Société

« Vous aurez bientôt à choisir : la liberté ou l’esclavage »



20.06.2020


Catherine Austin Fitts
Vendredi 26 Juin 2020

Catherine Austin Fitts
Catherine Austin Fitts
Selon Catherine Austin Fitts, conseillère en placement et ancienne Secrétaire d’Etat adjointe au Logement, on n’aura que deux choix à l’avenir.

Voici ce que Catherine Fitts nous explique : « Malheureusement, il y a beaucoup de gens qui se disent, oh mon Dieu, si je suis une personne qui n’a rien à se reprocher, alors ils me laisseront tranquille. Mais la réalité, que d’ailleurs beaucoup de gens ne comprennent toujours pas, c’est qu’à un moment donné, vous allez devoir choisir entre deux options : soit la liberté, soit l’esclavage. Mais de toute façon, tout le monde devra faire un choix ! Il est impossible de passer de l’un à l’autre ou d’hésiter. Un abonné m’a demandé : que dois-je faire ? Investir dans l’immobilier ou dans les métaux précieux ? Je lui ai répondu que s’il ne possède pas une armée, peu importe où il placera ses actifs, il finira par tout perdre. »

Catherine Fitts ajoute ceci : « Ils veulent tous passer à un nouveau système monétaire. Ils veulent passer à un nouveau système où plus de 7 milliards de personnes sur la planète seront littéralement interconnectées les unes aux autres en permanence, grâce à un système entièrement numérisé par lequel on pourra obtenir un crédit pour n’importe quelle entreprise. C’est donc un système qui contrôle tout, et si vous les écoutez parler de la façon dont ils vont vous injecter des puces RFID sous-cutanées, je peux vous dire que cette nouvelle technologie high-tech va vous rendre complètement esclave de ce système. Je vous rappelle qu’il s’agit de puces informatiques qui seront placées à l’intérieur de votre corps.

J’ai toujours prévenu les gens que Bill Gates avait mis en place un système informatique très élaboré à l’intérieur de votre ordinateur personnel, ce qui lui a permis de tout savoir sur vous et votre existence, sans compter le fait que vous êtes amenés à le remettre à jour très régulièrement. Souvent l’excuse a été de dire qu’il y avait un virus informatique dans l’air. Eh bien, je pense qu’ils vont faire la même chose, mais cette fois-ci avec votre corps… Je veux parler d’un système très au point qui, grâce au tout numérisé à travers la planète, peut totalement gérer vos comptes bancaires à distance. Vous savez comment on appelle cela si vous êtes chrétien ? Cela s’appelle « le chiffre de la Bête » – 666. Voilà ce qu’ils essayent de faire maintenant. Ils essayent de prolonger la durée de vie du dollar… et de connecter tout le monde sur un « cloud computing », ce qui leur permettra d’avoir un accès tout particulier à toutes vos données, via le net, à partir d’un fournisseur privé. Ce sera la fin de vos libertés. »

Catherine Fitts dit que « la crise du Covid-19 correspond à une soi-disant pandémie. Ce à quoi nous assistons est une réingénierie du système financier mondial, comme si tout était normal. On a vu également beaucoup d’argent sortir des marchés dans les hautes sphères en janvier et en février. Ensuite, nous avons vu comment la police et le système de santé ont participé activement à la mise à l’arrêt complet de toute l’économie et partout sur la planète. A partir de ce moment-là, les petites entreprises et les petites exploitations agricoles ont fermé partout et beaucoup de ces petites entreprises se sont retrouvées piégées par un endettement sans précédent. Nous observons désormais une catastrophe économique jamais vue, à savoir ce piège lié à la dette mondiale qui s’est développée dans tous les pays, et je peux vous dire qu’il va y avoir une transformation radicale du système financier aux Etats-Unis. Et ça, ce n’est vraiment une mince affaire ».

Catherine Fitts conclut en affirmant que « l’or va vivre une année mémorable. Son véritable envol est pour très bientôt. »


USAWatchdog, le 21 juin 2020


Dimanche 28 Juin 2020


Commentaires

1.Posté par Patrick Huet le 28/06/2020 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je choisis la liberté !

Et de poursuivre Bill Gates en justice.

A propos, pour contrer leur projet, si jamais, il aboutit, les communautés locales, peuvent mettre au point un système d'échange papier. Une carte de 10 points, 20 points.
Pas d'argent, mais un système d'échange.

2.Posté par Eric le 30/06/2020 17:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui Madame Fitts...
C’est pire que cela
S’ils avaient pû déclencher une 3e guerre mondiale
ils l’auraient fait avec le cynisme qui les caractérisent
Car ils auraient fait d’une pierre deux coups
-s’enrichîr
-réduire la population mondiale 😉😀

3.Posté par Éric le 30/06/2020 17:07 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je choisis l’Amour, à la Grâce de Dieu.
La liberté n’est pas de faire ce que l’on veut pour être différent ou exprimer de bas instincts.
Être libre c’est être maître de soi et de ses parts d’ombre grâce aux enseignements du Seigneur par exemple.

4.Posté par Sandrine le 02/07/2020 01:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BlackRock, le COVID ou "Lucky Larry" bis repetita
Qui a créé le COVID on ne saurait dire mais cui bono? Observons à qui va l’argent.
Décidément les financiers comme la Banque Mondiale, Blackrock (Larry Fink ✡), ou à moindre échelle la famille Wallenberg ✡ de Suède, ont beaucoup de chance:

1) Commercialisation d'un vaccin de la Covid-19
Le 13 juin 2020, le ministre italien de la Santé Roberto Speranza annonce que son pays ainsi que l'Allemagne, la France et les Pays-Bas commandent 400 millions de vaccins contre la maladie à coronavirus 2019 à la société Astrazeneca (coût 800 millions d’euros?). Ce contrat porte sur la livraison d'un vaccin actuellement développé par l'université d'Oxford
Astrazeneca avec AB INvestor et Blackrock comme principaux actionnaires (Vanguard est aussi toujours bien placé):

AB INVESTOR = famille WALLENBERG de Suède (Peter Wallenberg dit "Poker" Wallenberg)
Investie dans les vaccins, donc, et dans le commerce des masques! (extrait:):

1er AVRIL – 10 h 18 – L’EXPRESS – Guerre des masques
Après la saisie, à Lyon, de 4 millions de masques appartenant à une multinationale suédoise, le gouvernement du pays nordique est furieux.
A retenir :
1. Entre la Suède et la France, une « guerre des masques » a éclaté début mars, alors que les deux nations sont alliées sur le plan militaire et cosignataires d’un partenariat stratégique économique dont l’un des volets concerne… le secteur de la santé.
2. Le 5 mars, la France réquisitionne, à Lyon, 4 millions de masques appartenant à l’entreprise suédoise Mölnlycke, un géant du secteur médical spécialisé dans les produits jetables (masques, blouses pour bloc opératoires, etc.).
3. Produite en Chine, la marchandise est arrivée par cargo à Marseille avant d’être acheminée vers Lyon, où la multinationale scandinave de la famille Wallenberg possède une plate-forme logistique. 2 millions de masques doivent être réexpédiés vers l’Espagne et l’Italie, durement frappés par le coronavirus. « Au téléphone, nos interlocuteurs étaient en pleurs, ils avaient un besoin urgent de ces masques, c’était terrible », explique-t-on du côté de la firme suédoise.


2) On apprend aussi que BlackRock est maintenant chargé par la FED de soutenir et stabiliser les marchés menacés par la crise du Covid (tout comme l’avait fait BlackRock lors de la crise de 2008 avec contrepartie financière inconnue) ce qui fait s'interroger Reclaim Finance et 29 autres organisations:
https://d17a0173-b97b-4c08-a2e3-f8ea72c0874b.usrfiles.com/ugd/d17a01_62f18f6e12614fddac890d692066aea8.pdf
Extraits:
As such, this contract raises serious questions about:
●  Competition and systemic risks associated with BlackRock’s concentration of power in the asset management industry;

●  Lack of transparency around the use of taxpayer funds to contract BlackRock for this purpose;

●  Inherent or perceived conflicts of interest for BlackRock surrounding its ability through this program to purchase and use its own funds and financial products;

●  The lack of conditions on public financial support for private industry and industry practices that harm the public good;

●  The lack of preparation of the financial system for the coming exogenous shocks to the financial system from climate change, including in this program.

This contract hands even more financial power over to BlackRock, already the world’s largest asset manager

BlackRock is the world’s largest asset manager; as of February 2020, it managed over $7 trillion of the global economy. By giving it control of its debt purchase program, the Fed is putting tens of billions more under BlackRock’s overall management.

BlackRock leads an industry with growing market power and concentration. Academics, civil society organizations, financial insiders, Indigenous peoples, and regulators have increasingly signaled risks associated with the concentration of power of this sector and the systemic impact it has within the finance industry.

This move also further increases data and market access for BlackRock’s Aladdin, which is already used globally by financial firms and handles data for at least 10 percent of world assets.
By giving BlackRock full control of this debt buyout program, the Fed is further entwining the roles of government and private actors. In doing so, it makes BlackRock even more systemically important to the financial system. Yet BlackRock is not subject to the regulatory scrutiny of even smaller systemically important financial institutions.
What safeguards has the Fed put in place to respond if BlackRock itself is in financial crisis and needs a bailout?
Lack of transparency in the use of taxpayer funds
A previous time that the Federal Reserve hired BlackRock in a time of crisis, it profited handsomely while American people never fully recovered. In 2008, BlackRock was paid $12 million by the Federal Reserve for a few days’ worth of work to manage just one financial firms’ accounts in late 2008 and early 2009.

ou encore: https://www.nytimes.com/2020/03/27/business/coronavirus-blackrock-federal-reserve.html

https://medium.com/@RealBankReform/can-blackrock-benefit-from-inside-information-from-fed-facilities-52510a9e869b
Extrait:Can BlackRock Benefit from Inside Information from Fed Facilities?
May 15 ·
The Fed’s Agreement with BlackRock Raises Questions about Inside Information


In order to respond to the ongoing pandemic, the Federal Reserve has created several facilities to purchase financial securities in order to attempt to stabilize the markets. Rather than run all of these programs themselves, the Fed has outsourced management of several relief facilities to the asset manager BlackRock. Examining the management agreements shows the enormous power that they grant BlackRock — including potentially the power to use inside information on the Federal Reserve’s plans in other areas of their business, or even potentially for BlackRock’s executives personal trading.

Résumons: pour BlackRock ce COVID est le gage d’une montée en puissance, de gains financiers et obtentions d’informations très confidentielles. Mais ce n’est pas tout.


3) La loi PACTE* (voir * ci-dessous) —N’est-il pas également inquiétant de voir Blackrock, ainsi que Vanguard, être à la fois investis dans les retraites et assurances vies de nos anciens, et dans les vaccins d'un COVID .. qui atteint surtout nos retraités? Que deviendrait une retraite capitalisée une fois la ou le retraité(e) décédé(e) sans ayants droits? https://www.bastamag.net/BlackRock-reforme-retraite-age-pivot-capitalisation-epargne-lobbying
Extrait 1:
Le constat de BlackRock est le suivant : du fait d’un « manque de confiance des Français en la pérennité du système de retraite d’après-guerre », les Français épargnent beaucoup, mais placent l’argent dans des livrets d’épargne, des produits d’assurance vie, mais très peu dans des produits d’épargne retraite individuels. L’objectif du gestionnaire est donc de faire basculer une part de cette épargne vers ces produits, regroupés au sein de futurs fonds de pension, ce qui fera autant de clients supplémentaires à séduire pour placer leurs actifs.

Extrait 2 : Puis, en juin 2019, Bruxelles valide la création d’un produit paneuropéen d’épargne-retraite individuelle (Pan-European Personal Pension product – PEPP). L’objectif est clairement affiché : « Investir davantage dans les marchés de capitaux peut contribuer à relever les défis posés par le vieillissement de la population et par la faiblesse des taux d’intérêt » [8]. Aujourd’hui, seuls 27 % des Européens entre 25 et 59 ans investissent à titre personnel dans un produit d’épargne-retraite. Ce produit, qui sera proposé aux citoyens européens par les fonds de pension existants ou les compagnies d’assurance, vise à les inciter à y placer leurs économies. Plus les régimes de retraite publics seront affaiblis, garantissant une pension de plus en plus basse, plus ils seront réceptifs à ce type de placements.
Selon le collectif de journalistes Investigate Europe, qui a mené une large enquête sur le gestionnaire d’actifs, la création de ce produit d’épargne-retraire européen « était la priorité absolue de l’agenda de lobbying de BlackRock à Bruxelles ».


4) Enfin, les Pandemic Bonds crées en 2017 et qui pouvaient rapporter à leurs investisseurs voient leurs 320 millions de dollars captés par la Banque Mondiale puisque la condition sine qua none de restitution du capital et des intérêts était "aucune pandémie déclarée avant le 15 juillet 2020". Mince c'est vraiment la faute à pas de chance.
Je regrette de n'avoir aucune information sur les bénéficiaires directs à la Banque Mondiale.

———————————————————————————

Une belle galerie nominative de portraits:
https://zogwatch.blogspot.com/p/who-controls-wall-street-part-2.html

———————————————————————————

* La loi PACTE , réforme des retraites soutenue et portée par Edouard PHILIPPE, annoncée dès oct 2017, adoptée en avril 2019 (BlackRock reçoit Macron à l’Elysée!) vise à favoriser l'épargne-retraite volontaire au détriment de la retraite par répartition, soit à transférer l'épargne des assurances vies (gérée par Blackrock) vers les entreprises pour les financer (entreprises mises à mal par le COVID, tiens donc).
L'objectif est de transférer les assurances vie vers de la spéculation financière à risque.​

Meilleure accessibilité de l'épargne retraite : une fois à la retraite, l’épargnant, pourra choisir de retirer son argent en une fois, alors qu'il lui est aujourd'hui le plus souvent versé sous forme de rente, avec un revenu régulier assuré jusqu'à sa mort
———————————-
La loi du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises, dite loi PACTE, est une loi présentée par le gouvernement d'Édouard Philippe, destinée à faire grandir les entreprises françaises et repenser la place des entreprises dans la société.
Ce projet de loi a pour but de donner les moyens nécessaires aux entreprises pour innover, se transformer, grandir et créer des emplois. 

Les objectifs de ce projet de loi ont été annoncés officiellement par Bruno Le Maire le 22 octobre 2017. Il a également indiqué que la loi viserait en partie à améliorer la performance des TPE et des PME.

https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/BlackRock-procede-a-des-injections-massives-de-liquidites-dans-les-entreprises-europeennes--30776344/
----> Le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, BlackRock, a injecté environ 16 milliards d'euros dans 810 entreprises européennes depuis fin janvier 2020, dont plus de la moitié sont en difficultés en raison de la pandémie de coronavirus, a indiqué une source proche du dossier à Reuters.


https://www.monde-diplomatique.fr/2020/01/LEDER/61189
Le succès de la société (BlackRock) s’explique par l’expertise sans égale que lui reconnaît le monde de la finance. La source de cette clairvoyance singulière porte un nom évocateur : Aladdin. Il s’agit d’un supercalculateur composé de six mille serveurs à haute performance qui surveillent chaque jour près de 20 000 milliards de dollars. Aladdin fonctionne si bien que, en mars 2019, M. Fink a annoncé qu’il comptait supprimer des centaines d’emplois d’analystes, préférant s’en remettre aux conseils de son bon génie.
Mais si Aladdin est devenu aussi puissant, c’est avant tout parce que certains dirigeants politiques ont décidé de lui faire confiance. Ainsi des gouvernements et banques centrales qui se sont tournés vers lui pour tester la solidité de leurs systèmes financiers à la suite de la crise de 2008. La note s’est par exemple élevée à 8 millions d’euros pour la Banque centrale européenne (BCE) en 2016. À peine un pourboire pour BlackRock, rétorquera-t-on. Certes, mais « les conseils que la société fournit aux banques centrales des Pays-Bas, de l’Espagne, de l’Irlande, de Chypre ou de la Grèce lui rapportent bien plus que de l’argent : de l’information », souligne l’économiste Don Quijones (1). Ainsi nourri des données les plus précieuses de la planète finance, l’algorithme Aladdin, loué à d’autres fonds, est devenu indispensable.
Sur ses conseils, BlackRock investit sur les cinq continents. Il possède une part de 40 % des entreprises américaines les plus importantes. Il vote dans 17 000 conseils d’administration, possède plus d’actions dans Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft que les fondateurs de chacune de ces sociétés.
—————————————
Vidéo intéressante sur les assurances vies en fonds euro, (le capital investi est garanti par l'état), et les institutions qui placent l'épargne de ces personnes dans des valeurs sécurisées (à 50 % ds des entreprises du CAC40)
https://www.youtube.com/watch?v=tpKpE8C6xr4
A 4:38 

https://solidariteetprogres.fr/documents-de-fond-7/economie/scandale-blackrock-lorsque-la-bce.html
Pour Daniela Gabor, chercheuse à l’Université :

Les banques restent importantes, bien sûr, mais la finance est de plus en plus organisée autour des gérants d’actifs. Autrefois, on comparait Goldman Sachs à une pieuvre vampire. Aujourd’hui, ce sont eux, les pieuvres vampires.
BlackRock, qui a détrôné Goldman Sachs comme N°1 de Wall Street, est sans doute l’institution financière la plus puissante au monde et celle qui est sortie gagnante des années de crise financière.

Il est donc parfaitement scandaleux, caricatural et inadmissible qu’en 2018, BlackRock est appelée à l’aide par la BCE pour vérifier la santé des banques européennes. Ces dernières sont sommées de livrer tous les secrets de leurs bilans, de leurs comptes et de leurs opérations à ce qu’il faut bien appeler la filiale d’un concurrent plus que potentiel.

En Europe, c’est en 2016, à l’instar de la Fed, que la BCE fait appel à BlackRock Solutions pour mener les stress tests des banques européennes. Début 2018, ce contrat a été prolongé. Bien qu’on ne sache pas combien la société va facturer pour 2018, Danièle Nouy, la Directrice du Conseil de surveillance de la BCE, a précisé que la fois précédente, c’est-à-dire en 2016, l’institution de Francfort avait déboursé 8,2 millions d’euros pour la prestation. Sur le plan financier, pour un géant comme BlackRock, c’est bien peu. « Travailler pour les banques centrales des Pays-Bas, de l’Espagne, de l’Irlande, de Chypre ou la Grèce apporte quelque chose de bien plus excitant que de l’argent : de l’information », précise Wolf Street, le site bien renseigné dirigé par l’ancien trader Wolf Richter.

Daniela Gabor:
« J’ai alors compris que ce n’étaient plus les banques qui avaient le pouvoir mais les gestionnaires d’actifs. On nous répète souvent qu’un gestionnaire est là pour placer notre argent, pour nos vieux jours… mais c’est bien plus que ça, poursuit-elle. Selon moi, BlackRock reflète le renoncement de l’Etat-providence. Sa montée en puissance va de pair avec des changements structurels en cours : des changements dans la finance mais aussi dans la nature du contrat social qui unit le citoyen et l’Etat. »

Comme nous avons tenté de le démontrer ici, le cas de BlackRock révèle de façon caricaturale la culture d’impunité et de « conflit d’intérêt » permanent qui a fini par saper et en dernière analyse détruire tout ce qui nous a permis en France, grâce à la mise en œuvre, dans l’après-guerre, du programme élaboré par le Conseil national de la Résistance (CNR), de réduire les injustices et d’avoir des infrastructures physiques (énergie, eau, transport, etc.) et humaines (santé, éducation, recherche, etc.) de grande qualité.
Pour mettre un terme à cette dérive tragique, imposer des séparations strictes et patrimoniales entre banques de dépôts, assurances, sociétés d’audit, agences de notation et banques d’affaires, n’est qu’un début.
En vérité, le moment est venu pour les Etats-nations de remonter sur la scène de l’histoire pour redevenir un contre-pouvoir au service de l’intérêt général face à des dinosaures féodaux de la finance.
Pour cela, plus que jamais, l’Etat doit reprendre le contrôle du crédit et de la monnaie. Le statut actuel de la Caisse des Dépôts et des Consignations (CDC), menacé par la loi PACTE que le Sénat doit valider à la fin du mois de janvier, doit être sanctuarisé et défendu.


https://www.lamontagne.fr/paris-75000/actualites/les-clefs-pour-comprendre-blackrock-le-gestionnaire-d-actifs-soupconne-d-influencer-la-reforme-des-retraites_13711104/#refresh  Faut-il s'inquiéter ?

À en croire Olivier Marleix, oui. La semaine dernière, l’élu avait interpellé Jean-Paul Delevoye à l’Assemblée : « Une partie de la réforme des retraites a déjà été votée dans la loi Pacte et depuis un peu plus d’un mois, votre gouvernement a autorisé Blackrock à collecter directement la retraite privée des Français. » "Si votre réforme va à son terme, les affaires de #BlackRock prendront donc un formidable essor en France", déplore @oliviermarleix, qui accuse le gouvernement "d'offrir trois milliards d'euros aux fonds de pension".

"Les 300.000 plus hauts revenus de notre pays aujourd'hui pris en charge dans la solidarité nationale par les Caisses Complémentaires (revenus > 10.000 eur bruts/m) n'auront pas d'autre choix que de se tourner vers un système d'assurance privée. Plus grave, en perdant ses plus hauts cotisants, notre système universel perdra environ chaque année 3 milliards d'euros de cotisations. Naturellement pendant plusieurs dizaines d'années, votre système universel devra continuer à verser des retraites à ses anciens hauts revenus, alors même qu'ils ne cotiseront plus. Avec vous, les plus modestes paieront donc pour les plus riches. Pouvez-vous Monsieur le Haut Commissaire, nous préciser votre conception de l'universalité?"
Olivier Marleix.

———————————————————————————————————————————————————————————
Autres liens intéressants sur l'actualité de BlackRock (dont juin 2020):

https://www.youtube.com/watch?v=fj-GpwlrsvQ
Eloïse Benhammou: BlackRock, la Sécurité Sociale et les retraites, janv. 2020 - TV LIBERTES
"Un système qui permet à la Sécurité sociale d'aller sur les marchés financiers internationaux pour se financer, en échange de quoi l'Etat doit créer de nouvelles cotisations sociales ou augmenter d'anciennes charges sociales".

https://www.humanite.fr/etats-unis-les-milliards-de-la-fed-la-sante-de-blackrock-690498
Les données les plus terribles sur la dégradation de l’état de l’économie réelle, associées aux craintes d’extension de la pandémie de coronavirus, (tiens donc) avaient commencé de plomber le climat du côté des marchés financiers  ....
Pour concrétiser ce programme, la Fed a sous-traité en grand l’affaire au fonds d’investissement BlackRock

https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/BlackRock-procede-a-des-injections-massives-de-liquidites-dans-les-entreprises-europeennes--30776344/
Le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, BlackRock, a injecté environ 16 milliards d'euros dans 810 entreprises européennes depuis fin janvier, dont plus de la moitié sont en difficultés en raison de la pandémie de coronavirus (...) , a indiqué une source proche du dossier à Reuters.

https://reseauinternational.net/les-mysteres-du-rocher-noir/
BlackRock n’étant pas une banque, il échappe aux radars de la régulation bancaire. Pour donner simplement un ordre de grandeur, Blackrock siégeait en 2012 dans près de 15 000 assemblées générales d’actionnaires d’entreprises, dont 3800 implantées aux États-Unis. Il possède aujourd’hui des titres dans au moins la moitié des entreprises du CAC 40 et dans toutes celles qu’il est convenu de désigner sous le terme de GAFA. Il est probablement également l’actionnaire principal de Microsoft. Cette masse de manœuvre le rend extrêmement puissant car il peut intervenir sur le fonctionnement de dizaines de milliers d’entreprises* dont il détient des parts et orienter leurs actions vers une plus grande distribution de dividendes aux actionnaires, souvent au détriment des investissements en matière de recherche et de développement.
(* Et plus encore depuis le COVID19 et dans le futur avec le placement des assurances vies!! )

https://www.smh.com.au/business/markets/blackrock-sees-rip-van-winkle-risks-as-pandemic-hurts-globalisation-20200630-p557hi.html
La pandémie, un global event qui va changer le monde, selon BlackRock - Tale of Rip Van Winkle

https://reporterre.net/Blocage-de-BlackRock-deux-activistes-encourent-de-la-prison-ferme
https://www.revolutionpermanente.fr/Deux-militants-menaces-de-prison-pour-avoir-envahi-les-locaux-de-Blackrock
2 activistes risquent la condamnation par la "justice" aux ordres à du ferme dont 5 ans, pour avoir envahi et mis de la peinture ds un local de Blackrock (à l'heure où on libère des prisonniers dealers de drogue et fichés S)
Un peu comme sont traqués ceux qui enjoignent à quitter la Sécurité Sociale!

https://www.facebook.com/arretsurimages.net/videos/533026060585916/
Larry Fink connaît le résultat de la présidentielle française 2017 avant qu'elle n'ait commencé.
Sylvie Matelly, économiste à l'IRIS « BlackRock, on peut quasiment dire qu’ils sont les maîtres du monde. »

https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-06-22/blackrock-vows-to-double-ranks-of-senior-black-leaders
Communautarisme et discrimination positive: Pour 2024, Fink promet 30% d’employés noirs en plus chez BlackRock

https://www.novethic.fr/actualite/entreprise-responsable/isr-rse/raison-d-etre-ce-que-veulent-les-investisseurs-148681.html
Raison d’être, ODD et ESG, les valeurs d’entreprise de BlackRock (changement climatique, discrimination positive..)

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires