Croyances et société

Vous avez dit Communautaristes?


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 10 Septembre 2017 - 09:40 L'Imamat (Réfutations)


Dans quel référentiel nous situons-nous pour que toute démarche allant dans le sens de s’accorder avec soi-même, avec ses valeurs, avec son identité pour mieux aller vers l’autre et mieux le comprendre soit taxée par les censeurs de la pensée et adeptes de l’oppression de : Communautarisme ?


contact@stop-rallyedakar.com
Lundi 27 Novembre 2006

En France précisément, il est à noter, contrairement à la sagesse populaire, qu’une seule hirondelle, fait le communautarisme. C’est ainsi qu’un être peut, à lui tout seul incarner un communautarisme, ses détracteurs s’appuyant plus sur son identité, noire en l’occurrence, dont le tort est de demander un peu trop fort que le comportement de la France s’accorde pour au moins une fois avec sa devise.
Il en va ainsi, lorsqu’il s’agit du Noir, de le maintenir dans l’état de tutelle, de faire tout et tout faire à sa place, toute tentative de sa part de se sortir de cette situation étant récupérée dans les cas les plus optimistes sinon étouffée et niée.

Jean François REVEL à ce propos dit " l’idéologie, c’est ce qui pense à votre place". Telle est la nature des rapports entre l’Occident et l’Afrique, la France avec ses "citoyens Noirs", rapports basés sur la négation du Noir comme citoyen, comme sujet agissant.
De cette façon, les résistances noires pendant l’esclavage ont été niées pour des pseudos héros abolitionnistes, les luttes anticolonialistes en Afrique ignorées, pour mettre en évidence la subite bonté du colon, comme se targue un certain De Klerk en République Sud Africaine.

La nouvelle trouvaille : le communautarisme !

Le proverbe africain dit ceci :" Celui qui doit vivre, survit même lorsque tu l’écrases dans un mortier. "
Tout sert ici à renforcer ce sentiment de négation du Noir dans la république.
En même temps que se montre une volonté, une de plus, de dire STOP à cette domination impénitente, volonté enrobée d’une grande impétuosité d’une part ou de subtilité d’autre part, de quoi faire vaciller les certitudes du bourreau.
Des gestes qui, lorsqu’on y jette un regard furtif ne représentent rien de prime abord, sont pour le commun des négrophobes, plus qu’une provocation, un acte d’affront, d’insoumission, de destruction, une déclaration de guerre. Car en posant de tels actes, certains Noirs détruisent des symboles fondateurs de l’idéologie mise en place par ces penseurs.

Idéologie qui veut que le Noir soit comme le dit David Hume, naturellement inférieur au Blanc ou comme le suggère la Bible, originellement condamné selon le mythe de Cham, par conséquent doit subir toutes les mortifications sans broncher.
Idéologie qui veut que le Noir n’ait rien apporté à l’humanité, si l’on admet qu’il fait partie de l’humanité.
Idéologie qui veut que la seule Histoire valable du Noir soit celle que l’Occident a écrite pour lui.

Roger GARAUDY disait à juste titre " Ce que l’on appelle "L’HISTOIRE", est écrite par les vainqueurs, les maîtres des empires, les généraux ravageurs de la terre des hommes, les pillards financiers des richesse du monde assujettissant le génie des grands inventeurs de la science et des techniques à leur oeuvre de domination économique ou militaire. "
Dans un ultime élan de sauver l’impénitence d’une domination en agonie et punir l’impertinence du Noir, les idéologues s’emploient à la rhétorique du tout et du n’importe quoi. Tout est matière et prétexte du chef d’inculpation extrême de Communautarisme pour dire combien les Noirs détestent la république et ne veulent intégrer ses valeurs.
Mais de quelles valeurs s’agit-il donc ?
Par tous les louvoiements, les idéologues de la république veulent maintenir le mirage dans lequel, ils ont bâti leur domination ; seulement comme dit le proverbe africain " le mensonge a des fleurs, mais pas des fruits. "

Quelle fourberie encore de la part de la république et de ceux et celles qui accusent les citoyens Noirs de communautarisme !
Combien d’écoles trouve-on dans la république appartenant à la Communauté Noire ?
Combien d’institutions noires compte t-on dans la république ?
Combien de milices noires trouve t-on dans la république et qui s’adonnent aux ratonnades ?
Combien de chaînes de télévision pour Noirs y’a-t-il dans le sillage médiatique de cette république ?

Pourtant, celle qui feint aujourd’hui le communautarisme sur son sol, n’a de leçons en la matière à recevoir d’aucune autre nation.
Il semblerait même quelle se distinguerait des autres par celui-ci.
Les écoles françaises en Afrique sont légions dans des endroits où il y’a des écoles bien implantées et formant aussi bien sinon mieux, les centres culturels français pour étouffer l’émergence des langues locales, les boîtes de nuit pudiquement appelés clubs privés uniquement réservées aux blancs (ce n’est pas en Afrique du Sud seulement que cela arrivait).
Abstraction est faite ici des écoles de confessions communautaristes multiples qui inondent la république elle même.
Et la fameuse "exception française" ?
A quoi fait-elle référence ; si ce n’est vers un repli sur soi ?
Combien parmi vos compatriotes installés en Afrique parlent la langue du pays dans lequel, ils se trouvent ?

Il est inutile de faire une liste exhaustive, car toute cette bronca à l’endroit des certains Noirs, n’est que fourberie, une accusation stérile reposant sur des tissus de mensonges par un système en déliquescence, et aussi un moyen détourné d’affirmer un racisme anti-noir, sport national par excellence en pleine expansion.
En quoi la connaissance de son histoire par le Noir est-il un acte de communautarisme ?
En quoi un film sur l’esclavage des Noirs est-il un acte communautariste ?
Pourquoi cette perspective vous dérange t-elle tant ?
Est-ce parce que le gros mensonge dans lequel vous avez confiné tout un peuple est entrain de tomber en lambeaux et remettre en cause l’idéologie de la mort que vous avez construite ?
Que le délire de pseudo supériorité, par toutes les recherches archéologiques est mis à mal et la supercherie séculaire mise à nue ?
Que enfin, les Noirs accèdent à la vraie Information ? Celle qui les délivre de l’empire et l’emprise du mensonge, de la désinformation, et de la manipulation ?
Ce que d’aucun s’accordent à appeler communautarisme répond à cette sagesse africaine qui voudrait que :" Quand la force occupe le chemin, le faible entre dans la brousse avec son bon droit " et ce droit ne vous sera pas demandé, il sera arraché, car le droit à la résistance est un acte de vie et non communautariste.
Et si ce droit répond au souci de délivrer les Noirs des griffes du mépris et de la rebuffade dont ils sont victimes dans cette république, alors OUI pour le communautarisme.
Le dialogue véritable suppose la reconnaissance de l’autre à la fois dans son identité et dans son altérité.
Et l’identité c’est tout ce qui reste aux Noirs à conquérir pour ne plus subir les affres de la « zombification » dans laquelle, votre système les a contraints, et le référentiel dans lequel les Noirs sont jugés aujourd’hui est d’un communautarisme éminent.

Claire Aymes


Lundi 27 Novembre 2006

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...

Publicité

Brèves



Commentaires