lieu en juillet, après quoi la partie américaine prendra une décision définitive, poursuit le journal citant une "source anonyme à Washington".
Washington envisage de déployer en Europe des éléments de son bouclier antimissile pour parer à d'éventuelles attaques venant d'Iran ou de Corée du Nord. Il compte ainsi installer un radar en République tchèque et dix missiles intercepteurs en Pologne. Moscou, se sentant menacé, a exprimé à plusieurs reprises son hostilité envers ce projet malgré les tentatives américaines visant à rassurer la Russie. Le président russe Dmitri Medvedev a envisagé le déploiement de missiles Iskander à Kaliningrad, aux frontières de la Pologne.
Le nouveau président américain Barack Obama a indiqué qu'il soutiendrait le projet développé par l'administration de son prédécesseur George W. Bush s'il s'avérait "technologiquement adapté" et "financièrement supportable".
Début mars dernier, la presse américaine a rapporté que M.Obama avait envoyé une lettre secrète au président russe Dmitri Medvedev dans laquelle il se disait prêt à renoncer au déploiement de l'ABM en Europe en échange de l'aide de la Russie dans le règlement du problème nucléaire iranien.

http://fr.rian.ru/ http://fr.rian.ru/



Samedi 11 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par VIRGILE le 11/07/2009 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Les Russes, qui ont l"expérience" des Juifs-Bolchevick (qui ont assassinés 30 millions de Russes de 1917 à 1945 - génocide non encore réglé - lire "Deux siècles ensemble dAlexandre Soljénytsine) ne tiennent pas tant à "protéger" l'Iran qu'à assurer leur propre sécurité. L'Iran peut compter sur la Chine et le soulèvement international de toutes les nations lucides si la Bête attaque les Perses, dont le feu vert a déjà été donné par une Résolution du Congrès US juste à la fin du Mandat du Skull & Bone G.W. Bush.

Quant à Obama, il a déjà retourner sa veste en écoutant les Conseils de l'AIPAC/JENSA mais la Providence veille aux rapports de force.

Tout ce merdier, c'est bien à cause de l'état sioniste, qui ravage l'Orient à coups de phosphore et d'uranium, et qui pille le monde des goyim dans le seul intérêt de leur ventre et de leurs mythomanies élitistes. Cherchez bien l'origine des banquiers internationaux qui ont déclenché le krak boursier en cours, je ne parle même pas du Juif-américain Madoff, qui n'est qu'un détail.

Quant aux affaires, il est vital pour ces banquiers internationaux, d'entretenir toutes tensions et d'amener les nations à se sur-armer. C'est bon pour les Carlyle, Halliburton, Rockefeller, Soros, etc.
Et dans Carlyle, vous trouverez en amitié et en affaire, aussi bien les familles Bush, Ben Laden que Sarkozy (Olivier, le demi-frère).
D'accord, Ensemble, tout est possible !


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires