Opinion

WIKI QUOI?


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 5 Août 2019 - 02:08 Algérie: Désobéissance civile ?

Mardi 11 Juin 2019 - 01:06 Macron/Trump : 1 chêne et 2 glands



joszik
Lundi 20 Décembre 2010

Depuis 2007, Wikileaks relaye des affaires politiques en Asie, aux États-Unis, dans l’ancien bloc soviétique, en Afrique et au Moyen-Orient.

WIKI QUOI?
Depuis 2007, Wikileaks relaye des affaires politiques en Asie, aux États-Unis,
dans l’ancien bloc soviétique, en Afrique et au Moyen-Orient.

Que révèle Wikileaks ?
Tout ce qui est sensé se passer en arrière-plan que l’on ne sait pas ou
que l’on ne voit pas. Les avis des américains sur les leaders étrangers. Des
documents étalés au grand jour sur les usages habituellement tenus secrets de
la diplomatie américaine, mais en réalité des révélations secrètes qui
minimisent le nombre de morts en Irak et en Afghanistan, et qui accuse les
services sécurité Irakiens et afghan de commettre un double génocide sur
leurs populations, qui accuse la Corée du Nord et l’Iran de se doter de
l’arme nucléaire et révélé aussi que le président soudanais Omar El
Béchir aurait détourné 9 milliards de dollars à son pays…. WLKs nous offre
en sus, dans ce quart de millions de documents (251.287 au total) quelques
délicieuses confiseries people à l’attention des naïfs…….aucun papier,
ici, ne provient des services secrets, comme certain aiment à le répéter.
Ben Laurie, un expert en sécurité informatique – Pour ceux qui ne le
connaissent pas, il a rédigé Apache-SSL - indique en riant « WLKs a
soi-disant un comité consultatif, et je suis soi-disant membre. Il avoue juste
avoir vu Assange quelquefois, alors que ce dernier était en recherche de
conseils afin de sécuriser les envois de documents confidentiels : C'est un
type étrange. Il semble être assez nomade, et je ne sais pas comment il fait
pour vivre comme cela, pour être honnête. Il arrive avec un sac à dos, et je
soupçonne que c'est tout ce qu'il possède », indiquait-il à Mother Jones.
WLKs ferme ses portes début février 2010, faute d'avoir pu réunir les
fonds nécessaires à son fonctionnement. Du jour au lendemain, tous les
contenus du site disparaissent.  
Wikileaks est en réalité en train de muer et passer à la vitesse
supérieure, il se prépare à diffuser des documents bien plus balaises, car il
a trouvé un nouveau sponsor. …. ? Voici quelques indices :
Cinq grands journaux, (Le Monde en France, le New York Times aux Etats-Unis,
le Guardian en Grande-Bretagne, le Spiegel en Allemagne et El Païs en Espagne),
ont commencé à publier des extraits des documents officiels secrets
américains. Ces documents leur ont été communiqués par le site internet
WLKs. Il s’agit de 250 000 télégrammes diplomatiques échangés entre le
département d’Etat américain et ses ambassades dans le monde,
essentiellement, entre 2004 et 2010. Dans ces documents, on apprend par exemple
que la République islamique a acquis auprès de la Corée du Nord des missiles
lui permettant de frapper l'Europe occidentale ou encore que le roi d'Arabie
Saoudite a appelé les Américains à attaquer l'Iran pour mettre fin à son
programme nucléaire.  
Dès l’arrivé fracassante de Wikileaks dans la zone « Grand Média »,
deux point de vue bien distincts se détachaient :  

1°) la presse officielle (The New York Times, Der Spiegel, The Guardian, Le
monde, Libération, rue 89, France soir, le figaro, l’express….) qui se
trouvait en Assang un Robin des bois des temps moderne, pas gentil du tout et
qui méritait une bonne fessée. « Pourquoi avons nous choisis ces trois
médias? Bien évidemment, nous ne pouvions pas avoir une coalition
journalistique trop large. Donc avec trois ou quatre médias, nous pouvions
réellement entrer dans une pièce et se mettre d’accord sur toutes les
conditions. Et tout simplement, à l’exception de certaines publications en
français, les trois meilleurs journaux d’investigations papiers sont The New
York Times, Der Spiegel, et The Guardian. »Julian Assang (J’hallucine total
!!)

2°) La presse alternative (la majorité) qui émettait de sérieux doutes sur
la méthode et sur le personnage, et qui ne cessait de trouver des anachronismes
en forme de boulettes dans ses discours, car en effet, à part Mikhaïl
Khodorkovski au fond de son trou, Mikhaïl Saakashvili dans son asile de fou, le
président René Préval dans son palais présidentiel et Moussa Dadis Camara
avec son trou au milieu du front, qui était encore disposé à avaler de si
grosses couleuvres ? Vous ?

Démonstration d’une opération Marketing qui va complètement foirer :

« Julian Assange est toujours ce génie de l’informatique, mais il est
aussi cet homme blessé qui a fait l’expérience de ce qu’il perçoit de
plus en plus, avec une espèce d’acuité douloureuse et presque hallucinée,
comme la violence intrinsèque de l’Etat. «L’Etat, le plus froid des
monstres froids», disait Nietzsche. Assange étudie Kafka, Koestler, George
Orwell, ces grands défenseurs de l’individu contre les systèmes
totalitaires. Il imagine surtout, au fil de sa vie redevenue passablement
errante (nomade invétéré, il change de job comme de chemise et voyage ici et
là), de créer, grâce à l’informatique, un puissant instrument de liberté.
Contre les agents de l’Etat, «collaborant en secret et œuvrant au détriment
de la population», il rêve d’un réseau universel alimenté par tous les
révoltés et par tous les honnêtes gens de la planète, qui viserait à
rétablir non seulement une certaine transparence, car le mot reste faible, mais
à faire entendre de nouveau la voix de la vérité. La vérité contre les
mensonges d’Etat. La vérité contre les mensonges des multinationales. La
vérité comme idéal et comme respiration des sociétés démocratiques. »

Malheureusement pour WLK, toute les agences de renseignement Européens
possédaient déjà ces câbles qui sont transmis régulièrement par des agents
doubles infiltrés au cœur du dispositif américain, chaque pays d’Europe
possèdent au bas mot une centaine d’agents infiltrés dans les différents
services de renseignement et dans la haute administration , donc on sait très
bien que les câbles de WLK ne sont des confiseries journalistiques très loin
de la réalité et dont certains sont clairement orientés nuisibles pour tout
ce qui porte atteinte à l’hégémonie militaire naissante des américains au
Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, ce qui indique évidemment que nous sommes
face à une opération in situ, c’est à dire sur l’internet contrôlé
totalement par les USA….clairement.  

Changement brutal de stratégie marketing, les amis de Julian Assang c’est
à dire les médias officiels vont, selon la doctrine de contre insurrection
médiatique, s’écarter de l’animal et l’accuser de haute trahison, mais
sans forcer le trait, les services de renseignement vont le déclarer hors la
loi mais sans trop le chercher. Tout est fait de façon qu’il soit un
véritable Robin des bois en bois fumé, juste pour qu’il se positionne comme
prévu à l’endroit ou il devait être, c’est à dire en ennemi public pour
teenagers boutonneux, en Arsène Lupin de l’internet du dimanche, mais que ses
câbles continuent à fonctionner.

« Récemment, Assange a fait l'objet de deux procédures de la justice
suédoise pour viol et agression. Le Parquet a levé l'avis de recherche
estimant qu'Assange "n'était pas suspect". La réaction de l'intéressé?
" On nous avait avertis que, par exemple le Pentagone, nous jouerait de vilains
tours pour nous détruire. [...] On m'avait mis en garde contre des pièges
sexuels". »
Aux États-Unis, parce que ces données étaient confidentielles, le Pentagone
a décidé d’ouvrir une enquête criminelle. Le président américain Barack
Obama a lui minimisé l’impact que pourraient avoir ces rapports, rappelant
avec habileté que les bavures ayant eu lieu sous la précédente présidence
Bush sont légions et qu’il avait, face à ces sept ans de politique
internationale, changé de cap.« C’est moi qui, souligne-t-il, après sept
ans d’échec ai décidé de changer de stratégie en envoyant 30 000 soldats
pour épauler des effectifs qui jusqu’alors étaient insuffisants. Ces
renforts nous donnent une chance de débarrasser l’Afghanistan des insurgés
et d’al-Qaïda ».  

Ouf, finalement ça marche, on a eu chaud, Wikileaks est enfin sur les rails.

Mais qui aurait eu intérêt et courage à manipuler l’information et qui ne
souffrirait pas des foudres américains?
Il y a en théorie :  
1°) Londres, qui se faisait enfler régulièrement par ses cousins germains
sur les marchés du Moyen-Orient et du pétrole et qui ne pipait mot depuis,
mais quand le cousin a voulu se faire la petite sœur Islandaise, là ça
devenait très agaçant, mais rien ne prouve que ce soit des anglais qui soient
dans le coup, même si le vilain Julian Assang planqué à Londres a été
débusqué par les américains qui l’y avait, sans doute, fait entrer….vous
suivez ?

2°)Washington, qui a besoin de se débarrasser très rapidement de ses amis
arabes, asiatique et Africains, et qui va utiliser ces câbles pour faire
prendre conscience à tout ce petit monde que le système a changé et que
désormais les "autres" dans un sens de plus en plus large sont à la botte de
l’Amérique. (Référence à l’excellent article de Chahid Slimani « De la
Barbarie et des Barbares »
http://www.alterinfo.net/De-la-Barbarie-et-des-Barbares_a52749.html et qui nous
offre une citations d’anthologie d’Albert Einstein « Les Etats-Unis
d'Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la
décadence sans jamais avoir connu la civilisation.». Selon Claude
Lévi-Strauss encore, toutes les sociétés partagent cette tendance à
l’ethnocentrisme. Une tendance qui consiste à considérer l’autre comme un
« barbare » et qui peut resurgir chez tout individu : « L’attitude la plus
ancienne, et qui repose sans doute sur des fondements psychologiques solides
puisqu’elle tend à réapparaitre chez chacun de nous quand nous sommes
placés dans une situation inattendue, consiste à répudier purement et
simplement les formes culturelles : morales, religieuses, sociales,
esthétiques, qui sont les plus éloignées de celles auxquelles nous nous
identifions. « Habitudes de sauvages », « cela n’est pas de chez nous »,
« on ne devrait pas permettre cela », etc., autant de réactions grossières
qui traduisent ce même frisson, cette même répulsion, en présence de
manières de vivre, de croire ou de penser qui nous sont étrangères. »,  

3°) Tel-Aviv, qui maintient toujours sous l’eau la tête des ses
partenaires économiques dans un supplices que l’on pourrait appeler «
supplice de l’autruche », qui voit, par la suite, le tortionnaire israélien
parader avec les plumes de sa victime.

Autres Sucreries et bonbons empoisonnés distribués aux enfants du monde par
Wikileaks :
-    Les fonctionnaires américains sont invités, par leur hiérarchie, à faire
les poches des dignitaires étrangers (emails, mots de passe internet, numéros
de cartes de crédit et de fidélité de compagnies aériennes, plannings de
travail…)    
- Israël pousse les États-Unis à la fermeté contre le programme nucléaire
de l’Iran.
- Les États-Unis croient que l’Iran a obtenu de la Corée du Nord des
missiles pouvant atteindre Moscou et d’autres capitales européennes
- Le roi Abdallah d’Arabie saoudite a appelé les Etats-Unis à attaquer
l’Iran et à « couper la tête du serpent » (Mahmoud Ahmadinejad) pour
mettre fin à son programme nucléaire : le danger de laisser se poursuivre est
supérieur à celui de le stopper.    
- Des donateurs saoudiens restent les principaux soutiens financiers des
groupes terroristes comme al-Qaida.
- Les diplomates américains en poste à l’ONU doivent espionner leurs
collègues pour obtenir des informations biométriques et biographiques
(empreintes digitales, photographies faciales, ADN et scanners de l’iris).
- Depuis 2002, le gouvernement chinois a infiltré les ordinateurs du
gouvernement américain et d’autres pays occidentaux, ainsi que ceux de Google
en début d’année 2010.
-    Nicolas Sarkozy : Susceptible et autoritaire selon l’ambassade des
Etats-Unis.
-     Silvio Berlusconi : irresponsable, imbu de lui-même et inefficace en tant
que dirigeant européen moderne. Faible physiquement et politiquement à cause
de ses habitudes à faire la fête.
-     Angela Merkel : Elle a peur du risque et fait rarement preuve
d’imagination. Personnalité exubérante mais ayant peu de savoir-faire en
matière de diplomatie.
-     Dimitri Medvedev : Dirigeant pâle et hésitant. C’est le Robin du Batman
joué par Poutine
-     Vladimir Poutine : mâle dominant (alpha-male)
-    Mouammar Kadhafi (dirigeant libyen) : il dépend presque obsessivement
d’un petit noyau dur d’hommes de confiance et qu’il ne saurait voyager
sans une infirmière ukrainienne à la poitrine avantageuse. Il a peur de
survoler l’eau et de se rendre dans les étages d’un immeuble.

-    Un des documents publiés par Le Monde relate une conversation fin décembre
2009 entre la sous-secrétaire d’Etat américain, Ellen Tauscher, et Amos
Gilad, directeur des affaires politico-militaires au ministère israélien de la
Défense, à propos du programme nucléaire iranien. Ce document révèle que «
Gilad dit qu'il n'est pas certain que l'Iran ait décidé de fabriquer une
arme nucléaire, mais que l'Iran est "déterminé" à avoir l'option d'en
construire une ». Et l’Israélien de continuer : la diplomatie du président
Barack Obama, « l'engagement stratégique avec l'Iran », « c'est une bonne
idée mais il est bien clair que cela ne marchera pas ».

-    Dans un autre document toujours publié par Le Monde on peut lire des propos
du roi d’Arabie Saoudite en mars 2009 devant un conseiller de la Maison
Blanche pour l’antiterrorisme. « On ne peut pas faire confiance aux Iraniens
», dit le roi Abdallah. « L'objectif de l'Iran est de causer des problèmes
», l'Iran est « aventurier dans un sens négatif », « que Dieu nous
préserve de leurs péchés ». Par ailleurs le souverain saoudien invite les
Etats-Unis à « couper la tête du serpent », auquel il compare l'Iran.

-    Dans un autre document étudié par Le Monde, le président de l'Egypte,
Hosni Moubarak, « éprouve une haine viscérale pour la République islamique
», écrit un diplomate basé au Caire, en février 2009, « il les traite de
"menteurs" », et prévient : « ne croyez pas un seul mot qu'ils prononcent
».

-    En avril 2009, le président de la Chambre haute du Parlement jordanien, «
prédit que le dialogue avec l'Iran ne mènera nulle part », dit un document.
Zeid Rifai prévient : « bombardez l'Iran ou vivez avec un Iran nucléaire,
les sanctions, les carottes, les incitations, n'ont pas n'ont pas
d'importance ».

-    "On ne peut pas faire confiance aux Iraniens", observe le roi d'Arabie
saoudite, Abdallah bin Abdelaziz, en mars 2009, devant le conseiller de la
Maison Blanche pour l'antiterrorisme, John Brennan. "L'objectif de l'Iran
est de causer des problèmes", l'Iran est "aventurier dans un sens
négatif", "que Dieu nous préserve de leurs péchés", poursuit-il, selon un
compte-rendu américain obtenu par WikiLeaks et examiné par Le Monde.

-    En Jordanie, souligne un télégramme américain, en avril 2009, "la
métaphore la plus couramment utilisée par des officiels en parlant de l'Iran
est celle d'une pieuvre étendant ses tentaticules", qui doivent être
"coupées". Le président de la Chambre haute du Parlement, Zeid Rifai,
"prédit que le dialogue avec l'Iran ne mènera nulle part", dit un document,
qui le cite ainsi: "bombardez l'Iran ou vivez avec un Iran nucléaire, les
sanctions, les carottes, les incitations, n'ont pas d'importance".
-    Le président Omar el-Béchir aurait détourné jusqu'à neuf milliards de
dollars (6,79 milliards d'euros) de recettes pétrolières et placé cet argent
dans des banques britanniques, selon une note diplomatique américaine
révélée samedi 18 décembre 2010 par WikiLeaks.
-    e la lecture du câble 09ASHGABAT757 envoyé le 15 juin 2009 par
l'ambassade des États Unis à Ashgabat, Turkemistan, au Secrétaire d'Etat à
Whasington et aux autres ambassades américaines de la région, et publié par
Wikileaks le 28 novembre dernier, je retiens une chose : Ahmadinejad est autant
président de l'Iran que moi.  

-    Le câble révèle que l'annonce de la victoire de Mahmoud Ahmadinejad est
en fait un coup d'état.  

-    Les calculs des observateurs présents dans les bureaux de vote indiquent
que Mousavi a reçu 61% de voix, Mehdi Karroubi 28%, Ahmadinejad, 11%, le reste
allant à Mohsen Rezai. De plus, la source, dont le nom a été retiré par
Wikileaks pour des raisons de sécurité, révèle que la participation
importante à ces élections reflète un très fort sentiment anti-Ahmadinejad,
et que contrairement aux règles en vigueur en Iran, et aux pratiques
électorales de 2005 et des élections législatives de 2008, les autorités ont
confisqué tous les bulletins de vote et les ont transportés au bureau central
des élections afin de truquer les résultats, car à l'échelon local, dans
les bureaux de vote, « les gens savent pour qui ils ont voté, et les
observateurs savent qui a gagné ».  
-    Les dirigeants arabes conseillaient à leurs interlocuteurs américains de
fermer les yeux sur certains principes démocratiques, quand il s’agissait du
camp de Guantanamo ou de la stabilisation de l’Irak, selon des documents
diplomatiques divulgués par WikiLeaks.
-    Des régimes totalitaires arabes ont encouragés les autorités américaines
à fermer les yeux sur des dizaines de chambres de torture US à Guantanamo,
dans le sud-est de Cub.
-    Ainsi, selon un télégramme classé “secret”, daté du 5 février 2009,
cheikh Jaber Al-Khalid Al-Sabah, ministre de l’Intérieur du Koweït,
préconisait de régler de façon radicale le sort de quatre prisonniers
koweïtiens du camp de Guantanamo: “Laissez-les mourir”.
-    “Nous ne sommes pas l’Arabie Saoudite, nous ne pouvons isoler ces gens
dans des camps dans le désert ou sur une île (…) S’ils sont pourris, ils
sont pourris”, ajoutait-il, selon le compte-rendu d’une discussion avec un
diplomate américain.
-    Les révélations horrifiantes de WikiLeaks mentionnent des déclarations de
certains despotes arabes qui légitiment ouvertement la torture comme une sorte
de « moyen légitime ». Des agents des renseignements de pays arabes auraient
participé aussi à des « interrogatoires musclés » de détenus à
Guantanamo.

Les Gogos en culotte courte :
le président Lula, encore en exercice, vient de prononcer un discours dans
lequel il apporte tout son soutien à WikiLeaks et à Julian Dessange.
en France pour soutenir le site (dont l’improbable soutien d’une chaîne
de pizzas à emporter), comme celle du groupe DegenereScience Lille qui «
défend l’idée d’un projet social global basée sur les idées fondatrices
du mouvement hacker ».
Nous, le Parti Pirate, avons réagi à la sortie manifeste de monsieur Eric
Besson qui a demandé, en sa qualité de ministre, la censure pure et simple de
Wikileaks…Ceci est inacceptable dans un état de droit !
Alors que la cour n’a pas accepté de remettre Assange en liberté
conditionnelle, le cinéaste Ken Loach a affirmé être prêt à payer la
caution pour libérer Julian Assange.
WikiLeaks est chahuté de toutes parts. Visa et Mastercard ont bloqué les
virements qui lui étaient adressés. Les hébergeurs le boudent. Washington
rêve de faire taire Julian Assange.  

WikiLeaks est-il seul contre tous? Pas tout à fait. Il lui reste des
soutiens. Des supporters suffisamment nombreux, éparpillés dans le monde et
rompus aux techniques du Web pour échapper à la répression, analyse le
Washington Post. Qui sont-ils?  
es activistes du Web du réseau Anonymous ont revendiqué l'attaque contre
plusieurs sites dont Visa et Mastercard pour défendre Assange. Ils ont promis
mercredi de s'en prendre à tous ceux qui auraient des "visées
anti-WikiLeaks".  

Ils affirment que des milliers de bénévoles participent à leurs opérations
en faveur de Julian Assange, présenté comme "un martyr de la liberté de
parole". "Nous avons commencé avec peu d'utilisateurs (moins de 50)", ont
indiqué les pirates. "Maintenant, nous en avons environ 4.000". Leurs
attaques informatique sont coordonnées publiquement - au moins en partie -
grâce au compte Twitter @Anon_Operation. Un profil rapidement fermé par les
équipes du site de micro-bloging. En vain: @Anon_Operationn est immédiatement
créé pour donner de nouvelles instructions aux pirates. Et le nouveau compte
se permet même de publier un message de menace: "J'espère que Twitter
n'essayera plus de nous bloquer à nouveau #DDos".
A Mexico, des écrivains, journalistes et hommes politiques dévoilent ce
jeudi une plaque en hommage au fondateur de WikiLeaks. La plaque sera installée
au Club des journalistes, dans la capitale. Elle est dédiée à Julian Asssange
"pour son apport à la conscience de l'Humanité".  

L'association Reporters sans frontière a également pris position et lance
un "appel à une justice impartiale" après l'arrestation de Julien Assange.

Canberra apporte son aide à Julian Assange comme à tout autre citoyen
australien qui se trouverait dans une telle situation.
Quant à la Suisse, autre pays qui sert régulièrement de refuge au créateur
et à sa créature, ses autorités étudient la demande d'asile politique que
Julian Assange pourrait formuler comme il l'a annoncé.Le Guardian, le New-York
Times, le Monde, El Pais et le Spiegel ont diffusé une partie des télégrammes
fournis par WikiLeaks. D'autres titres comme LEXPRESS, ont dénoncé l'
"acharnement" contre WikiLeaks.  
Eh dites donc, ça marche à DONF C'T'EMBROUILLE A DEUX BALLES?


Lundi 20 Décembre 2010


Commentaires

1.Posté par BAB le 20/12/2010 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Etant donné les contenus tres anti-arabe et anti-perse des dites révélations,
on ne peut que penser que les services secrets israeliens sont quelque part derriere "Wikileaks".
Il me semble probable que Julian Assange, sans doute de bonne foi, s'est fait manipulé, à son insu,
par des agents secrets travaillant pour Israel.

2.Posté par outsider le 20/12/2010 18:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le commentaire porte seulement sur les derniers documents, auparavant, denonciation de la pratique de la torture, plus la mort des civils durant les attaques en Irak et Afghanistan. Concernant les charges en Suede, la premiere a ete classe par la haute cours de justice suedoise. Le dossier a ete reouvert a la demande d un depute suedois. Les prochains documents ne devrait pas etre seuleument politiques mais aussi concerner le monde des affaires, bank of america. C est aussi pour cela que paypal et mastercard ne prennent plus de paiement, mais pas de problem vous pouvez toujours les utiliser pour cotiser pour le kkk et autres groupes extremiste. Il est dommage que le commentaire ci dessus soit si partial et ecris avec des oeuilleres. Je pensais que alterinfo serait supporter plustot qu adversaire mais apparemment personne n aime partager. Dommage.

3.Posté par BAB le 20/12/2010 23:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans tout ceci on oublie trop souvent le pauvre Bradey Manning, emprisonné dans des conditions extrèmement pénibles , en solitaire, et sans aucun confort. Conditions qu'on pourrait assimiler à de la torture, a tel point que maintenant sa résistance psychologique commence à défaillir..

4.Posté par joszik le 21/12/2010 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Outsider, STP, arrêtes de rêver Julian Assang n'est pas le Surfer d'Argent.
Moi aussi j'aimerais avoir un modèle, un héros qui me donne de l'espoir, mais ne soyons pas dupe, aujourd'hui un véritable héros est un homme mort.

5.Posté par outsider le 26/12/2010 20:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@jozsik, c etait juste pour dire que les documents n etait pas que des gossips. La selection de ce qui a ete publiee a ete faite par les journaux et pas par wikileaks. L agression sexuelle en question est le non port de preservatif, condamnable en Suede.

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires